Mme E. D. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Lamarche Rapporteur Le Tribunal administratif de Clermont-Ferrand

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mme E. D. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Lamarche Rapporteur Le Tribunal administratif de Clermont-Ferrand"

Transcription

1 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CLERMONT-FERRAND N S , , RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme E. D. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Lamarche Rapporteur Le Tribunal administratif de Clermont-Ferrand Mme Chappuis Commissaire du gouvernement (2 ème Chambre) Audience du 8 janvier 2009 Lecture du 22 janvier 2009 Vu I ), sous le n , la requête enregistrée le 8 août 2008, présentée pour Mme E. D., par Me Friouret ; Mme D. demande au Tribunal : - d'annuler l'arrêté en date du 18 juin 2007 par lequel le maire de la commune d'aurillac a décidé de l'hospitaliser à titre provisoire au centre hospitalier d'aurillac ; - de mettre à la charge de la commune d'aurillac une somme de euros au titre de l'article L du code de justice administrative ;... Vu II ), sous le n , la requête enregistrée le 29 février 2008, présentée pour Mme E. D., par Me Protet-Lemmet ; Mme D. demande au Tribunal : - d'annuler l'arrêté en date du 19 juin 2007 par lequel le préfet du Cantal a décidé de l'hospitaliser d'office au centre hospitalier d'aurillac ; - d'annuler par voie de conséquence tous arrêtés préfectoraux ultérieurs ayant le même effet ; - de mettre à la charge de la commune d'aurillac une somme de 1200 euros au titre de l'article L du code de justice administrative ; Vu le mémoire, enregistré le 7 juillet 2007, présenté pour Mme D. tendant aux mêmes fins que la requête et à voir porter la somme mise à la charge de l'état par application des dispositions de l'article L du code de justice administrative à euros ;

2 Vu III ), sous le n , la requête enregistrée le 29 février 2008, présentée pour Mme E. D., par Me Protet-Lemmet ; Mme D. demande au Tribunal : - d'annuler l'arrêté en date du 17 octobre 2007 par lequel le préfet du Cantal l'a maintenue sous le régime de l'hospitalisation d'office pour une durée de six mois jusqu'au 17 avril 2008 ; - de mettre à la charge de la commune d'aurillac une somme de euros au titre de l'article L du code de justice administrative ;... Vu les décisions attaquées ; Vu les autres pièces des dossiers ; Vu les deux ordonnances en date du 8 octobre 2008 fixant la clôture d'instruction au 12 novembre 2008, pour les deux instances n et n , en application des articles R et R du code de justice administrative ; Vu la loi n du 11 juillet 1979 ; Vu le code général des collectivités territoriales ; Vu le code de la santé publique ; Vu le code de justice administrative ; Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ; Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 8 janvier 2009 : - le rapport de M. Lamarche ; - et les conclusions de Mme Chappuis, commissaire du gouvernement ; Considérant que les requêtes enregistrées sous les numéros , et , présentées par Mme D., tendent, selon la chronologie des décisions attaquées, à l'annulation d'un arrêté du maire de la commune d'aurillac la plaçant sous le régime de l hospitalisation provisoire d'office et à l'annulation de deux arrêtés du préfet du Cantal la plaçant sous le régime de l'hospitalisation provisoire d'office ; que ces trois requêtes concernent la même requérante, trouvent leur origine dans un même fait générateur et ont fait l'objet d'une instruction commune ; qu'il y a lieu de les joindre pour statuer par un même jugement ; Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que Mme D., née le., a été condamnée par jugement du 8 février 2007 rendu par le Tribunal correctionnel d'aurillac du chef d'appels téléphoniques malveillants réitérés envers la famille de son ancien compagnon à une peine d'un mois d'emprisonnement avec sursis assortie par application des dispositions de l'article du code pénal d'une obligation de se soumettre à des mesures de traitement et/ou de soins

3 nécessitées par son état. même sous le régime de l'hospitalisation ; que selon rapport du directeur départemental de la sécurité publique du Cantal du 18 juin 2007, il était procédé, le même jour, sur instruction du procureur de la République, à l'interpellation de Mme D. de manière discrète, sur son lieu de travail ; que celle-ci était immédiatement conduite au centre hospitalier d'aurillac dans les services du docteur Lablanquie qui établissait un certificat médical constatant que l'état de santé de l'intéressée relevait d'une hospitalisation d'office en milieu fermé ; que par le premier arrêté attaqué du 18 juin 2007, le maire d'aurillac ordonnait, sur le fondement de l'article ème alinéa du code général des collectivités territoriales et des articles L et L du code de la santé publique, l'hospitalisation provisoire de Mme D. au centre hospitalier d'aurillac ; que par le second arrêté attaqué en date du 19 juin 2007, le préfet du Cantal ordonnait, sur le fondement des articles L à L du code de la santé publique, l'hospitalisation d'office de l'intéressée à compter du 18 juin 2007 pour y recevoir les soins dus à son état ; que par arrêté préfectoral du 12 juillet 2007 visant un certificat médical établi le 12 juillet 2007 par le docteur Juillard psychiatre au centre hospitalier d'aurillac, l'hospitalisation d'office de Mme D. a été reconduite pour une durée de trois mois du 18 juillet au 17 octobre 2007 : que par le troisième arrêté attaqué, en date du 17 octobre 2007, visant un certificat médical établi par le docteur Saint Gérard, psychiatre au centre hospitalier précité, le préfet du Cantal a reconduit l'hospitalisation d'office de Mme D. pour - une durée de six mois jusqu'au 17 juillet 2008 ; Sur les conclusions en annulation : Considérant, d'une part, qu'aux termes de l'article L du Livre II : Lutte contre les maladies mentales du Titre Ier : Modalités d'hospitalisation, du Chapitre Ier : Droits des personnes hospitalisées du code de la santé publique en sa rédaction applicable à la date des décisions attaquées : «Lorsqu'une personne atteinte de troubles mentaux est hospitalisée sans son consentement en application des dispositions des chapitres II et III du présent titre ou est transportée en vue de cette hospitalisation, les restrictions à l'exercice de ses libertés individuelles doivent être limitées à celles nécessitées par son état de santé et la mise en oeuvre de son traitement. En toutes circonstances, la dignité de la personne hospitalisée doit être respectée et sa réinsertion recherchée. Elle doit être informée dès l'admission et par la suite, à sa demande, de sa situation juridique et de ses droits. En tout état de cause, elle dispose du droit... 3 De prendre conseil d'un médecin ou d'un avocat de son choix ;» ; Considérant, d'autre part, qu'aux termes du chapitre III précité relatif à l'hospitalisation d'office et notamment de l'article L du code de la santé publique en sa rédaction applicable à la date de la décision attaquée : «A Paris, le préfet de police et, dans les départements, les représentants de l'etat prononcent par arrêté, au vu d'un certificat médical circonstancié, l'hospitalisation d'office dans un établissement mentionné à l'article L des personnes dont les troubles mentaux nécessitent des soins et compromettent la sûreté des personnes ou portent atteinte, de façon grave, à l'ordre public. Le certificat médical circonstancié ne peut émaner d'un psychiatre exerçant dans l'établissement accueillant le malade. Les arrêtés préfectoraux sont motivés et énoncent avec précision les circonstances qui ont rendu l'hospitalisation nécessaire. Dans les vingt-quatre heures suivant l'admission,, le directeur de l'établissement d'accueil transmet au représentant de l'etat dans le département et à la commission mentionnée à l'article L un certificat médical établi par un psychiatre de l'établissement...» ; qu'aux termes de l'article L.

4 du même code : «En cas de danger imminent pour la sûreté des personnes, attesté par un avis médical ou, à défaut, par la notoriété publique, le maire et, à Paris, les commissaires de police arrêtent, à l'égard des personnes dont le comportement révèle des troubles mentaux manifestes, toutes les mesures provisoires nécessaires, à charge d'en référer dans les vingt-quatre heures au représentant de l'état dans le département qui statue sans délai et prononce, s'il y a lieu, un arrêté d'hospitalisation d'office dans les formes prévues à l'article L Faute de décision du représentant de l'état, ces mesures provisoires sont caduques au terme d'une durée de quarante-huit heures.» ; En ce qui concerne la recevabilité des moyens présentés à l'appui des requêtes susvisées : Considérant, en premier lieu, que si le juge administratif est compétent pour connaître de la régularité en la forme de la décision qui ordonne une hospitalisation provisoire ou d'office dans un établissement psychiatrique ou son prolongement, il n'appartient qu'à l'autorité judiciaire d'apprécier le bien fondé ou la nécessité de cette mesure et les conséquences qui peuvent en résulter ; que, par conséquent, les arguments par lesquels la requérante conteste le bien-fondé des certificats médicaux et leur compatibilité avec les arrêtés attaqués ne ressortissent pas à la compétence de la juridiction administrative ; Considérant, en second lieu, que le juge administratif n'est pas compétent pour connaître des faits relevant du fonctionnement des services de la justice judiciaire ; qu'ainsi, le moyen tiré de ce que le procureur de la République d'aurillac n'aurait pas légalement disposé du pouvoir de saisir le directeur départemental de la sûreté publique et le maire de la commune d'aurillac de la situation de Mme D. ne ressortit pas de la compétence du juge administratif ; Que si les conclusions tendant à l'annulation des arrêtés précités ressortissent bien, en ce qui concerne leur légalité externe, à la compétence de la juridiction administrative, les deux moyens précités ne sont par conséquent pas recevables à l'appui des conclusions en annulation des arrêtés attaqués ; En ce qui concerne les, conclusions tendant à l'annulation de l'arrêté du maire de la commune d'aurillac du 18 juin 2007 plaçant Mme D. sous le régime de l'hospitalisation provisoire d'office : S'agissant de la fin de non-recevoir présentée par la commune d'aurillac : Considérant qu'aux termes de l'article R du code de justice administrative : «les délais de recours contre une décision administrative ne sont opposables qu'à la condition d'avoir été mentionnés, ainsi que les voies de recours, dans la notification de la décision.» ;

5 Considérant qu'il résulte des pièces du dossier que le maire de la commune d'aurillac, sur demande présentée par Mme D. le 22 octobre 2007, lui a adressé par courrier dépourvu d'accusé de réception du 19 novembre 2007 une copie de l'arrêté attaqué et de l'avis médical établi par le docteur Lablanquie le 18 juin 2007 ; que, toutefois, ce courrier et l'arrêté joint ne sont pas accompagnés de la mention des délais et voies de recours ; que, par conséquent, la fin de nonrecevoir présentée par la commune d'aurillac doit être écartée ; Sans qu'il soit besoin de statuer sur les autres moyens de la requête : S'agissant du moyen tiré du défaut de délégation de signature : Considérant que l'arrêté attaqué n'est pas signé par le maire de la commune d'aurillac, mais par M. Champeyroux, adjoint ou conseiller municipal lequel, selon le mémoire en défense, agissait pour le maire et par délégation ; que, si le maire peut déléguer par arrêté, sous sa surveillance sa responsabilité, une partie de ses fonctions à un ou plusieurs de ses adjoints et en l'absence ou en cas d'empêchement des adjoints à des membres du conseil municipal par application des dispositions de l'article L du code général des collectivités territoriales, la commune ne justifie d'aucune délégation régulière conférant délégation de signature à M. Champeyroux ; qu'ainsi, l'arrêté attaqué doit être annulé comme entaché d'incompétence de l'auteur de l'acte ; S'agissant du moyen tiré du défaut de motivation : Considérant qu'aux termes de l'article 1 er de la loi n du 11 juillet 1979 les personnes physiques ou morales ont le droit d'être informées sans délai des motifs des décisions administratives individuelles défavorables qui les concernent. À cet effet, doivent être motivées les décisions qui : - restreignent l'exercice des libertés publiques ou, de manière générale, constituent une mesure de police ;...» ; qu'aux termes de l'article 3 de ladite loi : «la motivation exigée par la présente loi doit être écrite et comporter l'énoncé des considérations de droit et de fait qui constituent le fondement de la décision.» ; Considérant qu'il n'est pas établi par les circonstances de l'hospitalisation de Mme D., telles que précédemment exposées, que son hospitalisation provisoire relevait d'une urgence absolue au sens de l'article 4 de la loi du 11 juillet 1979 ; que, par suite, la décision attaquée devait être motivée que l'arrêté plaçant Mme D. sous le régime de l'hospitalisation provisoire, par application des dispositions précitées de l'article L du code de la santé publique, a été rédigé sur un document pré-imprimé, qui vise l'avis médical du docteur Lablanquie, dont il n'est pas établi qu'il était joint à la décision, et dont il ne s'approprie pas le contenu ; que, de plus, à la suite de la mention pré-imprimée rappelant, de manière générale, les conditions prévues par des dispositions du code de la santé publique, figure une seule mention manuscrite, à savoir troubles psychiques, sans aucune précision ; que par suite, l'arrêté attaqué doit également être annulé comme entaché de défaut de motivation ;

6 Considérant qu'il résulte de ce qui précède que l'arrêté du maire de la commune d'aurillac du 18 juin 2007 plaçant Mme D. sous le régime de l'hospitalisation provisoire doit être annulé ; En ce qui concerne les conclusions tendant à l'annulation de l'arrêté du préfet du Cantal du 19 juin 2007 plaçant initialement Mme D. sous le régime de l'hospitalisation d'office : S agissant de la fin de non-recevoir présentée par le préfet_ du Cantal et le moyen d'ordre. public tiré de l'irrecevabilité communiqué aux parties dans le cadre de l'instruction de la procédure : Considérant que si les arrêtés attaqués sont régulièrement accompagnés de la mention des délais les voies de recours, la requérante soutient qu'elle n'en a pas reçu notification ; Considérant que le 9 décembre 2008 le greffe du tribunal a communiqué aux parties par application des dispositions de l'article R du code de justice administrative, un moyen d'ordre public tiré de ce que le président du Tribunal administratif, statuant par ordonnance définitive du n du 4 octobre 2007 rendue par application des dispositions de l'article R du code de justice administrative sur une requête présentée par Mme D. le 21 juillet 2007, a rejeté les conclusions en annulation dirigée par celle ci contre l'arrêté du préfet du Cantal en date du 19 juin 2007, et qu'à supposer une absence d'identité de cause relative aux moyens présentés à l'appui de la requête initiale et de la présente requête, la requête en date du 21 juillet 2007, accompagnée de l'arrêté du préfet du Cantal du 19 juin 2007, atteste de la connaissance acquise de cette décision, et s'avère susceptible de faire regarder la requête enregistrée sous le n comme présentée tardivement, postérieurement au délai de deux mois du recours contentieux prévu par les dispositions de l'article L du code de justice administrative ; Considérant qu'aux termes de l'article R du code de justice administrative : «Sauf en matière de travaux publics, la juridiction ne peut être saisie que par voie de recours formée contre une décision, et ce, dans les deux mois à partir de la notification ou de la publication de la décision attaquée.» ; qu'aux termes de l'article L du même code : «les délais de recours contre une décision administrative ne sont opposables qu'à la condition d'avoir été mentionnés, ainsi que les voies de recours, dans la notification de la décision.» ; Considérant que l'ordonnance du président du tribunal du 4 octobre 2007 est fondée sur l'incompétence de la juridiction administrative, au motif que les moyens présentés par Mme D., tirés de l'absence de bien-fondé de la mesure d'hospitalisation d'office, relevaient de la compétence de la juridiction judiciaire ; que dès lors que les moyens présentés à l'appui de la requête à l'origine de ladite ordonnance étaient fondés sur l'illégalité interne de l'arrêté attaqué, alors que les moyens exposés à l'occasion de la présente requête relèvent de son illégalité externe, l'ordonnance de rejet précitée ne peut être regardée comme revêtue de l'autorité relative de la chose jugée, en l'absence d'identité de cause que, toutefois, la présentation par Mme D. de la requête du 21 juillet 2007, accompagnée de l'arrêté du préfet du Cantal 19 juin 2007 mentionnant les délais et voies de recours respectives devant le Tribunal de grande instance et le Tribunal administratif, serait susceptible d'établir la connaissance acquise de cette décision à la date précitée du 21 juillet 2007 ;

7 Considérant toutefois qu'aux termes de l'article L du code de la santé publique en sa rédaction de la loi numéro 2004 du 9 août 2004 applicable à la date de la décision attaquée : «lorsqu'une personne atteinte de troubles mentaux hospitalisée sans son consentement en application des dispositions des chapitres II et III du présent titre est transportée en vue de cette hospitalisation, les restrictions à l'exercice de ses libertés individuelles doivent être limitées à celles nécessitées par son état de santé et la mise en oeuvre de son traitement. En toutes circonstances, la dignité de la personne hospitalisée doit être respectée et sa réinsertion recherchée. Elle doit être informée dès l'admission et par la suite, à sa demande, de sa situation juridique et de ses droits. En tout état de cause, elle dispose du droit :... 3 ) de prendre conseil d'un médecin ou d'un avocat de son choix;...» ; Considérant que la requérante soutient sans être utilement contredite qu'elle n'a pas été informée, dès son admission au centre hospitalier d'aurillac dans le cadre de l'hospitalisation provisoire arrêtée par le maire d'aurillac, du droit de prendre conseil d'un avocat ; que par application des dispositions précitées, elle aurait dû être informée, dès son admission, de la faculté de prendre conseil d'un avocat, ce qui n'est pas établi par les pièces du dossier ; qu'ainsi, alors même que l'arrêté préfectoral - du 19 juin 2008 mentionne les délais et voie de recours, la première requête présentée en personne et sans avocat par Mme D. le 21 juillet 2007 et rejetée par ordonnance du président du Tribunal le 21 juillet 2007 au motif tiré de l'incompétence de la juridiction administrative pour statuer sur des moyens tirés du bien-fondé de la mesure d'hospitalisation d'office, n'a pas été assortie des garanties résultant de la faculté de prendre conseil auprès d'un avocat et, par voie de conséquence, de présenter des moyens adéquats ; que la méconnaissance de cette garantie destinée à protéger la liberté individuelle, dès l'admission à l'hôpital dans le cadre de l'exécution de l'arrêté portant hospitalisation provisoire, ne relève pas en l'espèce de la légalité externe de l'arrêté subséquent du préfet, mais de l'exercice effectif du droit au recours et des droits de la défense ; que, par suite, les conclusions tendant à l'annulation de l'arrêté du préfet du Cantal du 19 juin 2007 ne sont pas entachées de tardiveté et la fin de non-recevoir présentée par le préfet du Cantal doit être écartée ; Sans qu'il soit besoin de statuer sur les autres moyens de la requête : Considérant que s'il résulte de ce qui précède que l'arrêté du maire ordonnant l'hospitalisation provisoire de Mme D. doit être annulé, cette circonstance est sans influence sur la légalité des arrêtés préfectoraux contestés, dès lors que la mesure d'urgence que peut prendre le maire sur le fondement du code de la santé publique ne constitue pas un préalable nécessaire à l'hospitalisation d'office que peut ordonner le préfet par application du même code ; S'agissant du moyen tiré du vice de forme affectant le certificat médical Considérant qu'il ressort des dispositions précitées de l'article L du code de la santé publique que le certificat médical circonstancié préalable à l'hospitalisation d'office ne peut émaner d'un psychiatre exerçant dans l'établissement accueillant la personne hospitalisée ; que si le préfet n'a visé aucun document médical dans l'arrêté attaqué, il ne conteste pas, dans le

8 mémoire en défense, que celui-ci avait été précédé, en méconnaissance des dispositions précitées, d'un certificat médical établi par le docteur Lablanquie psychiatre au centre hospitalier Henri Mondor d'aurillac ; que la circonstance tirée du fait que celui-ci serait le seul psychiatre agréé, n'est pas de nature à couvrir ce vice de procédure comme résultant d'une formalité impossible, dès lors que les dispositions précitées n'imposent pas que ledit certificat soit établi par un psychiatre agréé ; qu'enfin, même si ledit certificat a été établi préalablement à l'intervention du maire sur le fondement des dispositions de l'article L du code de la santé publique, le préfet n'établit ni même n'allègue que Mme D. ait été soumise, préalablement à l'arrêté attaqué, à la consultation d'un autre médecin psychiatre indépendant de l'établissement ou d'un médecin n'exerçant pas les fonctions de psychiatre relevant de cet établissement ; S'agissant du moyen tiré du défaut de motivation : Considérant qu'aux termes de l'article l et de la loi n du 11 juillet 1979 «... doivent être motivées les décisions qui restreignent l'exercice des libertés publiques ou, de manière générale, constituent une mesure de police», et que selon l'article 3 de la même loi, ladite motivation «doit comporter l'énoncé des considérations de droit et de fait qui constituent le fondement de la décision» ; Considérant qu'il ne ressort pas des pièces du dossier que l'arrêté préfectoral du 19 juin 2007 aurait été accompagné lors de sa notification, qui n'est d'ailleurs pas établie, du certificat médical établi le 16 juin 2007 par le docteur Lablanquie ; que l'arrêté attaqué vise l'arrêté du maire du 18 juin 2007, les dispositions des articles et du code de la santé publique et indique que Mme D. est atteinte de troubles mentaux qui compromettent la sûreté des personnes ou portent atteinte de façon grave à l'ordre public ; que la référence à des troubles mentaux en l'absence de visa, de jonction ou d'appropriation des motifs du certificat médical et la simple reproduction d'un passage des dispositions de l'article L du code de la santé publique ne suffisent pas à motiver en fait le risque susceptible d'être causé par les troubles dont souffre Mme D. à la sûreté des personnes ou à l'ordre public ; que, par suite, la décision doit être annulée comme entachée d'insuffisance de motivation ; En ce qui concerne les conclusions tendant à l'annulation du préfet du Cantal du 17 octobre 2007 : Considérant qu'aux termes de l'article L du code de la santé publique : «Dans les trois jours précédant l'expiration: du premier mois d'hospitalisation, le représentant de l'état dans le département peut prononcer, après avis motivé d'un psychiatre, le maintien de l'hospitalisation d'office pour une nouvelle durée de trois mois. Au-delà de cette durée, l'hospitalisation peut être maintenue par le représentant de 1`Etat dans le département pour des périodes de six mois maximum renouvelables selon les mêmes modalités. Faute de décision du représentant de l'état à l'issue de chacun des délais prévus à l'alinéa précédent, la mainlevée de l'hospitalisation est acquise.» ;

9 Considérant que par arrêté préfectoral du 12 juillet 2007 visant un certificat médical établi le 12 juillet 2007 par le docteur Juillard psychiatre au centre hospitalier d'aurillac, l'hospitalisation d'office de Mme D. a été reconduite pour une durée de trois mois du 18 juillet au 17 octobre 2007 ; que par un deuxième arrêté, en date du 17 octobre 2007, visant un certificat médical établi par le docteur Saint Gérard psychiatre au centre hospitalier précité, le préfet du Cantal a reconduit l'hospitalisation d'office de Mme D. pour une durée de six mois jusqu'au 17 avril 2008 ; qu'en l'espèce à défaut pour le préfet d'apporter la preuve de la notification des trois arrêtés préfectoraux intervenus dans le cadre de la procédure concernant Mme D., ceux-ci ne sont pas devenus définitifs ; Considérant que la requérante est fondée à demander, dans sa requête enregistrée le 29 février 2006 que l'annulation de l'arrêté initial portant hospitalisation d'office entraîne, par voie de conséquence, l'annulation des arrêtés subséquents comme privés de base légale ; Considérant qu'il résulte de ce qui précède que l'arrêté du maire d'aurillac et les trois arrêtés du préfet du Cantal qui ont placé respectivement Mme D. sous les régimes respectifs de l'hospitalisation provisoire et de l'hospitalisation d'office doivent être annulés ; Sur les conclusions tendant à l'application de l'article L du code de justice administrative : Considérant qu'aux termes des dispositions de l'article L du code de justice administrative : «Dans toutes les instances, le juge condamne la partie tenue aux dépens ou, à défaut, la partie perdante, à payer à l'autre partie la somme qu'il détermine, au titre des frais exposés et non compris dans les dépens. Le juge tient compte de l'équité ou de la situation économique de la partie condamnée. Il peut, même d'office, pour des raisons tirées des mêmes considérations, dire qu'il n'y a pas lieu à cette condamnation.» ; Considérant qu'il y a lieu de condamner la commune d'aurillac à payer à Mme D. une somme de euros par application des décisions précitées ; Considérant qu'il y a également lieu de condamner l'état à payer à Mme D. une somme de euros par application des dispositions précitées ; DÉCIDE : Article 1 er : L'arrêté du maire de la commune d'aurillac du 18 juin 2007 est annulé. Article 2 : Les arrêtés du préfet du Cantal en date des 19 juin 2007, 12 juillet 2007, et 17 octobre 2007 sont annulés.

10 Article 3 : La commune d'aurillac est condamnée à payer à Mme D. une somme de euros par application des dispositions de l'article L du code de justice administrative. Article 4 : L'État est condamné à payer à Mme D. une somme de euros par application des dispositions de l'article L du code de justice administrative. Article 5 : Le présent jugement sera notifié à Mme E. D., à la commune d'aurillac pris en la personne de son maire en exercice, au centre hospitalier d'aurillac et en la personne de son directeur et au ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales. Copie en sera transmise au préfet du Cantal. Délibéré après l'audience du 8 janvier 2009, à laquelle siégeaient : M. Dubreuil, président, M. Lamarche, premier conseiller, M. Chassagne, conseiller, Lu en audience publique le 22 janvier Le rapporteur, signé : F. LAMARCHE Le président, signé : H. DUBREUIL Le greffier, signé : C. MAGNOL La République mande et ordonne au ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales en ce qui le concerne et à tous huissiers de justice à ce requis en ce qui concerne les voies de droit commun, contre les parties privées, de pourvoir à l'exécution de la présente décision.

11 Mme E. D. / LE PRÉFET DU CANTAL - Tribunal Administratif de Clermont-Ferrand, 22 janvier 2009 Observations sous jugement Par Laurent FRIOURET, avocat au Barreau de Castres DEA Droits de l Homme et Libertés Publiques A titre liminaire, le juge a rejeté les demandes formées par Madame D. lorsqu'elle n'avait pas encore d'avocat, c'est-à-dire pour la contestation du bien fondé du jugement. Cependant, l'apport de ce jugement est considérable à plusieurs points de vue : SUR L'ARRÊTÉ D'HSC PROVISOIRE DU MAIRE > Le Tribunal a rejeté l'argumentation de la Commune qui opposait une fin de non recevoir tiré de lettre envoyée à l'intéressée. En effet, les juges relèvent d'une part que la lettre était dépourvu d'accusé réception, d'autre part, qu'il n'y avait pas les mentions des délais et voies de recours sur le courrier et l'arrêté. > L'arrêté du Maire est illégal au motif que le Commune ne justifie pas d'une délégation régulière (arrêté signé par un adjoint) ; > L'arrêté du Maire n'est pas motivé dans la mesure où «il n'établit pas les circonstances de l'hospitalisation» mais aussi parce que l'arrêté était rédigé sur un document pré-imprimé. Enfin, le défaut de motivation résulte de l'absence de jonction du certificat médical avec l'arrêté SUR LES ARRÊTÉS PRÉFECTORAUX > La théorie de la connaissance acquise ne peut être opposée à l intéressée en l absence d information de la possibilité de prendre un Conseil (avocat ou médecin). > Vice de forme affectant le certificat médical dans la mesure où le certificat médical circonstancié avait été rédigé par un psychiatre exerçant dans le centre hospitalier, peu important que ce médecin soit le seul psychiatre agréé en la matière. > Les arrêtés préfectoraux sont illégaux aux motifs de leur défaut de motivation : la simple reproduction d'un passage des dispositions du code de la santé publique ne suffit pas... > L'annulation de l'arrêté préfectoral initial entraîne de manière subséquente l'annulation de l'arrêté de maintien. Ce jugement est très satisfaisant. En effet, les juges ont repris à l'identique notre argumentation quant aux motifs d'annulation des arrêtés querellés. Quant aux moyens - d'ordre public - découlant de l'irrecevabilité du recours de Madame D. contre l'arrêté préfectoral (autorité de la chose jugée de l'ordonnance du où le TA s'était

12 déclaré incompétent + théorie de la connaissance acquise), là encore les juges ont repris notre raisonnement. En effet concernant l'autorité de la chose jugée, nous avions fait valoir qu'il ne pouvait y avoir autorité de la chose jugée dans la mesure où s'il y avait similitude des parties et de l'objet, la cause juridique elle était différente dans la mesure où initialement Madame D. avait contesté le bien fondé de la mesure d'internement alors que dans le recours diligenté par la suite il s'agissait uniquement de contester la légalité externe de ladite mesure. Quant à la théorie de la connaissance acquise, là encore, le Tribunal a adhéré complètement à notre thèse selon laquelle le défaut d'information pour la personne faisant l'objet d'une mesure d'hospitalisation sous contrainte du droit à prendre un Conseil constitue - non une cause d'illégalité externe - mais une atteinte à «exercice effectif du droit au recours et des droits de la défense». Par voie de conséquence, la juridiction considère implicitement que l'absence d'avocat n'a pas pu permettre à l'intéressée d'être correctement informée des voies et délais de recours. Ainsi, et quand bien même l'intéressée avait eu connaissance de la décision querellée, le délai de recours contentieux n'a pu commencer à courir... Enfin, il est on ne peut plus intéressant de voir que le tribunal fait le lien entre l'information qui doit être délivrée à l'intéressée de pouvoir prendre un Conseil et la protection de la liberté individuelle et que cette garantie relève du «droit au recours effectif et des droits de la défense». Là encore, le Tribunal s'inspire d une note envoyée durant l instruction du dossier en arguant le fait que si les Juges rejetaient les écritures de notre cliente au nom de la théorie de la connaissance acquise, il y aurait violation du droit au recours effectif garanti par la CESDH. Laurent Friouret

La présente notification fait courir le délai d'appel qui est de 2 mois.

La présente notification fait courir le délai d'appel qui est de 2 mois. REPUBLIQUE FRANÇAISE Nantes, le 31/12/2009 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES 6, Allée de l'ile Gloriette BP 24111 44041 Nantes Cedex 01 Téléphone : 02.40.99.46.00 Télécopie : 02.40.99.46.58 Greffe ouvert

Plus en détail

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

----------------------------------------------------------------------------------------------------- TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 1003008 N 1003238 PREFET DU NORD Mme Frackowiak Rapporteur M. Lavail Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Lille

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de la commune de Goyave une somme de 700 euros au titre de l article L.761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de la commune de Goyave une somme de 700 euros au titre de l article L.761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BASSE-TERRE N 1100754 Mme Marie-Line A... M. Sauton Rapporteur M. Porcher Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Basse-Terre

Plus en détail

- à défaut de suspendre la décision, de constater que l appel interjeté contre elle est suspensif ;

- à défaut de suspendre la décision, de constater que l appel interjeté contre elle est suspensif ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BASTIA N 1100976 SASP SPORTING CLUB BASTIA M. Mulsant Juge des référés Ordonnance du 27 Octobre 2011 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés C + Vu,

Plus en détail

3 ) d enjoindre au CNFPT d organiser de nouvelles élections, dans un délai de deux mois à compter de la notification du jugement à intervenir ;

3 ) d enjoindre au CNFPT d organiser de nouvelles élections, dans un délai de deux mois à compter de la notification du jugement à intervenir ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1431317, 1500865/5-1 Union Syndicale SUD des SDIS de France et des DOM-TOM M. Guiader Rapporteur M. Martin-Genier Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Vu I ), la requête, enregistrée le 2 avril 2007, sous le n 0700806 présentée par Mme Michèle GODICHAUD, domiciliée à Beau Soleil à Gençay (86160) ;

Vu I ), la requête, enregistrée le 2 avril 2007, sous le n 0700806 présentée par Mme Michèle GODICHAUD, domiciliée à Beau Soleil à Gençay (86160) ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS er N os 0700806, 0701422 Mme Michèle GODICHAUD c/ - Inspecteur de l académie de la Vienne - Recteur de l académie de Poitiers Mme Jaffré Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 21 septembre 2011, présentée pour Mme M.H. [ ], par Me Jorion, avocat ; Mme M.H. demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 21 septembre 2011, présentée pour Mme M.H. [ ], par Me Jorion, avocat ; Mme M.H. demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CERGY-PONTOISE N 1110539 Mme M. H. M. Mulot Rapporteur M. Merenne Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise,

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS (7ème Section 1 ère Chambre)

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS (7ème Section 1 ère Chambre) N 1020470 M. Raymond AVRILLIER RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS (7ème Section 1 ère Chambre) M. Roussel, Rapporteur M. Le Broussois, Rapporteur public Audience

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1101904 Mme B M. Rivière Rapporteur Mme Lesieux Rapporteur public Audience du 15 janvier 2014 Lecture du 29 janvier 2014 01-05-01-03 49-05-08 R-HM RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0703444 M. Geoffroy CHEVALIER M. Retterer Rapporteur M. Chanon Rapporteur public Audience du 15 juin 2010 Lecture du 29 juin 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

N 0900973 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. M. Couzinet Président

N 0900973 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. M. Couzinet Président A TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS gw N 0900973 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU +PEUPLE FRANÇAIS M. Couzinet Président M. Truy Rapporteur public Le Tribunal administratif d'amiens Le président du tribunal,

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1102824 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ASSOCIATION PIETONS 67 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Privet Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1102824 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ASSOCIATION PIETONS 67 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Privet Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1102824 ASSOCIATION PIETONS 67 Mme Privet Rapporteur Mme Messe Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Strasbourg

Plus en détail

Vu le mémoire en défense, enregistré le 20 septembre 2012, présenté par le préfet de la Haute-Savoie, qui conclut au rejet de la requête ;

Vu le mémoire en défense, enregistré le 20 septembre 2012, présenté par le préfet de la Haute-Savoie, qui conclut au rejet de la requête ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE GRENOBLE N 1203108 Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature de la Haute-Savoie Association Les amis du tenoir du pays de Fillière RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

La présente notification fait courir le délai d'appel qui est de 2 mois.

La présente notification fait courir le délai d'appel qui est de 2 mois. REPUBLIQUE FRANCAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE TOULOUSE 68, rue Raymond IV B.P. 7007 31068 TOULOUSE CEDEX 7 Téléphone : 05.62.73.57.57 Télécopie : 05.62.73.57.40 Greffe ouvert du lundi au vendredi de 8h30

Plus en détail

injonction faite à l'université Lille III d'intégrer une étudiante dans l'un des trois masters 2

injonction faite à l'université Lille III d'intégrer une étudiante dans l'un des trois masters 2 injonction faite à l'université Lille III d'intégrer une étudiante dans l'un des trois masters 2 Article juridique publié le 13/11/2015, vu 899 fois, Auteur : SCP Arents-Trennec avocats TRIBUNAL ADMINISTRATIF

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

- d enjoindre au préfet de la Moselle d abroger l arrêté du 17 juillet 1956 ;

- d enjoindre au préfet de la Moselle d abroger l arrêté du 17 juillet 1956 ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1402449 Société JSRE Mme Privet Rapporteur M. Simon Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Strasbourg (4 ème

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES sl

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES sl TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES sl N 1303891 M. X. Mme Ozenne Rapporteur Mme Syndique Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Versailles (3 ème

Plus en détail

J U G E M E N T REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. VU le code général des collectivités territoriales ;

J U G E M E N T REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES DE PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR 2 ème section Jugement n 2012-0006 Commune de Saint Jean Cap Ferrat (Alpes-Maritimes) Exercices 2007 à 2009 Rapport n 2012-0022 Audience publique

Plus en détail

M. Couzinet Président Le Tribunal adm inistratif d'amiens. M -Tm y. Le président du tribunal Rapporteur public

M. Couzinet Président Le Tribunal adm inistratif d'amiens. M -Tm y. Le président du tribunal Rapporteur public TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS N 1003418 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Couzinet Président Le Tribunal adm inistratif d'amiens M -Tm y. Le président du tribunal Rapporteur public

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES N 1105835 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Société STRATEGIES NETWORKS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Lamarre Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES N 1105835 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Société STRATEGIES NETWORKS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Lamarre Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES dp N 1105835 Société STRATEGIES NETWORKS M. Lamarre Rapporteur M. Lombard Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NICE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 1402823

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NICE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 1402823 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NICE N 1402823 Association LIGUE DES DROITS DE L HOMME et association POUR LA DEMOCRATIE A NICE ET DANS LES ALPES-MARITIMES M. Pascal Magistrat-rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1302169 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. M. Augustin TEGLAS et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Besle Juge des référés

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1302169 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. M. Augustin TEGLAS et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Besle Juge des référés TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1302169 M. Augustin TEGLAS et autres M. Besle Juge des référés Ordonnance du 4 avril 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés C-CA Vu la

Plus en détail

AJDA 2007 p. 915. La nature des contrats passés par une personne privée transparente. Arrêt rendu par Conseil d'etat. 21 mars 2007 n 281796

AJDA 2007 p. 915. La nature des contrats passés par une personne privée transparente. Arrêt rendu par Conseil d'etat. 21 mars 2007 n 281796 AJDA 2007 p. 915 La nature des contrats passés par une personne privée transparente Arrêt rendu par Conseil d'etat 21 mars 2007 n 281796 Sommaire : Lorsqu'une personne privée est créée à l'initiative d'une

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NICE N 1304383 Association LIGUE DES DROITS DE L HOMME et autres M. Pascal Magistrat-rapporteur M. Laso Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 15 décembre 2010. la Chambre de recours des Ecoles européennes, composée de

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 15 décembre 2010. la Chambre de recours des Ecoles européennes, composée de Recours 10/63 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 15 décembre 2010 Dans l affaire enregistrée au greffe de la Chambre sous le n 10/63, ayant pour objet un recours introduit

Plus en détail

MODELE DE REQUETE AUX FINS DE RÉFÉRÉ SUSPENSION

MODELE DE REQUETE AUX FINS DE RÉFÉRÉ SUSPENSION ATTENTION: ne pas oublier de préciser sur la requête et sur l enveloppe qui la contient la mention «REFERE» en application des dispositions de l article R.522-3 du Code de justice administrative : «La

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. N 1501768 et 1501769. M. François LAMBERT AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. N 1501768 et 1501769. M. François LAMBERT AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE N 1501768 et 1501769 M. François LAMBERT M. Antoine Berrivin Rapporteur Mme Stéphanie Lambing Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 5 000 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 5 000 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0906114 SOCIETE BONHOM SAS M. Ouillon Rapporteur M. Toutain Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN, statuant en référé Lecture du 14 octobre 2009, (séance du 14 octobre 2009) n o 0902159

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN, statuant en référé Lecture du 14 octobre 2009, (séance du 14 octobre 2009) n o 0902159 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN, statuant en référé Lecture du 14 octobre 2009, (séance du 14 octobre 2009) n o 0902159 Assoc. pour la qualité de la vie à Saint-Germain, Préval et les communes voisines

Plus en détail

CONTENTIEUX DES DECISIONS DE LA CDAPH : TRIBUNAL ADMINISTRATIF, COUR ADMINISTRATIVE D APPEL ET CONSEIL D ETAT

CONTENTIEUX DES DECISIONS DE LA CDAPH : TRIBUNAL ADMINISTRATIF, COUR ADMINISTRATIVE D APPEL ET CONSEIL D ETAT Guide pratique MDPH Partie 3 Fiche n IV-3 CNSA - DGAS Version 1 Décembre 2008 CONTENTIEUX DES DECISIONS DE LA CDAPH : TRIBUNAL ADMINISTRATIF, COUR ADMINISTRATIVE D APPEL ET CONSEIL D ETAT Plan : 1. Quelles

Plus en détail

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 :

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 : Cour Administrative d Appel de Bordeaux 6 ème chambre (formation à 3) 22 décembre 2009 Rejet Sources : - http://www.legifrance.gouv.fr Références au greffe : - Pourvoi n 08BX02277 Références de publication

Plus en détail

ASSIGNATION VISA DE L'ARTICLE 47 DU CODE DE PROCEDURE CIVILE

ASSIGNATION VISA DE L'ARTICLE 47 DU CODE DE PROCEDURE CIVILE ASSIGNATION VISA DE L'ARTICLE 47 DU CODE DE PROCEDURE CIVILE L An Deux Mille DIX et le A la demande de : Monsieur Christian NOGUES, né le né le 3 mai 1956 à Chambéry (73), de nationalité française, demeurant

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes

Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes Page 1/15 Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes Application du décret n 2007-1605 du 13 novembre 2007 Page 2/15 Table des Matières

Plus en détail

Dispositions générales

Dispositions générales Loi (9326) sur la commission de surveillance des professions de la santé et des droits des patients (K 3 03) Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Titre I Dispositions

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/02/2012 Cour administrative d appel de Marseille N 01MA02002 Inédit au recueil Lebon 5EME CHAMBRE - FORMATION A 3 Mme BONMATI, président M. Michel POCHERON, rapporteur M. LOUIS, commissaire du

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat la somme de 2 000 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative.

2 ) de mettre à la charge de l Etat la somme de 2 000 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative. N 1600067 M. Younes X. M Juge des référés TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CERGY-PONTOISE Ordonnance du 8 janvier 2016 CP RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés, 49-06-01 80-01-01

Plus en détail

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10001027. Mlle O. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. O. Boubert Président de section

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10001027. Mlle O. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. O. Boubert Président de section COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE N 10001027 Mlle O. O. Boubert Président de section Audience du 1er septembre 2010 Lecture du 1er octobre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour nationale

Plus en détail

SCP DELAPORTE, BRIARD, TRICHET ; SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP DELAPORTE, BRIARD, TRICHET ; SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 16/02/2011 Conseil d État N 329254 Publié au recueil Lebon 5ème et 4ème sous-sections réunies M. Arrighi de Casanova, président M. Xavier de Lesquen, rapporteur Mme Lieber Sophie-Justine, commissaire

Plus en détail

- il existe un doute sérieux sur la légalité de la décision attaquée :

- il existe un doute sérieux sur la légalité de la décision attaquée : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1313375/9 M. X Mme Doumergue Juge des référés Ordonnance du 15 octobre 2013 54-035-02-03 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés, Vu la requête,

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BASSE-TERRE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 0800990 PREFET DE LA GUADELOUPE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ibo Président-rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BASSE-TERRE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 0800990 PREFET DE LA GUADELOUPE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ibo Président-rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BASSE-TERRE N 0800990 PREFET DE LA GUADELOUPE M. Ibo Président-rapporteur M. Porcher Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA01327 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 M. Mortelecq, président Mme Perrine Hamon, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN N 1200213 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. M. Denis V et SOCIETE THELEM ASSURANCES AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M.

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN N 1200213 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. M. Denis V et SOCIETE THELEM ASSURANCES AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN EB N 1200213 M. Denis V et SOCIETE THELEM ASSURANCES M. Revel Rapporteur M. Rosay Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Cas orientation Yann Buttner - ESEN - 2005

Cas orientation Yann Buttner - ESEN - 2005 Cas orientation Yann Buttner - ESEN - 2005 Par Yann BUTTNER, juriste de l académie d Aix-Marseille, pour l Esen Le cadre de la réflexion r Les décisions d orientation d élève présentent avant tout un caractère

Plus en détail

Ordonnance en matière de recours contre une décision du Registre de Commerce et des Sociétés en matière de sociétés commerciales N 508/09

Ordonnance en matière de recours contre une décision du Registre de Commerce et des Sociétés en matière de sociétés commerciales N 508/09 Ordonnance en matière de recours contre une décision du Registre de Commerce et des Sociétés en matière de sociétés commerciales N 508/09 Audience publique de référé tenue le vingt-quatre avril deux mille

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE,

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE, Jugement n 2015-0011 Audience publique du 9 juillet 2015 Jugement prononcé le 30 juillet 2015 Commune de Pithiviers (Loiret) 045 044 252 Exercices 2008 à 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d'appel de Nantes N 13NT00716 5ème chambre M. ISELIN, président M. Antoine DURUP de BALEINE, rapporteur Mme GRENIER, rapporteur public MINIER MAUGENDRE & ASSOCIEES, avocat lecture du

Plus en détail

Police administrative. Interdiction de sortie du territoire

Police administrative. Interdiction de sortie du territoire COMMUNIQUÉ DE PRESSE Police administrative Interdiction de sortie du territoire Le tribunal administratif de Paris se prononce pour la première fois sur la légalité de décisions d interdiction de sortie

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 5 juillet 2013, présentée pour Mme D... B..., demeurant..., par Me Ondongo ;

Vu la requête, enregistrée le 5 juillet 2013, présentée pour Mme D... B..., demeurant..., par Me Ondongo ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS cv N 1301446 Mme D... B... Mme Prince-Fraysse Rapporteur M. Bonnelle Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Poitiers

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 A-1-01 N 75 du 20 AVRIL 2001 7 E / 13 - A 4321 DROITS D'ENREGISTREMENT ET TAXE DE PUBLICITÉ FONCIÈRE. PAIEMENT FRACTIONNÉ ET DIFFÉRÉ DES DROITS.

Plus en détail

Tribunal administratif de Clermont-Ferrand Lundi 13 avril 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE :

Tribunal administratif de Clermont-Ferrand Lundi 13 avril 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE : Tribunal administratif de Clermont-Ferrand Lundi 13 avril 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE : Un syndrome myélodysplasique peut-il être imputable à l exposition en service d un fonctionnaire à des produits phytosanitaires?

Plus en détail

Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006. Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2006

Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006. Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2006 C o n s e i l c o n s t i t u t i o n n e l Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006 Demande tendant à la déchéance de plein droit de M. Jean-François MANCEL, Député Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs S O M M A I R E Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs Page 1 CHAPITRE I Dispositions générales page 1 CHAPITRE II Organisation et compétence page 1 CHAPITRE III Procédures page 2

Plus en détail

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Commune de Vimoutiers (département de l Orne) 061 042 508 Centre des finances publiques de Vimoutiers Exercices 2009 à 2011 Jugement n 2014-0021 Audience publique du 25 novembre 2014 Lecture publique du

Plus en détail

La société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime demandent à la

La société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime demandent à la ld COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 12LY00100 ------------------ Société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime M. Bourrachot Président M. Segado Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM

Plus en détail

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS A Centre hospitalier de la Risle (Département de l Eure) 027 047 999 Centre des finances publiques de Pont-Audemer Exercices 2005 à 2007 Jugement n 2012-0011 Audience publique du 22 juin 2012 Lecture publique

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT Centre régional des œuvres universitaires et scolaires Orléans-Tours (CROUS) 045 099 984 Exercices 2006 à 2008 Audience publique du 2 avril 2013 Jugement n 2013-0005 Lecture publique en date du 30 avril

Plus en détail

Conseil d Etat - 2ème et 7ème sous-sections réunies. Lecture du 10 novembre 2010

Conseil d Etat - 2ème et 7ème sous-sections réunies. Lecture du 10 novembre 2010 Conseil d Etat - 2ème et 7ème sous-sections réunies Lecture du 10 novembre 2010 Fédération française des télécommunications et des communications électroniques (FFTCE), Syndicat intercommunal de la périphérie

Plus en détail

Aide juridictionnelle

Aide juridictionnelle Procédure de recouvrement de l indemnité allouée sur le fondement de l article 37 de la loi n 91-647 du 10 juillet 1991 Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 169, rue de Rennes F 75006 PARIS

Plus en détail

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES Maison de retraite «Séguin» à Cestas Rapport n 2012-0358 Audience publique du 12 décembre 2012 Lecture en séance publique du 06 février 2013 Trésorerie de Pessac (033 041 976) (département de la Gironde)

Plus en détail

N 93 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1981-1982 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE

N 93 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1981-1982 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE PROJET DE LOI adopté le 27 mai 1982 N 93 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1981-1982 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE relatif aux chambres régionales des comptes et modifiant

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. N 1501768 et 1501769 M. L... H... AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. N 1501768 et 1501769 M. L... H... AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE N 1501768 et 1501769 M. L... H... M. Antoine Berrivin Rapporteur Mme Stéphanie Lambing Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. TEXTE ADOPTÉ n 308 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME

Plus en détail

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON,

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON, Formation plénière DOSSIER Préfet du Gard c/ Commune de Junas CP N 030031 136 Département du Gard Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms N 1201552 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. Devillers M agistrat désigné Audience du 20 février 2013 Lecture du 27 mars 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1501911 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1501911 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1501911 "Collectif des élus qui Doutent de la pertinence de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes" (CéDpa), M. Christophe S, M. Yannick V et Mme Geneviève D Mme Le Barbier-Le

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2éme section) Décision du 20 janvier 2011

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2éme section) Décision du 20 janvier 2011 Recours 10/67 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2éme section) Décision du 20 janvier 2011 Dans l affaire enregistrée au greffe de la Chambre sous le no 10/67 ayant pour objet un recours introduit

Plus en détail

CITATION DIRECTE DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE SAINT-DENIS DE LA REUNION

CITATION DIRECTE DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE SAINT-DENIS DE LA REUNION CITATION DIRECTE DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE SAINT-DENIS DE LA REUNION L'AN DEUX MIL QUATORZE et le Monsieur Philippe CREISSEN né le 4 juillet 1969 à Saint-Mandé (Val de Marne)de nationalité française,

Plus en détail

Décision déférée à la Cour : jugement rendu le 20 juillet 2012 par le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale de PARIS RG n 11-04020

Décision déférée à la Cour : jugement rendu le 20 juillet 2012 par le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale de PARIS RG n 11-04020 Cour d'appel Paris Pôle 6, chambre 12 11 Septembre 2014 N 12/11271 Madame X CAF 75 - PARIS représenté par Mme DUMEZ, Monsieur le Ministre chargé de la sécurité sociale Classement :Inédit Contentieux Judiciaire

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 296948 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 7ème et 2ème sous-sections réunies M. Martin, président M. Alban de Nervaux, rapporteur M. Dacosta Bertrand, commissaire du gouvernement

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, LA COUR DE DISCIPLINE BUDGÉTAIRE ET FINANCIÈRE siégeant à la Cour des comptes, en audience non publique, a rendu l arrêt suivant : LA COUR, Vu le titre Ier

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES. N os 1303007 et 1303008 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. M. Patrick LAHUEC et M. Patrig MORVEZEN AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES. N os 1303007 et 1303008 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. M. Patrick LAHUEC et M. Patrig MORVEZEN AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES MP/SG N os 1303007 et 1303008 M. Patrick LAHUEC et M. Patrig MORVEZEN Mme Pouget Juge des référés Audience du 5 septembre 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d'appel de Marseille N 04MA00206 Inédit au recueil Lebon 6ème chambre - formation à 3 M. GUERRIVE, président M. Jean-Baptiste BROSSIER, rapporteur Melle JOSSET, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Chambre Gestion de fait des deniers de la commune d Hénin-Beaumont. Jugement n 2012-0001 Trésorerie de Hénin-Beaumont municipale (62)

Chambre Gestion de fait des deniers de la commune d Hénin-Beaumont. Jugement n 2012-0001 Trésorerie de Hénin-Beaumont municipale (62) Chambre Gestion de fait des deniers de la commune d Hénin-Beaumont Jugement n 2012-0001 Trésorerie de Hénin-Beaumont municipale (62) Exercices 2006 à 2007 Audience publique du 10 janvier 2012 Lecture publique

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES 1 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1505324 M. E M. Yann Livenais Juge des référés Ordonnance du 7 juillet 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés Vu la procédure suivante

Plus en détail

Numéro du rôle : 618. Arrêt n 65/94 du 14 juillet 1994 A R R E T

Numéro du rôle : 618. Arrêt n 65/94 du 14 juillet 1994 A R R E T Numéro du rôle : 618 Arrêt n 65/94 du 14 juillet 1994 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 335, 3, alinéa 3, du Code civil posée par le tribunal de première instance de Nivelles.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 06MA01524 Inédit au recueil Lebon M. GUERRIVE, président Mme Sylvie CAROTENUTO, rapporteur Mme BUCCAFURRI, commissaire du gouvernement SELARL BURLETT PLENOT SUARES

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

SERVICE ACCESSIBILITE UNIVERSELLE

SERVICE ACCESSIBILITE UNIVERSELLE SERVICE ACCESSIBILITE UNIVERSELLE Responsable : Nicolas MERILLE Conseillère technique : Stéphanie BAUNEZ Secrétaire : Nadia KOSTIOUTCHIC Fax : 01.40.78.69.56 Destinataire : Délégation départementale APF

Plus en détail

LA REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D ILE-DE-FRANCE

LA REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D ILE-DE-FRANCE S3/2120024/SH 1/5 Commune de DUGNY (093 104 030) 8 ème section N /G/171/11 0274 R Jugement n 2012-0004 J Audience du 12 janvier 2012 Lecture du 9 février 2012 LA REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 11DA01951 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. Hubert Delesalle, rapporteur M. Moreau, rapporteur public SELARL LÉTANG &ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES PREMIERE CHAMBRE PREMIERE SECTION Arrêt n 70023 DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE ET DU DEPARTEMENT DE PARIS (Ancienne direction des services fiscaux

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 269102 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 8ème et 3ème sous-sections réunies M. Martin, président M. Thomas Andrieu, rapporteur M. Olléon, commissaire du gouvernement SCP ROGER,

Plus en détail

Titre Ier : DISPOSITIONS MODIFIANT LE CODE DE COMMERCE

Titre Ier : DISPOSITIONS MODIFIANT LE CODE DE COMMERCE Décret n 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l'application de l'ordonnance n 2014-3... Page 1 sur 26 JORF n 0150 du 1 juillet 2014 page 10834 texte n 9 DECRET Décret n 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 1009532,1009581,1009835 1009854,1100431 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 1009532,1009581,1009835 1009854,1100431 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 1009532,1009581,1009835 1009854,1100431 Mme Marie-Thérèse DORMEUIL et autres ASSOCIATION A.N.C.A. Mme Dominique PETIET et autres COMMUNE DU PLESSIS-TREVISE ASSOCIATION

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 1430948/5-1. SOCIETE P. B. ET ASSOCIES et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 1430948/5-1. SOCIETE P. B. ET ASSOCIES et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1430948/5-1 SOCIETE P. B. ET ASSOCIES et autres M. Guiader Rapporteur M. Martin-Genier Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

M. Frouin (président), président SCP Fabiani, Luc-Thaler et Pinatel, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Frouin (président), président SCP Fabiani, Luc-Thaler et Pinatel, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 8 juillet 2015 N de pourvoi: 14-15979 Publié au bulletin Rejet M. Frouin (président), président SCP Fabiani, Luc-Thaler et Pinatel, SCP Masse-Dessen,

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT Université d Orléans 045 098 982 Exercices 2009 à 2010 Audience publique du 2 avril 2013 Jugement n 2013-0006 Lecture publique en date du 30 avril 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT LA CHAMBRE RÉGIONALE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES ------- SEPTIEME CHAMBRE ------- DEUXIEME SECTION ------- Arrêt n 69152 SERVICE DU CONTROLE BUDGÉTAIRE ET COMPTABLE PLACÉ AUPRÈS DU MINISTRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Ils ne peuvent porter que sur des marchandises appartenant à des commerçants.

Ils ne peuvent porter que sur des marchandises appartenant à des commerçants. Art. 1 er. - Le warrant et sa cédule sont des titres de commerce, transmissibles par endossement. Ils ne peuvent porter que sur des marchandises appartenant à des commerçants. Art. 2. - Les warrants et

Plus en détail

Audience publique du 12 juin 2014 Rejet Mme ALDIGÉ, conseiller le plus ancien non empêché, faisant fonction de président

Audience publique du 12 juin 2014 Rejet Mme ALDIGÉ, conseiller le plus ancien non empêché, faisant fonction de président CIV. 2 FB COUR DE CASSATION Audience publique du 12 juin 2014 Rejet Mme ALDIGÉ, conseiller le plus ancien non empêché, faisant fonction de président Pourvoi n o X 13-20.358 Arrêt n o F-P+B R É P U B L

Plus en détail

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10020534 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mlle O. M. d Haëm Président de section

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10020534 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mlle O. M. d Haëm Président de section COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE N 10020534 Mlle O. M. d Haëm Président de section RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour nationale du droit d asile (Division 5) Audience du 20 juin 2011

Plus en détail

La Fédération morbihannaise de la libre pensée demande au Tribunal :

La Fédération morbihannaise de la libre pensée demande au Tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES GVV/afd N 1203099, 1204355, 1204356 Fédération morbihannaise de la libre pensée, Mme C...B..., et M. A...D... M. Vergne Rapporteur M. Report Rapporteur public RÉPUBLIQUE

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012 Recours 12/08 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012 Dans l affaire enregistrée sous le n 12-08 ayant pour objet un recours introduit le 29 février 2012 pour

Plus en détail

tous deux comparants par la SELARL DUMONS & Associés, Société d avocats au barreau de NOUMEA,

tous deux comparants par la SELARL DUMONS & Associés, Société d avocats au barreau de NOUMEA, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 04/00282 Présidente : Mme LE TAILLANTER RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Corinne LEROUX Jugement du 21 Juillet 2006 PARTIES EN CAUSE : DEMANDEURS

Plus en détail

II. Par une requête enregistrée le 30 septembre 2014 sous le n 1404634 et le mémoire

II. Par une requête enregistrée le 30 septembre 2014 sous le n 1404634 et le mémoire TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE TOULOUSE N 1404603-1404634-1404883-1405315-1405550 SAS Clinique Sarrus Teinturiers c/ CHU de Toulouse Mme Fabien Président rapporteur M. Guével Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

Me Ricard, SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Ricard, SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-13087 Non publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Ricard, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES YS/LD N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme M. Simon Magistrat désigné Audience du 21 mai 2013 Lecture du 18 juin 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail