Le stockage. Pour plus de renseignements : Aspects Techniques et Réglementaires Fiche technique. sommaire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le stockage. www.lefioul.com. Pour plus de renseignements : Aspects Techniques et Réglementaires Fiche technique. sommaire"

Transcription

1 Le stockage du FIOUL DOMESTIQUE Aspects Techniques et Réglementaires Fiche technique Edition novembre 2009 sommaire Pour plus de renseignements : p.3 Entretien et rénovation p.11 Livraison et suivi des consommations p.14 Contraintes et dispositions réglementaires liées à l abandon d un réservoir p.15 Appelez LE CENTRE D INFORMATION sur le Chauffage et les Économies d Énergie Association Chauffage Fioul - Crédits photos : Getty Images - Progalva - Jupiter Images - 11/09 Cette fiche a pour objectif de fournir les informations essentielles concernant le stockage du fioul domestique et les aspects réglementaires liés à l application de l arrêté du 1 er juillet Celui-ci fixe les règles techniques et de sécurité applicables au stockage de produits pétroliers dans les lieux non visés par la législation des installations classées ni la réglementation des établissements recevant du public. Cette fiche décrit les principales solutions envisageables pour réaliser une installation neuve. Elle explicite les techniques de rénovation des cuves et les possibilités de suivi et de contrôle des consommations. Elle attire l attention sur les contraintes réglementaires imposées lors de l abandon d un stockage. A S S O C I A T I O N C H A U F F A G E Association Chauffage Fioul Pour la promotion des solutions Fioul innovantes 135, avenue de Wagram Paris - L énergie est notre avenir, économisons-la!

2 LE stockage du FIOUL DOMESTIQUE Sommaire Différents types de réservoirs p.3 Tuyauteries et équipements p.3 Principales règles d installation p.4 Stockage non enterré en plein air p.4 Stockage non enterré dans un bâtiment p.5 Stockage non enterré - capacité maximale de 2500 litres p.5 Stockage non enterré - capacité supérieure à 2500 litres p.6 Stockage en fosse p.7 Stockage enterré p.8 Réservoirs en matières plastiques p.9 Certificat de conformité et essais p.10 Entretien et rénovation p.11 Nettoyage et contrôle des réservoirs p.12 Nettoyage et contrôle visuel p.12 Contrôle par ultrasons p.12 Rénovation des réservoirs p.13 Revêtement intérieur en plastiques renforcés p.13 Livraison et suivi des consommations Conditions de livraison p.14 Limiteur de remplissage p.14 Téléjaugeage p.14 Contraintes et dispositions réglementaires liées à l abandon d un réservoir Dégazage des réservoirs p.15 Neutralisation des réservoirs p.15 de fioul domastique Différents types de réservoirs Type de réservoir Implantation Catégorie Capacité Norme Récipient transportable Non enterré Ordinaire 50 à 200 l En acier type léger Non enterré Ordinaire < à l NF M En acier paroi simple Non enterré Ordinaire à l NF M En fosse A sécurité renforcée EN En acier double paroi Enfoui A sécurité renforcée à l NF M EN En acier parallélépipédique Non enterré Ordinaire à l NF E En acier et revêtement plastique intérieur En acier et revêtement plastique intérieur Enfoui A sécurité renforcée à l NF M & NF M Enfoui A sécurité renforcée à l NF M En matières plastiques (*) Non enterré Ordinaire 500 à l NFM EN En plastiques renforcés de verre Enfoui A sécurité renforcée à l NF M EN & 2 (*) Les réservoirs à enveloppe secondaire en matières plastiques doivent avoir satisfait à un test de résistance au feu. Tuyauteries et équipements L équipement de base d un réservoir de fioul domestique, situé au même niveau que le générateur, se compose des éléments suivants : 1 tuyauterie de remplissage DN 50 au minimum, fermée par un bouchon de sécurité. 1 dispositif anti-débordement. 1 tuyauterie d évent DN 25 au minimum. 1 tuyauterie d aspiration avec clapet de pied. clapet anti-siphon, vanne d isolement et préfiltre. 1 tuyauterie de retour avec clapet anti-retour. 1 dispositif de jaugeage ou de téléjaugeage. 1 vanne police si la capacité du réservoir est supérieure à litres. La liaison équipotentielle du réservoir, de ses canalisations et accessoires et leur mise à la terre. Équipement d un réservoir Tous ces éléments peuvent être métalliques ou en tout autre matériau résistant aux hydrocarbures. 2 3

3 Installation nouvelle Principales règles d installation 1 Stockage non enterré en plein air 2 Stockage non enterré dans un bâtiment Lorsque le stockage est en plein air, le réservoir doit être opaque et conçu pour stocker des produits pétroliers en extérieur. Il doit disposer obligatoirement d une enveloppe secondaire ou être placé dans une cuvette de rétention. Le passage de canalisations (alimentation en eau potable, eaux usées, gaz, électricité ) autres que celles nécessaires à l exploitation du stockage est interdit sous les réservoirs et dans les cuvettes de rétention. L entreposage de matières inflammables à moins d un mètre est interdit. Lorsque le stockage a une capacité supérieure à litres, il doit être clôturé sur 1,75 m de hauteur. La cuvette de rétention doit être étanche aux hydrocarbures. Elle peut être métallisée ou maçonnée. Sa capacité minimale doit être au moins égale à la plus grande des deux valeurs suivantes : 100 % de la capacité du plus grand réservoir, 50 % de la capacité totale des réservoirs. Les règles d installation sont différentes selon le volume du stockage. Stockage non enterré Capacité maximale de litres Le stockage peut être implanté en rez de chaussée ou en sous-sol. Le local doit être convenablement ventilé. Il doit pouvoir être fermé par une porte pare-flammes de degré un quart d heure. Les murs, planchers haut et bas doivent être coupe-feu de degré une demi-heure. Les réservoirs peuvent être métalliques ou en matières plastiques. Ils doivent être posés sur un sol plan et maçonné. La cuvette de rétention ou l enveloppe secondaire sont obligatoires. Dans le cas d une enveloppe secondaire en matières plastiques celle-ci doit avoir satisfait à un test de résistance au feu. Les réservoirs doivent être implantés à un mètre minimum des générateurs. Si le local sert également de garage, le stockage doit être protégé contre tout choc éventuel. Réservoir en plein air Réservoir plastique à enveloppe secondaire plastique ou métallique. Capacité maximale litres. Réservoir métallique, cuvette de rétention métallique. Capacité maximale litres. 4 5

4 3 Stockage en fosse Stockage non enterré - Capacité supérieure à litres Le local stockage est obligatoire quelle que soit la constitution du réservoir (métallique ou matières plastiques). Les murs, planchers haut et bas doivent être coupe-feu de degré deux heures. Le local doit être fermé par une porte pare-flammes de degré une heure s ouvrant vers l extérieur. Elle doit être munie d un système de fermeture automatique et d un dispositif permettant dans tous les cas son ouverture de l intérieur. Elle doit comporter un seuil si le local lui-même fait office de cuvette de rétention. Le local doit être convenablement ventilé par une arrivée d air frais de 1 dm 2 au moins. Il est interdit d y entreposer des matières combustibles autres que les produits pétroliers stockés. Le stockage peut être constitué de réservoirs de même nature, de même capacité et de même hauteur jusqu à une capacité globale maximale de litres. Le stockage en fosse est constitué par un réservoir métallique de type ordinaire placé dans une fosse étanche. La fosse peut être située : soit à l extérieur d un bâtiment, enterrée ou au niveau du sol, soit à l intérieur d un bâtiment, enterrée au niveau le plus profond, en sous-sol ou au rez-de-chaussée sous réserve que le bâtiment ne comporte aucun espace vide sous la fosse autre que le vide sanitaire. La fosse doit être revêtue, à l intérieur, d un enduit étanche à l eau et aux produits pétroliers. Elle doit former une retenue d une capacité au moins égale à celle du réservoir. La fosse n est pas remblayée afin de pouvoir vérifier toute absence de fuite du réservoir. Elle doit comporter un regard permettant de contrôler le point bas du radier et être couverte par une dalle incombustible. Le passage de canalisations (alimentation en eau potable, eaux usées, gaz, électricité ) autres que celles nécessaires à l exploitation du stockage est interdit dans et sous la fosse. Réservoirs plastiques en batterie à enveloppe secondaire plastique ou métallique. Capacité maximale litres. Réservoir métallique simple paroi, local formant cuvette de rétention. Capacité maximale litres. Réservoir métallique en fosse. 6 7

5 4 Stockage enterré Les réservoirs doivent obligatoirement être à sécurité renforcée, soit en acier à double paroi, soit en acier à simple paroi avec revêtement extérieur en béton, soit en acier à revêtement interne en plastiques renforcés, soit en acier à enveloppe intérieure en matière plastique, soit enfin en plastiques renforcés au verre. Les réservoirs peuvent être enterrés à l extérieur ou à l intérieur d un bâtiment. Si le stockage est situé à l intérieur d un bâtiment, il doit être implanté au niveau le plus bas. Une distance de 0,5 m doit exister entre les parois des réservoirs et la limite de propriété. Le passage de véhicules ou le dépôt de charges au dessus du stockage est interdit, sauf s il existe un plancher ou une dalle de résistance suffisante. Le passage de canalisations (alimentation en eau potable, eaux usées, gaz, électricité, ) autres que celles nécessaires à l exploitation du stockage est interdit à moins de 0,50 m du réservoir. Les réservoirs, s ils sont en acier, doivent être protégés et isolés électriquement de manière à éviter toute corrosion. L amarrage des réservoirs à un radier en béton est obligatoire s il y a risque de déplacement dû aux eaux ou aux trépidations. Réservoir enterré Réservoirs en matières plastiques Les matériaux synthétiques sont de plus en plus utilisés pour la fabrication des réservoirs, particulièrement pour les petites capacités destinées à un usage domestique. Le polyéthylène haute densité (PEHD) Ce materiau translucide ou teinté dans la masse est mis en œuvre selon deux technologies : l extrusion-soufflage ou le rotomoulage. C est un matériau léger, inaltérable et très résistant aux chocs. Il est utilisé pour la fabrication des réservoirs aériens de type ordinaire. Les réservoirs fabriqués en PEHD sont disponibles de 500 à litres de capacité unitaire. Ils peuvent intégrer une enveloppe secondaire métallique ou plastique, celle-ci doit avoir satisfait à un test de résistance au feu. Ils peuvent être mis en batterie jusqu à litres pour constituer des stockages plus importants. Ils peuvent être installés à l intérieur des bâtiments ou à l extérieur dans les conditions décrites pages 4,5 et 6. Pendant la phase transitoire d application de la norme harmonisée NF EN 13341, les réservoirs fabriqués en PEHD doivent être détenteurs du certificat de conformité à la marque NF Stockage pétrolier réservoirs en matières plastiques. Les résines thermodurcissables renforcées de fibres de verre Elles sont utilisées pour la fabrication des réservoirs de type à sécurité renforcée destinés à être enfouis. D une résistance mécanique très élevée, ce matériau incorrodable est adapté aux sols les plus agressifs. Les réservoirs fabriqués en plastiques renforcés de verre sont disponibles de à litres. Ils doivent être installés dans les conditions décrites page 8. La conformité de ces réservoirs à la norme XP M doit être constatée par l attribution du certificat de conformité à la marque NF Stockage pétrolier - réservoirs en matières plastiques. A l extérieur du bâtiment : réservoir aérien en matière PEHD à enveloppe secondaire plastique. A l intérieur du bâtiment : réservoir aérien en PEHD à enveloppe secondaire plastique. Réservoir enterré en plastiques renforcés de fibres de verre. Attention, pour les stockages enterrés, l évent doit déboucher au-dessus du niveau du sol. 8 9

6 Entretien et rénovation Certificat de conformité et essais Avant la première mise en service de l installation, l installateur procède à un essai permettant de certifier que celle-ci est étanche (réservoirs et canalisations). Après cet essai, l installateur fournit au maître d ouvrage de l installation un dossier comprenant les documents suivants : le certificat de conformité de l installation aux dispositions du présent arrêté, une copie du présent arrêté, la documentation spécifique à chaque équipement, un livret d entretien. Un exemplaire du certificat de conformité est gardé par l installateur. Le certificat de conformité doit au moins comprendre la mention suivante : L installation située à (adresse) et composée de (x) réservoir(s) d une capacité globale de (x xxx) litres est conforme aux dispositions de la réglementation technique et de sécurité en vigueur à la date du présent certificat. Le certificat doit aussi comprendre : les nom et adresse de l installateur, les coordonnées du maître d ouvrage, les caractéristiques de chaque réservoir : nature (métallique, matière plastique), dimensions, capacité en litres, le numéro de série, la mention de conformité de chaque réservoir à la norme correspondante, la date de l installation, la référence du présent arrêté. Obligation Il appartient à l utilisateur de l installation d entretenir celle-ci de manière à éviter tout épandage de produit. Conseil Après 20 à 30 ans d utilisation, il est normal de trouver au fond des réservoirs une présence d eau et de sédiments. Cette présence d eau est due au phénomène de «respiration» des réservoirs, la condensation de la vapeur d eau sur les parois ruisselle et se localise au bas du réservoir. Bien que leur présence soit infinitésimale, certains sédiments présents dans le fioul domestique, se déposent par gravité au fond des réservoirs pour former ce que l on appelle des boues. Ces phénomènes, lorsqu ils atteignent un seuil critique, se traduisent concrètement par des colmatages répétitifs des filtres ou la présence d eau à la pulvérisation du fioul. La solution qui consiste à raccourcir la tubulure d aspiration ne peut être qu une solution provisoire de dépannage. Seul un nettoyage du réservoir permettra de mettre fin à ces dysfonctionnements. A l occasion de ce nettoyage, il sera judicieux de procéder à un contrôle visuel du bon état du réservoir. En tout état de cause, il est conseillé de procéder à un nettoyage et à un contrôle des réservoirs tous les 15 ans. Remarque importante Il n existe aucune obligation de contrôle, vérification et ré-épreuve des stockages ne relevant pas du régime des installations classées pour la protection de l environnement

7 Entretien et rénovation Entretien et rénovation Nettoyage et contrôle des réservoirs Les différentes techniques de nettoyage et de rénovation, présentées ci-après, s appliquent à l ensemble des stockages métalliques. 1 Nettoyage et contrôle visuel Démontage du trou d homme et des canalisations. Pompage du fioul restant dans le réservoir et stockage en camion citerne le temps de l intervention. Pompage des résidus. Nettoyage manuel avec raclette caoutchouc et chiffons. Inspection visuelle (état de corrosion ou défaut d étanchéité). Remontage du trou d homme avec boulonnerie et joint neuf. Remise en place du produit repompé. 2 Contrôle par ultrasons Le procédé consiste à créer un vide partiel à l intérieur du réservoir après y avoir placé deux capteurs, l un au dessus du fioul, l autre dans le fioul. Dès que la dépression est suffisante la moindre fuite génère des signaux ultrasonores qui, convertis en fréquences audibles, sont perçus par l opérateur. Ce procédé, rapide à mettre en œuvre, très fiable, permet de détecter des fuites de quelques ml par heure. Pour les réservoirs en acier à double paroi, un fluide antigel non toxique et non corrosif remplit l espace entre les parois. En cas de fuite, un dispositif de sécurité déclenche une alarme optique et sonore. Tout réservoir ou canalisation en service dont le manque d étanchéité est constaté doit être immédiatement réparé ou remplacé. Rénovation des réservoirs Il existe deux techniques courantes de réfection des réservoirs. La première consiste à appliquer un revêtement en plastiques renforcés à l intérieur du réservoir (résine). La seconde à mettre en place une enveloppe en matière plastique à l intérieur du réservoir (baudruche). 1 Revêtement intérieur en plastiques renforcés (résine) Le procédé d application doit être conforme à la norme NF M et mis en œuvre par un applicateur agréé par le fabricant du procédé. Détail de l opération : Phase de nettoyage identique à celle décrite page 12. La mise en œuvre de ces techniques de rénovation Dégazage et dégraissage du réservoir. constitue en soi une mise Préparation des surfaces internes et colmatage en conformité aux des perforations. exigences de protection Séchage du réservoir. de l environnement Application d une couche d accrochage. d un stockage fioul Application de la résine thermodurcissable armée enterré, en l assimilant à de fibres de verre. un réservoir à sécurité renforcée. Application de la couche de finition et séchage. Inspection visuelle du revêtement. Remontage du trou d homme avec boulonnerie et joint neufs. Il est également possible d installer une enveloppe intérieure en matière plastique appelée couramment «baudruche». Ce procédé d application doit être conforme à la norme NF M et mis en œuvre par un applicateur agréé par le fabricant du procédé

8 Livraison et suivi des consommations Conditions de livraison Il appartient à l utilisateur de l installation de vérifier la quantité admissible préalablement à toute commande. Dans le cas où le livreur est autorisé à accéder au stockage, il doit s assurer avant de commencer l opération de livraison que les réservoirs ont suffisamment de volume disponible pour recevoir la quantité commandée par l utilisateur. Les conditions de dépotage sont fixées par l arrêté du 26 avril 1996 en application de l article R du code du travail. Elles portent sur les règles de sécurité applicables aux opérations de chargement et de déchargement effectuées par une entreprise extérieure. Le jaugeage direct ne doit pas être effectué pendant le remplissage du réservoir. Limiteur de remplissage Tout réservoir équipé d un raccord de remplissage normalisé du type NF E doit être muni d un dispositif évitant tout risque de débordement lors des opérations de remplissage. Le limiteur de remplissage répond à cette exigence. Il a pour objectif d éviter tout débordement lorsque le creux du réservoir est inférieur à la quantité de produit commandé. Son principe est fondé sur un système à flotteur qui bloque automatiquement le remplissage du réservoir à un niveau légèrement inférieur à son maximum. Un dispositif complémentaire de décompression permet de vider complètement les flexibles et la canalisation de remplissage. Bien qu il ne devienne pas obligatoire sur les réservoirs existants qui n en sont pas munis, il est judicieux de réaliser l installation d un limiteur de remplissage lors d un nettoyage ou d une rénovation du stockage, la mise en place de certains modèles nécessitant la dépose de la plaque de trou d homme. Téléjaugeage Les systèmes de téléjaugeage permettent aux gestionnaires ou aux distributeurs de fioul de se libérer de la surveillance physique des stockages, les mettant à l abri des pannes sèches en leur permettant également de rationaliser leurs approvisionnements ou d optimiser leurs livraisons. Ces systèmes nécessitent la mise en place sur le réservoir d une sonde reliée à un boîtier électronique. Ce dernier utilise une ligne téléphonique pour transmettre l état du niveau de fioul à un micro-ordinateur. Ce micro peut être implanté chez le fournisseur de fioul ou dans le service gestionnaire d énergie. Des équipements plus simples existent pour les installations domestiques. Ils utilisent une sonde couplée à un émetteur radio monté sur le réservoir. L information est transmise à un récepteur-afficheur placé à l intérieur de l habitation. Contraintes et dispositions réglementaires liées à l abandon d un réservoir Ces dispositions s appliquent à tous les réservoirs. Lorsqu un réservoir doit être abandonné, afin d éviter tout risque de formation de vapeurs, il est obligatoirement : Vidangé, nettoyé et dégazé. Neutralisé en comblant par un produit ou un matériau recouvrant toute la surface de la paroi interne du réservoir ou retiré. L entreprise qui effectue ces opérations doit fournir un certificat à l utilisateur garantissant la conformité des opérations d inertage du réservoir. Dégazage des réservoirs Le dégazage du réservoir est réalisé soit par air, soit par vapeur. Le dégazage à l air ne permet qu une intervention momentanée par aspiration des vapeurs de l enceinte à dégazer avec un débit de l ordre de 500 m 3 /h. Cette opération ne convient pas pour un abandon définitif. Le dégazage à la vapeur, plus coûteux, est quant à lui définitif. La vapeur est produite par une chaudière monobloc mobile à petit débit. La production de vapeur nécessaire et suffisante est d environ 100 kg/h sous une pression de 0.5 bar. Le test primordial est celui de l explosimètre qui doit être effectué avant et après le dégazage afin d éviter tous les risques d explosion. Neutralisation des réservoirs Tout d abord les tuyauteries doivent être débranchées, obturées par des bouchons vissés bloqués. La neutralisation du réservoir peut être réalisée de 2 manières : soit entièrement rempli d un produit ou d une matière inerte, Afin de se garder la possibilité d un réemploi ultérieur du stockage, il est possible de le combler avec du sablon ou un fluide antigel non toxique et non corrosif. soit le réservoir est retiré. Son transport et sa destruction doivent être réalisés par une société agréée. Les responsabilité de l entreprise de chauffage est engagée. Lors de la modification d une installation impliquant l abandon d un stockage, l entreprise réalisant les travaux doit s assurer (elle engage sa responsabilité) que les travaux inhérents à l abandon du réservoir ont bien été effectués

LE STOCKAGE DU FIOUL DOMESTIQUE Aspects Techniques et Réglementaires Fiche technique

LE STOCKAGE DU FIOUL DOMESTIQUE Aspects Techniques et Réglementaires Fiche technique LE STOCKAGE DU FIOUL DOMESTIQUE Aspects Techniques et Réglementaires Fiche technique Edition novembre 2009 sommaire Installation d un stockage de fioul domestique p.3 Entretien et rénovation p.11 Livraison

Plus en détail

LE STOCKAGE DU FIOUL DOMESTIQUE

LE STOCKAGE DU FIOUL DOMESTIQUE FICHE TECHNIQUE N 2 Édition septembre 2004 LE STOCKAGE DU FIOUL DOMESTIQUE ASPECTS TECHNIQUES ET RÉGLEMENTAIRES Cette fiche a pour objectif de fournir les informations essentielles concernant le stockage

Plus en détail

Le stockage du fioul domestique

Le stockage du fioul domestique Le stockage du fioul domestique Aspects Techniques et Réglementaires Édition décembre 01 Fiche technique Avant propos Le stockage du fioul domestique garantit à ses utilisateurs l indépendance énergétique

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13 Stockage de liquides inflammables Installations non classées pour la protection de l environnement Arrêté du 1er juillet 2004 fixant les règles techniques

Plus en détail

ROTHALEN, ROTHALEN PLUS ET DWT

ROTHALEN, ROTHALEN PLUS ET DWT (FRANÇAIS) ROTHALEN, ROTHALEN PLUS ET DWT INSTRUCTIONS DE TRANSPORT, D EMPLACEMENT ET D INSTALATION CES INSTRUCTIONS S APPLIQUE UNIQUEMENT DANS LE TERRITOIRE FRANÇAIS ET SE BASE SUR LES DIRECTIVES DE FABRICATION

Plus en détail

STOCKAGE ET ALIMENTATION FIOUL J-M R. D-BTP

STOCKAGE ET ALIMENTATION FIOUL J-M R. D-BTP STOCKAGE ET ALIMENTATION FIOUL J-M R. D-BTP 006 Généralité L alimentation en fioul des brûleurs se fait à partir d une cuve, dans laquelle le fioul est puisé par la pompe du brûleur. Le stockage du fioul

Plus en détail

LE STOCKAGE DU FIOUL DOMESTIQUE :

LE STOCKAGE DU FIOUL DOMESTIQUE : FICHE TECHNIQUE N 2 Édition septembre 2002 LE STOCKAGE DU FIOUL DOMESTIQUE : ASPECTS TECHNIQUES ET RÉGLEMENTAIRES Cette fiche a pour objectif de fournir toutes les informations utiles concernant les techniques

Plus en détail

Prévention LE STOCKAGE DE CARBURANT. Infos SOMMAIRE : LE STOCKAGE DE CARBURANT

Prévention LE STOCKAGE DE CARBURANT. Infos SOMMAIRE : LE STOCKAGE DE CARBURANT Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 16 Janvier 2011 Infos Prévention LE STOCKAGE DE CARBURANT SOMMAIRE : LE STOCKAGE DE CARBURANT 1- Les lieux de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 17 octobre 2007 modifiant l arrêté du 2 mai 2002 modifié relatif aux prescriptions

Plus en détail

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES NOUVELLES RÈGLES SOMMAIRES POUR LE STOCKAGE DES PRODUITS PÉTROLIERS Depuis septembre 2006, suivant le décret de Juillet 2004 STOCKAGE AU REZ-DE-CHAUSSEE OU EN SOUS-SOL D'UN BATIMENT Les réservoirs et équipements

Plus en détail

Manuel d utilisation des chauffe-eau solaires

Manuel d utilisation des chauffe-eau solaires Manuel d utilisation des chauffe-eau solaires 1. Qu'est-ce qu'un chauffe-eau solaire? Le chauffe-eau solaire se substitue aux chauffe-eau électriques et chauffe-eau à gaz pour permettre aux occupants d'un

Plus en détail

GUIDE D INSTALLATION CITERNE ENTERREE. L énergie d un leader

GUIDE D INSTALLATION CITERNE ENTERREE. L énergie d un leader GUIDE D INSTALLATION CITERNE ENTERREE L énergie d un leader Sommaire - Choix de l emplacement de la citerne 3 - Fosse de pose de la citerne 4 - Mise en place de la citerne 5 Pose de la citerne Remblayage

Plus en détail

Réf. : 3478F - 4.33 / a - 02.01. BIOSANIT Stations de relevage pour eaux usées. Installation et maintenance

Réf. : 3478F - 4.33 / a - 02.01. BIOSANIT Stations de relevage pour eaux usées. Installation et maintenance Cette notice doit être transmise à l utilisateur final Installation et maintenance SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITES...5 2 - UTILISATION...5 3 - CARACTÉRISTIQUES...5 4 - MANUTENTION...5 5 - STOCKAGE...5 6 - INSTALLATION...5

Plus en détail

STOCKAGE DES ENGRAIS LIQUIDES A LA FERME

STOCKAGE DES ENGRAIS LIQUIDES A LA FERME Document de travail Juillet 2007 STOCKAGE DES ENGRAIS LIQUIDES A LA FERME LA REGLEMENTATION Réglementation des Installations Classées (ICPE) RSD 100 m3 Déclaration Autorisation 100

Plus en détail

Réservoirs fioul en polyéthylène

Réservoirs fioul en polyéthylène Réservoirs fioul en polyéthylène Expérience et compétence pour votre sécurité Bien Vivre l Energie Développement Fabrication Système... tout de la même source Réservoirs fioul Roth Avantages décisifs pour

Plus en détail

Décision d'approbation de modèle ne 99.00.462.005.1 du 26 avril 1999

Décision d'approbation de modèle ne 99.00.462.005.1 du 26 avril 1999 Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Secrétariat d Etat à l Industrie Décision d'approbation de modèle ne 99.00.462.005.1 du 26 avril 1999 Direction de l action régionale et de la petite

Plus en détail

Systèmes de pression d eau 2.9 et 3.5 et 5.2 montés sur un moteur à courant continu de 12/24 V

Systèmes de pression d eau 2.9 et 3.5 et 5.2 montés sur un moteur à courant continu de 12/24 V Systèmes de pression d eau 2.9 et 3.5 et 5.2 montés sur un moteur à courant continu de 12/24 V Applications typiques Les systèmes WPS 3.5/5.2 UNO et WPS 2.9/3.5 UNO MAX sont des pompes volumétriques à

Plus en détail

RÉCEPTION À TITRE ISOLÉ

RÉCEPTION À TITRE ISOLÉ DIRECTION RÉGIONALE DE L INDUSTRIE, RTI 3.7.1 DE LA RECHERCHE ET DE L ENVIRONNEMENT 01/10/2006 RHÔNE-ALPES DCT-S2-06-641 RÉCEPTION À TITRE ISOLÉ CHANGEMENT DE SOURCE D ÉNERGIE ÉQUIPEMENT AU GAZ DE PÉTROLE

Plus en détail

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine RECOMMANDATIONS recommandations de GESTION DES PRODUITS DE SANTÉ SOUMIS À LA CHAÎNE DU FROID ENTRE +2 C ET +8 C À L OFFICINE édition de décembre 2009 SOMMAIRE 1 Introduction 3 2 Respect des engagements

Plus en détail

CCH 2004-01. CAHIER DES CHARGES AFG Novembre 2006

CCH 2004-01. CAHIER DES CHARGES AFG Novembre 2006 CAHIER DES CHARGES AFG Novembre 2006 Edition : 3 Dispositifs indémontables robinet de sécurité à obturation automatique intégrée / tuyau flexible métallique onduleux XP E 29-140 / NF D 36-121 Sommaire

Plus en détail

Volume cumulé d au moins 3.000 litres

Volume cumulé d au moins 3.000 litres Volume cumulé d au moins 3.000 litres La réglementation sur les hydrocarbures présentée dans ce chapitre concerne les installations de distribution d hydrocarbures destinés à l alimentation d un parc de

Plus en détail

Systèmes de Conduits Collectifs pour Chaudières Étanches en Pression (3CEp)

Systèmes de Conduits Collectifs pour Chaudières Étanches en Pression (3CEp) Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe Spécialisé n 14 Installations de Génie Climatique et Installations Sanitaires Systèmes de Conduits Collectifs pour Chaudières Étanches en Pression

Plus en détail

Citernes à mazout enterrées

Citernes à mazout enterrées Citernes à mazout enterrées Respecter les conditions d utilisation ok, à faire interdit, à éviter SAUF = exceptions, dérogations = pourquoi? informations complémentaires Cliquez sur ces logos dans le document

Plus en détail

Programme de Promotion de l Utilisation du Chauffe-eau Solaire en Tunisie

Programme de Promotion de l Utilisation du Chauffe-eau Solaire en Tunisie Programme de Promotion de l Utilisation du Chauffe-eau Solaire en Tunisie ANNEXE 1 Spécifications Techniques d admissibilité des chauffe-eau solaires au programme Page 1 sur 5 1- Admissibilité des chauffe-eau

Plus en détail

Electricité et câblage de l immeuble

Electricité et câblage de l immeuble FICHE TECHNIQUE Electricité et câblage de l immeuble 2 4 5 CONNAÎTRE > Le réseau électrique > Les réseaux téléphoniques et de télévision REGARDER > La prise de terre > Les gaines techniques > Les installations

Plus en détail

LA PROTECTION INCENDIE

LA PROTECTION INCENDIE Roger Cadiergues MémoCad ma35.a LA PROTECTION INCENDIE SOMMAIRE ma35.1. La protection incendie ma35.2. Les composants de la protection incendie ma35.3. L organisation du compartimentage ma35.4. Les concepts

Plus en détail

Vu la loi modifiée du 21 juin 1976 relative à la lutte contre la pollution de l atmosphère ;

Vu la loi modifiée du 21 juin 1976 relative à la lutte contre la pollution de l atmosphère ; Projet de règlement grand-ducal complétant les annexes I, II et III du règlement grandducal modifié du 24 février 2003 concernant la mise en décharge des déchets Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc

Plus en détail

Calendrier d application

Calendrier d application Calendrier d application Publication de l amendement A1 de la norme NF EN 12566-1 Marquage obligatoire pour la première mise sur le marché (fabricants) Marquage obligatoire pour la deuxième mise sur le

Plus en détail

STOCKAGE & MANUTENTION DES LUBRIFIANTS

STOCKAGE & MANUTENTION DES LUBRIFIANTS Pages Réglementation et bonnes pratiques de stockage 8 Cuves et réservoirs 9 Equipements de manutention de fûts 10 Solutions de rétention 11-13 Solutions de stockage et de distribution 14-17 7 Réglementation

Plus en détail

CREDIT MUNICIPAL DE PARIS

CREDIT MUNICIPAL DE PARIS MAÎTRE DE L OUVRAGE CREDIT MUNICIPAL DE 75004 - OPERATION AMENAGEMENT DE DEUX SALLES INFORMATIQUES DOCUMENT CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) LOT 8 TRAVAUX DE CLIMATISATION DOSSIER

Plus en détail

Stockage des hydrocarbures

Stockage des hydrocarbures Stockage des hydrocarbures Nitrawal asbl Dimitri Wouez Stockage des hydrocarbures Plan Contexte Mazout de roulage Capacité > 3000 litres Capacité < 3000 litres Mazout de chauffage Stockage des hydrocarbures

Plus en détail

SECURIBOX série H GARANTIE

SECURIBOX série H GARANTIE GARANTIE Le coffret de dépotage est garanti sans défaut de matière et de fabrication à la date de la livraison. La garantie couvre exclusivement le produit lui-même et est limitée à sa valeur d origine.

Plus en détail

Prescriptions relatives au montage d installations temporaires de gaz de pétrole liquéfié à l extérieur, dans des chalets et sous chapiteaux

Prescriptions relatives au montage d installations temporaires de gaz de pétrole liquéfié à l extérieur, dans des chalets et sous chapiteaux Note préliminaire : La norme NBN D 51-006 est d application et sert de document de base pour notre examen. Les prescriptions ci-après reprennent certains points de la NBN D 51-006. Cependant, dans un but

Plus en détail

ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier :

ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier : : Heure FA Un exemplaire (1 ère page seulement) est à nous retourner signé L autre exemplaire est à conserver ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier : Date du RDV : Situation RENDEZ VOUS du RDV

Plus en détail

DETECTION ET ALARME INCENDIE DANS LES E.R.P

DETECTION ET ALARME INCENDIE DANS LES E.R.P DETECTION ET ALARME INCENDIE DANS LES E.R.P Le système d'alarme incendie doit permettre de signaler un sinistre et de le localiser. Il fonctionne sur une source autonome en l'absence de courant. L'action

Plus en détail

Varino et Varino Grande

Varino et Varino Grande Varino et Varino Grande Chaudières gaz à condensation modulantes de 8 % à 100 % Très Bas NOx De 65 kw à 600 kw Varino et Varino Grande L excellence en matière de chauffage La VARINO, comme la VARINO GRANDE,

Plus en détail

CODE DE BONNE PRATIQUE LORS DE LIVRAISON EN VRAC DE PRODUITS CHIMIQUES LIQUIDES

CODE DE BONNE PRATIQUE LORS DE LIVRAISON EN VRAC DE PRODUITS CHIMIQUES LIQUIDES BELGIAN ASSOCIATION OF CHEMICAL DISTRIBUTORS CODE DE BONNE PRATIQUE LORS DE LIVRAISON EN VRAC DE PRODUITS CHIMIQUES LIQUIDES RESPONSIBLE CARE Rédigé par la commission «Sécurité et Environnement» Table

Plus en détail

Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations

Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations Préambule général Le présent document constitue une note d information relative aux règles d implantation de pompes à chaleur

Plus en détail

Stockage non enterré, en plein air, des hydrocarbures sur les chantiers du BTP : Fioul-oil domestique (F.O.D.)

Stockage non enterré, en plein air, des hydrocarbures sur les chantiers du BTP : Fioul-oil domestique (F.O.D.) Fiche de sécurité D5 F 09 97 Tour Amboise 204, rond-point du Pont-de-Sèvres 92516 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél. : 08 25 03 50 50 Fax : 01 46 09 27 40 Stockage non enterré, en plein air, des hydrocarbures

Plus en détail

SP32 02-80M SP32 02-80E INFORMATIONS TECHNIQUES. Instructions de montage et de mise en service À l'usage des professionnels de la branche

SP32 02-80M SP32 02-80E INFORMATIONS TECHNIQUES. Instructions de montage et de mise en service À l'usage des professionnels de la branche INFORMATIONS TECHNIQUES Instructions de montage et de mise en service À l'usage des professionnels de la branche SP32 02-80M SP32 02-80E Caractéristiques techniques : ELECTRIQUES HYDRAULIQUES MECANIQUES

Plus en détail

Règlement Communal d Assainissement

Règlement Communal d Assainissement PARTIE II Règlement Communal d Assainissement SOMMAIRE PAGES CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES. ARTICLE 1 - OBJET DU REGLEMENT...3 ARTICLE 2 - DEVERSEMENTS INTERDITS...3 ARTICLE 3 - DEFINITION DU BRANCHEMENT...3

Plus en détail

SYSTÈME PACEA. la chaleur extérieure le bien-être intérieur. pompe à chaleur EFEX

SYSTÈME PACEA. la chaleur extérieure le bien-être intérieur. pompe à chaleur EFEX SYSTÈME PACEA la chaleur extérieure le bien-être intérieur pompe à chaleur EFEX Système PACEA Le système PACEA se compose d une pompe à chaleur EFEX et d un pilote hydro-électronique MODULOFEX ou RENOFEX

Plus en détail

Chauffages à plaquettes de bois

Chauffages à plaquettes de bois Vereinigung Kantonaler Feuerversicherungen Association des établissements cantonaux d assurance incendie Associazione degli istituti cantonali di assicurazione antincendio NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE INDUSTRIE Arrêté du 1 er juillet 2004 fixant les règles techniques et de sécurité applicables au stockage

Plus en détail

CHARTE de SERVICE ECO-TOILETTE

CHARTE de SERVICE ECO-TOILETTE CHARTE de SERVICE ECO-TOILETTE -------------- CHARTE DE SERVICE DELIVRE PAR LE SYNDICAT NATIONAL DES PROFESSIONNELS DU SANITAIRE MOBILE -------------- Afin de permettre aux utilisateurs de toilettes mobiles

Plus en détail

Notice de mise en œuvre Réservoir d eau de pluie plat Roth Twinbloc

Notice de mise en œuvre Réservoir d eau de pluie plat Roth Twinbloc Notice de mise en œuvre Réservoir d eau de pluie plat Roth Twinbloc Désignation Code Article Réservoir d eau de pluie plat TWINBLOC 1500L 1411070046 Réservoir d eau de pluie plat TWINBLOC 3500L 1411070007

Plus en détail

MARCHE DE MAINTENANCE D ACHAT D EXTINCTEURS

MARCHE DE MAINTENANCE D ACHAT D EXTINCTEURS Communauté des Communes du Pays de Colombey Et Sud Toulois 6 impasse de la Colombe 54170 COLOMBEY LES BELLES MARCHE DE MAINTENANCE D ACHAT D EXTINCTEURS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES ( C.

Plus en détail

PECS PAC 300L GB NL D PL. Préparateur d eau chaude sanitaire pour pompe à chaleur

PECS PAC 300L GB NL D PL. Préparateur d eau chaude sanitaire pour pompe à chaleur Préparateur d eau chaude sanitaire pour pompe à chaleur FR IT NI 923 823 A ~ 24/02/12 Document n 1530-1 GB NL D PL CZ 3 8 7 Notice d installation et de mise en service destinée au professionnel à conserver

Plus en détail

SEPARATEUR DEBOURBEUR HYDROCARBURES

SEPARATEUR DEBOURBEUR HYDROCARBURES PREAMBULE : Un séparateur à hydrocarbures est destiné à piéger les hydrocarbures en suspension dans les eaux pluviales. Il est précédé d'un débourbeur, qui permet de décanter les matières lourdes. Le bon

Plus en détail

RAPPORT D INSPECTION DES INSTALLATIONS CLASSEES SOUMISES A DECLARATION SOUS LA RUBRIQUE N 1435 Indice 1du 31.05.2010 N 20100909-1435-828

RAPPORT D INSPECTION DES INSTALLATIONS CLASSEES SOUMISES A DECLARATION SOUS LA RUBRIQUE N 1435 Indice 1du 31.05.2010 N 20100909-1435-828 INTRODUCTION Ce contrôle est réalisé conformément aux dispositions de l arrêté du 15 avril 2010 relatif aux prescriptions générales applicables aux stations-service soumises à déclaration sous la rubrique

Plus en détail

Domaine d application du guide Types de garde-corps et principes Conception, dimensionnement et constitution des garde-corps Cas particuliers

Domaine d application du guide Types de garde-corps et principes Conception, dimensionnement et constitution des garde-corps Cas particuliers SOMMAIRE 7 Domaine d application du guide 9 Types de garde-corps et principes 9 1. Divers types de garde-corps 10 2. Les différentes parties des garde-corps 11 3. La réglementation et les usages 15 Conception,

Plus en détail

Certificat d'approbation C.E.E. de modèle n 99.00.462.003.0 du 26 mars 1999

Certificat d'approbation C.E.E. de modèle n 99.00.462.003.0 du 26 mars 1999 Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Secrétariat d Etat à l Industrie Certificat d'approbation C.E.E. de modèle n 99.00.462.00.0 du 26 mars 1999 Direction de l action régionale et de

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Commun (C.C.T.P.C.) Remplacement de la canalisation de gaz du stade Jean Bouin

Cahier des Clauses Techniques Particulières Commun (C.C.T.P.C.) Remplacement de la canalisation de gaz du stade Jean Bouin Cahier des Clauses Techniques Particulières Commun (C.C.T.P.C.) Remplacement de la canalisation de gaz du stade Jean Bouin 11.028 T MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX 1 OBJET DU MARCHE Le présent cahier des clauses

Plus en détail

Remplissage d installations à sondes géothermiques

Remplissage d installations à sondes géothermiques Août 2014 ImmoClimat Suisse Remplissage d installations à sondes géothermiques 2 ImmoClimat Suisse Sommaire 1. Points importants pour le remplissage d installations à sondes géothermiques 1.1. Impuretés

Plus en détail

CODE GENERAL DES IMPÔTS, ANNEXE 4 Article 18 bis

CODE GENERAL DES IMPÔTS, ANNEXE 4 Article 18 bis CODE GENERAL DES IMPÔTS, ANNEXE 4 Article 18 bis Modifié par Arrêté du 30 décembre 2011 - art. 1 La liste des équipements, matériaux et appareils mentionnés au 1 de l'article 200 quater du code général

Plus en détail

Générateurs d air chaud

Générateurs d air chaud WARMLUFTHEIZUNGEN Générateurs d air chaud Modèles Prestige-SE et Optimal-E La technologie moderne du chauffage à air chaud Montée en température rapide Générateurs d air chaud selon le principe modulaire

Plus en détail

Ordonnance relative au transport des marchandises dangereuses par route (SDR) Modifications et commentaires

Ordonnance relative au transport des marchandises dangereuses par route (SDR) Modifications et commentaires Ordonnance relative au transport des marchandises dangereuses par route (SDR) Annexe 1 Modifications et commentaires 1.1.3 Exemptions 1.1.3.1 Exemptions liées à la nature de l opération de transport 1.1.3.1.1

Plus en détail

Cahier des charges pour le lieu de stockage

Cahier des charges pour le lieu de stockage Cahier des charges pour le lieu de stockage Conditionnalité PAC : stockage Spécifique Aéré Fermé à clé Produits : dans leurs emballages d origine avec étiquettes rangés par toxicité (T+, T, CMR à part)

Plus en détail

BLOC OPERATOIRE. sécurité incendie. Stephan SORIANO Chef de Service Sécurité Incendie Association des Chargés de Sécurité des Etablissements de Soins

BLOC OPERATOIRE. sécurité incendie. Stephan SORIANO Chef de Service Sécurité Incendie Association des Chargés de Sécurité des Etablissements de Soins BLOC OPERATOIRE sécurité incendie Stephan SORIANO Chef de Service Sécurité Incendie Association des Chargés de Sécurité des Etablissements de Soins REGLEMENT DE SECURITE CONTRE L INCENDIE Etablissements

Plus en détail

Opérations exécutées suivant la Sous-section 4 (SS4) du décret du 4 mai 2012 du code du travail

Opérations exécutées suivant la Sous-section 4 (SS4) du décret du 4 mai 2012 du code du travail Opérations exécutées suivant la Sous-section 4 (SS4) du décret du 4 mai 2012 du code du travail En complément du DTA, le donneur d ordre fait réaliser un repérage de tous les matériaux contenant de l amiante

Plus en détail

3-1 Durée Le contrat signé entre l établissement et le prestataire de service prendra effet du 01/02/2016 au 31/01/2017.

3-1 Durée Le contrat signé entre l établissement et le prestataire de service prendra effet du 01/02/2016 au 31/01/2017. Collège Evariste Galois Rue de la Métairie Neuve 35360 MONTAUBAN DE BRETAGNE MAINTENANCE DES CHAUFFERIES ET INSTALLATIONS DE PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE CAHIER DES CHARGES 1 Objet Le présent cahier

Plus en détail

VOISINAGE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION DE GAZ AVEC LES AUTRES OUVRAGES SOMMAIRE

VOISINAGE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION DE GAZ AVEC LES AUTRES OUVRAGES SOMMAIRE CAHIER DES CHARGES AFG VOISINAGE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION DE GAZ AVEC LES AUTRES OUVRAGES RSDG 4 15 décembre 2002 SOMMAIRE 1. - OBJET DU CAHIER DES CHARGES 2 2. - DOMAINE D'APPLICATION 2 3. - OUVRAGES

Plus en détail

CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE. Publié par : Le Directeur général Date de révision : mai 1998 Original : anglais EQUIPEMENTS SOUS PRESSION

CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE. Publié par : Le Directeur général Date de révision : mai 1998 Original : anglais EQUIPEMENTS SOUS PRESSION CERN CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE EDMS 335727 D 2 Rev.2 Publié par : Le Directeur général Date de révision : mai 1998 Original : anglais EQUIPEMENTS SOUS PRESSION 1 BASE JURIDIQUE Le présent Code est publié

Plus en détail

13 rue Gustave Eiffel BP 28103 44981 S te Luce/Loire Cedex Tél : 02 51 85 09 49 Fax : 02 40 25 76 66 www.atib.fr contact@atib.fr

13 rue Gustave Eiffel BP 28103 44981 S te Luce/Loire Cedex Tél : 02 51 85 09 49 Fax : 02 40 25 76 66 www.atib.fr contact@atib.fr MANUEL D INSTRUCTIONS R EX RZ EX R EXH SOUS RÉSERVE DE MODIFICATION SANS PRÉAVIS 13 rue Gustave Eiffel BP 28103 44981 S te Luce/Loire Cedex Tél : 02 51 85 09 49 Fax : 02 25 76 66 www.atib.fr contact@atib.fr

Plus en détail

APEX Services de Gaz Industriel Une réponse rapide, 24 h sur 24

APEX Services de Gaz Industriel Une réponse rapide, 24 h sur 24 APEX Services de Gaz Industriel Une réponse rapide, 24 h sur 24 Une gamme complète de services, 24 h sur 24 APEX est une division spécialisée de la société Air Products. En collaboration avec notre partenaire

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES LOT 2 : COUVERTURE ÉTANCHÉITÉ CCTP LOT2 COUVERTURE / ETANCHEITE - page 1 LOT 2 COUVERTURE / ETANCHEITE ARTICLE 1 CONSISTANCE DES TRAVAUX... 3 2.01 Réfection

Plus en détail

Les Échangeurs multitubulaires - Heat line

Les Échangeurs multitubulaires - Heat line Le chauffage de l eau Les Échangeurs multitubulaires - Heat line www.piscinedunord.fr Echangeurs de chaleur Multitubulaire Application : Chauffage des piscines plein air ou intérieures à partir d un circuit

Plus en détail

Directive Technique DT N. 01.00-10f. 1. Domaine d application. 2. Références normatives. 3. Termes et définitions

Directive Technique DT N. 01.00-10f. 1. Domaine d application. 2. Références normatives. 3. Termes et définitions Fédération suisse des sapeurs-pompiers Directive Technique DT N Pompes centrifuges avec dispositif d amorçage destinées à la lutte contre l incendie conformes aux normes européennes (EN) 01.00 - f Décembre

Plus en détail

Déversement d hydrocarbures depuis un oléoduc 28 février 2012 Wesseling Allemagne

Déversement d hydrocarbures depuis un oléoduc 28 février 2012 Wesseling Allemagne Déversement d hydrocarbures depuis un oléoduc 28 février 2012 Wesseling Allemagne Fuite Pipeline Hydrocarbures Corrosion Pollution LES INSTALLATIONS CONCERNÉES Le site : La raffinerie de Rhénanie est un

Plus en détail

A1 BO. Chaudière fioul au sol à haute efficacité énergétique. 15 ans. Une efficacité maximale pour tous les types de fioul. 30% A + XL A ++ Garantie

A1 BO. Chaudière fioul au sol à haute efficacité énergétique. 15 ans. Une efficacité maximale pour tous les types de fioul. 30% A + XL A ++ Garantie Chaudière fioul au sol à haute efficacité énergétique A1 BO Garantie 15 ans corps de chauffe - ÉLIGIBLE 30% - SC R É D IT S D I M P ÔT Une efficacité maximale pour tous les types de fioul. Efficacité énergétique

Plus en détail

Indication dont le non respect pourrait entraîner des risques pour la sécurité des personnes.

Indication dont le non respect pourrait entraîner des risques pour la sécurité des personnes. WATERCONDENS 1) GENERALITES : Le Watercondens est développé conformément aux règles de l art et soumis à un contrôle qualité permanent dans une usine certifiée ISO 9001 par SGS.ICS. Ces performances exigent

Plus en détail

Compresseurs d air et réservoirs

Compresseurs d air et réservoirs Compresseurs d air et réservoirs Respecter les conditions d utilisation Légende ok, à faire interdit, à éviter SAUF = exceptions, dérogations informations complémentaires Cliquez sur ces logos dans le

Plus en détail

CONSTRUCTION D UNE ECOLE MATERNELLE ET D UN SATELLITE DE RESTAURATION A AMIENS (80) DCE NOTICE DE SECURITE

CONSTRUCTION D UNE ECOLE MATERNELLE ET D UN SATELLITE DE RESTAURATION A AMIENS (80) DCE NOTICE DE SECURITE CONSTRUCTION D UNE ECOLE MATERNELLE ET D UN SATELLITE DE RESTAURATION A AMIENS (80) DCE NOTICE DE SECURITE Révision : 3 Date : JUIN 2010 BETOM ingénierie Notice de Sécurité Page 2/9 S O M M A I R E 1.

Plus en détail

NOTICE D INSTRUCTIONS

NOTICE D INSTRUCTIONS Page 1/7 DESCRIPTION GENERALE : CARACTERISTIQUES ET DIMENSIONS : Utilisation : Cette benne d attente, dite «TAMPON», sert à stocker le béton frais ou sec provenant de la centrale par camions mélangeurs

Plus en détail

Guide de clôtures de piscine

Guide de clôtures de piscine Guide de clôtures de piscine ottawa.ca/enceintesdepiscine Le présent guide vous aidera à obtenir un permis pour l enceinte qui entoure votre piscine (voir la définition plus bas). En vertu du Règlement

Plus en détail

Clapet anti-thermosiphon Modèle universel

Clapet anti-thermosiphon Modèle universel Clapet anti-thermosiphon Modèle universel Certification Assurance Qualité ISO 9000 (EN 29000) Information technique Descriptif du cahier des charges: Clapet anti-thermosiphon Oventrop - modèle universel.

Plus en détail

CO N F O R M I T É D E S S I T E S

CO N F O R M I T É D E S S I T E S CO N F O R M I T É D E S S I T E S LA RÉGLEMENTATION LE BRUIT DES CHAUFFERIES : - Décret n 2005-840 du 20-07-2005 modifié du décret n 2006-269 du 07-03-2006 - Circulaire du 27-02-1996 - Arrêté du 09-01-1995

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION DATAFLUIDES V2-2014

MANUEL D UTILISATION DATAFLUIDES V2-2014 MANUEL D UTILISATION DATAFLUIDES V2-2014 29 octobre 2013 Contenu 1. INTRODUCTION... 3 2. CREER SON COMPTE DATAFLUIDES ET PREPARER SA DEMANDE... 3 3. SAISIE D UNE DEMANDE D ATTESTATION... 6 3.1. Connexion

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION DE TRAVAUX au titre de l ACCESSIBILITE et de la SECURITE des ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

DEMANDE D AUTORISATION DE TRAVAUX au titre de l ACCESSIBILITE et de la SECURITE des ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC CADRE RESERVE A L ADMINISTRATION Date de début possible des travaux A T R Date de dépôt Département Commune Année N dossier DEMANDE D AUTORISATION DE TRAVAUX au titre de l ACCESSIBILITE et de la SECURITE

Plus en détail

Les causes possibles de mauvais fonctionnement

Les causes possibles de mauvais fonctionnement Les causes possibles de mauvais fonctionnement Symptômes Causes et remèdes possibles Dégagement de mauvaises odeurs dans le logement - Absence de siphons au niveau de vos équipements domestiques - Évaporation

Plus en détail

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz Fiche technique Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz 2 5 6 7 Connaître Réseau d eau froide Réseau d eau chaude Réseau de gaz Regarder Réseau d eau Entretenir & améliorer Contrat d'entretien Remplacement

Plus en détail

MAPA N 01 2015 MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX. Extension du réseau de chauffage de l hôtel d entreprises

MAPA N 01 2015 MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX. Extension du réseau de chauffage de l hôtel d entreprises MAPA N 01 2015 MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Extension du réseau de chauffage de l hôtel d entreprises PROCEDURE ADAPTEE ART 28 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) MAITRE D'OUVRAGE COMMUNAUTE

Plus en détail

DOCUMENT TECHNIQUE UNIFIÉ N 70.1 DECEMBRE 1980 INSTALLATIONS ELECTRIQUES DES BATIMENTS A USAGE D HABITATION

DOCUMENT TECHNIQUE UNIFIÉ N 70.1 DECEMBRE 1980 INSTALLATIONS ELECTRIQUES DES BATIMENTS A USAGE D HABITATION DOCUMENT TECHNIQUE UNIFIÉ N 70.1 DECEMBRE 1980 INSTALLATIONS ELECTRIQUES DES BATIMENTS A USAGE D HABITATION CAHIER DES CLAUSES SPECIALES ETABLI PAR LE GROUPE DE COORDINATION DES TEXTES TECHNIQUES Ce document

Plus en détail

Puissance maximale dans un espace minimum

Puissance maximale dans un espace minimum [ Air ] [ Eau ] Chaudière gaz murale à condensation Plage de puissance : de 65 à 100 kw [ Terre ] [ Buderus ] Puissance maximale dans un espace minimum Logamax plus GB162 La chaleur est notre élément F_Logamax

Plus en détail

VIESMANN. Feuille technique Réf. et prix : voir tarif VITOLA 200. Chaudière fioul/gaz très basse température. de18à69kw

VIESMANN. Feuille technique Réf. et prix : voir tarif VITOLA 200. Chaudière fioul/gaz très basse température. de18à69kw VIESMANN VITOLA 200 Chaudière fioul/gaz très basse température de18à69kw Feuille technique Réf. et prix : voir tarif Document à classer dans : Catalogue Vitotec, intercalaire 1 VITOLA 200 typevb2a,de18à69kw

Plus en détail

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif DÉPARTEMENT DE LA DORDOGNE Date de dépôt du dossier : Cadres réservés au S.P.A.N.C. DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON

Plus en détail

CHAPITRE Ier. Champ d application et définitions. CHAPITRE II. Implantation et construction. Section 1 re. Bâtiment

CHAPITRE Ier. Champ d application et définitions. CHAPITRE II. Implantation et construction. Section 1 re. Bâtiment Arrêté du Gouvernement wallon du 3 avril 2003 déterminant les conditions sectorielles et intégrales relatives aux installations de nettoyage à sec de vêtements, linge et autres textiles CHAPITRE Ier. Champ

Plus en détail

Chauffe-eau solaire collectif : bien surveiller son installation

Chauffe-eau solaire collectif : bien surveiller son installation guide bonnes pratiques 2015 Chauffe-eau solaire collectif : bien surveiller son installation Pourquoi ce guide? Surveiller son installation solaire est primordial pour s assurer de son bon fonctionnement.

Plus en détail

Ministère de l Environnement Direction de la planification durable Division des sciences et de la planification

Ministère de l Environnement Direction de la planification durable Division des sciences et de la planification Ministère de l Environnement Direction de la planification durable Division des sciences et de la planification DOCUMENTATION SUR LE STOCKAGE DE PRODUITS PÉTROLIERS DANS UN SECTEUR PROTÉGÉ DU CHAMP DE

Plus en détail

Pompe à chaleur au CO2

Pompe à chaleur au CO2 Document SANYO date mai 9 tous droits réservés Pompe à chaleur au CO La problématique Le COP de 3 qui diminue fortement quand les besoins de chauffage augmentent, n est pas une fatalité. L utilisation

Plus en détail

Economie d énergie et respect de l environnement de série. Chaudières bois. Chaudières à combustion inversée BVG-Lambda / BVG

Economie d énergie et respect de l environnement de série. Chaudières bois. Chaudières à combustion inversée BVG-Lambda / BVG Economie d énergie et respect de l environnement de série Chaudières bois Chaudières à combustion inversée BVG-Lambda / BVG Chaudière bois à combustion inversée BVG-Lambda Chaudière à combustion inversée

Plus en détail

Comparatif schémas hydrauliques solaires primaires

Comparatif schémas hydrauliques solaires primaires Comparatif schémas hydrauliques solaires primaires copyright APPER 2010 Dans la conception d une installation solaire, certains choix sont à effectuer dès le début du projet, en particulier celui du mode

Plus en détail

SECURITE INCENDIE. La problématique du risque incendie est omniprésente pour les collectivités ou les établissements publics.

SECURITE INCENDIE. La problématique du risque incendie est omniprésente pour les collectivités ou les établissements publics. Fiche Prévention SECURITE INCENDIE La problématique du risque incendie est omniprésente pour les collectivités ou les établissements publics. La sécurité incendie est régie par de nombreuses réglementations

Plus en détail

Notice d emploi Echantillonneur de gaz pour relais Buchholz (BGS)

Notice d emploi Echantillonneur de gaz pour relais Buchholz (BGS) Notice d emploi Echantillonneur de gaz pour relais Buchholz (BGS) Sommaire N Sujet Page 1. Introduction 3 2. Description de l appareil 4 3. Contrôle d étanchéité 5 4. Prélèvement de gaz du relais Buchholz

Plus en détail

La technologie de l énergie

La technologie de l énergie La technologie de l énergie CONSTRUCTEUR DE CHAUDIERE INDUSTRIELLES Chaudière à vapeur Chaudière eau chaude Chaudière eau surchauffée Générateur d eau chaude Maintenance et service après-vente CONSTRUCTEUR

Plus en détail

Manomètre pour pression absolue avec contacts électriques Version acier inox Type 532.53

Manomètre pour pression absolue avec contacts électriques Version acier inox Type 532.53 Mesure mécatronique de pression Manomètre pour pression absolue avec contacts électriques Version acier inox Type 532.53 Fiche technique WIKA PV 25.02 pour plus d'agréments, voir la page 3 Applications

Plus en détail

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS F I C H E P R E V E N T I O N N 1 6 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS INTRODUCTION Dans le cadre d activités réalisées principalement par les services techniques

Plus en détail

Lire ce mode d emploi avant de démarrer la pompe et le garder dans un endroit sûr.

Lire ce mode d emploi avant de démarrer la pompe et le garder dans un endroit sûr. 1 FR INSTRUCTIONS D INSTALLATION ET DE FONCTIONNEMENT Lire ce mode d emploi avant de démarrer la pompe et le garder dans un endroit sûr. Attention! La pompe ne doit pas être mise à l intérieur des piscines

Plus en détail

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts (JORF n 253 du 31 octobre 2009) NOR : DEVE0918467A Vus Le ministre d Etat,

Plus en détail

NOUVEAU. Chaudagaz DE 40KW À 300KW FONCTIONNEMENT GAZ. Générateur ECS Chaudagaz Écondense

NOUVEAU. Chaudagaz DE 40KW À 300KW FONCTIONNEMENT GAZ. Générateur ECS Chaudagaz Écondense NOUVEAU Chaudagaz DE 40KW À 300KW FONCTIONNEMENT GAZ Générateur ECS Chaudagaz Écondense LES AVANTAGES L ÉCONOMIE D ÉNERGIE Rendement minimum 105 % PCI - l eau étant réchauffée à 65 C. NOTA : les valeurs

Plus en détail