Améliorer les conditions de travail et la compétitivité dans les chaînes d approvisionnements mondiales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Améliorer les conditions de travail et la compétitivité dans les chaînes d approvisionnements mondiales"

Transcription

1 Améliorer les conditions de travail et la compétitivité dans les chaînes d approvisionnements mondiales

2 Better Work est un partenariat unique entre l Organisation internationale du Travail (OIT) et la Société financière internationale (IFC) qui vise à améliorer à la fois la conformité aux normes du travail et la compétitivité dans les chaînes d approvisionnement mondiales. Better Work combine à la fois le développement d outils internationaux et l implantation de projets au niveau des pays, et se concentre sur des solutions pouvant s échelonner et des solutions durables permettant d améliorer la coopération entre les gouvernements, les organisations patronales et syndicales et les acheteurs internationaux. Le soutien des donateurs joue également un rôle important dans la mise en place des activités aussi bien à un niveau international que national. L amélioration de la conformité aux normes du travail dans les chaînes d approvisionnement internationales est une composante importante d une stratégie de développement pro-pauvre. La protection des droits des travailleurs permet de distribuer les bénéfices du commerce et d encourager le développement humain, social et économique. La conformité aux normes du travail peut également aider les entreprises à devenir plus compétitives grâce à différents facteurs comme l accès à de nouveaux marchés et à de nouveaux acheteurs, ainsi que l accès à des nouvelles sources de financement et de crédit ; elle peut également engendrer des gains de productivité et une amélioration de la qualité. Better Work soutient les entreprises dans la mise en œuvre des normes fondamentales internationales du travail de l OIT ainsi que dans la mise en œuvre du droit national du travail. Impacts positifs : l exemple de Better Factories Cambodia > Les exportations vers les Etats-Unis, qui représentent la principale destination d exportation du Cambodge, ont augmenté de 151% en valeur entre 2001 et > Plus de nouveaux emplois ont été créés sur la même période. > Les taux de conformité concernant la liberté syndicale a augmenté de 14% dans les usines participantes, atteignant presque les 90%. Plus de 90% des usines versent maintenant des salaires corrects et des taux corrects d heures supplémentaires, et accordent des congés maternité ainsi que des congés payés annuels, (hausse de 37% du taux de conformité). > Près de 4 usines sur 5 s assurent que les heures supplémentaires restent effectuées volontairement, et paient des congés maladies aux travailleurs. > La conformité dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail s est améliorée de 20%. «Better Work favorise l autonomie des travailleurs dans les pays parmi les plus pauvres du monde. En accédant à la liberté syndicale, ces travailleurs et leur famille connaîtront une vie meilleure.» Sharan Burrow Présidente Confédération syndicale internationale 2

3 L histoire de Better Work Better Factories Cambodia Better Work s est inspiré du projet de l OIT Better Factories Cambodia. Mis en œuvre en 2001, ce projet a été développé dans le but d améliorer les conditions de travail dans l industrie de l exportation de vêtements du Cambodge. Better Factories Cambodia s est tout d abord développé à partir d un accord commercial innovant entre les Etats-Unis et le Cambodge. Par cet accord, les Etats-Unis promettaient au Cambodge un meilleur accès au marché en échange de l amélioration des conditions de travail dans le secteur du vêtement. Après l expiration de l accord commercial en 2004, le gouvernement cambodgien, les syndicats et les employeurs ont demandé à l OIT de mettre en place une stratégie durable permettant de transformer Better Factories Cambodia en une institution locale autofinancée. L OIT a travaillé avec l IFC pour concevoir et mettre en œuvre cette stratégie. Faire fonctionner le modèle à l échelle mondiale Better Work a été lancé en 2007, et s appuie sur les leçons et réussites de Better Factories Cambodia ; son but est de gérer les enjeux rencontrés par les acteurs des chaînes d approvisionnement mondiales comme par exemple la volonté des acheteurs internationaux de réduire les efforts liés aux audits et de consolider les coûts, ou les entreprises qui cherchent à améliorer leur compétitivité pour conserver l accès aux marchés internationaux. De plus, si la plupart des pays en voie de développement ont ratifié les conventions fondamentales de l OIT sur les normes du travail, leur mise en application reste un véritable enjeu. Dans de nombreux cas, les ministères du travail n ont pas les capacités ou les ressources suffisantes pour être efficaces. Les législations du travail, y compris les droits du travail nationaux, peuvent manquer de clarté ou être mal compris des employeurs ; on craint souvent que lorsqu un gouvernement applique strictement la législation du travail, il ne finisse par décourager les investisseurs potentiels. Better Work apporte des solutions concrètes permettant de renforcer les capacités du gouvernement, des employeurs et des travailleurs, tout en améliorant le dialogue social entre les parties prenantes, afin que la conformité aux normes du travail permette des réalisations durables sur le long terme. «Better Work est une occasion réelle de faire avancer la cause d une compétitivité responsable en améliorant les conditions et les droits des travailleurs.» Patrick Itschert Secrétaire général Fédération internationale des travailleurs du textile, de l habillement de la chaussure et du cuir 3

4 Better Work : au niveau INTERNATIONAL ET national Au niveau international : Better Work développe des outils pratiques pour aider les entreprises à améliorer leurs normes du travail et à renforcer leur compétitivité. Les grandes activités internationales du programme Better Work incluent : Un outil d évaluation de la conformité qui mesure le respect des normes fondamentales du travail internationales et du droit national du travail, permettant la comparaison avec les données de l industrie et montrant les progrès réalisés dans le temps. Des services de conseils visant à mener des actions correctives traitant aussi bien des questions de non conformité que des systèmes de gestion. Des formations sur mesure qui incluent un programme de formation modulaire de 12 mois, des séminaires à thème unique, des kits d intégration et des formations pour les superviseurs de premier niveau. Des techniques innovantes pour mieux sensibiliser les travailleurs, comme des feuilletons et des bandes-dessinées. Des modèles de politiques et de procédures, ainsi que des guides de bonnes pratiques couvrant un ensemble de besoins courants des entreprises. STAR, un système de gestion de l information qui capture les données concernant les activités de conformité et d amélioration, et qui partage les résultats avec les fournisseurs et leurs acheteurs. Une surveillance et des évaluations afin d améliorer en continu les services du programme, des évaluations de l impact qui mesurent la manière dont Better Work agit sur les vies des travailleurs, et une évaluation de l utilité commerciale de la conformité aux normes de travail. Une petite équipe internationale soutient le développement continuel et la mise en œuvre de Better Work. Son travail consiste à développer les programmes nationaux et à leur apporter un soutien. L équipe est également responsable au niveau international de la gestion des rapports d évaluation, de la gestion des connaissances, de la coordination, de l engagement des partenaires sociaux, de l assurance qualité, de la mobilisation des ressources, de la gestion stratégique et des conseils politiques. Au niveau national : Better Work s efforce de créer des institutions locales et durables qui encouragent la conformité aux normes de travail tout en améliorant la compétitivité de l industrie. Dans les marchés importants, où la base industrielle peut soutenir de telles actions, le but de ces programmes est de devenir dans le temps indépendants et capables de se financer de façon autonome. Les programmes nationaux combinent généralement : Des évaluations indépendantes des entreprises et des services de conseil et de formation pour encourager des améliorations concrètes grâce à la coopération au travail. Un engagement des partenaires sociaux grâce à un Comité Consultatif du Projet national, au sein duquel le gouvernement et les organisations patronales et syndicales participent à la conception du projet, et qui est un instrument de retour d informations sur les activités de Better Work. Un reporting public qui présente les données agrégées de non-conformité provenant de l ensemble des usines participant à un programme national Better Work, et qui permet des comparaisons entre plusieurs pays en fonction d indicateurs spécifiques. 4

5 Les programmes nationaux de Better Work travaillent en étroite collaboration avec les initiatives de l IFC et de l OIT déjà en place, et notamment avec celles qui se concentrent sur le développement des compétences dans le secteur privé, l administration publique du travail et les organisations patronales et syndicales. Partenariat OIT/IFC et gouvernance L Organisation internationale du travail (OIT) L OIT fait référence en matière de problèmes liés au travail de par sa composition tripartite, ses connaissances approfondies des normes du travail, son engagement et son assistance technique sur le long terme avec les états membres. L OIT apporte à Better Work une contribution vitale, en permettant le rassemblement des gouvernements et des organisations patronales et syndicales pour chercher ensemble des solutions qui soient efficaces pour les entreprises et les personnes. La Société financière internationale (IFC) L IFC apporte à Better Work ses réseaux d investissements et son expertise dans le développement du secteur privé. Les contributions de l IFC incluent son expérience dans le développement et la mise en œuvre de normes sociales et environnementales, ainsi que sa capacité à développer des programmes durables. Gouvernance Les objectifs stratégiques et opérationnels de Better Work sont supervisés par son Conseil d Administration, dans lequel l OIT et l IFC sont représentés à part égale. Le Conseil d Administration est piloté par un Comité Consultatif au niveau international, constitué de représentants des gouvernements donateurs, des organisations patronales et syndicales, des acheteurs internationaux et d universitaires. Le Comité Consultatif se réunit en amont des réunions semi-annuelles du Conseil d Administration afin de fournir un apport stratégique aux opérations et au développement du programme. «Le Comité Consultatif du Projet est impatient de collaborer avec le programme afin de réussir à atteindre les objectifs du projet : un meilleur respect des normes de travail, de meilleures conditions de travail, plus de travail pour les travailleurs, et une meilleure productivité.» Nguyen Van Tien Chief Labor Inspector, Ministère du travail, des invalides de guerre et des affaires sociales du Vietnam Président, Comité Consultatif du Projet Better Work Vietnam 5

6 Cycle d évaluation, service-conseil et formation de Better Work EVALUATION EVALUATION VISITE ENTREPRISE VISITE ENTREPRISE REVUE INTERNE REVUE INTERNE RAPPORT D'ÉVALUATION RAPPORT D'ÉVALUATION RÉACTION RÉACTION RAPPORT D'ÉVALUATION RAPPORT FINAL D'ÉVALUATION FINAL CONSEIL & FORMATION CONSEIL CONSEIL & FORMATION & MOIS MOIS PREMIER PREMIER douze douze mois mois RÉUNION AVEC LA DIRECTION Début du processus de conseil RÉUNION AVEC LA DIRECTION PROCESSUS D'ÉVALUATION Début du processus de conseil PROCESSUS D'ÉVALUATION MESURE DE L'IMPACT MESURE DE L'IMPACT RÉUNION AVEC LES TRAVAILLEURS RÉUNION AVEC LES TRAVAILLEURS COMPOSITION DU CCAP COMPOSITION PLAN DU CCAP FORMATION FORMATION ÉVALUATION INTERNE ÉVALUATION INTERNE QUATRE MOIS QUATRE MOIS COMPTE RENDU COMPTE PREMIER RENDU PREMIER PLAN RÉUNIONS CCAP DEUXIÈME COMPTE RENDU MOIS HUIT RÉUNIONS CCAP DEUXIÈME COMPTE RENDU MOIS HUIT CCAP: Comité Consultatif pour l Amélioration de la Performance CCAP: Comité Consultatif pour l Amélioration de la Performance 6

7 Garantir l intégrité Les compétences et la réputation des formateurs et conseillers en entreprise de Better Work sont essentielles à la réussite du programme. Que cela soit au niveau international ou national, Better Work met en place des programmes de formation pour les formateurs et les conseillers en entreprise complets et rigoureux, un réseau de soutien et un programme de développement professionnel pour ces groupes cibles. Dans le cadre de leur formation et de leurs responsabilités, ils apprennent à mener à bien leurs missions en suivant un code éthique très strict d intégrité, de transparence, de diplomatie et de respect. De plus, la politique de Better Work en matière d éthique garantit la qualité des services, et comprend des lignes directrices et des règles concernant les visites en entreprises, la préparation des rapports et les relations avec les partenaires sociaux. Le dialogue social Pour construire le consensus et le partenariat qui font de Better Work une réussite, il est essentiel d impliquer les partenaires sociaux notamment le gouvernement, les organisations patronales et les syndicats dans la conception et la mise en œuvre du programme. L implication de chaque partenaire social dans l amélioration de la conformité aux normes du travail consolide les investissements effectués dans les domaines de la protection du salarié et de la compétitivité de l industrie dans les chaînes d approvisionnement mondiales. Le dialogue social est à la base de tous les procédés de Better Work, et ce à tous les niveaux. Le Comité Consultatif international, qui apporte sa participation au Conseil d Administration comprend des représentants des organisations syndicales et patronales internationales, ainsi que des représentants des gouvernements donateurs et des acheteurs afin de garantir un engagement efficace de tous dans le programme. Au niveau des pays, la conception du programme Better Work se déroule sur une période de 6 à 12 mois, et demande la participation active de tous les partenaires sociaux nationaux. Une fois opérationnels, les programmes nationaux de Better Work sont conseillés par un Comité Consultatif du Projet qui comprend des représentants du gouvernement national (généralement le ministère du travail) et des organisations patronales et syndicales locales, représentant le secteur ou l industrie. «Better Work constitue une avancée considérable sur le terrain des normes du travail dans l industrie du vêtement Nous pensons que cette approche a une valeur inestimable du fait de son souci d améliorer les conditions de travail des personnes qui fabriquent nos produits.» Michael Kobori Vice-président, Durabilité Sociale et Environnementale de la Chaîne d Approvisionnement Levi Strauss & Co. 7

8 Faire la différence : mesure de l impact de Better Work Better Work peut changer radicalement les vies des salariés et de leurs familles, la performance des entreprises et le développement économique et social des pays impliqués. Le nombre élevé de travailleurs féminins présents dans le secteur du vêtement est une composante importante pour le programme Better Work ; au Cambodge par exemple, les femmes représentent près de 90% des travailleurs dans l industrie du vêtement. L analyse Better Work utilise une approche concrète pour développer de nouveaux programmes nationaux et les services. De plus, une surveillance et des évaluations continues et rigoureuses, tout comme des mesures de l impact, garantissent l assurance que le programme agit en restant concentré sur les résultats escomptés. Suivi du programme Better Work Afin de garantir des opérations efficaces et pour arriver aux résultats escomptés, Better Work suit et évalue les principaux indicateurs d évaluation des réalisations dans chaque programme national, et notamment : Le taux de conformité avec les normes du travail au niveau des usines et de l industrie L amélioration dans le temps de la conformité Les coûts économisés par la réduction des audits Les relations avec les acheteurs Evaluer l impact Afin d analyser les liens de cause à effet entre les interventions de Better Work et les résultats pour les entreprises et les travailleurs, le programme suit également des indicateurs clés de développement, qui incluent les progrès par rapport aux objectifs du Millénaire pour le développement, et notamment : Le Développement économique Le Développement Humain La croissance à l exportation en valeur et volume Le revenu du ménage du salarié L emploi Les versements aux salariés Les salaires Les réalisations éducatives La santé mentale, physique et la fécondité «Le respect de la législation nationale du travail est au cœur du progrès social à l ère de la mondialisation. L action de Better Work sur le terrain incite les employeurs à respecter la loi et ils en sont récompensés par de meilleurs résultats économiques et un accès plus facile aux marchés mondiaux.» Brent Wilton Vice-secrétaire général Organisation Internationale des Employeurs 8

9 Travailler avec les acheteurs internationaux Un des critères clés de la réussite de Better Work est le soutien en continu et la participation des détaillants internationaux et des marques internationales. Les acheteurs doivent s engager en faveur des objectifs globaux du programme, participer activement à sa mise en œuvre et afficher leur soutien aux autres partenaires sociaux. Acceptation des principes Better Work pour les acheteurs internationaux Afin de montrer leur soutien et de s engager dans le programme, les acheteurs internationaux signent les principes Better Work pour les acheteurs internationaux, et s engagent à : (1) participer régulièrement au Forum des Acheteurs internationaux, (2) travailler activement pour la mise en œuvre d une surveillance stratégique, y compris en arrêtant les audits dans les domaines couverts par le programme, (3) encourager activement la participation des fournisseurs et des agents (le cas échéant) au programme, et (4) se concentrer sur le processus d amélioration. Le Forum des Acheteurs Le Forum des Acheteurs est une communauté d entreprises ayant des chaînes d approvisionnement dans des pays en voie de développement, qui ont un intérêt commun pour le programme de Better Work et qui se sont engagées à soutenir des solutions innovantes pour répondre aux enjeux des normes du travail. Rencontres internationales : Il y a deux rencontres du Forum des Acheteurs par an, une en Europe et une aux Etats-Unis. Ces rencontres permettent aux acheteurs de faire un retour d informations très utile à Better Work. Des rencontres sont également organisées au niveau régional quand cela est nécessaire. Réunions nationales : Les réunions nationales du Forum des Acheteurs sont organisées dans les pays oú un programme Better Work est implanté, pour des industries spécifiques. Ces rendez-vous permettent aux acheteurs d interagir avec les différents acteurs nationaux (gouvernement, employeurs et syndicats) et de contribuer à l amélioration du programme. 9

10 Travailler avec les donateurs Les financements des donateurs sont essentiels tant pour les activités internationales de Better Work que pour ses activités nationales. Ces financements sont utilisés pour lancer de nouveaux programmes nationaux, pour adapter des outils et pour développer des services de formation ciblés. Dans les marchés plus importants, où il existe une base industrielle qui peut soutenir une telle action, l objectif des programmes nationaux de Better Work est d effectuer une transition vers des institutions locales autofinancées sur un modèle de recouvrement des coûts basés sur les services. Les donateurs suivants soutiennent les programmes nationaux de Better Work : Canada, Union européenne, Finlande, Allemagne, Irlande, Italie, Japon, Jordanie, Luxembourg, Nouvelle Zélande, Norvège, Suède et Etats-Unis. De plus, l Australie, les Pays-Bas et la Suisse ont financé Better Work à la fois au niveau international et au niveau national.* Quatre représentants des donateurs (Australie, Pays-Bas, Suisse et Etats-Unis) siègent au Comité Consultatif pour travailler avec le Conseil d Administration sur des sujets tels que les politiques publiques touchant aux questions de travail dans les chaînes d approvisionnement mondiales, dans le respect du cadre de la stratégie de Better Work. Better Work encourage les donateurs à soutenir le programme par le biais d un multi-compte qui rassemble les fonds provenant des donateurs du programme, et qui permet à Better Work de canaliser efficacement les fonds donnés vers les composants du programme qui ont des besoins de financement. Better Work peut par ce biais créer des synergies entre les différentes sources de financement, et peut ainsi assurer la continuité des opérations de Better Work au-delà des dates butoirs des accords individuels des donateurs. Better Work rencontre les donateurs deux fois par an, afin de rendre compte de l utilisation des fonds publics, de discuter des futurs projets et activités, d évaluer les synergies possibles avec les partenariats gouvernementaux publics/privés existants dans les chaînes d approvisionnement mondiales ; ils discutent également des politiques publiques concernant les questions de travail dans les chaînes d approvisionnement mondiales. Better Work présente également l impact de son action en utilisant des indicateurs, notamment ceux pertinents pour les politiques gouvernementales d aide au développement, comme les objectifs du Millénaire pour le développement. *Better Work reçoit également des contributions d entreprises, en plus des montants prélevés pour les services du programme. Ces dons représentent environ 2% du budget global. «Au Lesotho, Better Work a souligné le fait que tous les partenaires sociaux sont interdépendants et que leurs objectifs se rejoignent. C est ainsi que nous progressons ensemble vers une vision commune.» Thabo Tshabalala Secrétaire régional pour l Afrique, Fédération internationale des Travailleurs du Textile, de l Habillement et du Cuir 10

11 Où va Better Work? Better Work a des activités en cours dans neuf pays du globe. Les programmes existants au Cambodge, en Haïti, en Jordanie, au Lesotho et au Vietnam seront bientôt rejoints par des programmes qui sont en train d être déployés en Indonésie et au Nicaragua. De plus, des études de cadrage et de faisabilité sont en cours au Maroc et au Bangladesh. Better Work réfléchit également à un élargissement vers d autres secteurs et notamment ceux de l électronique, des agro-industries et du tourisme. «Les usines réalisent maintenant que Better Work Jordan peut jouer un rôle très important pour leur permettre de s auto-discipliner et pour aboutir à de meilleures relations entre les employeurs et les salariés.» Attulah Edirisinghe Président-directeur général, EAM Maliban Textiles (Jordanie) Pvt. Ltd. 11

12 BETTER WORK Améliorer les conditions de travail et la compétitivité dans les chaînes d approvisionnements mondiales Contactez-nous Bureau international du Travail Bureau International du Travail 4, route des Morillons CH-1211 Geneva 22 - Switzerland T T Société Financière Internationale Groupe de la Banque mondiale International Finance Corporation 2121 Pennsylvania Avenue, NW Washington, DC USA T T

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

L élaboration de politique et pratiques gouvernementales pour éliminer le travail des enfants dans les mines de Kolwezi, sud-katanga

L élaboration de politique et pratiques gouvernementales pour éliminer le travail des enfants dans les mines de Kolwezi, sud-katanga PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 L élaboration de politique et pratiques gouvernementales

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Le point sur les activités liées à la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Le point sur les activités liées à la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.301/MNE/3/1 301 e session Conseil d administration Genève, mars 2008 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR INFORMATION TROISIÈME QUESTION À L ORDRE

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

UNION POUR LA MEDITERRANEE Agenda de la Formation professionnelle

UNION POUR LA MEDITERRANEE Agenda de la Formation professionnelle UNION POUR LA MEDITERRANEE Agenda de la Formation professionnelle GOUVERNANCE Le présent document résume les échanges du groupe de pilotage tripartite constitué de Maurice Mézel du Ministère du Travail,

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 2CO/F/6.8 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 1. Le Congrès s engage à appuyer le

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Soutien du développement de l industrie écologique et de la production durable dans la rive sud de la Méditerranée Le programme de l ONUDI de

Soutien du développement de l industrie écologique et de la production durable dans la rive sud de la Méditerranée Le programme de l ONUDI de Soutien du développement de l industrie écologique et de la production durable dans la rive sud de la Méditerranée Le programme de l ONUDI de Transfert de technologie écologiquement rationnelle (TEST)

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Dossier de presse 24-26 Avril 2013 Rabat - MAROC COMMUNIQUE DE PRESSE Bank Al-Maghrib organise la huitième

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/PFA/4/2 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION QUATRIÈME QUESTION

Plus en détail

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à 12 L importance d une étude diagnostique sur le pays Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à l autre. Le Brésil par exemple met l accent sur l adoption d une méthode

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

Code de conduite en matière de jeu responsable

Code de conduite en matière de jeu responsable Code de conduite en matière de jeu responsable 1 Notre mission Loto-Québec a pour mission première d exploiter dans l ordre et la mesure les jeux de hasard et d argent au Québec. Créée en 1969 afin d implanter

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) COUNTRY MULTILATERAL D O N O R MOPAN Réseau d évaluation de la performance des organisations multilatérales (MOPAN). Note de synthèse L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Accroître l impact des politiques d emploi et de formation sur la création d emploi: leçons de l expérience internationale

Accroître l impact des politiques d emploi et de formation sur la création d emploi: leçons de l expérience internationale Accroître l impact des politiques d emploi et de formation sur la création d emploi: leçons de l expérience internationale Séminaire France Stratégie / OCDE LEED 29 janvier 2015 L impact des politiques

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Selon le rapport annuel établi pour l année 2008-2009 par le World Economic

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX ASHOKA ENVISAGE UN MONDE OÙ CHACUN EST ACTEUR DE CHANGEMENT: UN MONDE QUI RÉPOND RAPIDEMENT ET EFFICACEMENT AUX ENJEUX SOCIAUX ET OÙ CHAQUE INDIVIDU

Plus en détail

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 Le processus d investissement Organismes /Agences Analyse

Plus en détail

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION Dernière mise à jour : novembre 2013 (Décision BOD/2013/11-02) éducation de qualité pour tous les enfants page 1 de 15 Chartre du PME PRÉAMBULE 1.1 Le Partenariat

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. COMPOSITION ET QUORUM Le Comité des ressources humaines et de la rémunération (le «Comité») est composé d au moins trois administrateurs,

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

Le ministère des Finances et de l Économie. Votre partenaire d affaires Présentation à la foire des entrepreneurs

Le ministère des Finances et de l Économie. Votre partenaire d affaires Présentation à la foire des entrepreneurs Le ministère des Finances et de l Économie Votre partenaire d affaires Présentation à la foire des entrepreneurs Formation du nouveau ministère À la suite de la formation du nouveau Conseil des ministres

Plus en détail

Le Centre MENA pour la Compétitivité

Le Centre MENA pour la Compétitivité Le Centre MENA pour la Compétitivité Programme MENA-OCDE pour l Investissement 31 mars 2010, Tunis Division Développement du Secteur Privé Agenda 1. Aperçu et objectifs 2. Activités et programme de travail

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Welcome to. Switcherland. Les RH de demain : 2 modèles de PME

Welcome to. Switcherland. Les RH de demain : 2 modèles de PME Welcome to Switcherland Les RH de demain : 2 modèles de PME A propos de Switcher? Qui sommes-nous? Switcher SA est une entreprise de distribution textile suisse créée en 1981 par son CEO et propriétaire

Plus en détail

Format de rapport pour la notation finale (REF. 4)

Format de rapport pour la notation finale (REF. 4) Processus 1 : Rassembler les parties prenantes autour d'un même espace Donner une note à chaque étape : 0 (ne s'applique pas), 1 (lancé), 2 (en cours), 3 (presque terminé), 4 (terminé) ÉTAPE 1. Choisir

Plus en détail

2.5. Pacte mondial des Nations Unies

2.5. Pacte mondial des Nations Unies 2.5. Pacte mondial des Nations Unies Priorité stratégique : soutenir les principes du Pacte Nous sommes l un des signataires du Pacte, la plus importante initiative au monde dans le domaine de la responsabilité

Plus en détail

Description Modules 1-13 Contenu et objectifs

Description Modules 1-13 Contenu et objectifs Description Modules 1-13 et objectifs Module 1 Introduction à la formation GEDEon et outils de travail (2 jours) Présentation de la formation GEDEon Outils d organisation du temps et du travail Analyse

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Bienvenue chez Bürkert Bürkert, le partenaire idéal de votre réussite. Quel que soit votre problème en matière de fluidique, nous mettons tout en œuvre pour vous apporter la solution

Plus en détail

Réseau pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest (YEN-WA)

Réseau pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest (YEN-WA) Réseau pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest (YEN-WA) Abidjan - Capitale économique de la Côte d Ivoire Initiative pour le Secteur Privé ISP La jeunesse africaine : La promesse d un avenir meilleur...

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE CONFÉRENCE INTERNATIONALE FRANCOPHONE DE L UFAI ESTHER STERN, CONSEILLÈRE INTERRÉGIONALE, GESTION DES FINANCES PUBLIQUES NATIONS

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DE L INNOVATION

TABLEAU DE BORD DE L INNOVATION République Tunisienne Ministère de l Industrie et de la Technologie Direction Générale de l Innovation et du Développement Technologique TABLEAU DE BORD DE L INNOVATION ET DU DÉVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Messier-Bugatti ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES la CFDT, représentée par Monsieur Alain GUILLAUME, Délégué Syndical Central la CFE-CGC, représentée par Monsieur

Plus en détail

Chapitre V. Les missions internationales

Chapitre V. Les missions internationales Chapitre V Les missions internationales L activité internationale des juridictions financières prend deux formes : la réalisation de missions d audit externe d organisations internationales (rôle de commissaire

Plus en détail

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Les parties soussignées sont attachées à l objectif d une industrie du prêt-à-porter sûre et durable au Bangladesh où aucun travailleur

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK)

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Projet de coopération déléguée présenté dans le cadre du PIC entre le Royaume de Belgique et la RD du Congo Durée 3 ans

Plus en détail

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global Mettre en place les instruments pour réaliser un accès universel viable à l assainissement et à l eau potable ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS

Plus en détail

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo et la communauté internationale poursuivent un objectif commun pour la stabilité et le développement

Plus en détail

ECE/MP.WH/WG.1/2014/3 EUDCE/1408105/1.10/2014/WGWH/07. Conseil économique et social

ECE/MP.WH/WG.1/2014/3 EUDCE/1408105/1.10/2014/WGWH/07. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 17 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Organisation mondiale de la Santé Bureau régional pour l Europe

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale.

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale. Communiqué Santé au Sahel : l AFD, la Fondation Bill & Melinda Gates et Gavi s engagent ensemble pour renforcer la vaccination dans six pays de la région du Sahel Paris, le 26 juin 2015 - L Agence Française

Plus en détail

Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités?

Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités? Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités? Relations avec des Ingénieries pour mise en œuvre d une partie du plan de développement

Plus en détail

RENFORCER LES CAPACITÉS DES SOCIÉTÉS CLIENTES

RENFORCER LES CAPACITÉS DES SOCIÉTÉS CLIENTES RENFORCER LES CAPACITÉS DES SOCIÉTÉS CLIENTES UNE OFFRE D ACCOMPAGNEMENT TECHNIQUE À TOUTES LES ÉTAPES ET DANS LA DURÉE En Afrique et au Moyen-Orient, comme en Asie et en Amérique latine, les entreprises

Plus en détail