Améliorer les conditions de travail et la compétitivité dans les chaînes d approvisionnements mondiales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Améliorer les conditions de travail et la compétitivité dans les chaînes d approvisionnements mondiales"

Transcription

1 Améliorer les conditions de travail et la compétitivité dans les chaînes d approvisionnements mondiales

2 Better Work est un partenariat unique entre l Organisation internationale du Travail (OIT) et la Société financière internationale (IFC) qui vise à améliorer à la fois la conformité aux normes du travail et la compétitivité dans les chaînes d approvisionnement mondiales. Better Work combine à la fois le développement d outils internationaux et l implantation de projets au niveau des pays, et se concentre sur des solutions pouvant s échelonner et des solutions durables permettant d améliorer la coopération entre les gouvernements, les organisations patronales et syndicales et les acheteurs internationaux. Le soutien des donateurs joue également un rôle important dans la mise en place des activités aussi bien à un niveau international que national. L amélioration de la conformité aux normes du travail dans les chaînes d approvisionnement internationales est une composante importante d une stratégie de développement pro-pauvre. La protection des droits des travailleurs permet de distribuer les bénéfices du commerce et d encourager le développement humain, social et économique. La conformité aux normes du travail peut également aider les entreprises à devenir plus compétitives grâce à différents facteurs comme l accès à de nouveaux marchés et à de nouveaux acheteurs, ainsi que l accès à des nouvelles sources de financement et de crédit ; elle peut également engendrer des gains de productivité et une amélioration de la qualité. Better Work soutient les entreprises dans la mise en œuvre des normes fondamentales internationales du travail de l OIT ainsi que dans la mise en œuvre du droit national du travail. Impacts positifs : l exemple de Better Factories Cambodia > Les exportations vers les Etats-Unis, qui représentent la principale destination d exportation du Cambodge, ont augmenté de 151% en valeur entre 2001 et > Plus de nouveaux emplois ont été créés sur la même période. > Les taux de conformité concernant la liberté syndicale a augmenté de 14% dans les usines participantes, atteignant presque les 90%. Plus de 90% des usines versent maintenant des salaires corrects et des taux corrects d heures supplémentaires, et accordent des congés maternité ainsi que des congés payés annuels, (hausse de 37% du taux de conformité). > Près de 4 usines sur 5 s assurent que les heures supplémentaires restent effectuées volontairement, et paient des congés maladies aux travailleurs. > La conformité dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail s est améliorée de 20%. «Better Work favorise l autonomie des travailleurs dans les pays parmi les plus pauvres du monde. En accédant à la liberté syndicale, ces travailleurs et leur famille connaîtront une vie meilleure.» Sharan Burrow Présidente Confédération syndicale internationale 2

3 L histoire de Better Work Better Factories Cambodia Better Work s est inspiré du projet de l OIT Better Factories Cambodia. Mis en œuvre en 2001, ce projet a été développé dans le but d améliorer les conditions de travail dans l industrie de l exportation de vêtements du Cambodge. Better Factories Cambodia s est tout d abord développé à partir d un accord commercial innovant entre les Etats-Unis et le Cambodge. Par cet accord, les Etats-Unis promettaient au Cambodge un meilleur accès au marché en échange de l amélioration des conditions de travail dans le secteur du vêtement. Après l expiration de l accord commercial en 2004, le gouvernement cambodgien, les syndicats et les employeurs ont demandé à l OIT de mettre en place une stratégie durable permettant de transformer Better Factories Cambodia en une institution locale autofinancée. L OIT a travaillé avec l IFC pour concevoir et mettre en œuvre cette stratégie. Faire fonctionner le modèle à l échelle mondiale Better Work a été lancé en 2007, et s appuie sur les leçons et réussites de Better Factories Cambodia ; son but est de gérer les enjeux rencontrés par les acteurs des chaînes d approvisionnement mondiales comme par exemple la volonté des acheteurs internationaux de réduire les efforts liés aux audits et de consolider les coûts, ou les entreprises qui cherchent à améliorer leur compétitivité pour conserver l accès aux marchés internationaux. De plus, si la plupart des pays en voie de développement ont ratifié les conventions fondamentales de l OIT sur les normes du travail, leur mise en application reste un véritable enjeu. Dans de nombreux cas, les ministères du travail n ont pas les capacités ou les ressources suffisantes pour être efficaces. Les législations du travail, y compris les droits du travail nationaux, peuvent manquer de clarté ou être mal compris des employeurs ; on craint souvent que lorsqu un gouvernement applique strictement la législation du travail, il ne finisse par décourager les investisseurs potentiels. Better Work apporte des solutions concrètes permettant de renforcer les capacités du gouvernement, des employeurs et des travailleurs, tout en améliorant le dialogue social entre les parties prenantes, afin que la conformité aux normes du travail permette des réalisations durables sur le long terme. «Better Work est une occasion réelle de faire avancer la cause d une compétitivité responsable en améliorant les conditions et les droits des travailleurs.» Patrick Itschert Secrétaire général Fédération internationale des travailleurs du textile, de l habillement de la chaussure et du cuir 3

4 Better Work : au niveau INTERNATIONAL ET national Au niveau international : Better Work développe des outils pratiques pour aider les entreprises à améliorer leurs normes du travail et à renforcer leur compétitivité. Les grandes activités internationales du programme Better Work incluent : Un outil d évaluation de la conformité qui mesure le respect des normes fondamentales du travail internationales et du droit national du travail, permettant la comparaison avec les données de l industrie et montrant les progrès réalisés dans le temps. Des services de conseils visant à mener des actions correctives traitant aussi bien des questions de non conformité que des systèmes de gestion. Des formations sur mesure qui incluent un programme de formation modulaire de 12 mois, des séminaires à thème unique, des kits d intégration et des formations pour les superviseurs de premier niveau. Des techniques innovantes pour mieux sensibiliser les travailleurs, comme des feuilletons et des bandes-dessinées. Des modèles de politiques et de procédures, ainsi que des guides de bonnes pratiques couvrant un ensemble de besoins courants des entreprises. STAR, un système de gestion de l information qui capture les données concernant les activités de conformité et d amélioration, et qui partage les résultats avec les fournisseurs et leurs acheteurs. Une surveillance et des évaluations afin d améliorer en continu les services du programme, des évaluations de l impact qui mesurent la manière dont Better Work agit sur les vies des travailleurs, et une évaluation de l utilité commerciale de la conformité aux normes de travail. Une petite équipe internationale soutient le développement continuel et la mise en œuvre de Better Work. Son travail consiste à développer les programmes nationaux et à leur apporter un soutien. L équipe est également responsable au niveau international de la gestion des rapports d évaluation, de la gestion des connaissances, de la coordination, de l engagement des partenaires sociaux, de l assurance qualité, de la mobilisation des ressources, de la gestion stratégique et des conseils politiques. Au niveau national : Better Work s efforce de créer des institutions locales et durables qui encouragent la conformité aux normes de travail tout en améliorant la compétitivité de l industrie. Dans les marchés importants, où la base industrielle peut soutenir de telles actions, le but de ces programmes est de devenir dans le temps indépendants et capables de se financer de façon autonome. Les programmes nationaux combinent généralement : Des évaluations indépendantes des entreprises et des services de conseil et de formation pour encourager des améliorations concrètes grâce à la coopération au travail. Un engagement des partenaires sociaux grâce à un Comité Consultatif du Projet national, au sein duquel le gouvernement et les organisations patronales et syndicales participent à la conception du projet, et qui est un instrument de retour d informations sur les activités de Better Work. Un reporting public qui présente les données agrégées de non-conformité provenant de l ensemble des usines participant à un programme national Better Work, et qui permet des comparaisons entre plusieurs pays en fonction d indicateurs spécifiques. 4

5 Les programmes nationaux de Better Work travaillent en étroite collaboration avec les initiatives de l IFC et de l OIT déjà en place, et notamment avec celles qui se concentrent sur le développement des compétences dans le secteur privé, l administration publique du travail et les organisations patronales et syndicales. Partenariat OIT/IFC et gouvernance L Organisation internationale du travail (OIT) L OIT fait référence en matière de problèmes liés au travail de par sa composition tripartite, ses connaissances approfondies des normes du travail, son engagement et son assistance technique sur le long terme avec les états membres. L OIT apporte à Better Work une contribution vitale, en permettant le rassemblement des gouvernements et des organisations patronales et syndicales pour chercher ensemble des solutions qui soient efficaces pour les entreprises et les personnes. La Société financière internationale (IFC) L IFC apporte à Better Work ses réseaux d investissements et son expertise dans le développement du secteur privé. Les contributions de l IFC incluent son expérience dans le développement et la mise en œuvre de normes sociales et environnementales, ainsi que sa capacité à développer des programmes durables. Gouvernance Les objectifs stratégiques et opérationnels de Better Work sont supervisés par son Conseil d Administration, dans lequel l OIT et l IFC sont représentés à part égale. Le Conseil d Administration est piloté par un Comité Consultatif au niveau international, constitué de représentants des gouvernements donateurs, des organisations patronales et syndicales, des acheteurs internationaux et d universitaires. Le Comité Consultatif se réunit en amont des réunions semi-annuelles du Conseil d Administration afin de fournir un apport stratégique aux opérations et au développement du programme. «Le Comité Consultatif du Projet est impatient de collaborer avec le programme afin de réussir à atteindre les objectifs du projet : un meilleur respect des normes de travail, de meilleures conditions de travail, plus de travail pour les travailleurs, et une meilleure productivité.» Nguyen Van Tien Chief Labor Inspector, Ministère du travail, des invalides de guerre et des affaires sociales du Vietnam Président, Comité Consultatif du Projet Better Work Vietnam 5

6 Cycle d évaluation, service-conseil et formation de Better Work EVALUATION EVALUATION VISITE ENTREPRISE VISITE ENTREPRISE REVUE INTERNE REVUE INTERNE RAPPORT D'ÉVALUATION RAPPORT D'ÉVALUATION RÉACTION RÉACTION RAPPORT D'ÉVALUATION RAPPORT FINAL D'ÉVALUATION FINAL CONSEIL & FORMATION CONSEIL CONSEIL & FORMATION & MOIS MOIS PREMIER PREMIER douze douze mois mois RÉUNION AVEC LA DIRECTION Début du processus de conseil RÉUNION AVEC LA DIRECTION PROCESSUS D'ÉVALUATION Début du processus de conseil PROCESSUS D'ÉVALUATION MESURE DE L'IMPACT MESURE DE L'IMPACT RÉUNION AVEC LES TRAVAILLEURS RÉUNION AVEC LES TRAVAILLEURS COMPOSITION DU CCAP COMPOSITION PLAN DU CCAP FORMATION FORMATION ÉVALUATION INTERNE ÉVALUATION INTERNE QUATRE MOIS QUATRE MOIS COMPTE RENDU COMPTE PREMIER RENDU PREMIER PLAN RÉUNIONS CCAP DEUXIÈME COMPTE RENDU MOIS HUIT RÉUNIONS CCAP DEUXIÈME COMPTE RENDU MOIS HUIT CCAP: Comité Consultatif pour l Amélioration de la Performance CCAP: Comité Consultatif pour l Amélioration de la Performance 6

7 Garantir l intégrité Les compétences et la réputation des formateurs et conseillers en entreprise de Better Work sont essentielles à la réussite du programme. Que cela soit au niveau international ou national, Better Work met en place des programmes de formation pour les formateurs et les conseillers en entreprise complets et rigoureux, un réseau de soutien et un programme de développement professionnel pour ces groupes cibles. Dans le cadre de leur formation et de leurs responsabilités, ils apprennent à mener à bien leurs missions en suivant un code éthique très strict d intégrité, de transparence, de diplomatie et de respect. De plus, la politique de Better Work en matière d éthique garantit la qualité des services, et comprend des lignes directrices et des règles concernant les visites en entreprises, la préparation des rapports et les relations avec les partenaires sociaux. Le dialogue social Pour construire le consensus et le partenariat qui font de Better Work une réussite, il est essentiel d impliquer les partenaires sociaux notamment le gouvernement, les organisations patronales et les syndicats dans la conception et la mise en œuvre du programme. L implication de chaque partenaire social dans l amélioration de la conformité aux normes du travail consolide les investissements effectués dans les domaines de la protection du salarié et de la compétitivité de l industrie dans les chaînes d approvisionnement mondiales. Le dialogue social est à la base de tous les procédés de Better Work, et ce à tous les niveaux. Le Comité Consultatif international, qui apporte sa participation au Conseil d Administration comprend des représentants des organisations syndicales et patronales internationales, ainsi que des représentants des gouvernements donateurs et des acheteurs afin de garantir un engagement efficace de tous dans le programme. Au niveau des pays, la conception du programme Better Work se déroule sur une période de 6 à 12 mois, et demande la participation active de tous les partenaires sociaux nationaux. Une fois opérationnels, les programmes nationaux de Better Work sont conseillés par un Comité Consultatif du Projet qui comprend des représentants du gouvernement national (généralement le ministère du travail) et des organisations patronales et syndicales locales, représentant le secteur ou l industrie. «Better Work constitue une avancée considérable sur le terrain des normes du travail dans l industrie du vêtement Nous pensons que cette approche a une valeur inestimable du fait de son souci d améliorer les conditions de travail des personnes qui fabriquent nos produits.» Michael Kobori Vice-président, Durabilité Sociale et Environnementale de la Chaîne d Approvisionnement Levi Strauss & Co. 7

8 Faire la différence : mesure de l impact de Better Work Better Work peut changer radicalement les vies des salariés et de leurs familles, la performance des entreprises et le développement économique et social des pays impliqués. Le nombre élevé de travailleurs féminins présents dans le secteur du vêtement est une composante importante pour le programme Better Work ; au Cambodge par exemple, les femmes représentent près de 90% des travailleurs dans l industrie du vêtement. L analyse Better Work utilise une approche concrète pour développer de nouveaux programmes nationaux et les services. De plus, une surveillance et des évaluations continues et rigoureuses, tout comme des mesures de l impact, garantissent l assurance que le programme agit en restant concentré sur les résultats escomptés. Suivi du programme Better Work Afin de garantir des opérations efficaces et pour arriver aux résultats escomptés, Better Work suit et évalue les principaux indicateurs d évaluation des réalisations dans chaque programme national, et notamment : Le taux de conformité avec les normes du travail au niveau des usines et de l industrie L amélioration dans le temps de la conformité Les coûts économisés par la réduction des audits Les relations avec les acheteurs Evaluer l impact Afin d analyser les liens de cause à effet entre les interventions de Better Work et les résultats pour les entreprises et les travailleurs, le programme suit également des indicateurs clés de développement, qui incluent les progrès par rapport aux objectifs du Millénaire pour le développement, et notamment : Le Développement économique Le Développement Humain La croissance à l exportation en valeur et volume Le revenu du ménage du salarié L emploi Les versements aux salariés Les salaires Les réalisations éducatives La santé mentale, physique et la fécondité «Le respect de la législation nationale du travail est au cœur du progrès social à l ère de la mondialisation. L action de Better Work sur le terrain incite les employeurs à respecter la loi et ils en sont récompensés par de meilleurs résultats économiques et un accès plus facile aux marchés mondiaux.» Brent Wilton Vice-secrétaire général Organisation Internationale des Employeurs 8

9 Travailler avec les acheteurs internationaux Un des critères clés de la réussite de Better Work est le soutien en continu et la participation des détaillants internationaux et des marques internationales. Les acheteurs doivent s engager en faveur des objectifs globaux du programme, participer activement à sa mise en œuvre et afficher leur soutien aux autres partenaires sociaux. Acceptation des principes Better Work pour les acheteurs internationaux Afin de montrer leur soutien et de s engager dans le programme, les acheteurs internationaux signent les principes Better Work pour les acheteurs internationaux, et s engagent à : (1) participer régulièrement au Forum des Acheteurs internationaux, (2) travailler activement pour la mise en œuvre d une surveillance stratégique, y compris en arrêtant les audits dans les domaines couverts par le programme, (3) encourager activement la participation des fournisseurs et des agents (le cas échéant) au programme, et (4) se concentrer sur le processus d amélioration. Le Forum des Acheteurs Le Forum des Acheteurs est une communauté d entreprises ayant des chaînes d approvisionnement dans des pays en voie de développement, qui ont un intérêt commun pour le programme de Better Work et qui se sont engagées à soutenir des solutions innovantes pour répondre aux enjeux des normes du travail. Rencontres internationales : Il y a deux rencontres du Forum des Acheteurs par an, une en Europe et une aux Etats-Unis. Ces rencontres permettent aux acheteurs de faire un retour d informations très utile à Better Work. Des rencontres sont également organisées au niveau régional quand cela est nécessaire. Réunions nationales : Les réunions nationales du Forum des Acheteurs sont organisées dans les pays oú un programme Better Work est implanté, pour des industries spécifiques. Ces rendez-vous permettent aux acheteurs d interagir avec les différents acteurs nationaux (gouvernement, employeurs et syndicats) et de contribuer à l amélioration du programme. 9

10 Travailler avec les donateurs Les financements des donateurs sont essentiels tant pour les activités internationales de Better Work que pour ses activités nationales. Ces financements sont utilisés pour lancer de nouveaux programmes nationaux, pour adapter des outils et pour développer des services de formation ciblés. Dans les marchés plus importants, où il existe une base industrielle qui peut soutenir une telle action, l objectif des programmes nationaux de Better Work est d effectuer une transition vers des institutions locales autofinancées sur un modèle de recouvrement des coûts basés sur les services. Les donateurs suivants soutiennent les programmes nationaux de Better Work : Canada, Union européenne, Finlande, Allemagne, Irlande, Italie, Japon, Jordanie, Luxembourg, Nouvelle Zélande, Norvège, Suède et Etats-Unis. De plus, l Australie, les Pays-Bas et la Suisse ont financé Better Work à la fois au niveau international et au niveau national.* Quatre représentants des donateurs (Australie, Pays-Bas, Suisse et Etats-Unis) siègent au Comité Consultatif pour travailler avec le Conseil d Administration sur des sujets tels que les politiques publiques touchant aux questions de travail dans les chaînes d approvisionnement mondiales, dans le respect du cadre de la stratégie de Better Work. Better Work encourage les donateurs à soutenir le programme par le biais d un multi-compte qui rassemble les fonds provenant des donateurs du programme, et qui permet à Better Work de canaliser efficacement les fonds donnés vers les composants du programme qui ont des besoins de financement. Better Work peut par ce biais créer des synergies entre les différentes sources de financement, et peut ainsi assurer la continuité des opérations de Better Work au-delà des dates butoirs des accords individuels des donateurs. Better Work rencontre les donateurs deux fois par an, afin de rendre compte de l utilisation des fonds publics, de discuter des futurs projets et activités, d évaluer les synergies possibles avec les partenariats gouvernementaux publics/privés existants dans les chaînes d approvisionnement mondiales ; ils discutent également des politiques publiques concernant les questions de travail dans les chaînes d approvisionnement mondiales. Better Work présente également l impact de son action en utilisant des indicateurs, notamment ceux pertinents pour les politiques gouvernementales d aide au développement, comme les objectifs du Millénaire pour le développement. *Better Work reçoit également des contributions d entreprises, en plus des montants prélevés pour les services du programme. Ces dons représentent environ 2% du budget global. «Au Lesotho, Better Work a souligné le fait que tous les partenaires sociaux sont interdépendants et que leurs objectifs se rejoignent. C est ainsi que nous progressons ensemble vers une vision commune.» Thabo Tshabalala Secrétaire régional pour l Afrique, Fédération internationale des Travailleurs du Textile, de l Habillement et du Cuir 10

11 Où va Better Work? Better Work a des activités en cours dans neuf pays du globe. Les programmes existants au Cambodge, en Haïti, en Jordanie, au Lesotho et au Vietnam seront bientôt rejoints par des programmes qui sont en train d être déployés en Indonésie et au Nicaragua. De plus, des études de cadrage et de faisabilité sont en cours au Maroc et au Bangladesh. Better Work réfléchit également à un élargissement vers d autres secteurs et notamment ceux de l électronique, des agro-industries et du tourisme. «Les usines réalisent maintenant que Better Work Jordan peut jouer un rôle très important pour leur permettre de s auto-discipliner et pour aboutir à de meilleures relations entre les employeurs et les salariés.» Attulah Edirisinghe Président-directeur général, EAM Maliban Textiles (Jordanie) Pvt. Ltd. 11

12 BETTER WORK Améliorer les conditions de travail et la compétitivité dans les chaînes d approvisionnements mondiales Contactez-nous Bureau international du Travail Bureau International du Travail 4, route des Morillons CH-1211 Geneva 22 - Switzerland T T Société Financière Internationale Groupe de la Banque mondiale International Finance Corporation 2121 Pennsylvania Avenue, NW Washington, DC USA T T

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

Le point sur les activités liées à la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Le point sur les activités liées à la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.301/MNE/3/1 301 e session Conseil d administration Genève, mars 2008 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR INFORMATION TROISIÈME QUESTION À L ORDRE

Plus en détail

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Les parties soussignées sont attachées à l objectif d une industrie du prêt-à-porter sûre et durable au Bangladesh où aucun travailleur

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

LES NORMES INTERNATIONALES DU TRAVAIL ET LA DÉCLARATION DE PRINCIPES TRIPARTITE SUR LES ENTREPRISES MULTINATIONALES ET LA POLITIQUE SOCIALE

LES NORMES INTERNATIONALES DU TRAVAIL ET LA DÉCLARATION DE PRINCIPES TRIPARTITE SUR LES ENTREPRISES MULTINATIONALES ET LA POLITIQUE SOCIALE LES NORMES INTERNATIONALES DU TRAVAIL ET LA DÉCLARATION DE PRINCIPES TRIPARTITE SUR LES ENTREPRISES MULTINATIONALES ET LA POLITIQUE SOCIALE GithaRoelans, Cheffe d unité Entreprises Multinationales, Département

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Dossier de presse 24-26 Avril 2013 Rabat - MAROC COMMUNIQUE DE PRESSE Bank Al-Maghrib organise la huitième

Plus en détail

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE 3 UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE Proposition de Michele Patterson, Présidente, juin 2008 Introduction

Plus en détail

UNION POUR LA MEDITERRANEE Agenda de la Formation professionnelle

UNION POUR LA MEDITERRANEE Agenda de la Formation professionnelle UNION POUR LA MEDITERRANEE Agenda de la Formation professionnelle GOUVERNANCE Le présent document résume les échanges du groupe de pilotage tripartite constitué de Maurice Mézel du Ministère du Travail,

Plus en détail

Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire

Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire Préambule Les différentes CDEC (Corporations de développement économique communautaire) ont pour mission le développement

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 2CO/F/6.8 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 1. Le Congrès s engage à appuyer le

Plus en détail

MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020)

MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020) MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020) 20 avril 2012 Washington, DC MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020) I. OBJECTIFS, FONCTIONS ET MISSIONS OBJECTIFS DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

SOMMAIRE. 1/ Pourquoi un site Internet sur le reporting RSE? 2/ Le contenu du site Internet

SOMMAIRE. 1/ Pourquoi un site Internet sur le reporting RSE? 2/ Le contenu du site Internet 3... SOMMAIRE 1/ Pourquoi un site Internet sur le reporting RSE? a. Définition et enjeux du «reporting RSE des entreprises» - Quoi? - Pour qui? - Pourquoi? - Comment? 5... b. Objectifs du site Internet

Plus en détail

ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE

ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE NATIONS UNIES COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE RECOMMANDATION n 4, deuxième édition, adoptée par le Centre des Nations Unies pour la facilitation du

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

Conférence de Kasane sur le commerce illégal d espèces sauvages 25 mars 2015 DÉCLARATION

Conférence de Kasane sur le commerce illégal d espèces sauvages 25 mars 2015 DÉCLARATION Conférence de Kasane sur le commerce illégal d espèces sauvages 25 mars 2015 DÉCLARATION 2 Déclaration de Kasane sur le commerce illégal d espèces sauvages CONFÉRENCE DE KASANE SUR LE COMMERCE ILLÉGAL

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables (approuvée par le 100 ième Comité Exécutif de la FEM Luxembourg, les 7 et 8 juin 2005) 1. Ces dernières

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

Programme de promotion du travail décent, par la formation des cadres du développement et l innovation (Universitas)

Programme de promotion du travail décent, par la formation des cadres du développement et l innovation (Universitas) Programme de promotion du travail décent, par la formation des cadres du développement et l innovation (Universitas) Collaboration entre le Gouvernement de la République Italienne et l Organisation International

Plus en détail

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.3.2015 COM(2015) 130 final EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION des rapports d activité annuels des États membres en matière de crédits à l exportation au sens du règlement

Plus en détail

Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement

Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement CBI : L expert en exportations à partir de pays en développement Depuis une quarantaine d années, le CBI contribue à la

Plus en détail

RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group

RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group «Comment Vignal Lighting Group intègre les problématiques de développement durable dans son activité» Page 1 Mot du Président Le Développement

Plus en détail

Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 Engagements RSE dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication

Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 Engagements RSE dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication MEDEF - ORSE octobre 2014 Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication Fédération des Industries Electriques, Electroniques

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

Le ministère des Finances et de l Économie. Votre partenaire d affaires Présentation à la foire des entrepreneurs

Le ministère des Finances et de l Économie. Votre partenaire d affaires Présentation à la foire des entrepreneurs Le ministère des Finances et de l Économie Votre partenaire d affaires Présentation à la foire des entrepreneurs Formation du nouveau ministère À la suite de la formation du nouveau Conseil des ministres

Plus en détail

Plan de travail général 2010-2014 de la FSESP

Plan de travail général 2010-2014 de la FSESP Document adopté au Comité Exécutif de la FSESP 9 & 10 November 2009 Les résolutions adoptées pendant le Congrès du 8 au 11 juin 2009 et qui sont citées à la fin du document constituent la base du Plan

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

NOMADÉIS. Pionnier du conseil durable E N V I RONNE M ENT DÉVELOPPEMENT DURABLE COOPÉRAT I ON I N T E R N AT I ONA LE

NOMADÉIS. Pionnier du conseil durable E N V I RONNE M ENT DÉVELOPPEMENT DURABLE COOPÉRAT I ON I N T E R N AT I ONA LE E N V I RONNE M ENT DÉVELOPPEMENT DURABLE COOPÉRAT I ON I N T E R N AT I ONA LE NOMADÉIS Pionnier du conseil durable 2 1 R U E G E O R G E S A N D 7 5 0 1 6 P A R I S, F R A N C E + 3 3 ( 0 ) 1 4 5 2 4

Plus en détail

Quels critères pour un vêtement durable? Labels et outils de contrôle. CHAMPON Léa écoconso et CRABBE Carole achact 20 novembre / Bouge

Quels critères pour un vêtement durable? Labels et outils de contrôle. CHAMPON Léa écoconso et CRABBE Carole achact 20 novembre / Bouge Quels critères pour un vêtement durable? Labels et outils de contrôle CHAMPON Léa écoconso et CRABBE Carole achact 20 novembre / Bouge Acheter responsable, moins et mieux! Améliorer la «performance achats»

Plus en détail

Biomasse énergétiques Éducation Architectes et ingénieurs Énergie éolienne Autre Institutions financières Géothermique

Biomasse énergétiques Éducation Architectes et ingénieurs Énergie éolienne Autre Institutions financières Géothermique Promotion de la gestion de l énergie dans l industrie textile en Grèce, au Portugal, en Espagne et en Bulgarie Projet EMS-Textile SIGMA Consultants Ltd - Grèce Résumé Le projet EMS-TEXTILE vise à promouvoir

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS Présenté par Dr Alpha AYANDE Tél. +41 79 358 26 12 Email: syfodip@gmail.com

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Document explicatif Introduction à Fairtrade

Document explicatif Introduction à Fairtrade Document explicatif Introduction à Fairtrade Explication de quelques mots et expressions clés utilisés à Fairtrade. Coopérative de Café Cocla, Peru. Photo: Henrik Kastenskov Document: Document explicatif

Plus en détail

OUGANDA 40. Affilié de l IE. Ratifications. UNATU Uganda National Teachers Union Adhérents : 86 000

OUGANDA 40. Affilié de l IE. Ratifications. UNATU Uganda National Teachers Union Adhérents : 86 000 OUGANDA 40 Affilié de l IE UNATU Uganda National Teachers Union Adhérents : 86 000 Ratifications C 87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical (1948), ratifiée en 2005 C 98

Plus en détail

La Maison du Transport :

La Maison du Transport : La Maison du Transport : Lieu d accueil des structures de représentation et services pour les entreprises de transport routier de la Loire Un syndicat professionnel : le cœur de métier FNTR LOIRE, déclinaison

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

Déclaration de Campagne de Play Fair 2008

Déclaration de Campagne de Play Fair 2008 Jeux olympiques de Pékin Déclaration de Campagne de Play Fair 2008 Cette déclaration de campagne a pour objet de guider les actions des organisations engagées dans une campagne mondiale visant à attirer

Plus en détail

Projet BIT/CE Mesure et Suivi des Progrès en faveur du Travail Décent (MAP) Réunion du Projet MAP sur la mesure et le suivi du travail décent

Projet BIT/CE Mesure et Suivi des Progrès en faveur du Travail Décent (MAP) Réunion du Projet MAP sur la mesure et le suivi du travail décent Projet BIT/CE Mesure et Suivi des Progrès en faveur du Travail Décent (MAP) Réunion du Projet MAP sur la mesure et le suivi du travail décent Leçons tirées de l expérience des pays du projet MAP Genève,

Plus en détail

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat, (Maroc) 31 mars 1 er avril

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Gap Inc. www.ethique-sur-etiquette.org. San Francisco, Etats-Unis. Siège (ville, pays): Année de fondation: 1969 Nombre de points de vente:

Gap Inc. www.ethique-sur-etiquette.org. San Francisco, Etats-Unis. Siège (ville, pays): Année de fondation: 1969 Nombre de points de vente: Gap Inc. Siège (ville, pays): Année de fondation: 1969 Nombre de points de vente: Nombre d'employé e s: 134 000 Propriétaire: PDG: Chiffre d'affaires: Bénéfices: San Francisco, Etats-Unis 3276 points de

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Bienvenue chez Bürkert Bürkert, le partenaire idéal de votre réussite. Quel que soit votre problème en matière de fluidique, nous mettons tout en œuvre pour vous apporter la solution

Plus en détail

Données internationales relatives au cumul emploi-retraite -------------------------

Données internationales relatives au cumul emploi-retraite ------------------------- (Document de travail pour les intervenants) Données internationales relatives au cumul emploi-retraite ------------------------- Ce document de travail peut être remis aux intervenants mais ne peut être

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

ACCORD MONDIAL SUR LES DROITS FONDAMENTAUX, LE DIALOGUE SOCIAL ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

ACCORD MONDIAL SUR LES DROITS FONDAMENTAUX, LE DIALOGUE SOCIAL ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE ACCORD MONDIAL SUR LES DROITS FONDAMENTAUX, LE DIALOGUE SOCIAL ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE PREAMBULE : GDF SUEZ fonctionne selon une série de principes qui reflètent ses valeurs telles qu elles ont été

Plus en détail

L externalisation réglementée

L externalisation réglementée L externalisation réglementée SOMMAIRE 3 LA PLACE FINANCIÈRE LUXEMBOURGEOISE 4 L EXTERNALISATION DANS LE SECTEUR FINANCIER 5 LE STATUT DE PSF DE SUPPORT 7 L OFFRE DE SERVICES 9 POURQUOI TRAVAILLER AVEC

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP. Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA

Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP. Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA Nous sommes l organisme EXPRA Regroupement d organismes représentant des entreprises

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à 12 L importance d une étude diagnostique sur le pays Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à l autre. Le Brésil par exemple met l accent sur l adoption d une méthode

Plus en détail

Vous et votre famille PROGRAMME D AIDE AUX MEMBRES

Vous et votre famille PROGRAMME D AIDE AUX MEMBRES PROGRAMME D AIDE AUX MEMBRES www.forces.gc.ca/assistance VOTRE QUALITÉ DE VIE EST IMPORTANTE! Évidemment, vous désirez profiter d une bonne qualité de vie. Et vous avez parfaitement raison! Toutefois,

Plus en détail

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA SANTÉ AVOIRS CARRIÈRE LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA PRINCIPAUX RÉSULTATS OBTENUS AVEC LA BASE DE DONNÉES MERCER SUR LES RSR (MISE À JOUR DE 2014) AVRIL 2015

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

FORUM DES FEMMES CHEFS D ENTREPRISE

FORUM DES FEMMES CHEFS D ENTREPRISE NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. LIMITÉE A/CONF.191/L.25 6 juillet 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS Troisième Conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés Bruxelles (Belgique), 14-20

Plus en détail

Stratégie de la Banque Mondiale 2012 2022 Protection sociale et emploi

Stratégie de la Banque Mondiale 2012 2022 Protection sociale et emploi Page1 Stratégie de la Banque Mondiale 2012 2022 Protection sociale et emploi Étude préliminaire de la stratégie 1 Ref : 2012-44 Le 16 Mars 2012, la Banque Mondiale a soumis à concertation sa stratégie

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Convention n o 142 concernant le rôle de l orientation et de la formation professionnelles dans la mise en valeur des ressources humaines

Convention n o 142 concernant le rôle de l orientation et de la formation professionnelles dans la mise en valeur des ressources humaines Texte original Convention n o 142 concernant le rôle de l orientation et de la formation professionnelles dans la mise en valeur des ressources humaines 0.822.724.2 Conclue à Genève le 23 juin 1975 Approuvée

Plus en détail

Diriger nos business de façon durable

Diriger nos business de façon durable Code de bonne conduite Diriger nos business de façon durable Afin de guider et soutenir les parties prenantes du marché dans leur démarche d excellence et de création de valeur dans le long terme, les

Plus en détail

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE EDITO «Quand le cabinet de recrutement Robert Walters a lancé l activité Management de Transition en France il y a 10 ans, beaucoup d entreprises et de candidats étaient

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures

Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures La Banque asiatique d investissement dans les infrastructures (BAII) résulte d une initiative de la Chine, qui a

Plus en détail

The Global Voice of Business DOCUMENT D ORIENTATION DE L ORGANISATION INTERNATIONALE DES EMPLOYEURS LE SALAIRE MINIMUM VITAL

The Global Voice of Business DOCUMENT D ORIENTATION DE L ORGANISATION INTERNATIONALE DES EMPLOYEURS LE SALAIRE MINIMUM VITAL The Global Voice of Business DOCUMENT D ORIENTATION DE L ORGANISATION INTERNATIONALE DES EMPLOYEURS LE SALAIRE MINIMUM VITAL MADAME, MONSIEUR, Lors de la réunion conjointe des Groupes de travail de l

Plus en détail

Gagner le défi de l énergie avec ISO 50001 ISO 50001. management de l énergie

Gagner le défi de l énergie avec ISO 50001 ISO 50001. management de l énergie Gagner le défi de l énergie avec ISO 50001 ISO 50001 management de l énergie L ISO en bref * En juin 2011 L ISO, Organisation internationale de normalisation, est composée de 160* membres qui sont les

Plus en détail

Garantie contre les risques à l exportation

Garantie contre les risques à l exportation Garantie contre les risques à l exportation Révision totale de la loi de 1958 28 janvier 2004 Numéro 4 La révision de la garantie contre les risques à l exportation (GRE) en consultation Le Conseil fédéral

Plus en détail

Des élèves afghans participent à un cours dans une école primaire d un camp de réfugiés situé à Islamabad, Pakistan. 206 Rapport global 2011 du HCR

Des élèves afghans participent à un cours dans une école primaire d un camp de réfugiés situé à Islamabad, Pakistan. 206 Rapport global 2011 du HCR 206 Rapport global 2011 du HCR Des élèves afghans participent à un cours dans une école primaire d un camp de réfugiés situé à Islamabad, Pakistan. FAITS MARQUANTS Le HCR a coopéré avec les Gouvernements

Plus en détail

L assurance qualité N 4. Décembre 2014

L assurance qualité N 4. Décembre 2014 N 4 L assurance qualité Décembre 2014 L es investissements dans les systèmes et services d orientation tout au long de la vie (OTLV) doivent démontrer le bénéfice pour les individus, les communautés et

Plus en détail

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement.

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d archivage.

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

Gestion des débiteurs Financement Assurance-crédit: trois problèmes, une solution: le factoring

Gestion des débiteurs Financement Assurance-crédit: trois problèmes, une solution: le factoring Gestion des débiteurs Financement Assurance-crédit: trois problèmes, une solution: le factoring Présentation PSE Lausanne, 23 janvier 2004 Jean-Marc Rossier Factors SA Une société du groupe UBS SA Active

Plus en détail

FOCUS SOMMAIRE. Chers amis,

FOCUS SOMMAIRE. Chers amis, SOMMAIRE Chers amis, Focus p.1 Syndicats p.2 Associations p.3 Activités à venir p.5 FES Publications p.5 En dépit d une année plutôt agitée, la Tunisie continue son chemin de transition démocratique. Certes,

Plus en détail

DIALOGUE SOCIAL EUROPÉEN : DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL

DIALOGUE SOCIAL EUROPÉEN : DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU (I) INTRODUCTION 1. Les présentes Directives ont pour but d assurer que chaque lieu de travail dispose d une politique axée sur

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Paris, le 04 novembre 2013. Page 1 sur 8

Paris, le 04 novembre 2013. Page 1 sur 8 Charte d Engagement des industries des produits entrant dans la construction pour le développement des formations aux économies d énergie dans le bâtiment et la promotion de la mention RGE «Reconnu Garant

Plus en détail

Verano Curso 2012. LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ ISO 9001-2008 Mise en place

Verano Curso 2012. LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ ISO 9001-2008 Mise en place Modelos e Instrumentos de Calidad y Buenas Prácticas para la Mejora de Empresas e Instituciones Verano Curso 2012 Tetuán. 9 al 13 de julio LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ ISO 9001-2008 Mise en place A.STITOU

Plus en détail

VIDYA PROJET LE TRAVAIL DES ÉQUIPES DE RSC D INDITEX EN INDE

VIDYA PROJET LE TRAVAIL DES ÉQUIPES DE RSC D INDITEX EN INDE La politique de Responsabilité Sociale d Entreprise d Inditex à l égard de ses fournisseurs repose sur un outil essentiel, qui est le Code de Conduite pour les Fabricants Externes, que tous ses fournisseurs

Plus en détail

La zone euro et la crise des dettes publiques

La zone euro et la crise des dettes publiques La zone euro et la crise des dettes publiques Charles Wyplosz Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement, Genève Conférence SYZQUANT Genève le 23 novembre 2010 Dettes en 2010 (% PIB)

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Compte rendu Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures Compte rendu n 21 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 Audition, ouverte

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/PFA/4/2 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION QUATRIÈME QUESTION

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

Mise à jour sur l Irlande T2 2015. Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires

Mise à jour sur l Irlande T2 2015. Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires Mise à jour sur l Irlande T2 2015 Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires Pourquoi l Irlande? Les entreprises sont attirées par l Irlande pour diverses raisons Irlande,

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail