Améliorer les conditions de travail et la compétitivité dans les chaînes d approvisionnements mondiales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Améliorer les conditions de travail et la compétitivité dans les chaînes d approvisionnements mondiales"

Transcription

1 Améliorer les conditions de travail et la compétitivité dans les chaînes d approvisionnements mondiales

2 Better Work est un partenariat unique entre l Organisation internationale du Travail (OIT) et la Société financière internationale (IFC) qui vise à améliorer à la fois la conformité aux normes du travail et la compétitivité dans les chaînes d approvisionnement mondiales. Better Work combine à la fois le développement d outils internationaux et l implantation de projets au niveau des pays, et se concentre sur des solutions pouvant s échelonner et des solutions durables permettant d améliorer la coopération entre les gouvernements, les organisations patronales et syndicales et les acheteurs internationaux. Le soutien des donateurs joue également un rôle important dans la mise en place des activités aussi bien à un niveau international que national. L amélioration de la conformité aux normes du travail dans les chaînes d approvisionnement internationales est une composante importante d une stratégie de développement pro-pauvre. La protection des droits des travailleurs permet de distribuer les bénéfices du commerce et d encourager le développement humain, social et économique. La conformité aux normes du travail peut également aider les entreprises à devenir plus compétitives grâce à différents facteurs comme l accès à de nouveaux marchés et à de nouveaux acheteurs, ainsi que l accès à des nouvelles sources de financement et de crédit ; elle peut également engendrer des gains de productivité et une amélioration de la qualité. Better Work soutient les entreprises dans la mise en œuvre des normes fondamentales internationales du travail de l OIT ainsi que dans la mise en œuvre du droit national du travail. Impacts positifs : l exemple de Better Factories Cambodia > Les exportations vers les Etats-Unis, qui représentent la principale destination d exportation du Cambodge, ont augmenté de 151% en valeur entre 2001 et > Plus de nouveaux emplois ont été créés sur la même période. > Les taux de conformité concernant la liberté syndicale a augmenté de 14% dans les usines participantes, atteignant presque les 90%. Plus de 90% des usines versent maintenant des salaires corrects et des taux corrects d heures supplémentaires, et accordent des congés maternité ainsi que des congés payés annuels, (hausse de 37% du taux de conformité). > Près de 4 usines sur 5 s assurent que les heures supplémentaires restent effectuées volontairement, et paient des congés maladies aux travailleurs. > La conformité dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail s est améliorée de 20%. «Better Work favorise l autonomie des travailleurs dans les pays parmi les plus pauvres du monde. En accédant à la liberté syndicale, ces travailleurs et leur famille connaîtront une vie meilleure.» Sharan Burrow Présidente Confédération syndicale internationale 2

3 L histoire de Better Work Better Factories Cambodia Better Work s est inspiré du projet de l OIT Better Factories Cambodia. Mis en œuvre en 2001, ce projet a été développé dans le but d améliorer les conditions de travail dans l industrie de l exportation de vêtements du Cambodge. Better Factories Cambodia s est tout d abord développé à partir d un accord commercial innovant entre les Etats-Unis et le Cambodge. Par cet accord, les Etats-Unis promettaient au Cambodge un meilleur accès au marché en échange de l amélioration des conditions de travail dans le secteur du vêtement. Après l expiration de l accord commercial en 2004, le gouvernement cambodgien, les syndicats et les employeurs ont demandé à l OIT de mettre en place une stratégie durable permettant de transformer Better Factories Cambodia en une institution locale autofinancée. L OIT a travaillé avec l IFC pour concevoir et mettre en œuvre cette stratégie. Faire fonctionner le modèle à l échelle mondiale Better Work a été lancé en 2007, et s appuie sur les leçons et réussites de Better Factories Cambodia ; son but est de gérer les enjeux rencontrés par les acteurs des chaînes d approvisionnement mondiales comme par exemple la volonté des acheteurs internationaux de réduire les efforts liés aux audits et de consolider les coûts, ou les entreprises qui cherchent à améliorer leur compétitivité pour conserver l accès aux marchés internationaux. De plus, si la plupart des pays en voie de développement ont ratifié les conventions fondamentales de l OIT sur les normes du travail, leur mise en application reste un véritable enjeu. Dans de nombreux cas, les ministères du travail n ont pas les capacités ou les ressources suffisantes pour être efficaces. Les législations du travail, y compris les droits du travail nationaux, peuvent manquer de clarté ou être mal compris des employeurs ; on craint souvent que lorsqu un gouvernement applique strictement la législation du travail, il ne finisse par décourager les investisseurs potentiels. Better Work apporte des solutions concrètes permettant de renforcer les capacités du gouvernement, des employeurs et des travailleurs, tout en améliorant le dialogue social entre les parties prenantes, afin que la conformité aux normes du travail permette des réalisations durables sur le long terme. «Better Work est une occasion réelle de faire avancer la cause d une compétitivité responsable en améliorant les conditions et les droits des travailleurs.» Patrick Itschert Secrétaire général Fédération internationale des travailleurs du textile, de l habillement de la chaussure et du cuir 3

4 Better Work : au niveau INTERNATIONAL ET national Au niveau international : Better Work développe des outils pratiques pour aider les entreprises à améliorer leurs normes du travail et à renforcer leur compétitivité. Les grandes activités internationales du programme Better Work incluent : Un outil d évaluation de la conformité qui mesure le respect des normes fondamentales du travail internationales et du droit national du travail, permettant la comparaison avec les données de l industrie et montrant les progrès réalisés dans le temps. Des services de conseils visant à mener des actions correctives traitant aussi bien des questions de non conformité que des systèmes de gestion. Des formations sur mesure qui incluent un programme de formation modulaire de 12 mois, des séminaires à thème unique, des kits d intégration et des formations pour les superviseurs de premier niveau. Des techniques innovantes pour mieux sensibiliser les travailleurs, comme des feuilletons et des bandes-dessinées. Des modèles de politiques et de procédures, ainsi que des guides de bonnes pratiques couvrant un ensemble de besoins courants des entreprises. STAR, un système de gestion de l information qui capture les données concernant les activités de conformité et d amélioration, et qui partage les résultats avec les fournisseurs et leurs acheteurs. Une surveillance et des évaluations afin d améliorer en continu les services du programme, des évaluations de l impact qui mesurent la manière dont Better Work agit sur les vies des travailleurs, et une évaluation de l utilité commerciale de la conformité aux normes de travail. Une petite équipe internationale soutient le développement continuel et la mise en œuvre de Better Work. Son travail consiste à développer les programmes nationaux et à leur apporter un soutien. L équipe est également responsable au niveau international de la gestion des rapports d évaluation, de la gestion des connaissances, de la coordination, de l engagement des partenaires sociaux, de l assurance qualité, de la mobilisation des ressources, de la gestion stratégique et des conseils politiques. Au niveau national : Better Work s efforce de créer des institutions locales et durables qui encouragent la conformité aux normes de travail tout en améliorant la compétitivité de l industrie. Dans les marchés importants, où la base industrielle peut soutenir de telles actions, le but de ces programmes est de devenir dans le temps indépendants et capables de se financer de façon autonome. Les programmes nationaux combinent généralement : Des évaluations indépendantes des entreprises et des services de conseil et de formation pour encourager des améliorations concrètes grâce à la coopération au travail. Un engagement des partenaires sociaux grâce à un Comité Consultatif du Projet national, au sein duquel le gouvernement et les organisations patronales et syndicales participent à la conception du projet, et qui est un instrument de retour d informations sur les activités de Better Work. Un reporting public qui présente les données agrégées de non-conformité provenant de l ensemble des usines participant à un programme national Better Work, et qui permet des comparaisons entre plusieurs pays en fonction d indicateurs spécifiques. 4

5 Les programmes nationaux de Better Work travaillent en étroite collaboration avec les initiatives de l IFC et de l OIT déjà en place, et notamment avec celles qui se concentrent sur le développement des compétences dans le secteur privé, l administration publique du travail et les organisations patronales et syndicales. Partenariat OIT/IFC et gouvernance L Organisation internationale du travail (OIT) L OIT fait référence en matière de problèmes liés au travail de par sa composition tripartite, ses connaissances approfondies des normes du travail, son engagement et son assistance technique sur le long terme avec les états membres. L OIT apporte à Better Work une contribution vitale, en permettant le rassemblement des gouvernements et des organisations patronales et syndicales pour chercher ensemble des solutions qui soient efficaces pour les entreprises et les personnes. La Société financière internationale (IFC) L IFC apporte à Better Work ses réseaux d investissements et son expertise dans le développement du secteur privé. Les contributions de l IFC incluent son expérience dans le développement et la mise en œuvre de normes sociales et environnementales, ainsi que sa capacité à développer des programmes durables. Gouvernance Les objectifs stratégiques et opérationnels de Better Work sont supervisés par son Conseil d Administration, dans lequel l OIT et l IFC sont représentés à part égale. Le Conseil d Administration est piloté par un Comité Consultatif au niveau international, constitué de représentants des gouvernements donateurs, des organisations patronales et syndicales, des acheteurs internationaux et d universitaires. Le Comité Consultatif se réunit en amont des réunions semi-annuelles du Conseil d Administration afin de fournir un apport stratégique aux opérations et au développement du programme. «Le Comité Consultatif du Projet est impatient de collaborer avec le programme afin de réussir à atteindre les objectifs du projet : un meilleur respect des normes de travail, de meilleures conditions de travail, plus de travail pour les travailleurs, et une meilleure productivité.» Nguyen Van Tien Chief Labor Inspector, Ministère du travail, des invalides de guerre et des affaires sociales du Vietnam Président, Comité Consultatif du Projet Better Work Vietnam 5

6 Cycle d évaluation, service-conseil et formation de Better Work EVALUATION EVALUATION VISITE ENTREPRISE VISITE ENTREPRISE REVUE INTERNE REVUE INTERNE RAPPORT D'ÉVALUATION RAPPORT D'ÉVALUATION RÉACTION RÉACTION RAPPORT D'ÉVALUATION RAPPORT FINAL D'ÉVALUATION FINAL CONSEIL & FORMATION CONSEIL CONSEIL & FORMATION & MOIS MOIS PREMIER PREMIER douze douze mois mois RÉUNION AVEC LA DIRECTION Début du processus de conseil RÉUNION AVEC LA DIRECTION PROCESSUS D'ÉVALUATION Début du processus de conseil PROCESSUS D'ÉVALUATION MESURE DE L'IMPACT MESURE DE L'IMPACT RÉUNION AVEC LES TRAVAILLEURS RÉUNION AVEC LES TRAVAILLEURS COMPOSITION DU CCAP COMPOSITION PLAN DU CCAP FORMATION FORMATION ÉVALUATION INTERNE ÉVALUATION INTERNE QUATRE MOIS QUATRE MOIS COMPTE RENDU COMPTE PREMIER RENDU PREMIER PLAN RÉUNIONS CCAP DEUXIÈME COMPTE RENDU MOIS HUIT RÉUNIONS CCAP DEUXIÈME COMPTE RENDU MOIS HUIT CCAP: Comité Consultatif pour l Amélioration de la Performance CCAP: Comité Consultatif pour l Amélioration de la Performance 6

7 Garantir l intégrité Les compétences et la réputation des formateurs et conseillers en entreprise de Better Work sont essentielles à la réussite du programme. Que cela soit au niveau international ou national, Better Work met en place des programmes de formation pour les formateurs et les conseillers en entreprise complets et rigoureux, un réseau de soutien et un programme de développement professionnel pour ces groupes cibles. Dans le cadre de leur formation et de leurs responsabilités, ils apprennent à mener à bien leurs missions en suivant un code éthique très strict d intégrité, de transparence, de diplomatie et de respect. De plus, la politique de Better Work en matière d éthique garantit la qualité des services, et comprend des lignes directrices et des règles concernant les visites en entreprises, la préparation des rapports et les relations avec les partenaires sociaux. Le dialogue social Pour construire le consensus et le partenariat qui font de Better Work une réussite, il est essentiel d impliquer les partenaires sociaux notamment le gouvernement, les organisations patronales et les syndicats dans la conception et la mise en œuvre du programme. L implication de chaque partenaire social dans l amélioration de la conformité aux normes du travail consolide les investissements effectués dans les domaines de la protection du salarié et de la compétitivité de l industrie dans les chaînes d approvisionnement mondiales. Le dialogue social est à la base de tous les procédés de Better Work, et ce à tous les niveaux. Le Comité Consultatif international, qui apporte sa participation au Conseil d Administration comprend des représentants des organisations syndicales et patronales internationales, ainsi que des représentants des gouvernements donateurs et des acheteurs afin de garantir un engagement efficace de tous dans le programme. Au niveau des pays, la conception du programme Better Work se déroule sur une période de 6 à 12 mois, et demande la participation active de tous les partenaires sociaux nationaux. Une fois opérationnels, les programmes nationaux de Better Work sont conseillés par un Comité Consultatif du Projet qui comprend des représentants du gouvernement national (généralement le ministère du travail) et des organisations patronales et syndicales locales, représentant le secteur ou l industrie. «Better Work constitue une avancée considérable sur le terrain des normes du travail dans l industrie du vêtement Nous pensons que cette approche a une valeur inestimable du fait de son souci d améliorer les conditions de travail des personnes qui fabriquent nos produits.» Michael Kobori Vice-président, Durabilité Sociale et Environnementale de la Chaîne d Approvisionnement Levi Strauss & Co. 7

8 Faire la différence : mesure de l impact de Better Work Better Work peut changer radicalement les vies des salariés et de leurs familles, la performance des entreprises et le développement économique et social des pays impliqués. Le nombre élevé de travailleurs féminins présents dans le secteur du vêtement est une composante importante pour le programme Better Work ; au Cambodge par exemple, les femmes représentent près de 90% des travailleurs dans l industrie du vêtement. L analyse Better Work utilise une approche concrète pour développer de nouveaux programmes nationaux et les services. De plus, une surveillance et des évaluations continues et rigoureuses, tout comme des mesures de l impact, garantissent l assurance que le programme agit en restant concentré sur les résultats escomptés. Suivi du programme Better Work Afin de garantir des opérations efficaces et pour arriver aux résultats escomptés, Better Work suit et évalue les principaux indicateurs d évaluation des réalisations dans chaque programme national, et notamment : Le taux de conformité avec les normes du travail au niveau des usines et de l industrie L amélioration dans le temps de la conformité Les coûts économisés par la réduction des audits Les relations avec les acheteurs Evaluer l impact Afin d analyser les liens de cause à effet entre les interventions de Better Work et les résultats pour les entreprises et les travailleurs, le programme suit également des indicateurs clés de développement, qui incluent les progrès par rapport aux objectifs du Millénaire pour le développement, et notamment : Le Développement économique Le Développement Humain La croissance à l exportation en valeur et volume Le revenu du ménage du salarié L emploi Les versements aux salariés Les salaires Les réalisations éducatives La santé mentale, physique et la fécondité «Le respect de la législation nationale du travail est au cœur du progrès social à l ère de la mondialisation. L action de Better Work sur le terrain incite les employeurs à respecter la loi et ils en sont récompensés par de meilleurs résultats économiques et un accès plus facile aux marchés mondiaux.» Brent Wilton Vice-secrétaire général Organisation Internationale des Employeurs 8

9 Travailler avec les acheteurs internationaux Un des critères clés de la réussite de Better Work est le soutien en continu et la participation des détaillants internationaux et des marques internationales. Les acheteurs doivent s engager en faveur des objectifs globaux du programme, participer activement à sa mise en œuvre et afficher leur soutien aux autres partenaires sociaux. Acceptation des principes Better Work pour les acheteurs internationaux Afin de montrer leur soutien et de s engager dans le programme, les acheteurs internationaux signent les principes Better Work pour les acheteurs internationaux, et s engagent à : (1) participer régulièrement au Forum des Acheteurs internationaux, (2) travailler activement pour la mise en œuvre d une surveillance stratégique, y compris en arrêtant les audits dans les domaines couverts par le programme, (3) encourager activement la participation des fournisseurs et des agents (le cas échéant) au programme, et (4) se concentrer sur le processus d amélioration. Le Forum des Acheteurs Le Forum des Acheteurs est une communauté d entreprises ayant des chaînes d approvisionnement dans des pays en voie de développement, qui ont un intérêt commun pour le programme de Better Work et qui se sont engagées à soutenir des solutions innovantes pour répondre aux enjeux des normes du travail. Rencontres internationales : Il y a deux rencontres du Forum des Acheteurs par an, une en Europe et une aux Etats-Unis. Ces rencontres permettent aux acheteurs de faire un retour d informations très utile à Better Work. Des rencontres sont également organisées au niveau régional quand cela est nécessaire. Réunions nationales : Les réunions nationales du Forum des Acheteurs sont organisées dans les pays oú un programme Better Work est implanté, pour des industries spécifiques. Ces rendez-vous permettent aux acheteurs d interagir avec les différents acteurs nationaux (gouvernement, employeurs et syndicats) et de contribuer à l amélioration du programme. 9

10 Travailler avec les donateurs Les financements des donateurs sont essentiels tant pour les activités internationales de Better Work que pour ses activités nationales. Ces financements sont utilisés pour lancer de nouveaux programmes nationaux, pour adapter des outils et pour développer des services de formation ciblés. Dans les marchés plus importants, où il existe une base industrielle qui peut soutenir une telle action, l objectif des programmes nationaux de Better Work est d effectuer une transition vers des institutions locales autofinancées sur un modèle de recouvrement des coûts basés sur les services. Les donateurs suivants soutiennent les programmes nationaux de Better Work : Canada, Union européenne, Finlande, Allemagne, Irlande, Italie, Japon, Jordanie, Luxembourg, Nouvelle Zélande, Norvège, Suède et Etats-Unis. De plus, l Australie, les Pays-Bas et la Suisse ont financé Better Work à la fois au niveau international et au niveau national.* Quatre représentants des donateurs (Australie, Pays-Bas, Suisse et Etats-Unis) siègent au Comité Consultatif pour travailler avec le Conseil d Administration sur des sujets tels que les politiques publiques touchant aux questions de travail dans les chaînes d approvisionnement mondiales, dans le respect du cadre de la stratégie de Better Work. Better Work encourage les donateurs à soutenir le programme par le biais d un multi-compte qui rassemble les fonds provenant des donateurs du programme, et qui permet à Better Work de canaliser efficacement les fonds donnés vers les composants du programme qui ont des besoins de financement. Better Work peut par ce biais créer des synergies entre les différentes sources de financement, et peut ainsi assurer la continuité des opérations de Better Work au-delà des dates butoirs des accords individuels des donateurs. Better Work rencontre les donateurs deux fois par an, afin de rendre compte de l utilisation des fonds publics, de discuter des futurs projets et activités, d évaluer les synergies possibles avec les partenariats gouvernementaux publics/privés existants dans les chaînes d approvisionnement mondiales ; ils discutent également des politiques publiques concernant les questions de travail dans les chaînes d approvisionnement mondiales. Better Work présente également l impact de son action en utilisant des indicateurs, notamment ceux pertinents pour les politiques gouvernementales d aide au développement, comme les objectifs du Millénaire pour le développement. *Better Work reçoit également des contributions d entreprises, en plus des montants prélevés pour les services du programme. Ces dons représentent environ 2% du budget global. «Au Lesotho, Better Work a souligné le fait que tous les partenaires sociaux sont interdépendants et que leurs objectifs se rejoignent. C est ainsi que nous progressons ensemble vers une vision commune.» Thabo Tshabalala Secrétaire régional pour l Afrique, Fédération internationale des Travailleurs du Textile, de l Habillement et du Cuir 10

11 Où va Better Work? Better Work a des activités en cours dans neuf pays du globe. Les programmes existants au Cambodge, en Haïti, en Jordanie, au Lesotho et au Vietnam seront bientôt rejoints par des programmes qui sont en train d être déployés en Indonésie et au Nicaragua. De plus, des études de cadrage et de faisabilité sont en cours au Maroc et au Bangladesh. Better Work réfléchit également à un élargissement vers d autres secteurs et notamment ceux de l électronique, des agro-industries et du tourisme. «Les usines réalisent maintenant que Better Work Jordan peut jouer un rôle très important pour leur permettre de s auto-discipliner et pour aboutir à de meilleures relations entre les employeurs et les salariés.» Attulah Edirisinghe Président-directeur général, EAM Maliban Textiles (Jordanie) Pvt. Ltd. 11

12 BETTER WORK Améliorer les conditions de travail et la compétitivité dans les chaînes d approvisionnements mondiales Contactez-nous Bureau international du Travail Bureau International du Travail 4, route des Morillons CH-1211 Geneva 22 - Switzerland T T Société Financière Internationale Groupe de la Banque mondiale International Finance Corporation 2121 Pennsylvania Avenue, NW Washington, DC USA T T

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Les parties soussignées sont attachées à l objectif d une industrie du prêt-à-porter sûre et durable au Bangladesh où aucun travailleur

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Déclaration de Campagne de Play Fair 2008

Déclaration de Campagne de Play Fair 2008 Jeux olympiques de Pékin Déclaration de Campagne de Play Fair 2008 Cette déclaration de campagne a pour objet de guider les actions des organisations engagées dans une campagne mondiale visant à attirer

Plus en détail

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE 3 UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE Proposition de Michele Patterson, Présidente, juin 2008 Introduction

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 Engagements RSE dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication

Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 Engagements RSE dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication MEDEF - ORSE octobre 2014 Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication Fédération des Industries Electriques, Electroniques

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Document explicatif Introduction à Fairtrade

Document explicatif Introduction à Fairtrade Document explicatif Introduction à Fairtrade Explication de quelques mots et expressions clés utilisés à Fairtrade. Coopérative de Café Cocla, Peru. Photo: Henrik Kastenskov Document: Document explicatif

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Faire de bonnes affaires

Faire de bonnes affaires Faire de bonnes affaires Multinationales et travail décent o N 62, avril 2008 Egalement dans ce numéro Le Programme mondial Travailler Mieux Contrats dans l industrie du nettoyage Travail des enfants :

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE EDITO «Quand le cabinet de recrutement Robert Walters a lancé l activité Management de Transition en France il y a 10 ans, beaucoup d entreprises et de candidats étaient

Plus en détail

L assurance qualité N 4. Décembre 2014

L assurance qualité N 4. Décembre 2014 N 4 L assurance qualité Décembre 2014 L es investissements dans les systèmes et services d orientation tout au long de la vie (OTLV) doivent démontrer le bénéfice pour les individus, les communautés et

Plus en détail

Gestion des débiteurs Financement Assurance-crédit: trois problèmes, une solution: le factoring

Gestion des débiteurs Financement Assurance-crédit: trois problèmes, une solution: le factoring Gestion des débiteurs Financement Assurance-crédit: trois problèmes, une solution: le factoring Présentation PSE Lausanne, 23 janvier 2004 Jean-Marc Rossier Factors SA Une société du groupe UBS SA Active

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

Le factoring Une forme de financement innovative. Petit déjeuner des PME et start-up, Genève

Le factoring Une forme de financement innovative. Petit déjeuner des PME et start-up, Genève Le factoring Une forme de financement innovative Petit déjeuner des PME et start-up, Genève le 23 janvier 2007 Définition Le factoring (ou affacturage) est un ensemble de prestations professionnelles proposées

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat, (Maroc) 31 mars 1 er avril

Plus en détail

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Projet financé par l'ue

Projet financé par l'ue Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat,(Maroc)31mars 1 er avril2011

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

L externalisation réglementée

L externalisation réglementée L externalisation réglementée SOMMAIRE 3 LA PLACE FINANCIÈRE LUXEMBOURGEOISE 4 L EXTERNALISATION DANS LE SECTEUR FINANCIER 5 LE STATUT DE PSF DE SUPPORT 7 L OFFRE DE SERVICES 9 POURQUOI TRAVAILLER AVEC

Plus en détail

GlaxoSmithKline Biologicals

GlaxoSmithKline Biologicals GSK Biologicals en route vers la facturation électronique Madame, Monsieur GSK Biologicals s est engagé à améliorer continuellement son niveau de service et d efficacité. Un des aspects de cet effort consiste

Plus en détail

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES Distribution: Générale CMS PNUE/CMS/Résolution 11.27 Français Original: Anglais ÉNERGIE RENOUVELABLE ET ESPÈCES MIGRATRICES Adoptée par la Conférence des Parties

Plus en détail

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION À L

Plus en détail

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux ADARUQ - Novembre 2013 RRI : Un aperçu «Habiliter, faciliter, créer des liens» Habiliter les

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com Sommaire INTRODUCTION ET DEFINITIONS Soutenir la recherche et developpement : une volonte politique La mission de l Expert-Comptable Table ronde 2 Une

Plus en détail

Agence Béninoise de Promotion des Echanges Commerciaux (ABePEC) ----------------------------

Agence Béninoise de Promotion des Echanges Commerciaux (ABePEC) ---------------------------- REPUBLIQUE DU BENIN ------------ MINISTERE DU COMMERCE ---------------- Agence Béninoise de Promotion des Echanges Commerciaux (ABePEC) ---------------------------- BILAN DES ACTIVITES DE L AGENCE BENINOISE

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 1 Nos performances environnementales, sociales et sociétales en 2011 Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 Sur les données environnementales publiées dans le présent rapport, il

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE»

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» > PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L INDICE DE LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE POSITIVE 2014 UNE INITIATIVE DE DÉROULÉ DE LA CONFÉRENCE

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Bilan 2009-2011 Mars 2012 1 Les signataires Depuis juillet 2009

Plus en détail

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO Avril 2014 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 INTEGRITE DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES 4 DROITS DE L HOMME - DROITS FONDAMENTAUX AU TRAVAIL 5 Elimination de toute forme de travail

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Les problèmes de politisation. Comprendre. l Indice de réponse humanitaire

Les problèmes de politisation. Comprendre. l Indice de réponse humanitaire Les problèmes de politisation Comprendre l Indice de réponse humanitaire 2010 Les donateurs sont essentiels / Les donateurs jouent un rôle essentiel lorsqu il s agit de garantir que l aide parvienne aux

Plus en détail

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale.

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale. Communiqué Santé au Sahel : l AFD, la Fondation Bill & Melinda Gates et Gavi s engagent ensemble pour renforcer la vaccination dans six pays de la région du Sahel Paris, le 26 juin 2015 - L Agence Française

Plus en détail

LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI)

LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI) LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI) La Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI) est une instance de monitoring du Conseil de l Europe dont la tâche

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015

TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015 TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015 I. Organismes de Placements Collectifs 1. SICAV émises par la BCEE Sous réserve d exceptions éventuelles prévues dans le prospectus d émission,

Plus en détail

Politique de divulgation de l information de la Société financière internationale Examen et mise à jour

Politique de divulgation de l information de la Société financière internationale Examen et mise à jour Politique de divulgation de l information de la Société financière internationale Examen et mise à jour Aperçu du processus de consultation et d engagement Société financière internationale 26 août 2009

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Un cadre d action commun des partenaires sociaux européens du secteur de l électricité I. Introduction

Plus en détail

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité Quote-part fiscale de la Suisse : des apparences trompeuses dossierpolitique 21 février 2011 Numéro 2 Quote-part fiscale. Dans la statistique annuelle de l OCDE, la Suisse affiche une quote-part fiscale

Plus en détail

Logement aux frais du membre du personnel 3,82 EUR 19,22 EUR 43,78 EUR 23,04 EUR

Logement aux frais du membre du personnel 3,82 EUR 19,22 EUR 43,78 EUR 23,04 EUR boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Les frais de séjour (missions) en Belgique et à l étranger

Plus en détail

VIDYA PROJET LE TRAVAIL DES ÉQUIPES DE RSC D INDITEX EN INDE

VIDYA PROJET LE TRAVAIL DES ÉQUIPES DE RSC D INDITEX EN INDE La politique de Responsabilité Sociale d Entreprise d Inditex à l égard de ses fournisseurs repose sur un outil essentiel, qui est le Code de Conduite pour les Fabricants Externes, que tous ses fournisseurs

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

144 e SESSION DU COMITÉ EXÉCUTIF

144 e SESSION DU COMITÉ EXÉCUTIF ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 144 e SESSION DU COMITÉ EXÉCUTIF Washington, D.C., É-U, du 22 au 26 juin 2009 Point 6.1 de l ordre du jour provisoire 11 mai 2009

Plus en détail

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT note d informationdécembre 13.30 En 2012, 5 700 élèves de 15 ans scolarisés dans les collèges et lycées français ont participé à l enquête internationale PISA visant à évaluer principalement la culture

Plus en détail

Rachat de services passés Enrichir votre pension

Rachat de services passés Enrichir votre pension Que trouve-t-on dans ce feuillet d information? Ce feuillet d information explique le rachat de services et donne des exemples de situations de rachat. Pour en savoir davantage, communiquez avec le Service

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Texte original 0.941.291 Convention relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Conclue à Paris le 20 mai 1875 Approuvée par l Assemblée fédérale le 2 juillet 1875 1 Instruments

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Le Groupe consultatif du SYGADE soumet à l'attention du Secrétaire général de la CNUCED les conclusions suivantes formulées lors de sa 9ième

Plus en détail

Assurances collectives

Assurances collectives ?Votre guide de référence Assurances collectives samsongroupeconseil.com Votre partenaire de parcours Introduction Au printemps 2006, neuf syndicats d enseignement débutaient un processus de désaffiliation

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés

Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés É V A L U A T I O N C E R T I F I C A T I O N Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés Systèmes de Management de la Qualité selon la norme ISO 9001 Obtenir la reconnaissance de

Plus en détail

Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement

Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement CBI : L expert en exportations à partir de pays en développement Depuis une quarantaine d années, le CBI contribue à la

Plus en détail

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE Introduction L investissement direct étranger a des effets bénéfiques sur l économie L investissement direct étranger (encadré

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

Bruxelles Invest & Export

Bruxelles Invest & Export Bruxelles Invest & Export Réserve d Attachés économiques et commerciaux (h/f) Règlement de sélection 2012 CODE FONCTION 1259 I. CONTEXTE DE LA FONCTION Né de la fusion d Invest in Brussels et de Bruxelles

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail