QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT"

Transcription

1 Remplissage des eaux de chauffage et traitement d'eau QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT SA Route du Madelain Matran Association des techniciens en chauffage, climatisation et froid

2 Sommaire Pourquoi traiter l eau des circuits? Ce qui a changé ces dernières années Les moyens de traitement possibles Les solutions Entretec Qualité d'eau de circuits 2

3 Pourquoi traiter l eau des circuits? L eau est un excellent solvant Gaz dissous Dans les eaux naturelles, différents sels sont présents sous forme d ions Certains gaz peuvent également se trouver dissous dans l eau Ces sels et gaz sont inoffensifs ou même bons pour la santé (jusqu à certaines doses) Ils sont en revanche nocifs pour les équipements techniques Ca 2+ Mg 2+ Mg 2+ SO 4 Na + N 2 O 2 CO 2 K + Ca 2+ CO 3 CO 3 Cl - Cations Anions F - Qualité d'eau de circuits 3

4 Pourquoi traiter l eau des circuits? Le calcaire Dépôt compact de couleur jaunâtre qui se forme dans les conduites et les appareils Ca 2+ CO + 3 CaCO 3 + Chaleur Il est principalement le résultat de l association de calcium (Ca 2+ ) avec du carbonate (Co 3 ) La formation de ces dépôts est favorisée par les températures élevées ou lorsque l eau sous pression entre en contact avec l air (aérateurs) Une fois formé, il ne se re-solubilise que très difficilement Qualité d'eau de circuits 4

5 Dureté totale f Pourquoi traiter l eau des circuits? Quantité de calcaire dans 1 m 3 d eau Exemple Installation de chauffage de 100kW Volume du circuit env. 2 m 3 Calcaire introduit dans le circuit = 0.35kg/m 3 x 2 m 3 => env. 0.7kg Quantité de carbonate de calcium dissous (CaCO 3 ) Qualité d'eau de circuits 5

6 Pourquoi traiter l eau des circuits? La corrosion C est une attaque chimique des métaux SO 4 ph bas Corrosion O 2 CO 2 Cl - Salinité élevée Phénomène avant tout électro-chimique Origines ou facteurs de corrosion nombreux et souvent complexes Principalement: ph < 9.0, présence d oxygène et de certains sels favorisant la corrosion Une conductivité électrique élevée est également favorable à la corrosion L analyse du fer permet une détection précoce de la corrosion Qualité d'eau de circuits 6

7 V corr. (mm/an) Pourquoi traiter l eau des circuits? La corrosion (suite) Influence des chlorures [Cl - ] (mg/l) Vitesse de corrosion en fonction de la conductivité de l eau (sans traitement) Qualité d'eau de circuits 7

8 Pourquoi traiter l eau des circuits? La corrosion (suite) Dépendance du ph pour la vitesse de corrosion en fonction de l acier non allié dans une solution aqueuse avec présence d air et absence d oxygène (ligne en pointillés) Vitesse de corrosion en fonction de la teneur en oxygène dans l eau Qualité d'eau de circuits 8

9 Pourquoi traiter l eau des circuits? Les boues Sont des dépôts de diverses natures qui se déposent dans les conduites et équipements, surtout aux points bas - Corrosion - Abrasion - Matières dans l eau de remplissage Boues Provoque Une diminution de la section Une augmentation de la vitesse Une augmentation des pertes de charge Une réduction des performances globales Le bouchage des éléments Qualité d'eau de circuits 9

10 Sommaire Pourquoi traiter l eau des circuits? Ce qui a changé ces dernières années Les moyens de traitement possibles Les solutions Entretec Qualité d'eau de circuits 10

11 Ce qui a changé ces dernières années Techniquement Avant les années 1990: Parois épaisses Section large Matériaux: fonte / acier Le dépôt de tartre formait une couche de protection contre la corrosion Volume spécifique du produit env. 10l/kW Qualité d'eau de circuits 11

12 Ce qui a changé ces dernières années Techniquement Aujourd hui: Pour améliorer le rendement: Réduction des épaisseurs de parois Réduction des sections (surface d échange) Température de flamme plus élevée Matériaux diversifiés (chaudière / réseau) Volume spécifique du circuit, parfois > 50l/kW Le dépôt de calcaire: Provoque le bouchage des éléments Créé des surchauffes car il est mauvais conducteur thermique Réduit les performances globales Qualité d'eau de circuits 12

13 Ce qui a changé ces dernières années Comparatif de conductivité thermique des matériaux Le dépôt de calcaire est: 25 x moins conducteur que l acier 175 x moins conducteur que le cuivre Qualité d'eau de circuits 13

14 Ce qui a changé ces dernières années La garantie de la chaudière est soumise au respect d une qualité d eau La responsabilité de cette qualité d eau incombe au propriétaire de l installation après remise de l ouvrage Qualité d'eau de circuits 14

15 Ce qui a changé ces dernières années Obligations de l installateur Se renseigner sur les prescriptions du fournisseur de la chaudière Se renseigner sur la qualité d eau du réseau (remplissage et compléments) Rinçage et nettoyage complet du circuit (important) Effectuer le remplissage selon les directives Preuves de remplissage conforme (analyses*) Informer le MO sur les directives concernant les compléments de remplissage * L analyse de l eau doit faire l objet d un protocole Qualité d'eau de circuits 15

16 Sommaire Pourquoi traiter l eau des circuits? Ce qui a changé ces dernières années Les moyens de traitement possibles Les solutions Entretec Qualité d'eau de circuits 16

17 Les moyens de traitement possibles Déminéralisation partielle (Décarbonatation sur résines carboxyliques) Principe: Ca ++ Mg ++ H + H + H + H + H + Résine H + H + H + Ca 2+ Ca 2+ Mg 2+ Résine Ca 2+ Mg 2+ CO 3 CO 2 + H 2 O Régénération possible avec un acide Qualité d'eau de circuits 17

18 Les moyens de traitement possibles Déminéralisation partielle Résultats: Réduction partielle de la dureté Abaissement de la salinité (faible) Production de CO 2 ph O 2 CO 2 CO O 2 2 CO 2 Ca ++ Cl - Ca ++ Cl - Mg ++ Mg ++ Mg ++ Na + SO 2-4 F - Na + SO 2-4 F - K + Ca ++ CO 3 K + CO 3 Qualité d'eau de circuits 18

19 Les moyens de traitement possibles Adoucissement (résines cationiques) Principe: Ca ++ Mg ++ Na + Na + Na + Na + Na + Résine Na + Na + Na + Na + Ca 2+ Ca 2+ Résine Mg 2+ Mg 2+ Ca 2+ Régénération possible avec de la saumure (NaCl = sel de cuisine) Qualité d'eau de circuits 19

20 Les moyens de traitement possibles Adoucissement Résultats: Réduction totale de la dureté Aucune réduction de la salinité Pas d effets sur les gaz dissous Pas d effet sur le ph O 2 CO 2 Ca ++ Cl - O 2 CO 2 Na + Cl - Mg ++ Mg ++ Na + SO 4 F - Na + Na + Na + SO 4 F - K + Ca ++ CO 3 CO 3 K + Na + CO 3 CO 3 Qualité d'eau de circuits 20

21 Les moyens de traitement possibles Déminéralisation totale (résines à lit mélangé) Principe: OH - OH - OH - Ca 2+ Mg 2+ Ca ++ Mg ++ OH - Résine OH - Ca 2+ Résine OH - OH - OH - Ca 2+ SO 4 Cl - H + H + H + H + Résine H + H + H + H + H + = H 2 O SO 4 Cl - SO 4 Cl - Mg 2+ Résine SO 4 Cl - Régénération possible Qualité d'eau de circuits 21

22 Les moyens de traitement possibles Déminéralisation totale Résultats: Elimination de tous les sels Pas d action sur les gaz Eau légèrement acide O 2 CO 2 O 2 CO 2 Ca ++ Cl - Mg ++ Mg ++ Na + SO 4 F - K + Ca ++ CO 3 CO 3 Qualité d'eau de circuits 22

23 Les moyens de traitement possibles Déminéralisation par osmose inverse Principe: Les sels dissous sont concentrés dans une fraction d eau rejetée à l égout Utilisateurs O Cl - 2 CO 2 Mg ++ Ca ++ Cl - Mg ++ Na + SO 4 F - K + Ca ++ CO 3 CO 3 Résultats: Elimination de presque tous les sels Eau avec ph proche d e la neutralité = 7.0 Aucune utilisation de résines ni d acide de régénération Rejet à l égout 20 à 30 % Qualité d'eau de circuits 23

24 Les moyens de traitement possibles Qualité d'eau de circuits 24

25 Les moyens de traitement possibles Tableau résumé des normes de qualité Exigences imposées à l eau de remplissage Paramètre Constructeur Procal SIA 384 / 1 SICC 97-1 SICC BT1001 T < 110 C Dureté totale A respecter dans tous les cas f Selon puissance < 35 f < 5 f si PAC < 0.1 a) mmol/l < 1.0 a) f ph A respecter dans tous les cas Pas d exigence Conductivité < 100 μs/cm a) l eau de remplissage et complémentaire doit être déminéralisée Qualité d'eau de circuits 25

26 Les moyens de traitement possibles Tableau résumé des normes de qualité circuits Dureté Traitement ph Cu et Al: ph < 8.5 Oxygène Chlorures [ Cl - ] Sulfate [ SO 42 ] Conductivité Constructeur A respecter dans tous les cas A respecter dans tous les cas A respecter dans tous les cas A respecter dans tous les cas A respecter dans tous les cas A respecter dans tous les cas Procal SIA 384/ f Selon puissance Pas d exigence Pas d exigence Pas d exigence SICC f 8 10 f (T>90 C) (T>90 C) < 0.1 mg/l < 0.02 mg/l (T>90 C) < 50 mg/l < 20 mg/l (T>90 C) SICC BT1001 T < 110 C < 0.5 mmol/l < 5.0 f < 0.1 mg/l < 30 mg/l Pas d exigence < 50 mg/l < 50 mg/l Pas d exigence < 500 μs/cm* < 200 μs/cm* * Valeur plus haute acceptable si traitement Qualité d'eau de circuits 26

27 Les moyens de traitement possibles Comparatif des traitements de l eau de remplissage Traitement Dureté ph Oxygène Chlorure s Sulfates Conductivité Déminé. partielle Adoucissement Déminé totale (résines) Osmose inverse Remarque: aucun système ne permet de se passer de conditionnement Qualité d'eau de circuits 27

28 Sommaire Pourquoi traiter l eau des circuits? Ce qui a changé ces dernières années Les moyens de traitement possibles Les solutions Entretec Qualité d'eau de circuits 28

29 Les solutions Entretec Unité mobile pour les circuits moyens et grands Adoucissement + déminéralisation par osmose inverse Dureté totalement éliminée Salinité résiduelle «réglable» Pas de réactifs dangereux Solution écologique Qualité d'eau de circuits 29

30 Les solutions Entretec Unité mobile pour les gros circuits Eau de ville Filtre à 100 mm Filtre à 5 mm Compteur Compteur Adoucissement duplex Filtre à charbon (déchloration) Unité d osmose inverse Vers remplissage Qualité d'eau de circuits 30 Rejet à l égout

31 Les solutions Entretec Unité mobile Qualité d'eau de circuits 31

32 Les solutions Entretec Unité portable échangeuse d ions Eau de ville Échangeur d ions Caractéristiques: Résine carboxylique ou lit mélangé Débit: 1-2 m 3 /h Capacité: 5 m 3 Service de reprise des bouteilles saturées pour recyclage avec échange standard Qualité d'eau de circuits 32

33 Les solutions Entretec Unité portable ou fixe échangeuse d ions Qualité d'eau de circuits 33

34 Les solutions Entretec Régénération de circuits par échangeuse d ions Filtre à magnétique à poche Échangeur d ions Résine carboxylique ou lit mélangé Qualité d'eau de circuits 34

35 Les solutions Entretec Objectifs d un conditionnement Corriger le ph Eliminer l oxygène (circuit fermé sans contact avec l air) ou Inhiber la corrosion par action sur la surface des métaux (circuits avec contact avec l air) Effet antitartre et nettoyant (dispersants) Avant le traitement: mesure du volume et rinçage dynamique Qualité d'eau de circuits 35

36 Les solutions Entretec Paramètres analysés selon SICC BT1001 Aspect visuel (coloration, présence de dépôts, odeurs-fermentations, bactéries) Dureté totale ph Conductivité (indication sur la salinité totale) Oxygène (facteur de corrosion) Chlorures (ions favorables à la corrosion) Sulfates (ions favorables à la corrosion ou dépôts) Fer (résultant de corrosion ou abrasion) Agent de traitement (sulfites ou molybdates) Test micro-biologique (si suspicion de présence de bactéries) Ces analyses sont effectuées par notre laboratoire! Qualité d'eau de circuits 36

37 Les solutions Entretec Pour plus d informations Qualité d'eau de circuits 37

38 Les solutions Entretec Textes de soumission disponibles en ligne Pour immeuble neuf Pour immeuble existant Qualité d'eau de circuits 38

39 Proposition de suivi de la qualité (par Entretec) Protec FC 7840 Protocole d analyse Informer le client (manuel d installation) Qualité d'eau de circuits 39

40 Merci de votre attention SA Route du Madelain Matran Tél Fax Qualité d'eau de circuits 40

Lut try le 17 nov. 2011

Lut try le 17 nov. 2011 Lut try le 17 nov. 2011 Qualité d eau pour le remplissage de circuits I Page 1 I Sommaire Pourquoi traiter l eau des circuits Ce qui a changé ces dernières années Les moyens de traitement possibles Les

Plus en détail

Qualité d eau pour le remplissage de circuits Groupe E Entretec SA Qualité d eau de circuits

Qualité d eau pour le remplissage de circuits Groupe E Entretec SA Qualité d eau de circuits Qualité d eau pour le remplissage de circuits Groupe E Entretec SA Qualité d eau de circuits I Page 1 I ... 14h MOTS DE BIENVENUE M. Freddy Moret, secrétaire romand de suissetec... 14h05 REMANIEMENT DE

Plus en détail

Qualité d eau pour le remplissage des circuits de Chauffage Directive SICC BT102-01

Qualité d eau pour le remplissage des circuits de Chauffage Directive SICC BT102-01 Qualité d eau pour le remplissage des circuits de Chauffage Directive Qualité d eau des circuits Page 1I I Page 2 I 1 La directive BT102-01 remplace la directive SICC 97-1 F. (Entrée en Vigueur 1 Avril

Plus en détail

Contenu. Compétences

Contenu. Compétences Séance 2 Correction Contenu Composition chimique d une eau de consommation Compétences Analyse qualitative d une eau Exercice I Les différentes eaux L eau minérale naturelle possède des propriétés favorables

Plus en détail

Substitution des sels d aluminium par des sels de fer

Substitution des sels d aluminium par des sels de fer Substitution des sels d aluminium par des sels de fer Retours d expériences sur plusieurs usines d eau potable Cédric HELMER, CIRSEE Pôle Eau Potable 00/00/00 Presentation title 1 Situation actuelle Risque

Plus en détail

Une eau de chauffage optimale Pour protéger durablement votre installation de chauffage et maintenir son efficacité énergétique

Une eau de chauffage optimale Pour protéger durablement votre installation de chauffage et maintenir son efficacité énergétique Une eau de chauffage optimale Pour protéger durablement votre installation de chauffage et maintenir son efficacité énergétique U N E PROTECTION PL U S É C O L O G I Q U E E T P L U S S Û R E P O U R V

Plus en détail

Procédés écologiques de traitement du tartre et de filtration de l eau

Procédés écologiques de traitement du tartre et de filtration de l eau Procédés écologiques de traitement du tartre et de filtration de l eau Une eau dure, c est quoi? La dureté de l eau, encore appelé TH (abréviation de Titre Hydrotimétrique) représente sa teneur en ions

Plus en détail

Les différents traitements de l eau

Les différents traitements de l eau Les différents traitements de l eau Mise à jour le 21/04/2010 Chaque français utilise 100 à 200 litres d eau potable par jour, dont 3 à 5 litres qui servent à l eau de boisson et à la préparation des repas.

Plus en détail

SOMMAIRE. Avant-propos... 4. Les filtres... 8 Les filtres mécaniques... 8 Les filtres fixes à média actif... 12

SOMMAIRE. Avant-propos... 4. Les filtres... 8 Les filtres mécaniques... 8 Les filtres fixes à média actif... 12 SOMMAIRE Avant-propos..................................... 4 Les filtres........................................ 8 Les filtres mécaniques................................ 8 Les filtres fixes à média actif..........................

Plus en détail

Pourquoi traiter l eau des réseaux de chauffage Les principales causes de dégradation du réseau La mise en œuvre Les recommandations Saunier Duval

Pourquoi traiter l eau des réseaux de chauffage Les principales causes de dégradation du réseau La mise en œuvre Les recommandations Saunier Duval Pourquoi traiter l eau des réseaux de chauffage Les principales causes de dégradation du réseau La mise en œuvre Les recommandations Saunier Duval Guide de la Qualité de l eau Analyses Causes Contrôle

Plus en détail

I - LES EAUX DE CONSOMMATION

I - LES EAUX DE CONSOMMATION THEME N 2 : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Ce thème est une approche à la fois individuelle et globale des problèmes de l'alimentation des hommes sur la planète. Ce thème doit permettre de poser scientifiquement

Plus en détail

BTS CHIMISTE Session 2015 EPREUVE FONDAMENTALE DE CHIMIE. - Pratique expérimentale -

BTS CHIMISTE Session 2015 EPREUVE FONDAMENTALE DE CHIMIE. - Pratique expérimentale - BTS CHIMISTE Session 2015 EPREUVE FONDAMENTALE DE CHIMIE Durée : 6 heures Coef. : 7 Poste n : SUJET n 1 - Pratique expérimentale - DOSAGES D UNE EAU MINÉRALE D HÉPAR Fiche de choix (à rendre avec la copie)

Plus en détail

LA VERITE SUR L ADOUCISSEUR QUESTION ET RÉPONSE EXEMPLES ET TECHNIQUES

LA VERITE SUR L ADOUCISSEUR QUESTION ET RÉPONSE EXEMPLES ET TECHNIQUES LA VERITE SUR L ADOUCISSEUR QUESTION ET RÉPONSE EXEMPLES ET TECHNIQUES VRAI OU FAUX? TOUT SAVOIR SUR LE TRAITEMENT DE L EAU L EAU ADOUCIE EST POTABLE? L EAU ADOUCIE A UN GOÛT SALÉ? BOIRE L EAU ADOUCIE

Plus en détail

L eau dans le processus de lavagedésinfection. conditions de mesure des paramètres. 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti

L eau dans le processus de lavagedésinfection. conditions de mesure des paramètres. 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti L eau dans le processus de lavagedésinfection et de stérilisation: conditions de mesure des paramètres 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti Les normes Normes sur l eau purifiée (pharma, laboratoire,

Plus en détail

Vapeur, Eau : analyses, résultats attendus et conséquences

Vapeur, Eau : analyses, résultats attendus et conséquences Vapeur, Eau : analyses, résultats attendus et conséquences Frédy Cavin : expert en stérilisation CHUV Journées des formateurs de la SSSH, 12.2.2013 «Plus une eau est pure, moins elle a de poissons» Proverbe

Plus en détail

Qualité de l eau. I. Analyse qualitative d une eau. 1. Test de mises en évidences de quelques ions :

Qualité de l eau. I. Analyse qualitative d une eau. 1. Test de mises en évidences de quelques ions : 1 Qualité de l eau L eau potable est le produit alimentaire le plus surveillé. Les normes de qualité de l eau potable définies par le ministère de la Santé et le Parlement Européen sont très rigoureuses.

Plus en détail

L eau et ses problématiques Dr Philippe TOUNISSOU

L eau et ses problématiques Dr Philippe TOUNISSOU L eau et ses problématiques Dr Philippe TOUNISSOU Date Titre de la reunion 1 SOMMAIRE L eau et ses propriétés L eau et les circuits fermés: le calcaire: définition et mode de traitements La corrosion et

Plus en détail

LES EAUX DE CONSOMMATION

LES EAUX DE CONSOMMATION 1L TP COURS Partie 2 N 1 LES EAUX DE CONSOMMATION A. LES DIFFERENTS TYPES D EAUX Existetil plusieurs types d eaux de consommation? Il existe deux types d eaux de consommation : l eau minérale et l eau

Plus en détail

PRODUITS CHIMIQUES POUR EAU DE CHAUDIÈRE

PRODUITS CHIMIQUES POUR EAU DE CHAUDIÈRE Produits détartrants pour lavages chimiques NYTRA LC 1430 Détartrant pour chaudières PRODUITS CHIMIQUES POUR EAU DE CHAUDIÈRE Produit acide constitué d un mélange d acides inorganiques et organiques, d

Plus en détail

L eau dure La dureté de l eau

L eau dure La dureté de l eau L eau dure La dureté de l eau Tous les jours, les publicités nous parlent de l'eau qui est trop dure, de l'eau qui est pleine de calcaire, que cela n'est pas bon. Quelles sont les conséquences liées à

Plus en détail

Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien

Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien H.M.DJELLOULI - S. TALEB Laboratoire de Chimie Analytique Appliquée Faculté des Sciences-Université D. LIABES de Sidi Bel- Abbès

Plus en détail

INFORMATION 2011 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU

INFORMATION 2011 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU INFORMATION 211 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU EAUSERVICE NOUS METTONS TOUT EN OEUVRE POUR PRÉSERVER L ENVIRONNEMENT ET PRÉVENIR TOUTE ÉVENTUELLE POLLUTION DE L EAU eauservice c est : Le distributeur

Plus en détail

Année Internationale de l Eau Douce

Année Internationale de l Eau Douce Démystifier la Qualité de l'eau Démystifier la Qualité de l'eau Jean-François Goulet, d.t.a. Groupe Horticole Ledoux inc. Ste-Hélène de Bagot. (40) 79-2222. 2003 Année Internationale de l Eau Douce Démystifier

Plus en détail

Les nitrates fiche guide

Les nitrates fiche guide Les nitrates fiche guide Notions abordées Chimie Sciences Mathématiques - Réactions chimiques - Concentration - Filtration - Rôle de l azote - Etude d un écosystème - Proportionnalité Objectifs d apprentissage

Plus en détail

Sommaire. L analyse de risques

Sommaire. L analyse de risques Prévention du risque Legionella dans les tours de refroidissement : L analyse de risques Antoine SEREN ROSSO Responsable secteur légionelles IRH Agence Centre Est Sommaire Fondements réglementaires Enjeux

Plus en détail

- 1 - L&B Protekt GmbH Neuhofstrasse 86 b CH-8590 Romanshorn Tel. +41 71 414 04 38 Fax. +41 71 414 04 34 - info@protekt.ch www.protekt.

- 1 - L&B Protekt GmbH Neuhofstrasse 86 b CH-8590 Romanshorn Tel. +41 71 414 04 38 Fax. +41 71 414 04 34 - info@protekt.ch www.protekt. Antigel Antigel mélangé à la quantité d'eau appropriée est utilisé dans divers domaines en tant que liquide de transmission frigorifique et calorifique. Le produit Antigel à base de propylène glycol (resp.

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

- excipient : toutes formes liquides. - lavage : verrerie, matériel

- excipient : toutes formes liquides. - lavage : verrerie, matériel 1) DEFINITIONS L'eau est utilisée comme: - excipient : toutes formes liquides - lavage : verrerie, matériel - agent externe (bain marie, vapeur ) 1 La pharmacopée définit plusieurs type d'eau: A) Eau purifiée:

Plus en détail

I) Les solvants hydrophiles A) Eaux

I) Les solvants hydrophiles A) Eaux Les solvants UE 11:Pharmacotechnie et pharmacie galénique Semaine : n 10 (du 09/11/15 au 13/11/15) Date : 13/11/2015 Heure : de 8h00 à 9h00 Professeur : Pr. Gayot Binôme : n 75 Correcteur : n 74 PLAN DU

Plus en détail

3.) La préparation du biogaz

3.) La préparation du biogaz 3.) La préparation du biogaz Les principaux polluants et leurs effets nocifs Le soufre et ses composés (H 2 S notamment): Corrosion des équipements, dépôt sur les équipements Les condensats: Corrosion

Plus en détail

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz Fiche technique Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz 2 5 6 7 Connaître Réseau d eau froide Réseau d eau chaude Réseau de gaz Regarder Réseau d eau Entretenir & améliorer Contrat d'entretien Remplacement

Plus en détail

La formulation du FRIOGEL NEO est exempte de Borax, additif classé Toxique selon la 30 ème ATP européenne (Adaptation to Technical Progress)

La formulation du FRIOGEL NEO est exempte de Borax, additif classé Toxique selon la 30 ème ATP européenne (Adaptation to Technical Progress) Le, à base de Mono Propylène Glycol et d'inhibiteurs de corrosion, est un fluide caloporteur antigel concentré particulièrement étudié pour les circuits des installations frigorifiques travaillant à basse

Plus en détail

L ALUMINIUM. Il s agit d un métal dont la découverte attribuée

L ALUMINIUM. Il s agit d un métal dont la découverte attribuée Dans la conception d une chaudière gaz à condensation il est important de choisir le matériau qui réunit le plus grand nombre d avantages pour la fabrication de l échangeur de chaleur. L aluminium silicium

Plus en détail

Un guide de traitement de l eau du puits

Un guide de traitement de l eau du puits Un guide de traitement de l eau du puits Dispositifs de traitement de l'eau à usage domestique Les problèmes relatifs à la qualité de l'eau décrits dans la présente feuille d'information pourraient être

Plus en détail

DE L EAU DE QUALITÉ Traitement hygiénique de l eau pour systèmes d humidification de l air Humidification de l air et refroidissement par évaporation

DE L EAU DE QUALITÉ Traitement hygiénique de l eau pour systèmes d humidification de l air Humidification de l air et refroidissement par évaporation DE L EAU DE QUALITÉ Traitement hygiénique de l eau pour systèmes d humidification de l air Humidification de l air et refroidissement par évaporation Protection contre la corrosion et les dégâts dus au

Plus en détail

Normes de potabilité de l'eau selon la législation fédérale

Normes de potabilité de l'eau selon la législation fédérale Produit Paramètre microbiologiques Valeur de tolérance UFC Eau potable Salmonelles spp nd/5 l Eau potable non traitée: - à la source - dans le réseau de distribution Eau potable traitée: - après le traitement

Plus en détail

eau service Le calcaire Les cahiers vers une solution de décarbonatation collective p. 2 Le calcaire : une fatalité? la situation et les enjeux

eau service Le calcaire Les cahiers vers une solution de décarbonatation collective p. 2 Le calcaire : une fatalité? la situation et les enjeux Les cahiers supplément technique du magazine eau service N 7 / Novembre 2010 eau service Le calcaire vers une solution de décarbonatation collective p. 2 Le calcaire : une fatalité? la situation et les

Plus en détail

COUPLAGE CHALEUR-FORCE DÉFINITION ET PRINCIPAUX ENJEUX

COUPLAGE CHALEUR-FORCE DÉFINITION ET PRINCIPAUX ENJEUX COUPLAGE CHALEUR-FORCE DÉFINITION ET PRINCIPAUX ENJEUX Groupe E Entretec SA Route du Madelain 6 1753 Matran Définition Cogénération ou couplage chaleur-force (CCF): Production simultanée de chaleur et

Plus en détail

Principales agressions et attaques du béton

Principales agressions et attaques du béton Principales agressions et attaques du béton Michaël DIERKENS CETE de LYON - DLL 15 novembre 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude

Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude Traitement de l'eau - Annexe 1-1/8 Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude Comme il n existe pas d eau pure pour le transfert thermique, il faut veiller

Plus en détail

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers N.Tenoutasse Les liants hydrauliques se transforment en hydrates dans les bétons et mortiers, ces hydrates sont responsables des performances

Plus en détail

Dessiccatif NORKOOL DESITHERM

Dessiccatif NORKOOL DESITHERM Dessiccatif NORKOOL DESITHERM Présentation d un nouveau dessiccatif haut de gamme conçu pour combattre la corrosion 2 Vous recherchez un triéthylène glycol (TEG) haute performance pour un système de séchage

Plus en détail

Potassium K + Sulfate SO 4. b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette.

Potassium K + Sulfate SO 4. b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette. 1L : Alimentation et environnement Chapitre.1 : Les eaux naturelles I. Eaux de source et eaux minérales Activité.1 : Lire le texte et répondre aux questions. Selon la définition adoptée par la Communauté

Plus en détail

Fondament H. les. Bureaux d études - Collectivités - Industries Formateurs - Techniciens

Fondament H. les. Bureaux d études - Collectivités - Industries Formateurs - Techniciens Bureaux d études - Collectivités - Industries Formateurs - Techniciens Fondament H les 2 Le livret indisnsable pour comprendre les fondamentaux du traitement de l eau www.bwtrmo.fr Chers partenaires, chers

Plus en détail

Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard!

Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! Le Problème Suivant la position de l'équilibre entre la formation d'acide carbonique (H 2 CO 3 ) et celle de carbonate de calcium

Plus en détail

Protéger la durée de vie de vos installations de chauffage et d eau sanitaire. Economisez chaque année jusqu à 645 et protégez vos systèmes

Protéger la durée de vie de vos installations de chauffage et d eau sanitaire. Economisez chaque année jusqu à 645 et protégez vos systèmes Protéger la durée de vie de vos installations de chauffage et d eau sanitaire Economisez chaque année jusqu à 645 et protégez vos systèmes * 2 3 des chaudières installées Protégez depuis 2005 votre ont

Plus en détail

Traitement et analyse d eau modernes

Traitement et analyse d eau modernes Rapport technique Dipl.-Wirtschaftsing. (FH), Dipl.-Informationswirt (FH) Markus Tuffner, Bosch Industriekessel GmbH Traitement et analyse d eau modernes Les constituants peuvent entraîner des difficultés

Plus en détail

Solutions pour le rejet zéro de produits chimiques dans les tours aéroréfrigérantes. www.arionic.com

Solutions pour le rejet zéro de produits chimiques dans les tours aéroréfrigérantes. www.arionic.com Solutions pour le rejet zéro de produits chimiques dans les tours aéroréfrigérantes www.arionic.com Notre POSITIONNEMENT LOGEMENTS TRANSPORTS COLLECTIVITES Traitement de l eau Réduire l utilisation et

Plus en détail

Filtration de l eau Cartouches...Page 3. Porte filtre vide...page 8. Cartouches spécifiques...page 12

Filtration de l eau Cartouches...Page 3. Porte filtre vide...page 8. Cartouches spécifiques...page 12 - 1 - Filtration de l eau Cartouches...Page 3 Porte filtre vide...page 8 Cartouches spécifiques...page 12 Eau de boisson Osmoseur, anti-nitrates anti-goût...page 18 Traitement anti-tartre par Polyphosphates...Page

Plus en détail

VDI 2035 / WÜ 100 (TRD 611) / DIN EN

VDI 2035 / WÜ 100 (TRD 611) / DIN EN Heyl Réduction des coûts énergétiques grâce à la surveillance en ligne de la qualité de l eau Conformément aux normes VDI 2035 / WÜ 100 (TRD 611) / DIN EN 12952-7 Chefs de produit : Michael Bukowski, Petra

Plus en détail

Examen de Chimie des eaux septembre 2002 T. MOUTIN Licence Sciences de la Terre Durée : 1 heure Documents non autorisés, calculatrices autorisées

Examen de Chimie des eaux septembre 2002 T. MOUTIN Licence Sciences de la Terre Durée : 1 heure Documents non autorisés, calculatrices autorisées Examen de Chimie des eaux septembre 2002 T. MOUTIN Licence Sciences de la Terre Durée : 1 heure Documents non autorisés, calculatrices autorisées On considère une eau en équilibre avec le CO 2 (g) dont

Plus en détail

40 ml (volume du bouchon) de RENOLIT ALKORPLUS 81059 pour Pourquoi tout le monde demande la membrane RENOLIT ALKORPLAN? Pour son

40 ml (volume du bouchon) de RENOLIT ALKORPLUS 81059 pour Pourquoi tout le monde demande la membrane RENOLIT ALKORPLAN? Pour son 40 ml (volume du bouchon) de RENOLIT ALKORPLUS 81059 pour Pourquoi tout le monde demande la membrane RENOLIT ALKORPLAN? Pour son entretien facile. 50 m3 d eau; hebdomadairement pendant la saison. Ceci

Plus en détail

Seconde TP1 Sciences. Mettre environ 3 ml des solutions indiquées ci-dessous dans 3 tubes à essais numérotés 1, 2 et 3. TUBE 2

Seconde TP1 Sciences. Mettre environ 3 ml des solutions indiquées ci-dessous dans 3 tubes à essais numérotés 1, 2 et 3. TUBE 2 NOM : Date : TP 1 : IDENTIFICATION DES IONS La législation impose que la composition des eaux en bouteilles soit affichée sur leur étiquette. Plusieurs ions sont généralement mentionnés, dans des quantités

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

COURS DE CHI35 THEME EXPOSE:DETERMINATION DE LE DURETE DE L EAU. (Equilibres des carbonates)

COURS DE CHI35 THEME EXPOSE:DETERMINATION DE LE DURETE DE L EAU. (Equilibres des carbonates) UNIVERSITE DE DSCHANG FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE CHIMIE UNIVERSITY OF DSCHANG FACULTY OF SCIENCES DEPARTMENT OF CHEMISTRY COURS DE CHI35 THEME EXPOSE:DETERMINATION DE LE DURETE DE L EAU (Equilibres

Plus en détail

6301 8856 11/2001 FR Pour l utilisateur. Notice d utilisation. Chaudière spéciale fioul/gaz Logano GE515. Lire attentivement avant utilisation SVP

6301 8856 11/2001 FR Pour l utilisateur. Notice d utilisation. Chaudière spéciale fioul/gaz Logano GE515. Lire attentivement avant utilisation SVP 6301 8856 11/2001 FR Pour l utilisateur Notice d utilisation Chaudière spéciale fioul/gaz Logano GE515 Lire attentivement avant utilisation SVP Préface Remarque Cet appareil répond aux exigences de base

Plus en détail

Extinction automatique à eau Système Sprinklers. La corrosion. Sommaire. Les types de corrosion et leurs caractéristiques d évolution.

Extinction automatique à eau Système Sprinklers. La corrosion. Sommaire. Les types de corrosion et leurs caractéristiques d évolution. Extinction automatique à eau Système Sprinklers La corrosion Sommaire Les types de corrosion et leurs caractéristiques d évolution. Les règles et précautions à mettre en œuvre pour limiter la corrosion.

Plus en détail

Nos références sur le canton de Genève : SIG chauffage à distance CAD, Bureau d ingénieurs, chauffagistes.

Nos références sur le canton de Genève : SIG chauffage à distance CAD, Bureau d ingénieurs, chauffagistes. BIO-DESEMBOUAGE 100% biologique pour pompes à chaleur, chauffage sol, circuits fermés de chauffage, climatisation et refroidissement. Un procédé physique et naturel Plus de consommable Pas d intervention

Plus en détail

ELEMENTS COMPLEMENTAIRES D UNE CHAUFFERIE

ELEMENTS COMPLEMENTAIRES D UNE CHAUFFERIE ELEMENTS COMPLEMENTAIRES D UNE CHAUFFERIE 1. ALIMENTATION EN EAU Lorsque le circuit de chauffage est alimenté par le réseau d eau potable, l alimentation en eau doit comporter un réservoir de coupure,

Plus en détail

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Sommaire Les problèmes rencontrés Le tartre et ses conséquences La corrosion et ses conséquences

Plus en détail

Remplissage d installations à sondes géothermiques

Remplissage d installations à sondes géothermiques Août 2014 ImmoClimat Suisse Remplissage d installations à sondes géothermiques 2 ImmoClimat Suisse Sommaire 1. Points importants pour le remplissage d installations à sondes géothermiques 1.1. Impuretés

Plus en détail

TP : Mesure de la dureté de l eau

TP : Mesure de la dureté de l eau TP : Mesure de la dureté de l eau Mots-clés : Production d eau potable / Traitement des eaux Document 1 : Les conséquences de la dureté de l eau Une eau alimentaire ne doit pas être trop douce car l Homme

Plus en détail

COMP.2 Cohésion des solides et Solvatation exercices. Savoir son cours QCM :

COMP.2 Cohésion des solides et Solvatation exercices. Savoir son cours QCM : COMP.2 Cohésion des solides et Solvatation exercices Savoir son cours QCM : Paires d ions : Trouver la proportion d anions et de cations dans les solides constitués des paires d ions suivantes : [K + ]

Plus en détail

L ADOUCISSEUR BIOLOGIQUE TRIACTOR. De l application industrielle au confort du particulier

L ADOUCISSEUR BIOLOGIQUE TRIACTOR. De l application industrielle au confort du particulier L ADOUCISSEUR BIOLOGIQUE TRIACTOR De l application industrielle au confort du particulier Solutions pour l usage domestique, le tertiaire, les collectivités et l industrie. Chère Madame, Cher Monsieur,

Plus en détail

Chapitre C1 : Les eaux de consommation

Chapitre C1 : Les eaux de consommation Chapitre C1 : Les eaux de consommation I) Une eau minérale est-elle de l eau pure? Activité expérimentale : 1- Peser un bécher de 150 ml à l aide de la balance. 2- Introduire 100 ml d eau minérale Hépar

Plus en détail

DOSSIER RESSOURCES. Dossier RESSOURCES. Session 2013. Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 15

DOSSIER RESSOURCES. Dossier RESSOURCES. Session 2013. Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 15 DOSSIER Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 15 CCTP : CONSTRUCTION DU NOUVEAU CENTRE TECHNIQUE MUNICIPAL Traitement d eau. Fourniture et pose d un traitement d eau destiné à l alimentation d eau froide

Plus en détail

Plastic Cleaner enlève les autocollants

Plastic Cleaner enlève les autocollants Mouchoirs KLEENEX C est la super qualité originale sur laquelle vous pouvez compter. Vous ne devriez pas utiliser autre chose sur vos surfaces polies. 2 épaisseurs, blancs, 20 x 21 cm, paquet = 100 mouchoirs

Plus en détail

Magnus copyright Produits Chimiques Magnus Ltée/ MagChem Inc. LES FLUIDES ANTIGEL. Magnus copyright Produits chimiques Magnus Ltée

Magnus copyright Produits Chimiques Magnus Ltée/ MagChem Inc. LES FLUIDES ANTIGEL. Magnus copyright Produits chimiques Magnus Ltée LES FLUIDES ANTIGEL Fluides antigel Objectifs : Protéger contre le gel et les bris de la tuyauterie Protéger l efficacité thermique des systèmes Protéger contre la corrosion Permettre un environnement

Plus en détail

Information produit/application SOLVOCARB. Neutralisation des eaux usées alcalines de chantier.

Information produit/application SOLVOCARB. Neutralisation des eaux usées alcalines de chantier. Information produit/application SOLVOCARB. Neutralisation des eaux usées alcalines de chantier. Table des matières. 3 Pour le bien de l environnement 4 Neutralisation des eaux usées alcalines avec du dioxyde

Plus en détail

1 Activité documentaire : L érosion (25 min)

1 Activité documentaire : L érosion (25 min) Séance de Spécialité n o 13 Érosion & eaux minérales Mots-clefs «dissolution», «érosion» et «eau potable». 1 Activité documentaire : L érosion (25 min) Paysage érodé de Cappadoce en Turquie. 1.1 L érosion

Plus en détail

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB La réglementation climatisation PEB en Région Bruxelles-Capitale Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB SOMMAIRE LE CONTEXTE CHIFFRES CLES DE LA CLIMATISATION A BRUXELLES

Plus en détail

Le Traitement Magnétique de l Eau. Illusion ou. Économies réelles

Le Traitement Magnétique de l Eau. Illusion ou. Économies réelles Le Traitement Magnétique de l Eau Illusion ou Économies réelles 1 Le Traitement Magnétique ILLUSION: Erreur de perception; Erreur d esprit ÉCONOMIES: Art de réduire des dépenses Réduction continue de dépenses

Plus en détail

Avant-propos. Sommaire. Les défis. Page 02. L eau et ses constituants. Page 06. La formation de dépôts calcaires. Page 13. Page 15

Avant-propos. Sommaire. Les défis. Page 02. L eau et ses constituants. Page 06. La formation de dépôts calcaires. Page 13. Page 15 Le guide de l eau Avant-propos Sommaire L eau potable est un élément essentiel de votre quotidien et se trouve à la base d une hygiène alimentaire irréprochable. Elle s utilise dans les domaines les plus

Plus en détail

1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5.

1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5. 1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5. Secteurs d application 6. Dernière génération: le Bio-végétal

Plus en détail

Colloque IFV Sud-Ouest

Colloque IFV Sud-Ouest Colloque IFV Sud-Ouest Vin blanc et protéines Optimisation de l utilisation de la bentonite : intérêt des collages sur moût pour préserver l aromatique des vins SAUVAGE François-Xavier UMR 1083 Sciences

Plus en détail

Un ion monoatomique est formé d'un seul atome chargé. Les ions poly-atomiques sont formés de plusieurs atomes. Il s'agit d'une molécule chargée.

Un ion monoatomique est formé d'un seul atome chargé. Les ions poly-atomiques sont formés de plusieurs atomes. Il s'agit d'une molécule chargée. CHAPITRE 5 : LES IONS I. QU'EST CE QU'UN ION. Un ion est un élément qui porte une charge électrique. Il existe deux types d'ions différents les cations et les anions. Les cations sont des ions qui portent

Plus en détail

Laboratoire #3 : Dosage des carbonates

Laboratoire #3 : Dosage des carbonates Laboratoire #3 : Dosage des carbonates Au cours de cette expérience, vous allez obtenir de façon simple du dioxyde de carbone, caractériser quelques unes de ses propriétés et effectuer quelques réactions

Plus en détail

LES ANTITARTRES CHIMIQUES LES ANTITARTRES MAGNÉTIQUES LES ANTITARTRES ÉLECTRONIQUES. Le calcaire aussi appelé tartre, «durcit» l eau et petit

LES ANTITARTRES CHIMIQUES LES ANTITARTRES MAGNÉTIQUES LES ANTITARTRES ÉLECTRONIQUES. Le calcaire aussi appelé tartre, «durcit» l eau et petit L adoucisseur permet, pour l ensemble de votre installation, de modifier une eau «dure» chargée de calcaire en eau «douce», grâce à une résine qui retient les ions de calcium et de magnésium, à l origine

Plus en détail

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette.

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette. 2 nde : Sciences et laboratoires (SL) Activité : Etude qualitative d une eau minérale Objectif : Comparer les résultats expérimentaux observés avec les valeurs données sur les étiquettes de quelques eaux

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Caractéristiques chimiques

Caractéristiques chimiques Caractéristiques chimiques L exploitation géothermique de la ressource en eau nécessite de connaître la stabilité chimique des eaux afin d évaluer leur impact éventuel sur les systèmes de pompes à chaleur.

Plus en détail

Texte cahier des charges HEATMASTER 25 C

Texte cahier des charges HEATMASTER 25 C Pagina 1 van 6 Texte cahier des charges HEATMASTER 25 C PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Le HeatMaster C est une chaudière gaz à condensation, posée au sol, qui produit de l eau chaude sanitaire, avec un rendement

Plus en détail

OLYMPIADES NATIONALES DE LA CHIMIE 2011 THEME : CHIMIE ET EAU ACADEMIE D AMIENS QUELQUES EAUX POTABLES OU NON POTABLES

OLYMPIADES NATIONALES DE LA CHIMIE 2011 THEME : CHIMIE ET EAU ACADEMIE D AMIENS QUELQUES EAUX POTABLES OU NON POTABLES OLYMPIADES NATIONALES DE LA CHIMIE 2011 THEME : CHIMIE ET EAU ACADEMIE D AMIENS THEORIE REGION DE PICARDIE NOTE NOM PRENOM LYCEE Que signifie l adjectif potable? Peutêtre bu sans danger QUELQUES EAUX POTABLES

Plus en détail

Le ciment. CaCO 3 (s) = CaO (s) + CO 2 (g) 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques

Le ciment. CaCO 3 (s) = CaO (s) + CO 2 (g) 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques Le ciment 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques 1. Fabrication du ciment Le ciment est obtenu à partir du calcaire (CaCO 3 ) et de l argile

Plus en détail

Systèmes d identification et repérage

Systèmes d identification et repérage Sommaire Systèmes d identification et repérage Systèmes d identification et repérage Système de repérage.2 Description des matériaux.4 Procédures d essais et de vérification.5.1 Système d'impression pour

Plus en détail

Comprendre la formation et la fertilité des sols

Comprendre la formation et la fertilité des sols Comprendre la formation et la fertilité des sols Un sol est constitué d'éléments minéraux et de matières organiques. Il prend naissance à partir de la roche puis évolue sous l'action du climat et de la

Plus en détail

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse CHAMPREDONDE Renaud DAUNIS Mélanie TP III Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse Module de géochimie Responsable : J.-L. DANDURAND SOMMAIRE INTRODUCTION I / Etude théorique

Plus en détail

Environement Traitement des eaux

Environement Traitement des eaux LISTE DE PRODUITS Barcelonesa de Drogas y Productos Químicos, S.A. met à votre disposition toute sa capacité et ses conseils techniques pour obtenir la meilleure alternative et fournir les solutions adaptées

Plus en détail

Le traitement écologique de l eau pour tous réseaux Industriels, Tertiaires, Collectifs et Particuliers

Le traitement écologique de l eau pour tous réseaux Industriels, Tertiaires, Collectifs et Particuliers Solutions écologiques pour le traitement de l eau Le traitement écologique de l eau pour tous réseaux Industriels, Tertiaires, Collectifs et Particuliers Pour traiter efficacement l entartrage et la corrosion

Plus en détail

L eau du logement MCAD. I- Alimentation en eau.

L eau du logement MCAD. I- Alimentation en eau. L eau du logement I- Alimentation en eau. L eau est un bien rare, fragile et précieux. L eau est le patrimoine de tous et il faut la protéger. Elle est utilisée pour : - Nourriture et boissons : 7%. -

Plus en détail

Eau sur mesure pour l industrie alimentaire

Eau sur mesure pour l industrie alimentaire Eau sur mesure pour l industrie alimentaire Jean Pierre Bas Process development manager jp.bas@spawater.com 0032 (0) 87794254 Structure de l exposé Principes de classification Prétraitements de l eau Traitements

Plus en détail

Varino et Varino Grande

Varino et Varino Grande Varino et Varino Grande Chaudières gaz à condensation modulantes de 8 % à 100 % Très Bas NOx De 65 kw à 600 kw Varino et Varino Grande L excellence en matière de chauffage La VARINO, comme la VARINO GRANDE,

Plus en détail

ECHANGEURS DE CHALEUR DE PISCINES

ECHANGEURS DE CHALEUR DE PISCINES ECHANGEURS DE CHALEUR DE PISCINES A utiliser avec des chaudières, des panneaux solaires et des pompes de chaleur Guide d'installation, d'exploitation et d'entretien ECHANGEURS DE CHALEUR DE PISCINES Guide

Plus en détail

Les pompes à chaleur Fabrice Ondet Carrier

Les pompes à chaleur Fabrice Ondet Carrier Les pompes à chaleur Fabrice Ondet Carrier Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1 Sommaire 1) Coût des énergies 2) Les différents systèmes 3) Choix du système Serres horticoles

Plus en détail

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Samuel Caillou Division Climat, Equipements et Performance Energétique CSTC - Mesure des débits 1 Kitchen Toilet

Plus en détail

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette.

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. CONTROLE D'UNE EAU On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. Données : couleur des complexes : Ca-NET : rouge ; Mg-NET

Plus en détail

Eurocondens SGB 2 Chaudiere gaz a condensation

Eurocondens SGB 2 Chaudiere gaz a condensation Eurocondens SGB 2 Chaudiere gaz a condensation,, A member of l architecture peut etre genereuse, mais pas la chaudiere Une chaudière gaz à condensation BRÖTJE, avec une puissance nominale de 32 à 500 kw,

Plus en détail

Chute de tension. À retenir. 3) Chute de tension dans 100 m de câble en 400 V/50 Hz triphasé (%) :

Chute de tension. À retenir. 3) Chute de tension dans 100 m de câble en 400 V/50 Hz triphasé (%) : À retenir 1) Détermination des chutes de tension admissibles : La chute de tension en ligne en régime permanent est à prendre en compte pour l utilisation du récepteur dans des conditions normales (limites

Plus en détail

NOUVEAU. Chaudagaz DE 40KW À 300KW FONCTIONNEMENT GAZ. Générateur ECS Chaudagaz Écondense

NOUVEAU. Chaudagaz DE 40KW À 300KW FONCTIONNEMENT GAZ. Générateur ECS Chaudagaz Écondense NOUVEAU Chaudagaz DE 40KW À 300KW FONCTIONNEMENT GAZ Générateur ECS Chaudagaz Écondense LES AVANTAGES L ÉCONOMIE D ÉNERGIE Rendement minimum 105 % PCI - l eau étant réchauffée à 65 C. NOTA : les valeurs

Plus en détail

2015-2016 Qualité de l'eau Biochimie UE : 11 Pharmacotechnie et pharmacie galénique Qualité de l'eau

2015-2016 Qualité de l'eau Biochimie UE : 11 Pharmacotechnie et pharmacie galénique Qualité de l'eau Biochimie UE : 11 Pharmacotechnie et pharmacie galénique Qualité de l'eau Semaine : n 13 (du 30/11/15 au 04/12/15) Date : 03/12/2015 Heure : de 9h à 10h Professeur : Pr. Gayot Binôme : n 29 Correcteur

Plus en détail