Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENL GROUP PEOPLE INITIATIVES NEWS. No.6 JANUARY 2013. Entreprises : Effleurer le Web"


1 ENL GROUP PEOPLE INITIATIVES NEWS No.6 JANUARY 2013 Entreprises : Effleurer le Web


3 Contents INSPIRATION 4 CEO s thoughts Lightalk Shyama Soondur Communication and PR - ENL AT A GLANCE 6 Récompenses internationales pour La Balise et Valriche INSIDE STORY 8 Espral : Proposition intégrée 10 Enl Lifestyle adds new flavour to client experiences SPOTLIGHT 11 Field Good : Qualité emballée IN PROGRESS 12 Office Park taking shape in Bagatelle 13 Vivéa plugs Moka into business PERSPECTIVES 14 Entreprises : Effleurer le Web WIDE ANGLE 19 Helios Polarized, une vision du «Made in Mauritius» FACE TO FACE 20 Suresh Boodhoo : «Voir le changement climatique comme une opportunité» ENCOUNTERS 22 Aménagement des bureaux : Le bon plan pour une synergie OUTREACH 24 Bazar Kreasion, l artisanat et au-delà REFLECTIONS 26 Bel-Ombre : La Place du Moulin tourne encore The ancient Babylonians used to make promises of good behaviour to their gods at the beginning of each year. The Romans pledged pretty much the same thing to Janus, their god of beginnings and transitions, after whom the month of January is named. And thus, the tradition of making New Year s resolutions has spanned time, cultures and continents to find its modern-day expression in the commitments we make to ourselves once the emotions of the end-of-year festivities have subsided. Statistics have it that we generally fail to achieve New Year s resolutions. Subscriptions to gyms peak but attendance to fitness classes fizzles out. Our empathy for the poor remains high but the actual act of helping them remains an intention. We draft budgets but our expenditures still spiral out of control. We have a heart for the environment but we postpone greener living to tomorrows that never come... Statistics also have it that resolutions are more sustainable when the resulting benefits as well as the path of maintaining these commitments are shared. And this is precisely what the group is banking on for the success of its 100 Commitments initiative due to begin in the coming months, as top management explains in the following pages. A publication of ENL Group ENL House Vivéa Business Park Moka, Mauritius Executive Editor Shyama Soondur Editor Gilbert Deville (Ideos Communications) Contributors Désiré Eléonore Gilbert Deville Ajai Daby Serge Rivière Concept, Layout & Art Direction Lemon Agency Printing T-Printers January 2013 Republic of Mauritius The year 2012 has been particularly rich in happenings at ENL. Our headquarters relocated to Moka, the ENL-Rogers rapprochement materialized, we resolutely embraced the Web 2.0 era... New year. New beginnings. It s time to make a few, if not a hundred, commitments, won t you say? Happy New Year. JANUARY

4 INSPIRATION Hundred commitments for better tomorrows. This slogan sums up a programme we are introducing this year to strengthen the ENL corporate fabric. It is basically a call to action. An encouragement to openly commit ourselves to attitudes which give profound meaning to our lives and also to our relationships with others. It is an invitation to make concrete our declared commitments. I share the belief that the basic spirit and drive of an organisation are the very engines of its achievements. No doubt technological and economic resources, organisational structure, innovation and timing also weigh heavily on success. But they are transcended by how strongly the people in the organisation believe in its basic precepts and how faithfully they carry them out. In short, the success of an organisation is fundamentally dependent on how committed its team is. Commitment. The word is a pointer to what we stand for, to what we want to achieve and to our ability to honour our own word; persistently and consistently. Commitment ignites action. In fact, commitment is action. Our very first commitment must be to our own selves. Do we have a strong sense of integrity? Are we willing to share credit for success and responsibility for failure? Are we continually striving to improve ourselves? The commitment we have towards ourselves is really where it all starts. When promoted by organisations, commitments underlie a common vision, a shared sense of purpose. I encourage individual ENL team members to come into alignment with the set of values that their company and this group stand for. For the combination of a strong commitment to the self and to a sound set of values is what enables us to maintain all other commitments to customers, to results, to fellow colleagues and to ENL. We are all customers to someone and we all, in turn, have clients of our own. Our clients are not just those we do business with. In our private sphere, they come in the guise of family and friends. At work, our colleagues are as much our clients as the customer buying the products and services we supply. Committing to being customercentric, then, is about cultivating a mindset; an attitude and a sense of responsibility and this is precisely what the ENL 100 Commitment initiative is all about. The combination of a strong commitment to the self and to sound values is what makes it possible for us to maintain all other commitments. Organisations must also target specific results. Commitment to performance is largely determined by how clear priorities are, which actions get rewarded and what risks are being taken to improve results. Over the past years, we at ENL have taken much care to render our structures agile and focused. We have unlocked financial resources. We have brought together the best talents and encouraged efficiency and creativity. And thus, we have upheld our commitment to results. A company s obligations to customers and to results can only be delivered through the commitment of its people. Our attitude is indeed the key driver of our performance. The right attitude can be nurtured by proper communication. We must value communication not only as a tool to publicise our actions but also as a means to create the internal connectivity which is fundamental to ensure that we fulfil our commitments together. 4 ENLIGHTEN N o 6

5 INSPIRATION It is not a coincidence therefore that we have made fluidity and quality of communication a central objective of our 3-Year Business Plan. We have appointed dedicated resources to promote and facilitate the opening of communication channels up, down and across the group. Commitments hold value only when they are made out of free will. At ENL, we are committed to creating the conditions conducive for each and everyone to express their talents and we expect each team member to show the same commitment towards the ENL brand. Genuine commitment stands the test of time. This undoubtedly requires hard work and determination. However, the pay-off a reputation for integrity and, even more importantly, an unflinching solidarity from others is well worth it. And it is precisely what our 100 Commitments programme aims to achieve. Hector Espitalier-Noël CEO, ENL Group VERBATIM Gilbert Espitalier-Noël CEO, ENL Property Eric Espitalier-Noël CEO, ENL Commercial Jean Raymond Hardy CEO, ENL Agribusiness Give your team a clear and nonnegotiable target and you ll see how efforts multiply, creativity unleashes and resources get freed to achieve the objective. It s amazing and nothing less than a miracle. We witness this continuously on our construction sites ever since we committed openly to always deliver developments undertaken by us on the appointed date. This certainly puts enormous pressure on the project manager and we have not always been able to keep our word. But the reward a reputation for integrity and credibility as well as an immense pride is well worth the effort. It is a mindset really. It s about not falling in the trap of excuses and explanations. I believe in empowering team players so that they are able to play their assigned roles fully. Empowerment brings opportunities and responsibilities as well and it takes a committed person to accept both and to make the most out of it. A team of committed persons is what an organisation needs to attain set objectives and to face challenges. I leave it up to each team to create the environment most conducive for the expression of total commitment to the task at hand as well as to the company it belongs to. Commitment and the determination to uphold it must come naturally. It s like breathing. You don t make excuses so as not to breathe; you don t need to motivate yourself nor do you need to justify your desire to breathe. You just do it. Commitment is the very foundation of an effective relationship, the type of relationship you need to have to make the future happen. Without it, you can be as dictatorial as one can be. You will most probably achieve your targets, and no more. For without free will, there is no commitment but only obligations. The real challenge therefore is not to be committed to merely making things happen; it is to get commitment from team members whatever the complexity of the mission. The rest then follows naturally, though you do need to walk alongside fellow team members, without compromising on discipline and rigour, even when things are difficult and the issue uncertain. It is this personal commitment of the leader that triggers and feeds the commitment of the team. JANUARY

6 AT A GLANCE Chiffre-clé C est la dernière estimation en tonnes de la récolte de la canne dans les deux sucreries du groupe ENL. Une production qui devrait fournir tonnes de sucre. Cette année, hectares de superficie sous canne ont pu être récoltés. Bagatelle : Cap sur le résidentiel Charabia : Voyage en intérieurs Niché dans un nouveau cadre aux couleurs vitaminées à Curepipe, Charabia a réussi une heureuse transition, qui fait le bonheur de sa fidèle clientèle. Facile d accès et offrant davantage de places de parking, le nouveau showroom du spécialiste du linge de maison, installé dans une demeure ancienne, offre également un plus large éventail de produits dans un décor invitant au voyage. Tissus d Afrique du Sud, d Espagne et de France côtoient tapis et coussins d Inde. Le projet Bagatelle, ville de demain continue son développement. La phase résidentielle est désormais enclenchée et les réservations devraient être ouvertes en ce début de Niché au pied de la chaîne de montagnes de Moka, le projet est divisé en deux parties. Une première, comprenant 38 lots d une superficie variant de à m², propose aux acheteurs de construire leurs résidences selon un cahier des charges bien défini. Le second est constitué de deux séries d appartements de haut standing de 19 et 42 unités respectivement. Récompenses internationales pour La Balise Marina et Villas Valriche Les deux projets IRS dans lesquels est impliqué le groupe ENL se sont distingués aux prestigieuses International Property Awards à Dubayy en octobre Une bonne nouvelle de plus pour La Balise Marina, qui a livré ses premières unités aux clients en décembre La première et seule marina résidentielle de Maurice a décroché le trophée du Best Multiple Units Development pour la région Afrique. Villas Valriche a, pour sa part, reçu le prix cinq-étoiles du meilleur marketing immobilier (Best Development Marketing) en Afrique. 6 ENLIGHTEN N o 6

7 ENL-Rogers : Rapprochement concrétisé AT A GLANCE Le groupe ENL est officiellement l actionnaire majoritaire de Rogers & Company Ltd (Rogers), avec une participation effective de 59,7 %, depuis début décembre Cela résulte de la restructuration des actifs de Rogers Consolidated Shareholding Ltd (RCSL), qui avait une participation à 53 % dans Rogers ainsi que dans Cim Financial Services Ltd. RCSL a racheté et annulé ses propres actions détenues par Elgin Ltd en échange de sa participation dans Cim Financial Services Ltd. Dans le cadre de cette restructuration, ENL Investment verse également à Elgin Rs 800 millions en espèces et en nature. À l issue de ces opérations, ENL Investment demeure l actionnaire unique de RCSL, et donc l actionnaire de référence de Rogers. Il y a un peu plus d un an, ENL Investment et Elgin, actionnaires à parts égales de RCSL, avaient annoncé leur décision de mettre fin à leur partenariat capitalistique au sein de cette dernière. Rallye Bigorno : Mission accomplie pour 007 Synergisez-vous C est l équipe 007, composée d Hector Espitalier-Noël, Benoît Hardy, Pritiviraj Baloo et Julie Merle, qui a remporté la première édition du rallye Bigorno. Cette activité avait pour objectif de promouvoir l esprit d équipe tout en permettant la découverte du groupe et des divers attraits de son patrimoine. Quelque 140 participants embarqués dans 35 voitures ont pris le départ de cette «chasse aux trésors» le samedi 24 novembre 2012 pour un parcours qui les a menés de Vivéa à Savannah, en passant par Bagatelle et Pailles, avant de revenir à Moka. Le début d année est la période des bonnes résolutions. Retrouver la forme et de meilleures formes en font sans doute partie. Synergy Sport & Wellness Institute lance le Healthy Weight Programme : un bilan de santé complet, un programme d exercice avec le spécialiste en biocinétique, Yannick Lincoln ainsi qu un plan de nutrition et des conseils par Diane Desmarais, nutrithérapeute. Le tout avec un suivi et un coaching réguliers. Gros-Bois voit plus grand La quatrième phase du projet d Espral, «Les Vergers de Gros-Bois», est désormais en vente. Dix-huit lots résidentiels de 22 à 32 perches situés au cœur de l ancienne propriété sucrière de Savannah sont disponibles. Offrant tous les avantages de la vie au vert tout en étant à seulement 20 minutes des principales agglomérations du sud et du centre, «Les Vergers de Gros-Bois» fait la part belle aux arbres fruitiers. JANUARY

8 INSIDE STORY ESPRAL Proposition intégrée Un secteur foncier et immobilier mauricien dynamique. Mais une profusion de projets qu accompagne une variété d approches de développement et de marketing. C est dans ce contexte qu Espral Ltd optimise sa grande palette de services et se démarque grâce à des propositions complètes, durables et à forte valeur ajoutée. Créer un habitat durable qui allie confort et intégration avec l environnement relève du génie civil, mais demande également de solides compétences en urbanisme, une vraie connaissance du marché et une capacité réelle de travailler en symbiose avec les pouvoirs publics. Cela est surtout vrai dans une île comme Maurice, où l exiguïté du territoire et du marché sont des facteurs limitatifs. Chez ENL, l équipe d Espral incarne naturellement ces qualités. Cette filiale d ENL Property voit le jour en 1999, avec la décision du gouvernement mauricien d assouplir les lois qui régissent l utilisation de terres agricoles. Les producteurs sucriers peuvent dès lors consacrer une partie de leurs terres à des fins autres que l agriculture. Pour chaque superficie de trois arpents ainsi exploités, ils en cèdent un à l Etat. Cette entente permet de dégager des fonds pour moderniser l industrie sucrière et libère des terres pour le développement de logements par le gouvernement. «Les dirigeants d ENL voient dans cette ouverture la possibilité de développer un nouveau pôle de croissance, l immobilier. La création d Espral fait partie d une stratégie à long terme destinée à réunir les ressources humaines et techniques nécessaires pour soutenir le développement de ce pôle», explique Nicolas Eynaud, General Manager d Espral. Cette société est aujourd'hui un guichet unique pour les transactions foncières et immobilières d ENL. À sa création, elle s occupait surtout de la mise en œuvre des accords conclus avec le gouvernement. Espral se structure et se renforce graduellement. Un système de collecte de données géographiques et cadastrales est mis en place, permettant une gestion pointue du patrimoine du groupe ENL. L équipe commerciale est organisée en des filières spécialisées : marketing, vente, revente et location. La vente de produits de luxe de l Integrated Resort Scheme (IRS) est confiée à une compagnie-sœur, Espral International. En 2004, s étant constitué une importante réserve de terrains assortis de droits de conversion, le groupe lance ENL Property. Espral en est une filiale et aussi un maillon-clé dans la gestion de cette Land Bank. «Nous travaillons en étroite collaboration avec les équipes d ENL Property, dès la conception d un projet immobilier», explique Nicolas Eynaud. Espral intervient dès l étude de faisabilité : analyse de l emplacement devant accueillir le projet et sécurisation du site, étude de marché... Une expertise précieuse pour définir le produit et planifier sa mise en œuvre. Lorsque le concept est finalisé, Espral prend en charge les procédures d obtention de permis nécessaires à sa concrétisation. Parallèlement à la réalisation du projet, Espral développe des stratégies de vente, de revente et de location d espaces pour assurer une rentabilité optimale au développeur, ainsi qu une satisfaction maximale aux clients. Ce qui lui permet également d offrir un service complet. Un service qui est le reflet d une véritable proposition intégrée. 8 ENLIGHTEN N o 6

9 INSIDE STORY 1. Espral est un guichet unique pour les transactions foncières et immobilières d ENL. 2. Une nouvelle vitrine pour les projets immobiliers d ENL Property. 3. Nicolas Eynaud, General Manager d'espral. Showroom hi-tech 1 Expérience, expertise et passion Espral s est bâti une solide expérience au gré des projets d ENL. L aménagement de Moka en un haut lieu pour vivre et travailler est le plus récent et sans doute, le plus complexe des projets auxquels la compagnie a participé. Avant cela, elle a été la cheville ouvrière de la création du Domaine de Bel-Ombre, dont le plan d urbanisme atteint bientôt de nouvelles étapes dans sa mise en œuvre. Dans son escarcelle se trouvent aussi les développements IRS de Villas Valriche et La Balise Marina, les développements intégrés de Bagatelle et des Allées d Helvétia, le centre commercial Kendra ainsi que les lotissements résidentiels des Vergers de Gros-Bois et Gentilly. «Nous sommes la vitrine commerciale d ENL en matière de développement immobilier et aussi les garants de sa promesse de qualité. Nous souscrivons entièrement aux principes de développement holistique et à long terme du groupe», affirme Nicolas Eynaud. Espral est une jeune équipe de 16 professionnels avec une expérience avérée dans le domaine. Leur expertise et leur passion du métier ont produit des résultats concluants. Ainsi, malgré le contexte économique difficile, toutes les résidences faisant partie de la première phase des développements IRS Villas Valriche et La Balise Marina ont été vendues. Les 110 lots des Vergers de Gros-Bois mis en vente à ce jour ont tous trouvé preneurs. Idem pour les première et deuxième phases résidentielles des Allées d Helvétia, totalisant 126 unités. 2 Le nouveau showroom d Espral, aménagé à ENL House, sera une vitrine pour tous les projets immobiliers proposés par ENL Property. Avec son intérieur design et moderne, cet espace fera appel aux derniers supports numériques pour présenter et faire «vivre» au visiteur les projets en cours de commercialisation. La tablette remplace donc les cartes et plans sur papier dans la palette d outils de travail des sept commerciaux évoluant dans cet univers hi-tech. Prêt à la fin de janvier 2013, le nouveau showroom accueillera les projets en cours et servira au lancement de nouveaux produits immobiliers d ENL. 3 JANUARY

10 INSIDE STORY ENL LIFESTYLE Adding new flavour to client experiences Mauritians are becoming more and more demanding when it comes to the quality and price of goods and services they buy. To meet this challenge, ENL Lifestyle makes a bold promise: Expect more, spend less. This newly born business segment within the group holds in its portfolio some house brands like the Voilà Hotel in Bagatelle, the Moka z coffee lounge in Moka and franchises like the Ocean Basket chain of restaurants, represented and managed on the island by ENL Property. We are introducing a set of brands that offer a compelling guest experience as well as outstanding value to customers, says the General Manager, Richard Stedman. Innovation and daring decision-making drive ENL Lifestyle s approach to business. A child of opportunity, the cluster was born when ENL Property acted upon business prospects that emerged in the wake of the Bagatelle Mall of Mauritius opening. Those were businesses that did not necessarily fall within the scope of core ENL activities. Being the entrepreneurs that we are, we nevertheless followed the leads with interest and optimism. Time is proving us right as barely one year later, this new cluster of activities is generating promising income, points out ENL s Chief Executive Officer, Hector Espitalier-Noël. Obtaining the Ocean Basket franchise for Mauritius is what set the ball rolling for ENL Lifestyle. The first restaurant at Bagatelle Mall of Mauritius turned out to be an overnight success and clocked more than 180,000 guests in its first 12 months of operation. Such an achievement led to the opening of a second outlet at Grand Baie La Croisette in October Ocean Basket has a 4F policy which speaks out for Friendly place, Fantastic value, Famous seafood and Fabulous service. We are committed to these promises with regards to all ENL Lifestyle initiatives, says Richard Stedman. The next big step was the opening of Voilà Bagatelle, a three-star urban hotel with unique features, from its pioneering modern tropical architecture to the smallest in-room detail. Its 30 staff and 102 guest rooms offer value-for-money pricing, a warm Mauritian welcome as well as a comfortable stay. To date, 93% of guests who stayed at Voilà Bagatelle express sa-tisfaction about the facility s offerings. Far from resting on its laurels, ENL Lifestyle most recently introduced yet another innovative concept Moka z, a signature coffee lounge at Les Allées d Helvetia. It aims at becoming the favoured social meeting place for Mauritians from all walks of life. We have sought to revive the Café culture and casual dining in Mauritius. We are going back in history to 1721, when coffee plants where brought to Mauritius, via Reunion Island, from the port city of Mocha in Yemen. These coffee shrubs were planted on the banks of Moka River, which drew its name from this activity, explains Richard Stedman. Tea lovers have not been forgotten with the introduction of Chai Latte from Kolkata. Customers also enjoy freshlybaked viennoiserie, hot from a glass oven. Looking forward, ENL Lifestyle is exploring opportunities in markets where it feels it can substantially add to the perceived value for its clients, as well as incorporate its own sense of innovation and creativity. These include the meeting and conference market, free-standing bars as well as other leisuredriven activities. 10 ENLIGHTEN N o 6

11 SPOTLIGHT Field Good : Qualité emballée Fraîcheur du goût et consistance, hygiène irréprochable, humidité et température contrôlées, durée de conservation optimisée La qualité des légumes et salades frais empaquetés ne souffre d aucune concession. L atteindre demande une maîtrise forte des méthodes de production, de récolte, de conditionnement et d emballage. Maîtrise qu a su développer l équipe d ENL Agribusiness avec Field Good. Après une apparition discrète sur le marché mauricien pendant le premier semestre 2012, cette marque a mieux affiché ses couleurs ces derniers mois et aborde 2013 avec plus d ambition. Field Good se positionne avec succès sur le segment du «frais emballé», qui est en plein développement. «Pour nous, il ne s agit pas seulement de bien emballer nos produits. Ils doivent être de la qualité recherchée dès le départ», explique Gaston Clarenc, Development Manager chez ENL Agri. «Nos légumes et salades sont sains, récoltés au bon moment, traités et stockés dans des conditions optimales et tout cela, avec le moins de manipulation possible.» Les principaux légumes et salades d ENL Agri tomates, poivrons, laitues, pommes d amour, concombres comptent, en effet, parmi les plus «fragiles» et doivent être manipulés avec la plus grande précaution après la récolte. La maîtrise de la qualité se construit en amont, dans les serres de Mon Désert et de Savannah, dans des conditions strictement contrôlées. Récoltés à maturité optimale, les produits sont acheminés le plus rapidement possible au Pack House de St-Pierre afin de préserver leur fraîcheur. À leur arrivée, les légumes et salades sont triés, calibrés et classés. Ils sont ensuite rincés à l eau, séchés, empaquetés et étiquetés, avant d être livrés. Ce processus vise à assurer qu ils parviennent aux consommateurs pratiquement aussi frais, fermes et sains que s ils venaient directement des serres. ENL Agri déploie, à cette étape, un savoir-faire qui donne tout son cachet au label Field Good. Le Food Crops Development Manager, Alain Souchon, y met sa solide expertise et une expérience acquise durant ses années passées chez l entreprise sud-africaine ZZ2, le plus gros producteur de tomates de l hémisphère sud. «Nos chambres froides maintiennent des températures à point pour optimiser la durée de conservation des produits», indique-t-il, ajoutant que des variations de température peuvent entraîner, par exemple, la formation de pellicules d eau dans la barquette, provoquant une dégradation rapide du produit. Les manipulations sont limitées au minimum afin de préserver l intégrité des légumes et salades. Seuls ceux de tout premier choix bénéficient du label Field Good, souligne Alain Souchon. «Les produits choisis présentent ainsi très peu ou pas de risques de dégradation entre les champs, les rayons des supermarchés et finalement, la table du consommateur.» Les produits Field Good sont présentés dans des barquettes et recouverts d un film plastique spécial répondant aux normes alimentaires. Précaution ultime : l équipe d Alain Souchon se charge ellemême de l étiquetage afin de prévenir tout risque d altération ultérieure. Les livraisons à chaque supermarché se font deux fois par semaine en camion réfrigéré, car le choc thermique peut aussi nuire à la qualité du produit. Forte de cette maîtrise des procédés post-récolte, ENL Agri aspire à la certification HACCP pour son Pack House et ses serres. De quoi emballer encore mieux la fraîcheur. JANUARY

12 IN PROGRESS Office Park taking shape in Bagatelle Set against the backdrop of the magnificent Moka Range of mountains and overlooking the ocean, with easy access to the M1 Motorway, the first building of the Bagatelle Office Park is in its completion stage. It is an essential part of Phase 2 of the Bagatelle Precinct development. The construction of the first office block commenced in February 2012 and is due to be completed towards the end of the first quarter of The building is clearly visible from the Réduit-Pailles motorway and is situated some hundred metres from Bagatelle Mall of Mauritius. The construction of the first block is on schedule, says the Development Manager of ENL Property overseeing the implementation, Roux Gerber, and the quality of workmanship delivered by the main contractor, Cogir Ltd, is exceptional. After completion, the Bagatelle Office Park will comprise 6 low-rise office blocks set in landscaped green grounds covering a total surface area of 9ha including a 7-hole chip and putt course all adjacent to the iconic Bagatelle Mall of Mauritius. The design of the offices is based on the key principle of flexibility and they will be customised to fit the needs of (large or small) tenants. The surface area of the individual units with a high quality finish ranges between 150 and 4,000m², adding up to 28,000m². The occupants will enjoy a covered networking-friendly atrium and ample parking space, including dedicated bays for the disabled. The facility will indeed offer the necessary ingredients to combine business with pleasure in the workplace. The development of the office park will bring a new dimension to the Bagatelle mixed-use environment, points out Roux Gerber, and it is anticipated that the roll-out programme for completion of the project will be implemented over the next 3 to 4 years. Moreover, in keeping with the overarching concept of sustainability, the Bagatelle Office Park aims to be fully eco-friendly. Natural ventilation, passive solar design, water and energy saving systems, reticulation of storm water run-off to the CWA reservoir, among other things, have been integrated into the project design and implementation. 12 ENLIGHTEN N o 6

13 IN PROGRESS Vivéa plugs Moka into business Much like a phoenix rising from the ashes, the grounds of the now-defunct Mon Désert Alma sugar factory are coming back to life as the Vivéa Business Park. Offices as well as plots of land are up for sale and rent as the place smoothly slips into its new identity. The buildings have been tastefully refurbished to combine the character of the past with state-of-the-art communication technology in order to create a modern working environment with a distinctive atmosphere. They bear names reminiscent of Vivéa s historical connection with the sugar industry: 1827 (the year when the very first sugar mill was built in Mon Désert), La Distillerie, Valetta Loco Shed The mild climate of Moka and the prime location of the business park give an additional edge to this destination. The St Pierre bypass road and the upcoming Terre Rouge-Verdun-Ebene motorway place Vivéa within easy reach from major business and commercial centres like Port Louis, Ebene, Bagatelle, Phoenix and Quatre Bornes. According to its master plan, the Vivéa Business Park spreads over 18 hectares. The facility will be developed over time, according to demand. Ideally, we would like to make the most of the unique climate and natural attributes of the site and promote a campus-like environment, conducive to creative work and the production of high value-added goods and services, says Didier Audibert, the General Manager of MDA Properties, the project developer. The first tenants of the Vivéa Business Park have settled in. Several small companies occupy the 1827 building and the Valetta House is already home to architects. La Distillerie has found a successor to ENL Property, which moved next door to ENL House. This brand new, signature building is the headquarters of the ENL group since December last year. We are providing facilities equipped with plug-and-work devices on a rent or sale basis. The new office modules are between 35 and 90m² each and offer comfortable working conditions in a perfectly serene environment, says Didier Audibert. In addition to these ready-made facilities, Vivéa is also putting up plots of land for sale, targeting companies which may want to custom-build their offices. To begin with, eight such plots are available for purchase. JANUARY

14 PERSPECTIVES Entreprises Effleurer le Web L année 2013 sera celle de l explosion de l Internet mobile, prédisent les analystes internationaux. Le Web, outil convivial, graphique et interactif bâti sur Internet, devrait donc suivre la même tendance. À Maurice, même si certaines entreprises ont intégré cet outil, son potentiel ne serait qu effleuré, y compris sur les terminaux mobiles. Année Le cap symbolique de l année 2000 est passé. Quelque 450 millions de personnes étaient connectées à Internet et le continent africain comptait environ 20 millions d utilisateurs de téléphones portables. Autre repère : Apple, émergeant des pires moments de son histoire, vivait grâce au marché de niche de ses ordinateurs Mac le premier ipod n allait être commercialisé qu en novembre En 2012, il y avait plus de 2,5 milliards d internautes et plus de 500 millions d abonnés au mobile en Afrique, dont une proportion grandissante utilisant un smartphone, considéré comme LA plateforme pour l accès au Web dans les années à venir. Information complémentaire : le 20 août 2012, Apple enregistre la plus grande capitalisation boursière au monde, avec USD 622 milliards. Pourquoi la référence à Apple ici? Pour la force de l exemple. Parce que sa (re)montée en puissance en une décennie, ainsi que cette confiance qu inspire le titre Apple Inc. sur le NASDAQ, reposent surtout sur le succès et les revenus d une netéconomie mobile. Un modèle économique bâti sur le rôle complémentaire et intégré de deux éléments. D un côté, des terminaux performants et connectés aux réseaux, bénéficiant d un design séduisant et portant des logiciels conviviaux, qui répondent à des aspirations culturelles. De l autre, des contenus (sites, musique, vidéos, logiciels, publications, réseaux sociaux, jeux, etc.) disponibles via le Web et Internet à travers ces terminaux et, pour certains, accessibles à travers les propres services d Apple. Bref, la marque à la pomme surfe sur les succès réels et prévus des iphone, ipad, ipod, itunes, App Store, mais aussi indirectement sur la richesse et la valeur économique, marchande et publicitaire du monde online auquel s accrochent ces appareils mobiles. La gamme d ordinateurs de la marque compte moins dans la profitabilité. Le point commun entre le boom d Internet, celui des portables/smartphones et le succès phénoménal de l action Apple est l utilisation de l information. Une information véhiculée par les réseaux de télécommunications et que l individu moderne et «connecté» veut obtenir dans la forme qu il souhaite, n importe où et à tout moment une exigence qui sied très bien aux caractéristiques du Web (voir horstexte à la page 17 pour une explication sur la nuance entre Web et Internet). Une information et une plate-forme qui créent de la valeur. Une étude de l Organisation de Coopération et de 14 ENLIGHTEN N o 6

15 PERSPECTIVES Chiffres-clés 2,5 milliards Nombre d utilisateurs d Internet dans le monde à mi millions Nombre approximatif de sites Web 1,1 milliard Nombre de smartphones utilisés dans le monde Plus de 1 milliard Nombre d utilisateurs de Facebook USD 400 milliards Valeur du marché mondial du e-commerce de détail à fin 2011 USD 12 milliards Valeur du marché de la publicité sur mobile et de l achat d applications sur mobile en Abonnements Internet haut débit à Maurice à décembre 2011, dont sur mobile JANUARY

16 PERSPECTIVES 1 2 Développement économiques publiée en octobre 2012 indique que le Web représente 13 % de la valeur ajoutée produite par les entreprises américaines dans une grande variété de secteurs d activité. Prévision de l agence média ZenithOptimedia : le marché mondial de la publicité sur Internet atteindra USD 102 milliards en 2013, le plaçant en seconde place derrière la télévision (USD 209 milliards) et pour la première fois dans l histoire devant la presse! Evolution, mais En 2012, environ 35 % de la population mauricienne utilisait Internet régulièrement sur des connexions individuelles fixes et mobiles, sur des connexions collectives au bureau ou dans des centres publics. La richesse du Web est-elle suffisamment prise en compte par les entreprises mauriciennes? Vaste débat. Le constat est mitigé. Dans les pays leaders économiques, le Web est un support privilégié d information constamment mise à jour, bénéficiant de l interactivité avec le public et donc, la clientèle et surfant sur la vague du Frédéric de Comarmond, eservices «Les entreprises mauriciennes utilisent leurs sites Web de façon assez efficace, notamment en ce qu il s agit de la communication corporate et du recrutement. Mais le potentiel du e-commerce n est pas exploité. Chez eservices, nous utilisons des technologies de pointe. Nous répondons ainsi aux besoins en services Web des entreprises avec une qualité de niveau mondial, mais en tenant compte des réalités et des contraintes mauriciennes. Le Web offre de grandes possibilités, qui s exprimeront encore dans les années à venir. eservices suivra la tendance des technologies à mesure qu elles évolueront. Mais pour que l entreprise communicante utilise mieux les technologies actuelles et futures et que l utilisateur mauricien en profite, il faut une connexion haut débit plus rapide, plus abordable et accessible partout.» Web 2.0 (voir explication à la page 17). On attend encore de voir à Maurice, pour un public local, l émergence ou la prolifération de sites fonctionnels et efficaces de vente, réservations et paiements en ligne (en B2B ainsi qu en B2C), de comparaison de prix, d information routière, de marketing ciblé associé à la géolocalisation live, de contenus multimédia qui accrochent et qui interagissent avec la clientèle online Oui, les entreprises mauriciennes sont présentes sur le Web, avec leurs sites institutionnels, quelques sites d information et de recrutement, des fonctions de banque en ligne, une timide apparition du commerce électronique, ainsi qu une présence embryonnaire sur Facebook. «Les compagnies mauriciennes ont dépassé le stade du site Web vitrine, qui se contente de 16 ENLIGHTEN N o 6

17 PERSPECTIVES donner une présence à l entreprise. Les technologies ont évolué, il y a plus d accent sur l interactivité. Les entreprises veulent des sites Web qui répondent aux besoins spécifiques de leur secteur d activité et de leurs propres stratégies et opérations», affirme Frédéric de Comarmond, General Manager de eservices. Cette filiale de FRCI, qui est une société associée au groupe ENL, réalise des prestations développement d applications, design et hébergement, entre autres centrées sur l optimisation de la présence sur le Web, pour une clientèle composée principalement d entreprises mauriciennes de toutes tailles. Mais l exploitation de nombreuses fonctions du Web doit encore être initiée, ou optimisée, au même titre que celle du potentiel de communication interactive et du e-commerce. L universitaire Christina Meetoo (voir entretien à la page 18) souligne cette lacune, y compris au sujet de l utilisation des réseaux sociaux. Cyril Quintin, diplômé d école de commerce et ex-publicitaire à Maurice et dans la région, est l expert en e-marketing chez eservices. Pour lui, «le Web offre à Maurice des possibilités immenses, de par son dynamisme. Les sites des entreprises mauriciennes ont certes évolué vers une approche plus vendeuse en termes d image et vers l intégration d outils de communication comme Facebook. Beaucoup reste cependant à faire». Il estime toutefois que nous serions actuellement dans une phase de changement, où les sociétés mauriciennes se mettent à explorer les opportunités du Web et veulent y faire du business. Celles qui visent une clientèle internationale, mieux équipée, plus habituée à l usage du Web pour la «consommation» de biens et services et offrant une masse critique forte, ont déjà pris le bon wagon. L hôtellerie, évidemment tournée vers le marché mondial, en est l illustration. «Environ deux tiers de la clientèle touristique mondiale prépare «Les technologies ont évolué et il y a plus d accent sur l interactivité» ses voyages grâce au Web, en visitant les sites des hôtels et compagnies aériennes, les comparateurs de prix et les avis postés par les clients sur des sites spécialisés tels que TripAdvisor. 90 % se disent influencés par de tels avis», indique Alexandre Billaut, responsable e-marketing et communication de Veranda Leisure & Hospitality (VLH). Ce groupe hôtelier mauricien revoit actuellement sa stratégie de communication en ligne ainsi que son site Web. «Nous réalisons moins de 10 % de notre chiffre d affaires grâce à des réservations en ligne. Notre objectif est d augmenter ce chiffre et d être moins dépendants des touroperators en étant en contact direct, online, avec la clientèle.» Repère intéressant : 30 % des clients des 4-5 étoiles de Maurice réservent directement via le Web. Mobilité «made in Moris» Dans un tel contexte, ENL, acteur majeur de l économie mauricienne, se devait également de faire évoluer sa présence Web en y associant une utilisation optimale d outils de communication numérique. Le site Web du groupe est en train d être redessiné et amélioré. Il adopte une interface graphique simple et dynamique, qualifiée de «liquide», qui fait la part belle à une navigation fluide et horizontale. À cela s ajoute notamment une plate-forme de recrutement innovante, qui inclura, d ici à fin janvier 2013, une fonction multimédia une grande première dans l utilisation du Web par les entreprises mauriciennes. En embrassant plus résolument les technologies et les interfaces numériques, ENL a aussi installé un système de communication intégrée dans son nouveau siège social à Moka, ENL House. Téléphone, , chat, videocall, Web Toutes ces fonctions, précise Iqbal Soormally, Group ICT Manager d ENL, sont accessibles d un clic, sur une même plate-forme utilisant les normes de communication Internet Protocol (IP). Repères Le Web, pas le Net Ne pas confondre le Web (ou World Wide Web), avec Internet, qui est un système mondial connectant des multitudes de réseaux informatiques. Le Web, quant à lui, est un service qui fonctionne sur Internet. Un service utilisable notamment à travers l interface graphique conviviale des sites Web et qui permet l accès à d innombrables documents sous diverses formes. Pour trouver via Internet et afficher correctement ces sites et documents, on utilise des navigateurs Web, ces fameux «browsers» tels que Firefox, Internet Explorer, Safari ou Chrome. Web 2.0 Expression qui désigne une évolution du Web vers plus de simplicité et d'interactivité. Avec le Web 2.0, nul besoin d avoir des connaissances techniques pour «contribuer» au contenu des sites Web. Les internautes peuvent interagir avec le contenu (exemple : Wikipedia) ou entre eux à travers le contenu (exemple : Facebook). L interactivité et la dimension «sociale» de l interaction sont souvent mises en avant pour vulgariser la distinction entre le Web des origines et le Web 2.0. Ce terme rébarbatif cache une technologie qui permet de traiter n importe quel type de messages (texte, voix, image, contenu Web, etc.) sous la même forme numérique et donc, de le partager sur le même réseau. Ce qui réduit nettement les coûts et permet aux équipes des entreprises et départements installés à ENL House de communiquer de façon beaucoup plus conviviale entre elles, mais aussi avec l extérieur via le Net et le Web. 1. Les sociétés mauriciennes se mettent à explorer les opportunités du web et veulent y faire du business. 2. Accès à l'information dans la forme que l on souhaite n'importe où est à tout moment. 3. Les smartphones sont devenus un excellent outil de communication. JANUARY

18 PERSPECTIVES 3 L objectif à plus long terme est de dérouler ces fonctions sur l ensemble des sites du groupe dans l île, et d interfacer encore plus efficacement avec le Web pour les besoins de communication, de marketing et de recrutement. Mais l adoption d innovations bâties sur le Web bute parfois sur le coût et la disponibilité des télécommunications auquel il faut ajouter celui de l équipement. Petit rappel de la situation à Maurice Le tarif mensuel pour une connexion ADSL basique est passé d environ Rs à Rs 350 de 2005 à 2011 et le dernier discours du budget annonce une subvention de l Etat qui devrait encore abaisser ce tarif. Les coûts de connexion pour du plus haut débit à téléchargement illimité qui permet de mieux profiter des fonctions interactives et multimédia du Web restent toutefois relativement élevés (plus de Rs 1 000). À cela s ajoute le prix des terminaux, soit celui des ordinateurs, laptops mais aussi des tablettes et smartphones. Et c est là que pourrait s exprimer le potentiel qu effleurent aussi bien les entreprises que leurs cibles. La mobilité associée à la légèreté est, en effet, LA marque de la nouvelle Web-économie et de la Web-culture qui la sous-tend. En 2013, le nombre de terminaux mobiles (tablettes et smartphones) connectés à Internet dans le monde dépassera, pour la première fois, celui des ordinateurs et laptops, d après le groupe international Morgan Stanley! La croissance prévue est affolante : presque 3 milliards de smartphones et tablettes, contre 1,5 milliard d ordinateurs en Tirée par le boom des télécommunications dans les marchés émergents et par les nouvelles technologies de connexion haut débit (4G) dans les marchés développés, cette forte croissance se retrouvera aussi à Maurice, où la 3G est bien implantée et où la 4G a été lancée récemment. Il y a ici plus de téléphones mobiles activés qu il n y a d habitants. Environ 25 % de ce marché serait déjà constitué de smartphones, connectés à Internet. Les tablettes trouvent progressivement leur place dans les foyers et les entreprises. L offre d Orange Maurice pour des tablettes à très bas prix devrait aussi accélérer le mouvement. Le potentiel est donc là, en phase avec les tendances internationales, pour que les entreprises mauriciennes touchent un plus grand nombre de «webonautes 2.0». Le dernier-né du groupe, le cluster ENL Lifestyle dirigé par Richard Stedman, joue à fond la carte du Web. Dans son portefeuille : l hôtel Voilà Bagatelle, le café Moka Z, la franchise Ocean Basket Voilà Bagatelle a bâti son modèle de réservation et de paiement sur le Web, avec une validation automatique par le site, sans intervention humaine. Moka Z et Ocean Basket se créent une véritable présence marketing sur Facebook. «Nous sommes passés de l ère de l homo sapiens à celle de l homo numericus», avance Richard Stedman. «Notre clientèle est donc dans le monde numérique, et particulièrement sur le Web. Qu importe la technologie future, si en tant qu outil, elle peut nous permettre de mieux comprendre et mieux servir notre clientèle. La question-clé est : notre business est-il sur le Web pour répondre aux attentes de l homo numericus?» Christina Chan-Meetoo Universitaire communication et médias «Les réseaux sociaux peuvent être très utiles, mais» Quelle est l importance du Web dans la communication des entreprises? Aucune entreprise moderne ne peut se passer du Web, et plus largement d Internet, pour la communication interne et externe. Malheureusement, beaucoup d entre elles à Maurice n utilisent pas encore tout le potentiel de cet outil. Comment se décline cette utilisation «online»? Principalement par l existence de sites Web et l utilisation du courrier électronique. Les entreprises mauriciennes bâtissent rarement leur site sur une vision de communication numérique. Elles déclinent leur brochure en version Web, avec des ajustements et elles restent assez frileuses en ce qu il s agit de l interaction avec la clientèle à travers cette plate-forme. Celles qui ont des marques grand public utilisent de plus en plus les réseaux sociaux, principalement Facebook. Mais il existe d autres platesformes méconnues et sous-utilisées telles que LinkedIn, Twitter, Tumblr, etc. Réseaux sociaux : réelle utilité ou «mode» pour les entreprises mauriciennes? Les réseaux sociaux peuvent être très utiles, à condition de ne pas se contenter de reproduire plus ou moins ce que l on fait sur les médias traditionnels. La force du Web 2.0 se trouve dans la création de vrais espaces de dialogue entre la marque ou l entreprise et ses interlocuteurs, dans l interactivité, la valorisation de la co-création et de la communauté des fans. C est difficile à mettre en œuvre. Nous sommes, pour l instant, dans une phase d effet de mode, sans remise en question des valeurs et stratégies de communication. Les campagnes Web sont peu pérennes et souvent adossées aux campagnes publicitaires traditionnelles. L utilisation en mobilité change-t-elle l impact du Web? Le mobile sera de plus en plus le moyen privilégié de se connecter. Cela influe évidemment sur la façon dont on utilise le Web, sur ce qu on y cherche, ainsi que sur le nombre et le type d internautes. Les entreprises qui veulent être efficaces en communication et en business online doivent donc s assurer que leur contenu en ligne est, et sera, accessible et visible de manière fonctionnelle sur les mobiles. Cela est lié à la disponibilité plus grande du haut débit sans fil, qui permet de connecter les smartphones et les tablettes. 18 ENLIGHTEN N o 6

19 WIDE ANGLE Helios Polarized Une vision du «Made in Mauritius» Une marque et un produit 100 % mauriciens, conformes aux normes internationales dans le secteur pointu de la lunetterie solaire. Une gamme variée, aux lignes et aux promesses séduisantes, qui s est bâti une petite place au soleil à Maurice. Tablant sur ces atouts, Helios Polarized s apprête à attaquer le marché international cette année. Une place pas évidente à se créer et à conserver. Car face aux grandes marques internationales, célèbres et dotées d une puissance de feu incomparable en termes de marketing mondial en touchant évidemment Maurice ce label local a fort à faire. Mais depuis 2009 et leur lancement, les lunettes Helios Polarized ont su trouver leur marché en tablant sur un savant mélange de belles lignes, de qualité de fabrication et de prix abordables. Commercialisées entre Rs et Rs la paire selon les modèles, les Fusion, Cruize, Mystique, Frenzy et autres s accrochent aux visages des Mauriciens et des touristes en visite dans l île, avec quelque paires de lunettes Helios Polarized écoulées par an. Les campagnes publicitaires et une présence sur Facebook aident à soutenir la visibilité de la marque. Helios Polarized propose une nouvelle collection d environ 6 modèles chaque année afin de répondre aux évolutions de la mode et des demandes des clients, précise la Brand Manager, Ingrid de Spéville. Les lunettes, aux lignes dynamiques et modernes, orientées sport, streetwear et mode féminine, séduisent surtout les ans. Les plus âgés, qui privilégient le confort et le degré de protection, y trouvent toutefois aussi leur bonheur. Ces lunettes sont notamment distribuées dans des magasins d hôtels ainsi que dans des enseignes d optique et de streetwear connues de l île. La marque bénéficie d un riche héritage. Seule du genre à Maurice, elle traduit la vision du «Made in Mauritius» créativité et qualité de niveau international par Plastinax Austral Ltd, le concepteur et fabricant. Lancée en 1976, cette entreprise du groupe ENL basée à St-Pierre est, dès cette époque, la seule à opérer dans la production de lunettes pour diverses griffes étrangères et destinées exclusivement à l exportation. Aujourd hui, elle continue à assurer sa place sur le marché étranger grâce à la confiance que lui accordent de grands groupes de lunettiers et au rapport qualité-prix qu elle offre. Son savoir-faire ayant su conquérir une clientèle internationale pour les marques qu elle fournit, Plastinax Austral tente donc, il y a trois ans, le pari de lancer son propre label. Ainsi voit le jour Helios Polarized. «Helios», du nom du dieu grec du soleil. «Polarized», car les verres utilisés sur ces lunettes sont polarisants : en plus de barrer la route aux dangereux rayons ultraviolets, ils gomment les rayons visibles qui causent l éblouissement en se réfléchissant, par exemple, sur un sol trempé ou sur mer. «Une gamme de verres non polarisés de notre marque a été lancée récemment avec pour objectif de proposer aux Mauriciens des lunettes à un prix encore plus accessible», précise Ingrid de Spéville. Cette nouvelle collection reste tout aussi colorée et mode que celle de lunettes polarisantes. Toutes deux pourraient s exporter bientôt en Afrique continentale, en Asie et à la périphérie du Moyen- Orient. Là où les rayons d'hélios se font souvent sentir. JANUARY

20 FACE TO FACE «Voir le changement climatique comme une opportunité» L été est bien présent en ce mois de janvier. Suresh Boodhoo, météorologue et consultant en climatologie, évoque ici la réalité du changement climatique et l adoption, à ce sujet, d un nouveau point de vue et de pratiques différentes, y compris à Maurice. Le changement climatique était-il intégré à la réflexion sur le développement durable, thème de la conférence Rio+20, qui a marqué l année 2012? Le changement climatique n avait pas une importance prioritaire à Rio+20, contrairement à la première conférence de Rio en Il y a deux raisons à cela. D abord, la crise économique a rendu les pays développés frileux à prendre des engagements qui pourraient freiner leur propre évolution. Par ailleurs, peu avant Rio+20, les pays en voie de développement avaient critiqué les pays développés pour leurs importantes émissions de gaz à effet de serre. Cette situation a créé un rideau de fumée autour des puissances émergentes les nouveaux grands émetteurs de gaz à effet de serre telles que la Chine, l Inde, la Russie et le Brésil. Les anciens et les nouveaux pollueurs avaient donc tous intérêt à ce que le changement climatique ne soit pas à l avant-plan des débats. Qu est-ce donc que le changement climatique? Ce changement se traduit par des événements inhabituels, parfois des catastrophes naturelles, qui surviennent à plusieurs reprises et à des endroits divers, sur une période suffisamment longue pour qu on puisse déceler une tendance. Nous avons 20 ENLIGHTEN N o 6


UN DES PILIERS DU MARKETING DES MARQUES Tribunes sur l'afrique : Knights & Johns s associe aux RIDAA comme partenaire BUSINESS & MARKETING : gerer son equipement a partir d'un clic dossier : le sponsoring : un des piliers du marketing des marques

Plus en détail

AUDENCIA. business & management. USA for ever : Magazine. Dossier Comment favoriser l innovation? Entreprendre aujourd hui.

AUDENCIA. business & management. USA for ever : Magazine. Dossier Comment favoriser l innovation? Entreprendre aujourd hui. w w w. a u d e n c i a. c o m - w w w. r e s e a u d e n c i a. c o m AUDENCIA Magazine USA for ever : business & management Dossier Comment favoriser l innovation? Entreprendre aujourd hui. Été 2009 Carrières

Plus en détail

Generation. Lean. management. > SpECIal ISSuE # 24

Generation. Lean. management. > SpECIal ISSuE # 24 Generation # 24 > SpECIal ISSuE Lean INTERVIEWS DCNS is on the Lean stream with its Green and Blue spinnaker Lean: from industry to banks, or applying industrial practices to banking SNCF Lean applied

Plus en détail

Business Connect. Le SDN, la prochaine grande évolution du Data Center

Business Connect. Le SDN, la prochaine grande évolution du Data Center Business Connect Le magazine d information de Telindus France n 25 Mars 2015 The Telindus France news magazine No. 25 March 2015 Le SDN, la prochaine grande évolution du Data Center SDN, the next major

Plus en détail


RAPPORT D ACTIVITÉS 3 RAPPORT D ACTIVITÉS 3 PAGE 10 Conquérir de nouveaux marchés CONQUERING NEW MARKETS PAGE 18 Innover au service du client INNOVATING FOR OUR CUSTOMERS PAGE 22 Construire l aéroport de demain BUILING THE

Plus en détail

PLAN D'ACTION. Pacte de croissance territorial *UDQGLU V'DJUDQGLU UD\RQQHU

PLAN D'ACTION. Pacte de croissance territorial *UDQGLU V'DJUDQGLU UD\RQQHU 2 0 1 3 PLAN D'ACTION PLAN D'ACTION Pacte de croissance territorial *UDQGLU V'DJUDQGLU UD\RQQHU La Réunion, terre d europe 2 2 0 1 3 Inscrire La Réunion dans un processus d émancipation, de dépassement

Plus en détail



Plus en détail

Canadian Tire. Len Foster of. Dr. Anne Golden. The Conference Board of Canada Le Conférence Board du Canada

Canadian Tire. Len Foster of. Dr. Anne Golden. The Conference Board of Canada Le Conférence Board du Canada Brought to you by Adecco, Canada s Leading HR Resource Une initiative d Adecco, leader mondial en ressources humaines adecco.ca Innovation distinguishes between a leader and a follower. Steve Jobs L innovation

Plus en détail

Nos remerciements aux contributeurs interviewés pour ce numéro :

Nos remerciements aux contributeurs interviewés pour ce numéro : Spécialités Alsaciennes - 25 Tartes Flambées Menu du jour au choix (5 entrées - 5 plats - 5 desserts) Formule 2 plats 9,50-3 plats 12,50 avec le café Repas d affaire sur mesure Parking gratuit Edito Winstub

Plus en détail

Cloud Computing 40 Par Frédéric Magoulès. Le Cloud by Bull.44 Par Rani Halimi. Cloud Computing and High Performance Computing...46 Par Jacques Duysens

Cloud Computing 40 Par Frédéric Magoulès. Le Cloud by Bull.44 Par Rani Halimi. Cloud Computing and High Performance Computing...46 Par Jacques Duysens La revue des Arts et Manufactures Centraliens Août/Septembre 2013 N 628 ISSN 0004-3990 Numéro spécial Dossier thématique Cloud Computing Edité par Frédéric Magoulès Rubrique Recherche : Cloud Computing

Plus en détail

Service robotics, communicating objects: embedded intelligence

Service robotics, communicating objects: embedded intelligence NSmag new screens magazine @ 7 focus Robotique de service, objets communicants : intelligence embarquée Service robotics, communicating objects: embedded intelligence cluster du côté des pionniers Among

Plus en détail

Business Connect. LE Byod, nouveau défi de la DSI. Le magazine d information de Telindus n 20 Juillet 2013 The Telindus news magazine No.

Business Connect. LE Byod, nouveau défi de la DSI. Le magazine d information de Telindus n 20 Juillet 2013 The Telindus news magazine No. Business Connect Le magazine d information de Telindus n 20 Juillet 2013 The Telindus news magazine No. 20 July 2013 LE Byod, nouveau défi de la DSI BYOD, the new challenge for CIOs Préoccupations et demandes

Plus en détail

Tourisme d affaires : Les tendances d une reprise déjà affirmée

Tourisme d affaires : Les tendances d une reprise déjà affirmée EVENTS & CONVENTIONS CÔTE D AZUR & MONACO LE GUIDE DE L ORGANISATEUR DE CONGRÈS / THE CONFERENCE ORGANIZER S GUIDE Tourisme d affaires : Les tendances d une reprise déjà affirmée LE GUIDE Infrastructures

Plus en détail



Plus en détail

Le crédit responsable BNP Paribas. Responsible lending

Le crédit responsable BNP Paribas. Responsible lending Le crédit responsable BNP Paribas personal finance Responsible lending Parce que nous voulons favoriser l accès au crédit au plus grand nombre tout en préservant l avenir de nos clients Parce que nous

Plus en détail

Un nouveau Master en Gestion des Ressources Humaines. Dossier Spécial Semaine de la Créativité. High Impact Executive Education in Management

Un nouveau Master en Gestion des Ressources Humaines. Dossier Spécial Semaine de la Créativité. High Impact Executive Education in Management BELGIQUE-BELGIE LIEGE X P.P. 9/555 of Un nouveau Master en Gestion des Ressources Humaines Dossier Spécial Semaine de la Créativité High Impact Executive Education in Management Création de l Académie

Plus en détail

Un nouveau Master en Gestion des Ressources Humaines. Dossier Spécial Semaine de la Créativité. High Impact Executive Education in Management

Un nouveau Master en Gestion des Ressources Humaines. Dossier Spécial Semaine de la Créativité. High Impact Executive Education in Management BELGIQUE-BELGIE LIEGE X P.P. 9/555 of Un nouveau Master en Gestion des Ressources Humaines Dossier Spécial Semaine de la Créativité High Impact Executive Education in Management Création de l Académie

Plus en détail


RAPPORT ANNUEL ANNUAL REPORT 2012 SO- SONACA www.sonaca.com RAPPORT ANNUEL ANNUAL REPORT 2012 Ventes & prestations / Operating income * Nombre de shipsets livrés/shipsets delivered Groupe Sonaca Group SOMMAIRE CONTENTS 2010 2011 2012 2010

Plus en détail

Géolocalisation : les applications terrain fleurissent ACTUALITÉS TÉMOIGNAGE P6 TECHNOLOGIE. Hub télécom, l'opérateur télécom des sites complexes

Géolocalisation : les applications terrain fleurissent ACTUALITÉS TÉMOIGNAGE P6 TECHNOLOGIE. Hub télécom, l'opérateur télécom des sites complexes Hub télécom, l'opérateur télécom des sites complexes 01 ACTUALITÉS > ADP Télécom a changé de nom : Hub télécom est né > Dominique Valentiny, directrice générale de Hub télécom : «Conquérir de nouveaux

Plus en détail

Le guide. au Luxembourg. business intelligence & business process management

Le guide. au Luxembourg. business intelligence & business process management 2009 Le guide bi & bpm business intelligence & business process management au Luxembourg Le dossier BI & BPM Les entreprises spécialisées L'annuaire des prestataires Guide réalisé par le service commercial

Plus en détail

Livre Blanc. Valorisation de l information non-structurée

Livre Blanc. Valorisation de l information non-structurée Livre Blanc Valorisation de l information non-structurée 2 Sommaire 1. Groupe de travail Apil - Aproged - Cigref 4 1.1 - Les associations........................................... 4 1.2 - Les auteurs...............................................

Plus en détail



Plus en détail

Le guide Outsourcing. au Luxembourg. et Resourcing. Les entreprises spécialisées L'annuaire des prestataires

Le guide Outsourcing. au Luxembourg. et Resourcing. Les entreprises spécialisées L'annuaire des prestataires 2009 Le guide Outsourcing et Resourcing au Luxembourg Le dossier OUTSOURCING ET RESOURCING Les entreprises spécialisées L'annuaire des prestataires Guide réalisé par le service commercial d - Ready for

Plus en détail

54, avenue Marcel Dassault - BP 24-33701 Mérignac Cedex Tél. : +33 (0)5 56 13 90 00 - Fax : +33 (0)5 56 47 83 14 www.dassault-aviation.

54, avenue Marcel Dassault - BP 24-33701 Mérignac Cedex Tél. : +33 (0)5 56 13 90 00 - Fax : +33 (0)5 56 47 83 14 www.dassault-aviation. D a s s a u l t Av i a t i o n M é r i g n a c 54, avenue Marcel Dassault - BP 24-33701 Mérignac Cedex Tél. : +33 (0)5 56 13 90 00 - Fax : +33 (0)5 56 47 83 14 www.dassault-aviation.com Présentation de

Plus en détail

La Lettre Innovation, Nouveautés, Evènements, et Pratiques des TI

La Lettre Innovation, Nouveautés, Evènements, et Pratiques des TI La Lettre Innovation, Nouveautés, Evènements, et Pratiques des TI N 11/43 24 Octobre 2011 La pensée de la semaine «Du sublime au ridicule, il n'y a qu'un pas.» Napoléon Bonaparte CPU : IBM met en avant

Plus en détail

Chapitre 1. L entreprise informatisée

Chapitre 1. L entreprise informatisée Chapitre 1 L entreprise informatisée Objectifs pédagogiques Expliquer pourquoi les systèmes d information (SI) sont devenus si importants pour les entreprises. Évaluer le rôle des SI dans le contexte concurrentiel

Plus en détail

Démarche HQE. How to obtain a HQE certification and what do it contribute?

Démarche HQE. How to obtain a HQE certification and what do it contribute? Démarche HQE How to obtain a HQE certification and what do it contribute? [Sarah FLAUSSE] [AAR4817 ZEB Theory 2011] Summary INTRODUCTION... 3 HISTORY OF THE DEMARCHE HQE... 3 WHAT IS A CERTIFICATION? WHAT

Plus en détail

Business Connect. Le SOC au cœur de la démarche de cyberdéfense. SOC at the heart of our cyber defense policy

Business Connect. Le SOC au cœur de la démarche de cyberdéfense. SOC at the heart of our cyber defense policy Business Connect Le magazine d information de Telindus n 24 Novembre 2014 The Telindus news magazine No. 24 November 2014 Le SOC au cœur de la démarche de cyberdéfense SOC at the heart of our cyber defense

Plus en détail

Business Connect. La transition vers un modèle «unifié» dynamique. Storage e transition towards a dynamic "unified" model

Business Connect. La transition vers un modèle «unifié» dynamique. Storage e transition towards a dynamic unified model Business Connect Le magazine d information de Telindus n 17 Juin 2012 The Telindus news magazine No. 17 June 2012 STOCKAGE La transition vers un modèle «unifié» dynamique Storage e transition towards a

Plus en détail

Generation. Aerospace and Defence # 22 INTERVIEWS

Generation. Aerospace and Defence # 22 INTERVIEWS Generation # 22 > Special issue INTERVIEWS Airbus and DCNS: feedbacks on Engineering transformation EADS: PLM as a vehicle to control the complexity of programs and drive Group integration DCNS: the purchasing

Plus en détail