SOMMAIRE GENÈSE : PREMIERS PAS...4 LE CADRE : PARTOUT ET NULLE PART...6 NOTRE SOCIÉTÉ : LE MOUVEMENT PERPÉTUEL... 9

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE GENÈSE : PREMIERS PAS...4 LE CADRE : PARTOUT ET NULLE PART...6 NOTRE SOCIÉTÉ : LE MOUVEMENT PERPÉTUEL... 9"

Transcription

1

2 SOMMAIRE PRÉAMBULE....3 GENÈSE : PREMIERS PAS...4 LE CADRE : PARTOUT ET NULLE PART NOTRE SOCIÉTÉ : LE MOUVEMENT PERPÉTUEL LES FONDEMENTS : CE QUE FAIT L AUTRE MAIN L'ART GUILDIEN : À CHACUN SA ROUTE...18 LA COLONISATION : LA TERRE PROMISE...21 INTRIGUES : LE GOÛT DU SECRET NOTRE SAVOIR-FAIRE : JEUX DE MAIN ÉPILOGUE CRÉDITS TEXTES Florent Brégand, avec un coup de main de Christophe Degournay & Stéphane Jullian COUVERTURE Boris Courdesses ILLUSTRATIONS INTÉRIEURES Grégory Fiot, Gilles Gaudin & Julien Velcin MISE EN PAGE Christophe Degournay REMERCIEMENTS L'Année de l'ecriture s'est prolongée sur quatre cycles Cosmiens, a vu trois continents et la collaboration de moult tâcherons des mots. Mes remerciements vont a ceux qui m'ont permis de vivre Guildes : Jules, Thom, Giklette et YannBou. Et surtout a MC Chris Grand Marionnettiste derrière les Joueurs. Chris tient à remercier l'équipe des illustrateurs qui font un super boulot depuis le début du projet, et en particulier Boris Courdesses pour sa magnifique couverture. NB : ce supplément amateur et gratuit ne fait pas partie de la gamme officielle de Guildes El Dorado développée par Multisim Éditions. 2

3 Jeunes gens, je suis heureux de vous compter si nombreux ce soir, c est un plaisir de voir que notre auditoire grandit et se diversifie avec le temps. Comme vous le savez sans doute, je suis depuis quelques mois en négociation avec Messire Olaf Poingdur, le président de la commission d évaluation et de surveillance académique pour le compte du Sénat de la Constellation. Il semble en effet que le succès réjouissant de notre modeste cercle ait attiré l attention de quelques sénateurs de passage à Jonril. La perspective de fonder en cette ville symbolique la première académie continentale est certes séduisante, mais pour le moment rien dans leurs propos ne m assure de la pérennité de l un de nos principes fondateurs : l accès pour tous ceux qui le désirent à nos cours, et ce de manière libre et gratuite. Limiter le partage du savoir aux enfants guildiens et aux puissants me paraît tout à fait révoltant et hors de propos. Dorénavant je tenterai aussi souvent que possible de vous faire part de l avancée de nos discussions. Pour l heure, revenons au thème de la soirée : après la Péninsule des Feux-du-Ciel, les Forges Impériales et les Terres Mortifères, nous allons poursuivre notre tour des Rivages par la maison qui me tient évidemment le plus à cœur : le Peuple Qui Marche. Malgré mes lacunes aussi nombreuses qu abyssales, certains de mes collègues professeurs ici présents ont insisté pour que j en fasse moimême l exposé, aussi j implore Khonte de me pardonner à l avance les outrages que je ne manquerai pas d infliger à la mémoire du peuple Kheyza. Jeunes et moins jeunes, ouvrez grand vos oreilles, car voici venir l histoire d hommes et de femmes que les malheurs du destin ont frappé plus souvent qu à leur tour, et qui malgré tout restent ici comme là-bas les ambassadeurs d une certaine idée de la vie, joyeuse, magique et fraternelle. Il était une fois 3

4 GENÈSE : PREMIERS PAS LA RÉVÉLATION Le temps de l émergence La plus vieille légende du Peuple-Qui- Marche, celle que des centaines de générations d'anciens ont contée et agrémentée de leurs propres trouvailles, remonte si loin que le premier Kheyza n'était pas encore né pour en témoigner. Khonte, notre déesse mère, s'éveilla du néant et de son cri naquirent les étoiles, les planètes et les Feux-du- Ciel. De son sang versé sur Cosme vint le Loom, et de sa peur de la Mort vint la Vie. L'homme, laissé à lui-même durant des éons entières, pervertit l'oeuvre de Khonte et se laissa gagner par les pires travers : folie, vanité et destruction. Alors, quand Khonte porta à nouveau son regard miséricordieux sur son oeuvre, elle réalisa son erreur et décida de la réparer en provoquand le Grand Cataclysme. Dans ce second chaos, les rares êtres épargnés errèrent quelques temps avant de s organiser de manière rudimentaire. Khonte, afin de donner à ses enfants rescapés un chemin à suivre, apparut à un petit groupe d humains, et leur délivra les paroles mythiques : Vous qui m êtes restés fidèles, vous serez mes élus, mes témoins, mes prophètes. Il existe un pouvoir au-delà de tout, et c est mon Nom. Trouvez-le, et vous Pourrez. Il est éparpillé dans le Nom de chacune de Mes créations à travers le temps. Quand vous connaîtrez leur Nom, vous connaîtrez Mon Nom. Eparpillez-vous à votre tour, et cherchez. Les sept Élus, nommés Heavern, Elfaranne, Lilian, Valieth, Quillian, Erquiel, et Lucian restèrent interloqués. Elfaranne, impudente, s adressa à Khonte pour lui demander des explications. Alors Khonte leva une partie du voile dans son esprit, mais en punition, la frappa de l Oubli. À la suite de cette révélation, les Élus convinrent de se retrouver tous les ans dans cette grotte, afin de conserver intacte la révélation qui leur fut faite. Cette grotte accueillit par la suite tous les rassemblements des Kheyza à l'échelle de la Maison. C'est pour cette raison que ces rassemblements se nomment "Mikol", mikol signifiant "grotte" en Kheyzan. Les sages de notre Maison s'accordent pour situer cette période aux alentours de 4000 AC. Les Élus parcoururent alors les Rivages, répétant aux hommes la prophétie de Khonte. Et si au sein des foules qu'ils croisèrent certains restaient sceptiques, d'autres les crurent et les suivirent afin de poursuivre la quête de Khonte, emmenant avec eux leur famille et leurs proches. C'est de cette manière que se bâtit la Maison Kheyza, accueillant tous ceux qui voulaient se joindre à eux. Et tous les ans, ils se retrouvaient au Mikol, pour échanger leurs expériences et deviser de l'avancement de leur entreprise. Mais une année, Elfaranne, l'élue qui avait osé parler à Khonte, ne vint pas au Mikol. Par la suite les discussions entre les Élus restants devinrent stériles, car privées de la compréhension accordée à Elfaranne pour son audace. Les Mikols se firent plus distants, puis devinrent des événements exceptionnels. Les Kheyza s'éparpillèrent alors pour de bon, et entamèrent leur longue Errance à la recherche d'elfaranne et des Vrais Noms. Et c'est ainsi que leur destinée se mêla à celles des autres peuples de Cosme. Le temps de l expansion L accueil des autres maisons fut plutôt frais. La plupart étaient empêtrées dans des guerres d'unification, et virent d'un oeil peu amène la venue de ces errants sans le sou. Mais le temps passa et les Kheyza furent plus ou moins acceptés, à défaut d'être reconnus. Les peuples se développèrent alors dans une relative stabilité. Vers 3750 AC une rumeur parcourut notre Maison : des marchands revenant de l'île de Sashei, en territoire felsin, affirmaient avoir entendu parler d'une étrange prophétesse amnésique. Sa célébrité alla croissant, et bientôt la Maison Felsine fut traversée par des courants de rébellion contre le Sultan émanant de fidèles de cet Oracle aux prédictions cryptiques, que Cosme connaît depuis lors comme l'astramance. Les diplomates Kheyza profitèrent de la situation pour "négocier" l Astramance contre un accord de soutien aux Felsins face aux Gehemdals récemment unifiés et vainqueurs des ancêtres des ashragors, qui lorgnaient sur le territoire felsin. La prophétesse fut déplacée sur une île occupée traditionnellement par des Kheyza. L'accord fut cependant bénéfique aux Felsins, car les Gehemdals commencèrent leur assaut peu après. Cette période vit naître les Zarithes, une armée de Kheyza farouchement opposés à l'envahisseur. Fanatisés, bien organisés et efficaces, ils causèrent de grands dommages aux armées d'invasion, mais ne purent en définitives que retarder l'inévitable. Vers 3700 AC le premier empire métallique vit le jour, les Gehemdals occupant tout les Rivages. La Maison Kheyza rendit les armes après avoir constaté que l occupation par les Gehemdals ne nuisait pas trop aux populations locales. Durant l ère de paix relative qui s en suit, les Kheyza tirèrent profit de la création de la Via Impéria pour commercer avec les autres Maisons, et pour voyager. Mais cette situation prit tragiquement et brutalement fin le dix-sept de la Quinte Ardence de l an 3499 AC, quand cinq Zarithes incontrôlés assassinèrent l empereur Rolhon V. Les tueurs furent arrêtés sur-le-champ, et les Errants furent désignés collectivement coupable de ce crime.le premier Empire Métallique s effondra. Le temps de la tristesse S ouvrit alors une période de troubles pour les Kheyza, pourchassés et persécutés de toutes parts. La secte Zarithe fut anéantie sans faire de détail. L Errance, qui s était atténuée sous le coup de la paix de l ère précédente, reprit de plus belle. De nombreux préjugés anti-kheyza trouvent leurs origines dans ces temps troublés. De même que la tempête la plus violente finit par s apaiser, cette période s acheva, laissant place, après des négociations et d âpres combats, au second Empire Métallique, vers 2500 AC. Au fil des siècles, ce qui était un empire uni tomba en lambeaux lors des nombreux conflits larvés opposants des maisons voisines au sujet des frontières. Le Loom se fit de plus en plus rare, ce qui provoqua un déclin culturel chez certains peuples, notamment le Peuple-Qui-Marche. Vers 600 AC, les diplomates et dirigeants des Maisons se réunirent sous l impulsion des Kheyza afin de mettre fin à ces guerres inutiles. La géopolitique de Cosme prit sa physionomie actuelle, et les Errants furent déclarés libres de traverser le territoire des autres maisons sans encombre. Cette situation figée, masquant un imperceptible déclin, perdura pendant quelques siècles, jusqu à l apparition du Continent. 4

5 UNE NOUVELLE TERRE Le temps du renouveau Le choc de l Islaend et l enthousiasme qui découla de la découverte du Continent suscita d intenses réactions au sein du Peuple-Qui-Marche. Outre le regret de ne pas avoir été à la place d Orion, le commun des Kheyza vit dans le Continent un nouvel et fabuleux terrain d Errance, où notre maison pourrait pratiquer ses activités traditionnelles à une échelle gigantesque. Il représentait une étendue infinie où voyager, étudier et commercer. Les dirigeants, eux, virent d un mauvais œil la tournure que prenaient les événements. Il était déjà bien délicat d assurer la gestion de la maison sur les Rivages sans un Continent immense qu il faudrait tenir à l œil Rapidement, de nombreux Kheyza s embarquèrent pour le Continent au sein d expéditions improvisées. La mainmise des Venn dys sur les moyens de transport transocéanique fut par contre loin d être du goût de tous, et un grand nombre d initiatives indépendantes pour établir des routes maritimes alternatives sont à mettre au compte de fortes têtes Kheyza. Devant les échecs flagrants et les expéditions déclarées perdues corps et biens, les velléités individualistes s atténuèrent et changèrent de terrain : si la Maison Kheyza ne pouvait pas aller sur le Continent comme elle l entendait, alors aucune maison ne le pourrait L essor frénétique Qui en eut l idée le premier, nul ne peut l affirmer; toujours est-il que de nombreux Kheyza furent parmi les premiers partisans de la création de nouvelles entités politiques qui dépasseraient et remplaceraient les maisons sur le Continent les guildes. Les dirigeants de la maison décidèrent très tôt de s investir dans ce gigantesque projet. Profitant du désordre et du flou qui entourèrent la création des guildes, une importante population kheyza fit la traversée de la Mer Océane afin d aller explorer le nouveau Continent. Du moins, si c est l idée qu avaient la plupart des émigrants, les choses se déroulèrent différemment une fois arrivés sur la terre ferme. En effet, il s avéra bien vite que débarquer avec femme, enfants et parents n est pas le meilleur moyen de commencer la conquête du Continent. Si sur les Rivages, toutes les routes sont plus ou moins connues, tous les territoires sont civilisés, et si dans le pire des cas, il y a toujours un autre Chariot prêt à vous aider, le Continent obéit à des règles très différentes. Si les Kheyza sont des voyageurs par excellence, l'errance repose sur une infrastructure : les autres Maisons, sans même évoquer l'aspect guerrier des premiers âges de la découverte du Continent. L accalmie Cette situation a poussé une bonne partie de ces Kheyza un peu présomptueux et mal préparés pour l'aventure, à s'établir dans les premiers havres guildiens, ou à voyager entre eux. Laissant donc à d'autres Natifs plus courageux ou plus téméraires l'exploration, ces représentants du Peuple- Qui-Marche furent les premiers guildiens d'un nouveau genre : ne basant plus leurs rêves de richesse sur la conquête de nouveaux territoires ou sur la découverte de ressources fabuleuses, ils se consacrèrent à des tâches indissociables de la nouvelle société guildienne telles que le transport de biens, le prêt de fonds économiques, l'acheminement d'informations Toutes sortes d'activités relativement peu glorieuses, certes, mais ô combien lucratives Rapidement, le nouveau modèle des guildes vint s'appliquer à ces activités, et c'est ainsi qu'apparurent un certain nombre de guildes portant le nom de Guilde de la Plume, Guilde du Coffre, Guilde de l'almara Mais une partie d entre nous vit en l arrivée du Continent le signal d un nouveau départ. Ces hommes et ces femmes décidèrent de tourner le dos à la société native qui les avait vu naître tout en refusant également de souscrire à l idéal guildien. La légende veut que certain de ces aventuriers pionniers fondèrent la Caravane Continentale. A la fois mirage et institution, de nombreux guildiens proclament avoir croisé sa route. Si nul ne peut dire avec certitude sa raison d'être, elle a été une motivation pour de nombreux Kheyza pour se lancer dans l'aventure continentale. 5

6 Puis vint le coup d arrêt du Sénat, qui en créant les Académies limita le nombre de Natifs pouvant traverser la Mer Océane. Mais cet événement fut finalement mieux accueilli par les Kheyza que ce à quoi on pouvait s attendre. Sans doute furent-ils les premiers à comprendre que si le Continent offre de fantastiques possibilités, il n est cependant pas à la portée de tous L attention des dirigeants Kheyza se concentra alors sur le nouveau coeur de l Aventure Guildienne : le Sénat de la Constellation. Rompus aux manoeuvres politiques et aux subtilités du vote en assemblée, un certain nombre de guildiens portant bien haut les couleurs du Peuple Errant œuvrèrent à la création de cette instance indépendante des dirigeants des Rivages. Ils purent ainsi se saisir de postes clés au sein de la nouvelle administration, concurrencés en celà par les retors Ulmeqs. Ne cherchez pas plus loin la raison de certaines coutûmes, telles l assemblée du Sénat, ayant lieu chaque année dans un endroit différent, ou le fait de donner la parole à tous, et non pas d élire une fois pour toutes un chef omnipotent Mais cette époque où l influence des Kheyza pesait sur les décisions du Sénat de la Constellation est à présent révolue, certaines manœuvres d opposants sans vergogne ayant mis en doute l indépendance de certains sénateurs qui nous étaient plutôt favorables. De même le Peuple-Qui-Marche semble avoir été étonnamment absent de la course à la Quête des Origines. Il semblerait que l emprise des Kheyza sur les rouages de l Aventure se soit affaiblie considérablement ces derniers temps CHRONOLOGIE Avant 4000 AC : Année de la Création 4000 AC : Année de la Révélation 3999 AC : Année du Premier Mikol 3862 AC : Année de l'unité 3732 AC : Année du Retour d'elfaranne 3720 AC : Année de l'invasion 3710 AC : Année de la Guerre Civile 3708 AC : Année Calme 3507 AC : Année Terrible 3499 AC : les Zarithes assassinent l'empereur Géhemdal 3498 AC : Année de la Diaspora 2500 AC : Année de l'accalmie 624 AC : Année du Grand Partage 0 AA : Année d'islaend 10 AA : Année du Nouveau Monde LE CADRE : PAR- TOUT ET NULLE- PART PAYSAGES DU PEUPLE-QUI- MARCHE Il est difficile pour moi d essayer de décrire les terres de la maison Kheyza, car en effet, comment est-il possible de toucher du doigt ce qui n existe pas? Comment un peuple nomade depuis l aube de la création pourrait-il prétendre posséder un territoire? Cependant, il est certain qu il existe des lieux fortement liés à l'histoire de notre maison, des endroits significatifs aux yeux du Peuple Qui Marche. En premier lieu, de par l espace et le temps, vient le Désert de Zar. Le Désert de Zar Il me semble inévitable de commencer une évocation des «territoires» kheyza par ce qui fut le berceau de notre peuple et qui, encore aujourd hui, constitue l'artère commerciale des rivages. Ce «désert» est situé au centre de ce que nous appelons la Grande Île, le cœur des Rivages. Il s'étend sur plus de quatre mille kilomètres d'est en ouest et mille kilomètres du nord au sud. Il débouche sur la côte de la Mer Noctante à l'ouest, et butte sur les contreforts de l'empire Gehemdal à l'est. Au nord s'étendent les monts Toholl, frontière naturelle de la Maison Ashragor, et au sud se dresse la Cordillère de L'Aigle, limite de l'expansion ulmèque. Le terme global de désert recouvre, en fait, une variété assez importante de paysages. La Via Imperia La côte des Cinq Cités Située sur les bords de la Mer Noctante, c est une côte sauvage, balayée par des vents constants venus du nord, et faiblement peuplée. Son passé fut plus glorieux, et l épisode de la révolte des cinq cités reste sans conteste l épisode le plus célèbre de cette région. Pendant longtemps, les seuls vestiges de cette page de l histoire venn dysse furent les ruines prétendues hantées de Ménaria. Mais le commerce généré par la découverte du Continent a donné un regain d activité salutaire à la côte des Cinq Cités, et l on voit à l heure actuelle une renaissance de Ménaria, aujourd hui comparable d après certains guildiens à un port Mac-Kaer. Les caravanes kheyza ont de tout temps arpenté cette zone isolée des Rivages, et le Peuple Qui Marche profite aujourd hui amplement des retombées des échanges avec les guildes. En s'éloignant de la côte, on pénètre dans une forêt dense de feuillus d environ cent kilomètres de large. Passée cette étendue boisée, les arbres se raréfient pour laisser place aux hauts plateaux de Zar. Les hauts plateaux Ils constituent la plus grande partie de ce qui est couramment désigné comme le Désert de Zar par les habitants des Rivages. Les plateaux sont en fait disposés à la manière de marches de plusieurs centaines de kilomètres de long, séparées par des pentes peu abruptes. Le plateau central a une altitude moyenne de mille cinq cents mètres et est barré en son centre par un massif montagneux nommé le Kiefir Namal. Celuici est assez abrupt et culmine à mille mètres au-dessus du plateau central, soit environ deux mille cinq cents mètres au-dessus du niveau de la mer. La Via Imperia est la plus grande infrastructure des Rivages. Sa construction date du premier Empire Métallique, quand l empereur Solmor VI se rendit compte que l administration de son empire nécessitait de déplacer rapidement ses troupes à travers toute la Grande Île. Sa construction dura des siècles entiers, et vit naître une collaboration unique dans l histoire de Cosme entre les différentes maisons, qui réalisèrent à quel point cette route serait utile à leurs intérêts respectifs. Aujourd hui, la Via Imperia consiste en un certain nombre de tronçons discontinus de route dallée, larges de deux à huit mètres selon le terrain traversé. Ce réseau est fréquenté depuis plus de mille ans par les caravanes des différentes Maisons. C est le plus grand lieu de passage et d échange des Rivages. 6

7 La Kley : la légende du fleuve englouti Dans les récits des anciens sur les temps primordiaux, la Kley occupe une place de choix. La légende raconte que des larmes de Khonte sont nés les cours d'eau, les mers et les océans. Au comble de sa douleur, Khonte aurait versé une unique larme de sang qui, au contact de Cosme aurait donné naissance à la Kley, en plein milieu du désert de Zar. Le cours de ce fleuve mythique serait entièrement souterrain, et ne verrai la lumière du jour qu'en des occasions exceptionnelles. Ce qui est certain, c'est qu'une telle réserve d'eau dans un lieu aussi aride constitue une richesse incommensurable... Toute cette zone est relativement fréquentée, du fait de la présence de la Via Imperia et de l intensité des échanges commerciaux sur cet espace à la croisée de toutes les maisons. Ce qui est moins connu des Kossils, c est que la grotte du Mikol est située dans les flancs du Kiefir Namal, aussi les différentes tribus s arrangent-elles pour être toujours dans les environs, qu elles soient en charge de son organisation ou pas. La Cordillère de l Aigle Les nombreux champs situés entre les hauts plateaux et la Cordillère de l Aigle constituent la première ressource céréalière du Peuple Qui Marche. Ici vit une population sédentaire et plutôt dense. Le climat est tiède et humide, bénéficiant des courants marins du golfe de l Hippocampe et de la mer des Augures. Qui plus est, la Via Imperia commence (ou s arrête, selon le point de vue d où l on se place) dans cette région, qui est au contact direct de la Maison Ulmèque. Le commerce va donc bon train, ici aussi. Dernier point intéressant : des membres de la plus basse caste ulmèque, les Intouchables, viennent régulièrement grossir les rangs des populations rurales ; il en va de même pour certains criminels pourchassés par la maison jusqu à la frontière. Ils sont acceptés tant qu ils ne créent aucun problème, et ont la possibilité de s enrichir, toutes proportions gardées. Ces expatriés constituent par ailleurs une source d informations non négligeable. Le détroit du Grand Salé En quittant les hauts plateaux et en s éloignant vers l Est, l altitude diminue et de nombreux cours d eau font leur apparition. Le climat est frais, et les plaines font rapidement place à des marécages peu praticables. Cependant, c est une région qui connaît une intense activité, notamment parce que c est ici que la Via Imperia sort du pays géhemdal, aussi les échanges sont-ils intenses. Nyskwynt est proche, et les grandes caravanes y sont monnaie courante. En définitive, le désert de Zar est le principal carrefour économique des Rivages, et les tribus Kheyza qui l arpentent en tous sens sont des interlocuteurs privilégiés pour tous les marchands qui désirent commercer d une maison à l autre. Ils remplissent donc naturellement des rôles de guides, de marchands indépendants et occasionnellement, de pillards isolés. Les Mahalas La particularité de notre maison fait qu elle est à la fois nulle part et partout à la fois. Ainsi, et c est sans doute ce qui nous rend célèbres dans toutes les cités des rivages, des quartiers sont entièrement «alloués» aux membres de notre maison, les Mahalas. Ces quartiers sont en fait les zones les moins reluisantes à proximité de chaque ville, où s entassent les membres du Peuple- Qui-Marche qui ont choisi de se sédentariser, parfois temporairement, parfois définitivement. La population se renouvelle de manière quasi-constante, mais dans chaque cité réside un «noyau dur» de personnalités qui gère les problèmes courants de la communauté. Là encore, les quartiers kheyza servent de tête de pont pour le commerce, et accueillent très souvent un sérail et quelques auberges. En règle générale, les ghettos sont ceints de murs dont le franchissement après la tombée de la nuit est interdit par les autorités locales. Et pour ce qui est du cas ashragor, autant la cohabitation est courante avec les peuplades monta- 7

8 gnardes du sud, autant le reste du territoire nous est défendu. Bien sûr il se trouvera toujours des têtes brûlées pour braver l interdit, mais si vous voulez mon avis le bénéfice à retirer est loin d égaler le risque encouru. L Île de l Astramance Bien que les Danjins et même certains Felsins «progressistes» nous la disputent depuis quelques années, nous restons les seuls administrateurs officiels de l Île de l Astramance, le lieu de pèlerinage le plus couru des Rivages. L île en elle-même n est pourtant pas bien grande, et ses quelques villes font plus dans le fonctionnel que dans le spectaculaire. Mais le mythique sanctuaire qu elle abrite en son sein, perdu à 5800 mètres d altitude et plusieurs jours de randonnée harassante, est plus que jamais au centre de toutes les conversations, en ces temps d incertitude et de changement. Qui sait quand la Dame sortira à nouveau de son silence pour guider nos pas au travers d un nouvel augure? N oubliez pas que c est là également qu elle invita les Capitaines Stellaires pour leur révéler leur destin avant qu ils ne partent pour le Continent. Peutêtre même que l une de ces entrevues a eu lieu récemment et qu El Dorado fait déjà route vers Phovéa, mû par le souvenir d Elfaranne trouvons-nous toujours un cheval à ferrer, une entorse à soigner ou encore des badauds désireux de se voir conter leur futur. Certes, la populace rechigne fréquemment à employer des Kheyza, mais ils savent pertinemment que nos prix sont en général en deçà de la norme. Le commerce assure le deuxième type de revenus et à une échelle bien plus grande. En effet, les Kheyza sont très bien implantés le long de la Via Imperia, et tirent largement profit du commerce qui s y déroule. Du fait de notre nature nomade, nous sommes de facto les meilleurs transporteurs de biens du Désert de Zar. Nous en connaissons chaque dune et en avons retourné chaque caillou. Là encore, nos prix sont les plus bas du marché, mais les volumes que nous pouvons transporter sont plus que conséquents Ces revenus ne sont pas en général consacrés à la vie quotidienne. Ils sont répartis par des circuits tortueux et occultes, dont seuls quelques Anciens Lucian connaissent les arcanes. Destinés aux «projets» plus coûteux de la maison, tel l équipement de la Tribu Erquiel ou le soutien financier de la diplomatie de notre Maison auprès des autres gouvernements des Rivages, ces flux financiers sont vitaux pour la Maison Kheyza. Description physique nous sommes aussi plus fins. Rares sont les gras parmi nous ; les opulents et les passifs sont ceux qui peuvent grossir, et il y a peu de gens de cette sorte parmi nous. Description vestimentaire Il est autant d habitudes vestimentaires qu il est de Kheyza. Chacun d entre nous peut et doit se forger sa propre identité au travers de son apparence, et ce dès son plus jeune âge. Nos voyages nous ont depuis toujours incité à mélanger tissus ulmèques, coupes felsines et bijous venn dysses pour créer une mode à la fois récupérée et originale. Pourtant, aussi différents que soient un marchand Lucian et un dresseur Heavern, je vais tenter d évoquer les quelques grands principes présidant à notre habillement. Comme toujours, nous privilégions le pratique à l ostentatoire, aussi nos vêtements doivent nous laisser une grande latitude de mouvement : un gilet agrémenté d un pantalon ou d une jupe nous suffisent généralement. Les anciens leur préfèrent une robe ceinturée à la taille. Les couleurs employées couvrent l arc-en-ciel dans son ensemble, souvent plus lumineuses chez les jeunes et plus ternes chez les anciens. Nous aimons les motifs animaliers ou abstraits, voire géométriques. Enfin, le cuir sert à fabriquer bottes, bracelets, lacets, mais rarement les vêtements eux-mêmes. LES ERRANTS De la subsistance Il va de soi que pour un peuple sans terres, il ne peut y avoir de production agricole ou d'exploitation minière. Aussi devonsnous en permanence créer nos ressources ; pour assurer notre quotidien, nous ne pouvons compter que sur ce que nous savons, et pas sur nos possessions. Les activités économiques kheyza sont donc essentiellement basées sur le commerce d'un savoir-faire absent ou insuffisant parmi nos hôtes. Au quotidien, les familles tirent leurs revenus de l exercice des métiers traditionnels de la maison auprès des Kossils : soigneurs, colporteurs, artisans, maquignons, conteurs, diseurs de bonne aventure, acrobates, jongleurs Ce sont des activités où notre réputation n est plus à faire, aussi Nos corps reflètent notre errance et nos labeurs ; car nous savons que ceux qui ont la peau claire sont ceux qui s'abritent du soleil derrière des murs épais, et que ceux dont les mains sont douces sont ceux qui ne travaillent pas de leurs bras. Nos visages sont halés et burinés par les éléments, nos mains sont calleuses et nos ongles épais. La marche a forgé nos jambes, et si nous sommes plus grands en moyenne que les autres Natifs (Géhemdals mis à part, bien sûr), Le Praxlo Concernant la coiffure, la mode est aux cheveux longs, que ce soit pour les hommes ou les femmes. On les noue de différentes façons : catogan, tresses, mèches, tout est possible. Les femmes aiment y ajouter des perles, des broches ou encore des plumes colorées. Nos bijoux sont le plus souvent en matières naturelles : bois peint, corail ou encore os, et sont eux aussi décorés de motifs animaliers. Un élément vestimentaire est commun à toutes les tribus Kheyza, et pour les Kossils il est souvent indissociable de l'idée qu'ils se font des membres du Peuple-Qui-Marche : le Praxlo. Il s'agit d'un simple foulard, porté autour du cou, du poignet, ou encore à la ceinture, brodé de motifs destinés à éloigner le caza - le mauvais œil - et d'autres symbolisant la personnalité et les hauts-faits de son porteur. Il permet également de se reconnaître instantanément entre Kheyza, chaque Tribu ayant sa propre couleur et chaque famille sa nuance. A moins de le perdre ou de se le faire voler, évènement rare et dramatique pour l'intéressé, on le conserve du baptême à la mort, où il est brûlé avec la dépouille, sans quoi son propriétaire ne rejoindra pas le Perdal I Paya et restera arpenter Cosme sous la forme d'un Sinderpal. 8

9 Les noms kheyza Ou : pourquoi les Kheyza ont-ils plusieurs noms? En effet, un guildien Kheyza a le plus souvent un Vrai Nom, un nom kheyzan, différents noms d emprunt, sans compter les surnoms d aventure. Cette coutume fort énervante pour qui n y est pas familier découle de la pratique intensive de l Art Sémantique, l Art Etrange de la Maison. Le concept de base est simple : si un bon sémanticien connaît votre Vrai Nom, il peut faire ce qu il veut de vous. Bien sûr, le Vrai Nom et le nom usuel sont deux choses bien distinctes, mais le fait de connaître le second aide à trouver le premier. D où l utilisation d une ribambelle de surnoms, noms de circonstance, et autres pseudonymes. Cette pratique s est trouvée largement renforcée par les Kheyza qui pouvaient avoir quelques démêlés avec une justice locale quelconque. Ce genre de coutume pittoresque aboutit cependant à des situations parfois embarrassantes, voire comiques ; ainsi si vous appelez dans la rue votre ami Milosh, vous pourrez à l occasion voir deux ou trois quidams s arrêter brusquement, blêmir quelque peu, puis s éloigner discrètement après vous avoir jeté un regard interrogateur Du mot Kheyza Corin Sans-Visage Comme vous le savez désormais, la nation Kheyza s'est constituée lors de l'année du Premier Mikol. Après cela est venue l'ère des Prophètes, où chacun des sujets de Khonte arpenta Cosme pour répandre Sa vérité et retrouver Elfaranne. Cependant, déjà lors du Premier Mikol, chacun avait sa propre interprétation des paroles de Khonte, et si Elfaranne savait les mettre d'accord, les points de désaccord se multiplièrent après sa disparition. Le mot Kheyza est le terme utilisé par Khonte, Mère de la Création pour désigner Son peuple. En tant que transcription d un mot divin, il est inaltérable, invariant et ne s accorde donc pas. La seule concession faite à la grammaire usuelle est la suivante : le mot kheyza pourra être utilisé pour désigner des choses relatives au Peuple Errant, alors que Kheyza est destiné aux personnes. En outre, le mot Kheyzan désigne la langue sacrée des Kheyza, qui leur vient directement de Khonte. Exemples de noms Celui qui est sans doute la plus grande légende de tous les Rivages est né vers 195 AA, dans un lieu inconnu. Il est en fait très difficile de savoir quoi que ce soit à son sujet, soit parce qu'il faut extraire la vérité des innombrables racontars à son sujet, soit parce que les victimes de ses exploits préfèrent les garder sous silence. On suppose cependant qu'il opère sous de multiples déguisements, qu'il n'a pas de ville favorite, restant en cela au moins fidèle à la tradition kheyza. Ses méfaits sont reconnaissables entre tous par le mélange inimitable d'audace, de ruse et de panache qui a forgé la légende de Corin Sans-Visage. Parmi ses exploits «officiels», on pourra citer le vol d'une partie des archives politiques du Doge (en sa présence), la mise en place d'une arnaque aux pierres de Sol bénéficiant de la complicité involontaire d'un Rêveur Sacré, le détournement d'une armure en métaux sacrés, propriété d'une des plus grandes familles géhemdales ; certains parlent même du vol de la robe de cérémonie du Pontifex... Enfin, son dernier coup en date serait d'avoir eu une liaison avec la courtisane favorite du Sultan, en plein coeur du harem. Son arrestation a eu lieu peu après, fait dont s'est largement vanté sa dernière victime. Cet inventaire ne tient pas compte bien sûr des activités routinières qui lui sont généralement attribuées, comme les cambriolages, le détournement de fonds, l'espionnage à caractère commercial, et autre piraterie. Il est à préciser ici que si son arrestation fit grand bruit à l'époque, on peut se demander s il ne s'agissait pas plutôt d'une simple fanfaronnade de la part de Felsins amers, car si l on n'a plus attribué de méfaits à Corin par la suite, peut-être est-ce tout simplement parce qu'il les commet ailleurs... LES TRIBUS Heaverns Le fondateur de cette tribu, Heavern, était berger. Cependant, ses membres ne sont pas tous de simples pâtres, bien qu'ils excellent dans ce domaine. Ils sont également forgerons, acrobates et conteurs de talent. Mais il est vrai que les Heaverns ont un contact privilégié avec la nature, ce qui explique qu'ils soient si doués pour les métiers qui y ont trait, comme berger, éleveur ou chasseur. De même, leur tempérament est quelque peu différent de celui de leurs congénères : les autres Kheyza disent d'eux qu'ils sont plus obtus que la normale, réfractaires au progrès et aux évolutions Moi je crois qu'ils n'ont pas oublié d'être intelligents, simplement ils utilisent leur tête d'une manière différente. Ils sont toujours capables de s'adapter et de tirer avantage d'un grand nombre de situations. Masculins : Babik, Elios, Djange, Kutchin, Lehlo, Poankansha, Shawano, Storo, Tchankape Féminins : Atreye, Chikasa, Dalina, Dohoni, Magyd, Nahania, Pateshune, Shoshane, Wyana Valieths SOCIÉTÉ: LE MOUVEMENT PERPÉTUEL Lors de l'année des Prophètes, chacun des six élus de Khonte partit prêcher Sa parole de par le monde. Il subsiste de cette multiplication de dogmes la structure de tribus qui caractérise le Peuple Qui Marche. Si les Heaverns sont les campagnards, alors les Valieths sont assurément les citadins. Ils constituent pour une bonne part la population kheyza des villes de tout Cosme. Habitués depuis toujours aux conditions de vie insalubres imposées par les autochtones, ils ont su tirer profit de leur situation. Rois des rues, ils connaissent les moindres 9

10 recoins de leur cité, ont vent de toutes les combines pour grappiller quelques pièces. Rieurs, hâbleurs, enjoués, bruyants, ils font aussi des saltimbanques de qualité, et sont prompts à se lier d'amitié, Kheyza ou Kossil peu importe. Si leur ouverture d'esprit est grande, c'est qu'ils sont habitués aux humiliations - et à trouver le moyen de les rendre. Lilians La tribu Lilian est celle du tailleur de pierre. Depuis son apparition, cette tribu est la plus attachée à l'idée d'une nation Kheyza. Bâtisseurs d'empires dans l'ombre, ils savent se montrer sans préjugés, conventionnels et même mondains afin de mieux pénétrer les sphères décisionnelles et d'exercer leur maîtrise de la diplomatie. Même s'ils font parfois hurler les autres tribus par leur remise en cause quasi hérétique du Dogme, la Maison Kheyza leur doit néanmoins de nombreux accords avec le reste des Rivages. La plupart des diplomates sont issus de cette tribu, et on les retrouve aussi sur le Continent, mettant sur pied d'extravagantes expéditions visant à l'édification d'une Terre Promise Kheyza sur les cendres de quelque royaume autochtone. Erquiels Les Erquiels sont la force de frappe du Peuple-Qui-Marche. Cette tribu est devenue célèbre durant le Premier Empire Métallique grâce à son général, Solnor, qui infligea de sévères défaites aux Ashragors puis aux Venn'Dys. La tribu Erquiel est structurée en véritable armée qui peut, le cas échéant, se rassembler en n'importe quel point du territoire qu'elle arpente. Certes, cette zone relativement étendue ne couvre pas tout les Rivages, mais la connaissance que les Erquiels en ont est presque parfaite. Ce sont sans doute les meilleurs cavaliers des Rivages et des archers non moins émérites. Enfin, cette tribu - avec celles des Lucians, est l'une des rares à être totalement dédiée à une fonction particulière au sein de la maison. Lucians Peu favorisés lors de l'année du Grand Partage, les Lucians surent profiter de leur situation géographique afin de se lancer dans une activité florissante : le commerce. Ils apprirent très tôt à longer les routes commerciales pour mieux tirer parti de la loi de l'offre et de la demande, et se divisèrent en compagnies marchandes, structures qui ont depuis servi de modèle aux premières guildes. Chaque compagnie possède plusieurs caravanes dont la taille atteint parfois plusieurs centaines de bêtes, et la concurrence entre elles est âpre. Ce travers a naturellement déteint sur le caractère des membres de cette tribu, et on les trouve bien souvent secrets, rudes négociateurs, lorgnant parfois vers l'escroquerie. Certains guildiens issus de cette tribu sont d'ailleurs à l'origine de certaines Machinations particulièrement fourbes. Quillians Les Quillians sont les plus rebelles des Kheyza. Ils posent fréquemment des problèmes à leur entourage car ils n'observent pas les lois en général, et se servent simplement de ce dont ils ont besoin. Cette attitude les place à l'écart de la communauté Kheyza, ce qui explique qu'ils aient été envoyés à proximité du territoire ashragor lors de l'année du Grand Partage. De leurs contacts avec ce peuple, les Quillians ont tiré un dogme propre, intégrant au passage des schémas issus des croyances ashragores. Leur ferveur envers la culture kheyza s'en est paradoxalement trouvée accrue, et la fierté y est plus chatouilleuse qu'ailleurs. C'est par ailleurs dans cette tribu qu'est née la profession de " Chasseur de Mort " ou Martiya. 10

11 Elfaranne Cette tribu regroupe des Kheyza originaires des autres tribus qui ont décidé de consacrer leur vie à retrouver Elfaranne, la seule parmi les sept prophètes à avoir adressé directement la parole à Khonte. Ils passent une partie importante de leur temps en considérations théologiques, et ont été les premiers à reconnaître la prophétesse felsine comme étant Elfaranne. Toutefois, c'est aussi des rangs de cette tribu que se sont élevées les premières voix qui ont affirmé le contraire. LA FAMILLE Une Famille est en général articulée autour d'un couple ayant plusieurs enfants, entouré des frères et sœurs cadets du mari ainsi que de leurs enfants, des grandsparents qui ont montré la Marche avant lui, et de ses descendants, qui la continueront après lui. Cet homme loge dans le Premier Chariot, et avec lui sa femme et ses enfants n'ayant pas atteint l'âge adulte de quatorze ans. Cependant le Premier Chariot ne consiste pas en une simple roulotte, mais en un groupe rassemblant les fils et filles adultes et célibataires. Les frères et sœurs du Roï disposent chacun de leurs chariots, tout comme les ménages de ses fils quand ceux-ci sont mariés. Il faut d'ailleurs préciser que les femmes mariées rejoignent la Famille de leur mari. Les anciens logent dans le Chariot de la Tradition, où ils sont chargés d'enseigner l'errance, l'histoire de la maison et ses coutumes aux enfants de la caravane. Signalons que quelle que soit la taille de la Famille, un Chariot est toujours réservé aux amis et aux hôtes de passages, qu'ils soient des familiers de longue date, ou de parfaits inconnus. Les membres de la Famille ont à cœur de rendre ce chariot le plus accueillant possible, afin de perpétuer la tradition d'hospitalité. En retour, L'hôte se doit d'apporter sa contribution au quotidien de la caravane. Enfin, il faut mentionner ici l'existence d'une instance décisionnelle, qui joue aussi le rôle d'arbitre lors de conflits internes, appelée l'ogyn. Elle est constituée de trois personnes : le chef officieux de la Famille, le Roï - en général le chef du Premier Chariot, l' " homme de paille " de l'assemblée ou Rosk, qui sert de chef officiel et souvent de bouc émissaire aux autorités locales, et le chef du Chariot des Traditions. Cette assemblée est assistée d'un représentant de chaque groupe d'âge: le Gamin pour les enfants, l'ancien pour les vénérables, le Maître et la Maîtresse, pour les hommes et les femmes d'âge mûr,. Plus la caravane possède de membres, plus cette institution est formalisée et respectée. CULTURE ET TRADITION L'Errance Les causes de notre Errance La raison primordiale qui a fait de nous le Peuple Errant est la recherche d'elfaranne, la Prophétesse, l'oublieuse, celle qui connaît les révélations de Khonte mais qui a perdu le chemin du Mikol. Dès qu'ils se sont aperçus de sa disparition, nos ancêtres sont partis à sa recherche, et se sont divisés afin de la trouver plus facilement. La seconde raison est d'ordre Étrange : pour pratiquer leur Art, nos Sémanticiens n'ont d'autre alternative que de se déplacer afin de s'enquérir du Vrai Nom de chaque chose qui est sur Cosme. Une troisième raison est la survie. Le désert de Zar n'est pas un endroit assez fertile pour nourrir une population entière, l'élevage et le travail de la terre ne pouvaient donc être des moyens de subsistance suffisants. L'éclatement de notre peuple en petites entités mobiles s'est donc vite avéré la meilleure des solutions. C'est ainsi que nous nous sommes répartis en groupes composés d'une cinquantaine d'individus pour pouvoir subsister de cueillette, de chasse et de pêche. Ceci du moins dans les premiers temps car très vite nous avons su tirer parti de notre mobilité pour des activités tel que le commerce et le transport. Chaque chose en fonction de son lieu Comme on peut s'en douter, nous autres Kheyza ne voyageons pas forcément que sur la terre ferme, c'est pour cela que chaque lieu de l'errance possède son mode de transport. Pour les petits cours d'eau, le radeau reste très pratique, pour les fleuves, plus capricieux, c'est la péniche qui s'impose, et pour la mer et les lacs, nous construisons ou achetons des navires. Nous profitons alors de nos embarcations pour faire du commerce ou du transport de marchandises. En ce qui concerne la terre ferme, notre choix est fonction du terrain. La célèbre roulotte kheyza ne peut être utilisée dans les endroits tel que les montagnes, les déserts de sables, les marais ou tout autre lieu accidenté, c'est pour cela que les tentes et les abris naturels sont tout autant plébiscités, quitte à voyager à pied ou à dos de mulet. Nous savons aussi apprécier les caravanes de dromadaires, de lamas ou d'autres animaux plus exotiques. Nos habitats sont alors des tentes, des yourtes et autres abris facilement démontables et transportables. Un chemin pour chacun Nos caravanes sont constituées en moyenne de trois à quatre familles au sens large du terme, soit de vingt à trente individus. Il n'en faut pas moins pour assurer notre sécurité lors des voyages, et quand nous sommes plus nombreux nous éprouvons des difficultés à trouver un accueil chaleureux auprès des autochtones généralement méfiants et mal disposés à notre égard. Cependant, la composition de nos groupes est loin d'être fixe. Chaque rencontre avec une autre caravane est une occasion pour une famille de changer sa route. Nos pas suivent nos coeurs, aussi les caravanes se font-elles et se défont-elles en fonction des affinités du moment. La Pacuba et les marques La Pacuba ou " roue du voyage ", dont l'origine s'est perdue dans le labyrinthe du temps, se rapproche dans sa fonction d'une carte conventionnelle. Son apparence diffère quelque peu, puisqu'il s'agit d'un graphique de vingt-cinq cercles concentriques eux-mêmes divisés en seize quartiers. Chaque cercle représente une certaine distance depuis l'origine, en général le lieu du campement. Les cardinaux sont symbolisés par des animaux ou des objets : serpent, corbeau, tour etc. C'est un outil typiquement kheyza, il demande un long apprentissage avant d'être pleinement maîtrisé. Ce sont d'ailleurs les adolescents qui sont chargés d'aller en reconnaissance autour du point de chute pour dessiner la pacuba. Plus la halte est de longue durée plus ils doivent aller loin faire des repérages. 11

12 En plus de cette roue du voyage nous nous servons de signes plus usuels, tels que des pictogrammes ou des signes naturels (tas de pierres par exemple), afin de laisser toutes sortes de renseignements aux prochains convois. Il peut s'agir des us et coutumes des villages traversés, des dangers potentiels ou d'évènements singuliers. Grâce à ces marques, nous sommes toujours au courant de ce qui se passe dans les lieux où nous arrivons. Cela sert un double but : renforcer notre aura de mystère et de mysticisme auprès des Kossils, mais aussi et surtout la préservation de notre communauté face aux dangers les plus communs. Cette méthode de communication est abondamment utilisée afin de " commenter " les lieux fréquemment visités. Enfin, chaque Kheyza possède sa marque personnelle, et peut ainsi être identifié visuellement de manière certaine. Il n'existe pas de correspondance entre le nom, quel qu'il soit de l'auteur de la marque, et la marque elle-même. Mais cette marque trouve toute son utilité en combinaison avec la Pacuba et les signes usuels. Ainsi, des Kheyza d'un même chariot ou d'une même famille peuvent rester en contact via ces marques, même à des centaines de lieues de distances. On peut rapprocher ce moyen de communication du principe de la poste restante en vigueur dans de nombreux comptoirs guildiens, ici sur le Continent. La culture Les sciences Il existe chez les Kheyza une notion fondamentale, aussi bien culturellement qu'intellectuellement, l'étude. En effet, l'étude est une étape indispensable dans notre seule quête mystique : la quête du Vrai Nom de Khonte. L'Étude est davantage une démarche intellectuelle qu'une discipline à part entière, démarche qui consiste à décrire, définir ou analyser toutes les propriétés d'un objet et ses relations avec son environnement. Certes, tous nos Doctes ne sont pas doublés de Maîtres Étranges, notamment car l'étude est indépendante du Loom, mais un Mossa aura souvent besoin d'un docte pour découvrir de nouveaux Vrais Noms. En outre, notre maison s'est forgé, au fil de l'errance, tout un savoir pratique, faisant de nous des experts dans les sciences appelées " naturelles " par les doctes de Brizio. C'est ainsi que nos sages ont acquis une solide réputation dans le domaine de la médecine, de la zoologie, de la météorologie, de l'herboristerie, et dans l'étude du comportement humain. L'art L'art kheyza a été fortement modelé par l'histoire de son peuple, si bien que la souffrance ressentie par ses représentants transparaît plus souvent qu'à son tour dans nos arts. Mais ces arts, quels sont-ils? Eh bien il s'agit essentiellement de musique, de chant, de théâtre, et de conte. Car nous avons élevé, au fil du temps, le conte au rang d'art : il a été et reste aujourd'hui le principal moyen de transmettre nos traditions, notre savoir et notre état d'esprit. De ce fait il occupe dans notre paysage artistique une place privilégiée. Par ailleurs, si l'on peut décrire l'art venn'dys comme intellectuel, basé sur un concept, l'art felsin comme sensuel, basé sur le plaisir des sens, alors l'art kheyza est émotionnel. Il consiste simplement en l'expression des émotions ressenties par l'artiste sous formes de codes propres à chaque art. Cette évocation passe par la nécessaire maîtrise technique du moyen d'expression (voix, instrument etc.), laquelle s'acquiert par apprentissage auprès d'un maître, par expérimentation personnelle, ou encore par imitation. Très fréquemment, les artistes Kheyza n'ont que des connaissances limitées de la théorie musicale et du solfège, et jouent tout à l'oreille. On ne recense plus les contes qui parlent du pauvre Milosh qui " vola " ses musiques au grand troubadour de passage et devint à son tour musicien errant L'art est très présent dans la culture kheyza, et chacun d'entre nous connaît l'air ou la trame de dizaines de chants, de contes, de morceaux de musique Toutes ces œuvres constituent le canevas de la culture commune de la Maison Kheyza. Cette culture sert par la suite de référence dans les différents échanges au sein de la maison (voir la tradition orale, plus loin). Il faut avouer que nous sommes notre meilleur public, et que nous prenons le moindre prétexte pour nous lancer dans des concours de chants ou de musique, lesquels se terminent généralement fort tard. Il est en outre de pratique courante, chez les Kheyza comme ailleurs, de faire appel à des musiciens de notre maison,plus ou moins professionnels, mais souvent très doués pour mettre une ambiance festive, afin de donner aux mariages, enterrements, et autres réjouissances publiques ou privées une dimension mémorable. C'est en ces circonstances que nous pouvons faire étalage de notre talent artistique, et autant dire que nous ne nous en privons pas! La guerre Notre maison a pour tradition de ne faire appel à la force qu'en dernier recours. Et, s'il arrive occasionnellement que certains Chariots aient à se défendre d'assauts de la part de populations hostiles, il y a néanmoins une grande différence entre ces échauffourées anecdotiques et une guerre à proprement parler. La guerre n'est pas dans la culture kheyza, mais nous avons appris à y faire face. De notoriété publique, la tribu Erquiel constitue l'armée Kheyza à elle seule. Il s'agit principalement d'archers montés, qui connaissent de manière exhaustive les territoires qu'ils traversent et qui usent du réseau de renseignement étendu de la Maison Kheyza. L'entraînement chez les Erquiels est constant et rigoureux, et la cérémonie du passage à l'âge adulte y est prise bien plus au sérieux que dans les autres tribus. Les traditions Les naissances La naissance est un événement d'une grande importance au sein de la Maison Kheyza. Car dans les enfants réside le principal espoir et la principale raison de lutter pour les Kheyza. Outre le fait que les enfants représentent le futur de la maison, ils sont ceux qui réussiront là où leurs aïeux ont échoué, et en règle générale, une génération de Kheyza mène une lutte pour l'épargner à la génération qui suivra. Alors, chaque naissance est un don de Khonte, et est fêtée comme telle. L'accouchement a lieu discrètement, puis, sept jours après la naissance de l'enfant, son père lui donne un nom. A partir de ce moment, le nouveau-né est considéré comme un être vivant à part entière, et une énorme fête façon kheyza est donnée en son honneur. 12

13 Naissance et Vrai Nom Des Mossas curieux ont longuement étudié la formation et l'apparition du Vrai Nom d'un nouveau-né. Si un enfant n'est reconnu qu'à partir de son septième jour, les Mossas ont établi qu'un nourrisson était doté d'un Vrai Nom dès le moment où il poussait son premier cri. Avant de voir le jour, le Vrai Nom du fœtus est en fait confondu avec celui de sa mère, et ce jusqu'à la sortie de son ventre. Mais entre celle-ci et l'émission du premier souffle de l'enfant, il existe un instant de latence durant lequel le Nom est fluctuant, comme incertain. Les Mossas les plus sages et les plus expérimentés font un rapprochement entre cet instant de flou et le Temps Sacré. L'enfance chez les Kheyza Les diverses tragédies et crises de l'histoire que nous avons traversées nous ont donné un sens aigu de l'importance des enfants au sein de notre maison. L'enfant Kheyza est un bien précieux, dont le bienêtre et l'éducation dépassent de loin le cercle familial. Ainsi un Kheyza passera la première année de sa vie dans les bras de sa mère ; elle abandonne une partie de ses activités et responsabilités au sein du chariot pour se consacrer à son enfant. Passé un an les enfants Kheyza sont pris en charge par les anciens du chariot. Sous un air anodin, c'est là une des premières pierres de l'éducation des petits Kheyza: jusqu'à six ans tous les enfants d'un même chariot sont élevés par les membres les plus âgés de la communauté qui se relayent par groupes de deux ou trois. Imaginez ces enfants qui passent les premières années de leur vie bercés par les contes kheyza, narrés par les conteurs les plus talentueux du chariot, qui ne manquent jamais de rebondir sur les moindres détails des histoires les plus obscures Car bien sûr, les deux ou trois anciens présents se revendiquent tous meilleur conteur, et chacun était là quand ça s'est passé et l'a vu de ses propres yeux : - Oui madame! Parfaitement, il a combattu seul douze cavaliers géhemdals! - Balivernes, c'était vingt hallebardiers qu'il a combattu ce jour-là. Je suis catégorique, c'est moi qui ai sellé son cheval avant la bataille " animal dont il pourra tirer profit auprès des Kossils. Le passage à l'âge adulte se fait vers treize ou quatorze ans, lorsque le jeune Kheyza peut conduire un chariot tout seul. A cet age, un Kheyza est paré pour l'errance: il sait monter à cheval, trouver de la nourriture, s'orienter dans la nature, et commercer avec les Kossils. Il s'est aussi choisi une arme, dont il a appris les bases du maniement et qui sera désormais son arme fétiche. Les traditions orales Quelques déclinaisons de Swadjilas C'est encore une fois l'errance qui dicte la forme que revêtent nos traditions ; comment, en effet, transporter les précieux ouvrages qui renferment le savoir dans les conditions imposées par le nomadisme? Aussi avons-nous opté depuis des temps immémoriaux pour une solution plus adaptée : si nous ne pouvons transporter un livre avec nous, alors emportons au moins ce qu'il contient! Nous avons donc développé deux outils afin de faciliter l'instruction de nos enfants : la mémoire et l'élocution, notamment par l'intermédiaire des contes ou Swadjilas, qui véhiculent une grande partie de nos connaissances. Chacun de ces contes traduit une ligne de conduite morale et est toujours énoncé dans une situation précise, de façon à inciter l'assistance à méditer dessus. Mais il existe une deuxième fonction aux contes que nous récitons sur les places publiques, que nous déclamons devant les foules ou auprès des riches amateurs d'histoires exotiques : la communication d'informations. Sachez que pour chaque Kheyza qui se produit en public, il y en a un autre au moins pour l'écouter. Ainsi le conteur ou le chanteur peut-il transmettre des renseignements dissimulés dans les variations de son oeuvre. Ces contes et ces chants sont connus de chaque Kheyza, et servent de " clé " pour décrypter les messages communiqués au su et au vu de tous. Le contenu de ces messages est constitué bien souvent d'informations pratiques sur les régions que l'artiste vient de traverser ou sur les gens qu'il y a croisés : les bons endroits pour dormir, les bourgades à éviter, les personnes hostiles aux Kheyza Ce mode de communication a de nombreux mérites : il est d'abord d'une discrétion d'autant plus grande qu'insoupçonnée. Il faut en effet se rappeler que notre maison et ses représentants peuvent avoir à subir des lois, en général iniques et spécifiquement faites à leur usage leur interdisant les rassemblements trop importants. Ensuite, ce système permet de divulguer des informations à un nombre conséquent d'auditeurs sans avoir à se répéter. Enfin, il a l'immense avantage de rapporter quelques guilders à l'artiste qui, pour le coup, n'a pas perdu son temps! Il faut souligner que l'aspect formel de la performance n'en est pas pour autant négligé, et que cette dernière constitue un spectacle à part entière, détournant par là même un peu plus l'attention des Kossils. - Glasdjilas : ce sont des chants concernant exclusivement les Kheyza. Ils sont légers et l'humour, la flatterie ou la moquerie sont souvent de rigueur. Dès qu'un enfant peut se rendre utile, ses parents en reprennent la charge. Il apprend alors les gestes élémentaires de l'errance : prendre soins des animaux, nettoyer la roulotte ou le chariot, faire du feu C'est à peu près vers cette période qu'il commence à apprendre un "talent", une activité comme la musique, le jonglage ou le dressage d'un - Patshidjilas : ce sont des chansons déclinées sous le même modèle que les Glasdjila mais pour un public kossil. - Brigadjilas : ce sont des cantiques rappelant les durs moments du passé, elles permettent ainsi d'apprécier le présent à sa juste valeur. - Simperdjilas : chaque famille connaît un tel chant dont chaque couplet est dédié à la mémoire d'un mort. 13

14 Ce que nous pensons des... Ashragors : leur foi aveugle en Ashragor rend leur contact bien peu agréable, aussi nous limitons nos relations au minimum. Ils possèdent cependant les clés d'un pan de notre réalité qui, tout sombre qu'il soit, n'en est pas moins intrigant. Danjins : ce peuple étrange venu de nulle part nous intrigue beaucoup. Ils sont semblables aux Felsins, mais manipulent un Loom des plus mystérieux. A surveiller avec vigilance. Felsins : ce peuple mystérieux, duquel vient l'astramance, a su pousser le raffinement au premier plan de leur culture, ce que nous admirons. Mais leur fascination pour le combat nous laisse perplexes. Géhemdals : des gens pragmatiques, qui placent malheureusement la guerre au centre de leurs préoccupations. Ce sont malgré tout des compagnons de route enjoués et utiles. Leur Art Métallique est intéressant, mais sur un plan pratique tout au plus. Ulmeqs : leur organisation en castes rigides est tout ce qu'il y a de plus déplaisant, mais nous éprouvons un certain plaisir, voire une certaine fierté, à jouer un rôle transversal au sein de cette société. Venn'Dys : les Venn'Dys sont des gens amusants. Nous nous émerveillons toujours, à chacun de nos passages, de voir quelle obstination ils mettent à nier les évidences du Continent et à s'enfoncer dans une voie sans issue. Autochtones : des myriades de peuples proprement fascinants. Ne nous laissons pas berner pour autant, il y a parmi eux la même proportion de gens dangereux et de sages que chez les Natifs. Apprenez à les aborder sans a priori et ils vous feront progresser à pas de géant vers la compréhension intime du Continent. LES FONDEMENTS : CE QUE FAIT L AUT- RE MAIN LA POLITIQUE CIVILE La politique constitue le cœur de la Maison Kheyza. Si les différentes instances sont toutes élues, il n'en reste pas moins que le secret entoure nos plus hauts dirigeants ; non seulement pour une question d'indépendance vis-à-vis des autres maisons, mais aussi afin de limiter les luttes intestines entre les différents arcanes du pouvoir. En effet, il n'existe pas qu'un seul pôle politique, mais bien toute une hiérarchie parallèle en charge du dogme kheyza, dont le pouvoir est d'autant plus important qu'elle ne rend de compte à personne. Leur opposition sur certains thèmes peut parfois tourner à l'affrontement larvé, ce qui donne lieu à moult complots, machinations et autres coups de couteau dans le dos entre les deux factions. C'est là le principal schisme au sein de la Maison Kheyza. L'assemblée de la tribu Les chefs de Familles élisent un conseil qui préside au destin de chaque tribu : l'assemblée de la tribu. Ses membres, qui sont appelés " Pères de la tribu ", choisissent parmi eux le " Vénérable ", autorité suprême au sein de la tribu. Il est assisté dans sa tâche par un conseil de quinze membres nommés Juges, élus à vie par les Pères. L'élection du Vénérable se fait lors de délibérations secrètes et nécessite l'unanimité. Le rôle de cette assemblée est de gérer au quotidien les problèmes à l'échelle de la tribu, ce qui n'est pas une mince affaire, car il s'agit bien souvent de désamorcer des situations délicates impliquant les autorités supérieures des autres maisons. De plus, les sept Vénérables de la Maison Kheyza siègent au Conseil du Mikol. Le Conseil du Mikol Le Conseil du Mikol est formé par les sept Vénérables du Peuple-Qui-Marche, et n'a lieu qu'exceptionnellement. En fait, il existe deux " faces " de ce conseil. Une première avec les Vénérables connus de tous, élus au vu et au su de tout Cosme, qui gèrent le quotidien de la Maison et sont présents partout où on les attend. En parallèle de ce conseil visible, il existe un conseil officieux, rassemblant les vrais Vénérables, connus d'eux seuls et ne se rassemblant qu'en des occasions rarissimes. Ils se sont publiquement dévoilés pour la dernière fois lors de l'armistice entre la Maison Kheyza et la Maison Géhemdale, au début du premier Empire Métallique. 14

15 Les Vénérables gèrent donc les intérêts vitaux de la Maison, et doivent pour cela veiller au maintien de son influence sur la scène politique. Actuellement, les Vénérables promeuvent la conquête du Continent via les membres de la Maison, notamment ceux qui poursuivent la quête de l'astramance là-bas. Il est inutile de préciser qu'ils ne prennent aucune décision à la légère, et qu'ils sont au centre d'un vaste réseau de contacts et d'informateurs, parfois placés dans l'entourage même du Doge ou du Sultan. Le Tribunal des Midrachs Comme je l'ai déjà expliqué, chaque Famille possède un Ancien chargé de l'enseignement du Dogme kheyza auprès des enfants ainsi que du respect des traditions. Ces sages, nous les appelons les Midrachs ou " Frères ". Ils désignent leur successeur euxmêmes, ce qui est inhabituel pour un peuple habitué à élire ses dirigeants. Tous les Midrachs d'une même tribu se rassemblent au moins une fois l'an en conclave, et élisent quinze prévôts, inamovibles, qui eux-mêmes choisissent un Patriarche. Les prévôts se réunissent en congrégations, indépendamment des Midrachs, et dirigent tous les aspects spirituels de la tribu. A ce titre, ils se sont donnés les pleins pouvoirs afin de faire respecter le dogme, et sont même susceptibles de lancer une accusation - terrible - d'hérésie. selon lequel l'astramance est Elfaranne, élue de Khonte. Globalement, ils sont plutôt satisfaits de la situation actuelle, qui fait des Kheyza les gardiens de l'astramance, octroyant par là-même une aura forte à la maison sur les Rivages (et beaucoup de pouvoir aux Patriarches!). Aussi sont-ils partisans du gel de la situation actuelle, et combattent farouchement toute idée nouvelle remettant en cause l'équilibre des pouvoirs. Là encore, inutile de dire que le secret le plus épais entoure les membres de cette organisation ayant un statut de prévôt ou supérieur. Ils semblent avoir tiré les leçons de la semi-clandestinité des Zarithes du temps du premier Empire Métallique, et depuis que les Patriarches ont restauré cette " police secrète ", nul, Kheyza ou autre, n'a pu se vanter d'avoir parlé à un Zarithe. Nos relations avec les autres maisons Depuis l'aube de notre civilisation et l'émergence de notre peuple, nous tâchons de vivre en harmonie avec tous les hommes que nous rencontrons, où que ce soit. Bien sûr, on pourra toujours souligner que c'est à notre avantage, car de ces bonnes relations dépend notre confort. Aussi les Kossils pourront avoir l'impression - fausse, bien sûr - de se faire constamment flouer lorsqu'ils traitent avec nous. Mais nous essayons toujours d'aller plus loin dans l'échange de bons procédés, sur le modèle " on répare ta charrue, tu nous prêtes ta grange ", aussi le bénéfice pour le Kossil est bien réel, même s'il n'est pas tangible. C'est ce qui explique que nous connaissions intimement un grand nombre de personnes dans toutes les régions de Cosme, même si nous ne les voyons que de manière occasionnelle. Mais cela nous permet surtout, en croisant nos informations avec nos frères de route et en faisant appel à la mémoire des anciens, d'avoir une vision globale de la situation à un endroit donné. Car il faut toujours garder à l'esprit que nous voyageons constamment. Nous rencontrons des dizaines de gens par semaine, nous échangeons nos renseignements et nos idées entre différents Chariots, et nous sommes mêlés à quasiment tous les événements qui ont tant soit peu d'importance : mariages, naissances, enterrements Notre connaissance intime des gens et des gouvernements nous permet de mener notre caravane au mieux, par tous les temps, sur toutes les routes. Les rapports que peuvent avoir les Kheyza avec des membres des autres maisons sont donc plus des relations interpersonnelles qu'intergouvernementales. Certes, quand il s'agit de faire entendre la voix du Peuple-Qui-Marche tout entier, nous savons présenter les officiels compétents, mais bien souvent, une bonne discussion à l'amiable autour d'un verre ou d'une chope suffit à mettre fin à bien plus de différents qu'on ne pourrait le croire. Le Tribunal de Khonte C'est là que siègent les sept Patriarches de la Maison Kheyza, et que sont prises les décisions importantes. C'est aussi là que sont jugées les accusations d'hérésie, décidées les cérémonies de retrait du Nom (du Vrai Nom!). Toute cette hiérarchie est totalement indépendante du pouvoir politique régulier, et les Vénérables n'ont aucun droit de regard sur les décisions et les activités des prévôts ou des Patriarches. Ces derniers n'hésitent pas d'ailleurs à prendre toutes les mesures qui leur semblent justifiées pour assurer l'application de leurs décisions, ce qui peut parfois prendre des proportions démesurées. Les Patriarches sont donc les gardiens du Dogme au sens strict du terme, et ils défendent farouchement le point de vue Pierro Seï, dit Le Guide, dit Melik, dit Le Sage Aux Pieds De Vent, dit Mialmio, dit L'homme est assez petit, âgé d'une quarantaine d'années, et conserve éternellement une lueur infantile dans le regard. On connaît plus de légendes à son sujet que de faits avérés, mais certaines rumeurs persistantes à son sujet laissent entrevoir la vérité. Il serait métis Kheyza-Venn'Dys, né sur le Continent, et aurait arpenté plus de routes que les guildiens n'en ont recensé. On dit aussi qu'il a servi de guide à Leweln Kerown et à ses compagnons lors de la mythique traversée de la Désolation de Souffre. Certains témoins soi-disant directs, membres d'une guilde proche du désespoir et de la ruine, le décrivent comme un bon vivant, un peu replet, familier d'innombrables peuples autochtones et possédant des contacts dans de nombreux milieux, aussi bien guildiens que continentaux, voire encore plus obscurs... Toujours est-il que nul ne lui connaît de point d'attache, et qu'on ne l'a jamais croisé que sur les routes de l'aventure. Même les mieux informés se perdent en conjectures à son sujet, mais il semble avoir joué un rôle dans les événements qui se sont déroulés au Noir-Couchant suite à la guérison de la reine Iloëne, après une brève apparition au cœur du Berceau de Dana lors de la chute de Jonril. Beaucoup s'accordent pour le situer au-delà de la barrière des Enfants-cyclones, sans savoir sous l'égide de quelle guilde, ni même si c'est bien sous l'égide d'une guilde qu'il s y trouve. Ses motivations sont floues, et on l'a parfois vu agir en faveur des guildes, d'autres fois en faveur d'autochtones... Serait-il un des lieutenants de la Cariapode? 15

16 16

17 LES KUMPANYAS Un peu partout sur les Rivages, sans logique apparente, de larges nuages de poussière cheminent le long des routes, laissant entrevoir par instants une kyrielle de roulottes plus étranges les unes que les autres. Lorsque la poussière retombe enfin et que l'une de ces caravanes ralentit pour élire domicile, l'espace de quelques jours, parfois d'une seule nuit, aux abords d'un petit village de la Cicatrice ou sur la grand place de Brizio, les gens alentour cessent progressivement leurs activités pour venir assister à son installation. Les chapiteaux de toile colorée s élèvent les uns après les autres, des cris d'animaux inconnus se font entendre, des silhouettes inhabituelles et bigarrées vont et viennent dans une grande valse chaotique. Puis le silence se fait. Ce n'est qu'à la tombée des Feux-du-Ciel, lorsque les braseros s'allument et que les bateleurs revêtent leurs habits de lumière, que la vie semble reprendre, le temps d'une nuit mémorable et magique. Le spectacle peut commencer Parmi la pléthore de caravanes kheyza qui sillonnent les Rivages, il en existe certaines qui, malgré l'aura de sympathie dont elles jouissent généralement, frayent à l'écart des autres Familles du Peuple-Qui- Marche : les Kumpanyas. Il s'agit des cirques kheyza qui, depuis des millénaires, installent une aura de magie et de mystère partout où ils font halte. Le Kossil commun ne fera généralement pas la distinction entre une Kumpanya et une Famille de saltimbanques Valieth, pourtant les différences sont nombreuses. De l'organisation habituelle des caravanes, seul le poste de Roï est conservé, c'est l'homme ou la femme qui préside à la destiné de la Kumpanya : il décide de son itinéraire, des numéros présentés, répartit équitablement les recettes entre les artistes, et plus généralement arbitre les différends qui peuvent émailler la vie quotidienne de la caravane. Mais surtout, et c'est la raison de leur marginalisation vis-à-vis de la société kheyza, les Kumpanyas accueillent en leur sein tous les Kossils qui souhaitent en faire partie, souvent de manière permanente. Ainsi, en sus de habituels jongleurs et cartomanciennes kheyza, les spectateurs pourront applaudir des dresseurs Felsins, des bardes Géhemdals ou même des sorciers Venn'Dys. Et dans certaines tentes plus discrètes, les curieux assisteront à des danses érotiques importées des harems du sultan, ou contempleront, mi-effrayés mi-fascinés, des monstres aux aspects démoniaques issus de croisements contre-nature. Des loteries, concours de boisson, et autres combats organisés complètent le spectacle. Comme on pouvait s'y attendre, depuis l'islaend de nouvelles attractions ont fait leur apparition, dans des conditions parfois déplorables. Des créatures exotiques, soi-disant loomiques, sont exhibées sans ménagement aux côtés d'autochtones pas toujours consentants, quand ce ne sont pas tout simplement des Natifs déguisés en Transients. D'anciens guildiens sans-le-sou viennent conter leurs aventures fabuleuses sur le Continent, alors qu'ils n'ont la plupart du temps pas quitté les bars de Port McKaer. Pourtant, le public se déplace en masse et beaucoup de vocations se sont révélées lors de ces représentations publiques. Pour les Kheyza, la situation est difficilement tolérable. Il ne s'agit pas seulement d'une concurrence que certains considèrent comme déloyale, mais souvent plus d'une défiance larvée et réciproque. Les escarmouches sont monnaie courante lorsque qu'une Kumpanya croise la route d'une caravane kheyza. En ce qui concerne les villes, c'est bien simple, les cirques et leurs membres sont interdits de séjour dans les Mahalas. Pour compliquer encore les choses, beaucoup de marginaux et de Sans-Noms bannis par le Tribunal de Khonte trouvent refuge dans les Kumpanyas et tentent d'y refaire leur vie. AU BOUT DE LA ROUTE Le Perdal I Paya Les Ulmeqs ont coutume de brûler leurs morts pour séparer les cendres vulgaires de l'âme-sol, joyau incarnant l'être disparu. Nos croyances se rejoignent sur ce point, à ceci près que nous pensons que l'âme est intangible et qu'elle ne fait qu'un avec le Vrai Nom, autrement dit l'étincelle. Cette petite fraction de loom qui quitte le corps du défunt va rejoindre le Perdal I Paya, le royaume Au-delà des Eaux, où elle est purifiée puis redistribuée sur Cosme. Ainsi va le grand cycle de la vie. Selon les Mossas, tout le loom de l'univers transite par le Perdal I Paya, c'est pourquoi les Arts Etranges doivent être employés avec parcimonie et sagesse sans quoi l'équilibre du monde est menacé. Si tout le loom est drainé du Perdal I Paya par les Maître Etranges alors il n'en restera plus pour animer les créatures et les hommes arpentant Cosme. Les Martiyas Les Martiyas, ou " tueurs de morts " comme les appellent les Kossils, ne sont que quelques-uns à sillonner les routes des Rivages. Par la force des choses ils sont de loin les Kheyza les plus solitaires. Traditionnellement issus de la Tribu Quillian, proche du pays Ashragor, ils vont là où l'eau empoisonne mystérieusement les bêtes, là où les gens se pendent sans raison, là où les enfants parlent à des choses invisibles Ils vont là où se terrent les Sinderpals. Il arrive qu'une étincelle ne trouve pas le chemin du Perdal I Paya, entravée par le poids de son ancien porteur mort dans des circonstances terribles. Elle se cristallise alors dans un objet environnant, symboliquement lié aux causes du décès. Ainsi naît un Sinderpal, une âme errante, un fantôme qui va hanter les lieux et les personnes avoisinants pour se venger de son terrible destin en l'amenant à se répéter. Les Martiyas sont des hommes ordinaires, sans pouvoir hors du commun ou matériel étrange. Sans qu'ils sachent réellement pourquoi, ils comprennent les morts et leur douleur. Sur la demande des habitants persécutés par un Sinderpal, ils vont mener l'enquête pour trouver l'objet ou le lieu qui est la cause de leur malédiction. C'est un travail difficile, qui demande une grande abnégation car les morts n'aiment pas qu'on les traque, quand bien même ce serait pour les libérer. A chaque rencontre la conscience du Martiya s'alourdit du fardeau de sa victime, tant et si bien qu'on finit par ne plus faire la différence entre le chasseur et son gibier LE DON Le loom a une mémoire, dit-on, et certains Sémanticiens espèrent découvrir un jour le moyen de remonter l'histoire de n'importe quel fragment pour savoir quels sortilèges il a contenu, quels êtres il a éveillé à la vie, et finalement qui l'a créé, et ainsi, 17

18 peut-être, s'approcher du Vrai Nom de Khonte. Pour l'heure, la preuve la plus évidente de cette propriété mnémonique du loom est ce que nous appelons les Buthas. Ces Kheyza ont reçu à leur naissance le Don, la faculté de communiquer avec une ou plusieurs Ombres, autrement dit les anciens porteurs de leur étincelle. Une Ombre est nécessairement une personne dont le nom résonne encore dans l'imaginaire collectif, comme un guerrier légendaire ou un savant renommé, et elle peut appartenir à n'importe quelle maison. Elle se manifeste généralement au travers d'une voix dans l'esprit du Butha. Ses souvenirs sont intacts mais fragmentaires, et ses préoccupations souvent très éloignées du commun des mortels. Ce qui n'empêche pas les Burthos les plus doués d'établir au fil des ans une résonance particulière avec leurs Ombres et d'en apprendre plus sur leur vie, l'époque où elles vivaient, et parfois de faire des découvertes surprenantes sur les dessous de l'histoire. LE CRIME ORGANISÉ Il faut reconnaître que, plus souvent qu'à leur tour, les Kheyza versent dans des activités illégales de toutes sortes. Si j'ai déjà évoqué précédemment la petite criminalité quotidienne, je vais maintenant aborder la partie plus organisée de la criminalité chez les Kheyza. Tout d'abord, il faut mentionner le fait que les organisations criminelles Kheyza sont principalement urbaines à l'exception de quelques spécialistes itinérants. Cela vient du respect que les Kheyza ont pour l'errance, et donc pour les Errants ; respect qui fait que la réputation des voyageurs est préservée autant que possible, et donc que rien de sérieux n'est commis par des membres de caravanes. La forme la plus commune de ces organisations criminelles est celle de petites bandes, qui ont pris le nom de zarshia, " tribu " en kheyzan. On peut assurément y voir là un détournement volontaire de la part des malandrins qui aiment défier l'ordre social en vigueur chez les Kheyza. De douze à vingt membres en général, ces zarshias peuvent ou non avoir un symbole de ralliement, en fonction de l'ancienneté de la bande bien souvent. Leur lieu de rassemblement est variable lui aussi, du terrain vague au pavillon soigné, en passant par les logement abandonnés, les tavernes lugubres et autres établissements plus inhabituels (arrière-cour d'une boucherie, hangar à chariots ). Les manières de rejoindre ces zarshias sont encore une fois très hétéroclites : mission spéciale, en rapport avec les activités de la bande, simple combat avec un membre en place, contribution sonnante et trébuchante etc. La plupart du temps, les membres d'une même zarshia se connaissent depuis longtemps, on peut y observer une très forte solidarité, et pas seulement dans le crime. Pour leurs membres, les zarshias représentent bien plus qu'un regroupment de criminels, nombreux sont ceux qui les voient davantage comme une famille d'adoption qui aurait choisi l'illégalité comme mode de vie. Il est intéressant de constater qu il existe une sorte de hiérarchie entre les zarshias d'une même mahala. C'est plus précisément une hiérarchie d'activités, avec en bas de l'échelle un ramassis de vauriens vivant d'expédients et de coups minables (cas le plus souvent rencontré) et en haut, une organisation de professionnels ayant la mainmise sur un secteur particulier du monde des ombres : contrebande, cambriolages, négoce de substances rares et illicites Entre les deux évoluent une quantité de zarshias plus ou moins bien menées, vivant de " l'exploitation " d'un secteur géographique précis (quelques blocs de maisons bien souvent). Ces zarshias peuvent se livrer à des petites combines, à des paris clandestins ou encore au proxénétisme. Quel que soit le cas de figure, il est à noter que les zarshias évitent autant que possible de vivre en parasites sur les quartiers qu'ils occupent. Leurs territoires, soit dit en passant, recouvrent potentiellement toute la ville locale, et pas simplement la Mahala. C'est d'ailleurs une des sources principales de conflit avec les groupes criminels " locaux ", ce qui peut donner lieu, le cas échéant, à des alliances ponctuelles entre différentes zarshias Kheyza. Les répercussions de l'activité des zarshias sur la société Kheyza sont nulles, suis-je tenté de dire. En effet, tous les malfrats, du plus médiocre au plus talentueux, ont à cœur de ne pas affecter la Mahala avec leurs activités. Un Kheyza ne vole pas un autre Kheyza. Apres tout, les Kossils sont bien là pour quelque chose, non? Donc, si toute la préparation d'une opération, toutes les manigances imaginables ont lieu dans le ghetto, les faits sont commis en dehors. Seule manifestation des zarshias au sein de la communauté Kheyza : un représentant des zarshias est désigné par ceux-ci pour porter leur voix auprès des autorités Kheyza locales. Il a à charge de participer à la résolution des problèmes communs, de faire remonter les éventuelles doléances de la population, et de s'assurer qu'elles soient bien " prises en compte " - autrement dit que les châtiments appropriés soient bien appliqués. Enfin, les rumeurs persistent à affirmer qu'un membre du Tribunal de Khonte représente également les intérêts des criminels coutumiers de la Maison du Peuple-Qui-Marche. L ART GUILDIEN : À CHACUN SA ROUTE LES ACADÉMIES Les Cent Mille Pas L'essence de l'académie des Cent Mille Pas découle directement du mode de vie kheyza. En effet, quoi de plus normal qu'une académie errante pour ceux qui vagabondent depuis les temps immémoriaux où Khonte parlait aux Prophètes. S'il est un fait qu'on ne peut ignorer au sujet de cette académie, c'est que peu d'apprentis guildiens la portent dans leur cœur, et pour cause! Elle ne ressemble à nulle autre et ne présente pas les repères habituels attendus par les étudiants. Rien que le premier pas en son sein pose une foule de problèmes à l'aspirant aventurier. En effet, l'affectation du nouvel étudiant l'invite à rejoindre la caravane dans un délai limité, grâce à une position approximative exprimée à l'aide de symboles kheyza simplifiés. Inutile de rappeler que les coordonnées fournies sont de moins en moins exactes à mesure que le temps passe. Passée cette première épreuve, l'étudiant se verra affecté à un groupe rassemblant un membre de chaque maison, groupe qui ne variera pas durant les trois années de formation sauf cas exceptionnel. La première tâche que ce groupe aura à effectuer est de se construire une roulotte, ou tout autre 18

19 19

20 logement qui lui conviendra, du moment qu'il supporte les conditions du voyage. Autant dire que la grande majorité de la caravane de l'académie des Cent Mille Pas est constituée de roulottes L'étudiant intègre ensuite le cycle normal des études. La caravane se déplaçant sans cesse pour accomplir le tour de Grand'Île en trois ans, les étudiants ne commencent pas tous leurs études au même endroit. Le contenu des trois années de formation a pour but de permettre aux futurs guildiens non seulement de survivre en milieux hostiles, mais aussi de s'orienter à l'aide des repères les plus ténus qu'offre leur environnement. Cela implique entre autres une bonne connaissance des particularités géographiques, de la faune et de la flore du milieu. A ces méthodes traditionnelles viennent s'ajouter des enseignements moins concrets : on essaie par exemple de développer chez les étudiants un sens plus instinctif de l'orientation. Certains sages Kheyza qui se penchent sur les activités muettes de l'esprit se joignent à la caravane quelques temps afin de faire naître chez ceux qu'ils jugent les plus prometteurs une sorte d'empathie avec la nature. Hormis ces enseignements fondamentaux, certaines compétences plus pragmatiques sont bien sûr enseignées aux Cent Mille Pas, comme des notions de combat, d'intendance ou encore de diplomatie. Enfin, la dernière matière enseignée au sein de cette académie est le commerce. Les étudiants de troisième année se voient formés aux techniques de marchandage et apprennent le fonctionnement de l'économie guildienne. On peut noter une autre particularité de l'académie des Cent Mille Pas : le Mikol de la remise des Guilders Constellés. Tous les ans a lieu cette cérémonie mémorable, présidée par le directeur de l'académie, en présence de tout le corps enseignant et de tous les élèves. Ce rassemblement prend place toujours au même endroit, dans un canyon reculé du Désert de Zar. Ce canyon est le seul endroit où la Kley, mythique rivière souterraine, coule à ciel ouvert. Le Mikol donne lieu à des joutes dans différents domaines, joutes amicales mais néanmoins très disputées. En effet, le vainqueur se verra, entre autres prix, remettre son Guilder le premier. L'Escadre Le principe de cette académie est relativement semblable à celui de l'académie des Cent Mille Pas. L'Escadre est donc une académie itinérante elle aussi, mais ce sont les flots qu'elle sillonne sans relâche. Elle est composée de plus de cinquante vaisseaux de types très variés, guidés par un caravillon servant de vaisseau amiral. Chaque navire compte à son bord une proportion égale d'étudiants de chaque année. Plus on est ancien dans l'escadre, plus on monte dans la hiérarchie d'un navire et plus on se voit confier de responsabilités. De simple mousse, au fil du temps on devient pilote, vigie, coq, barreur ou cartographe, chacun choisissant sa spécialité suivant ses affinités. Le commandement suprême de chaque vaisseau est toutefois laissé à un permanent de l'académie. Pendant les trois ans que prend l'escadre pour visiter chaque grand port des Rivages, les étudiants seront formés aux techniques de navigation, à l'entretien et à la réparation des navires, au commerce maritime, à l'exploration, ainsi qu'aux armes comme il se doit. Une des particularités de cette académie est le grand nombre de spécialités rencontrées : on peut en effet y croiser des doctes de tous horizons comme des artificiers, des cartographes, des marchands au long cours, des maîtres d'armes ou des sorciers Ce trait est renforcé par une coutume tacite qui veut que ces intervenants extérieurs puissent bénéficier du transport par l'escadre en contrepartie de l'enseignement qu'ils ont à offrir. C'est ainsi que des doctes mésestimés, peu fortunés mais de grand talent, ont pu au fil du temps mener à bien leurs travaux et voyager tout en partageant leur savoir et leur expérience. Le passage des étudiants au statut de guildien se fait lors de la Cérémonie du Guilder Constellé, qui revêt un caractère bien particulier dans l'escadre : les Guilders sont jetés à la mer depuis le vaisseau amiral où sont réunis tous les étudiants reçus, et chacun doit, à son tour, plonger pour le repêcher. Bien que des malchanceux se blessent, ou pire, perdent leur Guilder, à chaque cérémonie, des téméraires sautent régulièrement depuis le sommet du grand mât. Ceux-là font bien sûr l'admiration unanime de leurs pairs Babel L'aura de mystère qui nimbe cette académie est largement due aux ragots colportés au sein des guildes, car rares sont les témoignages crédibles à son sujet. En effet, les guildiens issus de cette institution sont particulièrement peu loquaces concernant leur formation, et les seuls à en parler sont habituellement des fanfarons qui ont tout juste entendu prononcer ce nom une fois ou deux. Les Babéliens, c'est ainsi qu'on nomme les guildiens ayant suivi le cursus de cette académie si particulière, occupent fréquemment des situations stratégiques dans une grande variété de guildes. Le recrutement s'interrompt souvent après la question fatidique : " et dans quelle académie avez-vous étudié? ". Généralement, le recruteur s'arrête, embarrassé, avant de donner sa bénédiction à l'embauche du postulant. Les décisions contraires sont rares et ont de fâcheuses conséquences la plupart du temps. Un certain nombre de guildes ont ainsi rencontré des difficultés inattendues et soudaines, administratives le plus souvent, suite à ce genre de situations. La faillite n'est pas systématique, mais les guildes concernées ont mis un certain temps à s'en remettre. Inutile de préciser qu'elles ne commettent pas cette erreur deux fois. Les seules choses qui ressortent du programme de cette académie sont les suivantes. Tout d'abord, les étudiants reçoivent une excellente formation à la gestion, à l'intendance et à l'administration de guildes et de comptoirs. Tous ont aussi une connaissance étonnamment pointue des rouages du Sénat de la Constellation, du Continent et des " habitudes " guildiennes, même lorsqu'il s'agit d'un premier poste. On a aussi pu noter que les Babéliens font preuve d'une grande psychologie, et qu'ils se prennent toujours d'intérêt pour les coutumes des populations locales. Ces derniers points expliquent leur réputation de " binoclards ", réputation qui a tendance à les mettre à l'écart dans les groupes de guildiens. Ils sont aussi souvent l'objet de blagues de plus ou moins bon goût de la part de leurs congénères, et se voient fréquemment dotés de sobriquets tous plus incongrus les uns que les autres. Enfin, il semblerait que les Babéliens soient toujours près à s'entraider et à collaborer pour trouver les solutions les plus avantageuses. Les confrontations entre Babéliens 20

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles RWANDA NEWS AGENCY GRANDS LACS HEBDO La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles Tuesday, 05 March 2013 17:49 by Gakwaya André La Fondatrice de l Edition Bakame au Rwanda

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses!

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses! LE SPECTACLE Dolores Dulce, une vieille dame venue d'un pays lointain d'amérique latine, Cuba, parcourt le monde avec son chariot porteur de friandises et d'histoires. Au passage, elle partage son univers

Plus en détail

NEWSLETTER Le CMV au rythme de 3 siècles de musique

NEWSLETTER Le CMV au rythme de 3 siècles de musique Septembre 2015 NEWSLETTER Le CMV au rythme de 3 siècles de musique Les 3 et 4 septembre dernier, le Crédit Mutuel de la Vallée a convié une partie de sa clientèle, officiels et autorités, notamment le

Plus en détail

Nom : Prénom : Date :

Nom : Prénom : Date : J observe le livre dans son ensemble, je le feuillette et je réponds aux 1) Je complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Collection Genre 2) Qui

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

Elfenland Règles du jeu

Elfenland Règles du jeu Home > Elfenland > Règles de base Choisir un jeu Elfenland Règles du jeu Idée du jeu Dans le Pays des Elfes, les jeunes elfes doivent passer une épreuve très particulière avant de pouvoir pénétrer dans

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Chers parrains, chers amis, chère famille

Chers parrains, chers amis, chère famille Jeudi 1 er Janvier 2015, Jet New s n 2 Chers parrains, chers amis, chère famille Tout d abord je crois qu il est important que je vous souhaite pleins de belles choses pour cette année 2015!! «Vivez, si

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano 5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano Ce guide peut être librement imprimé et redistribué gratuitement. Vous pouvez pouvez l'offrir ou le faire suivre à vos amis musiciens. En revanche,

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Tu as envie de bronzer? Tu as envie de marcher? Tu n as pas peur du noir? Tu as envie de faire du ski? Tu as envie de pêcher?

Tu as envie de bronzer? Tu as envie de marcher? Tu n as pas peur du noir? Tu as envie de faire du ski? Tu as envie de pêcher? Unité 3 LEÇON 1 A Répète puis écoute et montre la bonne image! 21-22 10 Envie de bronzer? Nous avons des plages! Envie d explorer? Nous avons des grottes! Envie de pêcher? Nous avons des rivières! Envie

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Ouvrages de références et objectifs

Ouvrages de références et objectifs Valise pédagogique Ouvrages de références et objectifs MESSAGE IMPORTANT: Prendre le temps de bien lire les histoires et d explorer la valise, ses activités et ce guide. Ouvrages de références Activités

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

Variante : Accompagnés de leurs parents, la mariée & le marié sont heureux de vous convier à leur mariage et vous invitent

Variante : Accompagnés de leurs parents, la mariée & le marié sont heureux de vous convier à leur mariage et vous invitent Faire-part : page 1 à 4 Quelques citations dans le thème : page 4 Cartons d invitation à la noce : page 5 Remerciements : page 6 P Les apiers Zenchantés Mariage - Propositions de textes. Faire-part : Traditionnels

Plus en détail

LE PROCÈS DE MACHIAVEL

LE PROCÈS DE MACHIAVEL LE PROCÈS DE MACHIAVEL II. L INTENTION POLITIQUE DE BOCCALINI Boccalini était-il antimonarchiste et républicain ou n était-il qu un observateur résigné, sarcastique, sceptique? Deux raisons principales

Plus en détail

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Notr'Canard Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Chers amis de la Confrérie St Hubert du Grand-Val, L'été de cette année aurait été plus propice à observer des limaces et des escargots

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

LA FEUILLE DE CHÊNE. Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente

LA FEUILLE DE CHÊNE. Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente LA FEUILLE DE CHÊNE Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente la force et la solidité. Sa feuille matérialise la vitalité qu elle

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

Bali : 14 années de découvertes compilées dans un guide culture et voyage

Bali : 14 années de découvertes compilées dans un guide culture et voyage Bali : 14 années de découvertes compilées dans un guide culture et voyage Tombés sous le charme de Bali lors d un premier voyage en 2000, Roselyne et Pierre-Yves sillonnent depuis l île des dieux. Après

Plus en détail

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI!"#-t-! $!#%&'!( PARTIE I? Expliquez ses idées en vos propres mots et commentez-les (environ

Plus en détail

Dossier de presse Holimeet

Dossier de presse Holimeet Dossier de presse Holimeet Mardi 9 juin 2015 holimeet@gmail.com holimeet.fr Table des matières Communiqué Présentation de Holimeet 3 4-5 Le concept Holimeet, dans la mouvance du tribalisme planétaire La

Plus en détail

ASSURANCE COLLECTIVE ACCIDENT VÉHICULE DE TRANSPORT PUBLIC CERTIFICAT D ASSURANCE

ASSURANCE COLLECTIVE ACCIDENT VÉHICULE DE TRANSPORT PUBLIC CERTIFICAT D ASSURANCE ASSURANCE COLLECTIVE ACCIDENT VÉHICULE DE TRANSPORT PUBLIC CERTIFICAT D ASSURANCE Le présent certificat comprend des limitations à la protection. Veuillez le lire attentivement, le conserver en lieu sûr

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

* Extraits d'un entretien effectué dans le Karyassa 'supres de membres d'un clan Tamashek, les Kel Taddak. Document présenté par Etienne Le Roy.

* Extraits d'un entretien effectué dans le Karyassa 'supres de membres d'un clan Tamashek, les Kel Taddak. Document présenté par Etienne Le Roy. (< Le chez soi pour nous, c'est l'eau 11 Cet entretien a été réalisé chez les Tamashek par J.-M. Yung le 30 novembre 1988, et traduit U au pied de la dune n. Il nous a impressionné. Le choix des extraits

Plus en détail

Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1

Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1 Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1 Ngoc-hoang, l empereur de Jade, le dieu suprême des cieux, vivait dans son royaume céleste où il possédait un palais

Plus en détail

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à Le Pavé Mosaïque «Mais à quel jeu jouent donc les francs maçons sur cet échiquier dessiné à même le sol du Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à la

Plus en détail

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Pourquoi traiter des devoirs et leçons avec les TDA/H? Parce que c est un des problèmes le plus souvent rencontrés avec les enfants hyperactifs

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des intervenants

Guide d accompagnement à l intention des intervenants TABLE RÉGIONALE DE L ÉDUCATION CENTRE-DU-QUÉBEC Campagne de promotion la de la lecture Promouvoir Guide d accompagnement à l intention des intervenants Présentation Le projet sur la réussite éducative

Plus en détail

Les trois brigands Episode 2. Les trois brigands Episode 2

Les trois brigands Episode 2. Les trois brigands Episode 2 Episode 1 Il était une fois trois vilains brigands, avec de grands manteaux noirs et de hauts chapeaux noirs. Les trois brigands Episode 1 Il était une fois trois vilains brigands, avec de grands manteaux

Plus en détail

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but DE MATÉRIEL CONSÉQUENCE POUR ET DE BUTALLOPHONES 1 Notion de phrase Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but 1 LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE CAUSE La subordonnée circonstancielle

Plus en détail

L ECOLE DE L ARNAQUE

L ECOLE DE L ARNAQUE L ECOLE DE L ARNAQUE Vous avez tous eu des projets de rénovation ou des projets d améliorations de votre habitation! Voici toutes les techniques de vente, les secrets des commerciaux, les pièges à éviter

Plus en détail

*L'écriture en Mésopotamie et en Égypte

*L'écriture en Mésopotamie et en Égypte *L'écriture en Mésopotamie et en Égypte -4000 à -3000 Le calculi L agriculture est une activité économique très importante en Mésopotamie. Cependant, le territoire n est pas riche en ressources naturelles

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

«Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA

«Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA «Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA Une enquête online auprès de 507 Françaises et Français détenant plus de 75000 euros d avoirs

Plus en détail

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Ça se passe chez nous, boulevard aux Oiseaux. Après l école, pour me rendre utile, j ai ciré l escalier jusqu à ce que ça reluise à mort. «Ça fera plaisir à papa»,

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants Présentation du livre Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants 17 X 23 cm, 100 pages, 2014, 12 Pourquoi un livre sur le jeu? Parce que jouer est un droit fondamental de l'enfant,

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer Découverte Complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Que voit- on sur la 1 ère page de couverture? C est l histoire q d un poisson q d une souris

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1

Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1 Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1 LE BRAQUEUR DU Crédit Lyonnais C est un matin comme tous les jours pierrent après un petit déjeuner vite pris part pour le journal où il travaille et comme

Plus en détail

ORIGINES : St Patrick, patron des Irlandais, serait né vers 385.

ORIGINES : St Patrick, patron des Irlandais, serait né vers 385. Fête célébrée le 17 mars (March 17th) par les Irlandais pour honorer SaintPatrick, un missionnaire qui a converti l Irlande au christianisme. ORIGINES : St Patrick, patron des Irlandais, serait né vers

Plus en détail

Il n'y a rien de plus beau qu'une clef

Il n'y a rien de plus beau qu'une clef Il n'y a rien de plus beau qu'une clef (tant qu'on ne sait pas ce qu'elle ouvre) Spectacle de contes, à partir de 12 ans. Durée 1h Synopsis Deux conteuses Une panne de voiture Un petit village vendéen

Plus en détail

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens!

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Daniel est un étudiant de quatrième année en génie minier à l Université de la Colombie-Britannique. Il aimerait travailler pour

Plus en détail

CATALOGUE TEAM BUILDING

CATALOGUE TEAM BUILDING CATALOGUE TEAM BUILDING Vos Objectifs Développer des valeurs collectives Motiver vos équipes de vente Changer les comportements au sein de votre entreprise Marquer une date exceptionnelle Organiser un

Plus en détail

Si c était une machine, ce serait un ordinateur génial pour voyager dans le temps et vers les autres continents.

Si c était une machine, ce serait un ordinateur génial pour voyager dans le temps et vers les autres continents. En classe, nous avons imaginé à quoi ressemblerait l école qui nous apprendrait à grandir heureux. Nous avons joué à «si c était» et improvisé, par ce jeu oral, autour du thème de l école de nos rêves

Plus en détail

«Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!»

«Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!» «Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!» Entreprendre une vie de couple est toujours un moment plein d excitation, de rêves et d espoir. Voici un nouveau départ, une nouvelle vie

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Quelques exemples de croyants célibataires

Quelques exemples de croyants célibataires Périodique de matière biblique pour les jeunes - Août 2013 - Numéro 16 Quelques exemples de croyants célibataires La situation du chrétien En 1 Corinthiens 7, Paul aborde le sujet du chrétien célibataire.

Plus en détail

Lire et comprendre 1

Lire et comprendre 1 Lire et comprendre 1 Faites place à Mini-Loup, indien des mers du Sud. Faites place à Mini-Loup, corsaire des mers du Sud. Faites place à Mini-Rat, corsaire des mers du Sud. L équipe tire et pousse la

Plus en détail

Marie Lébely. Le large dans les poubelles

Marie Lébely. Le large dans les poubelles Marie Lébely Le large dans les poubelles Prologue «La vitesse de conduction des fibres postganglionnaires est-elle du même ordre que celle des fibres nerveuses motrices du système nerveux somatique?» C

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE C est l histoire d une balle jaune en mousse. Coralie Guye et Hubert Chèvre. Avec la participation des élèves. Octobre 2011 Un beau matin d automne......notre classe

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

30 minutes 10 ans+ de 2-4 joueurs

30 minutes 10 ans+ de 2-4 joueurs 30 minutes 10 ans+ de 2-4 joueurs But du Jeu : L Astrolabe, ce magnifique instrument astronomique et astrologique permet de représenter le mouvement des astres sur la voûte céleste. Les joueurs, en le

Plus en détail

0:51 Au Moyen-Âge, les femmes prennent activement part aux métiers de l artisanat et du commerce. Elles ont obtenu une certaine indépendance.

0:51 Au Moyen-Âge, les femmes prennent activement part aux métiers de l artisanat et du commerce. Elles ont obtenu une certaine indépendance. 00:22 La ville au Moyen-Âge est un espace de liberté. Celui qui possède le droit du citoyen, a la possibilité d accéder à la prospérité par le travail et l intelligence. Cela vaut aussi pour les femmes,

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

épreuve possible pour tenter de soigner quelqu'un (max 1D6 ). sur un échec critique, le héros parvient à blesser encore plus son compagnon (-1D6 ).

épreuve possible pour tenter de soigner quelqu'un (max 1D6 ). sur un échec critique, le héros parvient à blesser encore plus son compagnon (-1D6 ). À l'aide de cette compétence, un personnage pourra tenter de réparer ou de fabriquer des objets rudimentaires, pour peu qu'il réussisse une épreuve d'adresse, et sans avoir besoin de connaître le sujet

Plus en détail

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE Présenté à M. Luc Saint- Hilaire Fait par Mélanie Hanley-Boutin 95 114 726 3 octobre 2011 École des arts visuels de l Université

Plus en détail

Les trois brigands partie1. Les trois brigands partie1

Les trois brigands partie1. Les trois brigands partie1 Les trois brigands partie1 Il était une fois trois vilains brigands, avec de grands manteaux noirs et de hauts chapeaux noirs. Le premier avait un tromblon, le deuxième un soufflet qui lançait du poivre,

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE PARTIE 1 Complétez les pointillés par une des réponses ci-dessus de manière que les phrases obtenues

Plus en détail

Une pseudo-science : 1. Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue?

Une pseudo-science : 1. Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue? Une pseudo-science : 1 Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue? Les revendications des astrologues sont rejetées par la communauté scientifique. Néanmoins, l astrologie est populaire. Même

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface PRÉFACE Avaient-ils le don d ubiquité? Aux origines de ce livre, il y a une constatation qui a suscité la curiosité du chercheur : parmi les représentants de l Angleterre à l étranger, certains appartiennent

Plus en détail

Réactions de deuil des enfants

Réactions de deuil des enfants Le deuil et ses effets 91 Réactions de deuil des enfants Rôle des parents en assistant les enfants dans le deuil Les enfants n ont pas la force émotionnelle de faire seuls leur deuil. Ils ont besoin de

Plus en détail

French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25%

French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25% French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25% Tâche 1 5 Vous allez entendre deux fois une série d annonces. Examinez les séries d images cidessous, puis, écoutez bien. Choisissez l image de

Plus en détail

Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité

Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité Sommaire. Présentation de l étude. Recommandation de venir en France Les étudiants étrangers en France

Plus en détail

LE DEVOIR DE SURVEILLANCE

LE DEVOIR DE SURVEILLANCE LE DEVOIR DE SURVEILLANCE Une obligation importante Principe de vigilance La surveillance des élèves doit être effective, vigilante et efficace. Elle doit être constante pendant la totalité du temps scolaire.

Plus en détail

Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise.

Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise. Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise. La zone de chalandise : une zone géographique de captation La zone de chalandise, ou zone d attraction, est le territoire géographique dans

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Ling Tsui dans son bureau de Paris avec le ministre Sun Jiadong

Ling Tsui dans son bureau de Paris avec le ministre Sun Jiadong 1 of 6 Vers la célébrité CHAPITRE 12: Demain est un mystère Un jour de 1991 où je me trouvais en réunion dans mon bureau de Paris avec le professeur Sun Jiadong, ministre chinois de l'industrie aérospatiale,

Plus en détail

Loi 12 Fautes et Incorrections (Partie 1 Fautes)

Loi 12 Fautes et Incorrections (Partie 1 Fautes) Loi 12 Fautes et Incorrections (Partie 1 Fautes) Sujets 2 Fautes Conditions de base pour une faute Direct Indirect Inadvertance, imprudence, excès de combativité Charger un adversaire Tenir un adversaire

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Une nuit magique dans l hiver

Une nuit magique dans l hiver Patrick ALLEN Une nuit magique dans l hiver A magic night in Winter Conte pour le temps de Noël 2009 ne nuit magiqu dans l hive 1 Il était une fois, dans une lointaine province située au nord d un immense

Plus en détail

Jeux et enjeux des cours de récréation du monde

Jeux et enjeux des cours de récréation du monde Table des matières 1. Introduction... 3 2. Qui sommes-nous?... 4 1. Lamy, 24 ans Passionnée de voyages... 4 2. Romain Hénot, 26 ans Aventurier... 4 3. Le projet... 5 1. L échéancier... 7 2. L itinéraire...

Plus en détail

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Notre programme se compose d'une formation de base (4 journées) et six formations en profondeur (le weekend, (samedi et dimanche). Vous pouvez vous inscrire

Plus en détail

FICHE ÉLÈVE. Déroulement. Activité 2 : Faites des hypothèses sur le sujet après avoir visionné une première fois la vidéo sans le son.

FICHE ÉLÈVE. Déroulement. Activité 2 : Faites des hypothèses sur le sujet après avoir visionné une première fois la vidéo sans le son. 1 TROISIÈME SECTEUR DE L ECONOMIE SECTEUR TERTIAIRE- LES SERVICES (3) L'ESSOR DE L'E-COMMERCE FICHE ÉLÈVE Déroulement Activité 1 : Parlez de cette image, faites des hypothèses sur le sujet. Activité 2

Plus en détail

ix questions à Guy Bérubé galeriste

ix questions à Guy Bérubé galeriste D ix questions à Guy Bérubé galeriste Guy Bérubé a complété des études dans le domaine de la photographie à Ottawa. Il a ensuite été photographe professionnel pendant dix ans. De 1990 à 2000, il a vécu

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe I la question d'israël 1 les origines et le conflit iraélo-arabe Le sionisme apparaît à la fin du XIXe siècle, à l'époque des nationalismes. Pour cette idéologie, les juifs doivent retourner sur la terre

Plus en détail

concours sois intense au naturel

concours sois intense au naturel concours sois intense Tu veux participer? Rends-toi sur le site, réponds au jeu-concours et cours la chance de gagner le grand prix, d une valeur approximative de 2 000 $, ou encore l une des nombreuses

Plus en détail