Conférence Citoyenne Ondes, santé, société

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conférence Citoyenne Ondes, santé, société"

Transcription

1 0 Conférence Citoyenne Ondes, santé, société Philippe Distler, Directeur Général de l ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes) Dimanche 26 avril 2009

2 1 Plan de la présentation I. Présentation de l ARCEP II. Panorama du marché des communications électroniques III.Les missions de l ARCEP en matière de régulation des marchés et des opérateurs mobiles

3 2 Présentation de l ARCEP

4 3 La mise en place de l ARCEP L Autorité de Régulation des Télécommunications (ART) a été mise en place le 5 janvier 1997, un an avant l ouverture totale du secteur des télécoms à la concurrence le 1 er janvier 1998 (le marché mobile avait été ouvert à la concurrence en 1990) Loi du 26 juillet 1996 ouvre le secteur à la concurrence: Liberté d exercice des activités de communications électroniques Maintien et développement du service public des communications électroniques (dont Service Universel) Indépendance de la fonction de régulation du secteur Le cadre juridique évolue en 2004 avec la transposition du «paquet télécom», ensemble de textes communautaires adoptés en 2002 La loi du 20 mai 2005 confie à l ART la régulation des activités postales : elle devient l ARCEP

5 4 Le fonctionnement de l ARCEP L ARCEP est une autorité administrative indépendante, soumise au contrôle du Parlement, du juge, de la Commission européenne C est une autorité collégiale de 7 membres L essentiel de l activité de l ARCEP se matérialise sous la forme de décisions et d avis adoptés par le Collège (1447 en 2008) Les services de l ARCEP : Placés s sous la responsabilité du Directeur GénéralG 168 collaborateurs en 2008, dont 40 % de fonctionnaires et 60 % d agents d contractuels 8 services et 2 missions transversales Moyens de fonctionnement : En 2008, 22,43 millions En 2008, 22,43 millions en autorisations d engagement et 22,23 millions en crédits de paiement

6 5 Les objectifs Fourniture et financement du Service Universel Concurrence effective et loyale au bénéfice des utilisateurs Développement de l emploi, de l investissement efficace dans les infrastructures, de l innovation, de la compétitivité Définir les conditions d accès et d interconnexion aux réseaux qui garantissent la libre communication et l égalité des conditions de concurrence Respect du secret des correspondances Respect de l ordre public et des obligations de défense et de sécurité publique Prise en compte de l intérêt des territoires et des utilisateurs handicapés Utilisation partagée des installations Non discrimination entre opérateurs

7 6 Les objectifs Utilisation et la gestion efficaces des fréquences et numéros Niveau élevé de protection du consommateur Neutralité technologique Intégrité et sécurité des réseaux

8 7 L organigramme de l ARCEP

9 8 Les relations institutionnelles de l ARCEP Contrôle par la Commission européenne Contrôle par le Parlement Contrôle des juges (Conseil d Etat, Tribunal Administratif de Paris, Cour d appel de Paris, Cour des comptes) Relations avec le Gouvernement Autorités administratives indépendantes : Autorité de la Concurrence, CSA, CNIL, CRE Dialogue avec les Collectivités (le Comité des Réseaux d Initiative Publique -CRIP) Comité consommateurs Consultations du secteur Relations avec les autres ARN (Groupe des Régulateurs Européens)

10 9 Secteur postal - Missions de l ARCEP La délivrance d autorisations aux opérateurs sur le marché des envois de correspondance intérieure et sur les envois transfrontières (21 opérateurs autorisés) et la mise en œuvre des droits et obligations attachés Le contrôle de la mission de service universel de La Poste, et notamment de ses obligations en matière de qualité de service Le contrôle comptable et tarifaire du prestataire du service universel Avis sur les lois et règlements postaux

11 10 Communications électroniques - Les principales fonctions de l ARCEP (1/2) Les compétences associées aux analyses concurrentielles des marchés : une procédure en 3 étapes fixée par le cadre règlementaire communautaire de 2002 : 1. Définition des marchés pertinents pour une régulation ex ante 2. Désignation du (ou des) opérateur(s) disposant d une influence significative sur chacun de ces marchés 3. imposition et mise en œuvre d obligations à ces opérateurs dominants Les modalités des analyses : Consultation publique des acteurs Consultation de l Autorité de la Concurrence Notification de la Commission européenne et des Autorités de régulation nationales européennes Durée de validité des analyses : 3 ans maximum La procédure permet de déréguler les marchés au fur et à mesure de la mise en place d une concurrence effective Obligations générales s appliquant à tous les opérateurs (décisions soumises à homologation du Ministre chargé des communications électroniques)

12 11 Communications électroniques - Les principales fonctions de l ARCEP (2/2) La gestion des ressources rares : fréquences et numérotation Attribution de ressources en fréquences et en numérotation aux opérateurs Correspond à plus de la moitié des décisions adoptées par le Collège L Autorité définit les modalités d attribution de fréquences (soumissions comparatives, enchères, etc.) Le contrôle du service universel (notamment le financement des obligations de service universel) Le contrôle des obligations des opérateurs déclarés

13 12 Les moyens d action de l ARCEP Pouvoirs d enquête et recueil d informations Règlements de différends Pouvoir de sanction Pouvoir de saisine de l Autorité de la Concurrence par le Président de l ARCEP

14 13 Panorama du secteur des communications électroniques Les marchés Taux d équipement des français

15 14 Revenu de l ensemble du marché des services de communication électroniques Téléphonie fixe 26% Transport de données 5% Répartition des revenus des opérateurs sur le marché final en 2008 Internet 13% Liaisons louées 4% Services à valeur ajoutée 6% Services mobiles 46% Le revenu total engendré par le marché des services de communications électroniques s élève à environ 40 milliards d euros en Les recettes des services de téléphonie t fixe, mobile et Internet en représentent 85%. Le marché résidentiel en représente 64%. Revenus des services Fixes et Mobiles Le mobile est le 1er poste de revenu depuis mi 2003 (en 2008 il représente près s de 46% du marché). Les revenus des opérateurs croissent régulir gulièrement (+5.9% en 2008) Les services fixes (téléphonie et Internet) représentent 39% du marché - La diffusion croissante d Internet d haut débit d alimente la progression des revenus des opérateurs (+20% en 2008)... - quand leurs revenus issus de la téléphonie t fixe s és érodent progressivement (-3,6%( en 2008). M illiards d' HT 35 27,6 29,2 30,3 31,4 31,9 33,2 34, , ,5 21, ,0 18, ,0 10, , p Services fixes dont Internet Services mobiles dont téléphonie fixe Revenu total Fixe et mobile

16 15 Volumes de l ensemble du marché 210 milliards de minutes en 2008 Le trafic au départ des mobile: ~102 Milliards de minutes, a quasiment rattrapé le trafic au départ des réseaux fixes : ~109 Milliards de minutes, désormais stable. millions de minutes Evolution des volumes de téléphonie fixe et mobile p (en milliards) 40,0 30,0 20,0 10,0 0, Nombre de SMS interpersonnels p Téléphonie fixe Services mobiles Explosion du nombre de SMS émis : environ 34 milliards de SMS en 2008, en croissance de près de 80% soit 15 milliards de plus qu en 2007.

17 16 Abonnements Internet et voix sur IP Millions d'unités Millions 18,0 16,0 14,0 12,0 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0 3,0 5,3 0,6 Nombre d'abonnements à Internet 1,7 3,6 6,4 7,5 7,0 6,6 9,5 12,7 5,4 3,7 2,6 15,8 17,7 1,5 1, p 14% 0,9 6,6 Abonnements bas débit Abonnements haut débit Abonnements Internet haut débit et à la VoIP 36% 3,4 9,5 52% 6,7 12,7 69% 10,9 15,8 81% 14, p Abonnements à la VoIP (adsl et câble) Abonnements Internet haut débit Part des abonnements VoIP dans le nombre d'accès haut débit 17,7 100% 80% 60% 40% 20% 0% 18,7 millions d abonnements Internet fin 2008 (+1,9 millions en un an). le marché est porté par la croissance du nombre d abonnements haut débit d (17,7 millions d abonnements d fin 2008). le nombre d abonnements d ADSL s élève à 16,8 millions, soit 95% des abonnements hauts débit. d 1,0 million d abonnements d sur des accès s bas débit d (en recul rapide depuis plusieurs années). Voix sur IP La diffusion rapide des offres «multiplay» est à l origine de la croissance rapide de la VoIP. 81% des 17,7 millions d accd accès à Internet haut débit d sont couplés à un abonnement à la voix sur IP fin 2008 contre moins de 70% en 2007.

18 17 Marché de la téléphonie mobile Millions d'unités 70 Nombre de clients des opérateurs mobiles 60 Abonnements 58,1 millions de clients en décembre Le nombre d abonnements progresse d environ 5% en 2008 contre 7% les 2 années précédentes. 2,7 millions de clients en plus en un an. 39,2 millions en forfaits et 18,9 millions en prépay payé. Les forfaits représentent désormais 68% du nombre total de clients. 3,0 millions de clients chez les MVNO soit 5% du parc mobile % 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 7,3 13,3 13,8 15,8 18,0 17,1 17,1 17,1 18,8 21,5 24,6 27, p 64% 35% Abonnements et forfaits 17,6 30,5 Cartes prépayées 18,1 33,6 Evolution de la part des forfaits et des cartes prépayées 53% 51% 56% 59% 62% 47% 49% 44% 41% 38% 63% 37% 65% 35% 19,0 36,3 66% 34% 18,8 39,3 68% 32% p Abonnements et forfaits Cartes prépayées

19 18 Téléphonie mobile : usages du multimédia mobile et des réseaux 3G Utilisateurs actifs des services multimédia fin 2008 Parc multimédia mobile : 18,7 millions (32% du parc mobile) Usage des services multimédias mobile (Services multimédias: Wap, I-mode, MMS ou encore ) 18,7 millions d utilisateurs au mois de décembre 2008 Soit 32% du parc mobile Utilisateurs actifs de la 3G fin 2008 Parc d'utilisateurs de la 3G mobile : 11,4 millions (20% du parc mobile) Usage des réseaux mobiles 3G le nombre des utilisateurs actifs de la 3G est de 11,4 millions fin 2008 contre 5,9 millions fin 2007 soit 20% du parc mobile

20 19 Panorama du secteur des communications électroniques Les marchés Taux d équipement des français

21 20 Téléphonie fixe : taux d équipements des foyers Source : «La référence des Equipements Multimedia» Médiamétrie / GfK Taux d'équipem ent des foyers (téléphonie fixe et m obile) (en %) ,0% ,0% Equipement en téléphonie fixe et mobile 85% des adultes disposent d au moins une ligne fixe à leur domicile (juin 2008). Après un palier de 2005 à 2007, l année 2008 marque une certaine reprise de l équipement en téléphonie fixe. L équipement personnel en téléphonie mobile progresse de 3 points en un an. 78% des adultes sont équipés en juin Téléphonie fixe (bas débit + ADSL) Téléphonie mobile

22 21 Téléphonie fixe : taux d équipements des foyers Source : «La référence des Equipements Multimedia» Médiamétrie / GfK (en %) Taux d'équipem ent des foyers (m icro-ordinateur et Internet) ,7% 50 57,8% Equipement en microordinateur et Internet Près de 65% des ménages sont équipés d un micro-ordinateur et près de 58% sont connectés à Internet à leur domicile à fin 2008). L écart entre l équipements en micro-ordinateur et l équipement en connexion Internet se réduit. Micro-ordinateur Internet

23 22 Téléphonie fixe : taux d équipement des foyers selon l âge Source : «La référence des Equipements Multimedia» Médiamétrie / GfK 100,0% 90,0% 80,0% 70,0% 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% Taux d'équipement des foyers en téléphonie fixe selon l'âge de la personne de référence T T T T T T T T T T ans ans ans ans 65 ans et plus T Reprise de l équipement en téléphonie fixe : impulsée par l attrait des services à haut débit portés par les réseaux fixes, Internet, téléphonie et télévision, Elle s observe surtout dans les catégories d âge qui avaient, dans la période précédente, le plus contribué à la baisse. chez les ménages de moins de 35 ans, à partir de la mi dans la classe d âge supérieure en 2008 (le taux d équipement des ans repasse au dessus du seuil de 80%)

24 23 Equipement en téléphone fixe et mobile Source : CREDOC, Enquêtes «Conditions de vie et Aspirations des Français». en % Equipement en téléphone fixe en mobile depuis Champ : personnes de 18 ans et plus Pas de téléphone Fixe seulement Fixe et mobile Mobile seulement Taux d équipement en téléphone fixe et mobile 14% des personnes de plus de 18 ans sont équipées seulement d un poste mobile (-1 point par rapport à 2007). L évolution, rapide, de l équipement des jeunes adultes est en grande partie à l origine du développement du double équipement (64% en 2008) 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Equipement en téléphone fixe et mobile selon la catégorie socio-professionnelle Champ : personnes de 12 ans et plus - le taux de cumul d un équipement fixe et d un équipement mobile 24 varie selon les catégories 48 sociales : le «mono-équipement» en téléphonie mobile reste 61 important pour les personnes dont les revenus sont les plus 46 modestes, ouvriers et employés en particulier (respectivement 24% et 18%) Indépendants Cadres Professions intermédiaires Employés Ouvriers Retraités Etudiants et élèves Pas de téléphone Fixe seulement Fixe et mobile Mobile seulement

25 24 Les missions de l ARCEP en matière de régulation des marchés et des opérateurs mobiles Régulation des marchés Régulation des opérateurs

26 25 L ARCEP a une mission de régulation concurrentielle des marchés mobiles (1/2) L ARCEP a pour mission le développement d une concurrence effective et loyale entre opérateurs A ce titre, l ARCEP n intervient pas directement sur les marchés de détail (sauf cas exceptionnel, comme le roaming*) : les tarifs des prestations vendues aux consommateurs sont déterminés par le jeu concurrentiel Elle met en œuvre la régulation concurrentielle des prestations dites «de gros», ce qui inclut par exemple : les tarifs et conditions de l interconnexion entre opérateurs la portabilité des numéros Représentation schématique simplifiée des types de prestations commerciales offertes sur le marché de la téléphonie mobile Consommateur A Opérateur du consommateur A Opérateur du consommateur B Consommateur B Prestations de détail Prestations de gros Prestations de détail *roaming ou encore «itinérance internationale» : réception et émission d appels à l étranger

27 26 L ARCEP a une mission de régulation concurrentielle des marchés mobiles (2/2) Cette régulation concurrentielle des marchés mobiles bénéficie in fine aux consommateurs, en stimulant le développement de nouvelles offres et services pour les consommateurs Par exemple : Evolution des volumes de téléphonie fixe et mobile La régulation des tarifs d interconnexion entre opérateurs a permis le lancement d offres d appels voix ou SMS en illimité vers tous les opérateurs (plutôt que vers un seul opérateur) et le développement des usages (explosion des volumes de voix et SMS) millions de minutes p Téléphonie fixe Services mobiles au cours des cinq dernières années, l obligation de portabilité du numéro et l amélioration du processus a permis à plus de trois millions de consommateurs de changer d opérateur tout en conservant leur numéro

28 27 Le cadre sectoriel des communications électroniques découle du cadre européen Les missions de l ARCEP découlent du cadre européen et la régulation sectorielle est mise en œuvre par l ARCEP dans ce cadre et en coordination avec la Commission européenne et les autres Autorités de régulation européennes Le travail mené en collaboration avec Bruxelles sur la régulation des tarifs «de roaming» a permis de réduire les prix des appels émis à l étranger de 37 %, ceux des appels reçus de 17 %. Une prolongation de ce travail est en cours, ainsi qu un travail sur la régulation des SMS et de la data à l étranger 0,9 0,8 0,7 0,6 Prix moyen hors taxe pour les appels émis et reçus en itinérance en Europe par les clients français Entrée en vigueur du règlement sur l'itinérance Appels émis Appels reçus euro/minute 0,5 0,4 0,3 0,2 0, T T T T T T3

29 28 Les missions de l ARCEP en matière de régulation des marchés et des opérateurs mobiles Régulation des marchés Régulation des opérateurs

30 29 L ARCEP gère l attribution des fréquences utilisées par les opérateurs mobiles Les fréquences mobiles sont une ressource rare dont l utilisation doit être régulée Les fréquences radioélectriques existent en quantité limitée Deux opérateurs ne peuvent utiliser les mêmes fréquences : risque de brouillage Si on veut garantir la qualité du service, l ARCEP doit donc donner des autorisations individuelles pour chaque utilisation de bande de fréquences. Les opérateurs mobiles ont ainsi chacun une autorisation de l ARCEP En contrepartie du droit d utiliser les fréquences, l ARCEP impose des obligations aux opérateurs Obligations de couverture (99% de la population), publication de cartes de couverture et vérification de ces cartes par des enquêtes sur le terrain chaque année Obligations de qualité de service et réalisation r d enquêtes d de qualité de service chaque année e pour vérifier v ces obligations Paiement de redevances (50 à 100 millions d euros d par opérateur et par an) L ARCEP est par ailleurs responsable du respect de la réglementation par les opérateurs. A ce titre, elle peut sanctionner : Un non respect des obligations précit citées (obligations de couverture, de qualité de service ) Un non respect des dispositions réglementaires r générales g (exemple : non respect des valeurs limites d exposition d du public aux champs électromagnétiques tiques définies d par le Premier Ministre)

31 30 Exemple de carte de couverture (en foncé : la 3G+ ; en clair : le GSM)

32 31 Résultats des enquêtes de qualité de service pour la téléphonie Amélioration depuis l an dernier Dégradation depuis l an dernier

33 32 Résultats des enquêtes de qualité de service pour l Internet mobile

34 33 QUESTIONS? Pour plus d infos

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ;

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ; Avis n 00 1026 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 4 octobre 2000 sur les décisions tarifaires de France Télécom n 00 090 relative à la commercialisation des contrats "Ligne Locale"

Plus en détail

Marketing CONSIGNES SUJET. Durée de l épreuve: 2 heures. Ce cas a été rédigé par IECS Strasbourg. RELLE 2

Marketing CONSIGNES SUJET. Durée de l épreuve: 2 heures. Ce cas a été rédigé par IECS Strasbourg. RELLE 2 Marketing Ce cas a été rédigé par IECS Strasbourg. Durée de l épreuve: heures. CONSIGNES Aucun document n est autorisé. Calculatrices autorisées. AVERTISSEMENT: Le cas Bouygues Telecom a pour but de repérer

Plus en détail

portant sur les conditions d application et de mise en œuvre de l essai de reproductibilité économique

portant sur les conditions d application et de mise en œuvre de l essai de reproductibilité économique Projet de RÈGLEMENT 14/XXX/ILR DU XX 2014 portant sur les conditions d application et de mise en œuvre de l essai de reproductibilité économique Secteur Communications électroniques La Direction de l Institut

Plus en détail

Accord (Système -) Abattement Abonnement (Système de l -) Accises

Accord (Système -) Abattement Abonnement (Système de l -) Accises A Abattement : L abattement correspond à une diminution forfaitaire de la matière imposable. La fraction représentative de cet abattement est ainsi exclue du calcul de l impôt. L exemple peut être donné

Plus en détail

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012 Offre promotionnelle : Lancement de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Fin de l offre promotionnelle : Click here to enter a date. Différences / avantages de l offre promotionnelle :

Plus en détail

Les caractéristiques des opérateurs

Les caractéristiques des opérateurs RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Juillet 2013 Les chiffres clé des communications électroniques et postales en France Chiffres 2012 Les caractéristiques des opérateurs Sauf précision contraire, les chiffres présentés

Plus en détail

Analyse : Ouverture du câble à la concurrence

Analyse : Ouverture du câble à la concurrence Les Analyses du Centre Jean Gol Analyse : Ouverture du câble à la concurrence Olivier Colin Novembre 2015 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique :

Plus en détail

Résultats du 1 er semestre 2005

Résultats du 1 er semestre 2005 Présentation aux analystes 12-13 Septembre 2005 Résultats du 1 er semestre 2005 Avertissement Cette présentation contient des informations de nature prévisionnelle concernant Maroc Telecom. Ces informations

Plus en détail

Projet de Décision de l'institut Luxembourgeois de Régulation concernant les marchés de l'accès au réseau téléphonique public en position déterminée

Projet de Décision de l'institut Luxembourgeois de Régulation concernant les marchés de l'accès au réseau téléphonique public en position déterminée Projet de Décision de l'institut Luxembourgeois de Régulation concernant les marchés de l'accès au réseau téléphonique public en position déterminée pour la clientèle résidentielle et non résidentielle

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Décret n o 2007-1282 du 28 août 2007 relatif aux aides à l investissement immobilier

Plus en détail

IMPULSION CONSEIL INNOVATION

IMPULSION CONSEIL INNOVATION f FORMULAIRE DE DEMANDE SUBVENTION IMPULSION CONSEIL INNOVATION FORMULAIRE, ACCOMPAGNÉ DE LA PROPOSITION DÉTAILLÉE DU PRESTATAIRE CONSEIL, À RETOURNER PAR LE PORTEUR DE PROJET LE PORTEUR DE PROJET Nom

Plus en détail

Observatoire annuel du marché des

Observatoire annuel du marché des Observatoire annuel du marché des RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LES SERVICES DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES DANS LES DÉPARTEMENTS ET COLLECTIVITÉS D OUTRE-MER ANNEE 2015 OBSERVATOIRE DES MARCHES DES COMMUNICATIONS

Plus en détail

Consultation publique relative à l analyse des marchés des services de capacité

Consultation publique relative à l analyse des marchés des services de capacité Avril 2010 Consultation publique relative à l analyse des marchés des services de capacité Synthèse des contributions à la consultation publique - 1 - Acteurs ayant répondu à la consultation publique :

Plus en détail

Postes et télécommunications

Postes et télécommunications Postes et télécommunications L usage des TIC génère de nouveaux revenus La croissance de l ensemble de la branche postes et télécommunications ralentit légèrement : l activité augmente de 4,6 % en 2006,

Plus en détail

Le marché des communications électroniques dans les DÉPARTEMENTS ET COLLECTIVITÉS D OUTRE-MER - Année

Le marché des communications électroniques dans les DÉPARTEMENTS ET COLLECTIVITÉS D OUTRE-MER - Année 28 mai 2015 Le marché des communications électroniques dans les DÉPARTEMENTS ET COLLECTIVITÉS D OUTRE-MER - Année 2014 - (extrait de l Observatoire annuel des services de communications électroniques Résultats

Plus en détail

Évolution des paniers de consommation et des indices des prix des services des télécommunications au Maroc sur la période 2008-2011 Rapport public

Évolution des paniers de consommation et des indices des prix des services des télécommunications au Maroc sur la période 2008-2011 Rapport public Évolution des paniers de consommation et des indices des prix des services des télécommunications au Maroc sur la période 2008-2011 Rapport public Février 2012 Évolution des paniers et Indices des prix

Plus en détail

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012

Fiche signalétique d un service de téléphonie mobile version du 24/08/2012 Offre promotionnelle : Lancement de l offre promotionnelle : Fin de l offre promotionnelle : Différences / avantages de l offre promotionnelle : Lien vers l offre promotionnelle : 1. Nom de l entreprise

Plus en détail

Lancement officiel de la Plateforme UpM sur le marché régional de l électricité

Lancement officiel de la Plateforme UpM sur le marché régional de l électricité Lancement officiel de la Plateforme UpM sur le marché régional de l électricité Intervention du Docteur Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 12 octobre

Plus en détail

Une dynamique portée par le mobile et la mobilité restreinte

Une dynamique portée par le mobile et la mobilité restreinte Une dynamique portée par le mobile et la mobilité restreinte Synthèse des constats : Les infrastructures TIC La téléphonie : La téléphonie mobile s est très fortement développée au Maroc tant en nombre

Plus en détail

ANNEXE À LA DECISION N 000179/MPT/SG/DPE DU 07 OCT

ANNEXE À LA DECISION N 000179/MPT/SG/DPE DU 07 OCT ANNEXE À LA DECISION N 000179/MPT/SG/DPE DU 07 OCT. 2003 PORTANT DESIGNATION ET ATTRIBUTIONS DU FOURNISSEUR LOCAL PROVISOIRE D ACCES AU SEGMENT SPATIAL CAHIER DES CHARGES Cahier des charges de CAMTEL comme

Plus en détail

Dîner-débat : «Combattre le chômage, les solutions des patrons alsaciens» *** Vendredi 27 Mars 2015, Hôtel Europe à Horbourg-Wihr

Dîner-débat : «Combattre le chômage, les solutions des patrons alsaciens» *** Vendredi 27 Mars 2015, Hôtel Europe à Horbourg-Wihr Dîner-débat : «Combattre le chômage, les solutions des patrons alsaciens» *** Vendredi 27 Mars 2015, Hôtel Europe à Horbourg-Wihr Déroulement : 1. Constat : L emploi en Alsace Lucas Fattori, responsable

Plus en détail

Le rôle du régulateur, expérience de l ANRT quant à son mandat, son organisation, ses pouvoirs de mise en application et de règlement des différends?.

Le rôle du régulateur, expérience de l ANRT quant à son mandat, son organisation, ses pouvoirs de mise en application et de règlement des différends?. Le rôle du régulateur, expérience de l ANRT quant à son mandat, son organisation, ses pouvoirs de mise en application et de règlement des différends?. ANRT: agence nationale de réglementation des télécoms

Plus en détail

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE

Plus en détail

Marchés passés par les concessionnaires d autoroutes

Marchés passés par les concessionnaires d autoroutes L essentiel N 96 - MARCHES n 25 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 15 septembre 2015 ISSN 1769-4000 LOI MACRON Marchés passés par les concessionnaires d autoroutes Dans le cadre du plan de

Plus en détail

Autonomie financière, marges de manœuvres budgétaires et fiscalité locale

Autonomie financière, marges de manœuvres budgétaires et fiscalité locale Autonomie financière, marges de manœuvres budgétaires et fiscalité locale Atelier organisé par le Forum pour la gestion des villes et des collectivités territoriales Intervenants : Gérard BURN, directeur

Plus en détail

Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE

Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE Octobre 2015 Sommaire 1. Le programme Adultes-Relais...3 Présentation du programme adultes-relais pour l année 2014... 4 Les domaines

Plus en détail

Cent quarantième session. Rome, 10-14 octobre 2011. Dotation en effectifs des services de trésorerie

Cent quarantième session. Rome, 10-14 octobre 2011. Dotation en effectifs des services de trésorerie Août 2011 FC 140/10 F COMITÉ FINANCIER Cent quarantième session Rome, 10-14 octobre 2011 Dotation en effectifs des services de trésorerie Pour toute question concernant le contenu de ce document, veuillez

Plus en détail

Vu le règlement n 360/2012 de la Commission européenne du 25 avril 2012 relatif aux aides dites de minimis,

Vu le règlement n 360/2012 de la Commission européenne du 25 avril 2012 relatif aux aides dites de minimis, Convention relative au versement d une Subvention d Investissement en faveur du Groupe Hospitalier du Centre Alsace à COLMAR pour l installation de 18 nouvelles places d EHPAD transférées du Centre Départemental

Plus en détail

Le Directeur général de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

Le Directeur général de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision du Directeur général de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 23 mars 2009 portant mise en demeure de la société France Télécom de se conformer aux

Plus en détail

Objet: projet d accord de coopération entre les Centres publics d action sociale et l Office du travail de la Communauté germanophone (A/2010/002)

Objet: projet d accord de coopération entre les Centres publics d action sociale et l Office du travail de la Communauté germanophone (A/2010/002) 1/11 Avis n 07/2010 du 17 mars 2010 Objet: projet d accord de coopération entre les Centres publics d action sociale et l Office du travail de la Communauté germanophone (A/2010/002) La Commission de la

Plus en détail

Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement rural Fonds européen pour la pêche

Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement rural Fonds européen pour la pêche Comité de suivi des programmes européens de la période 2007-2013 Dossier de Presse FSE FEDER FEADER FEP Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement

Plus en détail

MISSION DE PROSPECTION «MARCHE DE LA DECORATION ET DE TEXTILE D AMEUBLEMENT EN RUSSIE»

MISSION DE PROSPECTION «MARCHE DE LA DECORATION ET DE TEXTILE D AMEUBLEMENT EN RUSSIE» «MARCHE DE LA DECORATION ET DE TEXTILE D AMEUBLEMENT EN RUSSIE» Du 14 au 17 octobre 2013 Rencontrez les distributeurs et les professionnels à Moscou La Russie, marché très vaste et en forte croissance

Plus en détail

notre responsabilité sociale & environnementale

notre responsabilité sociale & environnementale notre responsabilité sociale & environnementale 2015 Une conscience et une responsabilité sociétale La RSE est désormais au cœur de nombreuses communications. La RSE n est plus un simple phénomène de mode

Plus en détail

Résultats consolidés des neuf premiers mois 2012

Résultats consolidés des neuf premiers mois 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE Rabat, le 30 octobre 2012 Résultats consolidés des neuf premiers mois 2012 Résultats en ligne avec les objectifs annoncés : Au Maroc : - Poursuite de la forte croissance des parcs

Plus en détail

Les organismes nationaux de réglementation dans les pays en développement: le VoIP et les questions de politique réglementaire

Les organismes nationaux de réglementation dans les pays en développement: le VoIP et les questions de politique réglementaire Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays membres du Groupe TAF Bamako (Mali), 7-9 avril 2003 Les organismes nationaux de réglementation dans les pays en développement: le VoIP et les questions

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 106/2010 France Prolongation des financements des CTI et des CPDE.

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 106/2010 France Prolongation des financements des CTI et des CPDE. COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 08.09.2010 C(2010)6217 Objet : Aide d État N 106/2010 France Prolongation des financements des CTI et des CPDE. Monsieur le Ministre, 1. Procédure (1) Par courrier électronique

Plus en détail

Cahier des charges pour l évaluation externe. Association Adef Résidences

Cahier des charges pour l évaluation externe. Association Adef Résidences Cahier des charges pour l évaluation externe Association Adef Résidences SOMMAIRE Introduction - Adef Résidences, présentation... 5 Prestations d évaluations externes... 7 Article 1-2... 8 Article 3-4...

Plus en détail

Le régime juridique du commerce électronique à la lumière de loi pour la confiance dans l économie numérique :

Le régime juridique du commerce électronique à la lumière de loi pour la confiance dans l économie numérique : Bernard SAVONNET 1/5 Le régime juridique du commerce électronique à la lumière de loi pour la confiance dans l économie numérique : Leçon 1 : courrier électronique, publicité, prospection La loi n 2004-575

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 8 août 4 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES er SEMESTRE 4 SOLIDES PERFORMANCES COMMERCIALES RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT : 4 MILLIONS D EUROS RÉSULTAT NET : 4 MILLIONS D EUROS, BÉNÉFICIANT D ÉLÉMENTS

Plus en détail

phénomènes de spéculation et de constitution de réserves doivent être évités, et la couverture la plus large possible des services doit être assurée.

phénomènes de spéculation et de constitution de réserves doivent être évités, et la couverture la plus large possible des services doit être assurée. Réponse de TDF à la consultation publique de l ARCEP sur les enjeux liés aux nouvelles fréquences pour les réseaux d accès aux services de communications électroniques TDF remercie l Autorité de lui donner

Plus en détail

Autorité de régulation des télécommunications 1/5

Autorité de régulation des télécommunications 1/5 Décision n 00 813 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 28 juillet 2000 établissant pour 2001 la liste des opérateurs exerçant une influence significative sur le marché du service

Plus en détail

DOCUMENT NON CONFIDENTIEL Les données et informations protégées par la loi ont été remplacées par la mention [ ]

DOCUMENT NON CONFIDENTIEL Les données et informations protégées par la loi ont été remplacées par la mention [ ] RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 2016-0504-FR de la formation restreinte de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 14 avril 2016 portant sanction à l encontre

Plus en détail

Loi n 02-01 du 22 Dhou El Kaada 1422 correspondant au 5 février 2002 relative à l'électricité et à la distribution du gaz par canalisations.

Loi n 02-01 du 22 Dhou El Kaada 1422 correspondant au 5 février 2002 relative à l'électricité et à la distribution du gaz par canalisations. Loi n 02-01 du 22 Dhou El Kaada 1422 correspondant au 5 février 2002 relative à l'électricité et à la distribution du gaz par canalisations. Le Président de la République, Vu la Constitution, notamment

Plus en détail

Introduc)on à la comptabilité analy)que télécoms Généralités et terminologie

Introduc)on à la comptabilité analy)que télécoms Généralités et terminologie 1 Introduc)on à la comptabilité analy)que télécoms Généralités et terminologie 2 Définition La comptabilité analytique est un outil d aide à la décision. Elle peut être définie comme l ensemble des techniques

Plus en détail

allégements fiscaux Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique

allégements fiscaux Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique Nestlé, Vevey Alain Herzog / EPFL allégements fiscaux création, implantation et développement d entreprises EE TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

I. Contexte ch. 1-7 Entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat faisant l objet d un contrôle annuel

I. Contexte ch. 1-7 Entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat faisant l objet d un contrôle annuel Autorité fédérale de surveillance en matière de révision ASR Circulaire 1/2010 concernant le reporting des entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat à l intention de l Autorité de surveillance

Plus en détail

Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise. Guide des négociateurs

Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise. Guide des négociateurs Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise Guide des négociateurs La protection sociale complémentaire en entreprise Complémentaire santé prévoyance - retraite 2 Préambule L offre

Plus en détail

Rôle central du consommateur : quelle incidence sur la régulation symétrique

Rôle central du consommateur : quelle incidence sur la régulation symétrique Rôle central du consommateur : quelle incidence sur la régulation symétrique MESSAN Beugré Directeur de la Réglementation et des Affaires Juridiques messan@atci.ci Conakry vendredi 22 juillet 2011 1 La

Plus en détail

Nombre d annexes : 4. Decision du Directeur Général de FranceAgriMer. INTV-SANAEI- 2016-21 du 22 avril 2016

Nombre d annexes : 4. Decision du Directeur Général de FranceAgriMer. INTV-SANAEI- 2016-21 du 22 avril 2016 Decision du Directeur Général de FranceAgriMer INTV-SANAEI- 2016-21 du 22 avril 2016 Direction Interventions Unité Entreprises et Filières 12 rue Henri Rol-Tanguy TSA 20002 93555 Montreuil cedex Dossier

Plus en détail

Autorité de Réglementation des secteurs de Postes et de Télécommunications

Autorité de Réglementation des secteurs de Postes et de Télécommunications MINISTERE DE L EQUIPEMENT, DES MINES ET DES POSTES ET TELECOMMUNICATIONS ------------------ CABINET ARRETE N 002/MEMPT/CAB RELATIF AUX CONDITIONS DE DELIVRANCE DES AUTORISATIONS D EXPLOITATION DES SERVICES

Plus en détail

Le partage d infrastructures sur les marchés fixes et mobiles en France un cadre réglementaire incitatif

Le partage d infrastructures sur les marchés fixes et mobiles en France un cadre réglementaire incitatif Le partage d infrastructures sur les marchés fixes et mobiles en France un cadre réglementaire incitatif Jacques STERN membre du Collège de l ARCEP 25 mai 2016 Sommaire 1. Chapitre 1 : Régulation des réseaux

Plus en détail

DÉCRET n. relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise

DÉCRET n. relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social DÉCRET n relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise Publics concernés :

Plus en détail

Extrait plan stratégique ARCEP-BENIN

Extrait plan stratégique ARCEP-BENIN Extrait plan stratégique ARCEP-BENIN 2015-2018 1 2 Extrait plan stratégique ARCEP-BENIN 2015-2018 S O M M A I R E VISION DE L ARCEP - BENIN I- Programme A : Développement des Ressources Humaines de l ARCEP

Plus en détail

Avis n 2016-004 du 13 janvier 2016 portant sur le projet d ordonnance relative aux gares routières et emplacements d arrêt

Avis n 2016-004 du 13 janvier 2016 portant sur le projet d ordonnance relative aux gares routières et emplacements d arrêt Avis n 2016-004 du 13 janvier 2016 portant sur le projet d ordonnance relative aux gares routières et emplacements d arrêt L Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (ci-après l Autorité),

Plus en détail

La Convergence fixe-mobile état des lieux et conséquences sur la régulation

La Convergence fixe-mobile état des lieux et conséquences sur la régulation 12ème Séminaire de Fratel La convergence fixe-mobile, état des lieux et perspectives de régulation Tunis le 14-15 avril 2015 La Convergence fixe-mobile état des lieux et conséquences sur la régulation

Plus en détail

Préambule. Rapport du Président Exercice 2015 Version du Conseil d administration du 09 mars 2016 Page 1 sur 29

Préambule. Rapport du Président Exercice 2015 Version du Conseil d administration du 09 mars 2016 Page 1 sur 29 Rapport du Président du Conseil d administration sur les conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil, ainsi que sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques mises

Plus en détail

Aménagement numérique de la Saône-et-Loire

Aménagement numérique de la Saône-et-Loire Aménagement numérique de la Saône-et-Loire Département de Saône-et-Loire Comité stratégique permanent du numérique du 21 septembre 2015 Sommaire 1- Un réseau d acteurs 2- Rappel de la stratégie de déploiement

Plus en détail

BILAN DES ACTIVITÉS (au 31 décembre 2016)

BILAN DES ACTIVITÉS (au 31 décembre 2016) BILAN DES ACTIVITÉS (au 31 décembre ) ACTIONS DE L ARPT 1. LANCEMENT DE LA TELEPHONIE MOBILE 4G L Autorité de régulation a très nettement contribué à l avènement de la téléphonie mobile de quatrième génération

Plus en détail

Eléments de problématique de la migration de la télévision analogique vers la TNT (pour contribution CSA)

Eléments de problématique de la migration de la télévision analogique vers la TNT (pour contribution CSA) Eléments de problématique de la migration de la télévision analogique vers la TNT (pour contribution CSA) A l étude du document de la consultation établie par le CSA, différents éléments semblent revêtir

Plus en détail

PRÉFINANCEMENT ET REMBOURSEMENT DES FRAIS D INSTALLATIONS INTÉRIEURES DANS LES CONCESSIONS D ÉLECTRIFICATION RURALE

PRÉFINANCEMENT ET REMBOURSEMENT DES FRAIS D INSTALLATIONS INTÉRIEURES DANS LES CONCESSIONS D ÉLECTRIFICATION RURALE PRÉFINANCEMENT ET REMBOURSEMENT DES FRAIS D INSTALLATIONS INTÉRIEURES DANS LES CONCESSIONS D ÉLECTRIFICATION RURALE SOMMAIRE Introduction Cadre législatif et réglementaire Système de préfinancement des

Plus en détail

Mardi 22 février 2011 RÉSULTATS ANNUELS

Mardi 22 février 2011 RÉSULTATS ANNUELS Mardi 22 février 2011 RÉSULTATS ANNUELS 2010 RÉSULTATS ANNUELS 2010 Faits marquants Revue des activités Résultats financiers Perspectives 2 Environnement au Maroc L économie au Maroc (Md MAD) 2,7% 5,6%

Plus en détail

Ordonnance sur les services de télécommunication

Ordonnance sur les services de télécommunication Ordonnance sur les services de télécommunication (OST) Modification du [projet du 13.02.2014] Le Conseil fédéral suisse arrête: I L'ordonnance du 9 mars 2007 sur les services de télécommunication 1 est

Plus en détail

LES DOUANES ET L ENCADREMENT DU COMMERCE EXTÉRIEUR

LES DOUANES ET L ENCADREMENT DU COMMERCE EXTÉRIEUR République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère des Finances Direction Générale des Douanes LES DOUANES ET L ENCADREMENT DU COMMERCE EXTÉRIEUR (Alger, le 30 mars 2015) 1 Du rôle fiscal à une

Plus en détail

DECISION N /PCR/ARTEL/09/ Fixant les tarifs d interconnexion sur le marché des télécommunications en République gabonaise

DECISION N /PCR/ARTEL/09/ Fixant les tarifs d interconnexion sur le marché des télécommunications en République gabonaise DECISION N /PCR/ARTEL/09/ Fixant les tarifs d interconnexion sur le marché des télécommunications en République gabonaise LE CONSEIL DE REGULATION DES TELECOMMUNICATIONS, Vu l ordonnance n 45/71 du 23

Plus en détail

TABLEAU DE BORD MARCHÉ INTERNET AU MAROC. Tableau de Bord Trimestriel* Juin 2007

TABLEAU DE BORD MARCHÉ INTERNET AU MAROC. Tableau de Bord Trimestriel* Juin 2007 TABLEAU DE BORD MARCHÉ INTERNET AU MAROC Tableau de Bord Trimestriel* Juin 27 * Ce document est publié à titre indicatif. Les dispositions y figurantes sont à considérer à titre d information. SOMMAIRE

Plus en détail

Le deuxième pilier de pension est une nécessité! I Introduction 02. I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03

Le deuxième pilier de pension est une nécessité! I Introduction 02. I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03 ssur 01 N 11 I Bulletin hebdomadaire du 19/03/2009 Le deuxième pilier de pension est une nécessité! Contenu I Introduction 02 I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03 I 2. Situation

Plus en détail

De nouveaux débouchés dans un vaste marché

De nouveaux débouchés dans un vaste marché u Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international Department of Foreign Affairs and International Trade De nouveaux débouchés dans un vaste marché L E LA C ANADA, C HINE ET L OMC UN ACCÈS

Plus en détail

Le marché des communications électroniques dans les DÉPARTEMENTS ET COLLECTIVITÉS D OUTRE-MER - Année

Le marché des communications électroniques dans les DÉPARTEMENTS ET COLLECTIVITÉS D OUTRE-MER - Année Janvier 2014 Le marché des communications électroniques dans les DÉPARTEMENTS ET COLLECTIVITÉS D OUTRE-MER - Année 2012 - (extrait de l Observatoire annuel des services de communications électroniques

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 6 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

Les principales étapes de l élaboration d un projet routier

Les principales étapes de l élaboration d un projet routier Les principales étapes de l élaboration d un projet routier Au cours de l élaboration d un projet routier, plusieurs étapes importantes se succèdent depuis l engagement des premières réflexions jusqu à

Plus en détail

Projet de loi pour la croissance et l activité Emmanuel Macron

Projet de loi pour la croissance et l activité Emmanuel Macron Projet de loi pour la croissance et l activité Emmanuel Macron 1. Présentation générale du projet de loi et calendrier Contenu du texte initial : Professions réglementées, dérégulation des transports,

Plus en détail

Fin des TRV : Bilan et gestion des clients restants après la fin de l offre de transition

Fin des TRV : Bilan et gestion des clients restants après la fin de l offre de transition Fin des TRV : Bilan et gestion des clients restants après la fin de l offre de transition Frédérique DELAUGERRE DGEC 24 mars 2016 Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Dossier de presse : Rapport d activité ARPT

Dossier de presse : Rapport d activité ARPT Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications Dimanche 10 avril 2015 Dossier de presse : Rapport d activité ARPT www.arpt.dz 1 Les grandes actions de 2015 Durant l année 2015, l Autorité

Plus en détail

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE RAPPORT AU CONSEIL GENERAL Direction Générale des Services Direction de la Solidarité 81 CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE Par délibération du 2 juillet 2007, notre assemblée a adopté son schéma

Plus en détail

Observatoire des marchés des communications électroniques en France Observatoire des investissements et de l emploi

Observatoire des marchés des communications électroniques en France Observatoire des investissements et de l emploi 03 octobre 2013 Observatoire des marchés des communications électroniques en France Observatoire des investissements et de l emploi 2 ème trimestre 2013 - résultats définitifs ISSN : 2258-3106 2 Synthèse

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES N 04-2015

CAHIER DES CHARGES N 04-2015 CAHIER DES CHARGES N 04-2015 GROUPEMENT DE COMMANDES RELATIF A L ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE POUR LA REALISATION D UN CAHIER DES CHARGES EN VUE DE FAIRE REALISER LES DIAGNOSTICS ET PLANS DE PREVENTION

Plus en détail

Document d information Budget du Québec 2015-2016

Document d information Budget du Québec 2015-2016 Document d information Budget du Québec 2015-2016 27 mars 2015 LE BUDGET EN BREF 3 FORMATION ET ÉDUCATION Déclarations pertinentes Discours sur le budget 4 Explication des mesures 5 1- Adapter la formation

Plus en détail

Le régime fiscal des associations loi 1901

Le régime fiscal des associations loi 1901 Le régime fiscal des associations loi 1901 1 Sommaire I) Le principe de la fiscalité associative II) Comment déterminer son statut fiscal III) Les impôts IV) Les exonérations possibles V) Les factures

Plus en détail

Le RSA mode d emploi. > Édition 2016. Le guide du revenu de solidarité active (RSA) en Ille-et-Vilaine. Pour connaître vos droits et devoirs lorsque

Le RSA mode d emploi. > Édition 2016. Le guide du revenu de solidarité active (RSA) en Ille-et-Vilaine. Pour connaître vos droits et devoirs lorsque Le RSA mode d emploi Le guide du revenu de solidarité active (RSA) en Ille-et-Vilaine > Édition 2016 Pour connaître vos droits et devoirs lorsque vous percevez le RSA Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine

Plus en détail

Vu le Code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36-7 ;

Vu le Code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36-7 ; Avis n 04-368 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 4 mai 2004 sur la décision tarifaire de France Télécom n 2004046 relative à la commande en nombre d accès «L ADSL de» L Autorité

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR LE MINISTERE PUBLIC. ENM - 10 février 2014

PLAN D ACTION POUR LE MINISTERE PUBLIC. ENM - 10 février 2014 PLAN D ACTION POUR LE MINISTERE PUBLIC ENM - 10 février 2014 Le «Plan d action pour le ministère public» a pour vocation de présenter dans un document unique l ensemble des actions conduites par la garde

Plus en détail

DÉCRET-LOI Nº 27/78 Création de l office des cafés

DÉCRET-LOI Nº 27/78 Création de l office des cafés DÉCRET-LOI Nº 27/78 Création de l office des cafés Chapitre 1. DE LA DENOMINATION, DU SIEGE, DE L'OBJET Article: 1 Il est créé un Office des Cafés, sous le sigle *OCIR-Café*, ci-après dénommé l'office.

Plus en détail

Paris, le 15 mai 2013

Paris, le 15 mai 2013 MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES MINISTERE DE LA REFORME DE L ETAT, DE LA DECENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Direction du budget 2BPSS n 13-3621 -------- Direction générale de l administration

Plus en détail

PROFIL DE SECTEUR : L INDUSTRIE

PROFIL DE SECTEUR : L INDUSTRIE PROFIL DE SECTEUR : L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET MÉDICALE Description Au Canada, l industrie pharmaceutique et médicale se compose : Bibliothèque du Parlement de l industrie de la fabrication : les fabricants

Plus en détail

Avant-projet de. Loi sur la libre circulation des personnes et l immigration. Résumé

Avant-projet de. Loi sur la libre circulation des personnes et l immigration. Résumé Avant-projet de Loi sur la libre circulation des personnes et l immigration Résumé «Conscient de l apport positif de l immigration légale à la société et à l économie du Luxembourg, une nouvelle législation

Plus en détail

Orange vous informe que le tarif des offres est susceptible d évoluer au 1er février 2011. Pour toutes informations consultez orange.fr> assistance.

Orange vous informe que le tarif des offres est susceptible d évoluer au 1er février 2011. Pour toutes informations consultez orange.fr> assistance. Date de mise à jour : 25 novembre 2010 Les forfaits bloqués M6 mobile by Orange Les forfaits bloqués M6 mobile by Orange sont disponibles avec l ensemble des couvertures réseaux d Orange GSM / GPRS / EDGE

Plus en détail

Présentation du RSA et de la mise en œuvre du Pacte Territorial pour l Insertion. COTEF Montluçon Le 11 Décembre 2009

Présentation du RSA et de la mise en œuvre du Pacte Territorial pour l Insertion. COTEF Montluçon Le 11 Décembre 2009 Présentation du RSA et de la mise en œuvre du Pacte Territorial pour l Insertion COTEF Montluçon Le 11 Décembre 2009 1 Sommaire A Le RSA 1. L allocation RSA 2. RSA mode d emploi B Le Pacte Territorial

Plus en détail

ANNUAIRE STATISTIQUE 2010 DES TELECOMMUNICATIONS AU BENIN

ANNUAIRE STATISTIQUE 2010 DES TELECOMMUNICATIONS AU BENIN ANNUAIRE STATISTIQUE 2010 DES TELECOMMUNICATIONS AU BENIN janvier-11 STATISTIQUES DU RESEAU FIXE Tableau 1 : Effectif du personnel de Bénin Télécoms SA de 2006 à 2010 Année 2006 2007 2008 2009 2010 Effectif

Plus en détail

Aide d Etat N 64/2005 France Modification du régime d aides à la gestion des énergies renouvelables de l ADEME (N117/A/2001)

Aide d Etat N 64/2005 France Modification du régime d aides à la gestion des énergies renouvelables de l ADEME (N117/A/2001) COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, le 13.IX.2005 C (2005) 3543 Objet: Aide d Etat N 64/2005 France Modification du régime d aides à la gestion des énergies renouvelables de l ADEME (N117/A/2001) Monsieur

Plus en détail

«Marché public de fournitures et de Services informatiques» Mise en concurrence adaptée. CCP en date du 02 mai 2011

«Marché public de fournitures et de Services informatiques» Mise en concurrence adaptée. CCP en date du 02 mai 2011 «Marché public de fournitures et de Services informatiques» Mise en concurrence adaptée CCP en date du 02 mai 2011 Date limite de réception des offres : 06 juin 2011 à 17H00-1 - ARTICLE 1 OBJET DU MARCHE

Plus en détail

Règlement de gestion financière et du fonds de réserve du Gymnase intercantonal de la Broye (RGFF) du 22 mars 2005 Etat au 25.1.

Règlement de gestion financière et du fonds de réserve du Gymnase intercantonal de la Broye (RGFF) du 22 mars 2005 Etat au 25.1. Règlement de gestion financière et du fonds de réserve du Gymnase intercantonal de la Broye (RGFF) du mars 005 Etat au 5..0 Le Conseil du Gymnase intercantonal de la Broye vu la Convention intercantonale

Plus en détail

Résultats de l enquête relative à la mission commande publique dans les Centres de Gestion - Février 2016 1

Résultats de l enquête relative à la mission commande publique dans les Centres de Gestion - Février 2016 1 Résultats de l enquête relative à la mission commande publique dans les Centres de Gestion - Février 2016 1 Cette enquête s inscrivait dans le cadre d une sollicitation de la mission conduite par l IGA

Plus en détail

Reperes & bons réflexes. Acheteurs publics, développez vos achats socialement responsables

Reperes & bons réflexes. Acheteurs publics, développez vos achats socialement responsables Reperes & bons réflexes Acheteurs publics, développez vos achats socialement responsables Achats publics socialement responsables : de quoi parle-t-on? Les achats socialement responsables se manifestent

Plus en détail

Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER

Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER SERVICE UNIQUE RESPONSABLE.. CONVENTION N Portant attribution d une subvention FEDER au titre du Programme

Plus en détail

résultats 1 er semestre 2012

résultats 1 er semestre 2012 groupe Sonatel Sénégal Mali résultats 1 er semestre 2012 Bissau Guinée la vie change avec. résultats semestriels 2012 faits marquants résultats opérationnels résultats financiers perspectives annexes 2

Plus en détail

GUIDE JURIDIQUE DES ACHATS HOSPITALIERS

GUIDE JURIDIQUE DES ACHATS HOSPITALIERS GUIDE JURIDIQUE DES ACHATS HOSPITALIERS Guide réalisé pour la CAHPP par AdDen avocats Octobre 2014 PREAMBULE Le secteur des achats hospitaliers fait l objet depuis plusieurs années d une attention particulière

Plus en détail

Accompagnement de l Etat pour pérenniser le financement du transport urbain

Accompagnement de l Etat pour pérenniser le financement du transport urbain Royaume du Maroc مديرية الميزانية Atelier 3 : Quel (s) modèle (s) de financement pérenne (s) pour le développement des transports publics urbains Accompagnement de l Etat pour pérenniser le financement

Plus en détail

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES HAUTES JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES HAUTES JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES ASSOCIATION INTERNATIONALE DES HAUTES JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES XIIe Congrès Istanbul du 03 au 07 mai 2016 LES MODES ALTERNATIFS DE REGLEMENT DES DIFFERENDS EN MATIERE ADMINISTRATIVE Les procédures

Plus en détail

Entre : Désignée ci-après «la CUB» Et :

Entre : Désignée ci-après «la CUB» Et : Convention constitutive d un groupement de commandes relatif à une prestation d étude de déplacements dans le cadre de l opération d intérêt national de Bordeaux-Euratlantique Entre : La Communauté urbaine

Plus en détail

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire 19 Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire La retraite supplémentaire, encore appelée retraite surcomplémentaire, désigne les régimes de retraite facultatifs par capitalisation (non légalement

Plus en détail