Voix sur IP : synthèse du cadre juridique européen

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Voix sur IP : synthèse du cadre juridique européen"

Transcription

1 Voix sur IP : synthèse du cadre juridique européen Actes d une conférence donnée à l Université de Sibiu (Roumanie) lors du colloque international «L Europe dans la société de l information», 1 er juin A l occasion de la parution de notre ouvrage «Introduction au droit de la société de l information» (Larcier, avril 2007, ), il nous a paru intéressant de revenir sur l un des sujets les plus controversés de ce qu il devenu commun d appeler la «convergence» : la régulation de la Voix sur IP en Europe. I. INTRODUCTION Traditionnellement, les services de téléphonie vocale fixe étaient offerts par les opérateurs de télécommunication par le biais de réseau téléphonique public commuté («RTPC»). 1 Ce réseau, habituellement détenu par les opérateurs historiques, permet d atteindre l utilisateur final par le biais de sa boucle locale. Avec l avènement du réseau Internet, plusieurs essais ont été effectué afin d acheminer la voix par le biais du protocole internet (protocole IP). Ces dernières années, le «Voice over IP» (VoIP) est apparu comme une véritable alternative au réseau commuté traditionnel. Pouvant être offerts sur tout réseau se basant sur le protocole IP, ces services requièrent traditionnellement un équipement spécifique et sont de préférence acheminés via des connexions Internet à large bande. 2 L essor actuel des services VoIP peut notamment s expliquer par l amélioration de la qualité du service, ainsi que par la multiplication des accès à large bande auprès des utilisateurs. L offre VoIP a évolué, puisqu elle ne se limite plus aux communications vocales entre PC, mais s étend également aux communications effectuées entre PC et téléphones raccordés au RTPC, ou encore entre téléphones raccordés au RTPC. Les solutions de VoIP sont souvent intégrées dans les offres «triple play» (internet, télévision et téléphone) qui fleurissent dans le paysage des communications 1 Les téléphones étaient habituellement reliés au Public Switched Telephone Network («PSTN») 2 L ARCEP distingue, dans sa décision n du 27 septembre 2005 portant sur la définition des marchés pertinents de la téléphonie fixe, la désignation d opérateurs exerçant une influence significative sur ces marchés et les obligations imposées à ce titre, (http://www.arcep.fr/uploads/tx_gsavis/ pdf) les services de Voix sur IP en deux catégories : - les services de Voix sur large bande (VLB), services de téléphonie fixe utilisant la technologie VoIP sur un réseau d accès internet dont le débit dépasse 128 kbits/s et dont la qualité est maîtrisée par l opérateur qui les fournit. On peut ranger dans cette catégorie les offres Scarlet One, Tele2, ou encore Mobistar ADSL Talk qui devrait offrir de la téléphonie sur DSL via sa «Livebox». - les services de Voix sur Internet (VoI) qui recouvrent les services de communications vocales utilisant le réseau public internet et dont la qualité n est pas maîtrisée par l opérateur qui les fournit (on peut ranger dans cette catégorie les services de Skype ou encore Messenger).

2 électroniques depuis quelque temps et qui sont offertes via l accès dégroupé à large bande. Résultat : si, en 2004, Skype, l un des acteurs incontournables du marché, acheminait près de 90% des communications VoIP, en 2005, plus de la moitié des communications VoIP en Europe ont été acheminées par des opérateurs télécoms ou des fournisseurs d accès. 3 La France comptait, fin 2005, 2,4 millions d abonnements à un service de téléphonie IP, soit une hausse d environ 57 % en 4 mois. 4 Aujourd hui, on estime à plus de 15 % le trafic vocal international basé sur le protocole IP. Les changements occasionnés par l utilisation du mode IP sont de plusieurs ordres 5 : techniques, structurels, et économiques. En effet, le protocole IP permet maintenant d acheminer plusieurs types de communications, rendant le phénomène de convergence encore plus visible. L architecture des réseaux IP comme Internet s oppose à la structure centralisée qui caractérisait les réseaux PSTN traditionnels. Le caractère ouvert des réseaux IP sont toutefois plus enclins à être sujet à des attaques extérieures, ce qui soulève un problème de sécurité. En outre, les bénéfices économiques et qualitatifs ne sont pas négligeables : certaines communications sont offertes gratuitement, et des services supplémentaires, rendus possibles grâce à la technologie IP, sont proposés aux utilisateurs. Plusieurs hypothèses peuvent se présenter quant à l utilisation du protocole IP pour la transmission de la téléphonie vocale : - les deux correspondants possèdent un ordinateur et le logiciel adéquat : la communication s opère d une adresse IP à une autre - l un des deux correspondants possède un ordinateur mais appelle un correspondant sur son téléphone : il faudra passer par un fournisseur de services internet qui fera appel à une passerelle entre le réseau Internet et le réseau RTPC. - les deux correspondants sont raccordés au réseau RTPC : dans ce cas, la communication s opère par le biais de passerelles qui sont reliés par une communication de type Internet. L impact économique, régulatoire et technique de chacune de ces solutions sera à l évidence très différent. Nous proposons d examiner les grandes lignes du cadre réglementaire face à ce phénomène. 3 Voir article du 3 février 2006 de Christophe Guillemin, 4 Voir article du 7 février 2006 de Christophe Guillemin, www. zdnet.fr 5 Voir à ce sujet la Réponse de France Télécom à la consultation de la Commission européenne sur la VoIP, août 2004, nce_telecom.pdf. 2

3 II. L APPROCHE EUROPÉENNE Le développement du VoIP a immanquablement mené les régulateurs nationaux (NRA) à s interroger sur la meilleure manière d appréhender les services VoIP face au cadre règlementaire et aux objectifs qu il poursuit. 6 A cet égard, l ERG (le groupement des régulateurs européens) a publié un «Common statement for VoIP regulatory approaches» en 2005, reprenant les réponses aux questions adressées aux différents régulateurs nationaux en vue de comparer le traitement réglementaire réservé aux services de voix sur internet. Ce document permet de constater que l approche régulatoire face aux services VoIP peut présenter de nombreuses différences d un Etat à l autre. 7 Quant à elle, la Commission européenne a également publié un document de travail en juin 2004 afin de tenter de systématiser les problématiques relatives à la régulation des services de VoIP. 8 Dans ce document, la Commission identifie d une part les types de service sur protocole IP qui peuvent être concernés par le cadre régulatoire, et, d autre part, les problèmes concernant l offre de services VoIP à l égard des obligations imposées par les directives européennes pertinentes. 6 Le cadre règlementaire européen relatif aux communications électroniques est constitué des textes suivants: Directive 2002/19/CE du Parlement européen et du Conseil du 7 mars 2002 relative à l accès aux réseaux de communications électroniques et aux ressources associées, ainsi qu à leur interconnexion (directive "accès") ; Directive 2002/20/CE du Parlement européen et du Conseil du 7 mars 2002 relative à l autorisation de réseaux et de services de communications électroniques (directive "autorisation") ; Directive 2002/21/CE du Parlement européen et du Conseil du 7 mars 2002 relative à un cadre réglementaire commun pour les réseaux et services de communications électroniques (directive "cadre") ; Directive 2002/22/CE du Parlement européen et du Conseil du 7 mars 2002 concernant le service universel et les droits des utilisateurs au regard des réseaux et services de communications électroniques (directive "service universel") ; Directive 2002/58/CE du Parlement européen et du Conseil du 12 juillet 2002 concernant le traitement des données à caractère personnel et la protection de la vie privée dans le secteur des communications électroniques (directive vie privée et communications électroniques. 7 Voir «ERG Common statement for VoIP regulatory approaches», ERG (05) 12, disponible sur voir aussi à ce sujet D. STEVEN, P. VALCKE et E. LIEVENS, «Voice over IP : law challenged by technology», 8 Commission staff working document on the treatment of Voice Internet Protocol (VoIP) under the EU regulatory Framework, 14 juin 2004; ce document suit un rapport réalisé pour la Commission: IP Voice and Associated Convergent Services, Final Report for the Europen Commission, Analysis, 28 Janvier 2004, oice/401_28_ip_voice_and_associated_convergent_services.pdf 3

4 A. LES TYPES DE SERVICES VOIP CONCERNÉES Selon la Commission, certaines des technologies utilisées pour la transmission de voix par le protocole IP tombent dans le champ d application du cadre règlementaire, alors que d autres ne devraient pas être concernés par la régulation sectorielle. Le document de travail de la Commission distingue trois grandes hypothèses où la voix sur IP peut être envisagée : 1. Une offre VoIP qui propose un produit (comme un logiciel), sans service additionnel, ne tombe pas sous le champ d application du cadre réglementaire, si ce produit n entraîne pas la fourniture d un service de communication électronique (ECS). 2. Les réseaux privés, au sein d une seule et même entreprise, sont visés par le cadre réglementaire (par le biais de la directive «autorisation»), mais aucune obligation spécifique ne s adresse aux réseaux privés. Toutefois, comme le rappelle la Commission, l offre de services qui ne s adresse pas exclusivement à l entreprise ne sera plus considérée comme un réseau d entreprise ou un réseau privé, mais pourra tomber sous la réglementation relative aux communications électroniques. De même, les opérateurs qui utilisent la technologie IP pour l acheminement des appels ne verront pas leurs activités soumises à la réglementation sectorielle dès lors que cet acheminement ne concerne pas l utilisateur final mais une activité intermédiaire de l opérateur. 3. Enfin, les services VoIP accessibles au public, et qui permettent d accéder à un numéro de téléphone «E.164» 9 tombent sous le champ d application du cadre réglementaire. Toutefois, selon le service considéré, les principes régulatoires appliqués seront différents. A l évidence, cette classification opérée par la Commission pourra être réévaluée en fonction de l évolution de la technologie, et des tendances du marché. B. LES TYPES DE RÉGULATIONS ENVISAGÉES 1. Autorisation 9 Un numéro E.164 est un numéro appartenant au plan de numérotation international établi au sein de l UIT. Il s agit des numéros de téléphones «classiques» (PSTN, RNIS). 4

5 Pour rappel, le cadre réglementaire met en place un régime d autorisation préalable, qui permet à tout opérateur de proposer des services de communications électroniques sans décision préalable. Dans son document de travail, la Commission rappelle que le cadre réglementaire entend s appliquer aux «Services de Communications Electroniques» («ECS» 10 ), tels que définis par la directive «cadre». 11 A côté de ces ECS, la directive «service universel» entend réguler les «services téléphoniques accessibles au public» («PATS» 12 ), tels que définis par son article 2 (b). 13 Ces deux notions constituent des clés de lectures importantes pour comprendre la régulation des services VoIP. En effet, un opérateur offrant des services de VoIP sera considéré comme fournisseur de services de communications électroniques, et sera dès lors soumis aux obligations et bénéficiera des droits afférant à ce statut en vertu du cadre réglementaire. 14 Un fournisseur de services téléphoniques accessibles au public sera («PATS»), quant à lui, soumis à des obligations et bénéficiera de droits supplémentaires (puisqu il est d emblée considéré comme fournisseur de services de communications électroniques «ECS «) Pour «Electronic Communication Services» en anglais. 11 La notion de «service de communications électroniques» est définie comme «le service fourni normalement contre rémunération qui consiste entièrement ou principalement en la transmission de signaux sur des réseaux de communications électroniques, y compris les services de télécommunications et les services de transmission sur les réseaux utilisés pour la radiodiffusion, mais qui exclut les services consistant à fournir des contenus à l'aide de réseaux et de services de communications électroniques ou à exercer une responsabilité éditoriale sur ces contenus; il ne comprend pas les services de la société de l'information tels que définis à l'article 1er de la directive 98/34/CE qui ne consistent pas entièrement ou principalement en la transmission de signaux sur des réseaux de communications Électroniques.» 12 «Pour Public Available Telephone Service» en anglais. 13 Au sens de l article 2 (b) de la directive «service universel», un service téléphonique accessible au public est défini comme un «service mis à la disposition du public pour lui permettre de donner et de recevoir des appels nationaux et internationaux, et d'accéder aux services d'urgence en composant un ou plusieurs numéros du plan national ou international de numérotation». 14 Le document de travail de la Commission rappelle les droits et obligations relatives à un fournisseur de Communications Electroniques. Ces obligations sont notamment : notification à l autorité de régulation, financement du service universel, obligation de passer un contrat avec les utilisateurs et/ou d y inclure un minimum de conditions à respecter, respecter un certain niveau de services, obligations relatives aux annuaires, obligations en matière de respect de la vie privée. Des droits corrélatifs existent également, comme notamment : le droit de négocier des accords d interconnexion, un droit de passage sur l espace public, le droit d utiliser le plan de numérotation, le droit de se proposer comme fournisseur de service universel. 15 Les obligations pesant sur les fournisseurs de PATS sont entre autres : l obligation de donne rla possibilité d appeler le numéro d urgence européen 112, la portabilité des numéros, la transparence et la publicité de certaines informations, obligations relatives à l intégrité à la disponibilité du réseau, aux annuaires. Les droits dont bénéficient les fournisseurs de «PATS» sont le droit de demander la sélection et présélection aux opérateurs ayant une puissance significative sur le marché, le droit pour les utilisateurs d être repris dans un annuaire public. 5

6 Selon le document de travail de la Commission, les fournisseurs de services Voice over IP devraient pouvoir choisir entre un statut de fournisseur de communications électroniques («ECS») ou services de téléphonie accessibles au public («PATS»), dès lors qu il répond aux critères et à la définition de tels services. Cette position de ma Commission est compréhensible d un point de vue régulatoire : désirant ne pas imposer des obligations trop lourdes aux services de VoIP, la Commission semble vouloir laisser le choix aux opérateurs de rester simples fournisseurs «ECS», ou de se soumettre au régime «PATS». Néanmoins, il est permis de se demander si cette approche est compatible avec le cadre réglementaire ou même souhaitable : ainsi par exemple, comment un opérateur pourra décider lui-même s il répond à la définition de fournisseurs «ECS» ou «PATS»? En outre, le cadre réglementaire, interdisant toute obligation de décision préalable pour pouvoir fournir les services en question, ne prévoit pas la possibilité pour une NRA de qualifier les services fournis par un opérateur en tant que «ECS» ou «PATS» Le service universel Le Service Universel mis en place par le cadre régulatoire européen comprend un ensemble de règles destinées à garantir la disponibilité dans toute la Communauté de services de bonne qualité accessibles au public grâce à une concurrence et un choix effectifs et à traiter les cas où les besoins des utilisateurs finals ne sont pas correctement satisfaits par le marché. Cet ensemble de règles inclut la connexion au réseau téléphonique public, l accès aux services «PATS» en position déterminée, l accès aux services d annuaire et de renseignement, aux téléphones publics payants, et à la mise en place de mesures spécifiques pour les utilisateurs handicapés. Les entreprises assumant des obligations de service universel peuvent utiliser n importe quelle technologie pour répondre à leurs obligations. La technologie VoIP peut donc être envisagée comme solution à cet égard. En outre, on sait que les Etats peuvent choisir de financer le Service Universel soit par des fonds publics, soit en répartissant le coût du Service Universel entre les fournisseurs de services de communications électroniques et les fournisseurs de réseau. Dans ce dernier cas, les fournisseurs VoIP devraient donc être appelés à contribution, à moins qu ils ne se situent en-deçu du chiffre d affaires établi par les Etats membres en vertu de l article 13.3 de la directive Service Universel. 16 Voir à ce sujet les observations émises par OFCOM : «OFCOM response to «The treatment of Voice over Internet Protocol (VoIP) under the EU Regulatory Framework», 25 août 2004, 6

7 Enfin, toute entreprise fournissant des services de VoIP devrait pouvoir se proposer comme prestataire de service universel, dès lors que le mécanisme de désignation se doit d être «efficace, objectif, transparent et non discriminatoire» Protection du consommateur et sécurité du public - L appel à des numéros d urgence La directive Service Universel impose que tous les utilisateurs de services téléphoniques accessibles au public («PATS») puissent appeler gratuitement les services d urgence en formant le «112». Une telle obligation n existe toutefois pas pour les fournisseurs «ECS». Ces obligations concernent précisément l accès gratuit au service d urgence, le routage vers le service d urgence le plus proche, et la localisation de l appel. Néanmoins, il n est pas exclu que les Etats membres imposent une obligation similaire aux prestataires de ECS, en adaptant leur régime d autorisation générale. 18 Le routage des appels d urgence consiste à acheminer lesdits appels jusqu au centre de système d urgence le plus proche de manière la plus appropriée. A l évidence, imposer une telle obligation sur les fournisseurs de VoIP pourrait constituer une trop lourde obligation pour eux : en effet, les fournisseurs de VoIP ne sont pas toujours en mesure de déterminer avec certitude où se situe l utilisateur final, ce qui est d autant plus vrai dans le cas de service VoIP nomade (non fournis à un point physique déterminé et immuable). Pour cette raison, la Commission admet qu il serait disproportionné de soumettre les fournisseurs VoIP à une telle obligation si cette possibilité n est pas techniquement possible. La Commission dès lors propose que les fournisseurs de PATS mettent en place (selon une approche de «best efforts») les moyens permettant la localisation des utilisateurs en cas d appel d urgence (notamment par des accords avec les opérateurs de réseaux), tout en proposant que les fournisseurs de ECS essaient au moins d identifier les utilisateurs soit en invitant ceux-ci à se localiser avant leur appel ou en installant leur terminal. 19 Dans le même esprit, les fournisseurs de services VoIP opérant sous le statut de «PATS» sont appelés à mettre en œuvre toute solution opérationnelle qui 17 Voy. Article 8 de la directive «Service Universel», et article 4.2 b) de la directive «autorisation». 18 Le point 8 de l Annexe A de la directive «autorisation» permet en effet aux Etats Membres de prévoir des obligations relatives à la protection des consommateurs, dans le cadre du régime d autorisation générale. 19 A cet égard, il faut constater que l information du consommateur devient cruciale, afin de notifier à ce dernier que les fonctionnalités du service qu il utilise ne sont pas comparables en tout point à celles offertes par la téléphonie «classique». 7

8 permettrait la transmission effective de l identification de l appelant. Là encore, et conformément à l article 26.2 et 26.3 de la directive Service Universel, il devra être tenu compte de la faisabilité technique d une telle solution. 4. Protection de la vie privée Les principes relatifs à la protection de la vie privée des utilisateurs sont également applicables aux fournisseurs de VoIP, tous prestataires «ECS». Dès lors, ils seront soumis aux obligations spécifiques relatives à la rétention des données de trafic 20, aux données de localisation 21, ou encore à la prévention de la sécurité des données. 22 En outre, rappelons que les Etats Membres restent compétents pour édicter les obligations pesant sur les opérateurs et fournisseurs de services de communication électronique en matière d interception des communications. A cet égard, il serait souhaitable que des standards communs soient adoptés afin de faciliter la tâche des autorités. 5. Interconnexion et interopérabilité Pour rappel, le cadre réglementaire prévoit le droit pour les opérateurs de réseaux de communications électroniques de négocier des accords d interconnexion avec les autres opérateurs. Notons avant tout que cette obligation ne vise spécifiquement que les opérateurs de réseaux de communications et non les fournisseurs de services. Ces derniers, pourraient toutefois trouver une solution dans l article 5 de la directive «accès» qui encourage les NRA à imposer des obligations d interconnexion et à user de leur pouvoir d intervention dans le cadre d accords d interconnexion, «de façon à promouvoir l efficacité économique, à favoriser une concurrence durable, et à procurer un avantage maximal à l utilisateur final». De la même manière, l autorité de régulation devrait pouvoir assurer l interopérabilité des services offerts par deux fournisseurs ou opérateurs différents. Trois cas d interconnexion peuvent se présenter : une interconnexion directe de fournisseurs VoIP à fournisseur VoIP 23, une interconnexion d un prestataire VoIP à 20 Article 6 de la directive «vie privée». 21 Pour rappel, celles-ci sont susceptibles de traitement, avec le consentement de l utilisateur (article 9 de la directive «vie privée»). 22 Article 4.1 de la directive «vie privée». 23 Laquelle ne sont a priori pas formellement sujets à régulation (dans les faits, les interventions des régulateurs sont nombreuses). 8

9 un opérateur de ligne fixe du réseau PSTN 24, ou encore une interconnexion indirecte entre fournisseurs VoIP, par le biais du réseau commuté. Cette dernière solution, techniquement réalisable et régulée, peut s avérer la seule possible lorsque les fournisseurs VoIP ne disposent pas d interconnexion directe entre eux. 6. Numérotation a. Plan de numérotation et allocation En vertu de l article 10.1 de la directive «cadre», «les Etats Membres doivent veiller à ce que des numéros et des séries de numéros adéquats soient fournis pour tous les services de communications électroniques accessibles au public». En outre, la procédure d attribution doit être transparente, non-discriminatoire et objective. De plus, l article 5.3 de la directive autorisation prévoit que les numéros doivent être attribués dans les 3 semaines après la demande effectuée par l entreprise auprès de l autorité nationale de réglementation. Les directives ne précisent toutefois pas si les numéros qui doivent être attribués doivent être géographiques ou non géographiques. Toutefois, dans son document de travail, la Commission encourage à l attribution de numéros géographiques, solution pouvant être positive pour les utilisateurs, ou encore pour les plans tarifaires favorisant les appels géographiques. 25 Les autorités nationales réglementaires peuvent attacher des conditions spécifiques pour l attribution des droits d utilisation numéros. 26 Ainsi par exemple, les Etats Membres peuvent assortir l attribution de numéros (géographiques ou non géographiques) à certaines conditions. 27 Toutefois, il faut rappeler que l autorité réglementaire nationale ne peut discriminer des opérateurs en leur attribuant des numéros. Dès lors, il serait exclu qu un fournisseur de services VoIP se voit attribuer des numéros géographiques et qu un autre fournisseur dans la même situation reçoive uniquement des numéros non géographiques. 24 Dans ce cas, les offres de références constitueront souvent une base pour la terminaison des appels sur le réseau PSTN. 25 Cette solution permet également de ne pas discriminer les fournisseurs VoIP et les autres fournisseurs de téléphonie vocale traditionnelle. 26 Voir article 6.1 de la directive «autorisation». Ces conditions sont exhaustivement définies dans l annexe C de la directive. 27 A cet égard, les critères d attribution peuvent être différents. Ainsi, il est possible qu un numéro géographique ne soit attribué qu à la condition que la localisation des terminaux utilisant les numéros attribués soit garantie (comme c est par exemple le cas en France). Le «ERG Common Statement» précité montre bien les divergences de conditions existant d un pays à l autre. 9

10 b. Portabilité des numéros En ce qui concerne la portabilité des numéros, il est rappelé qu elle constitue un droit pour les utilisateurs de services de téléphonie accessibles au public («PATS»). 28 Un numéro attribué à un utilisateur du réseau PSTN pourrait donc en principe pouvoir être porté vers un fournisseur de VoIP (tout en respectant le clivage (numéro géographique /non géographique). Face à ces principes, il n est pas exclu que l on se retrouve face à une situation où un numéro pourrait être porté d PATS (par exemple un opérateur historique)- vers un fournisseur VoIP qualifié de ECS, sans que l opération inverse puisse être effectuée. En effet, la portabilité des numéros n est un droit que pour les abonnés des services PATS, et ne s impose pas aux fournisseurs opérant sous le statut de ECS. Il est docn possible que des numéros soient «bloqués» auprès des fournisseurs ECS, créant ainsi au désavantage concurrentiel aux opérateurs PATS, restant sans possibilité de recevoir les numéros des clients des fournisseurs VoIP «ECS» qui auraient décidé de changer d opérateur. Toutefois, la directive n interdit pas aux Etats Membres d imposer la portabilité des numéros également aux fournisseurs «ECS», dans le cas où ces derniers se seraient vus attribuer des numéros. On peut donc espérer que les scénarios comme celui précité fassent l objet de décisions cohérentes dans les Etats membres, sous le contrôle des autorités réglementaires nationales. 28 Article 30.1 de la directive «Service Universel». 10

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS SYNTHÈSE DES RÉPONSES À LA CONSULTATION ORGANISÉE À LA DEMANDE DU CONSEIL DE L IBPT DU 11 OCTOBRE 2006 CONCERNANT LES OPÉRATEURS QUI OFFRENT

Plus en détail

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR)

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Enjeux et Réglementation de la VoIP Abossé AKUE-KPAKPO Telecom Manager Chair SG3RG-AFR +226

Plus en détail

Séminaire ACSEL / Baker & McKenzie Les Objets Connectés : enjeux et confiance. L environnement réglementaire des objets connectés

Séminaire ACSEL / Baker & McKenzie Les Objets Connectés : enjeux et confiance. L environnement réglementaire des objets connectés Séminaire ACSEL / Baker & McKenzie Les Objets Connectés : enjeux et confiance L environnement réglementaire des objets connectés 19 mai 2015 Christian Blomet Avocat Groupe ITC Baker & McKenzie SCP est

Plus en détail

Migration NGN: témoignage suisse

Migration NGN: témoignage suisse Office fédéral de la communication Division Télécom TC Migration NGN: témoignage suisse Fratel Cameroun, 12 et 13 avril 2007 OFCOM, Michel Donzé (section TC/FG) Loi sur les Télécom Modifications de la

Plus en détail

CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS

CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS Article 11.1 : Portée et champ d application 1. Le présent chapitre s applique : a) aux mesures adoptées ou maintenues par une Partie qui ont une incidence sur l accès

Plus en détail

Ordonnance sur les services de télécommunication

Ordonnance sur les services de télécommunication Seul le texte publié dans le Recueil officiel du droit fédéral fait foi! Ordonnance sur les services de télécommunication (OST) Modification du 5 novembre 2014 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Analyse du marché de la terminaison d appel sur divers réseaux téléphoniques publics individuels en position déterminée (Marché 3/2007)

Analyse du marché de la terminaison d appel sur divers réseaux téléphoniques publics individuels en position déterminée (Marché 3/2007) .. Analyse du marché de la terminaison d appel sur divers réseaux téléphoniques publics individuels en position déterminée (Marché 3/2007) Consultation publique (12 juillet au 6 septembre 2013) Version

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt des opérateurs pour la nouvelle modalité d interconnexion sur le réseau fixe de France Télécom - Orange.

Appel à manifestation d intérêt des opérateurs pour la nouvelle modalité d interconnexion sur le réseau fixe de France Télécom - Orange. Appel à manifestation d intérêt des opérateurs pour la nouvelle modalité d interconnexion sur le réseau fixe de France Télécom - Orange. Période de la consultation : 23 mai 2012-14 juin 2012 Contacts :

Plus en détail

NOTIFICATION. relative à la fourniture de réseaux ou de services de communications électroniques

NOTIFICATION. relative à la fourniture de réseaux ou de services de communications électroniques NOTIFICATION relative à la fourniture de réseaux ou de services de communications électroniques (Titre II - Régime de l'autorisation générale, article 8 (2) de la Loi du 27 février 2011 sur les réseaux

Plus en détail

Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications. Direction de l Interconnexion et des Nouvelles Technologies.

Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications. Direction de l Interconnexion et des Nouvelles Technologies. Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications Direction de l Interconnexion et des Nouvelles Technologies La voix sur IP Présentée par : M elle CHERID Leila Département Veille Technologique

Plus en détail

Une infrastructure de réseau de pointe pour l univers multimédia de demain

Une infrastructure de réseau de pointe pour l univers multimédia de demain Une infrastructure de réseau de pointe pour l univers multimédia de demain Patrice Haldemann, Swisscom Fixnet SA 31 octobre 2006 1 La structure Triple Play: 3 domaines Client Maison Infrastructure de réseau

Plus en détail

Le numéro d urgence unique européen : état des lieux et exigences nouvelles

Le numéro d urgence unique européen : état des lieux et exigences nouvelles Revue européenne de droit de la consommation 4/2007-2008 Le numéro d urgence unique européen : état des lieux et exigences nouvelles Julien Jost 1 Résumé Introduit progressivement au début des années 90,

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Réorganisation des tranches de numéros commençant par 08 et des numéros courts

Réorganisation des tranches de numéros commençant par 08 et des numéros courts Juin 2013 Réorganisation des tranches de numéros commençant par 08 et des numéros courts Guide à l intention des opérateurs de communications électroniques et des éditeurs de services à valeur ajoutée

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne

Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne Introduction Définitions La Charte Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne Introduction Les sociétés signataires (les Sociétés ) ont élaboré une charte de bonnes pratiques

Plus en détail

L Autorité poursuit sa démarche d amélioration du fonctionnement du marché des SVA

L Autorité poursuit sa démarche d amélioration du fonctionnement du marché des SVA L Autorité soumet à consultation la proposition de modification des obligations de France Télécom sur le marché de gros du départ d appel. Cette adaptation de la régulation applicable à la seule société

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision n 2013-1405 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 17 décembre 2013 modifiant la décision n 02-1179 du 19 décembre 2002 établissant la liste des

Plus en détail

A C S E L L'ASSOCIATION DE L'ECONOMIE NUMERIQUE

A C S E L L'ASSOCIATION DE L'ECONOMIE NUMERIQUE Consultation ARCEP (janvier 2011) «Propositions afin d améliorer les offres faites aux consommateurs de services de communications électroniques» Les réponses de l ACSEL Préambule En réponse à la consultation

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE PROFITEZ DU RÉSEAU. maintenant. Glossaire Glossaire de la technologie mobile 3G Accès distant Adaptateur Client sans fil ADSL AVVID Carte réseau Convergence GPRS Haut

Plus en détail

La neutralité des réseaux

La neutralité des réseaux 7 ème séminaire de FRATEL Tunis 27-28 avril 2010 La neutralité des réseaux & la gestion de trafic Sihem Trabelsi Chef de Service Unité de dégroupage de la boucle locale Instance Nationale des Télécommunications

Plus en détail

BGAN. Accès global voix et données haut débit. La référence en communications mobiles par satellite

BGAN. Accès global voix et données haut débit. La référence en communications mobiles par satellite BGAN Accès global voix et données haut débit La référence en communications mobiles par satellite BGAN (Broadband Global Area Network) Effacez les distances BGAN par Inmarsat est le premier service de

Plus en détail

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP PRESENTATION DE LA PROBLEMATIQUE Dans le cadre de la dérégulation des télécommunications d un pays Africain, un industriel Européen s appuyant sur sa filiale basée dans ce pays, souhaite devenir «ISP»

Plus en détail

Quelles actions des pouvoirs publics en faveur du large bande et de l Internet?

Quelles actions des pouvoirs publics en faveur du large bande et de l Internet? 5ème Colloque mondial des régulateurs Session V Genève, 9 décembre 2004 Quelles actions des pouvoirs publics en faveur du large bande et de l Internet? Audrey Baudrier Présidente de la CE1 de l UIT-D Rapporteur

Plus en détail

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

Code de conduite des prestataires de services d argent mobile

Code de conduite des prestataires de services d argent mobile Code de conduite des prestataires de services d argent mobile SOLIDITÉ DES SERVICES TRAITEMENT ÉQUITABLE DES CLIENTS SÉCURITÉ DES RÉSEAUX ET CANAUX MOBILES VERSION 1 - NOVEMBRE 2014 Introduction Le présent

Plus en détail

Rapport statistique des télécommunications au Luxembourg pour l année 2009

Rapport statistique des télécommunications au Luxembourg pour l année 2009 Rapport statistique des télécommunications au Luxembourg pour l année 29 Le rapport statistique des télécommunications pour l'année 29 se base sur des informations statistiques fournies par les opérateurs

Plus en détail

Plan national de numérotation

Plan national de numérotation Plan national de numérotation Partie 1, numérotation téléphonique avril 1999 1/21 Plan national de numérotation Partie 1, numérotation téléphonique 1. Généralités 3 1.1. Introduction 3 1.2. Objectifs 3

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Réorganisation des tranches de numéros commençant par 08 et des numéros courts

Réorganisation des tranches de numéros commençant par 08 et des numéros courts Septembre 2012 Réorganisation des tranches de numéros commençant par 08 et des numéros courts Guide à l intention des opérateurs de communications électroniques et des éditeurs de services à valeur ajoutée

Plus en détail

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2 sur la région Bourgogne Etude initiale 06.06.2013 V1.2 Contenu 1. Contexte...3 1.1. Objectifs...3 1.2. Descriptif de l existant...3 2. Etude des solutions...3 2.1. Solution n 1 : uniformisation du système

Plus en détail

Décision n 15-DCC-25 du 12 mars 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société oxya par la société Hitachi Data Systems

Décision n 15-DCC-25 du 12 mars 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société oxya par la société Hitachi Data Systems RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-25 du 12 mars 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société oxya par la société Hitachi Data Systems L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de

Plus en détail

TARIF DES MONTAGES SPECIAUX

TARIF DES MONTAGES SPECIAUX Page 124 5.10.01 Description du service Ce service régit l utilisation des services de téléphonistes de l Entreprise et inclut : a. Service d assistance-annuaire (SAA) qui permet aux utilisateurs du client

Plus en détail

Politique de Protection de la Vie Privée

Politique de Protection de la Vie Privée Politique de Protection de la Vie Privée Décembre 2013 Champ d application: La présente Politique de Protection de la Vie Privée s applique chaque fois que vous utilisez les services d accès à internet

Plus en détail

Guide des réseaux convergents à lignes groupées SIP destiné aux responsables des TI. Document de présentation technique d Allstream

Guide des réseaux convergents à lignes groupées SIP destiné aux responsables des TI. Document de présentation technique d Allstream Guide des réseaux convergents à lignes groupées SIP destiné aux responsables des TI Document de présentation technique d Allstream Table des matières Introduction 3 Architecture de réseau SIP 4 Avantages

Plus en détail

Le Directeur général de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

Le Directeur général de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision du Directeur général de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 23 mars 2009 portant mise en demeure de la société Free SAS de se conformer aux obligations

Plus en détail

Table des matières - 2 -

Table des matières - 2 - Résultat de la consultation publique se terminant au 26 juin 2006 sur l analyse de marché et les projets de mesure concernant la fourniture en gros d accès dégroupé (y compris l accès partagé) aux boucles

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

Février 2005 MARCHES PERTINENTS DE LA TERMINAISON D APPELS SUR OBL TIERS FEVRIER 2005

Février 2005 MARCHES PERTINENTS DE LA TERMINAISON D APPELS SUR OBL TIERS FEVRIER 2005 Réponses de FREE à la consultation publique relative à l analyse du marché de la terminaison d appels sur les réseaux fixes tiers effectuée par l Autorité de régulation des télécommunications Février 2005

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS CONSULTATION PUBLIQUE PROJET DE DECISION DU CONSEIL DE L IBPT DU XXX CONCERNANT LA GESTION DES BLOCS DE NUMEROS CONTENANT DES NUMEROS PARTAGES

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Décision de télécom CRTC 2015-496

Décision de télécom CRTC 2015-496 Décision de télécom CRTC 2015-496 Version PDF Ottawa, le 6 novembre 2015 Numéro de dossier : 8621-C12-01/08 Comité directeur canadien sur la numérotation du CDCI Version révisée des Lignes directrices

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA MODIFICATION DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS

Plus en détail

AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS

AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS L Autorité des marchés financiers (l «Autorité») souhaite préciser le concept d indication

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION L accès et l utilisation du site de CDGP accessible à l adresse http://www.cdgp.fr (ci-après «le Site») et des services qui y sont proposés (ci-après «les Services»)

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Autorité de Régulation des Communications électroniques et des Postes

Autorité de Régulation des Communications électroniques et des Postes Synthèse de la réunion portabilité des numéros fixes («PNF») en date du 6 septembre 2005 Introduction : La portabilité des numéros doit permettre à tout client qui le souhaite de changer d opérateur tout

Plus en détail

Introduction de la Voix sur IP

Introduction de la Voix sur IP Voix sur IP (VoIP) Introduction de la Voix sur IP La Voix sur IP, aussi connue sous le nom de téléphonie Internet, est une technologie qui vous permet de téléphoner via un réseau d ordinateurs basé sur

Plus en détail

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet 1 Table des matières Contenu 1. Préambule 3 2. Autorisation d accès 3 3. Accès technique à SanitasNet et identification 3 4. Coûts 4 5.

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e PAQUET TELECOM

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e PAQUET TELECOM MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1143 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 73 7 juin 2005 S o m m a i r e PAQUET TELECOM Loi du 30 mai 2005 sur

Plus en détail

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Politique prudentielle Bruxelles, le 24 octobre 2005 PPB/154 Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Madame, Monsieur, Dans sa lettre du 3 juin 2005 (PPB/57), la Commission

Plus en détail

INTERCONNECTION CHALLENGES

INTERCONNECTION CHALLENGES INTERCONNECTION CHALLENGES PLAN Interconnexion: évolution Interaction entre développement de l Internet et interconnexion Marché Internet au Maroc et dans la région INTERCONNEXION TELECOMS: ÉVOLUTION Avant

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Convergence Fixe-Mobile & Opérateurs Télécom:

Convergence Fixe-Mobile & Opérateurs Télécom: Convergence Fixe-Mobile & Opérateurs Télécom: Vision de Tunisie Télécom Nizar Bouguila Directeur Central Technique Tunisie Telecom Nizar.Bouguila@tunisietelecom.tn 12 ème Séminaire de FRATEL : «La Convergence

Plus en détail

LAPHO Plan d accessibilité pluriannuel Normes d accessibilité intégrées Date de révision et n o : 11252014.000 Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9

LAPHO Plan d accessibilité pluriannuel Normes d accessibilité intégrées Date de révision et n o : 11252014.000 Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9 Hunter Douglas Canada LP Politique des ressources Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9 1 POLITIQUE 1.01 Hunter Douglas Canada LP («l entreprise») établira, mettra en œuvre et maintiendra un plan d accessibilité

Plus en détail

entreprendre à la puissance cisco

entreprendre à la puissance cisco entreprendre à la puissance cisco À un moment donné, vous avez vu quelque chose que personne d autre n avait vu. Il s agissait peut-être d une idée ou d une opportunité. Ce «quelque chose» vous a fait

Plus en détail

OFFRE DE RÉFÉRENCE DE TERMINAISON D APPEL SMS DE BOUYGUES TELECOM A DESTINATION DES OPERATEURS MOBILES NATIONAUX

OFFRE DE RÉFÉRENCE DE TERMINAISON D APPEL SMS DE BOUYGUES TELECOM A DESTINATION DES OPERATEURS MOBILES NATIONAUX OFFRE DE RÉFÉRENCE DE TERMINAISON D APPEL SMS DE BOUYGUES TELECOM A DESTINATION DES OPERATEURS MOBILES NATIONAUX Offre applicable au 1 er Janvier 2013 Page 1 Préambule La présente offre de référence est

Plus en détail

Chronique Télécommunications

Chronique Télécommunications INSTITUT DE RECHERCHE ET D'ETUDES EN DROIT DE L 'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION Chronique Télécommunications 14 novembre 2006 Le processus legislatif ayant permis l arrivée des MVNO en France Par Gilles

Plus en détail

Projets de principes sur la répartition des pertes en cas de dommage transfrontière découlant d activités dangereuses 2006

Projets de principes sur la répartition des pertes en cas de dommage transfrontière découlant d activités dangereuses 2006 Projets de principes sur la répartition des pertes en cas de dommage transfrontière découlant d activités dangereuses 2006 Texte adopté par la Commission du droit international à sa cinquante-huitième

Plus en détail

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique La gestion Citrix Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique Dans les environnements informatiques complexes, une relation de support technique proactive s avère essentielle.

Plus en détail

www.anrt.net.ma la séparation comptable: un outil de garantie de la non discrimination dans l accès au réseau de l opérateur dominant

www.anrt.net.ma la séparation comptable: un outil de garantie de la non discrimination dans l accès au réseau de l opérateur dominant Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications la séparation comptable: un outil de garantie de la non discrimination dans l accès au réseau de l opérateur dominant Plan : Introduction Objectifs

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA VISIOCONFERENCE?

QU EST-CE QUE LA VISIOCONFERENCE? Cet équipement combine les technologies de l audiovisuel, de l informatique et des télécommunications pour permettre à des personnes situées dans des lieux différents de dialoguer, de se voir et éventuellement

Plus en détail

Demande de suivi relatif aux questions d argumentation adressées aux participants en date du 26 novembre 2010

Demande de suivi relatif aux questions d argumentation adressées aux participants en date du 26 novembre 2010 ARGUMENTATION DE GAZ MÉTRO Origine : Demande de suivi relatif aux questions d argumentation adressées aux participants en date du 26 novembre 2010 Demandeur : Régie de l énergie À titre introductif, Gaz

Plus en détail

Décision 04/78/ILR du 6 juillet 2004

Décision 04/78/ILR du 6 juillet 2004 Décision 04/78/ILR du 6 juillet 2004 concernant les règles relatives à la solution technique pour l'introduction de la portabilité des numéros mobiles Vu la loi modifiée du 21 mars 1997 sur les télécommunications

Plus en détail

TOGO : LA LIBERALISATION DU SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS ET LE ROLE DE L'AUTORITE DE REGLEMENTATION

TOGO : LA LIBERALISATION DU SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS ET LE ROLE DE L'AUTORITE DE REGLEMENTATION AUTORITE DE REGLEMENTATION REPUBLIQUE TOGOLAISE DES SECTEURS DE POSTES ET DE Travail Liberté Patrie TELECOMMUNICATIONS ------------ --------------------- TOGO : LA LIBERALISATION DU SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS

Plus en détail

Analyse du marché de départ d appel sur le réseau téléphonique public en position déterminée (Marché 2/2007)

Analyse du marché de départ d appel sur le réseau téléphonique public en position déterminée (Marché 2/2007) Analyse du marché de départ d appel sur le réseau téléphonique public en position déterminée (Marché 2/2007) Consultation publique (12 juillet au 6 septembre 2013) Version non-confidentielle Analyse du

Plus en détail

TJX Canada. Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées. Plan d accessibilité pluriannuel

TJX Canada. Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées. Plan d accessibilité pluriannuel TJX Canada Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées et Plan d accessibilité pluriannuel 2014 Table des matières 1. Objet.. 3 2. Champ d application et responsabilités... 3 3. Énoncé de politique

Plus en détail

Autorité de régulation des communications électroniques et des postes 1

Autorité de régulation des communications électroniques et des postes 1 Décision n 2015-1369 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 5 novembre 2015 fixant le taux de rémunération du capital employé pour la comptabilisation des

Plus en détail

Informations destinées aux clients Connexion aux systèmes SIX Financial Information. Juillet 2013

Informations destinées aux clients Connexion aux systèmes SIX Financial Information. Juillet 2013 Informations destinées aux clients Connexion aux systèmes SIX Financial Information Juillet 2013 Sommaire 1 Introduction 3 2 Solutions de connexion 4 2.1 Vue d ensemble 4 2.2 IP VPN via MPLS 5 2.2.1 Connexion

Plus en détail

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs.

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs. Convention collective de travail n 81 relative à la protection de la vie privée des travailleurs à l égard du contrôle des données de communication électroniques en réseau Commentaires Synthèse Le 26 avril

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS 17 mai 2006 CONSULTATION PUBLIQUE CONCERNANT L INTERCONNEXION AVEC DES SERVICES VOB IBPT - Tour Astro - Avenue de l'astronomie 14, boîte 21-1210

Plus en détail

Au menu... Les marchés en chiffre. La place des consommateurs. La régulation symétrique. Les bénéfices des consommateurs

Au menu... Les marchés en chiffre. La place des consommateurs. La régulation symétrique. Les bénéfices des consommateurs Au menu... Les marchés en chiffre La place des consommateurs La régulation symétrique Les bénéfices des consommateurs Les limites de la régulation symétrique 2 Au menu... Les marchés en chiffre La place

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI RELATIF A LA CONSOMMATION - (N ) AMENDEMENT N 1. présenté par. M. Marc Le Fur ---------- ARTICLE 5

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI RELATIF A LA CONSOMMATION - (N ) AMENDEMENT N 1. présenté par. M. Marc Le Fur ---------- ARTICLE 5 AMENDEMENT N 1 Après l alinéa 75, ajouter l alinéa suivant : Il est inséré dans le code de la consommation un article L 121-20-3 ainsi rédigé : «1 Tout centre d appels d une entreprise enregistrée au registre

Plus en détail

XConnect lance le premier service international et le premier central téléphonique permettant de jeter des ponts entre les «îlots» VoIP

XConnect lance le premier service international et le premier central téléphonique permettant de jeter des ponts entre les «îlots» VoIP 18 février 2005 XConnect lance le premier service international et le premier central téléphonique permettant de jeter des ponts entre les «îlots» VoIP ~ pour le réseau téléphonique public commuté, la

Plus en détail

Les services de «dégroupage d un autocom» : économiser grâce à la VOIP tout en conservant ses équipements téléphonique (PABX et postes téléphoniques)

Les services de «dégroupage d un autocom» : économiser grâce à la VOIP tout en conservant ses équipements téléphonique (PABX et postes téléphoniques) myadsl / mytelecom est partenaire Distributeur Agréé des principaux opérateurs VOIP Nous vous proposons une sélection d offres de téléphonie VOIP que vous pouvez commander auprès de nos services Les services

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC

FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC Seriez-vous concerné sans le savoir? LE WiFi PUBLIC EN FRANCE Les bornes WiFi permettant d accéder à internet via les réseaux sans fil, se sont multipliées

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/1/4 ORIGINAL : anglais DATE : 28 mai 1998 F ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Première session Genève,

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

Le CGFPN propose des modifications à la LGF

Le CGFPN propose des modifications à la LGF 31 mars 2015 Volume 1 Numéro 1 Un bulletin d information du Conseil de Le Bilan gestion financière des Premières nations ÉDITION SPÉCIALE - PROPOSITIONS LIÉES À LA LOI SUR LA GESTION FINANCIÈRE DES PREMIÈRES

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Ordonnance de télécom CRTC 2014-364

Ordonnance de télécom CRTC 2014-364 Ordonnance de télécom CRTC 2014-364 Version PDF Ottawa, le 11 juillet 2014 Numéros de dossiers : Avis de modification tarifaire 466 de Bell Aliant et 7412 de Bell Canada Bell Aliant Communications régionales,

Plus en détail

VICE RECTORAT DE MAYOTTE

VICE RECTORAT DE MAYOTTE VICE RECTORAT DE MAYOTTE MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) MARCHE PUBLIC DE TELEPHONIE MOBILE DU VICE RECTORAT DE MAYOTTE 2013

Plus en détail

Décision n 14-DCC-62 du 29 avril 2014 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Telindus France par le groupe Vivendi

Décision n 14-DCC-62 du 29 avril 2014 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Telindus France par le groupe Vivendi RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-62 du 29 avril 2014 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Telindus France par le groupe Vivendi L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/199 DELIBERATION N 08/076 DU 2 DECEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DE LA

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006; CSSS/07/005 DÉLIBÉRATION N 07/003 DU 9 JANVIER 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AUX DISPENSATEURS DE SOINS EN VUE DE LA DÉTERMINATION DU STATUT

Plus en détail

Téléphonie fixe Europe : en 2012, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus

Téléphonie fixe Europe : en 2012, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus Vision La newsletter de l Omsyc Téléphonie fixe Europe : en 212, le trafic sur les réseaux haut débit prendra le dessus Les données utilisées pour la rédaction de cette lettre sont issues de la Database

Plus en détail