Communication sur l'obligation faite aux banques d'établir une convention de compte au bénéfice de leur clientèle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Communication sur l'obligation faite aux banques d'établir une convention de compte au bénéfice de leur clientèle"

Transcription

1 Commission nationale de l informatique et des libertés Communication présentée en séance plénière le 3 juin 2004 Communication sur l'obligation faite aux banques d'établir une convention de compte au bénéfice de leur clientèle Suites de l'examen des clauses Informatiques et Libertés de certains établissements financiers M. Philippe Nogrix Rapporteur Rédacteur(s) : Guillaume DESGENS-PASANAU 1

2 Sommaire I. LE CONTEXTE... 3 II. LES ENSEIGNEMENTS À TIRER DE LA LECTURE DES CLAUSES D INFORMATION... 4 A. Le défaut d information sur la finalité relative à l évaluation, la détection ou la gestion du risque... 4 B. Le secret bancaire et la communication d informations à des tiers... 5 C. Les droits d accès, de rectification et d opposition... 6 D. Le caractère obligatoire ou facultatif des questions posées... 7 III. LES SUITES À ENVISAGER

3 I. Le contexte Les établissements bancaires tiennent une place privilégiée dans la mise en œuvre de fichiers de clientèle, à la fois par la quantité d informations dont ils disposent au travers de la gestion des comptes et des moyens de paiement mais également par le caractère quasi systématique des opérations de classement auxquelles ils procèdent : crédit scoring 1, segmentation comportementale 2, lutte contre la fraude la clientèle bancaire est sous étroite surveillance informatique. Il y a un an, la CNIL a fait le point sur les travaux engagés dans le cadre de l obligation faite aux banques d établir, au bénéfice de leur clientèle, une convention de compte. La loi MURCEF adoptée le 11 décembre 2001 impose en effet aux établissements financiers des dispositions d ordre public manifestant une volonté de transparence et d équilibre concernant les conditions dans lesquelles le banquier gère les compte de ses clients. Le titre II intitulé «Amélioration des relations entre les banques et leur clientèle» prévoit notamment, dans son article 13, l obligation de recourir à une convention écrite lors de l ouverture d un compte de dépôt effectué par un client auprès de son établissement de crédit, le texte renvoyant à un arrêté d application qui n a pas encore été adopté 3. En attente de l arrêté, une charte a été élaborée par la Fédération Bancaire Française (FBF) le 9 janvier Celle-ci reprend in extenso les dispositions Informatique et Libertés qui devaient figurer dans le projet d arrêté sans toutefois les assortir de sanctions : «la convention de compte de dépôt doit comporter au minimum ( ) les finalités des traitements mis en œuvre par l établissement de crédit, les destinataires des informations, le droit de s opposer à un traitement des données à des fins de prospection commerciale ainsi que les modalités 1 La CNIL a déjà eu à se prononcer à de multiples reprises sur la technique du «scoring», procédé automatisé d aide à la décision mis en œuvre par les organismes bancaires et financiers dans le cadre de leur gestion commerciale. C est ainsi que dans une délibération n du 5 juillet 1988 portant recommandation «relative à la gestion des crédits ou des prêts consentis à des personnes physiques par les organismes de crédit», dont l élaboration avait fait l objet d une concertation avec les professionnels concernés, la CNIL a précisé que le calcul automatisé de l appréciation du risque devait faire l objet d une déclaration ordinaire comportant les informations traitées et les caractéristiques du processus d organisme du score, c est-à-dire les variables utilisées ainsi que leur pondération. 2 La segmentation comportementale permet, à partir d informations sur les comportements observés, d établir le profil socio-économique, voire psychologique, d une personne, laquelle sera ensuite classée dans un «segment». 3 A la suite de démarches engagées par les services de la Commission depuis avril 2002 et de diverses correspondances échangées avec le Conseil national du crédit et du titre et la Fédération bancaire française, un travail commun a été réalisé afin d intégrer dans l arrêté des dispositions relatives à la protection des données personnelles des clients. L article 2.2 du projet de texte disposait dans sa version définitive que : «la convention de compte précise ( ) les finalités des traitements mis en œuvre par l établissement de crédit, les destinataires des informations, le droit de s opposer à un traitement des données à des fins de prospection commerciale ainsi que les modalités d exercice du droit d accès aux informations concernant le client, conformément aux lois en vigueur». Cette rédaction présentait un niveau de garanties important au bénéfice de la clientèle bancaire. Or la publication de cet arrêté a finalement été suspendue par le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie. Le 25 novembre 2002, il a en effet été décidé de repousser de 18 mois la publication de ce texte, le gouvernement préférant laisser aux établissements financiers une plus grande souplesse dans la mise en œuvre des conventions de compte, au grand mécontentement de l ensemble des associations de consommateurs. 3

4 d exercice du droit d accès aux informations concernant le client, conformément aux textes relatifs à l informatique, aux fichiers et aux libertés» (article 1.2 du projet de décret). La CNIL s est montrée soucieuse, dans ce contexte, de favoriser l information des clients sur les traitements d informations à caractère personnel qui pouvaient être mis en œuvre par les banques. Au cours de sa séance plénière du 27 mai 2003, la CNIL s est félicitée de l engagement pris par la Fédération bancaire française de proposer aux clients des banques des conventions de compte précisant le fonctionnement des comptes de dépôt. Elle a encouragé les consommateurs, dans un communiqué de presse rendu public le 3 juin 2003, à demander communication de leur convention de compte en apportant une attention particulière aux clauses réglementant l utilisation faite de leurs données personnelles. La CNIL a désiré s assurer, auprès des principaux établissements financiers, de la bonne application de cette charte. Elle s est ainsi procurée les conventions de compte proposées par certains établissements. Une analyse des clauses «Informatique et Libertés» a été réalisée sur la base d une grille de lecture prédéfinie qui s inspire des nouvelles dispositions prévues dans le projet de loi Informatique & Libertés adopté en 2 ème lecture par l Assemblée Nationale. Il convient de noter que certaines de ces clauses ont été élaborées, ou sont en cours d élaboration, en collaboration avec la CNIL, et ont permis, dans le cadre d une concertation, de rédiger les clauses relatives au traitement d informations à caractère personnel devant être insérées dans les conventions de compte. Cet effort de concertation s inscrit dans l orientation législative du projet de loi de réforme de la loi du 6 janvier 1978 qui prévoit dans son article 3 que la CNIL «informe toutes les personnes concernées et tous les responsables de traitements de leurs droits et obligations». II. Les enseignements à tirer de la lecture des clauses d information Il n y a pas, à la lecture des conventions, de clauses qui posent une règle contraire à la réglementation applicable. On relève en revanche des points sur lesquels l information réalisée auprès des clients n est pas satisfaisante, voire absente. A. Le défaut d information sur la finalité relative à l évaluation, la détection ou la gestion du risque L article 10 b) de la directive du 24 octobre 1995 dispose que : «Les États membres prévoient que le responsable du traitement ou son représentant doit fournir à la personne auprès de laquelle il collecte des données la concernant ( ) les finalités du traitement auquel les données sont destinées». Cette obligation d information figure également à l article 32 du projet de loi. 4

5 Au delà de la finalité liée à la gestion des comptes bancaires, il est apparu, à la lecture des dossiers de déclaration adressés aux services de la Commission, ainsi qu à l occasion de missions de vérification sur place, que deux finalités particulières sont couramment poursuivies : la finalité de prospection commerciale (réalisation de scores d appétence, démarchage commercial, etc.) et la finalité d évaluation, de détection ou de gestion du risque (crédit scoring, fichiers des clients indésirables, notation de la clientèle dans le cadre du ratio Mac Donough 4, procédures de contrôle lors de l ouverture d un compte bancaire (interrogation du FCC 5 et du FICP 6, alimentation de FICOBA 7, etc.), lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme, etc.). Dans ce contexte, il est apparu à la CNIL que si la finalité relative à la prospection commerciale est souvent évoquée (mais de façon très succincte ou à l occasion de la question du droit d opposition), 90 % des conventions de compte ne fournissent aucune information sur la finalité relative à la gestion du risque alors même que celle-ci préside à la collecte et l analyse de très nombreuses informations concernant la clientèle. La CNIL relève à cet égard qu afin de garantir l application du principe de transparence décliné par les articles 27, 34 et suivants de la loi du 6 janvier 1978, l existence de processus de surveillance de la clientèle bancaire ne peut demeurer secrète. Eu égard à la sensibilité des traitements considérés, la Commission pourra utilement aider les organismes financiers dans la rédaction des mentions à insérer dans les documents contractuels appropriés. En 1994, au sujet de la constitution des fichiers de fraude à l obtention de crédit, la CNIL avait par exemple préconisé à une société de crédit de faire figurer la mention suivante : «toute déclaration irrégulière pourra faire l objet d un traitement spécifique». B. Le secret bancaire et la communication d informations à des tiers Dans le cadre de la communication d informations à des tiers, en particulier à des fins de prospection commerciale, et en application des règles relatives au secret bancaire, la plupart des établissements financiers intègrent dans leur convention de compte une clause de levée du secret bancaire au bénéfice de tiers plus ou moins bien désignés dans les conventions (soustraitants, partenaires ou sociétés du groupe). 4 S alignant d ores et déjà sur les recommandations du comité de Bâle II qui a renforcé les exigences en matière d adéquation des fonds propres (ratio de solvabilité Mac Donough), les organismes financiers souhaitent rendre compte de la gestion du risque en l intégrant dans leur procédure de contrôle interne. A côté des risques traditionnels le risque de marché, le risque de crédit (supposés être mesurables selon des formules mathématiques), la prise en compte du «risque opérationnel» sera désormais incluse dans le calcul de l adéquation des fonds propres. Ces nouvelles règles prudentielles incitent ainsi les organismes de crédit à prendre en compte le risque juridique, le risque de fraude, les erreurs humaines, les risques fiscaux et désormais le risque de blanchiment. Des systèmes de notation de la clientèle sont ainsi mis en œuvre afin de pouvoir apprécier l opportunité d une entrée en relation ou de l octroi d un produit ou service. 5 Fichier central des chèques. 6 Fichier des incidents de remboursement de crédits aux particuliers. 7 Fichier des comptes bancaires. 5

6 La CNIL a eu l occasion de s interroger à plusieurs reprises sur la portée de la faculté offerte au client d autoriser le banquier à révéler certaines des informations détenues à des tiers désignés. Il lui est apparu que, sous réserve de l appréciation des tribunaux, la souscription d une clause particulière, dite de «levée du secret bancaire» pour des conventions ayant le caractère de contrats d adhésion, ne permet pas d assurer que la personne a indubitablement donné son consentement, de façon libre et éclairée, compte tenu du faible pouvoir de négociation du particulier et de l impossibilité d exercer son droit d opposition (il convient en effet de rappeler que tout refus pour le client de lever le secret bancaire aurait pour conséquence, dans la plupart des cas, le refus d ouverture de compte). La CNIL relève qu aucune des conventions ne prévoit par exemple une case à cocher en fin de contrat qui permettrait de recueillir le consentement des personnes selon les règles posées dans la directive 95/46 du 24 octobre 1995 («le consentement est toute manifestation de volonté, libre, spécifique et informée par laquelle la personne concernée accepte que les données la concernant fassent l objet d un traitement»). Ce point est d autant plus important que pourraient se développer, demain, des pratiques nouvelles de recueil du consentement des personnes, s agissant par exemple des questions relatives à la prospection par voie électronique. On peut également observer que la question de la levée du secret bancaire n est pas évoquée dans les conditions générales de certains établissements. On peut enfin noter que lorsqu une communication au groupe est prévue, peu de conventions précisent que la liste des sociétés concernées pourra être communiquée au client sur simple demande. C. Les droits d accès, de rectification et d opposition Les modalités d exercice du droit d accès sont souvent définies précisément dans les conventions. Dans la plupart des cas, un service spécifique est clairement désigné et ses coordonnées postales sont indiquées. S agissant du droit d opposition, certaines banques n abordent pas la question, d autres ne l évoquent que s agissant des questions relatives à la prospection commerciale. On peut également remarquer que le droit d opposition ne peut, semble-t-il, jamais s exercer directement lors de la signature de la convention de compte (au moyen d une case à cocher). La CNIL recommande en conséquence que l exercice du droit d opposition puisse s effectuer de la façon la plus simple possible, par exemple au moyen d une case à cocher. La CNIL relève que l information sur le droit d opposition, si elle n est pas obligatoire en l état de la réglementation applicable, le sera très bientôt dans le cadre de l adoption du projet de loi (article 38). 6

7 D. Le caractère obligatoire ou facultatif des questions posées L article 27 de la loi du 6 janvier 1978 dispose que : «les personnes auprès desquelles sont recueillies des informations nominatives doivent être informées du caractère obligatoire ou facultatif des réponses ; des conséquences à leur égard d'un défaut de réponse». Cette obligation d information figure également à l article 32 du projet de loi. Dans de nombreux cas, les conventions n indiquent pas le caractère obligatoire ou facultatif des questions posées lors des opérations de collecte (ouverture du compte, octroi d un crédit, etc.). Les conséquences exactes d un défaut de réponse ne sont en conséquence pas précisées. Il existe par ailleurs une pratique consistant à indiquer dans la convention que toutes les questions posées sont obligatoires alors que le système informatique prévoit souvent des zones facultatives (c est le constat que la CNIL a pu faire lors de certaines missions de vérification sur place) : on supprime ainsi contractuellement une possibilité offerte techniquement. III. Les suites à envisager A la lecture des conventions, il apparaît que la plupart des établissements financiers assurent une information de leur clientèle sur les conditions dans lesquelles les données personnelles sont utilisées, même si les clauses pourraient dans la majorité des cas être améliorées. Si l on s en tient néanmoins à la question relative à l information sur la finalité des traitements, on peut considérer que 90 % des établissements financiers ne respectent pas les termes de la charte adoptée en janvier 2003 par la Fédération bancaire française. L obligation d information sur les finalités est d autant plus importante qu elle sera rendue obligatoire lors de l adoption du projet de loi (article 32). La CNIL constate également que les clauses ne tiennent pas toujours compte de certaines obligations d information prévue dans le projet de loi Informatique et Libertés telles que l information relative aux flux transfrontières de données ou à l exercice du droit d opposition. De façon générale, la CNIL relève un certain manque de clarté dans la rédaction utilisée : trop juridique, elle est souvent peu compréhensible vis à vis du consommateur. On peut en particulier relever que la plupart des notions juridiques ne sont ni explicitées, ni illustrées (par exemple s agissant des droit d accès, de rectification et d opposition, de la notion de tiers autorisé, etc.). Compte-tenu de ce qui précède, la CNIL souhaite se rapprocher du Comité des usagers et de la Fédération bancaire française afin de leur faire part de ses observations. * * * 7

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ;

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ; DÉLIBÉRATION N 03-034 DU 19 JUIN 2003 PORTANT ADOPTION D'UNE RECOMMANDATION RELATIVE AU STOCKAGE ET À L UTILISATION DU NUMÉRO DE CARTE BANCAIRE DANS LE SECTEUR DE LA VENTE À DISTANCE La Commission nationale

Plus en détail

1 L organisation. du système bancaire. I Principes. II Éléments et analyse. A. Les différentes catégories d établissements

1 L organisation. du système bancaire. I Principes. II Éléments et analyse. A. Les différentes catégories d établissements 1 L organisation du système bancaire I Principes L article L 311.1 du Code monétaire et financier précise les missions d un établissement de crédit : «Les établissements de crédit sont des personnes morales

Plus en détail

Compte sur Livret Logement Social. Conditions Générales

Compte sur Livret Logement Social. Conditions Générales Compte sur Livret Logement Social Conditions Générales 1 - Conditions d ouverture et de détention Le Compte sur Livret Logement Social est un compte d épargne. Il peut être ouvert par tout Organisme d

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Bien organiser votre assemblée générale (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso Octobre 2011) Quelles sont les obligations à respecter pour une bonne gouvernance

Plus en détail

annexe IV rapport du Président du Conseil d Administration

annexe IV rapport du Président du Conseil d Administration annexe IV rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel»

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» «Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» Incidence de la réforme de la loi «Informatique et libertés» et de la loi «Économie Numérique» Emilie PASSEMARD, Chef du service

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

Lignes directrices relatives aux échanges d informations au sein d un groupe et hors groupe

Lignes directrices relatives aux échanges d informations au sein d un groupe et hors groupe Mars 2011 Lignes directrices relatives aux échanges d informations au sein d un groupe et hors groupe Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) répondent à une demande

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

Quelles informations votre banquier détient-il sur vous? Pourquoi refuse-t-il de vous fournir une carte bancaire ou un chéquier?

Quelles informations votre banquier détient-il sur vous? Pourquoi refuse-t-il de vous fournir une carte bancaire ou un chéquier? Avant-propos Quelles informations votre banquier détient-il sur vous? a v a n t - p r o p o s Pourquoi refuse-t-il de vous fournir une carte bancaire ou un chéquier? Pourquoi ne parvenez-vous pas à obtenir

Plus en détail

GUIDE BANQUE, CRÉDIT : ÊTES-VOUS FICHÉ?

GUIDE BANQUE, CRÉDIT : ÊTES-VOUS FICHÉ? GUIDE BANQUE, CRÉDIT : ÊTES-VOUS FICHÉ? Édition Septembre 2007 Sommaire AVANT-PROPOS page 1 OÙ POUVEZ-VOUS ÊTRE FICHÉ? Les fichiers des banques et des organismes de crédit Les fichiers de la Banque de

Plus en détail

INFORMATION. Si votre association est déjà cliente du Crédit Coopératif, nous vous remercions de bien vouloir :

INFORMATION. Si votre association est déjà cliente du Crédit Coopératif, nous vous remercions de bien vouloir : Réservé à la vente à distance INFORMATION Vous trouverez ci-jointe la convention d ouverture du Livret A pour une association. Attention : depuis le 1 er janvier 2009, en vertu de la loi du 4 août 2008,

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Lundi 13 octobre 2008 Dossier de presse Communiqué

Plus en détail

Le Traitement des Données Personnelles au sein d une Association

Le Traitement des Données Personnelles au sein d une Association Fiche actualisée le 27/02/2015 Le Traitement des Données Personnelles au sein d une Association Préambule Une association est naturellement amenée à regrouper des informations à caractère personnel sur

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action?

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action? CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Communiqué du Conseil national de la comptabilité du 21 décembre 2004 relative aux Plans d épargne entreprise (PEE) Sommaire 1- Qualification de l instrument de capital

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Délibération n 2009-002 du 20 janvier 2009 de la formation restreinte prononçant un avertissement à l encontre de la société KEOLIS RENNES

Délibération n 2009-002 du 20 janvier 2009 de la formation restreinte prononçant un avertissement à l encontre de la société KEOLIS RENNES Délibération n 2009-002 du 20 janvier 2009 de la formation restreinte prononçant un avertissement à l encontre de la société KEOLIS RENNES La Commission nationale de l informatique et des libertés, réunie

Plus en détail

Le premier bilan de la médiation bancaire

Le premier bilan de la médiation bancaire Depuis plusieurs années, certains établissements avaient désigné, de leur propre initiative, des médiateurs pour régler les différends avec leur clientèle. La médiation bancaire, qui a été généralisée

Plus en détail

PME Finance 29 avril 2014

PME Finance 29 avril 2014 PME Finance 29 avril 2014 http://www.pmefinance.org/9587-crowdfunding-analyse-du-projet-d-ordonnance.html Crowdfunding : le projet d'ordonnance se précise Très attendu, le projet d'ordonnance de simplification

Plus en détail

Protection des données personnelles et refus de crédit

Protection des données personnelles et refus de crédit GUIDE PRATIQUE Protection des données personnelles et refus de crédit ÉDITION 03/2003 Sommaire PRÉSENTATION page 2 VÉRIFIER QUE VOUS N ÊTES PAS FICHÉ A LA BANQUE DE FRANCE page 3 LES EXPLICATIONS POSSIBLES

Plus en détail

FICHIERS INFORMATISES ET CNIL

FICHIERS INFORMATISES ET CNIL FICHIERS INFORMATISES ET CNIL 17/11/2011 L intérêt actuel pour les entreprises de recueillir des informations précises sur leur clientèle potentielle n est plus à démontrer. Le «profiling» joue un rôle

Plus en détail

CRISTALLIN KIT D INFORMATION INFORMATIQUE ET LIBERTES A DESTINATION DES OPTICIENS

CRISTALLIN KIT D INFORMATION INFORMATIQUE ET LIBERTES A DESTINATION DES OPTICIENS CRISTALLIN KIT D INFORMATION INFORMATIQUE ET LIBERTES A DESTINATION DES OPTICIENS 19 06 2012 SOMMAIRE 1. Préambule 3 2. Réaliser les formalités préalables adéquates 3 3. Informer vos clients 3 4. Obtenir

Plus en détail

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL Hélène Lebon Avocat Associé PROGRAMME Champ d application de la loi I&L Principales obligations imposées par la loi Informatique et libertés Pouvoirs

Plus en détail

Réglez un litige avec votre banque

Réglez un litige avec votre banque LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 3 Réglez un litige avec votre banque FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE mise à jour décembre 2005 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale

Plus en détail

BIG DATA Jeudi 22 mars 2012

BIG DATA Jeudi 22 mars 2012 BIG DATA Jeudi 22 mars 2012 87 boulevard de Courcelles 75008 PARIS Tel :01.56.43.68.80 Fax : 01.40.75.01.96 contact@haas-avocats.com www.haas-avocats.com www.jurilexblog.com 1 2012 Haas société d Avocats

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005 Commission nationale de l informatique et des libertés Paris, le 10 novembre 2005 Document d orientation adopté par la Commission le 10 novembre 2005 pour la mise en œuvre de dispositifs d alerte professionnelle

Plus en détail

COMPTE EPARGNE LOGEMENT. Une épargne constructive. Conditions Générales

COMPTE EPARGNE LOGEMENT. Une épargne constructive. Conditions Générales COMPTE EPARGNE LOGEMENT Une épargne constructive Conditions Générales CONDITIONS GENERALES 1. Conditions d ouverture et de détention Toute personne physique peut être titulaire d un compte d épargnelogement

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT 1414214 D Intitulé du texte : projet de décret relatif aux modalités de calcul du taux annuel effectif de l assurance Ministère à l origine de la

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ADMINISTRATION. Commission nationale de l informatique et des libertés

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ADMINISTRATION. Commission nationale de l informatique et des libertés ADMINISTRATION Autorités administratives indépendantes et établissements sous tutelle CNIL Commission nationale de l informatique et des libertés _ Délibération n o 2013-255 du 19 septembre 2013 portant

Plus en détail

CHARTE DU GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DANS LES BANQUES POPULAIRES

CHARTE DU GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DANS LES BANQUES POPULAIRES CHARTE DU GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DANS LES BANQUES POPULAIRES 1 CHARTE DU GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DANS LES BANQUES POPULAIRES PREAMBULE Le fonctionnement des Banques populaires est régi par un ensemble

Plus en détail

Rachat partiel, Rachats partiels programmés et Rachat total

Rachat partiel, Rachats partiels programmés et Rachat total Code Courtier/CGPI :... Rachat partiel, Rachats partiels programmés et Rachat total Nom du contrat/adhésion... N... Veillez à ce que les renseignements donnés soient clairs et complets. Complétez les informations

Plus en détail

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1109806L/Bleue-1 PROJET DE LOI autorisant l approbation du protocole d amendement à la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

Traitements de données à caractère personnel

Traitements de données à caractère personnel I G 518 Avril 2008 I N S T R U C T I ON G E N E R A L E Traitements de données à caractère personnel Procédures préalables à la mise en service et droits d accès A D M I N I S T R AT I O N G É N É R A

Plus en détail

Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers

Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers Juillet 2012 n 17 crédit Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Charte d Agrément Annonceur Pacitel

Charte d Agrément Annonceur Pacitel Charte d Agrément Annonceur Pacitel Table des matières Préambule... 2 1 Procédure d'agrément Annonceur... 3 1.1 Dossier de candidature... 3 1.2 Conditions d Agrément Annonceur... 3 1.2.1 Engagements du

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2010-42 DU 15 NOVEMBRE 2010 PORTANT AUTORISATION PRESENTEE PAR SUISSCOURTAGE S.A.M. RELATIVE AU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE «GESTION DES SINISTRES

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-04 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 75 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 2 novembre 2011 PROPOSITION DE LOI visant à créer un fichier positif afin de lutter contre le surendettement, PRÉSENTÉE

Plus en détail

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006)

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006) Bilan de l application de la recommandation de la Commission nationale de l informatique et des libertés du 29 novembre 2001 sur la diffusion de données personnelles sur Internet par les banques de données

Plus en détail

CAPCIEL CONDITIONS GENERALES. (en vigueur au 01.12.2013)

CAPCIEL CONDITIONS GENERALES. (en vigueur au 01.12.2013) BRETAGNE PAYS DE LOIRE CAPCIEL CONDITIONS GENERALES (en vigueur au 01.12.2013) 12/2013 Page 1 sur 5 Article 1 DEFINITION Le contrat CAPCIEL est un compte à terme sur lequel les sommes déposées par le titulaire

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, DELIBERATION N 2015-05 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

CHARTE DE L E-MAILING. Code relatif à l utilisation de coordonnées électroniques à des fins de prospection directe

CHARTE DE L E-MAILING. Code relatif à l utilisation de coordonnées électroniques à des fins de prospection directe Déclaré conforme à la loi Informatique et Libertés par la CNIL, le 30 mars 2005, suivant procédure prévue par l article 11-3 de la loi du 6 janvier 1978. CHARTE DE L E-MAILING Code relatif à l utilisation

Plus en détail

département des affaires juridiques Service du Contentieux et de la Protection des Données Personnelles rapport d activité

département des affaires juridiques Service du Contentieux et de la Protection des Données Personnelles rapport d activité département des affaires juridiques Service du Contentieux et de la Protection des Données Personnelles rapport d activité de la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à

Plus en détail

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 28 Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Loi relative à l entreprise publique La Poste et aux activités postales Le projet de loi relatif

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

Rapport du pays ou de la juridiction FRANCE. Site Web : http://www.cnil.fr

Rapport du pays ou de la juridiction FRANCE. Site Web : http://www.cnil.fr Rapport du pays ou de la juridiction FRANCE Site Web : http://www.cnil.fr 1. Mesure de la diversité, «statistiques ethniques», égalité des chances La CNIL engage le débat La question de la lutte contre

Plus en détail

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances Décembre 2011 Les principes d application sectoriels,

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle II, Luxembourg, le 26 Juin 2014-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

INFORMATION. Pour tout renseignement complémentaire, contactez-nous au 0810 63 44 44 (prix d un appel local).

INFORMATION. Pour tout renseignement complémentaire, contactez-nous au 0810 63 44 44 (prix d un appel local). Réservé à la vente à distance INFORMATION Vous trouverez ci-jointe la convention d ouverture du Livret A Comme Agir. Si vous êtes déjà client du Crédit Coopératif, nous vous remercions de bien vouloir

Plus en détail

CONVENTION d'ouverture de COMPTE «LIVRET JEUNE»

CONVENTION d'ouverture de COMPTE «LIVRET JEUNE» CONVENTION d'ouverture de COMPTE «LIVRET JEUNE» Agence :... Code agence :... ICC du titulaire :... N de compte :... Intitulé du compte :... Titulaire Mme Mlle M. Autre :... Nom :... Prénom(s) :... Nom

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43 Le 22 octobre 2015 JORF n 0192 du 21 août 2015 Texte n 43 ORDONNANCE Ordonnance n 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation NOR: EINC1512728R ELI:http://www.legifrance.gouv.fr/eli/ordonnance/2015/8/20/EINC1512728R/jo/texte

Plus en détail

N 189 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 23 janvier 1997. PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE

N 189 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 23 janvier 1997. PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE N 189 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997 Annexe au procès-verbal de la séance du 23 janvier 1997. PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE portant réforme de la réglementation comptable et adaptation

Plus en détail

Le droit d opposition à être sollicité

Le droit d opposition à être sollicité Le droit d opposition à être sollicité Comment en informer les personnes? Quand leur permettre de l exercer? Etienne Drouard Avocat à la Cour edrouard@morganlewis.com 01 53 30 43 00-06 07 83 33 81 Morgan,

Plus en détail

REFLEXIONS DE LA CGPME

REFLEXIONS DE LA CGPME DROIT DE LA CONSOMMATION REFLEXIONS DE LA CGPME Réponse à la consultation publique sur le Livre Vert relatif à la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs Le 8 février

Plus en détail

LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP)

LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) La loi de régulation bancaire et financière n 2010-1249 du 22 octobre 2010 a mis en place différentes mesures visant

Plus en détail

Vu la loi n 76-03 du 23 novembre 2005, portant statut de Bank Al-Maghrib ;

Vu la loi n 76-03 du 23 novembre 2005, portant statut de Bank Al-Maghrib ; Délibération n 479-AU-2013 du 01/11/2013 portant modèle de demande d autorisation relative au traitement de données à caractère personnel mis en œuvre par des établissements de crédit et organismes assimilés

Plus en détail

Dématérialisation et protection des données

Dématérialisation et protection des données Colloque de l AJAR 4 décembre 2012 Dématérialisation et protection des données Philippe POIGET, Directeur des affaires juridiques, fiscales et de la concurrence Fédération Française des Sociétés d Assurances

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-75 DU 7 AVRIL 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION DE TRANSFERT D INFORMATIONS

DELIBERATION N 2014-75 DU 7 AVRIL 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION DE TRANSFERT D INFORMATIONS DELIBERATION N 2014-75 DU 7 AVRIL 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION DE TRANSFERT D INFORMATIONS NOMINATIVES VERS LA SOCIETE L.D.M. PLUS LTD, SISE EN ISRAËL,

Plus en détail

LIVRET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE CONDITIONS GÉNÉRALES

LIVRET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE CONDITIONS GÉNÉRALES LIVRET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE CONDITIONS GÉNÉRALES Art. L.221-27 à L.221-28 et art. D. 221-103 à D. 221-107 du Code monétaire et financier, art. 157 9 quater du Code Général des impôts 1 - Ouverture

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 20.10.2015 COM(2015) 509 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL présenté en vertu de l article 503 du règlement (UE) nº 575/2013 Exigences

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 31 mars 2014 Table des matières APERÇU DU DOCUMENT... 3 ENTITÉ FAISANT LA DÉCLARATION... 3 GESTION DES RISQUES

Plus en détail

Notre devise : Formation : IOBSP. Intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement. Durée : 150 heures (22 jours)

Notre devise : Formation : IOBSP. Intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement. Durée : 150 heures (22 jours) Notre devise : «Offrir une qualité optimale de formation basée en premier lieu sur la confiance des Hommes et des Femmes qui font et feront l entreprise de demain en Outre-Mer» Formation : IOBSP Intermédiaires

Plus en détail

IMPORTANT : Vous devrez joindre ce QCM complété à votre devoir écrit (cas pratique) CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS

IMPORTANT : Vous devrez joindre ce QCM complété à votre devoir écrit (cas pratique) CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS IMPORTANT : Vous devrez joindre ce QCM complété à votre devoir écrit (cas pratique) CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS CONCOURS INTERNE D ASSISTANT TECHNIQUE des 18 et 19 décembre 2006 Document n 2 8 pages

Plus en détail

Délibération n 2006-174 du 28 juin 2006 prononçant une sanction pécuniaire à l encontre du Crédit Lyonnais (LCL)

Délibération n 2006-174 du 28 juin 2006 prononçant une sanction pécuniaire à l encontre du Crédit Lyonnais (LCL) Délibération n 2006-174 du 28 juin 2006 prononçant une sanction pécuniaire à l encontre du Crédit Lyonnais (LCL) La Commission nationale de l informatique et des libertés, réunie en formation restreinte,

Plus en détail

Le Délégué à la protection des données : l acteur essentiel du nouveau dispositif global de la protection des données personnelles.

Le Délégué à la protection des données : l acteur essentiel du nouveau dispositif global de la protection des données personnelles. Contribution de l AFCDP à la Consultation de la Commission Européenne «Une Approche Globale de la Protection des Données à caractère Personnel dans l Union Européenne» Le Délégué à la protection des données

Plus en détail

La cotation Banque de France

La cotation Banque de France ENTREPRISES PROFESSION BANCAIRE La cotation Banque de France Guide de référence 2011 Une référence pour le dialogue entre la banque et l entreprise Sommaire LA COTATION BANQUE DE FRANCE 1.1. UNE COTATION

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

Note d observations de la Commission nationale de l informatique et des libertés concernant la proposition de loi relative à la protection de l

Note d observations de la Commission nationale de l informatique et des libertés concernant la proposition de loi relative à la protection de l Note d observations de la Commission nationale de l informatique et des libertés concernant la proposition de loi relative à la protection de l identité Examinée en séance plénière le 25 octobre 2011 Depuis

Plus en détail

Comité de pilotage de la PREDIM 14 octobre 2008 I - PRINCIPES

Comité de pilotage de la PREDIM 14 octobre 2008 I - PRINCIPES L autorisation unique de la CNIL pour la mise en œuvre de traitements automatisés de données à caractère personnel dans la gestion des systèmes billettiques Comité de pilotage de la PREDIM 14 octobre 2008

Plus en détail

< SOMMAIRE. page. 5 Avant-propos

< SOMMAIRE. page. 5 Avant-propos < SOMMAIRE page. 5 Avant-propos page. 7 Chapitre 1 Un nouveau contexte économique et juridique nécessitant la remise en perspective de la doctrine de la CNIL page. 19 Chapitre 2 La diversité des fichiers

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

L essentiel des techniques bancaires

L essentiel des techniques bancaires Jean-Marc Béguin Arnaud Bernard L essentiel des techniques bancaires Éditions Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54115-1 Sommaire Sommaire Introduction...............................................

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2011-04 DU 10 JANVIER 2011 PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE LA SOCIETE DES BAINS DE MER ET DU CERCLE DES ETRANGERS RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE D UN TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-283

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-283 Paris, le 17 décembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-283 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Les règles juridiques applicables à la géolocalisation 20/10/2015

Les règles juridiques applicables à la géolocalisation 20/10/2015 Les règles juridiques applicables à la géolocalisation 20/10/2015 Conditions de licéité du traitement Loyauté et licéité de la collecte Les données doivent être : collectées pour des finalités déterminées,

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 06/10/ à 11:29:43 PROGRAMME 862 : PRÊTS POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION SERVICE ENTRAIDE PARENTS DU MESNIL SAINT DENIS

REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION SERVICE ENTRAIDE PARENTS DU MESNIL SAINT DENIS REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION SERVICE ENTRAIDE PARENTS DU MESNIL SAINT DENIS Ce règlement intérieur complète et précise les statuts de l association Service Entraide Parents. Il s applique obligatoirement

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle III, Luxembourg, le 30 Juin 2015-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 244 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 17 mars 2009 PROPOSITION DE LOI tendant à favoriser l accès au crédit

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1 Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs Déplacement de Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics et Carole Delga, secrétaire d État chargée

Plus en détail

Compte rendu résumé Réunion du 29 mars 2007

Compte rendu résumé Réunion du 29 mars 2007 Compte rendu résumé Réunion du 29 mars 2007 Accueil et introduction de la réunion par B Maillard (CC OSIG) Intervention de François Richir- ATI du Nord Résumé des différentes étapes du vote de la Loi du

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

Compte sur livret régional ile - de - france

Compte sur livret régional ile - de - france Compte sur livret régional ile - de - france Conditions Générales 1 - ouverture et détention du compte sur livret régional 1.1 - Conditions d ouverture et de détention Le Compte sur Livret Régional est

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Initialement conçu comme une mesure destinée à concilier le principe de liberté contractuelle en matière d ouverture

Plus en détail

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale est

Plus en détail

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales déontologie Code de déontologie sur les bases de données comportementales 1 Code de déontologie sur les bases de données comportementales Préambule Les bases de données comportementales constituées principalement

Plus en détail