Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances"

Transcription

1 Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances Décembre 2011 Les principes d application sectoriels, élaborés par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP), répondent à une demande spécifique des professionnels de l assurance, soumis au contrôle de l ACP, qui ont recours à la tierce introduction pour l identification et la vérification de l identité de leurs clients. Ces principes d application sectoriels s adressent à tous les organismes d assurance visés par la réglementation relative à la prévention de l utilisation du système financier aux fins de blanchiment et de financement du terrorisme, à l article L , 3 et 4 du Code monétaire et financier (CMF) à savoir : les entreprises d assurance mentionnées à l article L du Code des assurances, les intermédiaires d assurance sauf ceux qui agissent sous l entière responsabilité de l organisme d assurance, les institutions ou unions régies par le titre III du livre IX du Code de la sécurité sociale ou relevant du II de l article L du Code rural, les mutuelles ou unions régies par les livres I et II du Code de la mutualité assujetties au titre VI du livre V du Code monétaire et financier (ci-après les «organismes d assurance»). Ce document, présenté sous forme de fiches, vise à faciliter les conditions de mise en œuvre des dispositions du CMF notamment les articles L et R du CMF, en tenant compte des lignes directrices transsectorielles de l ACP relatives à la tierce introduction et des spécificités du domaine de l assurance. Les principes d application adoptés par l ACP sont publics. Ils ont fait l objet d une concertation préalable à leur adoption au sein de la commission consultative Lutte contre le blanchiment instituée par l ACP en application de l article L du CMF, qui a donné son avis le 18 novembre Ces principes d application pourront faire l objet d adaptations par la suite pour tenir compte de l expérience de l ACP et des sujets que les membres de la commission consultative Lutte contre le blanchiment des capitaux souhaiteront approfondir, ainsi que des changements législatifs ou réglementaires éventuels, ou encore des recommandations internationales intervenues le cas échéant sur cette notion. INTRODUCTION 1. Ces présents principes d application tiennent compte des spécificités du secteur de l assurance, et notamment du rôle joué par les intermédiaires dans la distribution des produits d assurance.

2 2. Parmi les organismes d assurance, peuvent recourir à la tierce introduction ou avoir la qualité de tiers introducteur : les entreprises d assurance mentionnées à l article L du Code des assurances ; les institutions ou unions régies par le titre III du livre IX du Code de la sécurité sociale ou relevant du II de l article L du Code rural ; les mutuelles ou unions régies par les livres I et II du Code de la mutualité assujetties au titre VI du livre V du Code monétaire et financier ; les intermédiaires d assurance 1, sauf ceux qui agissent sous l entière responsabilité de l entreprise d assurance. 3. S agissant des intermédiaires d assurance, il convient de distinguer ceux qui exercent l intermédiation en tant que courtiers d assurance définis à l article R I.1 du Code des assurances qui relèvent en principe de la tierce introduction, et les agents généraux d assurance, mandataires d assurance et mandataires d intermédiaires qui agissent au nom et pour le compte de l organisme d assurance, respectivement définis aux 2, 3 et 4 de l article R du même code 2. Régime applicable aux intermédiaires qui agissent au nom et pour le compte de l organisme d assurance 4. Les agents généraux ainsi que les mandataires d assurance et les mandataires d intermédiaires ne sont pas soumis aux dispositions du Code monétaire et financier telles que prévues par les articles L et suivants du CMF. Dans ces conditions, ils ne peuvent exercer la fonction de tiers introducteur et les organismes d assurance ne peuvent avoir recours à eux dans le cadre de la tierce introduction. Néanmoins, les organismes d assurance imposent à ces intermédiaires, dans le cadre de leur mandat, d appliquer leurs procédures de lutte contre le blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme (ci-après «LCB-FT») en s assurant de leur mise en œuvre effective à travers leur dispositif de contrôle interne. 5. Les organismes d assurance qui confient, à l agent général ou au mandataire d assurance, les diligences à accomplir à l égard de la clientèle, demeurent responsables du respect de leurs obligations de vigilance en matière de LCB-FT. De même, le courtier qui a recours à un mandataire d intermédiaire en assurance pour l accomplissement des diligences à l égard de la clientèle demeure responsable du respect de ses obligations de vigilance en matière de LCB-FT. 6. À cet égard, l ACP invite les organismes d assurance et les courtiers à indiquer, avec précision, aux intermédiaires qui agissent en leur nom et pour leur compte, les procédures que ces intermédiaires doivent appliquer. Ils précisent aussi les modalités de transmission des éléments recueillis dans le cadre des diligences à l égard de la clientèle, ainsi que les modalités de contrôle du respect des procédures susmentionnées par ces intermédiaires. 7. Il appartient aux organismes d assurance de justifier à l ACP les mesures de contrôle mises en œuvre, notamment à l occasion de la remise du rapport annuel sur le contrôle interne, qui décrit les mesures prises pour assurer la maîtrise des activités externalisées et des modes de commercialisation des produits de l organisme d assurance L intermédiation en assurance est définie à l article L I du Code des assurances. 2. Cette deuxième catégorie relève «d une relation contractuelle d agence» au sens du considérant 28 de la directive 2005/60/CE. Par ailleurs, s agissant de la distinction entre tierce introduction et externalisation, cf. paragraphes 3 à 5 et 8 des lignes directrices relatives à la tierce introduction. 3. Cf. articles R du Code des assurances, R du Code de la mutualité et R du Code de la sécurité sociale. Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel 2

3 FICHE PRATIQUE N 1 MODALITÉS DE RECOURS AU TIERS INTRODUCTEUR PAR L ORGANISME D ASSURANCE 1 La sélection du tiers introducteur dans le secteur des assurances 8. Les organismes d assurance doivent s assurer, avant de faire appel à un tiers introducteur, que ce dernier répond aux conditions prévues à l article L a) du CMF : le tiers introducteur est une personne située en France, dans l UE ou dans un pays tiers équivalent 4 ; le tiers est soumis à une réglementation LCB-FT ; le tiers est soumis au contrôle d une autorité compétente. 9. La sélection du tiers introducteur doit résulter d une approche par les risques. Outre les critères d évaluation déjà évoqués dans les lignes directrices relatives à la notion de tierce introduction 5, les organismes d assurance qui font appel à un tiers introducteur doivent : si le tiers introducteur est situé en France, s assurer que ce dernier figure sur la liste des intermédiaires immatriculés, publiée par l Organisme pour le registre des intermédiaires en assurance (ORIAS) 6. L immatriculation est, en effet, subordonnée au respect d une série d exigences comme l honorabilité et les compétences professionnelles, la souscription d une assurance responsabilité civile et d une garantie financière ; si le tiers introducteur est situé dans un État membre de l Union européenne (UE) et soumis au contrôle de l autorité compétente de cet État membre, et qu il exerce sur le territoire français en régime de libre prestation de services (LPS) ou de libre établissement (LE), s assurer auprès de l ORIAS qu il est immatriculé conformément au droit de son pays d origine 7 ; si le tiers introducteur est situé dans un État membre de l UE, et qu il n exerce pas sur le territoire français en régime de LPS ou de LE, s assurer qu il appartient à une catégorie équivalente, qu il est assujetti à la réglementation LCB-FT de l État membre d origine et soumis au contrôle d une autorité compétente de cet État membre ; si le tiers introducteur est situé dans un pays tiers équivalent, s assurer qu il appartient à une catégorie équivalente et qu il est bien soumis à des obligations équivalentes en matière de LCB-FT, ainsi qu au contrôle d une autorité compétente de ce pays tiers équivalent. 10. Les courtiers d assurance mentionnés à l article L du CMF, dont le chiffre d affaires annuel n a pas dépassé au cours des cinq dernières années 8, qui, de ce fait, ne sont pas tenus de désigner un membre de la direction comme responsable LCB-FT, d élaborer une classification des risques BC-FT, de 4. Arrêté du 27 juillet 2011 relatif à la liste des pays tiers équivalents en matière de LCB-FT. 5. Cf. partie 2 c) des lignes directrices relatives à la notion de tierce introduction. 6. Article L I du Code des assurances. 7. Article L du Code des assurances. 8. Article A du Code des assurances. Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel 3

4 déterminer un profil de la relation d affaires avec le client permettant de détecter des anomalies dans cette relation 9, peuvent néanmoins être tiers introducteurs. En effet, ils demeurent soumis au premier alinéa des articles L et L du CMF. 11. Pour établir la classification prévue en application de l article R du CMF, les organismes d assurance prennent en compte les modalités de distribution des produits d assurance en portant une appréciation sur les risques BC-FT induits par les différents canaux de distribution auxquels ils ont recours dans le cadre de la tierce introduction. 2 Mesures de vigilance allégées, complémentaires et renforcées Sur cette partie, se référer également aux lignes directrices relatives à la notion de tierce introduction. Identification et vérification de l identité de la clientèle 12. Les organismes d assurance bénéficient de dispositions particulières en matière de vérification d identité de la clientèle. Ainsi lorsque le paiement de la première prime ou cotisation s effectue par le débit d un compte ouvert auprès d un établissement de crédit établi en France, lui-même tenu à l obligation d identification, les organismes d assurance sont exemptés des obligations de vérification d identité qui sont considérées comme satisfaites Les courtiers, qui ont reçu un mandat d encaissement de la part de l organisme d assurance, peuvent euxmêmes faire application de ces modalités de vérification et s assurer que le paiement de la première prime ou de la première cotisation s effectue par le débit d un compte ouvert auprès d un établissement de crédit établi en France. 14. Les organismes d assurance qui font appel à un tiers introducteur s assurent que le tiers introducteur a vérifié que le compte ayant servi au règlement de la première prime ou de la première cotisation est ouvert dans les livres d un établissement de crédit établi en France et que le titulaire du compte ayant été débité est bien la personne dont l identité est l objet de la vérification. 15. Lorsque le courtier, tiers introducteur, n a pas reçu de mandat d encaissement de la part de l organisme d assurance, il ne peut se prévaloir des dispositions mentionnées au paragraphe 12 relatives au paiement de la première prime ou première cotisation. Dans ce cas, il reste tenu des obligations d identification et de vérification telles que prévues aux articles L et R du CMF. 16. Dans ce cadre, le courtier, tiers introducteur, transmet aux organismes d assurance, à première demande, copie des documents d identification du client et, le cas échéant, du bénéficiaire effectif ainsi que tout document pertinent pour assurer ces diligences conformément à l article R I du CMF. 9. 1, 2 et 3 de l article R du CMF. 10. Cf. article A du Code des assurances, A du Code de la mutualité et A du Code de la sécurité sociale. Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel 4

5 3 Modalités de contrôle des diligences mises en œuvre par le tiers introducteur 17. Les organismes d assurance doivent mettre en place des systèmes d évaluation et de gestion des risques de BC-FT conformément à l article L du CMF. Ces systèmes, le cas échéant, prennent en compte le recours à un tiers introducteur. 18. L article R du CMF prévoit : L établissement de procédures pour la maîtrise des risques BC-FT précisées à l article A II du Code des assurances 19. Les entreprises d assurance définissent des procédures écrites en matière de LCB-FT qui prévoient les diligences à accomplir en matière d identification du client et, le cas échéant, du bénéficiaire effectif, y compris lorsqu ils ont recours à un tiers mentionné à l article L du CMF pour entrer en relation avec un client dans les conditions prévues au I de l article R du même code. 20. Nonobstant le fait que les organismes du Code de la mutualité et du Code de la sécurité sociale ne sont pas encore soumis à des dispositions équivalentes à celles de l article A II du Code des assurances, l ACP encourage ces organismes, qui recourraient à des tiers introducteurs, à mettre en œuvre des mesures similaires. La mise en œuvre de procédures de contrôle permanent et périodique des risques de BC-FT Sur ce point, se référer également aux paragraphes 30 à 33 des lignes directrices relatives à la tierce introduction. 21. Les organismes d assurance qui effectuent des opérations d assurance doivent, afin de justifier au superviseur le respect de leurs obligations LCB-FT, adapter leur dispositif de contrôle interne 11 et, dans tous les cas où il existe une convention entre un organisme d assurance et un intermédiaire tiers introducteur, il apparaît souhaitable que les parties prévoient, dans cette convention, les modalités de contrôle telles que définies dans les lignes directrices relatives à la notion de tierce introduction au paragraphe 3 c). 22. L ACP encourage les organismes d assurance susmentionnés à formaliser leur relation avec le tiers introducteur en signant une convention définissant les modalités de transmission des éléments recueillis et de contrôle des diligences mises en œuvre par le tiers introducteur. Il peut s agir d une convention ayant un objet plus large que la tierce introduction. Cependant, des dispositions spécifiques devraient être prévues dans ce cas, de manière à distinguer ce qui relèverait de la relation commerciale entre l organisme d assurance et l intermédiaire, de ce qui concerne la tierce introduction. 23. En tout état de cause, dans la mesure où il existe une multitude de schémas organisationnels et que ces organismes d assurance travaillent avec un nombre important de courtiers, il apparaît souhaitable que soient insérées pour un même organisme d assurance, si possible de façon homogène, des clauses relatives à la tierce introduction et aux modalités de contrôle. 11. Pour les références des articles, cf. note n 3. Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel 5

6 Exemple de modalités de contrôle Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle Lorsqu une convention entre l organisme d assurance et le tiers introducteur a été signée, il apparaît souhaitable que celle-ci prévoit : les modalités de transmission des éléments recueillis par le courtier tiers introducteur conformément aux dispositions de l article R I du CMF, à savoir : la mise à disposition sans délai des éléments d information prévus relatifs à l identité du client ainsi que, le cas échéant, du bénéficiaire effectif et à l objet et à la nature de la relation d affaires, la transmission à première demande de la copie des documents d identification du client et, le cas échéant, du bénéficiaire effectif ainsi que tout document pertinent pour assurer ces diligences. Il appartient à l organisme d assurance, en liaison avec le tiers introducteur, de définir ces modalités de transmission ; les modalités de contrôle des diligences mises en œuvre par le tiers introducteur. Sur ce point, l ACP encourage les pratiques suivantes mises en place par certains organismes : rendez-vous sur une base au moins annuelle afin de vérifier la complétude des éléments recueillis par le tiers introducteur, par exemple, sur la base d un échantillon approprié de dossiers clients, remise sur une base au moins annuelle, à l organisme d assurance, de justificatifs d identité pour un échantillon approprié de clients, information au fil de l eau de l organisme d assurance par l établissement de crédit courtier, en cas de clôture de compte et transmission des éléments recueillis à l organisme d assurance. 4 La responsabilité de l organisme financier ayant recours au tiers introducteur Sur cette partie, se référer aux lignes directrices relatives à la notion de tierce introduction. Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel 6

7 FICHE PRATIQUE N 2 LE COURTIER D ASSURANCE EN TANT QUE TIERS INTRODUCTEUR 24. Conformément au 2 de l article L du CMF, les intermédiaires, sauf ceux qui agissent sous l entière responsabilité de l entreprise d assurance, sont assujettis aux obligations relatives à la LCB-FT. 25. Le courtier d assurance, mandataire du preneur d assurance qui est son client, est assujetti aux obligations relatives à la LCB-FT, telles que prévues par le titre V du livre V du CMF, et soumis au contrôle LCB-FT de l ACP conformément à l article L du CMF. Dans ce cadre, le courtier applique ses propres procédures LCB-FT afin de se conformer aux obligations de vigilance à l égard de la clientèle, définies aux articles L à L et précisées aux articles R à R du CMF. 26. Le courtier d assurance peut se voir confier, par un organisme d assurance, la mise en œuvre des obligations de vigilance prévues au premier alinéa des articles L et L du CMF, à savoir l identification et la vérification de l identité du client, le cas échéant, du bénéficiaire effectif de la relation d affaires, et la connaissance de l objet et de la nature de la relation d affaires, dans les conditions prévues par les articles L et R I du CMF et exposées dans les lignes directrices relatives à la tierce introduction. Client ou souscripteur du contrat d assurance Courtier situé en France, UE, pays tiers équivalent Organisme d assurance (OA) auprès duquel le client est introduit Mise en œuvre par le courtier des obligations LCB-FT à l égard de son client mandant. OA confie la mise en œuvre des obligations prévues au 1 er alinéa des articles L et L du CMF. Formalisation de la relation. 1 Nature de l information recueillie et modalités de transmission par le tiers introducteur 27. Les informations que le tiers introducteur met à disposition sans délai, et transmet à première demande de l organisme d assurance auprès duquel le client est introduit, sont celles qu il a recueillies avant d entrer en relation d affaires avec son client conformément aux articles R et R du CMF à savoir : Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel 7

8 Pour l identification des personnes physiques : les noms, prénoms, date et lieu de naissance de la personne ainsi, que la nature, les dates et lieu de délivrance du document officiel, et les noms et qualité de l autorité ou de la personne qui l a délivré ; des personnes morales : extrait de registre officiel datant de moins de trois mois constatant la dénomination, la forme juridique, l adresse du siège social, l identité des associés et des dirigeants sociaux mentionnés aux 1 et 2 de l article R du Code de commerce ou de leur équivalence en droit étranger. Pour la nature et l objet de la relation d affaires Les éléments d information liés à la connaissance du client et de la relation d affaires susceptibles d être recueillis aux fins d évaluation des risques de BC-FT sont mentionnés dans l arrêté du 2 septembre 2009 pris en application de l article R du CMF. Dans ce cadre, le tiers introducteur met en œuvre les mesures de vigilance mentionnées ci-dessous en adéquation avec les risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme présentés par la relation d affaires. Au titre de la connaissance de la relation d affaires : le montant et la nature des opérations envisagées, la provenance des fonds, la destination des fonds, la justification économique déclarée par le client ; Au titre de la connaissance de la situation professionnelle économique et financière du client et, le cas échéant, du bénéficiaire effectif : pour les personnes physiques : la justification de l adresse du domicile à jour au moment où les éléments sont recueillis, les activités professionnelles actuellement exercées ; les revenus ou tout élément permettant d estimer les autres ressources ; tout élément permettant d apprécier le patrimoine ; s agissant des personnes mentionnées aux I, II et III de l article R , les fonctions ou tout élément permettant d apprécier la nature des liens existant entre ces personnes, pour les personnes morales : la justification de l adresse du siège social ; les statuts ; les mandats et pouvoirs ; ainsi que tout élément permettant d apprécier la situation financière. Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel 8

9 2 Mesures de vigilance allégées, complémentaires et renforcées Sur cette partie, se référer également aux lignes directrices relatives à la tierce introduction. Cas particulier de la vente à distance distribution de produits d assurance par Internet ou par téléphone Il arrive en pratique que des sociétés de courtage d assurance distribuent des produits d assurance exclusivement par le biais d Internet ou par téléphone. Ainsi le client n est pas physiquement présent aux fins de l identification et de la connaissance de la relation d affaires. Dans ce cas, en sus des mesures de vigilance prévues par les articles L et L du CMF, le courtier d assurance applique des mesures de vigilance complémentaires à l égard de son client, conformément à l article L du CMF. En application de l article R du même code, le courtier d assurance doit choisir une des mesures de vigilance complémentaires parmi celles précisées par cet article : obtenir des pièces justificatives supplémentaires permettant de confirmer l identité de la personne avec laquelle les organismes sont en relation d affaires ; mettre en œuvre des mesures de vérification et de certification de la copie du document officiel ou de l extrait de registre officiel mentionné à l article R par un tiers indépendant de la personne à identifier ; exiger que le premier paiement des opérations soit effectué en provenance ou à destination d un compte ouvert au nom du client auprès d une personne mentionnée aux 1 à 6 de l article L établie dans un État membre de l UE ou dans un État partie à l accord sur l EEE ; obtenir une confirmation de l identité du client de la part d un organisme financier établi dans un État membre de l UE ou dans un État partie à l accord sur l EEE. En sa qualité de tiers introducteur, le courtier d assurances informe l organisme d assurance, auprès duquel le client est introduit, qu il a appliqué des mesures de vigilance complémentaires ou des mesures équivalentes sur la base d une législation étrangère et doit s assurer qu il pourra transmettre ces informations pertinentes sans délai à l organisme d assurance. Dans la mesure où ce dernier demeure responsable des obligations qui lui incombent, il lui appartient de s assurer, compte tenu des éléments recueillis, du niveau de risques présenté par le client introduit et de mettre en œuvre les mesures de vigilance adaptées. 3 Systèmes d évaluation et de gestion des risques BC-FT du courtier d assurance 28. Les courtiers d assurance, en tant que personnes assujetties aux obligations LCB-FT, doivent mettre en place des systèmes d évaluation et de gestion des risques BC-FT conformément à l article L du CMF. Ces systèmes devraient notamment prendre en compte leur activité en qualité de tiers introducteur. 29. En application de l article L du CMF, l article R du CMF prévoit notamment : Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel 9

10 L établissement de procédures pour la maîtrise des risques BC-FT 30. Les procédures LCB-FT du courtier d assurance prévoient les diligences à accomplir en matière d identification du client, le cas échéant du bénéficiaire effectif, et les diligences à accomplir en matière de connaissance de la clientèle lorsqu il agit en tant que tiers introducteur tel que mentionné à l article L du CMF. Il serait de bonne pratique que les procédures indiquent également les modalités de transmission des éléments d information à l organisme d assurance. La mise en œuvre de procédures de contrôle permanent et périodique des risques de BC-FT 31. Le courtier d assurance établit et met en œuvre des procédures de contrôle permanent et périodique des risques BC-FT qui incluent les activités menées au titre de la tierce introduction afin de constater, le cas échéant, d éventuelles anomalies et de prendre les mesures correctrices appropriées. La formation et l information des collaborateurs concernés par la LCB-FT 32. Les procédures LCB-FT doivent être diffusées à l ensemble des collaborateurs concernés du courtier d assurance. Le courtier d assurance doit assurer à ces collaborateurs des formations qui incluent l exercice de l activité de tierce introduction. 4 Responsabilité du courtier d assurance 33. Le courtier d assurance est soumis au contrôle de l ACP pour l ensemble des obligations relatives à la LCB- FT : identification et vérification de l identité de la clientèle ; connaissance de la clientèle ; vigilance constante sur la relation d affaires ; mise en place d un système d évaluation et de gestion des risques ; obligations d examen renforcé ; obligations déclaratives à Tracfin ; obligations relatives au gel des avoirs. 5 Cas du courtier grossiste 34. Le courtier grossiste souscripteur est un courtier d assurance, immatriculé au registre tenu par l ORIAS, qui conçoit des programmes d assurance destinés à répondre aux besoins de la clientèle de son réseau de distribution indépendant, réalise le placement assurantiel de ces programmes, et prend en charge, le cas échéant, la gestion administrative des adhésions à ses programmes. Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel 10

11 35. Le courtier grossiste n est pas en contact direct avec le client qui ne lui a octroyé aucun mandat. La présentation du programme d assurance ainsi que le recueil des souscriptions sont réalisés par le courtier qui est en contact direct avec le client, le courtier direct. Lors de l entrée en relation d affaires, le courtier direct identifie et vérifie l identité de son client tel que prévu aux articles L et R du CMF, et recueille les informations relatives à l objet et à la nature de la relation d affaires. En outre, il recueille tous les éléments nécessaires à l analyse des risques assurantiels mentionnés dans le contrat d assurance, ainsi qu une demande de souscription signée du client. Il transmet l ensemble de ces documents au courtier grossiste. 36. En pratique, on peut considérer que le courtier grossiste a recours à la tierce introduction pour la mise en œuvre des obligations de vigilance prévues au premier alinéa des articles L et L du CMF. Il appartient par conséquent, au courtier direct, tiers introducteur, de recueillir les éléments d identification et des informations relatives à l objet et à la nature de la relation d affaires, prévus au premier alinéa des articles L et L du CMF. Conformément à l article R I du CMF, le courtier direct met sans délai ces éléments d information à disposition du courtier grossiste et lui transmet, à première demande, copie des documents mentionnés par cet article. 37. L ACP appelle l attention des organismes d assurance sur le paragraphe 20 des lignes directrices relatives à la notion de tierce introduction qui insiste sur le fait que, dans le cadre de l approche par les risques et en l état actuel de la réglementation, l organisme d assurance doit toujours être en mesure de s assurer que le tiers introducteur met personnellement en œuvre les obligations prévues au premier alinéa des articles L et L du CMF. Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel 11

Principes d application sectoriels sur les bénéficiaires effectifs d organismes de placements collectifs

Principes d application sectoriels sur les bénéficiaires effectifs d organismes de placements collectifs Mars 2013 Principes d application sectoriels sur les bénéficiaires effectifs d organismes de placements collectifs Document de nature explicative 1. Les principes d application sectoriels élaborés par

Plus en détail

Les travaux de la Commission consultative LCB-FT. Anne-Marie MOULIN, Adjointe au directeur des affaires juridiques

Les travaux de la Commission consultative LCB-FT. Anne-Marie MOULIN, Adjointe au directeur des affaires juridiques Les travaux de la Commission consultative LCB-FT Anne-Marie MOULIN, Adjointe au directeur des affaires juridiques 1 Les compétences de la Commission consultative LCB-FT La Commission consultative LCB-FT

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

* * * Document créé le 12 février 2013 1/12

* * * Document créé le 12 février 2013 1/12 recommandation AMF n 2013-04 Lignes directrices relatives à la tierce introduction en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Textes de référence : articles L.561-7

Plus en détail

Lignes directrices relatives aux échanges d informations au sein d un groupe et hors groupe

Lignes directrices relatives aux échanges d informations au sein d un groupe et hors groupe Mars 2011 Lignes directrices relatives aux échanges d informations au sein d un groupe et hors groupe Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) répondent à une demande

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative (Version actualisée avec mise à jour des dispositions législatives et réglementaires

Plus en détail

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Paris, 4 avril 2012 Cécile Sellier - Directeur adjoint Direction du contrôle des pratiques commerciales 1 Sommaire 1. Mission

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative 1. Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP)

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE)

Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE) Janvier 2010 Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE) Document de nature explicative (Version actualisée avec mise à jour des dispositions législatives et réglementaires

Plus en détail

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 4 avril 2012 Contact: Marie-Agnès NICOLET Présidente de REGULATION PARTNERS 06 58 84 77 40 IOBSP: les évolutions réglementaires o Après le rapport Deletré

Plus en détail

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4 RÈGLES PROFESSIONNELLES RELATIVES AUX OBLIGATIONS DES PROFESSIONNELS DE L EXPERTISE COMPTABLE POUR LA PRÉVENTION DE L UTILISATION DU SYSTÈME FINANCIER AUX FINS DE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DE FINANCEMENT

Plus en détail

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS Présenté par : YEO SIONLE Date : 4 au 6 novembre 2009 Lieu : CCT/BNETD Département des Etudes Economiques et Financières Plan

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

Définition de l activité d IOBSP (Articles L.519-1 et R.519-1 du Code Monétaire et Financier)

Définition de l activité d IOBSP (Articles L.519-1 et R.519-1 du Code Monétaire et Financier) INTERMEDIAIRE EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENTS IOBSP (conformément à la Loi n 2010-1249 du 22/10/2010, aux décrets n 2012-100 et 2012-101 du 26/01/2012 et aux arrêtés des 01/03/2012 et

Plus en détail

Intermédiaires en Assurance

Intermédiaires en Assurance Intermédiaires en Assurance 1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Bilan des contrôles sur place. 7 décembre 2011 Edouard FERNANDEZ-BOLLO Secrétaire Général Adjoint

Bilan des contrôles sur place. 7 décembre 2011 Edouard FERNANDEZ-BOLLO Secrétaire Général Adjoint Bilan des contrôles sur place 7 décembre 2011 Edouard FERNANDEZ-BOLLO Secrétaire Général Adjoint 1 Vue d ensemble Les organismes du secteur de la banque font l objet de contrôles sur place qui permettent

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Guide méthodologique Le présent document est destiné à préciser les modalités de déclaration des informations relatives au dispositif de prévention du blanchiment de capitaux et du financement des activités

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL 2006, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT, AUX BANQUES NON RESIDENTES ET A L OFFICE NATIONAL DES

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail

FAQ _ Intermédiaires d assurance

FAQ _ Intermédiaires d assurance FAQ _ Intermédiaires d assurance Contact : contact.intermediaires@acpr.banque-france.fr Sommaire 1. DÉFINITIONS... 2 1.1. Intermédiation en assurance... 2 1.1.1. Comment peut-on définir l activité d intermédiation

Plus en détail

Réponses aux questions fréquemment posées

Réponses aux questions fréquemment posées Le 6 avril 2012 Contribution pour frais de contrôle due par les courtiers en assurance ou réassurance et les intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement au titre de l année 2012 Réponses

Plus en détail

Sommaire. Introduction

Sommaire. Introduction Février 2012 Bilan des missions de contrôle sur place sur le respect des obligations de LCB-FT dans le domaine de la gestion de fortune pour les secteurs de la banque et de l assurance Le Secrétariat général

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-76 DU 16 SEPTEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

JORF n 0108 du 11 mai 2013. Texte n 5

JORF n 0108 du 11 mai 2013. Texte n 5 JORF n 0108 du 11 mai 2013 Texte n 5 DECRET Décret n 2013-388 du 10 mai 2013 portant adaptatio n des pouvoirs et missions des autorités de supervision en matière bancaire et financière en raison de la

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 LA PARTICIPATION DES EMPLOYEURS TERRITORIAUX AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE Textes de référence : - Loi n 83-634 du 13 juillet

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes

AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes RAPPORT DE TRANSPARENCE Etabli en application de l article R 823-21 du Code de commerce Exercice clos le 30 juin 2015 Axiome Audit & Stratégie

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 4207 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 224 110 24 décembre 22 mai 2009 2013 S o m m a i r e LUTTE CONTRE

Plus en détail

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE ART. 314-4 ET SUIVANTS DU RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS -Actualisée au 12 janvier 2012- I L obligation de classement des clients

Plus en détail

LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP)

LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) La loi de régulation bancaire et financière n 2010-1249 du 22 octobre 2010 a mis en place différentes mesures visant

Plus en détail

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, objectif phare de la 3 ème Directive de 2005 transposée en 2009, prévoit un certain nombre d obligations

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

Tout ce que vous devez savoir sur la nouvelle règlementation applicable à la stimulation externe

Tout ce que vous devez savoir sur la nouvelle règlementation applicable à la stimulation externe Tout ce que vous devez savoir sur la nouvelle règlementation applicable à la stimulation externe Depuis le 1 er Novembre 2011, les sommes et avantages alloués à des salariés par des Tiers Financeurs sont

Plus en détail

Règlement du Commissariat aux Assurances N 13/01 du 23 décembre 2013 relatif à la lutte contre le blanchiment et contre le financement du terrorisme

Règlement du Commissariat aux Assurances N 13/01 du 23 décembre 2013 relatif à la lutte contre le blanchiment et contre le financement du terrorisme Règlement du Commissariat aux Assurances N 13/01 du 23 décembre 2013 relatif à la lutte contre le blanchiment et contre le financement du terrorisme (Mémorial A N 224 du 24 décembre 2013) La Direction

Plus en détail

Article 6 : Connaissance des caractéristiques essentielles des produits

Article 6 : Connaissance des caractéristiques essentielles des produits Distribution/Commission 2015-66 FR Code de bonne conduite relatif à la répartition des tâches entre l entreprise d assurances et l intermédiaire en assurances dans le cadre de l application des règles

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004. 1.3 - Coexistence de plusieurs objets statutaires dans l association

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004. 1.3 - Coexistence de plusieurs objets statutaires dans l association CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004 Relatif au traitement comptable des opérations d une association souscriptrice d un contrat collectif d assurance et des groupements

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/339 DÉLIBÉRATION N 12/112 DU 4 DÉCEMBRE 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

Le dispositif de contrôle de la conformité: attentes et recommandations du superviseur

Le dispositif de contrôle de la conformité: attentes et recommandations du superviseur Le dispositif de contrôle de la conformité: attentes et recommandations du superviseur Audrey Sudara-Boyer ACPR Chef du service du droit de la lutte anti-blanchiment et du contrôle interne 1 Sommaire I.

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Rachat partiel, Rachats partiels programmés et Rachat total

Rachat partiel, Rachats partiels programmés et Rachat total Code Courtier/CGPI :... Rachat partiel, Rachats partiels programmés et Rachat total Nom du contrat/adhésion... N... Veillez à ce que les renseignements donnés soient clairs et complets. Complétez les informations

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG. Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG. Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés Cette norme professionnelle a été adoptée lors de l'assemblée

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

Table des matières. Champ d application 25 Section 1 Portée 25 Section 2 Commercialité 29

Table des matières. Champ d application 25 Section 1 Portée 25 Section 2 Commercialité 29 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Liste des abréviations 11 Titre introductif 13 Importance de l intermédiation en assurances 13 Le cadre légal 16 Section 1 La situation avant 1995 16 Section 2 La

Plus en détail

Lignes directrices sur les bénéficiaires effectifs

Lignes directrices sur les bénéficiaires effectifs Septembre 2011 Lignes directrices sur les bénéficiaires effectifs Document de nature explicative 1. Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) répondent à une demande

Plus en détail

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE FR AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 8 décembre 2008 sollicité par le ministère français de l Économie, de l Industrie et de l Emploi sur un projet d ordonnance relative aux instruments financiers

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 15 juillet 2011. S o m m a i r e BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 15 juillet 2011. S o m m a i r e BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1985 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 141 15 juillet 2011 S o m m a i r e Règlement de la Banque centrale

Plus en détail

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33.6.58.84.77.40

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Statut des IOBSP LA REFORME DU. CrediPro Novembre 2012. Livre Blanc

Statut des IOBSP LA REFORME DU. CrediPro Novembre 2012. Livre Blanc LA REFORME DU Statut des IOBSP Livre Blanc CrediPro Novembre 2012 Le dispositif du Gouvernement dans la Loi de régulation Bancaire (RBF) et Financière du 22 octobre 2010: - harmonise les statuts des différents

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 5 décembre 2005;

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 5 décembre 2005; CSSS/05/148 1 DELIBERATION N 05/053 DU 20 DECEMBRE 2005 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AU SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES EN VUE DE LA CONSTATATION

Plus en détail

Déclaration d identité du / des Bénéficiaire(s) Effectif(s) d une société

Déclaration d identité du / des Bénéficiaire(s) Effectif(s) d une société Déclaration d identité du / des Bénéficiaire(s) Effectif(s) d une société BinckBank La loi visant à prévenir le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme soumet les banques à une obligation

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T.127.884 d.d. 05.10.2015 Agences de voyages Assurances Assujettissement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail

Atelier Stellium Mes rendez-vous clients Vue d ensemble pour un CIF-CGP Le formalisme CIF présenté est la garantie d une prestation de conseil réalisée avec qualité; c est pourquoi, la CNCIF recommande

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Lettre circulaire 10/5 du Commissariat aux Assurances relative au compte rendu des courtiers d assurances, personnes morales et personnes physiques

Lettre circulaire 10/5 du Commissariat aux Assurances relative au compte rendu des courtiers d assurances, personnes morales et personnes physiques Luxembourg, le 18 mars 2010 Lettre circulaire 10/5 du Commissariat aux Assurances relative au compte rendu des courtiers d assurances, personnes morales et personnes physiques Madame, Monsieur, L article

Plus en détail

Practis SAS est une société de conseil en droit du patrimoine essentiellement dédiée aux chefs d'entreprises et familles fortunées.

Practis SAS est une société de conseil en droit du patrimoine essentiellement dédiée aux chefs d'entreprises et familles fortunées. PRÉSENTATION PRACTIS SAS de A à Z Practis SAS est une société de conseil en droit du patrimoine essentiellement dédiée aux chefs d'entreprises et familles fortunées. Orientée sur des missions de conseil

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Préambule. Définitions. Tableau récapitulatif. Liste des annexes

Préambule. Définitions. Tableau récapitulatif. Liste des annexes Note visant à la mise en œuvre de l arrêté du 18 février 2008 du Ministère de l économie, des finances et de l emploi relatif aux conditions de capacité professionnelle des personnes habilitées à exercer

Plus en détail

Observations générales

Observations générales Luxembourg, le 9 décembre 2010. Objet: Projet de loi n 6216 portant : transposition, pour le secteur de l assurance, de la directive 2009/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 juin 2009 modifiant

Plus en détail

Le nouveau dispositif sur l intermédiation

Le nouveau dispositif sur l intermédiation Le nouveau dispositif sur l intermédiation Une directive européenne du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance vient d être transposée en droit français par la loi du 15 décembre 2005. Un décret

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

J E P 2013. Partenaires de la FPI

J E P 2013. Partenaires de la FPI J E P 2013 Partenaires de la FPI 23 & 24 janvier 2013 2 LA RÉFORME DU STATUT DES IOBSP Document strictement réservé aux Partenaires Professionnels 23 et 24 janvier 2012 SOMMAIRE Le contenu de la réforme

Plus en détail

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs aux virements de fonds

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs aux virements de fonds Octobre 2010 Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs aux virements de fonds Les principes d application sectoriels, élaborés par l Autorité de contrôle prudentiel

Plus en détail

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Textes de référence : articles 314-44, 314-46, 314-47, 314-51 à 314-53 et 325-7 du règlement général de l AMF 1.

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

Chapitre 1. Définitions... 3. Chapitre 2. Champ d application... 5. Art. 2... 5. Chapitre 3. Approche fondée sur le risque... 5

Chapitre 1. Définitions... 3. Chapitre 2. Champ d application... 5. Art. 2... 5. Chapitre 3. Approche fondée sur le risque... 5 Luxembour g LBC / FT R è g l e m e n t ( a n n o t é ) C S S F N 1 2-0 2 d u 1 4 d é c e m b r e 2 0 1 2 r e l a t i f à l a l u t t e c o n t r e l e b l a n c h i m e n t e t c o n t r e l e f i n a

Plus en détail

CODE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE *

CODE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE * 511 CODE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE * LIVRE VI PROTECTION DES INVENTIONS ET DES CONNAISSANCES TECHNIQUES TITRE 1ER BREVETS D INVENTION Section 1. Généralités Article L611-1 (Loi núm. 96-1106 du 18

Plus en détail

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme pour le secteur des assurances Juin 2010 Afin

Plus en détail

AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- DÉCISION DU COLLÈGE DE L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Décision 2011-C-12 du 23 mars 2011 Institution d une commission consultative LE COLLÈGE EN FORMATION

Plus en détail

Décret 686-2008, 25 juin 2008

Décret 686-2008, 25 juin 2008 3988 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 9 juillet 2008, 140 e année, n o 28 Partie 2 Cet avis doit préciser en termes généraux les effets de la continuation ou de la formation, notamment quant à la responsabilité

Plus en détail

Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel

Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel 2 Sommaire 1. Le dispositif préventif LCB-FT : l insertion au sein du dispositif de contrôle interne (Henry de Ganay,

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale CSSS/12/317 DÉLIBÉRATION N 12/095 DU 6 NOVEMBRE 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LA

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie LE PERMIS D EXPLOITATION ET LE PERMIS DE VENTE DE BOISSONS ALCOOLIQUES LA NUIT

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie LE PERMIS D EXPLOITATION ET LE PERMIS DE VENTE DE BOISSONS ALCOOLIQUES LA NUIT Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 26/07/2011 N : 28.11 LE PERMIS D EXPLOITATION ET LE PERMIS DE VENTE DE BOISSONS ALCOOLIQUES LA NUIT Le Décret n 2011-869 du 22 juillet

Plus en détail

Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel

Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel 2 Sommaire 1. Le dispositif préventif LCB-FT : l insertion au sein du dispositif de contrôle interne (Henry de Ganay,

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail