Crowdfunding. Présentation conférence EIFR -18 décembre2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Crowdfunding. Présentation conférence EIFR -18 décembre2014"

Transcription

1 Crowdfunding Présentation conférence EIFR -18 décembre2014 Marie-Agnès NICOLET Présidente fondatrice de Regulation Partners /

2 Crowdfunding Les différentes initiatives 14 mai 2013 Guide du financement participatif AMF et ACP 3 octobre 2013 Consultation par la Commission Européenne : «Le financement participatif en Europe? Quelle serait la valeur ajoutée d une possible action de l UE?» 5 avril 2012 Aux Etats-Unis, le JOBS Act légalise le recours aux petits épargnants pour le financement des startups démocratisant ainsi le crowdfunding. 30 mai 2014 Ordonnance : Mise en place du nouveau cadre juridique du crowdfunding en France 24 mars 2014 Résultats de la Consultation lancée en 2013 par la Commission Européenne 27 mars 2014 Communication de la CE «Libérer le potentiel du financement participatif dans l UE» 25 juin 2014 Mise en place du Groupe d experts «Forum européen des acteurs du crowdfunding» (ECSF) après un appel à candidatures lancé le 16 mai 2014 afin de sélectionner les membres du groupe d'experts 16 septembre Décret : Fixation des plafonds relatifs aux prêts et emprunts et conditions d accès CIP/IFP 30 septembre Arrêté relatif aux IFP: Programme minimal de formation pour les IFP et conditions d immatriculation 30 septembre Guide sur le nouveau cadre réglementaire- ACP et AMF 2

3 Crowdfunding Les différentes initiatives Les résultats de la consultation lancée par la Commission Européenne le 3 octobre 2013 : «Le financement participatif en Europe? Quelle serait la valeur ajoutée d une possible action de l UE?» précisent la vision qu ont les acteurs européens du crowdfunding, et notamment : Les acteurs concernés ont une acception large du terme crowdfunding Le modèle de crowdfunding le plus répandu est basé sur le don Le crowdfunding est très différent selon qu on en attend un retour sur investissement (financier) ou non Il faudrait accorder plus d attention au crowdfunding avec des objectifs sociaux Les contributeurs confirment que le crowdfunding dépasse les frontières par nature Les contributeurs apprécient de pouvoir choisir directement le projet et se sentir impliqués De nombreuses plateformes de crowdfunding sont intéressées par les opérations transfrontalières Les porteurs de projet trouvent peu de risques dans le crowdfunding 3

4 Crowdfunding Les différentes initiatives Les résultats de la consultation lancée par la Commission Européenne le 3 octobre 2013 : «Le financement participatif en Europe? Quelle serait la valeur ajoutée d une possible action de l UE?» précisent la vision qu ont les acteurs européens du crowdfunding, et notamment : (suite) Porteurs de projet : Près de 3 répondants sur 4 prévoient de lancer une campagne de crowdfunding pour trouver de l argent pour leur projet dans le futur Pour les porteurs de projet, le crowdfunding réduit la dépendance vis-à-vis des formes traditionnelles de financement Le crowdfunding offre divers avantages à ceux qui l utilisent, aide à la création d emploi, promeut l innovation et l entreprenariat Les risques envers les contributeurs sont acceptables pour la majorité, mais trop élevés pour certains Dans les modèles de prise de participation et de prêt, la perception du risque dépend de sa catégorie Les parties intéressées sont concernées par le blanchiment d argent et l insécurité juridique quant au retour financier 4

5 Crowdfunding Les différentes initiatives Les résultats de la consultation lancée par la Commission Européenne le 3 octobre 2013 : «Le financement participatif en Europe? Quelle serait la valeur ajoutée d une possible action de l UE?» précisent la vision qu ont les acteurs européens du crowdfunding, et notamment : (suite) Actions sur le crowdfunding sans retour financier : des obstacles demeurent mais une harmonisation n est pas réellement nécessaire Actions sur le crowdfunding à but financier : l action législative européenne est soutenue par la majorité des répondants Protéger les contributeurs et améliorer le marché unique sont des considérations d importance égale pour les modèles avec retour financier Les informations standards sur les risques d investissement et de crédit nécessitent d être harmonisées pour les modèles avec retour financier Les parties prenantes demandent une amélioration de la transparence pour les modèles avec retour financier Il semble y avoir besoin d une structure de régulation adaptée pour assurer la transparence et une protection adéquate des investisseurs en ce qui concerne les modèles avec retour financier 5

6 Crowdfunding Les différentes initiatives Communication de la Commission européenne au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions en date du 27 mars 2014: «Libérer le potentiel du financement participatif dans l Union Européenne». Il découle des résultats de la Commission que l accès au financement est l un des problèmes les plus urgents pour les PME, qui font état d une détérioration du soutien financier public (-13%), de l accès au crédit (-11%), des crédits commerciaux (-4%) et de la propension des investisseurs à prendre des participations dans les entreprises (-1%). Pour les contributeurs, cette nouvelle forme de financement leur permet de choisir directement où investir leur argent, et crée un sentiment d appartenance par rapport au projet. La Commission continuera à assurer le suivi du marché et, en se fondant sur les différentes expériences, à évaluer l opportunité d une action réglementaire en réponse à l évolution des circonstances. L échange d informations sur les pratiques réglementaires nationales pourrait à la fois contribuer à la diffusion des meilleures pratiques et aider à la détection d incohérences entre approches nationales susceptibles de générer des entraves. 6

7 Crowdfunding Les différentes initiatives Communication de la Commission européenne au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions en date du 27 mars 2014: «Libérer le potentiel du financement participatif dans l Union Européenne». (suite) Un quart des banques établies ayant répondu à la consultation ont indiqué qu elles envisageaient de s engager dans des projets de financement participatif. Un tel engagement par un établissement financier réglementé pourrait renforcer la crédibilité d une plateforme et de ses projets et accroitre ainsi la confiance, mais il soulève également le problème de l augmentation des coûts et de la diminution de la concurrence entre acteurs nouveaux et classiques du financement. La Commission suivra de près les évolutions concernant le financement participatif dans le cadre du bon fonctionnement du marché intérieur. Elle organisera des ateliers de réglementation afin de discuter des obstacles aux activités transfrontières. Le cas échéant, la Commission examinera l opportunité de publier, via le rapport sur le marché unique, via le réseau des représentants des PME, qui assure le suivi de la mise en œuvre du Small Business Act, ou via la stratégie numérique pour l Europe, des recommandations invitant les États membres à éviter les incohérences d approche préjudiciables pour le marché intérieur. 7

8 Le crowdfunding aux Etats-Unis o JOBS Act (5 avril 2012) Le Jumpstart Our Business Startups (JOBS) Act est une loi qui légalise le recours aux petits épargnants pour le financement des startups démocratisant ainsi le crowdfunding. En pratique, les «emerging growth companies», c est-à-dire la plupart des startup, deviennent éligibles à ce nouveau type de levée de fonds. Elles peuvent ainsi lever jusqu à 50 millions de dollars auprès d un maximum de actionnaires avant de devoir s enregistrer auprès de la SEC. Afin de sécuriser au maximum ces investissements, le congrès américain a ajouté quelques mesures de sauvegarde, notamment la transmission des rapports financiers aux investisseurs et la limitation des montants en fonction des revenus annuels de chaque investisseur. 8

9 Le crowdfunding aux Etats-Unis o JOBS Act (5 avril 2012) Quelques obligations générales Limites annuelles d'investissement pour un investisseur L'émetteur doit se conformer aux exigences de dépôt, communication, publicité, dédommagement, reporting et autres énoncées à l'article 4A (b) du Securities Act de 1933 modifié. La transaction doit être effectuée par le biais d'un courtier agréé ou d une plateforme de financement. Informations du client Les documents d information doivent inclure les informations nécessaires concernant les risques potentiels et les avantages de l investissement. 9

10 Benchmark Le crowdfunding en France Montants x 2 entre le 1 er semestre 2013 et le 1 er semestre 2014 Source : Association financement participatif France 1 er semestre Montants collectés 2011 et avant Nombre de personnes ayant soutenu un projet 2012 S S S S et avant Types de fonds collectés (en M ) Prise de participation au capital d'entreprises Millions Prêt Don ou contreparties en nature et avant Nombre de projets financés avec succès

11 Les textes encadrant le financement participatif o L ordonnance n du 30 mai 2014 relative au financement participatif : C est un texte novateur pour l exercice de la finance en France Le texte concerne deux types de plateformes de financement participatif : Celles qui proposent des titres aux investisseurs, sur un site internet, exerceront leur activité en tant que Conseillers en Investissements Participatifs (CIP), statut créé par la présente ordonnance, Celles qui proposent à des particuliers, sur un site internet, le financement de projets sous forme de prêts qu ils soient rémunérés ou non, exerceront leur activité en tant qu Intermédiaires en Financement Participatif (IFP), statut également créé par l ordonnance. 11

12 Les textes encadrant le financement participatif o Le décret n du 16 septembre 2014 relatif au financement participatif Ce texte est venu préciser les plafonds applicables aux prêts et aux emprunts : Prêts avec intérêt : limite de par prêteur et par projet, la durée du crédit ne pouvant être supérieure à 7 ans. Prêts sans intérêt : limite de par prêteur et par projet. Le porteur de projet, quant à lui, ne pourra pas emprunter plus de par projet Ce texte est venu déterminer des conditions d accès à la profession de CIP ou d IFP ainsi que les règles de bonne conduite de ces professions réglementées. 12

13 Les textes encadrant le financement participatif o L Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), par une position P-08, et l Autorité des marchés financiers (AMF), par la position , publient une position commune relative au placement non garanti et au financement participatif : La position ACPR-AMF précise dans quelles conditions les PSI et CIP pourront mener leurs activités d intermédiation sur titres financiers sans fournir le service de placement non garanti aux émetteurs, et donc sans avoir à solliciter l agrément correspondant (agrément à solliciter auprès de l ACPR). Cette position prévoit que les plateformes peuvent être regardées comme ne fournissant pas le service de placement non garanti si : elles disposent d un site Internet qui satisfait aux exigences définies par l article du règlement général de l AMF : L accès aux détails des offres est réservé aux investisseurs potentiels qui ont fourni leurs coordonnées et qui ont pris connaissance des risques et les ont expressément acceptés. La souscription aux offres suppose que les investisseurs potentiels aient préalablement fourni les informations requises au 6 de l article L du code monétaire et financier (les connaissances et l expérience des investisseurs, ainsi que leur situation financière et leurs objectifs d'investissement). Le site doit proposer plusieurs projets. Les projets ont été sélectionnés sur la base de critères et selon une procédure préalablement définis et publiés sur le site. 13

14 Les textes encadrant le financement participatif o L Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), par une position P-08, et l Autorité des marchés financiers (AMF), par la position DOC , publient une position commune relative au placement non garanti et au financement participatif (suite) Cette position prévoit que les plateformes peuvent être regardées comme ne fournissant pas le service de placement non garanti si : elles ne recherchent pas activement de souscripteurs pour une opération spécifique (sinon possibilité de sanction pénale pour démarchage bancaire); et elles fournissent le service de conseil en investissement en tant que prestataires de services d investissement (PSI) ou conseiller en investissements participatifs (CIP). 14

15 Document d information- Financement participatif AMF- ACPR du 30 septembre 2014 Le 30 septembre 2014, l AMF et l ACPR ont publié conjointement un document afin d informer sur le nouveau cadre applicable au financement participatif (crowdfunding) Selon la nature du financement proposé, les plateformes peuvent prendre deux formes : Financement par souscription de titres financiers = CIP ou PSI Financement sous forme de prêts (avec ou sans intérêts) = IFP Actions ordinaires/obligations à taux fixe CIP ni fonds ni titre de la clientèle Autres (obligations convertibles ) PSI conseil 15

16 Document d information- Financement participatif AMF- ACPR du 30 septembre 2014 Intermédiaires en Financement Participatif (IFP) Définition: o Plateforme, donc personne morale, mettant en relation, au moyen d un site internet, des porteurs de projets et des personnes finançant ces projets (par prêts ou dons) : PM et PP agissant à des fins professionnelles PP souhaitant financer une formation initiale ou continue o Ce statut est strictement national et ne peut être reconnu hors de France. o Si un IFP veut proposer ses services à l étranger doit se conformer à la législation de l État concerné. Immatriculation: o Les IFP doivent s immatriculer à l ORIAS qui vérifie les conditions d honorabilité et de compétences. Le numéro d immatriculation doit figurer sur le site de l IFP et ses correspondances. o Souscrire un contrat d assurance le couvrant contre les conséquences pécuniaires de sa responsabilité civile professionnelle (obligation qui ne s appliquera qu à compter du 1 er juillet 2016). 16

17 Document d information- Financement participatif AMF- ACPR du 30 septembre 2014 Intermédiaires en Financement Participatif (IFP) Conditions relatives aux dirigeants d IFP- les personnes physiques qui gèrent ou dirigent un IFP doivent remplir des conditions : o Conditions relatives aux compétences professionnelles: 17

18 Document d information- Financement participatif AMF- ACPR du 30 septembre 2014 Intermédiaires en Financement Participatif (IFP) Conditions relatives aux dirigeants d IFP- les personnes physiques qui gèrent ou dirigent un IFP doivent remplir des conditions : o Condition relative au non cumul de certaines activités professionnelles : Par principe : un IFP ne peut exercer que cette activité (pas IOBSP/CIF). Par exception : un IFP peut cumuler son statut avec celui : d EC, de société de financement, d entreprise d investissement, d EME, d EP ou d agent de prestataire de services de paiements. Si l activité d IFP est exercée à titre accessoire par l une de ces personnes, elle peut également être cumulée avec une activité d intermédiation en assurance. de CIP, mais seulement si l IFP ne propose pas de services de paiement. Interdiction pour les IFP de recourir ou de se livrer à une activité de démarchage (article L code monétaire et financier). 18

19 Document d information- Financement participatif AMF- ACPR du 30 septembre 2014 Intermédiaires en Financement Participatif (IFP) Obligations d informer les acteurs : les IFP doivent délivrer un certain nombre d informations auprès des différents acteurs: o Informations à fournir aux internautes: o Information à fournir, en plus, aux prêteurs : - Un outil permettant d évaluer leur capacité de financement 19

20 Documents d information- Financement participatif AMF- ACPR du 30 septembre 2014 Intermédiaires en Financement Participatif (IFP) Conditions relatives à la perception de fonds par l IFP : Le rôle de l IFP consiste à mettre en relation les prêteurs ou donateurs et les porteurs de projets qui ont un besoin de financement. Pour encaisser des fonds pour le compte de tiers, l IFP doit : Soit obtenir a minima un agrément d établissement de paiement (EP) auprès de l ACPR Soit être mandaté en qualité d agent de prestataire de services de paiement (PSP) DONC IFP qui n est pas agréé EP ou enregistré PSP n est pas autorisé à percevoir de fonds pour compte de tiers. Cessation d activité de l IFP : L IFP doit disposer en permanence d un contrat conclu avec un prestataire habilité à mener les opérations en cours jusqu à leur terme en cas de cessation des activités de la plateforme. 20

21 Document d information- Financement participatif AMF- ACPR du 30 septembre 2014 Brèche dans le monopole bancaire Le statut d IFP permettra aux plateformes de mettre en relation prêteurs et porteurs de prêts: dans la limite de euros par prêteur et par projet pour un emprunt total d 1 million d euros maximum par projet sans constituer un crédit à la consommation pour un taux inférieur aux taux d usure applicables Les plateformes bénéficieront d un cadre réglementaire très favorable, avec la création d un régime prudentiel allégé d établissement de paiement : L ACPR peut délivrer un agrément d établissement de paiement limité lorsque le montant total prévisionnel des opérations de paiements ne dépasse pas 3 millions d euros par mois (décret n ). Un capital minimum spécifique est fixé à euros pour ces établissements de paiement bénéficiant d un agrément limité (décret ). Les établissements sont tenus d adresser à l ACPR une déclaration périodique par laquelle ils certifient qu ils respectent les conditions de l agrément limité. Ce statut dérogatoire comprend comme grandes lignes : La réduction du montant de capital minimum Une dispense des règles de fonds propres et de contrôle interne (à l exception de celles relatives à la LCB-FT et à l externalisation des prestations de services essentielles. 21

22 Document d information- Financement participatif AMF- ACPR du 30 septembre 2014 Conseiller en Financement Participatif (CIP) et Prestataire de Services d Investissement (PSI) Définition : Article L I du Code monétaire et financier, les CIP sont «les personnes morales exerçant à titre de profession habituelle une activité de conseil en investissement mentionnée au 5 de l'article L portant sur des offres de titres de capital et de titres de créance définies par décret. Cette activité est menée au moyen d'un site internet». Immatriculation: o Une plateforme par souscription de titres financiers doit être immatriculée auprès de l ORIAS en tant que CIP. o La plateforme peut également opter pour le statut de PSI fournissant le service de conseil en investissement et devra dans ce cas être agréée par l ACPR. o Possibilité pour les PSI agréés et pour les CIP d obtenir le label, comme pour les IFP Le démarchage n est autorisé que pour les titres financiers ayant fait l objet d un prospectus visé par l AMF. 22

23 Document d information- Financement participatif AMF- ACPR du 30 septembre 2014 Conseiller en Financement Participatif (CIP) et Prestataire en Services d Investissement (PSI) L ordonnance n 2014/559 du 30 mai 2014 relative au financement participatif est venue préciser les règles de bonnes conduite, les CIP doivent : - Se comporter avec loyauté, agir avec équité par rapport aux intérêts des clients - Ne pas dépasser les limites autorisées par leur statut pour exercer leur activité avec compétence, soin et diligence - Disposer des ressources et procédures nécessaires pour mener à bien les activités - Disposer d une politique de gestion des conflits d intérêts - Mettre en garde les clients ou clients potentiels des risques possibles - Connaitre auprès des clients/clients potentiels leur connaissance et leur expérience en matière d investissement et leur situation financière - Communiquer aux clients la nature des prestations fournies et les frais - S assurer que les intérêts ne sont pas lésés et que les clients disposent de toutes les informations nécessaires à l appréciation de leur investissement 23

24 Document d information- Financement participatif AMF- ACPR du 30 septembre 2014 Conseiller en Financement Participatif (CIP) et Prestataire en Services d Investissement (PSI) Le contact direct : après l étape du «site d accès progressif» les investisseurs peuvent entrer en contact avec la plateforme : o Ce contact direct (par téléphone par exemple) est possible entre les investisseurs et la plateforme dès lors que les étapes 1 et 2 du site d accès progressif ont été passées. o Ce contact ne dispense pas la plateforme de vérifier l adéquation de l investissement proposé au profil de son client préalablement à la souscription. Exemption de prospectus : document contenant les informations nécessaires à l investisseur pour se forger en toute connaissance de cause, un avis sur l offre de titres financiers proposée. Lorsque la plateforme (CIP/PSI) dispose d un site internet d accès progressif : l offre de titres est dispensée de la publication d un prospectus dans la limite d un montant de 1 million d euros sur une période de 12 mois par émetteur. 24

25 Document d information- Financement participatif AMF- ACPR du 30 septembre 2014 Conseiller en Financement Participatif (CIP) et Prestataire en Services d Investissement (PSI) Statut PSI : La plateforme qui opte pour ce statut doit déposer un dossier d agrément auprès de l ACPR en vue de fournir le service de conseil en investissement. L ACPR vérifiera les conditions de capital. Statut accessible avec un contrainte capitalistique : minimum si elle ne reçoit ni fonds ni titres de la clientèle si elle reçoit fonds et titres de la clientèle, dans ce cas les PSI sont astreints au respect des règles prudentielles Possibilité de détenir outre les fonds ou les titres de la clientèle toutes les catégories de titres financiers. Possibilité d obtenir un passeport pour fournir ses services d investissement au sein de l EEE. 25

26 Document d information- Financement participatif AMF- ACPR du 30 septembre 2014 Conseiller en Financement Participatif (CIP) et Prestataire en Services d Investissement (PSI) Obligation d informer l investisseur: la plateforme doit fournir un certain nombre d informations nécessaires à l appréciation de l investisseur sur son investissement 26

27 Document d information- Financement participatif AMF- ACPR du 30 septembre 2014 Conseiller en Financement Participatif (CIP) et Prestataire en Services d Investissement (PSI) Localisation de la plateforme : o Une plateforme française, CIP ou PSI, peut proposer sur son site les titres d une société étrangère dès lors qu elle est en mesure de respecter son obligation d agir au mieux des intérêts des investisseurs, s agissant : de la sélection des projets sur la base des critères préalablement définis et publiés sur le site. de la qualité et de la complétude de l information concernant les émetteurs. de la vérification du caractère adéquat de l investissement au profil de l internaute. o Une plateforme étrangère, souhaitant proposer des offres d investissements en France devra relever de l un des deux statuts PSI ou CIP : Soit en bénéficiant du passeport européen, si elle est agréée en tant que PSI dans son État d origine partie à l EEE. Soit en créant une filiale PSI ou CIP. 27

Crowdfunding : Rêve ou réalité?

Crowdfunding : Rêve ou réalité? Crowdfunding : Rêve ou réalité? L encadrement du financement participatif : contrainte ou opportunité? Mardi 16 septembre 2014 Cinquième Matinale CCEF Cercle de l Union Interalliée (Paris) SOMMAIRE Le

Plus en détail

S informer sur le nouveau cadre applicable au financement participatif (crowdfunding)

S informer sur le nouveau cadre applicable au financement participatif (crowdfunding) S informer sur le nouveau cadre applicable au financement participatif (crowdfunding) 1 LE CADRE RÉGLEMENTAIRE Le financement participatif est un phénomène de société qui a émergé grâce à l essor d internet

Plus en détail

Cabinet ULYS BANQUE & INNOVATION, 30 SEPTEMBRE 2014. Me Cathie-Rosalie JOLY Me Lise Breteau

Cabinet ULYS BANQUE & INNOVATION, 30 SEPTEMBRE 2014. Me Cathie-Rosalie JOLY Me Lise Breteau BANQUE & INNOVATION, 30 SEPTEMBRE 2014 Me Cathie-Rosalie JOLY Me Lise Breteau Cabinet ULYS 30/09/2014 www.ulys.net - cathierosalie.joly@ulys.net - ULYS 2014 1 "CROWDFUNDING ET RÉGLEMENTATION : QUELS IMPACTS

Plus en détail

Conférence sur le crowdfunding. Mardi 16 décembre 2014 Espace Hamelin - Paris

Conférence sur le crowdfunding. Mardi 16 décembre 2014 Espace Hamelin - Paris Conférence sur le crowdfunding Mardi 16 décembre 2014 Espace Hamelin - Paris SOMMAIRE Le financement participatif 1. Les modalités du financement participatif 2. Les risques encourus 3. La réglementation

Plus en détail

BANQUE & INNOVATION, 01 OCTOBRE 2015. Me Cathie-Rosalie JOLY Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit, thèse sur les paiements en ligne

BANQUE & INNOVATION, 01 OCTOBRE 2015. Me Cathie-Rosalie JOLY Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit, thèse sur les paiements en ligne BANQUE & INNOVATION, 01 OCTOBRE 2015 Philippe RIBOULIN Avocat au barreau de Paris philippe.riboulin@ulys.net Me Cathie-Rosalie JOLY Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit, thèse sur les paiements

Plus en détail

PME Finance 29 avril 2014

PME Finance 29 avril 2014 PME Finance 29 avril 2014 http://www.pmefinance.org/9587-crowdfunding-analyse-du-projet-d-ordonnance.html Crowdfunding : le projet d'ordonnance se précise Très attendu, le projet d'ordonnance de simplification

Plus en détail

Le crowdfunding : Cadre réglementaire et conditions d immatriculation des conseillers en investissements participatifs (CIP)

Le crowdfunding : Cadre réglementaire et conditions d immatriculation des conseillers en investissements participatifs (CIP) Le crowdfunding : Cadre réglementaire et conditions d immatriculation des conseillers en investissements participatifs (CIP) Natalie LEMAIRE Christelle SQUIBB Crowdtuesday 16 septembre 2014 Le crowdfunding

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l économie et des finances PROJET D ORDONNANCE. relatif au financement participatif. NOR: EfIXI4O6454RJRose-1

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l économie et des finances PROJET D ORDONNANCE. relatif au financement participatif. NOR: EfIXI4O6454RJRose-1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie et des finances PROJET D ORDONNANCE relatif au financement participatif NOR: EfIXI4O6454RJRose-1 RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Monsieur le Président

Plus en détail

GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATES-FORMES ET DES PORTEURS DE PROJET

GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATES-FORMES ET DES PORTEURS DE PROJET GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATESFORMES ET DES PORTEURS DE PROJET Selon les modalités de financement retenues, un opérateur de crowdfunding peut être soumis au respect

Plus en détail

Marie-Agnès NICOLET Christophe CONNILLE. Présidente du Club des Marchés Financiers Président du Club des Jeunes Financiers

Marie-Agnès NICOLET Christophe CONNILLE. Présidente du Club des Marchés Financiers Président du Club des Jeunes Financiers Marie-Agnès NICOLET Christophe CONNILLE Présidente du Club des Marchés Financiers Président du Club des Jeunes Financiers Conférence du 11 décembre 2013 de 8 heures 30 à 11 h 30 : Financement alternatif/

Plus en détail

Michel STORCK 17. Le dispositif de la finance participative repose sur l intervention de trois acteurs :

Michel STORCK 17. Le dispositif de la finance participative repose sur l intervention de trois acteurs : LE FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) Michel STORCK 17 Le crowdfunding, appelé également financement participatif, est une technique de financement de projets de création d'entreprise qui utilise

Plus en détail

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum.

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum. LE CROWDFUNDING Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction Le financement participatif (ou «crowdfunding» en anglais) est un mode de financement, via internet, qui permet de collecter les apports financiers

Plus en détail

Enjeux des plateformes de financement participatif françaises : Concilier développement, innovation et conformité.

Enjeux des plateformes de financement participatif françaises : Concilier développement, innovation et conformité. Traitement de données personnelles Cibles Européennes Archivages Investisseurs non-résidents Contrôle AMF Contrôle ACPR Gestion des conflits d intérêts Contrôle interne de conformité Enjeux des plateformes

Plus en détail

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33.6.58.84.77.40

Plus en détail

REPONSE de la CNCIF et de la CNCEF. A la Consultation de Place relative à un Nouveau Cadre pour Faciliter le Développement du Financement Participatif

REPONSE de la CNCIF et de la CNCEF. A la Consultation de Place relative à un Nouveau Cadre pour Faciliter le Développement du Financement Participatif Paris, le 14/11/2013 REPONSE de la CNCIF et de la CNCEF A la Consultation de Place relative à un Nouveau Cadre pour Faciliter le Développement du Financement Participatif La réponse suit la numérotation

Plus en détail

Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013

Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013 Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013 Natalie LEMAIRE Olivier FLICHE Conférence de presse le 13 juin 2014 1 Sommaire 1. Le point d entrée commun : Assurance Banque Épargne Info Service 2. Bilan 2013

Plus en détail

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 4 avril 2012 Contact: Marie-Agnès NICOLET Présidente de REGULATION PARTNERS 06 58 84 77 40 IOBSP: les évolutions réglementaires o Après le rapport Deletré

Plus en détail

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS 23/07/2012 La loi dite de sécurité financière du 1er août 2003 a donné un statut à l activité de conseil en investissements financiers (CIF) du fait de la complexité

Plus en détail

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances Décembre 2011 Les principes d application sectoriels,

Plus en détail

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

J E P 2013. Partenaires de la FPI

J E P 2013. Partenaires de la FPI J E P 2013 Partenaires de la FPI 23 & 24 janvier 2013 2 LA RÉFORME DU STATUT DES IOBSP Document strictement réservé aux Partenaires Professionnels 23 et 24 janvier 2012 SOMMAIRE Le contenu de la réforme

Plus en détail

Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement

Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement 1. Qualificati on juri di que Est intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement toute personne qui exerce l'intermédiation

Plus en détail

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle ATELIER n 2 Devoir de conseil et responsabilité professionnelle Vincent Patrimonio, GRAS SAVOYE Professions «Les conseilleurs ne sont pas les payeurs». Est-ce vrai? A quels risques s exposent les professionnels

Plus en détail

POLITIQUE GENERALE DE PRESTATIONS DE SERVICES D INVESTISSEMENTS

POLITIQUE GENERALE DE PRESTATIONS DE SERVICES D INVESTISSEMENTS Janvier 2014 POLITIQUE GENERALE DE PRESTATIONS DE SERVICES D INVESTISSEMENTS Monte Paschi Banque est la filiale française, détenue à 100%, de Banca Monte dei Paschi di Siena (BMPS). Elle est agréée auprès

Plus en détail

MICRO-CRÉDIT ET CROWDFUNDING AUJOURD HUI

MICRO-CRÉDIT ET CROWDFUNDING AUJOURD HUI MICRO-CRÉDIT ET CROWDFUNDING AUJOURD HUI 16 janvier 2015 Prêts distribués en micro-crédit Crédits distribués (en cours) Prêt moyen accordé Le conseil en investissement participatif «Art. L. 547-1.-I. Les

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1415064D Intitulé des textes : projet de décret relatif au financement participatif Ministère à l origine de la mesure : Ministère des Finances et

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada?

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Me Jacques Lemieux, MBA Associé Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 20 mars 2015 : Centre d entreprises et d innovation

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS)

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) 1) PRÉSENTATION La Caisse Régionale de Normandie Seine fournit de nombreux types

Plus en détail

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite.

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite. RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE APPLIQUEE A LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE CHARENTE- PERIGORD 1) PRESENTATION Le Groupe Crédit

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2006-23 Questions-réponses relatives au régime applicable aux conseillers en investissements financiers

Position recommandation AMF n 2006-23 Questions-réponses relatives au régime applicable aux conseillers en investissements financiers Position recommandation AMF n 2006-23 Questions-réponses relatives au régime applicable aux conseillers en investissements financiers Textes de référence : article L. 541-1 du code monétaire et financier

Plus en détail

Définition de l activité d IOBSP (Articles L.519-1 et R.519-1 du Code Monétaire et Financier)

Définition de l activité d IOBSP (Articles L.519-1 et R.519-1 du Code Monétaire et Financier) INTERMEDIAIRE EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENTS IOBSP (conformément à la Loi n 2010-1249 du 22/10/2010, aux décrets n 2012-100 et 2012-101 du 26/01/2012 et aux arrêtés des 01/03/2012 et

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e PROFESSIONELS DU SECTEUR DES ASSURANCES

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e PROFESSIONELS DU SECTEUR DES ASSURANCES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2697 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 129 110 22 22 juillet mai 2009 2013 S o m m a i r e PROFESSIONELS

Plus en détail

INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP)

INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) 1. Qualification juridique L article L. 519-1 du CMF reprend, en la précisant, la définition assurantielle, en déclarant qu «est

Plus en détail

JORF n 0088 du 13 avril 2012. Texte n 15

JORF n 0088 du 13 avril 2012. Texte n 15 Le 13 avril 2012 JORF n 0088 du 13 avril 2012 Texte n 15 ARRETE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement

Plus en détail

THEME : FOCUS SUR LE STATUT de l'iobsp

THEME : FOCUS SUR LE STATUT de l'iobsp Compte-rendu Les rencontres de l ANACOFI-IOBSP- 22 janvier 2015 THEME : FOCUS SUR LE STATUT de l'iobsp Premier bilan deux ans après la mise en application du nouveau statut de l'intermédiation bancaire.

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Avril 2013 POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Conformément aux règles des directives 2004/39/CE du 21 avril 2004 et 2006/73CE du 10 août 2006 transposées dans les articles 313-18 à 313-28 du

Plus en détail

UN NOUVEAU CADRE POUR FACILITER LE DEVELOPPEMENT DU FINANCEMENT PARTICIPATIF

UN NOUVEAU CADRE POUR FACILITER LE DEVELOPPEMENT DU FINANCEMENT PARTICIPATIF UN NOUVEAU CADRE POUR FACILITER LE DEVELOPPEMENT DU FINANCEMENT PARTICIPATIF Les textes soumis à la présente consultation ont vocation à encadrer le développement du financement participatif (ou crowdfunding)

Plus en détail

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Rabat, le 25 décembre 2000 CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE)

Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE) Janvier 2010 Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE) Document de nature explicative (Version actualisée avec mise à jour des dispositions législatives et réglementaires

Plus en détail

La France, nouveau paradis du crowdfunding?

La France, nouveau paradis du crowdfunding? La France, nouveau paradis du crowdfunding? 2014 a été annoncée comme l'année du crowdfunding 1. Cependant ce mode alternatif de financement d entreprises et de projets est apparu dès les années 2000 aux

Plus en détail

ETUDE : Impact de la mise en œuvre des directives de MIFID (I et II) sur les progiciels en gestion de portefeuille

ETUDE : Impact de la mise en œuvre des directives de MIFID (I et II) sur les progiciels en gestion de portefeuille ETUDE : Impact de la mise en œuvre des directives de MIFID (I et II) sur les progiciels en gestion de portefeuille Delphine BENOIST Patrick ROUILLON Bia Consulting 2015 Sommaire Introduction sur les directives

Plus en détail

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF)

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF) MARS 2006 S informer sur... Les conseillers en investissements financiers (CIF) Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Un conseiller en investissements financiers est une personne

Plus en détail

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM 8 janvier 2014 Agrément SGP : Etat des lieux et perspectives de mise en œuvre La préparation de la mise en œuvre Les efforts de pédagogie Le Guide «Acteurs»

Plus en détail

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 Nouvelles contraintes, limites, mais avec quel avantage? Vincent Tattini Plan A. Les nouveautés de MIFID 2 B. Loi sur les services financiers

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

Projet de règlement général de l AMF sur le financement participatif

Projet de règlement général de l AMF sur le financement participatif Projet de règlement général de l AMF sur le financement participatif 1. L article 211-2 est ainsi rédigé : I. - Au sens du I de l'article L. 411-2 du code monétaire et financier, ne constitue pas une offre

Plus en détail

ORIAS - 2013-05-27 Page 1 sur 36

ORIAS - 2013-05-27 Page 1 sur 36 NOTE RELATIVE AU FONCTIONNEMENT DU REGISTRE UNIQUE DES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES (IAS), INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT(IOBSP), CONSEILLERS EN INVESTISSEMENT FINANCIER

Plus en détail

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS *****

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS ***** POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Références Règlementaires : Code Monétaire et Financier article L 533-10 Règlement Général de l AMF Livre III articles 313-18 à 313-24 *****

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

Statut des IOBSP LA REFORME DU. CrediPro Novembre 2012. Livre Blanc

Statut des IOBSP LA REFORME DU. CrediPro Novembre 2012. Livre Blanc LA REFORME DU Statut des IOBSP Livre Blanc CrediPro Novembre 2012 Le dispositif du Gouvernement dans la Loi de régulation Bancaire (RBF) et Financière du 22 octobre 2010: - harmonise les statuts des différents

Plus en détail

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail

Mémoire sur le financement participatif. déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers

Mémoire sur le financement participatif. déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers Mémoire sur le financement participatif déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers Le 1 er mai 2013 Table des matières Introduction... 3 Mise en contexte... 3 Orientation

Plus en détail

Sommaire. 6. Relations avec l ACP/AMF. ORIAS - 2012-12-26- Page 1 sur 38

Sommaire. 6. Relations avec l ACP/AMF. ORIAS - 2012-12-26- Page 1 sur 38 NOTE RELATIVE AU FONCTIONNEMENT DU REGISTRE UNIQUE DES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES (IAS), INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENT(IOBSP), CONSEILLERS EN INVESTISSEMENT FINANCIER

Plus en détail

Le nouveau régime de l appel public à l épargne

Le nouveau régime de l appel public à l épargne Émilie CRÉTÉ Direction de la Coordination pour la Stabilité financière Service des Relations avec la Place La transposition de la directive européenne «Prospectus» dans le droit national (Loi Breton du

Plus en détail

RÉGLEMENT DE DÉONTOLOGIE DES SOCIÉTÉS DE GESTION DE PORTEFEUILLE INTERVENANT DANS LE CAPITAL-INVESTISSEMENT DISPOSITIONS

RÉGLEMENT DE DÉONTOLOGIE DES SOCIÉTÉS DE GESTION DE PORTEFEUILLE INTERVENANT DANS LE CAPITAL-INVESTISSEMENT DISPOSITIONS RÉGLEMENT DE DÉONTOLOGIE DES SOCIÉTÉS DE GESTION DE PORTEFEUILLE INTERVENANT DANS LE CAPITAL-INVESTISSEMENT DISPOSITIONS Le présent règlement, spécifique aux sociétés de gestion de portefeuille intervenant

Plus en détail

S informer sur. Investir votre épargne : étape par étape

S informer sur. Investir votre épargne : étape par étape S informer sur Investir votre épargne : étape par étape Autorité des marchés financiers Investir votre épargne : étape par étape Sommaire Se poser les bonnes questions avant d investir 03 Prendre contact

Plus en détail

PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE

PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE Mai 2013 TEXTES : Loi n 70-9 du 2 janvier 1970 Décret n 72-678 du 20 juillet 1972 Agent immobilier : conditions d'exercice de l'activité L'agent immobilier est

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

CGP REGLEMENTATION APPLICABLE A LA PROFESSION

CGP REGLEMENTATION APPLICABLE A LA PROFESSION CGP REGLEMENTATION APPLICABLE A LA PROFESSION Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine 4, rue de Longchamp 75016 Paris Tél. : 01.42.56.76.50 Fax : 01.42.56.76.51 e-mail : info@cncgp.fr Site

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

Textes de référence : articles 314-76 et 325-6 du règlement général de l AMF SOMMAIRE

Textes de référence : articles 314-76 et 325-6 du règlement général de l AMF SOMMAIRE Position recommandation AMF n 2013-10 Rémunérations et avantages reçus dans le cadre de la commercialisation et de la gestion sous mandat d instruments financiers Textes de référence : articles 314-76

Plus en détail

TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. FORME JURIDIQUE

TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. FORME JURIDIQUE TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. RÉGLEMENTAIRES FORME JURIDIQUE TreeTop Asset Management S.A. (ci-après «TREETOP» ou la «Société») est une société anonyme

Plus en détail

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Certification professionnelle Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Professionnels concernés et modalités de vérification Mai 2013 Sommaire

Plus en détail

CHARTE DE L ADMINISTRATEUR. mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DE L ADMINISTRATEUR. mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION ALBIOMA SOCIÉTÉ ANONYME AU CAPITAL DE 1 122 964,11 IMMEUBLE LE MONGE 22 PLACE DES VOSGES, LA DÉFENSE 5 92400 COURBEVOIE

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

Politique d exécution des ordres

Politique d exécution des ordres Politique d exécution des ordres 01/07/2015 Document public La Banque Postale Asset Management 02/07/2015 Sommaire 1. Informations générales définitions obligations 3 1.1. Contexte 3 1.2. Rappel des textes

Plus en détail

S informer sur. L investissement en OPCVM : SICAV et FCP

S informer sur. L investissement en OPCVM : SICAV et FCP S informer sur L investissement en OPCVM : SICAV et FCP Septembre 2011 Autorité des marchés financiers L investissement en OPCVM : SICAV et FCP Sommaire Quels sont les avantages d un placement en OPCVM?

Plus en détail

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION CARDIF ELITE

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION CARDIF ELITE PROCEDURE DE SOUSCRIPTION CARDIF ELITE Pour souscrire au contrat d assurance vie Cardif Elite, suivez le mode d'emploi ci-dessous: Le dossier de souscription Complétez et signez le bulletin de souscription

Plus en détail

12 e journée d information

12 e journée d information 12 e journée d information des RCCI et desrcsi Jeudi 22 mars 2012 Palais des Congrès - Paris L actualité législative et réglementaire par les services de l AMF 12 12 e e 18 d information des des RCCI et

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Actions. Guide entrepreneur. France CHARTE EDITORIALE

Actions. Guide entrepreneur. France CHARTE EDITORIALE Actions Guide entrepreneur France CHARTE EDITORIALE Pourquoi faire une campagne de crowdfunding? Vous êtes en phase d amorçage ou en développement rapide et vous souhaitez lever des fonds? Vous souhaitez

Plus en détail

Les planificateurs financiers

Les planificateurs financiers Les planificateurs financiers La nouvelle règlementation belge Par Christophe Steyaert Avocat Luxembourg, le 9 octobre 2014 1. Les objectifs de la nouvelle loi Ingénierie patrimoniale des «family offices»

Plus en détail

LE CAPITAL INVESTISSEMENT

LE CAPITAL INVESTISSEMENT LE CAPITAL INVESTISSEMENT Le capital investissement consiste à prendre une participation en capital dans des entreprises non cotées sur des marchés boursiers. L objectif est de financer les différents

Plus en détail

La levée de fonds loi TEPA ISF. 18 mai 2010

La levée de fonds loi TEPA ISF. 18 mai 2010 La levée de fonds loi TEPA ISF 18 mai 2010 Gilles LECOCGUEN Direction de la communication Responsable des services en ligne Stéphane COHEN Vice Président du CRO Paris IDF Sommaire 1) Contexte réglementaire

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative (Version actualisée avec mise à jour des dispositions législatives et réglementaires

Plus en détail

Retour sur un statut juridique atypique : la société de financement à double agrément

Retour sur un statut juridique atypique : la société de financement à double agrément Page 1 sur 5 Imprimé par edeabreu@kramerlevin.com Cette impression est à usage strictement personnel. Si vous souhaitez utiliser cet article à des fins collectives, merci de contacter Revue Banque. Accueil

Plus en détail

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois

Le financement participatif : L état du droit luxembourgeois Revue générale du droit Etudes et réflexions 2015 numéro 7 Actes du colloque organisé le 27 juin 2014 par le Centre juridique franco-allemand de l Université de la Sarre : Le Crowdfunding ou financement

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA BANQUIERS SUISSES DEPUIS 1873 RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA MAI 2012 BSI SA (ci-après BSI ou la Banque ), soucieuse d accroître en permanence le niveau de qualité et d efficacité des services et produits

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS ET CHARTE DE DÉONTOLOGIE 26 AVENUE VICTOR HUGO 75116 PARIS Tél.: 01-53-64-91-91 Fax.: 01-53-64-91-92 www.snpi.com PRÉAMBULE Le SNPI, organisme professionnel national

Plus en détail

Table des matières. Schéma B Schéma C. Annexe II

Table des matières. Schéma B Schéma C. Annexe II Loi du 20 décembre 2002 concernant les organismes de placement collectif et modifiant la loi modifiée du 12 février 1979 concernant la taxe sur la valeur ajoutée, telle qu elle a été modifiée par la loi

Plus en détail

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration.

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration. L'AGENT IMMOBILIER L'agent immobilier est un intermédiaire intervenant dans les opérations d achat, de vente, d échange, de sous-location ou de location de maisons, appartements, fonds de commerce, terrains.

Plus en détail

FSMA_2012_15-1 du 12/07/2012

FSMA_2012_15-1 du 12/07/2012 FSMA_2012_15-1 du 12/07/2012 Questions à se poser lors de la mise en place de projet de crowdfunding Si vous êtes promoteur d'un projet de crowdfunding, vous devrez veiller à examiner l'applicabilité d'une

Plus en détail

Demande de devis RC PRO FINANCE ET PATRIMOINE

Demande de devis RC PRO FINANCE ET PATRIMOINE Demande de devis RC PRO FINANCE ET PATRIMOINE Responsabilité Civile Professionnelle des Conseillers en Gestion de Patrimoine (CGP), Conseil en Investissement Financier (CIF), Démarcheurs Bancaires et Financiers

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS Champ d application de la politique Il y a placement privé lorsqu un émetteur distribue des titres en contrepartie d espèces aux termes des dispenses de prospectus ou des

Plus en détail

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)?

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 2. Afin de fournir un service d investissement à ses clients, Delta Lloyd Bank est tenue de catégoriser ses clients 3. L un des fondements

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Crédit à la consommation et crédit hypothécaire Surveillance et sanctions. Tom Van Dyck et Bart Garré. Brussels London - www.liedekerke.

Crédit à la consommation et crédit hypothécaire Surveillance et sanctions. Tom Van Dyck et Bart Garré. Brussels London - www.liedekerke. Crédit à la consommation et crédit hypothécaire Surveillance et sanctions Tom Van Dyck et Bart Garré Structure Partage de compétences Statut du prêteur Statut de l intermédiaire Sanctions Interaction avec

Plus en détail

LE CROWDFUNDING CADRE JURIDIQUE & FISCAL

LE CROWDFUNDING CADRE JURIDIQUE & FISCAL LE CROWDFUNDING CADRE JURIDIQUE & FISCAL PAR ME XAVIER SENNÈS Présentation au CROS Aquitaine Bordeaux, le 07.11.2014 SOMMAIRE I. CONTEXTE FINANCIER & POLITIQUE FAVORABLE AU CROWDFUNDING II. CADRE JURIDIQUE

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

GUIDE INVESTISSEURS. Donnez du sens à votre argent

GUIDE INVESTISSEURS. Donnez du sens à votre argent GUIDE INVESTISSEURS Donnez du sens à votre argent Happy Capital vous propose d investir via sa plateforme de crowdequity. Le but de ce guide est de vous présenter la méthode Happy Capital et le processus

Plus en détail

Éléments juridiques sur la carte d achat

Éléments juridiques sur la carte d achat Annexe 2 Éléments juridiques sur la carte d achat Définition et champ d application. La carte d achat est une [art. 1.] modalité d exécution des marchés publics. C est donc à la fois une modalité de commande

Plus en détail

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION 1. L UNION BANCAIRE Dans la zone euro, l extension de la crise à certains marchés de dettes souveraines a illustré qu une union monétaire réclame, outre une coordination renforcée des politiques budgétaires

Plus en détail

Il était une fois WiSEED

Il était une fois WiSEED Il était une fois WiSEED En 2008, le financement participatif des startups ou de toute autre entreprise n existe nulle part dans le monde. Deux hommes décident de réinventer l économie et créent WiSEED,

Plus en détail

Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.

Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P. Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Pouvoir adjudicateur : Ecole supérieure d art des Pyrénées

Plus en détail