SOMMAIRE INTRODUCTION ère partie : PRESENTATION DU GROUPE...4

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE INTRODUCTION...3. 1ère partie : PRESENTATION DU GROUPE...4"

Transcription

1 SOMMAIRE INTRODUCTION...3 1ère partie : PRESENTATION DU GROUPE Le secteur luxe Présentation du secteur du luxe L importance de la marque LVMH : le groupe d un Homme B.ARNAULT La création d un groupe international L organisation du groupe Composition des divisions du groupe Le Gouvernement d entreprise Stratégie Stratégie de développement Stratégie financière tournée vers le cash-flow ème partie : ANALYSE FINANCIERE DU GROUPE LVMH ANALYSE DE L ACTIVITE Répartition par branche d activités Répartition par secteur géographique Analyse de la structure financière La marge d exploitation la capacité de remboursement L autonomie financière la capacité d autofinancement Analyse fonctionnelle Analyse de la rentabilité Rentabilité économique Rentabilité financière L effet de levier Evaluation comptable de la valeur de l entreprise Actif net comptable corrigé Free cash flow

2 5. ANALYSE BOURSIERE Evolution du cours BETA Ratios Synthèse création de valeur...36 CONCLUSION...37 ANNEXES...38 ANNEXE 1 : Bilan comptable retraité...39 ANNEXE 2 : Compte de résultat et bilan consolidés simplifiés...41 ANNEXE 3 : cours bousier LVMH...42 ANNEXE 4 : Données historiques du CAC BIBLIOGRAPHIE...44 Sites Internet...45 Articles Internet...45 Documents...45 Ouvrages

3 INTRODUCTION Louis-Vuitton, Dior, Moët & Chandon, Céline, toutes ces marques font parties de l imaginaire du luxe mais, elles ont un autre point commun, comme une soixantaine d autres marques elles font parties du groupe Louis-Vuitton Moët & Chandon.(LVMH) En moins de 20 ans LVMH est devenu le leader mondial du luxe et l un des fleurons de l industrie française au même titre que Total ou l Oréal. Avec ses salariés, c est une alliance entre la création, la virtuosité et la rigueur économique que demande la direction d un groupe à la dimension internationale réalisant plus de 12 milliards d euros de chiffre d affaires. Mais LVMH est également le symbole de la réussite d un homme visionnaire: Bernard Arnault. Après avoir présenté le secteur dans lequel évolue le groupe LVMH et son développement, nous nous intéresserons à son organisation interne et à la stratégie mise en place en vue de répondre aux défis auxquels elle doit faire face. Puis pour aller plus loin dans l étude du groupe, nous détaillerons et nous étudierons sa structure financière au travers des données comptables et boursières. 3

4 1ère partie : PRESENTATION DU GROUPE 4

5 1- Le secteur luxe Avant de présenter la société LVMH et de réaliser une étude de son organisation et de sa stratégie, il est important de s intéresser au secteur dans lequel elle évolue: le secteur du luxe. Ceci nous permettra de cerner les spécificités et les enjeux de ce secteur et ainsi de mieux comprendre le groupe LVMH dans ses différents aspects, aussi bien organisationnel, stratégique que financier. 11. Présentation du secteur du luxe Aujourd hui, le luxe s est démocratisé : selon une étude de l institut Risc, plus d un Européen sur deux a acheté une marque de luxe au cours des douze derniers mois. Le secteur du luxe est composé de sociétés très hétérogènes du point de vue du chiffre d affaires, de la notoriété des marques et donc de leur poids boursier. Il se répartit entre de petites entreprises spécialisées dans une ligne de produits (chaussures, montres,. etc.) et des groupes mondiaux multi-lignes et multimarques qui ont connus un développement très rapide. Du point de vue de la notoriété une quarantaine de marques sont connues mondialement. Le secteur est dominé par trois grands groupes qui sont par ordre croissant : LVMH, le groupe Richemont et depuis quelques années PPR-Gucci. Cette hétérogénéité des entreprises a une conséquence au niveau des marchés financiers ainsi, au sein de l indice luxe du MSCI le Groupe Richemont représente 35% de l indice et LVMH 30% alors que l entreprise grecque de bijoux Folli-Follie représente O,8 % de cet indice. Secteur considéré comme cyclique, la demande de produits de luxe dépend principalement de la santé de l économie mondiale et donc de son indice de référence le taux de croissance. Cela peut s expliquer par le fait qu au moment ou la richesse de son ensemble s améliore, le consommateur est davantage enclin à consommer du luxe. Il est 5

6 toutefois possible de nuancer cette idée en évoquant la catégorie des personnes extrêmement riches, qui sont moins sensibles à la conjoncture; cela permet aux sociétés très haut de gamme à forte légitimité ( ex : hermès) d être moins «dépendantes» des aléas économiques : les riches restent riches et continuent à consommer de la même façon. L autre facteur important influençant la demande est le taux de parité Yen/Dollars US. Les japonais étant les premiers consommateurs au monde de luxe (leur part dans la demande globale de produits de luxe est estimé à plus de 40% par certaines études). Cette parité impacte directement le pouvoir d achat des japonais et donc sur les sociétés qui leurs vendent des produits. 12. L importance de la marque Pour une société de luxe, la marque représente l actif le plus important car la performance des firmes dépend en plus de la croissance, des changements de mode. La demande de produits de luxe va dépendre très largement de l attractivité de la marque, de sa légitimité dans son domaine ainsi que du dynamisme de son offre produit et de son innovation. Tout ceci passe par l image que véhicule la marque au travers de son plan marketing et média. Ainsi, gage de rentabilité, de pérennité et de cash-flow la marque et son image sont si stratégique qu un groupe comme LVMH investit jusqu à 12 % de son chiffre d affaires dans la publicité et son plan média. L Evolution du secteur Le secteur du luxe est un secteur en expansion rapide qui a su profiter de la croissance économique de la fin du 20ème siècle et du début du 21ème pour croître à une «vitesse» de plus de 7 % par an selon les estimations. Cette croissance peut s expliquer par plusieurs facteurs : tout d abord une forte période de croissance de l économie mondiale tirée par les Etats-Unis jusqu en 2001, une ouverture de marchés au niveau de 6

7 certains pays émergents et enfin une certaine «démocratisation» du luxe dans les pays développés. Ainsi le luxe n est plus réservé uniquement à une population extrêmement riche, d une consommation ordinaire de gens exceptionnels, il est aujourd hui la consommation exceptionnelle de gens ordinaires. Cette démocratisation s explique par un développement de l offre d accessoires. Bien plus abordables que la haute-couture; les accessoires ont aussi une marge beaucoup plus élevée. Ils sont donc les véritables vecteurs de la croissance des marques de luxe. Ceci a incité les entreprises a développé leur offre d accessoires qui a démocratisé les marques mais aussi augmenté les marges. 7

8 2- LVMH : le groupe d un Homme 21. B.ARNAULT Tout comme Français Pinault grand entrepreneur français ; Bernard Arnault a su profiter de la fin du 20ème siècle pour construire un groupe de dimension mondiale. Né en 1949 dans le Nord de la France, Bernard Arnault est le fils d un entrepreneur français de l immobilier. Il démarre sa carrière dans l entreprise familiale après avoir été diplômé de l école Polytechnique. Par la suite il passe quelques années en Floride dans ce même secteur. De retour en France il rachète en 1984 le groupe Boussac Saintfrères -qui comprend la maison de couture Dior- alors confronté à de graves difficultés financières. A la fin des années quatre-vingt la fusion de Louis Vuitton, spécialisé dans la maroquinerie de luxe depuis 1834, et de Moët-Hennessy, groupe de vin et spiritueux, est bloquée par de profonds désaccords entre les dirigeants. Ces désaccords vont entraîner une bataille judiciaire et financière pendant plus de deux ans. B. Arnault va profiter de cette confusion pour prendre le contrôle du nouveau groupe. Il sera aidé en cela par la banque d affaires Lazard qui va imaginer une structure financière qui permettra à B.Arnault de prendre le contrôle du groupe avec une participation de seulement 4% du capital démultipliée par une cascade de plusieurs holdings. En moins d un an il sera nommé à la présidence du groupe LVMH. Arnault est considéré par ses subordonnés plus comme un entrepreneur que comme un gestionnaire du quotidien. Ainsi, chez Louis Vuitton il a posé son veto sur une seule campagne publicitaire au cours des dix dernières années. Malgré ce recul vis à vis du quotidien, B.Arnault reste très attentif à la performance de chacune des sociétés du groupe et sanctionne rapidement les dirigeants qui le déçoivent. Ainsi, il n a pas hésité à remplacer Hubert de Givenchy par le jeune styliste John Galiano encore inconnu à cette époque. 8

9 Plus motivé par une nouvelle conquête que par la gestion opérationnelle B.Arnault a rencontré une certaine résistance au sein du groupe quand en 2000 certains dirigeants ont réclamé un changement de stratégie plus orientée vers une croissance interne. 22. La création d un groupe international Au cours des 15 dernières années B.Arnault à construit un groupe à la dimension internationale qui est aujourd hui, le leader du luxe. Par divers stratagèmes, tels qu augmenter graduellement sa participation en promettant de ne jamais prendre le contrôle, lancer un raid surprise, négocier secrètement avec certains détenteurs pour ouvrir une brèche dans le pacte d actionnaires, attaquer certaines sociétés en justice pendant plusieurs années ou encore s allier avec une société pour prendre le contrôle d une tierce entreprise, il a réussi un agrégat de marques qui fait de LVMH le plus grand groupe mondial de luxe composé de plus de soixante marques avec des noms aussi prestigieux que MOËT & CHANDON, GUERLAIN, VUITTON, etc. qui lui permettent d être présent dans tous les métiers du luxe : haute couture, maroquinerie, joaillerie, prêt à porter, parfumerie, spiritueux. Après l achat de sociétés françaises (Givenchy, Pommery, Guerlain) LVMH s est orienté vers une stratégie de diversification internationale qui lui a permis d amplifier son envergure en prenant le contrôle de grandes marques italiennes et américaines de la mode. Dans un contexte de concurrence intense, avec l entrée du groupe Pinault- Printemps- Redoute dans le secteur du luxe, les années 1999 et 2000 ont été prolifiques en acquisition avec le rachat de 25 marques pour un total de 3,05 milliards d euros. Liste des principales acquisitions du groupe LVMH acquisition de la compagnie GIVENCHY acquisition des champagnes Pommery acquisition des maisons de mode Christian Lacroix, Kenzo et Berluti 9

10 acquisition des parfums Guerlain acquisition de Fred (entreprise d horlogerie et joaillerie) : acquisition des maisons espagnoles Loewe et Céline ainsi que du groupe DUTY-FREE, la plus importante chaîne de distribution de produits de luxe : acquisition de Séphora leader de la distribution de parfums dans l hexagone : victoire juridique pour l acquisition en 1998 de Château d Yquem acquisition des champagnes Krug, des chemises anglaises Thomas PINK, de Fendi, Bliss( bains à remous et cosmetiques), Hard Candy, ( petite compagnie californienne spécialisée dans les cosmétiques pour adolescents), et enfin acquisition des suisses Tag Heuer et Ebel ainsi que du français Chaumet. Ce qui permet à LVMH de devenir le numéro trois mondial de la montre : acquisition d Omas ( stylos de luxe), Miami cruise line Services, Phillips troisième commissaire priseur du monde qui sera accolé à l étude Tajan. Les magazines connaissances des Arts et Art & Auction Magazine. Ainsi que Les sociétés de cosmétiques américaines Urban Decay et Fresh : acquisition de La Samaritaine, l entreprise américaine Donna Karan, les domaines viticoles australiens et Newton et Mount Adam, Acqua Di Parma (parfums et aromatiques et enfin prise de participation supplémentaire dans Fendi qui rend LVMH actionnaire majoritaire. Ainsi le groupe est composé d entreprises aux activités stables, à faibles fluctuations et avides de capitaux (champagne, cognac) et d autres plus «légères» comme le vêtement et les cosmétiques. 10

11 3- L organisation du groupe L organisation du groupe est une question d équilibre et de dosage car il s agit de réaliser une alliance délicate de l eau et du feu: les créatifs et les gestionnaires, de combiner des activités artisanales où entrent en jeu non seulement la qualité et le savoirfaire mais aussi l imagination avec les techniques les plus modernes de management, de marketing et d organisation industrielle. Jusqu en 1998, les différentes compagnies étaient très autonomes. En 1999, le groupe a été réorganisé en vue de rationaliser la structure du groupe et de créer différentes divisions dans le groupe. Lors de cette restructuration toutes les sociétés holdings intermédiaires ont été supprimées. Avec cette nouvelle structure B.Arnault officialise son contrôle sur le groupe. Le nouveau holding de tête de groupe nommé Groupe Arnault détient 60% de la compagnie Christian Dior qui possède 42,5% de LVMH, ainsi qu une participation directe de 5,4% dans LVMH. Ce qui fait passer la part de B.Arnault dans LVMH de 4% à 47,9%. Au niveau de l organisation interne du groupe, jusqu en 1998 les différentes compagnies étaient très autonomes. La réorganisation de 1999 à mis en place cinq divisions dans le groupe. Chaque division est dirigée par un président qui a pour responsabilité la coordination et la rationalisation de la gestion des entreprises de sa division. Chaque marque est donc chapeautée par un directeur de division, ce qui rend les entreprises un peu moins autonomes. Le groupe est tout de même très décentralisé, l objectif reste que chaque dirigeant soit plus qu un gestionnaire, mais aussi un entrepreneur avec une large autonomie. Ceci afin de respecter chaque marque dans son image et sa culture d entreprise. Cette 11

12 différenciation est essentielle car chaque marque doit être la plus différenciée possible afin d attirer des consommateurs qui choisissent sur la base du style, de la réputation, de l esthétique, et non du prix. Pour cela chaque marque établie les stratégies de marketing et distribution les mieux appropriées, valorise son positionnement spécifique, façonne et enrichie son univers. Avec sa division distribution sélective LVMH est distributeur de ses propres produits. L acquisition de DFS spécialisée dans la distribution de produits de luxe en commerce détaxé qui est fortement présent sur les continents américain et asiatique. 31. Composition des divisions du groupe Division mode et maroquinerie Division parfums et cosmétiques Division vins et spiritueux Division distribution sélective Division Montres et joaillerie Christian Dior, Louis Vuitton, Céline, Christian Lacroix, Givenchy, Kenzo, Loewe, Berluti, Marc Jacobs, Fendi, Donna Karan, Thomas Pink Parfums Christian Dior, Parfums Kenzo, Guerlain, ligne de parfums de chaque maison de couture du groupe, Bliss, Hard Candy, Urban Decay, MakeUp For Ever, Hennessy, Moët et Chandon, Krug, Veuve-Cliquot, Dom Pérignon, Millenium, Château d Iquem Le bon Marché, la Samaritaine, Séphora, Marie-Jeanne Godard, Duty Free Shoppers, Miami Cruiseline Services. Benedom, Tag Heuer, Ebel,Chaumet, Zenith, Omas 32. Le Gouvernement d entreprise La société est basée sur un modèle moniste avec pour PDG Bernard Arnault 12

13 a) Composition du conseil d administration (à la date de parution du rapport annuel 2002). Ce conseil s est réuni quatre fois en Au cours de ses réunions, le conseil a arrêté les comptes annuels et semestriels ; de plus il s est prononcé sur les grandes orientations stratégiques, le budget et les dossiers de cession et d acquisition. M.Bernard Arnault, PDG ( PDG de Christian Dior, groupe Arnault S.A, Montaigne Participations et Gestion) M. Jean Arnault, Président d honneur (PDG de la société Omnium Lyonnais d Etudes) M. Antoine Bernheim, Vice-Président (Associé de Lazard LLC) Antonio Belloni Directeur Général délégué (Directeur Général de LVMH Inc, Etats- Unis) M. Nicholas Clive Worms (Président du Conseil de Surveillance de Worms & Cie) M. Albert Frère ( Président du conseil d administration des sociétés : Erbe S.A, Belgique ; Frère-Bourgeois S.A, Belgique ; Petrofina S.A, Belgique) M. Pierre Godé Conseiller du président ( PDG des sociétés : Financière Agache, Financière M. Jean Peyrelevade ( Président du conseil d administration du Crédit Lyonnais) Lord Powell of Bayswater ( Président du Comité Consultatif de Phillips, de Pury et Luxembourg) M.Félix G.Rohatyn (Président de LVMH Inc., Etats-Unis) M. Nicolas Bazire Directeur chargé de mission ( Président du Conseil des Commanditaires de Rothschild et Cie, Président du Conseil de Surveillance de la société LVMH Fashion Group) Michel François-Poncet (Président du Conseil d Administration de la société BNP- Paribas Suisse) Diego Della Valle (PDG de Tod s SpA, Italie) Jacques Friedmann Gilles Hennessy Arnaud Lagardère 13

14 Il existe aussi des comités spécialisés : b) Le comité d audit de la performance : Il s est réuni cinq fois au cours de l année les travaux de ce comité durant l année ont été l examen des comptes sociaux et consolidés, le contrôle de l audit interne et de certaines conventions avec des sociétés apparentées et cessions de participation. Et enfin les interventions et honoraires des Commissaires aux comptes. AUDIT Membres : Michel François-Poncet ( Président) Nicholas Clive Worms Gilles Hennessy Les commissaires aux Comptes : COGRCO-FLIPO et ERNST&YOUNG Le directeur des opérations : Le directeur Financier : Patrick Houël Le conseiller du Président : Pierre Godé Le directeur du contrôle de Gestion Le directeur de l audit interne Le directeur comptable Le directeur Fiscal Le directeur Juridique c) Comité de sélection des administrateurs et des rémunérations Ce comité a été consulté trois fois, il a émis des propositions concernant la rémunération et les options d achat d actions attribuées aux dirigeants, ainsi que les candidatures aux fonctions d administrateur. Membres : Antoine Bernheim (Président) Albert Frère Kilian Hennessy 14

15 4- Stratégie Depuis la création du groupe, LVMH à mis en place deux stratégies principales afin d atteindre les objectifs fixés. 41. Stratégie de développement A partir de 1987, le premier objectif de LVMH a été de construire un groupe permettant d atteindre une taille critique compatible avec le développement de marques mondiales. Pour réaliser cet objectif, LVMH s est tourné vers une stratégie orientée vers une croissance externe. Le choix de ce type de croissance s explique par le fait que dans le secteur du luxe la marque joue un rôle prépondérant. Tout d abord, la demande de produit d une marque dépendant de son attractivité, de sa légitimité dans son domaine ainsi que de son dynamisme. De plus, la création d une marque étant coûteuse et aléatoire (C. Lacroix la seule société du groupe créée ex-nihilo n est toujours pas rentable) la marque est gage de rentabilité, de pérennité et génératrice de cash flow. Ainsi le groupe a racheté plus de soixante marques en quinze ans. Le développement passe aussi par une extension géographique du territoire des marques et donc un élargissement de la clientèle. 42. Stratégie financière tournée vers le cash-flow A partir de 1997 : la stratégie de groupe s est plus orientée vers une augmentation du retour financier des actionnaires et la génération de cash-flow. Cet objectif pouvait passer par divers objectifs intermédiaires tels que la consolidation des positions concurrentielles de chaque société par l augmentation de leur part de marché, l augmentation des marges opérationnelles, le contrôle des coûts. 15

16 Pour atteindre ces objectifs intermédiaires, LVMH, a mis en place une stratégie de globalisation et de coordination d activités. La stratégie de globalisation passe par le développement de lignes de produits pour les sociétés du groupe et un marketing d «ombrelle». Ce produit doit satisfaire une clientèle mondiale. Afin de diffuser au mieux ces produits, une stratégie marketing «locale» des marques est aussi mis en place afin de tenir compte des spécificités de chaque marché national. Malgré cette nouvelle stratégie, le groupe n en a pas pour autant réduit ses acquisitions, puisqu elle a dépassé 3,5 milliards d euros entre 1999 et Afin de faciliter la coordination, une réorganisation du groupe avec un dirigeant pour chaque division a été mis en place. Cette réorganisation relève d une stratégie industrielle qui a pour but une réduction des coûts grâce à des synergies entre les sociétés dans les activités non «visibles» c est à dire ne touchant pas directement à l image de la marque comme l approvisionnement, la fiscalité, la logistique ; le reste ( marketing, création) restant propre à chacun. Cette réduction dans tous les domaines ayant pour but de financer de lourdes campagnes publicitaires et l innovation. Ainsi, Kenzo fabrique les vêtements de la ligne de prêt-à-porter «Bazar» de Christian Lacroix, son parfum Jungle sort de l usine de Givenchy à Vervins (nord de la France), les produits de beauté de Dior, de Guerlain et de Givenchy bénéficient des innovations sorties du laboratoire de recherche fondamentale du groupe. L autre stratégie permettant d augmenter le retour financier des actionnaires et le freecash flow a été de réaliser une intégration verticale, afin de chercher les marges là où elles se trouvent. Dans ce but, le groupe a racheté des boutiques, augmenté le nombre d ouvertures de magasins et développé le concept des mégastores (boutiques ayant une surface importante et dévolue à une seule marque). De plus elle a racheté des spécialistes de la distribution sélective telles que DFS et Séphora. Cela permet d ajouter à la marge du producteur la marge du distributeur tout en gardant le contrôle de l image des marques. L inconvénient de cette stratégie est qu elle augmente les coûts fixes ( coûts de fonctionnement des magasins), ce qui rend la société moins flexible en cas de changement de la conjoncture. 16

17 Enfin le groupe est aussi attaché à sa performance sociétale et mène cette stratégie au travers de nombreuses initiatives telles que le mécénat culturel (exposition,..) et le parrainage d événements sportifs (coupe Louis Vuitton). 17

18 2ème partie : ANALYSE FINANCIERE DU GROUPE LVMH 18

19 Pour mieux appréhender le groupe LVMH il est intéressant de s occuper des différents aspects financiers et donc d étudier sa structure et ses caractéristiques financières ainsi que boursières. Ainsi, dans un premier temps nous allons détailler l activité du groupe LVMH afin de bien situer la société. 1. ANALYSE DE L ACTIVITE 11- Répartition par branche d activités L activité du groupe est scindée en 5 divisions distinctes : vins et spiritueux, mode et maroquinerie, parfums et cosmétiques, montres et joaillerie, et distribution sélective. Cette distinction provient de la réorganisation ayant eu lieu en 1998 en vue d augmenter l efficacité du groupe et d accroître le cash flow. CHIFFRE D'AFFAIRES total consolidé % % % vins et spiritueux % % % mode et maroquinerie % % % parfums et cosmétiques % % % montres et joaillerie 552 4% 548 4% 614 5% distribution sélective % % % autres 8 0% 113 1% 63 1% On remarque que les secteurs de la mode et maroquinerie et de la distribution sélective représentent près de la moitié du chiffre d affaires global du groupe, alors que les montres et la joaillerie ne représentent qu une faible part du chiffre d affaires global. 19

20 REPARTITION DU CHIFFRE D'AFFAIRES PAR ACTIVITE en % 0% 18% vins et spiritueux mode et maroquinerie parfums et cosmetiques 4% 18% 34% montres et joaillerie distribution selective autre Avec cette représentation graphique de la répartition du chiffre d affaires du groupe par branche d activité, on peut se rendre compte que l activité du groupe est répartie quasiéquitablement entre les 5 divisions. Reste pour exception, l activité montres et joailleries qui est minoritaire. 12- Répartition par secteur géographique Le groupe LVMH a une activité internationale importante. Il est donc nécessaire d étudier la répartition de son activité par zone géographique afin d évaluer les cibles principales du développement du groupe et les divers risques auxquels il peut être confronté. vins mode parfums distribution montres Total Europe 589,16 671,04 817,6 300, ,13 France 271,92 419,4 467,2 867,62 44, ,3 Amérique 861, , ,69 154, ,89 Asie 271,92 629,1 186,88 767,51 66, ,65 Japon 226,6 1384,02 163,52 77, ,42 Autres 45,32 83,88 116,8 166,85 209,76 622,61 Chiffre d'affaires total

21 Répartition Géographique du chiffre d'affaires 12% 10% 2% 26% Europe France Amérique Asie 38% 12% Japon Autres Même si Paris reste le lieu le plus mythique dans le monde en ce qui concerne le luxe, il n est pas pour autant la place centrale de son commerce. On peut observer une répartition à peu près équitable du chiffre d affaires entre les différents continents. Ainsi l Amérique occupe une place majeure dans le chiffre d affaires du groupe. Ceci peut s expliquer par un dollar fort qui «facilite» les achats aux Etats-unis De plus le Japon a aussi une part importante dans cette répartition. Il est le marché le plus important pour les entreprises du secteur du luxe. Donc, la répartition assez homogène du chiffre d affaires réduit le risque géographique même si les crises économiques au Japon ou aux Etas-Unis peuvent avoir un impact important. La gestion du risque de couverture est donc fondamentale pour le groupe. Outre l activité, il est important d étudier la structure financière du groupe. 21

22 2. Analyse de la structure financière Cette analyse comprend le calcul de divers ratios de liquidité et solvabilité liés aux bilan et compte de résultat de la société. 21- La marge d exploitation marge d'exploitation résultat d'exploitation/chiffre d'affaires 15,82% 12,76% 16,92% La marge d exploitation est supérieure à celle des autres secteurs mais reste «normale» pour le secteur du luxe. Elle montre aussi l efficacité de la stratégie de restructuration de l organisation en divisions qui avait pour but, entre autre, de créer des synergies au sein du groupe et donc de réaliser des économies d échelles. On constate qu après une baisse de la marge d exploitation en 2001, elle a remonté pour atteindre environ 16%. 22- la capacité de remboursement capacité de remboursement dettes long terme/caf 19, , , Après deux années difficiles la capacité de remboursement devient positive. La capacité de remboursement négative s explique par le nombre important d acquisitions réalisées en 2000 et 2001 pour une valeur de 3,05 milliards d euros. 23- L autonomie financière 22

23 autonomie financière dettes LMT/capitaux propres <1 0, , , L autonomie financière du groupe s est améliorée pour devenir intéressante en En effet, c est la première fois en trois ans que les capitaux propres sont supérieurs aux dettes. Ce qui signifie que l entreprise à rapidement «digéré «ses acquisitions des dernières années. 24- la capacité d autofinancement Caf délai de rotation 12, , , La capacité d autofinancement du groupe s est nettement améliorée jusqu à devenir positive en Par ailleurs elle permet de financer 12 jours de chiffre d affaires. En définitive, le groupe LVMH a absorbé le poids de ses différents achats et a retrouvé une bonne capacité à s autofinancer et s endetter pour l avenir. L analyse de la structure financière passe également par une analyse fonctionnelle. 25- Analyse fonctionnelle a) Fonds de roulement Fonds de roulement délai de rotation

24 Le fonds de roulement représente la différence entre les ressources dites stables et les emplois immobilisés. Lorsqu il est positif comme c est le cas ici, cela signifie que les actifs immobilisés à long terme sont financés par des ressources à long terme tels que les capitaux propres ou les dettes à plus d un an. C est un gage de stabilité de la structure financière de l entreprise. On peut remarquer qu il permet de financer 34 jours de chiffre d affaires en 2002, contre seulement 16 jours en b) Besoin en fonds de roulement BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT D'EXPLOITATION emplois-ressources du cycle d'exploitation délai de rotation du bfre 33,67 47,04 54,31 Le solde net des emplois et des ressources d'exploitation est appelé besoin en fonds de roulement d'exploitation. Dans le cas présent il est positif pour les trois années étudiées. Cela signifie que les emplois liés au cycle d exploitation sont supérieurs aux ressources d exploitation. Ce besoin en fonds de roulement doit être financé par le fonds de roulement. C est effectivement le cas pour l année 2002 mais pour les années 2001 et 2000, le fonds de roulement était insuffisant car le fonds de roulement est insuffisant pour financer les besoins de l exploitation. Il est donc nécessaire de faire appel à la trésorerie c) La trésorerie trésorerie vmp non cotées+disponibilité-découvert bancaire fdr-bfre

25 La trésorerie du groupe correspond au cash dont dispose l entreprise quasi immédiatement. Cette trésorerie est positive. Remarque : on peut supposer que la différence entre la trésorerie trouvée selon les hypothèses du bilan fonctionnel et celle trouvée par déduction comptable correspond au besoin en fonds de roulement hors exploitation (par exemple pour le rachat de sociétés). 25

LES MEMBRES DU COMITE EXECUTIF DU GROUPE LVMH

LES MEMBRES DU COMITE EXECUTIF DU GROUPE LVMH LES MEMBRES DU COMITE EXECUTIF DU GROUPE LVMH LVMH 2015 BERNARD ARNAULT PRESIDENT-DIRECTEUR GENERAL Né le 5 mars 1949 en France. Après des études au lycée de Roubaix et au lycée Faidherbe à Lille, il intègre

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Assemblée générale mixte. du 3 juin 2008

Assemblée générale mixte. du 3 juin 2008 1 Assemblée générale mixte du 3 juin 2008 3 juin 1993 3 juin 2008 2 15 e anniversaire de l introduction en bourse d Hermès 3 La société de Bourse Ferri en charge de l introduction en bourse d Hermès écrivait

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

AVIS DE CONVOCATION. ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE 10 avril 2014-10 h 30

AVIS DE CONVOCATION. ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE 10 avril 2014-10 h 30 AVIS DE CONVOCATION ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE 10 avril 2014-10 h 30 Accueil des Actionnaires à partir de 9 h 00 Tout actionnaire se présentant après 11 h 00 pourra assister à l Assemblée générale mais ne

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Rapport semestriel d activité

Rapport semestriel d activité Rapport Financier Semestriel 2014 Sommaire Rapport semestriel d activité... 3 Comptes consolidés résumés au 30 juin 2014... 13 Rapport d'examen limité des Commissaires aux comptes sur l'information financière

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007 Résultats semestriels 2007 & Perspectives 31 octobre 2007 Agenda Identité, marchés et philosophie Les modèles économiques du groupe Freelance.com Activité et résultats semestriels 2007 Stratégie et perspectives

Plus en détail

Bruxelles le 31 août 2010 -

Bruxelles le 31 août 2010 - RENTABILIWEB Progression record du chiffre d affaires et des résultats au 1 er semestre 2010 Croissance organique très dynamique : CA +39% Excellente progression des performances opérationnelles : EBITDA

Plus en détail

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 :

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 : 11.05 Valeo : résultat net de 365 millions d euros en 2010, soit 3,8 % du chiffre d affaires ; performance opérationnelle en avance sur le plan stratégique présenté en mars 2010 Au second semestre 2010

Plus en détail

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012 Communiqué de presse RESULTATS ANNUELS 2011 Solides résultats 2011 et accroissement du patrimoine Paris, le 15 février 2012 Résultats 2011 o Progression de +14% du cash-flow courant par action à 2,14 o

Plus en détail

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 10 mars 2015 1 er trimestre : Résultats en ligne avec les objectifs annuels Solide croissance organique de 3,3% EBITDA en hausse de 1,5% Résultat net multiplié par 3,3 Perspectives

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Louvain-la-Neuve, le 18 mars 2010, 18h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET INVESTISSEMENTS Nous clôturons 2009 de manière contrastée. Tout d abord, les

Plus en détail

Assemblée générale des actionnaires 15 mai 2012

Assemblée générale des actionnaires 15 mai 2012 Assemblée générale des actionnaires 15 mai 2012 Assemblée générale des actionnaires Bruno Lafont - Président Directeur général Consultation préalable à l Assemblée Centres d intérêt des actionnaires Désendettement

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Résultats annuels 2013 en forte croissance

Résultats annuels 2013 en forte croissance Communiqué de presse - Clichy, 25 mars 2014, 18h Résultats annuels 2013 en forte croissance Chiffre d affaires en hausse de 5,3% à 420,7 M Résultat opérationnel en hausse de 31,7% à 43,4 M Résultat net

Plus en détail

Résultats Semestriels 2011

Résultats Semestriels 2011 Résultats Semestriels 2011 9 Juin 2011 Sandpiper Bay Floride Faits marquants du 1 er semestre 2011 Forte progression de l activité Croissance à deux chiffres du Volume d Activité Villages Croissance sur

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière Plan Le bilan - présentation et signification des postes Structure en grandes masses - Le BFR Les ratios de structure

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier.

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier. Dossier Financier Ce dossier complète notre dossier économique en apportant un éclairage financier sur notre projet. Il s appuie sur l organisation que nous avons mise en place et sur l expérience de démarrage

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A L INSTITUT CANADIEN NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS Québec NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS par Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A Wise, Blackman SENCRL Évaluateurs d entreprises/juricomptables Montréal

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008 Résultats Semestriels 2008 Paris, le 1er octobre 2008 ALTEN ALTEN reste fortement positionné sur l Ingénierie et le Conseil en Technologie (ICT), ALTEN réalise des projets de conception et d études pour

Plus en détail

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel L analyse fonctionnelle du bilan Fiche 1 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan fonctionnel Le bilan fonctionnel permet une lecture directe de l équilibre financier du bilan. Le retraitement

Plus en détail

Assemblée générale ordinaire du 19 décembre 2013

Assemblée générale ordinaire du 19 décembre 2013 RappoRt annuel au 30 JuIn 2013 Assemblée générale ordinaire du 19 décembre 2013 Organes de direction et de contrôle au 30 juin 2013 2 Organigramme simplifié au 30 juin 2013 3 Chiffres significatifs 4 Rapport

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Résultats annuels 2014 Chiffre d affaires ajusté en hausse de +5,1 % à 2 813,3 millions d euros, croissance organique du chiffre d affaires ajusté de +3,8 % Marge opérationnelle ajustée de 630,0 millions

Plus en détail

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Paris, le 14 février 2014 8h Information réglementée C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Indicateurs clés : Loyers IFRS à 43,3 M (+12,1%)

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 La grande distribution alimentaire bouge au niveau mondial et en France. Pour les acteurs français, la famille Mulliez et Naouri taillent des croupières à Arnault

Plus en détail

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique*

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique* SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2013 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PERIODE DU 1 ER AVRIL AU 31 DECEMBRE 2004-1 - COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ Période du 1 er avril au 31 décembre 2004 2003 2003 Exercice clos le Notes Pro forma 31 mars 2004

Plus en détail

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2.

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2. LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 Compte

Plus en détail

Résultats annuels 2014 Réunion SFAF, le 18 mars 2015

Résultats annuels 2014 Réunion SFAF, le 18 mars 2015 Résultats annuels 2014 Réunion SFAF, le 18 mars 2015 VM MATÉRIAUX Faits marquants 2014 Résultats 2014 Perspectives et orientations Un maillage régional de proximité, une présence à l international Groupe

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

L'analyse de la structure financière

L'analyse de la structure financière 2 L'analyse de la structure financière Les différentes conceptions La structure financière d une entreprise dépend principalement des contraintes technico-économiques liées à la nature des activités développées

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Communiqué de Presse 20 février 2013 Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Résultats solides en 2012 Progression

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises 1 Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises Sommaire Préambule Comment bien évaluer une entreprise? Le diagnostic Le business plan L approche

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

FAITS MARQUANTS RÉSULTATS STRATÉGIE ET PERSPECTIVES

FAITS MARQUANTS RÉSULTATS STRATÉGIE ET PERSPECTIVES 1 Le groupe a progressé dans une année contrastée CA Cegid Group 264 M +5,7 % UN PREMIER SEMESTRE AVEC DES PERSPECTIVES FAVORABLES UN SECOND SEMESTRE MARQUÉ PAR UNE NOUVELLE CRISE 2 Les principales tendances

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas

Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Paris, le 9 mai 2014 Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas 1. Estimations des résultats

Plus en détail

RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Page 1. GOUVERNEMENT D ENTREPRISE 102 2. PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE ET DE GESTION DES RISQUES MISES EN PLACE 106 3. RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LE RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

GREAT-WEST LIFECO 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % [2]

GREAT-WEST LIFECO 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % [2] GREAT-WEST LIFECO Great-West Lifeco Inc. est une société de portefeuille internationale spécialisée dans les services financiers ayant des participations dans l assurance-vie, l assurance-maladie, les

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Dossier prévisionnel Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Société TEST 24 cours de la brocante BP 45 44100 NANTES Tel : 0240256767 Fax : 0240789029 Email : infos@test-sa.fr Monsieur

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014

RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014 RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014 Intervenants Jean Louis Bouchard Président Bruno Lemaistre Directeur Général Jean Philippe Roesch Directeur Général P. 1 Sommaire 1 2 3 4 5 6 Le

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION FINANCE D ENTREPRISE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Ivry, le 27 février 2014 La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Progression du résultat opérationnel courant à 72 m (+13,3%) Résultat net positif

Plus en détail

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Hal, le 11 décembre 2006 RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Par rapport aux chiffres publiés précédemment (le 19

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE 1 Le dossier de candidature proposé par l Ecopôle Périgord Aquitaine ne constitue pas un cadre rigide et doit bien entendu être adapté au projet de votre entreprise.

Plus en détail

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Paris, le 27 août 2009 Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Croissance organique hors essence et effet calendaire de +1,3% Quasi-stabilité de la marge d EBITDA en organique Résistance des

Plus en détail

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012 Réunion SFAF Présentation des résultats annuels 2011/12 clos le 31 mars 2012 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité de l'exercice 2011/12 3. Résultats financiers 2011/12 4. Alturia

Plus en détail

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile PARIS, France le 14 mai 2009 CGGVeritas (ISIN: 0000120164 NYSE: CGV) annonce ce jour les résultats consolidés,

Plus en détail

Groupe Monceau Fleurs

Groupe Monceau Fleurs Groupe Monceau Fleurs Ce communiqué de presse ne peut pas être publié, distribué ou transmis directement ou indirectement aux Etats-Unis d'amérique, au Canada, en Australie ou au Japon. Succès des augmentations

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON

ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON RAPPORT DE GESTION SUR LES OPERATIONS DE L'EXERCICE CLOS

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Paris, le 20 février 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Un renforcement substantiel des gains de productivité et une nette progression des résultats en 2014 par rapport

Plus en détail

---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/06/2013 --------------------------------------

---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/06/2013 -------------------------------------- RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 1 er janvier 30 juin 2013 ---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/ -------------------------------------- Société anonyme au capital

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

Résultats semestriels au 30 juin 2010 SYSTEMAT S.A.

Résultats semestriels au 30 juin 2010 SYSTEMAT S.A. CONTACTS Martin Detry SYSTEMAT Tél.: +32 2 352 85 04 martin.detry@systemat.com SOUS EMBARGO JUSQU AU JEUDI 26 AOUT 2010, 17H40 Frédérique Jacobs Tél.: +32 479 42 96 36 frederique.jacobs@systemat.com Lasne,

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée.

2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée. COMMUNIQUE DE PRESSE 6 décembre 2013 Résultats annuels 2013 2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée. Volume d activité Villages stable à taux

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Sèvres, le 28 avril 2015 Progression de la croissance Internet à +4,1%, chiffre d affaires consolidé en légère baisse et renforcement des partenariats avec les grands acteurs du web

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Rachat d actions : les raisons d un engouement

Rachat d actions : les raisons d un engouement Rachat d actions : les raisons d un engouement Maher Abdia Chercheur au groupe ESC Troyes Sabri Boubaker Professeur associé au groupe ESC Troyes, chercheur à l Institut de recherche en gestion de l université

Plus en détail

Sommaire. Weborama Rapport financier du premier semestre 2007 2

Sommaire. Weborama Rapport financier du premier semestre 2007 2 Rapport financier du premier semestre 2007 Sommaire 1. Commentaires sur l activité de la période... p. 3 2. Rapport des Commissaires aux comptes... p. 5 3. Comptes consolidés au 30 juin 2007... p. 9 Weborama

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE FINANCIERE. Pyrus

RAPPORT D ANALYSE FINANCIERE. Pyrus RAPPORT D ANALYSE FINANCIERE Pyrus 1. DESCRIPTION DE L ENTREPRISE : L objet de financement : Financer une phase technique pour valoriser des vieux arbres fruitiers issus de vergers afin de les transférer

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

Résultats semestriels page 2

Résultats semestriels page 2 Paris, le 31 juillet 2008 Les activités de GO Sport Belgique étant en cours de réorganisation, les données 2008 et 2007 ci-après ont été retraitées en application de la norme IFRS 5 : les activités belges

Plus en détail

SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18

SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18 SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18 STRATÉGIE & PERSPECTIVES 21 CONCLUSION 28 1 RAPPEL DU POSITIONNEMENT

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

SOMMAIRE COMPTES CONSOLIDES SUR LE DERNIER ARRETE INTERMEDIAIRE

SOMMAIRE COMPTES CONSOLIDES SUR LE DERNIER ARRETE INTERMEDIAIRE SOMMAIRE COMPTES CONSOLIDES SUR LE DERNIER ARRETE INTERMEDIAIRE - Bilan consolidé - Compte de résultat consolidé - Tableau de flux - Annexe simplifiée 1 SOMMAIRE DE L ANNEXE SIMPLIFIEE 1 EVENEMENTS SIGNIFICATIFS

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

Résultats annuels 2005

Résultats annuels 2005 Résultats annuels 2005 SOMMAIRE Chiffres clés Activité 2005 - Crédit-Bail Immobilier/Location Longue Durée - Location simple Résultats 2005 Structure financière LOCINDUS en bourse Perspectives pour 2006

Plus en détail

Résultats du 1 er semestre 2011 Reprise de cotation

Résultats du 1 er semestre 2011 Reprise de cotation COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats du 1 er semestre 2011 Reprise de cotation La Seyne-sur-Mer, le 25 novembre 2011 : Groupe VIAL (FR0010340406 VIA), premier groupe français indépendant de menuiserie industrielle

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

Emakina Group : chiffre d affaires en progression de 3% sur l année 2013

Emakina Group : chiffre d affaires en progression de 3% sur l année 2013 Information règlementée (communiqué de presse) Emakina Group : chiffre d affaires en progression de 3% sur l année 2013 BRUXELLES, 14 MARS 2014 (EMBARGO 17H30) Emakina Group (Alternext Bruxelles : ALEMK)

Plus en détail