RAPPORT D ACTIVITÉ CRÉDIT AGRICOLE FINANCEMENTS (SUISSE) SA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D ACTIVITÉ CRÉDIT AGRICOLE FINANCEMENTS (SUISSE) SA"

Transcription

1 2013 RAPPORT D ACTIVITÉ CRÉDIT AGRICOLE FINANCEMENTS (SUISSE) SA (SUISSE) SA

2 02 03 Sommaire Message du Président et du Directeur Général 03 Message du Président et du Directeur Général 04 Quelques chiffres 05 Rapport d activité Perspectives Gouvernance de la banque 09 Comptes annuels 12 Annexes aux comptes annuels 22 Rapport des réviseurs En 2000, les Caisses Régionales Coopératives de Crédit Agricole en France ont fait le choix de se positionner comme un facilitateur bancaire pour leurs clients évoluant dans un environnement franco-suisse. C est ainsi qu est né, en territoire suisse, le Crédit Agricole Financements (Suisse) SA. Aujourd hui, grâce à un réseau de 10 agences réparties en Suisse romande et alémanique, la Banque est fière de compter plus de clients! Il s agit des frontaliers, bien sûr, mais également des nombreux locataires en Suisse qui font le choix, chaque année, de devenir propriétaires en s installant en France ou en restant en Suisse. Crédit Agricole Financements (Suisse) SA est devenu la véritable alternative bancaire de référence en territoire helvétique. Notre raison d être, réaffirmée dans notre nouveau projet d entreprise à 5 ans, c est d être utile aux résidents suisses et aux transfrontaliers par une relation de confiance et des services innovants dans les métiers de banque de détail. C est aussi de coopérer plus fortement avec les Caisses Régionales Coopératives de Crédit Agricole en France pour proposer des services complémentaires à nos clients des deux côtés de la frontière. Jean-Yves Barnavon Président 2013 a été l année du développement, comme en témoignent les résultats commerciaux et financiers, l année de la consolidation, avec le renforcement des fonds propres, et surtout, l année de l anticipation. Les équipes de Crédit Agricole Financements (Suisse) SA ont œuvré pour construire la nouvelle stratégie d avenir. Nos clients nous le disent tous les jours : l environnement est de plus en plus mouvant, les modes relationnels sont en mutation et les décisions financières de plus en plus complexes. Face à ces enjeux, notre rôle est d être aux côtés de nos clients pour éclairer leurs choix, des choix structurants pour leur avenir. Chaque client est au cœur des préoccupations de la Banque : le client est suivi par un véritable coach financier, qui l accompagne dans ses projets de vie et lui apporte le bon service et le bon conseil, au bon moment. Serge Gaona Directeur Général 2014 sera la première année de plein déploiement de notre nouvelle stratégie au service de nos clients, pour être un véritable partenaire des moments de vie et construire une relation durable et de proximité, dans nos agences comme dans l univers digital.

3 04 05 Chiffres clés Crédit Agricole Financements (Suisse) SA affirme sa vocation, qui est d être utile aux résidents suisses et aux frontaliers par une relation de confiance et des services innovants dans les métiers de la banque de détail. La Banque se distingue nettement dans le paysage bancaire suisse par une dynamique de conquête basée sur une offre différenciante. L innovation est au cœur du modèle d affaire de Crédit Agricole Financements, qui en fait son identité, sa force et sa fierté. Grâce à l innovation, la banque développe la valeur des services apportés aux clients, pour être un partenaire des moments importants de leur vie: l achat du premier logement, l épargne pour les enfants, la préparation à la retraite. Réseau d agences: 3 à Genève 1 à Lausanne 1 à Fribourg 1 à Bâle 1 à Neuchâtel 1 à Yverdon-les-Bains 1 à La Chaux-de-Fonds Des actionnaires solides Le Groupe Crédit Agricole est le leader de la banque universelle de proximité en France et l un des premiers acteurs bancaires en Europe avec 76,3 MRDS de capitaux propres. Fort de ses fondements coopératifs et mutualistes, de ses collaborateurs et de ses administrateurs de Caisses régionales et locales, le groupe Crédit Agricole est une banque responsable et utile, au service de 49 millions de clients. Répartition du capital YVERDON GENÈVE L appartenance à ce Groupe est un atout de taille pour accompagner la croissance du Crédit Agricole Financements sur le marché bancaire suisse. Avec plus de 293 MCHF de fonds propres et 40 MCHF de prêts subordonnés, Crédit Agricole Financements s appuie sur 5 actionnaires de référence. Date de création: 16 novembre 2000 Fonds propres Bâle III: KCHF dont: KCHF de fonds propres de base (CET 1) KCHF de fonds propres complémentaires (Tier 2) Encours crédit: MRDS CHF Résultat Net: MCHF Total Bilan: MRDS CHF Nombre de clients: Nombre de collaborateurs: 140 FTE Site internet: LA CHAUX-DE-FOND LAUSANNE NEUCHÂTEL FRIBOURG BÂLE Le Groupe Agricole est en France LA BANQUE D 1 PARTICULIER SUR 3 LA BANQUE D 1 ENTREPRISE SUR 2 LA BANQUE DE 9 AGRICULTEURS SUR 10 54% Crédit Agricole des Savoie* 18.3% Crédit Agricole Centre-Est 11.4 % Crédit Agricole (Suisse) SA *Actionnaire majoritaire 11.3% Crédit Agricole Franche-Comté 5% Crédit Agricole Alsace-Vosges Rapport d activité 2013 Environnement économique L économie internationale a connu une évolution difficile en Elle semble avoir touché son point bas et laisse entrevoir les premiers signes encourageants sur la fin de l année. La croissance s est accélérée aux Etats-Unis comme en Zone Euro au dernier trimestre Les risques de nouvelles perturbations ne sont pas définitivement écartés et les perspectives pour 2014 tablent sur une croissance mesurée. Les Etats-Unis doivent confirmer que la tendance amorcée s inscrit dans la durée et les marchés resteront attentifs à la politique monétaire menée par Janet Yellen, nouvelle Présidente de la FED. Pour la Zone Euro, après la stabilisation, le défi reste de taille pour sortir de la crise de la dette compte tenu des disparités économiques importantes entre le moteur allemand et les pays du sud. Le tout sur fond de marchés émergeants chahutés depuis quelques mois. La Suisse reste solide avec des perspectives bien orientées Dans ce contexte, la Suisse tire bien son épingle du jeu et démontre une nouvelle fois sa capacité à créer de la valeur. La croissance du PIB renoue avec son niveau d il y a 2 ans (+1,9%) après avoir marqué le pas en 2012 (+1%). L économie peut compter sur la force de sa demande intérieure (consommation des ménages et investissements dans la construction) ainsi que sur la vigueur retrouvée de ses exportations. Le maintien par la BNS d un taux plancher à 1,20 CHF pour 1 EUR malgré des taux d intérêts au plus bas, a contribué à cette dynamique exportatrice. Sans surprise, le taux de chômage reste l un des plus faibles au monde (3,2%). La santé économique de la Suisse laisse augurer des perspectives favorables pour Avec 1 résident sur 4 de nationalité étrangère, l enjeu à moyen terme pour la Suisse se situe probablement dans sa capacité à consolider l internationalisation de son économie après les votations du 9 février Activité 2013 Lorsque Crédit Agricole Financements (Suisse) SA a ouvert le premier compte salaire en 2009, l ambition était de doubler le nombre de clients en 5 ans. A fin 2013, l objectif a été largement atteint: la Banque est fière de compter plus de (25 334) clients, soit 20% de plus en un an. Ce développement repose sur l originalité de son modèle au carrefour des territoires, des économies et des cultures. Crédit Agricole Financements (Suisse) SA répond ainsi aux besoins bancaires en Suisse des frontaliers. Les services proposés, comme le rapatriement de salaire vers le pays de résidence ou le change, visent à simplifier la vie des deux côtés de la frontière. La Banque propose également une offre différenciante à la clientèle résidente pour être un partenaire des Une banque d origine française installée en Suisse pour apporter à tous ses clients des solutions bancaires innovantes. moments importants de la vie: l achat du premier logement, l épargne pour les enfants, la préparation à la retraite Avec un taux de vacance immobilière inférieur à 1% en Suisse, l installation en France est une alternative attractive qui nécessite cependant d être bien accompagnée tout au long du projet. Crédit Agricole Financements (Suisse) SA est l expert de référence pour conseiller la clientèle suisse qui souhaite investir en France, à titre de résidence principale ou secondaire, de l expertise immobilière au choix de l amortissement du prêt en passant par l assurance habitation. Aider nos clients à devenir enfin propriétaire, en France comme en Suisse, pour mieux sécuriser leur retraite. La dynamique de développement se traduit en 2013 par une augmentation de 56% de l épargne et des dépôts confiés par nos clients, qui atteignent 389 MCHF. Cette épargne renforce la capacité de Crédit Agricole Financements (Suisse) SA à accompagner ses clients sur les besoins hypothécaires: les crédits réalisés en 2013 s établissent à 439 MCHF. Grâce à son offre articulée autour de comptes bancaires dédiés (CA myhome, CA Evolution, CA Junior ) et d une gamme d assurances développées en partenariat avec Swisslife et Helvetia, Crédit Agricole Financements (Suisse) SA répond à la préoccupation prioritaire de ses clients: se sentir en sécurité pour préparer l avenir. Avec le taux de propriétaires le plus bas d Europe (38%), la Suisse est un paradoxe lorsque l on regarde la bonne santé de l économie et le niveau de vie élevé. Fort de ce constat, Crédit Agricole Financements (Suisse) SA soutient activement l accession à la propriété dès lors qu il s agit d un projet de vie cohérent dans la durée. Notre gamme de prêts hypothécaires, pour la Suisse comme pour la France, permet d apporter une solution de financement adaptée à chaque situation, qu il s agisse d une construction, d une acquisition ou bien d une reprise de prêt.

4 06 07 Perspectives 2014 Gouvernance de la banque Ressources humaines Perspectives 2014 Conseil d administration Au terme de l année 2013, Crédit Agricole Financements (Suisse) S.A. compte 140 collaborateurs, soit une progression de plus de 9% des effectifs par rapport à l année précédente, ce qui est conforme à la stratégie de développement. Par ailleurs, l équilibre entre les hommes et les femmes dans l entreprise (55%-45%) et la représentation féminine en hausse au sein de notre Comité de Direction ainsi que dans notre cercle de Managers (35%) s inscrivent dans la volonté de cultiver la diversité au sein de la Banque. Crédit Agricole Financements (Suisse) SA a lancé en 2013 son plan moyen terme à 5 ans, baptisé «Banque & Rebelle». Un plan de développement qui se veut à contre-courant de la morosité bancaire ambiante. Dans ce projet, la Banque réaffirme sa vocation qui est d être utile aux résidents suisses et aux transfrontaliers par une relation de confiance et des services innovants dans les métiers de banque de détail. Un nouveau plan de développement pour préparer la banque de demain Jean-Yves Barnavon Président Jacques Bourachot Vice-président Une banque en développement qui recrute et qui fait progresser ses collaborateurs pour mieux satisfaire la clientèle. L année écoulée a également vu l internalisation de la fonction Ressources Humaines au sein de la Banque et le déploiement de nombreuses actions de développement des compétences. La formation des collaborateurs est au cœur des priorités dans le but de mieux accompagner nos clients dans leurs projets de vie et d être de véritables «coachs financiers». Au total, ce sont plus de trois employés sur quatre qui ont suivi une formation durant l année Le capital humain étant au cœur des projets de la Banque, nous intensifierons nos efforts en 2014 pour continuer de développer les compétences de nos collaborateurs et de renforcer les aptitudes managériales, tout en maintenant notre stratégie de recrutement ambitieuse. L objectif? Doubler le nombre de clients en 5 ans, en devenant le coach financier des clients. Cela signifie apporter le bon service, le bon conseil, au bon moment en s adaptant à chaque situation. Crédit Agricole Financements (Suisse) SA veut consolider son rôle de référent pour la clientèle frontalière, et devenir la véritable alternative bancaire de référence pour la clientèle résidente, en apportant des solutions innovantes. Que la préoccupation porte sur des services bancaires de base, sur un achat immobilier ou bien sur de l épargne, dans un environnement mouvant et de plus en plus incertain, la Banque aidera chaque client à trouver les réponses les plus adaptées. La construction d une relation de proximité avec chaque client étant une priorité, Crédit Agricole Financements (Suisse) SA souhaite améliorer sa disponibilité pour ses clients à travers: - une modernisation de ses implantations, avec des agences revisitées à Lausanne et à Yverdon, afin de faciliter et d améliorer l accueil des clients - le passage à la relation du futur, grâce aux outils digitaux tels que le Mobile Banking, dont le lancement est prévu avant juin Crédit Agricole Financements (Suisse) SA continuera à accompagner ses clients sur l ensemble de ses métiers, les services bancaires, le change et le trafic des paiements, l épargne, la prévoyance et les prêts hypothécaires. Edmond Tavernier Administrateur* In Memoriam Michel Terrapon, Administrateur au Conseil d Administration de décembre 2011 au 23 février Direction Générale Cécile Teso Directrice Générale Adjointe Directrice des Crédits Marcel Schouller Administrateur Serge Gaona Directeur Général Raphaël Appert Administrateur Michel Lefrançois Administrateur Christophe Mettler Directeur Général Adjoint Directeur Juridique, Risques & Compliance Elisabeth Eychenne Administratrice François Rayroux Administrateur* Une offre originale au service de nos clients en proximité, en agence comme sur les canaux digitaux. Comité de direction La Suisse a renforcé depuis 2012 les exigences financières vis-à-vis des banques actives sur le marché immobilier (Mesures du Conseil Fédéral du 1er juin 2012, activation récente du volant anticyclique ). Crédit Agricole Financements (Suisse) SA a anticipé et augmenté ses fonds propres en Les solides actionnaires de la Banque s engagent ainsi dans la durée. De cette façon, Crédit Agricole Financements (Suisse) SA peut accompagner durablement ses clients dans les projets qui comptent. Vanessa Dutouya Directrice Communication & Marketing & Ressources Humaines Frank Buffard Directeur Commercial Yannick Pegaz-Hector Directeur Finances & Administration Bancaire *Membre indépendant au sens de la circulaire 2008/24

5 08 09 Bilan 31 décembre décembre 2012 Actifs CHF CHF Liquidités 372' '162 Créances sur les banques 138' '595 Créances sur la clientèle 1'068'686 1'195'554 Créances hypothécaires 3'607'751 3'410'128 Immobilisations financières 2'796 14'222 Participations 3'314 3'314 Immobilisations corporelles 2'949 3'361 Comptes de régularisation 8'017 8'106 Autres actifs 6'744 7'658 Total des actifs 5'210'961 5'144'100 Total des créances de rang subordonné 2'274 2'238 Total des créances envers les sociétés du groupe et les participants qualifiés. En milliers de CHF 134' '976 Passifs Engagements résultant de papiers monétaires Engagements envers les banques 3'992'563 4'139'965 Engagements envers la clientèle sous forme d'épargne et de placements 190'297 83'444 Autres engagements envers la clientèle 199' '788 Prêts des centrales d'émission de lettres de gage et emprunts 461' '100 Comptes de régularisation 31'721 35'358 Autres passifs 9'316 9'382 Correctifs de valeurs et provisions 33'307 30'079 Capital social 229' '457 Réserve légale générale 25'132 6'387 - dont réserve issue d'apport de capital 22'525 4'198 Autres réserves 8'259 8'259 Bénéfice reporté 19'754 11'821 Bénéfice de l'exercice 10'197 8'351 Total des passifs 5'210'961 5'144'100 Total des engagements de rang subordonné 40'000 40'000 Total des engagements envers les sociétés du groupe et les participants qualifiés 4'002'667 4'157'436 Opérations hors bilan En milliers de CHF 31 décembre décembre 2012 Engagements conditionnels 3' Engagements irrévocables 79'077 61'809 Engagements de libérer et d'effectuer des versements supplémentaires 2'441 2'441 Instruments financiers dérivés valeurs de remplacement positives 6' valeurs de remplacement négatives 4'525 7'551 montants du sous-jacent 390' '000 Opérations fiduciaires 71 1'123 CHF CHF

6 10 Compte de résultat Exercice 2013 Exercice 2012 Produits et charges de l'activité bancaire ordinaire CHF CHF Résultat des opérations d'intérêts Produit des intérêts et des escomptes 90'636 97'473 Charges d'intérêts -43'690-54'946 Charges sur prêts hypothécaires -2'753-3'021 Sous-total résultat des opérations d'intérêts 44'193 39'506 Résultat des opérations de commissions et des prestations de service Produit des commissions sur les opérations de crédit 1'168 1'484 Produit des commissions sur les opérations de négoce de titres et les placements Produit des commissions sur les autres prestations de service 8'271 7'932 Charges de commissions -3'739-3'108 Sous-total résultat des opérations de commissions et des prestations de service 5'718 6'320 Résultat des opérations de négoce 1'635 1'667 Autres résultats ordinaires Résultat des aliénations d'immobilisations financières Produit des participations Résultat des immeubles Autres produits ordinaires Autres charges ordinaires Sous-total autres résultats ordinaires Charges d'exploitation Charges de personnel -19'068-18'645 Autres charges d'exploitation -14'007-12'510 Sous-total charges d'exploitation -33'075-31'155 Bénéfice brut 19'184 16'683 Amortissements sur l'actif immobilisé Correctifs de valeurs, provisions et pertes -2'008-3'224 Résultat intermédiaire 16'400 12'501 Produits extraordinaires Charges extraordinaires -1' Impôts -4'555-3'558 Bénéfice de l'exercice 10'197 8'351 Répartition du bénéfice CHF CHF Bénéfice de l'exercice 10'197 8'351 Bénéfice reporté 19'754 11'821 Bénéfice au bilan 29'951 20'172 Proposition de répartition du bénéfice En milliers de CHF - Attribution à la réserve légale générale Distribution de dividendes Report à nouveau '754 Tableau de financement Flux de fonds du résultat opérationnel (financement interne) En milliers de CHF Exercice 2013 Exercice 2012 Sources de fonds CHF Emplois de fonds CHF Sources de fonds CHF Bénéfice de l'exercice 10'197 8'351 Emplois de fonds CHF Variation de la juste valeur des immobilisations financières Amortissements sur l'actif immobilisé Correctifs de valeurs et provisions 3'228 3'284 Comptes de régularisation actifs Comptes de régularisation passifs 3' Autres actifs 915 2'067 Autres passifs 66 1'793 Sous-total 15'205 3'840 16'179 1'841 Flux de fonds des transactions relatives aux capitaux propres Augmentation du capital social 47'535 Agio résultant de l'augmentation du capital 18'327 Sous-total 65'862 Flux de fonds des mutations dans l'actif immobilisé Participation 1'681 Immobilisations corporelles Immobilisations financières 11' Sous-total 11' '038 Flux de fonds de l'activité bancaire Opérations à moyen et long terme (> 1 an) - Engagements envers les banques 464' '212 - Autres engagements envers la clientèle 19'598 7'113 - Prêts des centrales d'émission de lettres de gage et emprunts 109'200 - Créances sur les banques 28'796 17'454 - Créances sur la clientèle 109'426 27'347 - Créances hypothécaires 180' '469 Opérations à court terme - Engagements résultant des papiers monétaires 477 1'675 - Engagements envers les banques 611' '801 - Engagements envers la clientèle sous forme d'épargne et de placements 106'853 48'231 - Autres engagements envers la clientèle 12'705 44'788 - Créances sur les banques 276 2'005 - Créances sur la clientèle 17'442 19'524 - Créances hypothécaires 16'813 9'520 Sous-total Totaux 851' ' ' '873 Etat des liquidités - Variation de l'exercice Total sources de fonds 851' '873 Total emplois de fonds 851' '873 11

7 12 13 Commentaires relatifs à l activité de la banque et mention de l effectif du personnel Généralités Crédit Agricole Financements (Suisse) SA a son siège à Genève. La Banque dispose d une agence à Bâle, Lausanne, Fribourg, Neuchâtel, la Chaux-de-Fonds, Yverdon et de trois agences à Genève. L effectif de son personnel, converti en emplois à temps complet, s élève à 140 collaborateurs au 31 décembre 2013 (129.6 à fin 2012). La Banque est essentiellement active dans le secteur des crédits immobiliers et accessoirement dans celui des crédits à la consommation. Depuis 2009, la Banque propose également des produits de banque de détail. Opérations au bilan Les opérations de prêts à la clientèle constituent la principale source de revenus de la Banque qui finance principalement l acquisition de biens immobiliers à usage d habitation en Suisse et en France, mais également en Allemagne. Les créances sur la clientèle résultent essentiellement de prêts couverts par des garanties bancaires émises par une Caisse Régionale de Crédit Agricole ou Crédit Logement, établissement qui propose une garantie alternative à l hypothèque en se portant caution pour le débiteur. Les prêts immobiliers sont couverts par des gages constitués en faveur de la Banque et grevant des immeubles sis en France, en Suisse et en Allemagne. Ces opérations sont reflétées sous créances hypothécaires. La Banque se refinance principalement auprès des entités du Groupe Crédit Agricole et en partie auprès de la Banque des Lettres de Gage d Etablissements suisses de Crédit hypothécaire. Opérations de commissions et de prestations de service Les opérations relatives aux dépôts fiduciaires, les commissions issues de la vente de produits d assurance, le trafic des paiements et les opérations sur titres sont les services complémentaires fournis par la Banque. Opérations de négoce Les opérations de change avec la clientèle complètent la gamme de services de la Banque. Evaluation et gestion du risque Dans sa séance du 16 janvier 2014, le Conseil d Administration (CA) a étudié les risques essentiels auxquels la Banque est exposée. Il s agit des risques de crédit, risques financiers, risques opérationnels ainsi que des risques de compliance et de réputation. L évaluation du risque de crédit se base sur les défauts constatés, l évaluation du rating, l évolution du marché hypothécaire et des garanties obtenues. Celle des risques financiers s est basée sur le contrôle de la politique de placement des fonds propres, le contrôle de la gestion de la liquidité et le contrôle de la politique financière mise en œuvre. Celle des risques opérationnels s est basée sur l inventaire des risques identifiés avec indication des probabilités d occurrence, des impacts financiers extérieurs tenant compte des contrats d outsourcing mis à jour. Celle des risques de compliance et de réputation s est basée sur la cartographie établie par le Compliance Officer. Suite à sa propre évaluation et aux différentes présentations réalisées au cours de l exercice par les différents intervenants (Auditeurs externes, Auditeur interne, Direction Générale), le CA a reconduit la politique et le règlement de gestion des risques qui fixe les limites pour chaque type de risque encouru par la Banque. Par ailleurs, le système d information permet aux membres de la Direction d être informés régulièrement de la situation patrimoniale et financière de la Banque, de l état de ses liquidités, de ses résultats ainsi que des risques y relatifs. Risques de défaillance La politique de crédit englobe la totalité des engagements qui pourraient entraîner des pertes si les contreparties se trouvaient dans l incapacité d honorer leurs engagements. La Banque limite les risques de crédit en les répartissant, en se montrant exigeante sur la qualité des débiteurs et par le biais de marges de couverture. La qualité des clients est évaluée selon des critères de solvabilité adaptés aux marchés dans lesquels la Banque évolue. Pour l estimation des biens immobiliers sur lesquels elle dispose d un gage hypothécaire, la Banque se fonde sur des valeurs fournies par des experts ou des méthodes d évaluation reconnues. Pour les crédits couverts par une garantie bancaire, la Banque s assure de la solvabilité du garant. Le montant des prêts est fonction de la capacité du client à assumer le service de la dette et de la valeur de nantissement des gages retenue par la Banque. La gestion des impayés est informatisée. Les correctifs de valeurs et les provisions sont réexaminés et réajustés périodiquement. Pour mesurer et gérer les risques de défaillance, la Banque se fonde sur le respect du service de la dette. Risques de taux Les risques de taux inhérents aux opérations au bilan sont régulièrement évalués et surveillés par la Direction. La Banque veille à une concordance des échéances entre prêts et emprunts et recourt à des instruments financiers dérivés afin de juguler son risque de taux. Risques de marché Les risques de marché, représentés essentiellement par les risques de positions liées au commerce de devises, sont surveillés quotidiennement. Risques de liquidité Les risques de liquidité sont contrôlés selon les dispositions légales applicables en la matière. Principes comptables et d évaluation des comptes annuels Principes généraux Les principes comptables et d évaluation sont conformes aux dispositions du Code des obligations, de la Loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne et de son Ordonnance d exécution ainsi qu aux directives de la FINMA régissant l établissement des comptes (DEC). Les comptes annuels sont établis afin de donner un aperçu aussi sûr que possible du patrimoine, de la situation financière et des résultats. Saisie des opérations et inscription au bilan Toutes les opérations sont enregistrées dans les livres au jour de leur conclusion et sont évaluées immédiatement en vue de la détermination du résultat. Risques opérationnels Les risques opérationnels sont définis comme des risques de pertes directes ou indirectes résultant d une inadéquation ou d une défaillance attribuable aux procédures, au facteur humain, aux systèmes ou à des événements extérieurs. Des règlements et des directives internes portant sur l organisation et les contrôles permettent de limiter ces risques. Compliance et risques juridiques Le Compliance Officer contrôle le respect par la Banque des dispositions réglementaires en vigueur ainsi que des devoirs de diligence propres aux intermédiaires financiers. Il suit les développements législatifs en cours et veille à l adaptation des directives internes aux nouvelles dispositions législatives et réglementaires. Externalisation d activités La Banque a confié à Crédit Agricole (Suisse) SA le traitement informatique et le trafic des paiements. Cette externalisation a fait l objet, conformément aux exigences de la FINMA, de contrats de services détaillés. Afin de garantir la confidentialité des opérations, les collaborateurs du prestataire de services sont tous soumis au secret bancaire. Monnaies étrangères Les transactions en monnaies étrangères sont comptabilisées aux taux de change en vigueur à la date de transaction. Les intérêts sur les transactions à terme fixe ainsi que les commissions sur dépôts fiduciaires en monnaies étrangères sont imputés au compte de résultat quotidiennement au cours de change du jour. Les gains et pertes résultant du règlement des autres transactions ainsi que de la réévaluation, au taux de change en vigueur à la date du bilan, des actifs et passifs monétaires libellés en monnaies étrangères, sont comptabilisés au compte de résultat. Les taux de changes utilisés pour la conversion des principales monnaies étrangères à la date de clôture sont les suivants:

8 14 15 Cours de clôture USD EUR Liquidités, créances et engagements résultant de papiers monétaires, créances sur les banques et engagements au passif Ces éléments sont portés au bilan à leur valeur nominale, déduction faite des correctifs de valeurs individuels pour les créances compromises. La partie non échue des escomptes sur les créances et engagements résultant de papiers monétaires est délimitée sur la durée de ces positions. Prêts (créances sur la clientèle et créances hypothécaires) Les créances compromises sont évaluées individuellement et les dépréciations de valeur sont couvertes par des correctifs de valeurs individuels. Les opérations hors bilan telles que garanties et contrats sur devises à terme sont comprises dans cette évaluation. Une créance est considérée comme compromise lorsque des indices probants rendent les paiements contractuels futurs dus au titre du capital et/ou des intérêts peu vraisemblables ou, au plus tard, lorsque ces paiements sont en retard depuis plus de 90 jours. Les intérêts échus depuis plus de 90 jours sont dits en souffrance. La Banque renonce à comptabiliser au compte de résultat les intérêts en souffrance et les intérêts compromis et les comptabilisent directement à la rubrique «correctifs de valeurs et provisions». La dépréciation de valeur correspond à la différence entre la valeur comptable de la créance et le montant dont la Banque peut escompter la récupération, compte tenu du risque de contrepartie et du produit net de la réalisation des sûretés. Une créance n est plus considérée comme compromise si les arriérés (capital et intérêts) ont été réglés, le service de la dette a repris normalement et d autres critères de solvabilité sont remplis. Immobilisations financières Les immeubles repris dans le cadre des activités de crédit destinés à la revente sont portés au bilan comme immobilisations financières et évalués à la valeur la plus basse, entre le coût d achat et la valeur de liquidation. Les titres détenus à moyen terme sont portés au bilan au plus bas du prix d acquisition de la valeur de marché. Participations non consolidées Les participations figurent au bilan pour leur prix d acquisition, corrigé des amortissements économiquement nécessaires. Immobilisations corporelles Les investissements dans de nouvelles immobilisations corporelles, qui sont utilisées durant plus d une période comptable, sont portés au bilan à leur valeur d acquisition et amortis selon la méthode linéaire sur leur durée de vie prévisible. Les durées de vie prévisibles sont les suivantes: agencement et installations...10 ans matériel informatique... 3 ans mobilier de bureau... 5 ans aménagement des locaux dont l usage est garanti par un bail à long terme...10 ans L actualité de la valeur des immobilisations est revue chaque année. Si cet examen fait apparaître un changement de la durée d utilisation ou une diminution de valeur, la Banque amortit la valeur comptable résiduelle selon un plan correspondant à la nouvelle durée d utilisation ou procède à un amortissement non planifié. Engagements de prévoyance La Banque a adhéré au fonds de prévoyance de Crédit Agricole (Suisse) SA pour la couverture des engagements en matière de prévoyance professionnelle. Chaque année, les avantages ou engagements économiques sont calculés à la date du bilan sur la base des états financiers du fonds de prévoyance établis selon la norme SWISS GAAP RPC 26, et traités conformément à la norme SWISS GAAP RPC 16. Impôts Les impôts courants sont déterminés conformément aux prescriptions fiscales en vigueur et comptabilisés comme charge de la période comptable au cours de laquelle les bénéfices ont été réalisés. Les impôts directs dus au titre du bénéfice courant sont comptabilisés au passif du bilan sous la rubrique «Comptes de régularisation». Correctifs de valeurs et provisions En application du principe de prudence, la Banque constitue des correctifs de valeurs et des provisions individuels pour tous les risques de perte reconnaissables. Les provisions qui ne sont plus économiquement nécessaires sont dissoutes et portées au compte de résultat. La Banque a constitué une provision forfaitaire destinée à couvrir les risques latents de solvabilité sur l ensemble des prêts non couverts par une garantie bancaire ou autre forme de sûreté équivalente. Jusqu en juin 2010, cette provision correspondait à 0.50 % des dits encours. Afin d avoir une approche réelle du risque de perte latente, la Banque l a analysé par génération de crédit en matérialisant les pertes à couvrir en cas de réalisation d un scénario catastrophe (baisse instantanée des prix de l immobilier et par conséquent de la valeur des garanties mais également forte dégradation de la qualité des débiteurs). Cette analyse, réactualisée en 2013, a fait Modification des principes comptables et d évaluation Créances sur la clientèle et créances hypothécaires Dans le tableau relatif à la structure des échéances de l actif circulant, des immobilisations financières et des fonds étrangers, les créances sur la clientèle et les créances hypothécaires présentées dans les opérations à vue ont été reclassées dans les opérations dénonçables. Les chiffres de l exercice précédent ont été retraités. Correctifs de valeur et provisions Le taux appliqué aux encours de crédit non couverts par une garantie bancaire ou autre forme de sûreté équivalente a été abaissé de 0.38% à 0.36% pour déterminer les ressortir un besoin de provision forfaitaire correspondant à 0.33 % des encours non couverts par une garantie bancaire. Le taux de provision a été fixé à 0.36% pour l exercice de référence. Les correctifs de valeurs individuels et forfaitaires, de même que les provisions pour autres risques, sont portés au bilan sous la rubrique «Correctifs de valeurs et provisions». Les correctifs de valeurs et les provisions peuvent contenir des réserves latentes. Engagements irrévocables, engagements conditionnels et engagements de libérer et d effectuer des versements supplémentaires Ces engagements hors bilan sont présentés à la valeur nominale. Les risques reconnaissables font l objet d une provision portée au passif du bilan. Instruments financiers dérivés Les instruments financiers dérivés sont utilisés dans le cadre de la gestion du bilan pour piloter le risque de taux (opérations de couverture). Les valeurs de remplacement positives ou négatives des instruments dérivés couverts à la date d établissement des comptes sont mentionnés brutes au bilan. Les adaptations de valeur des opérations de couverture sont enregistrées dans un compte de compensation qui figure sous «Autres actifs» ou «Autres passifs» en fonction de son solde. besoins de provision forfaitaire. A taux constant, le besoin de provision supplémentaire à charge de l exercice 2013 aurait été de KCHF 733. Structure de l annexe La numérotation de l annexe suit la structure établie par la FINMA dans le cadre des directives sur les dispositions régissant l établissement des comptes (Circ. FINMA 2008/2). Les rubriques ne concernant pas la Banque ne sont pas relevées dans la présente annexe.

RAPPORT D ACTIVITÉ Crédit Agricole Financements (Suisse) SA

RAPPORT D ACTIVITÉ Crédit Agricole Financements (Suisse) SA 2011 RAPPORT D ACTIVITÉ Crédit Agricole Financements (Suisse) SA (SUISSE) SA Sommaire 03 Message du Président et du Directeur Général 04 Quelques chiffres 06 Rapport d activité 2011 08 Perspectives 2012

Plus en détail

Loterie Romande. Rapport financier

Loterie Romande. Rapport financier 2013 Loterie Romande Rapport financier Sommaire Sommaire Bilan au 31 décembre 2013 2 Compte de résultat 2013 3 Tableau de financement 2013 4 Tableau des fonds propres 5 Répartition 2013 5 Répartition 2013

Plus en détail

Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. Rapport au 30 juin 2015 Comptes consolidés

Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. Rapport au 30 juin 2015 Comptes consolidés Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. Rapport au 30 juin 2015 Comptes consolidés Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. Rapport de gestion 4 Chiffres-clés 5 Périmètre de consolidation 9 Bilan consolidé 11 Compte

Plus en détail

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015 Rapport intermédiaire Comptes du Groupe au 30 juin 2015 2 Message des présidents En présentant de très bons résultats semestriels dans un environnement global incertain, la BCV démontre une nouvelle fois

Plus en détail

INDEX BANQUE AU QUOTIDIEN CRÉDITS. PLACEMENTS Dépôts 19 Titres 20 GLOSSAIRE 21. Crédit Agricole Financements (Suisse) SA

INDEX BANQUE AU QUOTIDIEN CRÉDITS. PLACEMENTS Dépôts 19 Titres 20 GLOSSAIRE 21. Crédit Agricole Financements (Suisse) SA 0 TARIFICATION 0 0 INDEX BANQUE AU QUOTIDIEN Packs,, 6 Relation bancaire 7 Opération de change 7 Compte privé 8 Crédit Agricole Financements (Suisse) SA Nous nous engageons à vous simplifi er la vie au

Plus en détail

INDEX BANQUE AU QUOTIDIEN CRÉDITS. PLACEMENTS Dépôts 17 Titres 18 GLOSSAIRE 19

INDEX BANQUE AU QUOTIDIEN CRÉDITS. PLACEMENTS Dépôts 17 Titres 18 GLOSSAIRE 19 0 TARIFICATION 0 0 INDEX Crédit Agricole Financements (Suisse) S.A. s engage à vous simplifi er la vie au quotidien en vous présentant une tarifi cation transparente et des informations claires sur nos

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

Votre partenaire. depuis... MERCI POUR VOTRE CONFIANCE. Votre partenaire

Votre partenaire. depuis... MERCI POUR VOTRE CONFIANCE. Votre partenaire Rapport de gestion 2014 Votre partenaire Votre partenaire depuis depuis... MERCI POUR VOTRE CONFIANCE Contenu 4 Rapport du Président 6 Informations de fond 7 Organes 9 Bilan 10 Compte de résultat 11 Tableau

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

XXXXXX. Information préalable au 31.12.2002. Base individuelle / Entreprise. Cochez la case appropriée d'une X

XXXXXX. Information préalable au 31.12.2002. Base individuelle / Entreprise. Cochez la case appropriée d'une X Banque nationale suisse Direction de la statistique Saisie des données Case postale Bon de livraison pour disquettes (FRIN) A imprimer et joindre à la disquette Raison sociale Adresse NPA Localité Collaborateur

Plus en détail

Loterie Romande. financier

Loterie Romande. financier 2011 Rapport financier Société de la Loterie de la Suisse Romande 13, rue Marterey Case postale 6744 1002 Lausanne CH Tél. + 41 21 348 13 13 Fax + 41 21 348 13 14 info@loro.ch www.loro.ch Sommaire Bilan

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

TARIFS & PRESTATIONS (SUISSE) SA

TARIFS & PRESTATIONS (SUISSE) SA TARIFS & PRESTATIONS (SUISSE) SA (SUISSE) SA À VOUS SIMPLIFIER LA VIE AU QUOTIDIEN EN VOUS PRÉSENTANT UNE TARIFICATION TRANSPARENTE ET DES INFORMATIONS CLAIRES SUR NOS OFFRES. DÉCOUVREZ L'ENSEMBLE DE NOS

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Comptes annuels illustratifs. kpmg.ch

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Comptes annuels illustratifs. kpmg.ch AUDIT Le nouveau droit comptable Comptes annuels illustratifs kpmg.ch 2 KPMG Le nouveau droit comptable: comptes annuels illustratifs Table des matières Remarques préliminaires et hypothèses 3 Comptes

Plus en détail

Sommaire. Editorial 5. Comptes annuels 2012 7. Filiales 14. Rapport de révision 15

Sommaire. Editorial 5. Comptes annuels 2012 7. Filiales 14. Rapport de révision 15 Rapport annuel 2012 Sommaire Editorial 5 Comptes annuels 2012 7 Filiales 14 Rapport de révision 15 Editorial Avec 102,98 millions CHF de produits consolidés, le groupe Abraxas enregistre comme prévu

Plus en détail

Rapport annuel 2014/ AXA Vie SA

Rapport annuel 2014/ AXA Vie SA Rapport annuel 2014/ AXA Vie SA Traduction Le présent rapport annuel est une traduction libre en français du texte original anglais. En cas de différence d interprétation, la version anglaise fait foi.

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision

Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision www.pwc.ch Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision Aperçu des modifications du Code des obligations suisse Décembre 2011 Un document PwC destiné aux responsables de la

Plus en détail

Comptes 2014 du Fonds de prévoyance et de retraite en faveur des employés de la Commune de Delémont (FRED) et rapport de gestion

Comptes 2014 du Fonds de prévoyance et de retraite en faveur des employés de la Commune de Delémont (FRED) et rapport de gestion Comptes 2014 du Fonds de prévoyance et de retraite en faveur des employés de la Commune de Delémont (FRED) et rapport de gestion 1. FORME JURIDIQUE ET BUT La Municipalité de Delémont a créé le 1 er janvier

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES GDF SUEZ TRADING

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES GDF SUEZ TRADING PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COTES ANNUELS) GDF SUEZ TRADING Société par actions simplifiée au capital de 351 200 000. Siège social : 1, place Samuel de Champlain, 92400

Plus en détail

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31/12/2012 Groupe BIAT Etats financiers consolidés arrêtés au 31 décembre 2012 Page ~ 2~ BILAN CONSOLIDE ARRETE AU 31 DECEMBRE

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT Société anonyme au capital de 103 312 500. Siège social : 33, rue du Quatre Septembre, 75002

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 13 août 2010 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 La Banque nationale

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101 États Financiers consolidés.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100.2 Bilan au 31 décembre 2008 101.3 Tableaux de passage des capitaux propres du 1 er janvier 2007 au 31 décembre 2008 102. Tableau

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel Association suisse des Institutions de prévoyance ASIP Association de spécialistes en gestion de la prévoyance en faveur du personnel VVP Guide relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel

Plus en détail

www.fondsftq.com ÉTATS FINANCIERS AU X 3 1 M A I 2 0 1 1 E T 2 0 1 0

www.fondsftq.com ÉTATS FINANCIERS AU X 3 1 M A I 2 0 1 1 E T 2 0 1 0 www.fondsftq.com ÉTATS FINANCIERS AU X 3 1 M A I 2 0 1 1 E T 2 0 1 0 RAPPORT DES AUDITEURS INDÉPENDANTS À l intention des actionnaires du Fonds de solidarité des travailleurs du Québec (F.T.Q.) Nous avons

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014) Conditions générales pour les prêts hypothécaires Article 1 Qualité de l emprunteur 1 L emprunteur doit être un membre de la Caisse de prévoyance de l Etat de Genève (ci-après, «la Caisse»). S il perd

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 6 mars 2015 Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 La Banque nationale suisse (BNS) a

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Rapport semestriel 2015

Rapport semestriel 2015 Rapport semestriel 2015 Janvier juin Mieux accompagné. PostFinance est parvenue à réagir en souplesse aux conditions changeantes du marché, y compris à l adoption d un taux d intérêt négatif par la Banque

Plus en détail

Circulaire 2015/1 «Comptabilité banques»

Circulaire 2015/1 «Comptabilité banques» Foire aux questions (FAQ) Circulaire 2015/1 «Comptabilité banques» (Dernière modification : 22 juillet 2015) 1. Comment faut-il traiter les provisions, constituées initialement pour des limites de crédit

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

États financiers condensés consolidés

États financiers condensés consolidés États financiers condensés consolidés Aux 30 septembre 2014 et 2013 Ces états financiers consolidés intermédiaires n'ont pas été soumis à l'examen de l'auditeur indépendant SRM158-1(14-03) Votre partenaire

Plus en détail

Imagine Canada États financiers

Imagine Canada États financiers États financiers 31 décembre 2014 Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant 1-2 État des produits et des charges 3 État de l évolution des actifs nets 4 État de la situation financière

Plus en détail

Comptes Consolidés 30/06/2014

Comptes Consolidés 30/06/2014 Comptes Consolidés 30/06/2014 Table des matières BILAN... 2 COMPTE DE RESULTAT... 3 NOTE ANNEXE AUX COMPTES CONSOLIDES... 4 Note 1 - Faits marquants de la période et évènements post clôture... 4 Note 2

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

3 L évaluation des actifs se fait aux valeurs actuelles applicables à la date du bilan, sans intégration d effets de lissage.

3 L évaluation des actifs se fait aux valeurs actuelles applicables à la date du bilan, sans intégration d effets de lissage. Swiss GAAP RPC 26 Présentation des comptes des institutions de prévoyance Remaniement: 2013 Mise en vigueur: 1er janvier 2014 (Une application anticipée est autorisée) Introduction Complétant et adaptant

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux BILAN AU 31 DÉCEMBRE 2005 ACTIF DEC 2005 DEC 2004 PASSIF DEC 2005 DEC 2004 Valeurs en caisse,banques centrales, Trésor public, Banques centrales, Trésor public, Servicesdes 197 427 113 253 Service des

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

Règlement sur les prêts (RPrêts)

Règlement sur les prêts (RPrêts) Version du 31 mai 2013 Règlement sur les prêts (RPrêts) Version validée par la Commission de placements le 14 mars 2011 et adoptée par le Conseil d administration le 21 mars 2011. CHAPITRE PREMIER Généralités

Plus en détail

Rapport de la direction

Rapport de la direction Rapport de la direction Les états financiers consolidés de Industries Lassonde inc. et les autres informations financières contenues dans ce rapport annuel sont la responsabilité de la direction et ont

Plus en détail

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Présentation structurée et explication. des principales nouveautés. kpmg.ch

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Présentation structurée et explication. des principales nouveautés. kpmg.ch AUDIT Le nouveau droit comptable Présentation structurée et explication des principales nouveautés kpmg.ch 2 Le nouveau droit comptable Audit Table des matières Avant-propos 3 1. Introduction 4 2. Comptabilité

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 Relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des

Plus en détail

États financiers consolidés. Aux 31 octobre 2011 et 2010

États financiers consolidés. Aux 31 octobre 2011 et 2010 BANQUE LAURENTIENNE DU CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS Aux 31 octobre 2011 et 2010 Les présents états financiers consolidés présentent des données financières récentes se rapportant à la situation financière,

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS. 31 décembre 2014

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS. 31 décembre 2014 31 décembre 2014 SOMMAIRE COMPTES CONSOLIDÉS COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ 3 ÉTAT DU RÉSULTAT GLOBAL CONSOLIDÉ 4 BILAN CONSOLIDÉ 5 VARIATION DES CAPITAUX PROPRES CONSOLIDÉS 7 TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

Plus en détail

La Banque Nationale du Rwanda, ci-après dénommée la «Banque Centrale», arrête:

La Banque Nationale du Rwanda, ci-après dénommée la «Banque Centrale», arrête: INSTRUCTION N 01/2005 DE LA BANQUE NATIONALE DU RWANDA RELATIVE A LA DIVULGATION PUBLIQUE DE L INFORMATION FINANCIERE APPLICABLE AUX BANQUES ET AUTRES ETABLISSEMENTS FINANCIERS. ===============================

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉNONCÉ DE RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION RELATIVEMENT À L INFORMATION FINANCIÈRE La direction est responsable de la préparation et de la présentation des états financiers consolidés

Plus en détail

Instruments financiers Bien se préparer

Instruments financiers Bien se préparer Le 5 juin 2006 À l intérieur Instruments financiers Bien se préparer En janvier 2005, le Conseil des normes comptables de l ICCA a approuvé les nouveaux chapitres suivants du Manuel, relativement aux instruments

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS

RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS INTERMEDIAIRES AU 30 JUIN 2011 Mesdames, messieurs les Actionnaires de La Banque Internationale Arabe de Tunisie BIAT Introduction Nous avons effectué l

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

TABLE DES MATIèRES. Notre banque 4. Crédits 7. Gestion de patrimoine 9. Comptes courants 12. Comptes épargne 14. Comptes prévoyance 16

TABLE DES MATIèRES. Notre banque 4. Crédits 7. Gestion de patrimoine 9. Comptes courants 12. Comptes épargne 14. Comptes prévoyance 16 PRESTATIONS TABLE DES MATIèRES Notre banque 4 Crédits 7 Gestion de patrimoine 9 Comptes courants 12 Comptes épargne 14 Comptes prévoyance 16 Autres comptes 17 Une histoire de vie en un clin d œil 18 Numéros

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉNONCÉ DE RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION RELATIVEMENT À L INFORMATION FINANCIÈRE La direction est responsable de la préparation et de la présentation des états financiers consolidés

Plus en détail

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. Exercice clos le 31 décembre 2014

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. Exercice clos le 31 décembre 2014 RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice clos le 31 décembre 2014 Avril2015 RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR ETATS

Plus en détail

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS Au 31 mars 2014 Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. 2000 Manulife Place 10180 101 Street Edmonton (Alberta) T5J 4E4 Canada Tél. : 780-421-3611

Plus en détail

KBC GROUP NV SUPPLÉMENT (N 1) AU PROSPECTUS DE BASE EN DATE DU 10 FÉVRIER 2015. KBC Group NV (société à responsabilité limitée de droit belge)

KBC GROUP NV SUPPLÉMENT (N 1) AU PROSPECTUS DE BASE EN DATE DU 10 FÉVRIER 2015. KBC Group NV (société à responsabilité limitée de droit belge) Ce document est la traduction du Supplément N 1 au Prospectus de Base rédigé en anglais qui a été approuvé par la FSMA. En cas de contradictions entre la version anglaise et la version française du Supplément

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

Chapitre 1 Objectifs et principes 3 Art. 1 Objectifs 3 Art. 2 Bases légales 3 Art. 3 Principes généraux 4

Chapitre 1 Objectifs et principes 3 Art. 1 Objectifs 3 Art. 2 Bases légales 3 Art. 3 Principes généraux 4 REGLEMENT CONCERNANT LES PLACEMENTS DE LA CAISSE FEDERALE DE PENSIONS PUBLICA (REGLEMENT DE PUBLICA CONCERNANT LES PLACEMENTS) du 5 avril 00 (état au 8 octobre 0) Règlement de PUBLICA concernant les placements

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

États financiers consolidés. Transat A.T. inc. 31 octobre 2011 et 2010

États financiers consolidés. Transat A.T. inc. 31 octobre 2011 et 2010 États financiers consolidés Transat A.T. inc. RAPPORT DES AUDITEURS INDÉPENDANTS Aux actionnaires de Transat A.T. inc., Nous avons effectué l audit des états financiers consolidés ci-joints de Transat

Plus en détail

Société Financière Manuvie

Société Financière Manuvie Société Financière Manuvie États financiers consolidés Pour l exercice terminé le 31 décembre 2008 - MODIFIÉS États financiers consolidés TABLE DES MATIÈRES 3. Responsabilité en matière d information financière

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013 États financiers de La Fondation canadienne du rein Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4 État de la situation financière... 5 État

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip)

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Mars 2014 Règlementt Le présent règlement se fonde sur l art. 2 des statuts de J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (désignée ci-après

Plus en détail

Etats financiers consolidés du Groupe BPCE. au 31 décembre 2013. Version non auditée

Etats financiers consolidés du Groupe BPCE. au 31 décembre 2013. Version non auditée Etats financiers consolidés du Groupe BPCE au 31 décembre 2013 Version non auditée GROUPE BPCE - version non auditée - 1 - 5 RAPPORT FINANCIER 5.1 Comptes consolidés IFRS du Groupe BPCE au 31 décembre

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREATIS

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREATIS PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CREATIS Société anonyme au capital de 52 900 000. Siège social : Parc de la Haute Borne, 61, avenue Halley, 59650 Villeneuve-d

Plus en détail

IPSAS 2 TABLEAUX DES FLUX DE TRÉSORERIE

IPSAS 2 TABLEAUX DES FLUX DE TRÉSORERIE IPSAS 2 TABLEAUX DES FLUX DE TRÉSORERIE Remerciements La présente Norme comptable internationale du secteur public s inspire essentiellement de la Norme comptable internationale IAS 7 Tableaux des flux

Plus en détail

FAIRFAX INDIA HOLDINGS CORPORATION

FAIRFAX INDIA HOLDINGS CORPORATION États financiers consolidés Pour la période close le 31 décembre 2014 1 Le 25 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant Au conseil d administration de Fairfax India Holdings Corporation Nous avons effectué

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT

RÈGLEMENT DE PLACEMENT RÈGLEMENT DE PLACEMENT Sur la base de l article 49a OPP 2 ainsi que des articles 19 et 19a OLP, le Conseil de Fondation édicte le présent règlement de placement. Les dispositions d exécution, devant être

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. (Comptes non audités)

31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. (Comptes non audités) 31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES (Comptes non audités) Sommaire Etats financiers consolidés Bilan consolidé 1 Compte de résultat consolidé 3 Etat du résultat net et gains et pertes comptabilisés

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Caisse populaire Desjardins de Brome-Missisquoi

Caisse populaire Desjardins de Brome-Missisquoi Caisse populaire Desjardins de Brome-Missisquoi Numéro de transit : 90027 Au 31 décembre 2010 Service de vérification Table des matières Rapport de l auditeur indépendant États financiers Bilan... 1 États

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Bilan Compte de résultat Tableau des flux de trésorerie Variation des capitaux propres Annexe aux comptes consolidés 1 Transition aux normes IFRS 2 Principes et

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires

NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires Objectif 01. La Norme Comptable NC 01 -"Norme Comptable Générale" définit les règles relatives à la présentation des états financiers

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers du premier exercice de neuf mois Accompagnés du rapport des vérificateurs

Plus en détail

68 Bilan consolidé 70 Compte de résultats consolidé 71 État consolidé du résultat global 72 État consolidé des variations des capitaux propres 74

68 Bilan consolidé 70 Compte de résultats consolidé 71 État consolidé du résultat global 72 État consolidé des variations des capitaux propres 74 ÉTATS FINANCIERS 68 Bilan consolidé 70 Compte de résultats consolidé 71 État consolidé du résultat global 72 État consolidé des variations des capitaux propres 74 Tableau des flux de trésorerie consolidé

Plus en détail

ECOBANK GUINEE S.A. ETATS FINANCIERS

ECOBANK GUINEE S.A. ETATS FINANCIERS ECOBANK GUINEE S.A. ETATS FINANCIERS ET NOTES COMPLEMENTAIRES AU 31 DECEMBRE 2012 Page 2 BILAN AU 31 DECEMBRE 2012 (Exprimés en milliers de francs guinéens) Notes 31/12/2012 31/12/2011 ACTIF Caisse 4 170

Plus en détail