RÉPONSE. M. Alain DECAUX. M. Max GALLO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÉPONSE. M. Alain DECAUX. M. Max GALLO"

Transcription

1 RÉPONSE DE M. Alain DECAUX AU DISCOURS DE M. Max GALLO Monsieur, Tout le démontre : vous n ignorez rien des règles que notre compagnie doit au cardinal de Richelieu et auxquelles nous obéissons de notre mieux. Je ne sais si l on vous a informé : nous sommes quelques-uns, ici, à cultiver l une d elles avec constance. Elle vient de Jacques Chastenet et Maurice Druon nous en a transmis l usage. Pour être accueilli à l Académie française, il faut démontrer sa notoriété, son talent et sa courtoisie. Les deux premières exigences vont de soi. La troisième ne demande qu un peu de réflexion : nous allons fréquenter le nouvel élu pendant des années... Qui oserait vous dénier la notoriété? Le nombre de vos livres et leurs tirages font de vous l un des écrivains les plus célèbres de ce pays. Le talent? Il jaillit de toutes vos pages. La courtoisie? Il suffit de vous rencontrer un instant pour n en plus jamais douter. Vous avez été élu, Monsieur, au 24 e fauteuil de cette académie qui, sans les décès en nombre qui nous ont accablés ces derniers temps, devrait compter quarante membres. Tel que vous êtes, avide de tout connaître et tout savoir, vous n avez pas dû tarder à vous

2 pencher sur la liste de vos prédécesseurs. Je présume que le premier regard vous aura laissé réjoui, voire triomphant. Ce n est pas rien que de succéder à Colbert, à La Fontaine, à Marivaux, au poète Sully Prudhomme, au mathématicien Henri Poincaré, à Jean-François Revel! Après quoi, cette liste, vous l avez relue. Hélas! Vous avez constaté alors que le tout premier nom au temps de Louis XIII n est autre que celui d un certain Silhon ; que, sur cette liste, on trouve un Clérembault qui n est pas le compositeur ; un Massieu, un Pastoret, un Houtteville. Peut-être vous êtes-vous attristé. Rassurezvous : nous tous ici avons connu le même sort. Ainsi se présente l Académie française. Stendhal lui-même qui, hélas! ne fut pas des nôtres montre, dans Le Rose et le Vert, une dame assise dans un dîner à côté je cite d un «écrivain peu connu qui, en cette qualité, voulait entrer à l Académie française». Il me reste à vous découvrir un avantage dont on parle peu : vous pénétrez en un lieu plus favorable qu aucun autre à la rencontre d hommes et de femmes qui, ailleurs, auraient rarement eu l occasion de se croiser. Nous sommes, les uns et les autres, si différents! Soyez donc averti : d ores et déjà une place vous a été attribuée dans la salle de nos séances. Sachez qu elle est immuable. Elle ne vous sera ôtée que le jour assurément lointain où l on posera votre épée sur votre cercueil. Ne négligez pas ce double voisinage. Il ne dépend pas de vous seul qu il soit fructueux mais, j en suis assuré, aucun de vos compagnons ne vous refusera sa sympathie. Le plus réticent ne pourra résister à la vivacité de votre pensée, à la chaleur qui émane de tout votre être et, plus encore, à cette modestie restée identique depuis le temps où je vous ai connu, bien avant La Baie des Anges, votre premier best-seller. Vos succès n y ont rien changé. Qu est-ce qu un roman historique? Zélateur, vous le savez, d Alexandre Dumas, je me suis convaincu très vite que, se présentant ouvertement comme tel, le roman historique porte en lui ses lettres de noblesse. De grands auteurs l ont cultivé et des chefs-d œuvre en sont nés. En revanche, il faut proclamer que l histoire romancée,

3 - 3 - genre hybride et masqué, trompe le lecteur en lui faisant accroire qu elle est vraiment de l histoire. C est d évidence du roman historique que vous pouvez vous réclamer. Celui-ci remonte à la plus haute antiquité. Notre confrère André Roussin, qui fut mon ami et montrait tant d esprit, aimait présenter Homère comme l ancêtre de tous les romanciers historiques. L Iliade, poème épique, se fonde sur une guerre nullement imaginaire : celle de Troie. «Ne peut-on pas dire je cite Roussin qu Homère prit avec l époque d Agamemnon et de Priam autant de libertés sinon plus qu Alexandre Dumas avec celle de Louis XIII et de Buckingham? Il n est pas absurde de penser, ajoutait-il, que, dans une mythologie guère différente, le vaillant, l invincible d Artagnan est un lointain descendant au talon près du vaillant et invincible Achille.» J ai trop longtemps méconnu que le premier roman historique indiscuté fut celui d Alexandre le Grand, écrit à Alexandrie, en grec, au II e siècle de notre ère. Dans cette histoire fabuleuse du plus illustre des conquérants, déjà l imaginaire se glissait au sein du réel. Traduit plus tard en latin, puis en roman c est le cas de le dire, les poètes du XIII e siècle, en l adaptant à leur tour, se sont servi, pour la première fois, de vers de douze pieds. Ainsi naquirent les alexandrins. Qui douterait que l Écossais Walter Scott soit le premier romancier historique des temps modernes? À partir de 1814, on lui doit un nombre prodigieux d ouvrages : lequel d entre nous oublierait Ivanhoé ou Quentin Durward? Ses livres lui ont procuré une gloire universelle. Quand le jeune Alexandre Dumas, alors troisième clerc chez un notaire de Villers-Cotterêts, eut l audace, muni seulement d une pièce de vingt francs, de partir pour Paris afin d atteindre la gloire au travers de la littérature, la seule porte qui se soit ouverte à lui fut celle d un bureau au Palais-Royal. Constatant sa belle écriture, on l a engagé comme copiste. D où ce mot spécifiquement dumasien : «Je vais vivre de mon écriture. Un jour je vivrai de ma plume!» Les Français lisaient depuis longtemps les traductions de

4 Walter Scott. Telle est la raison, sans doute, pour laquelle un des collègues de bureau du jeune Dumas s écria devant lui : La France attend le roman historique. Reconnaissons-le : la boutade n est pas tombée dans l oreille d un sourd. Non seulement les Français ont toujours apprécié ce genre littéraire mais la connaissance de l histoire en France lui doit beaucoup. Si l époque de Louis XIII et de Louis XIV est si familière à nos concitoyens, n est-ce pas parce qu ils l ont découverte dans Les Trois Mousquetaires, Vingt ans après et Le Vicomte de Bragelonne? Le Moyen Âge a cessé de leur être impénétrable depuis qu ils ont lu Les Rois maudits. Votre œuvre entière, Monsieur, a rendu claires bien d autres périodes de notre histoire. Le mieux, ici, est de vous écouter : «Mon projet, écrivezvous, est de rendre vivante une personnalité. Tout en étant respectueux des apports de la recherche historique, je fais en sorte, par l écriture, par la composition du récit, que le lecteur, peu à peu, pénètre tous ses aspects. Qu il acquière ainsi de son sujet une connaissance presque charnelle ainsi que l intelligence d une période historique.» Tout est dit. À la façon de Zola pour les Rougon-Macquart, vous avez fait précéder le premier volume de La Baie des Anges d un tableau généalogique. Ainsi est-il possible de se retrouver parmi les membres abondants de la famille Revelli. À l origine, trois frères venus du Piémont : Carlo, vingt-huit ans ; Vincente, vingt ans ; Luigi, fils tardif, dix ans. Pour fuir le chômage, ils quittent l Italie en De Mondovi à Nice, ils voyagent naturellement à pied : «Ils venaient de là-bas, écrivez-vous, le pays de la montagne. Ils marchaient au milieu de la route, la veste rejetée sur l épaule cachant la musette de toile, les manches de la chemise blanche retroussées à mi-bras. Ils regardaient loin devant, au-delà des broussailles, des arbres secs, des pentes de galets soudés par la terre jaune, suivant des yeux la crête

5 - 5 - vers laquelle montait le chemin et qui fermait l horizon comme un mur de clôture hérissé de tessons.» De telles lignes permettent de déceler, dès vos débuts de romancier, votre don des images fortes et des sentiments qui en découlent. La Baie des Anges est un superbe roman. Qu ont de commun les Gallo avec les Revelli? Les uns et les autres sont des immigrés italiens. Les frères Gallo, tous trois tailleurs de pierre, rejoignent Nice, comme les Revelli, dans les dernières années du XIX e siècle. L un d eux est votre grand-père. Votre mère vous l avez beaucoup écoutée répétait que les siens avaient travaillé «depuis qu ils avaient su se tenir debout». Elle ajoutait : «C étaient des bêtes de somme, des gens comme eux. Qu est-ce qu ils avaient à vendre? Leur force.» À Nice, votre grandpère fut de ceux, au milieu de quelques dizaines d autres, qui se campaient au petit matin, place Garibaldi, dans l espoir qu un patron, passant parmi eux, arrête son choix, désigne les plus vigoureux, dicte son prix. «Comme du bétail», ponctuait votre mère. Pour vous percer à jour, j affirme que lire l histoire de Joseph Gallo, votre père, s impose. Tous les siens l appelaient Djé. Cela s écrivait J-é mais se prononçait Djé. Vous lui avez rendu le plus bel hommage qu un fils puisse adresser à son père. Non seulement vous avez écrit l histoire de sa vie mais, à celle-ci, vous avez donné un titre révélateur : Djé, histoire modeste et héroïque d un homme qui croyait aux lendemains qui chantent. À onze ans, le fils d immigré obtient, premier de sa classe, son certificat d études. Son instituteur qu il vénère aurait bien aimé le pousser, comme on disait. Il y a renoncé. De quelle façon, en ce temps-là, convaincre un ouvrier de se priver d un salaire attendu? Apprenti chez un plombier, Djé devient le gosse à tout faire qui, bousculé, injurié du matin au soir, apprend le métier à coups de pied dans le derrière. Deux ans plus tard, toujours apprenti, il entre chez un électricien. Il s y trouve bien. En cinq ans, il en sait plus que des compagnons plus anciens et frappe son patron par sa rapidité

6 d exécution. Ce n est que par instinct ; il le sait et s en irrite. Il économise pour acheter un Manuel pratique du monteur électricien, par Laffargue et Jumeau. Un monument de pages. Vous le possédez toujours, Monsieur. Joseph Gallo sympathise avec un ouvrier de trente ans, un certain Dufourcq qui, lui, a suivi des cours d électricité. Frappé par tant de précocité, Dufourcq lui propose une association. L équipe ne tarde pas à être connue, les entreprises l engagent volontiers. Ainsi votre père a-t-il participé à l électrification des grands hôtels de la promenade des Anglais. Il découvre ce qu il a toujours ignoré : le luxe et même un luxe qui éclabousse. Comment ne pas comparer le train de vie des princes russes, des lords anglais et des millionnaires français avec l existence des gens qu il côtoie depuis qu il est né? Ce constat, Dufourcq l a fait, lui, depuis longtemps. Il explique à Djé ce qu est la lutte des classes. Il lui prête des livres et, à la fin, lui fait lire Marx. Du coup, Djé adhère au parti socialiste qui à l époque est révolutionnaire. Sur la page de garde du fameux Manuel pratique du monteur électricien, il inscrit, de la sage écriture apprise à l école communale : «Prolétaires de tous les pays, unissez-vous!» En 1914, Djé est mobilisé dans la Marine de guerre : «Ils m ont pris plus de six ans de vie», se plaindra-t-il lors de sa démobilisation, car six mois après l armistice son bateau naviguait toujours. À l instar des mutins de la mer Noire, l équipage était prêt à s insurger. Il fallait à sa fureur un porte-parole. Ce fut Djé. Il a dû remplir sa mission avec vigueur puisqu on le jugera et condamnera à une peine légère : la guerre était heureusement finie! Redevenu civil, il retrouve avec passion sa chère électricité, agrandit son entreprise mais n oublie rien. En 1920, après la scission de Tours, il adhère au parti communiste. Il s est choisi une épouse italienne, originaire de la région de Parme. Vous naissez, en 1932, d un père communiste et d une mère qui, pas un instant, aurait imaginé que le baptême ne vous fût pas administré.

7 - 7 - C est donc maintenant de vous seul, Monsieur, que nous allons nous entretenir. À l école primaire, on vous reconnaît des facilités. Le lycée vous attend. Djé vous interroge : - As-tu une idée de ce que tu veux faire plus tard? - Oui. - Et quoi donc? - Officier mécanicien dans la Marine. Profonde réflexion de votre père, suivie d une décision dont on ne peut contester l extrême logique : - Je t inscris dans un collège technique. Vous allez donc découvrir en même temps des professeurs et des machines. Cela ne vous suffit pas. Dès l âge de quinze ans, inspiré par Dumas, Hemingway ou Jack London, vous ne cessez d écrire des romans dont, bien sûr, rien ne subsiste. Même, à seize ans, vous rédigez un essai sur ce thème audacieux : De Gaulle égalet-il Bonaparte? Vous passez victorieusement votre bac mathématiques et technique. Depuis longtemps, vous ne pensez plus à la Marine. Votre père est toujours communiste. Vous l êtes devenu vous-même. La radio recrute des techniciens. Si vous vous présentez au concours, est-ce parce que l on y traite parfois de littérature? Vous êtes reçu. Vous vous réjouissez de ne pas quitter Nice mais, en 1951, l avancement fait de vous un contrôleur des installations de la télévision. Il vous faut donc devenir parisien. La télévision vous séduit. Vos supérieurs vous prédisent un brillant avenir. Quelle sera leur déception quand, moins de trois ans plus tard, vous démissionnez. Il est clair que vous vous sentiez gêné aux entournures. Seules vous habitaient la littérature et l histoire. Vous auriez pu, à l instant, vous installer à votre table et, sans tarder, vous mettre au travail. L idée ne semble pas vous avoir caressé. Selon vous, pour écrire, il faut recevoir une formation littéraire reconnue. Vous vous inscrivez donc à la Sorbonne. Vous interdisant de demander de l argent à votre père, vous vous faites engager comme

8 maître auxiliaire dans un lycée. Une licence en histoire ne vous suffit pas. Vos professeurs sont désormais Ernest Labrousse, Pierre Renouvin ou Raoul Girardet. Vous passez aisément l agrégation d histoire. Ceux qui, surtout jaloux de vos succès, ont exprimé des doutes sur le sérieux de vos connaissances feraient bien de s en souvenir. Nommé, à vingt-huit ans, professeur au lycée Masséna de Nice, vous retrouvez avec bonheur votre ville natale et un Djé dont les soixante-dix ans n ont pas effacé la soif de savoir. Au point que votre frère et vous l abonnez au journal Le Monde. Il le lit chaque jour intégralement. Chaque fois que vous lui rendez visite, il commente l actualité en posant la même question : Tu as vu ça? Est-il toujours communiste? Les atrocités staliniennes dénoncées par Khrouchtchev l ont gravement touché. Comment croire encore aux lendemains qui chantent? Il ne veut pas pour autant renoncer à l espoir. Et vous? À vingt-quatre ans, vous le quittez, ce parti. Vous vous en êtes expliqué : «Je ne suis pas entré au parti communiste comme un fils de bourgeois qui a des complexes de classe mais comme fils d ouvrier confronté à des inégalités insupportables. Le jour est venu où j ai trouvé absurde de rester communiste.» Nommé, en 1965, maître assistant à la faculté des lettres de Nice, vous demeurez clairement un homme de gauche. Dès l enfance, vous avez ressenti pour Mussolini et son régime une antipathie instinctive. Cette réalité vous pèse à ce point qu elle devient le sujet de votre thèse : Contribution à l étude des méthodes et des résultats de la propagande fasciste dans l immédiate avant-guerre. Lisant indistinctement le français et l italien, vous vous êtes informé à la source. Vous en savez bien davantage que la plupart des Français. Pourquoi ne pas consacrer un livre votre premier à un tel sujet? Ce fut L Italie de Mussolini. Rien de commun avec ce que vous écrirez plus tard. J y vois l œuvre d un universitaire avide d utiliser ses sources et qui, les faisant parler, prend soin d affirmer son impartialité. Vous montrez

9 - 9 - clairement la mascarade initiale muée en tragédie. Les fascistes ne se contentent pas de faire boire de l huile de ricin à leurs adversaires, ils tuent. Ils tuent beaucoup. J admire le calme immense avec lequel vous nous faites trembler. Prenons-y garde : de temps à autre la mise en valeur d une situation, la peinture aiguë d un personnage tel que Mussolini déversant des torrents sonores du haut du balcon de la place de Venise ; cela et bien d autres choses font naître un suspense qui, d évidence, annonce le genre et le style que nous apprécions en vous. Ce qui frappe, c est que, durant plusieurs années, vos livres restent de la pure histoire : en 1967, L Affaire d Éthiopie ; en 1969, Histoire de l Espagne franquiste ; en 1970, Cinquième colonne ; en 1971, Tombeau pour la Commune et La Nuit des longs couteaux. Déjà, le rythme se précipite. Un essai publié en 1968 montre de votre part un intérêt accru pour la vie politique : Gauchisme, réformisme et révolution. Quand Djé mourra, le 16 mars 1986, à quatre-vingt-treize ans, il aura pu lire vingt-huit de vos livres. Vous le montrez à l hôpital, «son bras droit, maigre, blanc, les veines trouées par les piqûres de perfusion, pendant le long du lit. Les doigts étaient repliés comme s il avait voulu mourir le poing fermé». Après avoir embrassé son visage exsangue, vous vous souvenez d avoir saisi ce poignet et découvert, tatouée sur la face intérieure de l avant-bras, une ancre de marine portant dans l anse deux dates : 1914 et Au-dessous, cette inscription presque effacée : «Vive la Révolution!» Je vous cite encore : «J ai placé le bras sous le drap et suis allé marcher dans le parc de l hôpital, mon poing dans la bouche pour ne pas hurler.» Nourri dans la noble science de l histoire, pourquoi avez-vous tout à coup ressenti le besoin, voire la nécessité, de vous consacrer au roman historique? Pour le comprendre, il faut se souvenir que les auteurs préférés de votre enfance étaient des romanciers. Ne pas oublier non plus que votre premier roman, Le Cortège des

10 vainqueurs, est pétri d histoire et que les quatorze suivants sont tous historiques. Nous découvrons en même temps cette puissance de travail démesurée dont peut-être vous ne soupçonniez pas la réalité. Le premier volume de La Baie des Anges a paru en 1975 ; le deuxième et le troisième dans la seule année Chacun de ces deux derniers tomes est un livre épais, mêlant des dizaines de personnages et des situations multiples, allant de la fin du XIX e siècle jusqu à notre guerre d Algérie. Qui pourrait, comme vous, avec un talent qui ne se dément jamais, démêler tant de fils et soutenir autant de destins en l espace de deux années? Vous ne vous en cachez pas. Au contraire. À la dernière page du dernier tome, je lis cette précision que certains ont peut-être prise pour un aveu naïf, mais qui vient du plus profond de votre sincérité : vous énoncez le lieu, Paris, et la date, 1975, auxquels vous avez commencé. Ensuite vient le lieu, Speracedes et la date, 1976, auxquels vous avez achevé. Vous êtes redevenu parisien. On vous propose une chaire à l université de Vincennes mais vous êtes las des universités. Vous préférez devenir maître de conférences à l Institut d études politiques, autrement dit Sciences-po, ce qui n affaiblit en rien le rythme de vos publications : des livres, bien sûr, mais aussi des articles. Collaborateur régulier de L Express, vous y rencontrez Jean- François Revel. Je n y reviendrai pas puisque, sur ce sujet, vous nous avez tout dit. Vous tenez la rubrique «essais et documents» pendant une dizaine d années. Revel s étant brouillé avec L Express, vous quittez l hebdomadaire en même temps que lui. François Dufay a vu en vous un «homme-fleuve», comme on dit roman-fleuve. Seul Dumas a écrit davantage, mais il requérait souvent l aide de Maquet. Vous êtes tout seul, Max Gallo. Vous vous levez à 4 heures du matin et travaillez tant que l inspiration vous soutient. Il est rare que l une de vos histoires tienne en un seul volume. Il vous en faut au moins deux et souvent trois. Cela ne vous a pas suffi : vous êtes passé à ce que vous appelez des suites romanesques, livres différents mais se situant tous dans le même contexte

11 historique. Y entrent : Les hommes naissent tous le même jour, deux volumes ; La Machinerie humaine, 10 volumes ; Bleu, blanc, rouge, trois volumes ; Les Patriotes, quatre volumes ; Les Chrétiens, trois volumes ; Morts pour la France, trois volumes ; L Empire, trois volumes ; La Croix de l Occident, deux volumes ; Les Romains, cinq volumes. Marcel Thiébaut, qui fut directeur de La Revue de Paris, me disait un jour : «Il y a ceux qui publient beaucoup et mal, ceux qui publient peu et bien. Rares sont ceux qui publient beaucoup et bien.» Vous en êtes, Monsieur. Dans vos romans historiques, l invention ne trahit jamais la vérité et même, parfois, ajoute à nos connaissances. J ai, entre autres, apprécié votre suite intitulée La Croix de l Occident. Le thème se situe en ce XVI e siècle dont Agrippa d Aubigné disait que les enfants «avaient Satan pour nourrice». En Français égocentriques que nous sommes, nous ne voulons y voir que nos guerres de Religion, le massacre de Wassy, les Guises catholiques et les Bourbons protestants, des assassinats en cascade Coligny, le duc de Guise, Henri III et, en apothéose, la Saint-Barthélemy. Il vous suffit, au début du premier volume, de décrire la bataille de Lépante en quels termes, avec quelles images! pour nous convaincre de notre erreur. L évènement majeur du XVI e siècle, c est le moment où s affrontent la flotte du sultan turc et celle de la Sainte Ligue chrétienne. François I er étant l allié du sultan, la France n est pas à Lépante. Vous mettez en scène des chevaliers français qui, se battant pour leur foi, sont contraints de rompre avec le roi de France et d affronter l Infidèle aux côtés d Espagnols, de Génois et de chevaliers de Malte. Le Turc règne sur l Afrique du Nord, où s entassent les chrétiens réduits en esclavage. D autres chrétiens rament sur les galères du sultan. Le chef de la marine turque est un chrétien converti à l islam. C est infiniment moins simple que nous l avons cru. Vous nous jetez au plein de deux croyances mais aussi et surtout de deux civilisations. Vous nous coupez le souffle, Monsieur.

12 Vous fuyez la monotonie. À plusieurs reprises, vous vous êtes éloigné du roman historique pour revenir à la biographie. Formé, comme plusieurs générations d étudiants, à l école de Mathiez, j ai voué à Robespierre un véritable culte dont je conserve plus que des bribes. Votre Robespierre, histoire d une solitude aurait pu me choquer. Bien au contraire! Garibaldi m a toujours fasciné. En vous lisant, j ai cru l avoir croisé dans son île en votre compagnie. Votre Grand Jaurès, votre Jules Vallès, votre Rosa Luxemburg sont des livres de plain-pied avec l espoir que leur titre a pu susciter. Jugeant que vous ne pouvez enfermer certains personnages géants dans les trois ou quatre cents pages d une biographie classique, vous élargissez votre territoire. Ainsi, en 1997, nous donnez-vous un Napoléon en quatre volumes : nous avons droit au Chant du départ, suivi du Soleil d Austerlitz, lequel est tenaillé par L Empereur des rois et aboutit, bien sûr, à L Immortel de Sainte- Hélène. Huit cent mille exemplaires vendus! Toute la France s en est entretenue : «Avez-vous lu le Napoléon de Gallo?» Entre Napoléon et les Français, il existe des affinités peu niables mais, quand vous passez par là, vos lecteurs se muent en fils adoptifs de l Empereur. À peine avez-vous conduit Napoléon au tombeau et vous cherchez à mettre en scène un héros qui soit à sa mesure. Vous le trouvez sans mal : c est De Gaulle. Les dates de publication parlent d elles-mêmes. Le dernier tome de Napoléon paraît en 1997 et c est en 1998 que le premier volume de De Gaulle est en librairie. Qui va pouvoir prendre le relais? Victor Hugo bien sûr. Premier des poètes français le perfide hélas d André Gide est oublié, monstre sacré, détenteur d un record inégalé celui des rues de France à son nom, il a droit à deux tomes qui sont écrits et publiés en une seule année. Vous ne dissimulez nullement que vous chérissez les grands hommes. «Parler des grands hommes, dites-vous, c est toujours parler de la nation.» La vie, dans ses aspects les plus quotidiens, nous force à définir notre origine. Les questionnaires que nous remplissons sans

13 cesse portent souvent cette interrogation : nationalité? Et nous répondons : Français. En ce qui vous concerne, vous devriez écrire : profondément Français. À la France s attachent toutes les fibres de votre corps, toutes les vibrations de votre esprit. Vous lui avez consacré des livres entiers comme si la France méritait, elle aussi, une biographie : Fier d être français ; L âme de la France ; et même : L Amour de la France expliqué à mon fils. Faut-il voir dans cette passion un nationalisme exacerbé? Nullement. Ceux qui voudraient mettre en danger la démocratie vous font horreur. Il y a des pays que vous n aimerez jamais, d autres qui ont votre sympathie, parfois votre amitié, mais votre amour unique, c est la France. À ceux qui vous comprennent mal, vous avez répondu : «Il faut bien que quelqu un monte sur le ring et dise : "Je suis fier d être français!"» Vous y êtes monté. L un de mes amis aimait la France au point d estimer que ses frontières étaient providentielles. Il n en démordait pas et, si je tentais de le détromper, il se fâchait. Grand réalisateur de télévision, cet ami s appelait Stellio Lorenzi. Il était fils d un immigré chassé d Italie par le fascisme. À une époque où le débat sur l immigration prend la place que nous savons, faudrait-il admettre que ce phénomène, dans certains cas, soit à l origine d un amour plus absolu que les autres? Tant de succès ont fait de vous le familier des plateaux de télévision. Bernard Pivot reconnaît aujourd hui que vous détenez, à égalité avec notre confrère Jean d Ormesson, le record de participation à ses émissions. C est sur le plateau d Apostrophes que, vers la fin des années 1970, vous avez croisé François Mitterrand. Faut-il situer ici le début d une carrière politique? En 1981, le même Mitterrand est élu président de la République. Les socialistes niçois cherchent un candidat qui puisse, de son piédestal, faire tomber Jacques Médecin, député-maire depuis des décennies. À Nice, La Baie des Anges a quasiment fait de vous

14 un demi-dieu. Vous seul pouvez chasser le despote. On entreprend votre siège, vous répondez en vous inscrivant au parti socialiste. À Nice, votre campagne est restée dans les mémoires. Jean-Pierre Chevènement vous écoute et vous reconnaît comme «l un je le cite des plus remarquables orateurs de notre époque : du coffre, dit-il, de l inspiration, de la culture». Vous n écrivez jamais vos discours à l exception, bien sûr, de celui que nous venons d entendre et vous avouez : «Parler, faire un vrai discours, prendre une salle, la maîtriser, faire en sorte que pas une tête bouge, c est un plus grand plaisir que d écrire, parce qu on y ajoute le plaisir physique.» Aisément, vous êtes élu député des Alpes-Maritimes. Vos fidèles ont attendu la suite. Elle est venue moins de deux ans plus tard. François Mitterrand, remarquable expert en relations publiques, vous appelle à rejoindre le gouvernement de Pierre Mauroy en tant que secrétaire d État et porte-parole. Vous choisissez pour directeur de cabinet un certain François Hollande. Ainsi découvrez-vous, autrement que par les livres, les pièges internes du pouvoir. Il n est jamais mauvais pour un historien de les étudier de l intérieur. Vous avez fait rapidement le tour de ces dédales. Vos responsabilités ministérielles vous empêchaient d écrire : vous n avez pu longtemps le supporter. En 1984, vous quittez le gouvernement. Vous acceptez néanmoins un mandat de député européen que vous exercerez pendant dix ans. Qui l a rappelé quand vous avez fait campagne pour le non à l Europe? Entre-temps, vous quittez le parti socialiste pour fonder, avec M. Chevènement, le Mouvement des citoyens, dont vous devenez même, en 1992, le président. Toujours député européen, vous voici souverainiste. En 2005, vous voterez non au référendum sur la Constitution européenne. Ce non de votre part et le oui de la mienne entraînera entre nous un léger froid, le seul et fort court, qui n a en rien nui à notre amitié. Deux ans plus tard, la télévision vous montrera, à la Cascade du bois de Boulogne, auprès de l actuel président de la République à peine élu. Dans un très beau discours, vous célébrerez les trente-cinq jeunes résistants qui, le 16 août 1944, ont été fusillés là.

15 Je ne trouve pas négligeables trois lignes au verso de la couverture de votre dernier livre, ce Louis XIV publié à l automne dernier : «Max Gallo n exerce plus de fonction politique depuis plusieurs années et se consacre tout entier à l écriture.» Seules les personnes éloignées du monde littéraire attribueront cette phrase à l éditeur. L un de nos confrères n avait pas voté pour vous. Quelque temps après votre élection, il a confié être finalement satisfait que vous nous ayez rejoints. La raison qu il a fournie n est étrange qu au premier abord : L élection de Gallo a enrichi la conversation nationale. Explication de texte : les médias ont abondamment commenté cette élection et ont insisté souvent sur votre évolution politique. La franchise étant l un des traits de votre caractère, vous n avez pas songé à la dissimuler. Nous nous sommes vus, quant à nous, entraînés dans les débats, plus souriants que déplaisants, qui en ont découlé. En suivant à la trace votre parcours, je me suis convaincu quant à moi que cette évolution n a rien contenu, jamais, que l on pût qualifier de politicien. J avais lu et relu Jean-François Revel et m étais émerveillé de son intelligence. Je dois à l Académie de l avoir rencontré et d avoir mieux discerné sa finesse et disons le mot son charme. Au fait, n a-t-il pas évolué, lui aussi? D abord rédacteur des pages littéraires à France-Observateur, publication fortement ancrée à gauche, il achève sa carrière de journaliste à l hebdomadaire Le Point qui, sans être à la droite de la droite, est loin d être à gauche. Clemenceau, d abord blanquiste, n a-t-il pas, en tant que président du Conseil, brisé des grèves et, plus tard, en proclamant superbement : Je fais la guerre, ne l a-t-il pas gagnée? Adolescent, Victor Hugo ne jurait que par le roi et, jeune poète, mettait en vers le sacre de Charles X. N a-til pas fini idolâtré par toutes les gauches dont il était devenu le chantre? L évolution des idées politiques n est-elle pas avant tout un

16 signe de liberté d esprit? Êtes-vous pour autant une personnalité parisienne? Ce n est pas votre genre. On ne peut pas mener à bien une œuvre comme la vôtre et dîner tous les soirs en ville. Vous êtes marié, vous avez eu deux enfants, Anne et David. Notre vote vous avait fait nôtre depuis trois jours lorsque, vous rencontrant, je vous ai trouvé radieux. Je me suis dit : «La joie de l élection perdure.» Alors, vous vous êtes écrié : «Mon fils vient d obtenir l agrégation d histoire.» Tel père, tel fils. Dans les années 1970 ou 1980, vous convenez que, voyant dépérir les vieilles religions et, plus particulièrement, la catholique, vos doutes ont pris le dessus : pouvait-on leur concevoir un avenir? Vous souhaitiez avec bien d autres «que la religion fût ensevelie sous ses compromissions avec les pouvoirs». Quand quelqu un citait devant vous la prophétie de Malraux qu il n a jamais prononcée d ailleurs selon laquelle le XXI e siècle serait religieux ou ne le serait pas, vous vous moquiez. Or vous avez traversé une tragédie familiale. Votre fille aînée, Anne, s est donné la mort. Elle avait seize ans. Il n est pas de jour vous me l avez confié sans que cette brûlure vous déchire. Anne n était pas sortie intacte de mai Elle se cherchait, s égarait. À l annonce de cette mort, vous vous êtes précipité dans l église Saint- Sulpice, la plus proche de chez vous, vous avez récité les prières de votre enfance que vous aviez crues oubliées. «Elles me revenaient en mémoire, dites-vous, comme les seules paroles capables non pas d atténuer la douleur mais de me faire accepter ce qui m apparaissait inconcevable.» Une pensée de saint Augustin a plus tard ouvert la voie à une évolution de plus. Vous aviez souhaité l inscrire en épigraphe de l un de vos livres, avant d y renoncer. Cette pensée, la voici : «La terre porte les humains comme des feuilles. Elle est pleine d hommes qui se succèdent. Les uns poussent tandis que d autres meurent. Cet

17 arbre-là non plus ne dépouille jamais son vert manteau. Regarde dessous, tu marches sur un tapis de feuilles mortes.» Lors de la cérémonie du baptême du fils d un ami cher, vous n avez manqué aucun des gestes de l officiant. Quand il vous a vu, presque seul, rester dans la nef, cet officiant, le père V l initiale suffit, est venu s asseoir auprès de vous. Vous avez parlé tous deux jusqu à la nuit. «Ce ne fut pas une confession», dites-vous aujourd hui. Le père V avait lu vos derniers livres et y avait repéré des phrases et même, disait-il, «des vides entre les mots». Selon lui, il était temps que vous renouiez les fils. Il s est levé. Vous vous êtes levé. Vous êtes sortis tous deux de l église. Vous vous êtes arrêtés au haut des marches. Le père V s est une dernière fois tourné vers vous : N oubliez pas. Saint Bernard a dit : «Ce n est pas dans la connaissance qu est le fruit, c est dans l art de le saisir.» Quelques jours plus tard, vous avez commencé à écrire votre suite sur les chrétiens. Pour vous avoir connu depuis longtemps, Monsieur, je suis en droit d affirmer à mes confrères que vous êtes le plus tolérant des hommes. C est à ce titre aussi que je salue votre venue parmi nous. Nous sommes ici une compagnie qui, se nourrissant de ses dissemblances, ne peut vivre qu en liberté. Alors, vive la liberté, Monsieur!

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs.

Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs. 1 Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs. C était un livre et non pas le manuscrit auquel je m étais attendue

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Texte 1. Texte 2. Texte 3. J ai rejoint ceux que j aimais et j attends ceux que j aime. Texte 4

Texte 1. Texte 2. Texte 3. J ai rejoint ceux que j aimais et j attends ceux que j aime. Texte 4 Texte 1 Quand tu regarderas les étoiles la nuit, puisque j habiterai dans l une d elles, puisque je rirai dans l une d elles, alors ce sera pour toi, comme si riaient toutes les étoiles A. de Saint Exupéry

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Harry Mathews. 20 lignes par jour. traduit par Marie Chaix. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Harry Mathews. 20 lignes par jour. traduit par Marie Chaix. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Harry Mathews 20 lignes par jour traduit par Marie Chaix P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e PRÉFACE Comme beaucoup d écrivains je trouve souvent que me mettre au travail le matin est une entreprise

Plus en détail

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel de Martonne à Laval. Plusieurs clubs Lecture de la

Plus en détail

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin 6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin Des lunettes pour ceux qui en ont besoin De nombreuses personnes dans le monde sont atteintes d erreurs de réfraction. Cela signifie que leurs yeux ne voient pas

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

N 1 1 er trimestre 2011

N 1 1 er trimestre 2011 SUPPORT DU DÉBAT L article du débat «En 2013, ton emploi du temps risque de changer!» En 2013, ta semaine d école passera peut-être de quatre jours à quatre jours et demi, et tes vacances d été seront

Plus en détail

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 1 HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 8décembre 2012 C est une joie de pouvoir célébrer la fête de l Immaculée Conception, particulièrement ici à l Ile Bouchard, en ce 8 décembre. Cette fête

Plus en détail

CORRIGÉ GUIDE DE FRANÇAIS IV

CORRIGÉ GUIDE DE FRANÇAIS IV CORRIGÉ GUIDE DE FRANÇAIS IV I.COMPRÉHESION ORALE A) Écoutez ce premier dialogue trois fois et répondez aux questions. Répondez V pour Vrais ou F pour Faux. 1. Ils sont arrivés pour le déjeuner. V F 2.

Plus en détail

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance.

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance. Mc 4.26-32 Espérer, c est s oublier Jésus a souvent donné la simplicité des enfants comme modèle de réception de sa Parole ; nous allons suivre leur exemple. Merci les enfants. Les deux histoires que nous

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie Les Cahiers de la Franc-maçonnerie N O 25 : QU EST-CE QU UNE «PLANCHE», À QUOI SERT-ELLE, QU EXIGE-T-ELLE DE CELUI QUI LA PRÉSENTE? Par le «Collectif des cahiers» «La planche» : l angoisse! Un ami, brillant

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l Lettres à un auteur Madame, A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l que vous nous avez accordée. J ai beaucoup

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 3. Pierre Magnan, auteur à succès Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Murielle Bidault,

Plus en détail

Moko, enfant du monde

Moko, enfant du monde Moko en Afrique, les monts de la Terre ronde Objectifs : Les animaux. Les parties du corps d un animal. Les chiffres jusqu à 4. Age : 4-6 ans Niveau : Débutants, A1 Moko en Afrique : Les monts de la Terre

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel.

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel. MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE Ma vie en partage Entretiens avec Mélanie Loisel AU NOM DE TOUS LES MIENS Par l auteur de l aube Avant-propos Vivre, c est savoir pourquoi l on vit. Pourquoi a-t-il voulu

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi!

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi! 1 Lecture : Ephésiens 4 : 17-32 N attristez pas le St Esprit. Bonjour Cher Saint Esprit J ai décidé de prendre ma plus belle plume, plus exactement le clavier de mon ordinateur, pour t écrire une lettre,

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

Handelsmittelschulen Bern Biel Thun. Aufnahmeprüfungen 2010. Datum: Montag, 22. März 2010. Lösungen. 13.30-14.30 (60 Minuten) Gesamtpunktzahl : / 87

Handelsmittelschulen Bern Biel Thun. Aufnahmeprüfungen 2010. Datum: Montag, 22. März 2010. Lösungen. 13.30-14.30 (60 Minuten) Gesamtpunktzahl : / 87 Handelsmittelschulen Bern Biel Thun Aufnahmeprüfungen 2010 Datum: Montag, 22. März 2010 Fach: Französisch Lösungen Zeit: 13.30-14.30 (60 Minuten) Gesamtpunktzahl : / 87 NOTE : 1 Lisez ce texte: Logicielle

Plus en détail

Les élèves de 5 ème 3 rencontrent Béatrice Nicodème à la médiathèque de Mérignac

Les élèves de 5 ème 3 rencontrent Béatrice Nicodème à la médiathèque de Mérignac Les élèves de 5 ème 3 rencontrent Béatrice Nicodème à la médiathèque de Mérignac Au cours de l année, nous avons étudié en classe Le Secret de la cathédrale. Puis chacun a dû lire et présenter à la classe

Plus en détail

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprendre vos pouvoirs, c est en fait reconnaître les capacités que votre divin Créateur vous a données à votre naissance. Tout être humain est

Plus en détail

LA MACHINE A TRICOTER (2)

LA MACHINE A TRICOTER (2) LA MACHINE A TRICOTER (2) TEXTE DEPOSE A LA SACD Son utilisation est soumise à l autorisation de l auteur via la SACD Pour plus de précisions et pour obtenir la suite de cet extrait: christian.moriat@orange.fr

Plus en détail

La gloire de mon père de Marcel Pagnol

La gloire de mon père de Marcel Pagnol Fiche Pédagogique La gloire de mon père de Marcel Pagnol Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif 2 Fiche élève. 3 4 Fiche professeur. 5 8 Transcription. 9 Sources. 10 1 Tableau descriptif Niveau

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

4 page 941 / 1ère partie, PARIS Il n' avait pas voulu partir sans lui dire adieu.

4 page 941 / 1ère partie, PARIS Il n' avait pas voulu partir sans lui dire adieu. Partir : Recherche «lemmatisée». Le logiciel ne permttant pas de séparer le verbe «part», de «à part»... ou «le parti» de «parti» on a procédé manuellement au choix. 2 page 937 / 1ère partie, PARIS Je

Plus en détail

LA MORT ET LA VIE. Homélie du Jour de Pâques cathédrale de Strasbourg le 20 avril 2003. Chers Frères et Sœurs dans le Christ, Chers Amis,

LA MORT ET LA VIE. Homélie du Jour de Pâques cathédrale de Strasbourg le 20 avril 2003. Chers Frères et Sœurs dans le Christ, Chers Amis, LA MORT ET LA VIE Homélie du Jour de Pâques cathédrale de Strasbourg le 20 avril 2003 Chers Frères et Sœurs dans le Christ, Chers Amis, «Mors et vita duello conflixere mirando. Dux vitae mortuus regnat

Plus en détail

Les voyages des livres

Les voyages des livres Ada Lipman Les voyages des livres Vous vous demandez peut-être comment je suis arrivée à être le personnage que je suis aujourd hui. Vous vous demandez qui je suis et comment ça s est passé que je suis

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

PRÉSCOLAIRE. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà mon nom, hein? Je m'appelle Andrée.

PRÉSCOLAIRE. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà mon nom, hein? Je m'appelle Andrée. PRÉSCOLAIRE Enfants qui chantent Une tête remplie d idées Qui me permet de rêver Qui me permet d inventer Imagine. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà

Plus en détail

Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer. Interviews Julia Fassbender, photographe Page 1/5

Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer. Interviews Julia Fassbender, photographe Page 1/5 Une interview avec la photographe et directrice artistique de la Chancelière allemande, Julia Fassbender Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer Le Grand méchant loup s est rendu

Plus en détail

Par alliance : Armando Perez

Par alliance : Armando Perez Par alliance : Armando Perez Thèmes France, francophonie et langue française Concept D origine cubaine, Armando Perez nous emmène dans les lieux qu il fréquente à Miami pour nous parler de lui-même, de

Plus en détail

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté.

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté. Conférence PFUE «Inclusion sociale : une approche européenne de la scolarisation des élèves handicapés» 29 octobre 2008 Ouverture par Jean-Louis Nembrini, DGESCO Madame la vice-présidente du Conseil général

Plus en détail

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LA MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LE PARCOURS GAVROCHE PRÉSENTE 1 LE SAVAIS-TU? Victor Hugo est né au premier étage de cette maison le 26 février 1802. Tu connais peut-être ce grand écrivain par ses romans

Plus en détail

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth Charlène Reynaud Licence IUP Université jean Monnet Rapport de fin de séjour Stage Bournemouth A. Vie pratique Mon séjour s est déroulé à Bournemouth, ville de 163900 située à 2h00 de Londres. Bournemouth

Plus en détail

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL Répondez aux questions suivantes : 1. Où habitez-vous? 2. Quand êtes-vous arrivé à Paris? 3. Quelle est votre profession? Complétez les phrases : 1. Je ne (être) pas français. 2. Je (parler) un peu le

Plus en détail

CHRETIEN FACE A L ARGENT

CHRETIEN FACE A L ARGENT Vendredi 17 janvier 2003 Saint-Philippe du Roule CHRETIEN FACE A L ARGENT François VILLEROY de GALHAU Administrateur des Semaines Sociale de France François Villeroy de Galhau 1 a introduit sa conférence

Plus en détail

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir.

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. 2 Dieu vous aime et il tient ses promesses. Depuis que Dieu a fait le monde, il a promis de prendre

Plus en détail

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence.

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence. Notes pour une déclaration de M. Marc Gascon, maire de la Ville de Saint-Jérôme et président de l Union des municipalités du Québec, concernant les questions d éthique et d intégrité Jeudi 11 novembre

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

Le Dialogue en solitude

Le Dialogue en solitude Bismillah Al-Rahman Al-Rahim Le Dialogue en solitude Mohammad Reza Zaeri C est Moi, qui t a créé, Je connais tout ce qui se passe dans ton for intérieur ; Je connais tes secrets et Je ne les révèlerai

Plus en détail

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Objectifs Découvrir les conséquences de la rivalité opposant le Roi de France au plus puissant de ces

Plus en détail

Olaf était face à l océan.

Olaf était face à l océan. Olaf était face à l océan. Rêvasser, c était tellement plus amusant qu apprendre à déchiffrer les runes. Cette écriture bizarre ne lui servirait pas à grand-chose quand il prendrait la mer. Trouver son

Plus en détail

Relevez les expressions de temps et employez-les en parlant de vous.

Relevez les expressions de temps et employez-les en parlant de vous. 1 Sarah 1 Une jeune femme va vous parler de son travail. Lisez les questions suivantes, ensuite, écoutez l enregistrement et répondez en quatre mots au maximum. 1 Où est-ce que la jeune femme travaille?

Plus en détail

mort Nous les femmes, nous ne craignons pas la mort, c est là qu arrive enfin le baiser du Prince Charmant.

mort Nous les femmes, nous ne craignons pas la mort, c est là qu arrive enfin le baiser du Prince Charmant. Luxe L amour se fiche du luxe. Quand on aime, on vit d amour et d eau fraîche. C est mon cas. Je n ai pas besoin qu il vienne me chercher avec une voiture décapotable au bureau, ni qu il m offre une bague

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

Pourquoi le Chien. chasse le Chat

Pourquoi le Chien. chasse le Chat Pourquoi le Chien chasse le Chat 1 Pourquoi le Chien chasse le Chat Par Liz Hutchison À Madame Yannick Post, mon premier professeur de français. Ce livre est un don à l organisme non gouvernemental Seeds

Plus en détail

LEARNING BY EAR EPISODE

LEARNING BY EAR EPISODE LEARNING BY EAR Filles 10ème épisode Beauté Texte : Zainab Aziz Rédaction : Andrea Schmidt/Christine Harjes/Guy Degen Adaptation : Aude Gensbittel Personnages : Présentateur pour Intro/Outro Bibiy : personnage

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT LA BARBE BLEUE Charles PERRAULT Il y avait autrefois un homme qui était très riche. Il avait des maisons magnifiquement meublées à la ville et à la campagne, sa table était toujours couverte de vaisselle

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail

Les membres de ma famille croient que je leur ai

Les membres de ma famille croient que je leur ai Introduction Les membres de ma famille croient que je leur ai fait honte et les ai déshonorés à bien des égards depuis que je suis passée du statut de petite fille à celui de femme, mais ils ne connaissent

Plus en détail

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer Guide du parent accompagnateur Préparation à la Confirmation Guide d animation Partie III : Annoncer 2 Partie III : Annoncer (Parents/jeunes à la maison) Semaine #9 : (à la maison) Nous faisons un retour

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI Durant 3 semaines j étais { Hiratsuka, près de Yokohama où j allais tous les jours au lycée. Ma famille d accueil se composait du père, de la mère, de ma

Plus en détail

Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle

Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle Fiches pédagogiques 2 e cycle Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle Fiche A* Animation du livre Fiche 2.1 Compréhension de texte Fiche 2.1 CORRIGÉ Fiche 2.2 Fiche «Éthique et culture religieuse»

Plus en détail

SANDRA KOLLENDER. La Tête à Toto STEINKIS

SANDRA KOLLENDER. La Tête à Toto STEINKIS SANDRA KOLLENDER La Tête à Toto STEINKIS JE M APPELLE ANNA, je suis au bord de mes trentesept ans et de pas mal d autres choses. J ai des diplômes vraiment très impressionnants. Si vous voulez les voir,

Plus en détail

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012 TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre En partant de Sibérie, j avais considéré mon journal fini.

Plus en détail

L'écrivain Simon Boulerice: aux portes d'un grand succès populaire (ENTREVUE)

L'écrivain Simon Boulerice: aux portes d'un grand succès populaire (ENTREVUE) L'écrivain Simon Boulerice: aux portes d'un grand succès populaire (ENTREVUE) Le Huffington Post Québec Par Samuel Larochelle Publication: 03/10/2013 11:29 EDT Mis à jour: 03/10/2013 11:29 EDT Hyperactif

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Recherches n 50, D une classe à l autre, 2009-1 IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Marylène Constant IUFM Nord Pas-de-Calais, université d Artois Quentin est élève en première S dans un lycée lillois.

Plus en détail

Hommage de la Francophonie à Aimé Césaire

Hommage de la Francophonie à Aimé Césaire 2 Paris, 10 juillet 2008 Hommage de la Francophonie à Aimé Césaire Discours de SE M. Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie Seul le texte prononcé fait foi Au début était une rencontre. Elle

Plus en détail

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse,

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015 Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Rachid MADRANE Mesdames, Messieurs, Chers journalistes,

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

Beaucoup d internautes réussissent, alors pourquoi pas vous?

Beaucoup d internautes réussissent, alors pourquoi pas vous? Beaucoup d internautes réussissent, alors pourquoi pas vous? Accordez-moi seulement 90 jours et je vous prouverais qu en travaillant avec méthode, on peut facilement arriver à gagner plusieurs centaines

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

Il existe un chemin plus rapide vers le succès. Un chemin vers plus d abondance. Plus de Solutions. Plus de tout. Maintenant.

Il existe un chemin plus rapide vers le succès. Un chemin vers plus d abondance. Plus de Solutions. Plus de tout. Maintenant. Il existe un chemin plus rapide vers le succès Un chemin vers plus d abondance. Plus de Solutions. Plus de tout. Maintenant. Rejoignez Worldwide Leaders Worldwide Leaders Coaching Candidature Renseignez

Plus en détail

Savoir ou Connaître Exercices et corrigé

Savoir ou Connaître Exercices et corrigé Savoir ou Connaître Exercices et corrigé 1. Complétez les phrases en utilisant le verbe savoir. 1. Ne me dis rien! Je ce que j ai à faire. 2. Nous ne pas dire ce mot en français. 3. Cet homme parler aux

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

Plus de méditations. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande

Plus de méditations. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande Plus de méditations «Ce que je vous commande, c est de vous aimer les uns les autres» Saint Jean emploie à plusieurs reprises cette expression, on la retrouve par exemple dans Jean 13, 34-35 : «Je vous

Plus en détail

Moko, enfant du monde

Moko, enfant du monde Moko, enfant du monde Moko en Afrique : Les monts de la Terre ronde. Objectifs : Les formes géométriques. Les différents habitats. Pré-requis : Les couleurs. Age : 4-6 ans Niveau : Débutants, A1 Moko en

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 Demandred 09 novembre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Un marché de la rencontre efficace 7 2.1 L algorithme de Gale-Shapley :...........................

Plus en détail

CUISINIÈRE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Corinne

CUISINIÈRE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Corinne Dossier n 2 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» CUISINIÈRE Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Je l ai su tout

Plus en détail

Kim Thúy de passage à Sherbrooke

Kim Thúy de passage à Sherbrooke Bulletin spécial Mai 2014 Kim Thúy de passage à Sherbrooke Pour célébrer avec nous le Mois du patrimoine asiatique La très talentueuse et sympathique écrivaine Kim Thúy a tout de suite répondu par l affirmative

Plus en détail

Le loup qui voyageait dans le temps

Le loup qui voyageait dans le temps Ce jour-là, Loup farfouillait dans son grenier. Il y trouvait toujours des choses extraordinaires. Comme ce vieux livre avec sa couverture dorée. Loup s empara du livre et lut le résumé : «Cher lecteur,

Plus en détail

Affirmations de Louise HAY

Affirmations de Louise HAY Affirmations de Louise HAY C est par des affirmations positives quotidiennes que nous pouvons parvenir à transformer notre vie. Et pour cela, il est bon de répéter le plus souvent possible ces affirmations

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT L école Sainte-Anne a été fondée dans le souci de transmettre à nos enfants un enseignement complet intégrant l intelligence

Plus en détail

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook Yuliana Fransani Une aventure à Paris Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Enfance et adolescence

Enfance et adolescence SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : ENFANCE ET ADOLESCENCE 1 / 5 Enfance et adolescence Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges Lev Nikolaïevitch Petrovitch Tolstoï,

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

PIGE CONFERENCE «Oser se dépasser»

PIGE CONFERENCE «Oser se dépasser» PIGE CONFERENCE «Oser se dépasser» Ar5cles Pré- Event Le Sursaut Le Mandat L Intelligent d Abidjan L Inter Le Sport Supersport Ar5cles Post- Event Fraternité Ma9n Le Mandat Le Patriote Le Sport Le Sursaut

Plus en détail

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Une mère, parlant à ses enfants : Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Vous savez que papa ne se sent pas très bien et qu il a des problèmes depuis un certain temps. Eh bien, le docteur nous a dit

Plus en détail

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie Confiance en soi 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi MOUNET Sylvie www.osezvotrereussite.com Page 1 sur 9 Technique 1 Voici 10 attitudes qui diminuent la confiance en soi. La technique

Plus en détail

KHALED AL KHAMISSI. traduit de l arabe (Egypte) par Hussein Emara et Moïna Fauchier Delavigne

KHALED AL KHAMISSI. traduit de l arabe (Egypte) par Hussein Emara et Moïna Fauchier Delavigne KHALED AL KHAMISSI Taxi traduit de l arabe (Egypte) par Hussein Emara et Moïna Fauchier Delavigne 1 Mon Dieu! Quel âge pouvait avoir ce chauffeur de taxi? Et quel âge pouvait avoir sa voiture? Je n en

Plus en détail