RÉPONSE. M. Alain DECAUX. M. Max GALLO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÉPONSE. M. Alain DECAUX. M. Max GALLO"

Transcription

1 RÉPONSE DE M. Alain DECAUX AU DISCOURS DE M. Max GALLO Monsieur, Tout le démontre : vous n ignorez rien des règles que notre compagnie doit au cardinal de Richelieu et auxquelles nous obéissons de notre mieux. Je ne sais si l on vous a informé : nous sommes quelques-uns, ici, à cultiver l une d elles avec constance. Elle vient de Jacques Chastenet et Maurice Druon nous en a transmis l usage. Pour être accueilli à l Académie française, il faut démontrer sa notoriété, son talent et sa courtoisie. Les deux premières exigences vont de soi. La troisième ne demande qu un peu de réflexion : nous allons fréquenter le nouvel élu pendant des années... Qui oserait vous dénier la notoriété? Le nombre de vos livres et leurs tirages font de vous l un des écrivains les plus célèbres de ce pays. Le talent? Il jaillit de toutes vos pages. La courtoisie? Il suffit de vous rencontrer un instant pour n en plus jamais douter. Vous avez été élu, Monsieur, au 24 e fauteuil de cette académie qui, sans les décès en nombre qui nous ont accablés ces derniers temps, devrait compter quarante membres. Tel que vous êtes, avide de tout connaître et tout savoir, vous n avez pas dû tarder à vous

2 pencher sur la liste de vos prédécesseurs. Je présume que le premier regard vous aura laissé réjoui, voire triomphant. Ce n est pas rien que de succéder à Colbert, à La Fontaine, à Marivaux, au poète Sully Prudhomme, au mathématicien Henri Poincaré, à Jean-François Revel! Après quoi, cette liste, vous l avez relue. Hélas! Vous avez constaté alors que le tout premier nom au temps de Louis XIII n est autre que celui d un certain Silhon ; que, sur cette liste, on trouve un Clérembault qui n est pas le compositeur ; un Massieu, un Pastoret, un Houtteville. Peut-être vous êtes-vous attristé. Rassurezvous : nous tous ici avons connu le même sort. Ainsi se présente l Académie française. Stendhal lui-même qui, hélas! ne fut pas des nôtres montre, dans Le Rose et le Vert, une dame assise dans un dîner à côté je cite d un «écrivain peu connu qui, en cette qualité, voulait entrer à l Académie française». Il me reste à vous découvrir un avantage dont on parle peu : vous pénétrez en un lieu plus favorable qu aucun autre à la rencontre d hommes et de femmes qui, ailleurs, auraient rarement eu l occasion de se croiser. Nous sommes, les uns et les autres, si différents! Soyez donc averti : d ores et déjà une place vous a été attribuée dans la salle de nos séances. Sachez qu elle est immuable. Elle ne vous sera ôtée que le jour assurément lointain où l on posera votre épée sur votre cercueil. Ne négligez pas ce double voisinage. Il ne dépend pas de vous seul qu il soit fructueux mais, j en suis assuré, aucun de vos compagnons ne vous refusera sa sympathie. Le plus réticent ne pourra résister à la vivacité de votre pensée, à la chaleur qui émane de tout votre être et, plus encore, à cette modestie restée identique depuis le temps où je vous ai connu, bien avant La Baie des Anges, votre premier best-seller. Vos succès n y ont rien changé. Qu est-ce qu un roman historique? Zélateur, vous le savez, d Alexandre Dumas, je me suis convaincu très vite que, se présentant ouvertement comme tel, le roman historique porte en lui ses lettres de noblesse. De grands auteurs l ont cultivé et des chefs-d œuvre en sont nés. En revanche, il faut proclamer que l histoire romancée,

3 - 3 - genre hybride et masqué, trompe le lecteur en lui faisant accroire qu elle est vraiment de l histoire. C est d évidence du roman historique que vous pouvez vous réclamer. Celui-ci remonte à la plus haute antiquité. Notre confrère André Roussin, qui fut mon ami et montrait tant d esprit, aimait présenter Homère comme l ancêtre de tous les romanciers historiques. L Iliade, poème épique, se fonde sur une guerre nullement imaginaire : celle de Troie. «Ne peut-on pas dire je cite Roussin qu Homère prit avec l époque d Agamemnon et de Priam autant de libertés sinon plus qu Alexandre Dumas avec celle de Louis XIII et de Buckingham? Il n est pas absurde de penser, ajoutait-il, que, dans une mythologie guère différente, le vaillant, l invincible d Artagnan est un lointain descendant au talon près du vaillant et invincible Achille.» J ai trop longtemps méconnu que le premier roman historique indiscuté fut celui d Alexandre le Grand, écrit à Alexandrie, en grec, au II e siècle de notre ère. Dans cette histoire fabuleuse du plus illustre des conquérants, déjà l imaginaire se glissait au sein du réel. Traduit plus tard en latin, puis en roman c est le cas de le dire, les poètes du XIII e siècle, en l adaptant à leur tour, se sont servi, pour la première fois, de vers de douze pieds. Ainsi naquirent les alexandrins. Qui douterait que l Écossais Walter Scott soit le premier romancier historique des temps modernes? À partir de 1814, on lui doit un nombre prodigieux d ouvrages : lequel d entre nous oublierait Ivanhoé ou Quentin Durward? Ses livres lui ont procuré une gloire universelle. Quand le jeune Alexandre Dumas, alors troisième clerc chez un notaire de Villers-Cotterêts, eut l audace, muni seulement d une pièce de vingt francs, de partir pour Paris afin d atteindre la gloire au travers de la littérature, la seule porte qui se soit ouverte à lui fut celle d un bureau au Palais-Royal. Constatant sa belle écriture, on l a engagé comme copiste. D où ce mot spécifiquement dumasien : «Je vais vivre de mon écriture. Un jour je vivrai de ma plume!» Les Français lisaient depuis longtemps les traductions de

4 Walter Scott. Telle est la raison, sans doute, pour laquelle un des collègues de bureau du jeune Dumas s écria devant lui : La France attend le roman historique. Reconnaissons-le : la boutade n est pas tombée dans l oreille d un sourd. Non seulement les Français ont toujours apprécié ce genre littéraire mais la connaissance de l histoire en France lui doit beaucoup. Si l époque de Louis XIII et de Louis XIV est si familière à nos concitoyens, n est-ce pas parce qu ils l ont découverte dans Les Trois Mousquetaires, Vingt ans après et Le Vicomte de Bragelonne? Le Moyen Âge a cessé de leur être impénétrable depuis qu ils ont lu Les Rois maudits. Votre œuvre entière, Monsieur, a rendu claires bien d autres périodes de notre histoire. Le mieux, ici, est de vous écouter : «Mon projet, écrivezvous, est de rendre vivante une personnalité. Tout en étant respectueux des apports de la recherche historique, je fais en sorte, par l écriture, par la composition du récit, que le lecteur, peu à peu, pénètre tous ses aspects. Qu il acquière ainsi de son sujet une connaissance presque charnelle ainsi que l intelligence d une période historique.» Tout est dit. À la façon de Zola pour les Rougon-Macquart, vous avez fait précéder le premier volume de La Baie des Anges d un tableau généalogique. Ainsi est-il possible de se retrouver parmi les membres abondants de la famille Revelli. À l origine, trois frères venus du Piémont : Carlo, vingt-huit ans ; Vincente, vingt ans ; Luigi, fils tardif, dix ans. Pour fuir le chômage, ils quittent l Italie en De Mondovi à Nice, ils voyagent naturellement à pied : «Ils venaient de là-bas, écrivez-vous, le pays de la montagne. Ils marchaient au milieu de la route, la veste rejetée sur l épaule cachant la musette de toile, les manches de la chemise blanche retroussées à mi-bras. Ils regardaient loin devant, au-delà des broussailles, des arbres secs, des pentes de galets soudés par la terre jaune, suivant des yeux la crête

5 - 5 - vers laquelle montait le chemin et qui fermait l horizon comme un mur de clôture hérissé de tessons.» De telles lignes permettent de déceler, dès vos débuts de romancier, votre don des images fortes et des sentiments qui en découlent. La Baie des Anges est un superbe roman. Qu ont de commun les Gallo avec les Revelli? Les uns et les autres sont des immigrés italiens. Les frères Gallo, tous trois tailleurs de pierre, rejoignent Nice, comme les Revelli, dans les dernières années du XIX e siècle. L un d eux est votre grand-père. Votre mère vous l avez beaucoup écoutée répétait que les siens avaient travaillé «depuis qu ils avaient su se tenir debout». Elle ajoutait : «C étaient des bêtes de somme, des gens comme eux. Qu est-ce qu ils avaient à vendre? Leur force.» À Nice, votre grandpère fut de ceux, au milieu de quelques dizaines d autres, qui se campaient au petit matin, place Garibaldi, dans l espoir qu un patron, passant parmi eux, arrête son choix, désigne les plus vigoureux, dicte son prix. «Comme du bétail», ponctuait votre mère. Pour vous percer à jour, j affirme que lire l histoire de Joseph Gallo, votre père, s impose. Tous les siens l appelaient Djé. Cela s écrivait J-é mais se prononçait Djé. Vous lui avez rendu le plus bel hommage qu un fils puisse adresser à son père. Non seulement vous avez écrit l histoire de sa vie mais, à celle-ci, vous avez donné un titre révélateur : Djé, histoire modeste et héroïque d un homme qui croyait aux lendemains qui chantent. À onze ans, le fils d immigré obtient, premier de sa classe, son certificat d études. Son instituteur qu il vénère aurait bien aimé le pousser, comme on disait. Il y a renoncé. De quelle façon, en ce temps-là, convaincre un ouvrier de se priver d un salaire attendu? Apprenti chez un plombier, Djé devient le gosse à tout faire qui, bousculé, injurié du matin au soir, apprend le métier à coups de pied dans le derrière. Deux ans plus tard, toujours apprenti, il entre chez un électricien. Il s y trouve bien. En cinq ans, il en sait plus que des compagnons plus anciens et frappe son patron par sa rapidité

6 d exécution. Ce n est que par instinct ; il le sait et s en irrite. Il économise pour acheter un Manuel pratique du monteur électricien, par Laffargue et Jumeau. Un monument de pages. Vous le possédez toujours, Monsieur. Joseph Gallo sympathise avec un ouvrier de trente ans, un certain Dufourcq qui, lui, a suivi des cours d électricité. Frappé par tant de précocité, Dufourcq lui propose une association. L équipe ne tarde pas à être connue, les entreprises l engagent volontiers. Ainsi votre père a-t-il participé à l électrification des grands hôtels de la promenade des Anglais. Il découvre ce qu il a toujours ignoré : le luxe et même un luxe qui éclabousse. Comment ne pas comparer le train de vie des princes russes, des lords anglais et des millionnaires français avec l existence des gens qu il côtoie depuis qu il est né? Ce constat, Dufourcq l a fait, lui, depuis longtemps. Il explique à Djé ce qu est la lutte des classes. Il lui prête des livres et, à la fin, lui fait lire Marx. Du coup, Djé adhère au parti socialiste qui à l époque est révolutionnaire. Sur la page de garde du fameux Manuel pratique du monteur électricien, il inscrit, de la sage écriture apprise à l école communale : «Prolétaires de tous les pays, unissez-vous!» En 1914, Djé est mobilisé dans la Marine de guerre : «Ils m ont pris plus de six ans de vie», se plaindra-t-il lors de sa démobilisation, car six mois après l armistice son bateau naviguait toujours. À l instar des mutins de la mer Noire, l équipage était prêt à s insurger. Il fallait à sa fureur un porte-parole. Ce fut Djé. Il a dû remplir sa mission avec vigueur puisqu on le jugera et condamnera à une peine légère : la guerre était heureusement finie! Redevenu civil, il retrouve avec passion sa chère électricité, agrandit son entreprise mais n oublie rien. En 1920, après la scission de Tours, il adhère au parti communiste. Il s est choisi une épouse italienne, originaire de la région de Parme. Vous naissez, en 1932, d un père communiste et d une mère qui, pas un instant, aurait imaginé que le baptême ne vous fût pas administré.

7 - 7 - C est donc maintenant de vous seul, Monsieur, que nous allons nous entretenir. À l école primaire, on vous reconnaît des facilités. Le lycée vous attend. Djé vous interroge : - As-tu une idée de ce que tu veux faire plus tard? - Oui. - Et quoi donc? - Officier mécanicien dans la Marine. Profonde réflexion de votre père, suivie d une décision dont on ne peut contester l extrême logique : - Je t inscris dans un collège technique. Vous allez donc découvrir en même temps des professeurs et des machines. Cela ne vous suffit pas. Dès l âge de quinze ans, inspiré par Dumas, Hemingway ou Jack London, vous ne cessez d écrire des romans dont, bien sûr, rien ne subsiste. Même, à seize ans, vous rédigez un essai sur ce thème audacieux : De Gaulle égalet-il Bonaparte? Vous passez victorieusement votre bac mathématiques et technique. Depuis longtemps, vous ne pensez plus à la Marine. Votre père est toujours communiste. Vous l êtes devenu vous-même. La radio recrute des techniciens. Si vous vous présentez au concours, est-ce parce que l on y traite parfois de littérature? Vous êtes reçu. Vous vous réjouissez de ne pas quitter Nice mais, en 1951, l avancement fait de vous un contrôleur des installations de la télévision. Il vous faut donc devenir parisien. La télévision vous séduit. Vos supérieurs vous prédisent un brillant avenir. Quelle sera leur déception quand, moins de trois ans plus tard, vous démissionnez. Il est clair que vous vous sentiez gêné aux entournures. Seules vous habitaient la littérature et l histoire. Vous auriez pu, à l instant, vous installer à votre table et, sans tarder, vous mettre au travail. L idée ne semble pas vous avoir caressé. Selon vous, pour écrire, il faut recevoir une formation littéraire reconnue. Vous vous inscrivez donc à la Sorbonne. Vous interdisant de demander de l argent à votre père, vous vous faites engager comme

8 maître auxiliaire dans un lycée. Une licence en histoire ne vous suffit pas. Vos professeurs sont désormais Ernest Labrousse, Pierre Renouvin ou Raoul Girardet. Vous passez aisément l agrégation d histoire. Ceux qui, surtout jaloux de vos succès, ont exprimé des doutes sur le sérieux de vos connaissances feraient bien de s en souvenir. Nommé, à vingt-huit ans, professeur au lycée Masséna de Nice, vous retrouvez avec bonheur votre ville natale et un Djé dont les soixante-dix ans n ont pas effacé la soif de savoir. Au point que votre frère et vous l abonnez au journal Le Monde. Il le lit chaque jour intégralement. Chaque fois que vous lui rendez visite, il commente l actualité en posant la même question : Tu as vu ça? Est-il toujours communiste? Les atrocités staliniennes dénoncées par Khrouchtchev l ont gravement touché. Comment croire encore aux lendemains qui chantent? Il ne veut pas pour autant renoncer à l espoir. Et vous? À vingt-quatre ans, vous le quittez, ce parti. Vous vous en êtes expliqué : «Je ne suis pas entré au parti communiste comme un fils de bourgeois qui a des complexes de classe mais comme fils d ouvrier confronté à des inégalités insupportables. Le jour est venu où j ai trouvé absurde de rester communiste.» Nommé, en 1965, maître assistant à la faculté des lettres de Nice, vous demeurez clairement un homme de gauche. Dès l enfance, vous avez ressenti pour Mussolini et son régime une antipathie instinctive. Cette réalité vous pèse à ce point qu elle devient le sujet de votre thèse : Contribution à l étude des méthodes et des résultats de la propagande fasciste dans l immédiate avant-guerre. Lisant indistinctement le français et l italien, vous vous êtes informé à la source. Vous en savez bien davantage que la plupart des Français. Pourquoi ne pas consacrer un livre votre premier à un tel sujet? Ce fut L Italie de Mussolini. Rien de commun avec ce que vous écrirez plus tard. J y vois l œuvre d un universitaire avide d utiliser ses sources et qui, les faisant parler, prend soin d affirmer son impartialité. Vous montrez

9 - 9 - clairement la mascarade initiale muée en tragédie. Les fascistes ne se contentent pas de faire boire de l huile de ricin à leurs adversaires, ils tuent. Ils tuent beaucoup. J admire le calme immense avec lequel vous nous faites trembler. Prenons-y garde : de temps à autre la mise en valeur d une situation, la peinture aiguë d un personnage tel que Mussolini déversant des torrents sonores du haut du balcon de la place de Venise ; cela et bien d autres choses font naître un suspense qui, d évidence, annonce le genre et le style que nous apprécions en vous. Ce qui frappe, c est que, durant plusieurs années, vos livres restent de la pure histoire : en 1967, L Affaire d Éthiopie ; en 1969, Histoire de l Espagne franquiste ; en 1970, Cinquième colonne ; en 1971, Tombeau pour la Commune et La Nuit des longs couteaux. Déjà, le rythme se précipite. Un essai publié en 1968 montre de votre part un intérêt accru pour la vie politique : Gauchisme, réformisme et révolution. Quand Djé mourra, le 16 mars 1986, à quatre-vingt-treize ans, il aura pu lire vingt-huit de vos livres. Vous le montrez à l hôpital, «son bras droit, maigre, blanc, les veines trouées par les piqûres de perfusion, pendant le long du lit. Les doigts étaient repliés comme s il avait voulu mourir le poing fermé». Après avoir embrassé son visage exsangue, vous vous souvenez d avoir saisi ce poignet et découvert, tatouée sur la face intérieure de l avant-bras, une ancre de marine portant dans l anse deux dates : 1914 et Au-dessous, cette inscription presque effacée : «Vive la Révolution!» Je vous cite encore : «J ai placé le bras sous le drap et suis allé marcher dans le parc de l hôpital, mon poing dans la bouche pour ne pas hurler.» Nourri dans la noble science de l histoire, pourquoi avez-vous tout à coup ressenti le besoin, voire la nécessité, de vous consacrer au roman historique? Pour le comprendre, il faut se souvenir que les auteurs préférés de votre enfance étaient des romanciers. Ne pas oublier non plus que votre premier roman, Le Cortège des

10 vainqueurs, est pétri d histoire et que les quatorze suivants sont tous historiques. Nous découvrons en même temps cette puissance de travail démesurée dont peut-être vous ne soupçonniez pas la réalité. Le premier volume de La Baie des Anges a paru en 1975 ; le deuxième et le troisième dans la seule année Chacun de ces deux derniers tomes est un livre épais, mêlant des dizaines de personnages et des situations multiples, allant de la fin du XIX e siècle jusqu à notre guerre d Algérie. Qui pourrait, comme vous, avec un talent qui ne se dément jamais, démêler tant de fils et soutenir autant de destins en l espace de deux années? Vous ne vous en cachez pas. Au contraire. À la dernière page du dernier tome, je lis cette précision que certains ont peut-être prise pour un aveu naïf, mais qui vient du plus profond de votre sincérité : vous énoncez le lieu, Paris, et la date, 1975, auxquels vous avez commencé. Ensuite vient le lieu, Speracedes et la date, 1976, auxquels vous avez achevé. Vous êtes redevenu parisien. On vous propose une chaire à l université de Vincennes mais vous êtes las des universités. Vous préférez devenir maître de conférences à l Institut d études politiques, autrement dit Sciences-po, ce qui n affaiblit en rien le rythme de vos publications : des livres, bien sûr, mais aussi des articles. Collaborateur régulier de L Express, vous y rencontrez Jean- François Revel. Je n y reviendrai pas puisque, sur ce sujet, vous nous avez tout dit. Vous tenez la rubrique «essais et documents» pendant une dizaine d années. Revel s étant brouillé avec L Express, vous quittez l hebdomadaire en même temps que lui. François Dufay a vu en vous un «homme-fleuve», comme on dit roman-fleuve. Seul Dumas a écrit davantage, mais il requérait souvent l aide de Maquet. Vous êtes tout seul, Max Gallo. Vous vous levez à 4 heures du matin et travaillez tant que l inspiration vous soutient. Il est rare que l une de vos histoires tienne en un seul volume. Il vous en faut au moins deux et souvent trois. Cela ne vous a pas suffi : vous êtes passé à ce que vous appelez des suites romanesques, livres différents mais se situant tous dans le même contexte

11 historique. Y entrent : Les hommes naissent tous le même jour, deux volumes ; La Machinerie humaine, 10 volumes ; Bleu, blanc, rouge, trois volumes ; Les Patriotes, quatre volumes ; Les Chrétiens, trois volumes ; Morts pour la France, trois volumes ; L Empire, trois volumes ; La Croix de l Occident, deux volumes ; Les Romains, cinq volumes. Marcel Thiébaut, qui fut directeur de La Revue de Paris, me disait un jour : «Il y a ceux qui publient beaucoup et mal, ceux qui publient peu et bien. Rares sont ceux qui publient beaucoup et bien.» Vous en êtes, Monsieur. Dans vos romans historiques, l invention ne trahit jamais la vérité et même, parfois, ajoute à nos connaissances. J ai, entre autres, apprécié votre suite intitulée La Croix de l Occident. Le thème se situe en ce XVI e siècle dont Agrippa d Aubigné disait que les enfants «avaient Satan pour nourrice». En Français égocentriques que nous sommes, nous ne voulons y voir que nos guerres de Religion, le massacre de Wassy, les Guises catholiques et les Bourbons protestants, des assassinats en cascade Coligny, le duc de Guise, Henri III et, en apothéose, la Saint-Barthélemy. Il vous suffit, au début du premier volume, de décrire la bataille de Lépante en quels termes, avec quelles images! pour nous convaincre de notre erreur. L évènement majeur du XVI e siècle, c est le moment où s affrontent la flotte du sultan turc et celle de la Sainte Ligue chrétienne. François I er étant l allié du sultan, la France n est pas à Lépante. Vous mettez en scène des chevaliers français qui, se battant pour leur foi, sont contraints de rompre avec le roi de France et d affronter l Infidèle aux côtés d Espagnols, de Génois et de chevaliers de Malte. Le Turc règne sur l Afrique du Nord, où s entassent les chrétiens réduits en esclavage. D autres chrétiens rament sur les galères du sultan. Le chef de la marine turque est un chrétien converti à l islam. C est infiniment moins simple que nous l avons cru. Vous nous jetez au plein de deux croyances mais aussi et surtout de deux civilisations. Vous nous coupez le souffle, Monsieur.

12 Vous fuyez la monotonie. À plusieurs reprises, vous vous êtes éloigné du roman historique pour revenir à la biographie. Formé, comme plusieurs générations d étudiants, à l école de Mathiez, j ai voué à Robespierre un véritable culte dont je conserve plus que des bribes. Votre Robespierre, histoire d une solitude aurait pu me choquer. Bien au contraire! Garibaldi m a toujours fasciné. En vous lisant, j ai cru l avoir croisé dans son île en votre compagnie. Votre Grand Jaurès, votre Jules Vallès, votre Rosa Luxemburg sont des livres de plain-pied avec l espoir que leur titre a pu susciter. Jugeant que vous ne pouvez enfermer certains personnages géants dans les trois ou quatre cents pages d une biographie classique, vous élargissez votre territoire. Ainsi, en 1997, nous donnez-vous un Napoléon en quatre volumes : nous avons droit au Chant du départ, suivi du Soleil d Austerlitz, lequel est tenaillé par L Empereur des rois et aboutit, bien sûr, à L Immortel de Sainte- Hélène. Huit cent mille exemplaires vendus! Toute la France s en est entretenue : «Avez-vous lu le Napoléon de Gallo?» Entre Napoléon et les Français, il existe des affinités peu niables mais, quand vous passez par là, vos lecteurs se muent en fils adoptifs de l Empereur. À peine avez-vous conduit Napoléon au tombeau et vous cherchez à mettre en scène un héros qui soit à sa mesure. Vous le trouvez sans mal : c est De Gaulle. Les dates de publication parlent d elles-mêmes. Le dernier tome de Napoléon paraît en 1997 et c est en 1998 que le premier volume de De Gaulle est en librairie. Qui va pouvoir prendre le relais? Victor Hugo bien sûr. Premier des poètes français le perfide hélas d André Gide est oublié, monstre sacré, détenteur d un record inégalé celui des rues de France à son nom, il a droit à deux tomes qui sont écrits et publiés en une seule année. Vous ne dissimulez nullement que vous chérissez les grands hommes. «Parler des grands hommes, dites-vous, c est toujours parler de la nation.» La vie, dans ses aspects les plus quotidiens, nous force à définir notre origine. Les questionnaires que nous remplissons sans

13 cesse portent souvent cette interrogation : nationalité? Et nous répondons : Français. En ce qui vous concerne, vous devriez écrire : profondément Français. À la France s attachent toutes les fibres de votre corps, toutes les vibrations de votre esprit. Vous lui avez consacré des livres entiers comme si la France méritait, elle aussi, une biographie : Fier d être français ; L âme de la France ; et même : L Amour de la France expliqué à mon fils. Faut-il voir dans cette passion un nationalisme exacerbé? Nullement. Ceux qui voudraient mettre en danger la démocratie vous font horreur. Il y a des pays que vous n aimerez jamais, d autres qui ont votre sympathie, parfois votre amitié, mais votre amour unique, c est la France. À ceux qui vous comprennent mal, vous avez répondu : «Il faut bien que quelqu un monte sur le ring et dise : "Je suis fier d être français!"» Vous y êtes monté. L un de mes amis aimait la France au point d estimer que ses frontières étaient providentielles. Il n en démordait pas et, si je tentais de le détromper, il se fâchait. Grand réalisateur de télévision, cet ami s appelait Stellio Lorenzi. Il était fils d un immigré chassé d Italie par le fascisme. À une époque où le débat sur l immigration prend la place que nous savons, faudrait-il admettre que ce phénomène, dans certains cas, soit à l origine d un amour plus absolu que les autres? Tant de succès ont fait de vous le familier des plateaux de télévision. Bernard Pivot reconnaît aujourd hui que vous détenez, à égalité avec notre confrère Jean d Ormesson, le record de participation à ses émissions. C est sur le plateau d Apostrophes que, vers la fin des années 1970, vous avez croisé François Mitterrand. Faut-il situer ici le début d une carrière politique? En 1981, le même Mitterrand est élu président de la République. Les socialistes niçois cherchent un candidat qui puisse, de son piédestal, faire tomber Jacques Médecin, député-maire depuis des décennies. À Nice, La Baie des Anges a quasiment fait de vous

14 un demi-dieu. Vous seul pouvez chasser le despote. On entreprend votre siège, vous répondez en vous inscrivant au parti socialiste. À Nice, votre campagne est restée dans les mémoires. Jean-Pierre Chevènement vous écoute et vous reconnaît comme «l un je le cite des plus remarquables orateurs de notre époque : du coffre, dit-il, de l inspiration, de la culture». Vous n écrivez jamais vos discours à l exception, bien sûr, de celui que nous venons d entendre et vous avouez : «Parler, faire un vrai discours, prendre une salle, la maîtriser, faire en sorte que pas une tête bouge, c est un plus grand plaisir que d écrire, parce qu on y ajoute le plaisir physique.» Aisément, vous êtes élu député des Alpes-Maritimes. Vos fidèles ont attendu la suite. Elle est venue moins de deux ans plus tard. François Mitterrand, remarquable expert en relations publiques, vous appelle à rejoindre le gouvernement de Pierre Mauroy en tant que secrétaire d État et porte-parole. Vous choisissez pour directeur de cabinet un certain François Hollande. Ainsi découvrez-vous, autrement que par les livres, les pièges internes du pouvoir. Il n est jamais mauvais pour un historien de les étudier de l intérieur. Vous avez fait rapidement le tour de ces dédales. Vos responsabilités ministérielles vous empêchaient d écrire : vous n avez pu longtemps le supporter. En 1984, vous quittez le gouvernement. Vous acceptez néanmoins un mandat de député européen que vous exercerez pendant dix ans. Qui l a rappelé quand vous avez fait campagne pour le non à l Europe? Entre-temps, vous quittez le parti socialiste pour fonder, avec M. Chevènement, le Mouvement des citoyens, dont vous devenez même, en 1992, le président. Toujours député européen, vous voici souverainiste. En 2005, vous voterez non au référendum sur la Constitution européenne. Ce non de votre part et le oui de la mienne entraînera entre nous un léger froid, le seul et fort court, qui n a en rien nui à notre amitié. Deux ans plus tard, la télévision vous montrera, à la Cascade du bois de Boulogne, auprès de l actuel président de la République à peine élu. Dans un très beau discours, vous célébrerez les trente-cinq jeunes résistants qui, le 16 août 1944, ont été fusillés là.

15 Je ne trouve pas négligeables trois lignes au verso de la couverture de votre dernier livre, ce Louis XIV publié à l automne dernier : «Max Gallo n exerce plus de fonction politique depuis plusieurs années et se consacre tout entier à l écriture.» Seules les personnes éloignées du monde littéraire attribueront cette phrase à l éditeur. L un de nos confrères n avait pas voté pour vous. Quelque temps après votre élection, il a confié être finalement satisfait que vous nous ayez rejoints. La raison qu il a fournie n est étrange qu au premier abord : L élection de Gallo a enrichi la conversation nationale. Explication de texte : les médias ont abondamment commenté cette élection et ont insisté souvent sur votre évolution politique. La franchise étant l un des traits de votre caractère, vous n avez pas songé à la dissimuler. Nous nous sommes vus, quant à nous, entraînés dans les débats, plus souriants que déplaisants, qui en ont découlé. En suivant à la trace votre parcours, je me suis convaincu quant à moi que cette évolution n a rien contenu, jamais, que l on pût qualifier de politicien. J avais lu et relu Jean-François Revel et m étais émerveillé de son intelligence. Je dois à l Académie de l avoir rencontré et d avoir mieux discerné sa finesse et disons le mot son charme. Au fait, n a-t-il pas évolué, lui aussi? D abord rédacteur des pages littéraires à France-Observateur, publication fortement ancrée à gauche, il achève sa carrière de journaliste à l hebdomadaire Le Point qui, sans être à la droite de la droite, est loin d être à gauche. Clemenceau, d abord blanquiste, n a-t-il pas, en tant que président du Conseil, brisé des grèves et, plus tard, en proclamant superbement : Je fais la guerre, ne l a-t-il pas gagnée? Adolescent, Victor Hugo ne jurait que par le roi et, jeune poète, mettait en vers le sacre de Charles X. N a-til pas fini idolâtré par toutes les gauches dont il était devenu le chantre? L évolution des idées politiques n est-elle pas avant tout un

16 signe de liberté d esprit? Êtes-vous pour autant une personnalité parisienne? Ce n est pas votre genre. On ne peut pas mener à bien une œuvre comme la vôtre et dîner tous les soirs en ville. Vous êtes marié, vous avez eu deux enfants, Anne et David. Notre vote vous avait fait nôtre depuis trois jours lorsque, vous rencontrant, je vous ai trouvé radieux. Je me suis dit : «La joie de l élection perdure.» Alors, vous vous êtes écrié : «Mon fils vient d obtenir l agrégation d histoire.» Tel père, tel fils. Dans les années 1970 ou 1980, vous convenez que, voyant dépérir les vieilles religions et, plus particulièrement, la catholique, vos doutes ont pris le dessus : pouvait-on leur concevoir un avenir? Vous souhaitiez avec bien d autres «que la religion fût ensevelie sous ses compromissions avec les pouvoirs». Quand quelqu un citait devant vous la prophétie de Malraux qu il n a jamais prononcée d ailleurs selon laquelle le XXI e siècle serait religieux ou ne le serait pas, vous vous moquiez. Or vous avez traversé une tragédie familiale. Votre fille aînée, Anne, s est donné la mort. Elle avait seize ans. Il n est pas de jour vous me l avez confié sans que cette brûlure vous déchire. Anne n était pas sortie intacte de mai Elle se cherchait, s égarait. À l annonce de cette mort, vous vous êtes précipité dans l église Saint- Sulpice, la plus proche de chez vous, vous avez récité les prières de votre enfance que vous aviez crues oubliées. «Elles me revenaient en mémoire, dites-vous, comme les seules paroles capables non pas d atténuer la douleur mais de me faire accepter ce qui m apparaissait inconcevable.» Une pensée de saint Augustin a plus tard ouvert la voie à une évolution de plus. Vous aviez souhaité l inscrire en épigraphe de l un de vos livres, avant d y renoncer. Cette pensée, la voici : «La terre porte les humains comme des feuilles. Elle est pleine d hommes qui se succèdent. Les uns poussent tandis que d autres meurent. Cet

17 arbre-là non plus ne dépouille jamais son vert manteau. Regarde dessous, tu marches sur un tapis de feuilles mortes.» Lors de la cérémonie du baptême du fils d un ami cher, vous n avez manqué aucun des gestes de l officiant. Quand il vous a vu, presque seul, rester dans la nef, cet officiant, le père V l initiale suffit, est venu s asseoir auprès de vous. Vous avez parlé tous deux jusqu à la nuit. «Ce ne fut pas une confession», dites-vous aujourd hui. Le père V avait lu vos derniers livres et y avait repéré des phrases et même, disait-il, «des vides entre les mots». Selon lui, il était temps que vous renouiez les fils. Il s est levé. Vous vous êtes levé. Vous êtes sortis tous deux de l église. Vous vous êtes arrêtés au haut des marches. Le père V s est une dernière fois tourné vers vous : N oubliez pas. Saint Bernard a dit : «Ce n est pas dans la connaissance qu est le fruit, c est dans l art de le saisir.» Quelques jours plus tard, vous avez commencé à écrire votre suite sur les chrétiens. Pour vous avoir connu depuis longtemps, Monsieur, je suis en droit d affirmer à mes confrères que vous êtes le plus tolérant des hommes. C est à ce titre aussi que je salue votre venue parmi nous. Nous sommes ici une compagnie qui, se nourrissant de ses dissemblances, ne peut vivre qu en liberté. Alors, vive la liberté, Monsieur!

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

N 1 1 er trimestre 2011

N 1 1 er trimestre 2011 SUPPORT DU DÉBAT L article du débat «En 2013, ton emploi du temps risque de changer!» En 2013, ta semaine d école passera peut-être de quatre jours à quatre jours et demi, et tes vacances d été seront

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre «Ile Maurice, 500 cartes postales anciennes» d André de Kervern et d Yvan Martial le vendredi 7 décembre 2012 à 17h00 Blue Penny

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Comment mieux formuler votre déclaration, pour votre interview «RSD» (Refugee Status Declaration Détermination de Statut de Réfugié) auprès de l UNHCR, en vue

Plus en détail

CULTE DOMINICAL 3 AVEC BAPTEME D ENFANT SANS CELEBRATION DE LA CENE

CULTE DOMINICAL 3 AVEC BAPTEME D ENFANT SANS CELEBRATION DE LA CENE CULTE DOMINICAL 3 AVEC BAPTEME D ENFANT SANS CELEBRATION DE LA CENE CE CULTE EST CONSTRUIT AUTOUR D UN BAPTEME D ENFANT. L ORDRE LITURGIQUE A ETE LEGEREMENT MODIFIE. ATTENTION A LA PLACE DES SPONTANES.

Plus en détail

Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi

Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi NOUVEAUTÉ Entretien Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi Younil, L œil du chacal. Alger : Éditions Barzakh, 2000. Nous avons rencontré à Alger, où elle est née en 1965, où elle est allée à l

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication LA BRÈVE HISTOIRE DE MA VIE La brève histoire de ma vie 4 Stephen Hawking LA BRÈVE HISTOIRE DE MA VIE Traduit de l anglais par Laurent Bury Flammarion Copyright 2013 by Stephen W. Hawking Tous droits réservés

Plus en détail

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit.

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit. Correspondance jusqu à la mort MARIA PHILIPPOU ========================= Mary : Mon cher John. J espère que tu vas bien. Je n ai pas reçu eu de tes nouvelles depuis un mois. Je m inquiète. Est-ce que tu

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 : en bref Thème : La vie en banlieue parisienne Après une mise en route sur le début du film, les apprenants découvriront l

Plus en détail

Pour te revoir. Zoé Sullivan. chapitre 20. image de couverture copyright Marin/Free digital photo.net

Pour te revoir. Zoé Sullivan. chapitre 20. image de couverture copyright Marin/Free digital photo.net Pour te revoir chapitre 20 Zoé Sullivan image de couverture copyright Marin/Free digital photo.net À lire très important Le simple fait de lire le présent livre vous donne le droit de l'offrir en cadeau

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

Passages de Paris 8 (2013) 13-19 UN ARTISTE AU PAYS DE L INTERCOMPRÉHENSION

Passages de Paris 8 (2013) 13-19 UN ARTISTE AU PAYS DE L INTERCOMPRÉHENSION Passages de Paris 8 (2013) 13-19 www.apebfr.org/passagesdeparis UN ARTISTE AU PAYS DE L INTERCOMPRÉHENSION Entretien avec Nino MONTALTO Nino Montalto est né en Sicile. Très jeune, il travaille dans un

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

LES 9 MEILLEURS TRUCS

LES 9 MEILLEURS TRUCS POUR APPRENDRE OU AMÉLIORER MON ANGLAIS DÈS MAINTENANT 6 RAISONS pour lesquelles je devrais parler anglais LA MÉTHODE Par Bob McDuff Le prof d anglais www.bobmcduff.com À PROPOS DE BOB MCDUFF - INTRODUCTION

Plus en détail

KHALED AL KHAMISSI. traduit de l arabe (Egypte) par Hussein Emara et Moïna Fauchier Delavigne

KHALED AL KHAMISSI. traduit de l arabe (Egypte) par Hussein Emara et Moïna Fauchier Delavigne KHALED AL KHAMISSI Taxi traduit de l arabe (Egypte) par Hussein Emara et Moïna Fauchier Delavigne 1 Mon Dieu! Quel âge pouvait avoir ce chauffeur de taxi? Et quel âge pouvait avoir sa voiture? Je n en

Plus en détail

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie Les Cahiers de la Franc-maçonnerie N O 25 : QU EST-CE QU UNE «PLANCHE», À QUOI SERT-ELLE, QU EXIGE-T-ELLE DE CELUI QUI LA PRÉSENTE? Par le «Collectif des cahiers» «La planche» : l angoisse! Un ami, brillant

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Ma première Lettre d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Table des matières (par ordre alphabétique des prénoms): Page 3 : Anonyme Page 4 : Anonyme Page 5 : Clara Page 6 : Anonyme

Plus en détail

MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987)

MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987) 1 MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987) 1) Le témoin : Le témoin se nomme Jacqueline Perquel (nom de jeune fille). Elle est née le 23 avril 1909 à Paris. Elle est issue d une famille juive d origine

Plus en détail

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976)

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La véritable histoire de la Belle au bois dormant (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La classe de 6 ème 1 du collège Paul Froment vous présente : La

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Lettre ouverte à mon homme

Lettre ouverte à mon homme L amour 6 DITES-MOI UN PEU Lettre ouverte Lettre ouverte à mon homme Dans dix-huit jours je serai mariée, tu seras mon époux. Pourtant, je ne t aime pas. J ai vingt-neuf ans, un physique agréable, un travail,

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail

CHRETIEN FACE A L ARGENT

CHRETIEN FACE A L ARGENT Vendredi 17 janvier 2003 Saint-Philippe du Roule CHRETIEN FACE A L ARGENT François VILLEROY de GALHAU Administrateur des Semaines Sociale de France François Villeroy de Galhau 1 a introduit sa conférence

Plus en détail

La gloire de mon père de Marcel Pagnol

La gloire de mon père de Marcel Pagnol Fiche Pédagogique La gloire de mon père de Marcel Pagnol Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif 2 Fiche élève. 3 4 Fiche professeur. 5 8 Transcription. 9 Sources. 10 1 Tableau descriptif Niveau

Plus en détail

Comment trouver ce que vous voulez dans la Bible?

Comment trouver ce que vous voulez dans la Bible? Leçon 3 Comment trouver ce que vous voulez dans la Bible? Nul ne pouvait trouver quoi que ce soit dans la cuisine de grand-mère. La boîte contenant de la farine portait l indication «sucre», et celle où

Plus en détail

23. Le discours rapporté au passé

23. Le discours rapporté au passé 23 23. Le discours rapporté au passé 23.1 LE DISCOURS INDIRECT On utilise le discours indirect pour transmettre : Les paroles de quelqu un qui n est pas là : Il me dit que tu pars. Les paroles de votre

Plus en détail

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU!

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU! INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. Un membre de l équipe doit réfléchir à une façon de résoudre le problème. Les autres membres de l équipe

Plus en détail

Moko, enfant du monde

Moko, enfant du monde Moko en Afrique, les monts de la Terre ronde Objectifs : Les animaux. Les parties du corps d un animal. Les chiffres jusqu à 4. Age : 4-6 ans Niveau : Débutants, A1 Moko en Afrique : Les monts de la Terre

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 1 HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 8décembre 2012 C est une joie de pouvoir célébrer la fête de l Immaculée Conception, particulièrement ici à l Ile Bouchard, en ce 8 décembre. Cette fête

Plus en détail

«Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde

«Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde «Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde Nous sommes tous en quête de bonheur et de plénitude et souvent profondément insatisfaits de notre

Plus en détail

«PETRUS LA GLOIRE DU PHOTOGRAPHE»

«PETRUS LA GLOIRE DU PHOTOGRAPHE» DEDICACE «PETRUS LA GLOIRE DU PHOTOGRAPHE» D HENRIETTE DAGRI-DIABATE ALLOCUTION LE 21 OCTOBRE 2009 Je voudrais dire ma fierté, mon émotion et ma très grande surprise de voir rassemblé cette après-midi

Plus en détail

TEST DIAGNOSTYCZNY Z JĘZYKA FRANCUSKIEGO

TEST DIAGNOSTYCZNY Z JĘZYKA FRANCUSKIEGO TEST DIAGNOSTYCZNY Z JĘZYKA FRANCUSKIEGO Wybierz jedną prawidłową odpowiedź a, b, c lub d (50 punktów) 1. Comment tu.., Luc ou Lucas? a) s appelle b) t appelles c) appelles d) m appelle 2. Tu... combien

Plus en détail

Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle

Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle Fiches pédagogiques 2 e cycle Contenu de la trousse pédagogique 2 e cycle Fiche A* Animation du livre Fiche 2.1 Compréhension de texte Fiche 2.1 CORRIGÉ Fiche 2.2 Fiche «Éthique et culture religieuse»

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana. Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers

Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana. Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers Bachir-Ahmed AHMED Bonjour, je vais vous relater ce que moi j appel : «le

Plus en détail

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LA MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LE PARCOURS GAVROCHE PRÉSENTE 1 LE SAVAIS-TU? Victor Hugo est né au premier étage de cette maison le 26 février 1802. Tu connais peut-être ce grand écrivain par ses romans

Plus en détail

Vincere, Italie 2009 1h59 - Couleur

Vincere, Italie 2009 1h59 - Couleur Rétrospective Le Secret Vincere, de Marco Bellochio Italie 2009 1h59 - Couleur Fiche pédagogique réalisée par Sébastien Farouelle Scénario : Marco Bellocchio, Daniela Ceselli Image : Daniele Ciprì Montage

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

EMERVEILLE. Psaume 19

EMERVEILLE. Psaume 19 EMERVEILLE Psaume 19 Cédric Chanson La Colline, le 12 juillet 2015 Soli Deo Gloria 1. S émerveiller, remercier, partager (Faire passer et déguster des morceaux de melon) Comment vous trouvez ce melon?

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Sommaire DITES-MOI UN PEU

Sommaire DITES-MOI UN PEU 168 Sommaire L amour....................................page 5 Les superstitions...............................page 13 La gastronomie...............................page 23 L argent....................................page

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Dessins : Nicolas J. 1

Dessins : Nicolas J. 1 Dessins : Nicolas J. 1 Dans ce numéro «Il était une fois dans le Bâtiment...», nous vous proposons des interviews et articles, notamment sur Mme Crozon, une chef d'entreprise spécialisée dans la construction

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Un aventurier de Dieu

Un aventurier de Dieu Un aventurier de Dieu Augustin Schoeffler 22 novembre 1822 à Mittelbronn 1 er mai 1851 à Son-Tay Arbre généalogique d Augustin Schoeffler Côté paternel Jean Schoeffler né en1746 à Phalsbourg Charpentier

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

Nur. Arnaud Rykner. Couverture : Frank Secka Photo : Emmanuelle Barbaras/editingserver.com

Nur. Arnaud Rykner. Couverture : Frank Secka Photo : Emmanuelle Barbaras/editingserver.com Arnaud Rykner Nur Couverture : Frank Secka Photo : Emmanuelle Barbaras/editingserver.com Éditions du Rouergue, 2007 Parc Saint-Joseph BP 3522 12035 Rodez cedex 9 Tél. : 0565777370 Fax : 0565777371 info@lerouergue.com

Plus en détail

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder La Longévité réussie En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder le 03.10.2007. L ami Milan L ami Milan, L ami béni, L ami de mille ans.

Plus en détail

Ma solution de la 560 (MrMagoo)

Ma solution de la 560 (MrMagoo) Ma solution de la 560 (MrMagoo) Je ne donne ci-dessous que l essentiel de ma solution, parce qu il y a des éléments annexes que je ne tiens pas à révéler. En plus, je veux essayer de faire court, pour

Plus en détail

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel Le don de l inconnu Par Chantal Pinel Chapitre 1 La décision Ça fait quelque temps que je pense à être agent pour le gouvernement, mais j hésite, je réfléchis depuis six mois. J ai 21ans et il faut que

Plus en détail

Projet «Création littéraire»

Projet «Création littéraire» Projet «Création littéraire» Ce projet vise principalement à développer les compétences écrites des élèves et à stimuler chez eux la création littéraire. Il est destiné à un public adolescent francophone

Plus en détail

Déroulement de l activité

Déroulement de l activité Enseignement des habiletés sociales au primaire Groupe 4 : Solutions de rechange à l agression Habileté 42 : Accepter des conséquences Chantal Thivierge Fiche de planification Habileté sociale : ACCEPTER

Plus en détail

Discours du Colonel Eric FAURE, Président de la FNSPF

Discours du Colonel Eric FAURE, Président de la FNSPF Discours du Colonel Eric FAURE, Président de la FNSPF Remise d insignes de Chevalier dans l Ordre National du Mérite - Capitaine Hubert DEGREMONT - GUEUX (51) jeudi 7 mai 2015 (prononcé) Monsieur le Député,

Plus en détail

Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1

Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1 Objectifs ACTIVITÉ D ÉDUCATION CHRÉTIENNE Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1 Après cette activité, le jeune sera capable de : Raconter

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable La magie des mots Bienvenue Un poème Merci à tous Les mots Etre une chanson Juste un petit mot L aigle et le vermisseau La prière de la dent L oiseau Une note de musique L amour Ma naissance Fleur d amour

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

cœur ; les objets que je distingue mal dans l ombre du soir me donnent une envie folle de me sauver. J ai peur la nuit, enfin.

cœur ; les objets que je distingue mal dans l ombre du soir me donnent une envie folle de me sauver. J ai peur la nuit, enfin. Réécriture Réécriture Réécriture La nouvelle fantastique Au XIX ème siècle, un genre nouveau naît et se développe : la nouvelle fantastique. La nouvelle est un récit bref, présentant des personnages peu

Plus en détail

Le loup qui voyageait dans le temps

Le loup qui voyageait dans le temps Ce jour-là, Loup farfouillait dans son grenier. Il y trouvait toujours des choses extraordinaires. Comme ce vieux livre avec sa couverture dorée. Loup s empara du livre et lut le résumé : «Cher lecteur,

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

Difficultés d écoute et de communication

Difficultés d écoute et de communication 1 CHAPITRE 1 Difficultés d écoute et de communication Dans le monde entier il y a beaucoup d enfants qui sont soit sourds soit incapables d entendre très bien. Les parents peuvent ne pas savoir ce qui

Plus en détail

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans Gavin COCKS, fondateur de l Association GASP/Afrique du Sud («des jeux auxquels les enfants ne devraient pas jouer»). Actions de prévention en Afrique du Sud. Bonjour à tous et merci beaucoup à Françoise

Plus en détail

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00.

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé présente des actions passées, ponctuelles, et d une durée délimitée dans le passé. Formation : avoir ou être (au

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok)

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok) La mort est comme une chandelle qui s éteint lorsque le soleil se lève CHSLD (villa Pabok) Nous attirons plus particulièrement votre attention sur les besoins du résidant à ses derniers moments de vie

Plus en détail

Les voyages de Balthazar

Les voyages de Balthazar Le caméléon Objectifs : Nommer et décrire des animaux. Utiliser «pourquoi» et «parce que». Age : 6-8 ans Niveau : A1 Avant la vidéo lancement Salutations - Se saluer. - Faire un jeu de mime avec le nom

Plus en détail

PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU

PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU 1. Généalogie des Pithou 2. Notices biographiques (Dossier réalisé par le service éducatif de la MGT)! 1 1. Généalogie des Pithou Marguerite Bazin = première épouse Pierre

Plus en détail

Pourquoi le Chien. chasse le Chat

Pourquoi le Chien. chasse le Chat Pourquoi le Chien chasse le Chat 1 Pourquoi le Chien chasse le Chat Par Liz Hutchison À Madame Yannick Post, mon premier professeur de français. Ce livre est un don à l organisme non gouvernemental Seeds

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL Répondez aux questions suivantes : 1. Où habitez-vous? 2. Quand êtes-vous arrivé à Paris? 3. Quelle est votre profession? Complétez les phrases : 1. Je ne (être) pas français. 2. Je (parler) un peu le

Plus en détail

En famille, comment choisir?

En famille, comment choisir? FICHE ANIMATEUR n P3 1 Avec des PARENTS En famille, comment choisir? Une proposition à vivre avec des parents (possibilité de pause-café, dessert ) Comment faire pour choisir? Les choix sont inévitables

Plus en détail

Les Griffes sous le gant suivi de Malcolm III, lion d Écosse

Les Griffes sous le gant suivi de Malcolm III, lion d Écosse Julien Bouchard-Madrelle Les Griffes sous le gant suivi de Malcolm III, lion d Écosse Nouveaux spectacles dans un fauteuil Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

L engagée. Frison-Roche. Marie-Anne. Propos reccueillis par Aurélien Valeri et Charles Bonnaire Photographies par Léa Bouquet

L engagée. Frison-Roche. Marie-Anne. Propos reccueillis par Aurélien Valeri et Charles Bonnaire Photographies par Léa Bouquet Marie-Anne Frison-Roche L engagée. Mercredi 29 octobre, avant une session extraordinaire des Grandes Questions du Droit, Marie-Anne Frison-Roche a accordé un entretien de près d un quart d heure au Parvenu,

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 1 Portraits Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction Marjolaine

Plus en détail

Le Dialogue en solitude

Le Dialogue en solitude Bismillah Al-Rahman Al-Rahim Le Dialogue en solitude Mohammad Reza Zaeri C est Moi, qui t a créé, Je connais tout ce qui se passe dans ton for intérieur ; Je connais tes secrets et Je ne les révèlerai

Plus en détail

BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS ACADÉMIE DE STRASBOURG COLLÈGE FRANÇOIS TRUFFAUT CLASSE DE 3 e Entreprise BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS TEXTE D ÉTUDE Alex, un adolescent sans histoire,

Plus en détail

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3 SOMMAIRE : Titre Usage Livret Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3 Dieu nous accueille Entrée Page 3 Nous sommes le corps du Christ Entrée Page 4 Si le Père vous appelle Entrée Page 4 Je

Plus en détail

Amina : Je suis vraiment fatiguée Sara. Sara : Moi aussi, Amina. Il nous faut marcher plus loin à chaque fois.

Amina : Je suis vraiment fatiguée Sara. Sara : Moi aussi, Amina. Il nous faut marcher plus loin à chaque fois. SCÈNE UN Dans un petit village rural d Afrique, sous la chaleur écrasante de la mi-journée. Les femmes et les fillettes ramassent le bois nécessaires pour cuisiner. Sara et son amie Amina, deux écolières,

Plus en détail

Mot d ouverture du président du comité d orientation du congrès 2014 de la Fédération des cégeps Monsieur Hervé Pilon

Mot d ouverture du président du comité d orientation du congrès 2014 de la Fédération des cégeps Monsieur Hervé Pilon Montréal, le 22 octobre 2014 à 10h15 Mot d ouverture du président du comité d orientation du congrès 2014 de la Fédération des cégeps Monsieur Hervé Pilon No. Texte Illustration 1-2 Les voyages! La découverte,

Plus en détail