TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS... 4 LISTE DES ABREVIATIONS... 6 INTRODUCTION... 7

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS... 4 LISTE DES ABREVIATIONS... 6 INTRODUCTION... 7"

Transcription

1 1

2 TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS... 4 LISTE DES ABREVIATIONS... 6 INTRODUCTION... 7 A qui est destine ce manuel?... 8 Quels sont les résultats attendus?... 8 Quelle est l approche?... 8 Comment est structure ce manuel?... 9 MODULE 1 GENRE ET DEVELOPPEMENT: HISTORIQUE, CONCEPTS ET METHODES PRESENTATION OBJECTIFS GENERAUX CONTENU SESSION 1 : HISTORIQUE DE L APPROCHE GENRE SOUS-SESSION 1 : DU FÉMINISME AU GENRE SOUS-SESSION 2 : SEXE ET GENRE SOUS-SESSION 3 : RAPPORTS DE POUVOIR ET RELATIONS SOCIALES SESSION 2 : CONCEPTS CLES ET METHODE D ANALYSE EN GENRE ET DEVELOPPEMENT. 27 SOUS-SESSION 4 : CONCEPTS DE BASE SOUS-SESSION 5 : ANALYSE DE GENRE MODULE 2 PROBLEMATIQUE DES VULNERABILITES LIEES AU GENRE ET VIH/SIDA PRESENTATION OBJECTIFS CONTENU SESSION 3 : IDENTIFICATION DES DIFFERENTS FACTEURS DE VULNERABILITE ET DE RISQUE SOUS-SESSION 6 CONCEPTS «VULNÉRABILITÉ» ET «RISQUE» SOUS-SESSION 7 : FACTEURS DE VULNÉRABILITÉ SESSION 4: VULNERABILITE DES POPULATIONS CLE LES PLUS A RISQUES SOUS-SESSION 8 : POPULATIONS CLES SOUS-SESSION 9 : STIGMATISATION ET DISCRIMINATION ENVERS LES POPULATIONS CLES.. 56 SOUS-SESSION 10 : IDENTIFICATION DES FACTEURS DE VULNÉRABILITÉ LIÉS AU GENRE A L AIDE DU CADRAN DE WILBER MODULE 3 QUELLES STRATEGIES POUR L EFFECTIVITE DU GENRE DANS LA RIPOSTE AU VIH/SIDA PRESENTATION OBJECTIFS CONTENU SESSION 5: L ANALYSE DES STRATEGIES EN COURS SOUS-SESSION 11 : ANALYSE GENRE DES STRATÉGIES EN COURS

3 SESSION 6 : LE GENRE DANS LA PREVENTION SOUS-SESSION 12 : INTÉGRER LE GENRE DANS LES ACTIVITÉS IEC/CCC SOUS-SESSION 13 : INTÉGRER LE GENRE DANS LA PRISE EN CHARGE DES IST, DANS LE CDV ET LA PTME SESSION 7 : LE GENRE DANS LA PRISE EN CHARGE DU VIH/SIDA SOUS-SESSION 14 : INTÉGRATION DU GENRE DANS LES STRUCTURES SANITAIRES DE PRISE EN CHARGE SOUS-SESSION 15 : GENRE ET ACCOMPAGNEMENT/SOUTIEN EN MILIEU COMMUNAUTAIRE. 80 SESSION 8: ENVIRONNEMENT FAVORABLE AU RESPECT DES DROITS HUMAINS SOUS-SESSION 16 : GENRE ET VIH/SIDA: UNE APPROCHE PAR LES DROITS HUMAINS SOUS-SESSION 17 : LA PROTECTION PAR LA LÉGISLATION INTERNE SOUS-SESSION 18 : QUELLES ACTIONS POUR AMÉLIORER L ENVIRONNEMENT FAVORABLE? REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

4 REMERCIEMENTS Ce manuel de formation est un outil d envergure nationale destiné à renforcer les capacités des acteurs des secteurs public, privé et communautaire engagés dans la lutte contre le Sida au Sénégal. Il s agit d un outil de référence visant à ancrer la sensibilité de genre et sa prise en compte lors de la définition, de la mise en œuvre et de l évaluation de stratégies d intervention qui prennent en charge les besoins différenciés des hommes, des femmes, des garçons et des filles dans la prévention et la prise en charge du VIH et du Sida. Il offre une orientation aux acteurs dans la mesure où il guide les intervenants dans l intégration du genre dans le processus de conception, de mise en œuvre et d évaluation des activités des projets et programmes. Ce manuel de formation a été réalisé sous la coordination du comité genre du CNLS avec l appui de la composante VIH/TB du Programme Santé de l USAID, en partenariat avec FHI 360/ANCS, le Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme, dans un souci de complémentarité pour une gestion efficiente et concertée et d optimisation des ressources. Nous adressons nos vifs remerciements aux consultantes Dr Rosalie A DIOP et Mme Oumy Caltome SARR chargées de la rédaction de ce manuel de formation. Ces remerciements vont aussi à l endroit des équipes techniques de FHI 360 et de l ANCS qui n ont épargné aucune peine pour l élaboration de cet outil combien important, pour induire les transformations mentales et socioculturelles, socle d un développement social durable et harmonieux. Nous réservons une mention spéciale au comité de relecture qui a minutieusement passé en revue les pages de ce document pour lui apporter la plus grande harmonie et cohérence, qui en fera un outil pertinent et original pour contribuer à l amélioration des rapports de genre dans la riposte au VIH et Sida au Sénégal. 4

5 Nos remerciements vont à toutes les personnes qui ont participé à l élaboration et à la validation de ce manuel : Mme Gabrielle COLL, SE/CNLS Dr Fatou Nar DIOUF, SE/CNLS M. Ousseynou BADIO, ANCS M. Léon Michel NDIONE, ANCS M. Mame Mor FALL, ANCS Dr Papa Moussé NDIAYE, Global Fund Dr Ndèye Seune NIANG, FHI360 Dr Maïmouna NDOYE, FHI360 Mme Marie Claire MUKASINAYOBYE, SWAA/Sénégal Mme Soukaye DIENG DIOP, consultante 5

6 LISTE DES ABREVIATIONS ANCS ARV CCC CDV CHU CNPS CPRS FVVIH HVVIH IEC ISARV IST MST MSM OMS ONG ONUSIDA PMI PNMLS PNUD PVVIH SIDA SSR SMNI TARV UNICEF USAID TB VIH : Alliance Nationale de lutte Contre le VIH/SIDA : Antirétroviraux : Communication pour le changement de comportement : Conseil et dépistage volontaire : Centre Hospitalier Universitaire : Comité National Pluridisciplinaire de Prévention du SIDA : Centre de Promotion et de Réinsertion Sociale : Femme vivant avec le VIH : Homme vivant avec le VIH : Information Éducation Communication : Initiative Sénégalaise d Aide à l Accès aux Antirétroviraux : Infections Sexuellement Transmissibles : Maladies Sexuellement Transmises : Hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes : Organisation Mondiale de la Santé : Organisation Non Gouvernementale : Organisation des Nations Unies de Lutte contre le VIH/SIDA : Protection Maternelle Infantile : Programme National Multisectoriel de Lutte contre le Sida : Programme des Nations Unies pour le Développement : Personne Vivant avec le VIH : Syndrome de l Immuno Déficience Acquise : Santé sexuelle et reproductive : Santé maternelle, néonatale et infantile : Traitement antirétroviral : Fonds des Nations Unies pour l Enfance : US Agency for International Development : Tuberculose : Virus de l Immuno Déficience Humaine 6

7 INTRODUCTION A l instar de la communauté internationale, le Sénégal s est engagé dans une quête permanente visant à jeter les bases de l éradication définitive de l épidémie du sida. Des progrès importants ont été effectués quant à la réduction du nombre de nouvelles infections à VIH chez les adultes et les enfants, au nombre de décès liés au sida ainsi qu à la mise en œuvre de cadres politiques à fort impact favorisant des avancées rapides. Le Sénégal s est également engagé en faveur de la Déclaration politique des Nations Unies sur le VIH/sida de 2011, à savoir : «intensifier les efforts en vue d éliminer le VIH/sida et prendre des mesures spécifiques afin d atteindre d ici 2015 les dix objectifs qui 1 ont été fixés. (1)» En adhérant aux objectifs fixés dans la Déclaration politique de 2011, le Sénégal entend assurer le suivi des progrès et des défis qui jalonnent la riposte nationale au sida, et à en faire une large diffusion. Depuis lors, des progrès importants ont été notés. Afin de préserver durablement les acquis du Sénégal, les orientations stratégiques pour la prévention et la prise en charge adéquate des personnes infectées devront être définies à partir d une bonne identification des facteurs de risque et de vulnérabilité au niveau de certains groupes cibles et localités géographiques, en intégrant des interventions spécifiques visant à réduire la stigmatisation et la discrimination liées à l infection à VIH. En conséquence, il est impératif de poursuivre résolument les efforts déjà entrepris si le Sénégal veut atteindre la plupart de ces objectifs d ici S inspirant de la Déclaration politique de 2011, l ONUSIDA a formulé 10 objectifs spécifiques visant à guider l action collective. 1. Réduire de 50 % le taux de transmission du VIH par voie sexuelle. 2. Réduire de 50 % le taux de transmission du VIH parmi les utilisateurs de drogues injectables. 3. Enrayer les nouvelles infections par le VIH chez les enfants, et réduire sensiblement le nombre de décès maternels liés au sida. 4. Assurer un traitement antirétroviral à 15 millions de personnes. 5. Réduire de 50 % le nombre de décès dus à la tuberculose parmi les personnes vivant avec le VIH. 6. Réduire le déficit mondial de moyens de lutte contre le sida et parvenir à un investissement moyen annuel de 22 à 24 milliards de dollars US dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire. 7. Éliminer les inégalités fondées sur le sexe ainsi que la maltraitance et la violence sexistes et renforcer la capacité des femmes et des adolescentes à se protéger du VIH. 8. Éliminer la stigmatisation et la discrimination contre les personnes vivant avec le VIH et touchées par lui à travers la promotion des lois et des mesures qui assurent la pleine réalisation de tous les droits de l homme et libertés fondamentales. 9. Éliminer les restrictions qui touchent les personnes vivant avec le VIH en matière d'entrée, de séjour et de résidence dans un pays. 10. Éliminer les circuits parallèles de soins en matière de VIH pour intégrer davantage la riposte au sida dans les efforts mondiaux de santé et de développement. 7

8 A qui est destine ce manuel? Ce Manuel est destiné à la formation en genre et VIH des formateurs/trices des organisations impliquées dans la riposte. Il représente l ouvrage de référence lors de cette formation et doit servir de bréviaire aux formateurs/trices dans l exécution de leurs activités. Quels sont les résultats attendus? A l issue de cette formation les participants/tes devront être capables d intégrer la dimension genre dans leurs activités de lutte contre le VIH/Sida et de santé de la reproduction pendant la conception, l analyse, l application, le suivi et l évaluation. Quelle est l approche? Les approches andragogiques sont utilisées et reposent sur des méthodes actives. Ainsi, l approche participative est privilégiée. Elle part des expériences et connaissances des participants/tes et se fonde sur les principes de l'apprentissage expérientiel de l éducation des adultes. Le principe sous-jacent est qu une partie du contenu proviendra des participants/tes et que l'atelier servira de cadre dans lequel ces personnes pourront partager et mettre à profit leurs expériences. Des documents de différentes sources ont ainsi été analysés. Afin d aider à renforcer les habiletés d animation des participants/tes, il leur est demandé de contribuer à la livraison de la formation en menant des sessions de réchauffement et des récapitulations, en animant des discussions pendant l'atelier, en préparant les notes sur grandes feuilles mobiles et en participant au briefing /débriefing quotidien des facilitateurs, facilitatrices, etc. 8

9 Comment est structure ce manuel? Ce manuel est composé de trois modules subdivisés en 9 sessions. module 1 : genre et développement : historique, concept et méthodes d analyse ; module 2 : problématique des vulnérabilités liées au genre et VIH/Sida; module 3 : stratégies pour l effectivité du genre dans la riposte au VIH/Sida. Avant chaque module, un aperçu est donné afin de fixer les objectifs d'apprentissage. Pour chaque module, ce manuel fournit le déroulement des sessions, sous sessions et exercices de même que les ressources nécessaires pour les réaliser. Chaque sous session se termine par un récapitulatif sous forme d encadrés sur les points importants à retenir. À la fin de chaque module, une évaluation formative est effectuée en utilisant le questionnaire d'évaluation élaboré en fin de session : il est demandé aux participants /tes de faire un compte rendu sur ce qu ils/ elles ont appris ou réalisé. À la fin de chaque journée, un débriefing est organisé sur le contenu, le processus de formation et la dynamique de groupe mais également, la planification et la logistique du jour suivant. 9

10 MODULE 1 GENRE ET DEVELOPPEMENT: HISTORIQUE, CONCEPTS ET METHODES 10

11 PRESENTATION Le Module 1 présente le concept genre, son évolution, ses approches, les enjeux et défis qu il pose. Il aborde également toutes les questions liées au genre ainsi que ses méthodes d analyse. Pourquoi le concept genre? Les rapports sociaux entre hommes et femmes sont à la base de l organisation des sociétés humaines. Contrairement aux différences biologiques, qui sont innées, la répartition des rôles, des fonctions, des pouvoirs, etc. sont des constructions sociales, politiques, symboliques et culturelles. Les rôles socialement construits qui en découlent sont généralement basés sur des positionnements différenciés et inégalitaires. Transposé de l anglais «gender», le «genre», terme qui est maintenant largement utilisé par les acteurs et actrices francophones, les ONG et les institutions de recherche, se réfère à la prise en compte de ces rôles socialement construits. Alors il faut comprendre l approche genre comme à la fois : un concept sociologique analysant les rapports sociaux et leur caractère inégalitaire ; un objectif politique de mise en œuvre des droits fondamentaux ; une méthodologie proposant des outils pratiques pour agir plus efficacement. OBJECTIFS GENERAUX A la fin du module, les participants/tes doivent être capables de: faire la différence entre féminisme et genre ; expliquer le genre et les concepts clés y afférent; expliquer les enjeux de pouvoir et les relations sociales ; décrire les transformations de genre et les facteurs qui les déterminent ; identifier les contraintes de la promotion du statut de la femme et les facteurs qui en découlent ; 11

12 apprécier les principales mesures adoptées au plan national et international en vue de l équité et de l égalité entre les sexes. CONTENU Le module comporte deux sessions. SESSION 1 : HISTORIQUE DE L APPROCHE GENRE Sous session 1 : Sous session 2 : Sous session 3 : Du féminisme au genre Différence entre sexe et genre Rapports de pouvoirs et relations sociales SESSION 2 : CONCEPTS CLES ET MÉTHODES D ANALYSE EN GENRE Sous session 4 : Sous session 5 : Découverte des concepts Outil d analyse en matière de genre/le continuum d intégration du genre 12

13 SESSION 1 : HISTORIQUE DE L APPROCHE GENRE Cette session comprend trois sous sessions et des exercices. CODE INTITULE OBJECTIFS DEROULEMENT DUREE Sous session 1 Du féminisme au genre Amener les participants/tes à faire le lien entre le féminisme et le genre Exercice 1 plénière / Brainstorming suivi de Synthèse / Présentation 1h00mn Sous session 2 Différence entre sexe et genre Amener les participants/tes à faire la différence entre sexe et genre ; Exercice 2 Présentation et identification des sexes de deux bébés et réponse aux questions posées 1h00mn Sous session 3 Rapports de pouvoirs et relations sociales Amener les participants/tes à expliquer les rapports de pouvoirs et relations sociales : Exercice 3 Travaux de groupe/suivi de synthèse 1h30mn 13

14 SOUS-SESSION 1 : DU FÉMINISME AU GENRE OBJECTIF A la fin de la session, les participants doivent être capables de faire le lien entre le féminisme et le genre EXERCICE 1: La genèse de l'approche genre DURÉE : 1h00 mn MATÉRIEL DIDACTIQUE : fiches, marqueurs, padex, scotchs, flip shart, vidéo projecteur DEROULEMENT: deux étapes constituent cet exercice Étape 1 : Brainstorming Qu est ce que le féminisme? Ses buts et sa philosophie? Comment le féminisme est- il perçu au Sénégal? Quel est votre point de vue sur le féminisme? Quel est le lien entre le féminisme et le genre? Étape 2 : Synthèse! Donner la définition du féminisme, son objectif et son évolution au Sénégal.! Montrer les différentes approches et leur évolution. 14

15 A RETENIR Attention genre n est pas féminisme. Qu est-ce que c est le féminisme? Il s'agit selon Toupin (1997), «d une prise de conscience d'abord individuelle, puis collective, suivie d'une révolte contre l'arrangement des rapports de sexe et la position subordonnée que les femmes y occupent dans une société donnée, à un moment donné de son histoire.» Le féminisme a connu trois vagues : La 1ère vague du féminisme (XVIIIe siècle) a comme actrices des associations féminines qui réclamaient le droit de participer à part entière aux différents domaines de la vie sociale et à la vie politique.l objectif principal de la 1 ère vague du féminisme était de réformer les institutions, de sorte que les hommes et les femmes deviennent égaux devant la loi : droit à l'éducation, droit au travail, droit à la maîtrise de leurs biens et droit de vote des femmes; La 2ème vague du féminisme (Fin années 60) étend les revendications et passe de la vie publique à la vie privée. C est le système patriarcal dans son ensemble qui est remis en question. Les protagonistes de la 2 ème vague du féminisme revendiquent le droit à la contraception, à l avortement, au partage des tâches domestiques, à l égalité dans le monde du travail etc; La 3ème vague du féminisme (Années 80) apporte comme innovation la prise en considération de la diversité au sein des groupes. L objectif poursuivi est de rendre plus visibles des femmes considérées comme doublement marginalisées (femmes «de couleurs», lesbiennes, prostituées, personnes handicapées ). Il est intéressant de voir que les préoccupations soulevées au niveau de chacune de ces vagues sont présentes dans les débats actuels sur les droits des femmes et dans la réflexion sur le genre de manière générale. Rappelons pour compléter, que le féminisme comme mouvement social est traversé par plusieurs courants de pensée (le courant néolibéral égalitaire, le féminisme de tradition marxiste et socialiste et le courant radical. Chaque courant a une façon de décrire et de se représenter la subordination des femmes dans la société. En tant que mouvement social, l objectif du féminisme est à la fois de transformer en profondeur les rapports sociaux de sexe qui sont oppressifs pour la femme et d instaurer l égalité des sexes (Dagenais, 1987). Chacun de ces courants a à sa façon, cherche à comprendre pourquoi et comment les femmes occupent une position subordonnée dans la société. Dans son sens moderne, le féminisme devient donc l emblème du droit des femmes, le porte-parole de l égalité (Riot-Sarcey, 2002 : 5). La discrimination est considérée comme résultant de la condition subordonnée des femmes dans la société, position historiquement et culturellement construite. Les mécanismes de cette subordination sont divers : l école, la famille, le travail, les sphères économiques, politiques et culturelles. Spécifiquement, le féminisme a pour objectifs : - la défense des intérêts des femmes dans la société ; - l amélioration et la prise en compte de leurs droits ; - la fin de l oppression et des discriminations dont les femmes sont victimes au quotidien ; - leur émancipation. 15

16 Qu en est il du féminisme au Sénégal? Comme mouvement idéologique, le féminisme selon (Aduayi Diop 2010} n a pas pu obtenir les résultats escomptés dans la plupart des pays africains dont le Sénégal. En effet, au Sénégal, le féminisme s est manifesté comme mouvement et cadre d analyse des rapports sociaux de sexe, mais est confronté à des barrières de plusieurs ordres. Sur le plan socioculturel, le mouvement des femmes, surtout dans sa forme radicale est très mal perçu par les populations et, paradoxalement, par les femmes qui l assimilent à une vision ethnocentrique cherchant, de surcroit, à imposer l idée que le patriarcat serait la cause de la subordination des femmes. Toutefois, sur le plan opérationnel, les recommandations, émises au niveau international, qui visaient une meilleure prise en charge des intérêts des femmes, se sont traduites par une innovation majeure dans les politiques avec l émergence d un mouvement féministe au Sénégal : Yewwu Yewwi/PLF» créé en 1984 et qui a beaucoup contribué à la prise de conscience de l égalité entre hommes et femmes. Cela a été un déclic et a favorisé l émergence aujourd hui de plusieurs organisations revendiquant la prise en compte du genre dans tous les secteurs. (Kane 2008) Qu est-ce que le genre? «Le terme genre ou «gender» est apparu pour la première fois en 1972, dans un ouvrage d Ann Oakley (Sex, Gender and society) qui proposait de l introduire comme outil d analyse pour permettre la distinction entre la dimension biologique (le sexe) et la dimension culturelle (le genre)» (I. Jacquet) Il faut reconnaître par ailleurs que c est seulement à la fin des années 80 que le concept de genre commença à connaître une utilisation courante dans les milieux du développement. Le Genre est le résultat de constructions politiques, sociales, psychologiques, culturelles et économiques. Il vise une transformation sociale des relations hommes/femmes dans nos sociétés à travers les activités de production, de reproduction, de recherche, de gestion de la vie civile. Plusieurs théoriciens du genre (Mathieu, 1971, Devereux, 1985 ; Scott, 1985 ; Young et al. 1988, Sow, 1993, 1996, Locoh, 1999) ont, dans leurs recherches, montré que l analyse du traitement différentiel ou de la discrimination systémique qui se base sur la dimension biologique posait d énormes problèmes. Dans la plupart des cas, le genre se structure dans les rapports de domination et de pouvoir. Ainsi, pour Scott (1988), le genre est un «élément constitutif de rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes» (p. 141), dans un contexte déterminé ; c est aussi une façon de signifier les rapports de pouvoir. Autrement dit, le genre devient une manière de qualifier les rapports de pouvoir. Celui-ci influe sur la capacité des autres. Dans ce cadre, le pouvoir incarne l autorité de droit ou de fait sur quelqu un. 16

17 Comme construction sociale, le genre apparaît dans les rôles et les statuts dévolus aux individus. Selon Fatou Sow 1996, l approche basée sur le genre est une interrogation sur les statuts et les rôles des femmes et des hommes dans la stratification sociale ; sur l impact des rapports sociaux de sexe ou de genre dans les situations qui concernent l individu ou le groupe ; et sur la manière dont les rôles et les statuts sociaux sont déterminés par l appartenance à un sexe donné. Aussi, la division sexuelle des activités détermine la participation masculine et féminine dans la société, répartit les places, les statuts et les rôles dans la famille et dans la collectivité, et définit les pouvoirs et les hiérarchies sociales entre les hommes et les femmes. Donc comprendre que les rapports sociaux entre hommes et femmes sont à la base de l organisation des sociétés humaines. Contrairement aux différences biologiques, qui sont innées, la répartition des rôles, des fonctions, des pouvoirs, résultent des constructions sociales, politiques, symboliques et culturelles. De l approche Genre à l approche Genre et Développement Le genre comme outil d analyse et de transformation, ne prend concrètement sens que dans son application dans le développement. Cette préoccupation a donné lieu à une réflexion très riche, qui constitue la genèse de l approche genre et développement. Définissons d abord cette approche Apparue dans les années 1980 elle «s appuie sur une perspective holistique, étudiant l ensemble de l organisation sociale et de la vie économique et politique afin de comprendre la formation des aspects particuliers de la société. L approche genre et développement ne s intéresse pas aux femmes en soi mais plutôt à la construction sociale des genres et à l attribution de rôles, de responsabilités, et d attentes spécifiques aux hommes et aux femmes» Young (1987). La genèse de cette approche renvoie à la succession de trois grandes approches relatives au genre : la première l intégration des femmes dans le développement (IFD) : les années 70 ; la deuxième les femmes et le développement (FED) : les années ; et la troisième l approche genre et développement (GED) : à la fin des années 80 et début

18 Tableau de synthèse INTEGRATION DES FEMMES AU DEVELOPPEMENT (IFD) FEMME ET DEVELOPPEMENT (FED) Le centre d intérêt GENRE ET DEVELOPPEMENT (GED) Les femmes Les femmes Les rapports hommes femmes Le problème L exclusion des femmes (qui représentent plus de la moitié des ressources potentielles de production) du processus de développement Un développement plus efficient, plus efficace Intégrer les femmes au processus de développement existant Les femmes ont toujours fait partie du développement mais elles ne sont soudainement apparues qu au début des années 70 Elles ont toujours joué un rôle économique au sein de leur société et que le travail à l intérieur comme à l extérieur du ménage est essentiellement tourné à la survie de la société L objectif L intégration des femmes dans le processus du développement La solution L intégration des femmes dans le processus existant du développement Les stratégies Les relations de pouvoir inégales (riches et pauvres, femmes et hommes) qui empêchent un développement équitable ainsi que la pleine participation des femmes. Un développement équitable et durable, où les femmes et les hommes prennent les décisions La transformation des relations et la redistribution des pouvoirs, donc l évolution du mode de développement 18

19 Projets pour femmes Volets femmes Projets intégrés Accroître la productivité des femmes Accroître le revenu des femmes Accroître la capacité des femmes d effectuer les tâches traditionnellement liées à leur rôle Montage de projets de femmes et de projets intégrés Augmentation de la productivité des femmes Augmentation du revenu des femmes Renforcement des compétences des femmes au sein du foyer Identification des besoins pratiques et des intérêts stratégiques formulés par les femmes et les hommes Mise en évidence des intérêts stratégiques des femmes Renforcement du pouvoir et de l autonomie des femmes (empowerment) Ces mouvements ont entrainé une amélioration sensible des conditions de vie des femmes grâce à l approche du genre, et surtout à la prise de conscience qu elle suppose. Les femmes ont aujourd hui acquis davantage de pouvoirs dans plusieurs domaines : familial, politique, économique et sanitaire. Aujourd hui beaucoup d acquis ont été notés tant sur le plan scientifique avec la création du laboratoire Genre par la sociologue Fatou Sarr Sow à l IIFAN Cheikh Anta Diop que sur la plan politique avec la prise de décisions importantes comme la loi sur la santé de la reproduction, la loi contre les mutilations génitales et la loi sur la parité etc. 19

20 SOUS-SESSION 2 : SEXE ET GENRE OBJECTIF Amener les participants /tes à faire la différence entre sexe et genre. EXERCICE 2 : La différence entre sexe et genre DURÉE : 1h30mn MATÉRIEL DIDACTIQUE : fiches, marqueurs, padex, scotchs, flip shart, vidéo projecteur DÉROULEMENT : cet exercice comporte trois étapes Étape 1 : Brainstorming/ou travaux de groupe 20

21 Présentation d une Photo de deux bébés, dans un panier sans distinction apparente de sexe. 1. Demander aux participants d identifier les sexes des deux bébés. 2. Demander aux participants de les nommer et de les habiller. 3. Quelles sont les transformations observées à partir de la puberté? 4. Mettre à la fin de la liste 5. Qui a décidé de ces faits? 6. Quels sont ceux que l on peut changer? 7. Pourquoi ne peut-on pas changer les autres? Quelques verbatim Classer ces verbatim en fonction du «sexe ou genre» Les femmes mettent au monde des enfants et pas les hommes; Les filles sont douces et timides les garçons sont durs et aventuriers; Les hommes ne font pas de menstrues (règles); Les femmes sont plus vulnérables au VIH que les hommes; Les femmes s occupent mieux des enfants que les hommes; 21

22 Les hommes sont moins bavards que les femmes; Aucun homme ne peut porter une grossesse; Les femmes font mieux la cuisine que les hommes; Les hommes fécondent les femmes; Pour un travail égal et à compétence égale, les femmes ouvrières sénégalaises gagnent moins que les hommes; Aucune femme ne peut éjaculer du sperme; Les femmes doivent rester à la maison pour les travaux domestiques; pendant que les hommes travaillent à l extérieur; Les femmes sont plus intelligentes que les hommes; Les femmes n ont pas besoin de faire des études très poussées. Étape 2: Synthèse 22

23 A RETENIR Différence entre sexe et genre Le «sexe» renvoie aux caractéristiques strictement biologiques qui distinguent les femmes et les hommes. Les différences sexuelles ont trait à la physiologie féminine ou masculine. Le «genre» renvoie donc plus directement à cet ensemble de règles implicites et explicites régissant les relations femmes/hommes et leur attribuant des travaux, des valeurs, des responsabilités et des obligations distinctes. Ces règles s appliquent à trois niveaux : le substrat culturel (normes et valeurs de la société), les institutions (famille, système éducatif et de l emploi,...) et les processus de socialisation, notamment au sein de la famille. Le sens que la société confère à la nature féminine ou masculine varie selon les cultures et évolue au fil du temps. Le genre devient alors l expression socioculturelle des caractéristiques et des rôles particuliers qui sont associés à certains groupes de personnes en fonction de leur sexe et de leur sexualité. SEXE GENRE Est inné et hérité Est biologique Est immuable? et désigne : -Les organes génitaux -Les chromosomes -Les conditions physiques (force, poids, taille) Permet d identifier les différences entre les femmes et les hommes Est acquis et appris Est évolutif et modifiable Est construit par la société et découle : - De la culture - Du processus d apprentissage - Des rôles assignés aux femmes et aux hommes dans une société donnée. Permet d identifier les différences entre les femmes et les hommes. Permet d identifier les relations entre les femmes et les hommes. Retenir aussi : Il y a peu de choses qu une femme puisse faire et qu un homme ne puisse pas faire Certains rôles sont naturellement dévolus aux femmes : accoucher allaiter De plus en plus, les autres rôles sont possibles pour les hommes et pour les femmes La localisation, le temps, influencent les relations hommes / femmes Les tabous sociaux nous obligent à adopter des comportements qui ne correspondent pas à ce que nous voulons vraiment. 23

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Les Jeunes, Acteurs du Développement

Les Jeunes, Acteurs du Développement Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Les Jeunes, Acteurs du Développement Le dialogue et la compréhension mutuelle Note conceptuelle UNFPA Tunis (Tunisie), 8-10

Plus en détail

SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19

SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19 SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19 Point 12.12 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2007 Projet de stratégie visant à intégrer l analyse des spécificités de chaque sexe et une démarche

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles

Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles 57 e session de la Commission de la condition de la femme, 4 15 mars 2013 Plan d action francophone sur les violences

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Lucie Lamarche. Cependant, c était une égalité FORMELLE :

Lucie Lamarche. Cependant, c était une égalité FORMELLE : Lucie Lamarche Biographie : - Droit de la personne, droit social, droit international et études féministes - Enseigné à UQAM et maintenant à Ottawa - Titulaire de la Chaire Gordon F. Henderson pour le

Plus en détail

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME PRINCIPES DE BASE RELATIFS AU RÔLE DES ARCHIVISTES POUR LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME PROJET 21-06-2014 INTRODUCTION Les

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Association D appui et d Éveil Pugsada (ADEP)

Association D appui et d Éveil Pugsada (ADEP) Association D appui et d Éveil Pugsada (ADEP) Association D appui et d Eveil Pugsada (ADEP) Secteur 14 quartier KALGHONDIN dans l Arrondissement de BOGODOGO, Ouagadougou, Province du KADIOGO 01 BP 6691

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

La Coopération belge au Développement dans le domaine de la santé et des droits sexuels et reproductifs UNICEF

La Coopération belge au Développement dans le domaine de la santé et des droits sexuels et reproductifs UNICEF La Coopération belge au Développement dans le domaine de la santé et des droits sexuels et reproductifs UNICEF La situation dans le monde Chaque année 1 on évalue à quelque 290.000 le nombre de femmes

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES POPULATION REFERENCE BUREAU AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES SCÉNARIO DE LA PRÉSENTATION UNE PRÉSENTATION > La présentation commencera par

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

MEMENTO. Mieux prendre en compte l égalité entre les femmes et les hommes dans les études d impact des projets de loi

MEMENTO. Mieux prendre en compte l égalité entre les femmes et les hommes dans les études d impact des projets de loi Introduction : contexte et objectifs MEMENTO Ce mémento vise à formaliser et faire mieux connaître les pratiques qui se sont établies depuis l entrée en vigueur de la circulaire du Premier ministre du

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 Termes de références Consultant National Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 I. Cadre et justification : Le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS),

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec

Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec dans le cadre de la consultation de la Commission des relations avec le citoyen sur le deuxième plan d action gouvernemental pour l égalité entre

Plus en détail

24 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009

24 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 1 avril 2009 24 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 Déclaration de l Association du Personnel du Secrétariat de l ONUSIDA Document préparé par

Plus en détail

ANNEXE 1 2011-2015 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL. Bujumbura, 19 mai 2011.

ANNEXE 1 2011-2015 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL. Bujumbura, 19 mai 2011. ANNEXE 1 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL 211-215 Bujumbura, 19 mai 211. . Introduction Le Burundi s est doté d une politique lutte contre

Plus en détail

Appel à communications

Appel à communications Appel à communications 7 ème Conférence Africaine sur la Population JOHANNESBURG AFRIQUE DU SUD, 30 NOV. 4 DEC. 2015 DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE EN AFRIQUE: PERSPECTIVES, OPPORTUNITES ET DEFIS CONTEXTE Organisée

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes

Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes A l occasion de la journée internationale des droits de l Homme, le 10 décembre 2013, le ministère des Affaires étrangères a organisé un séminaire

Plus en détail

33 ème Congrès des Maires francophones. - Assemblée générale de l Association internationale. des maires et responsables des capitales

33 ème Congrès des Maires francophones. - Assemblée générale de l Association internationale. des maires et responsables des capitales DISCOURS 2013 33 ème Congrès des Maires francophones Assemblée générale de l Association internationale des maires et responsables des capitales et métropoles partiellement ou entièrement francophones

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/60/503)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/60/503)] Nations Unies A/RES/60/138 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2006 Soixantième session Point 64 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de la Troisième

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification TERMES DE REFERENCE Recrutement d un/e Consultant/e National/e pour la réalisation d une analyse des barrières à l accès au dispositif national de conseil et de dépistage anonyme et gratuit du VIH existant

Plus en détail

QUATRE-VINGT-HUITIÈME SESSION

QUATRE-VINGT-HUITIÈME SESSION Original: anglais 8 novembre 2004 QUATRE-VINGT-HUITIÈME SESSION LA SANTÉ DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE UN BÉNÉFICE PARTAGÉ PAR TOUTES LES PARTIES Page 1 LA SANTÉ DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE UN BÉNÉFICE PARTAGÉ

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162

TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162 TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Appui au Ministère de la Santé dans la

Plus en détail

Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique

Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique Nous, les ministres chargés de l enfance dans les États membres de l Organisation de la Conférence islamique (OCI) et les chefs d organisations

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008

PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008 PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008 Le séminaire pré-conférence à l intention des femmes leaders élues dans les collectivités locales

Plus en détail

Evaluation de six ONG de développement agréées par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes du Grand-Duché de Luxembourg

Evaluation de six ONG de développement agréées par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes du Grand-Duché de Luxembourg Evaluation de six ONG de développement agréées par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes du Grand-Duché de Luxembourg Rapport de Synthèse de l évaluation Extrait de la version finale du 24

Plus en détail

REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité-Travail-Progrès ASSEMBLEE NATIONALE

REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité-Travail-Progrès ASSEMBLEE NATIONALE REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité-Travail-Progrès ASSEMBLEE NATIONALE LOI N / du Sur la santé de la reproduction au Niger Vu la constitution du 09 août 1999. L ASSEMBLEE NATIONALE A DELIBERE ET ADOPTE, EN

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

Conférence internationale sur la population et le développement

Conférence internationale sur la population et le développement Conférence internationale sur la population et le développement Conférence ministérielle Projet de Document d engagement Document d'engagement du troisième examen quinquennal de la mise en œuvre du Programme

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

II. Observations générales : objet et but de la Convention

II. Observations générales : objet et but de la Convention Recommandation générale No 25 concernant le premier paragraphe de l article 4 de la Convention sur l élimination de toutes les formes de discrimination à l égard des femmes, portant sur les mesures temporaires

Plus en détail

Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015

Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015 Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015 Préambule Ce document a pour objectif de fournir un outil aux directions, en vue de présenter le processus du Pacte

Plus en détail

Inégalités sociales face au cancer du sein. Une question de classe ou de genre? Katharina Mayenfisch (HEdS La Source)

Inégalités sociales face au cancer du sein. Une question de classe ou de genre? Katharina Mayenfisch (HEdS La Source) RESUMES DES CONTRIBUTIONS Quelles représentations ont les éducatrices et les éducateurs de la petite enfance par rapport au genre? Elina Rappo (HES-SO Valais-Wallis, filière EPE) Le mémoire de fin d études

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

Grille d autoévaluation

Grille d autoévaluation Introduction Grille d autoévaluation de la qualité des pratiques de soutien à la parentalité en hébergement social Cette grille d auto-évaluation s inscrit dans la démarche d évaluation interne préconisée

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME EVALUATION RAPPORT REPORT D ÉVALUATION ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME R a p p o r t f i n a l Vo l u m e I MARCH

Plus en détail

Document de référence UIP/UNICEF. Le rôle du Parlement dans l évaluation de l impact sur les enfants des décisions législatives et budgétaires

Document de référence UIP/UNICEF. Le rôle du Parlement dans l évaluation de l impact sur les enfants des décisions législatives et budgétaires Document de référence UIP/UNICEF Le rôle du Parlement dans l évaluation de l impact sur les enfants des décisions législatives et budgétaires Priorités à établir dans l affectation des ressources destinées

Plus en détail

Pourquoi inclure la fourniture de services dans la proposition? Eléments à prendre en compte dans l analyse de situation

Pourquoi inclure la fourniture de services dans la proposition? Eléments à prendre en compte dans l analyse de situation Aide technique pour les propositions de la série 8 du Fonds mondial Zone élargie Zone de fourniture de services Prévention Communication pour la modification du comportement écoles et extension communautaire

Plus en détail

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays.

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays. x de x de x de x de x de 1 - Maladies transmissibles 1.1. VIH/SIDA Pacifique occidental Siège x de 1.1.1 Mise en œuvre et suivi de la Stratégie mondiale du secteur de la santé sur le VIH/sida 2011-2015

Plus en détail

CAIRE+ Groupe parlementaire Coprésidence: Yvonne Gilli, CN/SG + Yvonne Feri, CN/AG

CAIRE+ Groupe parlementaire Coprésidence: Yvonne Gilli, CN/SG + Yvonne Feri, CN/AG CAIRE+ Groupe parlementaire Coprésidence: Yvonne Gilli, CN/SG + Yvonne Feri, CN/AG Le groupe parlementaire CAIRE+ s engage pour la mise en œuvre du programme d action élaboré lors de la conférence onusienne

Plus en détail

Comprendre la fécondité

Comprendre la fécondité Comprendre la fécondité 6 Introduction La fécondité est la capacité de concevoir un enfant, à savoir pour la femme de tomber enceinte et pour l homme de causer une grossesse. Il est important de connaître

Plus en détail

DES DONNÉES PROBANTES AUX EFFETS CONCRETS :

DES DONNÉES PROBANTES AUX EFFETS CONCRETS : DES DONNÉES PROBANTES AUX EFFETS CONCRETS : AMELIORER LA SITUATION DES ENFANTS VULNERABLES DANS LE CONTEXTE DU VIH ET DU SIDA UNICEF NYHQ/2009-1911 Pirozzi 20 CHOSES A SAVOIR Introduction La présente note

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués.

Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués. Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués. La réflexion du CPP sur la sexualisation précoce des enfants dans la publicité, qui a fait l'objet d'un Avis publié le 16 avril 2013, s est prolongée

Plus en détail

Egalité des sexes dans les opérations du maintien de la paix de l Organisation des Nations Unies

Egalité des sexes dans les opérations du maintien de la paix de l Organisation des Nations Unies Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Directive du DOMP [Novembre 2006] Egalité des sexes dans les opérations du maintien de la paix de l Organisation des Nations

Plus en détail

Secteur d activité : Santé Nombre de projets en cours : 47 Evolution : Stable

Secteur d activité : Santé Nombre de projets en cours : 47 Evolution : Stable Médecins du Monde http://www.medecinsdumonde.org/ Secteur d activité : Santé Nombre de projets en cours : 47 Evolution : Stable Nombre de projets de santé en cours : 100% Nombre de projets en cours portant

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

ENFANTS ET SIDA : PROTECTION SOCIALE LE ROLE DES PARLEMENTS

ENFANTS ET SIDA : PROTECTION SOCIALE LE ROLE DES PARLEMENTS ENFANTS ET SIDA : PROTECTION SOCIALE LE ROLE DES PARLEMENTS Atelier parlementaire régional pour l Afrique de l Est et l Afrique australe accueilli par le Parlement namibien, organisé par l Union interparlementaire

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE 93 93 PERMETTRE LE RENFORCEMENT DE LA DÉMOCRATIE LOCALE

Plus en détail

Chapitre 7. Contribuer à l effort de solidarité internationale

Chapitre 7. Contribuer à l effort de solidarité internationale Chapitre 7 Contribuer à l effort de solidarité internationale Chapitre 7 Contribuer à l effort de solidarité internationale L a mondialisation offre aux économies développées des défis et des perspectives

Plus en détail

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné "S'il n'y avait pas l'enfant à élever, à protéger, à instruire et à transformer en homme pour demain, l'homme d'aujourd'hui deviendrait un non-sens et

Plus en détail

Conférence CID. La collaboration entre les Agences des Nations Unies en Mauritanie

Conférence CID. La collaboration entre les Agences des Nations Unies en Mauritanie Conférence CID La collaboration entre les Agences des Nations Unies en Mauritanie Objectif de la conférence Constat : le grand public a souvent une vision partielle des interventions des NU en Mauritanie.

Plus en détail

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales?

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? À seulement cinq ans de l échéance de 2015 fixée pour les OMD, de nombreux pays ont réalisé d importants progrès quant à la réalisation

Plus en détail

La femme dans la société française. A Les femmes dans la France des Trente Glorieuses : des marginales?

La femme dans la société française. A Les femmes dans la France des Trente Glorieuses : des marginales? A Les femmes dans la France des Trente Glorieuses : des marginales? PB : Quelle est la situation globale des femmes en France au début de la Ve République? Question 1 : Décrivez cette affiche. Quelle vision

Plus en détail

Norme 8 : VIH. Notre engagement : Nous nous engageons à lutter contre la pandémie du VIH et les vulnérabilités au VIH

Norme 8 : VIH. Notre engagement : Nous nous engageons à lutter contre la pandémie du VIH et les vulnérabilités au VIH Notre engagement : Nous nous engageons à lutter contre la pandémie du VIH et les vulnérabilités au VIH Aide visuelle sur la violence sexuelle utilisée pour sensibiliser et former la population, Sud-Kivu,

Plus en détail

Gestion de la diversité: une opportunité pour l'égalité hommes-femmes?

Gestion de la diversité: une opportunité pour l'égalité hommes-femmes? Gestion de la diversité: une opportunité pour l'égalité hommes-femmes? Association femmes et mathématiques - 13 juin 2009 - Paris Annie CORNET Etudes sur le genre et la diversité en gestion (HEC- Ulg)

Plus en détail

L évaluation et le suivi de la performance

L évaluation et le suivi de la performance Royaume du Maroc MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DU BUDGET Upscaling Gender Responsive Budgeting for Accelerated Action on Gender Equality GRB Phase III Mars 2010 L évaluation et le suivi

Plus en détail

ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET

ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone : +251-115- 517 700 Fax : +251-115- 517844 website : www. africa-union.org ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET FORUM DE LA

Plus en détail

SANTÉ ET DÉVELOPPEMENT DURABLE. Des plans d action pour les Villes-Santé de l OMS. Plan Santé Municipal. Population SECTEUR ÉCONOMIQUE ENVIRONNEMENT

SANTÉ ET DÉVELOPPEMENT DURABLE. Des plans d action pour les Villes-Santé de l OMS. Plan Santé Municipal. Population SECTEUR ÉCONOMIQUE ENVIRONNEMENT SANTÉ ET DÉVELOPPEMENT DURABLE Des plans d action pour les Villes-Santé de l OMS Plan Santé Municipal Population ENTREPRISES TRANSPORTS SECTEUR ÉCONOMIQUE SECTEUR SANTÉ ET SOCIAL ENVIRONNEMENT INDUSTRIE

Plus en détail

ACTIVITES COMMUNAUTAIRES Boîte à images sur la prévention du VIH/SIDA

ACTIVITES COMMUNAUTAIRES Boîte à images sur la prévention du VIH/SIDA ACTIVITES COMMUNAUTAIRES Boîte à images sur la prévention du VIH/SIDA PNLS Gouvernement du Bénin Ministère de la Santé BANKENGRUPPE ABMS POPULATION SER VICES INTERN ATIONAL BENIN Questions : 1) Qu est-ce

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Elaborer le paquet minimum d'activités

Plus en détail

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS Positionnement en vue de la session spéciale des (22 septembre 2014) 2 1. FACE À UN AVENIR INCERTAIN, LES GOUVERNEMENTS DOIVENT SE REMOBILISER

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Les clés du succès pour des services sensibles aux jeunes : Présentation de la série

Les clés du succès pour des services sensibles aux jeunes : Présentation de la série Les clés du succès pour des services sensibles aux jeunes : Présentation de la série Le choix ouvre sur un monde de possibilités 02 Les clés du succès pour des services sensibles aux jeunes : Présentation

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DEVELOPPEMENT LOCAL INCLUSIF?

QU EST-CE QUE LE DEVELOPPEMENT LOCAL INCLUSIF? 4. QU EST-CE QUE LE DEVELOPPEMENT LOCAL INCLUSIF? Un cadre pour une politique de développement local inclusif Le fait de rendre le développement local inclusif pour tous est essentiel pour garantir l égalité

Plus en détail

La Gazette. Du 13 au 15 Novembre 2013 : Le 12ème Colloque VIH de l Océan Indien à l île Maurice

La Gazette. Du 13 au 15 Novembre 2013 : Le 12ème Colloque VIH de l Océan Indien à l île Maurice La Gazette Newsletter du Planning familial de la Réunion. Septembre/ Octobre 2013 Du 13 au 15 Novembre 2013 : Le 12ème Colloque VIH de l Océan Indien à l île Maurice A l occasion du colloque VIH organisé

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2014. Février 2015

RAPPORT ANNUEL 2014. Février 2015 L asbl FUP/GL reste convaincue que seul le développement de la femme à la base permettra la solution durable aux problèmes d insécurité, de guerre et de pauvreté dans la région des grands lacs. RPPORT

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Journée mondiale d action 2014 du Réseau de la société civile du mouvement SUN. Note conceptuelle

Journée mondiale d action 2014 du Réseau de la société civile du mouvement SUN. Note conceptuelle Journée mondiale d action 2014 du Réseau de la société civile du mouvement SUN Contexte Note conceptuelle 2013 a été une année marquante pour la nutrition, qui a fait suite à de nombreuses années de revendication

Plus en détail

SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES JEUNES FILLES

SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES JEUNES FILLES SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES JEUNES FILLES CONTEXTE DU PROGRAMME SUPER GO Féminisation du VIH : quelques chiffres clés (EIS-2005) 0,4% des filles de 15 à 19 ans sont infectées

Plus en détail

I Le Défenseur des droits I

I Le Défenseur des droits I DIVERSIFIER SES RECRUTEMENTS SANS DISCRIMINER la rédaction des offres d emploi Ce qui est interdit Les exceptions autorisées par la loi Comment rédiger une offre d emploi Comment diversifier ses recrutements

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir.

Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir. La solidarité : UNE RICHESSE POUR LE QUÉBEC Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir. Depuis la Révolution tranquille, l État québécois a grandement contribué à bâtir une

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

PROGRAMME EMPOWERMENT DES FEMMES ET DES FILLES : PEF

PROGRAMME EMPOWERMENT DES FEMMES ET DES FILLES : PEF PROGRAMME EMPOWERMENT DES FEMMES ET DES FILLES : PEF DIALOGUE DE GENERATIONS ET INTERCULTUREL PHASE 1 / GRAND DIALOGUE Guide de modération INTRODUCTION Le projet ROCAM2 dont les zones d intervention étaient

Plus en détail

La Coopération belge au Développement dans le domaine de la Santé et des Droits Sexuels et Reproductifs. Note politique. Mars 2007

La Coopération belge au Développement dans le domaine de la Santé et des Droits Sexuels et Reproductifs. Note politique. Mars 2007 Note politique Mars 2007 La Coopération belge au Développement dans le domaine de la Santé et des Droits Sexuels et Reproductifs Service Public Fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération

Plus en détail

Actu Formation - VAE

Actu Formation - VAE Réforme du diplôme d état d éducateur de Jeunes Enfants (DEEJE) Référentiels Arrêté du 16/11/2005, JO du 25/11/05 Pour rappel le DEEJE réformé par le décret du 3 novembre 2005 est dorénavant considéré

Plus en détail

Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous»

Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous» Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous» 1. L internat : la réussite pour tous 2. Un recrutement des internes répondant aux orientations nationales 3. Un projet pédagogique

Plus en détail

EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE BASE SUR LA CIDPH

EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE BASE SUR LA CIDPH 7. EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE BASE SUR LA CIDPH EN VUE D UN DIAGNOSTIC LOCAL PARTICIPATIF SUR LA SITUATION DES PERSONNES HANDICAPEES Les questions ci-dessous sont basées sur certains articles de la CIDPH

Plus en détail

Février 2011. 3. La promotion du Global Compact dans les activités de l Association COHUB

Février 2011. 3. La promotion du Global Compact dans les activités de l Association COHUB 2010 ASSOCIATION COHUB GLOBAL COMPACT COMMUNICATION ON PROGRESS Sommaire 1. Présentation de l 2. Le message du Président 3. La promotion du dans les activités de l 4. L a choisi d illustrer les principes

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI152

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI152 TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI152 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Renforcement des capacités de l Association Dounia Solidarité, en gestion

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail