TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS... 4 LISTE DES ABREVIATIONS... 6 INTRODUCTION... 7

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS... 4 LISTE DES ABREVIATIONS... 6 INTRODUCTION... 7"

Transcription

1 1

2 TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS... 4 LISTE DES ABREVIATIONS... 6 INTRODUCTION... 7 A qui est destine ce manuel?... 8 Quels sont les résultats attendus?... 8 Quelle est l approche?... 8 Comment est structure ce manuel?... 9 MODULE 1 GENRE ET DEVELOPPEMENT: HISTORIQUE, CONCEPTS ET METHODES PRESENTATION OBJECTIFS GENERAUX CONTENU SESSION 1 : HISTORIQUE DE L APPROCHE GENRE SOUS-SESSION 1 : DU FÉMINISME AU GENRE SOUS-SESSION 2 : SEXE ET GENRE SOUS-SESSION 3 : RAPPORTS DE POUVOIR ET RELATIONS SOCIALES SESSION 2 : CONCEPTS CLES ET METHODE D ANALYSE EN GENRE ET DEVELOPPEMENT. 27 SOUS-SESSION 4 : CONCEPTS DE BASE SOUS-SESSION 5 : ANALYSE DE GENRE MODULE 2 PROBLEMATIQUE DES VULNERABILITES LIEES AU GENRE ET VIH/SIDA PRESENTATION OBJECTIFS CONTENU SESSION 3 : IDENTIFICATION DES DIFFERENTS FACTEURS DE VULNERABILITE ET DE RISQUE SOUS-SESSION 6 CONCEPTS «VULNÉRABILITÉ» ET «RISQUE» SOUS-SESSION 7 : FACTEURS DE VULNÉRABILITÉ SESSION 4: VULNERABILITE DES POPULATIONS CLE LES PLUS A RISQUES SOUS-SESSION 8 : POPULATIONS CLES SOUS-SESSION 9 : STIGMATISATION ET DISCRIMINATION ENVERS LES POPULATIONS CLES.. 56 SOUS-SESSION 10 : IDENTIFICATION DES FACTEURS DE VULNÉRABILITÉ LIÉS AU GENRE A L AIDE DU CADRAN DE WILBER MODULE 3 QUELLES STRATEGIES POUR L EFFECTIVITE DU GENRE DANS LA RIPOSTE AU VIH/SIDA PRESENTATION OBJECTIFS CONTENU SESSION 5: L ANALYSE DES STRATEGIES EN COURS SOUS-SESSION 11 : ANALYSE GENRE DES STRATÉGIES EN COURS

3 SESSION 6 : LE GENRE DANS LA PREVENTION SOUS-SESSION 12 : INTÉGRER LE GENRE DANS LES ACTIVITÉS IEC/CCC SOUS-SESSION 13 : INTÉGRER LE GENRE DANS LA PRISE EN CHARGE DES IST, DANS LE CDV ET LA PTME SESSION 7 : LE GENRE DANS LA PRISE EN CHARGE DU VIH/SIDA SOUS-SESSION 14 : INTÉGRATION DU GENRE DANS LES STRUCTURES SANITAIRES DE PRISE EN CHARGE SOUS-SESSION 15 : GENRE ET ACCOMPAGNEMENT/SOUTIEN EN MILIEU COMMUNAUTAIRE. 80 SESSION 8: ENVIRONNEMENT FAVORABLE AU RESPECT DES DROITS HUMAINS SOUS-SESSION 16 : GENRE ET VIH/SIDA: UNE APPROCHE PAR LES DROITS HUMAINS SOUS-SESSION 17 : LA PROTECTION PAR LA LÉGISLATION INTERNE SOUS-SESSION 18 : QUELLES ACTIONS POUR AMÉLIORER L ENVIRONNEMENT FAVORABLE? REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

4 REMERCIEMENTS Ce manuel de formation est un outil d envergure nationale destiné à renforcer les capacités des acteurs des secteurs public, privé et communautaire engagés dans la lutte contre le Sida au Sénégal. Il s agit d un outil de référence visant à ancrer la sensibilité de genre et sa prise en compte lors de la définition, de la mise en œuvre et de l évaluation de stratégies d intervention qui prennent en charge les besoins différenciés des hommes, des femmes, des garçons et des filles dans la prévention et la prise en charge du VIH et du Sida. Il offre une orientation aux acteurs dans la mesure où il guide les intervenants dans l intégration du genre dans le processus de conception, de mise en œuvre et d évaluation des activités des projets et programmes. Ce manuel de formation a été réalisé sous la coordination du comité genre du CNLS avec l appui de la composante VIH/TB du Programme Santé de l USAID, en partenariat avec FHI 360/ANCS, le Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme, dans un souci de complémentarité pour une gestion efficiente et concertée et d optimisation des ressources. Nous adressons nos vifs remerciements aux consultantes Dr Rosalie A DIOP et Mme Oumy Caltome SARR chargées de la rédaction de ce manuel de formation. Ces remerciements vont aussi à l endroit des équipes techniques de FHI 360 et de l ANCS qui n ont épargné aucune peine pour l élaboration de cet outil combien important, pour induire les transformations mentales et socioculturelles, socle d un développement social durable et harmonieux. Nous réservons une mention spéciale au comité de relecture qui a minutieusement passé en revue les pages de ce document pour lui apporter la plus grande harmonie et cohérence, qui en fera un outil pertinent et original pour contribuer à l amélioration des rapports de genre dans la riposte au VIH et Sida au Sénégal. 4

5 Nos remerciements vont à toutes les personnes qui ont participé à l élaboration et à la validation de ce manuel : Mme Gabrielle COLL, SE/CNLS Dr Fatou Nar DIOUF, SE/CNLS M. Ousseynou BADIO, ANCS M. Léon Michel NDIONE, ANCS M. Mame Mor FALL, ANCS Dr Papa Moussé NDIAYE, Global Fund Dr Ndèye Seune NIANG, FHI360 Dr Maïmouna NDOYE, FHI360 Mme Marie Claire MUKASINAYOBYE, SWAA/Sénégal Mme Soukaye DIENG DIOP, consultante 5

6 LISTE DES ABREVIATIONS ANCS ARV CCC CDV CHU CNPS CPRS FVVIH HVVIH IEC ISARV IST MST MSM OMS ONG ONUSIDA PMI PNMLS PNUD PVVIH SIDA SSR SMNI TARV UNICEF USAID TB VIH : Alliance Nationale de lutte Contre le VIH/SIDA : Antirétroviraux : Communication pour le changement de comportement : Conseil et dépistage volontaire : Centre Hospitalier Universitaire : Comité National Pluridisciplinaire de Prévention du SIDA : Centre de Promotion et de Réinsertion Sociale : Femme vivant avec le VIH : Homme vivant avec le VIH : Information Éducation Communication : Initiative Sénégalaise d Aide à l Accès aux Antirétroviraux : Infections Sexuellement Transmissibles : Maladies Sexuellement Transmises : Hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes : Organisation Mondiale de la Santé : Organisation Non Gouvernementale : Organisation des Nations Unies de Lutte contre le VIH/SIDA : Protection Maternelle Infantile : Programme National Multisectoriel de Lutte contre le Sida : Programme des Nations Unies pour le Développement : Personne Vivant avec le VIH : Syndrome de l Immuno Déficience Acquise : Santé sexuelle et reproductive : Santé maternelle, néonatale et infantile : Traitement antirétroviral : Fonds des Nations Unies pour l Enfance : US Agency for International Development : Tuberculose : Virus de l Immuno Déficience Humaine 6

7 INTRODUCTION A l instar de la communauté internationale, le Sénégal s est engagé dans une quête permanente visant à jeter les bases de l éradication définitive de l épidémie du sida. Des progrès importants ont été effectués quant à la réduction du nombre de nouvelles infections à VIH chez les adultes et les enfants, au nombre de décès liés au sida ainsi qu à la mise en œuvre de cadres politiques à fort impact favorisant des avancées rapides. Le Sénégal s est également engagé en faveur de la Déclaration politique des Nations Unies sur le VIH/sida de 2011, à savoir : «intensifier les efforts en vue d éliminer le VIH/sida et prendre des mesures spécifiques afin d atteindre d ici 2015 les dix objectifs qui 1 ont été fixés. (1)» En adhérant aux objectifs fixés dans la Déclaration politique de 2011, le Sénégal entend assurer le suivi des progrès et des défis qui jalonnent la riposte nationale au sida, et à en faire une large diffusion. Depuis lors, des progrès importants ont été notés. Afin de préserver durablement les acquis du Sénégal, les orientations stratégiques pour la prévention et la prise en charge adéquate des personnes infectées devront être définies à partir d une bonne identification des facteurs de risque et de vulnérabilité au niveau de certains groupes cibles et localités géographiques, en intégrant des interventions spécifiques visant à réduire la stigmatisation et la discrimination liées à l infection à VIH. En conséquence, il est impératif de poursuivre résolument les efforts déjà entrepris si le Sénégal veut atteindre la plupart de ces objectifs d ici S inspirant de la Déclaration politique de 2011, l ONUSIDA a formulé 10 objectifs spécifiques visant à guider l action collective. 1. Réduire de 50 % le taux de transmission du VIH par voie sexuelle. 2. Réduire de 50 % le taux de transmission du VIH parmi les utilisateurs de drogues injectables. 3. Enrayer les nouvelles infections par le VIH chez les enfants, et réduire sensiblement le nombre de décès maternels liés au sida. 4. Assurer un traitement antirétroviral à 15 millions de personnes. 5. Réduire de 50 % le nombre de décès dus à la tuberculose parmi les personnes vivant avec le VIH. 6. Réduire le déficit mondial de moyens de lutte contre le sida et parvenir à un investissement moyen annuel de 22 à 24 milliards de dollars US dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire. 7. Éliminer les inégalités fondées sur le sexe ainsi que la maltraitance et la violence sexistes et renforcer la capacité des femmes et des adolescentes à se protéger du VIH. 8. Éliminer la stigmatisation et la discrimination contre les personnes vivant avec le VIH et touchées par lui à travers la promotion des lois et des mesures qui assurent la pleine réalisation de tous les droits de l homme et libertés fondamentales. 9. Éliminer les restrictions qui touchent les personnes vivant avec le VIH en matière d'entrée, de séjour et de résidence dans un pays. 10. Éliminer les circuits parallèles de soins en matière de VIH pour intégrer davantage la riposte au sida dans les efforts mondiaux de santé et de développement. 7

8 A qui est destine ce manuel? Ce Manuel est destiné à la formation en genre et VIH des formateurs/trices des organisations impliquées dans la riposte. Il représente l ouvrage de référence lors de cette formation et doit servir de bréviaire aux formateurs/trices dans l exécution de leurs activités. Quels sont les résultats attendus? A l issue de cette formation les participants/tes devront être capables d intégrer la dimension genre dans leurs activités de lutte contre le VIH/Sida et de santé de la reproduction pendant la conception, l analyse, l application, le suivi et l évaluation. Quelle est l approche? Les approches andragogiques sont utilisées et reposent sur des méthodes actives. Ainsi, l approche participative est privilégiée. Elle part des expériences et connaissances des participants/tes et se fonde sur les principes de l'apprentissage expérientiel de l éducation des adultes. Le principe sous-jacent est qu une partie du contenu proviendra des participants/tes et que l'atelier servira de cadre dans lequel ces personnes pourront partager et mettre à profit leurs expériences. Des documents de différentes sources ont ainsi été analysés. Afin d aider à renforcer les habiletés d animation des participants/tes, il leur est demandé de contribuer à la livraison de la formation en menant des sessions de réchauffement et des récapitulations, en animant des discussions pendant l'atelier, en préparant les notes sur grandes feuilles mobiles et en participant au briefing /débriefing quotidien des facilitateurs, facilitatrices, etc. 8

9 Comment est structure ce manuel? Ce manuel est composé de trois modules subdivisés en 9 sessions. module 1 : genre et développement : historique, concept et méthodes d analyse ; module 2 : problématique des vulnérabilités liées au genre et VIH/Sida; module 3 : stratégies pour l effectivité du genre dans la riposte au VIH/Sida. Avant chaque module, un aperçu est donné afin de fixer les objectifs d'apprentissage. Pour chaque module, ce manuel fournit le déroulement des sessions, sous sessions et exercices de même que les ressources nécessaires pour les réaliser. Chaque sous session se termine par un récapitulatif sous forme d encadrés sur les points importants à retenir. À la fin de chaque module, une évaluation formative est effectuée en utilisant le questionnaire d'évaluation élaboré en fin de session : il est demandé aux participants /tes de faire un compte rendu sur ce qu ils/ elles ont appris ou réalisé. À la fin de chaque journée, un débriefing est organisé sur le contenu, le processus de formation et la dynamique de groupe mais également, la planification et la logistique du jour suivant. 9

10 MODULE 1 GENRE ET DEVELOPPEMENT: HISTORIQUE, CONCEPTS ET METHODES 10

11 PRESENTATION Le Module 1 présente le concept genre, son évolution, ses approches, les enjeux et défis qu il pose. Il aborde également toutes les questions liées au genre ainsi que ses méthodes d analyse. Pourquoi le concept genre? Les rapports sociaux entre hommes et femmes sont à la base de l organisation des sociétés humaines. Contrairement aux différences biologiques, qui sont innées, la répartition des rôles, des fonctions, des pouvoirs, etc. sont des constructions sociales, politiques, symboliques et culturelles. Les rôles socialement construits qui en découlent sont généralement basés sur des positionnements différenciés et inégalitaires. Transposé de l anglais «gender», le «genre», terme qui est maintenant largement utilisé par les acteurs et actrices francophones, les ONG et les institutions de recherche, se réfère à la prise en compte de ces rôles socialement construits. Alors il faut comprendre l approche genre comme à la fois : un concept sociologique analysant les rapports sociaux et leur caractère inégalitaire ; un objectif politique de mise en œuvre des droits fondamentaux ; une méthodologie proposant des outils pratiques pour agir plus efficacement. OBJECTIFS GENERAUX A la fin du module, les participants/tes doivent être capables de: faire la différence entre féminisme et genre ; expliquer le genre et les concepts clés y afférent; expliquer les enjeux de pouvoir et les relations sociales ; décrire les transformations de genre et les facteurs qui les déterminent ; identifier les contraintes de la promotion du statut de la femme et les facteurs qui en découlent ; 11

12 apprécier les principales mesures adoptées au plan national et international en vue de l équité et de l égalité entre les sexes. CONTENU Le module comporte deux sessions. SESSION 1 : HISTORIQUE DE L APPROCHE GENRE Sous session 1 : Sous session 2 : Sous session 3 : Du féminisme au genre Différence entre sexe et genre Rapports de pouvoirs et relations sociales SESSION 2 : CONCEPTS CLES ET MÉTHODES D ANALYSE EN GENRE Sous session 4 : Sous session 5 : Découverte des concepts Outil d analyse en matière de genre/le continuum d intégration du genre 12

13 SESSION 1 : HISTORIQUE DE L APPROCHE GENRE Cette session comprend trois sous sessions et des exercices. CODE INTITULE OBJECTIFS DEROULEMENT DUREE Sous session 1 Du féminisme au genre Amener les participants/tes à faire le lien entre le féminisme et le genre Exercice 1 plénière / Brainstorming suivi de Synthèse / Présentation 1h00mn Sous session 2 Différence entre sexe et genre Amener les participants/tes à faire la différence entre sexe et genre ; Exercice 2 Présentation et identification des sexes de deux bébés et réponse aux questions posées 1h00mn Sous session 3 Rapports de pouvoirs et relations sociales Amener les participants/tes à expliquer les rapports de pouvoirs et relations sociales : Exercice 3 Travaux de groupe/suivi de synthèse 1h30mn 13

14 SOUS-SESSION 1 : DU FÉMINISME AU GENRE OBJECTIF A la fin de la session, les participants doivent être capables de faire le lien entre le féminisme et le genre EXERCICE 1: La genèse de l'approche genre DURÉE : 1h00 mn MATÉRIEL DIDACTIQUE : fiches, marqueurs, padex, scotchs, flip shart, vidéo projecteur DEROULEMENT: deux étapes constituent cet exercice Étape 1 : Brainstorming Qu est ce que le féminisme? Ses buts et sa philosophie? Comment le féminisme est- il perçu au Sénégal? Quel est votre point de vue sur le féminisme? Quel est le lien entre le féminisme et le genre? Étape 2 : Synthèse! Donner la définition du féminisme, son objectif et son évolution au Sénégal.! Montrer les différentes approches et leur évolution. 14

15 A RETENIR Attention genre n est pas féminisme. Qu est-ce que c est le féminisme? Il s'agit selon Toupin (1997), «d une prise de conscience d'abord individuelle, puis collective, suivie d'une révolte contre l'arrangement des rapports de sexe et la position subordonnée que les femmes y occupent dans une société donnée, à un moment donné de son histoire.» Le féminisme a connu trois vagues : La 1ère vague du féminisme (XVIIIe siècle) a comme actrices des associations féminines qui réclamaient le droit de participer à part entière aux différents domaines de la vie sociale et à la vie politique.l objectif principal de la 1 ère vague du féminisme était de réformer les institutions, de sorte que les hommes et les femmes deviennent égaux devant la loi : droit à l'éducation, droit au travail, droit à la maîtrise de leurs biens et droit de vote des femmes; La 2ème vague du féminisme (Fin années 60) étend les revendications et passe de la vie publique à la vie privée. C est le système patriarcal dans son ensemble qui est remis en question. Les protagonistes de la 2 ème vague du féminisme revendiquent le droit à la contraception, à l avortement, au partage des tâches domestiques, à l égalité dans le monde du travail etc; La 3ème vague du féminisme (Années 80) apporte comme innovation la prise en considération de la diversité au sein des groupes. L objectif poursuivi est de rendre plus visibles des femmes considérées comme doublement marginalisées (femmes «de couleurs», lesbiennes, prostituées, personnes handicapées ). Il est intéressant de voir que les préoccupations soulevées au niveau de chacune de ces vagues sont présentes dans les débats actuels sur les droits des femmes et dans la réflexion sur le genre de manière générale. Rappelons pour compléter, que le féminisme comme mouvement social est traversé par plusieurs courants de pensée (le courant néolibéral égalitaire, le féminisme de tradition marxiste et socialiste et le courant radical. Chaque courant a une façon de décrire et de se représenter la subordination des femmes dans la société. En tant que mouvement social, l objectif du féminisme est à la fois de transformer en profondeur les rapports sociaux de sexe qui sont oppressifs pour la femme et d instaurer l égalité des sexes (Dagenais, 1987). Chacun de ces courants a à sa façon, cherche à comprendre pourquoi et comment les femmes occupent une position subordonnée dans la société. Dans son sens moderne, le féminisme devient donc l emblème du droit des femmes, le porte-parole de l égalité (Riot-Sarcey, 2002 : 5). La discrimination est considérée comme résultant de la condition subordonnée des femmes dans la société, position historiquement et culturellement construite. Les mécanismes de cette subordination sont divers : l école, la famille, le travail, les sphères économiques, politiques et culturelles. Spécifiquement, le féminisme a pour objectifs : - la défense des intérêts des femmes dans la société ; - l amélioration et la prise en compte de leurs droits ; - la fin de l oppression et des discriminations dont les femmes sont victimes au quotidien ; - leur émancipation. 15

16 Qu en est il du féminisme au Sénégal? Comme mouvement idéologique, le féminisme selon (Aduayi Diop 2010} n a pas pu obtenir les résultats escomptés dans la plupart des pays africains dont le Sénégal. En effet, au Sénégal, le féminisme s est manifesté comme mouvement et cadre d analyse des rapports sociaux de sexe, mais est confronté à des barrières de plusieurs ordres. Sur le plan socioculturel, le mouvement des femmes, surtout dans sa forme radicale est très mal perçu par les populations et, paradoxalement, par les femmes qui l assimilent à une vision ethnocentrique cherchant, de surcroit, à imposer l idée que le patriarcat serait la cause de la subordination des femmes. Toutefois, sur le plan opérationnel, les recommandations, émises au niveau international, qui visaient une meilleure prise en charge des intérêts des femmes, se sont traduites par une innovation majeure dans les politiques avec l émergence d un mouvement féministe au Sénégal : Yewwu Yewwi/PLF» créé en 1984 et qui a beaucoup contribué à la prise de conscience de l égalité entre hommes et femmes. Cela a été un déclic et a favorisé l émergence aujourd hui de plusieurs organisations revendiquant la prise en compte du genre dans tous les secteurs. (Kane 2008) Qu est-ce que le genre? «Le terme genre ou «gender» est apparu pour la première fois en 1972, dans un ouvrage d Ann Oakley (Sex, Gender and society) qui proposait de l introduire comme outil d analyse pour permettre la distinction entre la dimension biologique (le sexe) et la dimension culturelle (le genre)» (I. Jacquet) Il faut reconnaître par ailleurs que c est seulement à la fin des années 80 que le concept de genre commença à connaître une utilisation courante dans les milieux du développement. Le Genre est le résultat de constructions politiques, sociales, psychologiques, culturelles et économiques. Il vise une transformation sociale des relations hommes/femmes dans nos sociétés à travers les activités de production, de reproduction, de recherche, de gestion de la vie civile. Plusieurs théoriciens du genre (Mathieu, 1971, Devereux, 1985 ; Scott, 1985 ; Young et al. 1988, Sow, 1993, 1996, Locoh, 1999) ont, dans leurs recherches, montré que l analyse du traitement différentiel ou de la discrimination systémique qui se base sur la dimension biologique posait d énormes problèmes. Dans la plupart des cas, le genre se structure dans les rapports de domination et de pouvoir. Ainsi, pour Scott (1988), le genre est un «élément constitutif de rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes» (p. 141), dans un contexte déterminé ; c est aussi une façon de signifier les rapports de pouvoir. Autrement dit, le genre devient une manière de qualifier les rapports de pouvoir. Celui-ci influe sur la capacité des autres. Dans ce cadre, le pouvoir incarne l autorité de droit ou de fait sur quelqu un. 16

17 Comme construction sociale, le genre apparaît dans les rôles et les statuts dévolus aux individus. Selon Fatou Sow 1996, l approche basée sur le genre est une interrogation sur les statuts et les rôles des femmes et des hommes dans la stratification sociale ; sur l impact des rapports sociaux de sexe ou de genre dans les situations qui concernent l individu ou le groupe ; et sur la manière dont les rôles et les statuts sociaux sont déterminés par l appartenance à un sexe donné. Aussi, la division sexuelle des activités détermine la participation masculine et féminine dans la société, répartit les places, les statuts et les rôles dans la famille et dans la collectivité, et définit les pouvoirs et les hiérarchies sociales entre les hommes et les femmes. Donc comprendre que les rapports sociaux entre hommes et femmes sont à la base de l organisation des sociétés humaines. Contrairement aux différences biologiques, qui sont innées, la répartition des rôles, des fonctions, des pouvoirs, résultent des constructions sociales, politiques, symboliques et culturelles. De l approche Genre à l approche Genre et Développement Le genre comme outil d analyse et de transformation, ne prend concrètement sens que dans son application dans le développement. Cette préoccupation a donné lieu à une réflexion très riche, qui constitue la genèse de l approche genre et développement. Définissons d abord cette approche Apparue dans les années 1980 elle «s appuie sur une perspective holistique, étudiant l ensemble de l organisation sociale et de la vie économique et politique afin de comprendre la formation des aspects particuliers de la société. L approche genre et développement ne s intéresse pas aux femmes en soi mais plutôt à la construction sociale des genres et à l attribution de rôles, de responsabilités, et d attentes spécifiques aux hommes et aux femmes» Young (1987). La genèse de cette approche renvoie à la succession de trois grandes approches relatives au genre : la première l intégration des femmes dans le développement (IFD) : les années 70 ; la deuxième les femmes et le développement (FED) : les années ; et la troisième l approche genre et développement (GED) : à la fin des années 80 et début

18 Tableau de synthèse INTEGRATION DES FEMMES AU DEVELOPPEMENT (IFD) FEMME ET DEVELOPPEMENT (FED) Le centre d intérêt GENRE ET DEVELOPPEMENT (GED) Les femmes Les femmes Les rapports hommes femmes Le problème L exclusion des femmes (qui représentent plus de la moitié des ressources potentielles de production) du processus de développement Un développement plus efficient, plus efficace Intégrer les femmes au processus de développement existant Les femmes ont toujours fait partie du développement mais elles ne sont soudainement apparues qu au début des années 70 Elles ont toujours joué un rôle économique au sein de leur société et que le travail à l intérieur comme à l extérieur du ménage est essentiellement tourné à la survie de la société L objectif L intégration des femmes dans le processus du développement La solution L intégration des femmes dans le processus existant du développement Les stratégies Les relations de pouvoir inégales (riches et pauvres, femmes et hommes) qui empêchent un développement équitable ainsi que la pleine participation des femmes. Un développement équitable et durable, où les femmes et les hommes prennent les décisions La transformation des relations et la redistribution des pouvoirs, donc l évolution du mode de développement 18

19 Projets pour femmes Volets femmes Projets intégrés Accroître la productivité des femmes Accroître le revenu des femmes Accroître la capacité des femmes d effectuer les tâches traditionnellement liées à leur rôle Montage de projets de femmes et de projets intégrés Augmentation de la productivité des femmes Augmentation du revenu des femmes Renforcement des compétences des femmes au sein du foyer Identification des besoins pratiques et des intérêts stratégiques formulés par les femmes et les hommes Mise en évidence des intérêts stratégiques des femmes Renforcement du pouvoir et de l autonomie des femmes (empowerment) Ces mouvements ont entrainé une amélioration sensible des conditions de vie des femmes grâce à l approche du genre, et surtout à la prise de conscience qu elle suppose. Les femmes ont aujourd hui acquis davantage de pouvoirs dans plusieurs domaines : familial, politique, économique et sanitaire. Aujourd hui beaucoup d acquis ont été notés tant sur le plan scientifique avec la création du laboratoire Genre par la sociologue Fatou Sarr Sow à l IIFAN Cheikh Anta Diop que sur la plan politique avec la prise de décisions importantes comme la loi sur la santé de la reproduction, la loi contre les mutilations génitales et la loi sur la parité etc. 19

20 SOUS-SESSION 2 : SEXE ET GENRE OBJECTIF Amener les participants /tes à faire la différence entre sexe et genre. EXERCICE 2 : La différence entre sexe et genre DURÉE : 1h30mn MATÉRIEL DIDACTIQUE : fiches, marqueurs, padex, scotchs, flip shart, vidéo projecteur DÉROULEMENT : cet exercice comporte trois étapes Étape 1 : Brainstorming/ou travaux de groupe 20

21 Présentation d une Photo de deux bébés, dans un panier sans distinction apparente de sexe. 1. Demander aux participants d identifier les sexes des deux bébés. 2. Demander aux participants de les nommer et de les habiller. 3. Quelles sont les transformations observées à partir de la puberté? 4. Mettre à la fin de la liste 5. Qui a décidé de ces faits? 6. Quels sont ceux que l on peut changer? 7. Pourquoi ne peut-on pas changer les autres? Quelques verbatim Classer ces verbatim en fonction du «sexe ou genre» Les femmes mettent au monde des enfants et pas les hommes; Les filles sont douces et timides les garçons sont durs et aventuriers; Les hommes ne font pas de menstrues (règles); Les femmes sont plus vulnérables au VIH que les hommes; Les femmes s occupent mieux des enfants que les hommes; 21

22 Les hommes sont moins bavards que les femmes; Aucun homme ne peut porter une grossesse; Les femmes font mieux la cuisine que les hommes; Les hommes fécondent les femmes; Pour un travail égal et à compétence égale, les femmes ouvrières sénégalaises gagnent moins que les hommes; Aucune femme ne peut éjaculer du sperme; Les femmes doivent rester à la maison pour les travaux domestiques; pendant que les hommes travaillent à l extérieur; Les femmes sont plus intelligentes que les hommes; Les femmes n ont pas besoin de faire des études très poussées. Étape 2: Synthèse 22

23 A RETENIR Différence entre sexe et genre Le «sexe» renvoie aux caractéristiques strictement biologiques qui distinguent les femmes et les hommes. Les différences sexuelles ont trait à la physiologie féminine ou masculine. Le «genre» renvoie donc plus directement à cet ensemble de règles implicites et explicites régissant les relations femmes/hommes et leur attribuant des travaux, des valeurs, des responsabilités et des obligations distinctes. Ces règles s appliquent à trois niveaux : le substrat culturel (normes et valeurs de la société), les institutions (famille, système éducatif et de l emploi,...) et les processus de socialisation, notamment au sein de la famille. Le sens que la société confère à la nature féminine ou masculine varie selon les cultures et évolue au fil du temps. Le genre devient alors l expression socioculturelle des caractéristiques et des rôles particuliers qui sont associés à certains groupes de personnes en fonction de leur sexe et de leur sexualité. SEXE GENRE Est inné et hérité Est biologique Est immuable? et désigne : -Les organes génitaux -Les chromosomes -Les conditions physiques (force, poids, taille) Permet d identifier les différences entre les femmes et les hommes Est acquis et appris Est évolutif et modifiable Est construit par la société et découle : - De la culture - Du processus d apprentissage - Des rôles assignés aux femmes et aux hommes dans une société donnée. Permet d identifier les différences entre les femmes et les hommes. Permet d identifier les relations entre les femmes et les hommes. Retenir aussi : Il y a peu de choses qu une femme puisse faire et qu un homme ne puisse pas faire Certains rôles sont naturellement dévolus aux femmes : accoucher allaiter De plus en plus, les autres rôles sont possibles pour les hommes et pour les femmes La localisation, le temps, influencent les relations hommes / femmes Les tabous sociaux nous obligent à adopter des comportements qui ne correspondent pas à ce que nous voulons vraiment. 23

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Les Jeunes, Acteurs du Développement

Les Jeunes, Acteurs du Développement Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Les Jeunes, Acteurs du Développement Le dialogue et la compréhension mutuelle Note conceptuelle UNFPA Tunis (Tunisie), 8-10

Plus en détail

SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19

SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19 SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19 Point 12.12 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2007 Projet de stratégie visant à intégrer l analyse des spécificités de chaque sexe et une démarche

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification TERMES DE REFERENCE Recrutement d un/e Consultant/e National/e pour la réalisation d une analyse des barrières à l accès au dispositif national de conseil et de dépistage anonyme et gratuit du VIH existant

Plus en détail

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 Termes de références Consultant National Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 I. Cadre et justification : Le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS),

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA)

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Le PNUD en tant que Récipiendaire Principal (RP) du Fond

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet»

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet» FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED TERMES DE REFERENCE Formation des OSC de niveaux

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl.

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl. Renforcer les compétences psychosociales des enfants et adolescents. Repères pour démarrer un projet Pour tous renseignements concernant le programme MAGALI SEGRETAIN msegretain@irepspdl.org Pour les inscriptions

Plus en détail

30 juin - 2 juillet 2015. Décisions

30 juin - 2 juillet 2015. Décisions 2 juillet 2015 36 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l'onusida Genève, Suisse 30 juin - 2 juillet 2015 Décisions Le Conseil de Coordination du Programme de l'onusida, Rappelant que

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Cycle des Conférences Régionales SUR La Promotion du Leadership Féminin au niveau des Collectivités Territoriales Marocaines

Cycle des Conférences Régionales SUR La Promotion du Leadership Féminin au niveau des Collectivités Territoriales Marocaines PROJET: UN CODE ELECTORAL AU SERVICE DE LA PARITE : TERMES DE REFERENCES : Cycle des Conférences Régionales SUR La Promotion du Leadership Féminin au niveau des Collectivités Territoriales Marocaines 2013-2014

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009 Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 ET PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 Les appellations employées dans ce document et la présentation des données

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008

PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008 PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008 Le séminaire pré-conférence à l intention des femmes leaders élues dans les collectivités locales

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports Renforcer la formation des professionnels de santé à la prévention des violences au sein du couple et l'information du grand public sur les violences au sein du couple et les mutilations sexuelles féminines

Plus en détail

PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG

PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG I. CONTEXTE Le VIH reste un problème de santé mondiale ; mais l Afrique subsaharienne reste la région la plus touchée par ce virus.

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

Questions clés pour la consultation élargie

Questions clés pour la consultation élargie Processus de planification stratégique de Terre des Hommes Fédération Internationale Questions clés pour la consultation élargie Beaucoup de progrès ont été accomplis lors de l Assemblée Générale (AG)

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Note d orientation- Note conceptuelle La CIPD au-delà de 2014 Conférence internationale sur les droits de l homme

Note d orientation- Note conceptuelle La CIPD au-delà de 2014 Conférence internationale sur les droits de l homme 25 février 2013 Note d orientation- Note conceptuelle La CIPD au-delà de 2014 Conférence internationale sur les droits de l homme La présente note présente le concept de la Conférence internationale sur

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Termes de référence Contexte et justification : Dans le cadre

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET

ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone : +251-115- 517 700 Fax : +251-115- 517844 website : www. africa-union.org ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET FORUM DE LA

Plus en détail

Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr

Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr Le Gabon est un pays d Afrique Centrale, peuplé d environ deux millions d habitants. A cause de ses nombreuses

Plus en détail

Termes de référence Activité 1

Termes de référence Activité 1 1 Termes de référence Activité 1 Atelier de formation thématique au journalisme d investigation Projet Médias d Afrique centrale contre le VIH PROJET MA-VIH VOLET 1 N D ACTION / ACTIVITE CODE 1 /1 MAUEA4111F30

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE DE JEPS Animation socio éducative ou culturelle Développement de s, territoires et réseaux Blois 2014 2016 PREALABLE : Cette formation concerne principalement des professionnels occupant des postes de

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

I Le Défenseur des droits I

I Le Défenseur des droits I DIVERSIFIER SES RECRUTEMENTS SANS DISCRIMINER la rédaction des offres d emploi Ce qui est interdit Les exceptions autorisées par la loi Comment rédiger une offre d emploi Comment diversifier ses recrutements

Plus en détail

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine La question sociale et le genre dans l Approche Écosystémique de la Santé Humaine Bamako, Juin 2006 CRDI Jean-Michel LABATUT Facteurs qui influencent la santé Contacts populations humaines - vecteurs Biologiques

Plus en détail

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL I LES OBJECTIFS DE LA FORMATION 1. Objectifs généraux La licence d histoire est un enseignement généraliste et théorique fondé sur la recherche, qui peut faire place à des

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

L intégration de l éthique aux décisions politiques : Consultation sur les enjeux éthiques du dépistage prénatal de la trisomie 21 au Québec

L intégration de l éthique aux décisions politiques : Consultation sur les enjeux éthiques du dépistage prénatal de la trisomie 21 au Québec L intégration de l éthique aux décisions politiques : Consultation sur les enjeux éthiques du dépistage prénatal de la trisomie 21 au Québec «L éthique pour guider la réflexion et influencer l élaboration

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS DEPARTEMENT DES YVELINES DIRECTION GENERALE DES SERVICES DU DEPARTMENT DIRECTION DE L ENFANCE, DE L ADOLESCENCE DE LA FAMILLE ET DE LA SANTE CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS Entre, d une part, Le département

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE Titre du poste : Service : Relève de : Poste(s) supervisé(s) : Statut : Endroit : Courtier en connaissances, Programmes de santé sexuelle des hommes gais Échange des connaissances Directrice associée,

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE BASE SUR LA CIDPH

EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE BASE SUR LA CIDPH 7. EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE BASE SUR LA CIDPH EN VUE D UN DIAGNOSTIC LOCAL PARTICIPATIF SUR LA SITUATION DES PERSONNES HANDICAPEES Les questions ci-dessous sont basées sur certains articles de la CIDPH

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

jeunesse cœur du Québec

jeunesse cœur du Québec P O L I T I Q U E Q U É B É C O I S E D E L A J E U N E S S E La jeunesse au cœur du Québec S O M M A I R E Le présent document a été réalisé par le Secrétariat à la jeunesse. 875, Grande Allée Est, bureau

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN127

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN127 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN127 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Appuyer la réalisation d une étude de faisabilité sur la transformation

Plus en détail

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre Bilan de l expérience UNICEF Pourquoi est-il important de se focaliser sur l éducation, en particulier celles des filles? Bénéfices individuels

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement GUIDE DE DEMANDE DE SUBVENTION RESERVE AUX RESEAUX NATIONAUX DES FEMMES VIVANT AVEC LE

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE N o 4 POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Modifiée le 9 novembre 2010 cegepdrummond.ca Règlement n o 12 abrogé : 6 décembre 2004 (CA-04-12-06-03) Politique adoptée au conseil d administration

Plus en détail

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine Journée «Promotion d une économie territoriale coopérante pour lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale.» Vers des P Actes européens. Réunion accueillie par le Comité des Régions européennes Bruxelles,

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail