L AUTO-ÉVALUATION HAP : KIT METHODOLOGIQUE PARTIE 2 : OUTILS D AUTO-ÉVALUATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L AUTO-ÉVALUATION HAP : KIT METHODOLOGIQUE PARTIE 2 : OUTILS D AUTO-ÉVALUATION"

Transcription

1 L AUTO-ÉVALUATION HAP : KIT METHODOLOGIQUE PARTIE 2 : OUTILS D AUTO-ÉVALUATION À L USAGE DES ORGANISATIONS HUMANITAIRES ET DE DEVELOPPEMENT REALISANT UNE AUTO-EVALUATION SUR LA BASE DE LA NORME HAP 2010 DE REDEVABILITE HUMANITAIRE ET DE GESTION DE LA QUALITE 1 ER MARS 2011

2 INTRODUCTION AU KIT METHODOLOGIQUE D AUTO-EVALUATION PARTIE 2 Le kit méthodologique pour l auto-évaluation HAP est destiné aux organisations souhaitant s auto-évaluer au regard de la Norme HAP 2010 de redevabilité humanitaire et de gestion de la qualité (Norme HAP). Ce kit a été mis au point pour aider les organisations des secteurs humanitaire et de développement à améliorer leurs pratiques de redevabilité, notamment vis-à-vis des personnes touchées par des crises et des populations exposées à des catastrophes. Le kit comporte deux parties. La première partie présente les lignes directrices pour une auto-évaluation, et comprend toutes les informations utiles sur l art et la manière de réaliser une auto-évaluation HAP, dont : une présentation succincte de HAP International et de la Norme HAP une introduction à l auto-évaluation en tant que processus d amélioration de la qualité des performances et en tant que préparation à la certification HAP une vue d ensemble des étapes à suivre et une introduction aux méthodes recommandées la liste des outils décrits ci-dessous qui serviront à réaliser l auto-évaluation La deuxième partie présente les différents outils d auto-évaluation, et comprend les outils et les questionnaires que votre organisation pourra utiliser tels quels ou adaptés à ses besoins pour réaliser une auto-évaluation HAP, dont : Une liste de vérification des politiques et des systèmes (Outil 1) Un cahier de travail d auto-évaluation (Outil 2) Des questions pour animer les discussions avec le personnel sur le terrain (Outil 3) Des questions pour inciter les personnes ciblées par votre aide et les personnes en situation de crise à donner leur avis (Outil 4) Modèle d enquête destiné aux partenaires d exécution (Outil 5) Compte rendu des constatations de l auto-évaluation (Outil 6) Si vous avez des observations à faire concernant ces lignes directrices et outils, veuillez les envoyer à : en indiquant «observations sur le kit d autoévaluation HAP» dans l objet. Draft HAP International 1 March

3 OUTIL 1 : LISTE DE VERIFICATION DES POLITIQUES ET DES SYSTEMES Cet outil sera utilisé dans la partie de l auto-évaluation qui se déroule au siège de l organisation. Il permet d obtenir un aperçu rapide des politiques et des documents et systèmes associés requis par la Norme HAP ; ceux-ci constituent aussi la documentation examinée lors d un audit de certification. La vérification des politiques et des systèmes gagne à être effectuée au début de l auto-évaluation ; ainsi, les constats pourront être discutés lors des réunions de personnel avec le cahier de travail d auto-évaluation. Ces discussions porteront notamment sur le niveau de connaissance du personnel concernant les politiques et les systèmes, sur la pertinence de ceux-ci et sur leur application dans la pratique. La vérification est basée sur les exigences de la Norme HAP. Sous chaque critère de référence de la Norme, la première exigence concerne en général les politiques et les procédures relatives à ce critère. Les aspects qualitatifs, qui devraient en principe être reflétés par les politiques et les procédures, peuvent être définis dans les exigences suivantes. Ces deux éléments sont inclus dans l outil 1 pour vous aider à évaluer les politiques, les procédures et les systèmes en place dans votre organisation. Niveaux de statut En place La politique ou le système est entièrement mis en œuvre et permet le respect des engagements de redevabilité. En cours de mise en place La politique ou le système est en cours d élaboration ; ou bien la politique ou le système est en place, mais ne permet pas de respecter les engagements de redevabilité de façon adéquate. Inexistant Il n y a pas de politique ou de système. Draft HAP International 1 March

4 Outil 1 : Liste de vérification des politiques et des systèmes Norme HAP Documents d orientation ou systèmes En place Statut En cours de mise en place Inexistant 2.4 Conditions pour postuler à la certification Documents attestant le statut d association sans but lucratif et l enregistrement de l organisation dans les pays où elle travaille Comptes annuels vérifiés Cadre de redevabilité public et disponible 4 Principes Les valeurs, codes ou principes de l organisation reflètent les principes de la Norme HAP 5.1 Exigences générales Politique du devoir d information envers les parties prenantes si un principe ne peut pas être respecté (quand, pourquoi) Déclaration publique des autres intérêts Exigences spécifiques (section 5.2) 1. Établir et respecter ses engagements 1.1 Un cadre de redevabilité écrit (CR) (voir Exigences sous 1.1) Plan ou stratégie pour mettre le CR en application Politique ou procédures de gouvernance Plan stratégique et plan(s) opérationnel(s) Rapport annuel comprenant les états financiers vérifiés 1.2 Politique/procédures Opérations & programmes Politique/procédures Finances et acquisition Politique/procédures Ressources humaines Politique/procédures Suivi et évaluation des programmes Politique/procédures Gestion des risques 1.3 Le CR inclut un engagement de redevabilité mutuelle avec les partenaires

5 1.4 Politique ou directives pour le travail en partenariat (approche globale, critères de sélection, attentes par rapport à la redevabilité) 1.5 Accords de partenariat ou protocoles d entente Draft HAP International 1 March

6 Exigences spécifiques suite En place En cours de mise en place Inexistant 2. Compétence du personnel 2.1 Les offres d emploi et les descriptifs de poste comprennent des compétences en matière de redevabilité Code de conduite du personnel (voir Exigences sous 2.2) Politique ou directives pour l accueil et l intégration du personnel Politique et système pour l évaluation des performances du personnel 2.5 Projets et rapports de formation 2.7 Les partenaires ont un code de conduite du personnel 3. Partager l information Politique ou directives établissant les processus de partage d informations Modèle ou procédure pour mettre au point un plan d information ou de communication dans une situation d urgence ou dans le cadre d un programme Procédures ou guide pratique pour le personnel de terrain concernant les informations à partager et les moyens de les rendre accessibles Carte d identité ou autre moyen d identification du personnel Liste de partenaires indiquant les activités communes et les programmes financés 3.6 Politique ou plan indiquant quelles informations les partenaires doivent partager avec les personnes en situation de crise Des accords avec les partenaires établissent quelles informations doivent être systématiquement partagées entre les partenaires 4. Participation Politique ou directives établissant les engagements et les processus favorisant la participation (voir Exigences sous 4.1 et 4.2) Les modèles de planification et de compte rendu de projets intègrent l aspect participation Les accords avec les partenaires comprennent les attentes en matière de participation

7 5 Gestion des plaintes Politique ou procédures de gestion des plaintes (voir Exigences sous 5.1) Système pour consigner et enregistrer les plaintes et les mesures prises Les accords avec les partenaires comprennent des procédures de gestion des plaintes entre les partenaires Draft HAP International 1 March

8 Exigences spécifiques suite En place En cours de mise en place Inexistant 5.6 Les accords avec les partenaires ou d autres documents établissent les modalités de gestion des plaintes 6 Apprentissage et amélioration continue Politique ou système pour l apprentissage et le partage des connaissances Les systèmes d évaluation et de reporting intègrent les leçons apprises (gestion de programme, mise en œuvre et redevabilité) Évaluations écrites au niveau des programmes et projets intègrent les engagements en matière de redevabilité Les plans de travail comprennent des objectifs et des activités d apprentissage et d amélioration continue Les accords avec les partenaires établissent les processus de suivi et d évaluation Les modèles de plan et de rapport des partenaires comprennent des objectifs d amélioration et des leçons apprises

9 L AUTO-ÉVALUATION HAP : KIT METHODOLOGIQUE OUTIL 2 CAHIER DE TRAVAIL D AUTO-EVALUATION POUR LE PERSONNEL À L USAGE DES ORGANISATIONS HUMANITAIRES ET DE DEVELOPPEMENT REALISANT UNE AUTO-EVALUATION SUR LA BASE DE LA NORME HAP 2010 DE REDEVABILITE HUMANITAIRE ET DE GESTION DE LA QUALITE Draft HAP International 1 March

10 UTILISATION DU CAHIER DE TRAVAIL Le cahier de travail d auto-évaluation sert de guide aux discussions du personnel et au compte rendu des constatations dans le cadre d une auto-évaluation au regard de la Norme HAP. Il fait partie du kit méthodologique HAP pour l auto-évaluation qui comprend deux parties : la partie 1 présentant des lignes directrices pour une auto-évaluation (comprend d autres outils) et la partie 2 constituée par ce cahier de travail. Le but de l auto-évaluation HAP est de permettre aux organisations des secteurs humanitaire et de développement d améliorer leurs pratiques de redevabilité, notamment vis-à-vis des personnes qu elles visent à aider et d autres personnes en situation de crise. L approche de l auto-évaluation proposée par HAP comprend trois types d activité : vérification des politiques, procédures et systèmes par rapport aux exigences de la Norme HAP réunions de personnel en différents groupes pour discuter des politiques et des pratiques à l aide de la Norme HAP quelle est la situation actuelle, quels points pourraient être améliorés et quelles actions pourraient être entreprises consultation des parties prenantes (personnes en situation de crise, partenaires, bailleurs et autres organisations) pour savoir ce qu elles pensent des pratiques de redevabilité de l organisation et comment celles-ci pourraient être améliorées Idéalement, le processus devrait se dérouler au siège de l organisation et sur les sites d intervention ou les bureaux de terrain. Les décisions concernant le champ d application, les méthodes utilisées, la participation du personnel et le calendrier auront déjà été prises pendant la phase amont de l auto-évaluation. Le cahier de travail d auto-évaluation est un outil à utiliser en interne avec le personnel. Les questions correspondent aux critères de référence et aux exigences de la Norme HAP. Elles sont regroupées en deux catégories : exigences pour toutes les organisations et exigences supplémentaires pour les organisations travaillant avec des partenaires. Pour chaque critère de référence, d autres questions sont proposées pour encourager la réflexion et l apprentissage. Les questions sont conçues pour les discussions de groupe au niveau du siège et des programmes. Les groupes peuvent traiter l ensemble du questionnaire ou se limiter aux questions qui se rapportent à leurs tâches dans l organisation. Pour chaque question, le vécu des uns et des autres sera différent quant aux pratiques en place dans l organisation. Reconnaître et partager ces différents points de vue permettra d obtenir une image complète et fidèle de la situation actuelle et de déterminer les mesures à prendre pour améliorer la redevabilité. Il n y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, le but du jeu est d identifier les points forts de l organisation et les points d amélioration nécessitant de nouvelles actions. Pour démarrer l exercice de groupe avec le cahier de travail, l animateur devrait : 1. Expliquer le but de la réunion et donner un bref aperçu de la Norme HAP et de l auto-évaluation 2. Poser quelques questions de mise en route pour cerner la perception actuelle de la redevabilité : - Que signifie la redevabilité dans le cadre du travail de notre organisation? - Envers qui sommes-nous redevables? Comment exerçons-nous cette redevabilité en ce moment? 3. S assurer d avoir des exemplaires de la Norme HAP sous la main pour pouvoir s y référer 4. Désigner un/une secrétaire qui consignera les principaux points discutés à l aide du cahier de travail 5. Distribuer une copie des notes aux personnes ou au groupe chargé de réunir les constatations des différentes activités de l auto-évaluation HAP. Si vous avez des observations à faire concernant ce cahier de travail ou sur les directives pour une auto-évaluation, veuillez les envoyer à : en indiquant «observations sur les directives d auto-évaluation HAP» dans l objet. Draft HAP International 1 March

11 Critère de référence 1: Établir et respecter ses engagements L organisation énonce les engagements envers lesquels elle sera redevable, ainsi que son plan d action pour les respecter. Exigences Mode opératoire actuel Points à améliorer Mesures nécessaires 1.1 Est-ce que notre organisation a un cadre de redevabilité écrit qui : identifie les parties prenantes, en priorité les personnes qu elle vise à aider ; énonce ses engagements par rapport aux personnes qu elle vise à aider ; inclut les critères de référence de la Norme HAP ; a été approuvé par sa direction générale ; et pose des jalons pour chaque engagement? 1.2 Est-ce que notre organisation met en œuvre son cadre de redevabilité grâce à un système de gestion qui : précise les rôles et les responsabilités de la direction, y compris du conseil d administration ; repose sur un ensemble de processus qui garantissent que les ressources sont utilisées correctement en vue d atteindre des objectifs ; prévoit la participation du personnel à la prise de décision ; et permet une amélioration continue? Draft HAP International 1 March

12 Exigences supplémentaires - Partenaires 1.3 Est-ce que notre cadre de redevabilité témoigne de la volonté de travailler en partenariat, en se basant sur la redevabilité et le respect mutuels et sur l amélioration continue? 1.4 Est-ce que notre organisation a une politique de partenariat ou un document définissant : son approche générale du travail en partenariat ; le processus et les critères de sélection de ses partenaires, ainsi que le rôle de la redevabilité dans l évaluation de partenaires potentiels ; et ce qui est négociable et non négociable dans le travail avec les partenaires, en particulier par rapport au cadre de redevabilité? 1.5 Est-ce que notre organisation a trouvé un accord avec chacun de ses partenaires sur : les attentes et les modalités de travail ; les engagements des partenaires envers les personnes qu ils visent à aider et la manière dont ses engagements seront respectés ; si et comment l organisation interagira avec les personnes qu elle vise à aider? Draft HAP International 1 March

13 Autres points de discussion 1a. Quels engagements spécifiques prenons-nous envers les personnes que nous visons à aider et/ou les communautés en situation de crise que nous assistons? 1b. À quelles normes de qualité externe adhérons-nous? (par exemple, HAP, Sphère, Code de conduite de la Croix rouge, People, ) 1c. Que faisons-nous pour assurer que ces engagements et ces normes soient respectés à tous les niveaux de l organisation et dans tous les programmes? Draft HAP International 1 March

14 Critère de référence 2 : Compétence du personnel L organisation s assure que le personnel possède les compétences nécessaires pour remplir ses engagements. Exigences Mode opératoire actuel Points à améliorer Mesures nécessaires 2.1 Est-ce que notre organisation définit et décrit clairement les connaissances, aptitudes, comportements et attitudes du personnel requis pour remplir ses engagements? 2.2 Est-ce que notre organisation dispose d un code de conduite du personnel qui se réfère à : l interdiction de toute exploitation et abus de pouvoir, y compris l exploitation et l abus sexuel ; la prise en compte des sensibilités locales et culturelles ; et la responsabilité du personnel de signaler tout abus? 2.3 Que faisons-nous pour assurer que le personnel comprend le code de conduite, ainsi que sa responsabilité par rapport au cadre de redevabilité? Draft HAP International 1 March

15 2.4 Est-ce que notre organisation évalue de manière régulière et cohérente les performances du personnel relatives aux connaissances, aptitudes, comportements et attitudes nécessaires pour respecter les engagements? Exigences supplémentaires - Partenaires 2.6 Que fait notre organisation pour assurer que le personnel qui interagit avec ses partenaires comprend la portée de l accord de partenariat, les implications du cadre de redevabilité de l organisation pour les partenaires, ainsi que les obligations de chaque partenaire? 2.7 Que faisons-nous pour nous mettre d accord avec nos partenaires sur les connaissances, aptitudes, comportements et attitudes que le personnel du partenaire doit posséder afin de respecter les engagements pris, et assurer que ceux-ci sont reflétés dans le code de conduite du personnel (à l instar de l exigence 2.2)? Draft HAP International 1 March

16 2.8 Comment est-ce que notre organisation collabore avec ses partenaires pour assurer que les partenaires améliorent l application et le suivi de leur code de conduite du personnel? Autres points de discussion 2a. Est-ce que notre organisation a des politiques de ressources humaines à jour en matière de : recrutement et sélection accueil et intégration du personnel évaluation des performances développement professionnel du personnel? Est-ce que ces politiques sont bien comprises et appliquées systématiquement? 2b. Est-ce que tous les membres du personnel ont actuellement un descriptif de poste définissant les rôles, compétences, qualifications et devoirs exigés par ce poste? Draft HAP International 1 March

17 2c. Est-ce que tous les membres du personnel ont bénéficié d une évaluation des performances et d une procédure d accueil et d intégration? Draft HAP International 1 March

18 Critère de référence 3 : partager l information L organisation s assure que les personnes qu elle vise à aider et les autres parties prenantes ont accès, en temps voulu, à des informations claires et pertinentes sur l organisation et ses activités. Exigences Mode opératoire actuel Points à améliorer Mesures nécessaires 3.1 Est-ce que notre organisation définit et décrit les processus pour le partage d informations, incluant : un engagement à partager des informations précises dans les délais appropriés ; le type d information qu elle partagera avec les personnes qu elle vise à aider et les autres parties prenantes ; le mode de prise de décision concernant la fréquence et les modalités de partage de l information ; et les critères utilisés pour décider de ne pas partager l information? 3.2 Est-ce que notre organisation partage avec les personnes qu elle vise à aider et les autres parties prenantes des informations adaptées à leurs besoins, y compris : des informations générales sur l organisation et ses coordonnées ; son cadre de redevabilité, son code de conduite du personnel et sa procédure de gestion des plaintes ; ses buts et les objectifs de ses programmes, les résultats attendus, son planning des activités, ses rapports financiers, ainsi que ses rapports Draft HAP International 1 March

19 d avancement et ses évaluations de programme ; les tâches et les responsabilités du personnel ; les critères de sélection des groupes spécifiques et des activités, conformément à l exigence 4.2 ; et comment les contributions des activités participatives sont prises en compte dans le processus de décision? Draft HAP International 1 March

20 3.3 Est-ce que notre organisation s assure que l information est disponible dans les langues, les formats et les médias appropriés et est comprise par les personnes qu elle vise à aider et les autres parties prenantes? 3.4 Est-ce que notre organisation s assure que son personnel se présente aux personnes que l organisation vise à aider et aux autres parties prenantes? Exigences supplémentaires - Partenaires 3.5 Est-ce que notre organisation, en accord avec ses partenaires, rend publics le nom de ses partenaires, les principales activités communes et un rapport financier des programmes qu elle finance? Draft HAP International 1 March

21 3.6 Est-ce que notre organisation a trouvé un accord avec ses partenaires sur les modalités et la fréquence du partage de l information, y compris avec les personnes qu elle vise à aider, et est-ce que chacun s attache à mettre cet accord en application? 3.7 Comment est-ce que notre organisation collabore avec ses partenaires pour assurer que les partenaires respectent mieux les exigences 3.1 à 3.4? Autres points de discussion 3a Comment est-ce que nous informons les personnes que nous assistons des normes de qualité que nous avons définies pour notre travail? Est-ce que les communautés bénéficiaires de notre aide comprendront à quoi elles peuvent s attendre? 3b Comment est-ce que nous vérifions si l information est systématiquement relayée aux personnes que nous visons à aider au moment opportun? Est-ce que les rapports d évaluation de projet comprennent une section dédiée à cet aspect? Draft HAP International 1 March

22 Critère de référence 4 : Participation L organisation écoute les personnes qu elle vise à aider et prend en compte leurs opinions et analyses dans les décisions liées aux programmes. Exigences Mode opératoire actuel Points à améliorer Mesures nécessaires 4.1 Est-ce que notre organisation définit et établit par écrit les processus par lesquels elle va : identifier les personnes qu elle vise à aider et leurs représentants, en précisant les critères liés au sexe, à l âge, à la diversité et aux besoins particuliers ; et permettre aux femmes, aux hommes, aux filles et aux garçons qu elle vise à aider, ainsi qu aux autres parties prenantes, de prendre part aux différentes étapes du projet? 4.2 Est-ce que notre organisation élabore et met en place des processus adaptés au contexte, afin de prendre en compte les observations des personnes qu elle vise à aider et des autres personnes touchées par les crises dans : l évaluation initiale ; la conception du projet, les activités, les critères de sélection des groupes spécifiques et le processus de sélection ; la mise en œuvre du projet ; et le suivi et l évaluation Draft HAP International 1 March

23 4.3 Est-ce que notre organisation permet aux personnes qu elle vise à aider de donner leur avis, d influencer ou de prendre des décisions concernant le projet, d une façon qui soit toujours adaptée au contexte et à l intervention? Est-ce que nous obtenons au minimum leur consentement éclairé? Exigences supplémentaires - Partenaires 4.4 Est-ce que notre organisation a trouvé un accord avec ses partenaires sur la manière dont les personnes qu elle vise à aider peuvent participer aux différentes phases du projet? Est-ce que chacun s attache à mettre cet accord en application? 4.5 Comment est-ce que notre organisation collabore avec ses partenaires pour assurer que les partenaires respectent mieux les exigences 4.1 à 4.3? Draft HAP International 1 March

24 Autres points de discussion 4a. Que faisons-nous pour favoriser l application de bonnes pratiques par le personnel de terrain dans les processus participatifs? 4b. Que faisons-nous pour assurer la participation des membres marginalisés de la communauté ou les personnes les plus à risque? 4c. À quels genres de décision les bénéficiaires et les représentants des autres membres de la communauté participent-ils? 4d. Comment informons-nous les personnes et les communautés visées par notre aide des progrès réalisés et des résultats obtenus? Draft HAP International 1 March

25 Critère de référence 5 : Gestion des plaintes L organisation permet aux personnes qu elle vise à aider et aux autres parties prenantes de soumettre une plainte et d obtenir une réponse grâce à une procédure efficace, accessible et sûre. Exigences Mode opératoire actuel Points à améliorer Mesures nécessaires 5.1 Est-ce que notre organisation définit et établit par écrit une procédure de gestion des plaintes qui couvre les éléments et aspects suivants : les personnes qu elle vise à aider, le personnel et les autres parties prenantes qui ont le droit de soumettre une plainte et d obtenir une réponse ; la finalité et les limites de la procédure ; les démarches à suivre pour soumettre une plainte ; les mesures prises pour gérer les plaintes, la procédure d enquête et le délai de réponse ; le traitement accéléré en cas d allégations d exploitation et de maltraitance, y compris de nature sexuelle ; la politique de confidentialité et de non-représailles, ainsi que la possibilité de faire appel et de recevoir un soutien pour les plaignants et les témoins ; la procédure pour un renvoi sans risque à une autre autorité de plaintes, si la plainte concerne des questions que l organisation n est pas en mesure de gérer elle-même, telles que la prise en charge médicale, psychologique et l appui juridique ou social? Draft HAP International 1 March

26 5.2 Est-ce que notre organisation identifie et met en place une procédure de gestion des plaintes fondée sur les préférences des personnes qu elle vise à aider, du personnel et des autres parties prenantes, après les avoir consultés? 5.3 Est-ce que notre organisation s assure que les personnes qu elle vise à aider, ainsi que son personnel et les autres parties prenantes, comprennent la procédure de gestion des plaintes? 5.4 Comment est-ce que notre organisation vérifie que les plaintes reçues sont gérées selon la procédure établie et qu elles seront suivies d effet? Draft HAP International 1 March

27 Exigences supplémentaires - Partenaires 5.5 Est-ce que notre organisation a trouvé un accord avec ses partenaires sur une procédure sûre et accessible pour gérer les plaintes que nous soumettons l un contre l autre, et est-ce que chacun s attache à mettre cet accord en application? 5.6 Est-ce que notre organisation a trouvé un accord avec ses partenaires sur la manière dont les personnes que l organisation vise à aider peuvent déposer des plaintes auprès des partenaires, y compris dans les situations où une plainte sera traitée directement par l organisation? Est-ce que chacun s attache à mettre cet accord en application? 5.7 Comment est-ce que notre organisation collabore avec ses partenaires pour assurer que les partenaires respectent mieux les exigences 5.1 à 5.4? Draft HAP International 1 March

28 Autres points de discussion 5a. Est-ce que nous sommes ouverts aux plaintes et aux préoccupations soulevées par les personnes que nous visons à aider et par leurs représentants et est-ce que nous facilitons la soumission d une plainte? 5b. Est-ce que les collaborateurs connaissent leurs responsabilités dans la gestion et le traitement des plaintes? Est-ce qu ils ont reçu une formation appropriée à cet effet? 5c. Est-ce que nous avons des collaborateurs spécialement formés pour enquêter sur les allégations de maltraitance, y compris d agressions sexuelles, et de corruption? Draft HAP International 1 March

29 Critère de référence 6 : Apprentissage et amélioration continue L organisation tire des enseignements de son expérience afin d améliorer sans cesse ses performances. Exigences Mode opératoire actuel Points à améliorer Mesures nécessaires 6.1 Est-ce que notre organisation définit et documente des processus d apprentissage efficaces, y compris à partir des rapports de suivi, des évaluations et des plaintes? 6.2 Est-ce que notre organisation évalue régulièrement ses performances, y compris par rapport à son cadre de redevabilité, aux compétences du personnel, au partage de l information, aux mécanismes de participation, à la procédure de gestion des plaintes et à l apprentissage? 6.3 Est-ce que notre organisation inclut dans ses évaluations un contrôle systématique des avancées réalisées par rapport à son cadre de redevabilité? Draft HAP International 1 March

30 6.4 Est-ce que notre organisation s assure que l apprentissage, y compris sur la redevabilité, est intégré dans ses plans de travail en temps voulu? Exigences supplémentaires - Partenaires 6.5 Est-ce que notre organisation a trouvé un accord avec ses partenaires sur la manière de suivre et d évaluer conjointement leurs programmes, la qualité de leur partenariat et les performances convenues, et est-ce que chacun s attache à mettre cet accord en application? 6.6 Comment est-ce que notre organisation collabore avec ses partenaires pour assurer que les partenaires respectent mieux les exigences 6.1 à 6.4? Draft HAP International 1 March

31 Autres points de discussion 6a. Comment est-ce que notre organisation évalue le respect de ses politiques et procédures? Est-ce que nous avons défini des modalités pour les vérifier et les améliorer progressivement? 6b. Est-ce que nous demandons systématiquement l avis des personnes en situation de crise lors des exercices de suivi et d évaluation et est-ce que ces avis et les expériences de ces personnes sont intégrés aux résultats des exercices? Comment ces informations sont-elles mises à profit pour l apprentissage et l amélioration des pratiques? 6c. Comment est-ce que les connaissances sont diffusées dans toute l organisation et est-ce que l apprentissage est encouragé à tous les niveaux? Est-ce que tous les collaborateurs ont accès à ces informations? Draft HAP International 1 March

32 OUTIL 3 : QUESTIONS POUR ANIMER LES DISCUSSIONS AVEC LE PERSONNEL SUR LE TERRAIN Critère de référence 1: Établir et respecter ses engagements L organisation énonce les engagements envers lesquels elle sera redevable, ainsi que son plan d action pour les respecter Question Mode opératoire actuel Points à améliorer 1. Quels principes ou valeurs guident votre travail avec les populations visées par votre aide? 2. À votre avis, que signifie la redevabilité dans la pratique? (quelle est la situation actuelle et comment pourrait-elle être améliorée?) 3. Est-ce que votre organisation explique clairement à ses différentes parties prenantes (personnes en situation de crise, partenaires, personnel, bailleurs, etc.) de quoi elle peut être tenue redevable? 4. De quels engagements spécifiques votre organisation est-elle redevable envers les personnes et communautés qu elle assiste? Draft HAP International 1 March

La norme HAP 2010 de redevabilité humanitaire et de gestion de la qualité

La norme HAP 2010 de redevabilité humanitaire et de gestion de la qualité La norme HAP 00 de redevabilité humanitaire et de gestion de la qualité La norme HAP 00 de redevabilité humanitaire et de gestion de la qualité Sommaire La norme HAP 00 de redevabilité humanitaire et de

Plus en détail

Questionnaire de pré qualification HSEQ des contractants (Marchés de travaux à risque moyen / élevé)

Questionnaire de pré qualification HSEQ des contractants (Marchés de travaux à risque moyen / élevé) SEREPT HSEQ Questionnaire de pré qualification HSEQ (Marchés de travaux à risque moyen / élevé) SEREPT-HSEQ-07-01-F02 Page 1 sur 7 A propos de ce questionnaire 1. Ce questionnaire a été développé selon

Plus en détail

Gestion de plaintes / feedback de communautés

Gestion de plaintes / feedback de communautés Notes de CAFOD sur la Redevabilité: Niveau 1 (basique) / feedback de communautés Le présent document fournit aux partenaires de CAFOD un guide basique et méthodique sur la gestion de plaintes et feedback

Plus en détail

Cadre de compétences de la FAO

Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO La FAO remercie le Secrétariat de l ONUSIDA qui a bien voulu lui permettre de réutiliser, et d adapter, si nécessaire, le texte explicatif

Plus en détail

Un outil pour l évaluation du rendement de la planification de la gestion de crises

Un outil pour l évaluation du rendement de la planification de la gestion de crises PROTOCOLE D ÉVALUATION DE L INITIATIVE VDMD Un outil pour l évaluation du rendement de la planification de la gestion de crises Introduction L Association minière du Canada a lancé l initiative Vers le

Plus en détail

Guide de référence rapide pour la recherche au collégial

Guide de référence rapide pour la recherche au collégial Guide de référence rapide pour la recherche au collégial Daniel Puche, Ph.D., CEGEP de St-Hyacinthe, 2012 Ce guide se veut une référence pratique pour les enseignants-chercheurs dans leurs démarches de

Plus en détail

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale

Consultez-nous. Traiter votre plainte par la résolution locale Consultez-nous Traiter votre plainte par la résolution locale 2 Table des matières Qu est-ce que le Bureau du directeur indépendant de l examen de la police?...3 Qu est-ce que la résolution locale?...

Plus en détail

Soutien à la planification d un projet avec les pairs. Eigerplatz 5, CP 460 CH-3000 Berne 14 +41(0)31 3760401 office@infodrog.ch www.infodrog.

Soutien à la planification d un projet avec les pairs. Eigerplatz 5, CP 460 CH-3000 Berne 14 +41(0)31 3760401 office@infodrog.ch www.infodrog. Soutien à la planification d un projet avec les pairs Eigerplatz 5, CP 460 CH-3000 Berne 14 +41(0)31 3760401 office@infodrog.ch www.infodrog.ch Nom du projet 1. La mise en place du projet gestion du projet

Plus en détail

Cahier des charges pour la réalisation d un audit externe du programme GUS / OFS

Cahier des charges pour la réalisation d un audit externe du programme GUS / OFS Département fédéral de l intérieur (DFI) Office Fédéral de la Statistique OFS Etat-major Cahier des charges pour la réalisation d un audit externe du programme GUS / OFS Table des matières 1 Généralités

Plus en détail

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2015)

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2015) Public Works and Government Services Canada Canadian General Standards Board Travaux publics et Services gouvernementaux Canada Office des normes générales du Canada Norme relative au système de gestion

Plus en détail

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES. de personnel

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES. de personnel SECTION 7 Perfectionnement de Il est important de penser à la façon de perfectionner le pour améliorer le travail de l organisation. Le perfectionnement du pourrait impliquer une éducation, des opportunités

Plus en détail

Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes

Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes Audit Committee Institute Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes Le comité d audit joue un rôle de plus en plus important dans l orientation et l exécution des travaux de l audit

Plus en détail

Négociation et réflexion dans la formation d enseignant

Négociation et réflexion dans la formation d enseignant PESTALOZZI TRAINING RESOURCES L utilisation des médias sociaux pour la participation démocratique (SOCMED) Négociation et réflexion dans la formation d enseignant par Auteur : Andrea Fischer - Hongrie

Plus en détail

ADVANCING PARTNERS & COMMUNITIES

ADVANCING PARTNERS & COMMUNITIES RESSOURCES ET ORIENTATION DE SOUS-SUBVENTION ADVANCING PARTNERS & COMMUNITIES ORIENTATION DU SOUS-BENEFICIAIRE SUR LE PLAN DE SUIVI DE LA PERFORMANCE Advancing Partners & Communities Advancing Partners

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

Evaluation de l organisation interne

Evaluation de l organisation interne Module 1 Module Evaluation de l organisation interne Table des matières SECTION 1 Mission et valeurs 34 SECTION 2 Gestion 1 40 SECTION 3 Gestion 2 46 T E A R F U N D 2 0 0 3 33 Module 1 Section 1 Mission

Plus en détail

Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015

Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015 ISO 14001 Guide de transition Révisions ISO Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015 La nouvelle norme internationale pour les systèmes de management environnemental ISO 14001 - Système de Management Environnemental

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Septembre 2014 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto évaluation

Plus en détail

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009)

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009) Public Works and Travaux publics et Government Services Services gouvernementaux Canada Canada Canadian General Standards Board Office des normes générales du Canada Norme relative au système de gestion

Plus en détail

TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS

TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS 7 TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS INFORMATIONS GÉNÉRALES Une fois les données recueillies, celles-ci sont traitées transmises sur support informatique (saisie ), organisées et nettoyées

Plus en détail

SPTF. Normes Universelles de Gestion de la. Performance Sociale

SPTF. Normes Universelles de Gestion de la. Performance Sociale SPTF Normes Universelles de Gestion de la Performance Sociale 1 2 3 DÉFINIR ET SUIVRE LES OBJECTIFS SOCIAUX S ASSURER DE L ENGAGEMENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION, DE LA DIRECTION, ET DU PERSONNEL EN FAVEUR

Plus en détail

LE PROGRAMME DE MENTORAT LIONS

LE PROGRAMME DE MENTORAT LIONS LE PROGRAMME DE MENTORAT LIONS Guide de base de mentorat TABLE DES MATIÈRES Introduction Au mentoré Au mentor Le programme de mentorat Lions Programme de base de mentorat 5 Programme avancé de mentorat

Plus en détail

Guide de la Cartographie des Réseaux Sociaux

Guide de la Cartographie des Réseaux Sociaux Guide de la Cartographie des Réseaux Sociaux Développé par Tékponon Jikuagou: Répondre aux Besoins Non-Satisfaits en Planification Familiale à travers les Réseaux Sociaux au Bénin TÉKPONON JIKUAGOU INSTITUTE

Plus en détail

Analyse des pratiques d évaluation de la formation et de son rendement dans des entreprises performantes

Analyse des pratiques d évaluation de la formation et de son rendement dans des entreprises performantes Analyse des pratiques d évaluation de la formation et de son rendement dans des entreprises performantes L ENTREPRISE CG-1 Alain Dunberry Maryse Larivière CIRDEP Table des matières Résumé... 2 1. Le portrait

Plus en détail

Merci de remplir ce questionnaire sur le programme-cadre d éducation physique et santé de l Ontario.

Merci de remplir ce questionnaire sur le programme-cadre d éducation physique et santé de l Ontario. À TITRE D INFORMATION : Le présent document vous est fourni à seul titre d information. Un lien URL unique utilisable une seule fois sera fourni aux directions des écoles élémentaires financées par les

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

3 ème SONDAGE SUR LA RESPONSABILITE MONDIALE EN PREPARATION DU FCD 2014

3 ème SONDAGE SUR LA RESPONSABILITE MONDIALE EN PREPARATION DU FCD 2014 DCPB/OESC/UNDES DRAFT V.2 -Septembre 201 3 ème SONDAGE SUR LA RESPONSABILITE MONDIALE EN PREPARATION DU FCD 2014 RESPONSABILITE MUTUELLE ET PARTENARIATS AU DEVE- LOPPEMENT AU NIVEAU NATONAL Les quelques

Plus en détail

Stratégie visant des écoles saines

Stratégie visant des écoles saines Chapitre 4 Section 4.03 Ministère de l Éducation Stratégie visant des écoles saines Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.03, Rapport annuel 2013 APERÇU DE L ÉTAT DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Association suisse des services d aide et de soins à domicile

Association suisse des services d aide et de soins à domicile Association suisse des services d aide et de soins à domicile Concept qualité pour l aide et les soins à domicile dans le cadre de l introduction d une gestion de la qualité institutionnalisée dans les

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

La Norme humanitaire fondamentale et les standards essentiels Sphère. Analyse et comparaison. ProjetSphere.org/CHS

La Norme humanitaire fondamentale et les standards essentiels Sphère. Analyse et comparaison. ProjetSphere.org/CHS La Norme humanitaire fondamentale et les standards essentiels Sphère Analyse et comparaison Note d orientation provisoire, mars 2015 (version 2) ProjetSphere.org/CHS Sommaire Introduction... 3 La CHS et

Plus en détail

EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE BASE SUR LA CIDPH

EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE BASE SUR LA CIDPH 7. EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE BASE SUR LA CIDPH EN VUE D UN DIAGNOSTIC LOCAL PARTICIPATIF SUR LA SITUATION DES PERSONNES HANDICAPEES Les questions ci-dessous sont basées sur certains articles de la CIDPH

Plus en détail

Afin d obtenir la certification niveau 2, les loteries doivent prouver la finalisation de deux éléments, savoir :

Afin d obtenir la certification niveau 2, les loteries doivent prouver la finalisation de deux éléments, savoir : Pour faire suite aux demandes des membres de la WLA d avoir un meilleur guide sur ce qu on s attend d avoir dans la soumission de niveau 2, un gabarit a été développé avec une série de questions qui peuvent

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN/E EXPERT/E NATIONAL EVALUATION FINALE, DOCUMENTATION ET VALORISATION DES RESULTATS DU PROJET

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN/E EXPERT/E NATIONAL EVALUATION FINALE, DOCUMENTATION ET VALORISATION DES RESULTATS DU PROJET TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN/E EXPERT/E NATIONAL EVALUATION FINALE, DOCUMENTATION ET VALORISATION DES RESULTATS DU PROJET "APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME QUADRIENNAL DE MAITRISE

Plus en détail

GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT)

GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) MARS 2011 Conseil québécois des ressources humaines en tourisme 1 AVANT-PROPOS Ce guide d implantation s adresse spécifiquement

Plus en détail

Savoir jouer avec les autres Votre orchestre est-il prêt pour un travail de collaboration?

Savoir jouer avec les autres Votre orchestre est-il prêt pour un travail de collaboration? Savoir jouer avec les autres Votre orchestre est-il prêt pour un travail de Par Katherine Carleton Directrice générale, Orchestres Canada Novembre 2006 Les orchestres à l esprit d entreprise s efforcent

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

GUIDE DE SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE

GUIDE DE SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE Direction générale adjointe Planification, qualité et mission universitaire Coordination de l enseignement et de la recherche 1250, rue Sanguinet, Montréal, QC H2X 3E7 Tél. : (514) 527-9565 / Téléc. :

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats Bureau du surintendant des institutions financières Groupe de l assurance-vie Conglomérats Juin 2012 Table des matières 1. Contexte... 2 2. Objectif, portée et méthodologie... 3 3. Conclusion... 4 4. Réponse

Plus en détail

Questionnaire Observatoires Régionaux 2010

Questionnaire Observatoires Régionaux 2010 page 1 sur 8 Questionnaire Observatoires Régionaux 2010 Bilan prévu à l article 12 du Protocole d accord du 30 novembre 2004 Sommaire Préambule Informations générales Relations avec les instances représentatives

Plus en détail

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS PREMIÈRE ÉDITION (4 Juin 2014) LISTE DE CONTROLE POUR ENGAGER UN BON CONSULTANT I. Travaux préparatoires en interne II. Critères personnels concernant le consultant III.

Plus en détail

LES ESPACES AMIS D ENFANTS LIGNES DIRECTRICES

LES ESPACES AMIS D ENFANTS LIGNES DIRECTRICES LES ESPACES AMIS D ENFANTS LIGNES DIRECTRICES Introduction : les Espaces Amis d Enfants (EAE) sont des structures communautaires utilisées dans les situations d urgence comme première réponse aux besoins

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 ISO 9001 Guide de transition Révisions ISO Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 La nouvelle norme internationale pour les systèmes de management de la qualité ISO 9001 - Système de Management de

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

FLEGT Note d Information

FLEGT Note d Information Série 20 Note FLEGT Note APPLICATION DES REGLEMENTATIONS FORESTIERES, GOUVERNANCE ET ECHANGES COMMERCIAUX Directives sur le Contrôle Indépendant INTRODUCTION Le Plan d action de l UE pour l application

Plus en détail

C est un outil important pour : - mener une politique de communication cohérente, - et fixer des priorités.

C est un outil important pour : - mener une politique de communication cohérente, - et fixer des priorités. Élaborer un plan de communication stratégique pour une organisation publique - Guide pour les communicateurs fédéraux - COMM Collection - N 19 Bruxelles, juin 2010 Cette démarche suppose une analyse approfondie

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

Code de déontologie. des entraîneurs professionnels

Code de déontologie. des entraîneurs professionnels Code de déontologie des entraîneurs professionnels En vigueur : octobre 2007 CODE DE DÉONTOLOGIE DES 1 1.0 ÉNONCÉ DE MISSION DE PATINAGE CANADA Patinage Canada est une association qui a pour mandat de

Plus en détail

Structure établie pour les cours approuvés par le registrateur

Structure établie pour les cours approuvés par le registrateur Structure établie pour les cours approuvés par le registrateur Relativement aux décisions du comité de discipline et du comité d aptitude professionnelle et Exigences applicables aux fournisseurs des cours

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE INTRODUCTION Les Lignes directrices sur la gouvernance d entreprise encadrent les responsabilités du Conseil d administration et de la direction afin

Plus en détail

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais :

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : 1-800-230-6349 Télécopieur : (819) 953-6088 (Pour les malentendants

Plus en détail

ANNEXE G ADDENDA AU RAPPORT PRÉALABLE À L INSPECTION POUR LES ÉCOLES EN LIGNE 2015-2016

ANNEXE G ADDENDA AU RAPPORT PRÉALABLE À L INSPECTION POUR LES ÉCOLES EN LIGNE 2015-2016 ANNEXE G ADDENDA AU RAPPORT PRÉALABLE À L INSPECTION POUR LES ÉCOLES EN LIGNE 2015-2016 Une école offrant en ligne une partie ou la totalité de ses cours doit soumettre l addenda au rapport préalable à

Plus en détail

Guide de soutien pour l élaboration des normes et modalités d évaluation des écoles primaires.

Guide de soutien pour l élaboration des normes et modalités d évaluation des écoles primaires. Guide de soutien pour l élaboration des normes et modalités d évaluation des écoles primaires. Mise à jour actualisée en fonction des modifications au Régime pédagogique entrant en vigueur le 1 er juillet

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Piloter un Curriculum:

Piloter un Curriculum: G U I D E T E C H N I Q U E D E X E C U T I O N N 3, I - T E C H Piloter un Curriculum: Evaluer l Efficacité d une Nouvelle Formation Les Guides Techniques d Exécution d I-TECH consistent en une série

Plus en détail

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010 Français Original: anglais CCM/MSP/2010/WP.3 Première Assemblée des États parties Vientiane (République démocratique populaire lao) 9-12 novembre

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action

Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance Comité provincial d examen des bulletins scolaires Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action Aout 2014 Vue d ensemble des

Plus en détail

L Approche CPA 6 - Communication

L Approche CPA 6 - Communication L Approche CPA 6 - Communication La présente fiche d information porte sur la communication, qui, comme le montre le diagramme ci-dessous, constitue le dernier volet de l Approche CPA. Pour avoir un aperçu

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

L art d e crire une demande aux IRSC

L art d e crire une demande aux IRSC L art d e crire une demande aux IRSC Veuillez trouver ci-joint des résumés pour l ensemble complet des trucs et astuces pour écrire une demande aux IRSC. Désirez-vous en savoir plus? Visitez régulièrement

Plus en détail

1. Pourquoi votre institution devrait-elle réaliser. 2. Quel type d évaluation convient. 3. Quel processus suivre pour faire

1. Pourquoi votre institution devrait-elle réaliser. 2. Quel type d évaluation convient. 3. Quel processus suivre pour faire VERSION 1 Les clients d abord en microfinance Sommaire Guide d évaluation de la protection des clients Comment réaliser un diagnostic approfondi et confidentiel de vos politiques et pratiques de protection

Plus en détail

OUTIL D AUTOEVALUATION DU DEVELOPPEMENT ORGANISATIONNEL

OUTIL D AUTOEVALUATION DU DEVELOPPEMENT ORGANISATIONNEL OUTIL D AUTOEVALUATION DU DEVELOPPEMENT ORGANISATIONNEL Introduction Le module répond à un besoin réel des membres du réseau Youth to Youth (Jeunes pour Jeunes) afin des les aider à faire face aux entraves

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Programme d assurance de la qualité. Tutoriel Portfolio professionnel

Programme d assurance de la qualité. Tutoriel Portfolio professionnel Programme d assurance de la qualité Tutoriel Portfolio professionnel Information sur le tutoriel Ce tutoriel a été conçu afin d aider les hygiénistes dentaires à compléter les formulaires du portfolio

Plus en détail

LA GESTION ET L ENCADREMENT DES BÉNÉVOLES

LA GESTION ET L ENCADREMENT DES BÉNÉVOLES LA GESTION ET L ENCADREMENT DES BÉNÉVOLES Bonjour! Bienvenue à l atelier : «La gestion et l encadrement de bénévoles» Cet atelier a pour but de vous familiariser avec divers éléments de base liés à la

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

APERÇU DES OBLIGATIONS

APERÇU DES OBLIGATIONS Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l'interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Institutions Vérification interne Personne-ressource

Plus en détail

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ 2 GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET «Le système européen de crédits d apprentissage pour l enseignement et la formation professionnels (ECVET) est un cadre technique pour le transfert,

Plus en détail

Politique en matière de harcèlement psychologique au travail

Politique en matière de harcèlement psychologique au travail Politique en matière de harcèlement psychologique au travail Projet déposé au conseil d administration Lors de sa séance du 3 juillet 2014 Gatineau (Québec) 1. OBJECTIFS La présente politique vise à instaurer

Plus en détail

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du CORPORATION DES SERVICES EN ÉDUCATION DE L ONTARIO Programme de perfectionnement professionnel des membres des conseils scolaires Modules 5 Partie A : L évaluation du rendement de la direction de l éducation

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 25 juin 2002 CA-2002-87-736 Révisée

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Collèges privés d enseignement professionnel

Collèges privés d enseignement professionnel Chapitre 4 Section 4.12 Ministère de la Formation et des Collèges et Universités Collèges privés d enseignement professionnel Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.12 du Rapport

Plus en détail

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011 Conscients des restrictions auxquelles sont soumis les juges de la CPI concernant les commentaires extrajudiciaires qui pourraient affecter l indépendance mentionnée à l article 40 du Statut de Rome et

Plus en détail

OUTIL D'EVALUATION DES ASSOCIATIONS

OUTIL D'EVALUATION DES ASSOCIATIONS OUTIL D'ÉVALUATION DESTINÉ À GUIDER UN PROCESSUS D'ANALYSE DES ÉCARTS VISANT À RENFORCER LES ASSOCIATIONS DES SAGES-FEMMES OUTIL D'EVALUATION DES ASSOCIATIONS Cher représentant/chère représentante participant

Plus en détail

V É R I F I C A T I O N D E S R É F É R E N C E S - G U I D E D U G E S T I O N N A I R E -

V É R I F I C A T I O N D E S R É F É R E N C E S - G U I D E D U G E S T I O N N A I R E - V É R I F I C A T I O N D E S R É F É R E N C E S - G U I D E D U G E S T I O N N A I R E - + P O U R Q U O I V É R I F I E R L E S R É F É R E N C E S + A S P E C T S J U R I D I Q U E S + P R O C E S

Plus en détail

Règlement de l assurance qualité et du development de la qualité des conseillères et conseillers bso

Règlement de l assurance qualité et du development de la qualité des conseillères et conseillers bso Association professionnelle de coaching, de conseil et organisation Règlement de l assurance qualité et du development de la qualité des conseillères et conseillers bso Pages Contenus 2 Introduction et

Plus en détail

GUIDE DU RECRUTEMENT

GUIDE DU RECRUTEMENT GUIDE DU RECRUTEMENT Les étapes clés : A) CLARIFIER VOTRE BESOIN DE RECRUTEMENT B) REDIGER ET COMMUNIQUER VOTRE OFFRE D EMPLOI C) SELECTIONNER LES CANDIDATURES RECUES D) REUSSIR L ENTRETIEN DE RECRUTEMENT

Plus en détail

PROCESSUS DE RECONNAISSANCE. Programme de reconnaissance des fournisseurs de services de formation en santé et en sécurité au travail

PROCESSUS DE RECONNAISSANCE. Programme de reconnaissance des fournisseurs de services de formation en santé et en sécurité au travail PROCESSUS DE RECONNAISSANCE Programme de reconnaissance des fournisseurs de services de formation en santé et en sécurité au travail INTRODUCTION Travail sécuritaire NB offre un programme de reconnaissance

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

Gestion des clusters : guide pratique

Gestion des clusters : guide pratique Outils d action Gestion des clusters : guide pratique Cluster management? A practical guide, Part A: Overview, GTZ, décembre 2007. Même à l époque où les économies étaient encore largement centrées sur

Plus en détail

Planification financière

Planification financière Planification financière Introduction La planification financière couvre un large éventail de sujets et dans le meilleur des cas, elle les regroupe d une manière ordonnée et intégrée. Toutefois, vu qu

Plus en détail

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Édité par : L Ordre des infirmières et des infirmiers

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU NUNAVUT PROGRAMME D EMPLOIS D ÉTÉ

GOUVERNEMENT DU NUNAVUT PROGRAMME D EMPLOIS D ÉTÉ GOUVERNEMENT DU NUNAVUT PROGRAMME D EMPLOIS D ÉTÉ ÉQUITABLES POUR ÉTUDIANTS APERÇU DU PROGRAMME Le Programme d emplois d été équitables pour étudiants (PEEEE) du gouvernement du Nunavut (GN) offre aux

Plus en détail

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES DOSSIERS PÉDAGOGIQUES Les dossiers pédagogiques comprennent des outils pour faciliter la tâche d enseignement d un professeur. 1. PLANIFICATION PÉDAGOGIQUE Yvon Brunet, inf., M. Éd. Ce dossier pédagogique

Plus en détail

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005 Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel Partie I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Section Initiative Description

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Séminaire sur l histoire orale

Séminaire sur l histoire orale Séminaire sur l histoire orale Cette leçon et la documentation qui l accompagne peuvent être utilisées pour préparer un séminaire de trois à quatre heures sur la préparation, l enregistrement, le traitement

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Contrôle Qualité pour les ISC

Contrôle Qualité pour les ISC ISSAI 40 Les Normes internationales des institutions supérieures de contrôle des finances publiques (ISSAI) sont publiées par l Organisation internationale des institutions supérieures de contrôle des

Plus en détail

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE DIRECTIVES SUR L APPRÉCIATION DE L ÉQUIVALENCE DE MESURES SANITAIRES ASSOCIÉES À DES SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES DENRÉES ALIMENTAIRES 1 SECTION 1 PRÉAMBULE CAC/GL 53-2003 1. Il n est

Plus en détail