Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne"

Transcription

1 Croix-Rouge suisse Département santé et intégration Service santé Werkstr Wabern Rapport : Examen et ajustement des politiques cantonales dans le cadre du programme «Poids corporel sain» sous l angle de la mise en œuvre des mesures et compte tenu de groupes vulnérables Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne

2 Mise en œuvre de mesures cantonales dans le cadre du programme «Poids corporel sain» «Examen et ajustement des politiques cantonales dans le cadre du programme «Poids corporel sain» sous l angle de la mise en œuvre des mesures et compte tenu de groupes vulnérables» Les critères d action et d efficacité peuvent cibler plus nettement les groupes vulnérables moyennant quelques s. Dans le tableau ci-dessous, les adaptations sont insérées en gras et italique. Pour ce qui est de la faisabilité, nous proposons d intégrer quatre nouveaux critères, à savoir : Les déterminants sociaux de la santé Le groupe favorisé Les approches spécifiques La qualification des professionnels Description : voir également tableau ci-dessous, en caractères normaux.

3 Critère Question Explication Analyse du problème Etat de la mise en œuvre Estimation de l efficacité Dans quels domaines d action faut-il fixer des priorités et lesquelles? Quelles mesures ont déjà été mises en œuvre dans le canton ou sont en passe de l être? De quelles mesures attend-on la plus grande efficacité et pour qui? Pour déterminer quels sont les besoins dans le canton, il est recommandé, dans un premier temps, d effectuer une analyse de la situation pour tous les domaines d action (formation, santé, société/environnement, économie/travail).* L analyse devrait faire une distinction entre les disparités locales et/ou régionales, p. ex. en ce qui concerne les conditions socioéconomiques, les univers et les groupes différents. Des priorités sont arrêtées et des mesures adaptées sont définies sur la base des résultats de l analyse, p. ex. avec une priorité locale, ciblée sur des groupes vulnérables ou sur des déterminants de santé particulièrement importants. Dans un deuxième temps, on examine où en est la mise en œuvre des mesures prévues dans un canton : une autre entité s occupe-t-elle déjà de la mise en œuvre? Les activités en cours peuvent-elles donner lieu à des synergies? Les révisions de lois, ordonnances, règlements, etc. sont-elles en cours? A ce jour, l efficacité des mesures en matière de «Poids corporel sain» a encore peu été étudiée scientifiquement. Par conséquent, il est recommandé de se renseigner auprès d autres cantons pour connaître leur expérience, resp. de demander à des spécialistes de différents domaines d action, qui possèdent des compétences spécifiques pour les groupes cibles concernés, ce qu ils pensent de l efficacité des mesures prévues. 3

4 QUATRE NOUVEAUX CRITERES Critère Question Explication Déterminants sociaux de la santé Groupe favorisé Approches spécifiques Comment les mesures peuvent-elles agir sur les déterminants sociaux de la santé définis dans l analyse du problème? Quels groupes peuvent être concrètement atteints par quelles mesures? Les mesures considèrent-elles les approches spécifiques aux groupes ou settings? Les déterminants sociaux sont les conditions de vie (conditions de logement, environnement de travail) ainsi que les structures et les réseaux. Ils sont communs à des groupes entiers de population. Ils influencent considérablement l état de santé du groupe concerné. Ils peuvent concerner une population locale, une tranche d âge en particulier, certains groupes de migrants, etc. Les mesures doivent porter sur les déterminants qui exercent une influence particulièrement marquée dans le domaine considéré. Un ancrage dans le contexte social renforce l efficacité des mesures. Il y a lieu de considérer différents groupes, en priorité ceux pour lesquels un besoin particulier a été établi dans le cadre de l analyse. Il convient de se demander si la mesure est adéquate pour le groupe choisi ou si elle doit être adaptée le cas échéant. Cette manière de procéder doit permettre de garantir que la mesure prévue atteindra réellement le groupe considéré. Les groupes favorisés et les ressources dont ceux-ci disposent doivent être invités à participer à la planification et à la mise en œuvre des mesures. Les approches spécifiques groupe ou setting peuvent renforcer l efficacité des mesures. Lors de la collaboration avec un groupe, la prise en compte de facteurs socioculturels peut déterminer si une mesure aura l effet escompté ou non. Il faut accorder de l importance au contexte, par ex. groupes de pairs, familles issues de la migration, quartier, voisins, etc. Lorsqu une mesure s adresse aux enfants, étudier comment les parents et leur environnement social peuvent être intégrés. 4

5 Critère Question Explication Qualification des professionnels Quelles sont les compétences des personnes mettant en œuvre une mesure? Les personnes qui mettent en œuvre les mesures ou qui interviennent en tant que conseillers (enseignants, conseillers, responsables de projet, etc.) doivent avoir des connaissances techniques, mais aussi des compétences spécifiques dans le domaine d action et à l égard du groupe favorisé De la même manière que le travail auprès d enfants suppose des compétences pédagogiques, le travail auprès de migrants requiert une compétence transculturelle. Cette compétence peut s acquérir par une formation continue spécifique ou peut venir de l extérieur, par l intermédiaire de conseillers. 5

6 Première évaluation du catalogue de mesures, avec critères complétés Il convient de préciser que les estimations précédentes portant sur la nécessité d agir, l efficacité et la faisabilité des mesures restent d actualité. Les considérations formulées ici constituent des mesures aires et en aucun cas des solutions de remplacement. No 1 Maintien d au minimum 3 heures obligatoires d éducation physique dans le plan d études. Déterminants sociaux de la santé : l ancrage dans le contexte social de l école rend cette mesure très efficace. La mesure touche tous les enfants et les jeunes qui fréquentent l école. Groupe favorisé : les jeunes en apprentissage ou en formation élémentaire ne sont pas favorisés. Qualification des professionnels: les professionnels doivent aussi pouvoir s adapter aux enfants et aux jeunes qui, pour diverses raisons, n ont pas l habitude de bouger. 6

7 2 Financement de l activité sportive facultative dans le cadre scolaire (élèves et établissements) compléter: L efficacité peut être renforcée si l offre est conçue de manière à séduire les élèves jusqu ici peu motivés par l exercice physique. Déterminants sociaux de la santé : à mettre en œuvre de manière ciblée dans les quartiers et les écoles fréquentés par des familles à bas niveau socioéconomique et dont la zone d habitation offre peu de possibilités de se dépenser physiquement Groupe favorisé : la mesure constitue une opportunité pour les groupes défavorisés à la condition de les inciter activement à participer. Approches spécifiques: il est souhaitable que le groupe favorisé puisse participer à l élaboration de l offre (genre de sport et moment de le pratiquer). Pour que le sport pratiqué dans le cadre scolaire ait une fonction de passerelle, l offre doit permettre aux jeunes d intégrer par la suite des sociétés locales. Qualification des professionnels : un cours de base en compétence transculturelle pour les moniteurs J+S constitue un avantage. 7

8 3 Prévoir dans le plan d études une incitation quotidienne à se dépenser physiquement en plus des heures obligatoires d éducation physique (intégration de mouvements dans l enseignement, activité physique pendant les récréations, journées sportives, courses d école) Déterminants sociaux de la santé : un ancrage dans le contexte social de l école rend la mesure très efficace. La mesure touche tous les enfants et les jeunes qui fréquentent l école. La conception architecturale du milieu scolaire doit s y prêter. Cela est particulièrement important dans les zones d habitation défavorisées (voir mesure 4). Groupe favorisé : les jeunes en apprentissage ou en formation élémentaire ne sont pas favorisés. Le coût des activités et les possibilités financières des familles concernées doivent être mis en balance. Qualification des professionnels : les professionnels doivent aussi pouvoir s adapter aux enfants et aux jeunes qui, pour diverses raisons, n ont pas l habitude de bouger. 8

9 4 Aménagement d espaces intérieurs et extérieurs incitant à se dépenser physiquement (école, préaux) Déterminants sociaux de la santé : les préaux accessibles en permanence pour tous les groupes de la population, également en dehors des heures scolaires, sont très judicieux. Si des priorités doivent être fixées pour des raisons financières, il y a lieu de réaménager les cours de récréation dans les zones d habitation défavorisées. Groupes favorisés : les élèves concernés et toute personne souhaitant se dépenser physiquement, enfants comme adultes. Approches spécifiques : espaces à concevoir et à aménager avec la participation des enfants, des jeunes et des personnes concernées, p. ex. concierges. Accueillir favorablement et soutenir les éventuelles initiatives personnelles des élèves. Qualification des professionnels : des considérations de pédagogie du mouvement doivent être prioritaires lors de la conception d une mesure. 9

10 5 Aménagement de chemins d école sûrs et incitant à se dépenser physiquement Déterminants sociaux de la santé ; il y a lieu de définir à l aide de critères socioéconomiques les communes et les quartiers pour lesquels les mesures sont prioritaires. Groupe favorisé : si les priorités sont fixées judicieusement, cette mesure peut contribuer à améliorer l égalité face à la santé. Veiller à informer et sensibiliser tous les parents (éventuellement spécifiquement par groupe cible) pour que les enfants effectuent à pied ou à vélo le chemin conduisant à l école. Approches spécifiques : collaboration avec les professionnels du service des écoles, des affaires sociales et des constructions. Outre les mesures relevant de la construction, des projets permettant aux élèves d effectuer ensemble le chemin de l école peuvent s avérer nécessaires. Qualification des professionnels : compétences transdépartementales et transstructurelles 10

11 6 Maintien ou réintroduction du cours d éducation ménagère dans le plan d études Déterminants sociaux de la santé : la mesure est bénéfique pour les enfants et les jeunes des milieux socioéconomiquement défavorisés et peut être mise en pratique par eux lorsque l accent est mis sur une alimentation saine et avantageuse financièrement. Cette condition est essentielle pour assurer la continuité de la mesure. Groupe favorisé : tous les élèves ; sous une forme adaptée, éventuellement aussi leurs familles. Approches spécifiques : les connaissances en matière d alimentation doivent faire référence aux cultures alimentaires familières des élèves. Qualification des professionnels : les enseignants doivent avoir la compétence de débattre des cultures et des habitudes des jeunes en matière d alimentation et de ce qui constitue une alimentation saine. 11

12 7 Application des recommandations nutritionnelles de l Office fédéral de la santé en proposant des repas dans les écoles Déterminants sociaux de la santé : l offre peut améliorer l égalité des chances si elle est à la portée des familles peu à l aise financièrement. Groupe favorisé : l offre peut être particulièrement importante pour les enfants et les jeunes de milieux défavorisés. Approches spécifiques : les habitudes alimentaires particulières doivent être prises en compte ; veiller à offrir un choix (p. ex. plats végétariens, respectant les règles d une religion, etc.) Qualification des professionnels : une formation spéciale peut être nécessaire pour ce qui est de la diversité et du respect de principes religieux. 8 Interdiction de faire de la publicité ou de vendre des aliments contenant trop de sel, de sucre ou de graisses ou encore des aliments trop énergétiques dans les écoles (distributeurs de sodas ou de snacks) Déterminants sociaux de la santé : la mesure est évidente ; elle concerne tous les élèves. 12

13 9 Une éducation en alimentation et en activité physique doit être ancrée à tous les niveaux et dans toutes les disciplines ; cet enseignement doit être coordonné d un degré à l autre Déterminants sociaux de la santé : les différentes situations sociales et familiales sont des facteurs à mentionner expressément. Qualification des professionnels : un ancrage n a de sens que si les enseignants sont en mesure de parler des différents concepts et des habitudes en matière d alimentation et d activité physique. 10 Intégration de l éducation en alimentation et en activité physique dans les programmes de formation et de perfectionnement des enseignants compléter : La mesure est efficace surtout la formation et les mesures de perfectionnement tiennent compte des réalités sociales différentes des familles. Qualification des professionnels : la formation et la formation continue des enseignants doivent également porter sur des interrogations spécifiques aux groupes cibles et sur le travail avec des enfants et des jeunes de milieux défavorisés ainsi que des parents issus de la migration. 11 Introduction de supports d enseignement relatifs aux thèmes transversaux éducation en alimentation et activité physique compte tenu des dispositions HarmoS compléter : La mesure est efficace surtout la formation et les mesures de perfectionnement tiennent compte des réalités sociales différentes des familles. Déterminants sociaux de la santé : la réalité sociale doit être exprimée dans toute sa diversité, en mots et en images, dans les supports d enseignement. Groupe favorisé : tous les groupes qui se retrouvent dans les supports d enseignement et qui se sentent concernés. Qualification des professionnels : des spécialistes de la transculturalité et de la diversité doivent être associés à l élaboration des supports d enseignement. 13

14 12 Promotion, dans le canton, du label de qualité UNICEF «Hôpitaux favorables à l allaitement maternel». Déterminants sociaux de la santé : la situation des familles monoparentales ou des femmes contraintes de travailler pour des raisons économiques doit être prise en considération. Qualification des professionnels : la compétence transculturelle, le cas échéant, la sollicitation d interprètes transculturels sont des mesures importantes 13 Prolongation des conseils aux parents jusqu à l entrée de l enfant à l école enfantine Déterminants sociaux de la santé : cette mesure peut être particulièrement utile pour les parents qui accèdent difficilement aux informations ou dont le réseau social est limité. Groupe favorisé : si l on parvient à faciliter l accès à l information, les familles concernées en tireront un grand profit. L information et l accès devraient être développés et mis en œuvre avec les groupes favorisés, p. ex. dans des réseaux de migrants. Qualification des professionnels : la compétence transculturelle, le cas échéant, la sollicitation d interprètes transculturels sont des mesures importantes. 14

15 14 Aménagement d un environnement favorisant l exercice physique dans le cadre des loisirs (espaces verts, places de jeux, zones de mobilité) compléter : L efficacité de cette mesure peut avoir un impact important surtout si, précédemment, peu de quartiers ont été réaménagés selon ces caractéristiques. Déterminants sociaux de la santé : la priorité doit être accordée aux zones d habitation dans lesquelles les conditions ne sont pas propices à la mobilité et à l exercice physique. Groupe favorisé : les espaces de plein air dans lesquels il fait bon évoluer sont importants pour tous les groupes de la population, mais particulièrement pour les enfants et les jeunes car ceux-ci disposent de peu d espace dans leur environnement privé. Approches spécifiques : solliciter la participation de la population et des associations. Qualification des professionnels : une collaboration avec les services des constructions et des affaires sociales est recommandée. 15

16 15 Fixer des normes en matière d alimentation et d activité physique à l intention des établissements prenant en charge des enfants et élaborer des contrats de prestations. Déterminants sociaux de la santé : l ancrage dans le contexte social rend cette mesure très efficace. La mesure atteint tous les enfants et les jeunes qui fréquentent de telles institutions et contribue à renforcer l égalité des chances. Groupe favorisé : la mesure peut être particulièrement importante pour les enfants et les jeunes de milieux défavorisés. Approches spécifiques : il faut tenir compte des habitudes alimentaires et proposer un choix (p. ex. plats végétariens, respectant des règles d une religion, etc.) Qualification des professionnels : les professionnels doivent aussi pouvoir s adapter aux enfants et aux jeunes qui, pour diverses raisons, n ont pas l habitude de bouger. S agissant des recommandations d alimentation et du choix proposé, une formation spéciale doit éventuellement être envisagée. 16

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Fiche 10 ENSEIGNEMENT Faire de nos écoles des lieux d apprentissage, de métissage, d ouverture et d émancipation, en favorisant le mieux-vivre

Plus en détail

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation La ville fait école Avant-propos Barbara Eberhard Conseillère municipale, St-Gall Direction école et sport

Plus en détail

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques (Ordonnance sur les langues, OLang) 441.11 du 4 juin 2010 (Etat le 1 er octobre 2014) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Ensemble vers de saines habitudes de vie!

Ensemble vers de saines habitudes de vie! Ensemble vers de saines habitudes de vie! Du plan d action gouvernemental «Investir«pour l avenir» et du Fonds pour la promotion des saines habitudes de vie aux balises de déploiement du soutien de Québec

Plus en détail

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques (Ordonnance sur les langues, OLang) 441.11 du 4 juin 2010 (Etat le 1 er juillet 2010) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

sur l intégration des migrants et des migrantes et la prévention du racisme (OInt)

sur l intégration des migrants et des migrantes et la prévention du racisme (OInt) Ordonnance du 6 mars 2012 Entrée en vigueur : 01.04.2012 sur l intégration des migrants et des migrantes et la prévention du racisme (OInt) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 24 mars

Plus en détail

Unité de formation professionnelle du Ceras

Unité de formation professionnelle du Ceras Unité de formation professionnelle du Ceras 15 novembre 2013 : Journée romande de la commission latine d intégration professionnelle (CLIP) Cette présentation, susceptible d être d distribuée e aux personnes

Plus en détail

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI)

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI) Département de l'éducation, de la culture et du sport Service de l enseignement Inspectorat de la scolarité obligatoire BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE I. Public cible de l appel à projets Un appel à projets est

Plus en détail

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE Ce qui définit «le changement» préscolaire primaire secondaire Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005-05-00511 ISBN 2-550-45274-7 (version

Plus en détail

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES Sommaire : Les missions page 2 Les secteurs d interventions page 2 Les contacts privilégiés page 3 Les cibles : A La restauration collective 1. Objectifs

Plus en détail

E-Forum sur l Approche par les Compétences

E-Forum sur l Approche par les Compétences E-Forum sur l Approche par les Compétences Exposé liminaire Deux conceptions de l approche par compétences BIEF / 05.09.19 1 Quand on parle d approche par les compétences dans les curriculums, on pense

Plus en détail

QUELLES PORTES S OUVRENT À LA FIN DE LA 11 E (12 E )

QUELLES PORTES S OUVRENT À LA FIN DE LA 11 E (12 E ) SI VOUS CHERCHEZ POUR VOTRE FILLE UNE ÉCOLE SECONDAIRE QUI CONTRIBUE À SA RÉUSSITE ET À SON ÉPANOUISSEMENT, QUI LUI DONNE CONFIANCE EN ELLE-MÊME, QUI STIMULE SON ENVIE D APPRENDRE. QUELLES PORTES S OUVRENT

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS

GUIDE ORGANISATIONNEL LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS 24 L adhésion à la formule d alternance travail-études peut donner lieu à des situations non prévues aux procédés habituellement en application dans les établissements

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Cohabiter en milieu rural Journée nationale des projets du Programme «periurban» du 18 juin 2013 Perles des discussions au World Café!

Cohabiter en milieu rural Journée nationale des projets du Programme «periurban» du 18 juin 2013 Perles des discussions au World Café! Cohabiter en milieu rural Journée nationale des projets du Programme «periurban» du 18 juin 2013 des discussions au World Café! Secrétariat CFM Quellenweg 6, 3003 Berne-Wabern Tel. +41 31 325 91 16 ekm@ekm.admin.ch

Plus en détail

Service Enfance et Scolaire 9-10-09 Réf : MB/JH. Edito de Monsieur le Maire

Service Enfance et Scolaire 9-10-09 Réf : MB/JH. Edito de Monsieur le Maire Service Enfance et Scolaire 9-10-09 Réf : MB/JH CHARTE SUR LE TEMPS DE LA RESTAURATION SCOLAIRE Edito de Monsieur le Maire Depuis les années 1980, à l issue d une convention liant la commune avec l Etat

Plus en détail

Le Pédibus. Petit guide, trucs et astuces

Le Pédibus. Petit guide, trucs et astuces Le Pédibus Petit guide, trucs et astuces Le chemin de l école s apprivoise! 2 C est en marchant tous les jours vers l école que l enfant apprend les règles de la circulation. Dès ses premiers pas d écolier,

Plus en détail

Nettoyeur en bâtiment/nettoyeuse en bâtiment. Règlement d apprentissage et d examen de fin d apprentissage

Nettoyeur en bâtiment/nettoyeuse en bâtiment. Règlement d apprentissage et d examen de fin d apprentissage 80101 Nettoyeur en bâtiment/nettoyeuse en bâtiment Gebäudereiniger/Gebäudereinigerin Pulitore di edifici/pulitrice di edifici A. Règlement d apprentissage et d examen de fin d apprentissage B. Programme

Plus en détail

Le Pédibus. Petit guide, trucs et astuces. www.pedibus.ch et www.pedibus-geneve.ch informations & contacts: coordinatrice@pedibus-geneve.

Le Pédibus. Petit guide, trucs et astuces. www.pedibus.ch et www.pedibus-geneve.ch informations & contacts: coordinatrice@pedibus-geneve. Le Pédibus www.pedibus.ch et www.pedibus-geneve.ch informations & contacts: coordinatrice@pedibus-geneve.ch Petit guide, trucs et astuces Contacts Coordination du Pédibus (ATE-GAPP) Françoise Lanci-Montant,

Plus en détail

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants

Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants Section ambulatoire Säule Praxis Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants Il est souvent difficile pour les parents de savoir

Plus en détail

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé af DE VAUD Département de la formation et de la jeunesse DFJ Projet : «Ecole et informatique» 1 Introduction Près de deux décennies après l introduction des premiers ordinateurs dans l École obligatoire,

Plus en détail

Une école qui répond aux défis du futur. Information concernant la Loi sur l enseignement obligatoire. Votation cantonale du 4 septembre 2011

Une école qui répond aux défis du futur. Information concernant la Loi sur l enseignement obligatoire. Votation cantonale du 4 septembre 2011 département de la formation, de la jeunesse Et de la CUltUrE Information concernant la Loi sur l enseignement obligatoire Contre-projet du Conseil d Etat et du Grand Conseil à l initiative «Ecole 2010»

Plus en détail

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Document de base de l'initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Impressum Éditeur Initiative des villes

Plus en détail

Centre Droite Vaudois Une vision de société pour 2012 2017 6 priorités 51 idées - forces

Centre Droite Vaudois Une vision de société pour 2012 2017 6 priorités 51 idées - forces Centre Droite Vaudois Une vision de société pour 2012 2017 6 priorités 51 idées - forces Centre Droite Vaudois : Une vision de société pour 2012-2017 1 Centre Droite vaudois : une vision de société Grâce

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Directives canadiennes en matière de comportement sédentaire

Directives canadiennes en matière de comportement sédentaire de comportement sédentaire Contexte Au cours des dernières décennies, le niveau d activité physique et de condition physique des Canadiennes et Canadiens a diminué. Or, faire régulièrement de l activité

Plus en détail

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants CONTEXTE 1. La bonne alimentation des nourrissons et des jeunes

Plus en détail

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones Édition de février 2011 Réalisé par le Comité patronal de négociation

Plus en détail

TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015

TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015 TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015 Objectifs pédagogiques du PEDT Mettre l enfant au cœur du projet et favoriser son développement - Accorder une priorité au besoin de jouer, avec les

Plus en détail

ATELIERS DE FORMATION

ATELIERS DE FORMATION ATELIERS DE FORMATION «Jeunes consommateurs» Vos droits et obligations L Union des consommateurs, en Les ACEF sont des organismes collaboration avec ses communautaires à but non lucratif membres, a élaboré

Plus en détail

Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3. Alphabétisation

Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3. Alphabétisation Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3 Alphabétisation Présentation du cours Numération «L esprit de l homme a trois clés qui ouvrent tout : le chiffre, la lettre et la note.» Victor Hugo

Plus en détail

Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 6 décembre 2006 95004 Agente/Agent d exploitation CFC Fachfrau/Fachmann Betriebsunterhalt EFZ

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE DE CONSTITUTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1

Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1 Soins infirmiers indépendants Berne, en avril 2013 Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1 Vue d ensemble Sur la base des conventions signées par l ASI, les infirmières

Plus en détail

Projet: Stratégie de la mensuration officielle

Projet: Stratégie de la mensuration officielle Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS Projet: Stratégie de la mensuration officielle pour les années 2016 à 2019 Projet de texte du 27.02.2015 Editeur

Plus en détail

MATURITÉ PROFESSIONNELLE

MATURITÉ PROFESSIONNELLE MATURITÉ PROFESSIONNELLE commerciale (MPC) La maturité professionnelle complète une formation par apprentissage, afin de permettre l accès aux niveaux supérieurs de formation. Il existe différentes orientations

Plus en détail

8ème Congrès suisse de pédagogie spécialisée 2013

8ème Congrès suisse de pédagogie spécialisée 2013 8ème Congrès suisse de pédagogie spécialisée 2013 Pour un meilleur échange entre chercheuses et chercheurs en Suisse : Réseau Recherche en pédagogie spécialisée et banque de données de la recherche du

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Statuts. Av. de Rumine 2 1005 Lausanne Tel. 021 341 90 78 Mobil 078 891 95 96 www.horairecontinu.ch

Statuts. Av. de Rumine 2 1005 Lausanne Tel. 021 341 90 78 Mobil 078 891 95 96 www.horairecontinu.ch Statuts Av. de Rumine 2 1005 Lausanne Tel. 021 341 90 78 Mobil 078 891 95 96 www.horairecontinu.ch Statuts de l Association suisse des écoles à horaire continu I. Généralités Art. 1 Désignation, siège

Plus en détail

Service du secrétariat général Responsable du dossier des assurances

Service du secrétariat général Responsable du dossier des assurances GUIDE DE PLANIFICATION DES ACTIVITÉS ET DE PRÉVENTION DES ACCIDENTS Activités à l extérieur de l école Septembre 2006 Guide PRÉAMBULE Ce guide constitue un outil destiné au personnel de la Commission scolaire

Plus en détail

Newsletter n 4 Avril 2015

Newsletter n 4 Avril 2015 Newsletter n 4 Avril 2015 Chères et chers bénévoles, Nous espérons que vous allez toutes et tous bien et que vous trouverez du temps entre les chasses aux œufs pour les activités que nous vous proposons

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

Faut-il développer la scolarisation à deux ans?

Faut-il développer la scolarisation à deux ans? Faut-il développer la scolarisation à deux ans? 01 L école maternelle française est fréquemment citée comme l un des points forts de notre système éducatif et la pression de certaines familles est aujourd'hui

Plus en détail

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Plan Comment écouter les enfants vivant dans la pauvreté? Ce que l on en apprend? Comment traduire

Plus en détail

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE LES REGLEMENTS INTERIEURS RESTAURANT SCOLAIRE ACCUEIL PERISCOLAIRE ACTIVITES PERI-EDUCATIVES Délibéré en Conseil Municipal du 05 Juin 2014 PREAMBULE Les services périscolaires sont des prestations volontairement

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

L objectif final du Pédibus est d apprendre aux enfants à se rendre seuls, à pied, en toute sécurité, à l école.

L objectif final du Pédibus est d apprendre aux enfants à se rendre seuls, à pied, en toute sécurité, à l école. Un projet citoyen que les enfants adorent. Sain, gai, économique, convivial et écologique : Le Pédibus C est tout simple et ça marche comme un vrai bus, mais à pied. Explications L itinéraire est déterminé

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014. Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont

QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014. Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014 Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont par Magali Vaidye, le 17 janvier 2012 QUÉBEC EN FORME ROSEMONT Plan de communication 2011-2014

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce

Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce La partie informative du présent concept comprend une vue d ensemble des exigences de qualité

Plus en détail

Berne, le 29 août 2012

Berne, le 29 août 2012 L'Office fédéral de la communication Consultation concernant la révision partielle de la loi sur la radio et la télévision Zukunftstrasse 44 Case Postale 2051 Bienne Berne, le 29 août 2012 Prise de position

Plus en détail

Equité et qualité dans l'éducation. Comment soutenir les élèves et les établissements défavorisés

Equité et qualité dans l'éducation. Comment soutenir les élèves et les établissements défavorisés Equity and Quality in Education. Supporting Disadvantaged Students and Schools Summary in French Accédez au texte intégral: 10.1787/9789264130852-en Equité et qualité dans l'éducation. Comment soutenir

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

RÈGLEMENTS, POLITIQUES ET PROCÉDURES

RÈGLEMENTS, POLITIQUES ET PROCÉDURES CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE VALORISATION DE LA LANGUE FRANÇAISE Service émetteur : Direction des études Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 20

Plus en détail

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique.

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Mandats Conseiller l Agence sur les orientations et les actions à privilégier en sécurité alimentaire; Planifier,

Plus en détail

Baccalauréat Professionnel «Accompagnement, soins et services à la personne» Lycée Guillaume Budé Limeil- Brevannes

Baccalauréat Professionnel «Accompagnement, soins et services à la personne» Lycée Guillaume Budé Limeil- Brevannes Baccalauréat Professionnel «Accompagnement, soins et services à la personne» Lycée Guillaume Budé Limeil- Brevannes E Méchineau : enseignante BTSE S Grisolle : enseignante STMS Le bac Pro ASSP Option D

Plus en détail

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées?

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? Contexte Nous entendons dire : «La planification des RH constitue le fondement de la dotation en personnel sous la nouvelle

Plus en détail

A chacun son médecin de famille

A chacun son médecin de famille A chacun son médecin de famille Des médecins de famille pour la Suisse aujourd hui et demain www.fondation-medecins-famille.ch Médecins de famille et pédiatres en Suisse Toute personne, âgée ou jeune,

Plus en détail

Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08)

Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08) Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08) Une initiative conjointe de : En association avec : A. Introduction de la notion «d alimentation durable» en restauration collective. La notion «d

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Dossier de presse 1 Communiqué de presse Le groupe Casino mise sur la franchise pour accélérer le développement de ses enseignes de proximité Mars

Plus en détail

J EMMENE MA CLASSE A LA PISCINE

J EMMENE MA CLASSE A LA PISCINE J EMMENE MA CLASSE A LA PISCINE Textes de référence : Circulaire n 2011-090 du 7 juillet 2011-BO n 28 du 14 juillet 2011 PEAMBULE : - La natation est partie intégrante de l enseignement de l EPS à l école

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE VAE BEES1 CYCLISME

GUIDE DE LECTURE VAE BEES1 CYCLISME GUIDE DE LECTURE VAE BEES1 CYCLISME CONSIGNES DE LECTURE Ce tableau comporte de gauche à droite 4 colonnes: Colonne activités: Colonne tâches: il s'agit des activités professionnelles de référence que

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

SYNTHÈSE DES PORTRAITS DES CLIENTÈLES

SYNTHÈSE DES PORTRAITS DES CLIENTÈLES SYNTHÈSE DES PORTRAITS DES CLIENTÈLES ÉLÉMENTS FORTS À FAIRE CONNAÎTRE AU SOMMET MONTRÉAL PHYSIQUEMENT ACTIVE THÈME 1 : ENFANTS DE 0 À 5 ANS 1. Le temps physiquement actif des enfants de 0-5 ans au service

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

Devenez concepteur et gestionnaire d activités récréatives et sportives en milieux rural et montagnard

Devenez concepteur et gestionnaire d activités récréatives et sportives en milieux rural et montagnard Master Sciences, Technologies, Santé Sciences Humaines et Sociales Mention : Activité Projet Sport Santé (AP2S) Spécialité : Sport-Innovation, Management et Ingénierie du Projet (SIMIP) UFR STAPS Clermont-Ferrand

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Diplôme d Aide-comptable et Diplôme de Comptable

Diplôme d Aide-comptable et Diplôme de Comptable 07.10.2013 Diplôme d Aide-comptable et Diplôme de Comptable Nouveau En parallèle du Diplôme d aide-comptable, nous proposons un cours destiné à développer les compétences théoriques et pratiques de base

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

En direct de la salle de presse du Journal virtuel

En direct de la salle de presse du Journal virtuel Français En direct de la salle de presse du Journal virtuel Écrire des textes variés Guide En direct de notre salle de presse Guide R ENSEIGNEMENTS GÉNÉRA UX EN DIRECT DE NOTRE SA LLE DE PRESSE MISE À

Plus en détail

Éducation physique et santé

Éducation physique et santé 2 0 1 0 R É V I S É Le curriculum de l Ontario de la 1 re à la 8 e année Éducation physique et santé Version provisoire Printed on recycled paper 09-062 ISBN 978-1-4435-XXXX-X (Print) ISBN 978-1-4435-XXXX-X

Plus en détail

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers/ères,

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers/ères, Préavis No 12/2011 Demande de crédit pour la construction d un parking souterrain de 96 places et démolition des bâtiments ECA Nos 2774 et 2779 au lieu dit «Le Parc» avec aménagement d un terrain de sports

Plus en détail

Description modifiée avril 2012 1.1 Ajout d une définition à la section 1.1. Cadre du curriculum N.-B. 2.1.1 Garderies

Description modifiée avril 2012 1.1 Ajout d une définition à la section 1.1. Cadre du curriculum N.-B. 2.1.1 Garderies Date Partie Description modifiée avril 2012 1.1 Ajout d une définition à la section 1.1 Cadre du curriculum N.-B. avril 2012 1.4 Suppression de la section 1.4, Rôle du gouvernement 2.1 Révision de la section

Plus en détail

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Présent pour vous Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Préambule L Ordre des pharmaciens du Québec assure la protection du public en encourageant les pratiques pharmaceutiques de qualité

Plus en détail

Les Fondations du groupe Bouygues

Les Fondations du groupe Bouygues Les Fondations du groupe Bouygues Depuis près de 20 ans, le groupe Bouygues participe au développement économique et social des régions et pays dans lesquels il est implanté, que ce soit par des initiatives

Plus en détail

Cours et filière de formation en management régional 2012 2013

Cours et filière de formation en management régional 2012 2013 Cours et filière de formation en management régional 2012 2013 Description détaillée Qualification supplémentaire en cours d emploi pour les actrices et les acteurs du développement régional L ESSENTIEL

Plus en détail

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT L enfant de deux, trois ans, a besoin de bouger pour développer ses capacités motrices. Aménagement des lieux dans l école et dans la classe La cour de

Plus en détail

CONSEIL D ÉTABLISSEMENT 2010-2011 ÉCOLE SAINT-MARC Procès-verbal de la rencontre régulière du 7 décembre 2010

CONSEIL D ÉTABLISSEMENT 2010-2011 ÉCOLE SAINT-MARC Procès-verbal de la rencontre régulière du 7 décembre 2010 CONSEIL D ÉTABLISSEMENT 2010-2011 ÉCOLE SAINT-MARC Procès-verbal de la rencontre régulière du 7 décembre 2010 Étaient présents : Isabelle Plourde, parent Elizabeth Doiron-Gascon, parent Marielle Cardinal,

Plus en détail