Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne"

Transcription

1 Croix-Rouge suisse Département santé et intégration Service santé Werkstr Wabern Rapport : Examen et ajustement des politiques cantonales dans le cadre du programme «Poids corporel sain» sous l angle de la mise en œuvre des mesures et compte tenu de groupes vulnérables Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne

2 Mise en œuvre de mesures cantonales dans le cadre du programme «Poids corporel sain» «Examen et ajustement des politiques cantonales dans le cadre du programme «Poids corporel sain» sous l angle de la mise en œuvre des mesures et compte tenu de groupes vulnérables» Les critères d action et d efficacité peuvent cibler plus nettement les groupes vulnérables moyennant quelques s. Dans le tableau ci-dessous, les adaptations sont insérées en gras et italique. Pour ce qui est de la faisabilité, nous proposons d intégrer quatre nouveaux critères, à savoir : Les déterminants sociaux de la santé Le groupe favorisé Les approches spécifiques La qualification des professionnels Description : voir également tableau ci-dessous, en caractères normaux.

3 Critère Question Explication Analyse du problème Etat de la mise en œuvre Estimation de l efficacité Dans quels domaines d action faut-il fixer des priorités et lesquelles? Quelles mesures ont déjà été mises en œuvre dans le canton ou sont en passe de l être? De quelles mesures attend-on la plus grande efficacité et pour qui? Pour déterminer quels sont les besoins dans le canton, il est recommandé, dans un premier temps, d effectuer une analyse de la situation pour tous les domaines d action (formation, santé, société/environnement, économie/travail).* L analyse devrait faire une distinction entre les disparités locales et/ou régionales, p. ex. en ce qui concerne les conditions socioéconomiques, les univers et les groupes différents. Des priorités sont arrêtées et des mesures adaptées sont définies sur la base des résultats de l analyse, p. ex. avec une priorité locale, ciblée sur des groupes vulnérables ou sur des déterminants de santé particulièrement importants. Dans un deuxième temps, on examine où en est la mise en œuvre des mesures prévues dans un canton : une autre entité s occupe-t-elle déjà de la mise en œuvre? Les activités en cours peuvent-elles donner lieu à des synergies? Les révisions de lois, ordonnances, règlements, etc. sont-elles en cours? A ce jour, l efficacité des mesures en matière de «Poids corporel sain» a encore peu été étudiée scientifiquement. Par conséquent, il est recommandé de se renseigner auprès d autres cantons pour connaître leur expérience, resp. de demander à des spécialistes de différents domaines d action, qui possèdent des compétences spécifiques pour les groupes cibles concernés, ce qu ils pensent de l efficacité des mesures prévues. 3

4 QUATRE NOUVEAUX CRITERES Critère Question Explication Déterminants sociaux de la santé Groupe favorisé Approches spécifiques Comment les mesures peuvent-elles agir sur les déterminants sociaux de la santé définis dans l analyse du problème? Quels groupes peuvent être concrètement atteints par quelles mesures? Les mesures considèrent-elles les approches spécifiques aux groupes ou settings? Les déterminants sociaux sont les conditions de vie (conditions de logement, environnement de travail) ainsi que les structures et les réseaux. Ils sont communs à des groupes entiers de population. Ils influencent considérablement l état de santé du groupe concerné. Ils peuvent concerner une population locale, une tranche d âge en particulier, certains groupes de migrants, etc. Les mesures doivent porter sur les déterminants qui exercent une influence particulièrement marquée dans le domaine considéré. Un ancrage dans le contexte social renforce l efficacité des mesures. Il y a lieu de considérer différents groupes, en priorité ceux pour lesquels un besoin particulier a été établi dans le cadre de l analyse. Il convient de se demander si la mesure est adéquate pour le groupe choisi ou si elle doit être adaptée le cas échéant. Cette manière de procéder doit permettre de garantir que la mesure prévue atteindra réellement le groupe considéré. Les groupes favorisés et les ressources dont ceux-ci disposent doivent être invités à participer à la planification et à la mise en œuvre des mesures. Les approches spécifiques groupe ou setting peuvent renforcer l efficacité des mesures. Lors de la collaboration avec un groupe, la prise en compte de facteurs socioculturels peut déterminer si une mesure aura l effet escompté ou non. Il faut accorder de l importance au contexte, par ex. groupes de pairs, familles issues de la migration, quartier, voisins, etc. Lorsqu une mesure s adresse aux enfants, étudier comment les parents et leur environnement social peuvent être intégrés. 4

5 Critère Question Explication Qualification des professionnels Quelles sont les compétences des personnes mettant en œuvre une mesure? Les personnes qui mettent en œuvre les mesures ou qui interviennent en tant que conseillers (enseignants, conseillers, responsables de projet, etc.) doivent avoir des connaissances techniques, mais aussi des compétences spécifiques dans le domaine d action et à l égard du groupe favorisé De la même manière que le travail auprès d enfants suppose des compétences pédagogiques, le travail auprès de migrants requiert une compétence transculturelle. Cette compétence peut s acquérir par une formation continue spécifique ou peut venir de l extérieur, par l intermédiaire de conseillers. 5

6 Première évaluation du catalogue de mesures, avec critères complétés Il convient de préciser que les estimations précédentes portant sur la nécessité d agir, l efficacité et la faisabilité des mesures restent d actualité. Les considérations formulées ici constituent des mesures aires et en aucun cas des solutions de remplacement. No 1 Maintien d au minimum 3 heures obligatoires d éducation physique dans le plan d études. Déterminants sociaux de la santé : l ancrage dans le contexte social de l école rend cette mesure très efficace. La mesure touche tous les enfants et les jeunes qui fréquentent l école. Groupe favorisé : les jeunes en apprentissage ou en formation élémentaire ne sont pas favorisés. Qualification des professionnels: les professionnels doivent aussi pouvoir s adapter aux enfants et aux jeunes qui, pour diverses raisons, n ont pas l habitude de bouger. 6

7 2 Financement de l activité sportive facultative dans le cadre scolaire (élèves et établissements) compléter: L efficacité peut être renforcée si l offre est conçue de manière à séduire les élèves jusqu ici peu motivés par l exercice physique. Déterminants sociaux de la santé : à mettre en œuvre de manière ciblée dans les quartiers et les écoles fréquentés par des familles à bas niveau socioéconomique et dont la zone d habitation offre peu de possibilités de se dépenser physiquement Groupe favorisé : la mesure constitue une opportunité pour les groupes défavorisés à la condition de les inciter activement à participer. Approches spécifiques: il est souhaitable que le groupe favorisé puisse participer à l élaboration de l offre (genre de sport et moment de le pratiquer). Pour que le sport pratiqué dans le cadre scolaire ait une fonction de passerelle, l offre doit permettre aux jeunes d intégrer par la suite des sociétés locales. Qualification des professionnels : un cours de base en compétence transculturelle pour les moniteurs J+S constitue un avantage. 7

8 3 Prévoir dans le plan d études une incitation quotidienne à se dépenser physiquement en plus des heures obligatoires d éducation physique (intégration de mouvements dans l enseignement, activité physique pendant les récréations, journées sportives, courses d école) Déterminants sociaux de la santé : un ancrage dans le contexte social de l école rend la mesure très efficace. La mesure touche tous les enfants et les jeunes qui fréquentent l école. La conception architecturale du milieu scolaire doit s y prêter. Cela est particulièrement important dans les zones d habitation défavorisées (voir mesure 4). Groupe favorisé : les jeunes en apprentissage ou en formation élémentaire ne sont pas favorisés. Le coût des activités et les possibilités financières des familles concernées doivent être mis en balance. Qualification des professionnels : les professionnels doivent aussi pouvoir s adapter aux enfants et aux jeunes qui, pour diverses raisons, n ont pas l habitude de bouger. 8

9 4 Aménagement d espaces intérieurs et extérieurs incitant à se dépenser physiquement (école, préaux) Déterminants sociaux de la santé : les préaux accessibles en permanence pour tous les groupes de la population, également en dehors des heures scolaires, sont très judicieux. Si des priorités doivent être fixées pour des raisons financières, il y a lieu de réaménager les cours de récréation dans les zones d habitation défavorisées. Groupes favorisés : les élèves concernés et toute personne souhaitant se dépenser physiquement, enfants comme adultes. Approches spécifiques : espaces à concevoir et à aménager avec la participation des enfants, des jeunes et des personnes concernées, p. ex. concierges. Accueillir favorablement et soutenir les éventuelles initiatives personnelles des élèves. Qualification des professionnels : des considérations de pédagogie du mouvement doivent être prioritaires lors de la conception d une mesure. 9

10 5 Aménagement de chemins d école sûrs et incitant à se dépenser physiquement Déterminants sociaux de la santé ; il y a lieu de définir à l aide de critères socioéconomiques les communes et les quartiers pour lesquels les mesures sont prioritaires. Groupe favorisé : si les priorités sont fixées judicieusement, cette mesure peut contribuer à améliorer l égalité face à la santé. Veiller à informer et sensibiliser tous les parents (éventuellement spécifiquement par groupe cible) pour que les enfants effectuent à pied ou à vélo le chemin conduisant à l école. Approches spécifiques : collaboration avec les professionnels du service des écoles, des affaires sociales et des constructions. Outre les mesures relevant de la construction, des projets permettant aux élèves d effectuer ensemble le chemin de l école peuvent s avérer nécessaires. Qualification des professionnels : compétences transdépartementales et transstructurelles 10

11 6 Maintien ou réintroduction du cours d éducation ménagère dans le plan d études Déterminants sociaux de la santé : la mesure est bénéfique pour les enfants et les jeunes des milieux socioéconomiquement défavorisés et peut être mise en pratique par eux lorsque l accent est mis sur une alimentation saine et avantageuse financièrement. Cette condition est essentielle pour assurer la continuité de la mesure. Groupe favorisé : tous les élèves ; sous une forme adaptée, éventuellement aussi leurs familles. Approches spécifiques : les connaissances en matière d alimentation doivent faire référence aux cultures alimentaires familières des élèves. Qualification des professionnels : les enseignants doivent avoir la compétence de débattre des cultures et des habitudes des jeunes en matière d alimentation et de ce qui constitue une alimentation saine. 11

12 7 Application des recommandations nutritionnelles de l Office fédéral de la santé en proposant des repas dans les écoles Déterminants sociaux de la santé : l offre peut améliorer l égalité des chances si elle est à la portée des familles peu à l aise financièrement. Groupe favorisé : l offre peut être particulièrement importante pour les enfants et les jeunes de milieux défavorisés. Approches spécifiques : les habitudes alimentaires particulières doivent être prises en compte ; veiller à offrir un choix (p. ex. plats végétariens, respectant les règles d une religion, etc.) Qualification des professionnels : une formation spéciale peut être nécessaire pour ce qui est de la diversité et du respect de principes religieux. 8 Interdiction de faire de la publicité ou de vendre des aliments contenant trop de sel, de sucre ou de graisses ou encore des aliments trop énergétiques dans les écoles (distributeurs de sodas ou de snacks) Déterminants sociaux de la santé : la mesure est évidente ; elle concerne tous les élèves. 12

13 9 Une éducation en alimentation et en activité physique doit être ancrée à tous les niveaux et dans toutes les disciplines ; cet enseignement doit être coordonné d un degré à l autre Déterminants sociaux de la santé : les différentes situations sociales et familiales sont des facteurs à mentionner expressément. Qualification des professionnels : un ancrage n a de sens que si les enseignants sont en mesure de parler des différents concepts et des habitudes en matière d alimentation et d activité physique. 10 Intégration de l éducation en alimentation et en activité physique dans les programmes de formation et de perfectionnement des enseignants compléter : La mesure est efficace surtout la formation et les mesures de perfectionnement tiennent compte des réalités sociales différentes des familles. Qualification des professionnels : la formation et la formation continue des enseignants doivent également porter sur des interrogations spécifiques aux groupes cibles et sur le travail avec des enfants et des jeunes de milieux défavorisés ainsi que des parents issus de la migration. 11 Introduction de supports d enseignement relatifs aux thèmes transversaux éducation en alimentation et activité physique compte tenu des dispositions HarmoS compléter : La mesure est efficace surtout la formation et les mesures de perfectionnement tiennent compte des réalités sociales différentes des familles. Déterminants sociaux de la santé : la réalité sociale doit être exprimée dans toute sa diversité, en mots et en images, dans les supports d enseignement. Groupe favorisé : tous les groupes qui se retrouvent dans les supports d enseignement et qui se sentent concernés. Qualification des professionnels : des spécialistes de la transculturalité et de la diversité doivent être associés à l élaboration des supports d enseignement. 13

14 12 Promotion, dans le canton, du label de qualité UNICEF «Hôpitaux favorables à l allaitement maternel». Déterminants sociaux de la santé : la situation des familles monoparentales ou des femmes contraintes de travailler pour des raisons économiques doit être prise en considération. Qualification des professionnels : la compétence transculturelle, le cas échéant, la sollicitation d interprètes transculturels sont des mesures importantes 13 Prolongation des conseils aux parents jusqu à l entrée de l enfant à l école enfantine Déterminants sociaux de la santé : cette mesure peut être particulièrement utile pour les parents qui accèdent difficilement aux informations ou dont le réseau social est limité. Groupe favorisé : si l on parvient à faciliter l accès à l information, les familles concernées en tireront un grand profit. L information et l accès devraient être développés et mis en œuvre avec les groupes favorisés, p. ex. dans des réseaux de migrants. Qualification des professionnels : la compétence transculturelle, le cas échéant, la sollicitation d interprètes transculturels sont des mesures importantes. 14

15 14 Aménagement d un environnement favorisant l exercice physique dans le cadre des loisirs (espaces verts, places de jeux, zones de mobilité) compléter : L efficacité de cette mesure peut avoir un impact important surtout si, précédemment, peu de quartiers ont été réaménagés selon ces caractéristiques. Déterminants sociaux de la santé : la priorité doit être accordée aux zones d habitation dans lesquelles les conditions ne sont pas propices à la mobilité et à l exercice physique. Groupe favorisé : les espaces de plein air dans lesquels il fait bon évoluer sont importants pour tous les groupes de la population, mais particulièrement pour les enfants et les jeunes car ceux-ci disposent de peu d espace dans leur environnement privé. Approches spécifiques : solliciter la participation de la population et des associations. Qualification des professionnels : une collaboration avec les services des constructions et des affaires sociales est recommandée. 15

16 15 Fixer des normes en matière d alimentation et d activité physique à l intention des établissements prenant en charge des enfants et élaborer des contrats de prestations. Déterminants sociaux de la santé : l ancrage dans le contexte social rend cette mesure très efficace. La mesure atteint tous les enfants et les jeunes qui fréquentent de telles institutions et contribue à renforcer l égalité des chances. Groupe favorisé : la mesure peut être particulièrement importante pour les enfants et les jeunes de milieux défavorisés. Approches spécifiques : il faut tenir compte des habitudes alimentaires et proposer un choix (p. ex. plats végétariens, respectant des règles d une religion, etc.) Qualification des professionnels : les professionnels doivent aussi pouvoir s adapter aux enfants et aux jeunes qui, pour diverses raisons, n ont pas l habitude de bouger. S agissant des recommandations d alimentation et du choix proposé, une formation spéciale doit éventuellement être envisagée. 16

Formation professionnelle: réflexions de base

Formation professionnelle: réflexions de base Formation professionnelle: réflexions de base Édition 2015 PAGE 2 DOCUMENT DE POSITION La formation professionnelle est une clé essentielle du développement qualitatif de l accueil extrafamilial. En sa

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

Pistes pour le développement de la formation des parents à l intention des cantons et des communes.

Pistes pour le développement de la formation des parents à l intention des cantons et des communes. Pistes pour le développement de la formation des parents à l intention des cantons et des communes. Ces pistes s adressent aux responsables politiques et administratifs des communes, des cantons et de

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques pour employeurs et employeuses

Guide de bonnes pratiques pour employeurs et employeuses Guide de bonnes pratiques pour employeurs et employeuses Direction de la sécurité et de la justice DSJ Sicherheits- und Justizdirektion SJD Introduction Ce guide a été élaboré par la Commission cantonale

Plus en détail

POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008)

POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008) POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008) 1. INTRODUCTION En octobre 2006, le gouvernement du Québec lançait son Plan d action gouvernemental

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCE Pour créer des environnements favorables à la saine alimentation, au jeu actif et au développement moteur en services de garde

CADRE DE RÉFÉRENCE Pour créer des environnements favorables à la saine alimentation, au jeu actif et au développement moteur en services de garde CADRE DE RÉFÉRENCE Pour créer des environnements favorables à la saine alimentation, au jeu actif et au développement moteur en services de garde éducatifs à l enfance Isabelle Desbiens Responsable de

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique.

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Mandats Conseiller l Agence sur les orientations et les actions à privilégier en sécurité alimentaire; Planifier,

Plus en détail

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Zurich, le 7 septembre 2015 Monsieur le Conseiller fédéral Schneider-Ammann Nous vous vous

Plus en détail

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II Stratégie de la CDIP du 24 octobre 2013 pour la coordination à l échelle nationale de l enseignement des langues étrangères dans le degré secondaire II

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg

Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg Table ronde L endettement des jeunes en pratiques : sensibilisation et intervention Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg Nicolas von Muhlenen Carrel Assistant

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

Reconnaissance des titres étrangers en soins infirmiers au niveau des titres de l Ecole supérieure

Reconnaissance des titres étrangers en soins infirmiers au niveau des titres de l Ecole supérieure Reconnaissance des titres étrangers en soins infirmiers au niveau des titres de l Ecole supérieure Lignes directrices pour les responsables de homes Lignes directrices relatives à la procédure de reconnaissance

Plus en détail

Agir. ensemble. pour prévenir les. problèmes liés au poids

Agir. ensemble. pour prévenir les. problèmes liés au poids Agir ensemble pour prévenir les problèmes liés au poids Optimiser nos pratiques Réduire les inégalités sociales de santé Promouvoir le développement durable 2013 Optimiser nos pratiques, réduire les inégalités

Plus en détail

E-Forum sur l Approche par les Compétences

E-Forum sur l Approche par les Compétences E-Forum sur l Approche par les Compétences Exposé liminaire Deux conceptions de l approche par compétences BIEF / 05.09.19 1 Quand on parle d approche par les compétences dans les curriculums, on pense

Plus en détail

Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg

Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg PROJET : ATELIERS «LECTURE PARENT-ENFANT» Les ateliers «Lecture parent-enfant» sont des ateliers de formation et de prévention. Les parents y acquièrent

Plus en détail

sur l intégration des migrants et des migrantes et la prévention du racisme (OInt)

sur l intégration des migrants et des migrantes et la prévention du racisme (OInt) Ordonnance du 6 mars 2012 Entrée en vigueur : 01.04.2012 sur l intégration des migrants et des migrantes et la prévention du racisme (OInt) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 24 mars

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Programme cantonal «Ça marche!»: Introduction bilan et avenir et présentation de la journée

Programme cantonal «Ça marche!»: Introduction bilan et avenir et présentation de la journée Titre Programme cantonal «Ça marche!»: Introduction bilan et avenir et présentation de la journée Franco Genovese Alexia Fournier, Responsable communication du programme cantonal «Ça marche!» Responsable

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE I. Public cible de l appel à projets Un appel à projets est

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle

Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle De nombreux documentalistes se sont déjà interrogés sur la manière d organiser un stage en documentation

Plus en détail

le 16/17 novembre 2011

le 16/17 novembre 2011 Stratégie de la COHEP 2012-2016 2016 adopté par l Assemblée plénière de la COHEP le 16/17 novembre 2011 Formation initiale et continue des enseignantes et enseignants en tant que mandat principal des HEP

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques (Ordonnance sur les langues, OLang) 441.11 du 4 juin 2010 (Etat le 1 er juillet 2010) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007 Recommandations relatives à la formation des enseignantes et enseignants aux approches interculturelles COHEP, novembre 2007 Etat : Adopté par l Assemblée plénière de la COHEP le 14/15 novembre 2007 Table

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

Formations pour formatrices et formateurs pratiques

Formations pour formatrices et formateurs pratiques Formations pour formatrices et formateurs pratiques Formations pour formatrices et formateurs pratiques Dans le cadre de leur formation diversifiée, les apprenti-e-s login peuvent compter sur un encadrement

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Promotion Santé Suisse

Promotion Santé Suisse Promotion Santé Suisse Qu est-ce que promouvoir la santé? «La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d

Plus en détail

Pour une population plus active. Le milieu municipal peut faire la différence

Pour une population plus active. Le milieu municipal peut faire la différence Pour une population plus active Le milieu municipal peut faire la différence Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question

Plus en détail

Il peut mettre en œuvre lui-même des mesures préventives. Art. 3 b) Etablissement de directives et recommandations

Il peut mettre en œuvre lui-même des mesures préventives. Art. 3 b) Etablissement de directives et recommandations 460. Règlement du 0 décembre 0 sur le sport (RSport) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 6 juin 00 sur le sport (LSport) ; Sur la proposition de la Direction de l instruction publique,

Plus en détail

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE Loi fédérale sur l aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine suisse des hautes écoles (LAHE) Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1,, 4 et 33-36 du projet

Plus en détail

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique La gestion Citrix Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique Dans les environnements informatiques complexes, une relation de support technique proactive s avère essentielle.

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

Niveau 1 ACTIVITES PHYSIQUES ET SPORTIVES ADAPTEES

Niveau 1 ACTIVITES PHYSIQUES ET SPORTIVES ADAPTEES Niveau 1 ACTIVITES PHYSIQUES ET SPORTIVES ADAPTEES Objectifs S informer, Être sensibilisé, Se familiariser aux différents types de handicaps et à l environnement de l intervention en Activités Physiques

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) Adoptée par le conseil d administration le 27 novembre 2003 Direction des études Table des matières 1. BUT...

Plus en détail

le Plan d Etudes Romand de l école obligatoire de notre région,

le Plan d Etudes Romand de l école obligatoire de notre région, le Plan d Etudes Romand de l école obligatoire de notre région, un projet global de formation de l'élève basé sur la Déclaration politique du 30 janvier 2003, la description de ce que les élèves doivent

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034)

4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034) 4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034) Processus de consultation dépôts: CCG - 15 février 2011 CPC - 17 février 2011 Conseil des commissaires - 22 février 2011 La présente politique s

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT Convention de partenariat entre l académie d Aix-Marseille et ICIMODE Prides de la filière textile habillement CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés l Etat représenté par Jean-Paul de Gaudemar,

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Fiche 10 ENSEIGNEMENT Faire de nos écoles des lieux d apprentissage, de métissage, d ouverture et d émancipation, en favorisant le mieux-vivre

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail

MANDAT DE PRESTATIONS

MANDAT DE PRESTATIONS MANDAT DE PRESTATIONS 2008 2011 décidé d un commun accord entre la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l instruction publique (CDIP) (Mandante) et le Centre suisse de prestation Formation professionnelle

Plus en détail

De plus, la politique se veut concordante avec les règlements et les politiques du Collège Shawinigan énumérés ci-dessous :

De plus, la politique se veut concordante avec les règlements et les politiques du Collège Shawinigan énumérés ci-dessous : POLITIQUE NUMÉRO 32 de soutien à l intégration scolaire et d éducation à la citoyenneté Responsable : Direction des études Dernière mise à jour : CA/2004-361.08.4, le 26 mai 2004 Prochaine date de révision

Plus en détail

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl.

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl. Renforcer les compétences psychosociales des enfants et adolescents. Repères pour démarrer un projet Pour tous renseignements concernant le programme MAGALI SEGRETAIN msegretain@irepspdl.org Pour les inscriptions

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

Bachelor en Travail social Education sociale Service social Animation socioculturelle

Bachelor en Travail social Education sociale Service social Animation socioculturelle Domaine Travail social Bachelor en Travail social Education sociale Service social Animation socioculturelle Le travail social vise à prévenir et à combattre les problèmes sociaux. Sa mission est d aider

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES LANGUES À L ÉCOLE OBLIGATOIRE: STRATÉGIE DE LA CDIP ET PROGRAMME DE TRAVAIL POUR LA COORDINATION À L ÉCHELLE NATIONALE

ENSEIGNEMENT DES LANGUES À L ÉCOLE OBLIGATOIRE: STRATÉGIE DE LA CDIP ET PROGRAMME DE TRAVAIL POUR LA COORDINATION À L ÉCHELLE NATIONALE EDK CDIP CDPE CDEP Schweizerische Konferenz der kantonalen Erziehungsdirektoren ConfŽrence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique Conferenza svizzera dei direttori cantonali della pubblica

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Liste des questions pour la consultation sur la Stratégie nationale de prévention des maladies non transmissibles (MNT)

Liste des questions pour la consultation sur la Stratégie nationale de prévention des maladies non transmissibles (MNT) Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Liste des questions pour la consultation sur la Stratégie nationale de prévention des maladies non transmissibles (MNT) Nous

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION POLITIQUE 309 Page 1 de 7

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION POLITIQUE 309 Page 1 de 7 POLITIQUE 309 Page 1 de 7 Objet : Programmes de français langue seconde En vigueur : Le 21 avril 1994 Révisions : Le 25 octobre 2001; juillet 2009 1.0 OBJET La présente politique établit les normes relatives

Plus en détail

Ordonnance sur le Registre fédéral des bâtiments et des logements

Ordonnance sur le Registre fédéral des bâtiments et des logements Ordonnance sur le Registre fédéral des bâtiments et des logements du 31 mai 2000 Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 10, al. 3 bis, de la loi du 9 octobre 1992 sur la statistique fédérale 1, arrête: Section

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION L'association à pour objectifs Aider les parents d'élèves dans la recherche d'organismes de séjours de vacances à l'étranger Aider les jeunes à voyager en proposant des

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE ENSEIGNANTS STAGIAIRES IUFM CIRCONSCRIPTIONS DIRECTEURS D ECOLE Cadre de référence : Arrêté du 19/12/2006 ( BOEN n 1 du 04 janvier

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Modèle STAGE 1. GROUPE CIBLE

Modèle STAGE 1. GROUPE CIBLE Modèle STAGE 1. GROUPE CIBLE Tout apprenti intéressé en formation initiale en école (FIE, par ex. écoles des métiers) Tout apprenti intéressé en formation professionnelle initiale, dont l entreprise formatrice

Plus en détail

Catégorie économique Bachelier en Assistant-e de Direction Mons-Montignies. Profil d enseignement

Catégorie économique Bachelier en Assistant-e de Direction Mons-Montignies. Profil d enseignement Catégorie économique Bachelier en Assistant-e de Direction Mons-Montignies Profil d enseignement Contenu 1. Introduction L enseignement à la HELHa... 3 2. Finalités de la formation de bachelier en Assistant-e

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée. Votre formation en enseignement spécialisé

Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée. Votre formation en enseignement spécialisé Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée Votre formation en enseignement spécialisé La HEP Vaud vous prépare au Master of Arts et Diplôme dans le domaine de la pédagogie

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Alimenter son jeu. Créer un jeu d éducation nutritionnelle sur le temps des loisirs. Dr Isabelle DURACK. Bélénos - Santé-en-jeux

Alimenter son jeu. Créer un jeu d éducation nutritionnelle sur le temps des loisirs. Dr Isabelle DURACK. Bélénos - Santé-en-jeux Alimenter son jeu Créer un jeu d éducation nutritionnelle sur le temps des loisirs Bélénos - Santé-en-jeux Dr Isabelle DURACK Objectifs Sensibiliser les enfants aux plaisirs et bienfaits D une alimentation

Plus en détail

Yverdon-les-Bains. Programme d intégration communal

Yverdon-les-Bains. Programme d intégration communal Yverdon-les-Bains Programme d intégration communal 2014-2017 L intégration, un enjeu social, politique et économique Yverdon-les-Bains accueille chaque année de nouveaux habitants, suisses ou étrangers.

Plus en détail

D i r e c t i v e s. Directives relatives au placement d un enfant hors de son foyer d origine

D i r e c t i v e s. Directives relatives au placement d un enfant hors de son foyer d origine Directives relatives au placement d un enfant hors de son foyer d origine D i r e c t i v e s Détermination de la forme de prise en charge appropriée et de la place d accueil adéquate Office des mineurs

Plus en détail

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Coordination Direction des mesures et services aux entreprises et du placement Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Rédaction Direction

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014. Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont

QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014. Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014 Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont par Magali Vaidye, le 17 janvier 2012 QUÉBEC EN FORME ROSEMONT Plan de communication 2011-2014

Plus en détail

Gestion de la santé en entreprise

Gestion de la santé en entreprise business Gestion de la santé en entreprise Notre soutien pour des collaboratrices et collaborateurs en bonne santé Des solutions d assurance sur mesure pour répondre à vos besoins. www.visana-business.ch

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07 RECUEIL DE GESTION Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir POLITIQUE SECTEUR SRÉJA SUJET Pour une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif IDENTIFICATION CODE : 54-10-01

Plus en détail

Cohabiter en milieu rural Journée nationale des projets du Programme «periurban» du 18 juin 2013 Perles des discussions au World Café!

Cohabiter en milieu rural Journée nationale des projets du Programme «periurban» du 18 juin 2013 Perles des discussions au World Café! Cohabiter en milieu rural Journée nationale des projets du Programme «periurban» du 18 juin 2013 des discussions au World Café! Secrétariat CFM Quellenweg 6, 3003 Berne-Wabern Tel. +41 31 325 91 16 ekm@ekm.admin.ch

Plus en détail

Question Hugo Raemy No 570.02 concernant l intégration des technologies de l information et de la communication dans l enseignement

Question Hugo Raemy No 570.02 concernant l intégration des technologies de l information et de la communication dans l enseignement Question Hugo Raemy No 570.02 concernant l intégration des technologies de l information et de la communication dans l enseignement Question Le Grand Conseil a adopté une conception générale de l intégration

Plus en détail

Ça marche! Bouger plus, manger mieux. Présentation du programme cantonal, Conférence de presse du 21 avril 2008

Ça marche! Bouger plus, manger mieux. Présentation du programme cantonal, Conférence de presse du 21 avril 2008 Ça marche! Bouger plus, manger mieux Présentation du programme cantonal, Conférence de presse du 21 avril 2008 Le contexte du programme cantonal Pierre-Yves Maillard, Chef du département de la santé Image:

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

PROGRAMME DE LÉGISLATURE

PROGRAMME DE LÉGISLATURE COMMUNE DE SAINT-SULPICE MUNICIPALITÉ PROGRAMME DE LÉGISLATURE 2011-2016 Saint-Sulpice, le 13 février 2012 - 2 - MUNICIPALITÉ DE SAINT-SULPICE PROGRAMME DE LÉGISLATURE 2011-2016 Préambule Conformément

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE VAE BEES1 CYCLISME

GUIDE DE LECTURE VAE BEES1 CYCLISME GUIDE DE LECTURE VAE BEES1 CYCLISME CONSIGNES DE LECTURE Ce tableau comporte de gauche à droite 4 colonnes: Colonne activités: Colonne tâches: il s'agit des activités professionnelles de référence que

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

O S P ORIENTATION VAUD SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE ARTICLE 32 ET VALIDATION DES ACQUIS. Une formation pour les adultes

O S P ORIENTATION VAUD SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE ARTICLE 32 ET VALIDATION DES ACQUIS. Une formation pour les adultes O S P ORIENTATION VAUD SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE C O L L E C T I O N " Q U E S T I O N S " ARTICLE 32 ET VALIDATION DES ACQUIS Une formation pour les adultes ARTICLE 32 INFORMATIONS SUR LES PROCÉDURES

Plus en détail

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est Convention de Partenariat entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : L Etat, représenté par le Recteur de l'académie d'aix-marseille, Jean-Paul DE

Plus en détail