L aménagement de l habitat du caribou forestier permet-il la conservation de la biodiversité?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L aménagement de l habitat du caribou forestier permet-il la conservation de la biodiversité?"

Transcription

1 L aménagement de l habitat du caribou forestier permet-il la conservation de la biodiversité? Mémoire Orphé Bichet Maîtrise en Biologie Maître ès sciences (M.Sc.) Québec, Canada Orphé Bichet, 2014

2

3 RÉSUMÉ Cette étude a évalué l effet de scénarios d aménagement de l habitat du caribou forestier (Rangifer tarandus) sur la diversité aviaire. Un indice d occupation de 29 espèces d oiseaux a été développé à partir d observations de terrain, puis comparé entre sept paysages simulant différentes répartitions des coupes forestières et deux cycles de rotation de coupe. Alors que la répartition des coupes influençait peu les assemblages d oiseaux, la diversité aviaire était maintenue davantage après une rotation de 100 ans qu une de 60 ans. Les assemblages d espèces attendus après ces deux cycles étaient différents de ceux d un paysage sans coupe, indiquant qu un temps de révolution plus court que le cycle de perturbations naturelles affecterait la diversité aviaire. Notre méthodologie permet donc d évaluer l impact de stratégies d aménagement sur la biodiversité avant leur mise en œuvre. Nous avons ainsi pu démontrer que l aménagement de l habitat du caribou actuellement préconisé ne suffirait pas à conserver les oiseaux boréaux. iii

4

5 ABSTRACT This study assessed the effect of habitat management for the recovery of boreal caribou (Rangifer tarandus) on the diversity of boreal birds. An index of occupancy was estimated for 29 bird species from surveyed data, and then compared among seven simulated landscapes contrasting in cut-block distribution and harvest rotation. Whereas cut-block distribution had little effect on bird assemblages, bird diversity was better maintained under a 100-year harvest rotation than a 60-year rotation. Bird assemblages for both harvest rotations differed significantly from assemblages expected in an uncut landscape, implying that rotations shorter than natural disturbance cycles could affect regional biodiversity. Our method thus allows the assessment of the long-term impact of various management strategies on biodiversity prior their implementation. On this basis, we showed that the current habitat management guidelines for boreal caribou recovery would not be sufficient to conserve bird diversity in the boreal forest. v

6

7 TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ... iii ABSTRACT... v TABLE DES MATIÈRES... vii LISTE DES TABLEAUX... ix LISTE DES FIGURES... xi LISTE DES APPENDICES... xiii AVANT-PROPOS... xv Remerciements... xvii INTRODUCTION... 1 Impact des activités anthropiques sur la biodiversité... 1 Stratégies de conservation de la biodiversité... 2 L écotype forestier du caribou des bois (Rangifer tarandus) en tant qu espèce parapluie de la biodiversité forestière boréale... 4 Impact potentiel du plan de rétablissement du caribou forestier sur la biodiversité boréale... 6 Objectif de l étude... 7 Approche empirique... 8 CHAPITRE PRINCIPAL... 9 Résumé Methods Study area Management scenarios Bird sampling Modelling bird species occurrence probability Results Effect of cut aggregation on bird diversity Effect of harvest rotation cycle on bird diversity Discussion Acknowledgements References Appendices CONCLUSION GÉNÉRALE Originalité du projet Perspectives BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE vii

8

9 LISTE DES TABLEAUX Table 1. Description of stand- and landscape scale variables used to build bird species occurrence probability models Table 2. Summary of the best models of mixed logistic regression (N = 630 sampling sites) predicting probability of occurrence p s of bird species s, calculated as p s = exp(w(x)) / [1 + exp(w(x))] (logit link) or as p s = 1 exp(-exp(w(x)) (cloglog link), with associated area under curve (AUC) Table 3. Description and percentage cover of the land cover types comprised in the 2012 landscape, together with six landscapes simulated in the Côte-Nord region of Québec, Canada Table 4. Jaccard similarity index between bird assemblages in the uncut and harvested landscapes and number of bird species with increasing or declining probability of occurrence in a harvested landscape compared to an uncut landscape (L uncut ) according to species habitat association Table 5. Percent change in index of occupancy (P s ) of 29 bird species between the uncut landscape (L uncut ) and six harvested landscapes expected under three management scenarios (a-c) over 90,000 km 2 of eastern Canada boreal forest ix

10

11 LISTE DES FIGURES Figure 1. Forest age distribution in different management scenarios simulated in an area of the Côte-Nord region in Québec, Canada xi

12

13 LISTE DES APPENDICES Appendix 1. Classification of boreal bird species according to habitat preference (from together with the percentage of sampling stations (n = 630) where the species was detected during six summers from 2004 to 2011, in eastern Canada boreal forest Appendix 2. Jaccard similarity index between bird assemblages predicted across seven landscapes subjected to different forest management, in eastern Canada boreal forest xiii

14

15 AVANT-PROPOS Ce mémoire de maîtrise vise à évaluer le potentiel de conservation de la stratégie d aménagement de l habitat du caribou forestier pour maintenir la diversité aviaire en forêt boréale. Ce mémoire se présente en trois parties : une introduction générale, un chapitre présenté sous la forme d un article scientifique rédigé en anglais et une conclusion générale. En tant que première responsable du projet et étant donné ma contribution au projet (compilation et analyses des données, écriture du mémoire et de l article), je serai première auteure de l article. Les autres auteurs de l article sont: Daniel Fortin, directeur de maîtrise et professeur au département de biologie de l Université Laval. Christian Hébert, codirecteur de maîtrise et chercheur scientifique en écologie et diversité des insectes forestiers au Centre de foresterie des Laurentides. Angélique Dupuch, professeure au Département des sciences naturelles de l Université du Québec en Outaouais. xv

16

17 Remerciements J aimerais avant tout remercier mon directeur de recherche, Daniel Fortin, pour l opportunité qu il m a offerte d entreprendre ce projet et la confiance qu il a placé en moi alors que la forêt boréale m était encore inconnue. Je le remercie pour le temps et le travail qu il m a dédié tout au long de ma maîtrise. Je remercie également mon codirecteur de recherche, Christian Hébert, pour m avoir acceptée dans son laboratoire. Son soutien, sa confiance en mon travail et nos discussions m ont grandement stimulée durant ces dernières années. Je dois également un grand merci à Angélique Dupuch pour son aide et son support dès le début du projet. Son aide m a été précieuse autant sur le terrain que pendant les analyses et l écriture, et je ne serais pas où j en suis aujourd hui sans ses efforts. J aimerais aussi remercier les personnes qui ont participé à la collecte de données: David Pinaud, Aurore Malapert, Adam Moreira, Jérôme Lemaître, Jean-Philippe Legaré, Mélanie-Louise Leblanc, ainsi que les aides de terrain sans qui la tâche aurait été impossible. Notamment j envoie un grand merci à Pascal Royer-Boutin et lui souhaite du bon vent pour la suite de ses études. Je remercie Jacques Duval et Sandra Heppell du Ministère des Ressources Naturelles (MRN) pour leur assistance dans le développement des scenarios d aménagement forestier. Je suis également reconnaissante du travail de Gabriel Emond et Philippe Goulet pour l obtention et la compilation des données éco-forestières indispensables à l étude. Je remercie énormément Pierre Racine pour son extrême disponibilité, son aide précieuse et sa patience avec les logiciels de GIS. Un grand merci également à Yves Dubuc pour son aide au laboratoire. Je tiens à remercier Conrad Cloutier pour ses suggestions sur mon proposé de recherche. Je remercie André Desrochers et Pierre Drapeau pour avoir accepté d évaluer mon mémoire. xvii

18 Je remercie aussi les membres du laboratoire, pour leur support tout au long des années: Sabrina Courant, Marie-Claude Labbé, Guillaume Moreau, Hélène Le Borgne, Jerod Merkle, Marie Sigaud, Chrystel Losier, Olivia Tardy, Angélique Dupuch, Mathieu Basille, Léa Harvey, Qing Zao, Carolyn Nersesian, Julie Martineau et Caroline Gagné. Notamment un grand merci à Hélène pour son aide et ses commentaires tout au long du projet, à Jerod qui a toujours été prêt à partager ses connaissances en R, à Chrystel pour son aide et sa patience lors de nombreuses étapes, et Olivia pour son aide avec ArcGIS et Colosse. Merci à tous aussi pour votre accueil, pour les belles soirées et sorties toujours mémorables, et pour le dynamisme que vous m avez transmis durant ces années. Je dois plus qu un merci à ceux qui m ont entourée, endurée et faite rire au cours des saisons : Stéphanie Guilherme qui a été une source de motivation et une amie depuis le premier jour, Sébastien Blade Bélanger pour son éternelle bonne humeur, ses encouragements et nos discussions sur la glace, Maxime Tanguay qui a rendu agréables les longues heures de laboratoire et pour les bons moments partagés depuis, Olivier Norvez pour son accueil dans le laboratoire et son enthousiasme communicatif, et Léo Chaumond- Lessard pour nos belles discussions, son support et ses talents de peintre. Je ne peux assez remercier Jérémy Le Luyer, pour son support et ses encouragements surtout dans les moments difficiles, son extrême patience et sa foi en moi. Mais aussi pour l inspiration, les rires et les magnifiques moments passés ensemble qui ont éclairé ces dernières années dans la chaleur de l été et la grisaille des tempêtes. Pour finir, j envoie un grand merci à ma mère qui malgré la distance a toujours été à mes côtés. Elle a toujours été la première à m encourager dans mes choix et à croire en moi. xviii

19 Deixe de ser quem era, e se transforme em quem é. Paolo Coelho xix

20

21 INTRODUCTION Impact des activités anthropiques sur la biodiversité La biodiversité est définie comme la richesse des variations biologiques, soit la variété des fonctions et structures des organismes, leur agencement et leur dynamique (Freedman et al. 1996). Elle peut être évaluée à différents niveaux du vivant (génétique, population, communauté, écosystème) et à diverses échelles spatiales (DeLong 1996). La biodiversité a souvent été mesurée en fonction du nombre d espèces présentes et de l abondance des individus. Cependant dans un contexte de changements environnementaux, au-delà de la richesse spécifique, c est l identité et l abondance respective des espèces qui déterminent le fonctionnement de l écosystème dans les limites de sa variabilité naturelle ainsi que sa capacité de résilience (Chapin et al. 2000), c est-à-dire sa capacité à résister et se rétablir face à des événements extrêmes. C est donc à l échelle des communautés d espèces qu il faut évaluer l effet des modifications de l environnement. La majorité des activités humaines, notamment depuis l avènement de l ère industrielle, altèrent les milieux naturels, et par conséquent les communautés d organismes qui y vivent (Foley et al. 2005; Fahrig 2013). Les modifications de l habitat engendrées par l agriculture et l élevage intensifs, l industrie forestière et minière et l urbanisation influencent particulièrement la faune sauvage, des invertébrés aux grands mammifères, en passant par les oiseaux, les reptiles et les micromammifères (Gibbon et al. 2000; McKinney 2008; Fortin et al. 2010; Batáry et al. 2012). Les espèces rares et les espèces spécialistes sont très sensibles aux changements du milieu, et souvent déclinent ou disparaissent suite aux perturbations anthropiques (Gibbon et al. 2000; Imbeau et al. 2001; Fortin et al. 2010). Au contraire, les paysages modifiés deviennent souvent plus favorables pour les espèces communes et généralistes (Schmiegelow & Mönkkönen 2002). Le déclin des unes et l accroissement des autres remodèlent les assemblages d espèces (McKinney & Lockwood 1999) et peuvent avoir des conséquences sur le fonctionnement de l écosystème (Olden et al. 2004). La perte de biodiversité et l homogénéisation des communautés animales engendrées par les perturbations humaines affectent le fonctionnement et la résilience des 1

22 écosystèmes (Folke et al. 2004; Olden et al. 2004). L effet direct des modifications de l habitat sur la faune est accentué par les interactions intra- et interspécifiques. Les changements d abondance de certaines espèces clés influencent directement et indirectement d autres espèces (Mönkkönen et al. 1997; Thomson et al. 2003; Angers et al. 2005; Courtois et al. 2007). Ainsi la disparition d espèces clés ou de groupes fonctionnels entiers peut altérer la capacité d un écosystème à remplir certaines fonctions et services, ainsi que sa résistance et résilience aux changements (Chapin et al. 2000). Afin de maintenir l intégrité de l écosystème, il est donc nécessaire de conserver la biodiversité et la complexité des relations biotiques. Stratégies de conservation de la biodiversité Diverses stratégies ont été proposées et employées pour préserver la biodiversité tout en assurant la continuité des activités anthropiques. La perte d habitat étant une des principales menaces sur la biodiversité, plusieurs stratégies reposent sur la préservation des caractéristiques de l habitat à différentes échelles (Lindenmayer et al. 2006). L aménagement écosystémique, par exemple, recommande de garder les perturbations anthropiques dans les limites de variabilité des perturbations naturelles régionales (Gauthier et al. 2008). Cette stratégie permettrait de maintenir l hétérogénéité du paysage aménagé en générant des milieux auxquels les espèces sont les plus adaptées. D autres stratégies sont basés sur la végétation mais nécessitent aussi, pour être efficaces, de considérer les caractéristiques de la faune. Par exemple, maintenir la connectivité spatiale et temporelle entre les parcelles d habitat (Lindenmayer et al. 2006) ne suffirait pas si cette connectivité n est pas également fonctionnelle (Baguette & Dyck 2007; Dancose et al. 2011). Cela signifie qu un lien physique doit être perçu comme utilisable par la faune. La connectivité fonctionnelle pour une espèce dépend notamment de sa capacité de déplacement, de sa tolérance aux autres types de milieux et du risque de prédation perçu par l espèce considérée dans les corridors fauniques ou les parcelles reliées (Bélisle 2005). Une autre stratégie est de conserver l aire totale d habitat dans le paysage au-dessus d un seuil (Drapeau et al. 2009a; Rompré et al. 2010). Ces seuils d habitats sont aussi définis par 2

23 rapport aux besoins et aux caractéristiques d une espèce. Il apparaît alors indispensable de considérer la faune dans les stratégies d aménagement du territoire. Le concept d espèce indicatrice a été beaucoup exploré pour la conservation de la biodiversité dans un paysage aménagé. Une espèce indicatrice est une espèce dont les caractéristiques, telles que sa présence, son abondance et le succès reproducteur des individus sont des indicateurs de la qualité de l habitat pour les autres espèces (Landres et al. 1988). Souvent appliquée pour évaluer l impact des changements environnementaux ou l efficacité de mesures d aménagement, l idée d utiliser une espèce comme représentant des autres organismes et fonctions de l écosystème se retrouve dans plusieurs stratégies de conservation de la biodiversité (Simberloff 1998; Roberge & Angelstam 2004; Froese et al. 2008). L espèce représentative peut être sélectionnée selon divers critères. L effet disproportionné d une espèce sur l écosystème par rapport à son abondance l identifie comme espèce clé (Simberloff 1998). De par leur position dans le réseau trophique, leurs relations interspécifiques ou leur capacité à modeler l environnement, plusieurs espèces clés ont été au centre de stratégies de conservation de la biodiversité (Simberloff 1998). En particulier, une espèce envahissante possède généralement des qualités d espèce clé et suscite des mesures pour la protection des espèces locales (Bax et al. 2003). La taille du domaine vital est un autre critère de choix pour orienter les efforts de conservation sur une espèce particulière, alors appelée espèce parapluie. Préserver le territoire nécessaire à une espèce parapluie, généralement plus grand que celui des autres espèces de l écosystème, permettrait d englober les besoins en habitat de toutes les autres espèces de l écosystème (Roberge & Angelstam 2004). Le caractère menacé d une espèce est aussi souvent une motivation dans l élaboration de stratégies d aménagement du paysage (Roberge & Angelstam 2004). Finalement, le degré de popularité d une espèce auprès du public est un atout qui permet d en faire une espèce phare des actions de conservation (Roberge & Angelstam 2004). Les stratégies de conservation de la biodiversité basées sur une espèce unique présentent plusieurs avantages. Tout d abord, l échantillonnage d une seule espèce est généralement plus simple à réaliser et permet notamment de réduire les coûts d inventaires. De plus, de telles stratégies sont simples et intuitives, ce qui facilite leur mise en application et la communication avec le public et les différents acteurs impliqués dans 3

24 l effort de conservation. Les stratégies établies autour d une seule espèce n ont, toutefois, montré que peu de succès pour la conservation de la biodiversité (Simberloff 1998; Roberge & Angelstam 2004; Branton & Richardson 2011). Les critères de sélection de l espèce cible ne sont que rarement définis clairement (Favreau et al. 2006) et l efficacité d une stratégie visant à préserver la biodiversité a souvent été évaluée après sa mise en œuvre (Roberge & Angelstam 2004; Branton & Richardson 2011). La principale critique de telles stratégies réside dans le fait que les caractéristiques de l habitat favorisées par une seule espèce ne peuvent englober l entière variabilité du paysage (Roberge & Angelstam 2004; Hurme et al. 2008; Roberge et al. 2008). La préservation d une espèce nécessitant de très grands espaces devrait, dans ce cas, permettre de conserver les ressources de beaucoup d espèces de l écosystème. L écotype forestier du caribou des bois (Rangifer tarandus) en tant qu espèce parapluie de la biodiversité forestière boréale L écotype forestier du caribou des bois est une espèce symbolique de la forêt boréale canadienne répondant à plusieurs critères de sélection des espèces parapluies. C est un des plus grands herbivores présent dans l écosystème boréal, avec un domaine vital annuel variant de 200 à 1500 km 2 selon les individus (Faille et al. 2010) et pouvant atteindre près de 4000 km 2 dans certaines aires perturbées (Brown et al. 2011). La préservation des attributs naturels de l habitat au sein de domaines vitaux individuels devrait englober les besoins des autres espèces sylvicoles boréales. Le caribou a également une importance économique et sociale pour les peuples des Premières Nations qui le chassent traditionnellement (Équipe de rétablissement du caribou forestier au Québec 2013). De plus, ce cervidé est particulièrement affecté par les activités anthropiques, notamment la foresterie (Hins et al. 2009; Fortin et al. 2013). Le caribou forestier sélectionne préférentiellement les vieilles forêts ouvertes à lichen (Courbin et al. 2009; Hins et al. 2009; Moreau et al. 2012); or, ces peuplements sont également la cible de l industrie forestière. Le développement de la foresterie au Canada a conduit à une perte d habitats propices au caribou et à une diminution de son aire de répartition. Autrefois présent jusqu au nord des États-Unis d Amérique, il n est aujourd hui 4

25 retrouvé, hormis quelques hardes isolées, qu au-dessus du 49 ème parallèle (Courtois et al. 2001; Schaefer 2003; Venier & Pearce 2005). L activité humaine en forêt boréale altère aussi la qualité de l habitat pour le caribou (Courtois et al. 2008). Sensible au dérangement humain, ce cervidé a tendance à éviter les coupes récentes et les routes (Hins et al. 2009; Bastille-Rousseau et al. 2011). Indirectement, la foresterie augmente le risque de prédation du caribou par le loup gris (Canis lupus), via l augmentation des populations d orignaux (Alces americanus), sa proie principale, suite à l enfeuillement des parterres de coupe (Bergerud 1988; Courtois et al. 2007). En effet, cette augmentation d orignaux est alors suivie d une réponse numérique des populations de loups. Les menaces directes et indirectes des activités anthropiques sur l espèce et son habitat ont provoqué son déclin, et l écotype forestier du caribou des bois est inscrite depuis 2002 sur la liste des espèces en péril (Thomas & Gray 2002). Des stratégies d aménagement forestier ont alors été mises en place dans plusieurs provinces (Environment Canada 2012; Équipe de rétablissement du caribou forestier au Québec 2013). Au Québec, le plan de rétablissement du caribou forestier reprend certains principes de l aménagement écosystémique (Gauthier et al. 2008) pour les adapter à la conservation de l habitat du caribou forestier tout en assurant un niveau de récolte de bois économiquement viable (Courtois et al. 2004). Les principales lignes directrices du plan d aménagement reposent sur la gestion de massifs de coupe et de massifs de protection temporaire, et sur l implantation d une rotation entre ceux-ci (Équipe de rétablissement du caribou forestier au Québec 2013). Les coupes doivent être agglomérées afin de réduire la fragmentation de l habitat et de simuler un paysage perturbé par le feu ou de grandes épidémies d insectes, principales perturbations naturelles en forêt boréale de l est du Canada (Courtois et al. 2004; Gauthier et al. 2008; Jetté 2007; Pouliot et al. 2010). Les massifs de protection temporaire doivent inclure des types de milieux favorables au caribou forestier, mais où les activités humaines sont réduites (Courtois et al. 2004). Ils pourront être récoltés lorsque les massifs de coupe adjacents ne seront plus perturbés, selon la définition d Environnement Canada (2011) qui considère qu un peuplement où au moins 65 % de la forêt est âgée d au moins 50 ans n est plus un peuplement perturbé. Basée sur cette définition, un cycle de rotation de ans entre les massifs a été établi. Le plan de rétablissement du caribou forestier a pour but d assurer la présence en quantité suffisante d habitats de qualité en tout temps pour le 5

26 maintien des populations de caribous dans un paysage aménagé. Cette stratégie d aménagement est prometteuse car, étant centrée sur une espèce présentant de nombreux attributs d espèce parapluie, elle reprend aussi des principes de l aménagement écosystémique. L étendue des conséquences d une telle stratégie sur la biodiversité boréale reste cependant incertaine. Impact potentiel du plan de rétablissement du caribou forestier sur la biodiversité boréale Les modifications de l habitat à l échelle du peuplement et du paysage causées par l activité forestière affectent la biodiversité. À l échelle du peuplement, la coupe forestière altère la structure et la composition de l habitat des espèces animales (Haeussler & Kneeshaw 2003). Contrairement à un feu qui laisse des arbres vivants sur pied et des chicots, une coupe totale se caractérise par l absence de canopée et un sol exposé en début de succession (Perron et al. 2009). La régénération de la végétation après coupe est aussi plus homogène qu après perturbation naturelle, se caractérisant par l absence de gros débris ligneux jusqu à un stade avancé de la succession forestière (Buddle et al. 2000; Imbeau et al. 2001). Les espèces animales spécialistes d un stade de succession particulier (e.g. vieilles forêts hétérogènes, Imbeau et al. 2001) ou de certains éléments structuraux de l habitat tels que les cavités ou le bois mort (Imbeau et al. 2001; Fortin et al. 2010) sont alors particulièrement affectées par la coupe forestière. Indirectement, les changements de répartition et de taille des populations de ces espèces peuvent se répercuter sur d autres. Par exemple, la perte de gros arbres sur pied dans les coupes forestières entraîne le déclin des espèces excavatrices dans le paysage et l effet se répercute sur toutes les espèces dépendantes des cavités (Imbeau et al. 2001). Au contraire, d autres espèces possédant des traits fonctionnels particuliers (e.g. insectivores du feuillage, Azeria et al. 2011; Zhao et al. 2013) peuvent bénéficier des modifications de l habitat associées à la récolte forestière. Par conséquent, les assemblages d espèces animales retrouvés dans les divers stades de succession après coupe totale diffèrent de ceux retrouvés après une perturbation naturelle (Crête et al. 1995; Keller et al. 2003; Palladini et al. 2007; Zhao et al. 2013). 6

27 La qualité de l habitat dans un peuplement est également déterminée par la qualité de la matrice environnante (Lemaître et al. 2012). La coupe forestière modifie la structure et la composition du paysage et, par conséquent, la qualité et l accessibilité des peuplements pour certaines espèces fauniques (Drolet et al. 1999; Villard et al. 1999; Drapeau et al. 2000; Imbeau et al. 2001; Schmiegelow & Mönkkönen 2002). De plus l impact des changements du paysage sur une espèce ou un groupe d espèces peuvent se répercuter sur d autres espèces (Mönkkönen et al. 1997; Thomson et al. 2003; Angers et al. 2005; Courtois et al. 2007). En forêt boréale, par exemple, plusieurs espèces d oiseaux migrateurs choisissent leur site de nidification en fonction de la présence d espèces résidentes (Schmiegelow & Mönkkönen 2002). Or, ces dernières abandonnent les parcelles de forêt mature favorables aux migrateurs quand la qualité de la matrice environnante est réduite par les coupes forestières (Schmiegelow & Mönkkönen 2002). L impact négatif de la foresterie sur les oiseaux résidents peut donc avoir des conséquences sur beaucoup d autres espèces d oiseaux (Schmiegelow & Mönkkönen 2002). En raison de la complexité des relations intra- et interspécifiques, du délai dans la réaction de la faune aux changements environnementaux, de l absence de données récoltées sur de longues périodes, et de la variabilité naturelle du paysage forestier, l impact des modifications de l habitat par l industrie forestière sur la biodiversité régionale est encore mal connu. Objectif de l étude Cette étude évalue l efficacité d une stratégie d aménagement pour la conservation d une seule espèce à maintenir la biodiversité régionale. Les besoins du caribou forestier étant maintenant intégrés dans la planification de l aménagement de la forêt boréale québécoise, le cervidé est un bon candidat pour vérifier le potentiel d espèces parapluies à maintenir la biodiversité dans les écosystèmes boréaux. De plus les caribous sont sensibles aux changements environnementaux et ont de grands domaines vitaux annuels (Faille et al. 2010), deux attributs de choix pour une espèce parapluie. Les oiseaux ont été choisis en tant qu indicateurs de la biodiversité régionale. Ce groupe taxinomique est reconnu comme un indicateur efficace de la biodiversité et des fonctions de l écosystème car il regroupe un grand nombre d espèces occupant divers rôles trophiques, écologiques et économiques 7

28 réagissant différemment aux modifications de l habitat (Freedman et al. 1994; Gregory 2006; Gregory & Strien 2010). Approche empirique Les oiseaux ont été dénombrés, entre 2004 et 2011, par méthode de point d écoute à 630 sites le long d un gradient de succession après coupe et après feu. La probabilité d occurrence des 29 espèces, présentes dans 5 à 95% des sites, a été modélisée au moyen de régressions logistiques en fonction des caractéristiques de l habitat à l échelle du peuplement et du paysage dans un rayon de 1 km, distance jusqu à laquelle les coupes affecteraient les oiseaux boréaux (Zhao et al. 2013). Un indice d occupation a ensuite été estimé pour chacune des espèces dans un paysage de km 2 de la région de la Côte- Nord, où le plan de rétablissement du caribou forestier est mis en œuvre. Trois scénarios d aménagement contrastaient deux configurations spatiales des parterres de coupe, soit l agglomération et la dispersion, et deux cycles de rotation de coupe, soit de 60 et 100 ans. L indice de Jaccard a permis de comparer la similarité dans les assemblages d espèces d oiseaux entre les scénarios de coupe et un paysage sans coupe forestière. 8

29 CHAPITRE PRINCIPAL Can habitat management for threatened forest-dwelling caribou preserve biodiversity in boreal ecosystems? ORPHÉ BICHET 1, ANGÉLIQUE DUPUCH 2, CHRISTIAN HÉBERT 3 FORTIN 1 and DANIEL 1 NSERC-Université Laval industrial research chair in silviculture and wildlife, Département de biologie, Université Laval, Québec, QC GIV 0A6, Canada Phone: ext. 2917/Fax: ISFORT-Institut des Sciences de la Forêt Tempérée, Département des sciences naturelles, Université du Québec en Outaouais, Ripon, Québec, Canada J0V 1V0 3 Laurentian Forestry Centre, Canadian Forest Service, Natural Resources Canada, P.O. Box 10380, 1055 du P.E.P.S., Sainte-Foy, Québec, QC G1V 4C7, Canada 9

30 Résumé La protection ou le rétablissement d une espèce à grand domaine vital nécessite souvent l aménagement de son habitat sur de grandes superficies. Les stratégies d aménagement basées sur une seule espèce peuvent toutefois influencer non seulement l espèce cible mais également un grand nombre d espèces de l écosystème. En forêt boréale de l est du Canada, l aménagement de l habitat pour le rétablissement du caribou forestier (Rangifer tarandus) recommande l agglomération des parterres de coupe, la protection temporaire de massifs de forêt mature et l instauration d une rotation entre les agglomérations de coupes et les massifs de protection. Les conséquences de cette stratégie sur la biodiversité sont inconnues. Cette étude visait à évaluer comment la diversité de la faune aviaire serait affectée par divers scénarios d aménagement de l habitat du caribou. Sept paysages ont été simulés dans une région de vieilles forêts afin de contraster l influence de la répartition spatiale des parterres de coupe et du temps de rotation entre les agglomérations de coupes et les massifs de protection. Les oiseaux ont été inventoriés au moyen de 630 points d écoute répartis le long d un gradient de succession forestière après coupe et après feu. Des modèles de probabilité d occurrence ont été développés pour 29 espèces en fonction des caractéristiques de l habitat à l échelle du peuplement et de la matrice environnante (rayon de 1 km). Un indice d occupation du paysage par espèce a été comparé entre les scénarios simulés. Les différences d assemblage d oiseaux attendus entre un paysage coupé et non-coupé étaient similaires que les coupes soient agglomérées ou dispersées dans le paysage. D autre part, un temps de rotation plus court accentuait ces différences entre les assemblages d espèces. Spécifiquement, les espèces associées aux forêts matures déclinaient plus fortement après une rotation de 60 ans qu une de 100 ans. De plus, l indice d occupation de la plupart des espèces, indépendamment de leur préférence d habitat, était plus élevé après un cycle de 100 ans. Nos résultats indiquent que l aménagement de l habitat du caribou actuellement préconisé ne suffirait pas à atténuer les effets des modifications anthropiques du paysage associées à la coupe sur la diversité aviaire. Ainsi, notre méthodologie, basée sur la probabilité d occurrence et les assemblages d espèces, permet l évaluation des effets au long terme sur la biodiversité de différents plans d aménagement avant leur mise en œuvre. 10

Data issues in species monitoring: where are the traps?

Data issues in species monitoring: where are the traps? Data issues in species monitoring: where are the traps? French breeding bird monitoring : Animations locales : - dealing with heterogenous data - working with multi-species multi-sites monitoring schemes

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

CLIQUEZ ET MODIFIEZ LE TITRE

CLIQUEZ ET MODIFIEZ LE TITRE IUFRO International Congress, Nice 2015 Global challenges of air pollution and climate change to the public forest management in France Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Manuel Nicolas

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT

CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT I. BASIC DATA Organization Legal Name: Conservation International Madagascar Project Title (as stated in the grant agreement): Knowledge Management: Information & Monitoring.

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 (slide 1) Mr President, Reporting and exchange of information have always been a cornerstone of the

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Sylvie Gauthier, Chercheuse scientifique, successions forestières RNCan-SCF-CFL

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

UNIVERSITE D ANTANANARIVO FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE BIOLOGIE ET ECOLOGIE VEGETALES

UNIVERSITE D ANTANANARIVO FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE BIOLOGIE ET ECOLOGIE VEGETALES UNIVERSITE D ANTANANARIVO FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT DE BIOLOGIE ET ECOLOGIE VEGETALES Mémoire pour l obtention de Diplôme d Etudes Approfondies (D.E.A.) en Biologie et Ecologie Végétales Option

Plus en détail

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS Question 10: The following mandatory and point rated criteria require evidence of work experience within the Canadian Public Sector: M3.1.1.C / M3.1.2.C

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5 RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS General Rules for Manner of Service Notices of Application and Other Documents 5.01 (1) A notice of application or other document may be served personally, or by an alternative

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

Face Recognition Performance: Man vs. Machine

Face Recognition Performance: Man vs. Machine 1 Face Recognition Performance: Man vs. Machine Andy Adler Systems and Computer Engineering Carleton University, Ottawa, Canada Are these the same person? 2 3 Same person? Yes I have just demonstrated

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

ANTICOSTI SEPT-ÎLES / SEVEN ISLANDS. Sept-Îles / Seven Islands. Gaspé. Îles-de-la-Madeleine / Magdalen Islands

ANTICOSTI SEPT-ÎLES / SEVEN ISLANDS. Sept-Îles / Seven Islands. Gaspé. Îles-de-la-Madeleine / Magdalen Islands Annexe 1. Zones de gestion de la pêche à la crevette dans l estuaire et le golfe du Saint- Laurent. Appendix 1. Shrimp fishery management areas of the Estuary and Gulf of St. Lawrence. ESTUAIRE / ESTUARY

Plus en détail

iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2

iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2 iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2 134712-LLP-2007-HU-LEONARDO-LMP 1 Information sur le projet iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner

Plus en détail

ORDONNANCE XG-C568-09-2011. RELATIVEMENT À la Loi sur l Office national de l énergie (Loi sur l ONÉ) et à ses règlements d application;

ORDONNANCE XG-C568-09-2011. RELATIVEMENT À la Loi sur l Office national de l énergie (Loi sur l ONÉ) et à ses règlements d application; DEVANT l Office, le 23 juin 2011. ORDONNANCE XG-C568-09-2011 RELATIVEMENT À la Loi sur l Office national de l énergie (Loi sur l ONÉ) et à ses règlements d application; RELATIVEMENT À une demande présentée

Plus en détail

Mémoire du CREAT. Présenté au :

Mémoire du CREAT. Présenté au : Mémoire du CREAT Présenté au : Bureau d audiences publiques en environnement dans le cadre des audiences publiques sur les projets de réserves de biodiversité projetées du lac Opasatica, du lac des Quinze,

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council CBBC Canadian Business & Biodiversity Council Centre de la Science de la Biodiversité du Québec 72 chercheurs et 350 étudiants en thèse distribués sur un réseau de 8 partenaires universitaires et 2 institutions.

Plus en détail

GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012

GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012 GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012-1 - Content REDUCING FLARING AND DEVELOPMENT OF GAS IN THE REPUBLIC OF CONGO REDUCTION DU TORCHAGE ET VALORISATION DU GAZ EN REPUBLIQUE DU CONGO - 2 - Content

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

Compliance Sheet. Super Range 71. Product Description

Compliance Sheet. Super Range 71. Product Description Super Range 71 Model SR71-15 SR71-A SR71-C SR71-E SR71-X SR71-USB Product Description 802.11a/n, Mini PCI, 2x2 MIMO 802.11a/b/g/n, Mini PCI, 3x3 MIMO 802.11a/b/g/n, CardBus, 2x2 MIMO 802.11a/b/g/n, PCI

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

PLAN DIRECTEUR DES PARCS, MILIEUX NATURELS ET ESPACES VERTS PARKS, NATURAL HABITATS AND GREEN SPACES MASTER PLAN

PLAN DIRECTEUR DES PARCS, MILIEUX NATURELS ET ESPACES VERTS PARKS, NATURAL HABITATS AND GREEN SPACES MASTER PLAN PLAN DIRECTEUR DES PARCS, MILIEUX NATURELS ET ESPACES VERTS PARKS, NATURAL HABITATS AND GREEN SPACES MASTER PLAN Présentation publique du jeudi 10 septembre, 2009 Public presentation of Thursday, September

Plus en détail

Possible ECHO Shelter & Settlement Indicators (version 15/05/13) revised by EDB/MP & DH 13/06

Possible ECHO Shelter & Settlement Indicators (version 15/05/13) revised by EDB/MP & DH 13/06 Possible ECHO Shelter & Settlement Indicators (version 15/05/13) revised by EDB/MP & DH 13/06 (at Results level) Abris/Habitat et Etablissement Humains Sub-Sector/Key Results Indicator A) Planification

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

Les contraintes de financement des PME en Afrique : le rôle des registres de crédit

Les contraintes de financement des PME en Afrique : le rôle des registres de crédit Les contraintes de financement des PME en Afrique : le rôle des registres de crédit Ondel ansek Kay Sommaire Il ressort du débat sur le développement économique de l Afrique subsaharienne (ASS) que les

Plus en détail

Editing and managing Systems engineering processes at Snecma

Editing and managing Systems engineering processes at Snecma Editing and managing Systems engineering processes at Snecma Atego workshop 2014-04-03 Ce document et les informations qu il contient sont la propriété de Ils ne doivent pas être copiés ni communiqués

Plus en détail

Africa GIS & SIGAFRIQUE network

Africa GIS & SIGAFRIQUE network Africa GIS & SIGAFRIQUE network Final meeting of the pilot phase (2003-2005): 2005): main results SIG Afrique & Réseau SIGAfrique Réunion finale de la phase pilote (2003-2005): 2005): principaux résultats

Plus en détail

An Ontology-Based Approach for Closed-Loop Product Lifecycle Management

An Ontology-Based Approach for Closed-Loop Product Lifecycle Management An Ontology-Based Approach for Closed-Loop Product Lifecycle Management THÈSE N O 4823 (2010) PRÉSENTÉE LE 15 OCTOBRE 2010 À LA FACULTÉ SCIENCES ET TECHNIQUES DE L'INGÉNIEUR LABORATOIRE DES OUTILS INFORMATIQUES

Plus en détail

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a

RENÉ CHARBONNEAU. 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t i c o. c a RENÉ CHARBONNEAU C o n s u l t a t i o n e t f o r m a t i o n C o n s u l t i n g a n d T r a i n i n g 131,Bourget Montréal QC Canada H4C 2M1 514-946 - 4885 r e n. c h a r b o n n e a u @ s y m p a t

Plus en détail

Stratégie DataCenters Société Générale Enjeux, objectifs et rôle d un partenaire comme Data4

Stratégie DataCenters Société Générale Enjeux, objectifs et rôle d un partenaire comme Data4 Stratégie DataCenters Société Générale Enjeux, objectifs et rôle d un partenaire comme Data4 Stéphane MARCHINI Responsable Global des services DataCenters Espace Grande Arche Paris La Défense SG figures

Plus en détail

Monitoring des classes de neige des calottes polaires par Envisat

Monitoring des classes de neige des calottes polaires par Envisat Monitoring des classes de neige des calottes polaires par Envisat (Résultats de WOOPI) N. Tran, A. Vernier (CLS) F. Rémy R (LEGOS) P. Féménias F (ESA) Calottes glaciaires & classification de la neige/glace

Plus en détail

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION First Nations Assessment Inspection Regulations Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations SOR/2007-242 DORS/2007-242 Current to September

Plus en détail

Notice Technique / Technical Manual

Notice Technique / Technical Manual Contrôle d accès Access control Encodeur USB Mifare ENCOD-USB-AI Notice Technique / Technical Manual SOMMAIRE p.2/10 Sommaire Remerciements... 3 Informations et recommandations... 4 Caractéristiques techniques...

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

Population responses to environmental forcing : approaches to model and monitor habitat characteristics

Population responses to environmental forcing : approaches to model and monitor habitat characteristics Approche systémique des pêches Boulogne-sur sur-mer 2008 Population responses to environmental forcing : approaches to model and monitor habitat characteristics Pierre Petitgas (1), M. Huret (1), B. Planque

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder (Ottawa, Canada Le 17 mars 2008) Selon une enquête menée récemment auprès des citoyens canadiens à l échelle nationale, la grande

Plus en détail

UNCLASSIFIED//NON CLASSIFIÉ

UNCLASSIFIED//NON CLASSIFIÉ OpenSSL Heartbleed Vulnerability and Mitigating Measures (AV14-617, CVE-2014-1060, VU #720951) Purpose As per advice already provided via other means, this Alert outlines mitigation actions in response

Plus en détail

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results)

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Comments for IT : 1. Text of predefined indicators cannot be changed by partners. Thus no variables in the predefined text. The only variables

Plus en détail

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' RESUME

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE' RESUME RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' ERTUGRULALP BOVAR-CONCORD Etwiromnental, 2 Tippet Rd. Downsviel+) ON M3H 2V2 ABSTRACT We are faced with various types

Plus en détail

Survey of REDD projects in Central Africa Etude des projets REDD en Afrique Centrale

Survey of REDD projects in Central Africa Etude des projets REDD en Afrique Centrale Survey of REDD projects in Central Africa Etude des projets REDD en Afrique Centrale (formulaire à renvoyer à cdewasseige@foraf.eu et philippe.mayaux@jrc.ec.europa.eu ) 1) General description / Description

Plus en détail

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Interest Rate for Customs Purposes Regulations Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes SOR/86-1121 DORS/86-1121 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août

Plus en détail

Economie de l'environnement

Economie de l'environnement Economie de l'environnement Fatih Karanl Département d'economie, EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest Nanterre la Défense E-mail: fkaranl@u-paris10.fr Web: http://economix.fr/fr/membres/?id=1294 2013-2014

Plus en détail

CLIM/GTP/27/8 ANNEX III/ANNEXE III. Category 1 New indications/ 1 re catégorie Nouvelles indications

CLIM/GTP/27/8 ANNEX III/ANNEXE III. Category 1 New indications/ 1 re catégorie Nouvelles indications ANNEX III/ANNEXE III PROPOSALS FOR CHANGES TO THE NINTH EDITION OF THE NICE CLASSIFICATION CONCERNING AMUSEMENT APPARATUS OR APPARATUS FOR GAMES/ PROPOSITIONS DE CHANGEMENTS À APPORTER À LA NEUVIÈME ÉDITION

Plus en détail

AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr)

AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr) AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr) Doc.No. : EUM/OPS/TEN/13/706466 Issue : v3 Date : 7 May 2014 WBS : EUMETSAT Eumetsat-Allee 1, D-64295 Darmstadt, Germany Tel: +49 6151 807-7 Fax: +49

Plus en détail

The Exploration of HIV Fitness Landscapes

The Exploration of HIV Fitness Landscapes Diss. ETH No. 20486 The Exploration of HIV Fitness Landscapes A dissertation submitted to ETH Zurich for the degree of Doctor of Sciences presented by João Zambujo Ramos Martins Dipl.-Ing. INSA Lyon, France

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien)

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Alain Bretto & Joël Priolon - 25 mars 2013 Question Dans un équilibre

Plus en détail

Instructions for Completing Allergan s Natrelle Silicone-Filled Breast Implant Device Registration Form

Instructions for Completing Allergan s Natrelle Silicone-Filled Breast Implant Device Registration Form Instructions for Completing s Natrelle Silicone-Filled Breast Implant Device Registration Form Please read the instructions below and complete ONE of the attached forms in either English or French. IMPORTANT:

Plus en détail

GISAfrica First phase closure meeting East African Pole. SIGAfrique Réunion de clôture de la première phase Pôle Afrique de l est

GISAfrica First phase closure meeting East African Pole. SIGAfrique Réunion de clôture de la première phase Pôle Afrique de l est GISAfrica First phase closure meeting East African Pole SIGAfrique Réunion de clôture de la première phase Pôle Afrique de l est Ethiopia MAURITANIE MALI Kenya SENEGAL GUINEE Ouagadougou BURKINA FASO NIGER

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments?

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? THE AALBORG COMMITMENTS IN GENEVA: AN ASSESSMENT AT HALF-TIME 1. City of Geneva in context : key facts 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? 3. The Aalborg Commitments: are they useful

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement

Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement et des réseaux Session 3 Big Data and IT in Transport: Applications, Implications, Limitations Jacques Ehrlich/IFSTTAR h/ifsttar

Plus en détail

Campus Biotech. Colliers International Suisse Romande SA

Campus Biotech. Colliers International Suisse Romande SA Campus Biotech Introduction L Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, l Université de Genève, M. Hansjörg Wyss, la Fondation Wyss et la famille Bertarelli ont uni leurs forces pour offrir à la Suisse

Plus en détail

Consultation Report / Rapport de consultation REGDOC-2.3.3, Periodic Safety Reviews / Bilans périodiques de la sûreté

Consultation Report / Rapport de consultation REGDOC-2.3.3, Periodic Safety Reviews / Bilans périodiques de la sûreté Consultation Report / Rapport de consultation REGDOC-2.3.3, Periodic Safety Reviews / Bilans périodiques de la sûreté Introduction Regulatory document REGDOC-2.3.3, Periodic Safety Reviews, sets out the

Plus en détail

Form of Deeds Relating to Certain Successions of Cree and Naskapi Beneficiaries Regulations

Form of Deeds Relating to Certain Successions of Cree and Naskapi Beneficiaries Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Form of Deeds Relating to Certain Successions of Cree and Naskapi Beneficiaries Regulations Règlement sur la forme des actes relatifs à certaines successions de bénéficiaires

Plus en détail

FM-44 19Aug13. Rainforest Alliance est un organisme de certification accrédité par le FSC FSC A000520

FM-44 19Aug13. Rainforest Alliance est un organisme de certification accrédité par le FSC FSC A000520 Avis public pour Audit de réenregistrement du certificat d aménagement forestier de Chantiers Chibougamau Ltée à Chibougamau, Québec, Canada 14 juillet 2014 (ENGLISH version below) Introduction Rainforest

Plus en détail

Contrôle d'accès Access control. Notice technique / Technical Manual

Contrôle d'accès Access control. Notice technique / Technical Manual p.1/18 Contrôle d'accès Access control INFX V2-AI Notice technique / Technical Manual p.2/18 Sommaire / Contents Remerciements... 3 Informations et recommandations... 4 Caractéristiques techniques... 5

Plus en détail

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile RÉSUMÉ DE THÈSE L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile avec des estimations de deux projets sur trois peinent à donner un résultat satisfaisant (Nelson,

Plus en détail

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire This application form may be submitted by email at candidater.peass@egerabat.com or sent by mail to the

Plus en détail

Control your dog with your Smartphone. USER MANUAL www.pet-remote.com

Control your dog with your Smartphone. USER MANUAL www.pet-remote.com Control your dog with your Smartphone USER MANUAL www.pet-remote.com Pet-Remote Pet Training Pet-Remote offers a new and easy way to communicate with your dog! With the push of a single button on your

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

Lutte contre l agrile du frêne Rien faire n est pas une option! Fight against the Emerald Ash Borer Doing nothing is not an option!

Lutte contre l agrile du frêne Rien faire n est pas une option! Fight against the Emerald Ash Borer Doing nothing is not an option! Lutte contre l agrile du frêne Rien faire n est pas une option! Fight against the Emerald Ash Borer Doing nothing is not an option! Le 15 septembre 2014 * September 15, 2014 Qu'est-ce que l'agrile du frêne?

Plus en détail

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF 2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF Kick off transnational project meeting June 6 & 7th 2011 6 et 7 Juin 2011 CERGY/ VAL D OISE Monday june 6th morning

Plus en détail

Faits saillants et survol des résultats du sondage

Faits saillants et survol des résultats du sondage NORMES PROFESSIONNELLES NATIONALES pour les gestionnaires de ressources bénévoles Préparer les prochaines étapes Résultats du sondage d'octobre 2012 Merci aux membres qui ont pris le temps de répondre

Plus en détail

BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F

BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F 1. Rationale With the advent of globalization, translation studies have become an imperative field to be taken on-board by department of languages.

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

Evolution of inequalities in health care use in France

Evolution of inequalities in health care use in France Evolution of inequalities in health care use in France Florence Jusot University of Rouen Paris-Dauphine University (Leda-legos) & Irdes Paul Dourgnon Irdes & Paris-Dauphine University (Leda-legos) Context

Plus en détail

LE PLAN SAUMON DE LOIRE- ALLIER 2014-2019 THE 2014-2019 LOIRE-ALLIER. Nicolas FORRAY Dreal Centre, Dreal de bassin Loire-Bretagne

LE PLAN SAUMON DE LOIRE- ALLIER 2014-2019 THE 2014-2019 LOIRE-ALLIER. Nicolas FORRAY Dreal Centre, Dreal de bassin Loire-Bretagne LE PLAN SAUMON DE LOIRE- ALLIER 2014-2019 THE 2014-2019 LOIRE-ALLIER SALMON MANAGEMENT PLAN Nicolas FORRAY Dreal Centre, Dreal de bassin Loire-Bretagne CONTEXTE D ÉLABORATION DU PLAN WORKING CONTEXT Document

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STANDARD. Dispositifs à semiconducteurs Dispositifs discrets. Semiconductor devices Discrete devices

NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STANDARD. Dispositifs à semiconducteurs Dispositifs discrets. Semiconductor devices Discrete devices NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STANDARD CEI IEC 747-6-3 QC 750113 Première édition First edition 1993-11 Dispositifs à semiconducteurs Dispositifs discrets Partie 6: Thyristors Section trois Spécification

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION vice Direction des Partenariats Internationaux Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

BA (Hons) French with Translation Studies P/T SH 322

BA (Hons) French with Translation Studies P/T SH 322 BA (Hons) French with Translation Studies P/T SH 322 1. Rationale With the advent of globalization, translation studies have become an imperative field to be taken on-board by department of languages.

Plus en détail

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past!

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! > Le passé composé le passé composé C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! «Je suis vieux maintenant, et ma femme est vieille aussi. Nous n'avons pas eu d'enfants.

Plus en détail

POLICY: FREE MILK PROGRAM CODE: CS-4

POLICY: FREE MILK PROGRAM CODE: CS-4 POLICY: FREE MILK PROGRAM CODE: CS-4 Origin: Authority: Reference(s): Community Services Department Cafeteria Services and Nutrition Education Division Resolution #86-02-26-15B.1 POLICY STATEMENT All elementary

Plus en détail

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001 LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre

Plus en détail

Memorandum of Understanding

Memorandum of Understanding Memorandum of Understanding File code of the Memorandum of Understanding (optional) texte 1. Objectives of the Memorandum of Understanding The Memorandum of Understanding 1 (MoU) forms the framework for

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

BNP Paribas Personal Finance

BNP Paribas Personal Finance BNP Paribas Personal Finance Financially fragile loan holder prevention program CUSTOMERS IN DIFFICULTY: QUICKER IDENTIFICATION MEANS BETTER SUPPORT Brussels, December 12th 2014 Why BNPP PF has developed

Plus en détail

Miroir de presse. International Recruitment Forum 9-10 mars 2015

Miroir de presse. International Recruitment Forum 9-10 mars 2015 Miroir de presse International Recruitment Forum 9-10 mars 2015 Contenu 1. L Agefi, 9'510 ex., 02.03.2015 2. Market, online, 12.3.2015 3. Studyrama, online, 13.3.2015 4. Venture Magazine, online, 15.3.2015

Plus en détail

TARIFS PIETONS SAISON PEDESTRIAN RATES SEASON 2014/2015 TARIFS ASSURANCE CARRE NEIGE CARRE NEIGE INSURANCE RATES 2014/2015

TARIFS PIETONS SAISON PEDESTRIAN RATES SEASON 2014/2015 TARIFS ASSURANCE CARRE NEIGE CARRE NEIGE INSURANCE RATES 2014/2015 FORFAITS PIETONS PEDESTRIAN PASSES TARIFS PIETONS SAISON PEDESTRIAN RATES SEASON 2014/2015 Adulte / Adult 14 à 64 ans inclus 14 to 64 years old Réduit / Reduced 5 à 13 ans inclus / 65 à 74 ans inclus 5

Plus en détail

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire 28/3/2011 ANNEXE 6 (Source: Electrabel) Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire Si nous vendons une bande d énergie nucléaire à certains clients, que nous garantissons

Plus en détail

EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership:

EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership: EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership: Supporting policy dialogue on national health policies, strategies and plans and universal coverage Year 2 Report Jan. 2013 - - Dec. 2013 [Version

Plus en détail

Projet de réorganisation des activités de T-Systems France

Projet de réorganisation des activités de T-Systems France Informations aux medias Saint-Denis, France, 13 Février 2013 Projet de réorganisation des activités de T-Systems France T-Systems France a présenté à ses instances représentatives du personnel un projet

Plus en détail

MANAGEMENT SOFTWARE FOR STEEL CONSTRUCTION

MANAGEMENT SOFTWARE FOR STEEL CONSTRUCTION Ficep Group Company MANAGEMENT SOFTWARE FOR STEEL CONSTRUCTION KEEP ADVANCING " Reach your expectations " ABOUT US For 25 years, Steel Projects has developed software for the steel fabrication industry.

Plus en détail

Ecodevelopment and Resilient Energy Policies

Ecodevelopment and Resilient Energy Policies Ecodevelopment and Resilient Energy Policies Laura E. Williamson - Project Director UNFCCC COP 17 Side Event December 2, 2011 Renewable Energy Policies for Climate Resilience, Sustainable Development and

Plus en détail

Compliance Monitoring Manager. Rôle attendu du CMM

Compliance Monitoring Manager. Rôle attendu du CMM Compliance Monitoring Manager Rôle attendu du CMM Introduction Rappel des bases réglementaires Rappel du positionnement du Compliance Monitoring Manager Sommaire Contexte réglementaire Part ORA Exigences

Plus en détail