54 e congrès de l uss des 5/ Discours d ouverture (traduction) Paul Rechsteiner, président de l USS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "54 e congrès de l uss des 5/611.2010. Discours d ouverture (traduction) Paul Rechsteiner, président de l USS"

Transcription

1 54 e congrès de l uss des 5/ Discours d ouverture (traduction) Paul Rechsteiner, président de l USS Ce congrès le 54 e ordinaire de l Union syndicale suisse se tient à un moment particulier. Jamais encore avant 2010, on n avait assisté à une attaque aussi concertée contre l États social suisse. Aujourd hui quel bilan, quel bilan intermédiaire en tirer? Les syndicats ont gagné en votation trois des quatre grands débats de cette année et perdu le quatrième. Ce dernier le référendum contre le démantèlement de l assurance-chômage, l a été avec 47 % des «non», en dépit donc d un rejet compact dans toute la Suisse latine. Nous avons gagné le référendum contre la baisse du taux de conversion LPP, le vol des rentes du 2 e pilier, avec un résultat record. Nous avons gagné contre le démantèlement de l AVS visé à travers la 11 e révision, ayant décidé à l avance de saisir si nécessaire le référendum ; nous avons de fait gagné déjà lors de la votation finale au Conseil national, parce que l UDC - après la victoire des référendums syndicaux contre le vol des rentes et la première mouture de 11 e révision de l AVS il y a six ans - prit peur au dernier moment et vota aussi non, malgré le soutien apporté par elle au démantèlement social pendant des années. Et nous avons gagné, à tout le moins provisoirement, dans le débat sur l assuranceaccidents. Là aussi, comme pour le vol des rentes, contre le front, la puissance financière des compagnies d assurances qui tenaient les partis bourgeois au bout de leur laisse. Nous avons gagné avec les entrepreneurs de la construction et l USAM, qui ont compris qu affaiblir cette assurance ne serait pas uniquement préjudiciable aux travailleurs et travailleuses, mais aussi aux patrons. Pour comprendre ce qui se passe aujourd hui et quelles sont les dimensions de ces conflits dans lesquels nous nous trouvons, un retour en arrière s impose, dans la période de quatre ans qui nous sépare du dernier congrès. Cela fait deux ans seulement que l ensemble du système financier mondial s est presque totalement effondré, suite aux abus commis dans le secteur bancaire. Nos grandes banques, surtout l UBS, ont été complètement impliquées. Et il a fallu des interventions gigantesques des États, d une ampleur jusque-là inimaginables, pour sauver ce système financier ; le volume de ces interventions atteignit un cinquième, voire un tiers de l activité économique mondiale totale, du produit intérieur brut (PIB) mondial. En Suisse ce ne fut pas mieux. Pensons au sauvetage de l UBS. Mais que s est-il passé depuis lors? Au lieu de procéder à des réformes fondamentales pour corriger ce qui a pratiquement conduit le système financier à la ruine, à savoir : la politique des néolibéraux et les déréglementations des 20 à 30 dernières années, ceux-là mêmes qui nous avaient mis dans de beaux draps continuent comme avant, voire en pire : des bonus plus élevés que jamais, des rendements de fonds propres au-delà de toute mesure et qui n ont quasiment rien à voir même de loin avec les transactions réelles, ainsi que des spéculations hautement risquées, effectuées sur le dos de toutes les économies. Suivez mon regard, c est des banques d investissement qu il s agit. Mais ce n est pas tout. Ce sont précisément ceux qui ont fait marcher le monde entier avec des titres pourris dotés du meilleur rating - des CDO, des CDS et que sais-je encore? et se sont rempli les poches de la sorte qui viennent tout à coup déclarer aujourd hui que les dettes publiques sont un

2 2 problème et abaissent la notation de nations entières sur les marchés financiers ; cela, après avoir eux-mêmes poussé ces États dans les déficits. Et quels sont les programmes des gouvernements européens qui se laissent dicter leur politique à travers les prescriptions des marchés financiers? Des programmes d austérité, comme on n en a plus vus depuis des décennies : démantèlement de l État, démantèlement social, baisse des salaires, relèvement de l âge de la retraite, baisse des rentes. À travers tout le continent. Nous devons nous remettre à l esprit, en allant au fond des choses, les grands axes de ce scénario. Les recettes politiques du néolibéralisme ont presque mené le système financier mondial et l économie mondiale au bord du gouffre. Le système financier n a pu être sauvé que grâce à d énormes interventions financières. À ce jour, cela n a pas eu pour conséquence politique que l on s est attaqué à la cause de ce désastre, à savoir : la politique du néolibéralisme : Dans les faits, les recettes politiques antisociales du néolibéralisme sont même poussées à l extrême et appliquées encore plus durement que jamais par les gouvernements sous influence des marchés financiers. Il y a peu d années encore, l imagination la plus débridée n aurait pas été en mesure de trouver, un tel scénario, une trame à ce point cynique. Qu est-ce que cela signifie pour la Suisse et pour les syndicats suisses? Commençons avec la place financière et la démocratie. Le programme de sauvetage destiné à l UBS se montait à 68 milliards de francs, la plus grande dépenses publique de tous les temps, plus que le budget annuel total de la Confédération. Il fut décidé via le droit d urgence, sans passer par le Parlement et les processus démocratiques, comme en temps de guerre. Conséquence : si les actionnaires de l UBS - donc ceux qui ont été sauvés - purent décider, lors d une assemblée générale, s ils étaient prêts à accepter ces 68 milliards, ceux qui devaient porter la responsabilité de cette somme n ont pas eu un mot à dire. Le scandale démocratique que cela représente est unique dans l histoire du l État fédéral suisse. Malgré tout, du conseiller fédéral responsable de ces questions à l autorité de surveillance, la volonté d analyser ces événements uniques, pour la Suisse et la dépendance scandaleuse des responsables publics à l égard des grandes banques fait toujours défaut aujourd hui. Cette dépendance de la surveillance à l égard des «surveillés» a été elle-même une cause centrale de la crise. Ce sont les syndicats qui, les premiers, ont demandé la création d une commission d enquête parlementaire (CEP), le meilleur outil de la démocratie dans ce cas. Les représentant(e)s des banques au Conseil des États étant parvenus, par leurs manœuvres dilatoires et de diversion, à empêcher la création d une CEP, l analyse des causes et des conséquences de la plus grande intervention de tous les temps de l État est abandonnée à ceux-là mêmes qui sont les coupables. Cette situation est indigne d une démocratie. Comme est aussi indigne le fait que subsiste un risque majeur pour toute l économie et l État, car les bilans globaux des grandes banques sont toujours plusieurs fois plus importants que l activité économique, c est-à-dire rapportés au PIB de la Suisse. Les conclusions du groupe de travail sur la régulation des banques restent également largement en-deçà de ce qui serait nécessaire ; dans toutes leurs propositions sur l augmentation des fonds propres des grandes banques, elles auront finalement pour seul résultat que ces dernières pourront continuer à faire ce qu elles veulent, y compris effectuer des transactions à hauts risques en matière d «Investment Banking», aux dépens de toutes et tous. Pas étonnant, vu la position de force occupé par les représentant(e)s des banques dans ce groupe. Les activités menées par l USS en faveur d une politique anticrise dotée de programmes conjoncturels ont eu plus de succès que les efforts qu elle a déployés pour restaurer les

3 3 principes démocratiques également par rapport aux grandes banques. En effet, sans la forte et immédiate pression exercée par elle en octobre 2008 déjà, les trains de mesures conjoncturelles prévoyant, par exemple, l extension de la durée du chômage partiel n auraient probablement pas été décidés. Ils ont permis de sauver des dizaines de milliers d emplois. Mais cela ne change naturellement rien à cette injustice selon laquelle, suite à la révision de l assurance-chômage, ce sont précisément les plus faibles des régions les plus touchées par la crise qui sont les plus durement punis. Si nous dressons le bilan social des quatre dernières années, nous voyons qu en plus de l échec du référendum sur l assurance chômage, il y a aussi celui sur l AI en Côté positif, on trouve clairement, outre les projets rejetés cette année, les succès remportés dans les urnes avec les allocations familiale et l ardu projet de financement de l AI (ainsi que les progrès accomplis dans le financement des soins, dont on devra cependant encore dresser le bilan une fois qu il aura été introduit). Après les victoires obtenues contre le vol des rentes et avec l AVS, un moment fort de ce congrès sera le nouveau départ que prendra le politique en matière de rentes vieillesse. Nos succès contre les démantèlements ne doivent pas être sous-estimés, précisément si l on considère le contexte international. Presque partout en Europe, les gouvernements essaient de relever l âge de la retraite, ou l ont déjà fait, alors que chez eux aussi, une large majorité de la population, pouvant aller jusqu à 80 %, y est opposée. Tout compte fait, un tel relèvement n est, économiquement, rien d autre qu une baisse des rentes. En effet, si l âge de la retraite passe à 67 ans, mais que les gens ne peuvent quand même pas travailler jusque-là, leurs rentes diminuent au bout du compte. Et, dans les pays qui nous entourent, sans parler de la Grèce et de l Espagne, les gens ne trouvent sans doute pas plus facilement un emploi à 65 ou 67 ans que chez nous - même s ils le voulaient alors que, dans la réalité, c est déjà si difficile entre 60 et 65 ans. Relever l âge de la retraite ne revient donc à rien d autre qu à baisser les rentes. Après dix années de succès défensifs en matière de rentes et de surplace avec la 11 e révision de l AVS, il faut se donner une nouvelle orientation. C est ce congrès qui en posera les jalons. Le point de départ doit en être la lutte pour des rentes meilleures à l intention des personnes à bas et moyens revenus. Donc la majorité pour qui les actuelles rentes des 1 er et 2 e piliers sont tout juste suffisantes, voire insuffisantes et qui, pour cette raison, a rejeté très violemment le vol des rentes planifié dans le 2 e pilier. (La compensation du renchérissement ne se faisant presque plus dans ce pilier, les rentes se dévalorisent avec le temps, même si l on n assiste à aucune baisse déguisée). D un point de vue syndical, cela signifie que nous devons constater aujourd hui que si nous sommes parvenus à empêcher une dégradation de la situation concernant l âge de la retraite, nous n avons pas progressé en matière d AVS par la voie d initiatives populaires. Avec ces dernières, nous obtenons, sur cette question de l âge, entre 40 et 45 % de «oui». Il est vrai que notre dernière initiative pour un âge de la retraite flexible a trouvé beaucoup de soutien, non seulement auprès des classes d âge moyennes, mais aussi, étonnamment, chez des jeunes. Vous avez le bonjour de la France! Mais contre l opposition presque globale des rentières et rentiers, aucune politique en matière de l AVS n est en mesure de réunir une majorité. Cela signifie que, sur la question de l âge de la retraite, nous devons aussi déclarer le maintien de l âge AVS à 65 ans comme but stratégique, ce qui implique qu il nous faut à nouveau développer des stratégies dans les branches pour trouver des solutions de retraite anticipée. La retraite anticipée dans la construction (FAR) offre une aune pour ce faire.

4 4 Entretemps, la Société suisse des entrepreneurs fait même de la publicité pour la retraite à 60 ans dans la construction, ce qui mérite d être souligné, après la grève victorieuse de 2002 dans cette branche. Le succès de ce modèle devrait non seulement inspirer le second œuvre, mais aussi d autres branches. Avec ce congrès, nous voulons, à ce chapitre des rentes, mettre sur rail une nouvelle stratégie en vue d améliorer ces dernières. Les rentières et rentiers serons vraisemblablement ensuite aussi à nos côtés. Cependant, nous devons être conscients qu avec cette nouvelle stratégie, il faudra d abord triompher - non seulement au plan fédéral, mais aussi dans de nombreux médias d un tabou. En effet, dans tous les milieux néolibéraux, là où il n y a plus de plafond pour les riches et les hauts revenus, les gens sont désormais devenus persuadés que nous ne pouvons plus nous payer de prévoyance vieillesse avec les assurances sociales. La question des rentes est une bonne occasion pour remettre les choses en bon ordre. N oublions pas que la Berne fédérale Conseil fédéral, Parlement fédéral et bourgeois ne pourra pas éviter ces débats, car, dans deux ans déjà, en 2012, aura lieu une nouvelle discussion sur la baisse du taux de conversion LPP. Si la droite veut, après les prochaines élections, s atteler à nouveau à baisser les rentes, en dépit de sa défaite brutale du 7 mars dernier, alors, avec notre nouvelle stratégie, nous devrons et nous le ferons faire en sorte que les débats se donnent pour point de départ les besoins des gens à bas et moyens revenus et non pas simplement les intérêts des compagnies d assurance, comme cela fut le cas jusqu à ce jour. Le deuxième grand thème stratégique de ce congrès est la politique salariale. Avec le lancement d une initiative populaire pour des salaires minimums, nous voulons entamer un nouveau cycle pour des salaires meilleurs à l intention des gens à bas et moyens revenus. Jetons un coup d œil en arrière. Les succès remportés par notre politique salariale ces dernières années reposent sur deux décisions stratégiques du Congrès de Davos de À l époque, nous avions décidé, en choisissant le slogan «Non, sauf si», de ne soutenir les accords bilatéraux avec l Union européenne que si de nouvelles mesures légales à ce jour encore inconnues et destinées à protéger les salaires étaient introduites en Suisse. Parallèlement, nous avions décidé de lancer une campagne sur les salaires minimums : «Pas de salaires au-dessous de 3000 francs!». Ces deux décisions de ce congrès ont, ces dix dernières années, marqué de leur empreinte la politique salariale et la politique du marché du travail. Ces années passées, il s est principalement agi de développer et améliorer les mesures d accompagnement pour protéger les salaires. Ce qui a été possible surtout concernant les contrôles de ceux-ci. Un important pas en avant a été, il y a quelques jours de cela, la première édiction, pour l économie domestique, d un contrat-type de travail national prévoyant des salaires minimums. (Ma mère était une nettoyeuse et une ménagère : je ne sais pas ce que ce progrès signifie pour une branche précaire et sous-estimée). Dans d autres domaines, comme par exemple les abus commis au titre de faux indépendant(e)s, d importants problèmes subsistent. L initiative pour des salaires minimums poursuit deux buts. Premièrement, elle entend renforcer les conventions collectives de travail. Deuxièmement, avec l objectif d un salaire horaire de 22 francs, soit 4000 francs par mois, elle veut mettre en place un nouveau plancher dans le segment des bas salaires. Dans les deux cas, il est clair que, sur le marché européen de l emploi ouvert, il est nécessaire, vu les accords bilatéraux, de réguler plus, et non moins, afin de protéger les salaires ; ce qui garantira que les travailleurs et travailleuses profiteront aussi un peu des résultats économiques. Les services publics ont été par le passé, et restent, d autres priorités, ainsi que la politique de l égalité entre femmes et hommes. Concernant les services publics, c est un grand succès qu il ne soit pour le moment plus question de libéraliser plus avant la Poste, un succès

5 5 directement imputable à l initiative «Pour une poste forte» et à la menace de référendum brandie par les syndicats ; autre succès, celui d avoir pu, il y a quelque temps, stopper assez tôt la privatisation de Swisscom. Dans d autres domaines, comme le rail, les transports publics, il faut lancer maintenant un nouveau cycle d investissement, ce qui suppose, à son tour, que le financement soit garanti. Pour remporter des succès ici, une condition essentielle est que nos fédérations du secteur public occupent une position forte. En matière de politique de l égalité entre femmes et hommes, c est un scandale perpétuel que, surtout concernant l égalité des salaires, nous ne progressions pas vraiment - en dépit du fait que, pour la première fois, le Conseil fédéral compte désormais une majorité de femmes - et même que nous recommencions à reculer. Ici aussi, le congrès posera les jalons de notre politique pour ces prochaines années. Nous avons atteint le but, fixé lors du dernier congrès, de membres féminins à l USS. Mais nous ne sommes toujours pas, et de loin, arrivés là où nous voulons. Concernant la syndicalisation des femmes, nous suivons toujours clopin-clopant de loin le taux d activité des femmes, qui est en forte progression. Il n empêche, il très positif, étant donné l évolution de manière générale très critique des effectifs syndicaux ces 30 dernières années, que le nombre des femmes syndiquées ait pu doubler temps en chiffres absolus. Pour la seule dernière décennie, nous comptons syndiquées de plus ; cela, aussi grâce aux nouvelles fédérations de l USS. C est une bonne chose et nous incite à progresser encore plus à ce chapitre. Plus de syndiquées, cela signifie aussi de meilleures conditions de travail et des salaires plus élevés. Nous allons entamer deux jours de congrès intenses. Nous siégeons à un moment politiquement et économiquement particulier. Comme le montre l exemple des mesures d accompagnement, l important, ce sera quelles décisions stratégiques nous allons prendre. Nous voulons poser des jalons pour demain. Des jalons pour une politique qui conduise à des salaires décents et à des rentes suffisantes pour tout le monde. Et pas seulement pour les privilégiés.

6 COMM UNIQU É D E P R E S S E N 5, CON G R È S D E L USS, 5/ Berne, le 6 novembre 2010 É l e c t i o n s e t p o l i t i q u e s a l a r i a l e Des salaires décents et équitables grâce à l initiative pour des salaires minimums En fin de congrès, les délégué(e)s ont nommé le Comité présidentiel de l USS ; Paul Rechsteiner a été réélu président pour un quatrième mandat. En même temps, ils ont exigé une politique salariale plus équitable. Un élément essentiel de cette dernière est représenté par l initiative pour des salaires minimums qui doit être lancée en janvier Le Comité présidentiel de l USS nouvellement élu est composé de : Vania Alleva (Unia) et Giorgio Tuti (SEV), vice-président(e); ainsi que des membres suivants: Renzo Ambrosetti (Unia, nouveau), Alain Carrupt (Syndicat de la Communication), Stefan Giger (SSP), Daniele Lenzin (Syndicat de la Communication, nouvelle), Katharina Prelic (ssp, nouvelle) et Andreas Rieger (Unia). Le président Paul Rechsteiner a été réélu à l unanimité pour un quatrième mandat. Dans son discours de clôture, Paul Rechsteiner a qualifié les décisions du congrès «d agenda pour l ensemble de la société, pour une réorientation de la politique des revenus définie par les salaires et les rentes». Partant des succès défensifs obtenus, elles visent un passage à l offensive. «Des salaires décents des rentes suffisantes!», la devise du congrès, représente la «modernisation sociale dont la Suisse a besoin» et l antidote au poison néolibéral de l extrême inégalité distributive administré durant près de deux décennies. Une politique salariale plus équitable La revendication d une politique salariale plus équitable était le dernier thème du congrès. Les délégué(e)s ont exigé des augmentations de salaires marquées, mais surtout générales. L accent doit être mis sur les salaires fixes, ce qui implique une conversion correspondante des bonus. Les salaires excessifs doivent être limités de manière efficace. L initiative pour des salaires minimums, qui doit être lancée à la mi-janvier 2011, devrait conduire à des salaires plus équitables, également dans les secteurs qui ne connaissent pas de négociations salariales à l heure actuelle. es congressistes ont aussi : - adopté deux propositions en faveur de la conversion écologique et sociale en Suisse ; - longuement applaudi les interventions de vendeuses de SPAR qui, en 2009, ont mené avec succès une grève contre la dégradation de leurs conditions de travail et des chefs de trains des transports zurichois opposés à leur «licenciement pour cause de rationalisation» ; - écouté un plaidoyer enflammé de Jean Ziegler contre le capitalisme cannibale et pour plus de solidarité internationale.

7 2 Peter Lauener ( ), responsable de la communication et porte-parole de l USS, et Ewald Ackermann ( ), service de l information de l USS, se tiennent à votre disposition pour tout complément d information.

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

Prévoyance vieillesse 2020

Prévoyance vieillesse 2020 Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral des assurances sociales OFAS Prévoyance vieillesse 2020 Mesures à prendre, propositions de réforme et conséquences Société suisse de gérontologie SGG

Plus en détail

CONGRES54 e Congrès de l Union syndicale suisse. 5/6 novembre 2010, Berne

CONGRES54 e Congrès de l Union syndicale suisse. 5/6 novembre 2010, Berne CONGRES54 e Congrès de l Union syndicale suisse 5/6 novembre 2010, Berne Impressum: Éditrice : Union syndicale suisse USS 3003 Berne, www.uss.ch, info@sgb.ch Rédaction : Pietro Cavadini Conception graphique

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION No 3

CIRCULAIRE D INFORMATION No 3 27 mai 1998 Dr. Hermann Walser CIRCULAIRE D INFORMATION No 3 Le rapport IDA-FiSo2 et les thèmes principaux du Conseil fédéral concernant la 1ère révision de la LPP 1. Le Conseil fédéral est en train de

Plus en détail

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Différend sur les réserves d or et les bénéfices de la Banque nationale 14 juin 2004 Numéro 24/1 Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Raccourcie

Plus en détail

Présentation de la session d été des Chambres fédérales

Présentation de la session d été des Chambres fédérales Présentation de la session d été des Chambres fédérales Economie souterraine et distribution des actifs et des bénéfices de la Banque nationale 24 mai 2004 Numéro 21 Session d été du 1 er au 18 juin 2004

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

La situation des travailleurs et travailleuses âgés : problèmes et solutions

La situation des travailleurs et travailleuses âgés : problèmes et solutions C O N F É R E N C E D E P R E S S E D U 1 6 A V R I L 1 5 Daniel Lampart premier secrétaire et économiste en chef de l USS La situation des travailleurs et travailleuses âgés : problèmes et solutions Les

Plus en détail

14.088 e Prévoyance vieillesse 2020. Réforme. La réforme après les décisions de la CSSS-E. 1 Résumé des décisions de la CSSS-E

14.088 e Prévoyance vieillesse 2020. Réforme. La réforme après les décisions de la CSSS-E. 1 Résumé des décisions de la CSSS-E 14.088 e Prévoyance vieillesse 2020. Réforme La réforme après les décisions de la CSSS-E 1 Résumé des décisions de la CSSS-E La CSSS-E soutient le concept du Conseil fédéral relatif à une réforme globale

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

SYNDICAT DU PERSONNEL DE L OIT

SYNDICAT DU PERSONNEL DE L OIT SYNDICAT DU PERSONNEL DE L OIT Distribution: http://www.ilostaffunion.org/new/?lang=fr SU/AGM/2015/2/D.5 7 octobre 2015 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DEUXIÈME SESSION 15 octobre 2015 Amendement des Statuts

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante

Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante Berne, août 2007 Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante Document de fond sur l initiative parlementaire

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Foire aux questions. Qu est-ce que l équité salariale?

Foire aux questions. Qu est-ce que l équité salariale? Foire aux questions Qu est-ce que l équité salariale? Selon la Commission de l équité salariale, le principe de l'équité salariale réfère au droit des personnes occupant un emploi à prédominance féminine,

Plus en détail

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le Ernst Bachmann, Vice-président de GastroSuisse Président Commission pour le droit du travail et les affaires sociales Conférence de presse annuelle

Plus en détail

Le rapport d Amours revisité

Le rapport d Amours revisité Le rapport d Amours revisité Selon le rapport D Amours, plus de 1 700 000 travailleurs québécois ne participent à aucun régime d épargne collective. Un travailleur sur deux n a donc comme protection en

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

Description du produit BusinessComposit. Prévoyance professionnelle modulaire pour les petites et moyennes entreprises

Description du produit BusinessComposit. Prévoyance professionnelle modulaire pour les petites et moyennes entreprises Description du produit BusinessComposit Prévoyance professionnelle modulaire pour les petites et moyennes entreprises 1 Conforme au marché et aux courtiers Les courtiers veulent des solutions de prévoyance

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Conférence annuelle des médias Swissmem du 24 février 2009 à Zurich

Conférence annuelle des médias Swissmem du 24 février 2009 à Zurich Le texte prononcé fait foi. Conférence annuelle des médias Swissmem du 24 février 2009 à Zurich «Les défis 2009» Exposé de Monsieur le Conseiller national Johann Niklaus Schneider-Ammann, président de

Plus en détail

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur,

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur, Avant-propos Chère lectrice, cher lecteur, En ces temps économiquement difficiles, il est important de savoir ce que je peux exiger comme salaire en tant qu entraîneur ou entraîneuse. En particulier, en

Plus en détail

Prévoyance. Envisager l avenir en toute sérénité grâce à nos solutions de prévoyance, assorties d avantages fiscaux.

Prévoyance. Envisager l avenir en toute sérénité grâce à nos solutions de prévoyance, assorties d avantages fiscaux. Prévoyance Envisager l avenir en toute sérénité grâce à nos solutions de prévoyance, assorties d avantages fiscaux. Une fois à la retraite, vous tenez à préserver votre liberté et indépendance. Il importe

Plus en détail

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes 20 Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes L un des faits marquants de la période qui a commencé dans les années 1980 est l utilisation d instruments extrêmement complexes

Plus en détail

LES CHEFS D ENTREPRISE

LES CHEFS D ENTREPRISE Prud hommes La réforme des prud hommes : pour une justice plus prévisible et plus rapide. Aucun chef d entreprise n aime se séparer d un salarié. Mais c est parfois nécessaire et c est à cette éventualité

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Commission des finances Distr. GÉNÉRALE ISBA/5/FC/1 30 septembre 1999 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Cinquième session Kingston

Plus en détail

La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier

La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier Les petits déjeuners de l ADP 19 juin 2015 Florence DELOGNE Directrice adjointe du Ministre des Pensions 1 L accord de gouvernement prévoit

Plus en détail

Cette année, 546 questionnaires complétés nous ont été retournés. Ce succès a surpris.

Cette année, 546 questionnaires complétés nous ont été retournés. Ce succès a surpris. Présentation de Mme Rose-Marie Lüthi Kreibich, Dr phil., Déléguée au CSA, lors du Congrès d automne 2015 du Conseil Suisse des Aînés le 15 septembre 2015 au Palais des Congrès de Bienne. Cette année, 546

Plus en détail

CAISSE DE PENSION FREELANCE

CAISSE DE PENSION FREELANCE Caisse de pension Freelance CAISSE DE PENSION FREELANCE du syndicat des médias comedia RÉSUMÉ DU RÈGLEMENT 2007 Valable dès le 01.01.2007 Caisse de pension Freelance 1/6 RESUME DES DISPOSITIONS LES PLUS

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION CHANGER LA MONDIALISATION

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION CHANGER LA MONDIALISATION 2CO/F/6.1 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION CHANGER LA MONDIALISATION 1. Le Congrès exprime sa plus vive préoccupation face

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009)

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) RÉPONSE DU SYNDICAT CANADIEN DES COMMUNICATIONS, DE L ÉNERGIE ET DU PAPIER au DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) «Renforcer le cadre législative

Plus en détail

l assureur-vie un risque non négligeable de réinvestissement.

l assureur-vie un risque non négligeable de réinvestissement. Taux d intérêt technique pour la détermination du taux de conversion en rentes concernant la prévoyance professionnelle surobligatoire 03.11.2003 / OFAP section Vie I. Résumé Le taux de conversion en rentes

Plus en détail

Les assurances sociales en Suisse: quel(s) impact(s) sur la vie des femmes?

Les assurances sociales en Suisse: quel(s) impact(s) sur la vie des femmes? Les assurances sociales en Suisse: quel(s) impact(s) sur la vie des femmes? Liliane Maury Pasquier La Chaux-de-Fonds, 22 novembre 2011 INTRODUCTION : Tout le monde a droit à une vie digne (art. 7 et 12

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

Intervention de Cédric Mametz Conférence d EASPD à Istanbul 28 septembre 2013. L ESAT est le nom des structures de travail protégé en France.

Intervention de Cédric Mametz Conférence d EASPD à Istanbul 28 septembre 2013. L ESAT est le nom des structures de travail protégé en France. Intervention de Cédric Mametz Conférence d EASPD à Istanbul 28 septembre 2013 Bonjour, Je m appelle Cédric Mametz. J ai 34 ans. Je travaille dans un ESAT. L ESAT est le nom des structures de travail protégé

Plus en détail

C O N F É R E N C E D E P R E S S E D U 2 S E P T E M B R E 2 0 1 5

C O N F É R E N C E D E P R E S S E D U 2 S E P T E M B R E 2 0 1 5 C O N F É R E N C E D E P R E S S E D U 2 S E P T E M B R E 2 0 1 5 Daniel Lampart, premier secrétaire de l USS Revendications salariales des syndicats de l USS Bonne situation des affaires dans de nombreuses

Plus en détail

PROPOSITION D ASSURANCE POUR VOTRE PREVOYANCE PROFESSIONELLE

PROPOSITION D ASSURANCE POUR VOTRE PREVOYANCE PROFESSIONELLE PROPOSITION D ASSURANCE POUR VOTRE PREVOYANCE PROFESSIONELLE Etat 2011 Contenu Le 2e pilier 3 La CPAT 3 A. Le plan LPP 4 1. BASE DE CALCUL 4 2. COTISATIONS 5 3. PRESTATIONS D ASSURANCE 5 3.1 Prestations

Plus en détail

Les travailleurs domestiques en Suisse protégés par le premier contrat de travail sectoriel dans le pays

Les travailleurs domestiques en Suisse protégés par le premier contrat de travail sectoriel dans le pays Les travailleurs domestiques en Suisse protégés par le premier contrat de travail sectoriel dans le pays Vania Alleva et Mauro Moretto En Suisse comme ailleurs, l Etat s est montré moins présent en matière

Plus en détail

PREVOIR. POUR MAINTENANT ET POUR PLUS TARD. L ASCOM PENSIONSKASSE (APK) EN BREF

PREVOIR. POUR MAINTENANT ET POUR PLUS TARD. L ASCOM PENSIONSKASSE (APK) EN BREF PREVOIR. POUR MAINTENANT ET POUR PLUS TARD. L ASCOM PENSIONSKASSE (APK) EN BREF PREVOYANCE INTEGRALE JAMAIS DEUX SANS TROIS En Suisse, la prévoyance intégrale repose sur trois piliers. En tant que salarié(e),

Plus en détail

Il faut que tout le monde travaille ensemble pour supprimer ces problèmes. Aujourd hui, je vous demande de faire confiance au Gouvernement.

Il faut que tout le monde travaille ensemble pour supprimer ces problèmes. Aujourd hui, je vous demande de faire confiance au Gouvernement. Le mardi 3 juillet 2012, le Premier Ministre de la France a parlé aux Députés. Le Premier Ministre est le chef du Gouvernement de la France. Il y a plusieurs Ministres dans le Gouvernement. Le Premier

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Assemblée générale du 18 mai 2016 16h 00

Assemblée générale du 18 mai 2016 16h 00 Assemblée générale du 18 mai 2016 16h 00 Allocution de Jürg Bucher, président du conseil d administration Assemblée générale du 18 mai 2016, exposé de Jürg Bucher, président du conseil d administration

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 2CO/F/6.8 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 1. Le Congrès s engage à appuyer le

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE FIN DE L ASSURANCE MALADIE PRIVEE POUR LES FRONTALIERS : Quelques explications Ce document, édité par le Groupement transfrontalier européen, a pour but de réunir toutes les informations que nous possédons

Plus en détail

Intervention SUVA 28.11.2014. Formation Handicap et enjeux sociaux 28 novembre 2014

Intervention SUVA 28.11.2014. Formation Handicap et enjeux sociaux 28 novembre 2014 Formation Handicap et enjeux sociaux 28 novembre 2014 Assurance Invalidité 2 Assurance invalidité Principes généraux But Prévenir, réduire ou éliminer l invalidité grâce à des mesures de réadaptation appropriées,

Plus en détail

Compte rendu de la réunion. de la Sous-Commission Restauration du 31 octobre 2013

Compte rendu de la réunion. de la Sous-Commission Restauration du 31 octobre 2013 COMITÉ D ÉTABLISSEMENT DES CHEMINOTS DE LA RÉGION LORRAINE 5 rue Victor Jacob 57000 METZ Tél. : 03 87 50 66 18 / 77 29 14 2 rue du Lavoir St Jean 54000 NANCY Tél. : 03 83 90 89 90 / 73 00 15 Compte rendu

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

DÉBAT SUR L EUROPE SOCIALE ASSEMBLÉE NATIONALE, PARIS 10 MARS 2009 INTERVENTION DE PHILIPPE DE BUCK DIRECTEUR GÉNÉRAL DE BUSINESSEUROPE

DÉBAT SUR L EUROPE SOCIALE ASSEMBLÉE NATIONALE, PARIS 10 MARS 2009 INTERVENTION DE PHILIPPE DE BUCK DIRECTEUR GÉNÉRAL DE BUSINESSEUROPE DISCOURS *** Seule la version prononcée fait foi *** Le 10 mars 2009 DÉBAT SUR L EUROPE SOCIALE ASSEMBLÉE NATIONALE, PARIS 10 MARS 2009 INTERVENTION DE PHILIPPE DE BUCK DIRECTEUR GÉNÉRAL DE BUSINESSEUROPE

Plus en détail

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Giovanni Zucchinetti GiTeC Prévoyance SA Conseil en prévoyance professionnelle Av. de l Eglise-Anglaise 6 1006 Lausanne +41 21 613

Plus en détail

Fiche n 1 : Les déficits et l endettement, une facture de la droite

Fiche n 1 : Les déficits et l endettement, une facture de la droite Fiche n 1 : Les déficits et l endettement, une facture de la droite Le bilan de N. Sarkozy, en matière de déficits publics, est désastreux. Pour tenter de se redonner une crédibilité, il se lance à un

Plus en détail

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE PRÉVOYANCE VIEILLESSE 1 THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE RAIFFEISEN PRÉVOYANCE VIEILLESSE (ÉTAT 2015) PR É VOYA N C E V IE ILLE SS E 1.1 PRÉVOYANCE ÉTATIQUE 1 ER

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Pour une équité salariale depuis longtemps due. au Nouveau-Brunswick

Pour une équité salariale depuis longtemps due. au Nouveau-Brunswick Mémoire présenté par la Fédération des travailleuses et des travailleurs du Nouveau-Brunswick aux audiences publiques des 18-19 novembre 2004 portant sur le projet de loi 77 Loi sur l équité salariale

Plus en détail

IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu. Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond

IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu. Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond Pour une protection solidaire et équitable : l assurance générale

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 10 décembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Nous sommes

Plus en détail

Négociations Annuelles Obligatoires 2007-2008 DOSSIER EPARGNE SALARIALE

Négociations Annuelles Obligatoires 2007-2008 DOSSIER EPARGNE SALARIALE Négociations Annuelles Obligatoires 2007-2008 DOSSIER EPARGNE SALARIALE RAPPEL DE LA SITUATION DES RETRAITES page 1 à 3 REFORMULATION 2008 page 4 REUNION DU 29 JANVIER 2008 page 5 EPILOGUE page 5 NAO_Sna.Unsa

Plus en détail

Prévoyance professionnelle des personnes au chômage

Prévoyance professionnelle des personnes au chômage Département fédéral de l'économie DFE EDITION 2009 716.201 f Complément d'information à l Info-Service Etre au chômage Une brochure pour les chômeurs Prévoyance professionnelle des personnes au chômage

Plus en détail

ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1

ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1 ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1 ÉPARGNER ET PRÉVENIR ÉPARGNER AVEC LE COMPTE D ÉPARGNE Page 3 ÉPARGNER AVEC LE COMPTE D ÉPARGNE 60+ Page 4 ÉPARGNER AVEC LE COMPTE DE PLACEMENT À TERME Page 5 LA PRÉVOYANCE AVEC

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 POSITION DE LA CES Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 1. Le 16 février 2012 la Commission a publié son Livre Blanc sur

Plus en détail

immigration conséquences positives pour les assurances sociales

immigration conséquences positives pour les assurances sociales immigration conséquences positives pour les assurances sociales Fiche d information 4 : Assurances sociales L essentiel en bref : Seuls ceux qui cotisent aux assurances sociales peuvent bénéficier de leurs

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

PlanoPension, RythmoPension Rentes viagères. Votre revenu garanti à vie en toute flexibilité et sérénité

PlanoPension, RythmoPension Rentes viagères. Votre revenu garanti à vie en toute flexibilité et sérénité PlanoPension, RythmoPension Rentes viagères Votre revenu garanti à vie en toute flexibilité et sérénité PlanoPension, RythmoPension Vaudoise Planifiez une retraite sereine Pour une retraite en toute quiétude

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Réforme de la prévoyance vieillesse 2020 Consultation de Procap Suisse

Réforme de la prévoyance vieillesse 2020 Consultation de Procap Suisse Réforme de la prévoyance vieillesse 2020 Consultation de Procap Suisse Procap Suisse, Frohburgstr. 4, Case postale, 4601 Olten Tél. 062 206 88 88, info@procap.ch, www.procap.ch A. Remarques d ordre général

Plus en détail

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle 01.400 Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle Rapport de la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil

Plus en détail

RESULTATS ENQUETE CARRIERE

RESULTATS ENQUETE CARRIERE Rue Gabriel Péri 77527 Coulommiers cedex tél. : 01.64.65.37.15 ou 36.26 e-mail : syndicat-cgt@ch-coulommiers.fr internet : http://cgtchcoulommiers.free.fr Coulommiers, le 29 novembre 2010 RESULTATS ENQUETE

Plus en détail

D une grande conférence sociale à l autre

D une grande conférence sociale à l autre D une grande conférence sociale à l autre Une année de réformes par le dialogue Il y a un an, les forces économiques et sociales françaises et le Gouvernement faisaient ensemble un pari : inventer un «dialogue

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Prévoyance professionnelle : pour un taux de conversion équitable

Prévoyance professionnelle : pour un taux de conversion équitable Prévoyance professionnelle : pour un taux de conversion équitable Le deuxième pilier, élément majeur du système suisse de prévoyance vieillesse, est victime d un problème structurel : les prestations promises

Plus en détail

Questions et réponses au sujet de la loi sur les caisses de pension cantonales (LCPC)

Questions et réponses au sujet de la loi sur les caisses de pension cantonales (LCPC) 1 / 12 s et réponses au sujet de la loi sur les caisses de pension cantonales (LCPC) Mots-clés Prestation de sortie / réponse Une prestation de sortie figure sur l attestation de prestations. Cette prestation

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II Bruxelles, le 1 er mars 2011 A propos des conclusions définitives de la mission d information de Didier REYNDERS

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

BRÈVE INFORMATION Secrétariat général de la CDIP, 20 octobre 2015

BRÈVE INFORMATION Secrétariat général de la CDIP, 20 octobre 2015 BRÈVE INFORMATION Secrétariat général de la CDIP, 2 octobre 215 Le concordat de la CDIP sur les bourses L octroi d allocations de formation est une tâche qui relève de la compétence des cantons. Avec le

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

«Questions d Europe»

«Questions d Europe» Compte rendu de la conférence d Alain Juppé du 28.03 à Sciences Po. «Questions d Europe» Introduction : Le budget pluriannuel européen est en baisse par la cause de compromis nationalistes. Le Parlement

Plus en détail

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013 Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013 Matthias Kuert Killer Responsable de la politique sociale kuert@travailsuisse.ch Berne, octobre 2013 Tableau 1 Bénéfices

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion. Synthèse

Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion. Synthèse Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion Synthèse Décembre 2015 Johannes Fark Beatrice Meyer Daniel Zöbeli Résumé des résultats de l étude, synthèse Contexte et démarche

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

Arbeitgeberverband der Banken in der Schweiz Association patronale des banques en Suisse Associazione padronale delle Banche in Svizzera Employers

Arbeitgeberverband der Banken in der Schweiz Association patronale des banques en Suisse Associazione padronale delle Banche in Svizzera Employers Arbeitgeberverband der Banken in der Schweiz Association patronale des banques en Suisse Associazione padronale delle Banche in Svizzera Employers Association of Banks in Switzerland EMPLOYEURS BANQUES

Plus en détail

Fourchette salariale : la politique salariale individualisée et la politique fiscale au service de la classe supérieure

Fourchette salariale : la politique salariale individualisée et la politique fiscale au service de la classe supérieure CON FÉRENCE D E P R E S S E D U 2 6 A V R I L 2 0 1 1 Daniel Lampart, économiste en chef, premier secrétaire de l USS Rapport de l USS sur la répartition des revenus et de la fo rtune en Suisse Fourchette

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Soulager les familles et la classe moyenne

Soulager les familles et la classe moyenne Le 27 septembre Pour les familles Pour la classe moyenne Pour les retraités Oui Aux allégements d impôts A la loi sur l imposition des personnes physiques (LIPP) Soulager les familles et la classe moyenne

Plus en détail

13.3652 é Mo. Schwaller. Pénurie de main-d œuvre qualifiée. La libre circulation des personnes n est pas la panacée

13.3652 é Mo. Schwaller. Pénurie de main-d œuvre qualifiée. La libre circulation des personnes n est pas la panacée Ständerat Conseil des Etats Consiglio degli Stati Cussegl dals stadis 13.3652 é Mo. Schwaller. Pénurie de main-d œuvre qualifiée. La libre circulation des personnes n est pas la panacée 14.3009 é Mo. CSEC-CE

Plus en détail

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Écarts entre les salaires : les politiques peuvent et doivent agir Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l USS/fq

Plus en détail

Immigration. Propositions suite à l acceptation de l initiative contre l immigration de masse du 9 février 2014

Immigration. Propositions suite à l acceptation de l initiative contre l immigration de masse du 9 février 2014 Immigration Propositions suite à l acceptation de l initiative contre l immigration de masse du 9 février 2014 Considérations générales a) Vers un nouveau système compatible avec les accords bilatéraux

Plus en détail