54 e congrès de l uss des 5/ Discours d ouverture (traduction) Paul Rechsteiner, président de l USS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "54 e congrès de l uss des 5/611.2010. Discours d ouverture (traduction) Paul Rechsteiner, président de l USS"

Transcription

1 54 e congrès de l uss des 5/ Discours d ouverture (traduction) Paul Rechsteiner, président de l USS Ce congrès le 54 e ordinaire de l Union syndicale suisse se tient à un moment particulier. Jamais encore avant 2010, on n avait assisté à une attaque aussi concertée contre l États social suisse. Aujourd hui quel bilan, quel bilan intermédiaire en tirer? Les syndicats ont gagné en votation trois des quatre grands débats de cette année et perdu le quatrième. Ce dernier le référendum contre le démantèlement de l assurance-chômage, l a été avec 47 % des «non», en dépit donc d un rejet compact dans toute la Suisse latine. Nous avons gagné le référendum contre la baisse du taux de conversion LPP, le vol des rentes du 2 e pilier, avec un résultat record. Nous avons gagné contre le démantèlement de l AVS visé à travers la 11 e révision, ayant décidé à l avance de saisir si nécessaire le référendum ; nous avons de fait gagné déjà lors de la votation finale au Conseil national, parce que l UDC - après la victoire des référendums syndicaux contre le vol des rentes et la première mouture de 11 e révision de l AVS il y a six ans - prit peur au dernier moment et vota aussi non, malgré le soutien apporté par elle au démantèlement social pendant des années. Et nous avons gagné, à tout le moins provisoirement, dans le débat sur l assuranceaccidents. Là aussi, comme pour le vol des rentes, contre le front, la puissance financière des compagnies d assurances qui tenaient les partis bourgeois au bout de leur laisse. Nous avons gagné avec les entrepreneurs de la construction et l USAM, qui ont compris qu affaiblir cette assurance ne serait pas uniquement préjudiciable aux travailleurs et travailleuses, mais aussi aux patrons. Pour comprendre ce qui se passe aujourd hui et quelles sont les dimensions de ces conflits dans lesquels nous nous trouvons, un retour en arrière s impose, dans la période de quatre ans qui nous sépare du dernier congrès. Cela fait deux ans seulement que l ensemble du système financier mondial s est presque totalement effondré, suite aux abus commis dans le secteur bancaire. Nos grandes banques, surtout l UBS, ont été complètement impliquées. Et il a fallu des interventions gigantesques des États, d une ampleur jusque-là inimaginables, pour sauver ce système financier ; le volume de ces interventions atteignit un cinquième, voire un tiers de l activité économique mondiale totale, du produit intérieur brut (PIB) mondial. En Suisse ce ne fut pas mieux. Pensons au sauvetage de l UBS. Mais que s est-il passé depuis lors? Au lieu de procéder à des réformes fondamentales pour corriger ce qui a pratiquement conduit le système financier à la ruine, à savoir : la politique des néolibéraux et les déréglementations des 20 à 30 dernières années, ceux-là mêmes qui nous avaient mis dans de beaux draps continuent comme avant, voire en pire : des bonus plus élevés que jamais, des rendements de fonds propres au-delà de toute mesure et qui n ont quasiment rien à voir même de loin avec les transactions réelles, ainsi que des spéculations hautement risquées, effectuées sur le dos de toutes les économies. Suivez mon regard, c est des banques d investissement qu il s agit. Mais ce n est pas tout. Ce sont précisément ceux qui ont fait marcher le monde entier avec des titres pourris dotés du meilleur rating - des CDO, des CDS et que sais-je encore? et se sont rempli les poches de la sorte qui viennent tout à coup déclarer aujourd hui que les dettes publiques sont un

2 2 problème et abaissent la notation de nations entières sur les marchés financiers ; cela, après avoir eux-mêmes poussé ces États dans les déficits. Et quels sont les programmes des gouvernements européens qui se laissent dicter leur politique à travers les prescriptions des marchés financiers? Des programmes d austérité, comme on n en a plus vus depuis des décennies : démantèlement de l État, démantèlement social, baisse des salaires, relèvement de l âge de la retraite, baisse des rentes. À travers tout le continent. Nous devons nous remettre à l esprit, en allant au fond des choses, les grands axes de ce scénario. Les recettes politiques du néolibéralisme ont presque mené le système financier mondial et l économie mondiale au bord du gouffre. Le système financier n a pu être sauvé que grâce à d énormes interventions financières. À ce jour, cela n a pas eu pour conséquence politique que l on s est attaqué à la cause de ce désastre, à savoir : la politique du néolibéralisme : Dans les faits, les recettes politiques antisociales du néolibéralisme sont même poussées à l extrême et appliquées encore plus durement que jamais par les gouvernements sous influence des marchés financiers. Il y a peu d années encore, l imagination la plus débridée n aurait pas été en mesure de trouver, un tel scénario, une trame à ce point cynique. Qu est-ce que cela signifie pour la Suisse et pour les syndicats suisses? Commençons avec la place financière et la démocratie. Le programme de sauvetage destiné à l UBS se montait à 68 milliards de francs, la plus grande dépenses publique de tous les temps, plus que le budget annuel total de la Confédération. Il fut décidé via le droit d urgence, sans passer par le Parlement et les processus démocratiques, comme en temps de guerre. Conséquence : si les actionnaires de l UBS - donc ceux qui ont été sauvés - purent décider, lors d une assemblée générale, s ils étaient prêts à accepter ces 68 milliards, ceux qui devaient porter la responsabilité de cette somme n ont pas eu un mot à dire. Le scandale démocratique que cela représente est unique dans l histoire du l État fédéral suisse. Malgré tout, du conseiller fédéral responsable de ces questions à l autorité de surveillance, la volonté d analyser ces événements uniques, pour la Suisse et la dépendance scandaleuse des responsables publics à l égard des grandes banques fait toujours défaut aujourd hui. Cette dépendance de la surveillance à l égard des «surveillés» a été elle-même une cause centrale de la crise. Ce sont les syndicats qui, les premiers, ont demandé la création d une commission d enquête parlementaire (CEP), le meilleur outil de la démocratie dans ce cas. Les représentant(e)s des banques au Conseil des États étant parvenus, par leurs manœuvres dilatoires et de diversion, à empêcher la création d une CEP, l analyse des causes et des conséquences de la plus grande intervention de tous les temps de l État est abandonnée à ceux-là mêmes qui sont les coupables. Cette situation est indigne d une démocratie. Comme est aussi indigne le fait que subsiste un risque majeur pour toute l économie et l État, car les bilans globaux des grandes banques sont toujours plusieurs fois plus importants que l activité économique, c est-à-dire rapportés au PIB de la Suisse. Les conclusions du groupe de travail sur la régulation des banques restent également largement en-deçà de ce qui serait nécessaire ; dans toutes leurs propositions sur l augmentation des fonds propres des grandes banques, elles auront finalement pour seul résultat que ces dernières pourront continuer à faire ce qu elles veulent, y compris effectuer des transactions à hauts risques en matière d «Investment Banking», aux dépens de toutes et tous. Pas étonnant, vu la position de force occupé par les représentant(e)s des banques dans ce groupe. Les activités menées par l USS en faveur d une politique anticrise dotée de programmes conjoncturels ont eu plus de succès que les efforts qu elle a déployés pour restaurer les

3 3 principes démocratiques également par rapport aux grandes banques. En effet, sans la forte et immédiate pression exercée par elle en octobre 2008 déjà, les trains de mesures conjoncturelles prévoyant, par exemple, l extension de la durée du chômage partiel n auraient probablement pas été décidés. Ils ont permis de sauver des dizaines de milliers d emplois. Mais cela ne change naturellement rien à cette injustice selon laquelle, suite à la révision de l assurance-chômage, ce sont précisément les plus faibles des régions les plus touchées par la crise qui sont les plus durement punis. Si nous dressons le bilan social des quatre dernières années, nous voyons qu en plus de l échec du référendum sur l assurance chômage, il y a aussi celui sur l AI en Côté positif, on trouve clairement, outre les projets rejetés cette année, les succès remportés dans les urnes avec les allocations familiale et l ardu projet de financement de l AI (ainsi que les progrès accomplis dans le financement des soins, dont on devra cependant encore dresser le bilan une fois qu il aura été introduit). Après les victoires obtenues contre le vol des rentes et avec l AVS, un moment fort de ce congrès sera le nouveau départ que prendra le politique en matière de rentes vieillesse. Nos succès contre les démantèlements ne doivent pas être sous-estimés, précisément si l on considère le contexte international. Presque partout en Europe, les gouvernements essaient de relever l âge de la retraite, ou l ont déjà fait, alors que chez eux aussi, une large majorité de la population, pouvant aller jusqu à 80 %, y est opposée. Tout compte fait, un tel relèvement n est, économiquement, rien d autre qu une baisse des rentes. En effet, si l âge de la retraite passe à 67 ans, mais que les gens ne peuvent quand même pas travailler jusque-là, leurs rentes diminuent au bout du compte. Et, dans les pays qui nous entourent, sans parler de la Grèce et de l Espagne, les gens ne trouvent sans doute pas plus facilement un emploi à 65 ou 67 ans que chez nous - même s ils le voulaient alors que, dans la réalité, c est déjà si difficile entre 60 et 65 ans. Relever l âge de la retraite ne revient donc à rien d autre qu à baisser les rentes. Après dix années de succès défensifs en matière de rentes et de surplace avec la 11 e révision de l AVS, il faut se donner une nouvelle orientation. C est ce congrès qui en posera les jalons. Le point de départ doit en être la lutte pour des rentes meilleures à l intention des personnes à bas et moyens revenus. Donc la majorité pour qui les actuelles rentes des 1 er et 2 e piliers sont tout juste suffisantes, voire insuffisantes et qui, pour cette raison, a rejeté très violemment le vol des rentes planifié dans le 2 e pilier. (La compensation du renchérissement ne se faisant presque plus dans ce pilier, les rentes se dévalorisent avec le temps, même si l on n assiste à aucune baisse déguisée). D un point de vue syndical, cela signifie que nous devons constater aujourd hui que si nous sommes parvenus à empêcher une dégradation de la situation concernant l âge de la retraite, nous n avons pas progressé en matière d AVS par la voie d initiatives populaires. Avec ces dernières, nous obtenons, sur cette question de l âge, entre 40 et 45 % de «oui». Il est vrai que notre dernière initiative pour un âge de la retraite flexible a trouvé beaucoup de soutien, non seulement auprès des classes d âge moyennes, mais aussi, étonnamment, chez des jeunes. Vous avez le bonjour de la France! Mais contre l opposition presque globale des rentières et rentiers, aucune politique en matière de l AVS n est en mesure de réunir une majorité. Cela signifie que, sur la question de l âge de la retraite, nous devons aussi déclarer le maintien de l âge AVS à 65 ans comme but stratégique, ce qui implique qu il nous faut à nouveau développer des stratégies dans les branches pour trouver des solutions de retraite anticipée. La retraite anticipée dans la construction (FAR) offre une aune pour ce faire.

4 4 Entretemps, la Société suisse des entrepreneurs fait même de la publicité pour la retraite à 60 ans dans la construction, ce qui mérite d être souligné, après la grève victorieuse de 2002 dans cette branche. Le succès de ce modèle devrait non seulement inspirer le second œuvre, mais aussi d autres branches. Avec ce congrès, nous voulons, à ce chapitre des rentes, mettre sur rail une nouvelle stratégie en vue d améliorer ces dernières. Les rentières et rentiers serons vraisemblablement ensuite aussi à nos côtés. Cependant, nous devons être conscients qu avec cette nouvelle stratégie, il faudra d abord triompher - non seulement au plan fédéral, mais aussi dans de nombreux médias d un tabou. En effet, dans tous les milieux néolibéraux, là où il n y a plus de plafond pour les riches et les hauts revenus, les gens sont désormais devenus persuadés que nous ne pouvons plus nous payer de prévoyance vieillesse avec les assurances sociales. La question des rentes est une bonne occasion pour remettre les choses en bon ordre. N oublions pas que la Berne fédérale Conseil fédéral, Parlement fédéral et bourgeois ne pourra pas éviter ces débats, car, dans deux ans déjà, en 2012, aura lieu une nouvelle discussion sur la baisse du taux de conversion LPP. Si la droite veut, après les prochaines élections, s atteler à nouveau à baisser les rentes, en dépit de sa défaite brutale du 7 mars dernier, alors, avec notre nouvelle stratégie, nous devrons et nous le ferons faire en sorte que les débats se donnent pour point de départ les besoins des gens à bas et moyens revenus et non pas simplement les intérêts des compagnies d assurance, comme cela fut le cas jusqu à ce jour. Le deuxième grand thème stratégique de ce congrès est la politique salariale. Avec le lancement d une initiative populaire pour des salaires minimums, nous voulons entamer un nouveau cycle pour des salaires meilleurs à l intention des gens à bas et moyens revenus. Jetons un coup d œil en arrière. Les succès remportés par notre politique salariale ces dernières années reposent sur deux décisions stratégiques du Congrès de Davos de À l époque, nous avions décidé, en choisissant le slogan «Non, sauf si», de ne soutenir les accords bilatéraux avec l Union européenne que si de nouvelles mesures légales à ce jour encore inconnues et destinées à protéger les salaires étaient introduites en Suisse. Parallèlement, nous avions décidé de lancer une campagne sur les salaires minimums : «Pas de salaires au-dessous de 3000 francs!». Ces deux décisions de ce congrès ont, ces dix dernières années, marqué de leur empreinte la politique salariale et la politique du marché du travail. Ces années passées, il s est principalement agi de développer et améliorer les mesures d accompagnement pour protéger les salaires. Ce qui a été possible surtout concernant les contrôles de ceux-ci. Un important pas en avant a été, il y a quelques jours de cela, la première édiction, pour l économie domestique, d un contrat-type de travail national prévoyant des salaires minimums. (Ma mère était une nettoyeuse et une ménagère : je ne sais pas ce que ce progrès signifie pour une branche précaire et sous-estimée). Dans d autres domaines, comme par exemple les abus commis au titre de faux indépendant(e)s, d importants problèmes subsistent. L initiative pour des salaires minimums poursuit deux buts. Premièrement, elle entend renforcer les conventions collectives de travail. Deuxièmement, avec l objectif d un salaire horaire de 22 francs, soit 4000 francs par mois, elle veut mettre en place un nouveau plancher dans le segment des bas salaires. Dans les deux cas, il est clair que, sur le marché européen de l emploi ouvert, il est nécessaire, vu les accords bilatéraux, de réguler plus, et non moins, afin de protéger les salaires ; ce qui garantira que les travailleurs et travailleuses profiteront aussi un peu des résultats économiques. Les services publics ont été par le passé, et restent, d autres priorités, ainsi que la politique de l égalité entre femmes et hommes. Concernant les services publics, c est un grand succès qu il ne soit pour le moment plus question de libéraliser plus avant la Poste, un succès

5 5 directement imputable à l initiative «Pour une poste forte» et à la menace de référendum brandie par les syndicats ; autre succès, celui d avoir pu, il y a quelque temps, stopper assez tôt la privatisation de Swisscom. Dans d autres domaines, comme le rail, les transports publics, il faut lancer maintenant un nouveau cycle d investissement, ce qui suppose, à son tour, que le financement soit garanti. Pour remporter des succès ici, une condition essentielle est que nos fédérations du secteur public occupent une position forte. En matière de politique de l égalité entre femmes et hommes, c est un scandale perpétuel que, surtout concernant l égalité des salaires, nous ne progressions pas vraiment - en dépit du fait que, pour la première fois, le Conseil fédéral compte désormais une majorité de femmes - et même que nous recommencions à reculer. Ici aussi, le congrès posera les jalons de notre politique pour ces prochaines années. Nous avons atteint le but, fixé lors du dernier congrès, de membres féminins à l USS. Mais nous ne sommes toujours pas, et de loin, arrivés là où nous voulons. Concernant la syndicalisation des femmes, nous suivons toujours clopin-clopant de loin le taux d activité des femmes, qui est en forte progression. Il n empêche, il très positif, étant donné l évolution de manière générale très critique des effectifs syndicaux ces 30 dernières années, que le nombre des femmes syndiquées ait pu doubler temps en chiffres absolus. Pour la seule dernière décennie, nous comptons syndiquées de plus ; cela, aussi grâce aux nouvelles fédérations de l USS. C est une bonne chose et nous incite à progresser encore plus à ce chapitre. Plus de syndiquées, cela signifie aussi de meilleures conditions de travail et des salaires plus élevés. Nous allons entamer deux jours de congrès intenses. Nous siégeons à un moment politiquement et économiquement particulier. Comme le montre l exemple des mesures d accompagnement, l important, ce sera quelles décisions stratégiques nous allons prendre. Nous voulons poser des jalons pour demain. Des jalons pour une politique qui conduise à des salaires décents et à des rentes suffisantes pour tout le monde. Et pas seulement pour les privilégiés.

6 COMM UNIQU É D E P R E S S E N 5, CON G R È S D E L USS, 5/ Berne, le 6 novembre 2010 É l e c t i o n s e t p o l i t i q u e s a l a r i a l e Des salaires décents et équitables grâce à l initiative pour des salaires minimums En fin de congrès, les délégué(e)s ont nommé le Comité présidentiel de l USS ; Paul Rechsteiner a été réélu président pour un quatrième mandat. En même temps, ils ont exigé une politique salariale plus équitable. Un élément essentiel de cette dernière est représenté par l initiative pour des salaires minimums qui doit être lancée en janvier Le Comité présidentiel de l USS nouvellement élu est composé de : Vania Alleva (Unia) et Giorgio Tuti (SEV), vice-président(e); ainsi que des membres suivants: Renzo Ambrosetti (Unia, nouveau), Alain Carrupt (Syndicat de la Communication), Stefan Giger (SSP), Daniele Lenzin (Syndicat de la Communication, nouvelle), Katharina Prelic (ssp, nouvelle) et Andreas Rieger (Unia). Le président Paul Rechsteiner a été réélu à l unanimité pour un quatrième mandat. Dans son discours de clôture, Paul Rechsteiner a qualifié les décisions du congrès «d agenda pour l ensemble de la société, pour une réorientation de la politique des revenus définie par les salaires et les rentes». Partant des succès défensifs obtenus, elles visent un passage à l offensive. «Des salaires décents des rentes suffisantes!», la devise du congrès, représente la «modernisation sociale dont la Suisse a besoin» et l antidote au poison néolibéral de l extrême inégalité distributive administré durant près de deux décennies. Une politique salariale plus équitable La revendication d une politique salariale plus équitable était le dernier thème du congrès. Les délégué(e)s ont exigé des augmentations de salaires marquées, mais surtout générales. L accent doit être mis sur les salaires fixes, ce qui implique une conversion correspondante des bonus. Les salaires excessifs doivent être limités de manière efficace. L initiative pour des salaires minimums, qui doit être lancée à la mi-janvier 2011, devrait conduire à des salaires plus équitables, également dans les secteurs qui ne connaissent pas de négociations salariales à l heure actuelle. es congressistes ont aussi : - adopté deux propositions en faveur de la conversion écologique et sociale en Suisse ; - longuement applaudi les interventions de vendeuses de SPAR qui, en 2009, ont mené avec succès une grève contre la dégradation de leurs conditions de travail et des chefs de trains des transports zurichois opposés à leur «licenciement pour cause de rationalisation» ; - écouté un plaidoyer enflammé de Jean Ziegler contre le capitalisme cannibale et pour plus de solidarité internationale.

7 2 Peter Lauener ( ), responsable de la communication et porte-parole de l USS, et Ewald Ackermann ( ), service de l information de l USS, se tiennent à votre disposition pour tout complément d information.

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu. Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond

IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu. Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond Pour une protection solidaire et équitable : l assurance générale

Plus en détail

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne *

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * 42 La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * Inger V. Johansen Membre du comité des affaires européennes de l Alliance rouge-verte danoise intégration

Plus en détail

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Différend sur les réserves d or et les bénéfices de la Banque nationale 14 juin 2004 Numéro 24/1 Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Raccourcie

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Top 20 de la bourse suisse : Sept entreprises politiquement actives

Top 20 de la bourse suisse : Sept entreprises politiquement actives Top 20 de la bourse suisse : Sept entreprises politiquement actives Au moins sept des 20 sociétés du Swiss Market Index sont politiquement actives. C est le résultat d une consultation lancée par ACTARES

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Les assurances sociales en Suisse: quel(s) impact(s) sur la vie des femmes?

Les assurances sociales en Suisse: quel(s) impact(s) sur la vie des femmes? Les assurances sociales en Suisse: quel(s) impact(s) sur la vie des femmes? Liliane Maury Pasquier La Chaux-de-Fonds, 22 novembre 2011 INTRODUCTION : Tout le monde a droit à une vie digne (art. 7 et 12

Plus en détail

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes)

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) 1 Commune municipale Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) I. GENERALITES 1. Bases légales, prescriptions

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

PDC suisse. Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus

PDC suisse. Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus PDC suisse Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus Document de position de la Présidence du PDC suisse du 23 octobre 2008 1 Introduction La Présidence du PDC suisse

Plus en détail

Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie

Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie Annexe 4 Enquête auprès des sociétés suisses d assurance sur la vie concernant l assurance collective dans la prévoyance

Plus en détail

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES PERSONNES AGEES ADRESSE AUX GOUVERNEMENTS PAR L'EXPERTE INDEPENDANTE SUR LA QUESTION DES DROITS DE L'HOMME ET L'EXTREME PAUVRETE (i)

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité

Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité (Loi sur l assurance-chômage, LACI) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne.

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne. 007-011 Avant propos_avant-propos 25/07/13 17:20 Page7 Avant-propos Gerhard CROMME* L Europe et l Allemagne ont besoin d une France compétitive Cet article reprend les thèmes du discours prononcé par Gerhard

Plus en détail

Discours de Bernadette Ségol, Secrétaire générale de la Confédération européenne des syndicats (CES)

Discours de Bernadette Ségol, Secrétaire générale de la Confédération européenne des syndicats (CES) Discours de Bernadette Ségol, Secrétaire générale de la Confédération européenne des syndicats (CES) Congrès ordinaire de l'oegb-l 5 décembre 2014, Luxembourg [Le texte prononcé fait foi] Président, Cher(e)s

Plus en détail

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux. au Ministère des Finances du Canada sur les régimes de retraite à prestations cibles

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux. au Ministère des Finances du Canada sur les régimes de retraite à prestations cibles Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux au Ministère des Finances du Canada sur les régimes de retraite à prestations cibles 20 juin 2014 Confédération des syndicats nationaux 1601, av.

Plus en détail

Tout savoir sur les accords bilatéraux Suisse-UE

Tout savoir sur les accords bilatéraux Suisse-UE Tout savoir sur les accords bilatéraux Suisse-UE Table des matières 1. Introduction Présentation des 7 accords : Qu est-ce que les Accords bilatéraux et que vont-ils changer? Ce qui ne change pas 2. Libre

Plus en détail

Il faut agir contre la montée du chômage!

Il faut agir contre la montée du chômage! Il faut agir contre la montée du chômage! En décembre 2012, le chômage au Luxembourg atteint un niveau record : 16 963 personnes inscrites comme demandeurs d emploi à l ADEM, soit un taux de chômage de

Plus en détail

Salaires AVS et Suva. Valable dès le 1.1.2011. Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales

Salaires AVS et Suva. Valable dès le 1.1.2011. Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales Salaires AVS et Suva Valable dès le 1.1.2011 Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales Les présentes directives facilitent la déclaration des salaires à l AVS et à la Suva ainsi

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Adopté par le congrès le 14 février 2015 à Martigny

Adopté par le congrès le 14 février 2015 à Martigny POUR TOUS, SANS PRIVILEGES Plateforme électorale du PS Suisse Adopté par le congrès le 14 février 2015 à Martigny La force de la Suisse réside dans la prospérité de l ensemble de ses habitants, et non

Plus en détail

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat Entretien avec Ivan Béraud et Christian Janin Des formes d emploi à encadrer Pour une sécurisation des parcours professionnels La CFDT et la fédération Culture, Conseil, Communication (F3C) ne sont pas

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR»

PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR» PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR» I - Pour la défense et la promotion des services sociaux et de santé publics pour les personnes aînées en

Plus en détail

Initiative parlementaire Privilège des créances dans la faillite et assurances sociales

Initiative parlementaire Privilège des créances dans la faillite et assurances sociales 99.420 Initiative parlementaire Privilège des créances dans la faillite et assurances sociales Rapport de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national du 26 mars 1999

Plus en détail

Renforçons la classe moyenne!

Renforçons la classe moyenne! Renforçons la classe moyenne! Précisions sur la résolution du PDC suisse pour une classe moyenne forte. Introduction La classe moyenne est le cœur de notre société : elle inclut les familles, les retraités

Plus en détail

Le conflit des retraites en France

Le conflit des retraites en France Le conflit des retraites en France Philippe Légé En 2010, la France a connu une intense lutte sociale. Le facteur qui l a déclenchée était une réforme qui, selon le Premier ministre, François Fillon, était

Plus en détail

BUREAUX D ARCHITECTES

BUREAUX D ARCHITECTES REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la solidarité et de l'emploi Office cantonal de l'inspection et des relations du travail Document REFLÉTANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET PRESTATIONS SOCIALES

Plus en détail

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle obligatoire (LPP) en Suisse Etat: janvier 2012 Table des matières Le 2 e pilier dans le système suisse de prévoyance

Plus en détail

Le marché suisse des assurances

Le marché suisse des assurances 16 Le marché suisse des assurances Le secteur des assurances favorise la croissance et la prospérité Ces dernières années, le secteur des assurances a sans cesse accru sa contribution à la croissance et

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE :

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE : MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) 1ER - DE LA CRISE À LA GUERRE DE LA CRISE À LA GUERRE (1929-1945) L ÉCONOMIE EN CRISE DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire «Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire Congrès exceptionnel FGTB Liège-Huy-Waremme 2009 - Document de travail

Plus en détail

Plan d action du PDC concernant le franc fort

Plan d action du PDC concernant le franc fort Plan d action du PDC concernant le franc fort Vendredi 20 février 2015, à 16 h 45 Renseignements : Filippo Lombardi, président du groupe et conseiller aux Etats (TI), mobile : 079 620 64 65 Pirmin Bischof,

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur

Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur 1. Dispositions générales Art.1 Organisation de la CPR Responsable de la professionnelle 1 Sous le nom de «Caisse de pension Ramoneur» (CPR) une fondation

Plus en détail

immigration conséquences positives pour les assurances sociales

immigration conséquences positives pour les assurances sociales immigration conséquences positives pour les assurances sociales Fiche d information 4 : Assurances sociales L essentiel en bref : Seuls ceux qui cotisent aux assurances sociales peuvent bénéficier de leurs

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante.

Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante. Cher-e-s camarades, cher-e-s ami-e-s, chers invités, Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante. Une CGT

Plus en détail

Bilan de la situation des caisses de retraite au Québec

Bilan de la situation des caisses de retraite au Québec SYNDICAT DES FONCTIONNAIRES MUNICIPAUX DE MONTRÉAL (SCFP) Bilan de la situation des caisses de retraite au Québec 25 février 2014 1 Contexte et évolution 22 JUIN 2011 Conférence de presse des maires Gérald

Plus en détail

Lettre aux actionnaires

Lettre aux actionnaires Lettre aux actionnaires Exercice 23 2 Message des dirigeants du groupe Madame, Monsieur, Rolf Dörig et Bruno Pfister 23 a été un bon exercice pour Swiss Life. Toutes nos unités opérationnelles ont contribué

Plus en détail

assurances sociales : éviter la spirale de l endettement

assurances sociales : éviter la spirale de l endettement FICHE THÉMATIQUE : VUE D ENSEMBLE ASSURANCES SOCIALES assurances sociales : éviter la spirale de l endettement 23 OCTOBRE 2011 La Suisse dispose d un excellent système d assurances sociales en comparaison

Plus en détail

Méfiez-vous du modèle d austérité canadien

Méfiez-vous du modèle d austérité canadien Méfiez-vous du modèle d austérité canadien Andrew Jackson Le présent essai a été rédigé à la suite d articles des médias selon lesquels l ex-ministre des Finances et ex-premier ministre canadien Paul Martin

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Promotions économiques régionales

Promotions économiques régionales Le fil rouge pour la création d entreprise Lausanne Région Association de la Région Cossonay - Aubonne - Morges Association de la Région du Gros-de-Vaud INTRODUCTION Ce livret, édité par les trois associations

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Consulting Service sàrl. Future. Conseil et formation en assurances sociales. Assurances Sociales. 22 mai 2015

Consulting Service sàrl. Future. Conseil et formation en assurances sociales. Assurances Sociales. 22 mai 2015 Le contenu q Modifications depuis 2012 q Les projets de révision q Un cas pratique pour le congé maternité q Sites Internet utiles Version 2015 / François Wagner 2 Assurances sociales Assurances sociales

Plus en détail

Le nouvel espace politique européen

Le nouvel espace politique européen Frédéric Lebaron à l issue de la séquence électorale récente, en particulier en France et en Grèce, le nouveau champ politique issu de la crise financière se dessine plus clairement en Europe. L Union

Plus en détail

Résolutions sur le franc fort au Congrès du PS Suisse du 14 février 2015 à Martigny

Résolutions sur le franc fort au Congrès du PS Suisse du 14 février 2015 à Martigny Résolutions sur le franc fort au Congrès du PS Suisse du 14 février 2015 à Martigny Résolution du Comité directeur R-0 Les quatre réponses du PS à la crise du franc fort Le Comité directeur s est penché

Plus en détail

HISTORIQUE DE LA POSITION FNEEQ SUR LES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS

HISTORIQUE DE LA POSITION FNEEQ SUR LES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS HISTORIQUE DE LA POSITION FNEEQ SUR LES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS TABLE DES MATIÈRES PORTRAIT DU REGROUPEMENT DES ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS... 3 Situation de l emploi dans le regroupement privé... 3 La position

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Date de dépôt : 25 juin 2013 Rapport de la Commission fiscale chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat modifiant la loi sur l imposition des personnes

Plus en détail

Erich Walser, Président de l Association Suisse d Assurances

Erich Walser, Président de l Association Suisse d Assurances Exposé Présenté par Erich Walser, Président de l Association Suisse d Assurances Evénement Conférence de presse annuelle 2011 Date 28 janvier 2011 Lieu Hôtel «Savoy Baur en Ville», Zurich Le secteur suisse

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009)

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) RÉPONSE DU SYNDICAT CANADIEN DES COMMUNICATIONS, DE L ÉNERGIE ET DU PAPIER au DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) «Renforcer le cadre législative

Plus en détail

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Giovanni Zucchinetti GiTeC Prévoyance SA Conseil en prévoyance professionnelle Av. de l Eglise-Anglaise 6 1006 Lausanne +41 21 613

Plus en détail

ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1

ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1 ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1 ÉPARGNER ET PRÉVENIR ÉPARGNER AVEC LE COMPTE D ÉPARGNE Page 3 ÉPARGNER AVEC LE COMPTE D ÉPARGNE 60+ Page 4 ÉPARGNER AVEC LE COMPTE DE PLACEMENT À TERME Page 5 LA PRÉVOYANCE AVEC

Plus en détail

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE sozialversicherungen der Schweiz ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) Prestations Assurance-vieillesse et

Plus en détail

Argumentaires Contre

Argumentaires Contre Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.095 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Contre Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l énergie. Initiative populaire

Plus en détail

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE --------------------------------

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- Retraités agricoles: non à l injustice et à l inéquité! Confrontés à la faiblesse des retraites agricoles, à la

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité Quote-part fiscale de la Suisse : des apparences trompeuses dossierpolitique 21 février 2011 Numéro 2 Quote-part fiscale. Dans la statistique annuelle de l OCDE, la Suisse affiche une quote-part fiscale

Plus en détail

www Sécurité sociale en Suisse: www.ofsp.admin.ch > Thèmes > Aperçu > Données de base

www Sécurité sociale en Suisse: www.ofsp.admin.ch > Thèmes > Aperçu > Données de base Vivre et travailler en Suisse + Le système de sécurité sociale en Suisse + Le système social* Le système suisse de sécurité sociale est relativement complexe: chaque branche a ses particularités. Cela

Plus en détail

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 Pascale Micoleau-Marcel Déléguée Générale de l IEFP La finance pour tous Sommaire 1/ De quoi parle-t-on? 2/ Pourquoi

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle 01.400 Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle Rapport de la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil

Plus en détail

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus La retraite n est pas un privilège! Fascicule 1 Avantpropos Depuis plusieurs mois déjà, de grands médias tirent à boulets rouges sur les régimes

Plus en détail

Milford Bateman. Conseiller pigiste sur le développement économique local et professeur invité d économie Juraj Dobrila University à Pula, Croatie

Milford Bateman. Conseiller pigiste sur le développement économique local et professeur invité d économie Juraj Dobrila University à Pula, Croatie Pourquoi il est maintenant plus essentiel que jamais que les gouvernements locaux soient proactifs pour réaliser un développement économique local et national durable dans les pays en développement Milford

Plus en détail

Garantir le minimum vital

Garantir le minimum vital 1 er pilier, AVS/AI Garantir le minimum vital Par le biais de l AVS/AI, la prévoyance étatique couvre les besoins vitaux de toute la population. 1. Situation initiale La prévoyance vieillesse, survivants

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Notes d allocution de la présidente et première dirigeante de la SADC, Michèle Bourque

Notes d allocution de la présidente et première dirigeante de la SADC, Michèle Bourque 1 Notes d allocution de la présidente et première dirigeante de la SADC, Michèle Bourque Autorité de règlement de faillite : le nouveau rôle de la SADC CD Howe Institute 9 juin 2014 INTRODUCTION Bonjour,

Plus en détail

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir La sécurité financière de votre vie future Prévoir Que nous réserve l avenir? C est une question que chacun de nous se pose de temps en temps sans pouvoir y répondre avec beaucoup d assurance. Quoi qu

Plus en détail

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD NE LAISSONS PAS LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD Le MEDEF demande les pleins pouvoirs! Le janvier 0, le MEDEF a signé avec des syndicats minoritaires un accord sur l emploi. La négociation s est déroulée

Plus en détail

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE + LE SYSTÈME DE SÉCURITÉ SOCIALE EN SUISSE + LE SYSTÈME SOCIAL Le système suisse de sécurité sociale est relativement complexe: chaque branche a ses particularités. Cela tient

Plus en détail

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde)

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) Présentation générale HSBC Global Private Banking (GPB) et en particulier sa banque privée suisse, HSBC Private Bank Suisse, ont subi une transformation

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE

COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE CES Document de réflexion sur la situation économique 2010/1 COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE Un piège financier Qu adviendrait-il si des hauts fonctionnaires

Plus en détail

Donc, le 9 février 2014. Stopper l immigration massive. www.immigration-massive.ch

Donc, le 9 février 2014. Stopper l immigration massive. www.immigration-massive.ch Donc, le 9 février 2014 Stopper l immigration massive www.immigration-massive.ch Immigration oui, ma Dépourvue de matières premières, la Suisse doit sa prospérité à la force créative de ses habitants.

Plus en détail

Investissements privés en actions et travail: tendances et difficultés récentes pour les syndicats

Investissements privés en actions et travail: tendances et difficultés récentes pour les syndicats Investissements privés en actions et travail: tendances et difficultés récentes pour les syndicats Maria Alejandra Caporale Madi et José Ricardo Barbosa Gonçalves La récente crise économique mondiale a

Plus en détail

L état actuel et l évolution future du système d assurances sociales: un débat

L état actuel et l évolution future du système d assurances sociales: un débat L état actuel et l évolution future du système d assurances sociales: un débat Les questions relatives à l état actuel et à l avenir de l AVS sont au centre du débat ci-contre entre Thomas Daum, directeur

Plus en détail

Information du jour La prévoyance sociale en Suisse

Information du jour La prévoyance sociale en Suisse Information du jour La prévoyance sociale en Suisse Prestations Assurés/Ayants droit Base de calcul pour le montant des prestations pour guérison, soins, réadaptation AVS/AI Sont obligatoirement assurées

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières Mémento de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents (LAA) GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon Table des matières Base légale de l assurance Page Personnes assurées 1.

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014

Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014 Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014 Durant cette session le Conseil national traitera plusieurs infractions concernant les droits de l enfant. Le postulat Bilan de la mise

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail