NOTRE PLANETE LA FONTE DES GLACES UNE QUESTION BRÛLANTE. Le changement climatique et la cryosphère

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTRE PLANETE LA FONTE DES GLACES UNE QUESTION BRÛLANTE. Le changement climatique et la cryosphère"

Transcription

1 NOTRE PLANETE Revue du Programme des Nations Unies pour l environnement - Mai 2007 LA FONTE DES GLACES UNE QUESTION BRÛLANTE Le changement climatique et la cryosphère NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE

2 NOTRE PLANETE Notre Planète, la revue du Programme des Nations Unies pour l environnement (PNUE) PO Box Nairobi (Kenya) Tél: (254 20) Fax: (254 20) Mél: Les numéros de Notre Planéte peuvent être consultés sur le site du PNUE ISSN Directeur de Publication: Eric Falt Rédacteur: Geoffrey Lean Coordinateurs: Naomi Poulton, David Simpson Collaborateur Spécial: Nick Nuttall Responsable Marketing: Manyahleshal Kebede Graphisme: Amina Darani Production: Division de la communication et de l information du PNUE Impression: Naturaprint Distribution: SMI Books Les articles figurant dans cette revue ne reflètent pas nécessairement les opinions ou les politiques du PNUE ou des rédacteurs; ils ne constituent pas non plus un compte rendu officiel. Les appellations employées dans la présente publication et la présentation des données qui y figurent n impliquent de la part du PNUE aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, ou zones ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontiéres ou limites. * Dollars ($) s entend des dollars des Etats-Unis. et aussi page 3 page 4 page 8 page 9 page 24 page 25 page 26 réflexions people verbatim et chiffres livres prix et événements www produits 2 NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE Helen Bjørnøy, Ministre de l environnement de Norvège... Roberto Dobles, Ministre de l environnement et de l énergie du Costa Rica et Président du Conseil d administration du PNUE et du Forum ministériel mondial pour l environnement... programme d action - page 9 Yvo de Boer, Secrétaire exécutif de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques... Sheila Watt-Cloutier, PNUE Champion de la Terre 2005 pour l Amérique du Nord et Présidente internationale de la Conférence circumpolaire des Inuits Qin Dahe, Coprésident, Groupe de travail 1 du Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat et, jusqu en avril 2007, Directeur de l Administration météorologique chinoise... Susana Bischoff, Graciela Canziani et Patricia Centurión, expliquent quelle est l importance de l eau des glaciers et de la fonte des neiges en Amérique latine et suggèrent comment s adapter à sa disparition. neige, glace et vie - page 18 Basanta Shrestha, Chef de la Division du système d Informations sur les ressources naturelles et les montagnes du Centre international de mise en valeur intégrée des montagnes... Linda Fisher, Vice-Présidente et Responsable des questions de viabilité chez Dupont...Responsable des questions de durabilité chez Dupont... l action, ça marche - page 22 Peter Garrett, rock star, promoteur de campagnes et politicien......lance un appel pour que les hommes politiques, les entreprises et le grand public se mobilisent pour lutter contre les changements climatiques. une planète différente - page 7...décrit de nouvelles solutions à un problème qui prend de l importance et explique comment son pays se propose d arriver à une production de carbone zéro....demande aux dirigeants politiques de relancer les négociations internationales et de préserver les glaciers du monde. nouvelle dynamique - page 12...estime que les effets des changements climatiques sur l Arctique et ses populations devraient être considérés comme une question de droits humains. une question de droits humains - page 14...examine le défi auquel est confrontée la nation à l évolution la plus rapide du monde. chine : changements climatiques et développement - page 16...décrit la régression rapide des glaciers de l Himalaya et demande que des mesures soient prises d urgence pour faire face aux dangers qui en découlent. tsunamis de montagne - page 20...plaide en faveur d une approche coordonnée au niveau mondial pour réduire les émissions de gaz à effet de serre....décrit les changements climatiques comme une occasion qui se présente une seule fois dans une génération. bande sonore verte - page 27

3 réflexions par Achim Steiner, Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l environnement Le monde s apprête peut-être à dire «merci et bonne nuit» à l ampoule électrique à incandescence, près de 130 ans après son invention par Thomas Edison. L Australie a annoncé son interdiction; Cuba, le Venezuela et l Union européenne figurent parmi les pays engagés dans la même direction. Cette disparition mérite d être célébrée car les milliards d ampoules à travers le monde peu efficaces puisque 5 % seulement de l énergie consommée est transformée en lumière entraînent des émissions massives de dioxyde de carbone. Certes, pour lutter contre le changement climatique il faut que les gouvernements adoptent des réglementations fixant des objectifs de réduction des émissions et encouragent des formes plus durables de production et de consommation énergétiques. Mais une partie de la solution se trouve également au coin de la rue, dans la boutique ou au supermarché le plus proche, pas seulement dans les salles de conférences internationales. Ce message le pouvoir d action appartient aussi bien aux consommateurs qu aux ministres et chefs d Etat est mis en avant par la Journée mondiale de l environnement, lancée cette année par le Gouvernement norvégien dans la ville arctique de Tromsø. L élimination des lampes gaspilleuses d énergie n est que l une des nombreuses actions possibles. Par exemple, un rapport publié par l Initiative Construction durable du PNUE montre que même selon certaines estimations prudentes, les émissions de CO2 des bâtiments à travers le monde pourraient être réduites de 1,8 milliard de tonnes par an moyennant une combinaison judicieuse de règlements gouvernementaux, une plus large utilisation des technologies économes en énergie et des changements de comportement. Une politique d efficience énergétique plus vigoureuse pourrait entraîner une diminution de plus de 2 milliards de tonnes près de trois fois la réduction totale prévue par le Protocole de Kyoto. Comme le montrent clairement les derniers rapports du Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC), le changement climatique représente un énorme défi social, environnemental et économique. Les régions polaires auxquelles la Journée mondiale de l environnement 2007 portera une grande attention y sont particulièrement vunérables. Dans l Arctique, la fonte généralisée des glaces, les dégâts causés aux bâtiments et infrastructures par les affaissements de terrain suite au dégel de leur permafrost, l érosion côtière et la perte des moyens de subsistance traditionnels risquent fort de s amplifier si l on ne réduit pas de manière décisive les émissions de gaz à effet de serre. L aspect positif est que le combat contre le changement climatique donne également aux pays développés une bonne occasion de tenir les nombreuses promesses qu ils ont faites aux pays en développement en matière de financement et de développement et offre de nouvelles parades possibles aux problèmes environnementaux de grande ampleur comme la pollution de l air ou la déforestation. En effet, si nous voulons éviter une modification dangereuse du climat et assurer la stabilité de l Antarctique et de l Arctique, sans parler du reste du monde, il nous faut rassembler nos réflexions et envisager toutes les solutions de l économie d énergie au développement d approvisionnements en énergie plus efficaces et moins polluants en passant par une gestion plus durable des terres et de la végétation. Nous avons absolument besoin d un régime mondial capable de produire, à l expiration du Protocole de Kyoto en 2012, une stratégie de réduction des émissions à la fois juste, équitable et efficace. Les pays industrialisés doivent être les premiers à agir et se montrer les plus audacieux. On peut se féliciter que l Union européenne se soit fixé comme objectif de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 20 % d ici Il est temps que d autres relèvent le gant. Le reste du monde industrialisé ne peut plus justifier son inaction en invoquant un simple mythe : la réticence des pays émergents à contribuer aux efforts de réduction des rejets de CO2. Le Brésil, par exemple, devrait réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 14 % d ici 2020; si une aide lui est fournie, cette diminution pourrait atteindre près de 30 %. Le scénario est identique en Chine et dans certains secteurs de l économie indienne, notamment celui du transport. A plus long terme, il faudra atteindre des réductions de 60 à 80 % pour pouvoir stabiliser complètement l atmosphère. Des nouvelles technologies seront nécessaires : la mise en place d un régime post-kyoto vigoureux sera sans aucun doute source d inventions. Mais on peut déjà faire beaucoup pour sauver les calottes glacières des pôles, et le reste de la planète, avec quelques euros ou dollars, en utilisant des technologies déjà disponibles dans le commerce. L Agence internationale de l énergie estime qu un passage total aux ampoules fluorescentes compactes à l échelle mondiale permettrait de réaliser des économies de C02 de l ordre de 470 millions de tonnes en 2010 plus de la moitié des réductions prévues par le Protocole de Kyoto. L heure est venue de confiner l ampoule à incandescence aux livres d histoire. Nous pourrons alors peut-être commencer à reléguer à ces mêmes pages la dramatique fonte des glaces polaires et les changements climatiques menaçants. Le PNUE encourage les pratiques respectueuses de l environnement au niveau mondial et dans ses propres activités. Cette revue est imprimée sur du papier 100 % recyclé, en utilisant des encres d origine végétale et d autres pratiques respectueuses de l environnement. Notre politique de distribution a pour objectif de réduire l empreinte carbone du PNUE. Photo de couverture John Wilkes Studio/Corbis. La fonte des glaces est le sujet brûlant du présent numéro de Notre Planète. Le thème de la Journée mondiale de l environnement pour 2007 souligne l importance des environnements froids du monde, depuis les pôles glaciaires jusqu aux sommets tropicaux enneigés d Afrique et d Amérique du Sud en passant par les glaciers himalayens situés sur le toit du monde qui, par leur fonte, alimentent en eau une région où vit près de la moitié de la population mondiale. La fonte des neiges et des glaces de ces lieux d importance vitale fait aussi disparaître tout espoir d échapper aux conséquences désastreuses de changements climatiques impossibles à maîtriser. NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE 3

4 people OKOMBI SALISSA a été nommé Ministre du tourisme et de l environnement de la République du Congo, ce qui en fait également le nouveau Président de la Conférence ministérielle africaine sur l environnement (CMAE). En qualité de président de cette United Nations Secretary-General BAN Le Secrétaire général des Nations Unies, BAN KI-MOON, qui a fait de cette question l une de ses priorités principales, a nommé trois Représentants spéciaux pour les changements climatiques. Tous trois sont des personnalités éminentes dans les affaires internationales concernant l environnement. L ex-premier Ministre de Norvège, GRO HARLEM BRUNDTLAND, est l ancienne JUANITA CASTAÑO a pris le poste de Chef du Bureau du PNUE à New York. Mme Castaño apporte au PNUE sa grande compétence dans le domaine des relations internationales car elle a été Ministre plénipotentiaire et extraordinaire de la Mission permanente de Colombie auprès des Nations Unies de 1989 à Parmi ses nombreuses responsabilités de l époque, elle avait été chef du Groupe des 77 pendant les négociations sur la restructuration du Fonds pour l environnement mondial. Mme Castaño a occupé ensuite plusieurs HALIFA DRAMMEH a été nommé Conseiller spécial du PNUE pour les affaires africaines Hubert Boesl/dpa/Corbis Conférence, il dirigera le processus de mise en oeuvre du plan d action concernant l initiative en faveur de l environnement du Nouveau partenariat pour le développement de l Afrique (NEPAD). OPRAH WINFREY, peut-être la célébrité la plus influente d Amérique, a organisé son propre spectacle écolo en l honneur de la Journée de la Terre, le 22 avril, en donnant des conseils sur la façon dont les familles des simples citoyens peuvent Présidente de la Commission mondiale de l environnement et du développement; elle est connue surtout pour avoir développé l idée politique générale de développement durable et pour avoir publié, il y a deux décennies, le rapport mémorable intitulé «Notre avenir à tous». Le Président RICARDO fonctions importantes aux niveaux régional et national, notamment celle de Vice-Ministre des affaires étrangères en En 2004, Mme Castaño a été nommée membre du Conseil consultatif du Secrétaire général des Nations Unies pour l eau et l assainissement. Pendant plus de 50 ans, SWAMI SUNDARANAND, un saint homme de 79 au Cabinet du Directeur exécutif afin de renforcer la présence du PNUE en Afrique et de la rendre plus efficace. Le PNUE aidera à stimuler encore les processus panafricains pertinents tels que l Union africaine et sa commission, la Conférence ministérielle africaine sur l environnement (CMAE) et le Conseil des Ministres africains pour l eau, afin de promouvoir la coopération régionale dans le domaine de l environnement, notamment le Nouveau partenariat pour le développement de l Afrique (NEPAD). M. Drammeh a occupé plusieurs postes importants au PNUE au cours des années, notamment ceux de Directeur du Groupe sur la gestion de l environnement et de Directeur adjoint (Division de l élaboration des politiques et du droit). Avant d entrer au service de l Organisation des Nations Unies, il était cadre supérieur du Ministère des ressources naturelles du Gouvernement de la Gambie. Représenté par MARGARET BECKETT, Secrétaire d Etat aux affaires étrangères, le Royaume-Uni qui, en avril, a pris la présidence du Conseil de sécurité composé réduire leur empreinte sur l environnement et commencer à faire changer les choses dans le monde. Oprah a organisé un débat sur le réchauffement global avec Leonardo DiCaprio, acteur et meneur de campagne en faveur de l environnement, et Michael Oppenheimer, autorité mondialement connue en matière de changements climatiques. Au cours de ce débat, ils ont abordé différents problèmes tels que les conséquences de la dépendance des combustibles fossiles, la contribution des décharges à la production de gaz à effet de serre et la nécessité de mesures politiques fortes. Ils ont également visité «le modèle dernier cri de maison familiale verte». Cette question occupe une place de choix sur le site web d Oprah, notamment avec un article intitulé «Réchauffement de la planète 101» qui donne un aperçu général très clair des changements climatiques et de ce que chacun peut faire pour éviter qu ils deviennent impossibles à maîtriser. LAGOS ESCOBAR du Chili a créé la Fondation pour la démocratie et le développement, tandis que HAN SEUNG-SOO, ancien Président de l Assemblée générale, est actuellement à la tête du Forum coréen de l eau qui s occupe de la gestion durable des ressources en eau en Asie. ans, le «Sadhu qui fait clic», a pris plus de photos du glacier de Gangotri en voie de régression dans la chaîne indienne de l Himalaya. Il parcourt maintenant l Inde pour sensibiliser les populations au risque de disparition rapide du Gangotri. «En 1949, lorsque j ai vu le glacier pour la première fois, j ai eu l impression que j étais lavé de tous mes péchés et que je renaissais véritablement», dit le swami. «Mais maintenant, il est impossible de faire la même expérience». Le Gangotri recule de plus de 30 mètres par an. Les glaciers himalayens reculent peut-être plus rapidement que dans toute autre partie du monde, compromettant ainsi la sécurité hydrique future de près de la moitié de la population mondiale. de 15 nations, a lancé le premier débat que le Conseil ait jamais eu sur l influence des changements climatiques sur la sécurité. Cette réunion d une journée avait pour objectif d examiner la relation entre énergie, sécurité et climat; plus de 50 délégations représentant les Etats insulaires menacés et les pays industrialisés responsables des émissions de gaz à effet de serre, ont pris part au débat. 4 NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE

5 un grand défi Message du roi de Norvège Sa Majesté Harald V La Norvège est extrêmement honorée d avoir été choisie par le Programme des Nations Unies pour l environnement pour accueillir les célébrations internationales de la Journée mondiale de l environnement Cet événement annuel est une reconnaissance importante de l interdépendance actuelle du monde et de la responsabilité que nous partageons tous d assurer le bien-être de l humanité, aujourd hui et demain. En tant que nation polaire, la Norvège espère que le thème officiel de la Journée mondiale de l environnement 2007 La fonte des glaces : une question brûlante? inspirera de multiples activités et événements dans le monde. Le réchauffement planétaire dû à l homme, dont la fonte des glaces est une illustration, est l un des problèmes les plus graves auquel le monde doit aujourd hui faire face. La calotte glaciaire arctique diminue rapidement. La science nous met en garde : la fonte des glaciers des régions polaires provoquera une sérieuse élévation du niveau de la mer. Toute perturbation des régions polaires modifiera leur rôle crucial dans la régulation du climat terrestre, les cycles des océans et la fonction vitale des espèces migratrices. C est fort à propos que 2007 marque également le début de l Année polaire internationale qui verra des efforts coordonnés à l échelle internationale pour promouvoir la recherche polaire. La glace est en train de fondre dans toutes les régions du monde. La fonte des glaciers de montagne en Afrique, en Asie, en Amérique et en Europe aura des répercussions sur les ressources en eau douce, avec les conséquences que l on imagine pour la production alimentaire et la santé de l humanité. Le changement climatique et la dégradation de l environnement commandent la solidarité avec ceux qui sont particulièrement vulnérables à leurs effets. Le changement climatique se traduira différemment selon les populations. Il pourra signifier la famine pour le paysan africain confronté à la sécheresse. Ou la nécessité d immigrer pour l insulaire confronté à l élévation du niveau de la mer et aux tempêtes répétées. Ou encore la perte de la culture et des modes de vie traditionnels pour les peuples autochtones, notamment dans la région arctique où les produits chimiques toxiques en provenance d autres régions sont une menace de plus pour la vie et la santé. La Norvège forme le vœu que les activités de la Journée mondiale de l environnement soient nombreuses et variées, à l image des mesures qui doivent être prises pour inverser l évolution actuelle de l environnement. La Journée mondiale de l environnement doit être créative et tournée vers l avenir, chercher les solutions possibles, instaurer de nouveaux partenariats et de nouvelles alliances à tous les niveaux : dans chaque foyer, au travail et au sein des communautés locales. La Norvège espère que la Journée mondiale de l environnement et les célébrations qui se dérouleront un peu partout donneront une nouvelle impulsion aux efforts mondiaux pour résoudre les problèmes mondiaux d environnement dans le but d assurer le bien-être de l humanité et notre avenir commun. Je vous souhaite bonne chance pour les célébrations de la Journée mondiale de l environnement Catherine Cunnigham NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE 5

6 Duncan Walker/istockphoto pour une 6 NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE

7 planète différente par Helen Bjørnøy C est un grand honneur pour le Gouvernement norvégien d accueillir les célébrations internationales de la Journée mondiale de l environnement 2007 autour du sujet «brûlant» de la fonte des glaces. La glace joue un rôle critique par son influence sur l environnement de la planète. Elle renvoie une partie de la chaleur du soleil dans l espace, ce qui refroidit la planète. Elle renferme une grande partie des ressources en eau douce du monde et constitue une part vitale des écosystèmes qui soutiennent la vie de l homme et celle des espèces sauvages. La couverture de glace de la Terre est en train de se modifier considérablement. Sa diminution est un signe manifeste du réchauffement planétaire. Partout dans le monde, la fonte des glaces s est accélérée dans les années 1990, années qui ont aussi été les plus chaudes jamais enregistrées. La glace fond sur la mer, sur la terre et dans le sol, avec l amenuisement des glaciers de montagne et le dégel du permafrost. La fonte de la glace ne se limite pas aux régions polaires où elle se produit à un rythme effarant. Le phénomène est observé dans toutes les régions. Nous espérons que la Journée mondiale de l environnement s intéressera à tous les effets que le changement climatique et la fonte des glaces ont sur la vie des populations du monde entier, qu il s agisse de l élévation du niveau de la mer, de l érosion des sols, de la sécheresse, des inondations, des tempêtes ou des autres menaces pesant sur les moyens de subsistance et les modes de vie. Nous ne devons pas oublier qu un environnement sain et stable, doublé d une riche base de ressources naturelles, est essentiel pour le bien-être, le développement et la sécurité de l humanité. Nous devons unir nos forces pour faire passer le message qu il s agit d une cause importante qui mérite d être défendue et pour laquelle il faut se battre, tant au niveau de la communauté internationale qu au niveau individuel. Nous nous le devons à nous-mêmes et aux générations futures. En tant que nation polaire, la Norvège est parfaitement consciente de la vulnérabilité de l Arctique et de son rôle majeur dans le système climatique mondial. L Arctique, qui est une région fragile, est l ultime dépotoir des produits chimiques toxiques persistants qui sont partout une menace pour la santé et la nature ; les produits chimiques toxiques sont à ce titre une autre priorité mondiale. Les régions polaires ont également une importance pour le monde entier en tant que lieu de reproduction des poissons et des espèces migratrices. Il est urgent de prendre des mesures. Nous devons inverser la tendance au réchauffement d ici une ou deux décennies. Faute de quoi, nous assisterons à des bouleversements qui rendront la Terre méconnaissable. Un réchauffement de 1ºC supplémentaire constitue un seuil critique. Pour rester en deçà de ce seuil, il faut diminuer de moitié les émissions de gaz à effet de serre d ici le milieu du siècle. Pour faire face aux défis mondiaux de l environnement, il faut une mobilisation non seulement des milieux politiques mais aussi des entreprises et de tout un chacun. Il n y a pas UNE réponse à trouver, mais de nombreuses réponses. La Norvège est par conséquent ravie d unir ses forces à celles du Programme des Nations Unies pour l environnement afin que la Journée mondiale de l environnement soit, partout dans le monde, l occasion d une vaste mobilisation et action en faveur de la vie sur Terre. NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE 7

8 verbatim AFP/Gallo Images L espoir est né dans ce pays que le présent Congrès des Etats-Unis se lèvera à cette occasion et opposera des solutions porteuses de sens à cette crise. C est notre bataille des Thermopyles. Al Gore, ancien vice-président des Etats-Unis d Amérique, engagé dans les campagnes sur l évolution du climat Sur l île où je vis, on peut jeter une pierre d un bord à l autre. Nos craintes sur la montée du niveau de l océan sont très réelles. Notre Cabinet étudie la possibilité d acheter une terre dans un pays voisin pour le cas où nous deviendrions des réfugiés du changement climatique. Teleke Lauti, Ministre de l environnement (Tuvalu) A moins que quelqu un comme vous ne se donne un mal énorme, rien ne va s arranger. Rien. The Lorax, Seuss Un passager voyageant en avion est responsable en une heure des mêmes émissions de gaz à effet de serre qu un Bangladeshi ordinaire pendant toute une année. Beatrice Schell, Fédération européenne pour le transport et l environnement Nous ne pouvons pas laisser une consommation humaine sans frein décider du sort de la nature. C est notre sort, après tout. Tsetsegee Munkhbayar, Prix de l environnement Goldman 2007 (Mongolie) J ai escaladé cette montagne plus de fois ces 59 dernières années. J ai vu la glace diminuer de moitié pendant cette période. Mzee Emmanuel, guide de montagne, Kilimanjaro (Tanzanie) Le danger est que le réchauffement de la planète ne réussisse à s auto-entretenir, si ce n est déjà fait. La fusion des calottes arctique et antarctique diminue la proportion d énergie solaire renvoyée dans l espace, ce qui accroît encore la température. Le changement climatique pourrait ravager l Amazone et d autres forêts humides, et éliminer ainsi l un des principaux moyens par lequel l atmosphère est épurée de son dioxyde de carbone. L élévation de la température des océans pourrait déclencher la libération d énormes quantités de méthane, piégées sous forme d hydrates sur les fonds océaniques. Ces deux phénomènes augmenteraient l effet de serre, et par voie de conséquence le réchauffement planétaire. Nous devons inverser d urgence le réchauffement de la planète, s il en est encore temps. Stephen Hawking, physicien théoricien britannique, auteur de Une brève histoire du temps 2005 L année la plus chaude jamais enregistrée. Onze des années les plus chaudes des 125 dernières années se sont produites depuis Pourcentage de l augmentation des émissions mondiales de CO2depuis 1987 chiffres 6 Nombre de gaz à effet de serre couverts par le Protocole de Kyoto : dioxyde de carbone, méthane, oxyde nitreux, hexafluorure de soufre, hydrocarbures perfluorés (PFC) et hydrofluorocarbones (HFC) - CCNUCC Estimation en dollars des pertes économiques dues à des catastrophes de type météorologique telles que tempêtes tropicales et incendies de forêts en Quantité d électricité en mégawatts produite par des éoliennes en 2005 augmentation par rapport aux mégawatts produits en NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE 5 Objectif total de réduction des émissions de gaz à effet de serre par les Parties au Protocole de Kyoto par rapport aux niveaux de 1990 pendant la période d engagement Pourcentage de la masse des glaciers d Europe perdue depuis Nombre supplémentaire de décès en Europe dus à la vague de chaleur de Nombre de mètres correspondant à l élévation du niveau de la mer si la couche de glace du Groenland fondait. Si toutes les glaces de l Antarctique fondaient, le niveau de la mer s élèverait de plus de 60 mètres Nombre supplémentaire de personnes qui risquent d être victimes de la faim d ici à 2020 si les changements climatiques se poursuivent au même rythme Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat Sauf indication contraire, toutes les données sont tirées des fiches d information du PNUE concernant les changements climatiques et les questions polaires pour la Journée mondiale de l environnement:

9 livres Perspectives mondiales pour les glaciers et la neige Le thème de la Journée mondiale de l environnement pour 2007, Fonte des glaces Un sujet brûlant?, reflète les liens étroits qui existent entre glaces, neige et changements climatiques. La publication Perspectives mondiales pour les glaciers et la neige donne une évaluation faisant autorité et actualisée de l état actuel de la cryosphère et de l importance globale des changements - aujourd hui et dans les années à venir. Cette publication est le deuxième rapport thématique d évaluation du PNUE de la série L Avenir de l environnement mondial et il a été rédigé par des spécialistes connus du monde entier. Tourisme durable dans les régions polaires Le tourisme est une activité qui se développe dans les régions polaires. Dans l Arctique, il représente déjà un élément important des économies du Nord. Dans l Antarctique, le nombre de touristes qui débarquent sur le continent antarctique continue à augmenter fortement. Nombreux sont ceux qui craignent que le tourisme favorise la dégradation de l environnement des régions polaires (en particulier dans l Antarctique) en soumettant la terre, la faune et la flore sauvages, l eau et autres éléments de première nécessité ainsi que les moyens de transport à des pressions supplémentaires. Cette publication explique quels sont les problèmes que pose le tourisme dans les régions polaires et elle propose aux différentes parties prenantes concernées toute une série de bonnes pratiques. Elle se fonde sur les 12 principes du développement durable du tourisme établis par le PNUE et l Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies. Elle donne un résumé des tendances et des schémas du tourisme dans les régions polaires ainsi qu un programme politique fondé sur les conséquences qui en découlent. Ozzy Ozone : défenseur de notre planète Ozzy va au pôle Nord Ozzy Ozone et son ami Zoé arrivent au pôle Nord et Tilman l ours polaire leur sert de guide. Ils apprennent ce qui arrive au bouclier de protection de la Terre, la couche d ozone, et quelle est sa relation avec le réchauffement de la planète. Ils rencontrent aussi quelques scientifiques qui participent à l expédition à bord du Tara qui dérive dans la mer de glace de l Arctique pendant la durée de l Année polaire internationale w w w. u n e p. o r g / p u b l i c a t i o n s L économie des changements climatiques; L étude Stern Nicholas Stern (Cambridge University Press, 2007) Une analyse complète et accessible des aspects économiques des changements climatiques réalisée par le chef du Service économique du Gouvernement britannique et ancien économiste en chef à la Banque mondiale. Les sujets traités comprennent la nature des aspects économiques et scientifiques des changements climatiques, leur impact sur la croissance et le développement du Nord et du Sud, les aspects économiques de la réduction et de la stabilisation des émissions de gaz à effet de serre dans l atmosphère, les politiques d atténuation et d adaptation et les difficultés d une action internationale collective soutenue. Rêveries Arctiques Barry Lopez (Vintage Books USA, édition 2001) Encore l un des plus beaux livres jamais écrit au sujet de l Arctique - à la fois écosystème, terre des peuples autochtones qui y vivent et lieu empreint de beauté et de mystère. Pendant cinq ans, dans les années 1980, ayant sillonné la partie nord-américaine de l Arctique entre le Détroit de Davis à l est et le Détroit de Béring à l ouest, Barry Lopez, auteur et lauréat d un prix, a accompagné des biologistes, des géologues, des archéologues et des chasseurs inuits alors qu il étudiait l histoire, la faune et la flore sauvages, les traditions et l avenir de cette région. Inondations Extrêmes: Une histoire de changement climatique Robert Doe. (Sutton Publishing, 2006). L éditeur en chef du Journal international de météorologie, luimême expert dans le domaine de la recherche sur les tempêtes et les inondations, décrit le phénomène toujours plus répandu des «inondations extrêmes» et ouvre des perspectives sur la façon dont l eau, comme les changements climatiques, devient le plus grand ennemi de l humanité Equité dans l adaptation aux changements climatiques Edité par W. Neil Adger, Jouni Paavloa, Saleemul Huq et M.J.Mace (The MIT Press, 2006). Des spécialistes en sciences politiques, économie, droit, géographie humaine et sciences du climat évaluent des questions de justice sociale dans l adaptation aux changements climatiques, en examinant les défis que lance la nécessité de veiller à ce que les réactions politiques n imposent pas un fardeau injuste à des populations déjà vulnérables. L ouvrage décrit les bases philosophiques des différents types de justice, les inégalités actuelles et les charges futures par rapport aux changements climatiques et les applique à des exemples d adaptation au Bangladesh, en Tanzanie, au Botswana, en Namibie et en Hongrie. De Kyoto à la mairie : Faire en sorte que les politiques internationales et nationales en matière de changements climatiques soient applicables au niveau local Edité par Lennart J Lundqvist et Anders Biel (Earthscan 2007) La mise en oeuvre des accords internationaux et des politiques nationales dans le domaine des changements climatiques est souvent compromise par différents obstacles aux niveaux sous-national, local et peut-être plus important encore individuel. Cet ouvrage étudie ces obstacles, en partant des recherches originales de la Suède, chef de file mondial pour des solutions environnementales efficaces. Les problèmes étudiés sont notamment les structures de gouvernance, les relations entre «experts» et grand public, les politiques possibles, les mesures fiscales, les perceptions des notions «équité» et intérêt personnel et l importance des valeurs environnementales. Neige silencieuse Marla Cone (Grove/Atlantic, édition 2006) Considéré traditionnellement comme le dernier grand territoire préservé de la Terre, l Arctique est en réalité le foyer de certains des peuples et des animaux les plus contaminés de la planète. Marla Cone a traversé l Arctique, du Groenland jusqu aux îles Aléoutiennes, pour découvrir pourquoi cette région est toxique. Des tonnes de substances chimiques et de pesticides dangereux provenant des Etats-Unis, d Europe et d Asie y sont transportées par les vents et les vagues qui vont vers le Nord et elles se développent dans la toile alimentaire de l océan. De ce fait, on trouve dans le lait des Esquimaudes qui consomment de la viande de phoque et de baleine des concentrations beaucoup plus fortes de polychlorobiphényles (PCB) et de mercure que dans celui des femmes qui vivent dans les régions du monde les plus industrialisées; elles transmettent ainsi ces poisons à leurs nourrissons ce qui les rend vulnérables aux maladies. Véritablement Vert Bien souvent l ampleur des problèmes environnementaux auxquels nous sommes confrontés peut nous donner un sentiment d impuissance mais c est faux. Dans «Véritablement vert», Kim McKay et Jenny Bonnin, membres de l équipe Clean Up Australia, proposent 100 petites astuces qui peuvent vous permettre de changer vraiment quelque chose, à la maison, dans le jardin, au travail, en voyage ou au sein de votre communauté. Enfilez un pull au lieu d allumer le chauffage pour réduire les émissions de carbone. Eteignez les appareils électriques en enlevant la prise et diminuez votre consommation (et vos factures!) d énergie. Refusez les sacs en plastique et diminuez le gaspillage. Prenez des douches plus rapides et économisez de l eau. Allez faire vos courses à pied ou en bicyclette et réduisez la pollution. Pratique, positif et facile à faire, Véritablement vert vous montre comment l introduction de simples changements dans votre vie quotidienne peut contribuer à une planète plus saine. NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE 9

10 Kazuyoshi Nomachi/Corbis un programme d action par Roberto Dobles Il ne reste pas beaucoup de temps pour s attaquer au changement climatique. Nous ne pouvons attendre davantage. Bien que ce soit l un des plus grands défis que l humanité ait jamais affrontés, les mesures appropriées n ont pas encore été prises. Nous devons reconnaître que, tout en ayant des causes spécifiques pour chaque pays, ses conséquences sont mondiales et ont des effets cumulatifs. Personne ne peut prédire ces effets avec une absolue certitude, mais nous avons maintenant suffisamment de preuves scientifiques pour comprendre que les bénéfices d une action précoce et forte surpassent sans nul doute l ampleur des coûts de l inaction, et de ses risques. L évolution du climat n est pas une simple question d argent. Un écheveau complexe de catastrophes entremêlées (environnementales, économiques, humaines, sociales, éthiques et politiques et concernant la santé, l équité et la justice, entre autres facteurs) est au cœur du problème, compliqué de surcroît par la relation entre pays développés et pays en développement. Le monde est en danger et il faudra prendre rapidement d importantes mesures pour changer le cours des choses. Alors que les émissions de gaz à effet de serre ont pendant longtemps affecté le climat, nos actions (ou notre inaction) pendant les deux prochaines décennies auront des conséquences profondes dans la deuxième moitié de ce siècle, et au-delà. Les politiques nationales et mondiales doivent être modifiées. Nous ne pouvons, en effet, espérer inverser les tendances actuelles avec les politiques et les mécanismes qui en sont à l origine. Pour obtenir des résultats différents, il faut agir autrement. Et l inaction n est pas même envisageable. Nous devons concevoir des outils créatifs et novateurs pour attaquer le problème de front. Nous devons tout faire pour engager les économies développées et celles en développement dans des actions plus fortes, respectant le principe de responsabilités communes mais différenciées. Définir un ensemble équitable de responsabilités, relier les stratégies entre elles et élaborer un système efficace de gouvernance mondiale sont les parties essentielles d une équation qui reste à définir d urgence. Et nous devons apprendre comment aligner les priorités de nos pays sur l action mondiale, en harmonisant les stratégies nationales avec la mise au point d un nouveau système de gouvernance mondiale plus efficace. Un pays, le Costa Rica, a décidé de se lancer seul dans la bataille, proclamant sa volonté d accéder à la «neutralité carbonique». Une stratégie climatique intégrée sera conçue à cet effet, dont pourront s inspirer les pays similaires qui se fixeraient les mêmes objectifs. Cette initiative amènera le climat aux avant-postes du programme gouvernemental. La majorité élue l année dernière en a fait une priorité de son Plan de développement national. D importants segments du secteur privé et des médias affichent déjà un soutien enthousiaste et la société costaricienne commence à partager le sentiment qu une économie neutre au plan du carbone est aussi une économie compétitive. 10 NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE

11 La stratégie, clairement orientée vers l action, s articule autour de cinq éléments: Mesure des résultats : Elaboration d une méthode précise, fiable et vérifiable, assortie d un mécanisme de suivi. Atténuation : Le Costa Rica entend devenir un pays de «neutralité carbonique», doté d une vision globale intégrant aux stratégies nationales touchant à la compétitivité tous les aspects de la question : environnementaux, sanitaires, économiques, humains, sociaux, éthiques, moraux, culturels, éducatifs et politiques. Promouvoir la neutralité carbonique auprès des entreprises, des régions et des communautés, et autres parties prenantes, ira de pair avec la mise en place d incitations à l action et l apparition d un élément supplémentaire de différenciation dans la concurrence. Le programme d action comportera principalement les éléments suivants : réduction des émissions à la source; renforcement des puits de carbone par la reforestation et la régénération des forêts naturelles; et développement des marchés du carbone aux niveaux de la production et des produits locaux et internationaux. Notre programme visant à éviter la déforestation (qui comporte notre participation à la Coalition des pays à forêts tropicales humides) et notre nouvelle campagne de plantation d arbres, qui sera aussi liée à la Campagne pour un milliard d arbres de Wangari Maathai, sont parties intégrantes de nos actions planifiées sur l évolution du climat. La relation du changement climatique avec la stratégie de compétitivité du pays compte beaucoup dans notre concept. Nous voulons créer les conditions induisant des comportements responsables et compétitifs. La communauté d affaires internationale comme le reconnaissent les sociétés du Projet de diffusion des informations sur le carbone (Carbon Disclosure Project) convient que les grands risques économiques, financiers et concurrentiels liés au changement climatique sont : * Les risques concurrentiels, dus au passage de services et produits à haute intensité de carbone à d autres, assurant une neutralité carbonique ou une faible consommation de carbone. * Les risques touchant à la réputation, dus à la perception que les consommateurs peuvent avoir de l inaction des entreprises. * Les risques réglementaires, dus à la sujétion à des réglementations locales ou internationales... * Les risques économiques et financiers, dus aux effets des phénomènes climatiques extrêmes sur les biens et les infrastructures. Face à ces risques apparaissent aussi des occasions d agir très importantes, liées à l innovation, au ressenti des consommateurs, aux préférences des investisseurs, aux rapides mutations technologiques dans les secteurs de l économie existants, et à l émergence de secteurs nouveaux liés aux questions du changement climatique. Adaptation : La stratégie d adaptation concernera essentiellement les ressources en eau, la santé, l agriculture, les infrastructures, les zones côtières, les écosystèmes forestiers et la diversité biologique terrestre et océanique. Elle inclura la gestion des risques et la préparation aux catastrophes. Education, culture et sensibilisation du public : Le pays veut que son peuple participe, qu il soit engagé et partie prenante dans la lutte contre le changement climatique, et qu il édifie un système sociétal de prise de décision pour la mise en œuvre de la stratégie. Les habitudes personnelles, les préférences des consommateurs et les modes de consommation doivent être rendus compatibles avec les impératifs du changement climatique. Nous voulons des citoyens informés et sensibilisés, dotés de connaissances leur permettant de participer plus activement et plus efficacement aux questions relatives à l évolution du climat. Leur capacité à peser sur les mécanismes de prise de décision s en trouvera en retour augmentée, ce qui leur permettra d entreprendre les actions nécessaires pour faire la différence. Renforcement des capacités : Si nous voulons appliquer une stratégie nationale d ensemble, nous devons renforcer les capacités à tous les niveaux de la société afin de répondre au changement climatique, mesurer et atténuer ses causes et apprendre et faire savoir comment nous adapter à ses conséquences. La gouvernance mondiale sera mise à l épreuve lorsqu il faudra résoudre l un des plus grands défis de l Histoire de l humanité et les mécanismes qui ont abouti à l actuelle crise du changement climatique devront alors être réexaminés. Nous n obtiendrons pas des résultats différents en refaisant les mêmes choses et en nous appuyant sur les anciennes méthodes. Développer de nouvelles technologies pour aller vers une économie à consommation de carbone faible voire nulle et stabiliser le dioxyde de carbone dans l atmosphère est une priorité qu il faut intégrer à l équation. Les pays devront se mettre d accord, en particulier les principaux émetteurs. Si l on veut sortir de l impasse, les pays doivent ouvrir la voie en construisant un nouveau régime climatique international doté des objectifs et des calendriers nécessaires pour nous amener en sécurité et intelligemment dans le futur. Pour ouvrir le champ à une solution mondiale véritable, il faudra définir des engagements complémentaires et nouveaux et dissiper le climat de méfiance entre les pays. Après 2012, il faudra prendre en considération non seulement l expérience acquise dans le cadre du Protocole de Kyoto mais aussi celle d autres secteurs et méthodes d action novateurs et complémentaires. Un cadre plus vaste est nécessaire pour inverser les tendances actuelles. Une combinaison d engagements, certains de vaste portée et d autres de portée plus restreinte, encouragerait les pays en développement à mieux intégrer les préoccupations sur le climat dans la planification de leur développement. Cela permettrait d adapter les politiques aux contextes nationaux et, en même temps, de donner aux pays la reconnaissance internationale qui accroîtrait leur compétitivité en attirant les investissements étrangers directs. Le Protocole de Kyoto contient des éléments essentiels, notamment la démarche dite de «plafond et échange» des objectifs contraignants pour les Parties visées à l Annexe I, les mécanismes souples (échange des émissions et mise en œuvre conjointe), et le Mécanisme pour un développement propre, qui permet aux pays en développement de créer des crédits négociables, projet par projet. Il est absolument fondamental de maintenir le Mécanisme pour un développement propre après 2012 afin d encourager les investissements dans un secteur vital du marché. Mais cela n autorise les crédits que pour des projets de petite taille; c est pourquoi des approches programmatiques différentes face à ces crédits sont nécessaires pour réaliser des réductions d émissions plus ambitieuses et plus larges dans les pays en développement. Il en va de même pour les incitations et les mécanismes nouveaux renforcés. Le champ d investissement du Mécanisme pour un développement propre devrait aussi être élargi pour couvrir des activités sectorielles ou fondées sur les orientations gouvernementales fixant des objectifs de réduction d émissions pour des secteurs ou des pans économiques entiers à partir d estimations de départ validées par des organes internationaux accrédités de manière telle qu un secteur entier puisse avoir le droit de négocier des quotas et des réductions d émissions certifiées. Nous le voyons, tous les pays sont responsables de l action sur le changement climatique et non simplement les plus grands. L action doit être conforme au principe de responsabilités communes mais différenciées. Le Costa Rica poursuit une stratégie cohérente avec ses propres responsabilités aux plans local, régional et mondial. NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE 11

12 Tui De Roy/Minden/Getty Images une dynamique 12 NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE

13 nouvelle par Yvo de Boer Le réchauffement planétaire est indéniable. Le quatrième rapport d évaluation du Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) affirme que la hausse de la température moyenne du globe depuis le milieu du XXe siècle est très probablement due à l augmentation observée des concentrations anthropiques de gaz à effet de serre. Dans l Arctique, cette hausse a provoqué une diminution de 2,7 % des glaces océaniques par rapport à leur niveau de Ailleurs, les glaciers de montagne et la couverture neigeuse reculent. En Bolivie et au Pérou, par exemple, la surface des glaciers a régressé d un tiers depuis les années L évolution du climat est l un des défis mondiaux les plus critiques de notre époque. Ses effets se font sentir sur l agriculture et la sécurité alimentaire, l approvisionnement en eau, la montée du niveau des mers et la propagation des maladies transmises par des vecteurs. Pendant que la glace continue de fondre, la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques rencontre de sérieuses difficultés à convenir de ce qu il faudra faire à l expiration de la première période d engagement du Protocole de Kyoto, après Les discussions internationales visant à mettre en place un régime climatique à long terme sont entravées par un désaccord de fond sur la manière d avancer. Il est difficile de généraliser la position des différents groupes de Parties, car les situations face au réchauffement de la planète varient grandement. Les pays en développement souffrent le plus des effets négatifs liés au climat, mais ils craignent que les limites aux émissions ne compromettent leur développement économique. Les pays industrialisés, mus par leur souci de compétitivité, rechignent à s engager dans de nouvelles mesures de réduction des émissions si les pays en développement ne bougent pas. L évolution du climat est un phénomène mondial qui, en tant que tel, nécessite une réponse mondiale embrassant les intérêts et les besoins de tous les pays. Les actions individuelles ne peuvent être qu incohérentes et inefficaces. La communauté internationale a besoin d un accord à long terme pour aborder la question du changement climatique, et d un consensus sur la direction à suivre. La nécessité d une réponse multilatérale est la principale raison pour laquelle le débat sur le changement climatique doit être ravivé au sein des Nations Unies. Plus de dix années de diplomatie ont mûri le mécanisme et mis en place le marché du carbone, l un des plus puissants leviers de la politique internationale en matière d environnement. En 2007, il faudra revigorer les négociations relatives à un futur régime climatique, pour éviter de négliger un quelconque volet de l action contre le changement climatique, et pour offrir une stabilité politique au marché du carbone. La communauté internationale devrait rechercher la participation des décideurs économiques et financiers, car les nouvelles préoccupations relatives à la sécurité énergétique et à la croissance économique sont étroitement liées aux actions à la lutte contre le réchauffement de la planète. Pour instaurer un climat de confiance, les Parties devraient fixer des limites à leurs délibérations, en se mettant d accord sur d importants éléments consensuels, exprimés sous la forme de principes. Par exemple : * La nécessité d une réponse mondiale à long terme tenant compte des dernières découvertes scientifiques et compatible avec les stratégies de planification à long terme du secteur privé. * L importance de voir les pays industrialisés continuer de montrer le chemin en réduisant fortement leurs émissions, compte tenu de leur responsabilité historique, de leur pouvoir économique et de leurs capacités. * Des engagements supplémentaires des pays en développement, en particulier les grands pollueurs. * * La nécessité que les pays en développement bénéficient d incitations les encourageant à limiter leurs émissions, et d une assistance pour s adapter aux conséquences du changement climatique, de façon à préserver les actions de développement économique et d éradication de la pauvreté. La totale souplesse du marché du carbone pour garantir son fonctionnement optimum au plan coûts-efficacité et pour mobiliser les ressources nécessaires à l encouragement des pays en développement. Il est temps de modifier la dynamique du mécanisme de la Conventioncadre des Nations Unies sur les changements climatiques, pour faire de la session de la Conférence des Parties à Bali, en décembre, le début d une nouvelle phase dans les politiques relatives à l évolution du climat. Le débat autour du lancement, ou non, de nouvelles négociations, doit céder la place à une réflexion approfondie sur la manière dont les Parties envisagent la Convention à plus long terme. La première tâche, et la plus importante, est d ouvrir les discussions qui façonneront un régime climatique futur. Entreront dans ce cadre, au premier chef, des négociations sur de plus amples engagements des pays industrialisés (actuellement sous la responsabilité d un groupe de travail spécial au titre du Protocole de Kyoto) et une discussion plus large sur une coopération à long terme pour aborder la question du changement climatique, qui pourra prendre la forme d un dialogue sous l égide de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Ce dialogue ouvert et non contraignant doit permettre aux Parties de voir la Convention sous un angle plus large et de retenir quatre thèmes : faire progresser le développement de façon rationnelle; envisager des mesures d adaptation; concrétiser tous les potentiels technologiques; réaliser tout le potentiel des occasions offertes par le marché. Cette perspective plus large doit fournir aux pays l occasion d identifier les composantes d un prochain régime. La technologie devra y être privilégiée, dans la mesure où elle fournit les moyens matériels de s attaquer au changement climatique. La Convention pourrait, par exemple, renforcer ses activités de déploiement et de transfert de technologie, et songer à mettre en place des accords et des partenariats de recherche-développement en matière de technologie. L adaptation doit ensuite être vue comme une priorité, car on ne pourra pas maîtriser entièrement les effets de l évolution du climat. Il faudra donc créer des mécanismes pour soutenir et renforcer l évaluation de la vulnérabilité et de l adaptation, et intégrer l adaptation à la planification du développement. Des connaissances précieuses ont déjà été rassemblées en l espèce, dans le cadre du programme de travail de Nairobi sur les incidences des changements climatiques, la vulnérabilité et l adaptation à ces changements. Enfin, la mise en œuvre de la Convention exigera des ressources financières durables, suffisantes et prévisibles. Les Parties se lanceront dans une évaluation globale des ressources financières nécessaires pour traiter tous les aspects du changement climatique, dans le but de dégager ces ressources. Ce qui se passera en 2007 au niveau politique est vital pour l avenir. Au fur et à mesure du temps qui passe, d autres initiatives visant à traiter d aspects particuliers du réchauffement de la planète se joindront probablement à celles déjà en place. La communauté internationale a la responsabilité de faire de ces initiatives des actions communes et d éviter leur dispersion. Les gouvernements devraient consentir de grands efforts pour orienter les politiques internationales dans ce sens. La politique du changement climatique doit se réchauffer si l on veut que les glaces de la planète demeurent gelées. NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE 13

14 un problème humain par Sheila Watt-Cloutier Pour les habitants de l Arctique, les changements climatiques ne sont certainement pas de la théorie : il s agit purement et simplement d une réalité. Les changements climatiques induits par l homme fragilisent l écosystème dont nous, les Inuits, dépendons pour notre survie physique et culturelle. Trop souvent les discussions relatives au réchauffement de la planète ont tendance à se focaliser sur des questions politiques, économiques et techniques plutôt que sur ses incidences et ses conséquences pour l homme. Mais les Inuits et les autres peuples du Nord en subissent déjà directement l influence et ils se voient confrontés à des problèmes dramatiques qui, au cours des années à venir, pourraient entraîner un bouleversement social et culturel. Pendant de nombreuses générations, nous avons observé l environnement de près, en faisant des prévisions météorologiques précises afin de pouvoir nous déplacer en toute sécurité sur la mer gelée pour aller à la chasse des mammifères marins, des morses et des ours polaires. Nulle part ailleurs la mobilité ne dépend autant de la glace et de la neige que pour nous. Elles sont nos autoroutes qui nous conduisent à nos supermarchés l environnement et nous relient à d autres communautés. Parmi les dommages dus à la fonte de la glace et du permafrost, nous retiendrons ceux causés aux habitations, aux routes, aux aéroports et aux oléoducs, l érosion des paysages, l instabilité des pentes et les glissements de terrain, la pollution de l eau potable, le retrait des côtes de plusieurs mètres par an dû à l érosion, la fonte des caves naturelles en glace destinés au stockage des produits alimentaires, la fonte du permafrost qui provoque l affaissement des plages et une plus forte érosion, des chutes de neige plus nombreuses, des saisons sans mer gelée plus longues, l apparition de nouvelles espèces d oiseaux, de poissons et d insectes, des conditions de gel de la mer imprévisibles et la fonte des glaciers, des cours d eau remplacés par des torrents. Ces changements de grande envergure menacent d effacer de nos mémoires le souvenir des lieux où nous étions, celui de notre identité et de tout ce que nous souhaitons devenir. L Arctique est la sonnette d alarme, le baromètre de la santé de la planète. Tout ce qui arrive dans le monde se produit d abord ici. Si vous souhaitez voir comment se porte la planète, venez ici pour prendre son pouls. La science a récemment rattrapé le retard qu elle avait sur les changements que nos chasseurs qui étaient de véritables scientifiques ont observés pendant des décennies. En 2004, la publication de l Evaluation de l impact du climat sur l Arctique a permis de diffuser les résultats de l évaluation régionale la plus détaillée du monde sur les changements climatiques, préparée par près de 300 chercheurs de 15 pays sous la houlette des Etats-Unis. La Conférence circumpolaire des Inuits et autres 14 NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE

15 Militante écologiste et Présidente de la Conférence circumpolaire inuit entre 2002 et 2006, Sheila Watt-Cloutier a été, en 2005, récompensée par le Prix Champions de la Terre du PNUE. Ce prix est attribué chaque année à sept leaders qui se sont distingués dans le domaine de l environnement et ont exercé une influence notable sur la protection et le développement durable de l environnement de la planète. Chaque numéro de Notre Planète contient un article de fond présentant les vues d un des lauréats de ce prix. Pour en savoir plus au sujet de ce dernier, voir James Balog/Stone/Getty Images organisations autochtones du Nord a veillé à ce qu elle englobe les savoirs traditionnels, qu elle ne soit pas simplement un exercice scientifique et que des recommandations politiques y soient annexées. Ses principales conclusions étaient les suivantes : I. Les espèces marines tributaires des glaces des mers, notamment les ours polaires, les phoques vivant sur la glace, les morses et quelques oiseaux de mer vont vraisemblablement diminuer et certaines seront menacées d extinction. II. Pour les Inuits, le réchauffement va probablement bouleverser ou même détruire leurs traditions de chasse et d alimentation, la diminution des superficies de glace entraînant le déclin ou la disparition des populations. Plus récemment, le Groupe intergouvernemental sur les changements climatiques qui comprend plus de chercheurs est pratiquement arrivé aux mêmes conclusions. C est un signe favorable : il semble que le monde soit enfin sur la même longueur d onde. Dans l Arctique, les changements climatiques ne sont pas simplement un problème d environnement aux conséquences économiques défavorables. C est une question de subsistance, une question de nourriture et une question de survie individuelle et culturelle. C est un problème humain qui touche nos enfants, nos familles, nos communautés. L Arctique n est pas le «désert» ou une «frontière». C est notre patrie et c est là que nous vivons. Malgré les conclusions indiscutables de l Evaluation de l impact du climat sur l Arctique, nous avons continué à avoir des problèmes avec la communauté mondiale à propos de cette question urgente. A l époque, en ma qualité de Présidente de la Conférence circumpolaire des Inuits, j ai examiné les régimes internationaux des droits humains existants pour protéger les peuples de l extinction culturelle or c est exactement ce à quoi les Inuits seraient exposés avec les changements climatiques. La question qui se posait à nous était de savoir comment préciser le but et l orientation d un débat qui semble toujours s enliser dans des arguments techniques et des idéologies économiques concurrentes à court terme. J étais profondément convaincue, et je le suis toujours, qu il serait important au niveau international que les changements climatiques dans le monde fassent l objet d un débat et d un examen dans le cadre des droits de l homme que de nombreux gouvernements, en particulier dans le monde développé, prennent au sérieux. En décembre dernier, après deux ans de préparation, moi-même et 62 autres Inuits du Canada et de l Alaska avons déposé une plainte en justice. Nous sommes convaincus que la Déclaration américaine de 1948 sur les droits et les devoirs de l homme, appuyée par la Commission interaméricaine des droits de l homme, peut nous donner un moyen efficace de défendre notre culture et notre mode de vie. Nous ne demandons pas aux Etats-Unis et au monde de prendre des mesures économiques rétrogrades. Nous disons simplement que les gouvernements doivent développer leurs économies en utilisant des technologies appropriées qui limitent substantiellement les émissions de gaz à effet de serre. Les Inuits et les autres peuples du Nord sont en danger du fait que quelques-uns adoptent les vues à court terme que privilégient certains milieux d affaires. Mon objectif est d éduquer et d encourager la communauté mondiale à s unir pour lutter contre des menaces globales. Par notre travail, nous avons placé l aspect humain au premier plan et au centre de nos préoccupations. Nous avons changé le discours international en l orientant vers des débats sur les valeurs humaines et les droits de l homme au lieu de questions purement techniques et nous avons donné aux conférences des Nations Unies une impulsion et un sens renouvelé de l urgence. Nous l avons fait en rappelant aux peuples lointains que les chasseurs Inuits qui disparaissent à travers une couche de glace trop mince ont des liens avec les véhicules qu ils conduisent, les industries qu ils soutiennent et les politiques qu ils choisissent d élaborer et d appliquer. Nous n avons été ni agressifs ni provocateurs. Nous voulons établir des liens, pas les couper. Le message des Inuits est un «don», un acte de générosité venant d une ancienne culture encore profondément attachée à l environnement naturel, à un monde urbain, industriel et moderne qui a largement perdu ses liens avec elle. Au début, la Commission a choisi de ne pas «donner suite immédiatement» à notre pétition. Lorsque nous avons insisté, elle a décidé de tenir une audience sur les aspects juridiques des changements climatiques et les droits de l homme. Ce fut vraiment un moment historique pour nous et pour le monde. Nous, les Inuits, avons vécu dans l Arctique pendant des millénaires. Notre culture et notre économie sont le reflet de notre terre et de tout ce qu elle donne. Nous avons des liens avec la terre et c est d elle que nous savons qui nous sommes c est d elle que viennent nos connaissances et notre sagesse d un autre âge. La lutte que nous menons pour prospérer dans l environnement le plus dur qui soit nous a donné les perspectives dont nous avons besoin pour survivre dans le monde moderne. Ces perspectives respectueuses de l être humain qui voient des liens avec toute chose devraient inspirer le débat sur les changements climatiques. N est-ce pas parce que les peuples du monde ont perdu les liens qui existent entre eux et leurs voisins, entre leurs actes et l environnement, que nous nous trouvons dans l obligation de faire face aux changements climatiques? Nous nous adapterons le mieux possible. Mais je crois fermement, comme beaucoup d autres qui connaissent bien la question, qu il y a dans les 10 à 15 prochaines années une possibilité de changer efficacement notre façon de vivre en tant que communauté mondiale. Il est encore temps d empêcher que se réalisent les sombres prédictions de l Evaluation de l impact du climat sur l Arctique : la disparition de notre culture de chasseurs pendant l existence de mon petit-fils. Nous devons nous unir en tant que communauté mondiale et comprendre qu elle est notre lot commun de façon à assumer nos responsabilités et à prendre des mesures d urgence pour résoudre ce problème si important de notre temps. NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE 15

16 Les changements climatiques ne suscitent pas simplement des préoccupations environnementales, mais constituent aussi un problème de développement majeur. Les grands changements climatiques et environnementaux liés au réchauffement de la planète au cours du siècle dernier ont revêtu une ampleur supérieure à la variabilité naturelle et représentent désormais une grave menace pour la survie de l humanité et pour un développement socio-économique durable. Ils sont devenus un défi imminent pour chacun d entre nous dans le monde. Ils ont eu également des incidences graves sur le climat et l environnement de la Chine et ont fait obstacle à son développement. Une réaction appropriée aux changements climatiques s impose donc dans le cadre des efforts nationaux déployés pour assurer l harmonie entre l homme et la nature et pour édifier une société harmonieuse. changeme Les dernières conclusions figurant dans la contribution du Groupe de travail 1 du Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat au quatrième Rapport d évaluation de ce dernier mettent en évidence une augmentation marquée de la température moyenne à la surface du globe, une élévation continue du niveau de la mer et un rétrécissement régulier de la couverture neigeuse dans la plupart des zones de l hémisphère Nord évolutions qui dénotent toutes une tendance au réchauffement de la planète. Entre 1906 et 2005, la température moyenne à la surface du globe a augmenté de 0,74ºC (à l intérieur d une fourchette de 0,56ºC à 0,92ºC). Au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, les températures moyennes dans l hémisphère Nord ont été très probablement supérieures à celles enregistrées pendant toute période de 50 ans durant les 500 dernières années et sans doute les plus élevées que l on ait connues depuis au moins 1,300 ans. Dans le cadre du réchauffement de la planète, le climat et l environnement de la Chine ont également évolué profondément. Comme d autres régions du globe, la Chine connaîtra une augmentation continue de la température à l avenir. Le régime des précipitations évoluera également. Au cours des 100 dernières années, la température moyenne annuelle en surface a augmenté sensiblement en Chine (de 0,5ºC à 0,8ºC environ). L année 2006 a connu la température moyenne annuelle la plus élevée enregistrée dans tout le pays depuis 1951 et s est classée au deuxième rang après 1998 pour ce qui est de la température hivernale moyenne pendant la même période. Les prévisions concernant les changements climatiques futurs donnent à penser que la température de surface en Chine est susceptible d augmenter notablement pour différents scénarios d émissions au cours des 20 à 100 années à venir. Les précipitations tendront également à augmenter, mais de façon très variable aussi bien dans le temps que dans l espace. Le nord de la Chine connaîtra davantage de jours de précipitations, tandis que les pluies seront plus abondantes dans le sud du pays. Dans certaines régions, les précipitations pourraient être excessives. Au cours des cinq dernières décennies, la Chine a aussi enregistré une évolution profonde à la fois de la fréquence et de l intensité des événements météorologiques et climatiques extrêmes, qui ont augmenté aussi bien en nombre qu en force. En 2006, elle a connu un nombre sans précédent d événements météorologiques extrêmes, tels que la température élevée et la sécheresse qui ont sévi dans les provinces du Chongqing et du Sichuan; le typhon «Saomai», le plus violent depuis 1951, qui s est abattu sur la province du Zhejiang; la grave sécheresse qui a touché le nord de la Chine; et la retombée de tonnes de poussière sur Beijing en une seule nuit. Le réchauffement climatique accroît en outre le risque de feux de forêt dans les régions sèches et arides, et l on a enregistré l an dernier les incendies les plus graves depuis 1987 dans le nord-est de la Chine. En Chine, les températures journalières maximales et minimales augmenteront à l avenir. Le nombre de journées extrêmement froides diminuera probablement, mais la période estivale de grande chaleur durera sans doute plus longtemps et les températures extrêmement élevées, les vagues de chaleur et les sécheresses seront plus fréquentes. Les changements climatiques renforcent le caractère fluctuant de la production agricole et accroissent les pertes de récolte et de bétail dues aux catastrophes météorologiques. Si des mesures d adaptation ne sont pas prises, la production végétale totale de la Chine pourrait diminuer de 5 à 10 % d ici Le blé, le riz et le maïs seraient particulièrement touchés. Ils entraînent également une pénurie de ressources en eau de plus en plus grave en Chine. Les mesures du débit des six principaux fleuves depuis les années 1950 donnent à penser qu il diminue. Dans le nord de la Chine, 16 NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE

17 chine China Photos/Stringer/Getty Images nts climatiques et développement par Qin Dahe certains cours d eau s assèchent complètement et certaines zones souffrent d une baisse dramatique de la nappe phréatique. A l avenir, le déséquilibre entre l offre et la demande d eau s accentuera, en particulier lors des années sèches et dans le nord et nord-ouest de la Chine. Les changements climatiques pourraient avoir de lourdes conséquences pour de grands aménagements en menaçant toujours davantage leur bon fonctionnement. Ils pourraient par exemple accroître les précipitations dans le cours supérieur du Yangtze, ce qui entraînerait probablement des catastrophes géologiques telles que coulées de boue et glissements de terrain dans la zone de captage du Réservoir des Trois Gorges. L élévation de la température à laquelle on s attend sur le plateau du Qinghai-Tibet pourrait dégrader encore le permafrost le long de sa voie de chemin de fer en déstabilisant probablement certaines parties de la liaison ferroviaire. Les impacts des changements climatiques sur les systèmes naturels et les écosystèmes de la Chine et sur son économie et sa société se manifestent aussi sous diverses autres formes, telles que le rétrécissement de la superficie des lacs, la baisse du niveau des eaux, la réduction des zones humides, la dégradation des prairies, l extension de la désertification, la détérioration de la diversité biologique et la dégradation des écosystèmes marins, notamment des mangroves et des récifs coralliens. Les changements climatiques constituent une menace sombre et bien réelle pour l économie de la Chine et sa société, menace persistante qui a toutes chances d aller de mal en pis. Le Gouvernement chinois attache une grande importance à la protection du climat et a pris diverses mesures pour s attaquer à cette question. En cette période sujette aux catastrophes fortuites, extrêmes et prolongées, il est plus impératif que jamais de prévenir et d atténuer. Il faut faire face activement à cette menace et combattre les catastrophes climatiques extrêmes grâce à un solide système d intervention et à une meilleure protection climatique, écologique et environnementale pour pouvoir contribuer comme il convient à l application du «concept de développement scientifique», à l édification d une société harmonieuse, à un développement économique amélioré et plus rapide ainsi qu à un développement socio-écomique durable en Chine. NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE 17

18 neige, glace et vie Les fleuves d Amérique du Sud représentent 35 % des ressources en eaux de ruissellement du monde. Et pourtant, la neige et la glace représentent encore une source supplémentaire importante d eau puisqu elles alimentent les vallées de montagne et les régions arides et semi-arides voisines. Les glaciers des Andes et la calotte glaciaire de Patagonie alimentent les fleuves, les lacs et les bassins de retenue. Les rivières qui se déversent dans l océan Pacifique ont un régime saisonnier remarquable, avec la fonte des neiges et des glaces à la fin du printemps et en été. Le paysage de la côte du Pacifique sec et désertique qui s étend de l équateur jusqu au centre du Chili et celui des hauts plateaux du Pérou et de Bolivie sont, dans une large mesure, tributaires des eaux provenant de la fonte des neiges. A l extrémité la plus australe de l Amérique du Sud à partir de 29º de latitude sud, c est dans la partie orientale des Andes, au sud des fleuves Negro et Colorado que se trouvent les régions sèches et arides. Du fait de faibles précipitations, les rivières dépendent de la fonte des glaces et de la calotte glaciaire importante située entre 48º et 52º de latitude sud. Bien que les précipitations y soient plus abondantes, la fonte des neiges contribue aussi à alimenter les rivières du nord de la Patagonie. Les régions économiquement riches de Cuyo, au centre-ouest de l Argentine, et du centre du Chili où les populations urbaines sont nombreuses et où l agriculture, surtout la culture des fruits (principalement de la vigne), l énergie hydroélectrique et l industrie sont importantes dépendent aussi fondamentalement de la fonte des neiges et des glaces. A vrai dire, les plus anciens habitants de la région, les Huarpes, l appelaient Cuyum ce qui signifie «Désert de l enfer». L activité humaine n a pu s y développer que lorsque les immigrants européens ont introduit l irrigation, ce qui a permis à la région de commencer à se développer. Les civilisations pré-colombiennes les plus avancées de la région andine inter-tropicale ont remarquablement bien réussi à gérer leurs ressources en eau. Les cultures pré-incas les plus développées complétaient l eau de pluie sporadique et amélioraient leur approvisionnement en eau grâce à des travaux d ingénierie efficaces comme une distribution judicieuse de l eau pour l irrigation, et en reliant les bassins versants de l Atlantique et du Pacifique par la construction d un canal de 74 kilomètres de long pour transporter de l eau à quelques mètres dans le Cumbemayo. Les changements climatiques commencent déjà à se faire sentir de façon critique sur les conditions de vie des communautés autochtones des Andes, sur les activités de l homme tributaires de l eau et sur les écosystèmes naturels. La quantité d eau de fonte disponible va diminuer de plus en plus et, partant, compromettre le développement durable. Selon des études récentes, les glaciers du Pérou risquent de disparaître complètement au cours des prochaines décennies. Pour les populations locales, en particulier les communautés autochtones des hauts plateaux de Bolivie, d Equateur et du Pérou, le recul rapide des glaciers andins inter-tropicaux présente encore d autres risques, par exemple avalanches et inondations dues au débordement des lacs glaciaires. Plus de la moitié des glaciers des zones tropicales du monde se trouvent dans les 19 chaînes de montagne recouvertes de glace du Pérou, principalement dans la Cordillère blanche. Ce danger est bien moindre plus au sud, dans les Andes de Patagonie où le recul est plus lent; bien que la diminution de la taille des glaciers y soit encore importante, elle ne présente pas les mêmes dangers et les mêmes risques. La meilleure utilisation possible des ressources et du potentiel énergétique de l immense quantité d eau que renferment encore les glaciers situés le plus au sud consisterait à délocaliser les systèmes de production dans les km2 et plus du plateau semi-aride de Patagonie. Ceci exigerait de conserver la diversité biologique précieuse de la région, de développer la technologie appropriée et d utiliser rationnellement et judicieusement les grandes quantités d eau de ruissellement et souterraine résultant du recul des glaciers. A cette fin, on pourrait s inspirer de l expérience de l utilisation du bassin supérieur du Rio Negro à des fins industrielles qui, depuis les années 1930, a permis d en faire le remarquable exportateur de fruits et de vins qu il est aujourd hui. Après avoir planifié l adaptation des cultures céréalières dont les rendements vont baisser dans les campagnes du nord de l Argentine, celles-ci pourraient 18 NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE

19 par Susana Bischoff, Graciela Canziani and Patricia Centurión Michael Ochs Archives/Corbis Tout ceci doit être complété par des mesures tenant compte des nouvelles conditions climatiques qui prévaudront dans l océan Austral et l Antarctique, tous deux soumis aux effets des changements climatiques qui ont des conséquences d importance capitale pour les écosystèmes naturels dont dépend l avenir de beaucoup d espèces. Les changements environnementaux sont déjà manifestes et ils auront de sérieuses répercussions sur la chaîne alimentaire tributaire du phytoplancton. L abondance du krill dépend de la température de la mer et de la disponibilité de phytoplancton. Le réchauffement de la planète risque de diminuer la production de krill et les sources d aliments des poissons, des mammifères marins, des oiseaux de mer et autres espèces marines. Les pêcheries de l océan Austral représentent une partie importante de la production alimentaire mondiale, aussi des programmes de recherche spécifiques doivent d urgence être entrepris, des mesures appropriées de renforcement des capacités prises et des règlements adéquats élaborés pour assurer la protection de la vie de la faune et de la flore marines. Comme le souligne le Groupe intergouvernemental sur les changements climatiques, il est urgent à la fois d atténuer l augmentation constante de la concentration de gaz à effet de serre dans l atmosphère et de mettre au point des stratégies d adaptation pour faire face aux effets des changements climatiques. Toutes les mesures possibles doivent être envisagées et prises pour protéger les écosystèmes naturels de la Terre. Pour sauver les glaciers d Amérique du Sud, il faut que les gouvernements et les entreprises privées agissent sans retard. Des mesures urgentes doivent être prises pour atténuer les dangers et les risques pour les populations qui dépendent encore de la fonte des neiges et qui subissent actuellement les effets du recul rapide des glaciers de leurs montagnes. En même temps, il serait opportun de tirer parti de la disponibilité de l eau qui, pendant un siècle ou davantage, bénéficierait au plateau de Patagonie. Une intervention rapide est indispensable pour protéger la vie et les biens de ceux qui sont déjà exposés aux effets catastrophiques des avalanches et des débordements des lacs glaciaires et pour planifier l utilisation des ressources en eau provenant des glaciers avant qu elles ne finissent par disparaître au sud du continent. Pour cela, il faut aussi élaborer des plans nationaux appropriés afin d évaluer les conditions climatologiques locales, aujourd hui et demain, d utiliser judicieusement la terre et l eau et de programmer la délocalisation des espèces les plus touchées par le réchauffement dans leurs habitats actuels. être délocalisées vers le bassin inférieur du Rio Negro et des terres irriguées d autres sous-régions de la Patagonie. L Institut pour le développement du Bassin inférieur du Rio Negro a déjà entrepris les études de faisabilité nécessaires. L énergie indispensable à une telle entreprise pourrait être fournie par des usines hydroélectriques locales et par les vents d ouest constants dont l exploitation a déjà commencé. Les manifestations d El Niño s accompagneront d importantes chutes de neige dans les Andes en dessous de 29º de latitude sud. Il y a donc lieu de planifier l utilisation des eaux de fonte, de sélectionner des espèces végétales mieux adaptées au nouveau climat de la Patagonie, de fonder le développement sur la gestion intégrée des eaux et les études pédologiques appropriées et d adopter des techniques agricoles permettant de tirer le meilleur parti possible du potentiel de cette région éloignée du globe. Pour les gouvernements et les entreprises privées d Argentine et du Chili, l adaptation constitue le défi le plus immédiat au niveau de la planification du développement durable. Bien pensée, elle permettrait d utiliser au mieux la ressource la plus critique de notre siècle l eau, de sauvegarder la production alimentaire en analysant judicieusement les possibilités d amélioration de la productivité avec l eau provenant de la fonte des neiges et des glaces. Les chercheurs sont peut-être en mesure de prévoir de nouveaux scénarios environnementaux mais les décideurs doivent les réaliser. L objectif de la Journée mondiale de l environnement ne doit pas être simplement de décrire les difficultés résultant du réchauffement de la planète et de la perte de ses glaciers et de ses neiges qui en est la conséquence. Il doit aussi définir les grandes lignes de l action future sur une planète qui se dirige vers un nouveau régime climatique au niveau mondial. NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE 19

20 des tsunamis da par Basanta Shrestha Les glaciers de l Himalaya, qui s étirent sur km de l Afghanistan, à l Ouest, jusqu à la Chine et au Myanmar, à l Est, sont une source de vie pour des centaines de millions de personnes vivant dans cette région montagneuse et dans les plaines adjacentes. La chaîne de montagnes la plus élevée du monde dont le nom allie les deux mots sanskrits hima (neige) et alaya (séjour) s enorgueillit de plus de 30 sommets dépassant m et possède la plus vaste concentration de glaciers en dehors des pôles. Réserve inépuisable d eau douce, ces glaciers sont la source d immenses réseaux hydrographiques baignant toute l Asie. A l instar d autres glaciers dans le monde, ils offrent un cadre unique à l exploration scientifique et aux études sur la complexité du système climatique. Dans le monde entier, les glaciers reculent devant l accélération du réchauffement de la planète, cependant que les activités humaines provoquent une croissance régulière des concentrations de gaz à effet de serre. Leur fonte est un indicateur important du changement climatique. Selon certaines prévisions, jusqu au quart de la masse des glaciers de montagnes pourrait disparaître d ici 2050, et jusqu à la moitié d ici Les changements de température sont plus prononcés à haute altitude et plusieurs études ont révélé que les glaciers himalayens fondent aujourd hui à un rythme jamais vu. Les régimes d écoulement des eaux douces s en trouveront radicalement modifiés, ce qui aura des effets spectaculaires sur l approvisionnement en eau potable, la biodiversité, la production hydroélectrique, l industrie, l agriculture et les moyens de subsistance. D importantes données de référence sur les glaciers himalayens ont été rassemblées grâce à une étude réalisée pour le programme de recherche sur le changement climatique du Centre international de mise en valeur intégrée des montagnes, en partenariat avec le PNUE et le réseau Asie-Pacifique et en étroite collaboration avec des organisations partenaires nationales. Cette étude a recensé quelque glaciers couvrant une superficie totale de km2 au Bhoutan, au Népal et au Pakistan, ainsi que certains bassins hydrographiques de Chine et d Inde. L observation individuelle des glaciers montre que, pour certains, la cadence du recul a doublé depuis le début des années 70, bien que des variations existent d un bassin à l autre. La publication d études sur le Bhoutan et le Népal, en 2001, a suscité une prise de conscience mondiale sur ce phénomène et ses conséquences. Un inventaire des glaciers chinois, étude à long terme de l Académie chinoise des sciences, a conclu à une diminution de 5,5 % du volume des glaciers du pays au cours des 24 années écoulées ce qui revient à la perte de plus de km2 de glace. Cette étude prédit que, d ici 2050, les deux-tiers auront disparu et, d ici 2100, la quasi-totalité, si le climat continue d évoluer au rythme actuel. Pendant ce temps, une étude du Centre international de mise en valeur intégrée des montagnes concluait que la surface des glaciers dans le bassin du Poiqu, dans la Région autonome du Tibet, a diminué de plus de 5 % entre 1988 et Certains ont reculé de plus de 50 m par an. De même, le front du glacier de Gangotri, dans l Himalaya indien, a remonté d environ 2 km entre 1780 et 2001, et son recul se poursuit à un rythme inquiétant. Au Bhoutan, la comparaison de 66 glaciers sur une carte de 1963 avec une image satellite de 1993 montre qu ils ont rétréci de 8,1 %, et que les plus petits ont totalement disparu. Alors que les glaciers reculent, des lacs se forment derrière leurs moraines frontales, nouvellement dégagées. La plupart des lacs glaciaires de l Himalaya sont apparus au cours des cinquante dernières années. Ces lacs peuvent s agrandir à une vitesse effrayante : les lacs glaciaires Imja Tsho et Tsho Rolpa, au Népal, s élargissent d environ 41 et 66 m par an respectivement. Une aussi rapide accumulation d eau peut conduire à des ruptures soudaines de leurs barrages naturels, instables. D énormes quantités d eau et de débris seraient alors libérées, engendrant des phénomènes dits «Inondations provoquées par le débordement des lacs glaciaires». Certaines de ces inondations ont déjà été signalées dans la région; en 1985, celle du lac Dig Tsho, dans le parc national de l Everest, au Népal, a tué plusieurs personnes et détruit des chemins, des ponts, des maisons, des terres arables et une usine hydroélectrique en construction. Les inondations futures pourraient avoir des effets plus catastrophiques encore, et devenir des «tsunamis de montagnes» qui mettraient en danger des millions de personnes en aval. L inaccessibilité, la rudesse du terrain en altitude et la dureté des conditions climatiques rendent difficile la surveillance des glaciers himalayens à l aide des méthodes conventionnelles. La taille et l éloignement de la plupart des glaciers de montagnes amènent à faire reposer leur surveillance et leur évaluation sur l observation par satellite. Des efforts concertés sont constamment nécessaires pour surveiller les glaciers, atténuer les dangers qu ils pourraient constituer, et mettre en place un système d alerte rapide contre les possibilités d inondations provoquées par les lacs glaciaires. Ce type de catastrophe est souvent transfrontalier; une coopération régionale est donc nécessaire pour élaborer une stratégie coordonnée permettant de traiter à la fois ces problèmes et ceux de la gestion de l eau. Les glaciers himalayens font partie intégrante du système d entretien de la vie dans la région et leur recul apporte la preuve irréfutable de la nécessité d agir d urgence pour contrer l évolution du climat mondial. Il est difficile de prédire exactement comment les glaciers vont fondre dans l avenir, mais il est temps d agir collectivement pour éviter les pires conséquences. La communauté internationale doit agir immédiatement pour préserver les précieuses ressources naturelles de cette région du monde relativement inexplorée, et pourtant l une des plus spectaculaires. 20 NOTRE PLANETE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA CRYOSPHERE

par Philippe Dreye E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Philippe Dreye E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Philippe Dreye E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - septembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

AMCEN/SS/IV/INF/7. Déclaration de Libreville sur la biodiversité et la lutte contre la pauvreté en Afrique

AMCEN/SS/IV/INF/7. Déclaration de Libreville sur la biodiversité et la lutte contre la pauvreté en Afrique AMCEN/SS/IV/INF/7 Déclaration de Libreville sur la biodiversité et la lutte contre la pauvreté en Afrique PNUE UNION AFRICAINE CMAE REPUBLIQUE GABONAISE NATIONS UNIES Distr. : Générale PACBPA/1/7 21 septembre

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

ASIE (exceptés Chine et Inde)

ASIE (exceptés Chine et Inde) ASIE (exceptés Chine et Inde) Vous produisez peu de gaz à effet de serre (vous polluez peu) mais vous êtes parmi les premières victimes des effets négatifs (sécheresses, inondations, etc.) du changement

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Rencontres Océaniennes 2015 «Mobiliser les savoirs pour la gouvernance face aux défis du changement climatique

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Des études du PNUE montrent une augmentation des émissions de mercure dans les pays en développement

Des études du PNUE montrent une augmentation des émissions de mercure dans les pays en développement Des études du PNUE montrent une augmentation des émissions de mercure dans les pays en développement Publication de l évaluation mondiale la plus exhaustive jamais réalisée à quelques jours de la phase

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES)

Émissions de gaz à effet de serre (GES) Les émissions de gaz à effet de serre (GES) d origine humaine perturbent l équilibre énergétique radiatif du système formé par la Terre et l atmosphère. Elles amplifient l effet de serre naturel, avec

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE Combattre le changement climatique pour une Europe durable: les socialistes luttent en faveur d un avenir équitable, propre, social et prospère

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne Passer à l action Pierre Radanne Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Deux hypothèses : - Des émissions stables à partir de 2000 - Parvenir à stabiliser le climat Emissions de CO 2 Concentration

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement Gouvernance de l environnement Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Gérer la richesse et la diversité des ressources naturelles de notre planète est un défi dont la complexité va croissant.

Plus en détail

Gestion des écosystèmes

Gestion des écosystèmes Gestion des écosystèmes Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Le bien-être dépend de la santé des écosystèmes. Un écosystème peut se définir comme un ensemble dynamique constitué de plantes,

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine LIU Liya, Directrice de bureau à la NDRC (Commission nationale du

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE L ESSENTIEL EN

OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE L ESSENTIEL EN OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 LA FRANCE, 5E CONTRIBUTEUR AU FEM La France est le 5 e contributeur financier et co-initiateur du Fonds pour l Environnement Mondial (FEM),

Plus en détail

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Le Canada est heureux de répondre à l invitation, contenue au paragraphe 10 de la décision 3/CP.19, de préparer des rapports bisannuels

Plus en détail

BILAN DU PLAN D ACTION LIMA-PARIS ET DE LA JOURNEE DE L ACTION

BILAN DU PLAN D ACTION LIMA-PARIS ET DE LA JOURNEE DE L ACTION BILAN DU PLAN D ACTION LIMA-PARIS ET DE LA JOURNEE DE L ACTION Dès le 30 novembre : trois initiatives prises par les Chefs d Etat : - La création d une alliance solaire internationale - Le lancement de

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS Pour notre programme complet des élections fédérales 2015, veuillez consulter la Feuille de route pour

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

Canadä. T*T Environment. ',,ffi, Mme Christiana Figueres. Correspondante nationale pour la CCNUCC

Canadä. T*T Environment. ',,ffi, Mme Christiana Figueres. Correspondante nationale pour la CCNUCC T*T Environment Canada Environnement Canada Mme Christiana Figueres Secrétaire exécut ve Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques P.O. Box 260L24 D-53153 Bonn Le 22 septembre

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

La Consommation et la Production Durables en un clic

La Consommation et la Production Durables en un clic PORTAIL MONDIAL DE LA CPD Consommation et Production Durables www.start.scpclearinghouse.org La Consommation et la Production Durables en un clic Animé par Action Mondiale pour la Consommation et la Production

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

ACCORDS DU BOURGET. Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget

ACCORDS DU BOURGET. Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget ACCORDS DU BOURGET Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget Préambule La Conférence des Parties, Rappelant l objectif

Plus en détail

PRESENTATION ET DEBAT

PRESENTATION ET DEBAT Réchauffement Climatique Mairie de MASSY Agenda 21 PRESENTATION ET DEBAT Gaël CALLENS Est-ce que la terre chauffe vraiment? Les Constats Depuis 1950, la terre s est réchauffée de 0,9 C, passant de 14 C

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

RAPPORT DE L ATELIER

RAPPORT DE L ATELIER République de Côte d Ivoire Union Discipline - Travail ---------------- AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT AUTORITE NATIONALE DU MDP CÔTE D IVOIRE En partenariat avec : UNEP RISOE CENTER UNION EUROPEENNE

Plus en détail

La finance carbone pour les villes

La finance carbone pour les villes 1 La finance carbone pour les villes Source de revenus et levier d action pour des villes plus propres A travers la présentation de trois mécanismes de finance carbone mobilisables par les villes, cette

Plus en détail

Monsieur le directeur de l Agence française de développement, Messieurs les représentants de la délégation de l Union européenne,

Monsieur le directeur de l Agence française de développement, Messieurs les représentants de la délégation de l Union européenne, Premier comité de pilotage du projet de Gestion durable des zones côtières de la COI (GDZC-COI) Allocution du Secrétaire général de la Commission de l océan Indien, Jean Claude de l Estrac 1 er avril 2015,

Plus en détail

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne SECTION CANADIENNE Québec, le 5 juillet 2008 ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne En tant que présidente de la section canadienne

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies Année internationale de la jeunesse 12 août 2010-11 août 2011 Dialogue et compréhension mutuelle asdf Nations Unies «Nous devons nous engager sans réserve pour que les jeunes aient accès à l éducation,

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION Distr. GENERALE A/AC.237/38 16 août 1993 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMITE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION D UNE CONVENTION-CADRE SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES Huitième session Genève, 16-27 août

Plus en détail

Changement climatique. un programme global de la DDC

Changement climatique. un programme global de la DDC Changement climatique un programme global de la DDC Pourquoi la DDC considère le changement climatique comme une priorité majeure Le changement climatique et ses effets ne connaissent pas de frontières.

Plus en détail

9. Dans le cadre plus large de l accord sur les forêts, on attend du FNUF qu il:

9. Dans le cadre plus large de l accord sur les forêts, on attend du FNUF qu il: Décembre 2003 F ATELIER SUR LA CONSOLIDATION DE L ACTION RÉGIONALE MISE EN ŒUVRE DES PROPOSITIONS D ACTION GIF/FIF EN AFRIQUE Accra, Ghana, 16 18 février 2004 MISE EN ŒUVRE DES PROPOSITIONS D ACTION GIF/FIF

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) a

Plus en détail

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Remarques introductives du Dr Jean PING Président de la Commission de l Union africaine à l ouverture de la 11 ème Réunion du Mécanisme de Coordination Régionale

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Traduction Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Pour quelles raisons décisives le gouvernement fédéral veut-il sortir complètement du nucléaire d ici à 2022? Décisif

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya Position de l UICN IUCN Position Paper LA VISION DE L UICN POUR UNE PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE ET PLURI-ACTEURS SCIENTIFIQUE ET POLITIQUE SUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ECOSYSTEMIQUES (IPBES)

Plus en détail

Questions clés pour la consultation élargie

Questions clés pour la consultation élargie Processus de planification stratégique de Terre des Hommes Fédération Internationale Questions clés pour la consultation élargie Beaucoup de progrès ont été accomplis lors de l Assemblée Générale (AG)

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Les changements d attitudes!

Les changements d attitudes! Les changements d attitudes! Rachel Léger 11 octobre 2013 Mieux communiquer Engagement Émerveillement Modifier nos comportements Promouvoir l éducation Notre Mission, notre vision : Accompagner l humain

Plus en détail

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Translation L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Un Groupe de travail du Forum intergouvernemental sur la sécurité chimique (FISC) vient récemment de rédiger

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

Couloir Africain de l Énergie Propre

Couloir Africain de l Énergie Propre Couloir Africain de l Énergie Propre LE COULOIR AFRICAIN DE L ÉNERGIE PROPRE L Afrique change rapidement. En 2050, elle comptera 2 milliards d habitants, dont trois sur cinq vivront dans des villes. Plus

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX L Europe pour le bien-être des animaux AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX DEMANDE DE LA FRANCE Si nous voulons clairement intégrer

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre WP Board No. 972/05 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 29 avril 2005 Original : anglais Projets/Fonds

Plus en détail

APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE

APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE (Décembre 2009) I. Résumé Compte tenu des défis majeurs

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Mardi 7 juillet 2015 15 heures Commission des affaires européennes Communication de la Présidente Danielle Auroi sur la proposition d initiative législative

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

La COP 21 & Haïti HAÏTI PREND RACINE INFOGRAPHIE

La COP 21 & Haïti HAÏTI PREND RACINE INFOGRAPHIE La COP 21 & Haïti LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE QU EST CE QUE LA COP 21? LES ENJEUX DE LA COP 21 LES OBJECTIFS DE L ACCORD LA CONTRIBUTION D HAÏTI LA COOPERATION DE LA FRANCE HAÏTI PREND RACINE INFOGRAPHIE

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Pourquoi défendre la place des EnR et de l EE dans les négociations climat

Pourquoi défendre la place des EnR et de l EE dans les négociations climat Pourquoi défendre la place des EnR et de l EE dans les négociations climat Atelier du RC&D, 28 avril 2014 Alix Mazounie, coordinatrice des politiques internationales au RAC Un climat en crise GIEC 2013:

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014. [sans renvoi à une grande commission (A/68/L.57/Rev.1)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014. [sans renvoi à une grande commission (A/68/L.57/Rev.1)] Nations Unies A/RES/68/304 Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2014 Soixante-huitième session Point 14 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014 [sans

Plus en détail