Le capitalisme nous rend-il plus libres, plus heureux, ou les deux? Conférence «Connaissance & Vie d Aujourd hui», Leuven, 7 janvier 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le capitalisme nous rend-il plus libres, plus heureux, ou les deux? Conférence «Connaissance & Vie d Aujourd hui», Leuven, 7 janvier 2008"

Transcription

1 Le capitalisme nous rend-il plus libres, plus heureux, ou les deux? Christian Arnsperger Conférence «Connaissance & Vie d Aujourd hui», Leuven, 7 janvier 2008 Mon objectif de cet après-midi n est pas de faire de vous des anti-capitalistes. Je ne suis ni communiste, ni altermondialiste, même si la pensée de Karl Marx (qui était économiste et philosophe) et la réflexion critique sur les effets de la mondialisation me semblent des choses importantes. Je me positionne plutôt comme humaniste, avec un ancrage chrétien que je ne cherche pas à cacher, mais intéressé de plus en plus par le problème d une humanisation intégrale de toutes les composantes de notre existence humaine : intégration du «je» intérieur (les divers stades du développement humain), du «nous» intérieur (les divers stades de la culture et du développement des valeurs morales) et des faits extérieurs, qu ils soient individuels (le cerveau, les comportements) ou collectifs (les systèmes, les logiques d ensemble). Une approche intégrative de l existence cherche à harmoniser autant que possible toutes ces dimensions sans en privilégier ni en négliger aucune : (1) chacun d entre nous évolue le long d une trajectoire de développement individuel, dont les niveaux de conscience peuvent aller du plus autocentré au plus universel ; (2) cela se traduit par certains états cérébraux et organiques et certains comportements qui peuvent aller du plus primitif au plus complexe selon la façon dont notre organisme et notre cerveau ont évolué ; (3) ces états de conscience et ces comportements sont insérés dans une culture collective qui est aussi en évolution, pouvant aller du pré-moderne (archaïque, magique, mythique) au moderne (rationnel) au postmoderne (pluraliste, holiste) ; et (4) tout cela se place dans le développement d un système social et économique qui peut aller de l agricole à l industriel à l informationnel. Il y a donc toute une «carte intégrative», composée d au moins quatre «cadrans», à l intérieur de laquelle chacun de nous, avec son organisme et son cerveau, se situe au niveau de son développement personnel, dans la culture, les valeurs et l économie qui prévalent actuellement. C est vrai, nos organismes et nos cerveaux évoluent très lentement, et c est ce qui a fait dire à tant de scientifiques (anthropologues y compris) que l être humain est inchangé depuis des millénaires, au niveau de sa «structure fondamentale» mais dire cela, c est négliger qu avec le même type d organisme et le même type de cerveau, des milliers de milliards d êtres humains ont pu, au cours de l histoire, construire, perpétuer et modifier des milliers de systèmes culturels et économiques différents! Chacun de nous possède grosso modo le même cerveau et le même organisme que les hommes de Cro-Magnon, et même que les grands primates mais nous vivons dans un monde social, culturel et économique tout différent. Si certains acquis de l évolution biologique, mais surtout culturelle et sociale, nous amenés là où nous sommes aujourd hui et «là où nous sommes» est, en soi, une nébuleuse de choses possibles qui varient selon les lieux et les époques il n y a aucune raison de penser que l humanité n est pas capable d évoluer encore, et de construire de nouvelles cultures, de nouveaux genre de société, de nouvelles économies. Pensons à ceci : pour un humain du V e siècle avant J.-C., c est-à-dire un cousin très proche d il y a seulement 2500 ans, peut-être un peu plus petit que nous mais organiquement et cérébralement identique, l idée

2 d une société comme la nôtre, éprise de liberté individuelle, d égalité, structurée par l échange marchand et la circulation des capitaux, sans esclavage et sans divinité toute-puissante l idée dune telle société aurait été pour ce proche cousin une aberration complète, impensable et invivable! Ce n est donc pas l évolution biologique organique, cérébrale qui préside principalement au destin culturel et social des humains. Si les Hébreux d avant Abraham ne pouvaient pas imaginer une société et une culture comme celle des démocraties capitalistes contemporaines, ce n est pas à cause de différences biologiques ; c est à cause de leur emplacement dans la séquence de l évolution technique, culturelle et spirituelle. Si le capitalisme moderne est aujourd hui notre environnement économique, social et culturel, c est qu il a fallu des siècles de mutation progressive des outils techniques, des valeurs culturelles et des états de conscience des êtres humains que nous sommes devenus nous sommes devenus, jusque dans nos neurones (qui sont pourtant du même type que ceux des humains d il y a 2500 ou même ans), des humains capitalistes démocratiques, avec tout le bagage culturel et spirituel que cela implique. Pourtant, sur la vaste «carte intégrative» dont je viens de parler, «notre» capitalisme moderne, peuplé des humains capitalistes modernes dont il a besoin pour fonctionner, et que «nous» sommes devenus graduellement ce capitalisme n est qu un point de passage dans une dynamique d évolution qui se poursuit inexorablement. Corollaire : notre identité humaine comme participants à ce capitalisme n est, elle aussi, qu une identité passagère ; rien n est moins «naturel» que d être le genre d humains que nous sommes, dans le système économique que l évolution nous a légué! Ceux qui, aujourd hui, veulent faire l apologie du capitalisme en disant qu il est un système parfaitement adapté à la «nature humaine» disent une banalité : oui, c est vrai, puisque cette façon d organiser notre économie a co-évolué avec nos mentalités et nos valeurs pour faire de nous des humains capitalistes Mais rien n implique que cela soit le stade final de l évolution de la conscience humaine! En fait, quand on prétend se fixer définitivement à un stade de l évolution en faisant comme si on était arrivé à la pleine réalisation de la «nature humaine», on trahit en réalité cette nature humaine, dont la «vraie nature» est d évoluer constamment vers où? Telle est bien sûr la grande question sous-jacente ; mais on peut certifier que le stade actuel n est pas le stade final, même pas pour nous Occidentaux. Des états de conscience tout à fait incompatibles avec la logique du capitalisme, mais plus évolués que le nôtre, existent déjà dans le monde et ont d ailleurs toujours existé, notamment chez les grands mystiques de toutes les religions et dans les peuples abusivement dits «primitifs». On ne peut donc dire que notre état de très relatif bonheur et de très relative prospérité soit un état définitif ou indépassable ; de plus, dire que les états de conscience et les modes de vie (de relation à soi et aux autres) atteints par ces mystiques certes encore minoritaires actuellement ne seront jamais accessibles à la majorité d entre nous, c est refaire la même erreur que l humain du Moyen âge qui, témoin de l ouverture démocratique de certains ou de l universalisme d autres, les jugeait inimaginables et inaccessibles alors même que c est devenu notre pain quotidien! Non, au contraire, les «exemplaires humains» plus évolués que nous, du présent ou du passé, nous montrent une voie à suivre vers une humanisation supérieure voie d humanisation que nous devons, aujourd hui, enclencher consciemment et lucidement. Certains penseurs contemporains parlent explicitement de conscious evolution, d évolution consciente, qui chez l humain prendrait - 2 -

3 progressivement la place de l évolution aveugle des millions d années passées. Donc, non seulement l être humain évolue par nature, mais sa façon d évoluer ellemême évolue! Que dire du capitalisme dans ce cadre? Le capitalisme est une manière d organiser la vie économique qui a évolué au cours de l histoire de l Occident moderne. Du XVI e siècle à aujourd hui, les variantes de capitalisme se sont succédé ; elles ont toutes eu une caractéristique de base commune : ce qui est au centre de la logique économique capitaliste, c est le principe de valorisation maximale des capitaux. Tous les échanges économiques, et parfois même tous les aspects importants de la vie sociale, culturelle, politique, etc., sont subordonnés à ce principe structurant. En tant que résultat de l évolution de l Occident, le capitalisme est indiscutablement un progrès à l égard des systèmes économiques qui l ont précédé ; c est d ailleurs ce que Karl Marx lui-même n a cessé de répéter, en insistant sur le fait que par rapport aux systèmes pré-capitalistes, comme l économie agraire primitive ou l économie féodale, le capitalisme avait apporté des progrès anthropologiques et sociaux majeurs notamment, le fait que les travailleurs vendent «librement» leur force de travail, plutôt que d être assujettis à l esclavage, et le fait que la circulation de la propriété, devenue privée, n est assujettie qu aux règles anonymes et sécularisées du marché, et non plus aux règles des statuts sociaux hérités. Bref, dans l économie de marché capitaliste, si vous en avez les moyens matériels, vous êtes libre de faire des transactions avec qui vous voulez, dans les quantités que vous voulez, et sur les objets que vous voulez. Libre marchandage et libre entreprise forment, dès l aube du capitalisme, les deux «bras» d un monde économique, social et culturel qui quitte progressivement les rivages de la tradition agraire et ses rigidités, de la religion toute-puissante et son clergé, de la féodalité et de ses relations d allégeance, pour donner les rênes du pouvoir aux marchands et aux entrepreneurs. Il y aura désormais un ensemble de marchés capitalistes pour la terre, pour les biens et les services, pour le travail, pour les capitaux eux-mêmes et, pour leur permettre de s étendre, un État capitaliste volontiers conquérant vers le dehors, et de plus en plus souvent démocratique vers le dedans. Libre expression de soi, donc, aussi, grâce à cette idée tenace selon laquelle la valorisation maximale des capitaux a fréquemment besoin d une liberté de créer et d expérimenter ce qui donnera naissance, dans le capitalisme, au culte de l innovation et de la créativité, qui sera le pendant culturel et anthropologique du culte économique de la croissance matérielle. Libre de s exprimer, libre de marchander, libre d entreprendre s il en a reçu les moyens! l homme d Occident se prend rapidement au jeu de son expérience. Il faut dire qu elle a tout l air de réussir. C est que, dès le XVI e siècle, voit aussi le jour la caste des économistes et des philosophes (souvent on est les deux en un) qui tels David Hume, Adam Smith ou, avant eux, Spinoza ou Leibniz réalisent la tâche de créer et renforcer la croyance dans le caractère à la fois libérateur et «naturel» de l économie de marché capitaliste. Pour que le système économique naissant de l époque puisse être reçu avec enthousiasme même par ceux qui en bénéficiaient peu, ou moins, il s agissait de montrer que l économie de marché capitaliste est «naturellement libératrice», c est-à-dire qu elle libère les êtres humains en libérant leur «vraie nature» : celle d êtres intéressés et souvent autocentrés, voire égoïstes, mais poussés comme par une «Main invisible» (et fort providentielle) à harmoniser spontanément leurs intérêts divergents de telle sorte que la libre expression, le libre marchandage et la libre entreprise de chacun permettait d atteindre le meilleur des mondes sociaux possibles, à travers la - 3 -

4 concurrence entre tous les entrepreneurs pour l accumulation des bénéfices issues du capital et à travers la recherche, par tous les consommateurs, des objets les plus intéressants aux prix les plus bas. Il fallait certes, pour mener à bien ce beau plan d ensemble, faire travailler la masse des gens en tant que salariés sur des champs et dans des usines qui ne leur appartenaient pas, ou plus mais ces économistes et philosophes nous assuraient que chacun de ces salariés recevrait à terme un juste salaire, reflétant la valeur de ce qu il avait contribué à produire, déduction faite du profit qui devait revenir aux propriétaires du capital. Libre de travailler là où on aura besoin de lui, ou libre de devenir entrepreneur s il ne veut pas travailler comme salarié, et libre de donner son suffrage au parti politique qu il préfère, chacun d entre nous serait donc, au sein de la logique capitaliste, aussi libre que possible de mener sa vie de consommateur comme il l entend, à la hauteur des moyens que son activité économique lui octroie. Le meilleur, ou en tout cas le moins mauvais, des mondes sociaux en effet Du moins, semble-t-il. Car face à cette même réalité du capitalisme, certains n ont pas réagi aussi positivement. Le plus connu d entre eux fut Marx, mais il y en eut des centaines ; tous, ou presque, étaient issus de la mouvance dite «socialiste», qui porte bien mal son nom : Proudhon, Fourier, Stirner, et Marx luimême étaient tous attachés davantage à l épanouissement de la personne individuelle qu à la glorification du «social»! Le mot de socialisme ne désignait pas une idéologie qui écrase l individu ou la personne, mais une façon critique de voir le fonctionnement de l économie. Selon les socialistes, le capitalisme est un mauvais système parce qu il nous fait croire des choses fausses c est-à-dire qu il nous pousse à vivre d une façon qui ne correspond pas à notre vraie nature. Nous cherchons dans la productivité, dans la consommation, dans la rentabilité une réalisation humaine qui ne peut nous être donnée que par «la société» non pas, comme on l a caricaturé plus tard (face aux aberrations du communisme soviétique) la société comme force de destruction des individus, mais la société comme communauté authentique regroupant des «hommes libres», c est-à-dire des hommes débarrassés de l exploitation de leur travail par des capitalistes et débarrassés de l aliénation de leur vraie nature par des marchandises. Abolir le travail salarié (et retrouver un sens plus profond au travail), abolir le «fétichisme de la marchandise» (et retrouver un rapport plus profond aux objets qui nous entourent), donc nous libérer des fausses libérations offertes par l économie de marché capitaliste tel était l objectif initial du socialisme, qu il n aurait jamais dû perdre de vue et qui n avait de commun avec le communisme que le nom. Par «communisme», Marx entendait une société nouvelle, qui remplacerait la recherche du bonheur par la marchandise et la convoitise par la recherche d un bonheur plus organique, par un être humain plus soucieux du collectif bref, un être humain profondément renouvelé qui aurait progressé vers un nouveau niveau de conscience. L erreur de Marx n a pas été de vouloir «l Homme Nouveau». Cela, tous les penseurs sérieux le veulent, et l Homme Nouveau est une émergence permanente tout au long du processus d évolution spirituelle. Jésus de Nazareth aussi appelait de ses vœux un Homme Nouveau, et les chrétiens vont même jusqu à dire qu il l a luimême incarné. Sans espoir en un Homme Nouveau, chaque fois encore et encore, le dynamisme de l évolution de la conscience s arrêterait. Non, l erreur de Marx n a pas été de croire en la possibilité pour l être humain d évoluer vers un niveau de conscience plus élevé ; son erreur immense, et fatale, a été de croire deux choses : premièrement, que la religion était par elle-même un obstacle à l émergence de - 4 -

5 l Homme Nouveau, et deuxièmement, que cette émergence pouvait et devait être hâtée par une révolution dirigée par l État, dirigée donc (c est ainsi que la voyait le redoutable Lénine) par une caste d avant-garde capable d imposer par la force ce que l évolution «naturelle» ne pouvait faire émerger que lentement trop lentement à son goût L erreur de Marx, donc, a été de ne pas voir l évidence : c est que le capitalisme a engendré, au fil des siècles depuis les années 1500 jusqu à nos jours, un humain capitaliste un humain matérialiste, persuadé de désirer vraiment les biens de consommation que les marchands veulent lui vendre, porté à admirer l argent et la vie facile que permet la richesse ; un humain capitaliste, donc, parfaitement adapté aux conditions de vie dans le capitalisme même s il en souffre au fond de lui-même. Il existe en Occident et, de plus en plus, dans le monde entier une culture capitaliste, des valeurs capitalistes, et nos cerveaux contemporains sont en quelque sorte «provisoirement programmés» dès notre naissance à poursuivre les buts que cette culture et ces valeurs capitalistes nous proposent : s amuser en achetant, se justifier en trouvant un travail salarié, contribuer à la rentabilité d une entreprise faute d en créer une soi-même, jouer le jeu de la compétition et chercher, autant que possible, à accumuler et à consommer, le tout sur fond d un certain pluralisme démocratique de bon aloi. Bref, chacun de nous doit en toute honnêteté à l instar de Kennedy qui lança «Ich bin ein Berliner» dire soit «Ich bin ein Kapitalist» ou «Ich bin ein Kapital», mais dans un cas comme dans l autre notre insertion profonde dans la logique même du capitalisme ne fait aucun doute. C est cette co-évolution profonde entre le système capitaliste et des consciences capitalistes (démocratiques/ possessives) portées par des humains capitalistes que Marx et le marxisme ont toujours sous-estimée. Le capitalisme ne sort pas de nulle part, il n est pas une simple aberration passagère de l histoire : il remplit une fonction pour les humains capitalistes matérialistes, possessifs, jouissifs, angoissés, dynamiques, violents, imaginatifs que nous sommes, il a pour tâche de nous faire nous sentir plus libres parce que plus heureux, et plus heureux parce que plus libres ; et nous, ces humains capitalistes, nous ne sortons pas de nulle part, nous ne sommes pas simplement des «fausses natures» arrivées par erreur jusqu au XXI e siècle : nous sommes le produit de ce système économique capitaliste marché, concurrence, exploitation, consumérisme, aliénation, innovation, croissance nous avons pour fonction de croire en lui et de le faire fonctionner. C est bien cette imbrication si étroite entre nos consciences, nos valeurs, nos comportements et la logique du système qui explique pourquoi, malgré les critiques, malgré les souffrances mêmes que le capitalisme engendre, il ne cesse de se renforcer et n est pas prêt de s arrêter. En ce sens, oui, il est clair que le capitalisme nous rend à la fois plus libres et plus heureux mais ce n est pas un grand mérite pour lui, puisqu il nous a graduellement «programmés» pour nous sentir heureux et libres de cette façon-là, selon les critères de liberté et de bonheur que lui-même, le capitalisme, a progressivement élaborés avec notre pleine collaboration! Nous nous instrumentalisons tous les uns les autres parce que nous avons, presque dès notre naissance, à trouver notre place dans cette grande mécanique de la rentabilité, dans cette vaste logique de la valorisation maximale du capital. Mais ne soyons pas naïfs et n oublions pas que cette logique du capital n est pas simplement abstraite : elle met concrètement en jeu des êtres humains à travers ce que Marx appelait, à juste titre, des relations sociales capitalistes. L impératif de rentabilité - 5 -

6 façonne nos manières d être ensemble, nos manières de nous considérer les uns les autres, nos manières de concevoir la société et la solidarité. L actionnaire se sert du PDG mais lui offre le bonheur d une belle rémunération ; le PDG se sert des gestionnaires mais leur offre, là aussi, une bonne rémunération et, en plus, une activité dynamique et motivante qui est source de bonheur ; les gestionnaires utilisent certes les salariés, mais leur offrent le bonheur d avoir un travail, d avoir du temps libre et un salaire qui leur permet de consommer des biens et des services qui contribuent à leur bonheur et à celui de leur famille ; les consommateurs se servent des entreprises pour obtenir les biens et les services qu ils désirent, mais en contrepartie ils contribuent au chiffre d affaire et, donc, au bonheur de tous les salariés, gestionnaires et dirigeants, y compris et jusqu aux actionnaires dont les dividendes dépendent des ventes... Il semble bien que chacun contribue fortement au bonheur des autres à travers la circulation de l argent au nom du principe de rentabilité. Est-ce que c est une façon tellement néfaste d organiser notre interdépendance? Et si cette logique nous déplaisait tellement, est-ce que nous ne nous en serions pas débarrassés depuis longtemps? Vu la dominance historique du capitalisme, on pourrait en effet penser qu il nous rend globalement heureux. Or, bon nombre d étude sur le fameux «paradoxe du bonheur» dans les sociétés occidentales développées montrent qu il n en est rien, ou presque. Nous sommes dix fois plus riches que nos grands-parents, mais notre sentiment subjectif de bonheur est à peine plus élevé. Dans certains pays anglosaxons, dont les USA, la tendance récente est même à une légère diminution du bonheur de vivre alors même que la course à la rentabilité et à la consommation est de plus en plus effrénée!... Le stress, le sentiment d absurdité de l existence sont exacerbés, alors même que la quantité de biens matériels qui se déverse sur nous notamment durant la période des soi-disant «fêtes», qui sont réputées à Londres l une des périodes les plus stressantes de l année! alors même que la quantité de biens qui se déverse sur nous et que nous accueillons avec joie n a jamais été plus énorme. Pour nous fournir cette quantité énorme de biens, les entreprises se livrent une concurrence de plus en plus féroce car leurs actionnaires sont toujours aussi voraces en bénéfices. Il faut donc accroître la pression sur les dirigeants, les cadres et les travailleurs quitte à accélérer le rythme des délocalisations vers les pays de l est et vers l Asie afin de maintenir des marges bénéficiaires sans cesse grignotées par la compétition. Le stress au travail augmente en proportion de la surconsommation, tandis qu une minorité de personnes (quelques dirigeants, quelques créateurs) a brièvement l impression de réaliser son plein potentiel humain dans cette course effrénée. Pour la majorité d entre nous, c est l essoufflement, voire pour certains la perte du goût de vivre et la dépression. Nous sommes donc, grâce au capitalisme, plus riches mais guère plus heureux. Pourtant, la spirale se poursuit. Pourquoi? Nous en savons maintenant la raison : sur une période très longue mais, à l échelle de l évolution, extrêmement courte nos niveaux de conscience, nos valeurs et nos comportements ont été façonnés, consolidés, par cette logique du capitalisme. Cette lente évolution a été, comme toutes les évolutions avent elle, progressive et surtout aveugle : aucun de nos ancêtres n a été vraiment conscient de ce qui se passait ; personne n a consciemment et lucidement construit le capitalisme, ses règles, ses valeurs elles ont émergé progressivement. Nous sommes donc, à notre corps défendant, des sortes de «robots capitalistes préprogrammés». Je dis évidemment cela de façon provocatrice. Il est surtout important pour moi de bien vous faire comprendre que rien de ce que j ai dit jusqu ici n implique que - 6 -

7 le capitalisme soit aussi le meilleur système économique pour tous les temps, comme le prétendent certains économistes, managers ou politiciens par manque de lucidité : quand on nous dit que le capitalisme et la démocratie qui a tendance à l accompagner sont le «moins mauvais système», on veut dire : le moins meilleur système pour les humains que nous sommes devenus jusqu à maintenant. C est bien possible, mais ceci est vraiment crucial ce n est vrai qu en moyenne et en tendance car déjà aujourd hui, et en fait depuis toujours, il existe des êtres humains qui ne se sentent pas du tout chez eux dans la logique capitaliste. Pour ça, il faut que les capitalistes et leurs contremaîtres puissent commander à la fois notre travail et notre consommation sinon, ils perdront des «opportunités de profit». Donc, et le travail et les besoins des gens deviennent des marchandises gérables par la «GRH» et le «marketing» (qui est de la GRH tournée vers l extérieur de l entreprise). Dans le capitalisme, l exploitation prend une tournure particulière : le travail comme ressource humaine est produit par la société pour les entreprises (c est tout l enjeu de l «employabilité» et de la «productivité» au service de la rentabilité du capital) ; les besoins de consommation sont produits par les entreprises (c est l enjeu de la «consommativité», consommer devient une nécessité sociale pour faire tenir la logique de recherche de rentabilité du capital). Nous nous servons les uns des autres dans le travail et dans la consommation mais on le fait pour servir, en dernière instance, les «besoins» de la finance et du profitabilité. Du coup, la quantité d aliénation est phénoménale dans le capitalisme. Comme travailleurs (employés, cadres ou managers) nous sommes arrachés à nousmêmes, stressés, pressés pour quoi? Pour consommer davantage! Et comme consommateurs, nous sommes arrachés à nous-mêmes, conditionnés, sollicités, gavés pour quoi? Pour garder notre travail! Travailler pour consommer, consommer pour travailler : c est ça qui engendre le cycle infernal de la croissance économique «aveugle» et de la «productivité» sans cesse croissante. Pourquoi ce cycle infernal? Parce que l humain devait être une fin de l économie, et il est devenu un moyen de servir l économie. Même les très hauts managers vivent dans un univers idéalisé, ils croient à juste titre qu on a besoin d eux pour faire tenir le système mais ils croient aussi bien à tort que ce systèmelà est le seul possible, le meilleur, celui qui sert le mieux les intérêts de l être humain. En fait, l économie de marché capitaliste se nourrit de nos angoisses et les renforce concurrence, stress, pollution, etc., ne sont pas combattus, au contraire ils font partie de ce qui permet au capitalisme de fonctionner et de se perpétuer. Notre collaboration au sein du capitalisme n est pas vraiment une collaboration libre et volontaire, elle est basée sur la peur de perdre et la peur de souffrir. Il n en sort que l illusion factice d une immortalité imaginaire achetée à bon compte soit par l accumulation de produits de consommation fabriqués dans le stress et la compétition, soit par l accumulation de bénéfices financiers issus de la rentabilité du capital. Là où fleurit notre bonheur d exister, c est hors du capitalisme, dans nos familles ou dans des associations où nous offrons gratuitement notre temps, plutôt que de le vendre à un capitaliste pour qu il l utilise à fabriquer du bénéfice. Bien sûr, même à l intérieur du capitalisme nous pouvons avoir l impression très illusoire d un «bonheur» : c est le bonheur des gagnants surpris surpris d avoir réussi à survivre sur le marché, d avoir créé les bons produits, d avoir bien anticipé la demande ou bien placé leur argent ; et c est le bonheur des perdants apaisés, qui se disent peut-être que l année prochaine verra leur succès (comme dans le fameux «Rêve américain») ou que, après tout, la fatigue et le sentiment d absurdité sont le lot de tout le monde, que la souffrance au travail fait partie du - 7 -

8 destin de l homme et qu on n y peut rien, qu il vaut mieux l accepter et être heureux malgré tout... Mais ce bonheur illusoire est passager. Il ne résiste pas à la peur de la mort. Les gagnants d aujourd hui perdront un jour, à mois qu ils ne se lancent avec plus de force encore dans la course à la rentabilité. Et les perdants d aujourd hui n arriveront peut-être pas à se rassurer longtemps, surtout si pour les besoins de la rentabilité du capital on grignote encore un peu davantage la solidarité collective à leur égard. En fait, la logique du capitalisme a fondamentalement besoin de notre inquiétude et de notre malheur : si nous étions réellement heureux, comment la concurrence seraitelle perpétuée? Si nous étions réellement en paix avec notre finitude, comment l impératif de rentabilité aurait-il encore une emprise sur nous? Si nous devenions capables de nous autolimiter et de nous contenter du minimum nécessaire, qu est-ce qui ferait tourner la machine de la croissance et de l accumulation?... Ces questions agacent beaucoup les économistes parce qu elles nous montrent que ce système économique qui prétend faire notre bonheur depuis trois-cents ans se nourrit en réalité de notre malheur et le perpétue un malheur bien enfoui, c est vrai, mais un malheur profond qui vient de notre crainte de ne plus exister, de notre besoin d accumuler sans cesse, de consommer, de posséder. C est cela qui rend si difficile de s opposer au capitalisme aujourd hui : il a l air de proposer le bonheur, et il faut d abord le «déconstruire» pour faire apparaître le malheur qui se trouve endessous. Non, le capitalisme ne nous rend pas ultimement heureux ; il ne nous rend pas non plus ultimement libres. Il est seulement un moyen efficace (mais dangereux socialement) de nier notre malheur plus profond, et de s en nourrir à notre insu. Heureusement, ce n est pas une fatalité. La situation est sérieuse, mais pas désespérée. Le bonheur des êtres solidaires reste à notre portée. Les efforts de notre social-démocratie au cours des 60 dernières années nous l ont montré, même s ils n ont pas cherché suffisamment loin les causes de l emprise capitaliste sur nos consciences. Pour que la solidarité puisse nous amener à réellement autolimiter nos «pulsions capitalistes», pour que le principe de solidarité puisse vraiment battre en brèche le principe de rentabilité, il nous n ayons pas peur des mots une nouvelle culture spirituelle. Ce défi n est pas mince, mais il est essentiel et même inéluctable : nous devons apprendre, ou réapprendre, à ne pas voir la propriété matérielle comme une réponse à notre peur de la mort. C est parce que nous prenons les biens matériels pour des biens spirituels que nous embrassons la logique capitaliste et que nous perdons la possibilité du bonheur profond et authentique. Seul peut nous sauver de cet engrenage une spiritualité qui nous montre que notre peur n est pas raisonnable, que notre corps n est pas le siège de notre être profond, qu au-delà du monde visible nous sommes tous unis, que la mort n existe pas. La bonne nouvelle, c est que cette nouvelle culture spirituelle est déjà en marche ; elle se recompose à partir des vieilles traditions religieuses judaïsme, christianisme, bouddhisme, islam et prend une tournure plus universelle, capable aujourd hui de nous faire passer à un niveau supérieur de conscience qui rendra obsolète la «mécanique» du capitalisme et les «sécurités» qu elle prétend nous offrir. Simplement, une telle mutation de la conscience humaine doit renoncer à se faire par une révolution, par un État autoritaire, ou par une Église toute-puissante. Le capitalisme ne rend libres et heureux que des humains capitalistes, mais notre capacité à nous sentir emprisonnés et malheureux dans le capitalisme montre que nous ne sommes pas tout à fait ces humains capitalistes, qu en-dessous de la - 8 -

9 «programmation» de quatre siècles de capitalisme s accumule l énergie de l humain post-capitaliste et c est cette énergie-là, prise en charge dans une évolution désormais consciente et lucide (et non plus aveugle) qui pourra graduellement rendre obsolète le capitalisme. Voilà l enjeu du siècle à venir : si la mort est le dernier mot de l humain sur cette terre, alors le capitalisme est le moins mauvais système, il nous rend libres et heureux autant que faire se peut ; mais si la mort, finalement, n existe pas (comme l affirment toutes les relogions et toutes les spiritualités), alors le capitalisme est l un des moins bons systèmes, il ne nous rend ni libres, ni heureux

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres,

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Prières de confession et assurance du pardon Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Pour toutes les fois où nous étions trop fatigués pour nous préoccuper de nos

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie.

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. Réussir sa vie 1. Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. 2. Pour certaines personnes avoir une fonction importante, un poste à responsabilités, c est le signe de la réussite. 3. Pour

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

3 thèses : Problématique :

3 thèses : Problématique : LA CONSCIENCE Problématique : 3 thèses : Thèse 1 : L âme est une substance. A. L âme est une substance individuelle. B. La conscience comme substance pensante une et indivisible. Thèse 2 : La conscience

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux?

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Synthèse L identité d un régime juridique découle des caractéristiques du sujet qu il couvre et non du seul fait que l entité ait la personnalité

Plus en détail

Les enjeux existentiels du dirigeant

Les enjeux existentiels du dirigeant La complexité, tout simplement Les rencontres Trajectives Les enjeux existentiels du dirigeant S accomplir pour mieux diriger la transformation Qui sommes-nous? Un cabinet avec 10 années d expérience et

Plus en détail

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Fonction émettrice Département des Ressources humaines Auteur/département émetteur

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM 20 Erreurs les plus classiques en Bourse TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM De ne jours, la Bourse est à la portée de tous, le volume d échange et le nombre

Plus en détail

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion!

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion! Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion Il existe une économie, qu on appelle l immobilier du 21 e siècle, et très peu de gens sont conscient du potentiel ahurissant qu offre cette économie.

Plus en détail

Team building avec les Ateliers Toile blanche lors d'événements et en entreprise

Team building avec les Ateliers Toile blanche lors d'événements et en entreprise Team building avec les Ateliers Toile blanche lors d'événements et en entreprise Les Ateliers Toile blanche Vivre une expérience d artiste peintre permet de prendre contact avec son intériorité. Faire

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

LES CROYANCES LIMITANTES

LES CROYANCES LIMITANTES 1998 Séminaire de Robert DILTS LES CROYANCES LIMITANTES Les 3 domaines les plus courants de croyances limitantes sont ceux qui concernent le manque d espoir (ce n est pas possible), le manque de confiance

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Les 3 erreurs fréquentes qui font qu'un site e-commerce ne marche pas. Livret offert par Kiro créateur de la formation Astuce E-commerce

Les 3 erreurs fréquentes qui font qu'un site e-commerce ne marche pas. Livret offert par Kiro créateur de la formation Astuce E-commerce Les 3 erreurs fréquentes qui font qu'un site e-commerce ne marche pas Livret offert par Kiro créateur de la formation Astuce E-commerce 1 Ce livret vous est offert gratuitement. Vous pouvez l'imprimer

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

Bâtissez-vous un avenir certain

Bâtissez-vous un avenir certain 1 1 Etape 1 Etape 2 Bâtissez-vous un avenir certain AUTEUR LEADER SYDNEY Adresse email imygpc@gmail.com Contact téléphonique +225 41 52 92 06 2 Bâtissez-vous un avenir certain Vous en avez rêvé, créer

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Innovation & Internationalisation (I²)

Innovation & Internationalisation (I²) Partenariats d intérêt mutuel bien compris, tout azimut Les inter-pme panafricaines et internationales réalisées massivement Innovation & Internationalisation (I²) L Afrique se tire elle-même du marécage

Plus en détail

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine Session d été Compte rendu de la 2 e semaine 13 juin 2014 L initiative sur les bourses d études va à l encontre de l égalité des chances et doit être refusée. Le contre-projet indirect, qui prend la forme

Plus en détail

Livre d Or Dale Carnegie. www.dale-carnegie.fr

Livre d Or Dale Carnegie. www.dale-carnegie.fr Dale Carnegie www.dale-carnegie.fr Principes tirés de Comment se faire des Amis Devenir une Personne Amicale 1. Ne critiquez pas, ne condamnez pas, ne vous plaignez pas. 2. Complimentez honnêtement et

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT Faites le bon choix et appréciez le bonheur d une vie sans dette C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute

Plus en détail

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée L objectif est de repérer des personnes âgées à risque de perte d autonomie. Certains indices observables sont énumérés ici. Un seul critère n est

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

Travailleur social : acteur de changement ou panseur de plaies?

Travailleur social : acteur de changement ou panseur de plaies? Travailleur social : acteur de changement ou panseur de plaies? Au CPAS, à la Mutuelle, dans les associations, dans les écoles, dans la rue ou derrière un guichet ou encore à domicile, les assistants sociaux

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

environics research group

environics research group environics research group Sommaire Sondage en ligne sur les perceptions du public concernant le développement de carrière et le milieu de travail Janvier 2011 Préparé pour : Parrainé en partie par : 33,

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Allocution de. Serge Leclerc. Président de SIPAR Société d Investissements en Participations Inc.

Allocution de. Serge Leclerc. Président de SIPAR Société d Investissements en Participations Inc. Allocution de Serge Leclerc Président de SIPAR Société d Investissements en Participations Inc. Deuxième conférence annuelle de L Association de Planification Fiscale et Financière (APFF) Sur le thème

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

François van KAN. François van Kan, 2009. Le Marketing de Réseau

François van KAN. François van Kan, 2009. Le Marketing de Réseau François van KAN 1 Possédez-vous votre vie? Si vous ôtez de 24 heures, votre temps de sommeil, votre temps au travail, le temps de déplacement d de, vers et pour ce travail, le temps des autres tâches,

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

Assurer l avenir de votre activité grâce à l open marketing. Par David Mennie, Senior Director, Product Marketing, Acquia

Assurer l avenir de votre activité grâce à l open marketing. Par David Mennie, Senior Director, Product Marketing, Acquia Assurer l avenir de votre activité grâce à l open marketing Par David Mennie, Senior Director, Product Marketing, Acquia Table des matières Le Marketing à l ère de l ouverture 3 L émergence du marketeur

Plus en détail

CR Conférence CONNEC SENS Du Lundi 30 Mars 2015 Au Restaurant Le Cristo. Thème : L Entreprise Libérée Conférenciers : Ana AGRA et Thibaut BRIERE

CR Conférence CONNEC SENS Du Lundi 30 Mars 2015 Au Restaurant Le Cristo. Thème : L Entreprise Libérée Conférenciers : Ana AGRA et Thibaut BRIERE Comment doit-on s y prendre pour que la CR Conférence CONNEC SENS Du Lundi 30 Mars 2015 Au Restaurant Le Cristo Thème : L Entreprise Libérée Conférenciers : Ana AGRA et Thibaut BRIERE Résumé Intervention

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises

L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises Palais du Luxembourg Jeudi 4 avril 2013 Jacques Hérard Groupe Cegos La formation des actionnaires salariés

Plus en détail

«Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!»

«Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!» «Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!» Entreprendre une vie de couple est toujours un moment plein d excitation, de rêves et d espoir. Voici un nouveau départ, une nouvelle vie

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

La crise écologique. Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre

La crise écologique. Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre La crise écologique Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre Qu est-ce que la crise écologique? Le réchauffement climatique? La destruction des forêts? La fin du pétrole?

Plus en détail

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons 75 L enjeu : intervenir sur le partage de plus en plus inégalitaire de la richesse produite Économiste, Fondation Copernic Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons depuis 2007-2008

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

les 3-4-5 octobre et 8-9 novembre 2014

les 3-4-5 octobre et 8-9 novembre 2014 Danielle SOLEILLANT FORMATRICE & ANIMATRICE DE SEMINAIRES P.E.A.T. certifiée par Z. MIHAJLOVIC SLAVINSKI p r o p o s e les 3-4-5 octobre et 8-9 novembre 2014 Formation aux systèmes PEAT à Paris Activer

Plus en détail

Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne?

Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne? Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne? Le bain flottant est un espace libre de toute stimulation et contrainte au corps et à l esprit. À l intérieur, il n y a que vous sans les distractions

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables 29 Une réponse au défi Création de richesses collectives durables La question de la propriété est au centre des valeurs qui animent l économie sociale. L économie est devenue guerrière lorsqu elle a mis

Plus en détail

Comment Réussir sa vie par la PNL

Comment Réussir sa vie par la PNL 1 Comment Réussir sa vie par la PNL Condensé de la conférence de Didier Pénissard 1 Ce compte-rendu à été réalisé par Françoise (membre du club) et au nom du groupe, je la remercie chaleureusement Nous

Plus en détail

TABLE DES MATIERES MENTIONS LEGALES QUI SUIS-JE? INTRODUCTION LES INDICATEURS DE LA STRATEGIE REGLES D ENTREE EN POSITION

TABLE DES MATIERES MENTIONS LEGALES QUI SUIS-JE? INTRODUCTION LES INDICATEURS DE LA STRATEGIE REGLES D ENTREE EN POSITION TABLE DES MATIERES MENTIONS LEGALES QUI SUIS-JE? INTRODUCTION LES INDICATEURS DE LA STRATEGIE REGLES D ENTREE EN POSITION STOP LOSS & TAKE PROFIT MONEY MANAGEMENT VARIANTES CONCLUSION MENTIONS LEGALES

Plus en détail

APPROCHE PHILOSOPHIQUE DE LA CONFIANCE. Ce qu elle est Pourquoi nous en manquons En quoi elle est vitale

APPROCHE PHILOSOPHIQUE DE LA CONFIANCE. Ce qu elle est Pourquoi nous en manquons En quoi elle est vitale APPROCHE PHILOSOPHIQUE DE LA CONFIANCE Ce qu elle est Pourquoi nous en manquons En quoi elle est vitale DES PHILOSOPHES POUR BIEN VIVRE La confiance? La confiance est le sentiment qui me porte à me fier

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES NOUVELLES COMPÉTENCES POUR LE DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES Le quotidien du responsable informatique d une entreprise s apparente à un combat de tous les instants. Le département informatique

Plus en détail

4 étapes pour lancer et réussir

4 étapes pour lancer et réussir 4 étapes pour lancer et réussir votre E-business au Cameroun. Ce document vous est offert gratuitement par le Cabinet Ebusiness Consulting Inc. Offrez le librement à vos clients et prospects imprimez le

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

Le processus du développement économique

Le processus du développement économique DOUGLASS C. NORTH Prix Nobel d économie Le processus du développement économique Présentation de Claude Ménard Traduit de l anglais par Michel Le Séac h, 2005 ISBN : 2-7081-3397-7 13 Où allons-nous? Le

Plus en détail

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à la sagesse qu il lui faut, avant tout, adapter ses

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Suis-je toujours le même?

Suis-je toujours le même? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Suis-je toujours le même? Introduction Avant de répondre à la question, il faut comme toujours en philosophie bien en comprendre le problème. Le " je suis " fait

Plus en détail

Si j étais né ailleurs, seraisje différent?

Si j étais né ailleurs, seraisje différent? Si j étais né ailleurs, seraisje différent? Compétence ou problématique abordée : Identifier ce qui m a conditionné, ce qui m a construit : - au plan éducatif - au plan social - au plan culturel Concepts

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

«Les marchés «libres» de quoi et pour qui?»

«Les marchés «libres» de quoi et pour qui?» «Les marchés «libres» de quoi et pour qui?» Yvan Allaire, Ph. D. (MIT), MSRC Président du conseil Institut sur la gouvernance d organisations privées et publiques (HEC-Concordia) Mihaela Firsirotu, Ph.

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Pour un principe matérialiste fort. Jean-Paul Baquiast

Pour un principe matérialiste fort. Jean-Paul Baquiast Pour un principe matérialiste fort Jean-Paul Baquiast Plan détaillé :. Pour un matérialisme fort Le retour en force du dogmatisme religieux Nécessité d un renouvellement du matérialisme Que sont les nouvelles

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Révélatrice de talents. Développement personnel

Révélatrice de talents. Développement personnel Révélatrice de talents Développement personnel Révélatrice de talents Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets Le développement personnel Notre

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Le régime de l auto-entrepreneur doit être profondément révisé

Le régime de l auto-entrepreneur doit être profondément révisé Corporation des Métiers du Métal Etablissement public de droit local 6 rue Georges Cuvier BP 1 67610 LA WANTZENAU Tél. : 03 88 10 37 07 Fax : 03 88 10 37 00 La Wantzenau, juin 2010 Domaine : SOCIAL Secteur

Plus en détail

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales Collège des Bernardins, Séminaire sur l autorité Département Sociétés humaines et responsabilités éducatives Séance du 15 Mai 2012 Intervenant et compte rendu : Malik Bozzo-Rey L autorité dans l entreprise

Plus en détail

C est quoi C est quoi une entreprise

C est quoi C est quoi une entreprise C EST C est QUOI quoi une entreprise? 2 3 sommaire Bienvenue dans l entreprise 3 Qu est-ce qu une entreprise? 4 Entreprises selon le nombre de salariés 6 Une entreprise, des métiers 8 Comment fonctionne

Plus en détail

Open Source n est pas une question de foi

Open Source n est pas une question de foi Finanzdirektion Groupe parlementaire pour une informatique durable Conférence de Monsieur le Conseiller d Etat Peter Hegglin sur le thème Open Source n est pas une question de foi Mesdames et Messieurs

Plus en détail