FLASH. IAS 12 : Impôts sur le résultat

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FLASH. IAS 12 : Impôts sur le résultat"

Transcription

1 B ULLETIN DE L'I NSTITUT P ROFESSIONNEL DES C OMPTABLES ET F ISCALISTES AGRÉÉS Prix moyens des carburants pour 2002 FLASH Le Service des prix du Ministère des Affaires économiques a fixé les prix moyens des carburants pour Les montants sont les suivants (en EUR, T.V.A. incl.): Bureau de dépôt Bruxelles X Bimensuel - Euro-super sans plomb 95 1, Normale sans plomb 1, Super-plus sans plomb 98 1, Super sans plomb 98 à faible teneur en soufre 1, Super sans plomb 98 avec substitut au plomb 1, Super sans plomb 98 à faible teneur en soufre avec substitut au plomb 1, Diesel 0, Diesel à faible teneur en soufre 0, LPG 0,3483 IAS 12 : Impôts sur le résultat La norme IAS 12 prescrit le traitement comptable des impôts sur le résultat. Actifs et passifs d impôt exigible Impôt exigible : montant des impôts sur le bénéfice, payable (ou récupérable) au titre du bénéfice imposable (ou perte fiscale) d un exercice. L impôt exigible de l exercice et des exercices précédents doit être comptabilisé en tant que passif dans la mesure où il n est pas déjà payé (compte : «Dettes fiscales à payer»). S O M M A I R E Flash 1 IAS 12 : Impôts sur le résultat 1 Cession de l usufruit d un bien immeuble que l entreprise possède en pleine propriété 6 T.V.A. - Perte de la créance du prix - Concordat judiciaire 7 Des taux de T.V.A. réduits pour les services à forte densité de main d œuvre jusque fin P A C I O L I N I P C F - B I B F J A N V I E R

2 Si le montant déjà payé au titre de l exercice ou des exercices précédents excède le montant dû pour ces exercices, l excédent doit être comptabilisé en tant qu actif (compte : «Impôts à récupérer»). L avantage lié à une perte fiscale pouvant être reporté en arrière pour recouvrer l impôt exigible d un exercice antérieur doit être comptabilisé en tant qu actif. L impôt exigible doit être comptabilisé en produit ou en charge et compris dans le résultat net de l exercice, sauf dans la mesure où l impôt est généré par : soit une transaction ou un événement qui est comptabilisé directement en capitaux propres (ex. : ajustement du solde d ouverture du compte de résultats reportés à la suite d un changement de méthode comptable...); soit par un regroupement d entreprises qui est une acquisition (ex. : l acquéreur qui va déduire ses pertes fiscales sur les bénéfices imposables de l entreprise acquise...). Evaluation Le passif (ou actif) d impôt exigible doit être évalué au montant que l on s attend à payer (ou à recouvrer) auprès de l Administration fiscale en utilisant le taux d impôt qui a été adopté à la date de clôture. Présentation Les actifs et passifs d impôt exigible doivent être présentés au bilan séparément des autres actifs et passifs et également des actifs et passifs d impôt différé. Les actifs et passifs d impôt exigible doivent être compensés si et seulement si : l entreprise a un droit juridiquement exécutoire de compenser les montants comptabilisés, et elle a l intention de régler le montant net soit de réaliser l actif et de régler le passif simultanément. Actifs et passifs d impôt différé Passifs d impôt différé Les passifs d impôt différé sont les montants d impôts sur le résultat payables au cours d exercices futurs au titre de différences temporelles imposables. Un passif d impôt différé doit être comptabilisé pour toutes les différences temporelles imposables sauf s il est généré par : un goodwill dont l amortissement ne serait pas déductible fiscalement, la comptabilisation initiale d un actif ou passif dans une transaction qui n est pas un regroupement d entreprises et qui n affecte ni le bénéfice comptable, ni le bénéfice imposable à la date de la transaction. Pour les différences taxables liées à des participations dans des filiales, entreprises associées, coentreprises et investissements dans des succursales, un impôt différé passif doit être enregistré. Actifs d impôt différé Les actifs d impôt différé sont les montants d impôts sur le résultat recouvrables au cours d exercices futurs au titre de : différences temporelles déductibles, report de pertes fiscales non utilisées, report de crédit d impôt non utilisé. Un actif d impôt différé doit être comptabilisé pour toutes les différences temporelles déductibles dans la mesure où il est probable qu un bénéfice imposable, sur lequel ces différences temporelles déductibles pourront être imputées, sera disponible, sauf si l impôt différé est généré par : un goodwill négatif (IAS 22) traité comme un produit différé, la comptabilisation initiale d un actif ou d un passif dans une transaction qui n est pas un regroupement d entreprises et qui n affecte ni le bénéfice comptable, ni le bénéfice imposable. Pour les différences temporelles déductibles liées à des participations dans des filiales, entreprises associées, coentreprises et investissements dans des succursales, un actif d impôt différé doit être comptabilisé. Evaluation Les actifs et passifs d impôt différé doivent être évalués aux taux d imposition dont l application est attendue pour l exercice au cours duquel l actif sera réalisé ou le passif réglé. L évaluation doit refléter les conséquences fiscales qui résulteraient de la façon dont l entreprise s attend à recouvrer ou régler la valeur comptable de ses actifs et passifs. 3 1 J A N V I E R I P C F - B I B F P A C I O L I N 1 3 5

3 Les actifs et passifs d impôt différé ne doivent pas être actualisés. Il serait trop complexe de tenir un planning détaillé pour chaque différence temporelle. Toutefois, la valeur comptable d un actif d impôt différé doit être revue à chaque date de clôture. Elle doit être réduite s il n est plus probable qu un bénéfice suffisant sera disponible. Cette réduction devra être reprise si, par la suite, il devient probable que des bénéfices imposables seront suffisants pour permettre l utilisation de cet avantage fiscal. Différences temporelles Les différences temporelles sont les différences entre la valeur comptable d un actif ou d un passif au bilan et sa base fiscale c.-à-d. le montant attribué à cet actif ou à ce passif à des fins fiscales. Ces différences temporelles peuvent être imposables ou déductibles. Elles seront imposables lorsqu elles généreront des montants imposables lorsque, lors d un exercice futur, la valeur comptable de l actif ou du passif sera recouvrée ou réglée. Elles seront déductibles lorsqu elles généreront des montants déductibles lorsque, lors d un exercice futur, la valeur comptable de l actif ou du passif sera recouvrée ou réglée. Base fiscale d un actif La base fiscale d un actif est le montant qui sera fiscalement déductible de tout avantage économique imposable qui ira à l entreprise lorsqu elle recouvrera la valeur comptable de cet actif. Base fiscale d un passif La base fiscale d un passif est égal à la valeur comptable de ce passif diminuée du montant fiscalement déductible. Comptabilisation de l impôt différé L impôt différé doit être comptabilisé en produit ou en charge et compris dans le résultat net de l exercice sauf dans la mesure où l impôt est généré par : soit une transaction ou un événement qui est comptabilisé directement en capitaux propres (ex. : ajustement du solde d ouverture du compte de résultats reportés à la suite d un changement de méthode comptable...); soit par un regroupement d entreprises qui est une acquisition (ex. : l acquéreur qui va déduire ses pertes fiscales sur les bénéfices imposables de l entreprise acquise...). Les actifs et passifs d impôt différé doivent être compensés si et seulement si : l entreprise a un droit juridiquement exécutoire de compenser les actifs et les passifs exigibles, et les actifs et passifs d impôts différés concernent des impôts sur le résultat prélevés par la même autorité fiscale sur une même entité ou sur des entités différentes. Goodwill négatif Le goodwill (IAS 22 : Regroupement d entreprises) est, à la date de l opération de l échange, la différence entre le coût d acquisition et la part que reçoit l acquéreur dans les justes valeurs identifiables de l actif et du passif acquis. Il s agira d un goodwill négatif lorsque le coût d acquisition sera inférieur à la part reçue par l acquéreur. Ce goodwill négatif doit être comptabilisé en résultat de façon systématique sur une période n excédant pas 5 ans à moins qu un délai plus long (maximum 20 ans) ne puisse être justifié. Exemples pratiques Exemple 1 Une machine a été acquise au prix de EUR et amortie pendant trois ans au taux de 20 %. L entrepreneur sait qu il pourrait la vendre EUR sur un marché normal. Prix d acquisition Amortissements déduits Valeur résiduelle Valeur comptable (juste valeur) Taux d impôt % Base fiscale de l actif = valeur résiduelle encore déductible lors de la vente ou sous forme d amortissements = taxable = = P A C I O L I N I P C F - B I B F J A N V I E R

4 Passif d impôt différé = % x = 576,8 Dans cet exemple, la valeur résiduelle devient donc la base fiscale, la plus value escomptée devient la différence temporelle taxable et la charge fiscale estimée sur cette plus value devient le passif d impôt différé. Example 2 Des intérêts à recevoir ont été comptabilisés pour 100 EUR (4910 «Produits acquis»). 1er cas : Ils sont imposés au cours de l exercice pendant lequel ils sont comptabilisés et ne le seront donc plus lors de l encaissement au cours de l exercice suivant. Base fiscale de l actif = valeur déductible au moment du paiement = 100 = ème cas : Ils ne seront imposés que lors de leur encaissement au cours de l exercice suivant. Base fiscale de l actif = valeur déductible au moment du paiement taxable = = 100 Passif d impôt différé = % x 100 = 28,84 Example 3 Des créances clients ont une valeur de EUR. Les ventes qui ont généré ces créances ont déjà été imposées, les montants ne seront donc plus imposables au moment de l encaissement. Base fiscale de l actif = valeur déductible au moment du paiement = = Example 4 Des intérêts perçus d avance pour 150 EUR ont été imposés au moment de leur encaissement (4930 «Produits à reporter»). Base fiscale du passif = valeur comptable - valeur déductible = déductible = = 150 Actif d impôt différé = % x 150 = 43,26 Des intérêts perçus d avance pour 150 EUR n ont pas été imposés au moment de leur encaissement (4930 Produits à reporter). Base fiscale du passif = valeur comptable - valeur déductible = = 150 = Example 5 Un emprunt a une valeur comptable de EUR. Le remboursement de cet emprunt n aura aucune incidence fiscale. Base fiscale du passif = valeur comptable - valeur déductible = = 2000 = J A N V I E R I P C F - B I B F P A C I O L I N 1 3 5

5 Example 6 Des passifs courants comprennent des charges à payer d un valeur comptable de 100. La charge a déjà été déduite fiscalement. Base fiscale du passif = valeur comptable - valeur déductible = = 100 = Exemple de tableau récapitulatif Valeur Base fiscale Différences comptable temporelles Créances Stocks Frais de développement Titres de participation Immobilisations corporelles Total des actifs Impôt exigible à payer Créditeurs Amendes à payer Passif pour prestations de soins (2 000) médicaux déductibles fiscalement lors du paiement Emprunt à long terme Impôt différé Total des passifs (2 000) Capital social Ecarts de réévaluation Résultats non distribués Total des capitaux propres Total des passifs et des capitaux propres Différences temporelles Passif d impôt différé x % Actif d impôt différé (2 000) x (800) 40 % Passif net d impôt différé Passif d impôt différé à (8 600) l ouverture Charge (produit) d impôt différé 420 lié à la création et à la reprise de différences temporelles Exemple d informations à fournir Principales composantes de la charge d impôts Charge d impôt exigible 3570 Charge d impôt différé liée à la création et à la reprise des différences temporelles 420 Charge d impôt 3990 Relation entre la charge d impôt et le bénéfice comptable Bénéfice comptable 8775 Impôt au taux de 40 % 3510 Effet fiscal des charges non déductibles : Donations 200 Amendes 280 Charge d impôt 3990 Différences temporelles / actif ou passif d impôt différé Amortissement accéléré fiscal 9720 Passif pour prestations soins médicaux (800) Frais de développement déjà déduits antérieurement 100 Passif d impôt différé 9020 SOURCE : IASB; Fleet Street, 166; London EC4A 2DY United Kongdom Françoise PHILIPPE Vice présidente P A C I O L I N I P C F - B I B F J A N V I E R

6 Cession de l usufruit d un bien immeuble que l entreprise possède en pleine propriété Dans votre Pacioli n 133 (31 décembre 2002), nous évoquions déjà le cas de l acquisition par une entreprise d un usufruit sur bien immobilier. A ce jour, nous abordons la situation où une entreprise vend l usufruit d un immeuble qu elle détient en pleine propriété. Une entreprise qui possède un immeuble en pleine propriété peut en céder l usufruit à un tiers. La création d un droit d usufruit sur un immeuble est considérée comme un droit réel qui ampute la valeur de la pleine propriété. Deux approches sont possibles sous l angle de la traduction comptable. valeur, lorsque le prix de cession de la nue-propriété du terrain est inférieure à la valeur nette comptable du terrain après transfert de l usufruit. Valeur de la pleine propriété 10 Valeur de revient de l usufruit - 7 Il reste valeur théorique de la nue-propriété = 3 Amortissement exceptionnel a) Lorsque l usufruit est créé sur un bien amortissable, il faudra corriger la valeur de la pleine propriété par un amortissement exceptionnel en vue de ramener la valeur comptable à la valeur d utilisation que représente pour l entreprise, la nue-propriété. Première approche L opération s analyse comme une vente de l usufruit en tant qu élément démembré du droit de propriété. Ainsi le prix obtenu se ventile entre : a) la partie de la valeur d acquisition de la pleine propriété correspondant à l usufruit compte tenu des caractéristiques propres de celui-ci. Cette partie est imputée en déduction de la valeur d acquisition de la pleine propriété. b) la différence éventuelle entre la valeur obtenue de la cession de l usufruit et le prix déterminé en rapport avec le coût d acquisition de l usufruit dans le prix de la pleine propriété. Deuxième approche Dans cette approche, le prix obtenu est à considérer comme un résultat de l exercice au cours duquel l opération se réalise. L usufruit constitué est considéré comme un droit réel grevant la pleine propriété et provoquant, par ce fait, une dépréciation certaine, mais s amenuisant au fil du temps, de la valeur du bien en cause dans le chef du propriétaire. Il faut tenir compte de la réduction de la valeur de la pleine propriété du bien suite à la création de l usufruit. Lorsque l usufruit porte sur un bien non amortissable (ex : terrain) il faut comptabiliser une réduction de b) Cet amortissement exceptionnel ne peut être supérieur à ceux qui auraient normalement été actés en cas de conservation de la pleine propriété. c) Ces amortissements exceptionnels doivent être repris au même rythme que l accroissement de la valeur du bien à l approche de l échéance du droit d usufruit. d) Si le bien comporte une partie amortissable et une partie non amortissable, la valeur comptable de la pleine propriété doit être ventilée proportionnellement entre les deux parties. Exemple Une entreprise acquiert un immeuble pour EUR, amortissable sur 30 ans. Après 10 ans, l entreprise en cède l usufruit pour 15 ans pour un prix de EUR. Au moment de la cession de l usufruit, l immeuble est repris en comptes à la valeur suivante (10 ans) : 2210 Constructions 2219 Amortissements Valeur d acquisition actés 10 x ( : 30) EUR EUR Valeur résiduelle = = EUR 3 1 J A N V I E R I P C F - B I B F P A C I O L I N 1 3 5

7 Si l entreprise n avait pas cédé l usufruit, elle aurait continué à amortir pendant 15 ans encore. Ainsi après 25 ans les comptes auraient été présentés : 2210 Constructions 2219 Amortissements actés 25 x ( : 30) EUR EUR Valeur résiduelle = = EUR Enregistrement comptable 1. Cession de l usufruit 416 Créances diverses à Ventes d immobilisés Constatation du résultat 7484 Ventes d immobilisés à Plus-values sur réalisation d actifs immobilisés Amortissements exceptionnels pour ramener la valeur de la pleine propriété à la valeur possible de la nue-propriété Amortissements exceptionnels sur immobilisations corporelles (5 000 x 15) à Amortissements actés Après 15 ans, l usufruit revient au nu-propriétaire et la valeur de la propriété pleine est égale à = euros. Georges Honoré Membre du Conseil National T.V.A. - Perte de la créance du prix - Concordat judiciaire 1. Position du problème Un assujetti collecteur de T.V.A. peut récupérer cette taxe dans la mesure où elle n est pas payée par son client. Encore faut-il qu il y ait perte de la créance du prix. La récupération de la T.V.A. impayée en situation de faillite a déjà été plusieurs fois exposée dans le Pacioli (voir n 134 du 15 janvier 2003). Nous traitons maintenant de la récupération de la T.V.A. pour perte de la créance du prix en matière de concordat judiciaire. 2. Loi sur le concordat judiciaire Le concordat judiciaire est actuellement régit par la loi du 17 juillet 1997 (Moniteur belge du 28 octobre 1997). Cette loi remplace, depuis le 1er juillet 1998, les dispositions précédentes. Selon les dispositions légales, le débiteur doit établir un plan de redressement indiquant notamment les mesures à prendre, les délais de paiement et les réductions de créances proposées (article 29). définitivement par l exécution complète du plan pour toutes les créances y reprises. Il faut donc que celui-ci soit entièrement réalisé (article 35, alinéa 3). 3. Naissance de l action en restitution de la T.V.A. Pour le créancier concordataire, les réductions de créances correspondent à une perte de créance ouvrant droit à la restitution édictée par l article 77, 1er, 7, du C.T.V.A. Cependant, l abandon de créance ne peut être considéré comme certain qu à la date du jugement du tribunal constatant l exécution complète du plan de redressement. A cette occasion, décharge est aussi donnée au commissaire du sursis et la fin du sursi est prononcé (article 40). Le point de départ de l action en restitution pour perte de la créance du prix correspond à la date de ce jugement. C est uniquement à ce moment-là que la T.V.A. devient restituable pour le créancier. C est seulement après approbation du sursis définitif par le tribunal, que le débiteur est libéré totalement et P A C I O L I N I P C F - B I B F J A N V I E R

8 4. Modalités d exercice du droit à restitution de la T.V.A. En application de l article 79, al. 1, du C.T.V.A. et de l article 4, 1er, 1, de l A.R. n 4, relatif aux restitutions en matière de T.V.A., le créancier doit, à ce moment, impérativement établir une note de crédit et la délivrer au concordataire. Cette condition subordonne l exercice de l action en restitution. La restitution est postulée dans la déclaration périodique à la T.V.A. déposée par le créancier. 5. Implications pour l ancien concordataire Le débiteur «ancien concordataire», par application de l article 79, al. 2, du C.T.V.A. doit, à son tour, verser à l Etat la T.V.A. dont son créancier obtient la restitution et ce, dans la mesure où cette taxe avait fait l objet, à l origine, d une déduction dans son chef. La taxe due se renseigne dans la déclaration périodique à la T.V.A. Cette situation est particulièrement vicieuse. Elle doit être prise en considération par le concordataire comme charge financière importante, d autant que certaines créances renferment une T.V.A. de 21 % totalement déduite lors de l achat ou de la prise du service. 6. Dispositions étrangères aux faillites Les dispositions qui précèdent sont donc étrangères aux faillites. Pour celles-ci, le droit à restitution pour perte de créance du prix peut déjà être exercé sur base d une attestation précise du curateur, sans devoir attendre le jugement de clôture de la faillite. Aucune note de crédit ne doit d ailleurs être délivrée en l occurrence. Aucune T.V.A. ne doit non plus être versée dans le chef du débiteur en faillite. Des taux de T.V.A. réduits pour les services à forte densité de main d œuvre jusque fin 2003 L Arrêté royal du 19 décembre 2002 (M.B., 28 décembre 2002, 2ème édition, p ) permet de prolonger d un an l application des taux réduits sur certains services à forte intensité de main d œuvre. Par conséquent, les services suivants sont encore soumis à un taux de T.V.A. de 6 % jusqu au 31 décembre 2003 : différents travaux immobiliers déterminés sur des logements privés occupés depuis cinq ans au moins; la réparation de bicyclettes; la réparation de chaussures et articles de cuir; et la réparation de vêtements et de linge de maison. Le 5 novembre 2002, le Parlement Européen a déjà approuvé la proposition du Conseil de modifier l article 28, alinéa 6 de la 6ème la Directive (77/388/ CEE) et ainsi d en prolonger le délai d application jusqu au 31 décembre L A.R. du 19 décembre intègre dès lors maintenant cette modification dans le droit belge. Aucun extrait de cette publication ne peut être reproduit, introduit dans un système de récupération ou transféré électroniquement, mécaniquement, au moyen de photocopies ou sous toute autre forme, sans autorisation préalable écrite de l éditeur. La rédaction veille à la fiabilité des informations publiées, lesquelles ne pourraient toutefois engager sa responsabilité. Editeur responsable : Paul LEDENT, I.P.C.F. av. Legrand 45, 1050 Bruxelles, Tél. 02/ , Fax. 02/ ipcf.be, URL : Rédaction : Valérie CARLIER, José HAUSTRAETE, Georges HONORE, Paul LEDENT, Geert LENAERTS, Françoise PHILIPPE. Comité scientifique : Professeur P. MICHEL, Ecole d Administration des Affaires de l Université de Liège, Professeur C. LEFEBVRE, Katholieke Universiteit Leuven Réalisée en collaboration avec Editions Kluwer 3 1 J A N V I E R I P C F - B I B F P A C I O L I N 1 3 5

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Tax accounting Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Définition de la base fiscale des actifs et passifs Introduction L IASB a publié le 31 mars dernier

Plus en détail

Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux

Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux B ULLETIN DE L'I NSTITUT P R OFESSIONNEL DES C OMPTABLES ET F ISCALISTES A GRÉÉS Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux Note préliminaire Cet exemple analyse la dissolution et

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

ED 2009/02 Impôt sur le résultat Les nouvelles propositions de l IASB. 9 Juin 2009

ED 2009/02 Impôt sur le résultat Les nouvelles propositions de l IASB. 9 Juin 2009 ED 2009/02 Impôt sur le résultat Les nouvelles propositions de l IASB 9 Juin 2009 Contexte du projet Projet de convergence court terme avec les US GAAP depuis 2002 Discussions FASB pour modifier SFAS 109

Plus en détail

2ème Comptabilité Exercice récapitulatif Mars 2009

2ème Comptabilité Exercice récapitulatif Mars 2009 2ème Comptabilité Exercice récapitulatif Mars 2009 FISCALITE DES ENTREPRISES - UF 661 - IMPOT DES SOCIETES 1. Il s agit d une SPRL comptant deux associés gérants dont l un n est pas rémunéré. 2. La société

Plus en détail

IMPOT DES SOCIETES - EXERCICE RECAPITULATIF

IMPOT DES SOCIETES - EXERCICE RECAPITULATIF 2 ème comptabilité MAI 2009 IMPOT DES SOCIETES - EXERCICE RECAPITULATIF Données Exercice d imposition 2008 La SA SAITOUT (60% des actions détenues par l administrateur) dont le siège social est situé à

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion.

Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion. Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion Normes IAS/IFRS Que faut-il faire? Comment s y prendre?, 2004 ISBN : 2-7081-3063-3

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

Influence de l accord amiable extrajudiciaire ou de la réorganisation judiciaire sur les dettes et les créances. Projet d avis 2010/X

Influence de l accord amiable extrajudiciaire ou de la réorganisation judiciaire sur les dettes et les créances. Projet d avis 2010/X Influence de l accord amiable extrajudiciaire ou de la réorganisation judiciaire sur les dettes et les créances Projet d avis 2010/X La loi relative à la continuité des entreprises 1 remplace la loi relative

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Conseil national de la comptabilité - Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003

Conseil national de la comptabilité - Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003 Relatif aux conséquences comptables résultant de l application du nouveau régime fiscal introduit

Plus en détail

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE REEL D'IMPOSITION 02/08/2012 Il existe aujourd hui trois modes d imposition des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) qui sont fonction du volume d affaires de l entreprise : le régime du bénéfice

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France Téléphone : +33 (0)4 37 64 78 00 Télécopie : +33 (0)4 37 64 78 78 Site internet : www.kpmg.fr

Plus en détail

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE La comptabilité financière d une entreprise s organise de la façon suivante : PIECES JUSTIFICATIVES Factures, pièce de caisse, livre de paye,

Plus en détail

La comptabilité et l audit en Belgique : (r)évolution suite aux réformes européennes et impact pour les entreprises et les professions du chiffre

La comptabilité et l audit en Belgique : (r)évolution suite aux réformes européennes et impact pour les entreprises et les professions du chiffre La comptabilité et l audit en Belgique : (r)évolution suite aux réformes européennes et impact pour les entreprises et les professions du chiffre Les modifications du droit comptable (règles d évaluation

Plus en détail

CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE

CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE Les résultats de toute activité industrielle et commerciale sont soumis à imposition. Ces impôts servent notamment à financer les charges de l Etat et des

Plus en détail

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition RÉSUMÉ DU MODULE 4 La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition Le module 4 porte sur l utilisation de la méthode de l acquisition pour comptabiliser et présenter les filiales entièrement

Plus en détail

NORMES IFRS LES AMORTISSEMENTS Page 1 sur 6

NORMES IFRS LES AMORTISSEMENTS Page 1 sur 6 LES AMORTISSEMENTS 1. DEFINITION Règlement n 2002-10 du CRC Article 322.1 3. Le montant amortissable d un actif est sa valeur brute sous déduction de sa valeur résiduelle. L amortissement d un actif est

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 CREDIT BAIL IMMOBILIER - Sommaire 2 DEFINITION 3 Crédit-bail 3 Différents types de crédits-bails 3 ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX 4 Pendant la période couverte par

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

Comptabilisation de la valeur nominale d emprunts

Comptabilisation de la valeur nominale d emprunts IPCF Institut Professionnel des Comptables et Fiscalistes agréés SOMMAIRE p. 1/ Comptabilisation de la valeur nominale d emprunts p. 7/ Le remboursement du montant réel de frais de repas propres à un employeur

Plus en détail

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ 5 MARS 2009 Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés 1/11

Plus en détail

COURS À CONSULTER : 2. LA PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES ÉTATS FINANCIERS. Soit une société dans la balance d ouverture au 01/01/20n est la suivante :

COURS À CONSULTER : 2. LA PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES ÉTATS FINANCIERS. Soit une société dans la balance d ouverture au 01/01/20n est la suivante : PRÉSENTATION DU TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE COURS À CONSULTER : 2. LA PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES ÉTATS FINANCIERS NORME À CONSULTER : IAS 01 PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME À CONSULTER : IAS

Plus en détail

DOSSIER 1 RÉPARTITION DE BÉNÉFICES

DOSSIER 1 RÉPARTITION DE BÉNÉFICES DCG session 2012 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 RÉPARTITION DE BÉNÉFICES 1. Expliquer la raison pour laquelle la constitution d une réserve légale est obligatoire et rappeler

Plus en détail

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats,

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Comptabilité Générale - Résumé blocus 08 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Fonds de tiers = Provisions + Dettes. Fonds de tiers à long terme = Provisions + Dettes à plus d un an. Capitaux

Plus en détail

ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE

ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE Rappels des cours précédents : Tout flux réel ou financier doit être enregistré en comptabilité. Les enregistrements

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Note technique accompagnant l

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Note technique accompagnant l COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Note technique accompagnant l Avis CNC 2013/14 - Traitement comptable des impôts différés sur des plus-values réalisées bénéficiant du régime de la taxation différée et

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Chapitre 2 Le régime général des immobilisations...32 Section 1 Définitions...32 Section 2 Au moment de l entrée en comptabilité...

Chapitre 2 Le régime général des immobilisations...32 Section 1 Définitions...32 Section 2 Au moment de l entrée en comptabilité... 3 SOMMAIRE Introduction: Des origines de la comptabilité...17 Partie I Les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers Comprendre les impôts différés Les impôts différés constituent un sujet qui fait généralement peur dans la mesure où ils sont le plus souvent perçus comme abstraits et complexes. Pour autant, le développement

Plus en détail

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES IMMOBEL (ci-après dénommée la «Société») est une société anonyme de droit belge dont le siège social est établi Rue de la Régence 58 à 1000 Bruxelles.

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

INITIATION AUX IMPOTS DIFFERES

INITIATION AUX IMPOTS DIFFERES INITIATION AUX IMPOTS DIFFERES Si les impôts différés constituent une notion comptable familière dans l environnement anglo-saxon, ils sont encore souvent perçus en France comme un sujet très technique,

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif

UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DCG session 2009 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif 1. Définir la normalisation comptable. DOSSIER 1 - Normalisation comptable La normalisation comptable consiste à : - produire des normes

Plus en détail

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 December 2014 CHAMP D'APPLICATION Ne s'applique pas à : La comptabilisation des crédits d'impôt à l'investissement

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45 3 SOMMAIRE Introduction : Des origines de la comptabilité...17 Partie I les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS Au 31 mars 2014 Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. 2000 Manulife Place 10180 101 Street Edmonton (Alberta) T5J 4E4 Canada Tél. : 780-421-3611

Plus en détail

Intervenant. Patrick MORGENSTERN. Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne

Intervenant. Patrick MORGENSTERN. Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne Les impôts différés Intervenant Patrick MORGENSTERN Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne Sommaire Présentation synthétique du mécanisme des impôts différés Impôts

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre

Plus en détail

ENREGISTREMENTS COMPTABLES RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L ENTREPRISE

ENREGISTREMENTS COMPTABLES RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L ENTREPRISE ENREGISTREMENTS COMPTABLES RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L ENTREPRISE Rappels des cours précédents : Tout flux réel ou financier doit être enregistré en comptabilité. Les enregistrements se font

Plus en détail

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS UNIBRA Société anonyme Siège social : avenue des Arts, 40 à 1040 Bruxelles n d entreprise : 0402833179 RÈGLES D ÉVALUATION IFRS Les principes comptables et les règles d évaluation appliqués aux comptes

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE

SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE Éléments indicatifs de corrigé DOSSIER 1 : CAPITAUX PERMANENTS 1. Comptabiliser le versement effectué par M. Halescourt le 15 janvier 2015. 15/01/15 5121 Banques

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

Table des matières. 1. Qu entend-on par là? 2. Quel est l avantage fiscal? 3. Quelles sont les règles du jeu? 4. Quelques conseils indispensables

Table des matières. 1. Qu entend-on par là? 2. Quel est l avantage fiscal? 3. Quelles sont les règles du jeu? 4. Quelques conseils indispensables Table des matières Partie 1 : Anticiper un investissement 1.1. Un investissement........................................... 3 1.2. Pour qui est-ce intéressant?.................................. 3 1.3.

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

TVA : LES LIVRAISONS A SOI-MEME

TVA : LES LIVRAISONS A SOI-MEME TVA : LES LIVRAISONS A SOI-MEME 14/10/2011 Lorsqu une entreprise décide de réaliser un investissement dans un nouveau bien destiné à l exploitation, il peut arriver que ce bien soit fabriqué grâce aux

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

RAPPEL : LE PRINCIPE DE PRUDENCE (Article 120-3 du Plan Comptable Général)

RAPPEL : LE PRINCIPE DE PRUDENCE (Article 120-3 du Plan Comptable Général) CHAPITRE8 LE PRINCIPE DE PRUDENCE LES DEPRECIATIONS ET LES PROVISIONS RAPPEL : LE PRINCIPE DE PRUDENCE (Article 120-3 du Plan Comptable Général) «La comptabilité est établie sur la base d appréciations

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2012/4 - Le traitement comptable des saisies dans le chef du débiteur saisi. Avis du 11 janvier 2012

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2012/4 - Le traitement comptable des saisies dans le chef du débiteur saisi. Avis du 11 janvier 2012 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2012/4 - Le traitement comptable des saisies dans le chef du débiteur saisi Introduction Avis du 11 janvier 2012 1. Conformément aux articles 7 et 8 de la loi

Plus en détail

Résultats au 31 décembre 2013 SOFTIMAT S.A.

Résultats au 31 décembre 2013 SOFTIMAT S.A. CONTACTS Maryse Gits SOFTIMAT Tél.: +32 2 352 83 86 maryse.gits@softimat.com Frédérique Jacobs Tél.: +32 479 42 96 36 frederique.jacobs@softimat.com SOUS EMBARGO JUSQU AU MERCREDI 3 AVRIL 214, 17H4 Lasne,

Plus en détail

CONSO 4.8.2 CONCESSIONS, BREVETS, LICENCES, SAVOIR-FAIRE, MARQUES ET DROITS VALEUR COMPTABLE NETTE AU TERME DE L'EXERCICE... 211 21.

CONSO 4.8.2 CONCESSIONS, BREVETS, LICENCES, SAVOIR-FAIRE, MARQUES ET DROITS VALEUR COMPTABLE NETTE AU TERME DE L'EXERCICE... 211 21. CONSO 4.8.2 CONCESSIONS, BREVETS, LICENCES, SAVOIR-FAIRE, MARQUES ET DROITS SIMILAIRES Valeur d'acquisition au terme de l'exercice... 8052P xxxxxxxxxxxxxxx 54.544 Acquisitions, y compris la production

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

PASSAGE AUX NORMES IFRS

PASSAGE AUX NORMES IFRS PASSAGE AUX NORMES IFRS L Union Européenne a choisi d adopter le référentiel comptable IFRS (International Financial Reporting Standards) émis par l IASB (International Accounting Standards Board) : en

Plus en détail

Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale

Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale CHAMBRE NATIONALE DES NOTAIRES Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale Adopté par l assemblée générale de la Chambre nationale des notaires le 9 octobre 2001 et modifié par les assemblées

Plus en détail

Numéro du rôle : 5417. Arrêt n 60/2013 du 25 avril 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5417. Arrêt n 60/2013 du 25 avril 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5417 Arrêt n 60/2013 du 25 avril 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 43 du Code des impôts sur les revenus 1964, tel qu il a été modifié par l article

Plus en détail

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité NOTE METHODOLOGIQUE DE PREMIERE APPLICATION DU SYSTEME COMPTABLE FINANCIER [LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES] La présente note vient en appui

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CREDIT SUISSE AG (Succursale) Dotation : 60 244 902 Adresse de la succursale en France : 25, avenue Kléber, 75784 Paris

Plus en détail

2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales

2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales Présentation des RÉSULTATS ANNUELS 2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales 26 février 2014 32 Hoche - Paris Table des matières GROUPE BOUYGUES...2 Bilan consolidé...2 Compte de résultat consolidé...3

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/6 - Traitement comptable de l achat d or et d œuvres d art. Avis du 16 mars 2011

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/6 - Traitement comptable de l achat d or et d œuvres d art. Avis du 16 mars 2011 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2011/6 - Traitement comptable de l achat d or et d œuvres d art I. Introduction Avis du 16 mars 2011 Les entreprises qui achètent de l or ou des œuvres d art sont

Plus en détail

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC.

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. États financiers consolidés de GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 États consolidés des résultats Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 2013 2012 $ $ Produits

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

LES COMPTES DE SITUATION

LES COMPTES DE SITUATION PROGRAMME DETAILLE DE L ARRETE DES COMPTES Contexte législatif et rappel des principes comptables liés à l arrêté des comptes ; Traitement des aspects juridiques, comptables et fiscaux des principaux comptes

Plus en détail

NORME IAS 20 LES SUBVENTIONS PUBLIQUES

NORME IAS 20 LES SUBVENTIONS PUBLIQUES NORME IAS 20 LES SUBVENTIONS PUBLIQUES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 20 : LES SUBVENTIONS PUBLIQUES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Centre de Gestion Agréé d Indre et Loire

Centre de Gestion Agréé d Indre et Loire Centre de Gestion Agréé d Indre et Loire 20 rue Fernand Léger BP 62001 37020 TOURS CEDEX 1 Tel : 02.47.36.47.47 Fax : 02 47 38 70 90 cga37@cga37.fr http://www.cga37.fr N adhérent : Nom : Prénom : CP Ville

Plus en détail

Comptabilité. + de 20 fiches de cours + de 150 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Comptabilité. + de 20 fiches de cours + de 150 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Comptabilité 2 e ÉDITION Madeleine Deck-Michon Emmanuelle Plot-Vicard L essentiel + de 20 fiches de cours + de 150 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode d'emploi.........................................................

Plus en détail

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015 LE MANS LAVAL ALENCON Siège social 1 rue de la Paix Parc d activités du Londreau 126-128 rue de la Mariette CS 60506 BP 230 - Cerisé 72000 LE MANS 53005 LAVAL CEDEX 61007 ALENCON CEDEX Tel : 02 43 86 36

Plus en détail

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011 Du résultat social au résultat consolidé Novembre 011 Du résultat social au résultat consolidé Préambule Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

Préface 3. Avant-propos 5. Cadre général du droit comptable en Belgique 15

Préface 3. Avant-propos 5. Cadre général du droit comptable en Belgique 15 Table des matières Préface 3 Avant-propos 5 Cadre général du droit comptable en Belgique 15 1. Le professionnel comptable et fiscal, le réviseur d entreprises : intervenants privilégiés de la société à

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

Les plus values. Principe. Dispositions actuelles. La plus-value est l'accroissement de la valeur d'un bien entre deux appréciations successives.

Les plus values. Principe. Dispositions actuelles. La plus-value est l'accroissement de la valeur d'un bien entre deux appréciations successives. Les plus values Principe La plus-value est l'accroissement de la valeur d'un bien entre deux appréciations successives. L imposition de celles réalisées pour les biens forestiers a été profondément modifiée

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE09 INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ - session 2014 Proposition de corrigé 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 NORMALISATION ET RÉGLEMENTATION

Plus en détail

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Le Petit 2014 Compta Les notions clés en 21 fiches Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage ABS : Autres biens et services AGO : Assemblée

Plus en détail

Explications concernant les types de crédits

Explications concernant les types de crédits Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Explications concernant les types de crédits Types de crédits et plafonds de dépenses L Assemblée fédérale dispose de différents

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 1 er janvier 2009) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi

Plus en détail

2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00

2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00 Adh. n Nom : Profession : 2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00 Libellés IDENTIFICATION DU DOSSIER COMPTABLE Forme juridique Code Activité de la famille comptable Code Activité Libre PERIODE Date de

Plus en détail

Fiscalité liée à un logement locatif au Luxembourg. BIL IMMO Day 02 Octobre 2014

Fiscalité liée à un logement locatif au Luxembourg. BIL IMMO Day 02 Octobre 2014 Fiscalité liée à un logement locatif au Luxembourg BIL IMMO Day 02 Octobre 2014 Sommaire I. Acquisition II. Détention III. Cession IV. Transmission V. Quid si la personne physique est non résidente VI.

Plus en détail

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13 ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS Données consolidées Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014 Page 1 sur 13 SOMMAIRE 1. Principes et méthodes de consolidation 2. Evénements significatifs postérieurs à la clôture

Plus en détail

VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA

VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA BORDEREAU DE RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA Code adhérent : Nom et prénom / Raison Sociale : 0GID00 Informations Identification

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 20 juillet 2004) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi fédérale

Plus en détail

TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES

TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES Capital Réserves Résultat Capitaux propres Totaux Dont Part des tiers Au 1 er janvier 2005 873.168 3.551.609-842.682 3.582 095 456.924 Affectation résultat 2004-842.682

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES Comptes annuels au 31/12/2014 Sommaire Documents liminaires Attestation Documents de synthèse Bilan Compte de résultat Annexe DESIGNATION Principes, règles et méthodes

Plus en détail

OFFICE CANADIEN DE COMMERCIALISATION DES ŒUFS EXPLOITÉ SOUS LA RAISON SOCIALE DE LES PRODUCTEURS D ŒUFS DU CANADA

OFFICE CANADIEN DE COMMERCIALISATION DES ŒUFS EXPLOITÉ SOUS LA RAISON SOCIALE DE LES PRODUCTEURS D ŒUFS DU CANADA OFFICE CANADIEN DE COMMERCIALISATION DES ŒUFS EXPLOITÉ SOUS LA RAISON SOCIALE DE LES PRODUCTEURS D ŒUFS DU CANADA États financiers Le 20 février 2015 Rapport de l auditeur indépendant Aux membres de l

Plus en détail