FOCUS HÔTELS CBRE I FRANCE MARS 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FOCUS HÔTELS CBRE I FRANCE MARS 2013"

Transcription

1 FOCUS HÔTELS CBRE I FRANCE MARS 2013

2 Panorama de l hôtellerie française La France possède un parc hôtelier composé au 1 er janvier 2012 de établissements totalisant chambres (source : INSEE), ce qui représente environ 1,2 million de lits. Pays le plus visité au monde, la France n arrive pourtant qu à la 4 ème place européenne en termes de capacité hôtelière, derrière l Italie (1,9 million de lits), l Allemagne (1,6 million), l Espagne (1,3 million) et juste devant le Royaume-Uni (1,1 million). Malgré la bonne santé du secteur touristique en France, l hôtellerie subit depuis 20 ans une érosion régulière du nombre de ses établissements, qui dépassait en 1991 les unités. Cependant, sur la même période, le nombre de chambres a progressé, passant de en 1991 à en 2012, attestant de la sensible progression de la taille moyenne des établissements, qui reste néanmoins modeste (36 lits par hôtel). En effet, le seuil de rentabilité de l hôtellerie n a cessé d augmenter ces dernières années et un hôtel trouve aujourd hui sa rentabilité en étant plus grand que par le passé afin de mieux amortir des frais fixes. Toutefois, depuis le point haut atteint en 2005, le nombre de chambres a globalement stagné. Si le parc hôtelier ne progresse plus depuis quelques années, sa structure qualitative continue quant à elle de fortement évoluer, avec une montée en gamme qui s est accélérée dernièrement. De fait, le parc français a longtemps été décrié pour sa vétusté et son inadéquation aux nouvelles exigences des clients, en particulier de la clientèle internationale et de celle du tourisme d affaires. Ainsi, en 1991, les établissements 2* et moins concentraient près de 71 % des chambres. Cette part est tombée à 55 % aujourd hui. La progression du segment 4* et plus est particulièrement spectaculaire, avec plus qu un triplement du nombre de chambres entre 1991 et Ce résultat reste toutefois à relativiser car la mise en œuvre du nouveau classement hôtelier provoque actuellement une montée en gamme virtuelle des établissements, avec près de nouvelles chambres classées 4* et plus depuis l année dernière. En effet, le faible niveau d exigence des critères pour obtenir le nouveau classement hôtelier permet à de nombreux exploitants de réclamer, sans effort d investissement, une étoile supplémentaire se traduisant par un surclassement administratif. Ils auraient été en 2011 près d un exploitant sur 2 à avoir effectué cette démarche selon Coach Omnium, motivé par les bons scores d occupation affichés ces dernières années par les catégories les plus confortables. Il n en demeure pas moins que l hôtellerie économique a perdu un grand nombre d établissements sur les 20 dernières années. Ce mouvement s explique par la conjonction de plusieurs facteurs. Tout d abord, le développement d une offre d hébergements alternative à l hôtellerie (chambres d hôtes, gîtes ruraux, locations meublées, résidences de tourisme, hôtellerie de plein air) a fortement exacerbé la concurrence, en particulier sur les segments économiques. Les petites structures à bas prix ont été les plus touchées par les défaillances et fermetures, souffrant d un manque de rentabilité ou d une désaffection de la clientèle, en particulier en milieu rural et pour les établissements très saisonniers. En bord de mer, la «loi Littoral» interdisant les constructions neuves a favorisé la revente d hôtels à des promoteurs pour les transformer en logements. Les nouvelles exigences en matière de sécurité incendie et d accessibilité ont fini de mettre à mal la rentabilité des établissements les plus fragiles. Évolution de la structure du parc hôtelier français (en nombre de chambres) Source : INSEE * et + 3* 2* 0 et 1* Nombre d'hôtels Ces difficultés ont principalement affecté l hôtellerie indépendante, qui souffre d une taille moyenne par établissement insuffisante. Si cette dernière reste très fortement majoritaire en France, avec 83 % des hôtels classés (source : Coach Omnium), elle ne concentre plus que 60 % des chambres, étant essentiellement constituée d établissements familiaux de faible capacité (en moyenne 25,8 chambres par hôtel). En effet, le paysage de l hôtellerie française a connu une mutation profonde, au profit de l hôtellerie sous enseignes. Cette dernière a bénéficié d une croissance rapide sur les 20 dernières années, avec une progression de 40 % du nombre d hôtels de chaînes intégrés, qui dépasse aujourd hui les établissements. Jouissant de la notoriété d une marque, des services d un réseau, d une commercialisation organisée, les hôtels de chaînes intégrés bénéficient par ailleurs d une taille moyenne (81,2 chambres) sensiblement plus importante que les indépendants, ce qui améliore leur rentabilité. 2

3 Le mouvement a toutefois tendance à s essouffler puisque l augmentation de l offre n a été que de 8 % depuis 10 ans. En effet, les chaînes hôtelières se trouvent aujourd hui entravées dans leur développement par de multiples freins : pour des raisons stratégiques, elles ne se développent quasiment plus en propre (par filiale) mais ont de plus en plus de mal à trouver des candidats à la franchise parmi les établissements existants. Par ailleurs, les difficultés pour mobiliser du foncier bien localisé à des prix accessibles, alliées aux problématiques de financement, les contraignent fortement dans la création de nouveaux établissements. Dans ces conditions, le développement des chaînes d hôtels intégrés, désormais ralenti, ne suffit plus à compenser la disparition des établissements indépendants. Le secteur apparaît très concentré, puisque près de 75 % de l offre sont assurés par seulement 2 groupes. Ainsi, les 7 premières enseignes présentes en France appartiennent toutes à Accor et à Louvre Hôtels. De fait, le secteur a connu ces dernières années un très fort mouvement de concentration. En France, 36 enseignes de chaînes ont disparu en 15 ans, essentiellement par fusions-absorptions (source : Coach Omnium) quand les créations de réseaux sont presque inexistantes. Malgré la position hégémonique de quelques groupes, la concurrence est forte entre les différentes chaînes, mais aussi avec les réseaux hôteliers volontaires qui recrutent parmi les hôteliers indépendants qui ne souhaitent pas devenir franchisés. Ces enseignes offrent, moyennant le paiement d une cotisation annuelle, une visibilité et des services difficilement accessibles en direct aux hôteliers indépendants (notoriété de la marque, campagnes de publicité, outils marketing, centrale de réservation, site internet ). En France, on comptabilise pas moins de 24 réseaux volontaires qui totalisent plus d un tiers de l offre classée (5 645 hôtels) et un quart des chambres disponibles, certains hôteliers adhérant à plusieurs réseaux différents (source : Coach Omnium). Parmi les enseignes les plus importantes, on peut citer Logis de France, Best Western, Inter- Hôtel ou Contact Hôtel. Évolution du parc des chaînes hôtelières intégrées en France (en nombre d hôtels) L hôtellerie de chaîne se définit selon l INSEE comme «l ensemble des hôtels ayant une enseigne d un groupe hôtelier quel que soit leur statut juridique (filiale, franchise )». Les membres d une chaîne partagent donc une même enseigne et à ce titre affichent une homogénéité plus ou moins marquée de leurs prestations : décoration, niveau de confort, services offerts La standardisation entre établissements est moins poussée au sein des chaînes volontaires qu au sein des chaînes intégrées Source : Coach Omnium Nombre d'hôtels Top 10 des enseignes hôtelières de chaînes intégrées présentes en France au 1 er janvier 2012 Chaîne Groupe Nombre d établissements Nombre de chambres Ibis Accor Etap Hôtel Accor Mercure Accor Campanile Groupe du Louvre Hôtel F1 Accor Première Classe Groupe du Louvre Novotel Accor B&B Groupe B&B Hôtels Kyriad Groupe du Louvre Balladins DHM Source : MKG Hospitality 3

4 Les différents modes de gestion hôtelière S ils restent largement majoritaires, les hôteliers indépendants sont de moins en moins nombreux en France. Ces propriétaires exploitent eux-mêmes leurs hôtels et ne sont affiliés à aucune chaîne car ils entendent conserver leur liberté. Pour ceux qui souhaitent néanmoins bénéficier de l appui d un réseau existe l option de l adhésion à une chaîne volontaire. L hôtelier, qui conclut un contrat d affiliation qu il peut rompre à tout moment, reste seul maître chez lui, même s il doit respecter quelques contraintes, variables selon les marques : normes de qualité, tarification, décoration Ce mode de fonctionnement se rapproche d une forme de labellisation. L hôtelier peut également faire le choix d une intégration plus poussée en choisissant d adhérer à une chaîne intégrée. Il gère alors son hôtel sous pavillon d une enseigne dont il doit respecter les standards, bénéfice des services techniques et commerciaux de la chaîne à laquelle il verse une redevance annuelle. Un contrat de franchise est signé entre l hôtelier et le groupe propriétaire de l enseigne. Le coût pour l hôtelier est non négligeable : après versement d un droit d entrée, il est redevable d une redevance annuelle qui varie de 3 % à 6 % de son chiffre d affaires, sans compter d éventuelles participations aux frais de publicité ou de réservation effectués par la centrale de la chaîne. Les contraintes sont également substantielles : l hôtelier doit se plier aux procédures internes, se conformer aux normes de la chaîne, ce qui peut nécessiter des investissements, subir des audits et des contrôles. Le propriétaire d un hôtel peut également ne pas souhaiter en assurer la gestion. Ces dernières années, des fonds d investissement ont acquis partout dans le monde d importants portefeuilles d hôtels (murs et fonds). De purs financiers sont ainsi devenus propriétaires d établissements sans avoir pour autant d expérience de la gestion hôtelière. Ils ont donc fait appel à des spécialistes du secteur qui se mettent à leur service via le plus souvent la signature de contrats de gestion d hôtel, également appelés mandat de gestion ou contrat de management, pour une durée déterminée à la signature, pouvant aller de 10 à 25 ans. Il est également possible de recourir à la formule de la locationgérance si le fonds de commerce a auparavant été exploité en direct par son propriétaire durant au minimum 2 ans. LE MANDAT DE GESTION Le propriétaire : conserve la responsabilité totale de l exploitation, pénale et financière, et emploie lui-même les salariés de l hôtel il supporte seul l ensemble des risques (des garanties financières fixant des objectifs minimum de revenus d exploitation peuvent être négociées pour s assurer de la qualité de la direction) mais bénéficie aussi directement des profits. L opérateur hôtelier : rémunéré par des honoraires de gestion, basés sur le chiffre d affaires de l hôtel, et par des honoraires de résultats, dépendants du bénéfice dégagé simple prestataire de service, il est intéressé via sa rémunération aux performances de l établissement. LA LOCATION-GÉRANCE Le propriétaire : transfère la responsabilité de l exploitation à l opérateur hôtelier en lui louant le fonds contre versement d une redevance, généralement basée sur le chiffre d affaires de l hôtel. L opérateur hôtelier : emploie les salariés de l hôtel et bénéficie directement des revenus d exploitation générés. Les différents modes d externalisation hôtelière Sale & lease back : cession des murs seuls avec reprise en location des locaux Sale & management back : cession des murs et du fonds, l hôtelier conservant la gestion via un contrat long (le plus souvent mandat de gestion car absence de partage des risques avec la formule de la location-gérance) Sale & franchise back : cession des murs et du fonds, l hôtelier conservant la gestion via un contrat de franchise 4

5 De grands groupes hôteliers qui réunissent des établissements aux statuts juridiques très diversifiés Une chaîne intégrée peut donc réunir sous la même marque des établissements relevant de différents modes de gestion : filiale (l hôtel appartient au groupe et est géré directement par lui), franchise (l hôtel est géré sous pavillon de la chaîne par son propriétaire), mandat de gestion (le propriétaire confie la gestion de son hôtel à la chaîne) ou location-gérance (le propriétaire loue à la chaîne son fonds de commerce). Si les pourcentages varient selon les marques, on trouve en général moins de franchises au sein des gammes super-économiques. Ainsi, le groupe Accor regroupe hôtels dans le monde (source : site internet Accor) : il en possède en pleine propriété seulement 309, en loue 1 128, gère sous contrat de management 735 établissements et sous franchise. Dans le groupe Louvre Hôtels, 28 % des hôtels sont en propriété, 26 % sous mandat de gestion et 46 % en franchise pure (source : site internet Louvre Hôtels). Ces dernières années, les grands groupes hôteliers ont privilégié les modes de développement nécessitant peu d investissements capitalistiques. Les ouvertures de nouveaux établissements filialisés se font donc rares tandis que l intégration d hôtels franchisés ou sous mandat est favorisée. Il s agit de continuer à faire croître rapidement le parc sous enseigne afin de maximiser l effet «chaîne» (fidélisation des clients, amortissement des investissements de type centrale de réservation ) et d assoir la visibilité internationale de la marque, mais sans immobiliser de fonds propres. Si le vivier d hôtels indépendants susceptible d alimenter le développement des chaînes est en théorie important en France, les limites au mouvement sont bien réelles. Tout d abord, la cible-type des grandes chaînes hôtelières apparaît très restrictive : seuls les intéressent les établissements d une certaine taille (au minimum une soixantaine de chambres), bien situés, en bon état et respectant les normes de sécurité, disposant déjà d une clientèle d affaires. Et avec l accroissement constant des niveaux de redevance exigés par les chaînes, les candidats à la franchise ne sont pas légion. Cette généralisation des stratégies dites «asset light» s explique par le poids croissant de la logique financière dans la politique des grands groupes hôteliers. Ces derniers, qui sont désormais pour la plupart cotés en bourse et ont fait entrer à leur capital des fonds d investissement, ont vu leurs contraintes opérationnelles s alourdir. L impératif de croissance rapide se double d un objectif de désendettement et de recentrage sur le cœur de métier, la gestion hôtelière, ce qui implique de se délester des problématiques immobilières. Ainsi, les grands groupes ont entrepris depuis une dizaine d années de céder une partie de leur patrimoine, tout en conservant les établissements sous leur marque. Les spécificités de l investissement hôtelier L investissement hôtelier présente des spécificités par rapport à l investissement en immobilier d entreprise banalisé, liées à l existence d un fonds de commerce et d un exploitant qui assure la bonne marche commerciale de l établissement. Ainsi, la propriété du fonds de commerce peut être dissociée de celle des murs. Lorsqu un investisseur s engage sur un projet de développement hôtelier, le choix s offre à lui d assumer les risques d exploitation ou au contraire de les déléguer en conservant uniquement la propriété des murs, le fonds de commerce étant alors revendu à un opérateur hôtelier (ou loué dans le cadre d un contrat de location-gérance). Mais quand un investisseur se positionne sur un actif existant, il ne peut parfois acquérir que les seuls murs de l hôtel, soit que l ancien propriétaire ne détient pas lui-même le fonds de commerce, soit que l opérateur hôtelier cherchant à faire entrer un investisseur ne souhaite pas se séparer du fonds. L investisseur loue alors les murs de son hôtel à l opérateur détenteur du fonds de commerce via un bail commercial classique. Il n assume aucune des responsabilités inhérentes à l exploitation de l actif et perçoit un loyer qui peut être fixe ou variable, assorti ou non d un minimum garanti. La durée du bail est généralement assez longue, les engagements d un minimum de 12 ans fermes n étant pas rares. 5

6 ACCOR Interview de Marc Vieilledent Directeur Exécutif Asset Management, Accor A quand remonte la stratégie d externalisation d Accor et quel était l objectif poursuivi? Accor a mis en œuvre de longue date une stratégie d externalisation de ses hôtels. Dès les années 1990, le groupe a réalisé des opérations de sale & lease back classiques, c'est-à-dire avec des loyers fixes et option d achat. Notre objectif était entre autre de nous désendetter et de dégager du cash à réinvestir dans notre développement opérationnel. Les conditions de marché, la rentabilité des actifs et l évolution des normes comptables nous ont conduit à réfléchir à de nouvelles formes d externalisation, reposant cette fois-ci sur des loyers totalement variables sur chiffre d affaires, sans minimum garanti. Ainsi, entre 2005 et 2010, nous avons réalisé 586 cessions de murs d hôtels avec loyer variable, dont la complète restructuration des précédents sale & lease back. Ces opérations nous ont permis d enregistrer une réduction de 3,2 milliards d euros de notre dette nette retraitée. Par ailleurs, nous avons dès cette époque initié des opérations de cessions complètes (murs et fonds) avec maintien de la marque : 246 l ont été sous contrat de franchise, 26 sous contrat de management. En y ajoutant les 153 cessions pures, on atteint un impact de réduction sur la dette nette retraitée de 5 milliards d euros, dont 2,9 milliards d euros en cash et 2,1 milliards d euros en sorties d engagements de loyers fixes. Pouvez-vous détailler plus précisément les différents montages? Les baux commerciaux signés dans le cadre des sale & lease back variables portent sur des durées d engagement de 12 ans renouvelables à notre initiative. Le loyer versé représente de l ordre de 15% à 20% du chiffre d affaires, c'est-à-dire entre 50 % et 60 % du résultat brut d exploitation, ce qui représente pour nous un taux d effort raisonnable. S agissant des contrats de franchise, ils sont généralement conclus pour une durée de 10 à 12 ans et prévoient une rémunération assise sur le chiffre d affaires. Les contrats de management sont plus longs (entre 20 et 30 ans) et, en plus de la rémunération sur le chiffre d affaires, nous intéressent au résultat. Quel bilan tirez-vous de ces opérations d externalisation? Les bénéfices des sale & lease back variables ont été réels : ils ont permis au groupe de se désendetter, d améliorer sa profitabilité et de réduire la volatilité de ses résultats. Ils ont également permis d accélérer la mise en place de programmes de travaux financés en partie par les nouveaux propriétaires des murs. Mais ils ont 6 leur limite. Ils contraignent Accor à continuer à financer des programmes de capex ayant, pour certains hôtels, une rentabilité insuffisante par rapport à nos objectifs. C est pourquoi, depuis 2011, Accor a pris le virage d une stratégie d externalisation encore plus poussée dite «asset light», c'est-à-dire privilégiant les contrats de management ou de franchise. Ainsi, en 2011 et 2012, nous avons réalisé 228 nouvelles cessions d hôtels ayant permis de réduire encore de 1,1 milliard d euros notre dette nette retraitée : 58 sont totalement sortis du groupe, 129 sont passés sous franchise, 19 sous contrat de management et seulement 22 ont concerné des sale & variable lease back. Et nous allons déployer une nouvelle phase de cette stratégie puisque nous restructurerons un nombre important des contrats de location que nous détenons. Par ailleurs, alors que nous conservions auparavant un socle substantiel d hôtels en filiale (propriété ou location), nous avons réétudié leur situation au cas par cas : seuls les hôtels dégageant des marges suffisantes pour financer les travaux de rénovation seront conservés. Ainsi, nos filiales sont amenées à se limiter aux seules grandes métropoles, où les établissements dégagent la meilleure rentabilité. Au final, d ici 2016, sur les hôtels du groupe en filiale, 800 (200 en propriété et 600 en location) feront l objet d une restructuration et passeront pour l essentiel sous contrat de management ou de franchise. Cela signifie-t-il la fin des grands portefeuilles de sale & lease back? Il est clair que pour la plupart des grands groupes hôteliers, l externalisation des murs seuls est de moins en moins une option. Pour Accor, la marge dégagée par certains établissements en propriété et en location apparaît insuffisante par rapport à nos objectifs. En revanche, cette généralisation de la stratégie «asset light» nous oblige à rechercher de nouveaux partenaires car les acteurs intéressés par des opérations de cessions complètes avec maintien de la marque ne sont pas des investisseurs immobiliers classiques. Pour les cessions avec franchise, ce sont plutôt des groupes d entrepreneurs, qui sont dans une logique de constitution d un patrimoine, ou de «private equity» disposant d une société de gestion hôtelière. S agissant des cessions avec contrat de management, la cible est un peu plus large. Des investisseurs ayant acquis des murs avec loyer variable pourraient s y intéresser, mais c est tout de même à ce jour réservé à des acteurs connaissant très bien l hôtellerie et prêts à prendre un réel risque d exploitation. Aux Etats-Unis, certaines REITs sont spécialisées dans ce type d opérations.

7 L hôtel : un actif de diversification et de segmentation Le marché des cessions de murs d exploitation s est structuré au début des années 2000, dans un contexte de complète refonte du paysage de l investissement immobilier. Les investisseurs en France ont commencé à s intéresser à des actifs relevant de l immobilier d exploitation ou de services. Des produits aussi variés que les villages de vacances, les cliniques ou les murs d hôtels sont ainsi devenus une cible d intérêt pour les acquéreurs. Le boom de l investissement antérieur à la crise financière a particulièrement accéléré le mouvement. La concurrence pour les produits banalisés et la forte compression des rendements locatifs qui s en est suivie, alliées à l afflux de capitaux en recherche de placements, avaient alors incité les investisseurs à diversifier leur patrimoine. Sur le segment de l hôtellerie, la chute sensible de l activité touristique, à la suite du 11 septembre 2001, avait entraîné la baisse des valeurs vénales. Anticipant une reprise du secteur, des investisseurs immobiliers sont entrés sur ce marché, avec des positionnements très diversifiés. Les fonds d investissement (Westbrook, Morgan Stanley ) ont été parmi les premiers à se lancer, les plus gros, à l image de Colony Capital ou Blackstone se tournant néanmoins rapidement vers des prises de participation directe dans les opérateurs hôteliers, d autres développant des véhicules dédiés (Dynamique Hôtels, Capital France Hôtels ). Parmi les foncières cotées, la Foncière des Murs, filiale spécialisée dans la détention de murs d exploitation de la Foncière des Régions, a choisi de développer une stratégie de partenariat long terme avec les grands groupes hôteliers, devenant notamment le 1 er bailleur du groupe Accor. De riches institutionnels (fonds ouverts allemands, fonds souverains du Moyen-Orient) se sont laissés séduire par des établissements de prestige. En face, les groupes hôteliers, ayant pour la plupart abandonné l idée de posséder leur outil de travail, ont saisi cette demande afin de se concentrer sur leur développement et ont alimenté l offre d importants portefeuilles de murs et/ou de fonds, conduisant à un boom des engagements en De fait, les actifs d exploitation tels que les hôtels présentent, de par leur spécificité, des caractéristiques attractives pour les investisseurs immobiliers, qui compensent leur moindre liquidité. Les rendements initiaux sont intéressants. Le locataire est unique et "tourne" peu, permettant des cash-flows sécurisés par des baux longs et des perspectives de renouvellement importantes. Il prend généralement soin de son immeuble et l entretient car il doit défendre son enseigne. La sécurité offerte par la pérennité de l exploitation constitue la principale motivation des investisseurs immobiliers à la recherche de rendements pérennes. Mais elle repose essentiellement sur la solidité de l exploitant, la qualité du fonds de commerce, la notoriété de l'enseigne et le standing de l établissement, qui constituent des critères de sélection importants. Par ailleurs, l investissement hôtelier s inscrit généralement dans une logique de moyen-long terme, car la progression des revenus futurs d exploitation constitue le principal levier de création de valeur. L investissement hôtelier : un marché mature qui a connu en 2012 des volumes record Avec la crise, les volumes d investissement se sont repliés mais, preuve de la maturité du marché hôtelier français, le niveau annuel des échanges représente depuis quelques années près de 10 % du marché de l investissement en immobilier d entreprise banalisé. Si de nombreux fonds d investissement étrangers se sont retirés du marché, d autres acteurs ont pris le relais, en particulier parmi les institutionnels français via notamment la structuration d OPCI. Le groupe Crédit Agricole Assurances et ses filiales, Predica et Pacifica, ont été parmi les investisseurs les plus actifs ces dernières années, développant une stratégie d acquisitions en partenariat avec la Foncière des Murs (portefeuille Accor pour près de 370 millions d euros en 2010, portefeuille Campanile pour plus de 170 millions d euros en 2011, rachat du patrimoine d ANF pour près de 540 millions d euros en 2012). La Française AM, après avoir fédéré en 2009 un groupe d institutionnels dans l OPCI Silverstone en vue de l acquisition des murs de 158 Formule 1 pour plus de 270 millions d euros, a annoncé en 2012 sa volonté de monter un nouveau club deal immobilier de 500 millions d euros pour l acquisition d un portefeuille d hôtels Historique des engagements hôteliers (en millions d euros) Opérateurs hôteliers Investisseurs immobiliers 12 L actif hôtelier est un produit de diversification dont la place reste extrêmement faible dans le patrimoine global des investisseurs immobiliers français. Ainsi, le poids en valeur des hôtels dans la base IPD (dont la couverture estimée avoisine les 55 %) était de 1,3 % à fin Le modèle de la Foncière des Murs, qui détenait en direct près d 1,6 milliard d euros d actifs hôteliers au 30 juin 2012 (hors participation dans l acquisition auprès d ANF du portefeuille B&B, source : Guide des investisseurs institutionnels Innovapresse), soit 54 % de son patrimoine total, reste une exception. Chez Axa REIM, qui s est fortement développé ces dernières années sur le segment hôtelier, 110 hôtels répartis en Allemagne, Espagne, France, Italie, Royaume-Uni et Suisse étaient gérés pour le compte de clients investisseurs au 30 juin 2012, représentant seulement 3 % des 42 milliards d euros sous gestion (source : Guide des investisseurs institutionnels Innovapresse). 7

8 Foncière des Murs Interview de Dominique Ozanne Directeur Général, Foncière des Murs Quels sont les facteurs qui ont conduit Foncière des Murs à se positionner comme un investisseur spécialisé dans l hôtellerie? Par ailleurs, cette prise de risque nous a permis de nous positionner comme de véritables partenaires dans la durée pour nos locataires. Nous sommes aujourd hui le 1er bailleur d Accor et de B&B. Avec chacun de ces opérateurs, nous avons signé un contrat par lequel nous nous engageons réciproquement à échanger sur les moyens d améliorer les revenus et de développer le business : programmes de travaux et de rénovation, opportunités de rachat conjoint d hôtels, accompagnement à l étranger via des sale & lease back C est pour nous un véritable avantage concurrentiel. Ainsi, avec B&B par exemple, nous disposons d un droit de priorité sur tous les développements futurs. Foncière cotée créée il y a 8 ans par Foncière des Régions, Foncière des Murs est la 1ère société à s être spécialisée dans les externalisations de murs dans les secteurs de l hôtellerie et de la santé. L intérêt des opérateurs pour des opérations de sale & lease back à cette époque a permis un développement très rapide. Aujourd hui, Foncière des Murs présente un patrimoine de 4 milliards d euros d actifs sous gestion, dont 75 % d hôtellerie. Notre actionnariat se répartit entre Foncière des Régions (28%), des assureurs-vie (62%), le solde correspondant au flottant. Nous nous positionnons comme un investisseur long terme à la recherche de rendements sécurisés. Vous avez récemment acquis d importants portefeuilles avec d autres investisseurs via la structuration d OPCI. Quelles en ont été les motivations? Sur les 4 milliards d euros d actifs sous gestion, 1 milliard est détenu en co-investissement. Les raisons en sont simples. Dans le cadre de nos partenariats, nous avons besoin de rester un interlocuteur de 1er plan pour nos locataires. Or ces derniers peuvent nous proposer des opérations d externalisation qui, si nous les réalisions seuls, nous amèneraient à nous exposer trop fortement à un segment de marché (localisation, gamme d hôtels ). Nous partageons alors le risque en recherchant un co-investisseur. Il existe en effet une forte demande de diversification chez les investisseurs immobiliers «traditionnels», qui souhaitent s exposer davantage à l hôtellerie en s appuyant sur le savoir-faire d un acteur spécialisé comme nous. C est ce qui nous a amenés à nous intéresser à l hôtellerie. En France, le secteur est porteur : les taux d occupation et les résultats opérationnels sont restés bons, y compris pendant la crise de 2009 ; les grands opérateurs hôteliers sont des professionnels solides et expérimentés, disposant d une réelle capacité à générer du chiffre d affaires. Nous avons conclu avec eux des baux de 12 ans renouvelables, ce qui est très sécurisant. Nous affichons d ailleurs depuis la création de la foncière un taux d occupation de 100 %. Et nous disposons aujourd hui d une durée résiduelle d engagement ferme confortable de 7,3 ans. Quelques mots sur votre stratégie future? En outre, nous avons fait le choix de nous positionner sur l hôtellerie économique et milieu de gamme, moins cyclique que le segment haut de gamme, avec une diversification des enseignes et des sites permettant d amortir les fluctuations de la conjoncture. Et nos acquisitions se sont faites pour moitié en loyer fixe, ce qui nous assure une certaine résilience, et pour moitié en loyer variable, ce qui nous offre un levier de création de valeur. A ce sujet, nous avons d ailleurs été des précurseurs en prenant le risque d un loyer sans minimum garanti, reposant intégralement sur le chiffre d affaires de l hôtel. Or nous avons aujourd hui entre 5 et 8 années de recul et ce type de montage ne nous a occasionné aucune mauvaise surprise, nous offrant une croissance annuelle moyenne des loyers de 3 %, ce qui représente un rythme d indexation très satisfaisant. Notre modèle économique a fait aujourd hui ses preuves puisqu il nous a permis de servir à nos actionnaires des dividendes substantiels et réguliers. Nous souhaitons donc dupliquer en Europe ce que nous avons fait en France, notamment en Allemagne. Nous cherchons également à développer de nouveaux partenariats structurants avec d autres opérateurs hôteliers. Parallèlement à cela, beaucoup de groupes hôteliers sont en train de changer de business model. Et en face, le propriétaire se doit donc également d évoluer pour accompagner la stratégie de son locataire. 8

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

L investissement hôtelier: un bon couple risque /rendement? 15 octobre 2014

L investissement hôtelier: un bon couple risque /rendement? 15 octobre 2014 L investissement hôtelier: un bon couple risque /rendement? 15 octobre 2014 1. Présentation de Turenne Hôtellerie 2. Un constat: l essor de l investissement hôtelier en France 3. Pourquoi cet essor? Indicateurs

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

Résultats semestriels 2015

Résultats semestriels 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Résilience du chiffre d affaires et du patrimoine sous gestion Progression de 4,2% de l ANR EPRA (1) Amélioration du ratio Loan

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI PRÉAMBULE I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI La société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour Object l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier

Plus en détail

SOMMAIRE. Un acteur de référence en produits d épargne immobilière 3. Une équipe de professionnels de l immobilier 4.

SOMMAIRE. Un acteur de référence en produits d épargne immobilière 3. Une équipe de professionnels de l immobilier 4. SCPI OPCI CILOGER SOMMAIRE Un acteur de référence en produits d épargne immobilière 3 Une équipe de professionnels de l immobilier 4 Philosophie 5 Stratégie d investissement 6 Une gamme complète de produits

Plus en détail

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Communiqué de Presse 20 février 2013 Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Résultats solides en 2012 Progression

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

SwissLife Dynapierre Un placement immobilier souple pour diversifier vos actifs

SwissLife Dynapierre Un placement immobilier souple pour diversifier vos actifs SwissLife Dynapierre Un placement immobilier souple pour diversifier vos actifs Organisme de placement collectif immobilier (OPCI) géré par la société de gestion Swiss Life REIM (France) Avertissement

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014 FONCIERE DEVELOPPEMENT LOGEMENTS Société anonyme au capital de 696.110.040 euros 10, avenue Kléber 75116 Paris RCS Paris 552 043 481 («Foncière Développement Logements» ou la «Société») RAPPORT DU CONSEIL

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France 1

Plus en détail

Un investissement dans 3 hôtels minimum en France. Des investissements principalement majoritaires

Un investissement dans 3 hôtels minimum en France. Des investissements principalement majoritaires M a n d a t d e g e s t i o n Mandat hôtelier ISF 05 LE MANDAT HÔTELIER 05, UNE CLASSE D ACTIFS ORIGINALE Un investissement dans 3 hôtels minimum en France Turenne Capital choisit d investir dans des PME

Plus en détail

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion OFFRE ISF 2013 Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion D 123Club PME 2013 UN INVESTISSEMENT PERMETTANT DE BéNEFICIER DE 50% DE RéDUCTION D ISF JUSQU à 45 000 (cf. risques

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Communiqué de Presse. SG Asset Management innove en lançant le premier FCPR immobilier. Paris, le 25 septembre 2003

Communiqué de Presse. SG Asset Management innove en lançant le premier FCPR immobilier. Paris, le 25 septembre 2003 Communiqué de Presse Paris, le 25 septembre 2003 SG Asset Management innove en lançant le premier FCPR immobilier L immobilier constitue un actif privilégié, décorrelé des marchés financiers traditionnels,

Plus en détail

185 M. 2,9 Md 2,9 3,6 3,5 8,7 8,1. Chiffres clés. actifs. de loyers perçus. de patrimoine. jardineries. lits de clinique ou d Ephad (54 actifs)

185 M. 2,9 Md 2,9 3,6 3,5 8,7 8,1. Chiffres clés. actifs. de loyers perçus. de patrimoine. jardineries. lits de clinique ou d Ephad (54 actifs) Foncière des Murs en Profil Société d Investissement Immobilier Cotée (SIIC), Foncière des Murs est spécialisée dans la détention et le développement de murs d exploitation. Son business model, fondé sur

Plus en détail

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012 Communiqué de presse RESULTATS ANNUELS 2011 Solides résultats 2011 et accroissement du patrimoine Paris, le 15 février 2012 Résultats 2011 o Progression de +14% du cash-flow courant par action à 2,14 o

Plus en détail

Depuis 5 ans, nous avons acquis une solide expérience et une réelle légitimité dans le secteur de la dépendance/santé.

Depuis 5 ans, nous avons acquis une solide expérience et une réelle légitimité dans le secteur de la dépendance/santé. HÔTELS & EHPAD POURQUOI INVESTIR DANS LES EHPAD? Le vieillissement de la population française est une tendance inscrite dans la pyramide des âges. Il engendre une progression mécanique du nombre de personnes

Plus en détail

DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France

DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France Résidences Services Seniors DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France Paris, le 11 avril 2014 Le groupe DOMITYS, leader des Résidences Services Seniors Nouvelle Génération, est le premier

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Fiche Signalétique Générale Décembre 2010 contact : franchise.multifood@gmail.com

Fiche Signalétique Générale Décembre 2010 contact : franchise.multifood@gmail.com 1 PRESENTATION DE NOTRE PROJET DE DEVELOPPEMENT 2 NOTRE STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT : Lancement de la Franchise MultiFood 2-1 CARACTERISTIQUES Nous développons à la fois des implantations de restaurants

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

Accor : une nouvelle dynamique

Accor : une nouvelle dynamique Communiqué de presse Paris, le 19 mai 2010 Accor : une nouvelle dynamique Accor devient un «pure player» hôtelier concentré sur : Son portefeuille de marques et ses clients Son métier d opérateur et de

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Chapitre 1 Introduction... 11

Chapitre 1 Introduction... 11 Sommaire Chapitre 1 Introduction................. 11 Préambule....................................... 11 1. Investir dans l immobilier pour préparer l avenir....... 12 2. Se constituer des revenus avec

Plus en détail

Résultats Annuels 2008*

Résultats Annuels 2008* Paris, le 5 mars 2009, 21h45 Résultats Annuels 2008* Hausse de 16% des loyers Progression du résultat courant de 3,4% (à périmètre constant) Croissance de 34% du cash-flow opérationnel Augmentation de

Plus en détail

Résultats semestriels 2014

Résultats semestriels 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE 30 JUILLET 2014 Résultats semestriels 2014 PARIS, le 30 JUILLET 2014 - Le Directoire de Foncière de Paris s est réuni le 30 juillet 2014 et a arrêté les comptes semestriels de la société

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

Les hôtels. Quelle est la réglementation qui s applique?

Les hôtels. Quelle est la réglementation qui s applique? Les hôtels Qu est-ce qu un hôtel?. C est une établissement commercial d hébergement classé qui offre des chambres ou des appartements meublés en location à une clientèle de passage de séjour.. Il peut

Plus en détail

Savoir conjuguer Bourse et immobilier

Savoir conjuguer Bourse et immobilier Savoir conjuguer Bourse et immobilier Questions Quel nom porte une société par actions dont l activité consiste à investir dans l immobilier les capitaux qu elle collecte? Sous quel nom désigne-t-on l

Plus en détail

Comment accéder autrement aux opportunités du marché immobilier en toute simplicité?

Comment accéder autrement aux opportunités du marché immobilier en toute simplicité? Comment accéder autrement aux opportunités du marché immobilier en toute simplicité? AXA Selectiv Immo AVERTISSEMENT L OPCI détient directement et/ou indirectement des immeubles dont la vente exige des

Plus en détail

PREM Opcimmo L épargne immobilière indirecte réinventée

PREM Opcimmo L épargne immobilière indirecte réinventée GESTION DE PATRIMOINE PREM Opcimmo L épargne immobilière indirecte réinventée Diversification compte-titres et assurance vie Action de l OPCI Opcimmo PREM Opcimmo L épargne immobilière indirecte réinventée

Plus en détail

7.3. Les différents modes de transmission

7.3. Les différents modes de transmission 7.3. Les différents modes de transmission La manière d exercer l activité et le choix de la forme juridique ont des répercussions importantes sur le processus de transmission 7.3.1. Les impacts du choix

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 CREDIT BAIL IMMOBILIER - Sommaire 2 DEFINITION 3 Crédit-bail 3 Différents types de crédits-bails 3 ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX 4 Pendant la période couverte par

Plus en détail

Une stratégie payante

Une stratégie payante Chiffre d affaires 9M 2013 Silex, Lyon Le Patio, Lyon - Villeurbanne Une stratégie payante 7 novembre 2013 Une stratégie partenariale - Des revenus locatifs pérennes Loyers part du groupe solides : + 5,4%

Plus en détail

PRIMONIAL CAPIMMO LES PERFORMANCES DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

PRIMONIAL CAPIMMO LES PERFORMANCES DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Primonial Capimmo Société Civile Immobilière PRIMONIAL CAPIMMO LES PERFORMANCES DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Primonial Capimmo est une Société Civile Immobilière dont l objectif est de constituer, de gérer

Plus en détail

SCPI. Pierre à pierre, tout est affaire de régularité

SCPI. Pierre à pierre, tout est affaire de régularité SCPI Pierre à pierre, tout est affaire de régularité Qu est-ce qu une SCPI? Une Société Civile de Placement Immobilier (SCPI) est la propriété collective de biens immobiliers exprimée en parts détenues

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Optez pour l immobilier dans votre contrat d assurance-vie

Optez pour l immobilier dans votre contrat d assurance-vie Publicité Optez pour l immobilier dans votre contrat d assurance-vie SwissLife Dynapierre Organisme de Placement Collectif Immobilier (OPCI géré par la Société de Gestion de Portefeuille Viveris Reim)

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES Un schéma d optimisation d fiscale et patrimoniale 1 place du 18 juin 1940-74940 ANNECY LE VIEUX Tél. : 04.50.23.10.40 fax : 04.50.23.39.83 Mél. : contact@agika.fr Document

Plus en détail

OPCI 2013. Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland

OPCI 2013. Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland 8 e Conférence Annuelle OPCI 2013 Le Marché de l OPCI face à la crise et suite à la disparition du 210E Dii conférences Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland Paris, 22 janvier 2013 Dii Conférences

Plus en détail

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI OPCI GROUPEMENTS FORESTIERS UFFI REAM Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM Historique UFFI Ream :

Plus en détail

L'Industrie Hôtelière Française 2015 38 ème édition avec l aimable participation de la CCI de Lyon

L'Industrie Hôtelière Française 2015 38 ème édition avec l aimable participation de la CCI de Lyon L'Industrie Hôtelière Française 2015 38 ème édition avec l aimable participation de la CCI de Lyon Lyon 25 novembre Real Estate & Hotels Tourisme - Hôtellerie - Loisirs Présentation de la 38 ème édition

Plus en détail

Réflexions sur les financements immobiliers hôteliers

Réflexions sur les financements immobiliers hôteliers Réflexions sur les financements immobiliers hôteliers Laurent BIGOT 13.10.2014 Le financement, clé de l investissement L immobilier, une classe d actifs mature o Volumes d investissement en Europe en hausse

Plus en détail

OPTIM-IS ENFIN UNE BONNE NOUVELLE FISCALE POUR VOTRE IS 2013

OPTIM-IS ENFIN UNE BONNE NOUVELLE FISCALE POUR VOTRE IS 2013 OPTIM-IS ENFIN UNE BONNE NOUVELLE FISCALE POUR VOTRE IS 2013 La pression fiscale ne cesse de croître et les entreprises sont désormais touchées au même titre que les particuliers. Il y a peu de chance

Plus en détail

SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE. 01 44 54 52 52 - www.cegerem.com

SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE. 01 44 54 52 52 - www.cegerem.com SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE NOTRE MÉTIER CEGEREM est une société de conseil et de gestion qui : met à disposition de l investisseur des locaux d entreprise neufs et polyvalents

Plus en détail

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine Investir en SCPI Une SCPI ou Société Civile de Placement Immobilier est un produit d investissement collectif non coté investi en immobilier. L acquisition de parts de SCPI permet à l investisseur d effectuer

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier FCPI Diadème Innovation Pour concilier innovation et immobilier Diadème Innovation II, défiscalisation, innovation et immobilier Diadème Innovation II, Fonds Commun de Placement dans l Innovation, a pour

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ISF 2016

MANDAT DE GESTION ISF 2016 P MANDAT DE GESTION ISF 2016 OBJECTIFS DU MANDAT Le Mandat (1) est investi principalement (soit au minimum à hauteur de 75% au moment de l investissement initial) dans des PME Eligibles exerçant une activité

Plus en détail

LES DETENTIONS INDIRECTES

LES DETENTIONS INDIRECTES LES DETENTIONS INDIRECTES Actualisée le : 27 avril 2011 LES SCPI Concept du produit Les SCPI offrent aux épargnants la possibilité d acquérir des parts d une société qui acquière et gère elle-même des

Plus en détail

OTC ASSET MANAGEMENT

OTC ASSET MANAGEMENT OTC ASSET MANAGEMENT Notre FCPI: OTC ENTREPRISES 4 4 e FCPI de sa génération, OTC ENTREPRISES 4 sera géré selon les principes de gestion historiques d OTC Asset Management : une stratégie diversifiée et

Plus en détail

SCPI Gemmeo Commerce

SCPI Gemmeo Commerce SCPI Gemmeo Commerce L immobilier de commerce français en portefeuille Durée d investissement recommandée de 8 ans Comporte des risques en perte de capital 2 Avertissement Facteurs de risques Lorsque vous

Plus en détail

Journée Valaisanne du Tourisme

Journée Valaisanne du Tourisme Journée Valaisanne du Tourisme Défis, Tendances et Innovations en matière d hébergement touristique Martigny - 5 Octobre 2015 Pierre Olivier TOUMIEUX - CEO Groupe LAGRANGE SOMMAIRE 2 1. Le Groupe LAGRANGE

Plus en détail

C O P P E R A N D C O. F R 1

C O P P E R A N D C O. F R 1 COPPERANDCO.FR 1 2 COPPER AND CO Investir en club-deal dans l immobilier d entreprise : une nouvelle dimension pour votre patrimoine. 1 HISTORIQUE ET HOMMES Copper and Co concrétise l engagement de deux

Plus en détail

déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH).

déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH). déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH). Réhabiliter et préserver le patrimoine architectural français. Les dépenses

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

LA VALORISATION DES LOCAUX MONOVALENTS

LA VALORISATION DES LOCAUX MONOVALENTS MICHEL MARX Expertises EXPERTS IMMOBILIERS SPÉCIALISTES DE LA PROPRIÉTÉ COMMERCIALE LA VALORISATION DES LOCAUX MONOVALENTS par Michel MARX expert immobilier chartered surveyor FRICS Plan : Introduction

Plus en détail

SG Pierre Entreprise

SG Pierre Entreprise SG Pierre Entreprise Fonds de Placement Immobilier De l immobilier d entreprise souple pour diversifier votre patrimoine Durée de placement recommandée : 10 ans minimum SG Pierre Entreprise Préambule Avertissement

Plus en détail

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 COMMUNIQUE D INFORMATION Sète, le 17 avril 2013-17h45 RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 GILBERT GANIVENQ, PRESIDENT, ET OLIVIER GANIVENQ, DIRECTEUR GENERAL «Groupe Promeo a engagé depuis plusieurs mois

Plus en détail

SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE. 01 44 54 52 52 - www.cegerem.com

SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE. 01 44 54 52 52 - www.cegerem.com SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE NOTRE MÉTIER CEGEREM est une société de conseil et de gestion qui : met à disposition de l investisseur des locaux d entreprise neufs et polyvalents

Plus en détail

Souscription ouverte jusqu au 20 décembre 2013. La première période de commercialisation s achève le 20 décembre 2012. La clôture de la période de

Souscription ouverte jusqu au 20 décembre 2013. La première période de commercialisation s achève le 20 décembre 2012. La clôture de la période de Reximmo patrimoine 3 scpi de type malraux Un investissement indirect dans de l immobilier ancien au cœur des villes historiques Souscription ouverte jusqu au 20 décembre 2013. La première période de commercialisation

Plus en détail

GROUPE LES HÔTELS DE PARIS. Réunion d information - Résultats annuels 2002

GROUPE LES HÔTELS DE PARIS. Réunion d information - Résultats annuels 2002 GROUPE LES HÔTELS DE PARIS Réunion d information - Résultats annuels 2002 LES INTERVENANTS Patrick MACHEFERT Président-directeur Général Michel MANCHERON Secrétaire Général Olivier WOLF Directeur Administratif

Plus en détail

fcpr 123Corporate 2018 de placement à risques

fcpr 123Corporate 2018 de placement à risques fcpr 123Corporate 2018 fonds commun de placement à risques objectif de gestion et stratégie d investissement Un fonds offrant une alternative aux placements traditionnels > 123Corporate 2018 est un fonds

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 28 août 203 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES er SEMESTRE 203 BONNE PERFORMANCE COMMERCIALE DES ACTIVITÉS DE CONSTRUCTION LES PLANS D ADAPTATION DÉLIVRENT LES RÉSULTATS ATTENDUS AMÉLIORATION DE LA

Plus en détail

SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE

SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE Jusqu à la fin des années 90, le parc locatif privé Sisteronnais était essentiellement situé dans les quartiers anciens de la ville, dans des immeubles vétustes.

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Le Statut Auto-Entrepreneur

Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur en 10 points http://www.declaration-auto-entrepreneur.com L auto-entrepreneur est caractérisé par différents points clés. Lorsque l ont décide de

Plus en détail

OPTIM-IS LA BONNE NOUVELLE FISCALE POUR VOTRE IS 2014

OPTIM-IS LA BONNE NOUVELLE FISCALE POUR VOTRE IS 2014 OPTIM-IS LA BONNE NOUVELLE FISCALE POUR VOTRE IS 2014 La pression fiscale ne cesse de croître et les entreprises sont désormais touchées au même titre que les particuliers. Il y a peu de chance de voir

Plus en détail

Un placement immobilier souple pour diversifier vos actifs

Un placement immobilier souple pour diversifier vos actifs Publicité Un placement immobilier souple pour diversifier vos actifs SwissLife Dynapierre Organisme de Placement Collectif Immobilier (OPCI géré par la Société de Gestion de Portefeuille Viveris Reim)

Plus en détail

FIP ISF - PATRIMOINE & HÔTEL N 4 Investir dans le SECTEUR de l HÔTELLERIE

FIP ISF - PATRIMOINE & HÔTEL N 4 Investir dans le SECTEUR de l HÔTELLERIE FIP ISF - PATRIMOINE & HÔTEL N 4 Investir dans le SECTEUR de l HÔTELLERIE Le FIP PATRIMOINE & HOTEL N 4 est un véhicule d investissement dédié au soutien et au développement de PME issues d un secteur

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville L immobilier en centre ville Photos non contractuelles FACTEURS DE RISQUES Vous investissez dans une SCPI fiscale «Déficits fonciers», permettant au porteur de parts de bénéficier du régime fiscal dit

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER Dans le cadre de l optimisation du financement d une acquisition immobilière, il est souvent difficile de faire le point de toutes les propositions et d optimiser

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

SCPI Corum Convictions

SCPI Corum Convictions L investissement indirect dans l immobilier via une SCPI SCPI Corum Convictions Société Civile de Placement Immobilier SCPI Corum Convictions La SCPI : un placement immobilier indirect La Société Civile

Plus en détail

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP BIENVENUE AU DOMAINE DU GRAND TOURTRE UN SÉJOUR DE VACANCES INOUBLIABLE 18 place de l Hôtel de Ville 16 210 CHALAIS Tel: +33(0)5 45 98 31 56 Fax: +33(0)5 45 98 31 55 Email: france@shelbournedevelopment.com

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

Immobilier et Assurance Vie

Immobilier et Assurance Vie Immobilier et Assurance Vie Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le fonctionnement des SCPI au sein de l'assurance Vie...p3 Pourquoi la SCPI Primopierre?...p4 L'enveloppe Assurance

Plus en détail

Baux commerciaux Valeur Locative & Indemnité d éviction

Baux commerciaux Valeur Locative & Indemnité d éviction Baux commerciaux Valeur Locative & Indemnité d éviction Arnaud FRERAULT Expert près la cour d Appel de Chambéry, MRICS Chambéry, le 22 Mars 2013, Actualité des baux commerciaux «Valeur Locative & Indemnités

Plus en détail

Conférence «Arrêté des Comptes» - 28 novembre 2012 - L entrée en fiscalité de l UNPMF - MUTEX

Conférence «Arrêté des Comptes» - 28 novembre 2012 - L entrée en fiscalité de l UNPMF - MUTEX ÉPARGNE - PRÉVOYANCE - RETRAITE Conférence «Arrêté des Comptes» - 28 novembre 2012 - L entrée en fiscalité de l UNPMF - MUTEX L entrée en fiscalité de l UNPMF - MUTEX 1 Introduction 2 Les raisons du choix

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine.

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Afin d en profiter, le Plan d Epargne en Actions (1) (PEA) et le Plan d Epargne

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Analyse financière 2 e ÉDITION Emmanuelle Plot-Vicard Madeleine Deck-Michon L essentiel + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

RAPPORT D'EVALUATION Exemple

RAPPORT D'EVALUATION Exemple RAPPORT D'EVALUATION Exemple Rapport d'évaluation 2/7 Nous souhaitons attirer l'attention sur le fait que les informations contenus dans ce rapport (chiffres, tableaux, hypothèses) ont été élaborées à

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail