Organe central du Parti Communiste des Ouvriers de France. Mensuel n 523 : Novembre 2011 Prochaine parution : le 06 décembre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Organe central du Parti Communiste des Ouvriers de France. www.pcof.net Mensuel n 523 : Novembre 2011 Prochaine parution : le 06 décembre 2011 2"

Transcription

1 Organe central du Parti Communiste des Ouvriers de France Mensuel n 523 : Prochaine parution : le 06 décembre Fonderies du Poitou Montupet. Les travailleurs sont mobilisés depuis septembre, pour défendre leurs emplois Nous ne paierons pas leur crise, Nous ne paierons pas leur dette Solidarité ouvrière et populaire! Prolétaires de tous les pays unissez-vous!

2 2 Editorial Nous ne paierons pas leur dette SOMMAIRE Sarkozy a lancé sa campagne, tout en prétendant ne penser qu'à sauver l'euro, la France, la Grèce, l'ue La valse des milliards a reprise de plus belle, des sommes astronomiques mobilisées pour sauver l'euro et plomber le présent et l'avenir des peuples : celui de la Grèce, qu'ils veulent condamner à l'austérité pour vingt ans, et qu'on fait mine de plaindre pour nous menacer de la même peine, si nous n'acceptons pas de payer les dettes! Merkel et Sarkozy ont le même discours : il n'y a pas d'autre choix, sinon, c'est le régime d'austérité grec. Et d'assener l'obligation incontournable pour tous les pays de se plier à la règle d'or d'ici Ils ne prennent même plus la peine d'habiller leur politique de diktat permanent, en passant par les parlements nationaux. C'est cela la nouvelle gouvernance européenne. Le gouvernement des plus forts - économiquement - et de plus en plus, du plus fort, l'impérialisme allemand. C'est la mise sous tutelle d'un pays, dirigé de fait par une task force européenne (le mot vient d'eux) dirigée par un technocrate de la BCE, chargé de la mise en œuvre de la politique d'ajustement dictée par la troïka, FMI, PCE, UE. Nous voilà encore davantage dans l'application concrète des dogmes de la constitution européenne, rejetée par référendum. C'est dire l'absolue nécessité pour un gouvernement de la gauche de transformation sociale, de sortir du traité de Lisbonne. Le président fanfaron a cité à plusieurs reprises le modèle allemand qui marche et qu'il veut suivre. Ce fameux modèle est surtout basé sur une baisse considérable des revenus des travailleurs, des indemnités chômage et de toute une série de mécanismes sociaux. Le miracle allemand, c'est avant tout d'avoir imposé des baisses drastiques de salaires et plus de flexibilité des horaires de travail, de façon à ce que le salarié allemand soit compétitif vis-à-vis du salarié des pays de l'est. Et cette baisse et ces reculs sociaux ont été négociés avec les syndicats intégrés dans la gestion du système. Nous voilà prévenus! Sarkozy a aussi évoqué et salué les investissements chinois nécessaires au plan de sauvetage de l'euro. Les dirigeants chinois sont des gestionnaires pragmatiques d'une économie capitaliste qui dépend en grande partie des exportations vers les marchés européens, étasuniens, mais aussi africains. Ils veulent à la fois diversifier leurs avoirs financiers, en achetant de l'euro et continuer à vendre leurs produits sur ce marché, sans exclure d'investir directement dans certains secteurs économiques. Ils ont tout appris de leurs concurrents et peuvent se permettre de donner des leçons de gestion capitaliste. La Chine s'intègre de plus en plus dans le système mondial de l'impérialisme dont elle est un des rouages importants. C'est ce que Sarkozy a compris. Il a dû annoncer quelques milliards supplémentaires d'économies budgétaires, du fait d'une croissance inférieure à celle retenue par Bercy. Il ne trouve d'ailleurs rien d'anormal à faire discuter le parlement d'un budget basé sur des prévisions notoirement gonflées. Tout cela ne fait que renforcer l'image d'un pouvoir qui navigue à vue, ayant comme seul cap celui de l'austérité pour le plus grand nombre et son pendant, la préservation des intérêts des banques, de l'oligarchie financière, des grands actionnaires. Total vient d'ailleurs d'annoncer un nouveau record de ses bénéfices, de 3,3 milliards d'euros (+ 17%) pour le troisième trimestre, ajoutant : Le groupe aborde le quatrième trimestre avec confiance. Sur neuf mois (janvier-septembre), Total a déjà enregistré un bénéfice de 10 milliards d'euros. Pas touche aux bénéfices des monopoles! Ils continuent à bénéficier des réductions d'impôts (ils sont imposés à 8%, là où les TPME le sont à 30%). Les économies se feront encore sur le dos des travailleurs des services publics et des usagers, que ce soit dans la santé, l'éducation ou la protection sociale. Ses ministres, de la droite populaire en voie de lepénisation avancée, ou ceux de la droite sociale se sont lancés dans une guerre à la fraudeurs, aux assistés, nouveaux termes pour parler des pauvres, des chômeurs en fin de droit, des retraités sans pension, des jeunes dans la précarité. Plus de 4 millions de demandeurs d'emploi et travailleurs précaires par intermittences, soit 9,6% de la population active. Les chiffres sont particulièrement élevés pour les plus de 50 ans, qui doivent en plus attendre 60 ans et 4 mois pour sortir du marché du travail. Des situations de misère pour des salariés usés par le travail, qui renoncent à se soigner. Sarkozy n'a pas eu un mot pour ces hommes et ces femmes, pour les jeunes, dont le taux de chômage atteint 40% pour peu qu'ils habitent un quartier populaire sensible Le bilan de sa politique est grave pour les travailleurs, les masses populaires et les peuples. La politique d'austérité qu'il veut nous imposer n'a d'autre but que de la poursuivre et de l'amplifier. Dans le fort rejet ouvrier et populaire, il y a trois aspects : - c'est le rejet de Sarkozy et de sa politique basée sur l'instrumentalisation des peurs, sur l'exacerbation des divisions, sur la stigmatisation des étrangers, des pauvres - - c'est le rejet de la politique d'austérité, celle qu'il veut nous imposer, mais aussi celle que d'autres gouvernements, sociaux libéraux, imposent dans plusieurs pays. - C'est le rejet de l'idée qu'on ne peut rien faire, qu'il faut se résigner et chercher à tout prix à rassurer les marchés. Cela s'exprime aujourd'hui dans un mot d'ordre qui est repris partout : nous ne paierons pas leur crise, nous ne paierons pas leur dette. Il se traduit dans les luttes contre les licenciements, les suppressions d'emplois, pour les augmentations de salaires Travaillons à ce qu'il gagne en force, qu'il mobilise toujours plus d'hommes et de femmes, et qu'il trouve toute sa place dans l'alternative de rupture du Front de Gauche. Politique - Entrée en campagne du Front de Gauche..3 - Réunions publiques..4 - Primaires du PS Budget : 8 milliards à trouver...5 Société - manifestations pour sortir du Nucléaire...6 Histoire novembre 1917 : les soviets prennent le pouvoir octobre 1961 : un crime d Etat...7 Mouvement ouvrier et syndical - Gagnons l interdiction des licenciements pour les profits Des syndicalistes s engagent dans la campagne du FdG Pôle emploi : restructuration contre salariers et usagers.9 - Campagne pour l égalité des salaires Homme - Femme Echos des luttes : Montupet, facteurs d Echirolles, travailleurs sociaux...11 Jeunesse - L exploitation d un jeune ouvrier au quotidien12 International - Libye Tunisie Résolution de la CIPMOL...16 Abonnez-vous pour 3 numéros gratuits Pour cela, il vous suffit de remplir ce bon et de nous le renvoyer à notre adresse nationale ou de le remettre à un de nos militants. Nom :...Prénom :... Adresse : Adresse internet :... vous parviendra pendant trois mois gratuitement sous pli ouvert. - Organe central du Parti Communiste des Ouvriers de France 15 cité Popincourt Paris - Tél/Fax Tarifs d'abonnement pour la France - Pli ouvert avec suppléments trimestriels Pli fermé écopli avec suppléments trimestriels Formule abonnement avec soutien - Pli fermé et suppléments Tarif minimum Chèque à l'ordre de : Société En Avant

3 Le Front de Gauche est entré en campagne! Le Front de Gauche a ouvert son quartier général, l Usine, située aux Lilas (93). Son candidat, Jean-Luc Mélenchon, s efforce d avoir accès aux médias, ce qui n est pas chose facile tant est forte la pression pour imposer le face à face Sarkozy - Hollande, intronisé par ces mêmes médias comme le candidat de toute la gauche. Mélenchon multiplie les déplacements de soutien aux salariés en lutte. C est un des objectifs du FdG : soutenir les travailleurs qui se battent contre les conséquences de la politique gouvernementale et patronale qui leur fait payer la crise, les dettes et les intérêts Les organisations du FdG, quant à elles, s impliquent dans la mise en place des assemblées citoyennes dont l objectif est de s adresser aux masses, pour les gagner à la dynamique du FdG et à son programme. Notre parti s est lancé dans cette tâche, en commençant par prendre contact avec les autres composantes et en participant aux initiatives communes. L une d elles, la vente de masse du programme du FdG, l Humain d abord va se dérouler sur l ensemble du territoire, le week-end du 5-6 novembre. Le succès que rencontre la vente de ce document (plus de exemplaires vendus, troisième meilleure vente dans de nombreux réseaux de librairies ) est un signe politique ; il y a une grande attente dans des milieux qui cherchent une alternative à la fois crédible, parce qu unitaire et concrète. Ce document est très souvent pris pour le programme de gouvernement du FdG. Les mesures concrètes et la place qu elles prennent dans le livre y contribuent. Mais, comme il est dit dans son introduction, ce livre aspire en premier lieu à être enrichi, discuté, contesté même. Il veut provoquer et nourrir le débat politique sans lequel il n est pas de démocratie adulte, condition d un peuple émancipé. Cela a deux conséquences : d une part, il est la base minimale d accord entre les composantes du FdG, qui les engage entre elles et vis-à-vis des masses. D autre part, cette base politique doit être enrichie, par ce qui remontera des discussions, notamment au sein des assemblées citoyennes. Pour notre part, nous pensons que ces discussions doivent être intimement liées au mouvement social, aux luttes, aux questions sur lesquelles il existe déjà des dynamiques unitaires et de mobilisation. Autrement dit, l enrichissement du programme passe par sa validation par et dans la pratique. Il ne s agit pas de remettre en cause les accords réalisés mais d en vérifier la justesse et la pertinence, au feu de la pratique, de la lutte de classe. C est ainsi qu il y aura enrichissement et non débat stérile, en vase clos. Cela est d ailleurs rendu nécessaire par une réalité qui s impose à nous, à savoir le fait que ce texte a été écrit avant que la crise de la dette ne s emballe. Or, cette question va être au cœur des polémiques et des affrontements entre les tenants du libéralisme et du social-libéralisme, partisans, dans le fond, de la faire payer aux peuples, et ceux qui, comme le proclament les forces du FdG, s y opposent en disant que ce n est pas aux travailleurs et aux peuples de payer la crise du système, dont la crise de la dette est une manifestation et une conséquence. Autrement dit, c est à partir des points d accord politiques existants que nous devons construire l argumentaire, pour aller plus loin, pour élaborer mots d ordre, exigences et propositions concrètes, avec ceux qui se battent déjà pour refuser de payer cette crise et cette dette, que ce soit en luttant contre les licenciements, pour des augmentations de salaires, et ceux qui sont solidaires des combats sur ces mêmes questions, partout dans le monde, en particulier mais pas exclusivement, en Europe. Notre Parti a une boussole pour mener ce travail, c est son programme Pour un front populaire révolutionnaires. Plusieurs militants d autres organisations du FdG nous ont fait la réflexion suivante : je suis d accord à 90 % avec votre programme. Il faut que vous veniez dans le Front de Gauche. Autrement dit, et c est comme cela que nous comprenons cette réflexion : venez y apporter votre grille d analyse, vos positions et vos propositions, pour qu on débatte dans le FdG. Et nous ajoutons, venez avec votre expérience, votre détermination et vos convictions. Le FdG a un niveau d unité politique important ; le plus important et le plus partagé au niveau des forces de la gauche de transformation sociale. C est ce cadre qu il faut rallier et renforcer aujourd hui, et nous l espérons, demain encore plus. En mai 2010, nous écrivions dans l éditorial de notre journal : l unité est un combat qu il faut mener. Ce qui a changé depuis, c est qu il y a un cadre pour mener ce combat : c est le FdG. Politique Les assemblées citoyennes peuvent être le lieu et le moyen d y associer les travailleurs, les jeunes, les femmes des milieux populaires, les syndicalistes, les militants pour les droits démocratiques, ceux qui luttent contre les lois réactionnaires, liberticides, le racisme d État, ceux qui luttent pour renforcer la solidarité avec les peuples qui combattent les mêmes ennemis et les mêmes politiques, ceux qui luttent contre les politiques de pillage et de Le mardi 18 octobre, la cellule Politzer a organisé une réunion de présentation de notre programme Pour un Front Populaire Révolutionnaire maintenant. Les invitations ont été lancées auprès de nos amis et sympathisants ainsi qu aux militants des organisations du Front de Gauche avec lesquels nous travaillons dans les collectifs unitaires depuis plusieurs années maintenant. Tous n ont pu répondre favorablement à cette invitation et nous le regrettons, mais rares sont les soirées qui ne voient pas se succéder une, voire deux réunions, tant les sujets de mobilisations sont nombreux dans les différents collectifs parisiens. L exposé de notre programme par la porte-parole de notre Parti sur le 11 e a été l occasion de rappeler le contexte politique dans lequel il s inscrit et les principaux axes de rupture que notre parti souhaite porter à la discussion au sein de l ensemble des forces de la gauche de transformation sociale. Cela a permis également d expliquer comment nous envisagions notre participation au Front de Gauche. L assemblée s est unifiée sur notre conception : travailler à gagner les masses populaires et la classe ouvrière, ne pas concevoir le Front de Gauche uniquement comme un cartel d organisations avec seulement la perspective d un front électoral, mais la nécessité de créer un véritable rapport de force, pour pouvoir imposer une politique de rupture avec la droite libérale, le social-libéralisme et l écolo-libéralisme. Puis, la discussion s est engagée, y compris sur des points qui ne font pas 3 guerre Chacun peut et doit investir ces combats et s enrichir du combat des autres, en les inscrivant dans une dynamique de lutte pour la transformation sociale. Paris XI e Réunion autour de notre programme consensus entre les différentes organisations du Front de Gauche, une discussion menée dans un esprit très libre et constructif. La question de la sortie de l Euro, qui ne figure pas dans le programme du Front de Gauche, a été abordée. Nous avons pu réexpliquer que nous n en faisions pas un préalable à notre entrée dans le Front de Gauche, et qu il fallait l envisager comme l aboutissement d un processus et non comme une revendication immédiate. Cette question ne se posera pas dans les mêmes termes quand un gouvernement progressiste porteur des axes de rupture d avec le néolibéralisme sera au pouvoir. La question du nucléaire a été posée également, et nous avons expliqué que les axes qui sont dans notre programme constituent des étapes pour une sortie du nucléaire. Cela a été l occasion de dire que nous ne somme pas en contradiction avec ce qui figure dans le programme du Front de Gauche même si celui-ci n a pas une position définitive sur la question : l organisation d un débat national sur cette importante question est une nécessité. La discussion doit se mener avec les travailleurs de la filière électronucléaire, car cette question ne pourra pas se résoudre sans eux. La sortie du nucléaire interroge le mode de production et de consommation actuels d énergie et renforce la nécessité d une autre politique économique. La camarade représentant la Gauche Unitaire a salué notre entrée dans le Front de Gauche, et exprimé sa satisfaction que le PCOF y apporte son Suite p 4 lll

4 4 Politique Réunion autour de notre programme Suite de la p 3 lll expérience et ses luttes et aussi plus largement ses convictions idéologiques, le communisme, le socialisme. Puis la discussion a porté sur la façon de mener la campagne du Front de Gauche. Nous sommes tombés d accord sur la nécessité de faire le lien entre les revendications contenues dans le programme et le soutien du Front de gauche aux luttes qui se mènent aujourd hui, pour faire avancer les consciences dans les milieux populaires, donner une perspective plus large que les élections. La campagne sur la revalorisation des salaires féminins, lancée par Femme Egalité avec d autres organisations féministes a été prise La cellule Gaston Monmousseau a tenu sa première réunion publique à Molsheim, pour présenter notre programme pour un Front Populaire Révolutionnaire maintenant. Nous avons projeté le diaporama sur les axes du programme et expliqué notre démarche pour construire un Front Populaire Révolutionnaire. Nous avons également annoncé notre adhésion récente au Front de Gauche. Le débat s est engagé très rapidement et a été très riche. Les participants, militants ouvriers et syndicalistes, ont posé la question du lien entre les luttes revendicatives et le système capitaliste. Comment faire aboutir les luttes, quelle issue ontelles? Des aspects concrets ont été abordés. Le niveau de technologie actuel qui a fait faire un bond à la productivité et à la création de richesses pourrait permettre aux ouvriers de travailler moins. Or c est tout l inverse qui se produit, et la plus-value créée est entièrement accaparée par les capitalistes, qui préfèrent générer du chômage (et nous le faire payer) et des reculs sociaux que de céder sur leurs retours sur investissements. Un militant, qui est allé soutenir la lutte courageuse des Fralib le 3 octobre à Marseille, journée de mobilisation nationale des ouvriers de l agro-alimentaire, a parlé de leur résistance pour empêcher la fermeture de leur usine et la délocalisation de la production, ainsi que de leur projet de se réapproprier les moyens de production et fabriquer des produits propres (sans arômes chimiques), sans polluer, et en faisant vivre les producteurs de plantes en exemple. Cela a été l occasion pour des militantes de Femmes Egalité présentes à la réunion de resituer cette campagne dans son contexte politique. C est un processus entamé avec la lutte des travailleuses sans papiers, puis avec la participation des organisations féministes dans les mobilisations contre la réforme des retraites qui a conduit à lancer cette campagne aujourd hui. La discussion a mis aussi en avant le fait que les luttes unitaires menées dans les différents collectifs se font avec d autres forces au-delà du Front de Gauche et que cette unité est importante et nécessaire. La soirée s est achevée autour d un verre de l unité. Correspondance Cellule G. Politzer Paris 11 e Première réunion du Parti à Molsheim de la région. Un débat a eu lieu sur la viabilité de tels projets dans le cadre du système capitaliste ; de tels projets, aussi généreux soient-ils, se heurteront, à un moment donné, aux lois du marché capitaliste. Une solution ne peut être que globale et basée sur l exigence d une autre logique économique à l opposé de celle du système actuel basé sur la recherche du profit maximum. Les discussions ont pointé du doigt la nécessité d inscrire les luttes de la classe ouvrière dans une perspective politique de rupture avec le système capitaliste, pour un changement de société. En effet, la construction d une alternative politique de rupture avec la logique du système est indispensable pour que la classe ouvrière et les travailleurs puissent faire aboutir leurs revendications et que leurs projets deviennent viables, rupture non seulement avec la politique actuelle du système, le néolibéralisme, mais aussi rupture avec le système capitaliste lui-même. C est ensemble que nous devons construire cette alternative. Aujourd hui, un cadre politique existe : celui du Front de Gauche, dont le programme veut faire place au peuple et non pas être un recueil de solutions toutes faites et qui affirme que pour résoudre la crise il faut reprendre le pouvoir (Extraits du programme partagé du Front de Gauche) Beaucoup d autres questions ont été discutées, car cette soirée a été riche d échanges, d écoutes, et a abouti à l engagement des militants présents de soutenir le Front de Gauche et de travailler à son ancrage indispensable dans la classe ouvrière. Cellule Gaston Monmousseau Les primaires Dès la mi-septembre et jusqu à la mi-octobre, pendant un bon mois donc, nous n avons entendu parler dans les médias que des primaires du PS. Il s agissait pour ce parti, et pour la première fois, de faire élire, non par ses militants mais par les électeurs qui le voulaient bien (1), l un des 6 candidats en lisse pour l élection présidentielle. Des primaires : vers plus de démocratie? Une première donc, car jusqu à présent dans la vie politique française, ce sont les adhérents des partis qui décident pour leur parti, même si nous savons bien que dans certaines formations, de droite en particulier, cela se règle derrière le rideau et de façon souvent sanglante. A gauche, en tous cas jusqu à présent, ce sont les adhérents, souvent militants, qui prennent les décisions qui concernent leur parti. Cette fois-ci, ils ont été mis au même niveau que n importe quel électeur se disant de gauche, mais aussi, comme les enquêtes l ont montré, des électeurs écologistes, du centre, et même de droite! Le PS a donc expérimenté et promu, en tout cas pour ce qui concerne la désignation de son candidat à l élection présidentielle, le système des primaires. Cette forme de désignation va dans le sens des institutions de la V e République qui, en faisant élire le président au suffrage universel et en lui donnant des prérogatives importantes, personnalise à l excès cette élection. Cela renforce encore le caractère présidentiel du régime de la V e République, au moment où, dans de larges secteurs de la gauche, le présidentialisme est dénoncé et où la volonté de mettre Budget : il va falloir Les députés viennent d adopter la première partie, celle des recettes, d un projet de loi de finances pour Comme le projet de loi de financement de la sécurité sociale, voté lui aussi tout dernièrement, il est déjà en partie bancal puisque le gouvernement, qui avait basé ses prévisions sur une croissance de 1,75 %, est obligé de refaire ses calculs sur des prévisions à 1 %. Si François Fillon a félicité les députés de sa majorité pour l excellent travail qu ils ont accompli, les député PS et de l opposition ont eu beau jeu de fustiger un budget déjà caduc en place des institutions plus démocratiques se traduit par le ralliement à l idée de la nécessité d une Constituante pour élaborer les attributs et le mode de fonctionnement d une VI e République. Nous avons assisté, d après les médias unanimes, à un exercice démocratique de grande ampleur. Et ces louanges n ont pas cessé, de radios en journaux, de débats télévisés en émissions politiques. Les médias ont été mis à contribution puisque les grandes chaînes de télévision et de radio ont été les vecteurs des débats entre les candidats, débats qui devaient permettre aux électeurs potentiels de se faire un point de vue sur chacun des candidats. Et c est bien de la personnalité des candidats dont il s agissait puisque tous (à l exception de l anecdotique participation de Baylet, du parti radical) ont adopté le même programme et juré qu ils s y tiendraient. L UMP a d abord glosé sur les primaires en essayant, par des traits d esprit plus ou moins heureux, de minimiser et de décrier le processus. Puis les ténors de droite ont parié sur la bataille entre les candidats, s attendant sinon à un pugilat du moins à un spectacle où les coups bas allaient pleuvoir. Comme les candidats ont su se tenir, et que l audience réalisée par les débats de ces primaires a été forte, ils ont alors changé de ton. Fillon a donné le la, disant que les primaires, c était bien et que c est ce qu il fallait faire, y compris à droite! Il reste que les heures d antenne dont le PS a bénéficié les font rager et qu ils sont bien entendu furieux que leur adversaire prévisible dans la bataille pour l Élysée ait occupé ainsi le terrain pendant près d un mois au détriment de leur propre camp! On peut être sûrs qu ils vont se rattraper et tout entier marqué par la logique d austérité. Parmi ses principales mesures, la loi de finances pour 2012 prévoit une taxation des hauts revenus, une taxe sur les boissons à sucres ajoutés et contenant des édulcorants de synthèse, un allègement des plus-values immobilières dans certains cas pour la vente d une résidence secondaire. Mais comme N. Sarkozy nous l a annoncé dans son show télévisé de mardi dernier, il va falloir trouver 7 à 8 milliards en plus pour boucler ce budget! Ce qui veut dire trouver d autres recettes ; quant à la partie

5 au PS et comme on le voit déjà, le président - candidat mais non déclaré, dont les heures d antenne ne sont donc pas décomptées - va user et abuser des médias pour combler l écart. Ainsi, les deux grands partis du système, UMP et PS, se sont ralliés au système des primaires, consacrant le passage d un système de partis politiques à un système où les limites des partis s effacent pour faire place à un appel à l opinion publique et où les médias et bientôt l argent joueront le rôle principal. Nous sommes certes encore loin des shows à l américaine mais on en prend le chemin! Il n est pas sûr que l on doive s en réjouir et que la démocratie y gagne! Les messages politiques de ces primaires Mais ces primaires ont, de fait, et en creux, apporté des éléments d information importants sur l état de la société et son rapport à la politique. Le nombre de téléspectateurs qui ont suivi les débats par exemple est un indice de l intérêt et de la soif de débat politique dans une partie importante de la société (3). Car il fallait le vouloir pour suivre des débats sur des sujets comme la crise de l euro, la dette, la mondialisation etc. On était bien loin des émissions de téléréalité ou des grandes soirées dites populaires avec stars et invités people. Les sondages, on le sait, mais cette primaire l a encore confirmé, sont loin de pouvoir prédire les résultats d une élection! Le pourcentage de voix réalisé par le candidat Montebourg au premier tour n avait pas été prévu. Là encore, ce score sur le candidat le plus à gauche du PS qui a en particulier proposé des solutions beaucoup plus radicales sur la question des banques notamment, traduit la conscience dans une partie importante des électeurs de gauche de la nécessité de prendre des mesures fortes contre la spéculation financière, les licenciements boursiers, et les coupes sombres dans les budgets sociaux. Mais quel sentiment ont pu éprouver les électeurs qui ont porté leur voix sur ce candidat quand ils l ont entendu se rallier à Hollande? Même si l argument de la prime au mieux placé, qui a été martelé par tous, en a, sinon convaincus, du moins raisonnés certains, chez beaucoup il doit y avoir pas mal d amertume et le sentiment d avoir été floué Montebourg a joué sa partition et, score à l appui, espère bien monnayer son ralliement à Hollande contre un poste dans un futur gouvernement PS. Il n est pas sûr, là encore, que la démocratie y ait trouvé son compte! Notes (1) Il fallait pour être électeur, souscrire aux valeurs de gauche et s acquitter d un euro. (2) Participants : 2,7 millions au premier tour, 2,9 au second. (3) Près de 5 millions de téléspectateurs - au total représentants 22,1 % de part d audience - ont suivi le premier débat qui a duré près de trois heures, chiffres donné par l institut Médiamétrie. Quant au deuxième débat, il aurait été suivi par plus de 5,9 millions de téléspectateurs. Le PS a décliné son programme en 30 propositions censées engager tous les candidats de la primaire, a fortiori celui qui en a été le vainqueur, François Hollande. Ce programme se démarque bien entendu de la droite et de l extrême droite par sa volonté d infléchir la politique actuelle vers plus de justice sociale ; le programme promet, pour ce faire, une réforme fiscale. Mais, comme cela s est vu dans les débats des primaires, il ne s agit à aucun moment de toucher au système, de sortir de la logique des marchés financiers, encore moins de refuser de rembourser les dettes! Hollande lui-même ne s est-il pas présenté comme celui qui sera le plus efficace dans la réduction des déficits publics? Certes, on prendra un peu plus aux grandes fortunes et aux dividendes exorbitants des actionnaires des grands groupes ; on essaiera de limiter les appétits rapaces de la finance, de réorienter les capitaux vers l investissement, de favoriser les PME Mais ces mesures, si elles limiteront pour un temps les reculs sociaux d ampleur que nous avons subis, ne peuvent sortir le système de sa profonde crise. Il suffit de voir comment le gouvernement socialiste grec gère la crise, comment il envoie ses policiers faire face aux travailleurs et au peuple grecs qui n en peuvent plus de ces plans d austérité à répétition alors que les armateurs grecs et l Église orthodoxe, les plus grosses fortunes du pays sont épargnés. Faut-il rappeler l impuissance de Zapatero en Espagne et de son gouvernement socialiste face à ces millions de gens victimes des subprimes, incapables de rembourser l emprunt contracté pour acheter leur maison, son impuissance également face aux licenciements et au nombre scandaleusement élevé de chômeurs? Cinq millions! Le réformisme a fait son temps et les Politique Le programme du PS 5 solutions social-libérales à la crise ne sont qu un emplâtre sur une jambe de bois. Si, sur le plan économique, les mesures annoncées peuvent donner l illusion que les choses vont changer, les déclarations sur l Europe ne laissent rien présager de bon. Faut-il rappeler que le PS a été d accord avec le TCE qu il a soutenu et qu il a appelé à voter oui au référendum alors que ce TCE, comme cela a été démontré, était un concentré de néolibéra-lisme? Il n est pas davantage question de revenir sur le traité de Lisbonne, que le PS a voté et fait adopter avec la droite. Hollande et ses amis veulent continuer à participer au renforcement de cette UE qui organise la concurrence de tous contre tous, nivelle les droits au moins disant et érige des murs à ses frontières pour les émigrants. Faut-il reprendre les récentes déclarations des ténors du PS, dont Martine Aubry, félicitant Sarkozy pour sa guerre en Libye? Faut-il encore signaler que l internationale socialiste comptait dans ses rangs, à côté du PS français, Laurent Gbagbo et Ben Ali? Nous ne devons pas avoir la mémoire courte, même si l envie de se débarrasser de Sarkozy est forte. Cela renvoie à la question du Front de Gauche, de son poids, de la nécessité de son ancrage dans les couches populaires. Il faut rompre radicalement avec la politique néolibérale et sociale libérale, il faut une autre politique. Celle que défend le Front de Gauche dans son programme partagé est porteuse des nombreuses exigences ouvrières et populaires. Mais il faudra plus qu un simple bulletin de vote pour les arracher. Il faudra l implication de tous ceux et celles qui, victimes de la crise, veulent une politique radicalement différente. C est à cela que nous devons travailler. trouver 8 milliards en plus! dépenses, qui doit être discutée prochainement, elle risque encore de contenir de nouvelles coupes sombres. C est le cas également pour le budget de la sécu. Si Xavier Bertrand a dû remballer son projet de diminution des indemnités journalières maladie, comme celui d ajouter un 4 e jour de carence pour les arrêts maladie, il va bien falloir trouver de quoi remplir les caisses. Et des rumeurs courent déjà sur de nouveaux déremboursements de médicaments. D ores et déjà, la revalorisation des prestations familiales, comme les allocations familiales et les allocations logement, prévue pour le premier janvier a été repoussée au premier avril! Par contre, la chasse au fraudeur est devenue le leitmotiv du gouvernement et des députés de la majorité. Pour eux, derrière chaque bénéficiaire d une prestation sociale se trouve un fraudeur en puissance! Alors que la campagne pour l élection présidentielle et législative a commencé, il va falloir à la majorité beaucoup d adresse pour faire passer de nouvelles mesures d austérité. Les députés de droite, qui veulent être réélus, ne sont pas prêts à accepter des mesures qui seraient trop impopulaires auprès de leur électorat. La crise et la nécessite de faire partager les sacrifices ne pourront tout excuser! Exercice difficile donc pour le gouvernement que la mise au point de ce budget de crise, élaboré en pleine récession économique. Quant au camp populaire, il n a pas d autre choix que de combattre ces mesures d austérité, celles en cours et en préparation, de refuser les boucs émissaires et les divisions pour, dans un front uni, défendre ses acquis et arracher ses exigences. Des propositions pour une fiscalité qui taxe le Capital, les riches.

6 6 Journée de mobilisation du 15 octobre Sortir du nucléaire! Strasbourg et ailleurs Militants venus d Alsace, d Allemagne, de Suisse, pour exiger, entre autres, la fermeture de Fessenheim, la doyenne des centrales nucléaires. Après une manifestation en ville, les participants ont formé ce trèfle radioactif, bien visible du haut de la cathédrale Avignon Bordeaux En cet après-midi ensoleillé, des centaines de personnes se sont réunies devant la mairie de Bordeaux pour dire STOP au tout nucléaire et pour exiger la sortie du nucléaire maintenant de façon organisée et politiquement assurée par les forces politiques prêtes à défendre cette position. Venus de plusieurs départements de la région Sud-Ouest, et même de Limoges où l enfouissement de détritus issus de la filière nucléaire soulève de grosses inquiétudes au sein de la population, mais aussi de Charente-Maritime proche de la centrale de Blaye, le cortège a grossi tout au long de la traversée du centre de Bordeaux, avoisinant les à manifestants. Les temps forts furent devant une agence de EDF, place Gambetta, où le cortège a tourné en rond tel un moribond, lentement au son d une chanson poignante, allusion faite au lendemain de nos enfants et petitsenfants ; ce fut aussi l arrivée sur le miroir d eau, désormais célèbre, symbolisant ainsi les méfaits ou le rôle de l eau dans la catastrophe de Fukushima (tsunami, refroidissement par eau des turbines, inondations et ruissellement des eaux après la catastrophe, dissémination par l eau de la radioactivité, ) ; mais ce fut surtout la posture théâtrale et symbolique devant le fameux Grand Théâtre de Bordeaux. Cette mobilisation, dans la logique des précédentes, a montré que quatre générations se sont retrouvées, réunissant le passé (1945 : Hiroshima - Nagasaki) et l avenir incertain que propose le tout-nucléaire aux générations futures. LE NUCLEAIRE TUE L AVENIR en a été la conclusion et le résumé sur une immense banderole qui couvrait les colonnes de l édifice pourtant imposant! De nombreuses forces politiques y étaient présentes ou représentées, dont notre parti. Le caractère populaire et familial de cette mobilisation oblige toute force politique à prendre en compte cette exigence maintenant! Correspondance où cette photo a été prise. Au total, plus de manifestants dans les principales villes, avec une très forte participation à Rennes (15000), Toulouse, Bordeaux, Avignon, Bugey et Dunkerque. Quelque 200 personnes, à l appel du réseau Sortir du nucléaire. Devant un public majoritairement vert, le camarade du parti a expliqué que nous étions depuis 30 ans (depuis la création du PCOF), contre le nucléaire civil et militaire, parce que capitalisme et nucléaire faisait un cocktail explosif et létal. Que si le nucléaire n était pas bon ou mauvais en soi, c était une technologie qu on ne maîtrisait pas, notamment au niveau des déchets qui s accumulent sans que l on sache vraiment qu en faire. Cela impacte sur le coût de l énergie produite et la soi-disant indépendance énergétique repose sur l exploitation de l uranium provenant à 70 % du Niger, où Areva se comporte comme Total. Plusieurs suppléments consacrés à ces questions ont été vendus. 7-8 novembre 1917 : Sur le plan économique et social, la Russie est entrée plus tardivement que les autres pays d Europe dans la voie du développement capitaliste. Au début du XX e siècle, malgré un essor rapide de la grande industrie dans les dernières décennies, c était encore majoritairement un pays agraire, où la petite propriété et la petite production paysanne à faible rendement restaient importantes. Concentrés dans la grande industrie et les centres industriels, les ouvriers ne représentaient qu une faible partie de la population globale. Sur le plan politique, la grande bourgeoisie et le capital étranger se sont satisfaits jusqu à cette époque de la superstructure rétrograde du tsarisme, qu ils ont utilisée pour protéger leurs privilèges contre les travailleurs et les peuples de l empire russe. Dans ce contexte, le Parti ouvrier social-démocrate de Russie, constitué en 1891, s est rapidement scindé en deux partis distincts. Les Mencheviks représentaient les secteurs petits-bourgeois, artisans, ouvriers-paysans qui se détachaient du tsarisme, mais pas de la bourgeoisie libérale. Les Bolcheviks organisaient les secteurs les plus avancés du prolétariat de la grande industrie, où les contradictions de classes étaient plus marquées et la lutte de classe plus frontale. La révolution de Février En mars 1917 (février dans le calendrier Julien alors en vigueur en Russie), ce sont les ouvriers des grandes villes russes organisés par les Bolcheviks qui ont entraîné la grande masse des travailleurs et de la population pauvre pour renverser le tsarisme et accomplir les tâches d une révolution démocratique bourgeoise. Un nouveau pouvoir émerge alors avec la constitution d un Soviet des députés ouvriers et soldats au sein de la Douma d État (parlement). Mais ce ne sont pas les ouvriers et les paysans en capote militaire qui recueillent les fruits de la révolution dont ils ont été les forces vives. Leur victoire leur est volée par les représentants des classes bourgeoises qui s emparent du pouvoir d État et constituent un Gouvernement provisoire avec la complicité des leaders petits-bourgeois et réformistes ( mencheviks et socialistes révolutionnaires ). Ce gouvernement ne répond pas aux aspirations fondamentales de la grande majorité de la population : la paix, la terre et le pain! Après l euphorie des premiers jours de la révolution qui ont vu souffler un vent de liberté nouveau sur le pays, la grande masse des paysans, des soldats et des ouvriers les moins conscients comprennent peu à peu que ces promesses ne seront pas tenues par le Gouvernement provisoire. Le parti Bolchevik appelle les ouvriers, les soldats et les paysans à poursuivre la révolution et organisent les secteurs les plus avancés de la classe ouvrière pour qu ils en deviennent le fer de lance. La révolution d Octobre A l automne, la menace d une dictature militaire préparée par le général tsariste Kornilov se précise. Le 7 novembre 1917 (25 octobre dans l ancien calendrier russe), les ouvriers, sous la direction du parti Bolchevik, prennent d assaut le Palais d Hiver, siège du Gouvernement provisoire à Petrograd. Les ministres sont arrêtés et les forces gouvernementales désarmées. Le gouvernement provisoire est destitué. Le pouvoir d État est désormais détenu en totalité par le Congrès des Soviets d ouvriers et de paysans de Russie. Le congrès élit un nouveau conseil exécutif central de 100 membres (dont 70 bolcheviks) et un nouveau gouvernement : le Conseil des commissaires du peuple, dont Lénine est président. C est la Révolution d Octobre qui poursuit et achève le processus révolutionnaire initié avec la Révolution de Février. Des mesures immédiates de rupture avec l ordre ancien Dès le lendemain (8 novembre), le nouveau pouvoir ouvrier, dirigé par le parti Bolchevik, prend deux décrets majeurs pour les travailleurs et les paysans russes : le décret sur la Paix, qui proclame la volonté de mettre fin à la guerre impérialiste et le décret sur la terre. Ce dernier abolit la grande propriété foncière sur les terres qui deviennent un bien national ainsi que les mines et les richesses du sous-sol, les grands cours d eau et les voies naturelles. Les terres sont données en jouissance à ceux qui les travaillent. Le 15 décembre, un armistice est décrété. Le 7 janvier 1918, le gouvernement bolchevik engage des discussions avec l Allemagne qui aboutiront à la signature du traité de paix de Brest-Litovsk, le 3 mars Pour désarmer économiquement les fauteurs de guerre et doter le nouveau pouvoir des moyens de répondre aux besoins urgents des travailleurs des villes et des campagnes, les

7 grands moyens de production sont socialisés et placés sous le contrôle des ouvriers et des employés. Le 14 novembre 1917, un décret sur les entreprises industrielles instaure le contrôle ouvrier. Le 14 décembre 1917, les banques sont nationalisées. Puis viendra le tour du commerce extérieur le 23 avril 1918, celui de la grande industrie le 28 juin 1918 et celui du commerce intérieur le 21 novembre L annulation des dettes du tsar Le 21 janvier 1918, le gouvernement bolchevik annule les emprunts contractés par l ancien régime tsariste. Le 5 février, il étend cette mesure aux dettes et emprunts russes faits à l étranger. Ces emprunts avaient servi à financer la guerre, mais aussi la politique de pillage et d asservissement de l empire russe. La république des Soviets a considéré que cette dette n était pas celle des ouvriers et des paysans et qu ils ne la paieraient pas! Dans la soirée du 17 octobre 1961, une manifestation à l appel de la Fédération de Paris du Front de Libération Nationale (FLN) algérien est organisée dans les rues de la capitale. Contre les manifestants pacifiques, le préfet de police vichyste, Maurice Papon, va déchaîner une répression féroce de type raciste qui est à l origine du mot ratonnade. Le nombre de victimes n a jamais été Manifestation du 50 e anniversaire à Paris établi mais les travaux les plus récents font état d au moins 200 morts, précipités et noyés dans la Seine, sous les coups des forces policières et parapolicières ou tout simplement exécutés de sang froid. Pour le FLN, la manifestation a pour but de dénoncer les brimades et les provocations à répétition à l égard des Algériens, les contrôles incessants et humiliants, et de protester contre le couvre-feu au faciès qui leur est Tout restait bien sûr à faire et les épreuves ultérieures seront encore nombreuses, avec d immenses succès, mais aussi échecs et reculs. Mais le pouvoir était enfin dans les mains de ceux qui avaient fait la révolution et qui allaient pouvoir en disposer pour se lancer dans la construction d une nouvelle société débarrassée de la misère, de l exploitation capitaliste et de la domination impérialiste. Des leçons pour aujourd hui Octobre 17 a montré, entre autres, qu il ne peut pas y avoir de changement décisif en faveur de la classe ouvrière et du peuple sans rupture profonde avec l ordre ancien. Mais elle a aussi montré que cette rupture ne peut pas se faire sans un violent affrontement avec les forces qui dominent l économie et exercent le pouvoir. C est le sens des processus révolutionnaires au sein desquelles les forces politiques révolutionnaires agissent activement pour développer la imposé. Plus la perspective de l indépendance de l Algérie se rapproche, plus les violences racistes contre les Arabes se multiplient. Les milieux les plus réactionnaires, et en particulier l OAS, créée en février 1961, investissent la police et l appareil d Etat ; ils y entretiennent un climat de haine qui trouvera son exutoire le 17 octobre. Le gouvernement de l époque, dirigé par le général de Gaulle, n a jamais condamné les crimes de cette nuit sanglante et, depuis, il n y a eu aucune reconnaissance ni réparations officielles. Ce cinquantième anniversaire intervient dans un climat caractérisé par l exacerbation d un racisme distillé par les plus hauts responsables de l État. Les charges de Sarkozy contre les Roms, la chasse contre les étrangers et en particulier les travailleurs avec ou sans papiers conduite par Guéant, la réhabilitation de la colonisation, l ou- conscience, l engagement et la mobilisation des masses dans l affrontement avec le système. Les élections, qui reflètent de façon plus ou moins exacte l état d esprit et le niveau de conscience des masses populaires à un moment donné, s y inscrivent mais n en sont pas, loin de là, l unique instrument. Le tournant décisif, c est quand la grande majorité des couches populaires en arrive à dire : nous ne ferons pas votre guerre, nous ne paierons vos dettes, nous ne nous laisserons plus affamer, nous vous exproprions et nous vous chassons, nous prenons le pouvoir pour réorganiser nousmêmes, sur des bases complètement nouvelles, la production, les échanges et toute la société. Pour en arriver là, il faut un programme populaire révolutionnaire de rupture qui scelle l unité de classe de la classe ouvrière et de tous ceux qui n ont plus d avenir dans le système capitaliste en crise. Il faut un front populaire révolutionnaire de toutes les forces qui veulent une transformation profonde de la société. Mais il Histoire les soviets prennent le pouvoir 17 octobre 1961 : un crime d État verture à Montpellier, avec le soutien des autorités publiques, d un musée de la présence française en Algérie, sont autant de manifestations du retour en force d un racisme d État. Dans le contexte d une aggravation de la crise, avec l explosion du chômage, de la précarité et de la misère, faire de l étranger le bouc émissaire responsable de tous les maux est un crime 7 faut aussi que les plus conscients s organisent dans les partis révolutionnaires pour diriger ce processus vers une issue révolutionnaire. Ce document est une contribution au bilan que les communistes doivent tirer de l expérience du socialisme en URSS, pour déterminer les causes qui ont conduit à son échec et clarifier leur propre objectif stratégique. Edité en pages de frais de port qui prépare l opinion aux massacres et aux guerres de demain. Pendant des années, les gouvernements successifs ont fait jouer la censure pour cacher ce crime d État. Aujourd hui, les langues se délient, les archives s ouvrent. Des historiens, des écrivains, des cinéastes exhument un passé si dérangeant pour l image du pays des droits de l homme. Pour que la mémoire nourrisse notre réflexion et nos actions aujourd'hui, voici quelques ouvrages et quelques films qui traitent ou abordent cet événement. Bibliographie Travaux d'historiens Police contre FLN. Le drame d'octobre 61, de J.P. Brunet, historien. Paris 1961-Les Algériens, la terreur d'état et la mémoire, de J. House et N. MacMaster, historiens britanniques. Roman/BD/Poésie Meurtres pour mémoire. Roman de D. Daeninckx, paru en 1984 ; la version illustrée par Jeanne Puchol en 1991 vient d'être rééditée (Futuropolis-Gallimard, 248 p., 25 euros). Octobre noir septembre 2011, bande dessinée écrite par Daeninck et dessinée par Mako. Editeur : AD libris. Prix éditeur : La BD recrée le Paris des années 1960 et donne en fin de volume la liste nominative des disparus. Un hommage à Fatima Bédar, adolescente qui a bravé ses parents pour manifester au prix de sa vie ; un poème de Kateb Yacine clôturent l'album. La gueule du loup, poème de Kateb Yacine extrait interprété par le groupe de musique Les têtes raides dans leur album, Chamboultou. Filmographie Octobre à Paris, de J. Panigel : actuellement en salle ; Ici on noie les Algériens, de Yasmina Adi : actuellement en salle ; Hors la loi, de Rachid Boucharef ; relire le commentaire critique publié dans notre journal lors de sa sortie en salle (cf. n octobre 2010)

8 8 Avec le Front de Gauche des licenciement Comme avec la première crise de 2008, les groupes de la filière automobile sont les premiers à vouloir faire payer à la classe ouvrière au prix fort en milliers de suppressions d emplois et en baisse de salaire la crise de la dette publique. Ces groupes financiers veulent continuer à engranger des taux de profit à 2 chiffres. Cela passe par le retour du chômage partiel, les suppressions d emplois massives, comme chez Peugeot. Avec les fermetures et les liquidations qui se multiplient, le grand safari est ouvert en France pour les chasseurs de primes publiques et des recapitalisations d État. Les seules aides publiques aux entreprises, selon les chiffres de la Cour des Comptes, ont grimpé à 170 milliards par an plombant la dette publique de 20 %. Sarkozy multiplie les déclarations de patriotisme économique pendant que le FN reprend son couplet sur la préférence nationale pour l emploi. Le MEDEF se dit prêt à relocaliser en France tout l emploi délocalisé dans les pays à bas coût, à condition de faire de la France un paradis fiscal, un pays à bas coût du travail! Un 11 octobre tonique Les mobilisations du 11 octobre ont compté manifestants, ce qui est déjà un succès. Les grèves ont été nombreuses. La colère monte de façon perceptible chez les travailleurs du public comme du privé, contre la politique du gouvernement au service de l oligarchie. Le point commun aux manifestants était l affirmation d une volonté claire : on ne paiera pas la crise. Ni les dettes, ni les intérêts de la dette Les travailleurs des entreprises du privé en lutte contre des suppressions d emplois, pour des augmentations de salaires étaient dans les cortèges, avec leurs banderoles, leurs slogans. Plusieurs cortèges de travailleurs de la santé ont lié la défense de l hôpital public, au service des usagers des milieux populaires, à la dénonciation de la brutale répression policière des manifestants du secteur sanitaire et social non lucratif, le 6 octobre à Lyon. La dénonciation de la règle d or était présente sur plusieurs banderoles. L Internationale était souvent chantée, ce qui donnait encore plus de combativité aux cortèges. A Paris, les travailleurs sans papiers manifestaient dans le cortège CGT, pour inscrire leur combat pour la régularisation dans le combat des travailleurs et de la classe ouvrière contre les attaques du gouvernement et du patronat, contre les droits de tous, contre l austérité. Dans plusieurs villes, les organisations du Front de Gauche ont organisé des diffusions de tracts, des postes de propagande, des cortèges. Le Front de Gauche des luttes soutien les résistances acharnées et porte le débat sur l urgence d une loi d interdiction des licenciements dits boursiers qui n ont pour seul but quebde faire grimper le profit capitaliste des groupes et sous-traitants et le cours de leurs actions. Solidarité avec les Goodyear et les Conti En 2008, en réponse à la vague de licenciements et de fermetures d entreprises, plusieurs syndicats avaient appelé à la solidarité entre les luttes des travailleurs et des syndicalistes qui refusaient de se laisser licencier. GM, Tyco, Caterpilar, Goodyear, Continental, Molex, New Fabris, Freescale, autant de luttes, avec des séquestrations, des coups de mains, des menaces de faire exploser des bonbonnes de gaz qui ont mis la classe ouvrière sur le devant de la scène dans le combat pour refuser de payer la crise des banques. Nous avons lancé à ce momentlà le mot d ordre d interdiction des licenciements dans les groupes et les sous-traitants qui reste totalement d actualité. Les Goodyear d Amiens résistent depuis 2008 au plan du groupe de pneumatiques qui veut se débarrasser de ce bastion de résistance. Ils viennent de gagner à nouveau au TGI de Nanterre la suspension du plan de restructuration concocté par la direction en accord avec Titan, le repreneur du secteur pneu agricole, plan jugé opaque, pour ne pas dire glauque, sur le sort des 800 ouvriers. Les Continental ne désarment pas davantage : après avoir arraché d importantes primes de licenciement, bien supérieures à ce que prévoit la loi, 487 ouvriers contestent aujourd hui la cause économique de la fermeture de l entreprise devant le tribunal. Ce sont encore les Freescale de Toulouse, toujours en lutte contre une menace de fermeture en 2012 alors que le plan anti-social a été suspendu par le tribunal pour les 821 ouvriers du groupe US d électronique. Les Fralib Gémenos tiennent tête au géant Unilever. Ces luttes syndicales ont besoin de solidarité pour gagner. Mais pour casser la logique du profit maximum, pour casser la machine à délocaliser, pour stopper la spirale des fermetures d entreprises et l explosion du chômage qui touche aujourd hui 9,3 % de la population active (chiffres officiels), avec plus de 4 millions de personnes en quête d emploi, dont de plus de 50 ans!, il faut imposer une politique qui rompe avec le capitalisme. C est pourquoi, il faut que les syndicalistes, ceux et celles mènent ces combats courageux et tenaces, s engagent dans le combat politique du Front de Gauche et que celui-ci reprennent les exigences, les revendications portées par ces luttes. Grève du groupe nucléaire AREVA NC Le 20 octobre a été marqué par une grève très suivie à l appel de l intersyndicale mobilisant les sites de ce secteur sensible d AREVA, spécialiste de la fabrication et du retraitement du combustible, avec des taux de grévistes entre 60 et 80 % à Marcoule, Pierrelatte ou La Hague. A l appel de l intersyndicale, ils refusent une dénonciation de leurs accords sur la reconnaissance de la pénibilité et le départ anticipé à la retraite. Un sujet très sensible dans la filière nucléaire qui doit devenir une exigence politique portée par le Front de Gauche. La grève paie chez KP1 Limay (Yvelines) Il a fallu 3 semaines de grève et piquet pour les ouvriers de production de dalles de béton KP1, groupe comptant 20 usines, salariés en France, à l appel de la CGT pour faire banquer un patron qui a été jusqu à entamer des procédures de licenciements contre 7 délégués CGT. Il faut dire qu avec les 0,6 % du patron, il y a juste de quoi crever la dalle! Les gains c est du béton, 40 euros par semaine soit 160 euros par mois, pas loin des 10 % réclamés dans un premier temps. C est aussi une reconnaissance de qualification avec une prime de 30 euros par semaine pour L engagement dans la campa Notre parti, en intégrant le Front de Gauche, le fait avec son identité communiste, en particulier avec sa conception du travail syndical et de la lutte syndicale. Nous militons pour un syndicalisme de lutte de classe. Un syndicalisme qui lutte pour la fin de l exploitation capitaliste et qui, de ce fait, défend l idée que pour en finir avec le capitalisme, il faut une alternative politique qui pose la question du pouvoir. Le syndicalisme est intéressé à la construction de cette alternative, puisqu elle vise à en finir avec l exploitation capitaliste. Dans le passé récent, le mouvement syndical a été obligé de s engager sur le terrain de la lutte politique. Tel a été le cas par exemple lors du référendum contre le traité constitutionnel en Cela a été principalement et essentiellement le fait de militants et de responsables de syndicats et de sections syndicales, notamment de la CGT. L engagement de toutes et tous ces militants a été décisif pour la victoire du Non. Il a notamment convaincu d importants secteurs ouvriers de la nécessité de ne pas se désintéresser de ce référendum, de ne pas s abstenir, mais de contribuer, par la victoire du non à mettre un coin dans la machine à broyer les conquêtes sociales, la mise en concurrence de tous contre tous, illustrée par la propagande nauséabonde sur le plombier polonais. Grâce à la mobilisation des militants ouvriers, des syndicalistes de lutte de classe, des partis et organisations qui se battaient pour donner un contenu progressiste au non, c est principalement cette tonalité qu a pris le vote des ouvriers et des travailleurs en faveur du non. Le succès des manifestations contre la directive Bolkestein à Strasbourg en est une illustration. Plus récemment, certes d une façon toute différente, puisque cette fois-ci c est la direction confédérale de la CGT qui est montée au créneau pour contrer l offensive du Front national qui cherchait à s imposer dans la CGT

9 Mouvement ouvrier et syndical Novemvre gagnons l interdiction s pour les profits les ouvriers remplaçants des postes plus qualifiés et une amélioration des conditions de travail par une machine de coulage automatique du béton. On le voit, les luttes sur l emploi n ont pas éclipsé la bataille des salaires. Dans toutes ces luttes, les travailleurs immigrés et français sont main dans la main pour gagner. Mobilisation des sidérurgistes du groupe Arcelor Mittal A Florange après Gandrange, avec la journée vallée morte et plus de manifestants, c est la colère ouvrière qui monte contre la fermeture des derniers hauts fourneaux du groupe en France et contre le gouvernement complice. Le 26 octobre, des bataillons serrés de sidérurgistes de Florange CGT et CFDT sont venu grossir les rangs des ouvriers belges du groupe à Seraing (Liège) devant les 2 hauts fourneaux, anciens fleurons de Cockerill promis à la destruction, mettant sur le carreau 581 emplois et jusqu à emplois induits. La solidarité de classe contre un même patron n est pas un vain mot. Une lutte qui va peser dans le rapport de force politique en France comme en Belgique où on parle de nationalisation. Une coordination internationale des syndicats du groupe s est réunie à Bruxelles pour organiser la riposte. Le bras de fer va se durcir avec une manifestation le 15 novembre et une journée d action et grève de tous les sites d Arcelor Mittal d Europe. Papeterie M-Real Alizay (Eure) Les 330 ouvriers de M-Real, groupe finlandais du papier, sont en grève depuis l annonce d une fermeture de l usine par le DRH qui a dans son palmarès la fermeture de Molex. Les ouvriers exigent du gouvernement d intervenir auprès du groupe vendeur pour obtenir du repreneur la garantie de l emploi et la pérennité du site. Victoire pour les traminots de Clermont-Ferrand La grève des traminots de TTC contre le projet de privatisation de la société d économie mixte des bus et tramway de l Agglo par la filiale privée RATP dev a gagné le maintien du service public. C est une victoire pour les salariés comme pour les usagers qui a valeur d exemple pour la mise en œuvre sans attendre 2012 des axes de rupture du programme partagé du Front de Gauche pour gagner le rapport de force politique. des syndicalistes gne du Front de Gauche Collectif de Défense et de Développement des Services Publics Paris/Ile-de-France Face à l attaque organisée et généralisée de l ensemble des solidarités à commencer par les Services Publics dont la Sécu, la santé, le logement, le droit au travail, les transports, la Poste, etc. Crise, dette, règle d or, G20, pacte euro+. Et nous là dedans? Réunion-débat Jeudi 1 er Décembre, Salle Jean Dame 17 rue Léopold Bellan, PARIS et par-delà dans tout le mouvement syndical. Le mouvement syndical, tout perméable qu il est aux thèses et positions réformistes marquées du sceau (présenté de différentes manières) de la neutralité syndicale par rapport aux partis politiques, ne peut pas indéfiniment faire l autruche quand il y a le feu dans la maison! Et encore moins en ces temps de crise! L ampleur de la crise financière, économique en cours où les gouvernements en place, pays après pays et tous ensemble imposent aux peuples des politiques d austérité d une rare violence, qui biffent d un trait de plume des décennies de conquêtes sociales, exige de regarder les choses en face et de se battre dans le mouvement syndical afin de mener le débat politique face aux échéances électorales de Pour des raisons électorales évidentes, le camp d en face tente de minimiser l importance de la crise, ici en France, présentant sa politique comme étant plus protectrice Et les centrales syndicales, tout en reprenant et en mobilisant sur des mots d ordre comme nous ne paierons pas leur crise, cette dette n est pas la nôtre espèrent malgré tout que le vent de la tempête va finir par se calmer. Ce n est pas notre analyse. Que les directions des confédérations syndicales le veuillent ou non, la question est aujourd hui posée d en finir avec cette politique libérale qui court depuis trop d années, qui fait que cette nouvelle crise prend les proportions que l on sait, tout en permettant au capital financier de s en repaître sur le dos des masses travailleuses. Le Front de Gauche met en avant la nécessité de rompre avec cette politique et il insiste sur la nécessité de gagner les masses à ses propositions politiques. Il est de la responsabilité des militants syndicaux d y contribuer. Il faut y contribuer dans les débats dans les syndicats et structures syndicales, en assumant le fait qu en tant que syndicalistes nous voterons et appellerons à voter pour le candidat du Front de Gauche, pour Mélenchon. Pas question d esquiver la discussion, non pas par volonté de cliver, de diviser, mais parce qu il s agit d être conséquent avec notre position en tant que syndicalistes connus et reconnus pour les positions de classe que nous défendons. Comme nous l avons été au moment du débat contre le traité constitutionnel européen. Voter pour le candidat du Front de Gauche, c est voter pour une politique de rupture avec cette politique que nous combattons depuis des années. C est aussi voter pour un candidat de front, un candidat d unité entre plusieurs partis dont le nôtre. Il faut aussi mener ce débat pour neutraliser et essayer de gagner celles et ceux qui, parmi les syndiqués, voire les militants, peuvent être tentés d essayer ce FN version antilibéral et social mais en réalité foncièrement réactionnaire qu essaye de promouvoir Marine Le Pen. Et comme lors du référendum contre le traité constitutionnel européen, avec d autres militants syndicaux et si possible adhérents à d autres centrales syndicales, dans l entreprise ou/et sur la ville, participer et développer des appels de syndicalistes de soutien au Front de Gauche. Sur un autre plan, la mise en œuvre de cette politique de rupture ne peut se limiter à une déclaration de soutien aux revendications de ces travailleurs qui luttent contre les licenciements, la fermeture de leur entreprise, ou pour l amélioration de leurs conditions de travail et de salaire Il faut gagner ces travailleurs engagés dans ces luttes et qu ils revendiquent le fait, dans leur propos et leurs écrits, que leurs luttes s inscrivent dans la perspective d en finir avec cette politique libérale : il faut travailler à ce que cette volonté politique de rupture pénètre au cœur des luttes! Il faut enfin que le Front de Gauche reprenne réellement et concrètement les exigences les plus importantes du mouvement syndical. Il faut que son alternative se traduise en engagements concrets qui combattent efficacement et de manière crédible la logique du capitalisme, que ce soit en matière de salaires, de conditions de travail, de créations d emplois, de mise en concurrence des travailleurs et d égalité vers le haut. Les deux campagnes que nous soutenons, celle pour la régularisation des travailleurs et travailleuses sans papiers et celle pour l augmentation des salaires dans les métiers féminisés en sont une illustration. La création de comités du Front de Gauche (ou assemblées citoyennes ) dans les entreprises, dans les villes, les quartiers, les villages, doit aider et encourager les militants syndicaux à mener ce travail dans le mouvement ouvrier et syndical. Parallèlement, pour les militants syndicaux s engager dès maintenant dans la mise en œuvre de ces orientations permettra aussi de créer la dynamique nécessaire pour que ces comités Front de Gauche s enracinent chez les travailleurs pour qu ils s emparent de cette politique de rupture avec le libéralisme, politique portée par la droite, le social-libéralisme et l écolo-libéralisme.

10 10 Pôle emploi Une restructuration contre les salariers et les usagers La fusion du Pôle emploi est une restructuration d envergure qui ne dit pas son nom et qui, comme toutes les fusions, vise à faire des économies. Elle rentre dans le cadre de la RGPP et des politiques d austérité qui frappent la fonction publique. Les économies attendues sont réalisées sur le dos des personnels : les CDD utilisés un temps pour éponger le gros de la crise en 2009 ont déjà été remerciés et non remplacés (1 800 postes en moins) et l année 2012 prévoit un budget en baisse de - 8 %. Lancée comme une potion magique anti-chômage, ladite simplification de l inscription se fait d abord en fermant des sites : environ 50 % des sites vont disparaître d ici fin Économies de locaux certes, mais accompagnées de mutations forcées du personnel et des contraintes plus importantes pour les chômeurs qui devront aligner les frais et les kilomètres supplémentaires pour accéder aux services. Lesquels services seront souvent regroupés dans de monstrueux locaux avec des équipes de plus de 100 personnes qui ne se connaissent pas. Dans de tels contextes à taille inhumaine, on a le sentiment de ne plus rien maîtriser, ni les locaux, ni l organisation, ni les réponses à apporter aux demandes légitimes du public. À l accueil, particulièrement, le sentiment d incompétence et d impuissance est accompagné souvent des agressions Les associations féministes et les organisations syndicales et politiques qui soutiennent la campagne exigeant l augmentation des salaires dans les métiers féminisés s étaient donné deux rendez-vous pour ce mois d octobre. Le 11 octobre, dans la manifestation intersyndicale, pour faire connaître largement la campagne parmi les travailleurs. Le collectif avait installé sa table et ses banderoles un peu avant la Bastille. Pari réussi : tracts ont été distribués, plus de 250 signatures recueillies le long du parcours et un très bon accueil de la part des syndicalistes et des manifestants. Le 15 octobre, le rassemblement organisé à la Bastille a été un franc succès. Quelque 80 militantes et militants des différentes organisations, dont plusieurs camarades de notre parti, ont animé le parvis de l Opéra pendant près de 3 heures, distribué le 4-pages, fait signer les pétitions. 360 nouvelles signatures papier ont ainsi été recueillies, portant le nombre total des signatures collectées à plus de en cette fin d octobre. verbales des usagers poussés à bout. Le traitement des demandes d indemnisation est un point très noir, avec des retards inégalés : le personnel ex-asse- DIC ne peut plus faire face malgré les heures supplémentaires. La pseudo formation du personnel issu de l ANPE et des CDD de la plate-forme téléphonique ne permet pas de traiter les problèmes complexes de calcul des droits liés à des situations d emploi de plus en plus morcelé et précarisé. Les retards de paiement et l impossibilité d obtenir une réponse sur des délais sont une des principales raisons de friction. L Eid (1) est le point crucial de la fusion : le conseiller unique doit traiter à l inscription, à la fois l ouverture ou le rejet des droits au chômage et les questions professionnelles. C est une activité imposée, qui génère du stress pour les agents, qui ont peur de faire des erreurs par méconnaissance soit du calcul, soit des problématiques de l emploi, selon que l on vient de l ANPE ou de l ASSEDIC. Elle se fait dans un temps de plus en plus limité, et les dossiers s empilent, en attente de vérification par les spécialistes de l indemnisation, ce qui retarde encore le règlement des allocations chômage. Quant à la partie recherche d emploi, elle passe le plus souvent à la trappe, faute de temps. L Eid a tout balayé sur son passage : bien souvent il n y a même plus de convocation physique, qui permet de parler à son conseiller, non, le suivi mensuel, censé être une aide individualisée est... de plus en plus téléphonique! En revanche, les chômeurs sont suspectés d office : contrôle des papiers à la lampe à UV, pourtant illégale, propositions de jobs indignes (CDI d une heure par jour, CDD sous-payés, horaires et lieux géographiques incompatibles avec les transports et / ou la vie familiale...), menace de radiation si on n a pas décroché le téléphone assez vite lors de son suivi téléphonique, radiations, car les justifications ne sont pas prises en compte, etc. Il règne parfois un climat de désespérance face à la violence de l institution et à son indifférence pour les conséquences de sa politique. C est ainsi que depuis la fusion, se sont multipliés les arrêts maladie, les tentatives de suicide, les conseils de discipline, les vagues d agression... Résistance et solidarité Contre cette politique de coercition, de menace, de restriction des droits, qui vise à faire porter le poids de la crise aux salariés, pourvus d un emploi ou pas, il faut une riposte unifiée des personnels et des chômeurs. Tous ensembles, il faut développer des résistances pour faire barrage aux mesures qui stigmatisent le chômage Campagne pour l augmentation des salaires dans les secteurs féminisés Plusieurs femmes travaillant dans des secteurs majoritairement féminisés ont apporté leur témoignage : une femme de ménage travaillant dans une entreprise de nettoyage et chez des particuliers dans le service à la personne, une ouvrière de l électronique ainsi que la déléguée centrale CGT de Carrefour Market sur la lutte des caissières pour l augmentation des salaires. Enfin, une animation théâtrale, assurée par Féminisme enjeux - théâtre de l Opprimé, invitait le public à réagir sur une situation de femmes au travail victime d inégalité. Animation fort appréciée par les spectateurs qui ont joué le jeu et qui a permis de susciter la discussion et de mieux faire comprendre l importance de la campagne. Un appel a également été lancé à soutenir les 35 salariées du nettoyage (dont 80 % de femmes de chambre) de l hôtel Novotel Les Halles en grève avec occupation depuis le 6 octobre, la direction refusant toute négociation et ayant demandé en justice la fin de l occupation. Demande rejetée par le tribunal qui a estimé l occupation légale tant que la direction refusait d ouvrir des négociations! Fait nouveau, le rassemblement a été couvert par une dépêche de l Afp, présente au rassemblement, et le communiqué de presse du collectif a été repris par plusieurs médias électroniques (Démosphère, Rue89, Bella Ciao) ainsi que par l Humanité. Cette percée dans les médias doit permettre d élargir la campagne et faire en sorte que l exigence de la revalorisation des métiers et l augmentation des salaires dans tous les secteurs féminisés devienne une exigence toujours plus forte. Elle doit prendre sa place dans le débat de la campagne électorale. Pour ce faire, il est important que cette campagne s enracine dans les entreprises, dans les syndicats, dans les quartiers avec l ensemble des forces prêtes à se mobiliser. Des initiatives en ce sens ont commencé à voir le jour à Paris 11 ème, à Strasbourg A nous de les susciter. et les chômeurs. S opposer aux dérives du service de l emploi, et revendiquer des embauches et des améliorations de son fonctionnement dans l intérêt des usagers, c est aussi refuser de payer la crise des monopoles, véritables responsables du chômage. Prise d otage à Beaumarchais Cela devait arriver! C est ce qui nous a traversé l esprit quand nous avons appris qu un chômeur avait pris en ôtage deux agents du Pôle emploi Beaumarchais récemment fusionné dans le 11 ème. C est un informaticien au chômage depuis longtemps, qui a retenu deux membres de la direction avec une arme factice. Tout en discutant au téléphone, il a adressé un très long texte de revendications à Rue 89 dans lequel il détaille les obstacles auxquelles il ne cesse de se heurter. L intersyndicale a unanimement décidé d appeler à deux heures de droit de retrait pour dénoncer les conditions déplorables qui génèrent l insécurité. Des agences sont remontées des messages de soutien aux collègues de Beaumarchais et des listes de revendications. Correspondance (1) EID : Entretien d Inscription Diagnostic. Continentale Nutrition - Non aux licencie- Fin septembre, les ouvriers de Continentale Nutrition de Vedène ont appris que leur usine devait fermer pour que le groupe, spécialisé dans l alimentation animale, vive. On connaît la chanson des patrons : l usine perd de l argent, la concurrence s intensifie, le prix des matières premières augmente Mais le groupe qui possède 5 autres sites de production continue à faire des profits. Le Pdg reconnaît que l entreprise cherche à s adosser à un autre groupe industriel comme le nôtre ou à un partenaire financier. Continentale Nutrition n est donc pas victime de la restructuration du secteur ; il en est un acteur. Des repreneurs sont sur les rangs et tous font de la fermeture de l usine de Vedène un préalable car elle est trop vétuste. Or, la direction a toujours refusé la modernisation de l outil de travail considérant l usine comme une variable d ajustement. Alors que les actionnaires vont continuer à se gaver, 99 salariés et leurs familles (et même 350 avec la sous-traitance) sont sacrifiés dans ce qui est bien un licenciement boursier. Le 27 octobre, la CGT a appelé à rejoindre massivement le piquet de grève devant l usine. Nous avons été plus de 300 à apporter notre solidarité aux Conti de Vedène. Des délégations syndicales venues de tout le

11 Mouvement ouvrier et syndical 11 Lyon Répression d une manifestation des travailleurs sociaux Le 6 octobre à Lyon, les salariés du secteur sanitaire et médico- social étaient réunis devant le Palais des Congrès, à l appel de l intersyndicale CGT, CFDT, CGC, SUD, pour manifester leur opposition à la dénonciation par les employeurs de la Convention collective FEHAP (51), car c est dans ce lieu qu ils tenaient leur Congrès. Cette dénonciation est le résultat d un refus des organisations syndicales, d accepter de signer un projet scélérat des patrons, visant la destruction méthodique de la quasi-totalité des garanties conventionnelles actuelles : - déroulement de carrière diminué, reprise de l ancienneté passant de 100 % ou 75 % à 30 %, - suppression de la reprise de l ancienneté lors d une promotion, - baisse de l indemnité de départ en retraite, de licenciement, - plus d obligation de consultation des délégués du personnel en cas de licenciements disciplinaires et économiques, - perte de la récupération des jours fériés s ils coïncident avec un repos hebdomadaire, et bien sûr, - introduction d éléments variables et Pont de Claix - Echirolles (38) La lutte exemplaire des facteurs Cette correspondance nous a été transmise par un ami syndicaliste, militant de SUD PTT. Le 18 octobre, un rassemblement a eu lieu devant la poste centrale de Grenoble. Les organisations et les militants du Front de Gauche étaient présents pour apporter leur soutien. Partout en France la direction de la Poste est engagée dans un vaste plan de réduction d emplois à la distribution du courrier. Elle impose ses méthodes avec force, négocie peu et mise sur le pourrissement des éventuels conflits. Ainsi à Echirolles, Claix, Pont de Claix, pour étayer son plan de suppression de quatre tournées et cinq emplois de facteurs, elle s appuie sur des estimations de trafic non soumise à étude contradictoire des organisations syndicales. Quand début octobre la direction du courrier est passée à l offensive, les facteurs ont immédiatement enclenché un mouvement de grève illimité, soutenus par l intersyndicale SUD, CGT, FO de la Poste de l Isère. Ils ont également tenté d entraîner dans la lutte les centres de distribution du courriers de l agglomération grenobloise. Ce mouvement n a pas pu se développer. Les facteurs ont alors choisi d ancrer la grève sur leur centre en menant des actions dynamiques (blocage du centre courrier, occupation de la direction des Postes, petit déjeuner avec les usagers et les élus le samedi devant le bureau d Échirolles). Ils ont individuels dans la rémunération! Dans la Convention 66, du social et du médico-social, c est depuis 2005, que les employeurs ont entrepris de revisiter les acquis conventionnels, et depuis fin juillet 2011, le syndicat patronal Syneas a reposé une demande de révision de la CC 66. Là aussi, après le 7 décembre, terme du calendrier des Commissions Nationales Paritaires, les employeurs de ce secteur pourraient bien suivre l exemple de la FEHAP. C est pourquoi les salariés relevant de cette convention étaient appelé à se joindre à ceux de la FEHAP. aussi appelé à la constitution d un comité de soutien permettant aux élus et aux usagers d aider le mouvement ; ainsi les maires des trois communes, de même que de nombreuses personnalités, partis et associations, se sont impliqués. Malgré ces soutiens et quatre semaines de grève, la Direction refusait toujours de négocier. Devant le mépris affiché, les facteurs ont décidé de s installer devant l hôtel des Postes et d y camper jour et nuit jusqu à ce que la direction accepte d ouvrir des négociations. La menace de monter à Paris et de faire la même chose devant le siège de la Poste a porté ses fruits, vu que la direction a enfin ouvert des négociations. Les facteurs ont imposé un recul à la direction ; alors que celle-ci prévoyait la suppression de quatre tournées et cinq emplois, ils ont obtenu deux tournées et les emplois qui vont avec ainsi que le Depuis la mise en place des Agences Régionales de Santé, issues de la loi Bachelot Hôpital, Patient Santé Territoire (HPST), la baisse des financements publics s est nettement accentuée dans tout le secteur sanitaire, social et médico-social : budgets insuffisants, regroupement, voir fermeture d établissement, avec au passage des salariés maltraités, déplacés, licenciés, et une offre de soins qui diminue. L ARS est bien l outil autoritaire et technocratique au service des choix politiques du gou- Suite page 12 lll droit à des samedis de repos. Ce que nous pouvons retenir de ce conflit : C est qu un syndicalisme déterminé et de lutte peut imposer des avancées. Ainsi, à chaque menace de la direction, les facteurs n ont rien lâché et ils ont répondu en développant des nouvelles formes d action toujours plus imaginatives. La démocratie dans la lutte a été le fil conducteur du conflit : toutes les actions ont été décidées en assemblée générale de grévistes. Enfin, la solidarité financière apportée par les postiers du département, les usagers lors de collectes, les syndicats SUD-Solidaires et des structures de la CGT ont permis de durer plus de cinq semaines dans le conflit. Chèques de soutien à l ordre de Solidaires 38 Au dos mention soutien Facteurs d Échirolles Vedène (84) ments boursiers département du Vaucluse : Auchan- Nord, Carrefour, Ducros, Liebig-Le Pontet (eux-mêmes en grève depuis 2 semaines), les cheminots, la CGT énergie, des sections syndicales de la santé ; de la Sécurité sociale, des maisons de retraite et même de plus loin comme les Fralib, des élus des partis de gauche et des représentants du Front de Gauche (PCF, PG, PCOF), tous venus s associer à la lutte et clamer le ras-lebol de cette société. Le délégué régional du secteur agroalimentaire CGT a dénoncé un système qui sacrifie les travailleurs et leurs familles aux lois du marché et du profit maximum : la lutte doit se mener dans la rue et dans les urnes. Le délégué syndical de l usine a proclamé avec force nous sommes indignés et nous sommes insurgés ; nous allons nous battre et nous refusons toute prime à la valise ainsi que tout PSE, véritable plan de sabordage des emplois. Il a rappelé la nécessité de la solidarité la plus large possible et mis les élus et les partis politiques devant leurs responsabilités. On a besoin du Front de Gauche nous a précisé le délégué. Correspondance Avignon Fonderies du Poitou Non au chantage à l emploi Le 20 octobre 2011, à Châtellerault, l intersyndicale CGT, CGC, FO et UDT ALU (syndicat autonome) de la Fonderie du Poitou Aluminium (FDPA) appelait tous les salariés du Privé et du Public à un rassemblement devant la Mairie. La mobilisation a été importante, puisque c est une manifestation de plus de personnes essentiellement CGT, qui a traversé les rues de Châtellerault. Derrière la banderole de tête : Public/Privé pour nos emplois et nos salaires Tous ensemble dans la lutte, de nombreux départements étaient représentés de différents secteurs : la CGT Renault Flins, les organismes sociaux CGT de Châtellerault, les communaux CGT de Tours, la CGT de l entreprise TLD de Montlouis sur Loire, la CGT Thales, Auchan dans les rues de nombreux commerçants affichaient sur leur vitrine un papier exprimant leur solidarité avec les grévistes des fonderies. Le comité de soutien des fonderies a remercié tous ceux, très nombreux, qui ont envoyé des messages de soutien et des dons, ayant permis aux grévistes de tenir. Bernard Thibault venu soutenir les grévistes a dénoncé le chantage inacceptable du groupe Montupet : baisse des salaires de 25 % ou fermeture, qui a conduit les salariés à une grève de 7 semaines. (cf. article LF du mois d octobre). Ils ont appris ce jeudi, qu après que Montupet ait déposé le bilan, ils allaient être placé en redressement judiciaire. Alors que cette fonderie représente 80 % du carnet de commande de Renault,(fabrication de culasse), entreprise dont elle a fait partie, les salariés espèrent maintenant une reprise par Renault, dont l Etat est actionnaire. Le ministre de l industrie, le cabinet du premier ministre, le préfet ont été contraint de condamner publiquement la stratégie du groupe Montupet qui présentait son chantage à l emploi comme un plan de compétitivité. Ce groupe a tout de même touché 3 millions d euros de fonds publics! Les salariés exigent maintenant que gouvernement et Medef favorisent la reprise par le fabricant automobile, des fonderies du Poitou. En effet après la période de 6 mois d observation décidée par le tribunal de commerce, s il n y a pas de repreneur, la liquidation de l entreprise pourrait intervenir. Le 24/10, le travail n avait toujours toujours pas repris, l intersyndicale exigeant des garanties salariales suffisantes, le versement avancé de la moitié de leur 13 ème mois, et une prime exceptionnelle de la part du groupe Montupet. Il semble aujourd hui que l intersyndicale vienne d apprendre, après leur réunion avec le ministère de l industrie, que Renault avait depuis 2010 autorisé Montupet a dupliquer les moules des culasses pour la fonderie de Bulgarie, dans le but de fermer le site d Ingrandes sur Vienne. Un stock important aurait été préparé pour faire face au conflit qui ne manquerait pas d arriver face à l annonce de la baisse de 25 % des salaires. Comme le dit le responsable CGT de la Vienne, Renault et Montupet sont des pilleurs d entreprise et des casseurs d emploi, des patrons voyous! La grève a donc été revotée aux Fonderies.

12 12 lll Suite de la page 11 Répression... vernement. Les patrons du secteur entendent bien faire porter les efforts sur les salariés : leur seul et unique but c est réduire la masse salariale, se donner plus de souplesse, de flexibilité, dans la gestion du personnel, bref : nous faire payer la crise! C est pour toutes ces raisons que le 6 octobre nous étions environ devant un dispositif policier impressionnant (40 cars de CRS sur demande des employeurs FEHAP), pour nous faire entendre. La menace que représentaient ces soignants, essentiellement des femmes, pour des CRS casqués et caparaçonnés a dû être telle qu ils ont fait usage de leurs gaz lacrymogènes contre ces dangereuses infirmières Malheureusement, lors du mouvement de foule qui s en est suivi, 3 salariées ont été très grièvement blessées. Elles ont fait une chute de 5 mètres, en passant sur une grille qui a cédé sous leur poids. A ce jour, les séquelles pour ces trois personnes ne peuvent être établies, l une d entre elles étant encore en réanimation. Il s agit de la déléguée syndicale CGT d une clinique de la Mutualité de la Loire. Il faut savoir que les patrons, informés du drame, n ont même pas jugé utile de suspendre leur congrès! La mairie de Lyon, contactée le jour même par la fédération CGT santé et action sociale de la ville, n a pas donné suite à la demande d échange qui a été faite. Quant au Préfet, il a justifié l usage de la force par les CRS contraints de se dégager d une pression forte et agressive, et que le drame se serait déroulé en marge d une manifestation, sur un lieu très éloigné, alors que cet événement dramatique est survenu à 10 mètres du rassemblement. La CGT a bien sûr dénoncé ces violences policières, la présence disproportionnée des CRS, et demandé au ministre de l intérieur et à celui de la santé que l enquête détermine clairement les causes et les responsabilités du drame. La solidarité avec ces salariées s est exprimée rapidement ; le 11 octobre à St-Étienne, les personnels de la Clinique Mutualiste devaient être en tête du cortège avec une banderole : Soutien à Valérie, Catherine et Claire Nos vies valent mieux que leurs profits Halte aux violences policières et patronales Unis pour défendre nos droits Avec le syndicat CGT de la clinique de St-Étienne et tous les salariés de la Branche de l Action Sanitaire et Sociale, plus que jamais, nous revendiquons l annulation de la décision de dénonciation de la convention collective 51 par les employeurs et nous allons continuer la lutte, encore plus déterminés, pour défendre nos conventions, nos droits. Jeunesse Conditions de travail et précarité, les jeunes paient le prix fort Interview d un jeune ouvrier qui nous parle des conditions de travail qu il partage avec d autres jeunes venus de Peux-tu nous décrire rapidement ta formation? J ai effectué un BEP technique du gros œuvre puis un Bac Pro technicien du bâtiment dans l organisation et la réalisation du gros œuvre (Bac pro étant la dernière année de la version 2 ans). Après l obtention de mon diplôme, j ai été durant une année au chômage sans pouvoir avoir accès à la moindre aide, n ayant pas assez cotisé ou étant trop jeune. Ce qui m a empêché de passer mon permis de conduire, outil indispensable dans ces métiers. Quelles ont été les difficultés que tu as rencontrées lors de tes recherches? Comme je viens de le dire, je ne pouvais pas passer mon permis car c est trop cher et c est quelque chose que beaucoup de patrons réclament. De plus, les patrons veulent des jeunes payés le SMIC mais en leur demandant une expérience de 10 ans. Ce n est pas possible Ils veulent le beurre et l argent du beurre. C est pourquoi ils préfèrent dans ces cas-là prendre des apprentis. Non seulement ils sont intégralement exonérés de charges mais en plus ils reçoivent des aides. C est tout bénéfice pour eux. Et surtout, comme ils prennent part à la notation des apprentis, ce sont des salariés qui ne peuvent rien dire. Et enfin, bien que j ai effectué mes recherches en IDF en général, les agences d intérim me disaient toujours qu elles n avaient rien pour moi. Après cette année de chômage, j ai trouvé un stage non rémunéré de 2 semaines par la mission locale sur le chantier de l hôpital de Creil. Cependant, suite à un incident de chantier, le stage a duré une semaine seulement. Ce stage m a permis d obtenir un contrat par intérim sur ce même chantier. Ce contrat d intérim devait durer 3 mois initialement. Mais les restructurations des hôpitaux par l ARS en ont décidé autrement. En effet, l ARS envisageait de fusionner cet hôpital avec un autre et donc n a pas financé totalement les travaux. La traduction pour les jeunes précaires du chantier a été l arrivée un matin du chef dans les vestiaires nous disant que l on devait rentrer chez nous. Ni les responsables du chantier, ni l hôpital, ni l agence d intérim ne nous ont prévenus à l avance (alors que la règle générale veut que l on soit prévenu une semaine à l avance). On a vraiment eu l impression d être traité comme des chiens. J ai ensuite été durant 4 mois au chômage, sans indemnité, n ayant bien évidement pas assez cotisé et n ayant pas droit au RSA. Comment peuvent-ils dire que l on est bien au chômage alors que l on n a rien? Aujourd hui, quelle est ta situation? Je bosse en intérim sur un chantier de Bouygues en région parisienne dans un tunnel autoroutier. Je pose des plaques pare-feux. Et quelles sont tes conditions de travail? Déjà, je suis payé le SMIC avec une prime de nuit. C est simple, avec la prime de nuit, je ne touche pas plus que lorsque je travaillais sur le chantier de l hôpital! On a droit à une pause de 25 min, mais on n a aucun équipement à disposition : pas de sanitaires, pas de café, pas de micro-ondes, pas de toilettes rien! Du coup, on mange avec toute la poussière de la pollution. En ce qui concerne les EPI (1) qu on nous fournit, malgré le port des masques, on se transforme en gueules noires, on n a pas les lunettes de sécurité adaptées afin d éviter d avoir toute la poussière dans les yeux Concrètement, je finis chaque semaine avec les yeux et la gorge qui brûlent. Mais tout le monde ne possède pas les mêmes EPI selon qu ils sont intérimaires, comme moi, ou contractuels. On bosse à côté des tuyauteries bourrées d amiante, juste à côté des capsules GSM (tellement nocif que même officiellement on n a pas le droit de les approcher à moins de 2 mètres) alors que normalement elles devraient être désactivées. la région Nord sur ce chantier de la région parisienne et qui doivent dormir dans des Mobil Homes. Et les rapports avec l encadrement? Tout le monde a de très bons rapports avec les chefs d équipes. Le gros problème, ce sont les chefs de chantier et conducteurs de travaux. Dès qu ils peuvent, ils nous suppriment des primes. Par exemple, si l ouvrier se met en situation hors sécurité pour aller plus vite, sa prime lui est supprimée, mais s il ne travaille pas assez vite, sa prime lui est supprimée aussi Si un intérimaire arrive une seule fois avec 2 minutes de retard, il est remercié sur le champ. Ils cherchent aussi à baisser la durée des pauses de certaines équipes. Mais sinon, sur le chantier en général, les contacts et l ambiance y sont très bonnes. Tu viens de dire qu ils raccourcissent les pauses de certaines équipes et suppriment des primes pour certains. Mais quelle est la réaction au niveau syndical? Je n ai vu que des affiches de la CFTC et aucune activité syndicale. Et comment tu te projettes dans l avenir? Déjà, je n ai pas la possibilité de transformer cet intérim en CDI, le chef de chantier m ayant dit qu en ce moment ils viraient plus de monde qu ils n embauchaient avec l approche des élections présidentielles. Avec mon statut de précaire, pouvant être viré à tout moment sans que je ne puisse rien y faire, je n ai même pas la possibilité d avoir un appartement. Au mieux, je peux demander une place dans un foyer de jeunes travailleurs. Mais jusqu à quand ça pourra durer? En effet, ils veulent une expérience énorme pour prendre quelqu un en CDI. Et vu la difficulté d obtenir le moindre contrat, aussi précaire soitil, ce n est pas demain que je pourrai espérer sortir de la précarité et faire des projets d avenir. Je vis au jour le jour sans possibilité d obtenir mon indépendance en ayant mon appartement et une réelle vie privée. (1) Équipements de protection individuelle.

13 13 Commémoration des résistants communistes et CGT fusillés le 22 Octobre 1941 à Châteaubriant Quand l histoire nous aide à comprendre le présent Les 22 et 23 octobre, c est entre Nantes et Châteaubriant que le lien entre le passé des résistants, du Conseil National de la Résistance et la lutte politique d aujourd hui s est fait. Le week-end a débuté par une assemblée de jeunes cheminots à laquelle des jeunes métallos ont été invités. Le débat a vite abordé les prochaines élections présidentielles et législatives, à savoir qu un autre choix que l UMP et le PS est possible et a aussi mis en garde contre la montée du FN (l extrême droite se développe toujours dans les périodes de crise... pour sauver le capitalisme). Le débat a aussi porté sur la division développée par le gouvernement et ses acolytes par le biais des salaires. Le constat fait est que certains ouvriers de la métallurgie sont mieux payés que certains cheminots alors Mayotte Halte à la répression, soutien au mouvement contre la vie chère! Mayotte est devenue une colonie française en Elle fait partie de l archipel des Comores, qui a été rattaché lui-même à Madagascar jusqu à l indépendance malgache en Lorsque l Union des Comores a accédé à son tour à l indépendance, en juillet 1975, Mayotte est restée française, avec le statut de territoire d outremer (TOM). Le 31 mars dernier, elle est devenue le 101 e département français, sans gagner pour autant l égalité des droits et traitements avec la métropole : le niveau des prestations sociales y est beaucoup plus bas (de l ordre de 25 % par rapport au niveau national), tout comme le Smis mahorais (6,43 euros contre un Smic horaire à 9 euros en métropole). Les prix, qui ont encore augmenté de 2,7 % ces douze derniers mois, sont, en revanche, beaucoup plus élevés qu en métropole : selon Salim Nahouda, le secrétaire général CGT Mayotte, il y a eu à Mayotte une inflation de plus de 50 % en quatre ans. Cette hausse des prix, particulièrement douloureuse dans le secteur de l alimentation, est à l origine du mouvement contre la vie chère qui secoue l île depuis fin septembre. Deux groupes de distribution se partage 90 % du marché des biens et des services. Ils imposent à la population leurs prix de monopole. A titre d exemple, un kilo d ailes de poulet acheté une dizaine d euros au Brésil est revendu à 27,50 euros à Mayotte. Dans le cadre d un accord séparé signé entre FO et le Medef local le 19 octobre, prévoyant une légère baisse sur une dizaine de produits de première nécessité, il serait ramené à que le gouvernement nous dit l inverse, que les travailleurs de l État sont trop payés. D où l importance de ce genre d assemblée de salariés du privé et du public pour développer l unité et la solidarité. Puis un résistant a témoigné de la vie au camp dans lequel ont été choisis 27 de ses camarades, fusillés à la sablière près de Châteaubriant. Il nous a dit être ému de voir autant de jeunes à cette commémoration. Il a souligné l importance de ne pas oublier l histoire, car en période de crise, la guerre est un moyen pour le capitalisme de garder le pouvoir. Il a parlé de l importance du programme du Conseil National de Résistance (les jours heureux) qui a permis après la guerre la mise en place des acquis sociaux (santé, sécu, retraite, etc.) et qui est démantelé par les gouvernements successifs sous la domination du patronat. Cette intervention a su captiver l attention du public, à majorité de jeunes, et fut largement ovationnée. Elle s est terminée par un chant révolutionnaire. Le dimanche, c est une cérémonie très émouvante au mémorial de la Sablière, lieu même de l exécution des 27 prisonniers. De nombreuses gerbes furent déposées devant chaque poteau d exécution où les résistants, dans leur dernier combat, ont refusé d être attachés et d avoir les yeux bandés, ont chanté la Marseillaise (qui, à l époque, était symbole de résistance à l occupant nazi) et lancé des mots d ordre progressistes et internationalistes jusqu à la dernière minute. L aspect internationaliste de cette commémoration a été marqué par l intervention à la tribune de jeunes 21 euros/kg! Cela n a bien sûr pas suffi à mettre un terme au mouvement. Au fil des jours, il s est au contraire amplifié, tandis que la répression se faisait, elle aussi, de plus en plus forte. C est la politique du gomme cogne : le 9 octobre, un jeune garçon de 9 ans a perdu un œil alors qu il jouait sur la plage à proximité d un barrage routier contre lequel intervenaient les gendarmes mobiles ; le 19 octobre, un manifestant a, une nouvelle fois, été grièvement blessé par un tir de flashball ; le même jour, un autre manifestant est mort d une crise cardiaque au cours d une charge policière au centre ville. C est la seule réponse, avec une promesse de revalorisation du RSA, et une médiation de l Observatoire des prix, que le gouvernement français est en mesure d apporter! Le coût de la crise et de l austérité, déjà particulièrement dur en métropole, l est encore plus dans les DOM-TOM, où perdurent les injustices coloniales. Les jeunes y sont particulièrement sensibles. Le spectre de la violence, des émeutes et des pillages de magasins, agité par les autorités, ne suffira pas à faire peur, ni à faire oublier les causes sociales de ce mouvement qui change la donne à Mayotte où, jusqu à présent, l administration et les autorités religieuses avaient réussi à canaliser les explosions sociales et les revendications politiques. Nous dénonçons les inégalités de type colonial que subissent les Mahorais. Nous apportons notre soutien à la CGT-MA, à l intersyndicale et aux associations dans leur combat contre la vie chère. Nous condamnons fermement la répression policière. Palestiniens et Sud-Africains exprimant leur soutien au combat contre le capitalisme. Tout au long de ce séjour, les discussions ont beaucoup tourné autour des attaques du gouvernement et du patronat, sur la nécessité d aller vers une vrai gauche, et le regroupement des différents partis autour du Front de Gauche est bien accueilli. L aspect historique de cette commémoration en lien avec la situation actuelle stimule la prise de conscience des jeunes syndicalistes ; ils comprennent mieux ainsi qu ils ne peuvent s arrêter aux luttes syndicales et que, pour avancer, ils ont aussi besoin de mener un combat politique pour un changement de société. Témoignage d un ami présent à la commémoration Fin début 2009, les travailleurs et les peuples de Guadeloupe et de Martinique, suivis par ceux de la Réunion, ont engagé un vaste mouvement contre la vie chère, aggravée par les liens de dépendance néocoloniaux. C était au moment où la crise financière, partie des USA, frappait les économies des grandes puissances. Les tenants du néolibéralisme de combat faisaient couler à flot l argent public dans les coffres des banques et les rouages des marchés financiers qu il fallait sauver. En métropole, le 29 janvier 2009, les premières grandes manifestations intersyndicales étaient lancées sur le mot d ordre : ce n est pas à la population de payer la crise. Nombreux étaient alors les manifestants qui disaient qu il fallait faire comme en Guadeloupe, tout bloquer, s unir et ne rien lâcher A cette occasion, les organisations politiques de la gauche de transformation sociale s étaient exprimées ensemble pour soutenir ce mouvement de résistance et dire qu il fallait une politique de rupture avec le néolibéralisme. Quatre ans après, le vent de la révolte souffle à nouveau dans une colonie de l impérialisme français, à savoir Mayotte. Et la crise a pris une ampleur encore plus grande, ici et plus encore là-bas. Il faut briser le mur du silence, dénoncer la répression contre ce peuple qui lutte pour manger à sa faim, être solidaire de son combat et redoubler d efforts pour imposer cette rupture et engager une politique au service des travailleurs, des masses populaires et des peuples, y compris ceux des colonies françaises.

14 14 International Lybie Ils ont détruit le pays et assassiné Kadhafi La guerre est un investissement pour l avenir (A. Juppé) La guerre d agression menée par une coalition de l OTAN contre le peuple libyen aura duré 7 longs mois. Elle a déchaîné une guerre civile et a causé des milliers de morts et de blessés, des centaines de milliers de personnes déplacées et de réfugiés. Les bombardements aériens de la coalition ont détruit les principaux équipements du pays (sauf les puits pétroliers) et les dégâts collatéraux sont considérables pour la population civile. La prise de Syrte et l assassinat de Kadhafi constituent le dernier épisode du conflit militaire alors qu on est entré dans une nouvelle étape : la guerre économique entre les alliés d hier pour tirer les marrons du feu. A l occasion de cette guerre, l impérialisme américain, miné par deux conflits devenus impopulaires dans le contexte de la crise, a joué un rôle discret mais prépondérant. Sans sa panoplie d armes sophistiquées, l opération aurait dû s interrompre. Sur le plan politique et médiatique, la relève a été assurée par la France et la Grande-Bretagne. Sarkozy, avec la complicité et les félicitations de la première secrétaire du PS, a voulu se tailler un costume de chevalier des causes humanitaires volant au secours d un peuple martyrisé. Il a imposé sur la scène internationale un Comité national de transition (CNT) à la composition hétéroclite et douteuse, prétendant représenter la résistance populaire à la dictature. Il en a tellement fait qu il s est attiré les critiques de ses propres alliés qui lui ont reproché de jouer en solo et d utiliser l OTAN à des fins partisanes, voire personnelles. Le siège de Syrte, l assassinat de Kadhafi et les violentes rivalités qui ont éclaté pour le repartage des richesses libyennes démentent, s il en était encore besoin, le caractère humanitaire de cette guerre. Le siège de Syrte et l assassinat de Kadhafi Les habitants de Syrte, ville natale du dictateur et dernière grande ville à lui rester fidèle, se sont retrouvés pris dans une nasse entre les snippers de Kadhafi, les troupes du CNT et les frappes aériennes de l OTAN. Aucune échappatoire n était possible et à plusieurs reprises la Croix-Rouge Internationale avait signalé la ville comme sinistrée. L intervention de la coalition avait soi-disant pour raison d être la protection des civils en danger de mort, mais, de fait, la coalition a cautionné un siège et une offensive qui condamnaient les civils à une mort certaine. Il paraît que les responsables militaires ont éprouvé une difficulté morale face aux conséquences pourtant prévisibles de leur intervention! En revanche, les images de l assassinat de Kadhafi, complaisamment étalées dans les médias, n ont provoqué chez les dirigeants tant militaires que civils aucun état d âme. Cameron, le Premier ministre britannique, a résumé ce que tous pensaient : Je ne pleurerai pas sa mort. Le scénario de son arrestation et de sa mise à mort a fait l objet de multiples versions contradictoires, à tel point que l ONU a demandé une autopsie. Sans attendre ses résultats, le CNT a délivré une version officielle qui satisfait les susceptibilités de tous les protagonistes : c est la coalition qui a empêché la fuite de Kadhafi et ce sont des Libyens qui l ont lynché et assassiné. Ce qui est certain c est que tous les dirigeants engagés dans le conflit avaient intérêt à sa disparition et ne s en cachaient pas : un mort, ça ne parle pas et un procès aurait mis en lumière les grands et les petits arrangements passés entre complices, lors des multiples rencontres entre le dictateur, alors fréquentable, et Sarkozy, Blair, Cameron, Berlusconi et Cie. La rivalité pour les contrats Pourtant, à sa manière, le mort continue à parler. Des documents n ont pas été détruits. Divulgués par les médias, ils révèlent les véritables buts de cette guerre et provoquent de violents règlements de compte entre alliés d hier. On a appris ainsi que le CNT a promis 35 % du pétrole libyen à Total. Réplique immédiate et courroucée du ministre italien des affaires étrangères : L Italie maintiendra sa première place. Nous l avions et nous l aurons. D autres documents font état des hésitations de Berlusconi à s engager dans la coalition et sur son double jeu. Un autre encore prouve que AMASYS, filiale du groupe français Bull, a fourni au régime libyen les moyens techniques pour fliquer les communications de la population. Il y a gros à parier que ce n est qu un début : tous les moyens sont bons pour arracher les contrats de la reconstruction et les permis pétroliers. Les délégations se succèdent à Tripoli. Dans cette capitale où flotte encore l odeur du soufre et de la mort, on a pu voir le spectacle répugnant d une troupe d hommes d affaires du CAC 40 descendre en rangs serrés d un avion, la mine réjouie à la perspective de signer de juteux contrats. Ces charognards illustrent la réponse du ministre des affaires étrangères Alain Juppé à une question d un journaliste sur un premier bilan de cette guerre : On dit que la guerre coûte cher ; en fait elle est un investissement pour l avenir. Terrible aveu d un représentant d un système qui fait de la mort et de la destruction une source de profit et une voie pour l avenir. Une guerre pour le repartage des gisements pétroliers La Libye est un immense pays devenu le 4 e producteur de pétrole. Elle possède les plus grandes réserves connues du continent africain. Peu peuplée (7 millions d habitants), elle exporte 85 % de sa production, un pétrole d excellente qualité, facile à exploiter, et des gisements situés à proximité du grand marché de consommation européen. Avant la guerre, l ENI, compagnie nationale de l ancienne puissance coloniale italienne, y était le principal exploitant, suivie par les majors américains (Exxon, Conoco ) et par l allemand BASF. La France, bien qu important 16 % de son approvisionnement de Libye, arrivait loin derrière ses concurrents, mais Total avait annoncé récemment la découverte de deux gisements prometteurs. Quant aux compagnies Shell et BP à capitaux majoritairement britanniques, écartées du marché libyen après l attentat de Lockerbie, elles étaient de retour au niveau de la prospection. Dans le contexte général de la crise, de la raréfaction des ressources pétrolières et de l apparition de nouveaux rivaux (Chine, Russie, Brésil, Inde, ), la France et la Grande- Bretagne s estimaient les plus mal loties et avaient le plus à gagner dans une opération de repartage. Les USA, préoccupés par la montée de la puissance chinoise, en particulier sur le continent africain, ne pouvaient rester absents du festin. Pour y parvenir, il fallait faire la guerre au peuple libyen et éliminer Kadhafi et son clan par tous les moyens. Aujourd hui, ces obstacles au repartage ont été franchis et une nouvelle armée s abat sur le pays, brandissant le carnet de chèques, jouant des coudes pour faire fructifier leur mise dans la coalition et se faire octroyer des contrats par les hommes du CNT choisis précisément pour ça. Les dirigeants français ne cessent de rappeler le rôle moteur de la France dans la guerre. A la tête d une délégation d hommes d affaires, le ministre du Commerce extérieur a rappelé que nous n étions pas si nombreux à vouloir le changement en Libye, visant implicitement l Allemagne qui a refusé de participer aux opérations militaires. Un document adressé par le CNT à l émir du Qatar évoque la signature d un accord attribuant 35 % du total de la production de pétrole brut aux Français, en échange du soutien total et permanent à notre Conseil. Un ministre britannique, membre d une délégation de financiers et d industriels du pétrole envoyée à Tripoli a déclaré : Les compagnies pétrolières britanniques ont été des acteurs majeurs en Libye et je suis sûr qu elles voudront y retourner. Quant à l Italie, elle cherche à faire oublier, avec quelques succès, ses hésitations à s engager dans la coalition au début de la guerre d agression. Selon le porte-parole de la compagnie pétrolière libyenne AGOCO, proche du CNT : Nous n avons pas de problème avec les pays occidentaux comme avec les entreprises italiennes, françaises et britanniques. Mais nous pouvons avoir quelques problèmes politiques avec la Chine, la Russie et le Brésil. En voilà un qui a bien compris le sens de cette guerre pour le repartage du pétrole et le rôle dévolu au nouveau pouvoir libyen.

15 Tunisie International 15 Sur les élections de l Assemblée constituante Après une intense campagne, qui a mobilisé tous les militants, amis et sympathisants du parti, en Tunisie et à l étranger où votaient aussi les Tunisiens, le PCOT tire les premières leçons de ces premières élections post-dictature. Grèce supérieure indépendante pour les élections (ISIE) L instance a publié jeudi soir, 27 octobre 2011, les résultats provisoires des élections de l assemblée constituante. Le mouvement Nahdha est arrivé en tête, suivi dans l ordre par le Congrès pour la République (CPR), le Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDTL), la Pétition populaire pour la liberté, la justice et le développement le Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT) a obtenu seulement trois sièges à Sfax, Kairouan et Siliana. Le PCOT, qui prend acte du fait que ces élections, les premières du genre après la révolution, étaient ouvertes à tous les partis et à toutes les tendances idéologiques et politiques, ne peut s empêcher de souligner les irrégularités qui les ont entachées malgré leur caractère pluraliste. Il est important de s arrêter sur ces irrégularités, loin de toute langue de bois héritée de l ère Ben Ali qui ne sait que faire des éloges. 1. Selon les chiffres officiels de l ISIE, le taux de participation n a pas dépassé les 48,9 %, ce qui signifie que la majorité des électeurs ( électeurs sur ) n a pas pris part au vote. Il faut chercher les causes de cette faible participation dans le climat politique et social général dans lequel se sont déroulées les élections. 2. L argent a joué un rôle dangereux et sale dans ces élections, à commencer par la publicité politique que tout le monde a constatée, jusqu à la corruption à grande échelle des électeurs sous forme de cadeaux et de services sociaux et de bienfaisance qui se sont prolongés jusqu au jour des élections et face auxquels l ISIE s est montrée impuissante. 3. Les médias, y compris les médias publics, restés sous le contrôle des agents de l ancien régime, ont pris partie en faveur de certaines forces politiques au détriment d autres. Ils n ont pas joué leur rôle d éclairer l opinion publique sur les enjeux des élections de l assemblée constituante, bien au contraire ils ont mis en avant des questions secondaires et poussé parfois dans des affrontements liés aux croyances. 4. La religion a été gravement instrumentalisée dans les mosquées et dans l espace public lors de ces élections. A titre d exemple, la plupart des prêches du vendredi 21 octobre, soit deux jours seulement avant les élections, ont appelé de manière implicite ou explicite à voter pour certaines parties au détriment d autres sous prétexte qu elles représentent la religion ou parce que ses membres font la prière Ceci nous rappelle les pratiques de l ère Ben Ali. 5. L instrumentalisation de la religion allait de pair avec une large campagne calomnieuse, de très bas niveau, contre les forces révolutionnaires et démocratiques comme notre parti. Ce sont des forces réactionnaires et contre-révolutionnaires qui ont mené cette campagne dans le but de dévier l attention du peuple des véritables enjeux politiques, économiques, sociaux et culturels et de le Non à la mise sous tutelle! La dette a été allégée, mais le peuple continuera à payer! C est ce que les millions de manifestants grecs ont bien compris, suite aux mesures décidées par les dirigeants de l UE, ceux de la troïka et avalisées par Papandréou. La réduction de la dette grecque ne concerne que celle détenue par les banques, qui sont par ailleurs assurées d avoir le soutien financier des États. Par contre, toutes les mesures antisociales déjà annoncées ne sont pas remises en cause, bien au contraire. L UE a mis en place une task force dirigée par un haut fonctionnaire de la BCE, le sinistre Reichenbach, chargé de la mise en œuvre des mesures d ajustement. C est, en clair, une mise sous tutelle du gouvernement et du pays, qui rappelle ce que fait le FMI dans les pays d Afrique ou, il y a quelques années, en Amérique latine. Le fait que ce technocrate soit allemand n est pas un hasard. C est la manifestation concrète de la prise en mains, par les dirigeants de la première puissance impérialiste en Europe, de la gestion de la dette, de l euro et des politiques censées le sauver. C est derrière ce modèle qui gagne que Sarkozy a décidé de se placer. Après les grandes manifestations et l ampleur des dernières grèves générales, qui ont vu une unité plus grande entre les centrales syndicales, contre le nouveau plan d austérité voté par le gouvernement social-libéral de Papandréou, les travailleurs, la jeunesse et le peuple grec avaient un nouveau rendez-vous, celui du 28 octobre. C est l anniversaire du jour où le peuple grec avait dit non à l entrée des troupes de Mussolini en Devenue fête nationale, elle donne lieu généralement à des parades militaires et des défilés d élèves, devant des tribunes occupées par les autorités civiles. Cette année, le défilé a été annulé et tout ce qui ressemble à un député du Pasok, à un responsable gouvernemental, a disparu. Le président de la République a dû quitter la place, sous la protection de la police. Ce jour, des jeunes, des travailleurs, des artisans, des simples gens, sont allés dire non à ce qu ils perçoivent comme une occupation de leur pays par les diviser sur des critères liés aux croyances. 6. Plusieurs irrégularités ont été commises le jour du vote, y compris par des membres des bureaux de vote. Elles ont consisté dans l utilisation de voitures et de bus privés pour ramener des électeurs, surtout ceux qui ne se sont pas inscrits volontairement, à la poursuite de la campagne électorale jusqu au jour du scrutin devant même les bureaux de vote afin d inciter à voter pour certaines listes, à la distribution de nourriture et de boissons à l intérieur des bureaux de vote Ces infractions aux principes des élections démocratiques, de l avis d instances d observation et d observateurs indépendants, entachent l honnêteté des élections et leur transparence. Elles ont pesé de manière ou d une autre sur les résultats des élections. La tentative de les minimiser par l ISIE n est pas convaincante, elle montre l incapacité de l instance à les arrêter. 7. Les reports successifs d annoncer les résultats suscitent plus d une interrogation sur la transparence des élections. Les jours à venir sauront nous éclairer sur les causes de ces reports. 8. Le PCOT a participé à ces élections tout en étant parmi les premiers à appeler à élire une assemblée constituante pour rompre avec la tyrannie. Le PCOT a mené une campagne propre, au niveau du financement, mais aussi éthiquement et politiquement. Il a mis l accent sur les propositions et les programmes et s est appuyé sur ses militants et ses militantes. Il a fait face à une grande campagne diffamatoire et subi un blocus médiatique scandaleux. Les résultats du PCOT sont faibles, ils ne reflètent ni son poids réel et sa présence sur le terrain, ni son parcours militant et son rôle avant-gardiste dans la révolution tunisienne contre la dictature. S il est vrai que ces résultats sont liés au climat général évoqué plus haut, les structures du parti ne manqueront pas de s emparer du bilan lié aux causes subjectives de cet échec pour les surmonter. 9. Indépendamment de ces résultats, le PCOT poursuivra la lutte sans relâche aux côtés des travailleurs et des couches populaires pour l accomplissement des objectifs de la révolution et l avènement d un véritable changement démocratique, patriotique et populaire. Lors de cette campagne, le PCOT a gagné de nombreux sympathisants convaincus par son programme et ses positions et grâce à sa sincérité, cela servira de base solide d un nouveau départ pour relever les défis à venir. Le PCOT tient à saluer, à cette occasion, tous ceux qui l ont soutenu et lui ont accordé leur vote. Il renouvelle son engagement à ce que ses élus au sein de l assemblée constituante n épargneront le moindre effort pour défendre les aspirations de notre peuple. Parti Communiste des Ouvriers de Tunisie Direction nationale Tunis, le 29 octobre 2011 représentants de l UE et des banques européennes. C est une manifestation de plus de la volonté du peuple grec à défendre ses droits, la souveraineté de son pays bafouée par les puissances impérialistes, avec l aide du gouvernement social-libéral. Bien évidemment, la droite et l extrême droite veulent tirer profit de ce désaveu massif, comme elles le font aussi en Espagne, en spéculant et en essayant d instrumentaliser le rejet des sociaux libéraux. Cela souligne l urgence vitale d une alternative politique de rupture avec cette politique et ce système, pour la classe ouvrière, la jeunesse, la paysannerie, le peuple de Grèce.

16 16 International Conférence Internationale de Partis et Organisations Marxistes-Léninistes Résolution générale La session plénière de la Conférence Internationale de Partis et Organisations Marxistes-Léninistes s est tenue avec succès à Madrid, en présence de la quasi-totalité de partis et organisations membres, d Europe, d Amérique, d Afrique et d Asie. Tout au long des sessions, et après avoir passé en revue le travail des partis dans leur pays respectif, la session plénière constate l incapacité du capital à résoudre la crise générale avec les différents moyens qu il a employés jusqu à aujourd hui. Le chômage et la misère frappent des millions de travailleurs, particulièrement les femmes et les jeunes, aussi bien dans les principales économies impérialistes que dans les pays dépendants. Les programmes et les politiques néolibérales ne résolvent pas les grandes difficultés du système et encore moins la situation de la classe ouvrière et des peuples. De nouveaux secteurs des travailleurs et des masses populaires se jettent dans la lutte pour leurs droits : des jeunes, des employés du secteur public, des chômeurs, des migrants, défendent les acquis obtenus par des décennies de lutte et essayent de nouvelles formes de lutte et d unité. Ils assimilent de précieuses leçons qui élèvent le niveau de conscience de larges masses et qui posent des objectifs de plus grande portée contre le capitalisme. Dans les secteurs avancés, ce sont les objectifs du socialisme qui sont posés. Il est un objectif largement partagé, y compris une clameur ; c est l idée que le poids de la crise doit retomber sur la classe qui l a provoquée et pas sur ses victimes. En Europe, aux USA et en Amérique latine, les travailleurs s affrontent aux politiques de privatisation, aux coupes sociales et à la spoliation. En Afrique subsaharienne, les peuples refusent d être le champ de bataille des pilleurs impérialistes. En Asie, les travailleurs organisent de grands mouvements de grèves et se battent héroïquement contre l occupation militaire impérialiste. La lutte des peuples arabes a pris une importance particulière. Les travailleurs, la jeunesse et les femmes, par de combatives et massives manifestations, ont fait tomber des odieuses tyrannies alliées de l impérialisme, comme en Tunisie et en Egypte, et ont suscité et encouragé les actions combatives des masses travailleuses dans d autres pays, tels le Bahreïn, le Yémen, la Jordanie, le Maroc, l Algérie, etc. Nous soulignons le rôle du Parti Communiste des Ouvriers de Tunisie (PCOT) dans le développement de la révolution politique ainsi que dans la poursuite de la lutte pour renverser le capitalisme et transformer les structures sociales et économiques du pays. Dans ce processus, le PCOT remplit ses responsabilités historiques et se comporte comme une référence politique révolutionnaire. Nous condamnons résolument l intervention militaire impérialiste (France, Grande-Bretagne, USA et OTAN) perpétrée contre la Lybie, qui a signifié la dévastation du pays et le massacre de plus de civils. On prétend justifier l agression impérialiste par la défense de la liberté et de la démocratie pour les Libyens, alors qu il s agit en réalité de provoquer un nouveau partage du pétrole et de l eau de la Lybie, et d étouffer par le feu et le sang les aspirations libératrices de tous les peuples arabes. C est dans ce but que les puissances impérialistes ont attaqué et mis en déroute leur ancien allié Kadhafi, mais elles n ont pas étouffé la résistance et la lutte pour la liberté du peuple libyen, qui continuera à se développer. Les pays impérialistes, avec à leur tête les USA, prétendent renouveler l agression militaire en Syrie, et à partir de là, viser l Iran. Une fois de plus ils utilisent les justes aspirations et la lutte des travailleurs et de la jeunesse pour conquérir la démocratie. Les travailleurs, les peuples et la jeunesse, ainsi que les révolutionnaires et les communistes, nous rejetons ces funestes intentions. Nous proclamons le droit des peuples à l autodétermination. Le destin de la Syrie doit être décidé par les travailleurs et la jeunesse syrienne. Nous défendons le droit à l autodétermination du peuple palestinien, sa lutte héroïque contre l impérialisme et le sionisme et son droit à être reconnu en tant qu État par les Nations Unies. Le joug de la dette extérieure continue de peser sur le développement des pays dépendants et la situation des masses travailleuses. L ampleur de la dette touche aujourd hui les USA mêmes qui, récemment, ont dépassé le niveau maximum d endettement imposé par leur propre législation. Cette incapacité de paiement fut résolue, momentanément, par l élargissement légal de ses limites, à base de baisses des salaires, des pensions, des budgets de la santé et de l enseignement, ainsi que ceux des autres services publics. Ces mesures se retournent contre les capitalistes eux-mêmes car elles projettent la récession à l échelle mondiale. En Grèce, on prétend résoudre la banqueroute par l obligation faite aux travailleurs de payer une ignominieuse dette extérieure, qui augmente démesurément, déguisée en aide. Cette dette extérieure est injuste et illégitime. Elle n a pas été contractée par les travailleurs et elle a déjà été payée à plusieurs reprises. Pour cette raison, sous toutes les latitudes, les travailleurs, les peuples et les révolutionnaires crions haut et fort le mot d ordre de non-paiement de la dette. Nous, partis et organisations de la CIPOML, avec d autres organisations politiques et de masses, lançons de façon décidée la campagne internationale pour l annulation de la dette extérieure de la Tunisie. Le développement de la lutte des travailleurs et des peuples, la résistance contre les conséquences de la crise, les exigences de liberté et de démocratie qui s expriment, à différents niveaux, dans tous les pays, sont en train de redonner le premier rôle et le rôle dirigeant à la classe ouvrière, en exprimant crûment la contradiction entre le capital et le travail. Autour de la classe ouvrière se regroupent les autres secteurs populaires (étudiants, femmes, chômeurs, usagers des services publics, etc.). Ils s unifient et s organisent contre les agressions de l impérialisme et contre l exploitation du capitalisme. Le discrédit des institutions bourgeoises et des bureaucraties syndicales, mais surtout la lutte de la classe ouvrière, contribuent à démasquer la véritable nature de la démocratie bourgeoise et des organismes capitalistes ainsi que de leurs valets, les opportunistes et les révisionnistes. Dans ces circonstances intéressantes, des secteurs de la classe ouvrière et des peuples, et la jeunesse, cherchent des alternatives et des voies à suivre. Nous, révolutionnaires prolétariens, devons y jouer un rôle plus dynamique : dénoncer la nature de l oppression et de l exploitation, éclairer la nature de classe des conflits, le rôle de traître de la bureaucratie syndicale, de l aristocratie ouvrière, le rôle de diversion de l opportunisme, et surtout, nous battre pour la direction de l organisation et des luttes des masses travailleuses et de la jeunesse. Dans ce processus, il est indispensable d impulser le syndicalisme de classe, l unité du mouvement ouvrier et syndical, l unité dans l action et dans la proposition programmatique. Du sein même de la classe ouvrière, depuis ses luttes, nous devons travailler à l unité du mouvement populaire, pour le ralliement des masses de la campagne, de la jeunesse et des peuples et nationalités opprimées. Nous devons affronter le capitalisme et l impérialisme, dans un seul front, les poings serrés ; nous devons brandir les drapeaux du socialisme. Le mouvement ouvrier et populaire est placé face au défi de lutter contre la domination de l impérialisme et du capitalisme, pour la liberté et la démocratie ; ainsi que la nécessité de tracer une ligne de démarcation entre les positions révolutionnaires et les positions réformistes. Les conditions pour la lutte révolutionnaire des travailleurs et des peuples sont favorables, et demain elles seront meilleures. La situation actuelle rend plus évidente encore la nécessité de la révolution sociale ; et les importants événements sociaux et politiques démontrent la possibilité de l organiser. Nos partis et organisations réaffirment la décision d organiser et de faire la révolution. En réaffirmant notre internationalisme prolétarien, nous exprimons notre solidarité combative aux travailleurs et aux peuples qui luttent dans le monde. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous! Madrid, octobre 2011 Parti Communiste d Albanie, Organisation pour la construction du Parti Communiste Ouvrier d Allemagne, Parti Communiste Révolutionnaire du Brésil - PCR, Parti Communiste Révolutionnaire Voltaïque - PCRV, Parti Communiste des Ouvriers du Danemark - APK, Parti Communiste Marxiste-Léniniste d Equateur - PCMLE, Parti Communiste d Espagne (marxisteléniniste) - PCE(ml), Parti Communiste des Ouvriers de France - PCOF, Organisation pour la Reconstruction du Parti Communiste de Grèce ( ), Parti du Travail d Iran - PTI (Toufan), Plateforme Communiste d Italie, La Voix Démocratique du Maroc - Annahj Addimocrati, Parti Communiste Marxiste-Léniniste du Mexique - PCMML, Parti Communiste du Travail de République Dominicaine - PCT, Parti Communiste des Ouvriers de Tunisie - PCOT, Parti Communiste Révolutionnaire de Turquie - TDKP, Parti Communiste Marxiste-Léniniste du Venezuela - PCMLV. Dir. publication C. Pierrel - Imprimerie Expressions2, 10 bis rue Bisson Paris - Commission paritaire P N ISSN

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat Pour défendre le pouvoir d achat > revalorisation de + 25 % de l allocation de rentrée scolaire grâce à un quotient

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

Les affiches de propagande

Les affiches de propagande Art graphique Les affiches de propagande On définit la propagande comme l ensemble des mesures prises pour répandre une idée, pour agir sur la perception d un événement, pour influencer voire manipuler

Plus en détail

Le Manifeste du ME-F

Le Manifeste du ME-F 1 Mouvement Européen-France Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents Juillet - aout 2013 Rapport de dépouillement 11/08/2013 2 Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents. Juillet aout 2013

Plus en détail

Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante.

Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante. Cher-e-s camarades, cher-e-s ami-e-s, chers invités, Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante. Une CGT

Plus en détail

Camarades de la filière automobile, dès ce matin, vous étiez au salon de l auto.

Camarades de la filière automobile, dès ce matin, vous étiez au salon de l auto. Jeudi 16 octobre Paris Journée d action sécurité sociale Discours de Thierry LEPAON, Secrétaire général de la CGT Nous sommes, métallos, travailleurs de la chimie, du livre, du commerce, de la santé, du

Plus en détail

Conclusion par Barbara ROMAGNAN députée du Doubs

Conclusion par Barbara ROMAGNAN députée du Doubs CONFERENCE COMMENT PENSER LA GAUCHE SANS LA CROISSANCE? Conclusion par Barbara ROMAGNAN députée du Doubs Après les interventions fortes et passionnantes de Guillaume Duval et Patrick Viveret, il me revient

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite LE PROJET DE LA DROITE DÉCRYPTÉ Travailler plus longtemps pour gagner moins L âge légal de départ à la retraite est porté à 62 ans. Les victimes de ce recul

Plus en détail

6 mois d action de la majorité. Chaynesse KHIROUNI Députée de Meurthe-et-Moselle. www.chaynessekhirouni.com

6 mois d action de la majorité. Chaynesse KHIROUNI Députée de Meurthe-et-Moselle. www.chaynessekhirouni.com 6 mois d action de la majorité Chaynesse KHIROUNI Députée de Meurthe-et-Moselle www.chaynessekhirouni.com 6 mois de travail et d actions Chères Amies, Chers Amis Je sais que vous vous interrogez parfois

Plus en détail

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne *

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * 42 La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * Inger V. Johansen Membre du comité des affaires européennes de l Alliance rouge-verte danoise intégration

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE Léon Blum Général de Gaulle Georges Clemenceau Maréchal Pétain De l Union sacrée à la fin de la 1ere guerre mondiale L UNION SACRE, c

Plus en détail

Le nouvel espace politique européen

Le nouvel espace politique européen Frédéric Lebaron à l issue de la séquence électorale récente, en particulier en France et en Grèce, le nouveau champ politique issu de la crise financière se dessine plus clairement en Europe. L Union

Plus en détail

Xavier COMPAIN & Sylvie LARUE. Pour une Bretagne sociale et écologiste L Humain d abord!

Xavier COMPAIN & Sylvie LARUE. Pour une Bretagne sociale et écologiste L Humain d abord! DANS NOTRE RÉGION FAITES LE CHOIX DE L HUMAIN D ABORD! Xavier COMPAIN & Sylvie LARUE Pour une Bretagne sociale et écologiste L Humain d abord! Brochure éditée par le Parti communiste français - Front-de-gauche

Plus en détail

L avenir de nos retraites n est pas une question anecdotique, ni une affaire d experts. Il s agit d un choix de société qui nous concerne toutes et tous, jeunes et vieux, femmes et hommes, salarié.e.s,

Plus en détail

contact@ensemble-fdg.org 20 rue Chaudron 75010 Paris www.ensemble-fdg.org Communiqué de Ensemble!

contact@ensemble-fdg.org 20 rue Chaudron 75010 Paris www.ensemble-fdg.org Communiqué de Ensemble! contact@ensemble-fdg.org 20 rue Chaudron 75010 Paris www.ensemble-fdg.org Communiqué de Ensemble! Mouvement pour une alternative de gauche écologiste et solidaire. Déclaration d Ensemble Assemblée des

Plus en détail

Conference FIJ-MED, Hotel El Minzah, Tangiers 15-17 février 2013

Conference FIJ-MED, Hotel El Minzah, Tangiers 15-17 février 2013 Conference FIJ-MED, Hotel El Minzah, Tangiers 15-17 février 2013 DÉCLARATION DE TANGER Les représentants des syndicats des pays méditerranéens réunis à Tanger du 15 au 17 février 2013 Constatant les conséquences

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE 1/ en 1804 2/ le second empire 3/JULES FERRY 4/régime de Vichy : 1940/1944 La collaboration caractérise ce régime. Par exemple, la milice française

Plus en détail

Organisation des séances de congrès et procédures de modification des textes

Organisation des séances de congrès et procédures de modification des textes Page 1 sur 6 Organisation des séances de congrès et procédures de modification des textes Le Conseil national des 1 er et 2 novembre 2014 a acté une démarche d organisation des séances et de procédure

Plus en détail

Les hommes, les femmes et les enfants travaillent entre 14 et 17 heures par jour.

Les hommes, les femmes et les enfants travaillent entre 14 et 17 heures par jour. Pol Indépendance de la Belgique 1830 La Belgique est gouvernée par les libéraux et les catholiques. Il ne s agit pas encore de partis politiques mais plutôt de regroupements philosophiques. Vote censitaire

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Contributions de la Gauche anticapitaliste

Contributions de la Gauche anticapitaliste Contributions de la Gauche anticapitaliste Assises régionales de la santé en Languedoc-Roussillon Analyses des politiques nationales et européennes mises en place en matière de santé. La santé dans l Hérault,

Plus en détail

Thème III : La Ve RépubLIque à L épreuve de La durée

Thème III : La Ve RépubLIque à L épreuve de La durée Thème III : La Ve RépubLIque à L épreuve de La durée DE GAULLE ET LA V e RÉPUBLIQUE, 1958-1969 Une nouvelle République : la V e République en 1958 La crise du 13 mai 1958 et la fin de la IV e République

Plus en détail

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale PR EM I ER M INI ST R E Gagner la bataille pour l emploi Un nouveau contrat : le Contrat Nouvelles

Plus en détail

Contact : Jérôme Sainte-Marie, Directeur du Département Opinion - 01 44 94 59 10 / 11

Contact : Jérôme Sainte-Marie, Directeur du Département Opinion - 01 44 94 59 10 / 11 La gauche peut-elle elle relever le pays? Septembre 0 n 033A Contact : Jérôme Sainte-Marie, Directeur du Département Opinion - 0 44 94 59 0 / Etude réalisée conformément à la norme internationale ISO 05,

Plus en détail

Petit manuel. de la transition. pour toutes celles et ceux qui aimeraient mais doutent qu un autre monde soit possible L L L. Les liens qui libèrent

Petit manuel. de la transition. pour toutes celles et ceux qui aimeraient mais doutent qu un autre monde soit possible L L L. Les liens qui libèrent Petit manuel de la transition pour toutes celles et ceux qui aimeraient mais doutent qu un autre monde soit possible L L L Les liens qui libèrent Petit manuel de la transition Un autre monde est-il vraiment

Plus en détail

Le Canard Vigilant. Numéro 153 - Vendredi 12 juillet 2013. est une publication du syndicat CGT Natixis

Le Canard Vigilant. Numéro 153 - Vendredi 12 juillet 2013. est une publication du syndicat CGT Natixis Numéro 153 - Vendredi 12 juillet 2013 Flexibilité contre les droits des salariés 2 Sanction 3 Avancement 3 Mutuelle Natixis Sa 3 BGC 4 IPSEC Pour qui? Pour quoi?4 Retraites 5 C est décidé, vous voulez

Plus en détail

5 ANS CA SUFFIT! Quand trop c est vraiment trop! trop!titrel'article principal. VIVRE? ou SURVIVRE?

5 ANS CA SUFFIT! Quand trop c est vraiment trop! trop!titrel'article principal. VIVRE? ou SURVIVRE? 5 ANS CA SUFFIT! VIVRE? ou SURVIVRE? Quand trop c est vraiment trop! trop!titrel'article principal Pour la grande majorité des retraités, la question cruciale qui les mine chaque mois, c est après avoir

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Contre la dette, contre l austérité

Contre la dette, contre l austérité Texte adopté au VIème Congrès Fédéral des syndicats SUD éducation du 21 au 25 mai 2012 à Montpellier Contre la dette, contre l austérité 1. Au moment où nous prenons position (janvier 2012), il est difficile

Plus en détail

Militants Droits Devant!

Militants Droits Devant! DOSSIER DE PRESSE Militants Droits Devant! Du 18 janvier au 19 janvier 2014 Au lycée La Joliverie à Saint Sébastien/Loire SOMMAIRE «DroitS Devant!» avec la JOC... p 3 Une nouvelle campagne d année... p

Plus en détail

Contact : Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com

Contact : Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com EcoScope Vague 8 Juin 2015 Contact : Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com 1 La méthodologie

Plus en détail

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD NE LAISSONS PAS LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD Le MEDEF demande les pleins pouvoirs! Le janvier 0, le MEDEF a signé avec des syndicats minoritaires un accord sur l emploi. La négociation s est déroulée

Plus en détail

LES ENJEUX DU FORUM SOCIAL MONDIAL DE TUNIS

LES ENJEUX DU FORUM SOCIAL MONDIAL DE TUNIS LES ENJEUX DU FORUM SOCIAL MONDIAL DE TUNIS 2 février 2013 Gustave Massiah Représentant du CRID Au Conseil International du FSM Le Forum Social Mondial de Tunis (FSM), du 26 au 30 mars 2013, sera un moment

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

CECI N EST PAS UNE REPRISE

CECI N EST PAS UNE REPRISE Novembre 2013. 15.681 S I G N E S CECI N EST PAS UNE REPRISE Bonfond Olivier Le bout du tunnel? Depuis quelques mois, en Belgique mais aussi en France et dans quelques autres pays européens, les dirigeants

Plus en détail

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Discours du Président de la République lors du Sommet des maires pour le climat Publié le 26 Mars 2015 Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Madame la Maire de Paris, chère Anne HILDALGO, Je voulais

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne.

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne. 007-011 Avant propos_avant-propos 25/07/13 17:20 Page7 Avant-propos Gerhard CROMME* L Europe et l Allemagne ont besoin d une France compétitive Cet article reprend les thèmes du discours prononcé par Gerhard

Plus en détail

L'approbation des mesures annoncées par F. Hollande après les attentats. Ifop pour Dimanche Ouest France

L'approbation des mesures annoncées par F. Hollande après les attentats. Ifop pour Dimanche Ouest France L'approbation des mesures annoncées par F. Hollande après les attentats JF/JPD N 113495 Contacts Ifop : Jérôme Fourquet / Jean-Philippe Dubrulle Département Opinion et Stratégies d'entreprise TEL : 01

Plus en détail

TRANSATLANTIQUE FREE TRADE AREA TRANSATLANTIQUE TRADE AND INVESTISSEMENT PARTNER SHIP

TRANSATLANTIQUE FREE TRADE AREA TRANSATLANTIQUE TRADE AND INVESTISSEMENT PARTNER SHIP ATTAC 82 4 avril 2014 Contacts : Attac 82 : Ancien Collège 82000 MONTAUBAN 05 63 24 08 49 / attac.82@wanadoo.fr Site Attac82.org À VOTRE AGENDA TRANSATLANTIQUE FREE TRADE AREA TRANSATLANTIQUE TRADE AND

Plus en détail

Monsieur le Maire, (Philippe Sueur) Monsieur le Directeur, (Pascal Boniface) Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Maire, (Philippe Sueur) Monsieur le Directeur, (Pascal Boniface) Mesdames, Messieurs, Intervention de M. Thierry REPENTIN Ministre délégué en charge des Affaires européennes Ouverture des Entretiens d Enghien sur le thème «Où va l Europe?» Samedi 8 mars 2014 Monsieur le Maire, (Philippe

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10 Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports Livret d accueil Sommaire Présentation Pages 1 à 3 Nos services Pages 4 à 9 Vos intérêts Page 10 FiRST, notre histoire La Fédération Indépendante

Plus en détail

INTRODUCTION Au sortir de la 1ere guerre mondiale, le traumatisme laisse place à une période d insouciance et de vie facile durant les années 20, en

INTRODUCTION Au sortir de la 1ere guerre mondiale, le traumatisme laisse place à une période d insouciance et de vie facile durant les années 20, en LA FRANCE DES ANNEES 30 INTRODUCTION Au sortir de la 1ere guerre mondiale, le traumatisme laisse place à une période d insouciance et de vie facile durant les années 20, en France. Cette période est caractérisée

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

L organisation syndicale

L organisation syndicale L organisation syndicale 1 Les questions sociales sont en Belgique de la compétence du gouvernement fédéral Les syndicats sont donc organisés à ce niveau. Il existe trois principaux syndicats en Belgique

Plus en détail

Discours de François Hollande à Quimper le 23 avril 2012

Discours de François Hollande à Quimper le 23 avril 2012 Discours de François Hollande à Quimper le 23 avril 2012 Mes chers amis, après ce premier tour, je voulais que mon premier déplacement soit ici en Bretagne, pour vous exprimer ma gratitude. Car si je suis

Plus en détail

UNE JEUNESSE, DES CONVICTIONS : LA FORCE DU CHANGEMENT

UNE JEUNESSE, DES CONVICTIONS : LA FORCE DU CHANGEMENT Contribution générale UNE JEUNESSE, DES CONVICTIONS : LA FORCE DU CHANGEMENT Août 2012 «La jeunesse est la seule génération raisonnable.» Françoise Sagan François Hollande, tout au long de sa campagne,

Plus en détail

Les catégories C en première ligne.

Les catégories C en première ligne. Précarisation et externalisation Les catégories C en première ligne. La précarité n est pas nouvelle dans la fonction publique : la succession des plans de titularisation le montre. Mais aujourd hui, elle

Plus en détail

Mouvement Jeunes Communistes de France

Mouvement Jeunes Communistes de France DISCOURS INITIATIVE CRISE FINANCIERE DU MJCF A BERCY LE 31/10/08 Cette initiative est une première étape. Une première étape pour commencer ensemble à donner corps à ce cri de colère et de rage que nous

Plus en détail

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur).

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur). Introduction Contrairement à une idée répandue, la préretraite a encore cours en France aujourd hui : non sous la forme des préretraites publiques peu à peu disparues depuis le début des années 2000, mais

Plus en détail

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980)

*Changement de mentalité au Québec (1930-1980) *Changement de mentalité au Québec (1930-1980) 1932 Secours directs Pour aider les chômeurs à faire face à la crise, le gouvernement du Québec intervient pour contrer la misère et verse des montants d

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

BILAN DES RENDEZ-VOUS «BOULÈGUE L EUROPE» MARDI 15 OCTOBRE 2013

BILAN DES RENDEZ-VOUS «BOULÈGUE L EUROPE» MARDI 15 OCTOBRE 2013 BILAN DES RENDEZ-VOUS «BOULÈGUE L EUROPE» MARDI 15 OCTOBRE 2013 LES «BOULÈGUE» EN CHIFFRES 10 rendez-vous 450 personnes rencontrées 200 photos 30 verbatims Thématiques abordées 40% 31% 29% Réponse de l'europe

Plus en détail

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main!

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main! Pourquoi adhérer? Emploi, formation professionnelle, protection sociale, convention collective, statut toutes ces questions sont au cœur de votre vie quotidienne. Pour être efficace, il faut être informé,

Plus en détail

CONVERGENCE DES HÔPITAUX EN LUTTE CONTRE L HÔSTÉRITÉ! LE 27 JANVIER, À TOURS PRÉPARONS LE PRINTEMPS DES HOSTOS! PARIS HOTEL DIEU - 75000

CONVERGENCE DES HÔPITAUX EN LUTTE CONTRE L HÔSTÉRITÉ! LE 27 JANVIER, À TOURS PRÉPARONS LE PRINTEMPS DES HOSTOS! PARIS HOTEL DIEU - 75000 COORDINATION NATIONALE des COMITÉS de DÉFENSE Des HÔPITAUX et MATERNITÉS de proximité INFOS Semaine 2 7 Janvier 2015 PARIS HÔTEL DIEU TOULOUSE PARIS LES LILAS. DOUARNENEZ Convergence des Hôpitaux... MANTES

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DES RETRAITES CGT SEMITAN SYNDICAT DES RETRAITES CGT DE LA SEMITAN LA REVOLTE

CONFERENCE DE PRESSE DES RETRAITES CGT SEMITAN SYNDICAT DES RETRAITES CGT DE LA SEMITAN LA REVOLTE CONFERENCE DE PRESSE DES RETRAITES CGT SEMITAN SYNDICAT DES RETRAITES CGT DE LA SEMITAN LA REVOLTE Y a-t-il une différence entre la politique d austérité qu a mené Nicolas Sarkozy envers le monde du travail

Plus en détail

Bulletin d'info de l'ugff-cgt à destination des agents DES DDI ET REATE THEME : SPECIAL TEMPS DE TRAVAIL DES PERSONNELS JEUNESSE ET SPORTS :

Bulletin d'info de l'ugff-cgt à destination des agents DES DDI ET REATE THEME : SPECIAL TEMPS DE TRAVAIL DES PERSONNELS JEUNESSE ET SPORTS : Bulletin d'info de l'ugff-cgt à destination des agents DES DDI ET REATE THEME : SPECIAL TEMPS DE TRAVAIL DES PERSONNELS JEUNESSE ET SPORTS : - Tract : pages 1 à 5 - Encart FSU : page 3 - Encart : extrait

Plus en détail

LES 15 MENSONGES DE FRANCOIS HOLLANDE

LES 15 MENSONGES DE FRANCOIS HOLLANDE > ARGU FLASH < LES 15 MENSONGES DE FRANCOIS HOLLANDE 3 Janvier 2012 Le PS vient de sortir une campagne mensongère et outrancière sur les prétendus «15 chiffres de l échec de Nicolas Sarkozy». Nous réfutons

Plus en détail

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 26/04/2013 J. Blanchard CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 ----ooo---- A défaut de convergence, la transparence Les dernières prévisions économiques du FMI sont plutôt en retrait. Le PIB mondial

Plus en détail

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik L ESS et moi Une structure de l Économie Sociale est au service d un projet collectif et non d un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre. Sans le savoir, je vis avec les valeurs

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

Intervention générale

Intervention générale PROPOSITION DE LOI N 909 PORTANT DEBLOCAGE EXCEPTIONNEL DE LA PARTICIPATION ET DE L INTERESSEMENT Intervention générale Monsieur le Président, Monsieur le rapporteur, Chers collègues, Nous sommes appelés

Plus en détail

Baromètre du moral des Français - Vague 49 -

Baromètre du moral des Français - Vague 49 - Logo client Baromètre du moral des Français - Vague 49 - Sondage de l institut CSA Juin 05 Sommaire Fiche technique Les principaux enseignements 4 Les résultats 7 Fiche technique du sondage Sondage exclusif

Plus en détail

Pourquoi souscrire ou cotiser à la Fédération?

Pourquoi souscrire ou cotiser à la Fédération? Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique (FASE) Pourquoi souscrire ou cotiser à la Fédération? Consolider un rassemblement pour une alternative à gauche. Changer ce monde, ne plus subir le

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

«DES SOUS... ET DES HOMMES»

«DES SOUS... ET DES HOMMES» «DES SOUS... ET DES HOMMES» une émission proposée et présentée par Pascale Fourier sur ALIGRE FM 93.1 en région parisienne http ://www.des-sous-et-des-hommes.org Émission du 10 octobre 2006 La fusion G.D.F/SUEZ

Plus en détail

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Europe 1 8 juillet 2015

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Europe 1 8 juillet 2015 Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Europe 1 8 juillet 2015 MAXIME SWITEK L interview politique, Jean-Pierre ELKABBACH vous recevez ce matin Christian NOYER, le gouverneur de

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Discours de Bernadette Ségol, Secrétaire générale de la CES Congrès de l'effat Vienne, 20 Novembre 2014

Discours de Bernadette Ségol, Secrétaire générale de la CES Congrès de l'effat Vienne, 20 Novembre 2014 Discours de Bernadette Ségol, Secrétaire générale de la CES Congrès de l'effat Vienne, 20 Novembre 2014 [Le texte prononcé fait foi] Président, Cher Harald, Cher(e)s collègues, C'est un plaisir de partager

Plus en détail

RIPOSTE. un an de changement. RelanceR la production, l emploi et la croissance. Secrétariat national à la Riposte

RIPOSTE. un an de changement. RelanceR la production, l emploi et la croissance. Secrétariat national à la Riposte Un an d'actions Page 1 Investir dans l'économie Page 5 À venir Page 5 Secrétariat national à la Riposte 7 mai 2013 un an de changement Depuis un an, la gauche est au travail pour redresser la France, dans

Plus en détail

1. Il était une fois la crise :

1. Il était une fois la crise : I- La crise de la zone euro, de A à Z : 1. Il était une fois la crise : A l automne 2008, une crise financière mondiale affecte l économie mondiale et touche tous les États membres de l Union Européenne,

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre

LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre N 35 13 juillet 2012 La conférence sociale Le changement, c est pas pour maintenant!! Alors que le 18 janvier dernier se tenait à l'elysée l'ultime sommet social du quinquennat

Plus en détail

«On aurait pu en pleurer, on a préféré en rire!»

«On aurait pu en pleurer, on a préféré en rire!» «On aurait pu en pleurer, on a préféré en rire!» Retour sur la première année du mandat d Anne Hidalgo avec les élus du groupe UMP au Conseil de Paris et l oeil de Ménégol Et si on osait vraiment Paris?

Plus en détail

COMITE CONFEDERAL NATIONAL 2 ET 3 OCTOBRE 2014

COMITE CONFEDERAL NATIONAL 2 ET 3 OCTOBRE 2014 JOURNAL DES EMPLOYES ET CADRES Bulletin périodique d'information de la Fédération des Employés et Cadres : 28 rue des Petits Hôtels 75010 Paris - : www.fecfo.fr : 01.48.01.91.90 - : 01.48.01.91.92 secretariat@fecfo.fr

Plus en détail

Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire

Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire Özlem Onaran Nous sommes dans un nouvel épisode de la crise mondiale: la lutte pour la répartition des coûts. Cette crise a été l un des produits,

Plus en détail

L histoire de l assurance en Algérie

L histoire de l assurance en Algérie POINT DE VUE POINT OF VIEW Assurances et gestion des risques, vol. 81(3-4), octobre-décembre 2013, 285-290 Insurance and Risk Management, vol. 81(3-4), October-December 2013, 285-290 L histoire de l assurance

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Lettre d Infos Spéciale Grèce du 28 juillet 2015

Lettre d Infos Spéciale Grèce du 28 juillet 2015 Lettre d Infos Spéciale Grèce du 28 juillet 2015 SOMMAIRE : Ø P 1 : Présentation Ø P 2 : Les sites et blogs cités en référence Ø P 2 : La question de la dette et le référendum du 5 juillet Ø P 3 : Sur

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

RECHERCHE D URGENCE : LEADERSHIP EUROPÉEN POUR LUTTER CONTRE LA NOUVELLE DÉPRESSION

RECHERCHE D URGENCE : LEADERSHIP EUROPÉEN POUR LUTTER CONTRE LA NOUVELLE DÉPRESSION RECHERCHE D URGENCE : LEADERSHIP EUROPÉEN POUR LUTTER CONTRE LA NOUVELLE DÉPRESSION DÉCLARATION DE LA CES ADRESSÉE AU SOMMET EUROPÉEN DE PRINTEMPS DE MARS 2009 Ière partie : Ce à quoi nous sommes confrontés

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 Ifop Fiducial / Europe 1 Bilan de l action de François Hollande un an après l élection présidentielle de 2012 BILAN DE L ACTION DE FRANÇOIS HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 La méthodologie

Plus en détail

Communs de Placement de l Epargne salariale (FCPE) (27 & 28 mars 2012)

Communs de Placement de l Epargne salariale (FCPE) (27 & 28 mars 2012) Assemblée Conseils de Surveillance (CS) Fonds Communs de Placement de l Epargne salariale (FCPE) (27 & 28 mars 2012) Groupe SAFRAN Conformément à la législation, les salariés du groupe SAFRAN disposent

Plus en détail

Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie

Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie janvier 2004 Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie Cette première fiche a pour objet de montrer l ampleur des questions posées par l assurance maladie et d annoncer les objectifs

Plus en détail

La dette ou la vie. D abord, on cherche à nous culpabiliser. Ensuite on cherche à nous effrayer.

La dette ou la vie. D abord, on cherche à nous culpabiliser. Ensuite on cherche à nous effrayer. La dette ou la vie D abord, on cherche à nous culpabiliser. On nous répète partout «La France vit au dessus de ses moyens» C est faux, la France est le 5ème pays le plus riche au monde, les français produisent

Plus en détail

Direction des Affaires Sociales de la CGPME 1

Direction des Affaires Sociales de la CGPME 1 COMPARATIF (1) ENTRE LES PRINCIPAUX ELEMENTS DU PROJET DE LOI GOUVERNEMENTAL RELATIF A LA REFORME DES REGIMES DE RETRAITE DE BASE ET LES POSITIONS ET PROPOSITIONS DE LA CGPME (2) LE PROJET DE LOI GOUVERNEMENTAL

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit?

Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit? Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit? 1 Coût du travail ou coût du capital? Vidéo 2 La politique menée depuis plus de 20 ans de pressions sur les dépenses, combinée

Plus en détail

Les femmes, un moteur de la révolution arabe

Les femmes, un moteur de la révolution arabe Les femmes, un moteur de la révolution arabe Si l'on s'en tient aux images de télévisions, on pourrait croire que la Syrie est peuplée exclusivement d'hommes. Pourtant ce sont les femmes qui ont bravées

Plus en détail

SIMULATION ELECTORALE

SIMULATION ELECTORALE SIMULATION ELECTORALE COMMUNICATION - PROGIS - JOURNALISME IEP Grenoble - Présidentielle 2012 SIMULATION ELECTORALE PRÉSIDENTIELLE 2012 A l initiative de l Association des Diplômés, cette simulation du

Plus en détail

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Avoir accès aux soins est un droit fondamental. Ce droit doit être effectif pour tous, partout et à tout moment. Notre système de protection sociale

Plus en détail

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande 1. L industrie est-elle une de vos priorités? Pourquoi? L industrie figure en première page de mon programme parce

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Un bon préavis, tout le monde y a droit! Argumentaire

Un bon préavis, tout le monde y a droit! Argumentaire Un bon préavis, tout le monde y a droit! Argumentaire Aujourd hui, le préavis des ouvriers est beaucoup plus court que celui des employés. Tellement court qu il ne protège pas contre le licenciement! La

Plus en détail

L UNION EUROPÉENNE, SYSTÈME LE PLUS SOPHISTIQUÉ AU MONDE POUR CONSTRUIRE UNE CIVILISATION PAR LE MARCHÉ

L UNION EUROPÉENNE, SYSTÈME LE PLUS SOPHISTIQUÉ AU MONDE POUR CONSTRUIRE UNE CIVILISATION PAR LE MARCHÉ 1 L UNION EUROPÉENNE, SYSTÈME LE PLUS SOPHISTIQUÉ AU MONDE POUR CONSTRUIRE UNE CIVILISATION PAR LE MARCHÉ Jacques Nikonoff Ce qui est appelé la «construction» européenne repose en réalité sur la marchandisation

Plus en détail