Association internationale des Conseils économiques et sociaux et Institutions similaires (AICESIS) ATELIER SUR LES BONNES PRATIQUES DES CES-IS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Association internationale des Conseils économiques et sociaux et Institutions similaires (AICESIS) ATELIER SUR LES BONNES PRATIQUES DES CES-IS"

Transcription

1 Association internationale des Conseils économiques et sociaux et Institutions similaires (AICESIS) ATELIER SUR LES BONNES PRATIQUES DES CES-IS Madrid (Espagne), 3-4mars 2016 CES de Spana Calle Huertas n MADRID QUESTIONNAIRE Informations sur le CESC du Mali Pays: REPUBLIQUE DU MALI Nom de l institution: CONSEIL ECONOMIQUE SOCIAL ET CULTUREL (CESC) Site Internet: Cesc-mali.ml Président: DOCTEUR BOULKASSOUM HAIDARA Coordonnées de la personne à contacter au sein de l Institution Nom: CHEICKNA BARRY Département et fonction: SECRETAIRE GENERAL Adresse: SIEGE DU CESC KOULOUBA - BAMAKO Tél / Fax / Les relations entre le CES-IS et gouvernement / Parlement Le Conseil Économique Social et Culturel du Mali entretient des relations de travail et d échange avec presque toutes les Institutions de la République et particulièrement le Président de la République, le Gouvernement et le Parlement. En effet les rapports entre le Conseil et ses deux Institutions sont régis par les dispositions constitutionnelles, les lois et règlement en vigueur. Les travaux du CESC du Mali s adressent au gouvernement et au parlement (cas du recueil des attentes des besoins et des problèmes de la société civile dont les destinataires sont le Président de la République, le Gouvernement et l Assemblée nationale). Selon l article 107 de la Constitution «Le Conseil Économique, Social et Culturel collecte, rédige, avec la participation des différentes entités qui le composent, à l attention du Président de la République, du Gouvernement et de l Assemblée Nationale, le recueil annuel des attentes, des besoins et des problèmes de la société civile avec des orientations et des propositions.» L article 108 dispose que «Le Conseil Économique, Social et Culturel est obligatoirement consulté (par le gouvernement) sur tout projet de loi des finances, tout projet de plan ou de programme économique, social et culturel ainsi que sur toutes dispositions législatives à caractère fiscal, économique, social et culturel.» 1

2 Le Gouvernement et l Assemblée nationale sont destinataires des rapports du CESC. Aux termes de l article 109 précise que «Le Conseil Economique, Social et Culturel peut désigner l un des membres à la demande du Président de la République, du Gouvernement ou de l Assemblée Nationale, pour exposer devant ces organes l avis du Conseil sur les projets ou propositions qui lui ont été soumis. Le Gouvernement et l Assemblée Nationale ont l obligation, quand ils sont saisis, de donner une suite aux avis et rapports formulés par le conseil Economique, Social et Culturel dans un délai maximum de trois mois pour le Gouvernement et avant la fin de la session en cours pour l Assemblée Nationale. Il reçoit une ampliation des lois, ordonnances et décrets dès leur promulgation (par le Président de la République). Il suit l exécution des décisions du Gouvernement relatives à l organisation économique, sociale et culturelle.» Dans la pratique : - Le Président de la République reçoit le CESC dans le cadre d une séance périodique de concertation impliquant les présidents des huit (8) Institutions de la République du Mali, à l initiative du Département chargé des relations avec les Institutions. - Chaque année le Conseil procède à la remise officielle du recueil annuel des attentes, des besoins et des problèmes de la société civile avec des orientations et des propositions, au Président de la République, Chef de l État. - Le Parlement implique le CESC dans ses séances d écoute chaque fois que l analyse d un projet ou d une proposition de loi nécessite le partage de la vision du CESC. - Le parlement est aussi ampliataire du Recueil 2- Les relations entre le CES-IS et les départements ministériels Les relations entre le CESC du Mali et les départements ministériels sont très dynamiques et fécondes. Ils se rencontrent en rencontrent en séances de travail selon le besoin et à l initiative de l un ou des autres. Les autorités du Mali ont créé un département dont les compétences spécifiques portent sur les relations du Gouvernement avec les Institutions dont le Conseil Économique Social et Culturel. Il s agit du Ministère du Travail et de la Fonction Publique chargé des relations avec les Institutions. Au cours des sessions tant ordinaires qu extraordinaires, le CESC bénéficie le plus souvent de l intervention des Ministres ou de leurs services techniques compétents sur des problématiques et des thèmes inscrits à l ordre du jour de la session. Le Conseil participe également aux différentes commissions nationales mises en place au double niveau ministériel et interministériel sur les questions spécifiques relevant de ses domaines de compétence (économique, sociale et culturel). Il est important de savoir : - Le Conseil est une Institution à part entière tout comme le Gouvernement ou l Assemblée Nationale, et n est pas sous la tutelle d un département ministériel. - Le Conseil a son propre budget qui est partie intégrante du Budget d État. Il ne bénéficie pas de l autonomie financière. 2

3 - Les membres du CESC reçoivent une indemnité de session et une indemnité mensuelle qui ne saurait être assimilées à un salaire. - Les activités du Conseil portent également sur les programmes et actions gouvernementaux en plus des projets d avis. - Dans le processus de formulation de ses avis sur les projets de textes initiés par le Gouvernement, le Conseil peut auditionner des représentants des départements ministériels. Et mieux certains cadres desdits ministères sont même désignés au CESC en tant que membres associés. 3- Les relations entre le CES-IS et les agents sociaux Le CESC participe au dialogue social étant entendu que c est une assemblée consultative et représentative des couches socioprofessionnelles. Il est de coutume que l État, les hautes personnalités, les faitières de la société civile consultent le CESC dans les cas de figure suivants : 1- démarrage d une mission ; médiation sociale en cas de conflits entre acteurs des milieux économiques sociaux et culturels ; plaidoyer auprès des hautes autorités. - Il est évident que le Conseil de par sa composition et sa vocation développe des relations avec les différents cadres de concertation sociale, les faitières des organisations de la société civile, etc. A ce titre, le Conseil est le plus souvent impliqué dans les négociations sociales soit par l État soit par d autres acteurs de la société civile. A titre d exemple, le Conseil a participé à toutes les étapes des négociations ayant abouti à l accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d Alger. Et actuellement, le Conseil est impliqué dans la gestion de plusieurs différends dont les protagonistes sont l État et les organisations syndicales et même souvent des simples citoyens. - Le CESC a créé en son sein une Commission de médiation sociale rien que pour renforcer sa participation au dialogue social et à la résolution de certains conflits. - Les séances plénières du Conseil sont publiques et ouvertes et aux organisations membres et à celles non membres. Le Conseil peut associer à ses travaux de commissions ou de groupe toute organisation représentative des acteurs sociaux dont il apprécie l expertise utile pour l éclairage de ses membres. 4- Les relations entre le CES-IS et la société civile Le CESC est le creuset par excellence de la société civile. Selon l article 110 de la Constitution de la République du Mali, «Sont membres du Conseil Économique, Social et Culturel : - les représentants des syndicats, des associations, des groupements socioprofessionnels élus par leurs associations ou groupements d origine ; - les représentants des collectivités désignés par leurs pairs ; - les représentants des Maliens établis à l extérieur. Sont membres associés, les cadres supérieurs de l État dans le domaine économique, social et culturel.» En clair : - Le Conseil est composé de représentants des organisations socioprofessionnelles de la société civile tout domaine confondu. - Les représentants sont désignés par leurs pairs au sein de leurs organisations respectives et ensuite la liste fait l objet de décret pris en Conseil des Ministre portant désignation des membres du CESC. - Le Conseil est en permanence invité à prendre part à des réunions de travail, des ateliers et d autres évènements d organisations non membres du CESC. A son tour il arrive qu il les invite à des réunions dont il a l initiative. 3

4 - En plus des représentants des organisations de la société civile, le Conseil regorge des experts et des chercheurs (spécialistes dans les domaines de compétence du CESC) désignés par le gouvernement pour s adjoindre aux membres du Conseil. Ils sont appelés les membres associés. 5- Évolution du CES-IS - Depuis 1994 les textes du Conseil sont restés sans changement en ce qui concerne la définition du rôle de son CESC, ses compétences, sa composition 6- La formation des membres du CES-IS - Le Conseil a adopté un principe consistant à mettre toutes les opportunités à profit pour le développement de la connaissance et l information de ses membres. - Les activités de formations pratiquées au Conseil sont entre autres : les ateliers, les séminaires, la tenue de fora au sein du Conseil avec des organismes spécialisés et sur des thématiques ciblées, la formation à la carte et l inscription de ses cadres à des programmes académiques, etc. - Les thèmes des formations sont divers mais tous orientés vers les domaines de compétences de l Institution : économique, social et culturel. - Le Conseil a ses supports techniques (salles polyvalentes sonorisée, vidéo projecteurs, dispositif informatique, personnel qualifié, etc). Les compétences de son personnel couvrent tous ses domaines d activités. Au besoin il fait appel à des ressources extérieures. - La formule adaptée pour améliorer la connaissance du personnel du Conseil est : 1- réaliser des formations au sein du Conseil ; 2- faire participer les membres et les cadres du Conseil à des rencontres et formation au niveau régional et international ; 3- inscrire des membres et les cadres à des programmes de formation à la carte prenant en compte les besoins professionnels spécifiques. Les thèmes doivent toujours être en rapport avec le travail et les missions des CES-IS : 1- la compréhension des enjeux de l économie, du social et de la culture ; 2- les procédures parlementaires ; 3- l élaboration de rapport suite aux saisines gouvernementales ; 5- la gouvernance, le développement ; les nouvelles technologies de l information et de la communication ; le dialogue social ; etc. 7- Techniques pour favoriser les accords au sein du CES-IS - Le système managérial des CES-IS, les textes constitutifs, la multiplication des échanges/cadres de discussion et les disponibilités membres culturellement au niveau, sont des facteurs pour la construction du consensus. L implication d experts et spécialistes sont également de nature à renforcer le consensus. - En se fondant sur les pratiques du CESC du Mali, pour l amélioration de la qualité des rapports et avis, les membres et cadres du Conseil doivent être soumis à un programme de formation continue mettant à contribution des experts nationaux comme internationaux. Ils doivent bénéficier de voyages d échange d expérience avec d autres collègues d autres CES-IS. Enfin le Conseil doit se faire assister d experts provenant des départements ministériels et du Secrétariat général du gouvernement. - Dans le cas où la formation est une initiative du Conseil, pour trouver un accord sur les thèmes et les sujets, le Bureau du CESC du Mali capitalise les informations et les enseignements issus de différents travaux et rencontres du CESC à l intérieur comme à l extérieur. Il met à contribution les commissions statutaires et l administration pour lui faire de bonne =s suggestion de thèmes de formation. Les propositions faites lui sont remontées par l entremise du 4

5 Secrétariat général. Le Bureau procède à la sélection des thèmes et sujets les plus pertinents. 8- Diffusion des activités du CES-IS - Cochez laquelle des techniques de communication suivantes sont utilisées pour diffuser les activités du CES-IS : X Information directe aux médias (articles de presse, conférences de presse X Site internet X Nouvelles technologies de communication (plates formes, réseaux sociaux, etc.) X Organisation de séminaires et de réunions X Publication (revues, livres papiers ou en ligne) X Diffusion parmi les organisations représentées au sein du CES-SI 5

SEMINAIRE INTERNATIONAL

SEMINAIRE INTERNATIONAL SOUS LE HAUT PATRONAGE DU MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE LA PROTECTION DE LA NATURE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE DU CAMEROUN (MINEPDED) SEMINAIRE INTERNATIONAL THEME «Évolution des systèmes d évaluation

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 3.12 POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 1.0 ÉNONCÉ La Commission scolaire des Navigateurs considère que la communication est une partie intégrante de sa gestion. En conséquence,

Plus en détail

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE

Plus en détail

STATUTS DE l ECOLE DE DROIT

STATUTS DE l ECOLE DE DROIT STATUTS DE l ECOLE DE DROIT Vu le code de l Education, et notamment les articles L 713-1 et L 713-3, Vu le code de la recherche, Vu l avis du Comité Technique en date du 5 janvier 2012, Vu l avis du Conseil

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 19 décembre 2008 relatif à la formation professionnelle des commissaires aux comptes NOR : JUSC0828437A La garde des sceaux,

Plus en détail

ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL

ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL Réaffirmant notre attachement à la troisième République du Mali ; Réaffirmant également notre

Plus en détail

STATUTS DU BRIDGE CLUB DU GRAND ANNECY

STATUTS DU BRIDGE CLUB DU GRAND ANNECY Article 1 - Dénomination STATUTS DU BRIDGE CLUB DU GRAND ANNECY La dénomination de l Association est le «Bridge Club du Grand Annecy» (BCGA) Article 2 - Objet L association a pour objet de développer la

Plus en détail

Pôle commun ACPR - AMF Rapport annuel 2014

Pôle commun ACPR - AMF Rapport annuel 2014 Pôle commun ACPR - AMF Rapport annuel 2014 Natalie LEMAIRE Olivier FLICHE Conférence de presse 5 juin 2015 Sommaire 1. Bilan 2014 1. Les missions permanentes 1. Assurance Banque Épargne Info Service 2.

Plus en détail

FRANCE BOIS FORET NOUVEAU RÈGLEMENT INTÉRIEUR 2016

FRANCE BOIS FORET NOUVEAU RÈGLEMENT INTÉRIEUR 2016 FRANCE BOIS FORET NOUVEAU RÈGLEMENT INTÉRIEUR 2016 Adoption des Statuts par le Conseil d administration de France Bois Forêt (FBF) le 10.12.2015 et l Assemblée générale extraordinaire du 06.01.2016. Les

Plus en détail

Séminaire National sur le Thème : «Développement des Compétences : un défi pour l entreprise algérienne à l heure de la globalisation des échanges»

Séminaire National sur le Thème : «Développement des Compétences : un défi pour l entreprise algérienne à l heure de la globalisation des échanges» Séminaire National sur le Thème : «Développement des Compétences : un défi pour l entreprise algérienne à l heure de la globalisation des échanges» Gestion des compétences La démarche de Sonelgaz MOHAND

Plus en détail

Dialogue social et exercice du droit syndical. Instances consultatives et Droit syndical. MARS 2015 Dialogue social et exercice du droit syndical 2

Dialogue social et exercice du droit syndical. Instances consultatives et Droit syndical. MARS 2015 Dialogue social et exercice du droit syndical 2 Dialogue social et exercice du droit syndical Instances consultatives et Droit syndical MARS 2015 Dialogue social et exercice du droit syndical 2 1 PROGRAMME Introduction sur la place du «dialogue social»

Plus en détail

Dispositif régional de formations des bénévoles en Poitou-Charentes. Formations thématiques : «L'association : sa gestion»

Dispositif régional de formations des bénévoles en Poitou-Charentes. Formations thématiques : «L'association : sa gestion» Dispositif régional de formations des bénévoles en Poitou-Charentes Formations thématiques : Afin que les formations répondent au mieux à vos besoins, ou pour toute demande de formation sur-mesure, nous

Plus en détail

Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/INF/2

Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/INF/2 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/INF/2 Section du programme, du budget et de l administration PFA POUR INFORMATION Questions relatives

Plus en détail

ASSEMBLEE DE CORSE 21 JANVIER RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF

ASSEMBLEE DE CORSE 21 JANVIER RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE RAPPORT N 2010/E1/014 ASSEMBLEE DE CORSE 1 ERE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010 21 JANVIER RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF OBJET : CONVENTION DE PARTENARIAT

Plus en détail

Rapport d activité 2007

Rapport d activité 2007 Rapport d activité 2007 7 Table des matières INTRODUCTION... 7 1. LE COLLEGE DE LA COUR DES COMPTES... 7 2. FINALISATION DES CONTROLES ENTAMES EN 2006... 9 2.1 CONTROLES RECURRENTS... 9 2.2 CONTROLES

Plus en détail

LES FONDATIONS FRANÇAISES ET LA PUISSANCE PUBLIQUE. 1987-2003 : vers l allègement du contrôle par la puissance publique

LES FONDATIONS FRANÇAISES ET LA PUISSANCE PUBLIQUE. 1987-2003 : vers l allègement du contrôle par la puissance publique XXème COLLOQUE DE L ADDES 10 mars 2009 LES FONDATIONS FRANÇAISES ET LA PUISSANCE PUBLIQUE Odile de Laurens, responsable de l Observatoire de la Fondation de France. Janvier 2009 La lecture des différents

Plus en détail

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B LE CONSEIL SYNDICAL 2 Exposé La loi du 10 juillet 1965 et son décret

Plus en détail

Statuts-types de fondation de coopération scientifique. «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation.

Statuts-types de fondation de coopération scientifique. «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation. MESR 27 octobre 2006 Statuts-types de fondation de coopération scientifique «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation Article 1 er «Le réseau thématique de recherche avancée» 1

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE TECHNIQUE D ETABLISSEMENT

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE TECHNIQUE D ETABLISSEMENT REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE TECHNIQUE D ETABLISSEMENT PREAMBULE Le Comité Technique d Etablissement (C. T. E.) du Centre Hospitalier de SOMAIN est régi par les textes législatifs et réglementaires suivants

Plus en détail

Le DPC, en bref. mars 13 n 2

Le DPC, en bref. mars 13 n 2 L OGDPC mars 13 Le DPC, en bref une obligation annuelle pour tous les professionnels de santé une démarche active tout au long de l exercice professionnel une formation professionnelle continue : l acquisition

Plus en détail

Rapport narratif du Projet n 2015SO2-CHM-0261 Développement et alimentation des CHM régionaux (deux Régions Pilotes)

Rapport narratif du Projet n 2015SO2-CHM-0261 Développement et alimentation des CHM régionaux (deux Régions Pilotes) Royaume du Maroc Ministère délégué chargé de l Environnement Institut Royal des Science Naturelles de Belgique Rapport narratif du Projet n 2015SO2-CHM-0261 Développement et alimentation des CHM régionaux

Plus en détail

Stratégie ministérielle de développement durable de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 2014-2015

Stratégie ministérielle de développement durable de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 2014-2015 Stratégie ministérielle de développement durable de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 2014-2015 1. Aperçu de l'approche du gouvernement fédéral concernant le développement

Plus en détail

Réunion du GT CSFPE réforme territoriale

Réunion du GT CSFPE réforme territoriale MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Réunion du GT CSFPE réforme territoriale L accompagnement RH de la réforme 16 juin 2015 1 Ordre du jour 1. Point d actualité et retour sur les

Plus en détail

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise?

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? Le 3 avril àlyon La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? François Fatoux Présentation de l ORSE

Plus en détail

Page 1. Juin 2015. RADDHO, Mermoz x Pyrotechnie, Villa N 11 Email: raddho@orange.sn, Tél : 33 865 00 30

Page 1. Juin 2015. RADDHO, Mermoz x Pyrotechnie, Villa N 11 Email: raddho@orange.sn, Tél : 33 865 00 30 Organisation Non Gouvernementale ayant Statut spécial à l ECOSOC aux Nations Unies, membre observateur à la Commission Africaine des Droits de l Homme et des Peuples (CADHP) de l Union Africaine Juin 2015

Plus en détail

Cahier des clauses techniques et particulières

Cahier des clauses techniques et particulières Marché à procédure adaptée Marché n 001-2016 Article 28 du Code des marchés publics Cahier des clauses techniques et particulières Objet du marché ACCOMPAGNEMENT DE LA COMMISSION NATIONALE DU DEBAT PUBLIC

Plus en détail

Circulaire électorale n 9 Le CHSCT

Circulaire électorale n 9 Le CHSCT UNSA-territoriaux 21, rue Jules Ferry 93 177 Bagnolet Cedex elections@unsa-territoriaux.org 06 17 43 57 96 Circulaire électorale n 9 Le CHSCT Nous avons moins de trois semaines pour faire en sorte que

Plus en détail

CENTRE D HISTOIRE ET D ARCHIVES DU TRAVAIL (CHAT) RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX

CENTRE D HISTOIRE ET D ARCHIVES DU TRAVAIL (CHAT) RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX CENTRE D HISTOIRE ET D ARCHIVES DU TRAVAIL (CHAT) RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX Adoption : 19 août 2013 modifications : 4 décembre 2013; 5 décembre 2014 1. Préambule Le texte qui suit constitue les règlements généraux

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 43

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 43 29 Rajab 1430 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 43 15 Décret exécutif n 09-240 du 29 Rajab 1430 correspondant au portant statut particulier des fonctionnaires appartenant aux corps des psychologues

Plus en détail

Le Volontariat national au Burkina Faso. Tous engagés, Tous à y gagner

Le Volontariat national au Burkina Faso. Tous engagés, Tous à y gagner Le Volontariat national au Burkina Faso Tous engagés, Tous à y gagner Plan de la présentation 1. Notre histoire 2. Notre mission et objectif 3. Notre statut 4. La loi sur le volontariat national au Burkina

Plus en détail

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS PROTOCOLE D ACCORD pour l'enseignement de la PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS Ministère de l Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie Caisse Nationale de l Assurance Maladie des Travailleurs

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS du Fonds de recherche du Québec Société et culture 1

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS du Fonds de recherche du Québec Société et culture 1 CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS du Fonds de recherche du Québec Société et culture 1 Adoption : 5 avril 2012 (résolution CA50-2012.04.05-R363) Loi sur le ministère du Conseil exécutif

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION POUR LES SOCIETES D ASSURANCES

CHARTE DE LA MEDIATION POUR LES SOCIETES D ASSURANCES REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------- MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------- OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DES SERVICES FINANCIERS CHARTE DE LA MEDIATION

Plus en détail

Guide pour les fondateurs présentant un projet de Fondation de coopération scientifique ayant pour objet un réseau thématique de recherche avancée.

Guide pour les fondateurs présentant un projet de Fondation de coopération scientifique ayant pour objet un réseau thématique de recherche avancée. MENESR 22 Mai 2006 Document n 5 Guide pour les fondateurs présentant un projet de Fondation de coopération scientifique ayant pour objet un réseau thématique de recherche avancée. Les réseaux thématiques

Plus en détail

Objet: projet d accord de coopération entre les Centres publics d action sociale et l Office du travail de la Communauté germanophone (A/2010/002)

Objet: projet d accord de coopération entre les Centres publics d action sociale et l Office du travail de la Communauté germanophone (A/2010/002) 1/11 Avis n 07/2010 du 17 mars 2010 Objet: projet d accord de coopération entre les Centres publics d action sociale et l Office du travail de la Communauté germanophone (A/2010/002) La Commission de la

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. HECLA MINING COMPANY Modifiée et mise à jour, en vigueur à compter du 8 décembre 2014

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. HECLA MINING COMPANY Modifiée et mise à jour, en vigueur à compter du 8 décembre 2014 CHARTE DU COMITÉ D AUDIT HECLA MINING COMPANY Modifiée et mise à jour, en vigueur à compter du 8 décembre 2014 FONCTION Le comité d audit (le «comité») aide le conseil d administration (le «conseil») à

Plus en détail

POLITIQUE REGIONALE EN FAVEUR DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE

POLITIQUE REGIONALE EN FAVEUR DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE Rapport pour le conseil régional MARS 2016 Présenté par Valerie Pécresse Présidente du conseil régional d'ile-de-france POLITIQUE REGIONALE EN FAVEUR DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE NOUVEAU

Plus en détail

CHARTE DEONTOLOGIQUE etic 47

CHARTE DEONTOLOGIQUE etic 47 CHARTE DEONTOLOGIQUE etic 47 Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) et ses acteurs sur le lot et Garonne (47), sont souvent mal identifiés par les entreprises

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Zones d activitås communales - Suivi des dossiers de fonds de concours dans le cadre de l amånagement des zones d activitås communales

FICHE DE POSTE. Zones d activitås communales - Suivi des dossiers de fonds de concours dans le cadre de l amånagement des zones d activitås communales FICHE DE POSTE IntitulÄ du poste : Agent de däveloppement local. Cadre statutaire : FiliÄre : Administrative CatÅgorie : B Cadres d emploi : RÄdacteur Territorial Emploi permanent : Oui Missions : Met

Plus en détail

FICHE D INFORMATION REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO. Le système statistique national

FICHE D INFORMATION REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO. Le système statistique national FICHE D INFORMATION REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Cadre institutionnel Nature et composition du système Le système statistique national A l image du pays tout entier, le système statistique national

Plus en détail

TITRE I : LES MISSIONS

TITRE I : LES MISSIONS STATUTS DU DÉPARTEMENT DE LA FORMATION CONTINUE Annexe 4 à la délibération n 39/10 du 23 juillet 2010 TITRE I : LES MISSIONS TITRE II : ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT TITRE III : RÉVISION DES STATUTS -

Plus en détail

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens FONDATION ifrap STATUTS I - But de la fondation Article 1 er - Objet et siège L'établissement dit «Fondation ifrap» a pour but d'effectuer des études et des recherches scientifiques sur l'efficacité des

Plus en détail

Chapitre premier : Des dispositions générales

Chapitre premier : Des dispositions générales REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité-Travail-Progrès ORDONNANCE N 2011-22 du 23 février 2011 Portant Charte d accès à l information publique et aux documents administratifs LE PRESIDENT DU CONSEIL SUPREME POUR

Plus en détail

Organisation internationale cherche à recruter des Assistants locaux. Profils recherchés:

Organisation internationale cherche à recruter des Assistants locaux. Profils recherchés: Organisation internationale cherche à recruter des Assistants locaux Les postulants devront être disponibles du 24 juin à la fin août 2013. Les candidats doivent envoyer leur CV à l'adresse email suivante:

Plus en détail

ADVIES OVER DE GLOBALE RICHTSNOEREN VOOR HET ECONOMISCH BELEID AVIS SUR LES GRANDES ORIENTATIONS DE POLITIQUE ECONOMIQUE

ADVIES OVER DE GLOBALE RICHTSNOEREN VOOR HET ECONOMISCH BELEID AVIS SUR LES GRANDES ORIENTATIONS DE POLITIQUE ECONOMIQUE ADVIES OVER DE GLOBALE RICHTSNOEREN VOOR HET ECONOMISCH BELEID AVIS SUR LES GRANDES ORIENTATIONS DE POLITIQUE ECONOMIQUE BRUSSEL - BRUXELLES 02.05.2002 - 2 - CCE 2002/390 DEF Assistaient à la séance plénière

Plus en détail

DÉCRET n. relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise

DÉCRET n. relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social DÉCRET n relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise Publics concernés :

Plus en détail

Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise. Guide des négociateurs

Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise. Guide des négociateurs Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise Guide des négociateurs La protection sociale complémentaire en entreprise Complémentaire santé prévoyance - retraite 2 Préambule L offre

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL (Bac) et CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL de 2 ème classe (Bac +2)

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL (Bac) et CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL de 2 ème classe (Bac +2) ADMINISTRATIVE 3440, route de Neufchâtel B.P. 72 76233 BOIS-GUILLAUME Cedex Tél. : 02 35 59 7 Fax : 02 35 59 94 63 www.cdg76.fr FILIERE ADMINISTRATIVE CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL (Bac) et CONCOURS

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1371 du 17 novembre 2014 relatif à la déclaration sociale nominative NOR : FCPS1419336D Publics

Plus en détail

Convention constitutive du RSVA

Convention constitutive du RSVA RÉSEAU DE SERVICES POUR UNE VIE AUTONOME Convention constitutive du RSVA Vu le code de la santé publique. Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système

Plus en détail

L habilitation à siéger dans des instances consultatives (Articles L 141-3 et R.141-21 à R141-26 du code de l environnement)

L habilitation à siéger dans des instances consultatives (Articles L 141-3 et R.141-21 à R141-26 du code de l environnement) 1 L habilitation à siéger dans des instances consultatives (Articles L 141-3 et R.141-21 à R141-26 du code de l environnement) L agrément d association de protection de l environnement permet d être appelé

Plus en détail

14ème legislature. Texte de la question. Texte de la réponse

14ème legislature. Texte de la question. Texte de la réponse Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) http://www2.assemblee-nationale.fr/questions/detail/14/qe/81439 14ème legislature Question N : 81439 De Mme Marie-Christine Dalloz ( Les Républicains - Jura ) Question

Plus en détail

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS DESCRIPTION Le Fonds collège-industrie pour l innovation (FCII)

Plus en détail

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 17/4 Les droits de l homme et les sociétés transnationales et autres entreprises

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 17/4 Les droits de l homme et les sociétés transnationales et autres entreprises Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 6 juillet 2011 Français Original: anglais A/HRC/RES/17/4 Conseil des droits de l homme Dix-septième session Point 3 de l ordre du jour Promotion et protection

Plus en détail

Sommaire. ENM - Cahier Clauses Particulières 15ENM08 - Formation «La conduite du changement» FC Page 2 sur 8

Sommaire. ENM - Cahier Clauses Particulières 15ENM08 - Formation «La conduite du changement» FC Page 2 sur 8 Sommaire GENERALITES ET CONTEXTE DES FORMATIONS... 3 I. NATURE DES PRESTATIONS... 4 II. CONDITIONS D EXECUTION... 4 a) Durée du marché et notification du marché au titulaire... 4 b) Formation «la conduite

Plus en détail

Supprimer la dernière phrase

Supprimer la dernière phrase DECRET N 85-397 DU 3 AVRIL 1985 RELATIF A L'EXERCICE DU DROIT SYNDICAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Modifié par : - Décret n 85-1230 du 23 novembre 1985 (J.O. du 24 novembre 1985) ; - Décret

Plus en détail

FONDS DE PARTENARIAT POUR LE CARBONE FORESTIER (FPCF) SEPTIÈME RÉUNION DU COMITÉ DES PARTICIPANTS 2-3 novembre 2010 Washington, DC

FONDS DE PARTENARIAT POUR LE CARBONE FORESTIER (FPCF) SEPTIÈME RÉUNION DU COMITÉ DES PARTICIPANTS 2-3 novembre 2010 Washington, DC FONDS DE PARTENARIAT POUR LE CARBONE FORESTIER (FPCF) SEPTIÈME RÉUNION DU COMITÉ DES PARTICIPANTS 2-3 novembre 2010 Washington, DC Résolution PC/7/2010/1 Proposition de mesures pour l état de préparation

Plus en détail

PARTENARIAT EDITORIAL*

PARTENARIAT EDITORIAL* 7 e APPEL D OFFRES 2017 2019 PARTENARIAT EDITORIAL* * Le partenariat éditorial est ouvert à des éditeurs juridiques et techniques pouvant satisfaire le besoin d information des cabinets sur la matière

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Mission interministérielle pour la protection de femmes victimes de violences et la lutte contre la traite des êtres humains Personne chargée du dossier : Annie GARCIA Tel : 01 40 56 89 69 annie.garcia@miprof.gouv.fr

Plus en détail

Tâches et responsabilités des membres élus de l AEUSB. Adopté lors de la rencontre du conseil d administration le 4 juillet 2012

Tâches et responsabilités des membres élus de l AEUSB. Adopté lors de la rencontre du conseil d administration le 4 juillet 2012 Tâches et responsabilités des membres élus de l AEUSB Adopté lors de la rencontre du conseil d administration le 4 juillet 2012 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE 3 DEVOIRS ET RESPONSABILITÉS DE TOUS LES ÉLUS

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fahamarinana. Loi n 95-028. portant création des Fondations à Madagascar EXPOSE DES MOTIFS

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fahamarinana. Loi n 95-028. portant création des Fondations à Madagascar EXPOSE DES MOTIFS REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fahamarinana Loi n 95-028 portant création des Fondations à Madagascar EXPOSE DES MOTIFS L Accord de subvention du Projet KEPEM (Knowledge and Effective

Plus en détail

VINGT-DEUXIÈME SESSION. Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS. I. Historique

VINGT-DEUXIÈME SESSION. Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS. I. Historique Mai 2014 COFO/2014/5.4 F COMITÉ DES FORÊTS VINGT-DEUXIÈME SESSION Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS I. Historique 1. L Arrangement international

Plus en détail

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE»

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» WANG Haiyuing, directeur général adjoint du département de recherches de la China Law Society L énergie est la base matérielle importante pour

Plus en détail

Appel à projets 2010 du Département de Paris pour développer l économie sociale et solidaire notamment l insertion par l activité économique

Appel à projets 2010 du Département de Paris pour développer l économie sociale et solidaire notamment l insertion par l activité économique DIRECTION DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L EMPLOI 8, rue de Cîteaux 75012 PARIS Appel à projets 2010 du Département de Paris pour développer l économie sociale et solidaire notamment l insertion par

Plus en détail

PROJET CULTURAS (PS2.2.04) Culture et tourisme actif et soutenable Valorisation touristique du patrimoine archéologique AVIS DE CONSULTATION N 62/2015

PROJET CULTURAS (PS2.2.04) Culture et tourisme actif et soutenable Valorisation touristique du patrimoine archéologique AVIS DE CONSULTATION N 62/2015 PROJET CULTURAS (PS2.2.04) Culture et tourisme actif et soutenable Valorisation touristique du patrimoine archéologique AVIS DE CONSULTATION N 62/2015 Art.1. Objet de l avis L Office National du Tourisme

Plus en détail

Appel à Candidature. Entrepreneur social

Appel à Candidature. Entrepreneur social Appel à Candidature Entrepreneur social «Etude de faisabilité et création d un espace de co-working sur la commune de Tournefeuille» 1) Eléments de contexte Depuis 2006, La Maison de l emploi et de la

Plus en détail

Gouvernement de 1'Inde nous ait permis de participer a un important

Gouvernement de 1'Inde nous ait permis de participer a un important DA/24/INP 7 SEFINAIRE DE DROIT D'AUTEUR DE L»ASIE ORIENTALE Vigyan Bhavan - New Delhi, 23-30 Janvier 1967 ALLOCUTION D'OUVERTURE du Professeur G.H.O. Bodenhausen, Direoteur des BIRPI Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE Zine-Eddine SEFFADJ Maître de conférence Chargé des

Plus en détail

Les Fondations. Fondations classiques. Nature et objet

Les Fondations. Fondations classiques. Nature et objet Les Fondations La fondation est l acte par lequel une ou plusieurs personnes physiques ou morales décident l affectation irrévocable de biens, droits ou ressources à la réalisation d une œuvre d intérêt

Plus en détail

PROJET DE DECRET. portant statut particulier du cadre d emplois des rédacteurs territoriaux

PROJET DE DECRET. portant statut particulier du cadre d emplois des rédacteurs territoriaux PROJET DE DECRET portant statut particulier du cadre d emplois des rédacteurs territoriaux Public concerné : Fonctionnaires territoriaux de la filière administrative. Objet : Intégration du cadre d emplois

Plus en détail

SPECIAL DES DOCUMENTS OBLIGATOIRES

SPECIAL DES DOCUMENTS OBLIGATOIRES CONTRACTUELS DE DROIT PRIVE = DROIT DU TRAVAIL SPECIAL http://snaf- unsa.org nadegedossmann@live.fr n@live.fr (Secrétariat) 14 octobre 2013 = Des documents obligatoires p. 1 Des seuils d effectifs et obligations

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE DU BURKINA FASO CONSEIL NATIONAL DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE DU BURKINA FASO

CONSEIL NATIONAL DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE DU BURKINA FASO CONSEIL NATIONAL DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE DU BURKINA FASO CONSEIL NATIONAL DES ORGANISATIONS CONSEIL NATIONAL DES ORGANISATIONS LE CONSEIL NATIONAL DES OSC DU BURKINA FASO Nature Le Conseil national des organisations de la société civile du Burkina Faso est un

Plus en détail

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES N 111 - SOCIAL n 30 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 23 août 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES Le dispositif du chèque-vacances

Plus en détail

LA CONFERENCE LATINE DES AUTORITES CANTONALES COMPETENTES EN MATIERE D EXECUTION DES PEINES ET DES MESURES. Recommandation. du 25 septembre 2008

LA CONFERENCE LATINE DES AUTORITES CANTONALES COMPETENTES EN MATIERE D EXECUTION DES PEINES ET DES MESURES. Recommandation. du 25 septembre 2008 L A C O N F E R E N C E L A T I N E D E S C H E F S D E S D E P A R T E M E N T S D E J U S T I C E E T P O L I C E ( C L D J P ) LA CONFERENCE LATINE DES AUTORITES CANTONALES COMPETENTES EN MATIERE D

Plus en détail

DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC

DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC Actualisé au 24/01/2011 DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC Mode opératoire à l attention des maîtres d ouvrage Préambule L Assemblée régionale a validé lors

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION

SYNTHESE DE L EVALUATION SYNTHESE DE L EVALUATION I. Contexte de l action II. III. La Guilde avait initié, dans les années 80, des dotations aux actions des petites ONG qui venaient présenter leurs actions dans le cadre du Forum

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LE SOUTIEN DU THEATRE PRIVE 48 rue de Laborde 75008 PARIS Tél. : 01-42-27-45-97 / Fax : 01-40-54-83-73 STATUTS

ASSOCIATION POUR LE SOUTIEN DU THEATRE PRIVE 48 rue de Laborde 75008 PARIS Tél. : 01-42-27-45-97 / Fax : 01-40-54-83-73 STATUTS ASSOCIATION POUR LE SOUTIEN DU THEATRE PRIVE 48 rue de Laborde 75008 PARIS Tél. : 01-42-27-45-97 / Fax : 01-40-54-83-73 STATUTS Adoptés par le Conseil d administration et L Assemblée générale du 23 avril

Plus en détail

Décision n 2010-621 DC 13 janvier 2011

Décision n 2010-621 DC 13 janvier 2011 Les Nouveaux Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 32 Décision n 2010-621 DC 13 janvier 2011 Résolution tendant à adapter le chapitre XI bis du règlement du Sénat aux stipulations du traité de Lisbonne

Plus en détail

FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation)

FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation) FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation) STATUTS Art. 1 Constitution Il est créé entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui

Plus en détail

Index GRI (Global Reporting Initiative)

Index GRI (Global Reporting Initiative) Index GRI (Global Reporting Initiative) RBC a adopté une stratégie à plusieurs volets pour son rapport sur le développement durable et publie son bilan social, environnemental et déontologique à différents

Plus en détail

Arrêté ministériel n 1250/CAB/MIN/S/ZKM/043/MC/2006 du 18 décembre 2006 portant création du Comité National d Éthique de la Santé, en sigle «CNES» 1

Arrêté ministériel n 1250/CAB/MIN/S/ZKM/043/MC/2006 du 18 décembre 2006 portant création du Comité National d Éthique de la Santé, en sigle «CNES» 1 Arrêté ministériel n 1250/CAB/MIN/S/ZKM/043/MC/2006 du 18 décembre 2006 portant création du Comité National d Éthique de la Santé, en sigle «CNES» 1 Le Ministre de la Santé Vu la Constitution de la République

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES N 04-2015

CAHIER DES CHARGES N 04-2015 CAHIER DES CHARGES N 04-2015 GROUPEMENT DE COMMANDES RELATIF A L ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE POUR LA REALISATION D UN CAHIER DES CHARGES EN VUE DE FAIRE REALISER LES DIAGNOSTICS ET PLANS DE PREVENTION

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES RELATIONS ENTRE ENTREPRISES EN 2002

ENQUÊTE SUR LES RELATIONS ENTRE ENTREPRISES EN 2002 PROJET DE QUESTIONNAIRE ENQUÊTE SUR LES RELATIONS ENTRE ENTREPRISES EN 2002 Vu l avis favorable du Conseil national de l information statistique, cette enquête, reconnue d intérêt général. Visa n xxxxxxxxx

Plus en détail

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Patrimoine Mondial Distribution limitée 25 COM WHC-01/CONF.208/14 Paris, le 31 octobre 2001 Original : anglais/français ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION

Plus en détail

Sous-épreuve E 11 Étude d un produit de communication visuelle coef. type

Sous-épreuve E 11 Étude d un produit de communication visuelle coef. type E1 ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Sous-épreuve E 11 Étude d un produit de communication visuelle partir d un dossier ressource et de ses connaissances professionnelles, le candidat analyse À un document

Plus en détail

MINISTERE DE L INTERIEUR DIRECTION DES RESSOURCES ET DES COMPETENCES DE LA POLICE NATIONALE

MINISTERE DE L INTERIEUR DIRECTION DES RESSOURCES ET DES COMPETENCES DE LA POLICE NATIONALE MINISTERE DE L INTERIEUR DIRECTION DES RESSOURCES ET DES COMPETENCES DE LA POLICE NATIONALE ACCUEIL EN DETACHEMENT DANS LE CORPS DE CONCEPTION ET DE DIRECTION DE LA POLICE NATIONALE Bureau des commissaires

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU CAPITAL HUMAIN

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU CAPITAL HUMAIN TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU CAPITAL HUMAIN Avril 2014 I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La BIDC, bras financier de la CEDEAO, est une institution financière internationale appartenant aux 15

Plus en détail

Appel à projets 2015 «MEDIAS CITOYENS EN MEDITERRANEE» E RDossier de demande de subvention

Appel à projets 2015 «MEDIAS CITOYENS EN MEDITERRANEE» E RDossier de demande de subvention Appel à projets 2015 «MEDIAS CITOYENS EN MEDITERRANEE» E RDossier de demande de subvention Cet appel à projets entend favoriser l expression d une parole libre, démocratique et solidaire des citoyens Méditerranéens

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 160 24 août 2007. S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES DE FORMATION POUR TRAVAILLEURS DESIGNES

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 160 24 août 2007. S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES DE FORMATION POUR TRAVAILLEURS DESIGNES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2965 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 160 24 août 2007 S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES

Plus en détail

FORMATION PREPARATOIRE AU D.E.A.V.S Suite à la réforme du 14 mars 2007

FORMATION PREPARATOIRE AU D.E.A.V.S Suite à la réforme du 14 mars 2007 ACTION ET FORMATION POUR L AIDE AU MAINTIEN A DOMICILE 97, rue Pelleport - 75 020 PARIS - Tél. : 01.40.31.11.96 Fax : 01.40.31.12.00. - e-mail : secretariat@afpam.fr FORMATION PREPARATOIRE AU D.E.A.V.S

Plus en détail

FILIERE ANIMATION. CONCOURS D ANIMATEUR TERRITORIAL (BAC) et CONCOURS D ANIMATEUR PRINCIPAL de 2 ème classe (BAC + 2)

FILIERE ANIMATION. CONCOURS D ANIMATEUR TERRITORIAL (BAC) et CONCOURS D ANIMATEUR PRINCIPAL de 2 ème classe (BAC + 2) FILIERE ANIMATION CONCOURS D ANIMATEUR TERRITORIAL (BAC) et CONCOURS D ANIMATEUR PRINCIPAL de 2 ème classe (BAC + 2) I - Catégorie et composition... 2 II - Les fonctions... 2 III - Les conditions d accès...

Plus en détail

Exemple de manuel qualité 16

Exemple de manuel qualité 16 Exemple de manuel qualité 16 MANUEL QUALITÉ STRUCTURES DE FORMATION ET/OU D ÉVALUATION PAR LA SIMULATION Présentation 1. Finalité et gestion du manuel qualité (selon NF ISO 9001 version 2008) 2. Déclaration

Plus en détail

Groupe HEI ISA ISEN. En quelques chiffres L un des premiers pôles d enseignement supérieur d Europe. + 3750 étudiants

Groupe HEI ISA ISEN. En quelques chiffres L un des premiers pôles d enseignement supérieur d Europe. + 3750 étudiants Groupe HEI ISA ISEN En juillet 2012, les trois grandes écoles d ingénieur HEI, ISA et ISEN Lille se sont associées pour devenir le Groupe HEI ISA ISEN, l un des premiers pôles d enseignement supérieur

Plus en détail

Charte RSE. Axys Consultants. Les axes clés

Charte RSE. Axys Consultants. Les axes clés Charte RSE Axys Consultants Axys consultants a pris des engagements en matière de responsabilité sociale et environnementale. Le respect de ces engagements s inscrit dans une démarche, basée sur le volontariat,

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) 2. Nationalité

AVIS DE RECRUTEMENT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) 2. Nationalité UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) AVIS DE RECRUTEMENT N 009/2014/DSAF/DRH La Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ayant son siège à Ouagadougou, Burkina

Plus en détail

Plan d activité d AvenirSocial Travail social Suisse Juin 2014 - juin 2017

Plan d activité d AvenirSocial Travail social Suisse Juin 2014 - juin 2017 1. Introduction Plan d activité d AvenirSocial Travail social Suisse Juin 2014 - juin 2017 Conformément aux statuts (art. 21), l Assemblée des délégué-e-s (AD) d AvenirSocial est chargée d adopter le plan

Plus en détail

Terre des Hommes: Termes de référence

Terre des Hommes: Termes de référence Terre des Hommes: Termes de référence 1. Présentation de l association et du contexte Terre des Hommes France est une association de solidarité internationale qui fait partie de Terre des Hommes - International

Plus en détail

PROCEDURES DE GESTION DES ACTES ADMINISTRATIFS --------------

PROCEDURES DE GESTION DES ACTES ADMINISTRATIFS -------------- REPUBLIQUE GABONAISE ------------------ Union-Travail-Justice MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ------------------------- SECRETARIAT GENERAL ----------- DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Règlement Intérieur du Conseil d Administration

Règlement Intérieur du Conseil d Administration Règlement Intérieur du Conseil d Administration Préambule Le Conseil d Administration de U10, lors de sa séance du 28 mars 2013, a modifié son Règlement Intérieur adopté en Conseil d Administration du

Plus en détail