Amélioration quantitative et qualitative des protéines des plantes vivrières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Amélioration quantitative et qualitative des protéines des plantes vivrières"

Transcription

1 Amélioration quantitative et qualitative des protéines des plantes vivrières par R. Rabson Des raisons imperatives nous poussent à tenter d'améliorer, qualitativement et quantitativement, en agissant sur les plantes, la teneur en protéines des plantes vivrières, bien que certains critiques aient prétendu qu'il n'existe aucune pénurie mondiale de protéines. Ce qu'on avait l'habitude d'appeler le "déficit en protéines" est en effet désormais considéré comme un phénomène de malnutrition, comportant un manque à la fois de protéines et de calories. Mais cela n'est vrai que parce que, dans la nutrition, protéines et calories sont inséparables. A l'heure actuelle, les besoins précis des hommes en protéines, selon leur âge, leur état de santé et leurs conditions de vie posent encore un certain nombre de questions auxquelles on ne sait pas répondre. De plus, il semble bien que le nombre d'individus atteints de Kwashiorkor (maladie de carence protéinique) augmente dans différentes régions du monde. Au cours d'une réunion récente du Groupe consultatif des Nations Unies sur les protéines, le Docteur Jean Mayer, professeur à l'université de Harvard (USA), et diététicien eminent, a énuméré les facteurs qui justifient l'inquiétude qu'inspire, dans son ensemble, la situation alimentaire actuelle et notamment l'approvisionnement en protéines. Ce sont, selon lui, les suivants: La croissance continue et excessive de la population, plus accusée dans certains pays pauvres en voie de développement La forte accélération de la consommation d'aliments d'origine animale qui va de pair avec l'abondance croissante qui règne dans les pays riches. La production d'une denrée alimentaire comme la viande exige l'utilisation de grandes quantités de céréales et constitue donc une mauvaise méthode pour obtenir les calories et les protéines nécessaires à l'alimentation humaine. La surexploitation de nombreuses ressources halieutiques du monde, qui entrame une diminution, peut-être irréversible, des prises de certaines espèces. L'augmentation récente du prix du pétrole et des engrais qui fait gravement obstacle i l'accroissement des cultures vivrières. Les modifications climatiques qui semblent se produire dans certaines régions d'afrique et d'asie, ainsi que dans d'autres zones de l'hémisphère nord, et qui pourraient aboutir à une réduction sensible de la production des récoltes vivrières. Tels sont les motifs sérieux qui justifient de graves inquiétudes dans ce domaine: Ayant constaté, il y a déjà plusieurs années, l'existence des problèmes posés par la malnutrition protéinique, la Division mixte FAO/AIEA de l'énergie atomique dans l'alimentation et l'agriculture a lancé un programme dont l'objet est d'étudier l'utilisation possible des techniques nucléaires pour améliorer, quantitativement et qualitativement, les protéines des plantes vivrières. La méthode choisie part du principe selon lequel le meilleur moyen d'accroftre la valeur nutritive des aliments de l'homme consiste à améliorer les produits qui font déjà partie de ces aliments. Cela ne diminue en rien la valeur des autres méthodes que l'on peut adopter à l'égard de ce problème, comme celles qui consistent à recourir aux compléments alimentaires, à la modification des habitudes alimentaires et à divers produits alimentaires dits "non classiques". Chacune de ces méthodes 23

2 Récolte d'échantillons de froment irradié dont les grains seront soumis à une analyse pour déterminer leurs différences génétiques, quant à la quantité et à la qualité des protéines qu'ils contiennent. L'expérience est menée en partie au Laboratoire de l'alea de Seibersdorf. aura probablement son rôle à jouer, mais l'amélioration directe des produits alimentaires semble être un procédé plus rapide et plus efficace, du point de vue économique et social. Il y a cinq ans, la République fédérale d'allemagne a apporté, par l'intermédiaire de la Gesellschaft fur Strahlen- und Umweltforschung mbh, une contribution généreuse à la Division mixte pour lui permettre de mettre en oeuvre ce programme. Celui-ci comporte deux éléments: l'amélioration des plantes et la sélection chimique des graines selon leur teneur en protéines. La plus grande partie du travail pratique d'amélioration des plantes se fait dans des stations expérimentales situées dans des pays en voie de développement, tandis que les travaux relatifs à la mise au point et à l'adaptation des méthodes d'analyse des composants chimiques et éléments nutritifs sont effectués dans diverses institutions de la République fédérale d'allemagne ainsi qu'au Laboratoire de l'alea de Seibersdorf. Le projet comporte également un certain nombre d'accords à titre gratuit conclus avec des chercheurs travaillant dans des laboratoires de pays industrialisés, qui ont accepté de fournir des informations, de donner des conseils et de coopérer aux recherches. A l'heure actuelle, c'est sur les travaux concernant l'amélioration quantitative et qualitative de la teneur en protéines des céréales que l'on met l'accent, bien que l'on procède également à des recherches sur les légumineuses. Il est évident que le spécialiste qui travaille à l'amélioration d'une plante le fera en tenant compte d'un certain nombre de facteurs propres à la situation dans laquelle il se trouve. 24

3 Par conséquent, quand on définit les objectifs des travaux, on tient compte de la situation alimentaire d'une région donnée. Or, on manque trop souvent d'informations d'ordre quantitatif sur la situation alimentaire locale. D'autre part, quand on veut améliorer une céréale, on ne doit pas se préoccuper seulement de ses qualités nutritives mais aussi de nombreux autres facteurs, tels que sa résistance aux maladies, ses caractéristiques à la cuisson et pour la panification, et sa réaction aux engrais. Il est extrêmement important que l'amélioration des protéines ne se fasse pas aux dépens du rendement, tout au moins pas dans une forte proportion. Les nouvelles variétés à qualités protéiques améliorées doivent pouvoir entrer en concurrence avec les meilleures variétés actuellement offertes sur le marché. Le programme FAO/AIEA/GSF, dont l'objet est l'amélioration de la teneur en protéines des grains, est un des programmes internationaux dont la réalisation se poursuit dans le monde entier. D'autres sont réalisés à l'échelon national ou dans un certain nombre d'instituts agronomiques internationaux, par exemple, l'irri, le CIMMYT et l'mta. 1 Ces divers programmes se complètent mutuellement, en ce sens qu'ils échangent régulièrement de la documentation et des informations. PLASMA GERMINATIF Le programme de l'agence insiste sur les techniques nucléaires, comme celles des mutations induites et des méthodes d'analyse nucléaire. Dans un monde dont les problèmes s'aggravent tous les jours, il ne convient pas d'en rechercher les solutions en se fiant à une seule méthode. C'est ainsi que des progrès remarquables ont été accomplis dans la création de nouvelles variétés de plantes vivrières en prenant un plasma germinatif existant et en le soumettant à des opérations de sélection, de croisement, et en lui appliquant d'autres techniques utilisées pour l'amélioration des plantes. Il n'en reste pas moins qu'il est parfois difficile, sinon impossible, de surmonter certains obstacles, soit parce qu'on ne dispose pas de plasma germinatif, soit pour d'autres raisons d'ordre technique. Dans certains cas on peut procéder à une mutation induite dans les plantes, soit par irradiation, soit par l'emploi de certains produits chimiques. On peut également avoir recours au processus de mutation quand on cherche à procurer à ceux qui travaillent à l'amélioration des plantes un matériel génétique de base plus fourni, qui leur permettra de disposer ainsi, s'ils ne peuvent s'en procurer à d'autres sources, d'un matériel présentant les caractéristiques voulues. Cet emploi des techniques de mutation induite pourrait revêtir une importance croissante, car si la "révolution verte" a réussi à augmenter considérablement la production de nombreuses denrées alimentaires nécessaires, elle a également entraîné l'élimination, dans le monde, de certaines sources de plasma germinatif par l'introduction et l'utilisation largement répandue d'un nombre relativement restreint de types génétiques, au détriment de la diversité de variétés qui existait auparavant. Jusqu'à ces derniers temps, la plupart des spécialistes de l'amélioration des plantes ne s'étaient pas préoccupés d'améliorer, quantitativement et qualitativement, la teneur en protéines des graines de plantes vivrières. Les centres qui travaillent dans ce domaine avaient consacré l'essentiel de leurs efforts au problème du rendement et à l'étude de caractéristiques extérieures facilement mesurables. Etant donné que les caractéristiques de la graine du point de vue de sa teneur en protéines ne sont que rarement observables 3 l'oeil nu, les sélectionneurs ont dû ajouter de nouvelles activités 3 celles qui leur étaient habituelles et qui consistaient 3 procéder 3 des analyses chimiques approfondies permettant de donner une définition de la protéine présente dans la graine. Institut international de la recherche sur le riz (Philippines), Centre international de l'amélioration du mais et du blé (Mexico), Institut international d'agriculture tropicale (Nigeria). 25

4 Pour juger de la valeur des produits obtenus grâce à un programme d'amélioration on a eu également recours à une autre technique qui consiste à nourrir des animaux, à titre d'expérience, avec des graines obtenues. Les activités relatives à l'amélioration des plantes se sont donc transformées et elles exigent aujourd'hui la présence, non seulement d'agronomes spécialisés, mais aussi de diététiciens et de chimistes travaillant de concert avec eux. Un des objets du programme FAO/AIEA/GFS est d'encourager cette coopération entre spécialistes appartenant à des disciplines différentes. Cela conduit notamment à examiner les difficultés que rencontrent ces spécialistes, et leurs besoins particuliers, et l'on s'efforce d'améliorer les techniques, de fournir des avis et de coordonner les recherches, à la seule fin d'améliorer la teneur en protéines des graines. A l'heure actuelle, on peut dire que, pour certaines variétés de plantes vivrières, comme le mais, l'orge et le sorgho, il existe déjà des génotypes dont on a modifié de façon spectaculaire la teneur en protéines, du point de vue de leur qualité, de telle sorte que la valeur nutritive de leurs graines est désormais très supérieure à celle de la graine normale. Dans ce cas, c'est la quantité de lysine, l'acide aminé qui s'y trouvait en quantité trop limitée pour que le grain soit propre à l'alimentation humaine, qui a été augmentée. Certains de ces génotypes ont été obtenus par mutations induites, d'autres ont été découverts parmi des collections d'échantillons de plasma germinatif. C'est ainsi, par exemple, que l'on a constaté qu'un mutant d'orge radioinduit, le Riso 1508, réalisé au Centre danois de recherche sur l'énergie atomique, présentait une teneur en lysine de 5,20% dans sa protéine, contre 3,75% dans la protéine du type parent. RENDEMENT DE LA SEMENCE Cependant, une amélioration de la teneur en protéines signifie souvent une diminution du rendement; on s'efforce donc de trouver les moyens permettant d'apporter cette amélioration sur le plan des protéines dans un contexte génétique favorable, de façon à produire une variété satisfaisante. De plus, on cherche constamment à créer, soit par sélection, soit par induction, de nouveaux génotypes présentant une valeur nutritive améliorée, notamment des génotypes de froment, de blé dur, de millet, ainsi que d'autres céréales. Si la recherche d'une amélioration qualitative et quantitative des protéines est un des principaux éléments de nombreux programmes, il n'est pas moins important de créer des génotypes de graines à haute teneur en protéines, sans réduire pour autant le rendement ou d'autres qualités également souhaitables. On se préoccupe, par exemple, de trouver de nouveaux génotypes de riz présentant une teneur en protéines plus élevée, étant donné que la protéine du riz est d'une bonne valeur nutritive, mais que le grain n'en contient qu'une quantité (souvent 6% à 8% seulement) très inférieure à celle qui permettrait de procurer une meilleure alimentation à des populations qui sont parmi les plus pauvres du monde. Dans ce cas, exactement comme dans les travaux qui visent à améliorer la qualité des protéines, les spécialistes cherchent à découvrir de nouveaux plasmas germinatifs dans des échantillonnages mondiaux de génotypes, et ils s'efforcent en même temps d'induire les caractéristiques souhaitées dans les graines au moyen de procédés utilisant le rayonnement ou d'autres agents mutagènes. Encore une fois, il ne suffit pas de trouver, dans une plante, les caractéristiques souhaitables du point de vue de sa teneur en protéines, il faut encore déployer de grands efforts pour que ces caractéristiques s'associent à d'autres, afin que leur synthèse aboutisse à une variété agricole rentable. LEGUMINEUSES Les légumineuses sont une source de protéines d'origine végétale que l'on a commencé depuis peu à considérer avec toute l'attention qu'elles méritent. Ces plantes, dont l'utilisation dans l'alimentation humaine est largement répandue dans de nombreux pays en 26

5 voie de développement, sont une source importante de protéines (selon les variétés, la graine contient de 25% à 50% de protéines). Elles présentent toutefois un certain nombre d'inconvénients majeurs (rendement faible et irrégulier, mauvaise résistance aux parasites et aux maladies). De plus, comme les céréales, les légumineuses n'ont pas toujours des protéines bien équilibrées du point de vue de leur qualité nutritive. Dans bien des cas, les légumineuses manquent d'acides aminés sulfurés et certaines d'entre elles contiennent même des substances toxiques pour l'homme. C'est pourquoi les études qui les concernent portent en priorité sur la lentille et le haricot ordinaire. Non seulement la teneur en protéines de ces plantes est élevée, mais elles présentent un autre avantage, en ce sens que leur culture n'exige pas l'application d'engrais azotés, étant donné qu'elles possèdent la faculté de fixer l'azote par symbiose. S'il était possible d'augmenter et de régulariser le rendement de ces légumineuses, ainsi que d'en éliminer les éléments toxiques, elles prendraient une place plus importante dans l'alimentation en protéines et en calories de la population humaine. S'il convient de se préoccuper de la qualité des protéines que contiennent les graines comestibles, il est évident que le problème posé par la nécessité de fournir aux hommes une alimentation équilibrée en protéines présente de nombreux autres aspects. En général, on ne consomme pas un produit alimentaire seul; le plus souvent c'est une combinaison de produits qui constitue l'alimentation: mais haricot ou manioc mais, etc. Cette forme d'alimentation réussit parfois à compenser le manque d'acides aminés dans la protéine d'un produit par sa présence dans l'aliment qui l'accompagne. Dans ces conditions, de faibles modifications apportées a l'équilibre des acides aminés et de petites améliorations de la teneur en protéines peuvent, à elles seules, avoir des conséquences importantes. On voit donc clairement combien sont nécessaires les efforts que l'on accomplit actuellement pour améliorer les qualités nutritives des graines comestibles. Il revient au sélectionneur et à tous ceux qui, appartenant à d'autres disciplines, collaborent à ses travaux, d'exploiter aussi rapidement que possible les connaissances et les techniques dont on dispose, afin de répondre aux besoins alimentaires présents et futurs de l'humanité. 27

nutrition humaine (dite "affamés de protéines") et la croissance de la population mondiale enregistrée chaque année. Pour relever ce défi,

nutrition humaine (dite affamés de protéines) et la croissance de la population mondiale enregistrée chaque année. Pour relever ce défi, RÉSUMÉ de la thèse de doctorat "OPTIMISATION DE STRUCTURES DE PRODUCTION EN UNE SOCIÉTÉ INTÉGRÉE DE PRODUCTION DE VIANDE DE POULET" développée par Eng. Codruț CIMPOIAȘ La viande de volaille occupe une

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) En vue d'une première discussion, le comité permanent

Plus en détail

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire

Plus en détail

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration.

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration. 19 décembre 2011 Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Première session ordinaire de 2012 7-10 février 2012 Point 10 de l ordre du jour provisoire * Compte rendu oral sur les

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) *

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Etude du commerce important de spécimens d'espèces inscrites à l'annexe II RAPPELANT que l'article IV, paragraphe 2 a), de la Convention, stipule comme condition pour la délivrance

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Bulletin d'interprétation Stratégie d'approvisionnement auprès des entreprises autochtones

Bulletin d'interprétation Stratégie d'approvisionnement auprès des entreprises autochtones Bulletin d'interprétation Stratégie d'approvisionnement auprès des entreprises s Introduction Le Stratégie d'approvisionnement auprès des entreprises s (SAEA) est un programme conçu pour accroître la participation

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale

Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale Bulletin du FMI Initiative multilatérale Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale Le Bulletin en ligne Le 13 mai 2008 Le FMI examinera toutes les demandes

Plus en détail

ACOR Association canadienne des organismes de contrôle des régimes de retraite

ACOR Association canadienne des organismes de contrôle des régimes de retraite ACOR Association canadienne des organismes de contrôle des régimes de retraite COMMUNIQUÉ. Le 30 avril 1999 Régimes de pension flexibles N o. 99.01 Renseignements généraux Lors de sa 54 e réunion en mars

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

E 4817 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 15 octobre 2009 le 15 octobre 2009

E 4817 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 15 octobre 2009 le 15 octobre 2009 E 4817 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 15 octobre 2009 le 15 octobre

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original : français Évaluation des réformes des cours et

Plus en détail

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES Adopté par le Bureau le 4 juin 2007 2 Liège, le 4 juin 2007 PRÉAMBULE Les différentes étapes de la régionalisation

Plus en détail

Les lentilles additionnelles

Les lentilles additionnelles Les lentilles additionnelles Il existe deux méthodes pour réaliser des photographies rapprochées : ) l augmentation de tirage 2) les lentilles additionnelles C est la seconde méthode qui va être étudié

Plus en détail

Projets d'amélioration du rendement agricole au Pérou

Projets d'amélioration du rendement agricole au Pérou Projets d'amélioration du rendement agricole au Pérou par Hans Broeshart Au Pérou les terres arables ne représentent que 2% de la superficie du territoire national. Trois millions d'hectares cultivables

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Devenez expert. en trading d'or. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or

Devenez expert. en trading d'or. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or Devenez expert en trading d'or Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or 01 02 Pourquoi l'or est-il si précieux? Tout le monde sait que l'or est cher, mais pourquoi est-il si prisé partout dans le monde?

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

Obligations des courtiers membres qui vendent des fonds négociés en bourse à effet de levier et à rendement inverse

Obligations des courtiers membres qui vendent des fonds négociés en bourse à effet de levier et à rendement inverse Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Formation Personne-ressource : Carmen Crépin Vice-présidente

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Traduction juridique du concept de réserve de biosphère en droit national Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Ce projet de modèle de loi a été

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Rapport sur l'état d'avancement de la feuille de route "Qualité" Le Président de l'office européen des brevets

Rapport sur l'état d'avancement de la feuille de route Qualité Le Président de l'office européen des brevets CA/T 18/14 Orig. : en Munich, le 24.10.2014 OBJET : SOUMIS PAR : DESTINATAIRES : Rapport sur l'état d'avancement de la feuille de route "Qualité" Le Président de l'office européen des brevets Le Comité

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?)

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Observatoire des Fonctions Publiques Africaines Gouvernement de la République du Bénin VERS UNE ADMINISTRATION ET UNE

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

Directive 72/161/CEE du Conseil (17 avril 1972)

Directive 72/161/CEE du Conseil (17 avril 1972) Directive 72/161/CEE du Conseil (17 avril 1972) Légende: Malgré l'impopularité de certaines mesures du Plan Mansholt, le Conseil des ministres s'y rallie et adopte, le 17 avril 1972, une directive sur

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Règlement numéro 2. Code de procédures des assemblées du Conseil d administration. Adopté par le Conseil d'administration le 24 octobre 1979.

Règlement numéro 2. Code de procédures des assemblées du Conseil d administration. Adopté par le Conseil d'administration le 24 octobre 1979. Règlement numéro 2 Code de procédures des assemblées du Conseil d administration Adopté par le Conseil d'administration le 24 octobre 1979. En vigueur le 4 décembre 1979. Modifié par le Conseil d'administration

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Article no 2 de la série "Que peut attendre l'homme des radioisotopes?" Production alimentaire - situation actuelle et évolution

Article no 2 de la série Que peut attendre l'homme des radioisotopes? Production alimentaire - situation actuelle et évolution Article no 2 de la série "Que peut attendre l'homme des radioisotopes?" Production alimentaire - situation actuelle et évolution par Cari G. Lamm Cette année la Division mixte FAO/AIEA de l'énergie atomique

Plus en détail

Pour une meilleure santé

Pour une meilleure santé Pour une meilleure santé LA CONSOMMATION QUOTIDIENNE DE VIANDE APPORTE DES GRAISSES SATURÉES. => AUGMENTATION TAUX DE CHOLESTÉROL ET MALADIES CARDIO-VASCULAIRES. => RISQUE DE SURPOIDS ET D'OBÉSITÉ. LES

Plus en détail

7-9 EXAMEN DU PROCESSUS DE DÉLIVRANCE DE PERMIS EN RAPPORT AVEC LA GESTION DES DÉCHETS DE COMBUSTIBLE IRRADIÉ

7-9 EXAMEN DU PROCESSUS DE DÉLIVRANCE DE PERMIS EN RAPPORT AVEC LA GESTION DES DÉCHETS DE COMBUSTIBLE IRRADIÉ Février 2004 DOCUMENTATION POUR LA SGDN 7. INSTITUTIONS ET RÉGLEMENTATION 7-9 EXAMEN DU PROCESSUS DE DÉLIVRANCE DE PERMIS EN RAPPORT AVEC LA GESTION DES DÉCHETS DE COMBUSTIBLE IRRADIÉ RÉSUMÉ J. F. Lafortune

Plus en détail

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Tous les droits de l'homme sont universels, indissociables, interdépendants

Plus en détail

Stratégies scientifiques de secteur d AAC

Stratégies scientifiques de secteur d AAC Stratégies scientifiques de secteur d AAC Présentation à la TRCV du secteur des semences 18 et 19 février 2014 Contexte Les travaux de recherche de la Direction générale des sciences et de la technologie

Plus en détail

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E mercredi 14 février 2007 LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES Communication de M. Philippe Marini, rapporteur général

Plus en détail

Le point en recherche et développement

Le point en recherche et développement Le point en recherche et développement Lenettoyage desconduits 95-205sérietacimique Introduction Les entreprises de nettoyage de conduits soutiennent qu il est souhaitable de faire nettoyer régulièrement

Plus en détail

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise La répartition de l'échantillon par taille est assez intéressante dans la mesure où elle fait apparaître autant d'actifs

Plus en détail

SECTION DES INDICES DES INDEMNITÉS DE L'ÉTAT STATISTIQUE CANADA CALCUL DES INDICES D'INDEMNITÉS

SECTION DES INDICES DES INDEMNITÉS DE L'ÉTAT STATISTIQUE CANADA CALCUL DES INDICES D'INDEMNITÉS SECTION DES INDICES DES INDEMNITÉS DE L'ÉTAT STATISTIQUE CANADA CALCUL DES INDICES D'INDEMNITÉS DIRECTIVE SUR LES POSTES ISOLÉS ET LES LOGEMENTS DE l ÉTAT GÉNÉRALITÉS La Section des indices des indemnités

Plus en détail

1) Quand on est diabétique, faut-il éviter de consommer du pain, des féculents et des fruits, car ils contiennent trop de sucre?

1) Quand on est diabétique, faut-il éviter de consommer du pain, des féculents et des fruits, car ils contiennent trop de sucre? LA DIETETIQUE DU DIABETE EN 24 QUESTIONS 1) Quand on est diabétique, faut-il éviter de consommer du pain, des féculents et des fruits, car ils contiennent trop de sucre? 2) Les légumes sont-ils pauvres

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP)

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) Le projet d Intervention Panafricaine dans le domaine Coopératif (INPACOOP) est un projet qui émanait de la volonté du gouvernement du Canada

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

L'Asie et le Pacifique

L'Asie et le Pacifique Coopération technique de l'aea: L'Asie et le Pacifique Le deuxième article de cette série a pour auteur Cezar P. Nuguid, qui a été administrateur du programme d'assistance technique pour cette région jusqu'au

Plus en détail

Création d un diagramme de constellation

Création d un diagramme de constellation CADRE CANADIEN D ANALYSE DES INCIDENTS Création d un diagramme de constellation 2012 Institut canadien pour la sécurité des patients Tous droits réservés. Une permission est accordée par les présentes

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Commission des finances

Commission des finances Autorité internationale des fonds marins ISBA/18/FC/3 Commission des finances Distr. limitée 17 mai 2012 Français Original : anglais Dix-huitième session Kingston (Jamaïque) 16-27 juillet 2012 Application

Plus en détail

Livre blanc: Réduire et réutiliser pour rentabiliser - nouveaux services partagés pour grandes entreprises.

Livre blanc: Réduire et réutiliser pour rentabiliser - nouveaux services partagés pour grandes entreprises. Services partagés: Deux mots qui sont sur toutes les lèvres dans le milieu des affaires! Mais qu'entend-on au juste par services partagés? Quels sont les avantages réels des services partagés pour les

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Ce principe, connu sous le nom d' "exception de l'obtenteur", est fondamental pour l'amélioration des plantes.

Ce principe, connu sous le nom d' exception de l'obtenteur, est fondamental pour l'amélioration des plantes. Dérivation essentielle et dependence Informations pratiques POURQUOI LE CONCEPT DE DERIVATION ESSENTIELLE? La Convention 1978 de l'upov (Union pour la protection des obtentions végétales) stipule que "l'autorisation

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

La sécurité alimentaire dans le monde

La sécurité alimentaire dans le monde Séquence 1 Nourrir les hommes Lancement : Reportage : Journal télévisé de TF1 et émission de Y.A.Bertrand «Vu du ciel» Problématiques générales : 1). 2). Séance 1 La sécurité alimentaire dans le monde

Plus en détail

Enquête sur les allégations visant l Association des

Enquête sur les allégations visant l Association des Enquête sur les allégations visant l Association des pompiers autochtones du Manitoba 2014 Contexte La Direction générale des services d examen et d enquête du Ministère a reçu des allégations de détournement

Plus en détail

TRAITEMENT DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT 203

TRAITEMENT DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT 203 TRAITEMENT DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT 203 TRAITEMENT DIFFERENCIE ET PLUS FAVORABLE, RECIPROCITE ET PARTICIPATION PLUS COMPLETE DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT Décision du 28 novembre 1979 (L/4903)

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Chapitre 5 Les Probablilités

Chapitre 5 Les Probablilités A) Introduction et Définitions 1) Introduction Chapitre 5 Les Probablilités De nombreuses actions provoquent des résultats qui sont dus en partie ou en totalité au hasard. Il est pourtant nécessaire de

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 Une enquête réalisée sur la nutrition en médecine générale * pour l montre que la nutrition est un sujet

Plus en détail

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l'assurance-maladie (OAMal)

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l'assurance-maladie (OAMal) Ordonnance du 27 juin 1995 sur l'assurance-maladie (OAMal) Entrée en vigueur prévue le 1 er janvier 2017 Teneur des modifications et commentaire Berne, août 2015 1 Table des matières 1 Contexte 3 2 Dispositions

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

Le Programme de formation. Le premier cycle du primaire. Information aux parents

Le Programme de formation. Le premier cycle du primaire. Information aux parents Le Programme de formation Le premier cycle du primaire Information aux parents Septembre 2000 En septembre prochain, votre enfant sera au premier cycle du primaire, c'est-à-dire qu'il ou elle entrera en

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après.

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après. CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7 mai 003 (.05) (OR. en) 898/03 EDUC 83 RÉSULTATS DES TRAVAUX du: Conseil en date des : 5 et 6 mai 003 n doc. préc.: 8486/03 EDUC 73 + COR (fr) + COR (de) Objet:

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Quel logiciel libre pour quelle entreprise?

Quel logiciel libre pour quelle entreprise? Quel logiciel libre pour quelle entreprise? Compte-rendu de l atelier - Mardi 7 mars 2000 Intervenant : Mathias HERBERTS - Consultant, Société ATLANTIDE Responsable : Alain LEROY - Professeur à l ENST

Plus en détail

«La réponse définitive»

«La réponse définitive» LIFEBODYBUILDING.COM FORMATIONS en STRATEGIE NUTRITION et DEVELOPPEMENT PHYSIQUE De combien de grammes de protéines avons-nous réellement besoin au quotidien pour développer ou maintenir sa masse musculaire?

Plus en détail

LA CONSERVATION PAR LE FROID DES GRAINES DE RÉSINEUX

LA CONSERVATION PAR LE FROID DES GRAINES DE RÉSINEUX REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE 93 NOTES SUR LE REBOISEMENT LA CONSERVATION PAR LE FROID DES GRAINES DE RÉSINEUX Il ne peut être question clans cette courte note de traiter complètement le problème de la conservation

Plus en détail

RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN

RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN DIVISION DE L 'ÉCONOMIE ET DE L' ADMINISTRATION PUBLIQUES DES NATIONS UNIES - DÉPARTEMENT DE S AFFAIRES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES OMMENT DÉFINIR LE RÉSEAU? Le Réseau

Plus en détail

Phytogéniques. et croissance des veaux. Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques

Phytogéniques. et croissance des veaux. Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques Phytogéniques et croissance des veaux Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques Photo: Fredleonero 200 Phytogéniques 150 100 50 25 Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques et croissance des veaux

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

CCME. Canadian Council of Ministers of the Environment. Le Conseil canadien des ministres de l environnement

CCME. Canadian Council of Ministers of the Environment. Le Conseil canadien des ministres de l environnement Canadian Council of Ministers of the Environment CCME Le Conseil canadien des ministres de l environnement GUIDE DE L'ACCORD PANCANADIEN SUR L'HARMONISATION ENVIRONNEMENTALE Introduction Le Conseil canadien

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Contrôles de l utilisation des produits phytopharmaceutiques effectués en 2009 en région Auvergne

Contrôles de l utilisation des produits phytopharmaceutiques effectués en 2009 en région Auvergne Contrôles de l utilisation des produits phytopharmaceutiques effectués en 2009 en région Auvergne Le programme national de contrôle de la mise sur le marché et de l utilisation des produits phytosanitaires

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Résumé Contexte La Nouvelle-Écosse

Plus en détail

ED 2133/12. 4 mai 2012 Original : anglais. Communication de l OIC au Sommet du G 20 Los Cabos (Mexique) 18-19 juin 2012

ED 2133/12. 4 mai 2012 Original : anglais. Communication de l OIC au Sommet du G 20 Los Cabos (Mexique) 18-19 juin 2012 ED 2133/12 4 mai 2012 Original : anglais F Communication de l OIC au Sommet du G 20 Los Cabos (Mexique) 18-19 juin 2012 Le Directeur exécutif présente ses compliments et, conformément à la décision prise

Plus en détail

Produits OGM dans les denrées alimentaires : aperçu des contrôles menés en 2011 par les autorités cantonales d exécution

Produits OGM dans les denrées alimentaires : aperçu des contrôles menés en 2011 par les autorités cantonales d exécution Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique (OFSP) Unité de direction Protection des consommateurs Berne, juin 2012 Produits OGM dans les denrées alimentaires : aperçu des

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

Le journalisme face au changement climatique: nouvelles perspectives et défis

Le journalisme face au changement climatique: nouvelles perspectives et défis Le journalisme face au changement climatique: nouvelles perspectives et défis Auteurs: Groupe de recherche en communication de les sciences de l'université de Navarre Coordinateur: Bienvenido León (journaliste

Plus en détail

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises.

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises. Depuis janvier 2008, les entreprises de plus de 300 salariés sont obligées de négocier la mise en place d un dispositif

Plus en détail

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Bureau 4A : Nutrition & Information sur les denrées alimentaires Novel Food, Adjonction V&M, SBNP Compléments

Plus en détail

Sélection du Commissaire aux comptes du FIDA pour la période 2012-2016

Sélection du Commissaire aux comptes du FIDA pour la période 2012-2016 Cote du document: EB 2011/104/R.62 Point de l ordre du jour: 14 a) i) Date: 1 er décembre 2011 Distribution: Publique Original: Anglais F Sélection du Commissaire aux comptes du FIDA pour la période 2012-2016

Plus en détail

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Deuxième partie Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Présentation Les programmes informatiques MDM et grafgen L analyse de schémas de construction de génotypes

Plus en détail