Le choix du système de chauffage dans les logements neufs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le choix du système de chauffage dans les logements neufs"

Transcription

1 Le choix du système de chauffage dans les logements neufs Constats et propositions Octobre 2007 D après une enquête conduite par Batim-Etudes auprès des maîtres d ouvrages (particuliers et professionnels)

2 Le choix du système de chauffage dans les logements neufs Sommaire Introduction : En matière de CO 2, demain se décide aujourd hui par Hervé Thelinge, Président d Energies et Avenir 1. Le choix du mode de chauffage dans le logement neuf - Synthèse des principaux résultats de l étude Energies et Avenir / Batim-Etudes 2. Le système de chauffage à eau chaude (descriptif et caractéristiques) 3. Les propositions d Energies et Avenir - Favoriser des systèmes de chauffage évolutifs et performants dans la construction neuve ; - Réduire de 25 à 30 % les émissions de CO 2 dans le parc existant en incitant à la modernisation des équipements et en généralisant leur maintenance ; - Disposer de moyens efficaces pour former et informer les publics concernés par le développement du chauffage durable. Annexe : présentation de l Association Energies et Avenir Contact : Iris DAVAINE

3 En matière de CO 2, demain se décide aujourd hui Sommes-nous en train de nous doter d un parc immobilier incompatible avec nos objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre? Pour lutter contre le réchauffement climatique, le cap fixé par la France est de proposer une division par un Facteur 4 de ses émissions de gaz à effet de serre à l horizon Pour atteindre ce Facteur 4 et pour diversifier son bouquet énergétique, la France doit donc réfléchir à sa première dépense énergétique : le chauffage des bâtiments résidentiels et tertiaires. Chaque système de chauffage retenu dans le résidentiel tertiaire neuf sera celui des 20 à 25 prochaines années (au moins) et les choix réalisés aujourd hui dans les nouveaux logements nous engagent pour le siècle à venir. Il est donc important de comprendre ce qui motive (ou décourage) celui qui prend la décision du système de chauffage. Ce maître d ouvrage peut être le particulier qui fait construire sa maison, le promoteur privé de logements collectifs ou de maisons groupées, le promoteur public ou encore le constructeur de maison individuelle. C est l objet de l enquête conduite par Batim-Etudes et présentée dans le chapitre qui suit. Ces maîtres d ouvrage ont aujourd hui le choix principalement entre chauffage électrique direct, pompe à chaleur ou système de chauffage à eau chaude. Toutefois, il existe un décalage entre le souhait des maîtres d ouvrage et leur décision finale. En effet, on assiste à un développement massif du chauffage électrique direct du fait de son faible coût d installation. Ce système représente aujourd hui 60 % des chauffages installés dans les constructions neuves alors qu une majorité des personnes interrogées préférerait une solution utilisant les énergies renouvelables comme la géothermie ou le solaire. Or, ce recours systématique à l énergie électrique pour le chauffage est unique en Europe. S il perdure, il aurait pour conséquence de multiplier par quatre la production d électricité en et de limiter la diminution des gaz à effet de serre. Car l électricité utilisée pour le chauffage est produite principalement à partir de centrales thermiques nécessaires pour répondre au pic de demande de l hiver. Le chauffage à eau chaude est quant à lui multi-énergies et réversible. C est un vecteur de développement des énergies renouvelables (bois énergie, solaire, agrocombustible) et des technologies de demain (micro-cogénération et pile à combustible notamment). Il dispose d un potentiel d amélioration énergétique sans équivalent et allie performance économique et confort. Il est donc frappant de constater que particuliers et professionnels considèrent qu un système de chauffage doit allier le confort, une facture minimum et des énergies renouvelables, mais qu une large majorité retient finalement le système le moins coûteux à l installation. La protection de l environnement est dans les esprits et dans les règlementations des bâtiments, mais elle s efface devant un problème de financement. Selon nous, la baisse des émissions dues au chauffage passe avant tout par un rééquilibrage du bouquet énergétique grâce notamment aux incitations financières (comme le crédit d impôts) et à des outils de financement adaptés. La mise en place d un Observatoire des émissions de CO 2 par système de chauffage paraît également indispensable. Dans le logement neuf comme dans l ancien, nous proposons donc des mesures (voir chapitre 3) permettant de réconcilier les objectifs de réduction du CO 2 avec les impératifs économiques mais aussi les attentes de confort. Hervé Thelinge Président d Energies et Avenir 1 Rapport de l OPECST «Changement climatique et transition énergétique» - Juillet

4 1. Le choix du mode de chauffage dans le logement neuf Synthèse des principaux enseignements de l enquête Batim-Etudes Energies et Avenir a demandé à la société Batim-Etudes de conduire une enquête auprès des particuliers et des professionnels sur leurs attitudes en matière de choix énergétiques dans les logements neufs. Batim-Etudes a interrogé un échantillon représentatif national de 400 particuliers ayant obtenu un permis de construire pour une maison neuve isolée au cours du premier semestre Ces derniers, par opposition aux acheteurs de logements neufs en immeubles collectifs ou en maison groupées, sont supposés être maîtres de leurs choix énergétiques. Parallèlement, un échantillon de 160 professionnels (promoteurs privés et publics, constructeurs de maisons individuelles) ont également répondu à cette enquête. Méthodologie de l étude : Etude auprès de particuliers faisant construire une maison individuelle. Cette étude a eu pour support l interview d un échantillon national représentatif de 400 particuliers ayant obtenu l autorisation de construire une maison neuve isolée, au cours du 1 er trimestre L échantillon a été constitué par tirage aléatoire après stratification par région. Les interviews ont eu lieu par téléphone au domicile des personnes interrogées dans le courant du mois de mai Etude auprès des constructeurs de maisons individuelles. Cette étude a eu pour support l interview d un échantillon de 50 responsables techniques de sociétés de constructions de maisons individuelles construisant plus de 20 maisons par an. Les interviews ont eu lieu dans le courant du mois de mai Etude auprès des promoteurs de logements collectifs et de maisons individuelles groupées. Cette étude a eu pour support l interview d un échantillon national représentatif de responsables techniques de promoteurs privés ou publics ayant obtenu, au cours du 1 er trimestre 2007, au moins un permis de construire pour une opération de logements neufs. Les interviews ont eu lieu par téléphone dans le courant du mois de mai Les résultats ont été redressés en accordant à chacune des 11 catégories un poids proportionnel à celui qui fut le sien en 2006 sur le marché de la construction neuve de logements collectifs et de maisons individuelles groupées (déclarés commencés)

5 1. Les particuliers : une majorité aimerait un système de chauffage écologique et économe à long terme mais y renonce face au coût d installation Une certaine frustration dans le choix final du particulier Une majorité de particuliers (58 %) faisant construire leur maison individuelle déclarent n avoir pas choisi le système de chauffage qu ils auraient souhaité. Ainsi, plus de la moitié d entre eux (51 %) équipent leur maison individuelle avec un système de chauffage électrique direct (convecteurs, planchers et panneaux rayonnants) alors que ce système n est considéré idéal que par 15 % d entre eux. En revanche, 68 % préféreraient une solution utilisant la géothermie / pompe à chaleur air-eau ou le solaire, alors que ces deux solutions ne représentent que 2 installations sur 10, le solaire étant quasiment absent dans le système de chauffage (1 %) et symbolique dans la production d eau chaude sanitaire (4 %). Des critères financiers immédiats qui effacent les motivations environnementales et de long terme Dans près de 80% des cas, la raison du renoncement au système souhaité est financière. D autres raisons étant très rarement évoquées (autres priorités 3 %, configuration du terrain 3 %, etc.). Plus généralement, la raison déterminante du choix final d un système de chauffage reste le coût de l installation, nettement devant le confort et le coût d utilisation. A noter que les questions d environnement ne sont considérées comme déterminantes dans la décision finale que par 9 % des particuliers et les crédits d impôts et aides publiques par 3 %

6 Pourtant, lorsqu on évoque le chauffage que l on aurait souhaité installer, hors contraintes financières ou techniques, les motivations sont bien différentes : la protection de l environnement est citée en premier (60%) pratiquement à égalité avec le coût global (55%), c est à dire celui qui prend en compte la rentabilité à long terme. Viennent ensuite la notion de confort (17 %), puis de manière plus anecdotique les notions de simplicité (7%) d esthétique (3%) ou de modernité. L économie réalisée à l installation devient en outre le dernier critère. De même, alors qu ils déclarent avoir finalement décidé sur le critère du coût d installation, les particuliers indiquent que les deux premières qualités d un chauffage performant sont le confort et une facture de chauffage minimum pour les deux tiers des particuliers et l utilisation d énergies renouvelables pour un tiers d entre eux. Le coût d installation en tant que critère dominant avantage nettement les systèmes de chauffage peu évolutifs et ne favorise pas les énergies renouvelables Les particuliers donnent majoritairement la priorité au système de chauffage (61 %) plutôt qu à l énergie (39 %) lorsqu ils décident de l équipement de leur maison individuelle. L image de l énergie entre d ailleurs peu en ligne de compte dans le choix des particuliers, à l exception des énergies renouvelables telles que la géothermie et le bois. Cette approche avantage les systèmes de chauffage électrique direct (convecteurs, panneaux rayonnants) qui représentent l équipement le plus retenu par les particuliers et sont choisis dans 72 % des cas selon le critère dominant du coût d installation. Les autres critères deviennent négligeables, notamment le confort (11 %) ou la protection de l environnement (2 %). En revanche, les particuliers choisissant un système de chauffage à eau chaude (ou chauffage central) le font en priorité pour le confort, le faible coût d utilisation et la protection de l environnement selon qu ils s équipent de chaudière à gaz ou fioul (le confort étant le critère numéro 1) ou de chaudières à bois ou pompes à chaleur (le coût d utilisation et la protection de l environnement étant dans ces deux cas les deux premiers critères de choix)

7 Enfin, pour la majorité des maisons non équipées avec des énergies renouvelables (62 %), la raison est essentiellement financière (47 % déclarent que «le coût est trop élevé»). Des sources d information et des influences multiples qui aboutissent toutefois à un choix plutôt homogène Les sources d information des particuliers pour décider de leur système de chauffage sont multiples. Si les conseils du constructeur de maisons individuelles sont cités le plus souvent (31 % des personnes interrogées), ils sont suivis de près par ceux des amis, de la famille ou de relations (30 %), d un fournisseur d énergie (28 %), de la presse et d Internet (21 %) ou encore d un installateur de chauffage (19 %). On notera que les architectes/maîtres d œuvre et les organismes spécialisés sont peu consultés (respectivement 8 % et 6 %). Selon la décision finale, on remarque que l influence du constructeur de la maison aboutit plus souvent au choix d un système électrique (49 % des cas), celui de la famille ou des amis à celui d un chauffage au gaz, au fioul ou au bois (40 à 45 %)

8 Le conseiller le plus influent reste toutefois le constructeur de la maison. Mais que ce soit lui ou le particulier lui-même qui rédige le descriptif technique, il y a peu de différence dans le système de chauffage final qui est électrique dans 8 cas sur

9 2. Les constructeurs de maisons individuelles : comme chez les particuliers, un décalage entre les souhaits, les qualités attendues et les décisions finales Les constructeurs de maisons individuelles interrogés ont retenu trois fois sur quatre lors de leurs dernières réalisations un système de chauffage électrique direct (convecteurs, panneaux rayonnants, planchers rayonnants). Les systèmes à eau chaude (gaz, fioul, géothermie, bois) sont donc très minoritaires. La raison de ce choix, comme pour les particuliers, est d abord liée au faible coût d installation cité comme critère majeur neuf fois sur dix. Le faible coût d utilisation n est cité que quatre fois sur dix et la protection de l environnement deux fois sur dix. Dans ce contexte, les mesures pour réduire la consommation énergétique des maisons sont essentiellement tournées vers le renforcement de l isolation (les trois quarts des citations) et l utilisation des énergies renouvelables est rarement citée (moins de 20 %) comme la mesure la plus efficace. Pourtant, près de sept constructeurs de maisons individuelles sur dix citent la géothermie / pompe à chaleur air-eau comme le système idéal de chauffage. Et ils considèrent majoritairement que les principales qualités d un système de chauffage sont le confort (pour deux constructeurs sur trois) et une facture de chauffage minimum (pour plus de la moitié d entre eux)

10 3. Les promoteurs publics et privés : des logiques économiques différentes mais des jugements assez proches sur le système idéal et ses qualités Les promoteurs interviennent aussi bien pour des logements individuels que collectifs. Les promoteurs privés installent majoritairement du chauffage électrique direct (dans 70 % des cas) alors que les promoteurs publics préfèrent du chauffage au gaz ou au fioul (presque 7 fois sur 10 également). Ces choix sont très ancrés dans les pratiques professionnelles puisque 6 à 7 fois sur 10, aucune autre solution de chauffage n a été étudiée. Très logiquement, le coût d installation prime pour les promoteurs privés (il est décisif dans 40 % des cas) alors que les critères de choix des promoteurs publics sont plus diversifiés et laissent bien entendu une place plus importante au coût d utilisation et de consommation (deux à trois plus décisif dans le public que dans le privé)

11 Mais ce qui est sans doute plus intéressant, c est que ces acteurs professionnels aux logiques économiques différentes se rejoignent dans leur perception du chauffage idéal et de ses qualités. Ainsi, que les promoteurs soient publics ou privés, l installation de chauffage idéale utiliserait selon eux la géothermie / pompe à chaleur air-eau, le chauffage solaire ou le chauffage individuel au gaz ou au fioul (éventuellement avec des matériels récents comme les chaudières à condensation). Dans ce palmarès, les systèmes électriques directs sont cités en dernier. De la même manière, les différents promoteurs se rejoignent sur les qualités d un chauffage performant qui doit être confortable (61 %), permettre une facture minimum (49%) et utiliser les énergies renouvelables (30 %)

12 2. Le système de chauffage à eau chaude Descriptif et caractéristiques Description : le principe du chauffage à eau chaude est une boucle dans laquelle circule de l eau chauffée de 30 C à 60 C distribuée vers des émetteurs de chaleur (radiateurs ou planchers chauffants) qui diffusent la chaleur de l eau dans les pièces. Le chauffage de l eau est assuré par un générateur qui peut être une chaudière, des panneaux solaires, une pompe à chaleur, une cogénération, etc. L ensemble est piloté par une régulation centralisée, de préférence programmable. Caractéristiques : le chauffage à eau chaude est le système qui permet le mieux de mettre en place des systèmes durables à la fois multi-énergies, substituables et réservant une part croissante à la chaleur d origine renouvelable. Il faut donc les maintenir dans le bâtiment existant et les développer dans le bâtiment neuf. 1. Un chauffage multi-énergies et substituable : il est par nature le mieux à même de supporter une transition énergétique qui consiste à développer le mix énergétique, en changeant d énergie sans changer d équipement et en y faisant une place de plus en plus large aux énergies renouvelables. 2. Un vecteur de développement des énergies renouvelables : contrairement à l option électrique, le chauffage à eau chaude est compatible avec toutes les énergies renouvelables, notamment les plus porteuses d avenir (biomasse, géothermie, solaire ). Les systèmes innovants, enjeux de demain : des technologies prometteuses nous permettront à l avenir de réduire encore davantage nos émissions de gaz à effet de serre. En utilisant une microcogénération fonctionnant au gaz naturel, le consommateur obtiendra un rendement élevé pour assurer chauffage et production d eau chaude et deviendra producteur d électricité au-delà de ses propres consommations. Les piles à combustible auront également un fonctionnement particulièrement propre puisque ne produisant que de l'eau et consommant uniquement des gaz

13 3. Les propositions d Energies et Avenir Proposition n 1 : Favoriser des systèmes de chauffage évolutifs et performants dans la construction neuve Pistes de travail : - Eviter une augmentation progressive des émissions de CO 2 due au chauffage des bâtiments. L électricité d origine thermique destinée à la production de chaleur est en constante progression et entraîne une augmentation de ses émissions de CO 2. D un contenu de 180 g de CO 2 par KWh en , ces émissions de gaz à effet de serre ont déjà augmenté de près de 15%. A ce rythme, elles atteindront à l horizon 2010 des niveaux d émissions équivalentes voire supérieures à celles d énergies traditionnelles. Dans ce cadre, l objectif de diversification du bouquet énergétique est essentiel et les choix entre les différents systèmes de chauffage sont tout aussi déterminants que celui des énergies. - Rééquilibrer la part des systèmes de chauffage dans le neuf. En effet, la part de marché du chauffage électrique dans les logements neufs a ainsi atteint plus de 70 % des permis de construire accordés en 2006, dont 59,8% de chauffage électrique direct. Ce déséquilibre dans la consommation énergétique et dans la répartition des systèmes de chauffage risque d entraîner une augmentation globale des émissions de CO 2 produites par le secteur du bâtiment et d affecter le développement des énergies renouvelables. Le rééquilibrage dans la construction neuve permettra de limiter l augmentation des consommations d électricité dans le parc résidentiel et tertiaire construit à partir de 2007 et d éviter une hausse des émissions de CO 2. Mesures proposées par Energies et Avenir : - Etendre le crédit d impôt de 50 % à l installation de chaudières à condensation dans les bâtiments neufs. Leur performance, en termes de consommation d énergie primaire, est comparable à celle des pompes à chaleur, qui bénéficient d un crédit d impôt de 50 %. - Valoriser les meilleurs labels de haute performance énergétique et environnementale

14 Proposition n 2 : Réduire de 25 à 30 % les émissions de CO 2 dans le parc existant en incitant à la modernisation des équipements et en généralisant leur maintenance Pistes de travail : - Inciter à la modernisation des équipements de chauffage. Le taux de renouvellement actuel des 13,5 millions de chaudières est inférieur à 5 % par an. Chaque renouvellement d un système de chauffage vétuste (une chaudière sur trois a plus de 15 ans) permet d économiser jusqu à de 30 % de CO 2 émis (soit 2 tonnes/an pour une chaudière individuelle et 30 tonnes pour une chaudière collective). - Développer l utilisation des énergies renouvelables à travers l implantation de chauffages à eau chaude. Le système de chauffage à eau chaude est davantage porteur d utilisation d énergies renouvelables que le chauffage électrique direct : bois, biogaz, géothermie, solaire thermique, agrocombustibles. L association d une chaudière et d un capteur solaire permet 30 % d économie de CO 2, l utilisation d une pompe à chaleur réduit de moitié les émissions de CO 2. Les réseaux de chauffage urbain à eau chaude constituent un excellent vecteur pour les énergies renouvelables. Ils utilisent déjà plus de 20% d énergies renouvelables pour chauffer 3 millions d équivalents habitants et génèrent plus de 32% de la chaleur distribuée à partir de la cogénération. - Généraliser la maintenance des équipements de chauffage. La généralisation de la maintenance est à la fois une source d amélioration des performances énergétiques et une activité fortement créatrice d emplois. On estime que la moitié seulement du parc installé de systèmes de chauffage fait l objet de contrats d entretien. Pourtant la maintenance à elle seule peut engendrer jusqu à 10 % d économies d énergies et un contrat d exploitation avec garantie de résultats dans le collectif résidentiel ou tertiaire (public ou privé), jusqu à 20% selon les situations. Mesure proposée par Energies et Avenir : - Combiner les incitations dont l efficacité pour déclencher le développement des nouvelles technologies performantes est aujourd hui avérée et la réglementation. Au niveau des incitations, deux leviers pourraient ainsi être actionnés : => appliquer le principe d équité sur les aides fiscales des matériels à performances similaires ; => inclure dans la politique d incitation une aide globale sur le surcoût des systèmes de chauffage à eau chaude (un dispositif d incitations fondé sur des seuils de consommation annuels d énergie primaire, en kwh / m² y contribuerait), le coût des contrats de maintenance et des aides fiscales pour les bailleurs privés. Quant à la réglementation, elle doit être conçue par étapes et programmée dans le temps pour permettre aux acteurs industriels et aux entreprises d installateurs d anticiper les adaptations nécessaires. Il est nécessaire également qu elle soit cohérente avec le calendrier des réglementations en préparation au niveau européen

15 Proposition n 3 : Disposer de moyens efficaces pour former et informer les publics concernés par le développement du chauffage durable Trois publics doivent être sensibilisés à la problématique du chauffage dans le cadre du respect de l environnement et de l évolution énergétique : les décideurs, les professionnels et le grand public. Plusieurs outils permettraient une meilleure information de ces publics. Mesures proposées par Energies et Avenir : - Mettre en place un Observatoire officiel des émissions de CO 2 et des performances énergétiques par énergie et par système de chauffage pour assurer le suivi des objectifs de réduction des gaz à effet de serre et orienter les futures réglementations. Actualiser dans ce cadre les références servant à la réglementation, notamment en ce qui concerne les émissions de CO 2 par kwh des différentes énergies et leur évolution prévisible à ans (durée de vie moyenne d un système de chauffage). Mener des études économiques, notamment sur le financement des équipements performants et son retour sur investissement. - Centraliser les données issues du Diagnostic de Performance Energétique ; cette proposition figure dans le rapport du groupe de travail «Facteur 4» remis aux ministres de l Industrie et de l Ecologie. Les données issues de ce diagnostic permettront un suivi des consommations des logements selon l'âge et le système de chauffage. L objectif est que le DPE devienne un outil efficace et incitatif. Il s agirait d une première étape du principe de contrôle d application et de respect de la réglementation actuelle. - Favoriser la formation des professionnels du chauffage aux nouvelles technologies. La formation des professionnels assurant l installation et la maintenance des systèmes de chauffage à eau chaude est un véritable enjeu. En effet, avec l avènement ou le développement de nouvelles sources d énergie (solaire, géothermie, biomasse, agrocombustibles, etc ) et l apparition de nouveaux générateurs de plus en plus sophistiqués (pompes à chaleur, chaudières à condensation, micro-cogénération), il devient essentiel d actualiser leurs compétences afin qu il puissent à la fois répondre aux demandes d installation des particuliers et des collectivités, et assurer des services de maintenance optimaux, à la hauteur des nouvelles performances de ces matériels

16 Annexe Energies et Avenir : Association des Professionnels pour un chauffage durable Energies et Avenir regroupe l ensemble des professions de la filière du chauffage à eau chaude individuel ou collectif. Elle réunit les fournisseurs d énergies, les organisations professionnelles du bâtiment, de l exploitation maintenance et entretien, ainsi que les fabricants et distributeurs d équipement. Mission : La mission de l association est de proposer aux acteurs concernés des solutions permettant de relever les défis énergétiques et environnementaux qui s annoncent. Il s agit aussi, avec tous les acteurs du monde de l énergie et du logement, de concourir à leur mise en œuvre et à leur suivi. Energies et Avenir (auparavant EC2), est reconnue pour son expertise technique dans le domaine de la thermique des bâtiments et comme un interlocuteur de référence de l administration. Filière professionnelle : La filière chauffage à eau chaude regroupe un large éventail de métiers : constructeurs, installateurs artisans et petites entreprises du bâtiment, distributeurs d énergie, exploitants, industriels, grossistes / négociants. Le développement du chauffage à eau chaude est donc un gisement d emplois de proximité et non délocalisables : ce système requiert l intervention de professionnels qualifiés pour en assurer l installation et la maintenance (en moyenne un emploi toutes les 200 installations). La filière chauffage à eau chaude représente aujourd hui un chiffre d affaires de 75 milliards d Euros et emploie personnes en France. Les membres d Energies et Avenir siégeant au Conseil d Administration : - ACR (Association Confort Régulation) - CAPEB (Confédération de l Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) - CFBP (Comité Français du Butane et du Propane) - Chauffage Fioul (Association pour l Utilisation Performante du Fioul Domestique) - CTCC (Centre Technique du Cuivre pour les Canalisations) - FF3C (Fédération Française des Combustibles, Carburants et Chauffages) - FG3E (Fédération Française des Entreprises Gestionnaires de Services aux Equipements, à l Energie et à l Environnement) - FNAS (Fédération nationale des Négociants en Appareils Sanitaires, chauffage, climatisation et canalisation) - Gaz de France - GFCC (Groupement de Fabricants de matériel de Chauffage Central par eau chaude et de production d eau chaude sanitaire) - Profluid (Association Française des pompes et de la robinetterie) - UCF / FFB (Union Climatique de France) - UNCP / FFB (Union Nationale des Chambres Syndicales de Couverture et de Plomberie)

Le choix du système de chauffage dans les logements neufs

Le choix du système de chauffage dans les logements neufs Le choix du système de chauffage dans les logements neufs Constats et propositions D après une enquête conduite par Batim-Etudes auprès des maîtres d ouvrages (particuliers et professionnels) Octobre 2007

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

RT 2012: Comment optimiser la distribution dans les systèmes de chauffage à eau chaude?

RT 2012: Comment optimiser la distribution dans les systèmes de chauffage à eau chaude? Jeudi 7 novembre 2013 RT 2012: Comment optimiser la distribution dans les systèmes de chauffage à eau chaude? Intervenants: Marie-Hélène HUZE, directeur technique adjoint, COSTIC Jérôme MALDONADO, porte-parole

Plus en détail

Congrès du Gaz. Atelier 3 - La RT 2012 et après : quelles innovations technologiques? Quels labels pour les Bâtiments à Energie Positives?

Congrès du Gaz. Atelier 3 - La RT 2012 et après : quelles innovations technologiques? Quels labels pour les Bâtiments à Energie Positives? Congrès du Gaz Atelier 3 - La RT 2012 et après : quelles innovations technologiques? Quels labels pour les Bâtiments à Energie Positives? Patrice HENNIG - 14 septembre 2011 www.energies-avenir.fr Énergies

Plus en détail

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 *

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * * La limitation du réchauffement climatique implique dans les pays développés une division par 4 des émissions de gaz à effet de serre par rapport

Plus en détail

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009 Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement Le Grenelle de l Environnement La genèse, les lois, les objectifs 2 Du Grenelle de l Environnement Juillet 2007 : 6 Groupes

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable

Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable Thomas Muller, Gaz de France Réseau Distribution Le 12 septembre 2007 Bâtiment et développement

Plus en détail

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Lundi 24 juin 2013 La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Service de Presse 04 67 22 81 31 /// 04 67 22 80 47 presse-region@cr-languedocroussillon.fr Convaincue

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout

Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout Séminaire : Rénovation énergétique pour ménages à bas revenus 8 octobre 2010 Brussels Table des matières Quelques

Plus en détail

L efficacite e nerge tique

L efficacite e nerge tique L efficacite e nerge tique 1. Principes généraux Une mesure «d efficacité énergétique» désigne toute action mise en œuvre par un agent économique afin de limiter la consommation d énergie liée à un usage

Plus en détail

Cette fiche vous fournit les éléments essentiels qui vous permettront de mieux comprendre les enjeux du chauffage dans votre logement.

Cette fiche vous fournit les éléments essentiels qui vous permettront de mieux comprendre les enjeux du chauffage dans votre logement. Si vous voulez construire une nouvelle maison ou entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du bien-être

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

Programme Shift Project sur la rénovation thermique des bâtiments. Brice Mallié

Programme Shift Project sur la rénovation thermique des bâtiments. Brice Mallié Programme Shift Project sur la rénovation thermique des bâtiments Brice Mallié L urgence à agir n est pas que climatique! Environnementale : 123 millions de tonnes de CO2 générées chaque année (25% du

Plus en détail

Projet de Loi de finances 2013

Projet de Loi de finances 2013 Projet de Loi de finances 2013 Crédit d impôt développement durable article 200 quater applicable à l acquisition des matériaux d isolation thermique des parois vitrées, des volets isolants et des portes

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012 Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France Synthèse Juillet 2012 RAPPEL DU CONTEXTE ET DES OBJECTIFS Réalisation d une étude sur le solaire thermique (STH) en IdF

Plus en détail

Le crédit d impôt développement durable

Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt dédié au développement durable en vigueur concerne les dépenses de travaux payées à compter du 1er janvier 2014 (dispositions issues de l article

Plus en détail

Analyse du confort da d n a s n les e b â b t â ime m n e t n s pe p r e for o ma m n a t n s

Analyse du confort da d n a s n les e b â b t â ime m n e t n s pe p r e for o ma m n a t n s Analyse du confort dans les bâtiments performants Patrice HENNIG, porte-parole, Energies et Avenir Cédric BEAUMONT directeur technique, COSTIC Jérôme MALDONADO responsable chaudières et brûleurs gaz et

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

Grenelle Environnement

Grenelle Environnement Grenelle Environnement Convention d engagements pour l accélération de la construction de «Bâtiments Basse Consommation» (BBC) Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre d Etat, ministre

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements et solutions fioul domestique.

Efficacité énergétique des logements et solutions fioul domestique. D a n s l e c a d r e d u s a l o n E n e r g i e s E x p o Jeudi 23 septembre 2010 Dossier de presse Efficacité énergétique des logements et solutions fioul domestique. Présentation et lancement de l

Plus en détail

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Jean Pascal Chirat Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Intervention Fnas Plan de l intervention Etat énergétique du parc des logements français selon les: Etiquettes

Plus en détail

Nouveau régime d aides financières pour les économies d énergie et l utilisation des énergies renouvelables dans le domaine du logement

Nouveau régime d aides financières pour les économies d énergie et l utilisation des énergies renouvelables dans le domaine du logement Conférence de presse Nouveau régime d aides financières pour les économies d énergie et l utilisation des énergies renouvelables dans le domaine du logement 13 septembre 2012 Régime actuel (2008-2012)

Plus en détail

Daikin Altherma haute température

Daikin Altherma haute température Daikin Altherma haute température LA SOLUTION IDÉALE POUR LA RÉNOVATION DE CHAUDIÈRE FIOUL CHAUFFAGE Haute performance Installation facile Économies EAU CHAUDE SANITAIRE 26 Facile à installer Idéale pour

Plus en détail

Les labels énergétiques des bâtiments

Les labels énergétiques des bâtiments Document n 2010-06-25, BBC Les labels énergétiques des bâtiments 1 Sommaire Introduction Rappels Les critères évalués Les repères énergétiques Exemple de réalisation RT 2005 Les exigences De la RT 2005

Plus en détail

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE DÉFINITION POURQUOI RÉDUIRE LA CONSOMMATION D ÉLECTRICITÉ CONTENU CO2 DE L ÉLECTRICITÉ MÉTHODES DE CALCUL CO2 QU EST-CE QUE LES CEE? PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE DÉFINITION Définition de l Ademe : «Pour réduire

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas?

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas? Mise à jour mars 2006 CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES AVANT-PROPOS Le crédit d impôt en faveur des économies d énergie et du développement durable constitue une triple opportunité : Il offre à l utilisateur

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LE CONTEXTE Un marché de l énergie fortement questionné Un marché de l énergie durablement haussier qui entraîne une perception nouvelle de l énergie l énergie est

Plus en détail

LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE DANS L IMMOBILIER. Présentation du 11 mars 2014 aux étudiants en BTS Professions Immobilières

LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE DANS L IMMOBILIER. Présentation du 11 mars 2014 aux étudiants en BTS Professions Immobilières LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE DANS L IMMOBILIER Présentation du 11 mars 2014 aux étudiants en BTS Professions Immobilières SOMMAIRE Le bâtiment et l énergie, un double enjeu L évolution et la valorisation

Plus en détail

>> >> >> Hybris Power. L écogénérateur : chauffer et produire de l électricité

>> >> >> Hybris Power. L écogénérateur : chauffer et produire de l électricité solaire bois pompes à chaleur Condensation fioul/gaz Hybris Power Chaudière murale gaz à écogénération ADVANCE L écogénérateur : chauffer et produire de l électricité Facture d énergie globale réduite

Plus en détail

Enquête éco-construction. Bilan et résultats

Enquête éco-construction. Bilan et résultats Enquête éco-construction Bilan et résultats Introduction Lancée sur l ensemble de la région Rhône-Alpes en juin 29 par le réseau des Chambres de Métiers et de l Artisanat de Rhône-Alpes et en partenariat

Plus en détail

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013.

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013. production locale d énergies renouvelables Performance énergétique des bâtiments Sobriété des usagers Les hommes et les femmes de Cofely Services vous accompagnent dans la Transition Energétique Conception,

Plus en détail

www.propane-monamour.fr L énergie est notre avenir, économisons-la!

www.propane-monamour.fr L énergie est notre avenir, économisons-la! L énergie est notre avenir, économisons-la! Bonnes raisons de faire du propane 2 3 un partenaire d avenir dès à présent Le propane s adapte à tous les besoins énergétiques et permet de répondre partout,

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Contact presse

DOSSIER DE PRESSE Contact presse DOSSIER DE PRESSE Contact presse BOSQ Christine Chargée de Communication Tél 04 68 68 26 14 c.bosq@congres-perpignan.com Communiqué de presse Le salon ECO-MAISON et des énergies renouvelables aura lieu

Plus en détail

Les Français et les énergies renouvelables Quatrième édition

Les Français et les énergies renouvelables Quatrième édition Les Français et les énergies renouvelables Quatrième édition Janvier 2014 1 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Qualit'EnR Echantillon : Echantillon de 1004 personnes, représentatif

Plus en détail

Chauffez votre maison pour 14 par mois sans réchauffer le climat

Chauffez votre maison pour 14 par mois sans réchauffer le climat Maison Basse mmation Chauffez votre maison pour 14 par mois sans réchauffer le climat Constructeur responsable et engagé dans la préservation de l environnement, Maisons Ericlor s est depuis longtemps

Plus en détail

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE [R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE Perspectives énergétiques pour un monde plus durable Synthèse du rapport 2015 image : Gemasolar, tour solaire de 15 MW, Espagne. CONTEXTE Cette année, la lutte contre les changements

Plus en détail

AGIR et Rénover + ACCOMPAGNER LES PROJETS DE RENOVATION ENERGETIQUE «PERFORMANTS» ACCOMPAGNER LES PROFESSIONNELS POUR DES PROJETS «PERFORMANTS»

AGIR et Rénover + ACCOMPAGNER LES PROJETS DE RENOVATION ENERGETIQUE «PERFORMANTS» ACCOMPAGNER LES PROFESSIONNELS POUR DES PROJETS «PERFORMANTS» La Région Provence-Alpes-Côte d Azur a mis en place une expérimentation qui a deux volets : - volet «grand public» : aider les ménages à améliorer les performances énergétiques et le confort de leur logement,

Plus en détail

La rénovation énergétique plus intéressante que l épargne!

La rénovation énergétique plus intéressante que l épargne! Investissement : 12 300 Capital 12 300 Placement WTC 15-A : Chaudière gaz à condensation et accessoires CESI avec 2 capteurs WTS-F1 et 1 préparateur ECS solaire WASol 310 3 850 4 900 8 560 Gaz : 600 /

Plus en détail

Confort thermique & Economies d énergie. Bien se chauffer en hiver sans faire flamber sa facture!

Confort thermique & Economies d énergie. Bien se chauffer en hiver sans faire flamber sa facture! COMMUNIQUE DE PRESSE www.voseconomiesdenergie.fr Rénovez, Economisez! CHAUFFAGE ISOLATION Confort thermique & Economies d énergie Bien se chauffer en hiver sans faire flamber sa facture! Les professionnels

Plus en détail

Les Vitrages à Isolation Renforcée

Les Vitrages à Isolation Renforcée Les Vitrages à Isolation Renforcée Vitrage à Isolation Renforcée En neuf et en réhabilitation, les VIR s imposent en tant que solutions efficaces et rentables Glasstec : 24 oct 2006 1 Les Vitrages à Isolation

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros)

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros) COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 645 Juin 2015 Consommations énergétiques des ménages en 2012 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION En 2012, la dépense moyenne annuelle en

Plus en détail

Certificats d Economies d Energie (CEE)

Certificats d Economies d Energie (CEE) Certificats d Economies d Energie (CEE) Bilan global du dispositif 30 janvier 2014 Cyrielle Borde, Service Climat, ADEME Dispositif des Certificats d économies d énergie (CEE) I. Fonctionnement du dispositif

Plus en détail

> Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier

> Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier > Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier Conseil Le conseil auprès : - Des investisseurs - Des installateurs - Des architectes et bâtisseurs Etude Une étude personnalisée pour

Plus en détail

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire Atelier 4 Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire 26 Février 2010 UNE AEU DANS LE CADRE DU PLU 10 thématiques en quatre ateliers Atelier n 1 Biodiversité Paysages et patrimoine Atelier

Plus en détail

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur Introduction En Europe, le secteur «bâtiment» consomme plus du tiers de l énergie globale. De ce fait, les logements représentent le plus grand gisement d économies d énergie. Ainsi, l amélioration de

Plus en détail

"Les incitations fiscales, les certificats d'économie d'énergie, la fiscalité verte?

Les incitations fiscales, les certificats d'économie d'énergie, la fiscalité verte? "Les incitations fiscales, les certificats d'économie d'énergie, la fiscalité verte? ingéniosité Crédit images J. DOMEAU Quelles sont les vraies opportunités de développement pour vos entreprises?" 1 Contexte

Plus en détail

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN FRANCE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL 2 Sommaire Le développement des EnR en France enregistre un ralentissement, imputable à des causes multiples,

Plus en détail

POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE

POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE La chaleur renouvelable : c est quoi? Au sens de la directive européenne1

Plus en détail

Les systèmes de chauffage domestique

Les systèmes de chauffage domestique Les systèmes de chauffage domestique Les objectifs d'apprentissage : Comprendre la différence entre chauffage autonome et chauffage central, Pouvoir identifier les différents types de systèmes de distribution

Plus en détail

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Analyse stratégique de la filière I. Description de la filière Les bâtiments résidentiels et tertiaires sont les plus consommateurs d'énergie en France (44 %) et la

Plus en détail

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050.

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. OBJECTIF FACTEUR /4 Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. Transition énergétique Le scénario GrDF GrDF exploite le réseau de distribution de

Plus en détail

SOLUTIONS D'EFFICACITÉ ACTIVE ET COMPLÉMENTARITÉ DES SOLUTIONS ACTIVES-PASSIVES D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE Présenté par Benoît Lemaignan / Denis Vermaut

SOLUTIONS D'EFFICACITÉ ACTIVE ET COMPLÉMENTARITÉ DES SOLUTIONS ACTIVES-PASSIVES D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE Présenté par Benoît Lemaignan / Denis Vermaut SOLUTIONS D'EFFICACITÉ ACTIVE ET COMPLÉMENTARITÉ DES SOLUTIONS ACTIVES-PASSIVES D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE Présenté par Benoît Lemaignan / Denis Vermaut AGENDA 1 CONTEXTE 2 OBJET DE L'ÈTUDE 3 MÈTHODE DE

Plus en détail

Le Plan Climat Energie de Paris en marche :

Le Plan Climat Energie de Paris en marche : DOSSIER DE PRESSE 05 décembre 2012 Le Plan Climat Energie de Paris en marche : Rénovation énergétique globale d une copropriété parisienne : la Fontaine d Aligre (12 ème arrondissement) Sommaire 1_ La

Plus en détail

TRANSITION ENERGETIQUE & CONSOMMATION D ENERGIE

TRANSITION ENERGETIQUE & CONSOMMATION D ENERGIE TRANSITION ENERGETIQUE & CONSOMMATION D ENERGIE 3 Enjeux 5 Objectifs 1 Un enjeu économique renforcer la compétitivité de l industrie française et diminuer la consommation de pétrole pour réduire le déficit

Plus en détail

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Cahier des charges «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Avertissement : les méthodes et ratios utilisés dans ce cahier des charges

Plus en détail

CEE : une aide au financement des travaux d économies d énergie

CEE : une aide au financement des travaux d économies d énergie CEE : une aide au financement des travaux d économies d énergie La rénovation et l amélioration de l habitat est un objectif majeur du Grenelle Environnement. 800 000 logements énergivores sont visés par

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides Les enjeux énergétique de l industrie du Limousin L industrie : 21 % des consommations régionales Baisse

Plus en détail

IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire

IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire Synthèse des principaux résultats Deux secteurs clés : le bâtiment et le transport de personnes 238 500 teq CO2 / an Le bâtiment

Plus en détail

Annexe promotion du gaz.doc 1

Annexe promotion du gaz.doc 1 Annexe : Présentation des actions de promotion du gaz naturel Depuis 2008, la promotion de l énergie gaz naturel est l un des grands enjeux de GrDF et constitue un poste de dépense à part entière pris

Plus en détail

11_ Coût global. Cette analyse présente un retour sur les simulations du coût global des maisons de Hunspach et de Ludwigswinkel.

11_ Coût global. Cette analyse présente un retour sur les simulations du coût global des maisons de Hunspach et de Ludwigswinkel. 11_ Coût global Cette analyse présente un retour sur les simulations du coût global des maisons de Hunspach et de Ludwigswinkel. P A N O P T I Q U E P o r t e r u n r e g a r d g l o b a l s u r l E d

Plus en détail

Energies et Avenir 8 terrasse Bellini 92807 Puteaux cedex E-mail : contact@energies-avenir.org www.energies-avenir.fr

Energies et Avenir 8 terrasse Bellini 92807 Puteaux cedex E-mail : contact@energies-avenir.org www.energies-avenir.fr Énergies et Avenir représente l ensemble des professionnels des systèmes à eau chaude pour le chauffage et l eau chaude sanitaire. L association rassemble les fournisseurs d énergie, les organisations

Plus en détail

Evolution des réglementations et contribution de l offre Facility Insights. Schneider Electric

Evolution des réglementations et contribution de l offre Facility Insights. Schneider Electric Evolution des réglementations et contribution de l offre Facility Insights Evolution des réglementations Directive européenne : European Energy Directive (EED) Loi DDADUE Audit ISO50001 RT2012 Un environnement

Plus en détail

>> 70% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa place partout

>> 70% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa place partout solaire bois pompes à chaleur Condensation fioul/gaz Kaliko CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE EASYLIFE L air, source d eau chaude >> 70% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa

Plus en détail

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46 CAHORS 21 janvier 2010 DDT 46 Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments Introduction Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2. COFHUAT 6 décembre 2007

Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2. COFHUAT 6 décembre 2007 Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2 COFHUAT 6 décembre 2007 Les enjeux de la rénovation du patrimoine immobilier public face à la réduction des émissions

Plus en détail

Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier

Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier Le contexte et les enjeux du secteur du bâtiment En France Le Bâtiment est en France le plus gros consommateur d énergie parmi tous les secteurs

Plus en détail

QUALIFICATIONS ET CERTIFICATIONS RGE

QUALIFICATIONS ET CERTIFICATIONS RGE QUALIFICATIONS ET CERTIFICATIONS RGE en rénovation Le recours a un professionnel RGE est obligatoire crédit d impôt pour la transition énergétique (CITE), éco-prêt à taux zéro. pas obligatoire Catégories

Plus en détail

Les solutions PAC : bilan et perspectives

Les solutions PAC : bilan et perspectives Mercredi 6 novembre 2013 Les solutions PAC : bilan et perspectives Intervenants: Valérie Laplagne, Responsable ENR, Uniclima Thierry Nille, Président AFPAC Les solutions PAC, bilan et perspectives 1 RASSEMBLONS

Plus en détail

tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la!

tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la! tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la! Chauffage urbain, mode d emploi Un réseau de chauffage urbain est un chauffage central à l échelle d une ville. Un réseau

Plus en détail

Tout savoir sur la pompe à chaleur

Tout savoir sur la pompe à chaleur VOTRE PROJET DE POMPE À CHALEUR Tout savoir sur la pompe à chaleur Le guide Daikin vous apporte toutes les informations nécessaires pour comprendre, choisir et installer votre future pompe à chaleur. Laissez-vous

Plus en détail

RT 2012 / BBC : nos solutions performantes. climat d innovation

RT 2012 / BBC : nos solutions performantes. climat d innovation RT 2012 / BBC : nos solutions performantes climat d innovation Les principales solutions Viessmann pour les Bâtiments Basse Consommation qui préfigurent la nouvelle Règlementation Thermique 2012 Performance

Plus en détail

L'éco-prêt, pour qui, pour quoi?

L'éco-prêt, pour qui, pour quoi? L'éco-prêt, pour qui, pour quoi? L'éco-prêt à taux zéro est un engagement du grenelle de l'environnement. Il permet, grâce à la rénovation énergétique de réduire les consommations d'énergie et les émissions

Plus en détail

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B Chauffage par pompe à chaleur Construction neuve u n i v e r s a l c o m f o r t 0 810 810 142 Guide des solutions durables CIAT N 08.54 B Pompes à chaleur : faites le plein d avantages! Pompe à chaleur

Plus en détail

ADEME. Les Français et les Energies Renouvelables. Baromètre 2010

ADEME. Les Français et les Energies Renouvelables. Baromètre 2010 ADEME Les Français et les Energies Renouvelables Baromètre Contexte de l étude La France mise sur le développement des énergies et matières renouvelables pour : Réduire sa dépendance à la fois sur le plan

Plus en détail

Les Français et l énergie

Les Français et l énergie Les Français et l énergie Ministère de l Économie, des Finances et de l Industrie novembre 2005 Note méthodologique Etude réalisée pour :Le Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie par l

Plus en détail

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013 Sommaire Les enjeux Les engagements Le constat énergétique Efficacité du parc de bâtiments tertiaires Le cadre réglementaire test pied de page 2 bâtiment tertiaire- les enjeux Triple enjeux de la transition

Plus en détail

le faire réaliser? le DPE, par qui Le diagnostiqueur Le coût du DPE

le faire réaliser? le DPE, par qui Le diagnostiqueur Le coût du DPE le DPE, par qui le faire réaliser? Le diagnostiqueur C est un professionnel du bâtiment dont les compétences doivent être certifiées par un organisme accrédité par le COFRAC (Comité français d Accréditation).

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

Saint-Etienne Châteaucreux.

Saint-Etienne Châteaucreux. Saint-Etienne Châteaucreux. Un nouveau quartier au cœur naturellement chaleureux! Châteaucreux : quand tout un quartier fait le choix de l avenir. Projet ambitieux, le nouveau Châteaucreux a pour objectif

Plus en détail

Enéides propose, après analyse des besoins du client:

Enéides propose, après analyse des besoins du client: L énergie et le réchauffement climatique sont des enjeux majeurs du 21ème siècle. La disponibilité et le coût respectif des différentes énergies rendent nécessaire la maîtrise de nos consommations et un

Plus en détail

Plan Stratégique Energétique

Plan Stratégique Energétique Plan Stratégique Energétique I Contexte général 1 Part de l énergie du logement dans la consommation globale Le bâtiment, premier consommateur d énergie en France. 2 2 Enjeux internationaux L Union Européenne

Plus en détail

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015 Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT 10 septembre 2015 Diagnostic Énergie Climat du territoire : 1 Les objectifs de la loi de transition énergétique pour la croissance verte et

Plus en détail

Contribution à l enquête. publique SRCAE Ile de France. 19 septembre 2012 LE FIOUL DOMESTIQUE : UNE COMPOSANTE INCONTOURNABLE DU BOUQUET

Contribution à l enquête. publique SRCAE Ile de France. 19 septembre 2012 LE FIOUL DOMESTIQUE : UNE COMPOSANTE INCONTOURNABLE DU BOUQUET Contribution à l enquête publique SRCAE Ile de France 19 septembre 2012 LE FIOUL DOMESTIQUE : UNE COMPOSANTE INCONTOURNABLE DU BOUQUET ENERGETIQUE FRANÇAIS. Ignorer les progrès considérables des matériels

Plus en détail

Soirée des conseillers syndicaux. 15 Mai 2014

Soirée des conseillers syndicaux. 15 Mai 2014 Soirée des conseillers syndicaux 15 Mai 2014 Présentation Société ACCEO Un bureau d études spécialisé dans 3 domaines à forte technicité Ascenseur et Transport Vertical Efficacité Energétique Accessibilité

Plus en détail

Habitat Facteur 4 Etude d une réduction des émissions de CO 2 liées au confort thermique dans l'habitat à l'horizon 2050

Habitat Facteur 4 Etude d une réduction des émissions de CO 2 liées au confort thermique dans l'habitat à l'horizon 2050 Habitat Facteur 4 Etude d une réduction des émissions de CO 2 liées au confort thermique dans l'habitat à l'horizon 2050 CNRS - Energies Demain EDF-R&D GDF SUEZ Jean-Pierre Traisnel - Nicolas Houdant Damien

Plus en détail

Améliorer l efficacité énergétique de son habitat

Améliorer l efficacité énergétique de son habitat Améliorer l efficacité énergétique de son habitat Aujourd hui, face aux problèmes climatiques et environnementaux, les réglementations, notamment suite au Grenelle de l environnement, se multiplient. Elles

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

Faire progresser la performance énergétique des logements rénovés dans le cadre des opérations programmées de l Anah (OPAH, PST, PIG, )

Faire progresser la performance énergétique des logements rénovés dans le cadre des opérations programmées de l Anah (OPAH, PST, PIG, ) 04/10/2007 Pascal Lemonnier Éric Lagandré Evaluation évolution énergétique des OPAH : Faire progresser la performance énergétique des logements rénovés dans le cadre des opérations programmées de l Anah

Plus en détail

Economies d'énergie dans les réseaux fluidiques: transformer les obligations et incitations réglementaires en vraies économies.

Economies d'énergie dans les réseaux fluidiques: transformer les obligations et incitations réglementaires en vraies économies. Economies d'énergie dans les réseaux fluidiques: transformer les obligations et incitations réglementaires en vraies économies Membre de la FIM Qui sommes-nous? 140 adhérents 4 marchés Un réseau de partenaires

Plus en détail

Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités

Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités Direction des bâtiments 24 mars 2009 Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités Présentation de l'analyse énergétique du patrimoine de la Ville de Villeurbanne

Plus en détail

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 6 juillet 2010

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 6 juillet 2010 Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 6 juillet 2010 L élaboration de la RT 2012 Une concertation large et structurée 2 ans de travaux depuis septembre 2008 13 groupes de travail thématiques

Plus en détail

La maison gaz naturel basse consommation

La maison gaz naturel basse consommation La maison gaz naturel basse consommation Construction individuelle neuve Pourquoi opter pour une maison basse consommation au gaz naturel? Vous êtes au cœur d un projet important : la construction d une

Plus en détail