Le choix du système de chauffage dans les logements neufs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le choix du système de chauffage dans les logements neufs"

Transcription

1 Le choix du système de chauffage dans les logements neufs Constats et propositions Octobre 2007 D après une enquête conduite par Batim-Etudes auprès des maîtres d ouvrages (particuliers et professionnels)

2 Le choix du système de chauffage dans les logements neufs Sommaire Introduction : En matière de CO 2, demain se décide aujourd hui par Hervé Thelinge, Président d Energies et Avenir 1. Le choix du mode de chauffage dans le logement neuf - Synthèse des principaux résultats de l étude Energies et Avenir / Batim-Etudes 2. Le système de chauffage à eau chaude (descriptif et caractéristiques) 3. Les propositions d Energies et Avenir - Favoriser des systèmes de chauffage évolutifs et performants dans la construction neuve ; - Réduire de 25 à 30 % les émissions de CO 2 dans le parc existant en incitant à la modernisation des équipements et en généralisant leur maintenance ; - Disposer de moyens efficaces pour former et informer les publics concernés par le développement du chauffage durable. Annexe : présentation de l Association Energies et Avenir Contact : Iris DAVAINE

3 En matière de CO 2, demain se décide aujourd hui Sommes-nous en train de nous doter d un parc immobilier incompatible avec nos objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre? Pour lutter contre le réchauffement climatique, le cap fixé par la France est de proposer une division par un Facteur 4 de ses émissions de gaz à effet de serre à l horizon Pour atteindre ce Facteur 4 et pour diversifier son bouquet énergétique, la France doit donc réfléchir à sa première dépense énergétique : le chauffage des bâtiments résidentiels et tertiaires. Chaque système de chauffage retenu dans le résidentiel tertiaire neuf sera celui des 20 à 25 prochaines années (au moins) et les choix réalisés aujourd hui dans les nouveaux logements nous engagent pour le siècle à venir. Il est donc important de comprendre ce qui motive (ou décourage) celui qui prend la décision du système de chauffage. Ce maître d ouvrage peut être le particulier qui fait construire sa maison, le promoteur privé de logements collectifs ou de maisons groupées, le promoteur public ou encore le constructeur de maison individuelle. C est l objet de l enquête conduite par Batim-Etudes et présentée dans le chapitre qui suit. Ces maîtres d ouvrage ont aujourd hui le choix principalement entre chauffage électrique direct, pompe à chaleur ou système de chauffage à eau chaude. Toutefois, il existe un décalage entre le souhait des maîtres d ouvrage et leur décision finale. En effet, on assiste à un développement massif du chauffage électrique direct du fait de son faible coût d installation. Ce système représente aujourd hui 60 % des chauffages installés dans les constructions neuves alors qu une majorité des personnes interrogées préférerait une solution utilisant les énergies renouvelables comme la géothermie ou le solaire. Or, ce recours systématique à l énergie électrique pour le chauffage est unique en Europe. S il perdure, il aurait pour conséquence de multiplier par quatre la production d électricité en et de limiter la diminution des gaz à effet de serre. Car l électricité utilisée pour le chauffage est produite principalement à partir de centrales thermiques nécessaires pour répondre au pic de demande de l hiver. Le chauffage à eau chaude est quant à lui multi-énergies et réversible. C est un vecteur de développement des énergies renouvelables (bois énergie, solaire, agrocombustible) et des technologies de demain (micro-cogénération et pile à combustible notamment). Il dispose d un potentiel d amélioration énergétique sans équivalent et allie performance économique et confort. Il est donc frappant de constater que particuliers et professionnels considèrent qu un système de chauffage doit allier le confort, une facture minimum et des énergies renouvelables, mais qu une large majorité retient finalement le système le moins coûteux à l installation. La protection de l environnement est dans les esprits et dans les règlementations des bâtiments, mais elle s efface devant un problème de financement. Selon nous, la baisse des émissions dues au chauffage passe avant tout par un rééquilibrage du bouquet énergétique grâce notamment aux incitations financières (comme le crédit d impôts) et à des outils de financement adaptés. La mise en place d un Observatoire des émissions de CO 2 par système de chauffage paraît également indispensable. Dans le logement neuf comme dans l ancien, nous proposons donc des mesures (voir chapitre 3) permettant de réconcilier les objectifs de réduction du CO 2 avec les impératifs économiques mais aussi les attentes de confort. Hervé Thelinge Président d Energies et Avenir 1 Rapport de l OPECST «Changement climatique et transition énergétique» - Juillet

4 1. Le choix du mode de chauffage dans le logement neuf Synthèse des principaux enseignements de l enquête Batim-Etudes Energies et Avenir a demandé à la société Batim-Etudes de conduire une enquête auprès des particuliers et des professionnels sur leurs attitudes en matière de choix énergétiques dans les logements neufs. Batim-Etudes a interrogé un échantillon représentatif national de 400 particuliers ayant obtenu un permis de construire pour une maison neuve isolée au cours du premier semestre Ces derniers, par opposition aux acheteurs de logements neufs en immeubles collectifs ou en maison groupées, sont supposés être maîtres de leurs choix énergétiques. Parallèlement, un échantillon de 160 professionnels (promoteurs privés et publics, constructeurs de maisons individuelles) ont également répondu à cette enquête. Méthodologie de l étude : Etude auprès de particuliers faisant construire une maison individuelle. Cette étude a eu pour support l interview d un échantillon national représentatif de 400 particuliers ayant obtenu l autorisation de construire une maison neuve isolée, au cours du 1 er trimestre L échantillon a été constitué par tirage aléatoire après stratification par région. Les interviews ont eu lieu par téléphone au domicile des personnes interrogées dans le courant du mois de mai Etude auprès des constructeurs de maisons individuelles. Cette étude a eu pour support l interview d un échantillon de 50 responsables techniques de sociétés de constructions de maisons individuelles construisant plus de 20 maisons par an. Les interviews ont eu lieu dans le courant du mois de mai Etude auprès des promoteurs de logements collectifs et de maisons individuelles groupées. Cette étude a eu pour support l interview d un échantillon national représentatif de responsables techniques de promoteurs privés ou publics ayant obtenu, au cours du 1 er trimestre 2007, au moins un permis de construire pour une opération de logements neufs. Les interviews ont eu lieu par téléphone dans le courant du mois de mai Les résultats ont été redressés en accordant à chacune des 11 catégories un poids proportionnel à celui qui fut le sien en 2006 sur le marché de la construction neuve de logements collectifs et de maisons individuelles groupées (déclarés commencés)

5 1. Les particuliers : une majorité aimerait un système de chauffage écologique et économe à long terme mais y renonce face au coût d installation Une certaine frustration dans le choix final du particulier Une majorité de particuliers (58 %) faisant construire leur maison individuelle déclarent n avoir pas choisi le système de chauffage qu ils auraient souhaité. Ainsi, plus de la moitié d entre eux (51 %) équipent leur maison individuelle avec un système de chauffage électrique direct (convecteurs, planchers et panneaux rayonnants) alors que ce système n est considéré idéal que par 15 % d entre eux. En revanche, 68 % préféreraient une solution utilisant la géothermie / pompe à chaleur air-eau ou le solaire, alors que ces deux solutions ne représentent que 2 installations sur 10, le solaire étant quasiment absent dans le système de chauffage (1 %) et symbolique dans la production d eau chaude sanitaire (4 %). Des critères financiers immédiats qui effacent les motivations environnementales et de long terme Dans près de 80% des cas, la raison du renoncement au système souhaité est financière. D autres raisons étant très rarement évoquées (autres priorités 3 %, configuration du terrain 3 %, etc.). Plus généralement, la raison déterminante du choix final d un système de chauffage reste le coût de l installation, nettement devant le confort et le coût d utilisation. A noter que les questions d environnement ne sont considérées comme déterminantes dans la décision finale que par 9 % des particuliers et les crédits d impôts et aides publiques par 3 %

6 Pourtant, lorsqu on évoque le chauffage que l on aurait souhaité installer, hors contraintes financières ou techniques, les motivations sont bien différentes : la protection de l environnement est citée en premier (60%) pratiquement à égalité avec le coût global (55%), c est à dire celui qui prend en compte la rentabilité à long terme. Viennent ensuite la notion de confort (17 %), puis de manière plus anecdotique les notions de simplicité (7%) d esthétique (3%) ou de modernité. L économie réalisée à l installation devient en outre le dernier critère. De même, alors qu ils déclarent avoir finalement décidé sur le critère du coût d installation, les particuliers indiquent que les deux premières qualités d un chauffage performant sont le confort et une facture de chauffage minimum pour les deux tiers des particuliers et l utilisation d énergies renouvelables pour un tiers d entre eux. Le coût d installation en tant que critère dominant avantage nettement les systèmes de chauffage peu évolutifs et ne favorise pas les énergies renouvelables Les particuliers donnent majoritairement la priorité au système de chauffage (61 %) plutôt qu à l énergie (39 %) lorsqu ils décident de l équipement de leur maison individuelle. L image de l énergie entre d ailleurs peu en ligne de compte dans le choix des particuliers, à l exception des énergies renouvelables telles que la géothermie et le bois. Cette approche avantage les systèmes de chauffage électrique direct (convecteurs, panneaux rayonnants) qui représentent l équipement le plus retenu par les particuliers et sont choisis dans 72 % des cas selon le critère dominant du coût d installation. Les autres critères deviennent négligeables, notamment le confort (11 %) ou la protection de l environnement (2 %). En revanche, les particuliers choisissant un système de chauffage à eau chaude (ou chauffage central) le font en priorité pour le confort, le faible coût d utilisation et la protection de l environnement selon qu ils s équipent de chaudière à gaz ou fioul (le confort étant le critère numéro 1) ou de chaudières à bois ou pompes à chaleur (le coût d utilisation et la protection de l environnement étant dans ces deux cas les deux premiers critères de choix)

7 Enfin, pour la majorité des maisons non équipées avec des énergies renouvelables (62 %), la raison est essentiellement financière (47 % déclarent que «le coût est trop élevé»). Des sources d information et des influences multiples qui aboutissent toutefois à un choix plutôt homogène Les sources d information des particuliers pour décider de leur système de chauffage sont multiples. Si les conseils du constructeur de maisons individuelles sont cités le plus souvent (31 % des personnes interrogées), ils sont suivis de près par ceux des amis, de la famille ou de relations (30 %), d un fournisseur d énergie (28 %), de la presse et d Internet (21 %) ou encore d un installateur de chauffage (19 %). On notera que les architectes/maîtres d œuvre et les organismes spécialisés sont peu consultés (respectivement 8 % et 6 %). Selon la décision finale, on remarque que l influence du constructeur de la maison aboutit plus souvent au choix d un système électrique (49 % des cas), celui de la famille ou des amis à celui d un chauffage au gaz, au fioul ou au bois (40 à 45 %)

8 Le conseiller le plus influent reste toutefois le constructeur de la maison. Mais que ce soit lui ou le particulier lui-même qui rédige le descriptif technique, il y a peu de différence dans le système de chauffage final qui est électrique dans 8 cas sur

9 2. Les constructeurs de maisons individuelles : comme chez les particuliers, un décalage entre les souhaits, les qualités attendues et les décisions finales Les constructeurs de maisons individuelles interrogés ont retenu trois fois sur quatre lors de leurs dernières réalisations un système de chauffage électrique direct (convecteurs, panneaux rayonnants, planchers rayonnants). Les systèmes à eau chaude (gaz, fioul, géothermie, bois) sont donc très minoritaires. La raison de ce choix, comme pour les particuliers, est d abord liée au faible coût d installation cité comme critère majeur neuf fois sur dix. Le faible coût d utilisation n est cité que quatre fois sur dix et la protection de l environnement deux fois sur dix. Dans ce contexte, les mesures pour réduire la consommation énergétique des maisons sont essentiellement tournées vers le renforcement de l isolation (les trois quarts des citations) et l utilisation des énergies renouvelables est rarement citée (moins de 20 %) comme la mesure la plus efficace. Pourtant, près de sept constructeurs de maisons individuelles sur dix citent la géothermie / pompe à chaleur air-eau comme le système idéal de chauffage. Et ils considèrent majoritairement que les principales qualités d un système de chauffage sont le confort (pour deux constructeurs sur trois) et une facture de chauffage minimum (pour plus de la moitié d entre eux)

10 3. Les promoteurs publics et privés : des logiques économiques différentes mais des jugements assez proches sur le système idéal et ses qualités Les promoteurs interviennent aussi bien pour des logements individuels que collectifs. Les promoteurs privés installent majoritairement du chauffage électrique direct (dans 70 % des cas) alors que les promoteurs publics préfèrent du chauffage au gaz ou au fioul (presque 7 fois sur 10 également). Ces choix sont très ancrés dans les pratiques professionnelles puisque 6 à 7 fois sur 10, aucune autre solution de chauffage n a été étudiée. Très logiquement, le coût d installation prime pour les promoteurs privés (il est décisif dans 40 % des cas) alors que les critères de choix des promoteurs publics sont plus diversifiés et laissent bien entendu une place plus importante au coût d utilisation et de consommation (deux à trois plus décisif dans le public que dans le privé)

11 Mais ce qui est sans doute plus intéressant, c est que ces acteurs professionnels aux logiques économiques différentes se rejoignent dans leur perception du chauffage idéal et de ses qualités. Ainsi, que les promoteurs soient publics ou privés, l installation de chauffage idéale utiliserait selon eux la géothermie / pompe à chaleur air-eau, le chauffage solaire ou le chauffage individuel au gaz ou au fioul (éventuellement avec des matériels récents comme les chaudières à condensation). Dans ce palmarès, les systèmes électriques directs sont cités en dernier. De la même manière, les différents promoteurs se rejoignent sur les qualités d un chauffage performant qui doit être confortable (61 %), permettre une facture minimum (49%) et utiliser les énergies renouvelables (30 %)

12 2. Le système de chauffage à eau chaude Descriptif et caractéristiques Description : le principe du chauffage à eau chaude est une boucle dans laquelle circule de l eau chauffée de 30 C à 60 C distribuée vers des émetteurs de chaleur (radiateurs ou planchers chauffants) qui diffusent la chaleur de l eau dans les pièces. Le chauffage de l eau est assuré par un générateur qui peut être une chaudière, des panneaux solaires, une pompe à chaleur, une cogénération, etc. L ensemble est piloté par une régulation centralisée, de préférence programmable. Caractéristiques : le chauffage à eau chaude est le système qui permet le mieux de mettre en place des systèmes durables à la fois multi-énergies, substituables et réservant une part croissante à la chaleur d origine renouvelable. Il faut donc les maintenir dans le bâtiment existant et les développer dans le bâtiment neuf. 1. Un chauffage multi-énergies et substituable : il est par nature le mieux à même de supporter une transition énergétique qui consiste à développer le mix énergétique, en changeant d énergie sans changer d équipement et en y faisant une place de plus en plus large aux énergies renouvelables. 2. Un vecteur de développement des énergies renouvelables : contrairement à l option électrique, le chauffage à eau chaude est compatible avec toutes les énergies renouvelables, notamment les plus porteuses d avenir (biomasse, géothermie, solaire ). Les systèmes innovants, enjeux de demain : des technologies prometteuses nous permettront à l avenir de réduire encore davantage nos émissions de gaz à effet de serre. En utilisant une microcogénération fonctionnant au gaz naturel, le consommateur obtiendra un rendement élevé pour assurer chauffage et production d eau chaude et deviendra producteur d électricité au-delà de ses propres consommations. Les piles à combustible auront également un fonctionnement particulièrement propre puisque ne produisant que de l'eau et consommant uniquement des gaz

13 3. Les propositions d Energies et Avenir Proposition n 1 : Favoriser des systèmes de chauffage évolutifs et performants dans la construction neuve Pistes de travail : - Eviter une augmentation progressive des émissions de CO 2 due au chauffage des bâtiments. L électricité d origine thermique destinée à la production de chaleur est en constante progression et entraîne une augmentation de ses émissions de CO 2. D un contenu de 180 g de CO 2 par KWh en , ces émissions de gaz à effet de serre ont déjà augmenté de près de 15%. A ce rythme, elles atteindront à l horizon 2010 des niveaux d émissions équivalentes voire supérieures à celles d énergies traditionnelles. Dans ce cadre, l objectif de diversification du bouquet énergétique est essentiel et les choix entre les différents systèmes de chauffage sont tout aussi déterminants que celui des énergies. - Rééquilibrer la part des systèmes de chauffage dans le neuf. En effet, la part de marché du chauffage électrique dans les logements neufs a ainsi atteint plus de 70 % des permis de construire accordés en 2006, dont 59,8% de chauffage électrique direct. Ce déséquilibre dans la consommation énergétique et dans la répartition des systèmes de chauffage risque d entraîner une augmentation globale des émissions de CO 2 produites par le secteur du bâtiment et d affecter le développement des énergies renouvelables. Le rééquilibrage dans la construction neuve permettra de limiter l augmentation des consommations d électricité dans le parc résidentiel et tertiaire construit à partir de 2007 et d éviter une hausse des émissions de CO 2. Mesures proposées par Energies et Avenir : - Etendre le crédit d impôt de 50 % à l installation de chaudières à condensation dans les bâtiments neufs. Leur performance, en termes de consommation d énergie primaire, est comparable à celle des pompes à chaleur, qui bénéficient d un crédit d impôt de 50 %. - Valoriser les meilleurs labels de haute performance énergétique et environnementale

14 Proposition n 2 : Réduire de 25 à 30 % les émissions de CO 2 dans le parc existant en incitant à la modernisation des équipements et en généralisant leur maintenance Pistes de travail : - Inciter à la modernisation des équipements de chauffage. Le taux de renouvellement actuel des 13,5 millions de chaudières est inférieur à 5 % par an. Chaque renouvellement d un système de chauffage vétuste (une chaudière sur trois a plus de 15 ans) permet d économiser jusqu à de 30 % de CO 2 émis (soit 2 tonnes/an pour une chaudière individuelle et 30 tonnes pour une chaudière collective). - Développer l utilisation des énergies renouvelables à travers l implantation de chauffages à eau chaude. Le système de chauffage à eau chaude est davantage porteur d utilisation d énergies renouvelables que le chauffage électrique direct : bois, biogaz, géothermie, solaire thermique, agrocombustibles. L association d une chaudière et d un capteur solaire permet 30 % d économie de CO 2, l utilisation d une pompe à chaleur réduit de moitié les émissions de CO 2. Les réseaux de chauffage urbain à eau chaude constituent un excellent vecteur pour les énergies renouvelables. Ils utilisent déjà plus de 20% d énergies renouvelables pour chauffer 3 millions d équivalents habitants et génèrent plus de 32% de la chaleur distribuée à partir de la cogénération. - Généraliser la maintenance des équipements de chauffage. La généralisation de la maintenance est à la fois une source d amélioration des performances énergétiques et une activité fortement créatrice d emplois. On estime que la moitié seulement du parc installé de systèmes de chauffage fait l objet de contrats d entretien. Pourtant la maintenance à elle seule peut engendrer jusqu à 10 % d économies d énergies et un contrat d exploitation avec garantie de résultats dans le collectif résidentiel ou tertiaire (public ou privé), jusqu à 20% selon les situations. Mesure proposée par Energies et Avenir : - Combiner les incitations dont l efficacité pour déclencher le développement des nouvelles technologies performantes est aujourd hui avérée et la réglementation. Au niveau des incitations, deux leviers pourraient ainsi être actionnés : => appliquer le principe d équité sur les aides fiscales des matériels à performances similaires ; => inclure dans la politique d incitation une aide globale sur le surcoût des systèmes de chauffage à eau chaude (un dispositif d incitations fondé sur des seuils de consommation annuels d énergie primaire, en kwh / m² y contribuerait), le coût des contrats de maintenance et des aides fiscales pour les bailleurs privés. Quant à la réglementation, elle doit être conçue par étapes et programmée dans le temps pour permettre aux acteurs industriels et aux entreprises d installateurs d anticiper les adaptations nécessaires. Il est nécessaire également qu elle soit cohérente avec le calendrier des réglementations en préparation au niveau européen

15 Proposition n 3 : Disposer de moyens efficaces pour former et informer les publics concernés par le développement du chauffage durable Trois publics doivent être sensibilisés à la problématique du chauffage dans le cadre du respect de l environnement et de l évolution énergétique : les décideurs, les professionnels et le grand public. Plusieurs outils permettraient une meilleure information de ces publics. Mesures proposées par Energies et Avenir : - Mettre en place un Observatoire officiel des émissions de CO 2 et des performances énergétiques par énergie et par système de chauffage pour assurer le suivi des objectifs de réduction des gaz à effet de serre et orienter les futures réglementations. Actualiser dans ce cadre les références servant à la réglementation, notamment en ce qui concerne les émissions de CO 2 par kwh des différentes énergies et leur évolution prévisible à ans (durée de vie moyenne d un système de chauffage). Mener des études économiques, notamment sur le financement des équipements performants et son retour sur investissement. - Centraliser les données issues du Diagnostic de Performance Energétique ; cette proposition figure dans le rapport du groupe de travail «Facteur 4» remis aux ministres de l Industrie et de l Ecologie. Les données issues de ce diagnostic permettront un suivi des consommations des logements selon l'âge et le système de chauffage. L objectif est que le DPE devienne un outil efficace et incitatif. Il s agirait d une première étape du principe de contrôle d application et de respect de la réglementation actuelle. - Favoriser la formation des professionnels du chauffage aux nouvelles technologies. La formation des professionnels assurant l installation et la maintenance des systèmes de chauffage à eau chaude est un véritable enjeu. En effet, avec l avènement ou le développement de nouvelles sources d énergie (solaire, géothermie, biomasse, agrocombustibles, etc ) et l apparition de nouveaux générateurs de plus en plus sophistiqués (pompes à chaleur, chaudières à condensation, micro-cogénération), il devient essentiel d actualiser leurs compétences afin qu il puissent à la fois répondre aux demandes d installation des particuliers et des collectivités, et assurer des services de maintenance optimaux, à la hauteur des nouvelles performances de ces matériels

16 Annexe Energies et Avenir : Association des Professionnels pour un chauffage durable Energies et Avenir regroupe l ensemble des professions de la filière du chauffage à eau chaude individuel ou collectif. Elle réunit les fournisseurs d énergies, les organisations professionnelles du bâtiment, de l exploitation maintenance et entretien, ainsi que les fabricants et distributeurs d équipement. Mission : La mission de l association est de proposer aux acteurs concernés des solutions permettant de relever les défis énergétiques et environnementaux qui s annoncent. Il s agit aussi, avec tous les acteurs du monde de l énergie et du logement, de concourir à leur mise en œuvre et à leur suivi. Energies et Avenir (auparavant EC2), est reconnue pour son expertise technique dans le domaine de la thermique des bâtiments et comme un interlocuteur de référence de l administration. Filière professionnelle : La filière chauffage à eau chaude regroupe un large éventail de métiers : constructeurs, installateurs artisans et petites entreprises du bâtiment, distributeurs d énergie, exploitants, industriels, grossistes / négociants. Le développement du chauffage à eau chaude est donc un gisement d emplois de proximité et non délocalisables : ce système requiert l intervention de professionnels qualifiés pour en assurer l installation et la maintenance (en moyenne un emploi toutes les 200 installations). La filière chauffage à eau chaude représente aujourd hui un chiffre d affaires de 75 milliards d Euros et emploie personnes en France. Les membres d Energies et Avenir siégeant au Conseil d Administration : - ACR (Association Confort Régulation) - CAPEB (Confédération de l Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) - CFBP (Comité Français du Butane et du Propane) - Chauffage Fioul (Association pour l Utilisation Performante du Fioul Domestique) - CTCC (Centre Technique du Cuivre pour les Canalisations) - FF3C (Fédération Française des Combustibles, Carburants et Chauffages) - FG3E (Fédération Française des Entreprises Gestionnaires de Services aux Equipements, à l Energie et à l Environnement) - FNAS (Fédération nationale des Négociants en Appareils Sanitaires, chauffage, climatisation et canalisation) - Gaz de France - GFCC (Groupement de Fabricants de matériel de Chauffage Central par eau chaude et de production d eau chaude sanitaire) - Profluid (Association Française des pompes et de la robinetterie) - UCF / FFB (Union Climatique de France) - UNCP / FFB (Union Nationale des Chambres Syndicales de Couverture et de Plomberie)

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas?

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas? Mise à jour mars 2006 CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES AVANT-PROPOS Le crédit d impôt en faveur des économies d énergie et du développement durable constitue une triple opportunité : Il offre à l utilisateur

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Lundi 24 juin 2013 La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Service de Presse 04 67 22 81 31 /// 04 67 22 80 47 presse-region@cr-languedocroussillon.fr Convaincue

Plus en détail

Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments

Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments climat d innovation Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments Les aides financières à disposition des ménages Edition 2012 Essayons d y voir plus clair 2/3 Les décisions du Grenelle de l Environnement

Plus en détail

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé VOUS AVEZ UN PROJET DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 EDITION 2015 avec la mention RGE et le CITE Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé SOMMAIRE ECO PTZ P.2 CREDIT D IMPÔT

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, UNE PRIORITÉ POUR LA MARTINIQUE La Martinique

Plus en détail

Choisir un professionnel compétent

Choisir un professionnel compétent L habitat Choisir un professionnel compétent COMPRENDRE Pour des bâtiments économes en énergie Édition : février 2015 sommaire glossaire introduction Faites appel à des professionnels compétents... 3 Des

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous.

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous. Madame, Monsieur, Dans un courrier électronique en date du 10 février 2014, vous nous avez interrogés en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique. Nous vous prions

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif. Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude

La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif. Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude Étude 2011 La rénovation énergétique des logements collectifs à

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

Énergie décentralisée : La micro-cogénération

Énergie décentralisée : La micro-cogénération Énergie décentralisée : La micro-cogénération Solution énergétique pour le résidentiel et le tertiaire Jean-Paul ONANA, Chargé d activités projet PRODÉLEC PRODuction et gestion de la production d ÉLECtricité

Plus en détail

la micro-cogénération au bois sort de l ombre

la micro-cogénération au bois sort de l ombre Références Biomasse : la micro-cogénération au bois sort de l ombre Le contexte énergétique actuel, favorable aux énergies renouvelables, amène un regain d intérêt pour le bois-énergie, comme en témoigne

Plus en détail

Résumé et comparaison des coûts

Résumé et comparaison des coûts Salon Greentech Fribourg Energies de chauffage Etat des lieux et perspectives Résumé et comparaison des coûts des différents systèmes de chauffage Jeudi 22 octobre 29 1 Comparaison des vecteurs énergétiques

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

Crédit impôts énergie renouvelable développement durable 2015

Crédit impôts énergie renouvelable développement durable 2015 Crédit impôts énergie renouvelable développement durable 2015 Depuis la loi de finances pour 2005, a été créé un crédit d'impôt dédié au développement durable et aux économies d'énergie. S inscrivant dans

Plus en détail

ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE

ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE 2 1 LE CONTEXTE LES OBJECTIFS DES DIRECTIVES ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE Protéger l environnement (1), sécuriser l approvisionnement énergétique (2)

Plus en détail

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Préambule Venir chez SE2M, c est vous faire profiter de notre expertise de plus de 10 ans d expérience dans l exercice de notre

Plus en détail

Installateur en Chauffage, Climatisation, Sanitaire et Energies Renouvelables en alternance

Installateur en Chauffage, Climatisation, Sanitaire et Energies Renouvelables en alternance Installateur en Chauffage, Climatisation, Sanitaire et Energies Renouvelables en alternance Domaine : Bâtiment, éco-construction, rénovation Durée : 5 mois ROME : F603 Code AFPA : 9 Objectifs : Poser,

Plus en détail

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011. Série Économique RCE 15. Février 2013

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011. Série Économique RCE 15. Février 2013 ENQUÊTE Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011 Série Économique Réalisé avec le soutien technique et financier de RCE 15 Février 2013 AMORCE/ADEME SOMMAIRE Prix de vente

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012)

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Sommaire 1 Un engagement fort du Grenelle de l environnement 1 Calendrier et champ d application 2 Les nouveautés 3 Les exigences 9 Les quatre niveaux

Plus en détail

Le confort toute l année

Le confort toute l année Le confort toute l année Altherma de Daikin, c est une solution performante pour le chauffage de votre maison, mais pas seulement! C est aussi votre source d eau chaude sanitaire, ainsi que votre système

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw COMMERCIALISATION 2 ÈME TRIMESTRE 2014 C O N F O R T Q U A L I T É D A I R O P T I M I S A T I O N É N E R G É T I Q U E PAC & CHAUDIÈRE GAZ AQUACIAT2 HYBRID Puissances frigorifiques et calorifiques de

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre Qualifications et certifications RGE en rénovation Les qualifications et certifications RGE éligibles pour vos travaux de rénovation énergétique en métropole Le recours a un professionnel RGE est obligatoire

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES

CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES FORMATIONS 100% PRO TOUTE L ANNÉE. TROUVEZ VOTRE FORMATION QUALIFIANTE. -10% SUR CERTAINES FORMATIONS DU CATALOGUE. î à Cher client, Le

Plus en détail

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0 MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Diagnostic de Performance Energétique Fiche d application Date Version 7 octobre

Plus en détail

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs Fiche conseil Édition décembre 212 Sommaire P 2 : Obligations P 3 : Démarches volontaires P 4 : Les points clés d une rénovation réussie

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 15 juin 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Le secteur du bâtiment est un des plus grands consommateurs d'énergie et émetteurs de gaz à effet de serre. C'est donc sur ce secteur que s'est

Plus en détail

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES Quercy Energies Le réseau EIE en Midi-Pyrénées 4 premiers EIE créés en novembre 2001, toute la région est couverte en 2007 avec 11 CIE dans 9 EIE En MIDI- PYRENEES

Plus en détail

Tout savoir sur le. gaz naturel. www.grdf.fr. L énergie est notre avenir, économisons-la!

Tout savoir sur le. gaz naturel. www.grdf.fr. L énergie est notre avenir, économisons-la! Tout savoir sur le gaz naturel L énergie est notre avenir, économisons-la! www.grdf.fr Tout savoir sur le gaz naturel Découvrez GrDF p. 1 Une énergie performante p. 8 Le gaz naturel, une énergie d avenir

Plus en détail

ASSEMBLAGE DE NOEUDS SOCIO-ÉNERGÉTIQUES : CHAINES DE DÉCISIONS ET APPROCHES EXTRA- ELECTRIQUES

ASSEMBLAGE DE NOEUDS SOCIO-ÉNERGÉTIQUES : CHAINES DE DÉCISIONS ET APPROCHES EXTRA- ELECTRIQUES ASSEMBLAGE DE NOEUDS SOCIO-ÉNERGÉTIQUES : CHAINES DE DÉCISIONS ET APPROCHES EXTRA- ELECTRIQUES PCEHT Séance 3 Gilles Debizet Université de Grenoble 1 UMR PACTE (CNRS, IEP, UPMF, UJF) 16/04/13 DEBIZET PCEHT

Plus en détail

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur, 75002 Paris I +33 (0) 1 82 83 83 83 I www.enea-consulting.com Sommaire ENEA : qui sommes-nous?

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION La Réunion île solaire, terre d'innovation Reunion island, innovation land LE DISPOSITIF «ÉCO-SOLIDAIRE» PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Zone Région de Bruxelles Capitale

Zone Région de Bruxelles Capitale Objet Zone Au Fédéral Région Wallonne Région de Bruxelles Capitale Région Flamande Audit énergétique Thermographie infrarouge Pour audit énergétique (auditeur agréé PAE1 ou 2) dans habitation existante,

Plus en détail

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl bien plus que la chaleur VITODATA VITOCOM Internet TeleControl Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet Viessmann S.A. Z.I. - B.P. 59-57380 Faulquemont Tél. : 03 87 29

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Benjamin Dessus 13 mars 2013 www.global-chance.org 13 mars 2013

Plus en détail

Contracting énergétique EKZ. L essentiel en bref. MON APPROCHE: Pour notre nouvelle installation, nous misons

Contracting énergétique EKZ. L essentiel en bref. MON APPROCHE: Pour notre nouvelle installation, nous misons L essentiel en bref L entreprise d électricité du canton de Zurich (EKZ) Vos avantages En tant que contracteur, EKZ assume les tâches suivantes: Responsabilité de projet, de la planification à l exploitation

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

que devez vous savoir avant le 26/09/2015?

que devez vous savoir avant le 26/09/2015? Réglementation ErP - éco-conception et étiquetage énergétique Réglementation ErP, éco-conception et étiquetage énergétique : que devez vous savoir avant le 26/09/2015? Préparez-vous au mieux à la réglementation

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant proposition d approbation du lancement du déploiement généralisé du système de comptage évolué de GrDF Participaient

Plus en détail

COMPRENDRE. Édition : février 2013

COMPRENDRE. Édition : février 2013 L habitat COMPRENDRE 2013 Édition : février 2013 sommaire glossaire introduction Se donner les moyens de maîtriser l énergie.3 À savoir avant de se lancer...4 Trouver l aide adaptée....6 Pour tout contribuable,

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts...

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... Le Chauffage Individuel en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... www.ale-lyon.org >> Quel est le meilleur système de chauffage chez moi? Il n y a pas de réponse unique, chaque logement et chaque

Plus en détail

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? Découvrez la gamme Aquarea de Panasonic Pompe à chaleur Source Air CONÇUE POUR LES MAISONS Une pompe à chaleur Aquarea avec Source

Plus en détail

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE À jour au 1 er janvier 2015 Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE Nature des dépenses Matériaux d isolation thermique des parois vitrées Matériaux d isolation thermique

Plus en détail

www.lacentraledupoele.com Auteur: Christian MARTENOT cmt@sas-lcdp.com

www.lacentraledupoele.com Auteur: Christian MARTENOT cmt@sas-lcdp.com www.lacentraledupoele.com Auteur: Christian MARTENOT cmt@sas-lcdp.com 1 ère partie : Qui sommes-nous? Nos activités Se chauffer avec du granulé : Qu est-ce que le granulé? Pourquoi utiliser du granulé

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Suivi-animation du PIG Intervention auprès des artisans 10 décembre 2013 SOMMAIRE 1. Qui est URBANiS et quel est son rôle? 2. Qu est-ce qu un PIG? 3. Les types

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

De tout temps le chauffage fit partie des préoccupations de

De tout temps le chauffage fit partie des préoccupations de C.I.02 Niv.2 ACTIVITÉ N 7 Choix de solution technique Chauffer son logement Quel solution de chauffage choisir? De tout temps le chauffage fit partie des préoccupations de l homme. En plus d être une façon

Plus en détail

Les Français et le chauffage. Résultats de l étude menée

Les Français et le chauffage. Résultats de l étude menée Les Français et le chauffage Résultats de l étude menée par IPSOS pour Via sèva Méthodologie et échantillon METHODOLOGIE : Cette étude a été réalisée en adhoc online, auprès d un échantillon issu de l

Plus en détail

Le profil. Les Métiers. SAMTEC la continuité d un savoir faire. Ses Métiers, maîtriser l énergie, l air et l eau

Le profil. Les Métiers. SAMTEC la continuité d un savoir faire. Ses Métiers, maîtriser l énergie, l air et l eau SAMTEC la continuité d un savoir faire Située à Floirac la société SAMTEC a été créée en 2013 par le Groupe EOVEST suite à la reprise d actifs de la société FOURNIER (créée en 2009), Le profil SAMTEC est

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

La filière bois énergie en Bretagne

La filière bois énergie en Bretagne La filière bois énergie en Bretagne 2012 En Bretagne, une ressource àla fois abondante et limitée Total : 3.8 millions de tep la ressource en bois couvre entre 5 et 10% des besoins actuels en énergie :

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE d isolation thermique la totalité la toiture d isolation thermique s murs donnant sur l extérieur (au moins la moitié la surface

Plus en détail

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o LA RENOVATION ENERGETIQUE LA RENOVATION ENERGETIQUE 1. DIAGNOSTIC Pourquoi rénover? Que faut-il rénover? Comment s y prendre? 2. SOLUTIONS Remplacement du chauffage Capteurs solaires Isolation de l enveloppe

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? CHAUFFAGE choisissez intelligemment votre confort Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale AGENCE BRUXELLOISE DE L ÉNERGIE Le Centre Urbain asbl Chauffage

Plus en détail

BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE

BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE 26 FEVRIER 2013 BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE Contact presse : Colette Génin Tél : 01 44 82 48 84 e-mail : edf-presse@consultants.publicis.fr www.edf.fr EDF SA au

Plus en détail

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable Chauffe-eau thermodynamique pour le résidentiel Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable MAISONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER YUTAMPO u Idéal pour l eau chaude sanitaire Meilleur chauffe-eau

Plus en détail

CHAUFFAGE RADIANT RÉCHAUFFER LA MAISON AVEC UN PLANCHER CHAUFFANT. www.rehau.com. Construction Automobile Industrie

CHAUFFAGE RADIANT RÉCHAUFFER LA MAISON AVEC UN PLANCHER CHAUFFANT. www.rehau.com. Construction Automobile Industrie CHAUFFAGE RADIANT RÉCHAUFFER LA MAISON AVEC UN PLANCHER CHAUFFANT www.rehau.com Construction Automobile Industrie DÉCOUVREZ LE CONFORT Votre maison est un refuge où vous pouvez relaxer, bâtir des souvenirs

Plus en détail

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle Florence Chapuis et Nicolas Goldberg Souvent présenté comme un modèle, le programme allemand de développement des énergies renouvelables

Plus en détail

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous La Géothermie arrive à Bagneux En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous Le réseau de chaleur géothermique arrive à Bagneux La ville de Bagneux a fait le choix de

Plus en détail

FideloConso. Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller. FideloConso. www.gdfsuez-dolcevita.

FideloConso. Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller. FideloConso. www.gdfsuez-dolcevita. GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller FideloConso 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fi xe) du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 15 Vous avez des questions? Adressez-nous

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Recensement des flottes de véhicules à motorisation alternative en Rhône-Alpes

Recensement des flottes de véhicules à motorisation alternative en Rhône-Alpes Recensement des flottes de véhicules à motorisation alternative en Rhône-Alpes Estimation du potentiel de développement SYNTHÈSE DES RÉSULTATS 2014 avec le soutien de Enquête 2014 Pour la seconde fois

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout!

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! «Nous n héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l empruntons à nos enfants» Antoine de Saint-Exupéry

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR

ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR L enquête L UFC-Que Choisir vient de réaliser une enquête sur les

Plus en détail

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne G. FALLON Energie Facteur 4 asbl - Chemin de Vieusart 175-1300 Wavre Tél: 010/23 70 00 - Site web: www.ef4.be email: ef4@ef4.be

Plus en détail

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet de l utilisation de l énergie solaire afin de produire de l eau chaude domestique,

Plus en détail

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Phase 2: Analyse du besoin des entreprises Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Les plus fortes demandes en «Construction durable» Estimation

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN QU EST-CE QUE LE CHAUFFAGE URBAIN? Tout simplement un chauffage central, mais à l échelle d un quartier! La chaufferie urbaine de Nemours assure la production et la

Plus en détail

Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS)

Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS) Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS) 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : INRS, Association loi 1901 Code NAF : 7219Z Code SIREN

Plus en détail

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE Guide d utilisation Partie VIII - Module DPE Sommaire 1 OBJET DU DIAGNOSTIC... 4 1.1 Préambule... 4 1.2 Définitions... 5 1.3 Applications... 6 1.3.1 Définition... 6 1.3.2 Index des types de DPE... 6 1.3.3

Plus en détail