Thème : ELABORATION D UN META-MODELE D INTEGRATION WEB

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thème : ELABORATION D UN META-MODELE D INTEGRATION WEB"

Transcription

1 REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère De L Enseignement Supérieure Et De La Recherche Scientifique ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D'INFORMATIQUE ECOLE DOCTORALE DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES D INFORMATIONS ET DE COMMUNICATIONS (STIC) MEMOIRE Présenté pour l'obtention du diplôme de Magister OPTION : Systèmes d Informations et de Connaissances (SIC) Thème : ELABORATION D UN META-MODELE D INTEGRATION WEB Elaboré par : DJEDDAI Lekhmissi (Ingénieur d'etat en Génie Informatique) Dirigé par : Mr. AHMED NACER Mohamed Soutenu publiquement le: 12/03/2012 Membres du jury: Président: Examinateurs: Mr. KOUDIL Mouloud (Professeur, ESI) Mr. BOUKHALFA Kamel (MC.A, USTHB) Mr. GHOMARI Abdessamed Rédha (MC.A, ESI) Directeur de mémoire: Mr. AHMED NACER Mohamed (Professeur, USTHB) 2012

2 DEDICACE Je dédie ce modeste travail à : Mes très chers parents qui ont veillé sur mon éducation et sur mes études, Tous les membres de ma famille pour leurs encouragements, Ma future épouse, Mes encadreurs, Mes enseignants, Mes chers amis, Ma promotion d ingéniera (2005), Ma promotion EDSTIC (ESI 2008), Mes collègues de travail, 2012

3 REMERCIEMENTS Je tiens à adresser mes sincères remerciements à mes encadreurs : le professeur Mr Ahmed NACER et Mme Hakima MELLAH, pour leurs orientations précises, leurs conseilles précieuses et leurs critiques constructives, toute au long du parcours de l élaboration de ce mémoire, En deuxième lieu, Je tiens à remercier l ensemble des professeurs de l ESI pour avoir assurer notre formation, Nous remercions aussi toute la hiérarchie de mes responsables et les membres de l administration de l ESI qui m ont assuré l environnement adéquat afin de réaliser ce travail, Mes sentiments de profonde gratitude vont à mes enseignants qui, tout au long des années d études, m ont transmit leur savoir sans réserve. Enfin, Je tiens à remercier tous mes amis et collègues pour leur soutien moral durant la préparation de ce mémoire. 2012

4 Résumé: MDA (Model Driven Architecture) est considéré comme une approche recommandée pour remédier au problème de l interopérabilité, parce qu elle permet d aborder la conception d applications indépendamment des plates-formes de développement et avant de penser à leurs implémentations. C est pour cette raison que nous avons opté pour l application de l approche MDA pour élaborer un métamodèle d intégration web. Ainsi, nous avons construit ce méta-modèle à partir des modèles d intégration de différentes technologies web (service web, SOA et mashups), après leur adaptation et leur assemblage dans un modèle global. A partir de ce dernier méta-modèle, nous avons procédé à l instanciation d un PIM spécifique pour un cas d utilisation. Pour cela, nous avons fait un autre passage qui sert à générer un profil UML à partir du méta-modèle, dont, l objectif est de produire une boite à outil qui nous a permis d instancier le modèle PIM spécifique. Mots clés: Integration web, Services web, SOA: Service Oriented Architecture, Mashups, MDA: Model Driven Architecture, MOF: Meta-Object Facilities, Métamodèle, Transformation. Summary: MDA (Model Driven Architecture) is considered as recommended approach to remedy interoperability problem, because it permits to board the application conception independently of development platforms and before thinking of their implémentation. For that reason, we have opted for the application of an MDA approach to design a web Integration meta-model. We have conceived this metamodel by adapting and assembling different web technologies integration models (web sevices, SOA and mashups). From this meta-model, we have instantiated a specific PIM for an use's case. To do, we have proceded an other passage, which serves for generating an UML profil from this meta-model, which is used to produce a tool box to instanstiate the specific PIM. Key Words: Web Integration, Web Services, SOA: Service Oriented Architecture, Mashups, MDA: Model Driven Architecture, MOF: Meta-Object Facilities, Metamodel, Model Transformation. 2012

5 SOMMAIRE SOMMAIRE... 1 LISTE DES FIGURES... 3 LISTE DES TABLEAUX... 4 INTRODUCTION GENERALE... 5 ENJEUX D INTEGRATION DU CONTENU... 5 ORIENTATION VERS L INTEGRATION WEB... 5 POSITION DE PROBLEME... 6 ORGANISATION DU MEMOIRE... 8 I INTEGRATION WEB, ETAT DE L ART I.1 INTRODUCTION I.2 APERÇU SUR L INTEGRATION I.2.1 Notion D intégration I.2.2 Enjeux D intégration I.2.3 Orientation Vers L intégration Web I.3 GENERALITES SUR L INTEGRATION WEB I.3.1 Notion De L intégration Web I.3.2 Avantages De L intégration Web I.3.3 Points D accès De L intégration Web I.4 L INTEGRATION AVEC LES SERVICES WEB I.4.1 Introduction Au Paradigme Orienté Service I.4.2 Généralités Sur Les Services Web I.4.3 Architecture Des Services Web I.4.4 Classifications Des Services Web I.4.5 Technologies Et Standards De Services Web I.5 INTEGRATION WEB AVEC SOA I.5.1 Historique Sur SOA I.5.2 Principes De SOA I.5.3 Caractéristiques De SOA I.5.4 SOA Et Les Architectures Précédentes I.5.5 Conclusion I.6 INTEGRATION WEB AVEC LES MASHUPS I.6.1 Introduction aux mashups I.6.2 Généralités Sur Les Mashups I.6.3 Classification Des Mashups I.6.4 Architecture Des Mashups I.6.5 Développement Des Mashups I.6.6 Les Mashups Vs Les Portails web I.6.7 Défis De Construction Des Mashups I.7 ENJEUX D INTEGRATION WEB I.7.1 Temps I.7.2 Maintenance I.7.3 Coût I.8 CONCLUSION

6 II APPROCHE MDA POUR L INTEGRATION WEB II.1 INTRODUCTION II.2 APERÇUS SUR L ARCHITECTURE ORIENTEE MODELE (MDA) II.2.1 Introduction A MDA II.2.2 Notions Générales Sur MDA II.2.3 Types Des Modèles Utilisés Dans MDA II.2.4 Transformations De Modèles Dans MDA II.2.5 Etapes D application De MDA II.2.6 Avantages Et Inconvénients De MDA II.3 DESCRIPTION DE NOTRE DEMARCHE II.3.1 Les grandes étapes de notre approche MDA II.3.2 Schéma détaillée des différentes transformations de modèles II.4 APERÇU SUR L OUTIL MDA UTILISÉ : «ENTREPRISE ARCHITECT» II.5 DESCRIPTION DES MODELES PIMs D INTEGRATION WEB II.5.1 Modèle D intégration Des Services Web II.5.2 Modèle D intégration Des SOAs II.5.3 Modèle D intégration Des Mashups II.6 INTEGRATION DES MODELES PIMs D INTEGRATION WEB II.6.1 Procédure D intégration Des Modèles PIMs II.6.2 Description Du Meta-Modèle D intégration Web Elaboré II.6.3 Vérification Du Méta-Modèle Elaboré II.7 GENERATION D UN PIM SPECIFIQUE POUR UN CAS D UTILISATION II.7.1 Choix D un Cas D utilisation II.7.2 Génération D un Profil UML A Partir Du Méta-Modèle II.7.3 Génération D un PIM Spécifique A Partir Du Profil UML II.8 VERSION DETAILLEE DU META MODELE ELABORE II.8.1 Versions détaillées Des Modèles D'intégration Des Services Web II.8.2 Version Détaillée Du Modèle D'intégration SOA II.8.3 Version Détaillée Du Modèle D'intégration Des Mashups II.8.4 Description de quelques relations entre les concepts II.8.5 Version Détaillée Du Méta-Modèle Global D'intégration Web II.9 CONCLUSION CONCLUSION GENERALE ANNEXES A. APERÇU SUR LE PARADIGME ORIENTE SERVICE B. HISTORIQUE SUR LES ARCHITECTURES D APPLICATIONS C. HISTORIQUE : XML, SERVICES WEB, SOA D. LISTE D ABREVIATIONS BIBLIOGRAPHIE

7 LISTE DES FIGURES Figure I.1: Points d accès de l Intégration Web Figure I.2: les modèles de l architecture des services web Figure I.3: le modèle orienté message de l architecture des services web Figure I.4: le modèle orienté service de l architecture des services web Figure I.5: le modèle orienté ressource de l architecture des services web Figure I.6: le modèle orienté sécurité de l architecture des services web Figure I.7: spécification WSDL d un service web Figure I.8: exemple d un lien WSDL pour un service web Figure I.9: les enregistrements dans le modèle découvrir trouver utiliser Figure I.10: composants de base d une SOA Figure I.11: Possibilité de choisir entre différentes sources de mêmes données Figure I.12: Agrégation de données concernant les activités d une personne en ligne Figure I.13: une architecture générale d un mashup Figure I.14: architecture de mashups coté serveur Figure I.15: architecture de mashups coté client Figure I.16: architecture d un environnement de mashups d entreprise Figure I.17: cycle de développement des mashups Figure I.18: interface de l outil Dapper Figure I.19: interface de Microsoft Popfly Figure I.20: taux d utilisation des mashups Figure I.21: taux d utilisation des APIs pour les mashups Figure I.22: modèle d agrégation d un Portail web Figure I.23: modèle d agrégation du Mashups Figure II.1: principaux concepts du MDA Figure II.2: architecture MOF à quatre couches Figure II.3: transformation d un PIM en plusieurs PSMs dans MDA Figure II.4: principe de transformation de modèles dans MDA Figure II.5: étapes d application de MDA Figure II.6: Approche d application de MDA pour l intégration web Figure II.7: Schéma détaillé des différentes transformations de modèles Figure II.8: interface de l outil Enterprise Architect Figure II.9: modèle d intégration des services web Figure II.10: modèle d intégration de SOA Figure II.11: modèle d intégration des mashups Figure II.12: méta modèle global d intégration web Figure II.13: cas d utilisation Buyer, Seller, CreditAgency et Shipper Figure II.14: profil UML d intégration web, sous forme de fichier XML Figure II.15: modèle PIM spécifique au cas d utilisation Figure II.16: modèle orienté message de l architecture de services web Figure II.17: modèle orienté service de l architecture de services web Figure II.18: modèle orienté ressource de l architecture de services web Figure II.19: modèle orienté sécurité pour une architecture de services web Figure II.20: modèle d intégration d une SOA Figure II.21: modèle d intégration des mashups Figure II.22: version détaillée d un modèle d intégration web

8 LISTE DES TABLEAUX Tableau I.1: les principes orientés service et leurs supports dans les services web Tableau I.2: récapitulation de certains modèles de services Web Tableau I.3: classification des outils de mashups Tableau I.4: produits de pointe de création et de gestion des mashups Tableau I.5: développement des mashups vs développement traditionnel Tableau II.1: définitions des concepts du modèle orienté message Tableau II.2: définitions des concepts du modèle orienté service Tableau II.3: définitions des concepts du modèle orienté ressource Tableau II.4: définitions des concepts du modèle orienté sécurité Tableau II.5: définitions de certaines relations utilisées dans les différents modèles Tableau III.1: liens entre les principes orientés objet et les principes orientés service

9 INTRODUCTION GENERALE ENJEUX D INTEGRATION DU CONTENU Comme les organisations rencontrent aujourd'hui des défis de plus en plus croissants afin de rester compétitives, l'accessibilité et l'exactitude d'informations sont devenus des facteurs de succès critiques. Un meilleur accès à l'information peut améliorer l'efficacité opérationnelle, le service à la clientèle, la rentabilité de commercialisation, et la gestion des capitaux et des ressources, cela mène directement à un impact positif sur les résultats attendus. Pour remédier à leurs insuffisances de gestion de l'information, les départements de technologies d information des organisations ont opté pour des solutions d'intégration. [01] Les entreprises sont confrontées avec des problèmes d'intégration de plus en plus critiques. Ainsi, les départements de technologies d information doivent traiter avec diverses applications qui ne sont pas conçues initialement pour interagir les uns avec les autres. En plus, les entreprises ont besoin souvent de certaines connections aux applications externes, en particulier dans les cas où elles interagissent avec des clients, des fournisseurs, des distributeurs, ou bien avec des agences gouvernementales. [02] Conceptuellement, trois types de connexions peuvent être établis : connexions à la couche de présentation, à la couche de fonctionnalités, ou à la couche de données. Des méthodes traditionnelles d'intégration sont souvent appliquées mais elles ont des inconvénients significatifs, incluant : le coût, le temps et l inefficacité. [03] ORIENTATION VERS L INTEGRATION WEB Pour faire face aux enjeux de l'intégration, les départements de technologies d information des organisations s'orientent vers l'intégration Web. Ceci est du à une caractéristique clef de l'intégration Web : Beaucoup d'applications ont déjà des interfaces Web basées sur HTML qui peuvent donner l'accès à leurs fonctionnalités, données, et même à la logique incluse dans la couche de présentation. Bien que cette interface soit prévue pour les utilisateurs humains, l'intégration Web peut la transformer en une interface programmable bien définie qui expose la fonctionnalité et les données de l'application. Avec cette méthode, l'intégration peut être faite rapidement, itérativement, et économiquement. En outre, l'intégration Web n'exige pas de compétences avancées. [03] 5

10 Vus ces avantages, le domaine d intégration web a connu de grandes évolutions concrétisées par l émergence de diverses technologies d intégration web, à savoir : les services Web, SOA (Architecture Orientée Services) et le Web 2.0. Les récentes évolutions de la technologie de service Web auront des effets de grande envergure sur l'internet et les réseaux d'entreprises. Les services Web basés sur Extensible Markup Language (XML), Simple Objec Access Protocol (SOAP), et les standards ouverts connexes, et déployés dans des Architectures Orientées Services (SOAs), permettent aux applications d'interagir via des connexions dynamiques et ad hoc. La technologie de services web peut être implémentée dans une large variété d'architectures, peut coexister avec d'autres technologies et approches de conception de logiciel, et peut être adoptée d'une façon évolutionnaire sans exiger des transformations importantes aux applications et aux bases de données existantes. [04] Malgré l'hétérogénéité des plates-formes fondamentales, les services web augmentent l'interopérabilité et peuvent, ainsi, supporter des applications économiques composées par des chaînes de services Web. Une telle technologie facilite également une deuxième génération de communautés web et de services hébergés, tels que les sites web de réseau sociaux et les wikis, qui supportent la collaboration et le partage entre les utilisateurs. Le terme "Web 2.0" a été inventé pour embrasser toutes ces nouvelles applications de collaboration et pour indiquer également une nouvelle approche «sociale» pour la création et la distribution du contenu web, caractérisé par une communication ouverte, décentralisation d'autorité, et liberté de partage et de réutilisation. Ainsi, la technologie de service web fait du web «l'endroit» où la majorité d'interactions humaines et sociales ont lieu. [04] POSITION DE PROBLEME Malgré toutes ces évolutions, le domaine d intégration web connaît toujours plusieurs enjeux entre autres on insiste sur le problème de l interopérabilité. Ainsi, depuis quelques années, l interopérabilité des applications est devenue le leitmotiv refrain des développeurs et concepteurs de systèmes. L interopérabilité signifie «la capacité à communiquer, coopérer et échanger des modèles ou des données entre deux ou plusieurs applications, malgré les différences dans les langages d implémentation, les environnement d exécution ou les modèles d abstraction» (Kalfoglou et Schorlemmer, 2004). [05] 6

11 La plupart des approches existantes pour l interopérabilité dans l environnement d entreprise ont pour objectif principal l ajustement et l adaptation de types et structures des paramètres d appel, lorsqu une procédure doit invoquer une autre. Ces approches se basent sur le paradigme d appel de procédures ; ce type d interopérabilité est appelé l interopérabilité orientée procédure. Dans ce cadre, il est admis que la procédure requise par le client et celle offerte par le serveur soient fonctionnellement identiques, autrement dit les fonctions réalisées par la procédure du client et celles réalisées par la procédure du serveur sont les mêmes ou tout au moins compatibles. Bien que l interopérabilité orientée procédure soit une bonne base pour l interopérabilité entre composants ou applications hétérogènes en se basant sur l unification des interfaces, les solutions offertes résolvent uniquement le coté syntaxique de l interopérabilité. Le protocole d interconnexion des interfaces ne traite ni la sémantique des fonctions réalisée par les procédures ni la sémantique des données en entrée ou en sortie. Les travaux relatifs aux services web apportent un peu plus de sémantique par la définition des services disponibles de manière distribuée mais restent, tout de même, très technologiques. Pour traiter l interopérabilité sémantique des données, plusieurs travaux de recherche ont vu le jour, on peut les classifier en trois grandes approches : l interopérabilité par mapping, l interopérabilité via des middlwares et l interopérabilité par échange de requêtes. Mais ces approches présentent des inconvénients en relation avec, respectivement, la définition explicite de la sémantique, la définition des ontologies et l implication de la responsabilité de l utilisateur dans le processus de résolution des conflits sémantiques. [05] En novembre 2000 à Orlando, l'omg (Object Management Group) a rendu publique sa nouvelle orientation dans un document intitulé MDA (Model Driven Architecture). Il s'agit du constat, plus de 10 ans après la création de l'omg, que la recherche de l'interopérabilité dans les systèmes d'information ne peut être atteinte uniquement grâce à la standardisation des infrastructures de middleware, mais par une approche beaucoup plus globale où la notion de modèle devient essentielle et centrale. [06] Plusieurs travaux sur l application de l approche MDA pour intégration web ont été abordés dans les dernières années. Ces travaux, guidés principalement par l OMG et W3C, consiste en l élaboration de méta-modèles, de modèles de domaines et de profils UML, [34], [35], [36], [37], [38]. Cependant, ces travaux ont été entamés, d une manière indépendante, sur les technologies d intégration web (les services web, SOA, les mashups, etc.). Autrement dit, l interopérabilité est traitée, selon l approche MDA, entre les 7

12 applications qui respectent la même architecture. Cependant, l interopérabilité, entre des applications ayants de diverses architectures, est traitée, d une manière classique (niveau technologie), par le biais de services web. Dans le but de dépasser les frontières technologiques, nous présentons dans notre travail une approche MDA qui se caractérise par une vision globale, en considérant que les différentes technologies d intégration web ne représentent que des composants complémentaires qui doivent être prises en compte à n importe quelle étape de cycle de développement. Généralement, MDA vise à séparer la logique d'affaires, d'application ou de domaine (Platform Independant Model : PIM) de la technologie fondamentale d'implémentation (Platform Specific Model : PSM et l'implémentation). La séparation de PIM, de PSM et d'implémentation est conforme à la règle la plus importante dans le développement de systèmes d'information, qui est la séparation des soucis. En plus, l'utilisation des modèles PIM nous permet de soustraire de la technologie d'implémentation, de telle sorte que le développement de système d'information atteint un niveau plus haut d'abstraction. Cette augmentation dans l'abstraction est comparable à l'évolution des langages de programmation, à partir du langage machine à l'assembleur, à la procédure, au langage orienté module et aujourd'hui au langage orienté objet. [07] ORGANISATION DU MEMOIRE Pour mener à bien ce travail, nous avons organisé notre mémoire en deux parties. La première partie sera consacrée à état d art sur le domaine d intégration web, hors que la deuxième partie soit réservée à l application de la démarche MDA sur le domaine d intégration web, dont, le but final est d élaborer un méta-modèle d intégration web. Dans la première partie, nous commencerons tout d abord par un aperçu général sur le domaine d intégration, en focalisant sur les enjeux qui ont dicté l orientation vers l intégration web comme étant une solution recommandée pour favoriser les échanges entre des applications hétérogènes dans une entreprise ou entre plusieurs partenaires. Ensuite nous donnerons des notions générales sur l intégration web, en précisant les points d accès qui permettent l échange et la communication entre les applications web, à savoir les données, les fonctionnalités et les présentations. Après, nous explorerons les technologies de pointe qui ont connu un grand succès dans le domaine d intégration web à savoir : les services web, SOA et les mashups. Ainsi, nous expliquerons, les enjeux qui 8

13 gênent les projets d intégration web en termes de : temps, coût, maintenance et d interopérabilité. Vu l importance de l initiative MDA de l OMG pour faire face aux enjeux connus par la communauté de développement d une manière générale et en particulier la communauté web, nous entamerons la deuxième partie par un aperçu sur les principaux concepts de cette architecture (MDA), qui consiste à transformer des modèles PIM en des modèles PSM pour générer enfin le code source d une application. Ainsi, nous commencerons par des notions générales, en insistant sur la relation entre MDA et d autres initiatives d OMG (UML et MOF). Par la suite, nous énumérerons les concepts de base utilisés dans MDA. En plus, nous explorerons les standards, les types de modèles, les transformations de modèles et les grandes étapes à parcourir dans une démarche MDA. Après avoir étudié le domaine d intégration web et donné un aperçu sur l approche de développement MDA, nous continuerons toujours avec la deuxième partie, en présentant, ainsi, une démarche d application de l approche MDA afin d élaborer un méta modèle d intégration web. En premier lieu, nous commencerons par l énumération des raisons de l adoption de notre approche. Ensuite, nous parcourrons les étapes de l application de cette approche, en commençant par la collecte de différents modèles d intégration de services web, de SOA est des mashups, Ces deniers modèles seront considérés comme étant une matière première qui aura subi une suite de transformations pour mener à la production d un modèle PIM qui représente notre dudit méta modèle. Ce dernier fera l objet d autres transformations pour générer un modèle PIM spécifique à un cas d utilisation bien choisi. Ce modèle PIM spécifique pourra être transformé à son tour en un modèle PSM qui sera utilisé pour générer, d une manière semi automatique le code source d une application d intégration web pour ce cas d utilisation. Enfin, nous conclurons notre travail, en citant les difficultés rencontrées, les avantages et les inconvénients de notre approche. Enfin, nous clôturons notre mémoire par une conclusion générale, dans laquelle nous extrairons les points précieux de notre mémoire et nous nous envisagerons quelques perspectives. 9

14 I INTEGRATION WEB, ETAT DE L ART I.1 INTRODUCTION L objectif de cette partie est de relever les concepts de base du domaine d intégration web, en explorant les technologies qui ont connu un grand succès. Ainsi, nous rappelons, en premier lieu, la notion de l intégration d une manière générale et les enjeux qui ont imposé l orientation des départements de TI vers l intégration web pour faire face au problème d hétérogénéité entre les différentes génération des applications, que se soient internes ou externes à l entreprise. Ensuite, nous explorons les technologies d intégration web les plus utilisées à savoir : les services web, SOA et les mashups. Enfin, nous relèverons les enjeux de l intégration web. I.2 APERÇU SUR L INTEGRATION I.2.1 Notion D intégration L'intégration d applications d'entreprise (EAI: Entreprise Application Integration) est un genre de Velcro technologique, permettant aux systèmes informatiques de s'adapter à un tel changement. EAI permet aux divers systèmes de se connecter entre eux rapidement pour partager des données, des communications, et des processus, allégeant les silos de l'information qu infestent beaucoup d'entreprises. Les avantages d'assimiler de nouveaux systèmes sans efforts de programmation prolongés sont évidents après une activité de fusion et d'acquisition. Les solutions d'eai fournissent une manière de connecter des systèmes de collaborateurs, de partenaires, et d'autres, autant qu il est nécessaire, et permettent de découpler ces systèmes quand la relation s'est terminée. EAI est, essentiellement, la colle soluble pour la corporation modulaire. [09] Afin de segmenter leur marché, les éditeurs d EAI ont effectué une différenciation des problématiques adressées, selon la prise en considération: [10] - des échanges internes de l entreprise (AtoA: Application to Application), - des échanges inter-entreprises (BtoB : Business to Business), - des échanges entre l entreprise et les consommateurs finaux (BtoC : Business to Consumers). 10

15 I.2.2 Enjeux D intégration Les entreprises sont confrontées de plus en plus aux problèmes d'intégration critiques. En dépit des efforts fournis, les départements de technologies d'information doivent s'occuper de nombreuses applications qui ne sont pas conçues pour interagir les unes avec les autres. En outre, les entreprises ont besoin souvent de se connecter aux applications en dehors de l'entreprise, en particulier dans les cas où elles interagissent avec des clients, des fournisseurs, des distributeurs, ou des organismes gouvernementaux. Des méthodes traditionnelles d'intégration, aussi bien que les services web, sont souvent appliquées mais elles ont des inconvénients significatifs, incluant : [03] I Le Coût L'approche d'intégration d'application la plus connue se fonde sur la possibilité d'avoir le contrôle des applications et d y apporter des modifications. Par exemple, les staffs d'it ajoutent souvent une interface de service web qui expose la fonctionnalité et les données désirées. Mais cette approche a comme conséquence des projets de développement coûteux et longs qui réclament des programmeurs qualifiés. Elle est également remplie de haut risque et d'un impact architectural élevé. [03] I Le Temps Les organisations de technologies d'information sont chargées d'accomplir des projets d'intégration à un rythme toujours croissant. Malheureusement, la définition des API et des chemins de communications est un processus long. Les efforts courants de normalisation des interfaces de programmation pourront aider probablement, une fois que des services web ont été créés. Cependant, les services web doivent encore être implémentés. L'exposition des données et de la logique d'application dans une interface programmable sera une tâche considérable. (En outre, cette approche exige le plein contrôle au-dessus du code source d'application.) [03] I L Inefficacité Pour des applications en dehors du domaine d'entreprise, les méthodes traditionnelles de modification, habituellement, ne peuvent pas être utilisées. En conséquence, beaucoup de projets critiques d'intégration de métiers ne peuvent même pas décoller. Les conséquences d'affaires incluent une productivité réduite, des coûts d'exploitation plus élevés, des occasions perdues, et une agilité affaiblie. [03] 11

16 I.2.3 Orientation Vers L intégration Web Pour faire face aux enjeux d'intégration, les départements d IT des organisations s'orientent vers l'intégration web. Ceci est du à une caractéristique clef de l'intégration web : Beaucoup d'applications ont déjà une interface web basée sur HTML qui peut donner l'accès à leur fonctionnalité, données, et même la logique incluse dans la couche de présentation. Bien que cette interface soit prévue pour les utilisateurs humains, l'intégration web peut la transformer en une interface programmable bien définie qui expose la fonctionnalité et les données de l'application. Avec cette méthode, l'intégration peut être faite rapidement, itérativement, et économiquement. En outre, l'intégration Web n'exige pas de compétences avancées. [03] I.3 GENERALITES SUR L INTEGRATION WEB I.3.1 Notion De L intégration Web A partir de la définition de l intégration d une manière générale, on peut définir l intégration web comme étant un domaine qui s occupe de problèmes concernant l intégration des applications particulières ayant des architectures orientées web. La particularité de ces applications est due au fait qu elles soient implémentées dans un environnement ouvert (Internet). Cette ouverture des applications web permet de répondre à certains enjeux d intégration, surtout l interopérabilité et la distribution. Cependant, elle constitue une source d autres problèmes, à savoir la sécurité et la qualité de service (QoS), qui peuvent infecter l intégration de ces applications elles-mêmes. En tous les cas, l intégration web a pris une grande ampleur et a constitué l une des principales alternatives d intégration d applications d entreprises. I.3.2 Avantages De L intégration Web Comparée aux approches traditionnelles d'intégration, l'intégration Web a un certain nombre d'avantages significatifs : [03] I Moins coûteuse L'intégration Web n'exige pas les efforts coûteux de l'intégration traditionnelle, tels que les programmeurs à haut niveau qui coûtent cher, ou la nécessité d'apporter des modifications dans des applications existantes, la sécurité, l installation des pare-feux, etc. 12

17 I Processus Non-intrusif L'intégration Web n'exige aucune modification de l'application à intégrer. Cette approche élimine le besoin aux changements architecturaux et réduit le potentiel en cas de panne. Elle permet également l'intégration des applications qui sont accessibles seulement par le Web. [03] I Faible risque Avec l'intégration Web, le premier projet est souvent mis en service dans une durée de quelques jours, et d'autres intégrations peuvent être faites itérativement, car certaines expériences et le rendement des premières intégrations sont analysés. Sur ce plan-là, les entreprises peuvent essayer de nouvelles opportunités d affaires à un risque plus inférieur par rapport aux méthodes traditionnelles. [03] I Délai d intégration réduit Même les projets d'intégration compliqués peuvent être accomplis en quelques semaines plutôt que des mois ou des années. Les entreprises peuvent gagner l'avantage compétitif en accroissant leurs applications existantes plus rapidement que leurs concurrents. [03] I Phase de conception plus précise L'interface Web est également bien comprise par la personne d'affaires et le programmeur. Cela permet des communications plus précises au sujet de la conception d'application. [03] I Moins d exigences de compétence Un projet traditionnel d'intégration exige des développeurs qualifiés qui sont moins disponibles. Ils ont besoin d une connaissance étendue des applications à intégrer et d une bonne compréhension de l'intégration d'application en général. En utilisant l'intégration Web et avec juste une expérience de programmation de base et la connaissance de HTML, les développeurs peuvent effectuer le travail pour se connecter aux applications accessibles par le web. [03] I.3.3 Points D accès De L intégration Web Beaucoup d'applications ont déjà une interface Web basée sur HTML qui peut donner l'accès à leur fonctionnalité, données, et même la logique incluse dans la couche 13

18 de présentation. Bien que cette interface soit prévue pour les utilisateurs humains, l'intégration Web peut la transformer en une interface programmable bien définie qui expose la pleine fonctionnalité et données de l'application. Ceci est illustré dans la figure suivante : [03] Figure I.1: Points d accès de l Intégration Web. Comme ce que montre cette figure, le serveur d'intégration Web accède à la couche de présentation d'une application par l interface Web. Le serveur d'intégration Web peut alors rendre un ou plusieurs des points d'accès suivants disponibles : une interface Web modifiable, un api, un service Web, ou données structurées. Cette approche peut être utilisée pour transformer facilement en un service web n'importe quelle application ayant une interface Web. I.4 L INTEGRATION AVEC LES SERVICES WEB I.4.1 Introduction Au Paradigme Orienté Service Il y a plusieurs points de vue, provenant d organismes de TI publiques, de fournisseurs et de consultants, au sujet de ce qui constitue «le paradigme orienté service». Ce dernier a ses racines dans une théorie de programmation connue sous le nom de «séparation des soucis». Cette théorie est basée sur la notion de décomposer un grand problème en une série de petits problèmes. Ceci permet de décomposer la logique nécessaire pour résoudre un problème en une collection de petites parties (services). Chaque partie de logique aborde un souci spécifique. Cette théorie a été implémentée de différentes manières avec diverses plates-formes de développement. La programmation 14

19 orientée objet et les approches de programmation à base de composants, par exemple, réalisent une séparation des soucis par l'utilisation des objets, des classes, et des composants. [11] Comme précédemment mentionné, il n'y a aucun ensemble officiel de principes du paradigme orienté service. Cependant, il y a un ensemble des principes généraux les plus associés au paradigme orienté service à savoir : la réutilisabilité, le contrat, le couplage faible, l abstraction, la composition, l autonomie, l apatridie et la découverte de service. Ces principes sont expliqués dans l annexe : A. Aperçu sur le paradigme orienté service. I.4.2 Généralités Sur Les Services Web I Définition d'un service web Un service Web est un système logiciel conçu pour supporter l'interaction interopérable machine-à-machine à travers un réseau. Il a une interface décrite dans un format exploitable par machine (spécifiquement WSDL). D'autres systèmes interagissent avec un service web selon la manière prescrite par sa description en utilisant des messages SOAP, typiquement transmis en utilisant le protocole HTTP avec une sérialisation XML et d'autres standards WEB. [12] I Service web et le paradigme oriente service Après avoir eu un aperçus sur les différents principes du paradigme orienté service, il devient évident que les services web fournissent un support inhérent pour certains d entre eux. Il est important de reconnaître spécifiquement que certains principes sont construits dans la structure des services web, parce que ceci nous permet de mettre un accent sur ceux qui exigent un effort de réalisation conscient. Le «tableau I.1» récapitule les principes du paradigme orienté service et explique dans quelle mesure qu ils soient supportés par les services web. [11] Principes orienté service Réutilisabilité de service contrat de service Possibilité d être supporté par les services web Les services web ne sont pas automatiquement réutilisables. Cette qualité est liée à la nature de la logique encapsulée et exposée par le service web. Chaque service web exige l'utilisation d une description qui constitue une partie fondamentale pour la communication avec les autres services web. 15

20 Principes orienté service Possibilité d être supporté par les services web Les services web sont naturellement légèrement Couplage faible de service couplés par l'utilisation des descriptions de service. Les services web émulent automatiquement le modèle de boîte noire dans l environnement de Abstraction de service communications de services web, cachant tous les détails de leur logique fondamentale. Les services web sont naturellement composables. Le point auquel un service peut être composé est Composition de service généralement déterminé par la conception de service et la réutilisabilité de la logique représentée. Pour assurer un environnement de traitement autonome, cela exige un effort de conception. Autonomie de service Donc, l'autonomie n est pas automatiquement fournie par un service web. L'apatridie est une condition préférée pour les services web, fortement supportée par beaucoup de Apatridie de service spécifications WS-* et le modèle de messages SOAP. La découverte doit être mise en application par l'architecture et peut être considérée une Découverte de service prolongation à l'infrastructure IT. Donc, elle n'est pas supportée nativement par les services web. Tableau I.1: les principes orientés service et leurs supports dans les services web. Il est important de souligner les principes qui nécessitent une attention particulière pour la réalisation des solutions orientées services. Ces principes ne sont pas supportés automatiquement par les services web: la réutilisabilité de service, l autonomie de service, l apatridie de service et la découverte de service. I Service web et agent Un service web est une notion abstraite qui doit être mise en application par un agent concret. L'agent est la partie concrète de logiciel ou de matériel qui envoie et reçoit les messages, alors que le service est la ressource caractérisée par l'ensemble abstrait de fonctionnalités qu'il fournit. Pour illustrer cette distinction, il est possible d' implémenter un service web en utilisant un agent (écrit en un langage de programmation), ou en utilisant plusieurs agents (pouvant être écrits avec différents langages de programmation) avec la même fonctionnalité. Bien que l'agent puisse être changé, le service web reste toujours le même. [12] 16

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Le web dans l entreprise Sommaire Introduction... 1 Intranet... 1 Extranet...

Plus en détail

Présentation générale des Web Services

Présentation générale des Web Services Présentation générale des Web Services Vue Globale Type d'architecture reposant sur les standards de l'internet Alternative aux architectures classiques : Client/serveur n/tiers Orientée services permettant

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

Référence Etnic Architecture des applications

Référence Etnic Architecture des applications Référence Etnic Architecture des applications Table des matières 1. Introduction... 2 2. Architecture... 2 2.1 Démarche générale... 2 2.2 Modèle d architecture... 3 2.3 Découpe d une architecture applicative...

Plus en détail

Environnements de Développement

Environnements de Développement Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Mahdia Unité d Enseignement: Environnements de Développement Mme BEN ABDELJELIL HASSINE Mouna m.bnaj@yahoo.fr Développement des systèmes d Information Syllabus

Plus en détail

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million XML, PMML, SOAP Rapport EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003 Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million i TABLE DES MATIÈRES Table des matières 1 XML 1 1.1 Présentation de XML.................................

Plus en détail

Systèmes d Information Avancés (et répartis)

Systèmes d Information Avancés (et répartis) Systèmes d Information Avancés (et répartis) Université Lyon 1 MIAGE L. Médini, mars 2005 Plan des cours Protocole HTTP et programmation serveur Architectures réparties Objets distribués Introduction aux

Plus en détail

Aide à la conception de Système d Information Collaboratif, support de l interopérabilité des entreprises

Aide à la conception de Système d Information Collaboratif, support de l interopérabilité des entreprises Aide à la conception de Système d Information Collaboratif, support de l interopérabilité des entreprises Jihed Touzi, Frédérick Bénaben, Hervé Pingaud Thèse soutenue au Centre de Génie Industriel - 9

Plus en détail

Architectures et Web

Architectures et Web Architectures et Web Niveaux d'abstraction d'une application En règle générale, une application est découpée en 3 niveaux d'abstraction : La couche présentation ou IHM (Interface Homme/Machine) gère les

Plus en détail

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application Architecture Multi-Tier Traditionnellement une application informatique est un programme exécutable sur une machine qui représente la logique de traitement des données manipulées par l application. Ces

Plus en détail

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web *4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web Table des matières I. INTRODUCTION page 3 II. VERS UNE DEFINITION DES SERVICES WEB 1. Qu est ce que c est? page 3 2. A quoi ça sert?

Plus en détail

Modélisation Principe Autre principe

Modélisation Principe Autre principe Modélisation Principe : un modèle est une abstraction permettant de mieux comprendre un objet complexe (bâtiment, économie, atmosphère, cellule, logiciel, ). Autre principe : un petit dessin vaut mieux

Plus en détail

Introduction aux Composants Logiciels

Introduction aux Composants Logiciels Introduction aux Composants Logiciels Christian Pérez LIP/INRIA Année 2010-11 Plan Introduction aux composants logiciels Pourquoi des composants logiciels Notions de composants logiciels Conclusion Survol

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION L.M.D.

OFFRE DE FORMATION L.M.D. REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE OFFRE DE FORMATION L.M.D. MASTER PROFESSIONNEL ET ACADEMIQUE Systèmes d Information

Plus en détail

Programmabilité du réseau avec l'infrastructure axée sur les applications (ACI) de Cisco

Programmabilité du réseau avec l'infrastructure axée sur les applications (ACI) de Cisco Livre blanc Programmabilité du réseau avec l'infrastructure axée sur les applications (ACI) de Cisco Présentation Ce document examine la prise en charge de la programmabilité sur l'infrastructure axée

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail

Talend Technical Note

Talend Technical Note Mars 2011 Page 1 sur 5 Le MDM offre un hub central de contrôle et une vision unique des données maître de l'entreprise, quelles que soient les disparités entre les systèmes source. Il assure que les données

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD3 Exercices Exercice 1 Enumérez les sept étapes du processus consistant à convertir les communications de l utilisateur en données. 1. L utilisateur entre les données via une interface matérielle.

Plus en détail

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 MDA : Un Tutoriel Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 1 Sommaire Table des matières 1 Sommaire 1 2 Introduction 2 2.1 A qui s adresse ce tutoriel......................

Plus en détail

En 2000 l OMG propose une approche nommée MDA Model Driven Architecture, S appuyant sur le standard UML pour

En 2000 l OMG propose une approche nommée MDA Model Driven Architecture, S appuyant sur le standard UML pour MDA (Model Driven Architecture) Ingénierie logicielle guidée par les modèles S.N Historique: En 2000 l OMG propose une approche nommée MDA Model Driven Architecture, S appuyant sur le standard UML pour

Plus en détail

SPT2013 - Description du cours NORAMSOFT SPT2013. SharePoint 2013 pour développeurs

SPT2013 - Description du cours NORAMSOFT SPT2013. SharePoint 2013 pour développeurs - Description du cours SharePoint 2013 pour développeurs 1 SHAREPOINT 2013 POUR DÉVELOPPEURS NORAMSOFT 1. Description du cours Ce cours intensif de 3 jours explore les opportunités de développement avec

Plus en détail

Programmation Avancée pour le Web

Programmation Avancée pour le Web L3 Informatique Option : ISIL Programmation Avancée pour le Web RAMDANI Med U Bouira 1 Contenu du module Introduction aux applications Web Rappels sur les sites Web Conception d une application Web Notion

Plus en détail

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES DÉCOUVREZ DES POSSIBILITÉS ILLIMITÉES GRÂCE A L INTÉGRATION À DES SYSTÈMES D ENTREPRISE EXISTANTS FONCTIONNALITÉS Connectivité des systèmes

Plus en détail

Master Data Management en Open Source C est le Bon Moment

Master Data Management en Open Source C est le Bon Moment Master Data Management en Open Source C est le Bon Moment White Paper Sommaire Introduction... 2 Les Pré Requis du Marché Open Source... 2 La Liberté... 3 Prédire les Effets de l Open Source sur le MDM...

Plus en détail

Semarchy Convergence for MDM La Plate-Forme MDM Évolutionnaire

Semarchy Convergence for MDM La Plate-Forme MDM Évolutionnaire FICHE PRODUIT Semarchy Convergence for MDM La Plate-Forme MDM Évolutionnaire BENEFICES POUR LES DSI Réussir les projets de gouvernance dans les délais et les budgets Démarrer de manière tactique tout en

Plus en détail

Les serveurs applicatifs et les architectures Java

Les serveurs applicatifs et les architectures Java 03 Lucas Part 02 Page 179 Lundi, 20. août 2001 2:58 14 Chapitre 15 Les serveurs applicatifs et les architectures Java Nous avons vu jusqu ici, dans les chapitres précédents, que les utilisateurs accèdent

Plus en détail

Qu'est-ce qu'un Web Service?

Qu'est-ce qu'un Web Service? WEB SERVICES Qu'est-ce qu'un Web Service? Un Web Service est un composant implémenté dans n'importe quel langage, déployé sur n'importe quelle plate-forme et enveloppé dans une couche de standards dérivés

Plus en détail

L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs

L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs TÉMOIGNAGE DE CLIENT L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs PROFIL DE CLIENT Industrie : Gouvernement Ministère : Agence du revenu du Canada Employés : 44 000

Plus en détail

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer 1 Bases de Données Objectifs Maîtriser les concepts d un SGBD relationnel Les modèles de représentations de données Les modèles de représentations de données La conception d une base de données Pratiquer

Plus en détail

Le génie Logiciel (suite)

Le génie Logiciel (suite) Le génie Logiciel (suite) Lors du cours précédent, on a étudié différents cycles de vie, dont la cascade, ou la spirale. Analyse des besoins L analyse des besoins est une étape menant à l élaboration de

Plus en détail

Etude Comparative entre Alfresco Share et MS SharePoint STARXPERT AUTEUR DATE 4 OCTOBRE 2011 VERSION 1.0

Etude Comparative entre Alfresco Share et MS SharePoint STARXPERT AUTEUR DATE 4 OCTOBRE 2011 VERSION 1.0 Etude Comparative entre Alfresco Share et MS SharePoint AUTEUR DATE 4 OCTOBRE 2011 STARXPERT VERSION 1.0 StarXpert 2011 STARXPERT Siège social : 100, rue des Fougères 69009 Lyon Tel 01 75 57 84 80 info@starxpert.fr

Plus en détail

2. Technique d analyse de la demande

2. Technique d analyse de la demande 1. Recevoir et analyser une requête du client 2. Sommaire 1.... Introduction 2.... Technique d analyse de la demande 2.1.... Classification 2.2.... Test 2.3.... Transmission 2.4.... Rapport 1. Introduction

Plus en détail

Corrigé de l examen NFE102 Infrastructures technologiques pour le commerce électronique

Corrigé de l examen NFE102 Infrastructures technologiques pour le commerce électronique Corrigé de l examen NFE102 Infrastructures technologiques pour le commerce électronique Aucune notes personnelles ou documents ne sont autorisés. Lundi 07 juillet 2008 1) Le firewall 1.1) Quelle est la

Plus en détail

Projet Nouvelles Plateformes Technologiques

Projet Nouvelles Plateformes Technologiques Comité de Coordination des Systèmes d'information et de Communication Projet Nouvelles Plateformes Technologiques Observatoire Technologique, CTI Observatoire Technologique 10 septembre 2003 p 1 Plan de

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information"

Introduction à la conduite de projet systèmes d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information" Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/principes/guide-introduction

Plus en détail

Introduction MOSS 2007

Introduction MOSS 2007 Introduction MOSS 2007 Z 2 Chapitre 01 Introduction à MOSS 2007 v. 1.0 Sommaire 1 SharePoint : Découverte... 3 1.1 Introduction... 3 1.2 Ce que vous gagnez à utiliser SharePoint... 3 1.3 Dans quel cas

Plus en détail

L'architecture d'information (AI) en support à la planification et au déploiement de l'architecture d'entreprise (AE). Réalisation et bénéfices.

L'architecture d'information (AI) en support à la planification et au déploiement de l'architecture d'entreprise (AE). Réalisation et bénéfices. L'architecture d'information (AI) en support à la planification et au déploiement de l'architecture d'entreprise (AE). Réalisation et bénéfices. Daniel Pascot, Professeur titulaire Gabriela Nino de Rivera

Plus en détail

ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT ECM & RM

ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT ECM & RM ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT PLAN Introduction Partie I : le records management Qu est ce que le RM? Les principes du RM Les objectifs du RM Les enjeux du RM Les étapes de la mise

Plus en détail

Scénarios d intégration, fonctionnalités et processus relatifs à Microsoft Project Server

Scénarios d intégration, fonctionnalités et processus relatifs à Microsoft Project Server Scénarios d intégration, fonctionnalités et processus relatifs à Microsoft Project Server Par Katinka Weissenfeld, PMP Les différents processus mis en œuvre au sein des entreprises pour les activités de

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

LES ORIGINES D ITIL Origine gouvernementale britannique 20 ans d existence et d expérience Les organisations gérant le référentiel :

LES ORIGINES D ITIL Origine gouvernementale britannique 20 ans d existence et d expérience Les organisations gérant le référentiel : La méthode ITIL plan Introduction C est quoi ITIL? Utilisation d ITIL Objectifs Les principes d ITIL Domaines couverts par ITIL Les trois versions d ITIL Pourquoi ITIL a-t-il tant de succès Inconvénients

Plus en détail

Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire

Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire FICHE PRODUIT Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire BENEFICES Des projets réussis dans les délais et les budgets La bonne donnée disponible au

Plus en détail

Description et illustration du processus unifié

Description et illustration du processus unifié USDP Description et illustration du processus unifié Définit un enchaînement d activités Est réalisé par un ensemble de travailleurs Avec des rôles, des métiers Avec pour objectifs de passer des besoins

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

Concevoir des applications Web avec UML

Concevoir des applications Web avec UML Concevoir des applications Web avec UML Jim Conallen Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09172-9 2000 1 Introduction Objectifs du livre Le sujet de ce livre est le développement des applications web. Ce n est

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Institut Supérieur d Informatique WORKFLOW. Fahem KEBAIR kebairf@gmail.com

Institut Supérieur d Informatique WORKFLOW. Fahem KEBAIR kebairf@gmail.com Institut Supérieur d Informatique WORKFLOW Fahem KEBAIR kebairf@gmail.com INTRODUCTION Les entreprises cherchent de plus en plus des mécanismes aidant à l organisation, l exécution et l optimisation du

Plus en détail

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS G en om3: Building middleware-independent robotic components Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS Pablo Rauzy 15 février 2011 Table des matières 1 G en om3 :

Plus en détail

L'évolution de VISUAL MESSAGE CENTER Architecture et intégration

L'évolution de VISUAL MESSAGE CENTER Architecture et intégration L'évolution de VISUAL MESSAGE CENTER Architecture et intégration Sommaire Résumé exécutif Base technologique : VISUAL Message Center 2 3 VISUAL Message Center Core Engine VISUAL Message Center Extended

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Exposé: Web sémantique. Web 2.0: impact Sur les IHM, Plasticité. Présenté par: BEN AMOR Akram

Exposé: Web sémantique. Web 2.0: impact Sur les IHM, Plasticité. Présenté par: BEN AMOR Akram Exposé: Web sémantique. Web 2.0: impact Sur les IHM, Plasticité Présenté par: BEN AMOR Akram Plan Web Sémantique Définition et objectif Historique Principe général Quels sont les finalités et les objectifs

Plus en détail

Architectures web pour la gestion de données

Architectures web pour la gestion de données Architectures web pour la gestion de données Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Plan Le Web Intégration de données Architectures distribuées Page 2 Le Web Internet = réseau physique d'ordinateurs

Plus en détail

Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement

Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement Juin 2013 Aider les exploitants à comprendre les résultats analytiques rapidement et facilement (page 1) De nouveaux outils pour offrir davantage d options afin de visualiser les résultats analytiques

Plus en détail

Modèle spagetthi et solution EAI

Modèle spagetthi et solution EAI EAI Définition L'EAI est une notion ancienne mais toujours d'actualité. En effet, le besoin de faire communiquer des applications développées à des moments différents, dans des technologies différentes

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com L essentiel Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base web aucotec.com Les défis La globalisation des structures d ingénierie avec le travail en réseau sur des sites dispersés

Plus en détail

Page 1 2 La présente invention concerne le domaine des architectures informatiques, et en particulier un procédé pour le développement d applications destiné à un fonctionnement en réseau, par exemple

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ANNEE : 2009/2010. Filière : Informatique Appliquée

RAPPORT DE STAGE ANNEE : 2009/2010. Filière : Informatique Appliquée ANNEE : 2009/2010 RAPPORT DE STAGE Filière : Informatique Appliquée Titre : Application registre de bureau d ordre Organisme : Mutuelle Assurance de l Enseignement M.A.E Réalisée par : - kefi Ghofrane

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Méthodologies de développement de logiciels de gestion

Méthodologies de développement de logiciels de gestion Méthodologies de développement de logiciels de gestion Chapitre 5 Traits caractéristiques des deux approches de méthodologie Présentation réalisée par P.-A. Sunier Professeur à la HE-Arc de Neuchâtel http://lgl.isnetne.ch

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier?

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? CA ERwin Modeling fournit une vue centralisée des définitions de données clés afin de mieux comprendre

Plus en détail

do more with what you have White paper EAI process management

do more with what you have White paper EAI process management do more with what you have White paper EAI process management Rédacteur : Stéphane Dumont Date de création : 4 décembre 2002 Mise à jour : - Avertissement Ce document est la propriété exclusive de Paseosoft.

Plus en détail

les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot

les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot Introduction Le Système d Information Les fonctions du SI Un système d information collecte diffuse, transforme et stocke

Plus en détail

Différences entre DQA et RDQA

Différences entre DQA et RDQA OUTIL De l ASSURANCE DE LA QUALITE DES DONNEES DE ROUTINE (RDQA) Fiche documentaire- novembre 1, 2007 1 HISTORIQUE Les programmes nationaux et les donateurs travaillent ensemble vers la réalisation de

Plus en détail

Cours de Génie Logiciel

Cours de Génie Logiciel Cours de Génie Logiciel Sciences-U Lyon MDE Model Driven Engineering http://www.rzo.free.fr Pierre PARREND 1 Mai 2005 Sommaire MDE : principe MDE et le génie logiciel MDE et UML MDE et les Design Patterns

Plus en détail

Base de données. Objectifs du cours 2014-05-20 COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES

Base de données. Objectifs du cours 2014-05-20 COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES 1 Base de données COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Objectifs du cours 2 Introduction aux bases de données relationnelles (BDR). Trois volets seront couverts : la modélisation; le langage d exploitation;

Plus en détail

Systèmes d'informations historique et mutations

Systèmes d'informations historique et mutations Systèmes d'informations historique et mutations Christophe Turbout SAIC-CERTIC Université de Caen Basse-Normandie Systèmes d'informations : Historique et mutations - Christophe Turbout SAIC-CERTIC UCBN

Plus en détail

Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM)

Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM) LA BOITE A OUTILS DE L ACHETEUR DE BPM Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM) La boîte à outils de l acheteur de solution BPM -

Plus en détail

PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué

PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué Bertrand LE GAL, Serge BOUTER et Clément VUCHENER Filière électronique 2 eme année - Année universitaire 2011-2012 1 Introduction 1.1 Objectif du projet L objectif

Plus en détail

SDL: 20 ans de programmation basée modèle

SDL: 20 ans de programmation basée modèle SDL: 20 ans de programmation basée modèle Emmanuel Gaudin emmanuel.gaudin @ pragmadev.com Principes MDE, MDA et MDD: Approche orienté modèle PIM: Platform Independant Model PDM: Platform Definition Model

Plus en détail

Méthode de Test. Pour WIKIROUTE. Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel.

Méthode de Test. Pour WIKIROUTE. Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel. Méthode de Test Pour WIKIROUTE Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel. [Tapez le nom de l'auteur] 10/06/2009 Sommaire I. Introduction...

Plus en détail

Développement logiciel pour l Architecture Orientée Services avec IBM Rational Software Development Platform

Développement logiciel pour l Architecture Orientée Services avec IBM Rational Software Development Platform IBM Software Group Développement logiciel pour l Architecture Orientée Services avec IBM Rational Software Development Platform Thierry Bourrier, Techical Consultant thierry.bourrier@fr.ibm.com L Architecture

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

La Stratégie d Intégration Advantage

La Stratégie d Intégration Advantage La Stratégie d Intégration Advantage Intégration pour l Entreprise Synthèse Ces dernières années, les entreprises comptent sur moins de systèmes pour gérer leurs activités au quotidien et ont souvent implémenté

Plus en détail

Intégration d application d entreprise

Intégration d application d entreprise Intégration d application d entreprise introduction L intégration d applications d entreprise peut impliquer le développement d une vue totalement nouvelle des activités et des applications d une entreprise,

Plus en détail

(Document de 14 pages) Fabrice Douchant Xuan-Tuong Le. Nicolas Gibelin Lom Messan Hillah

(Document de 14 pages) Fabrice Douchant Xuan-Tuong Le. Nicolas Gibelin Lom Messan Hillah Master Informatique 2ème Année SAR Année 2007-2008 RAPPORT FINAL Livrable # 3 (Document de 14 pages) Participants Fabrice Douchant Xuan-Tuong Le Encadrants Nicolas Gibelin Lom Messan Hillah UFR 922 - Informatique

Plus en détail

Les évolutions des méthodes de développement de logiciels. Depuis Merise de l'eau est passée sous les ponts

Les évolutions des méthodes de développement de logiciels. Depuis Merise de l'eau est passée sous les ponts Les évolutions des méthodes de développement de logiciels Depuis Merise de l'eau est passée sous les ponts Programmation Orientée Objets Encapsulation des données et des traitements Polymorphisme Modularité

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 4 : Web Service Sommaire Introduction... 1 Web Service... 1 Les technologies des

Plus en détail

Positionnement de UP

Positionnement de UP UNIFIED PROCESS Positionnement de UP Unified Process Langage Méthode Outil logiciel UML UP RUP 6 BONNES PRATIQUES développement itératif gestion des exigences architecture basée sur des composants modélisation

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

SOAP OU REST, QUE CHOISIR?

SOAP OU REST, QUE CHOISIR? SOAP OU REST, QUE CHOISIR? Eric van der Vlist (vdv@dyomedea.com) SOAP ou REST, que choisir? Web Services Convention Juin 2004 Eric van der Vlist (vdv@dyomedea.com) SOAP-- WS Convention 2004 -- Page 1 COMPARER

Plus en détail

Java pour le Web. Cours Java - F. Michel

Java pour le Web. Cours Java - F. Michel Java pour le Web Cours Java - F. Michel Introduction à JEE 6 (ex J2EE) Historique Qu'est-ce que JEE JEE : Java Entreprise Edition (ex J2EE) 1. Une technologie outils liés au langage Java + des spécifications

Plus en détail

Gérez efficacement vos flux d entreprises.

Gérez efficacement vos flux d entreprises. Gérez efficacement vos flux d entreprises. g geai* répond au besoin de gestion des flux de données inter et intra-entreprises. Vous maîtrisez vos flux autour d une application centralisée. *EAI : Enterprise

Plus en détail

Mise en œuvre des serveurs d application

Mise en œuvre des serveurs d application Nancy-Université Mise en œuvre des serveurs d application UE 203d Master 1 IST-IE Printemps 2008 Master 1 IST-IE : Mise en œuvre des serveurs d application 1/54 Ces transparents, ainsi que les énoncés

Plus en détail

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium dans le cadre du projet JASMINe Avril 2008 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Rappel sur JASMINe.......................................

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Projet : Réalisation d une base de. données. Sujet : Gestion des ressources humaines. Logiciel : Microsoft Access

Projet : Réalisation d une base de. données. Sujet : Gestion des ressources humaines. Logiciel : Microsoft Access Projet : Réalisation d une base de données Sujet : Gestion des ressources humaines Logiciel : Microsoft Access Encadré par : M. Mohamed Saïd ZERRADSAHLI Réalisé par : Ben Abdelmoumen Ibtissam Challaoui

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

CORBA. (Common Request Broker Architecture)

CORBA. (Common Request Broker Architecture) CORBA (Common Request Broker Architecture) Projet MIAGe Toulouse Groupe 2 1 CORBA, introduction (1/4) Les systèmes répartis permettent de créer des applications basées sur des composants auto-gérables,

Plus en détail

VisualAge Pacbase 3.0 et WebSphere

VisualAge Pacbase 3.0 et WebSphere VisualAge Pacbase 3.0 et WebSphere Conférence VisualAge Pacbase 13 décembre 2001 Fernand Bonaguidi Jean-François Lévi 1 La plateforme logicielle WebSphere Applications de s et de Partenaires Accélérateurs

Plus en détail

EXTENSION de Microsoft Dynamics CRM 2013. Réf FR 80452

EXTENSION de Microsoft Dynamics CRM 2013. Réf FR 80452 EXTENSION de Microsoft Dynamics CRM 2013 Réf FR 80452 Durée : 3 jours A propos de ce cours : Ce cours offre une information interactive et détaillée sur le développement d extensions pour Microsoft Dynamics

Plus en détail

Conception d Applications Réparties

Conception d Applications Réparties Jean-François Roos LIFL - équipe GOAL- bâtiment M3 Extension - bureau 206 -Jean-Francois.Roos@lifl.fr 1 Objectifs du Cours Appréhender la conception d applications réparties motivations et concepts architectures

Plus en détail

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN Les contenues de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas

Plus en détail

Formation Méthode MDM. Architecture et procédés de modélisation des données de référence

Formation Méthode MDM. Architecture et procédés de modélisation des données de référence Architecture et procédés de modélisation des données de référence Objectifs de la session Les participants découvrent l architecture et les procédés de modélisation utilisés pour les projets de Master

Plus en détail

Drive your success. «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com

Drive your success. «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com Drive your success «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com ATEN, dix avantages au service de votre entreprise Qualité de mise en œuvre

Plus en détail