L Internet des Objets au service de l environnement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Internet des Objets au service de l environnement"

Transcription

1 L Internet des Objets au service de l environnement Équipe d accueil : Équipe Système d information agri-environnementaux communicants - UR TSCF - TR MOTIVE - Irstea Clermont-Fd Ecole Doctorale Sciences Pour l Ingénieur - Université Blaise Pascal Clermont-Fd Directeur de thèse : Prof. Kun Mean HOU - LIMOS Clermont-Fd Encadrement Irstea : Gil De Sousa, Jean-Pierre Chanet, Catherine Roussey Mots clés : Internet des Objets, Réseau de Capteurs Sans Fil, Web de Données, Web Sémantique, acquisition de données agri-environnementales Résumé L'émergence de nouvelles technologies sans fil ouvrent de nouvelles perspectives au niveau des Réseaux de Capteurs Sans Fil (RCSF). De nouveaux modes de fonctionnement (architecture et organisation) peuvent être envisagés et sont à définir pour la mise à disposition et la présentation des données collectées à l'utilisateur final. Cependant, l utilisation de ces nouvelles technologies ne permettra pas de résoudre toutes les problématiques existantes. Le capteur sans fil reste un dispositif avec des ressources limitées (énergie, mémoire et puissance de calcul) qui ne permettent pas d utiliser les systèmes de publication de données sur Internet appliqués à d autres entités telles que les téléphones intelligents («smartphones»). Le sujet de thèse proposé vise ainsi à proposer un tel système, dans le cadre de l Internet des Objets (IdO) pour l environnement, permettant le passage des données du capteur sans fil «physique» à sa représentation «virtuelle» sur Internet. Abstract The emergence of new wireless technologies opens up new perspectives in terms of Wireless Sensor Networks (WSN). New operating modes (architecture and organisation) may be considered for the provision and the presentation of collected data to the end user. However, The use of these new technologies will not solve all the existing issues. A wireless sensor is still a device with limited resources (energy, memory and processing) which not allow the use of the systems for data publication on the Internet applied to others entities such as smartphones. Thus, the proposed thesis aims to define such system, in the context of the Internet of Things (IdT) for environment, in order to transfer data from the "physical" wireless sensor to its "virtual" representation on the Internet.

2 1. Contexte scientifique Les réseaux de capteurs sans fil (RCSF) ou «Wireless Sensor Network» (WSN) voient leur diffusion s accroître de plus en plus rapidement pour un nombre croissant d applications (Yick, Mukherjee, and Ghosal 2008) : télémédecine (Egbogah and Fapojuwo 2011), bâtiments et villes intelligents (Tubaishat et al. 2009), surveillance environnementale (F. Wang and Liu 2011), industrie (Shen, Wang, and Sun 2004), agriculture (N. Wang, Zhang, and Wang 2006) Les RCSF sont constitués de nœuds élémentaires, capteurs sans fil, capables de faire de l acquisition de données, du traitement et de communiquer avec leurs pairs. Les principales problématiques liées aux RCSF proviennent des ressources limitées (énergie, mémoire et puissance de calcul) des nœuds qui les constituent. De nombreux travaux de recherche prennent ainsi en compte ces limitations dans le fonctionnement des RCSF : faible capacité mémoire (Kuorilehto, Hannikainen, and Hamalainen 2005), ressources énergétiques limitées (Yi et al. 2011; Chong et al. 2011), capacités de calcul restreintes (Kimura and Latifi 2005) D autres travaux de recherche également nombreux sont menés sur la mise au point de plateformes matérielles (Hempstead et al. 2008) et sur le développement des différentes briques logicielles nécessaires au bon fonctionnement de ce type de réseau : système d exploitation (Farooq and Kunz 2011), protocole de routage (Al-Karaki and Kamal 2004), gestion de la qualité de service (Chen and Varshney 2004) La manipulation, l intégration et la surveillance des données circulant sur ce type de réseaux nécessitent également des méthodes adaptées permettant de ménager le réseau et de ne pas épuiser les nœuds en leur demandant trop de travail de calcul ou de communication (Jacquot et al ; Jabeen et al ; Mousannif and Khalil 2012). Ces vingt dernières années ont ainsi vu cette technologie passer de l état de concept à celui d objet «réel». Aujourd hui, des plateformes de RCSF destinées à un large panel d utilisateurs allant au-delà des chercheurs du domaine commencent à être commercialisées. La solution MEMSIC eko par son utilisation simplifiée (de type «plug and play») au détriment de fonctionnalités limitées en est un exemple (eko 2012). La plupart des RCSF actuellement déployés sont organisés de manière à transmettre une partie ou l ensemble des données collectées à une station centrale de collecte («sink node») (Akyildiz et al. 2002). Cette station centrale peut prendre différentes formes : un capteur sans fil évolué avec des ressources (énergie et mémoire) plus importantes, un micro-ordinateur ou un serveur. Cette station centrale permet de stocker ou d archiver des données collectées par les capteurs sans fil. Ce mode de fonctionnement permet de rendre certaines données accessibles à l utilisateur final même en cas de problème au niveau du RCSF le rendant partiellement voire totalement indisponible. Cependant, ce fonctionnement centralisé pose différents problèmes dont le principal est les différences de consommation d énergie pouvant être observées au niveau des nœuds du simple fait de leur positionnement par rapport à la station de collecte. Dans un RCSF où chaque nœud communique directement avec la station de collecte, les nœuds les plus éloignés sont ceux qui consomment le plus d énergie (voir Figure 1a). Dans un RCSF où les communications de certains nœuds doivent être relayées par d autres pour atteindre la station de collecte, les nœuds les plus proches de celle-ci, qui retransmettent le plus de données non collectés par leurs soins, s épuisent plus rapidement (voir Figure 1b). Ensuite, pour rendre les données d un RCSF disponibles sur Internet, la solution la plus répandue actuellement consiste à utiliser une passerelle de communication. Dans la plupart des cas, cette dernière et la station centrale de collecte de données forment une seule et même entité. D autres modes de diffusion des données sont en train d émerger, résultats de l intégration des RCSF dans ce qu on appelle l Internet des Objets (IdO) (Internet of Things IoT) et des évolutions technologiques récentes. L IdO est né de la convergence de plusieurs visions de l informatique : la vision orientée «Objet» et celle orientée «Internet» avec ses déclinaisons Web Sémantique et Web de Données (Kindberg et al ; Gershenfeld, Krikorian, and Cohen 2004 ; Atzori, Iera, and Morabito 2010). Le Web (ou World Wide Web, WWW) est constitué de l ensemble des pages reliées entre elles par des liens hypertextes. Son fonctionnement repose sur le réseau Internet.

3 (a) Communications directes (b) Communications relayées Figure 1 : Topologies classiques d un RCSF Le terme de Web Sémantique («Semantic Web») a été proposé par Tim Berners Lee en 2001 (Berners-Lee, Hendler, and Lassila 2001) pour désigner une évolution du Web qui permettrait aux informations disponibles sur le Web d être décrites par des métadonnées, pour être exploitées par des agents logiciels. Pour permettre cette évolution, un certain nombre de standards et de technologies ont été développés par le W3C (World Wide Web Consortium). Les technologies du Web Sémantique permettent de proposer des standards pour développer des architectures logicielles distribuées sur le Web. Une application devient un assemblage de services. Ces services sont accessibles sur le Web et peuvent donc être localisés sur des serveurs distants. On parle alors de service web («Web service») et d architecture orientée service. Le Web Sémantique offre aussi des solutions pour résoudre le manque de structuration de l information disponible sur le Web. Des données descriptives vont être associées à l identifiant Web d un objet dit URI (Uniform Resource Identifier) représentant la source d information. Cet objet est appelé une ressource et représente par exemple une page web. On parle dans ce cas d annotation de ressource à l aide de métadonnées. Le W3C préconise d utiliser le langage RDF (Resource Description Framework) pour définir l association entre une métadonnée et une ressource sous forme de triplet (sujet, prédicat, objet). Imaginons une ressource décrivant un capteur intitulé «WSN_Node_1234_Sensor». Ce capteur est un capteur de température. Il existe une métadonnée caractérisant les capteurs de température «TemperatureSensor». La description RDF de ce capteur est composée du triplet (WSN_Node_1234_Sensor, rdf:type, TemperatureSensor). La description de la ressource peut être composée de données simples comme la date de création ou de mise en service de la ressource. Elle peut aussi être constituée d un graphe complexe précisant les relations entre éléments relatifs à la source, comme l ensemble des auteurs avec leurs noms et prénoms, leurs institutions de rattachement et leur rôle dans ces institutions. Lorsque la description est complexe, on parle alors de schéma de métadonnées. Pour être réutilisable et exploitable par différents agents logiciels, les vocabulaires de métadonnées et leur schéma doivent être publiés sur le Web sous forme d ontologies à l aide des standards développés par le W3C : les langages RDFS (RDF Schema) et OWL (Ontology

4 Web Language). Les ontologies définissent des noms de classes et des noms de propriétés ainsi que leurs règles de conformité. Le Web de Données («Linked Data») est une initiative visant à favoriser la publication de données structurées sur le Web en utilisant les technologies du Web Sémantique. L objectif de cette initiative est non seulement de publier les données mais aussi de les relier entre elles pour constituer un réseau global de données structurées. Ainsi les silos de données, déjà disponibles sur le Web par le biais de bases de données en ligne, ne seront plus isolés les uns des autres mais s ouvriront pour s interconnecter les uns avec les autres. Le Web de Données contient des entités représentant des phénomènes ou des objets ayant une réalité dans notre monde de tous les jours : par exemple Paris, la Seine, Jean Jaurès, Napoléon ou mon voisin. Chaque entité «réelle» doit être identifiable sur le Web par une URI. Ainsi ces données descriptives seront localisées à cette adresse sur le Web. D'autres ensembles de données peuvent alors référencer ces entités «réelles» en utilisant leur URI. Les agents logiciels utilisant ces URI peuvent découvrir plus d informations sur ces entités réelles sans être obligés de stocker dans leur base de données originale une copie des données. Pour être publiable, les données doivent être associées à leur schéma représenté par des ontologies. Le fait d utiliser les langages préconisés par le W3C (RDF, RDFS, OWL) permet à tout agent logiciel d interroger l ensemble de données avec le langage dédié SPARQL (SPARQL Protocol and RDF Query Language) et de lire les données résultats. L autre élément important qui a permis de créer ce nouveau paradigme est lié aux avancées récentes en matière de technologies sans fil telles que l arrivée du protocole 6LoWPAN (IPv6 over Low power Wireless Personal Network) ou de solutions comme celle nommée UNB (Ultra Narrow Band) proposée par la société SIGFOX (SIGFOX 2012). Le protocole 6LoWPAN est une surcouche au protocole de communication IEEE (dont l implémentation la plus connue est le ZigBee) pour l intégration d IPv6 dans le cadre des objets communicants à faibles ressources (Kushalnagar, Montenegro, and Schumacher 2007 ; Hui, and Culler 2008 ; Hui, Culler, and Chakrabarti 2009). En effet, l arrivée progressive du protocole de communication IPv6 et ses 3, adresses (identifiants) possibles, en remplacement d IPv4, permet potentiellement de connecter à Internet l ensemble des objets communicants actuels et futurs. Cependant, à la base, le protocole IPv6 n est pas adapté aux objets communicants aux ressources limitées dont font partie, entre autres, les capteurs sans fil. Le protocole 6LoWPAN est ainsi né de la volonté de combler ce manque. De par ses caractéristiques techniques (débit de 100b/s, portée d environ 10 km, consommation d énergie limitée), la technologie UNB vise, quant à elle, à devenir un équivalent du GSM/GPRS (Global System for Mobile communications/general Packet Radio Service) dans un contexte de communications M2M (Machine-to-Machine) et ceci pour tout type d objets communicants, même ceux à relativement faibles ressources comme les capteurs sans fil. Les capteurs sans fil qui seront équipés de cette technologie pourraient donc publier leurs données directement sur Internet sans passer par un intermédiaire.

5 2. Sujet de thèse Ces différents éléments ouvrent de nouvelles perspectives au niveau du fonctionnement (architecture et organisation) des RCSF pour la présentation à l utilisateur final des données agrienvironnementales collectées. Par exemple, les deux technologies, 6LoWPAN et UNB, dont le déploiement est prévu dans les années à venir permettent d envisager des nouveaux modes de publications des données d un capteur sans fil sur Internet. Si l on considère tout d abord le protocole 6LoWPAN, son adoption au niveau d un RCSF apportera, comme changement majeur, la «visibilité» depuis Internet de chacun des nœuds du réseau et, principalement, de leurs données (et métadonnées) (Moraru, Fortuna, and Mladenic 2011). Ainsi, si l on se trouve à portée de communication d un capteur sans fil utilisant 6LoWPAN, on pourra accéder à ses données ou fonctionnalités comme n importe quelle autre entité connectée à Internet : serveur, ordinateur, tablette, téléphone intelligent («smartphone»)... Cependant, un capteur sans fil reste un dispositif aux ressources limitées (énergie, mémoire et puissance de calcul) en comparaison des autres entités citées. De plus, les RCSF sont généralement déployés dans des zones difficiles d accès pour des longues périodes (de 1 à 5 ans en moyenne). Il n est donc pas possible d utiliser les mêmes architectures logicielles («frameworks») pour publier leurs données sur Internet que celles utilisées, par exemple, pour les téléphones intelligents. Certains téléphones intelligents ont des caractéristiques matérielles proches de celles d un capteur sans fil mais la fréquence du rechargement de leur batterie n est pas comparable à celle d un capteur sans fil (1 fois par jour pour certains contre 1 fois tous les 1 à 5 ans, c est-à-dire leur durée de déploiement). Le sujet de thèse proposé vise ainsi à proposer un système adapté aux capteurs sans fil pour la publication de données sur Internet. Cet objectif requiert de travailler sur les deux points suivants : La politique de publication (en continu) sur Internet des données d un RCSF Le mode de fonctionnement du RCSF pour permettre cette publication Pour le premier point, nous nous appuierons sur les travaux de recherche menés actuellement dans le cadre du Web Sémantique sur le développement d applications intégrant des données issues de capteurs (sans fil ou non). L initiative de l OGC (Open Geospatial Consortium) nommée SWE (Sensor Web Enablement) en fait partie. Celle-ci a donné lieu à différentes propositions telles que celle présentée dans (Broering et al. 2010). Cet article propose notamment une architecture pour permettre à un capteur (pas forcément de type sans fil) géolocalisé («geosensor») de communiquer avec le réseau «Sensor Web», partie/extension du Web pour les capteurs. Cette architecture intègre 3 couches : la couche «Geosensor», la couche «Sensor Web» et une couche intermédiaire servant d interface aux deux précédentes nommée «Sensor Bus». Plus précisément, cette couche «Sensor Bus» intègre un mécanisme de publication et d abonnement et définit certains messages pour permettre aux couches «Sensor Web» et «Geosensor» d interagir. Une autre originalité de ce travail est l utilisation d un outil de réseau social (Twitter dans ce cas) pour créer la couche «Sensor Bus». Notre premier travail consistera donc à adapter, au domaine des RCSF, les éléments de ces travaux qui peuvent l être. Notre système de publication devrait fonctionner sur le principe de «publication / souscription» à la manière d un service web. Chaque capteur sans fil indiquera l ensemble des données et des services qu il peut fournir. L utilisateur final s abonnera à celui (ou ceux) qui l intéresse(nt). Les capteurs sans fil publieront leurs données en flux continus («data stream») pour suivre au plus près l évolution des phénomènes observés. La capacité d un capteur sans fil, au regard de ses ressources, à publier ses données au format RDF sera également étudiée. L utilisation de RDF permettrait notamment d interroger les données d un capteur sans fil à l aide de requêtes standardisées en langage SPARQL. Un système d abonnement et de désabonnement devra être proposé. Il pourra s appuyer et fonctionner à la manière d un outil de «réseau social» dédié aux informations et services pour l environnement. Des entités électroniques autres que les RCSF faisant partie de l IdO pourront y contribuer. Ce système offrira notamment la possibilité de définir des droits d accès (partiels ou totaux) aux données et aux services fournis par les capteurs sans fil. L objectif de publication (en continu) sur Internet des données d un capteur sans fil nécessite de s intéresser au mode de fonctionnement du RCSF c est-à-dire à son architecture (ou topologie) et à son organisation. L utilisation du protocole 6LoWPAN permet théoriquement de rendre «visible»

6 tous les capteurs sans fil d un RCSF depuis Internet. Ils peuvent ainsi tous jouer le rôle de passerelle de communication («gateway»). Les points d entrée et de sortie du RCSF vers Internet sont donc multiples. Cette «visibilité» est cependant limitée par le problème déjà cité de la portée de communication d un capteur sans fil. Ainsi, même en intégrant le protocole 6LoWPAN, certains nœuds du RCSF peuvent être obligés de demander à d autres nœuds d acheminer leurs données jusqu à Internet. Or, un capteur sans fil passe la majeure partie du temps en mode veille voire en sommeil profond pour pouvoir économiser son énergie. Il peut ainsi arriver que des nœuds se retrouvent isolés et ne puissent faire relayer leurs données à publier jusqu à Internet. Pour répondre à ces différentes problématiques, nous proposons de travailler sur une architecture de RCSF constituée de sous-groupes («cluster») pour la publication de données sur Internet et pas uniquement le routage (voir Figure 2). Au sein de chaque sous-groupe, sera élu un nœud «chef» en charge notamment de publier, durant une période fixée, ses données et celles des autres. Les modalités (durée, mission,... ) de son mandat seront établies suivant son état (ex : niveau d énergie), celui de son sous-groupe et celui du phénomène observé (Bendadouche et al. 2012). Ces états influeront également la constitution des sous-groupes. Un sous-groupe avec des nœuds avec peu d énergie pourra intégrer un nœud d un autre sous-groupe et le désigner comme «chef». Un utilisateur final pourra également souscrire aux données et services fournis par un sous-groupe en plus de ceux d un nœud et du RCSF. L organisation du RCSF se basera sur la coopération et la collaboration des nœuds dans la création, la maintenance et l évolution des sousgroupes pour la publication de données sur Internet. Figure 2 : Nouvelle architecture de RCSF pour la publication de données sur Internet

7 3. Déroulement de la thèse Cette thèse comportera les 4 étapes suivantes : Etape 1 (6 mois) Recensement en parallèle des nouvelles technologies sans fil pour les RCSF et des architectures logicielles existantes pour la publication de données sur Internet Cette étape a pour but de recenser et d étudier précisément l existant dans ces deux domaines. A l issue de celle-ci, le choix de la ou (des) technologie(s) sans fil à utiliser dans le RCSF doit être fait. Celui-ci est d autant plus important qu il influera directement sur le mode de fonctionnement (architecture et organisation) du RCSF que l on définira par la suite. L existence d une architecture logicielle qui pourra servir de base à nos travaux sera également établi. Plusieurs parties de différentes architectures pourront être combinées. L objectif est d établir la nécessité ou non de proposer une architecture entièrement nouvelle. Etape 2 (12 mois) Proposition et évaluation de la politique de publication (en continu) sur Internet des données d un capteur sans fil Cette étape se basera sur les résultats de l étude précédente sur les architectures logicielles possibles pour notre problématique. Elle est divisée en deux parties. La première partie est la définition et le développement de notre système de publication de données sur Internet. Il faudra ainsi mettre en place le principe de «publication» de données et de services par les capteurs sans fil et de «souscription» à ceux-ci par l utilisateur final. Dans une seconde partie, l application découlant de ces travaux, basée ou non sur un outil de type «réseau social», sera déployée et testée, en conditions réelles, sur un RCSF. Etape 3 : (12 mois) Proposition et évaluation d un mode de fonctionnement de RCSF pour la publication de données sur Internet L architecture envisagée pour le RCSF reposerait sur des sous-groupes de publication de données sur Internet. Les aspects organisationnels du RCSF liés à la formation et à la gestion de ces sousgroupes seront ainsi abordés dans cette étape. La définition des différents rôles que pourra jouer un capteur sans fil sera également traité. Comme la précédente, cette étape comportera une partie d évaluation en conditions réelles en appliquant le mode de fonctionnement proposé au RCSF utilisé dans l étape 2. A la fin de celle-ci, nous obtiendrons donc un démonstrateur regroupant l ensemble des travaux menés au cours de cette thèse. Etape 4 : (6 mois) Cette période est réservée à la rédaction du mémoire de thèse et à la soutenance de celle-ci 4. Positionnement de la thèse La thèse s inscrit dans le prolongement des thèses en cours dans l équipe : -Celle de Rimel Bendadouche sur l utilisation des ontologies pour permettre aux capteurs d avoir un comportement adapté à leur état (disponibilités de ressources telles que l énergie ou la mémoire) et à leur contexte (nature des phénomènes observés, état de leurs voisins...) (Bendadouche et al., 2012) ; -Celle de Yibo Chen sur les protocoles de routage spécifiques aux réseaux agri-environnementaux prenant en compte les contraintes d énergie, de mise en veille des capteurs... (Chen et al., 2012). En effet, dans le cadre de ces deux thèses nous avons abordé la question du fonctionnement des capteurs et de leur politique de communication en prenant en compte les contraintes de ces types de réseaux. Avec cette nouvelle thèse, nous abordons la question de la publication des données sur Internet pour chaque capteur en intégrant toujours la question des contraintes de fonctionnement (faibles ressources, optimisation de la durée de vie...).

8 5. Champ d application Le champ d application de la thèse sera celui des capteurs sans fil environnementaux en charge de la surveillance de sites. C est le cas, par exemple, de capteurs de suivi de l eau dans un bassin versant (précipitations, augmentation des hauteurs d eau dans les cours d eau) ou pour la gestion de l eau des canaux d irrigation. On pourra également considérer des capteurs de suivi de site (stockage de déchets, station d épuration, bâtiment). Dans le cadre de projets en cours au sein de l équipe, deux plateformes de RCSF dédiées à l acquisition de données agri-environnementales doivent être déployés dans les deux années à venir. La première doit l être, pour la fin d année 2013, sur le site de Montoldre du centre Irstea de Clermont-Ferrand dans le cadre de l axe Innovapôle du contrat de projets Etat-Région Auvergne Elle comportera 50 à 100 nœuds (certains équipés de plusieurs sondes). Une seconde plateforme de RCSF d environ 40 nœuds doit également être déployée au cours de l année 2014 dans le cadre du projet CASDAR CROCUS (Capteurs en réseau, autonomes, pour le suivi du climat, de la végétation et du sol). Celles-ci permettront d évaluer, dans des conditions réelles d application, les travaux de recherche menés dans le cadre du sujet de thèse proposé. 6. Collaboration autour de la thèse Les collaborations autour de la thèse seront de deux ordres : d une part des collaborations internes à Irstea principalement avec des thématiciens des autres TR et d autre part avec des laboratoires universitaires en informatique. Nous avons déjà établi des relations avec les TR ARCEAU et RIVAGE qui seront poursuivies dans le cadre de cette thèse. Une démarche similaire vers le TR TED sera également entreprise. Sur le plan académique, la direction de la thèse sera assurée par le professeur Kun Mean Hou du LIMOS (Clermont-Fd), partenaire historique de l équipe. Nous poursuivrons également la montée en puissance de notre collaboration avec Oscar Corcho, chercheur spécialiste en ontologie, de l université de Madrid ainsi qu avec le professeur Houda Labiod de Telecom Paristech, spécialiste en réseau de capteurs. 7. Références Akyildiz, I. F., W. Su, Y. Sankarasubramaniam, and E. Cayirci Wireless sensor networks: a survey. Computer Networks, vol. 38 no. 4, pp , March 15, Al-Karaki, J. N., and A. E. Kamal Routing Techniques in Wireless Sensor Networks: A Survey. IEEE Wireless Communications 11 (6): Atzori, L., A. Iera, and G. Morabito The Internet of Things: A Survey. Computer Networks 54 (15): Bendadouche, R., C. Roussey, G. De Sousa, J. P. Chanet, K. M. Hou Etat de l art sur les ontologies de capteurs pour une intégration intelligente des données, in: 30ème Congrès Inforsid, 29/05/ /05/2012. Montpellier, FRA, pp Berners-Lee, T., J. Hendler, and O. Lassila The Semantic Web. Scientific American, vol. 284, no. 5, pp , May Broering, A., T. Foerster, S. Jirka, and C. Priess Sensor Bus: An Intermediary Layer for Linking Geosensors and the Sensor Web. 1st International Conference and Exhibition on Computing for Geospatial Research and Application, COM.Geo 2010, Washington, DC, USA, June 21-23, Broering, A., J. Echterhoff, S. Jirka, I. Simonis, T. Everding, C. Stasch, S. Liang, and R. Lemmens New Generation Sensor Web Enablement. Sensors 11 (3): Chen, D., and P.K. Varshney QoS Support in Wireless Sensor Networks: A Survey. In International Conference on Wireless Networks, 1: Las Vegas,USA. Chen, Y., Chanet, J.P., Hou, K.M., Protocole de routage RPL, un cas d application : l agriculture de précision, in: First China-France Workshop on Future Computing Technology (CF- WoFUCT 2012), 16/02/ /02/2012, Harbin, CHN. p. 6. Chong, S.K., M.M. Gaber, S. Krishnaswamy, and S.W. Loke Energy-aware Data Processing Techniques for Wireless Sensor Networks: A Review. Vol Lncs. Egbogah, E.E., and A.O. Fapojuwo A Survey of System Architecture Requirements for

9 Health Care-based Wireless Sensor Networks. Sensors 11 (5): eko Farooq, M.O., and T. Kunz Operating Systems for Wireless Sensor Networks: A Survey. Sensors 11 (6): Gershenfeld, N, R Krikorian, and D Cohen The Internet of Things. Scientific American, volu. 291, no. 4, pp , October Hempstead, M., M.J. Lyons, D. Brooks, and G.-Y. Wei Survey of Hardware Systems for Wireless Sensor Networks. Journal of Low Power Electronics 4 (1): Hui, J, and D Culler. 2008, Extending IP to Low-Power, Wireless Personal Area Networks. IEEE Internet Computing, vol. 12, no. 4, pp , July Hui, J, D Culler, and S Chakrabarti LoWPAN: Incorporating IEEE Into the IP Architecture Internet Protocol for Smart Objects (IPSO) Alliance. White Paper #3. Jabeen, F., S. Nawaz, S. Tanveer, and M. Iqbal Spatio-temporal Query Processing over Sensor Networks: Challenges, State of the Art and Future Directions. KSII Transactions on Internet and Information Systems 6 (7): Jacquot, A, J P Chanet, K M Hou, X Diao, and J J Li LiveNCM: A New Wireless Management Tool. In IEEE AFRICON 2009, 6. Nairobi, Kenya. Kindberg, T, J Barton, J Morgan, G Becker, D Caswell, P. Debaty, G Gopal, M Frid, V Krishnan, H Morris, J Schettino, B Serra, and M Spasojevic People, Places, Things: Web Presence for the Real World. Mobile Networks and Applications, Springer, vol. 7, no. 5, pp , October Kimura, N., and S. Latifi A Survey on Data Compression in Wireless Sensor Networks. In ITCC International Conference on Information Technology: Coding and Computing, 2:8 13. Las Vegas,USA. Kuorilehto, Mauri, Marko Hannikainen, and Timo D. Hamalainen A Survey of Application Distribution in Wireless Sensor Networks. EURASIP Journal on Wireless Communications and Networking 2005 (5): Kushalnagar, N, G Montenegro, and C. Schumacher IPv6 over Low-Power Wireless Personal Area Networks (6LoWPANs): Overview, Assumptions, Problem statement, and Goals. IETF RFC 4919, August Moraru, A., C. Fortuna, and D. Mladenic A System for Publishing Sensor Data on the Semantic Web. In Information Technology Interfaces (ITI), Proceedings of the ITI rd International Conference On, Mousannif, H., and I. Khalil Cooperative Data Management in Wireless Sensor Networks. International Journal of Computational Intelligence Systems 5 (3): Shen, Xingfa, Zhi Wang, and Youxian Sun Wireless Sensor Networks for Industrial Applications. In Fifth World Congress on Intelligent Control and Automation, 4: Hangzhou, China. SIGFOX Tubaishat, M., Z. Peng, Q. Qi, and S. Yi Wireless Sensor Networks in Intelligent Transportation Systems. Wireless Communications and Mobile Computing 9 (3): Wang, F., and J. Liu Networked Wireless Sensor Data Collection: Issues, Challenges, and Approaches. IEEE Communications Surveys and Tutorials 13 (4): Wang, Ning, Naiqian Zhang, and Maohua Wang Wireless Sensors in Agriculture and Food industry--recent Development and Future Perspective. Computers and Electronics in Agriculture 50 (1) (January): Yi, X.-S., P.-J. Jiang, X.-W. Wang, and S.-C. Zhang Survey of Energy-saving Protocols in Wireless Sensor Networks. In 1st International Conference on Robot, Vision and Signal Processing, RVSP 2011, Yick, J., B. Mukherjee, and D. Ghosal Wireless Sensor Network Survey. Computer Networks 52 (12):

Soyez acteurs du Web! Estelle Bretagne. L'avenir du web?

Soyez acteurs du Web! Estelle Bretagne. L'avenir du web? Soyez acteurs du Web! Estelle Bretagne L'avenir du web? Bonjour dans cette partie nous allons parler de quelques uns des usages du web amenés à se développer dans les prochaines années. Nous avons choisi

Plus en détail

1.Introduction - Modèle en couches - OSI TCP/IP

1.Introduction - Modèle en couches - OSI TCP/IP 1.Introduction - Modèle en couches - OSI TCP/IP 1.1 Introduction 1.2 Modèle en couches 1.3 Le modèle OSI 1.4 L architecture TCP/IP 1.1 Introduction Réseau Télécom - Téléinformatique? Réseau : Ensemble

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Groupe de Discussion - IoT Enjeux de l adoption de réseaux de capteurs IPv6. Sébastien Dawans 06/06/2012

Groupe de Discussion - IoT Enjeux de l adoption de réseaux de capteurs IPv6. Sébastien Dawans 06/06/2012 Groupe de Discussion - IoT Enjeux de l adoption de réseaux de capteurs IPv6 Sébastien Dawans 06/06/2012 Le CETIC en quelques mots Software & Services Technologies Helping industry to exploit faster distributed,

Plus en détail

de proposer avec un kit de développement style carte arduino accompagné de 2 ou 3 capteurs et câbles par étudiant.

de proposer avec un kit de développement style carte arduino accompagné de 2 ou 3 capteurs et câbles par étudiant. D-3000 D-3000 à pour but de penser l aménagement des ateliers de l option design au sein de l isdat, en lien avec l enseignement apporté, c est-à-dire de penser des espaces de travail et des éléments qui

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

Les capteurs biomédicaux

Les capteurs biomédicaux Les capteurs La gestion des échanges entre les capteurs et les applications médicales Référence : Frédérique Laforest 1 Au programme : distante 3. Un exemple : 802.15.4/ZigBee 2 1.1 Contexte 1.2 Objectifs

Plus en détail

Eléments essentiels de NGN. Kamel HJAIEJ SUP COM

Eléments essentiels de NGN. Kamel HJAIEJ SUP COM Kamel HJAIEJ SUP COM Eléments essentiels de NGN Un cœur de réseau unique et mutualisé dont l architecture est en 3 couches : Transport, Contrôle et Services. Une évolution du transport en mode paquet (IP,

Plus en détail

Supervision des réseaux et services pair à pair

Supervision des réseaux et services pair à pair Supervision des réseaux et services pair à pair Présentation des travaux de Thèse Guillaume Doyen LORIA - Université Henri Poincaré pour l obtention du Doctorat en Informatique de l université Henri Poincaré

Plus en détail

Les nouveautés en UCOPIA Version 5.0

Les nouveautés en UCOPIA Version 5.0 Les nouveautés en UCOPIA Version 5.0 Pour mieux répondre aux besoins de nos clients, UCOPIA sort la toute dernière version de la solution, disponible dès septembre 2014. Chaque evolution dans cette version

Plus en détail

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Sixième : 1 ère partie : caractéristiques de

Plus en détail

plate-forme PaaS (Audit)

plate-forme PaaS (Audit) Contrôle d accès dans une plate-forme PaaS (Audit) Ahmed BOUCHAMI, Olivier PERRIN, LORIA Introduction La sécurité d une plate-forme collaborative nécessite un module d authentification et un module de

Plus en détail

SUN EcoSensor Capteur de mesure de luminosité sans fil

SUN EcoSensor Capteur de mesure de luminosité sans fil EcoSensor Capteur de mesure de luminosité sans fil Economique et compact Nouveau Produit Capteur de mesure de luminosité Ultra-basse Consommation Datalogger 32700 acquisitions de données Pas besoin de

Plus en détail

Logiciel EIME V5 : Définitions

Logiciel EIME V5 : Définitions Logiciel EIME V5 : Définitions Analyse du Cycle de Vie (ACV) Compilation et évaluation des intrants, des extrants et des impacts environnementaux potentiels d un système de produits au cours de son cycle

Plus en détail

Web sémantique, données libres et liées, UNT

Web sémantique, données libres et liées, UNT Web sémantique, données libres et liées, UNT Yolaine Bourda September 20, 2012 Web sémantique De nombreux documents sont présents sur le Web. Pourtant il est parfois difficile d avoir des réponses à des

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

Virtualiser un serveur de fax

Virtualiser un serveur de fax Virtualiser un serveur de fax Mars 2012 IMECOM Groupe prologue - Z.A. Courtaboeuf II - 12, avenue des Tropiques - B.P. 73-91943 LES ULIS CEDEX - France Phone : + 33 1 69 29 39 39 - Fax : + 33 1 69 28 89

Plus en détail

LES RÉSEAUX INFORMATIQUES

LES RÉSEAUX INFORMATIQUES LES RÉSEAUX INFORMATIQUES Lorraine Le développement d Internet et de la messagerie électronique dans les entreprises a été, ces dernières années, le principal moteur de la mise en place de réseau informatique

Plus en détail

L Internet des objets

L Internet des objets L Internet des objets L économie numérique entame une nouvelle phase de son évolution notamment avec le développement de l Internet des objets et la future 5G. Ces avancées ouvrent la voie à l avènement

Plus en détail

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES Charte des PLATEAUX TECHNIQUES L université Blaise Pascal affiche sa volonté de mutualisation de ses équipements scientifiques et sa volonté d ouverture vers son environnement institutionnel et économique.

Plus en détail

Réseau Sociaux Plan. 1. Historique. 2. Définition et fonctionnalités. 3. Usages actuels. 4. Tendances. 5. Problématiques de recherche

Réseau Sociaux Plan. 1. Historique. 2. Définition et fonctionnalités. 3. Usages actuels. 4. Tendances. 5. Problématiques de recherche Réseaux Sociaux Révolution des usages sur Internet, et nouvelles problématiques de recherche Pierre Maret, Laboratoire Hubert Curien, St-Etienne Adrien Joly, Alcatel-Lucent Bell Labs France, Villarceaux

Plus en détail

Chapitre II : Les Réseaux Informatiques. Smii_adn@yahoo.fr 1

Chapitre II : Les Réseaux Informatiques. Smii_adn@yahoo.fr 1 Chapitre II : Les Réseaux Informatiques Smii_adn@yahoo.fr 1 I- Introduction : Un réseau informatique est un ensemble d appareils(ordinateurs et périphériques)reliés entre eux dans le but de permettre à

Plus en détail

Déploiement et développement de réseaux de capteurs sans fils. IJD : Alaeddine WESLATI EPI : HIPERCOM

Déploiement et développement de réseaux de capteurs sans fils. IJD : Alaeddine WESLATI EPI : HIPERCOM Déploiement et développement de réseaux de capteurs sans fils IJD : Alaeddine WESLATI EPI : HIPERCOM INRIA Rocquencourt 26 Juin 2012 SOMMAIRE 1. Contexte et objectifs 2. SensLAB 3. FIT - ECO 4. SMARTMESH

Plus en détail

Présentation de m2ocity

Présentation de m2ocity Présentation de m2ocity Télérelevé ouvert et interopérable : solutions et usages innovants pour la ville durable Septembre 2012 Le télérelevé des compteurs et capteurs intelligents peut aider à apporter

Plus en détail

Eléments réseaux pour

Eléments réseaux pour Eléments réseaux pour l EE des bâtiments IT for green: sauvegarde de la planète avec des capteurs? Bernard Tourancheau Université de Lyon1, Université de Lyon, INRIA INSA-Lyon, CITI, F-69621, France Bernard.Tourancheau@inria.fr

Plus en détail

M06/5/COMSC/SP1/FRE/TZ0/XX INFORMATIQUE NIVEAU MOYEN ÉPREUVE 1. Mardi 2 mai 2006 (après-midi) 1 heure 30 minutes INSTRUCTIONS DESTINÉES AUX CANDIDATS

M06/5/COMSC/SP1/FRE/TZ0/XX INFORMATIQUE NIVEAU MOYEN ÉPREUVE 1. Mardi 2 mai 2006 (après-midi) 1 heure 30 minutes INSTRUCTIONS DESTINÉES AUX CANDIDATS IB INFORMATIQUE NIVEAU MOYEN ÉPREUVE 1 DIPLOMA PROGRAMME PROGRAMME DU DIPLÔME DU BI PROGRAMA DEL DIPLOMA DEL BI M06/5/COMSC/SP1/FRE/TZ0/XX 22067017 Mardi 2 mai 2006 (après-midi) 1 heure 30 minutes INSTRUCTIONS

Plus en détail

Centre hospitalier Sainte croix

Centre hospitalier Sainte croix Projet Personnel encadré semestre 1 BTS SIO 1 ère année Centre hospitalier Sainte croix 2 nd mission Installation des chercheurs UNIS POUR SOIGNER La nouvelle équipe arrive dans deux mois et la nouvelle

Plus en détail

Aujourd hui, on utilise de nombreux objets communicants dans notre quotidien.

Aujourd hui, on utilise de nombreux objets communicants dans notre quotidien. Objets communicants & Internet des Objets Aujourd hui, on utilise de nombreux objets communicants dans notre quotidien. Nous sommes entourés de ces appareils pouvant communiquer avec leur environnement

Plus en détail

Radio sur fibre pour la maison très haut débit

Radio sur fibre pour la maison très haut débit Radio sur fibre pour la maison très haut débit Benoit Charbonnier, Pierre Urvoas, Quoc Thai N'Guyen et Anna Pizzinat France Télécom Recherche et Développement 2, Avenue Pierre Marzin 22307 Lannion Cédex

Plus en détail

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Introduction Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Depuis le lancement du projet en février 2013, différentes actions ont été effectuées dans le but d'accroître la sensibilisation et

Plus en détail

Monter un site Intranet

Monter un site Intranet Monter un site Intranet S il n est pas difficile de créer un site Web basique grâce à IIS, ceux d entre vous qui ne sont pas initiés aux langages de développement Web auront du mal à satisfaire les besoins

Plus en détail

Description de l offre de services

Description de l offre de services Description de l offre de services Prestations en Webconférence... 2 Les prestations :... 3 Etude d éligibilité Microsoft Office 365... 3 Forfait de Mise en service... 4 Migration 5 utilisateurs... 5 Formation

Plus en détail

La virtualisation du poste de travail

La virtualisation du poste de travail Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ La virtualisation du poste de travail Copyright 2010 CXP. 1 All rights reserved. Reproduction or distribution of this document, in any form, is expressly prohibited without

Plus en détail

PLATEFORME DE SUPERVISION

PLATEFORME DE SUPERVISION PLATEFORME DE SUPERVISION ACCOR SOLUTIONS - Page 1/10 - PRESENTATION GENERALE SMART VE est une plateforme de supervision développée par Accor, spécifiquement dédiée aux infrastructures de recharge pour

Plus en détail

Mise en place d une base de données géoréférencées: outil d aide à la décision pour la protection des prises d eau

Mise en place d une base de données géoréférencées: outil d aide à la décision pour la protection des prises d eau Mise en place d une base de données géoréférencées: outil d aide à la décision pour la protection des prises d eau Contexte Exigences croissantes en matière de qualité et de sécurité d approvisionnement

Plus en détail

Données liées et Web sémantique quand le lien fait sens

Données liées et Web sémantique quand le lien fait sens Données liées et Web sémantique quand le lien fait sens Fabien Gandon #inria_industrie étendre la mémoire humaine Vannevar BUSH 2 étendre la mémoire humaine Vannevar BUSH Memex, Life Magazine, 10/09/1945

Plus en détail

Normes et Principes des Réseaux

Normes et Principes des Réseaux Normes et Principes des Réseaux DI / Polytech Tours J.Y. RAMEL 2005-2006 Bibliographie 2 LIVRES : Les réseaux. Guy Pujolle. Eyrolles. 1997. Réseaux Locaux: Normes & Protocoles. Pierre Rolin. Hermès. 1993.

Plus en détail

Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité

Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité Concours ERDF de l innovation 2015 «Réseaux Electriques Intelligents» Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité

Plus en détail

Système de Management par la Qualité

Système de Management par la Qualité Système de Management par la Qualité Rapport Technique Référence Rédigé par MAN-01 Jérémie Dhennin Nombre de pages 9 Le 23 juillet 2015 Diffusion non restreinte ELEMCA SAS / RCS Toulouse 790 447 866 425,

Plus en détail

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description I. Bases de données Exemples classiques d'applications BD Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Gestion des personnels, étudiants, cours, inscriptions,...

Plus en détail

Débouchés professionnels : des perspectives multiples. Conditions d accès : La formation à L INPT :

Débouchés professionnels : des perspectives multiples. Conditions d accès : La formation à L INPT : Débouchés professionnels : des perspectives multiples Le cursus à l INPT offre des horizons intéressants. Les métiers liés aux Télécoms et TI sont les plus prisés par les lauréats à travers notamment les

Plus en détail

Un modèle multi-agents pour la gestion des connaissances

Un modèle multi-agents pour la gestion des connaissances Un modèle multi-agents pour la gestion des connaissances Pierre Maret, Département Informatique et LIRIS, INSA de Lyon Jacques Calmet, IAKS, Université de Karlsruhe, Allemagne Le principe général sous-jacent

Plus en détail

Hyper-V et SC Virtual Machine Manager sous Windows Server 2008 R2

Hyper-V et SC Virtual Machine Manager sous Windows Server 2008 R2 186 Hyper-V et SC Virtual Machine Manager sous Windows Server 2008 R2 L'utilisation des fonctionnalités de haute disponibilité intégrées aux applications, L'ajout de solutions tierces. 1.1 Windows Server

Plus en détail

Le rôle des territoires dans le développement des nouveaux systèmes sectoriels d innovation locaux : le cas des smart cities

Le rôle des territoires dans le développement des nouveaux systèmes sectoriels d innovation locaux : le cas des smart cities Le rôle des territoires dans le développement des nouveaux systèmes sectoriels d innovation locaux : le cas des smart cities Amel ATTOUR Maître de Conférences Université de Lorraine ENSMN- BETA-CNRS- UMR7522

Plus en détail

1969 : Arpanet voit le jour en pleine guerre froide. Projet du Département de la

1969 : Arpanet voit le jour en pleine guerre froide. Projet du Département de la historique internet Arpanet Advanced Research Projects Agency Network 1969 : Arpanet voit le jour en pleine guerre froide. Projet du Département de la Défense des Etats-Unis pour assurer la transmission

Plus en détail

quand le lien fait sens

quand le lien fait sens Fabien Gandon - @fabien_gandon - http://fabien.info Wimmics (Inria, I3S, CNRS, Université de Nice) W3C AC Rep pour Inria Données liées et Web sémantique quand le lien fait sens étendre la mémoire humaine

Plus en détail

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation Table des matières 1. PRESENTATION DE LA PLATE-FORME D APPRENTISSAGE ANAXAGORA... 3 2. ARCHITECTURE FONCTIONNELLE... 4 3. L APPRENTISSAGE... 5 3.1. L ESPACE DE TRAVAIL... 5 3.1.1. Le calendrier... 5 4.

Plus en détail

Fiche technique WS2012

Fiche technique WS2012 Le 18/03/013 OBJECTIF VIRTUALISATION mathieuc@exakis.com EXAKIS NANTES Identification du document Titre Projet Date de création Date de modification Fiche technique Objectif 18/03/2013 26/03/2013 WS2012

Plus en détail

ARCHITECTURE TECHNIQUE DU SYSTEME

ARCHITECTURE TECHNIQUE DU SYSTEME Vers. : 02 Date : 26/03/2014 Page : 1/13 Agence ou Service : I&S Projet : SAEM ARCHITECTURE TECHNIQUE DU SYSTEME Rédigé par : Benjamin CATINOT Diffusé à : SAEM Approuvé par : Willyam GUILLERON GROUPE AKKA

Plus en détail

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM 2 À PROPOS De nos jours, il est essentiel pour les entreprises de définir une stratégie marketing précise et efficace.

Plus en détail

Les autoroutes de l information

Les autoroutes de l information Les autoroutes de l information 1 ère partie Architecture des réseaux. Reproduction interdite. Sommaire Sommaire...3 Un bref historique...3 Les autoroutes de l information...4 Les types de routes...5 Le

Plus en détail

BONPRIX. Contexte et problématique : Les problèmes rencontrés :

BONPRIX. Contexte et problématique : Les problèmes rencontrés : BONPRIX BONPRIX fait communiquer en temps réel ses applications RPG Power i au moyen de Web Services avec le logiciel Strategi webservices Contexte et problématique : Bonprix est une société de vente à

Plus en détail

Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk. AMI Enterprise Discovery version 3.9

Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk. AMI Enterprise Discovery version 3.9 Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk AMI Enterprise Discovery version 3.9 Février 2005 Sommaire 1 Objectifs d AMI Help Desk...3 2 Principes de fonctionnement...3 2.1 Mode de travail

Plus en détail

Projet 2 : Modification et création de rapports

Projet 2 : Modification et création de rapports Projet 2 : Modification et création de rapports 1 Genèse du projet Durant l année 2014, Alter Domus a décidé de changer de logo et de couleurs caractérisant l entreprise. On appelle cela le rebranding,

Plus en détail

Cloud computing Votre informatique à la demande

Cloud computing Votre informatique à la demande Cloud computing Votre informatique à la demande Thomas RULMONT Définition du Cloud Computing L'informatique dans le nuage (en anglais, cloud computing) est un concept ( ) faisant référence à l'utilisation

Plus en détail

Méthodologie de conceptualisation BI

Méthodologie de conceptualisation BI Méthodologie de conceptualisation BI Business Intelligence (BI) La Business intelligence est un outil décisionnel incontournable à la gestion stratégique et quotidienne des entités. Il fournit de l information

Plus en détail

Intégration de données complexes pour une vision 360 du client. Chloé Clavel EDF R&D Département ICAME

Intégration de données complexes pour une vision 360 du client. Chloé Clavel EDF R&D Département ICAME Intégration de données complexes pour une vision 360 du client Chloé Clavel EDF R&D Département ICAME Contexte : projet R&D sur l intégration de données complexes pour la connaissance client Objectif :

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Auteur : Université Paris-Est Rédacteurs : Isabelle Gautheron, Ecole des Ponts ParisTech,

Plus en détail

Le CNRFID. De l innovation au déploiement de solutions innovantes et intelligentes sans contact

Le CNRFID. De l innovation au déploiement de solutions innovantes et intelligentes sans contact Le CNRFID De l innovation au déploiement de solutions innovantes et intelligentes sans contact 1 Sommaire Présentation du CNRFID Le CNRFID Nos objectifs RFID/NFC Définitions Le Marché de la RFID Le Marché

Plus en détail

e-science : perspectives et opportunités pour de nouvelles pratiques de la recherche en informatique et mathématiques appliquées

e-science : perspectives et opportunités pour de nouvelles pratiques de la recherche en informatique et mathématiques appliquées Emilie MANON, Joanna JANIK, Gabrielle FELTIN e-science : perspectives et opportunités pour de nouvelles pratiques de la recherche en informatique et mathématiques appliquées 1 Introduction : La recherche

Plus en détail

Site web du Permis Informatique

Site web du Permis Informatique Site web du Permis Informatique Le Permis Informatique accélérateur de projet! Type de site Site institutionnel, mais générateur de contacts. Public visé Prospects, clients, journalistes, partenaires,

Plus en détail

Utilisation des listes de diffusion Sympa (propriétaire)

Utilisation des listes de diffusion Sympa (propriétaire) Utilisation des listes de diffusion Sympa (propriétaire) Qu'est-ce qu'une liste de diffusion? Les listes de diffusion permettent à des personnes d un même groupe ou partageant un même centre d intérêt

Plus en détail

Master d'informatique 1ère année. Réseaux et protocoles. Architecture : les bases

Master d'informatique 1ère année. Réseaux et protocoles. Architecture : les bases Master d'informatique 1ère année Réseaux et protocoles Architecture : les bases Bureau S3-203 Mailto : alexis.lechervy@unicaen.fr D'après un cours de Jean Saquet Réseaux physiques LAN : Local Area Network

Plus en détail

Evolution et architecture des systèmes d'information, de l'internet. Impact sur les IDS. IDS2014, Nailloux 26-28/05/2014 pascal.dayre@enseeiht.

Evolution et architecture des systèmes d'information, de l'internet. Impact sur les IDS. IDS2014, Nailloux 26-28/05/2014 pascal.dayre@enseeiht. Evolution et architecture des systèmes d'information, de l'internet. Impact sur les IDS IDS2014, Nailloux 26-28/05/2014 pascal.dayre@enseeiht.fr 1 MVC et le web 27/05/14 2 L'évolution des systèmes informatiques

Plus en détail

OuverTure et INTégrATION

OuverTure et INTégrATION Ouverture et Intégration Standards ouverts et intégration L approche unique de Trend en matière de standards ouverts et d intégration vous garantit tous les avantages que vous êtes en droit d attendre

Plus en détail

ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL DES PROFESSEURS D ANGLAIS DU COLLEGE BEBEL DE SAINTE-ROSE. Mme Mariam DORLIPO

ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL DES PROFESSEURS D ANGLAIS DU COLLEGE BEBEL DE SAINTE-ROSE. Mme Mariam DORLIPO ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL DES PROFESSEURS D ANGLAIS DU COLLEGE BEBEL DE SAINTE-ROSE Mme Mariam DORLIPO L ENT d anglais du collège Bébel Un espace de travail numérique disciplinaire Cet espace de travail

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON

Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON L analytique joue un rôle désormais primordial dans la réussite d une entreprise. Les pouvoirs qu elle délivre sont incontestables, cependant

Plus en détail

Dafoe Présentation de la plate-forme UIMA

Dafoe Présentation de la plate-forme UIMA Laboratoire d Informatique de l université Paris-Nord (UMR CNRS 7030) Institut Galilée - Université Paris-Nord 99, avenue Jean-Baptiste Clément 93430 Villetaneuse, France 11 juillet 2007 Plates-formes

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

BTS Services informatiques aux organisations Session 2015 E4 Conception et maintenance de solutions informatiques Coefficient 4

BTS Services informatiques aux organisations Session 2015 E4 Conception et maintenance de solutions informatiques Coefficient 4 BTS Services informatiques aux organisations Session 2015 E4 Conception et maintenance de solutions informatiques Coefficient 4 DESCRIPTION D UNE SITUATION PROFESSIONNELLE Épreuve ponctuelle Contrôle en

Plus en détail

Applications Mobiles et Internet des Objets Programme du module

Applications Mobiles et Internet des Objets Programme du module Applications Mobiles et Internet des Objets Programme du module Thibault CHOLEZ - thibault.cholez@loria.fr TELECOM Nancy - Université de Lorraine LORIA - INRIA Nancy Grand-Est CC BY-NC-SA 3.0 05/01/2015

Plus en détail

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE PROFITEZ DU RÉSEAU. maintenant. Glossaire Glossaire de la technologie mobile 3G Accès distant Adaptateur Client sans fil ADSL AVVID Carte réseau Convergence GPRS Haut

Plus en détail

L ABC du Cloud Computing

L ABC du Cloud Computing L ABC du Cloud Computing Apprendre à démystifier le Cloud Computing Bien en saisir les avantages Comment aide-t-il votre entreprise? Le Cloud Computing démystifié L infonuagique, plus connue sous le nom

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD3 Exercices Exercice 1 Enumérez les sept étapes du processus consistant à convertir les communications de l utilisateur en données. 1. L utilisateur entre les données via une interface matérielle.

Plus en détail

ETUDE ET IMPLÉMENTATION D UNE CACHE L2 POUR MOBICENTS JSLEE

ETUDE ET IMPLÉMENTATION D UNE CACHE L2 POUR MOBICENTS JSLEE Mémoires 2010-2011 www.euranova.eu MÉMOIRES ETUDE ET IMPLÉMENTATION D UNE CACHE L2 POUR MOBICENTS JSLEE Contexte : Aujourd hui la plupart des serveurs d application JEE utilise des niveaux de cache L1

Plus en détail

Formation continue des personnels URCA. Offre de la Bibliothèque Universitaire

Formation continue des personnels URCA. Offre de la Bibliothèque Universitaire Formation continue des personnels URCA Offre de la Bibliothèque Universitaire Année 2012-2013 Bibliothèque Universitaire Formation continue pour le personnel de l URCA Modalités o Public : personnels de

Plus en détail

Le travail collaboratif et l'intelligence collective

Le travail collaboratif et l'intelligence collective THÈME INFORMATION ET INTELLIGENCE COLLECTIVE Pour l organisation, l information est le vecteur de la communication, de la coordination et de la connaissance, tant dans ses relations internes que dans ses

Plus en détail

Je catalogue, tu FRBRises, il/elle googlise. L évolution des catalogues et les bibliothécaires Vendredi 29 mars 2013 Manufacture des tabacs

Je catalogue, tu FRBRises, il/elle googlise. L évolution des catalogues et les bibliothécaires Vendredi 29 mars 2013 Manufacture des tabacs Je catalogue, tu FRBRises, il/elle googlise. L évolution des catalogues et les bibliothécaires Vendredi 29 mars 2013 Manufacture des tabacs Journée organisée par le CRFCB Midi-Pyrénées / Languedoc-Roussillon

Plus en détail

SIP. Sommaire. Internet Multimédia

SIP. Sommaire. Internet Multimédia Internet Multimédia Le Protocole SIP 2011 André Aoun - Internet Multimédia SIP - 1 Sommaire 1. Présentation 2. Entités SIP 3. Méthodes et réponses 4. User Agent 5. Registrar 6. Proxy 7. Redirect Server

Plus en détail

Travaux pratiques. avec. WordPress. Karine Warbesson

Travaux pratiques. avec. WordPress. Karine Warbesson Travaux pratiques avec WordPress Karine Warbesson Toutes les marques citées dans cet ouvrage sont des marques déposées par leurs propriétaires respectifs. Mise en pages réalisée par ARCLEMAX Illustration

Plus en détail

Inventorier, surveiller, localiser vos biens nomades en temps réel. Meylan - France Avril 2012

Inventorier, surveiller, localiser vos biens nomades en temps réel. Meylan - France Avril 2012 Inventorier, surveiller, localiser vos biens nomades en temps réel Meylan - France Avril 2012 LA SOCIETE FIREFLIES RTLS SAS (*) est une société grenobloise qui conçoit, réalise et installe des solutions

Plus en détail

les étapes cruciales pour une intégration réussie ;

les étapes cruciales pour une intégration réussie ; Quand vous pensez «CRM», pensez- vous d'abord (et souvent seulement) à une solution Par exemple, certaines entreprises utilisent la CRM pour la gestion des ventes et/ou pour mener des campagnes marketing

Plus en détail

AOLbox. Partage de disque dur Guide d utilisation. Partage de disque dur Guide d utilisation 1

AOLbox. Partage de disque dur Guide d utilisation. Partage de disque dur Guide d utilisation 1 AOLbox Partage de disque dur Guide d utilisation Partage de disque dur Guide d utilisation 1 Sommaire 1. L AOLbox et le partage de disque dur... 3 1.1 Le partage de disque dur sans l AOLbox... 3 1.1.1

Plus en détail

CleanTuesday Télérelevé ouvert et interopérable : solutions et usages innovants pour la ville durable

CleanTuesday Télérelevé ouvert et interopérable : solutions et usages innovants pour la ville durable CleanTuesday Télérelevé ouvert et interopérable : solutions et usages innovants pour la ville durable Pierre-Yves Senghor, Directeur Marketing m2ocity 6 mars 2012 1. La société m2ocity : 1 er opérateur

Plus en détail

Publication et intégration de données ouvertes

Publication et intégration de données ouvertes Publication et intégration de données ouvertes François Scharffe LIRMM, UM2 Gazouillez #lechatpito #datalift 1 Qu est-ce qu une donnée ouverte? Une donnée accessible sur le web sous une licence ouverte.

Plus en détail

Une fois la page chargée, vous devriez vous trouvez sur cette interface :

Une fois la page chargée, vous devriez vous trouvez sur cette interface : 1. Introduction Moodle est une plate-forme d enseignement collaborative en ligne déployée à l Université de Biskra. Elle permet de créer des espaces de cours accessibles depuis Internet où l enseignant

Plus en détail

Fiche d identité produit

Fiche d identité produit Fiche d identité produit Référence DCS-3420 Désignation Caméra Internet sans fil à vision diurne et nocturne Clientèle cible Entreprises Secteur public Secteur de la surveillance Accroche marketing En

Plus en détail

SECURIDAY 2012 Pro Edition [Architecture réseau : conception et mapping]

SECURIDAY 2012 Pro Edition [Architecture réseau : conception et mapping] SECURINETS CLUB DE LA SECURITE INFORMATIQUE INSAT SECURIDAY 2012 Pro Edition [Architecture réseau : conception et mapping] Chef Atelier : Elyes SOULAIMA (RT5) Naoures KHAIRALLAH (RT5) Hager MAKINA (RT3)

Plus en détail

DOSSIER SPÉCIAL Datacenter : Les problèmes n arrivent pas qu aux autres

DOSSIER SPÉCIAL Datacenter : Les problèmes n arrivent pas qu aux autres Datacenter : Les problèmes n arrivent pas qu aux AUCUN DATACENTER n est à l abri d un éventuel problème, d une indisponibilité ou d un imprévu! La question est de savoir que faire pour protéger votre Datacenter

Plus en détail

Contrat de maintenance

Contrat de maintenance Contrat de maintenance Logiciel de web-conferencing «Via e-learning» dans les établissements membres de l UEB Nom et adresse de l organisme acheteur : Université européenne de Bretagne 5 Boulevard Laënnec

Plus en détail

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique Fiche Technique Cisco Secure Access Control Server Solution Engine Cisco Secure Access Control Server (ACS) est une solution réseau d identification complète qui offre à l utilisateur une expérience sécurisée

Plus en détail

Expérimentation d un Véhicule Electrique en. Le projet EVE.

Expérimentation d un Véhicule Electrique en. Le projet EVE. Expérimentation d un Véhicule Electrique en Nouvelle-Calédonie Le projet EVE. Comment se comporte le véhicule électrique sous le climat chaud et humide de la Nouvelle-Calédonie? Comment le système électrique

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Exposé: Web sémantique. Web 2.0: impact Sur les IHM, Plasticité. Présenté par: BEN AMOR Akram

Exposé: Web sémantique. Web 2.0: impact Sur les IHM, Plasticité. Présenté par: BEN AMOR Akram Exposé: Web sémantique. Web 2.0: impact Sur les IHM, Plasticité Présenté par: BEN AMOR Akram Plan Web Sémantique Définition et objectif Historique Principe général Quels sont les finalités et les objectifs

Plus en détail

Projet n 5 : Cooja network simulator sous Contiki

Projet n 5 : Cooja network simulator sous Contiki Projet n 5 : Cooja network simulator sous Contiki Elaboré par : Bellache Koceila M2SAM Benzaid Rifaa Lamri NEHAOUA Lahiani Khaled 01/12/2015 Sghir Hicham 1 Sommaire Problématique Introduction Présentation

Plus en détail

L Internet des Objets pour le bâtiment

L Internet des Objets pour le bâtiment L Internet des Objets pour le bâtiment Laurent Toutain Alexander Pelov nom.prénom@télécom-bretagne.eu Plan Qu est ce que l Internet des Objets? Pourquoi les objets sont différents? Les Objets Connectés

Plus en détail

AUDIT Informatique Performance du réseau

AUDIT Informatique Performance du réseau VAILLANT David Le 27 juin 2003 WEISBERG Jonathan AUDIT Informatique Performance du réseau Dossier 4 Rapport de synthèse CTBA 10, rue de Saint Mandé 75012 Paris Avril-Juin 2002 SOMMAIRE 1. Recommandations

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail