Les références en élevage porcin

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les références en élevage porcin"

Transcription

1 Les références en élevage porcin En moyenne, près de 60 / truie présente / an en NE (hors FAF et traitement du lisier) N (en par truie présente) NE (en par truie présente) PSE (en par porc produit) Électricité 25,50 43,40 1,50 Fioul (groupe électrogène) 2,00 8,0 0,20 Fioul (chaudière) 2,30 3,3 0 Gaz (chaudière) 0 2,5 0 Total 29,80 57,20 1,70 L électricité : 75 % de l énergie consommée par truie présente gaz fioul chaudière fioul groupe électrogène électricité 10 0

2 Les références en élevage porcin En moyenne, 983 kwh / truie présente / an en NE (hors FAF et traitement du lisier) Consommation énergétique (en kwh/truie/an) Consommation énergétique (en kwh/porc produit) Naisseurs Naisseursengraisseurs Post-sevreurs-eng Auxquels s ajoutent la station de traitement et la fabrique d aliments à la ferme (FAF) Station de traitement : 15 à 20 kwh /m 3 traité. FAF: 15 kwh / tonne fabriquée (Étude complémentaire en cours). Sources : Plaquette «Les consommations énergétiques dans les bâtiments porcins» Brochure «Consommations d énergie des bâtiments porcins : comment les réduire?»

3 Les consommations d énergie Le chauffage et la ventilation : très énergivores Éclairage 7 %, Alimentation 4 %, Autres (pompes ) 4 % ventilation 39 % chauffage 46 % Consommation électrique par poste Le post-sevrage, plus d un tiers de la consommation totale verrateriegestantes 8 % autres 7 % engraissement 27 % maternité 22 % post-sevrage 36 % Consommation énergétique par stade physiologique

4 Optimiser l existant Voies d optimisation Analyser son feuillet de gestion annuel d électricité (adéquation besoins / contrat souscrit). Bien coordonner la ventilation et le chauffage. Entretenir les équipements de chauffage et de ventilation. Pertes par les parois 20 % Pertes par la ventilation 80 % T int T ext Tint Source : Brochure «Maîtrise de la ventilation et du chauffage en porcherie» Dans les bâtiments correctement isolés, les pertes de chaleur par la ventilation sont toujours supérieures à celles des parois, même en hiver quand la ventilation est réduite. Investir pour économiser de l énergie Réaliser un diagnostic de ventilation. L observation du comportement des porcelets est très utile pour adapter la conduite du chauffage. Améliorer l isolation des bâtiments. Opter pour des équipements plus économes. Opter pour des systèmes de récupération de chaleur.

5 L isolation des bâtiments Limiter les déperditions thermiques Isoler les parois (murs et toitures) pour : éviter la condensation, limiter les transferts thermiques entre l intérieur et l extérieur, améliorer le confort des porcs (moins de pertes de chaleur par conduction et rayonnement). Le coefficient de transmission surfacique K 1,30 1,20 1,10 1,00 0,90 coefficient K 0,80 0,70 0,60 0,50 0,40 0,30 0,20 0,10 0, épaisseur (cm) Source : Brochure «Maîtrise de la ventilation et du chauffage en porcherie» Le coefficient de transmission surfacique (K en W/m². C) détermine la déperdition de chaleur au travers d une paroi (mur, toiture). Il n est pas directement proportionnel à l épaisseur de l isolant.

6 L isolation des bâtiments Valeurs recommandées pour le coefficient K Valeurs recommandées pour le coefficient de transmission surfacique K (W/m². C) pour 2 conditions de températures hivernales : Sol Stade physiologique Toiture Murs - 5 C - 15 C - 5 C - 15 C Sol Maternité abondamment Post-sevrage paillé Engraissement 1,0 0,6 1,2 à 1,5 0,8 Reproducteurs Gisoir bétonné Maternité 0,5 0,35 0,8 0,6 et isolé Post-sevrage + aire à déjections Engraissement 0,8 0,5 1,0 0,7 Reproducteurs Maternité 0,4 0,35 0,6 0,5 Caillebotis intégral Post-sevrage Engraissement 0,6 0,4 0,8 0,6 Reproducteurs Coefficient K (W/m². C) pour quelques parois : Matériau et épaisseur K (W/m². C) Briques monolithes non isolée, 20 cm 1,37 Briques monolithes isolées et panneaux de béton isolés, 20 cm 0,41 à 0,47 Parpaings de 20 cm + polystyrène extrudé de 4 cm 0,65 Parpaings de 20 cm + polystyrène extrudé de 5 cm 0,55 Béton banché de 20 cm 3,5 Sources : Brochure «Maîtrise de la ventilation et du chauffage en porcherie»

7 L isolation des bâtiments Limiter l impact des préfosses hors-sol 22 C 28 C K paroi = 0,44 W/m². C Briques monolithes isolées 20 cm K préfosse = 3,50 W/m². C Béton banché 20 cm 2 C 20% 214 W 80% 945 W Avec des préfosses hors sol de 1,50 m de profondeur, les déperditions des parois en contact avec l extérieur sont jusqu à 5 fois supérieures. 22 C 28 C K paroi = 0,44 W/m². C Briques monolithes isolées 20 cm Préfosse enterrée 2 C 20% 214 W Les préfosses enterrées ne laissent pas la chaleur s échapper. Talutage possible mais moins efficace. Sources : Brochure «Maîtrise de la ventilation et du chauffage en porcherie» Vérifier l étanchéité du bâtiment Portes et fenêtres hermétiquement fermées? Présence d entrées d air parasites? Phénomènes de condensation sur les parois?

8 L échangeur de chaleur air-air Principe de fonctionnement Prélever une partie de la chaleur contenue dans l air extrait du bâtiment pour la transférer à l air neuf y entrant. Air neuf et froid venant de l extérieur Air chaud extrait de la porcherie Air neuf réchauffé entrant dans la porcherie Air extrait refroidi Double flux croisé sans contact entre l air sortant et l air entrant au travers de canalisations en PVC ou en aluminium regroupées en «plaques». Échangeur en PVC Échangeur en PVC Échangeur en aluminium Échangeur en aluminium

9 L échangeur de chaleur air-air Cas d une installation en bâtiment Air extrait Air froid extérieur Air froid extérieur Air neuf réchauffé vers combles Echangeur Gaine d extraction de l air issu des salles Salles de post-sevrage Lavage Air chaud extrait Air chaud extrait de la porcherie Échangeurs en toiture après laveur d air Avantages Sortie d air de 4 échangeurs PVC installés en toiture En post-sevrage, réduction annoncée de 60 à 80 % de la consommation liée au chauffage. Réduction de la demande de puissance électrique. Préchauffage de l air : retombées d air froid sur les porcs. Inconvénients Nécessite l extraction centralisée de l air. Système de chauffage complémentaire nécessaire. Entretien Pour conserver ses performances, l échangeur doit rester propre (laver l appareil ou l air en amont).

10 La Pompe à chaleur (PAC) Principe de fonctionnement La PAC puise des calories dans un milieu (le sol, l eau, le lisier, l air ) pour les transférer au bâtiment à chauffer via un fluide caloporteur. Pompe à chaleur Avantages Cycle de fonctionnement Source : ADEME Réduction de la consommation de chauffage du facteur COP (coefficient de performance). Pour 1 kwh électrique consommé, la pompe à chaleur restitue environ 3 kwh au circuit de chauffage, soit un COP moyen de 3. Fonctionnement non dépendant des conditions météo (soleil ) Inconvénients Géothermie : emprise au sol/ Laveur d air : sortie air centralisée Entretien Privilégier un contrat avec un installateur spécialisé.

11 Le chauffage eau chaude après la pompe à chaleur Aérotherme eau chaude Tubes à ailettes Tuyaux eau chaude Panneau rayonnant Dalle eau chaude

«Vers la performance énergétique

«Vers la performance énergétique «Vers la performance énergétique en élevages de porcs» (Journée e départementale d énergie) Station des Cormiers : 19 octobre 2010 Pourquoi s ints intéresser à l énergie? Contexte Augmentation du prix

Plus en détail

L énergie dans les bâtiments d élevage porcin. Étude soutenue et financée par

L énergie dans les bâtiments d élevage porcin. Étude soutenue et financée par L énergie dans les bâtiments d élevage porcin Étude soutenue et financée par Plan de l intervention Références sur les consommations d énergie : Quels sont les postes les plus consommateurs? Quels sont

Plus en détail

L énergie dans les bâtiments d élevage porcin Michel Marcon

L énergie dans les bâtiments d élevage porcin Michel Marcon L énergie dans les bâtiments d élevage porcin Michel Marcon Étude soutenue et financée par l Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Énergie Pourquoi s intéresser à l énergie? Contexte Augmentation

Plus en détail

La consommation d énergie en Bretagne

La consommation d énergie en Bretagne La consommation d énergie en Bretagne Tous Tous secteurs confondus industriel 12% tertiaire 12% agriculture 7% 6 750 ktep (kilo-tonne-équivalent pétrole) résidentiel 36% transport 33% Le secteur agricole

Plus en détail

Le bâtiment à énergie positive en aviculture de chair et en production porcine

Le bâtiment à énergie positive en aviculture de chair et en production porcine Le bâtiment à énergie positive en aviculture de chair et en production porcine Christian NICOLAS, Frédéric KERGOULAY, Forum Energie 5 décembre 2013 Contexte et enjeux Depuis 7 ans les Chambres d Agriculture

Plus en détail

1 Les consommations d énergie dans les bâtiments d élevage de porcs

1 Les consommations d énergie dans les bâtiments d élevage de porcs 1 Les consommations d énergie dans les bâtiments d élevage de porcs Marcon M., IFIP-Institut du Porc, France Dans un contexte de prix des énergies en augmentation, les éleveurs de porcs s interrogent sur

Plus en détail

Bilan énergétique. Dans un Bâtiment basse consommation

Bilan énergétique. Dans un Bâtiment basse consommation P16 - Activité 1 Bilan énergétique Dans un Bâtiment basse consommation Lors de la vente ou location d un logement, un diagnostic de performance énergétique (DPE) doit être réalisé. Il renseigne sur la

Plus en détail

L électricité en Bretagne, un défi d avenir.

L électricité en Bretagne, un défi d avenir. L électricité en Bretagne, un défi d avenir. Fragilité électrique de la Bretagne due à : Situation péninsulaire 10,6 % de la consommation produite sur le territoire en 2012. + 23 % des consommations de

Plus en détail

Q1) Q2) Q3) Compétences travaillées : Q4) Q5) Q6)

Q1) Q2) Q3) Compétences travaillées :  Q4) Q5) Q6) Q1) En quelle unité exprime-t-on la consommation d énergie dans le DPE? Comment la convertir dans l unité d énergie du système international (usi)? En kilowattheure : 1 kwh = 10 3 Wh et 1 Wh = 3600 J Q2)

Plus en détail

Bâtiment d élevage à énergie positive (BEBC+)

Bâtiment d élevage à énergie positive (BEBC+) Bâtiment d élevage à énergie positive (BEBC+) Contexte et enjeux Politique en faveur de l amélioration du bilan environnemental Grenelle de l environnement Plan de performance énergétique La diminution

Plus en détail

La récupération de chaleur par échangeur d air en élevage de volailles

La récupération de chaleur par échangeur d air en élevage de volailles La récupération de chaleur par échangeur d air en élevage de volailles Christian NICOLAS Décembre 2010 Rappel En volaille de chair, le chauffage est le premier poste de dépense en énergie directe. La consommation

Plus en détail

Veaux de boucherie. Situation énergétique des élevages

Veaux de boucherie. Situation énergétique des élevages Situation énergétique des élevages La consommation d énergie directe chez un éleveur intégré est le premier poste de dépense après l amortissement du bâtiment, correspondant à près de 15% de ses charges

Plus en détail

Les consommations d énergie en bâtiments porcins

Les consommations d énergie en bâtiments porcins Les consommations d énergie en bâtiments porcins Année de référence 2007 BOURGOGNE Une étude réalisée par la Chambre Régionale d Agriculture de Bourgogne, en étroite collaboration avec les organisations

Plus en détail

Le bâtiment à énergie positive. Objectifs à atteindre et points clefs pour y parvenir

Le bâtiment à énergie positive. Objectifs à atteindre et points clefs pour y parvenir Le bâtiment à énergie positive en filière volailles de chair Objectifs à atteindre et points clefs pour y parvenir Gérard AMAND 1, Dylan CHEVALIER 2, Christian NICOLAS 3, Paul PONCHANT 1 1 ITAVI Ploufragan

Plus en détail

L énergie en volailles de chair

L énergie en volailles de chair L énergie en volailles de chair Énergie directe = 3 % du coût de production d un poulet standard (mais 30 % des charges opérationnelles hors poussin et aliment) Chauffage 3% Frais vétérinaires 2% Eau,

Plus en détail

Consommations d énergie des bâtiments porcins : comment les réduire?

Consommations d énergie des bâtiments porcins : comment les réduire? Pôle Techniques d Elevage Consommations d énergie des bâtiments porcins : comment les réduire? Avec la collaboration PAYS DE LA LOIRE BRETAGNE IFIP - Institut du porc Sommaire Préambule...1 Un prix de

Plus en détail

Guide du bâtiment d élevage à énergie positive (BEBC+)

Guide du bâtiment d élevage à énergie positive (BEBC+) Guide du bâtiment d élevage à énergie positive (BEBC+) Solutions pour réduire sa consommation d énergie et produire des énergies renouvelables dans la filière porcine Edition 2013 CHAMBRE D'AGRICULTURE

Plus en détail

Résultats des mesures réalisées. avec la caméra de thermographie infrarouge. le 8 Avril Porcherie Plessé (Bâtiment ABS)

Résultats des mesures réalisées. avec la caméra de thermographie infrarouge. le 8 Avril Porcherie Plessé (Bâtiment ABS) Résultats des mesures réalisées avec la caméra de thermographie infrarouge le 8 Avril 2009 Porcherie Plessé (Bâtiment ABS) La température extérieure est de 11 C 1 Un nouveau type de bâtiment (ABS), servant

Plus en détail

Barème du 1 er août Distributeurs Acteurs Ecofioul en contrat de partenariat

Barème du 1 er août Distributeurs Acteurs Ecofioul en contrat de partenariat BAT-TH-102 BAT-TH-103 BAT-TH-104 BAT-TH-106 Chaudière collective à haute performance énergétique (condensation) P 400 kw Chaudière collective à haute performance énergétique (condensation) P > 400 kw Plancher

Plus en détail

FORMATION BÂTIMENT DURABLE

FORMATION BÂTIMENT DURABLE FORMATION BÂTIMENT DURABLE POMPE À CHALEUR : CONCEPTION AUTOMNE 2017 Optimisation des émetteurs terminaux Piotr KOWALSKI 2 OBJECTIFS DE LA PRÉSENTATION N Identifier les différents types d émetteurs suivant

Plus en détail

Vers la performance énergétique en élevage de volailles

Vers la performance énergétique en élevage de volailles Vers la performance énergétique en élevage de volailles Les Cormiers 19-10-2010 L énergie en volailles de chair 1) Références de consommation et de coût énergétique 2) Les économies en optimisant l existant

Plus en détail

LA MAITRISE DE L ENERGIE DANS LES EXPLOITATIONS AGRICOLES. Zoom sur les équipements éligibles au Plan de Performance Energétique

LA MAITRISE DE L ENERGIE DANS LES EXPLOITATIONS AGRICOLES. Zoom sur les équipements éligibles au Plan de Performance Energétique LA MAITRISE DE L ENERGIE DANS LES EXPLOITATIONS AGRICOLES Zoom sur les équipements éligibles au Plan de Performance Energétique Maîtrise de l'energie en Agriculture 29/06/2010 SOMMAIRE Présentation de

Plus en détail

Pour déterminer la puissance d une chaudière ainsi que sa consommation en combustible, la détermination des déperditions est indispensable.

Pour déterminer la puissance d une chaudière ainsi que sa consommation en combustible, la détermination des déperditions est indispensable. LA METHODE DU «U» Pour déterminer la puissance d une chaudière ainsi que sa consommation en combustible, la détermination des déperditions est indispensable. Cas d un bâtiment neuf Il est impératif de

Plus en détail

chaud L'hiver au DOSSIER

chaud L'hiver au DOSSIER 25 novembre 2016 DOSSIER 25 L'hiver au chaud La bonne santé des porcs est aussi affaire de température. A la veille de l'hiver, la gestion du chauffage et de la ventilation deviennent même déterminantes

Plus en détail

Le Choix de l énergie et des différents générateurs

Le Choix de l énergie et des différents générateurs Le Choix de l énergie et des différents générateurs Nom : Prenon Folio : 1 / 8 Contexte : Un particulier a pris contact avec votre entreprise afin de réaliser son installation de chauffage pour alimenter

Plus en détail

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas CONFORT THERMIQUE I. Pourquoi isolons-nous? 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas - La température ambiante est agréable - La température ambiante

Plus en détail

L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment

L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 05 Le chauffe-eau solaire Filière Scientifique - Option Sciences de l Ingénieur LYCEE PAPE-CLEMENT - PESSAC 1 Lycée Pape CLEMENT

Plus en détail

Maternité du futur un bâtiment innovant à Guernévez

Maternité du futur un bâtiment innovant à Guernévez Maternité du futur un bâtiment innovant à Guernévez Frédéric Kergourlay, Jean-Yves Jégou, Yannick Ramonet, Caroline Depoudent, Bertrand Le Bris (CA Bretagne) Comité technique bâtiment (Groupements, IFIP)

Plus en détail

Réussir son projet. Batimat Novembre 2007

Réussir son projet. Batimat Novembre 2007 Réussir son projet Batimat Novembre 2007 1 Le besoin Une demande importante des acteurs du terrain Comment aller vers des bâtiments basse consommation? L association a choisi de rédiger un premier guide

Plus en détail

ÉQUIPEMENTS ÉNERGÉTIQUES. Constance Lancelle - Cerema Pierrick Nussbaumer - Cerema

ÉQUIPEMENTS ÉNERGÉTIQUES. Constance Lancelle - Cerema Pierrick Nussbaumer - Cerema ÉQUIPEMENTS ÉNERGÉTIQUES Constance Lancelle - Cerema Pierrick Nussbaumer - Cerema 1. Chauffage 2. Eau chaude sanitaire 3. Ventilation 4. Auxiliaires 5. Refroidissement Équipements énergétiques 1. Chauffage

Plus en détail

P 31 LES ÉCHANGEURS DE CHALEUR. DECLAYE Sébastien GENDEBIEN Samuel LEMORT Vincent

P 31 LES ÉCHANGEURS DE CHALEUR. DECLAYE Sébastien GENDEBIEN Samuel LEMORT Vincent P 31 LES ÉCHANGEURS DE CHALEUR DECLAYE Sébastien GENDEBIEN Samuel LEMORT Vincent Contenu de la présentation Introduction Principe de base des échangeurs de chaleur Classification des échangeurs Exemples

Plus en détail

Nouveau Bâtiment CHSLD Shawville

Nouveau Bâtiment CHSLD Shawville Nouveau Bâtiment CHSLD Shawville Introduction Description du projet Demande d aide financière (SIMEB) Conclusion / période de questions 2 Introduction 3 Introduction Construction d un nouveau CHSLD de

Plus en détail

Centre de Secours Principal d EPAGNY

Centre de Secours Principal d EPAGNY Centre de Secours Principal d EPAGNY Présentation du site Année de construction : début du chantier Nov. 1999 Année de livraison : Avril 2002 Nombre de bâtiments : 3 Surface chauffée : 9540 m_ - Volume

Plus en détail

Rénovation des bâtiments

Rénovation des bâtiments Rénovation des bâtiments Comment garantir la valeur d un immeuble à long terme tout en améliorant le confort et en réduisant significativement sa consommation d énergie Rénover futé Mode d emploi et aides

Plus en détail

Questionnaire Logement

Questionnaire Logement Questionnaire Logement 1/5 Projet de rénovation Fiche réalisée par CEDER Mise à jour 11/02/2019 NOM / Prénom Adresse Altitude MOTIVATIONS Quels sont les travaux prévus dans le cadre de la rénovation de

Plus en détail

Economie d Energie. Les ateliers de transformation

Economie d Energie. Les ateliers de transformation Economie d Energie Les ateliers de transformation Economie d Energie Mesure des consommations électrique de l atelier, Comparaison de ces consommations à des références, Analyse des pratiques Propositions

Plus en détail

PRIMES ET SOUTIENS FISCAUX

PRIMES ET SOUTIENS FISCAUX Par où part mon énergie? OU commencer? PRIMES ET SOUTIENS FISCAUX Soirée d information 17 Avril 2012 Guides Énergie Neupré 1 2 QUELQUES NOTIONS UTILES R U K E spec E w G tot Coefficient de résistance thermique

Plus en détail

ECOLE ELEMENTAIRE DE YENNE

ECOLE ELEMENTAIRE DE YENNE ECOLE ELEMENTAIRE DE YENNE Mission d audit énergétique Présentation des résultats 1 Juin 2017 SOMMAIRE Etat des lieux Bilan des consommations Caractéristiques du bâti Résultats de l étude thermique réglementaire

Plus en détail

TP N 15 : ÉVALUATION DES BESOINS EN CHAUFFAGE D UN BÂTIMENT ETT DESCRIPTION DE LA MAISON 1. PRÉSENTATION 2. LOGICIEL SCY HOUSE SIMULATION

TP N 15 : ÉVALUATION DES BESOINS EN CHAUFFAGE D UN BÂTIMENT ETT DESCRIPTION DE LA MAISON 1. PRÉSENTATION 2. LOGICIEL SCY HOUSE SIMULATION Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles 1. PRÉSENTATION Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources

Plus en détail

Système de production de chaleur

Système de production de chaleur Système de production de chaleur Enjeux : (Energétique / patrimoniaux) Une installation de chauffage est composée par différents éléments : La génération (la chaudière), la distribution (les réseaux),

Plus en détail

Guide du bâtiment d élevage à énergie positive (BEBC+)

Guide du bâtiment d élevage à énergie positive (BEBC+) Guide du bâtiment d élevage à énergie positive (BEBC+) Solutions pour réduire sa consommation d énergie et produire des énergies renou ela les dans la li re porcine Edition 2013 CHAMBRE D'AGRICULTURE BRETAGNE

Plus en détail

Réhabilitation de la résidence pour personnes âgées Jeanne d Arc Rue du Docteur Achille PENOT à Mulhouse

Réhabilitation de la résidence pour personnes âgées Jeanne d Arc Rue du Docteur Achille PENOT à Mulhouse > Architecte / Bureau d'études Appel à projets bâtiments économes en énergie Cette fiche a été réalisée dans le cadre de l appel à projets «bâtiments économes en énergie» lancé en mars 2007 par l ADEME

Plus en détail

Bâtiment à énergie positive

Bâtiment à énergie positive Bâtiment à énergie positive Quel intérêt économique pour les élevages de porcs? Michel Marcon michel.marcon@ifip.asso.fr Edition 2014 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE Préambule Cette brochure est une valorisation

Plus en détail

1- HISTORIQUE DE LA REGLEMENTATION THERMIQUE

1- HISTORIQUE DE LA REGLEMENTATION THERMIQUE Réf. S.1.3 EB S1.3. LA THERMIQUE DU BATIMENT La Thermique 1- HISTORIQUE DE LA REGLEMENTATION THERMIQUE 1973 Choc pétrolier : le prix du pétrole augmente. Objectif national : limiter les dépenses énergétiques,

Plus en détail

Les Besoins calorifiques d un local

Les Besoins calorifiques d un local Les Besoins calorifiques d un local Deux cas sont à considérer : Période d hiver Période d été 1. Période HIVER La quantité de chaleur (positive) à apporter au local est égale à la quantité de chaleur

Plus en détail

Maternité du Futur en production porcine Un bâtiment innovant à la station de Guernevez

Maternité du Futur en production porcine Un bâtiment innovant à la station de Guernevez Recherche appliquée Chambres d agriculture de Bretagne Pôle Porcs-Aviculture Maternité du Futur en production porcine Un bâtiment innovant à la station de Guernevez Réunion technique Eco-construction /

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9 Projet Nom Petit collectif Nom de la variante SHON 900 Haut. sous plafond 2.8 Détails du site Latitude 45.57 Longitude 5.91 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition

Plus en détail

LES EMETTEURS J-M R. D-BTP

LES EMETTEURS J-M R. D-BTP LES EMETTEURS J-M R. D-BTP 2006 1 Rôle Radiateurs fonte Radiateurs acier Radiateurs aluminium Échange thermique Emplacement des radiateurs Accessoires de pose des radiateurs Règles de pose Choix des radiateurs

Plus en détail

Pour répondre à la question «Quel bâtiment d élevage de porc dans 10 ans?»,

Pour répondre à la question «Quel bâtiment d élevage de porc dans 10 ans?», Les bâtiments d élevage perspectives et évolutions Pour répondre à la question «Quel bâtiment d élevage de porc dans 10 ans?», il convient de préciser à quelles contraintes doit répondre cet outil de travail

Plus en détail

Spécial PORC.

Spécial PORC. Spécial PORC VENTILATION CHAUFFAGE PORTES ÉCLAIRAGE ÉCHANGEUR D AIR CAISSON FRIGO NID À PORCELETS CHEMINÉES Pour une meilleure ambiance de bâtiment! Les cheminées Orela permettent l extraction de l air

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. OIKOTECH - Tél.: (+352) ou (+352) Quentin De Man

AUDIT ENERGETIQUE. OIKOTECH - Tél.: (+352) ou (+352) Quentin De Man AUDIT ENERGETIQUE Nom : DE MAN Prénom : QUENTIN Ville : Namur Référence : B5-6 OIKOTECH - Tél.: (+5) 6 66 ou (+5) 6 44 4 - Quentin De Man - 6, rue Xavier Brasseur - L-44 Esch-sur-Alzette Imprimé le 5//

Plus en détail

Défi Familles à Energie Positive

Défi Familles à Energie Positive Défi Familles à Energie Positive 02 mars 2012 Plan de la soirée L énergie dans le logement Les déperditions thermiques Comment trouver les défauts chez soi et comment y remédier? Echanges sur les bonnes

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE S.T.I. GÉNIE ENERGÉTIQUE

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE S.T.I. GÉNIE ENERGÉTIQUE Présentation du projet et documentation Ce dossier contient 10 pages. Présentation du projet Plan du pavillon (rez-de-chaussée) Plan du pavillon (1 étage) Pertes de charge tuyauteries Pertes de charge

Plus en détail

ECONOMIES D ENERGIE CT 6.2

ECONOMIES D ENERGIE CT 6.2 Date :.. /.. /.. 1/6 Nom : Classe : En 1990 un rapport alertait pour la première fois le monde de la forte probabilité d'un changement climatique dû à l'effet de serre. Cet effet de serre, provoqué par

Plus en détail

Un projet à énergie positive

Un projet à énergie positive Reconstruction des Magasins des Archives Départementales du Nord Un projet à énergie positive Reconstruction des magasins des Archives Départementales du Nord Reconstruction des Magasins des Archives Départementales

Plus en détail

La rénovation énergétique dans l habitat

La rénovation énergétique dans l habitat La rénovation énergétique dans l habitat Nicolas Garnier Conseiller technique en rénovation énergétique Agence Locale de l Energie d Indre-et-Loire - Espace INFO ÉNERGIE 34 place de la Préfecture, Agence

Plus en détail

EHPAD La mémoire des Ailes MARCHEPRIME (33)

EHPAD La mémoire des Ailes MARCHEPRIME (33) EHPAD La mémoire des Ailes MARCHEPRIME (33) Localisation : Marcheprime (33) Capacité d accueil : 60 lits Surface totale de l établissement : 3 627 m² Besoins énergie chauffage : 429 MWh / an (RT 2005)

Plus en détail

Rénover futé. Mode d emploi et aides financières pour entretenir et rénover sa maison

Rénover futé. Mode d emploi et aides financières pour entretenir et rénover sa maison Rénover futé Mode d emploi et aides financières pour entretenir et rénover sa maison Constat 1 consommation d énergie Constat 1 consommation d énergie nucléaire 10% fossile 70% > 80% non renouvelable!

Plus en détail

L isolation N 1. Les Fondamentaux. Mai en quelques points. Information Presse

L isolation N 1. Les Fondamentaux. Mai en quelques points. Information Presse L isolation en quelques points Les Fondamentaux N 1 Mai 2008 Information Presse L isolation en quelques points Les Fondamentaux N 1 Mai 2008 Information Presse L isolation en quelques points A l heure

Plus en détail

Economiser de l énergie dans vos entreprises

Economiser de l énergie dans vos entreprises Nice, le 26 Mars 2015 Economiser de l énergie dans vos entreprises Les bonnes pratiques à mettre en œuvre pour réduire vos consommations Nicolas FOUBERT Gérant, Le B.E Guillaume LOCASTELLO Elève-Ingénieur,

Plus en détail

Géothermie vs Aérothermie Mythe ou réalité. Présenté par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et à l entretien

Géothermie vs Aérothermie Mythe ou réalité. Présenté par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et à l entretien Géothermie vs Aérothermie Mythe ou réalité Présenté par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et à l entretien Plan de la présentation Introduction Changement climatique, cible et politique énergétique

Plus en détail

Sommaire. Partie 1 Bilan énergétique des bâtiments. Introduction La problématique de la consommation d énergie dans les logements...

Sommaire. Partie 1 Bilan énergétique des bâtiments. Introduction La problématique de la consommation d énergie dans les logements... Sommaire Partie 1 Bilan énergétique des bâtiments Introduction... 3 Quelques chiffres... 3 Répartition des types de propriétaires... 4 Référentiel de calcul des étiquettes Énergie et Climat... 4 1 La problématique

Plus en détail

Réhabilitation Energétique des Bâtiments Construits après 1948

Réhabilitation Energétique des Bâtiments Construits après 1948 Réhabilitation Energétique des Bâtiments Construits après 1948 Présenté par Youën PUILLANDRE Société ACREDD Pépinière de l agglomération de Longwy 54135 Mexy 2 Sommaire Contexte socio-économique Quelques

Plus en détail

LA CONSTRUCTION PASSIVE POURQUOI ET COMMENT?

LA CONSTRUCTION PASSIVE POURQUOI ET COMMENT? LA CONSTRUCTION PASSIVE POURQUOI ET COMMENT? Atelier d Architecture Delsinne Concepteur Maisons Passives CEPH www.delsinnearchitecte.fr Acteurs du Passif Collectif pour un bâtiment performant et confortable

Plus en détail

Exemples de mesures d'efficacité énergétique fréquemment utilisées

Exemples de mesures d'efficacité énergétique fréquemment utilisées Exemples de mesures d'efficacité énergétique fréquemment utilisées Mesures à PRI très courte Installation d un refroidisseur permettant la récupération de chaleur Gestion de l apport d air extérieur par

Plus en détail

S.T.I. génie énergétique F.E.A. Lycée Auguste Perret, Le Havre Thermique et thermodynamique THERMIQUE ET THERMODYNAMIQUE

S.T.I. génie énergétique F.E.A. Lycée Auguste Perret, Le Havre Thermique et thermodynamique THERMIQUE ET THERMODYNAMIQUE THERMIQUE ET THERMODYNAMIQUE La thermique étudie les transferts de chaleur, alors que la thermodynamique en étudie leurs conséquences. I ÉNERGIE, TEMPÉRATURE ET CHALEUR 1 1. L'énergie 2 1.1. Quelques définitions

Plus en détail

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES.

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES. 1 / 7 NIVEAU 1 Exercice 1 Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité λ = 1,15 W/m C. La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface du

Plus en détail

Par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et l entretien Commission scolaire des Samares. ColloqueMulti Énergies Avril 2016

Par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et l entretien Commission scolaire des Samares. ColloqueMulti Énergies Avril 2016 Applications avec les accumulateurs thermiques et technologies pour aider à réduire la consommation de combustibles fossiles Par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et l entretien Commission scolaire

Plus en détail

ArchiWIZARD Simulation - Isolation thermique

ArchiWIZARD Simulation - Isolation thermique ArchiWIZARD Simulation - Isolation thermique Objectifs CI abordés Compte rendu Simuler la déperdition énergétique de la maison et proposer des pistes d amélioration quant à l isolation du bâtiment. CI

Plus en détail

Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT»

Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT» Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT» Arrêté du 3 mai 2007 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments

Plus en détail

87 rue de Bonnetable LE MANS

87 rue de Bonnetable LE MANS 87 rue de Bonnetable 72 000 LE MANS 02 43 82 14 14 kit-tradi-plus@wanadoo.fr LES ÉTAPES DE VOTRE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE PROPOSITION GLOBALE DE RÉNOVATION Réalisée par nos techniciens, elle vise à :. Améliorer

Plus en détail

FICHE MENU : ISOLATION TOITURE

FICHE MENU : ISOLATION TOITURE FICHE MENU : ISOLATION TOITURE Laine de roche Chanvre Laine de mouton Cellulose Polystyrène Liège Laine «minérale»: La plus connue et la plus utilisée. Avantage : A base de produits naturels. Elle est

Plus en détail

Récupération et stockage de chaleur

Récupération et stockage de chaleur Récupération et stockage de chaleur Abdellatif TOUZANI 8 Mars 2017 1 Récupération de la chaleur des eaux usées La récupération de la chaleur des eaux usées peut être effectuée grâce à des canalisations

Plus en détail

Le chauffage domestique

Le chauffage domestique Savoir visé : S3 : Installations et équipements électriques. Installations électriques des bâtiments. Mise en situation : Dans le pavillon que Mr Dupond vient d acheter, le chauffage est réalisé par des

Plus en détail

Etat des lieux du parc bâtiments. et exemples de réaménagements mai Antoine ROINSARD (ITAB) - Carole BERTIN (CRAB)

Etat des lieux du parc bâtiments. et exemples de réaménagements mai Antoine ROINSARD (ITAB) - Carole BERTIN (CRAB) Etat des lieux du parc bâtiments 30-31 mai 2018 - Antoine ROINSARD (ITAB) - Carole BERTIN (CRAB) et exemples de réaménagements ETAT DES LIEUX DU PARC BÂTIMENTS Intervenant date + logo Règlementations sur

Plus en détail

Partiel final ER61-27 juin durée 2 heures

Partiel final ER61-27 juin durée 2 heures Partiel final ER61-27 juin 2014-06-24 durée 2 heures I. Problème 1 : 1. Étude de documents Le bâtiment est au cœur de la problématique énergétique et environnementale. En Europe, ce secteur représente

Plus en détail

ETUDE THERMIQUE RT2012

ETUDE THERMIQUE RT2012 2014 ETUDE THERMIQUE RT2012 Ce document comporte : Une copie de l attestation de conformité qui a été jointe au permis de construire La synthèse de l étude thermique réalisée comprenant : - La composition

Plus en détail

Changer ses Menuiseries, Pour quelle performance? Avec le soutien

Changer ses Menuiseries, Pour quelle performance? Avec le soutien Changer ses Menuiseries, Pour quelle performance? Avec le soutien La terminologie des menuiseries La menuiserie est l ensemble Châssis + vitrage Ouvrant ou vantail (ou coulissant) dormant 2 La terminologie

Plus en détail

LES ENERGIES RENOUVELABLES EN COPROPRIETE. Les différentes solutions

LES ENERGIES RENOUVELABLES EN COPROPRIETE. Les différentes solutions LES ENERGIES RENOUVELABLES EN COPROPRIETE Les différentes solutions 1 Qui sommes-nous? Bureau d études thermiques et fluides Depuis 2006 En IDF, région PACA, région Franchecomté Copropriétés, Clients OPHLM,

Plus en détail

Les principes de la thermique

Les principes de la thermique Les principes de la thermique 1. Comment bien isoler une maison 1. Comment bien isoler une maison Depuis 2011, qu impose la réglementation lors de la vente d une maison? Le Diagnostique de performance

Plus en détail

OUROUX Analyse de l école du haut 2017

OUROUX Analyse de l école du haut 2017 OUROUX Analyse de l école du haut 2017 Commune d Ouroux 2017 Bâtiment prioritaire n 2 Ecole du haut Périmètre de l étude Le bâtiment est divisé en deux espaces : - le rez-de-chaussée est surélevé, il

Plus en détail

Les outils de diagnostics énergétiques

Les outils de diagnostics énergétiques Les outils de diagnostics énergétiques Cormiers 19 octobre 2010 Les outils : diagnostic global Objectif : Une démarche de diagnostic conseil en énergie Outils : Planète Agri energie => Diaterre (fin 2010)

Plus en détail

Pourquoi une maison passive?

Pourquoi une maison passive? Pourquoi une maison passive? L évolution des réglementations thermiques sous les directives du parlement européen nous amène progressivement vers des bâtiments où les besoins de chauffage sont si faibles

Plus en détail

Une installation géothermique innovante. Le Silex Salle de Musiques Actuelles. Géothermie en Bourgogne. Jeudi 29 septembre 2011

Une installation géothermique innovante. Le Silex Salle de Musiques Actuelles. Géothermie en Bourgogne. Jeudi 29 septembre 2011 Le Silex Salle de Musiques Actuelles Une installation géothermique innovante Géothermie en Bourgogne Jeudi 29 septembre 2011 Calendrier Lancement du projet : 2003 Ouverture : oct 2009 L'emplacement Le

Plus en détail

Ferme du futur: l énergie dans les bâtiments agricoles. Filière bovine. Céline ZANELLA

Ferme du futur: l énergie dans les bâtiments agricoles. Filière bovine. Céline ZANELLA Ferme du futur: l énergie dans les bâtiments agricoles Filière bovine Céline ZANELLA Libramont 23 juillet 2011 SOMMAIRE Filière veaux de boucherie Filière bovin lait Filière bovin viande LES CONSOMMATIONS

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves choisi de la

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation 5 mai 2015 Plan de la présentation Introduction générale (PF21) Réhabilitation thermique des logements : Enjeux énergétiques et environnementaux (ADIL63) De l analyse du bâtiment au choix des systèmes

Plus en détail

CONCEPTION TECHNIQUE ET STRUCTURELLE

CONCEPTION TECHNIQUE ET STRUCTURELLE CONCEPTION TECHNIQUE ET STRUCTURELLE ENVELOPPE : PEAU EN ZINC Façades et toitures en zinc, posé à joint debout. Protection et pérennité. Finition plâtre BA13 Isolation biosourcé laine de bois 50mm Panneau

Plus en détail

INSTALLATIONS ET MATERIELS

INSTALLATIONS ET MATERIELS INSTALLATIONS ET MATERIELS I / PRINCIPE DE L EFFET SERRE 11 / Le spectre lumineux solaire : source Plastidis Effets du «Désinfectant» Eclairage / photosynthèse Calorifique rayonnement 12 / Le principe

Plus en détail

EXERCICE II : SE CHAUFFER AVEC LE NUMÉRIQUE (8 points)

EXERCICE II : SE CHAUFFER AVEC LE NUMÉRIQUE (8 points) Bac S 2016 Polynésie http://labolycee.org EXERCICE II : SE CHAUFFER AVEC LE NUMÉRIQUE (8 points) Un centre de données (datacenter en anglais) est un lieu où se trouvent regroupés les équipements constituant

Plus en détail

CI 4 : DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES ET CHOIX DES MATÉRIAUX Comportement des matériaux

CI 4 : DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES ET CHOIX DES MATÉRIAUX Comportement des matériaux INTRODUCTION Ce premier exercice constitue sensibilisation à un Diagnostic de Performance énergétique. Il s agira donc ici de relever les éléments entrant en compte dans un DPE ; nous utiliserons un logiciel

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES MENTION COMPLEMENTAIRE TECHNICIEN EN ENERGIES RENOUVELABLES EPREUVE E1 PREPARATION D UNE INTERVENTION SESSION 2017 DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES «CONSTRUCTION D UNE MAISON INDIVIDUELLE, LOTISSEMENT GAUMET»

Plus en détail

Approfondissement Energétique des bâtiments et confort Département Génie Civil Ecole des Ponts ParisTech

Approfondissement Energétique des bâtiments et confort Département Génie Civil Ecole des Ponts ParisTech Approfondissement Energétique des bâtiments et confort Département Génie Civil Ecole des Ponts ParisTech Thermique, 3 Convection Bruno PEUPORTIER ParisTech Position du problème (exemple : dilatation) 1

Plus en détail

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE FICHE CALCUL CALCUL DES CHARGES S Version 00-203 Page / 6 RESISTANCE La résistance thermique notée «R» est la capacité d un matériau de résister au passage de la chaleur (flux thermique ), de l extérieur

Plus en détail

Rénovation des bâtiments

Rénovation des bâtiments Rénovation des bâtiments Comment garantir la valeur d un immeuble à long terme tout en améliorant le confort et en réduisant significativement sa consommation d énergie SINE 2018 Pierre-André Seppey -

Plus en détail

FORMATION BÂTIMENT DURABLE

FORMATION BÂTIMENT DURABLE FORMATION BÂTIMENT DURABLE CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE : CONCEPTION AUTOMNE 2018 Flux énergétiques dans le système de chauffage / ECS Danielle MAKAIRE Sur base de la présentation conçue par CENERGIE

Plus en détail