Construire et rénover sans se tromper

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Construire et rénover sans se tromper"

Transcription

1 GUIDE DE L ÉCO-HABITAT Construire et rénover sans se tromper CEDER Centre pour l Environnement et le Développement des Énergies Renouvelables Accompagnement, informations et conseils gratuits Avenue Gabriel Péri BP Vaison-la-Romaine Tél Fax COPAVO Communauté de communes Pays Vaison Ventoux Avenue Gabriel Péri BP Vaison-la-Romaine Tél CEDER COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS VAISON VENTOUX

2 ÉDITO 1 Construire ou rénover un bâtiment respectueux de l environnement, tant à travers le choix des matériaux et modes de construction, qu à travers les consommations énergétiques, relève d une obligation éthique visant à considérer à leur juste valeur la préservation de l environnement et les ressources énergétiques. Nous pouvons tous, à notre niveau, sans changer notre confort et en réfléchissant en amont aux impacts de notre projet, faire des choix respectueux de l environnement. Être éco-citoyen aujourd hui c est simplement être citoyen dans chacun de ses choix, de ses engagements et de ses comportements. Si chaque projet de construction ou de rénovation à venir sur le territoire de la communauté de communes du Pays Vaison Ventoux, n intègre ne serait-ce que quelques-uns des conseils fournis dans ce guide, un pas important aura déjà été franchi. L enjeu : construire mieux et plus écologique pour préserver notre qualité de vie et réduire notre impact sur l environnement. Alain JEUNE Président du CEDER Pierre MEFFRE Président de la COPAVO

3 2 SOMMAIRE 3 A S P E C T S P R AT I Q U E S CO N F O R T D É T É E T D H I V E R U N E M A I S O N S A I N E 4 UNE MAISON, UN PROJET ÉCOLOGIQUE Un éco-habitat pour être éco-citoyen Économies d énergie 6 LA CONCEPTION D UNE MAISON NEUVE La conception bioclimatique La localisation L orientation La compacité L agencement 7 LA RÉHABILITATION 8 LES MODES DE CONSTRUCTION Les matériaux de construction Les types de construction bois Les obligations 10 L ISOLATION L isolation des parois opaques L isolation des parois vitrées Les isolants conventionnels Les isolants sains 13 CHAUFFAGE ET RAFRAÎCHISSEMENT Les températures de confort La régulation / programmation La ventilation Le puits provençal Le chauffe-eau solaire / chauffage solaire Le bois-énergie La pompe à chaleur 17 LA PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ Le photovoltaïque L éolien domestique La petite hydraulique 19 LA RÉGLEMENTATION La réhabilitation La construction La vente, la location 20 LES AIDES FINANCIÈRES La TVA Le crédit d impôt Les aides des collectivités L ANAH 21 LES ORGANISMES L architecte CAUE Le service urbanisme ABF L espace Info Énergie

4 4 UNE MAISON SAINE 5 UNE MAISON, UN PROJET ÉCOLOGIQUE Bien penser sa maison permet de faire des économies d énergie Schéma de la maison théorique écologique 4 et 5 toit de la véranda non vitré et muni d ouvrants de taille suffisante pour évacuer la chaleur en excés et favoriser la circulation d air frais la nuit 4 toit débordant protégeant les baies vitrées du rayonnement solaire, en été 3 capteurs solaires thermiques 1 façade principale au sud, avec de grandes fenêtres et une véranda, donnant sur les pièces à vivre : On profite ainsi au maximum de la chaleur du soleil et de la lumière naturelle 2 protection contre les vents (utilisation de la topographie, écrans végétaux, toiture basse du côté des vents dominants ou froids et humides) 2 et 8 espaces tampon (garage, buanderie, chaufferie, placards, local à poubelles suffisamment grand pour faciliter le tri ) au nord et à l ouest Économies d énergie Type d habitat Maison construite entre 1945 et 1980 Maison construite à partir de 2000 Maison construite à partir de 2007 Maison construite à partir de 2010 Maison basse consommation Maison passive Maison à énergie positive (produit plus d énergie qu elle n en consomme) Un éco-habitat pour être éco-citoyen Dans un projet de construction ou de rénovation, le problème de l énergie est fondamental mais une démarche globale doit prendre en compte nos comportements et habitudes de vie. Cela passe notamment par une prise de conscience forte des efforts que nous avons à faire en matière de récupération d eau de pluie, d usage des appareils électriques, de maîtrise de nos consommations de chauffage (régulation de température, respect de consignes ), sans oublier le tri de nos déchets qui participe à limiter l impact de l habitat sur l environnement. Consommation énergie primaire > 300 kwh /m 2 / an 250 kwh /m 2 / an 110 kwh /m 2 / an 80 kwh /m 2 / an 50 kwh /m 2 / an 15 kwh /m 2 / an < 0 kwh /m 2 / an Réglementation Thermique : Normes de construction en vigueur Avantages de l éco-habitat Un meilleur confort dans la durée, un habitat respectueux de l environnement et de la santé des individus, une consommation énergétique minimisée grâce à l utilisation de sources de chaleur renouvelables, une émission réduite de CO 2 en fonction des matériaux choisis Législation Réglementation thermique 2000 Réglementation thermique 2005 Réglementation thermique 2010 Réglementation thermique 2020 existe dans d autres pays européens 2 isolation performante (toit, plancher,murs, vitrages) et réduction des ponts thermiques ADEME / Graphies (38) 4 plantation d arbres à feuilles caduques pour ombrager la façade en été. 8 dans la cuisine, place suffisante prévue pour plusieurs poubelles de tri 2 circuit de distribution d eau chaude court et calorifugé pour éviter le refroidissement dans les canalisations RÉDUIRE LE COÛT DU CHAUFFAGE (MAISON ET EAU SANITAIRE) en valorisant les apports gratuits du soleil 1 en réduisant les pertes de chaleur 2 en utilisant une (ou des) énergies(s) renouvelable(s) pour se chauffer et chauffer l eau sanitaire 3 ÉVITER LES SURCHAUFFE L'ÉTÉ en limitant la pénétration du soleil d été 4 en ventilant la maison la nuit 5 2 maison compacte ÉCONOMISER L EAU en prévoyant un système de récupération de l eau de pluie 6 en envisageant un double réseau d alimentation en eau (eau potable pour cuisine et salle de bains, eau de pluie pour toilettes, lave-linge et extérieur 7 4 stores ou volets extérieurs 1 murs à forte inertie thermique restituant la nuit la chaleur captée dans la journée 2 ouvertures réduites à l ouest et à l est, absente au nord. 6 récupération de l eau de pluie et réseau d alimentation 9,10 et 11 utilisation de matériaux de construction sains, recyclables ou recyclés : minimisant les dégagements de solvants, fongicides, particules irritantes ne dégageant pas de vapeurs toxiques en cas d'incendie, régulant naturellement l humidité intérieure, faciles à entretenir PERMETTRE ET VALORISER LA GESTION DES DECHETS en facilitant leur tri et leur stockage 8 en utilisant des matériaux de construction qui peuvent être réutilisés ou recyclés, ou qui proviennent de matériaux recyclés 9 AVOIR UNE MAISON SAINE en choisissant des matéri aux de construction et de décoration qui respectent votre santé 10 en privilégiant les matériaux de construction qui respirent et régulent naturellement l humidité 11 en faisant installer un système de ventilation performant et silencieux 12

5 6 UNE MAISON SAINE 7 LA CONCEPTION D UNE MAISON NEUVE Une bonne conception pour un habitat intelligent La conception bioclimatique Il s agit dès la conception du projet de prendre en compte le climat, la topographie, les apports solaires, la ressource en eau pour implanter et orienter la construction ou optimiser la rénovation. Pour le confort d été : Minimiser les vitrages à l ouest, protéger les façades par des pergolas, avancées (terrasse couverte ou végétalisée ) Protéger les vitrages. Placer des ouvertures pour permettre la ventilation transversale nocturne sans gêne (2 façades opposées, mais pas dans les chambres à coucher ) Localisation La localisation de votre maison est un facteur essentiel. Pensez toujours aux déplacements que vous aurez à réaliser "au quotidien", ceux-ci auront un coût économique et environnemental. Le choix de la localisation doit tenir compte des spécificités topographiques et climatiques propres aux différents terrains d implantation envisagés (possibilité d enterrer partiellement le bâtiment, de profiter de la présence d une forêt au Nord ). Orientation Le soleil est une source de lumière et de chaleur gratuite et illimitée. Ainsi, il est préférable de privilégier une orientation maximisant les surfaces de captation des apports solaires. Une orientation du faîtage Est-Ouest permettra une meilleure valorisation des apports solaires, plus qu une orientation Nord-Sud. De plus, la qualité de l isolation, les types de vitrages, l inertie du bâtiment joueront un rôle non négligeable dans la réalité des consommations énergétiques, tout autant que dans le confort thermique. Compacité L une des principales causes de déperditions thermiques est liée au différentiel de température entre l intérieur et l extérieur du bâtiment. Un volume plus compact donne une surface d échanges plus faible pour une même surface habitable. Agencement L agencement intérieur des pièces doit se faire en fonction de votre mode de vie, cependant des règles générales sont à prendre en compte : Pièces tampons (non chauffées) au nord et ouvertures minimum afin de limiter les besoins de chauffage et les déperditions thermiques. Grands ouvrants au sud, pour maximiser la captation des apports solaires (lumière et chaleur) avec mise en place de protections (avancées de toit, tonnelles, volets isolants, végétation caduque ) pour éviter les surchauffes d été. Un mur végétalisé aide à lutter contre les surchauffes estivales. LA RÉHABILITATION Améliorer l existant en durée et en qualité La réhabilitation La rénovation d un bâtiment est un travail très inégal en fonction des projets, il n existe pas de solution universelle. Toutefois, au moins deux règles doivent être suivies, quel que soit le projet : Réaliser un diagnostic de l état général du bâtiment Définir s il s agit d une construction conventionnelle ou traditionnelle. Ces éléments sont déterminants, non seulement pour évaluer le budget nécessaire à la rénovation, mais aussi pour effectuer les choix techniques appropriés. La réhabilitation d un bâtiment commence souvent par des travaux d isolation. L isolation se porte sur trois grands postes, la toiture (combles perdus ou aménagés), les murs (isolation par l intérieur, l extérieur ou répartie) et les planchers (en contact avec le sol, sur vide-sanitaire ou entre 2 étages). Pour plus de détails se référer aux chapitres concernés. Cependant dans le cas de travaux plus importants, il convient d avoir une démarche bioclimatique avant d agir, afin de bien considérer les possibilités de capter les calories au Sud, limiter les pertes au Nord Les conseillers de l Espace Info Énergie peuvent également vous aider dans vos choix. (voir page 22)

6 8 CONFORT D ÉTÉ ET D HIVER 9 Paille Monomur Pierre de lave Fibre de bois LES MODES DE CONSTRUCTION Construction Finition Faire son choix de matériaux dans le respect de l environnement 1 L inertie thermique est la capacité physique d un matériau à conserver sa température. L inertie thermique d un bâtiment est recherchée afin de minimiser les apports thermiques à lui apporter pour maintenir une température constante. Matériaux de construction La construction ou la rénovation peuvent se faire en recourant à des matériaux de maçonnerie. Les matériaux conventionnels comme le parpaing ou la brique creuse doivent être associés à des isolants (voir paragraphe sur les isolants) ce qui implique toujours une perte de surface habitable. Ils présentent des performances moyennes pour le confort d hiver et mauvaises pour le confort d été en raison de leur mauvaise inertie 1. Au contraire le béton cellulaire, la pierre de lave et la brique à alvéoles monomur combinent des propriétés structurantes et isolantes. Le tableau ci-contre présente les principales caractéristiques de ces matériaux. Avantages béton cellulaire pierre de lave brique alvéolaire Combinaison de propriétés isolantes, structurantes Résistance à la compression Mise en œuvre facile et légèreté Incombustible, inattaquable par les rongeurs Minimise les ponts thermiques Tarifs proches d un ensemble de matériaux conventionnels Bon régulateur hygrothermique Matière première à grande disponibilité Inconvénients béton cellulaire pierre de lave brique alvéolaire Énergie grise élevée (température de cuisson / ajout de poudre d aluminium ) Ciment colle spécifique pour la mise en œuvre (béton cellulaire, monomur) Poussière potentiellement nocive lors de la découpe des blocs de béton cellulaire Isolation phonique légère en faible épaisseur Le béton cellulaire a tendance à garder l humidité et implique souvent la pose d un enduit imperméable. Les types de construction bois Le bois est un matériau écologique par excellence à condition qu il s agisse d essences locales ou certifiées et que son traitement n induise aucun effet sur la santé et aucun impact sur l environnement. Il existe plusieurs types de constructions en bois, les principales étant les maisons à ossature bois et celles en bois massif. L aspect extérieur peut être en bois ou enduit. La construction bois offre des performances thermiques très intéressantes pour un coût de 5 à 10 % supérieur à celui des constructions conventionnelles. Le bois se prête à la réhabilitation tout comme à la construction. Outre la rapidité de l exécution des travaux (si le chantier a été préparé en amont), la construction bois se caractérise par certains points ci-dessous énumérés. Obligations D un point de vue réglementaire, l intégration paysagère et le respect des normes sismiques et thermiques sont les seuls points critiques. Le rejet du permis de construire ne peut être motivé par le mode constructif retenu et les matériaux choisis du moment qu il répond aux prescriptions du Plan Local d Urbanisme. Avantages construction bois L utilisation du bois permet de stocker du CO 2 Absence de ponts thermiques Isolation supérieure à épaisseur égale Gain d espace intérieur grâce à la finesse des murs Modularité importante Légèreté permettant l édification sur des terrains à portance faible Très bon comportement sismique Nombreux choix d isolants possibles Inconvénients construction bois Nombre de professionnels encore limité Inertie potentiellement faible selon l isolant mis en œuvre Certains traitements du bois peuvent s avérer toxiques pour l homme Z O O M sur l ossature bois L ossature bois (poteaupoutre, panneaux sandwich ) est une technique de construction qui s adapte au style régional. Les murs de la maison à ossature bois sont réalisés sur la base d un squelette constitué de membrures de bois entre lesquelles sont placés les matériaux isolants. L ossature est ensuite habillée de revêtements intérieurs et de revêtements extérieurs. Z O O M Qualité Environnementale du Bâtiment (QEB) La Qualité Environnementale du Bâtiment est une notion qui vise l intégration dans le bâti des principes du développement durable. C est une démarche qualitative récente et encore perfectible qui intègre toutes les activités liées à la conception, la construction, le fonctionnement et la déconstruction d un bâtiment (y compris la prise en compte de l impact environnemental induit par la fabrication et le transport des produits de construction, d isolation ).

7 10 CONFORT D ÉTÉ ET D HIVER 11 L ISOLATION L isolation est l une des clés de la maison économe en énergie Pertes de chaleur d une maison individuelle non isolée. Les ponts thermiques sont des discontinuités de la barrière isolante par laquelle la chaleur s échappe. A leur niveau, on constate souvent la condensation de l humidité, l apparition de moisissures ou le décollement de papiers peints. Selon les parois considérées, différentes solutions sont envisageables, il convient de se renseigner auprès d organismes tels que votre espace Info Énergie, des associations comme habitat et développement, l ANAH et l ADIL auprès desquels vous pourrez obtenir des fiches expliquant les différentes techniques de mise en œuvre possible. Les déperditions thermiques sont localisées au niveau du toit, des fenêtres, des murs, du sol et sont également dues au renouvellement d air et aux ponts thermiques. Source Oïkos, Oliva, Terre Vivante 87,5 cm Murs 7 % Ponts thermiques 7% Comparatif de l épaisseur requise des matériaux pour obtenir la même isolation. Un mur de plus d un mètre d épaisseur en béton isole tout autant que 2,3 cm de laine minérale. Toiture 30 % 1,5 cm 2 cm 2 cm 2 cm 2 cm 2,3 cm 2,4 cm 6,5 cm 7,5 cm 8 cm 17,5 cm 28 cm 39 cm 42,5 cm 45 cm 52,5 cm Polystyrène extrudé Panneaux de cellulose Liège Laine minérale Polystyrène expansé Ouate de cellulose Chanvre en vrac Béton de chanvre Bois résineux (mélèze) Béton cellulaire Brique alvéolée (monomur) Brique pleine Pisé Blocs de terre crue Pierre calcaire Parpaing béton creux Béton plein Isolation des parois opaques (murs, toits, planchers) Le principal risque lié à l isolation du bâtiment est l apparition de condensation dans les murs. Par exemple en hiver, l air chaud (intérieur) cherche le point d équilibre avec l air extérieur (plus froid) et entraîne avec lui la vapeur d eau qu il contient. Dès lors, la vapeur excédentaire peut condenser dans la paroi, ce qui peut poser des problèmes sur le complexe isolant et la structure (effritement, moisissures, déformation ). Des pare-vapeur sont utilisés pour limiter cet effet. L isolation de vos toitures est l opération la plus rentable (confort d été et d hiver) en raison des fortes déperditions thermiques. Vos combles perdus sont isolés par le plancher et vos combles habitables en sous toiture. Sols 7% Air renouvelé 20 % Vitres 13 % Ouate de cellulose Paille Pour des raisons sanitaires, vous devez cependant veiller à préserver la ventilation naturelle. L isolation des murs par l intérieur ou par l extérieur permet d augmenter la température intérieure des parois. Celle des planchers réduit les sensations d inconfort liées au phénomène de paroi froide. Isolation des parois vitrées (fenêtres ou portes-fenêtres) 10 % des déperditions thermiques totales dans un logement sont liées à l isolation des parois vitrées. La performance thermique des parois vitrées dépend des performances du vitrage et de la menuiserie. Les volets jouent également un rôle important dans la protection thermique tant hivernale qu estivale. Lors du changement ou de l installation d une fenêtre ou d une porte-fenêtre, le coefficient de transmission thermique U doit être inférieur au niveau maximal réglementaire. Les isolants conventionnels Les isolants conventionnels placés à l intérieur (laines minérales, mousses polyuréthane, polystyrène) répondent généralement très bien à la problématique hivernale de l isolation. En revanche le confort d été est difficile à obtenir sans recourir à des systèmes de climatisation énergivores. Par exemple, pour obtenir un déphasage de 12 heures (temps nécessaire au flux de chaleur pour traverser l isolant) il faudrait mettre entre 40 et 100 cm d isolant loin des cm nécessaires au respect de la RT2005. Ils présentent toutefois une grande disponibilité et un coût limité. Un matériau isolant est caractérisé par deux chiffres : le coefficient de conductivité thermique λ exprime la capacité du matériau à transmettre la chaleur par conduction. Plus le coefficient λ (lambda) est faible, meilleures sont les propriétés isolantes du matériau. la résistance thermique R d un matériau traduit sa capacité à empêcher le passage du froid ou de la chaleur, pour une épaisseur donnée. Plus R est grand, plus le matériau est isolant. Chanvre L E P O I N T réglementaire en résumé La résistance thermique d une paroi rénovée doit être supérieure ou égale au niveau minimal réglementaire. pour en savoir plus, consultez le guide de l ADEME «Isolation thermique»

8 12 CONFORT D ÉTÉ ET D HIVER 13 HPE Haute Performance Énergétique THPE Très Haute Performance Énergétique BBC effinergie Bâtiment Basse Consommation 2 Les composés organiques volatils, ou COV sont des composés organiques (hydrocarbures, composés constitués de carbone et d hydrogène) qui se trouvent sous forme gazeuse dans l'atmosphère. Ils peuvent être d'origine anthropique (raffinage, évaporations de solvants organiques, imbrûlés...) ou naturelle (émissions par les plantes). Les isolants sains Le terme d isolants sains concerne des isolants n ayant pas d impact néfaste connus sur la santé humaine, mais pas forcément sans impact sur l environnement. En effet, la fabrication de panneaux nécessite généralement de recourir à des fibres polyester. Ils sont toutefois plus facilement recyclables et moins impactant sur l environnement sur l ensemble de leur vie (de la fabrication au recyclage en passant par la mise en œuvre et leur comportement dans le temps) que les isolants conventionnels. Le principal avantage de ces produits par rapport aux isolants conventionnels réside dans le fait qu ils présentent une meilleure capacité thermique et répondent donc mieux aux problématiques hivernales ET estivales pour une même épaisseur d isolants mise en œuvre. Chaque type d isolant présente des caractéristiques thermiques, phoniques, et structurelles propres qu il convient d étudier en détail en fonction de l usage (combles, murs, planchers ) et du budget prévu. En référence, une maison théorique dont l isolation équivaut à la moyenne actuelle du parc de logement dont la consommation est de : 100 La même maison respectant la RT 2005 consommera : 33,20 La même maison labellisée HPE 2005 (RT 10 %) consommera : 29,80 La même maison labellisée THPE 2005 (RT 20 %) consommera : 24,50 La même maison labellisée BBC effinergie 2005 consommera : 13,50 Nous avons fait plusieurs études qui montrent que le surcoût isolant sain + peinture sans COV 2 représente au maximum 5 % du coût global d une construction neuve ou rénovée, et souvent moins. Dominique FAHRI Architecte. Chaudière à bois Bois déchiqueté CHAUFFAGE ET RAFRAÎCHISSEMENT Une maison bien isolée permet d adapter un mode de chauffage optimum Une maison bien isolée permet de faire des économies d énergie et de préserver la fraîcheur intérieure en été. Pour notre confort en été comme en hiver, le choix des matériaux sera fondamental. Ensuite il conviendra d adapter la performance des appareils aux besoins. Températures de confort La sensibilité à la température varie d un individu à l autre, cependant, le code de la construction fixe la température moyenne à 19 C. Les chambres nécessitent généralement une température plus faible, aux alentours de 16 à 17 C la nuit. Sachez qu en réduisant de 1 C la température vous économisez 7 % sur votre consommation. Régulation / programmation La régulation sert à contrôler la température ambiante en prenant en compte les apports gratuits et les temps d occupation de votre logement. Le thermostat d ambiance, la sonde extérieure et les robinets thermostatiques sont des systèmes visant à optimiser le fonctionnement du chauffage et limiter vos dépenses. Leur mise en place est obligatoire s il y a changement ou installation d une chaudière. Ventilation Le renouvellement d air dans une maison est indispensable. La ventilation doit être générale, constante et la circulation doit se faire depuis des entrées situées dans les pièces principales vers des sorties localisées dans les pièces de services (salle de bains, cuisine ). pour en savoir plus, consultez le guide de l ADEME «Le chauffe-eau solaire individuel», «Le chauffage solaire», «Le chauffage au bois», «Les pompes à chaleur», «Le chauffage, la régulation, l eau chaude» Les conseillers de l Espace Info Énergie peuvent également vous aider dans vos choix. L E P O I N T réglementaire en résumé Quand vous réalisez des travaux d isolation des murs de votre logement, la réglementation vous impose de conserver les grilles d aération existantes, sauf si vous faites installer un autre système de ventilation. Les nouvelles fenêtres et portes-fenêtres des pièces principales doivent comporter des entrées d air, sauf s il en existe déjà. La réglementation fixe la consommation maximale admise pour les ventilateurs VMC installés ou remplacés à 0,25 Wh/m 3 par ventilateur.

9 14 CONFORT D ÉTÉ ET D HIVER 15 Chauffe-eau solaire Puits canadien Chauffage solaire Bois déchiqueté Eau chaude sanitaire Pour une famille de 4 personnes, une installation type comportera 4 m 2 de panneaux et un ballon de stockage de 300 l. Localement, une telle installation permet de couvrir sans difficultés 70 % des besoins en eau chaude sanitaire sous réserve des conditions d exposition et d orientation des panneaux. Puits provençal / canadien Le puits provençal / canadien récupère les calories du sol, il n utilise aucun fluide frigorigène, qui est extrêmement créateur d effet de serre. L air de renouvellement passe dans des tuyaux enterrés de 1 à 2 m de profondeur (la chaleur de la terre y est constante). L hiver, l air entrant dans la maison est aux alentours de 8 à 12 C au lieu de 0 C ; l été il sera de 20 C au lieu de 30 C. Ce type de système doit être mis en œuvre lors de la construction en raison des travaux de terrassement. Les prix sont très variables selon le volume de la maison, le recours à un bureau d étude spécialisé, la part des travaux que vous réaliserez éventuellement vous-même. Chauffe-eau solaire / Chauffage solaire Il existe différents procédés pour valoriser l énergie solaire selon qu il s agit d utiliser la lumière (photovoltaïque) ou la chaleur (eau chaude). Avec cette production de chaleur, il est possible de produire de l eau chaude sanitaire et/ou de l eau pour le circuit de chauffage, via les capteurs solaires. Pour l eau chaude sanitaire, il y a très peu de contraintes, les panneaux pouvant être installés dans la pente de la toiture ou en intégration dans le toit. Compter environ /m 2 installé. (déduire environ 50 % pour les aides, subventions et crédit d impôt) Pour le chauffage solaire, les éventuelles contraintes seront liées à la surface nécessaire, à l inclinaison (environ 60 ), à l orientation (le plus au sud possible pour prendre en compte le soleil hivernal, plus bas, et éviter les surchauffes estivales). Ce type de chauffage est à privilégier dans les régions froides et ensoleillées. Prenez toujours soin de vous renseigner auprès de votre mairie afin de connaître les possibilités réglementaires d implantations. Compter environ /m 2 installé. Le bois-énergie Le bois est une énergie renouvelable et écologique. En effet, les émissions de gaz (CO 2 ) sont jugées neutres, dans la mesure où ces gaz sont captés par les arbres lors de leur croissance, pour peu que la combustion soit de bonne qualité. Il existe différents types de chauffage domestique au bois : foyers ouverts, chauffage divisé (inserts et poêle) et chauffage central (chaudières manuelles à bûches, chaudières automatiques à plaquettes ou granulés. Le rendement maximum d un foyer ouvert ou cheminée ouverte s élève à 10 %. Celui d un foyer fermé récent 70 % et > 80 % pour un poêle à granulés ou chaudière à plaquettes. Une maison aux normes thermiques actuelles n a, le plus souvent, besoin que d un chauffage d appoint, type petit poêle à bois, bûche ou granulé. La Pompe à Chaleur Principe de fonctionnement Une pompe à chaleur (PAC) est un équipement électrique permettant d extraire l énergie thermique contenue dans l environnement (air/sol/eau) et de la transférer dans un bâtiment. La performance dépend beaucoup de la source dans laquelle sont prélevées les calories. Il s agit avant tout d un système de chauffage, mais il est possible de chauffer l eau chaude et, dans le cas de produits dits réversibles, de produire du froid. Une PAC consommant 1 kwh d électricité doit produire 3 kwh de chaleur. Un produit performant mais non renouvelable Souvent présenté comme un système renouvelable il est nécessaire d apporter quelques précisions quant à l utilisation de ce terme : Le mode de production de l électricité en France est essentiellement nucléaire, en conséquence le terme performant doit être préféré à celui de renouvelable. Les pompes à chaleur dites géothermiques utilisent la chaleur contenue dans le sol grâce à des sondes verticales ou horizontales. L utilisation du terme renouvelable s applique en fait à l énergie contenue dans la source froide, qu il s agisse de l eau, du sol ou de l air et en aucun cas à l énergie électrique nécessaire au fonctionnement de l installation. L E P O I N T réglementaire en résumé Si vous installez ou remplacez une chaudière à bois, la réglementation impose un rendement minimal. Ce rendement est en fonction de la puissance de la chaudière installée. A titre d exemple, le rendement d une chaudière de 30 kw doit être supérieur à 55.9 % Pour un foyer fermé, un poêle à bois, un poêle à granulé le rendement doit être supérieur à 65 %. L E P O I N T réglementaire en résumé Si vous installez ou remplacez une PAC, elle doit satisfaire à un coefficient de performance (COP) minimal en mode chauffage de 3 aux conditions standards d utilisation.

10 16 CONFORT D ÉTÉ ET D HIVER 17 Cellules photovoltaïques Géothermie, pose de capteurs horizontaux LA PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ Z O O M confort d été Le confort d été dépend de nombreux facteurs. Il sera le résultat de la ventilation de l habitat, de son isolation, du choix de matériaux, de la végétalisation extérieure et également des gestes quotidiens des résidents. La réversibilité Certaines PAC sont dites réversibles, elles assurent alors la fonction de climatiseur (pour les systèmes de distribution aéraulique) ou de rafraîchissement (pour les systèmes avec distribution par plancher chauffant). Le gain est dans ce dernier cas de 3 à 5 maximum. Il est bon de rappeler qu une bonne conception du bâtiment et un choix opportun de matériaux d isolation permettent d éviter le recours à ce type d options. Pour produire de l électricité à partir de sources renouvelables, trois types d énergie sont utilisés : le solaire, l éolien et l hydraulique. Dans le futur se développeront la cogénération et les énergies issues de la fermentation de la biomasse (biométhane), et d autres. Le photovoltaïque La production d électricité à partir de l énergie solaire s effectue par l intermédiaire de capteurs équipés de cellules photovoltaïques. La durée de vie de ce type de système est estimée à 30 ans. Produire son électricité avec les éléments naturels Comparatif des combustibles en euros par kilowattheure* (sans tenir compte de l entretien, ni de l investissement) Solaire Bois bois PAC Bois Gaz de Fioul Électricité Propane Pétrole déchiqueté bûches cop 3 granulé réseau pour poêles à *Les prix des combustibles sont susceptibles de variations fortes dans le temps. Source AJENA avril 2008 Le dimensionnement d une centrale photovoltaïque se fait généralement en fonction des besoins en électricité spécifique (hors chauffage et eau chaude). Dans le haut Vaucluse la consommation moyenne d une famille peut être couverte par une centrale de 2 à 3 kwc (20 à 30 m 2 ). La production, dans de bonnes conditions d inclinaison et d orientation de la centrale, avoisinera les à kwh. Financièrement, il faut compter environ TTC par m 2 de panneaux installés. Si vous vendez la totalité de votre production, il faut compter un temps de retour sur investissement de l ordre de 10 à 15 ans (crédit d impôt à 50 % compris). Plusieurs options de vente de votre électricité existent, et des aides susceptibles d évoluer aussi. Contacter votre espace Info Énergie pour plus d explication. Ce type d installation ne permet pas en soi, de diminuer votre facture électrique, seule la diminution de vos consommations peut avoir cet impact à court terme. En revanche l impact sur les rejets de CO 2 (dioxyde de carbone) et de NOX (oxydes d azote) dans l atmosphère sera effectif dès les premières années. Il est logique d effectuer en parallèle à l installation de capteurs photovoltaïques, une démarche de maîtrise de la demande en énergie (MDE) sur l ensemble de votre bâti.

11 18 ASPECTS PRATIQUES 19 RÉGLEMENTATION Pour limiter les rejets de gaz à effet de serre, la réglementation thermique du bâtiment évolue régulièrement Dans les engagements internationaux, de nombreux pays ont signé des accords pour réduire le plus rapidement possible les gaz à effet de serre (GES). L habitat est l un des premiers facteurs de production de CO 2 sur lequel il est possible d agir. Des normes autour du bâtiment existent et évoluent pour pouvoir diviser par 4 d ici 2020 nos émissions de GES. Énergies vertes La réhabilitation Vous habitez un logement, maison individuelle ou appartement, et vous envisagez d y réaliser des travaux. Depuis novembre 2007, il existe une nouvelle réglementation thermique (RT) pour encadrer les travaux entrepris dans les logements existants. Cette réglementation fixe des exigences minimales sur les produits et équipements à mettre en œuvre pour toute intervention concernant l isolation, le chauffage et la climatisation, l eau chaude sanitaire, la régulation et la ventilation. Pour connaître les points faibles de votre logement et savoir où intervenir, il existe maintenant un outil : le diagnostic de performance énergétique. pour en savoir plus, consultez le site de la RT2007 De nombreux produits existent, contactez votre espace Info Énergie afin d être tenu au courant des dernières évolutions technologiques et réglementaires. (voir page 22) L éolien domestique Une éolienne transforme le vent en électricité par l intermédiaire d un générateur. La durée de vie est d environ 20 ans. L électricité produite peut être réinjectée dans le réseau ou stockée dans des batteries pour être restituée selon les besoins. Cette énergie ne constitue qu une énergie d appoint en raison de l intermittence de la production. Elle est, le plus souvent, utilisée pour des sites isolés non raccordés au réseau électrique. Il convient de réaliser une analyse du gisement éolien avant de se lancer dans ce type d implantation. La petite hydraulique L énergie hydraulique est engendrée par le mouvement de masses d eau. Une turbine est actionnée par l eau ce qui génère de l électricité. La puissance produite dépend du débit et de la hauteur de chute. Toutefois, compte tenu des ressources locales en eau et des difficultés administratives liées à la mise en place d une centrale, c est un équipement dont le développement local est quasiment inenvisageable. La construction Pour construire sa maison, une réglementation thermique (RT) s applique aux permis de construire déposés depuis le 1 er septembre La RT 2005 vise à faire diminuer de 15 % la consommation énergétique des bâtiments neufs et instaure la mise en place d une fiche de synthèse technique. La vente / la location / la construction La réalisation d un diagnostic de performance énergétique est obligatoire à l occasion d une vente, d une location ou à l issue d une construction d un logement en France. Logement économe <_ 50 A 51 à 90 B 91 à 150 C 151 à 230 D 231 à 330 E 331 à 450 F > 450 G Logement énergivore Logement kwh EP /m 2.an Faible émission de GES <_ 5 A 6 à 10 B 11 à 20 C 21 à 35 D 36 à 55 E 56 à 80 F > 80 G Forte émission de GES Logement kg éqco2 /m 2.an pour en savoir plus, consultez le site de la RT2005 pour en savoir plus, consultez le guide de l ADEME «diagnostic de performance énergétique» Pour vous guider et avoir des conseils gratuits sur la maîtrise de l énergie, demandez l aide des spécialistes des Espaces Info Énergie (voir page 22)

12 20 ASPECTS PRATIQUES 21 LES AIDES FINANCIÈRES Les projets respectueux de l environnement, sont soutenus par des aides spécifiques pour en savoir plus, consultez le guide de l ADEME «Les aides financières habitat» ou le site de l ADEME rubrique «Financez vos projets» Ou bien un Espace Info Énergie L ANAH Cours Jean-Jaurès BP Avignon cedex 09 Tél Fax La TVA (taxe sur la valeur ajoutée) Il existe des dispositifs incitatifs pour les travaux d amélioration de l efficacité énergétique d un logement existant. Ainsi, les travaux réalisés par un professionnel peuvent être en général facturés avec une TVA à 5,5 %. Vous pouvez également bénéficier, sous condition, de prêt à taux réduit (prêt du Livret Développement Durable, prêt taux à 0%, prêt «PAss-Travaux» ). Certains établissements bancaires attribuent maintenant des prêts dédiés aux économies d énergie, en particulier pour construire un logement neuf. Pour vous aider dans vos recherches et comparer les offres bancaires, vous pouvez consulter sur le site de l ADEME le comparateur de prêts dédiés aux économies d énergie. Le crédit d impôt Il permet aux ménages de déduire de leur impôt sur le revenu une partie des dépenses réalisées pour certains travaux d amélioration énergétique dans leur résidence principale. Les critères sont susceptibles d évoluer, pensez à contacter votre espace Info Énergie afin de connaître l évolution des aides disponibles. Impôts services : (0,12 la minute). Les aides des collectivités Les aides régionales, départementales, locales Actuellement il existe des aides du Conseil régional PACA et du Conseil général de Vaucluse, principalement sur la mise en œuvre de systèmes de production d énergie renouvelable. Ces aides s adressent aux particuliers, mais aussi aux entreprises du secteur. Les modalités d attributions, susceptibles de changer, peuvent vous être communiquées par votre espace Info Énergie, n hésitez donc pas à prendre contact avec celui-ci. A titre d exemple en 2008 les aides s élevaient pour les installations solaires thermiques à 850 (conseil général et régional), pour les installations photovoltaïques, pour les chaudières au bois déchiqueté. L ANAH L Agence Nationale d Amélioration de l Habitat attribue des subventions pour améliorer le confort de l habitat privé. Les aides sont destinées aux propriétaires qui réalisent des travaux d amélioration des logements qu ils occupent ou qu ils louent. LES ORGANISMES Avant tout projet renseignez-vous précisément pour vous engager en connaissance de cause Tout projet de construction ou de rénovation demande du temps pour voir le jour et pour répondre aussi bien aux normes qu aux attentes des maîtres d œuvre. Il est donc important de se renseigner et de demander des avis différents pour faire ses propres choix. L Architecte Toute construction d une surface supérieure à 170 m 2 de Surface Hors d Œuvre Nette (SHON) impose de passer par un architecte. CAUE Les Conseils d Architecture, d Urbanisme et d Environnement (CAUE) ont pour mission d informer et de sensibiliser les maîtres d ouvrages à l architecture, l urbanisme et l environnement dans le cadre de leur projet de construction. Ils fournissent les orientations et conseils nécessaires pour assurer l intégration architecturale et environnementale des bâtiments dans leur environnement (qu il soit rural ou urbain). Ils peuvent vous accompagner sans toutefois assurer la maîtrise d œuvre, leurs interventions sont gratuites. Le Service Urbanisme Dans le cadre d un projet de construction ou de rénovation 3 importante, un permis de construire (PC), ou une déclaration de travaux (DT), doivent être déposés à la mairie. ABF (Architectes des Bâtiments de France) Si le projet se situe dans le champ de co-visibilité 4 d un monument historique, il convient d obtenir l accord de l Architecte des Bâtiments de France (ABF). Il est possible de contacter, préalablement aux travaux, avec le dossier le plus détaillé possible afin de faciliter l instruction du dossier. CAUE de Vaucluse Tél Fax Modifiant l aspect extérieur du bâtiment ou la structure intérieure (création de nouvelles pièces d habitation dans les combles par exemple). ABF - Service Départemental d Architecture et du Patrimoine 84 Tél Signifie que la construction est visible du monument ou que d un point de vue les 2 bâtiments sont conjointement visibles.

13 22 L E S P A C E I N F O É N E R G I E Organisme d information et de conseil sur l efficacité énergétique, les énergies renouvelables, l eau, l éco-habitat, les transports Il est financé, entre autre, par L ADEME (Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Énergie) et les collectivités locales (Région, Département, collectivités territoriales telles que la COPAVO). Répartis sur tout le territoire, les espaces Info Énergie apportent à tous les porteurs de projets (citoyens, entreprises, collectivités) une information neutre, gratuite et objective notamment sur les différentes solutions existantes pour améliorer l impact environnemental du bâtiment. En haut Vaucluse et Drôme provençale votre espace Info Énergie est le CEDER. Créateur d'actions écologiques Centre pour l Environnement et le Développement des Énergies Renouvelables Avenue Gabriel Péri Vaison la Romaine Tél Fax Mail : site Un annuaire mis à jour est disponible, il concerne les professionnels présents au plus proche de votre projet Des professionnels à votre service Le CEDER tient à jour des listes de professionnels agréés dans tous les domaines relatifs à l éco-habitat. Il vous transmet à l issu d un entretien gratuit et objectif un listing des corps de métiers qui vous intéressent au plus proche du lieu de votre projet : architectes, maçons, fabricants, plombiers, chauffagistes, revendeurs N hésitez pas à nous consulter par téléphone ou prendre rendez-vous avec nos conseillers au du lundi au vendredi Professionnels, pour vous faire référencer contacter nos conseillers au Guide éco-habitat édité par la Communauté de Communes du Pays Vaison Ventoux (Copavo) BP Vaison-la-Romaine Tél Directeurs de la publication : Président de la COPAVO Pierre Meffre Président du CEDER Alain Jeune Conception et rédaction : CEDER et COPAVO design Ateliernomades.com (Avignon) Photographies & illustrations : ADEME graphies (38), M. BOUDES, Calimax, CEDER, C. DUGUE, P. DYON, Erema, F. GARRIDO, MN. GEMONNET, JM. GIRAUD, Hargasner, F. Lelonge, E et E. MORIN, F. NICOLAS, URD, N. et P. VALDES, DR. imprimerie Laffont (Avignon) Diffusion exemplaires Création avril 2009 Exemplaire gratuit

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

CHAPITRE F ANALYSE DU TISSU BATI AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DES PERFORMANCES ENERGETIQUES

CHAPITRE F ANALYSE DU TISSU BATI AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DES PERFORMANCES ENERGETIQUES CHAPITRE F ANALYSE DU TISSU BATI AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DES PERFORMANCES ENERGETIQUES 149 Les ilots continus du bourg: alignement compacité et densité Orientation des faîtages Nord Sud;

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies 2 Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies La facture annuelle de chauffage représente 900 en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 pour une maison basse consommation

Plus en détail

Concours. 2011 Présentation des projets lauréats. ats

Concours. 2011 Présentation des projets lauréats. ats Concours «Ma maison éco» 2011 Présentation des projets lauréats ats PROJETS Rénovations R 4 Projets retenus Famille THIL 37330 Marcilly sur Maulne Famille THIL Natures des parois: Murs extérieurs Nord

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

livret d éd épargne bancaire. Taux de rémunr

livret d éd épargne bancaire. Taux de rémunr www.hdgdev.com 1 PROVAIR POUR EN SAVOIR PLUS! CODEVair : Livret d éd épargne monétaire rémunr munéré. Fonctionnement identique à celui d un d livret d éd épargne bancaire. Taux de rémunr munération indexé

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt Crédit d impôt : pour qui? particulier locataire propriétaire occupant bailleur occupant à titre gratuit Quel montant de crédit d impôt? le crédit d impôt est calculé sur le montant TTC des équipements

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

HÔTEL DE VILLE ALLÉES GASTON RODRIGUES BP 105 33173 GRADIGNAN CEDEX TÉL. : 05 56 75 65 26 FAX : 05 56 75 65 65

HÔTEL DE VILLE ALLÉES GASTON RODRIGUES BP 105 33173 GRADIGNAN CEDEX TÉL. : 05 56 75 65 26 FAX : 05 56 75 65 65 Préservez les ressources naturelles par des constructions écologiques n est qu une étape dans la protection de l environnement. Cela passe aussi par des gestes éco-citoyens au quotidien. Pour en savoir

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Pour vous aider à financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement L éco-prêt à taux zéro est un dispositif

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à taux zéro, quel intérêt?................. 4 Une palette

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

EAU CHAUDE SANITAIRE. Espace INFO>ENERGIE 37. INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009

EAU CHAUDE SANITAIRE. Espace INFO>ENERGIE 37. INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009 EAU CHAUDE SANITAIRE HABITAT CHAUFFAGE Espace INFO>ENERGIE 37 INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009 L HABITAT L HABITAT DEPERDITION TOITURE: 30% Priorité

Plus en détail

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre Qualifications et certifications RGE en rénovation Les qualifications et certifications RGE éligibles pour vos travaux de rénovation énergétique en métropole Le recours a un professionnel RGE est obligatoire

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES Quercy Energies Le réseau EIE en Midi-Pyrénées 4 premiers EIE créés en novembre 2001, toute la région est couverte en 2007 avec 11 CIE dans 9 EIE En MIDI- PYRENEES

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 15 juin 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Isolation Thermique par l Extérieur

Isolation Thermique par l Extérieur Isolation Thermique par l Extérieur Protéger le présent, préserver l avenir Pourquoi isoler? Les origines des fuites s d un immeuble ou d une maison sont connues. Provenant d une isolation absente ou faible,

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT Réhabilitation du bâtiment «Mendès France» à Auch 12 logements au standard «BBC Effinergie Rénovation» pour l OPH 32 Octobre 2011

Plus en détail

Tél. : 02 99 09 13 30 Fax 09 70 61 39 31 contact@edelweiss-expertises.fr www.edelweiss-expertises.fr

Tél. : 02 99 09 13 30 Fax 09 70 61 39 31 contact@edelweiss-expertises.fr www.edelweiss-expertises.fr Comment choisir un isolant pour les murs Avec16% des déperditions de chaleur qui passent par les murs l isolation des murs est la deuxième priorité en rénovation après l isolation de la toiture. Les caractéristiques

Plus en détail

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante!

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante! PRÉFET La rénovation thermique Rénover sa maison pour une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans Les réglementations thermiques successives ont permis l amélioration

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 1 er août 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant te c que hni Règlementation Thermique (RT) Fiche 1 - Définitions et principes Depuis 2007, la Réglementation Thermique touche aussi le parc immobilier existant. Elle concerne 31,5 millions de logements

Plus en détail

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts...

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... Le Chauffage Individuel en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... www.ale-lyon.org >> Quel est le meilleur système de chauffage chez moi? Il n y a pas de réponse unique, chaque logement et chaque

Plus en détail

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN PLOMBIERS CHAUFFAGISTES Le monde change, votre métier aussi. Aujourd hui vos clients n ont qu un mot à la bouche : ECONOMIES D ENERGIE. Écoutez-les! Pour la performance environnementale et économique de

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Pourquoi isoler? La thermique dans l habitat 14 Les performances thermiques des matériaux

Plus en détail

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l éco-construction ---------------------------- 50 modules de formation

Plus en détail

2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage

2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage 2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage La régulation Régulation = maintien d un paramètre à une valeur de consigne Chaîne de régulation Observation Détection d un écart

Plus en détail

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat «Comprendre et qualifier la situation et l évolution du marché dans toutes ses compoanah N 5 Septembre 2015 Observatoire

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com

www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com www.infociments.fr www.mamaisondurable-beton.com CARNET de la construction durable en béton Preuves à l appui 1 2 La maison en béton : un impact maîtrisé sur l environnement, page 5 La maison en béton

Plus en détail

Ecole Montessori d Avignon, (84)

Ecole Montessori d Avignon, (84) Commission d évaluation : Réalisation/Fonctionnement du 14 octobre 2014 V1 Ecole Montessori d Avignon, (84) 1 Ce projet contraint par l aspect économique (financement du projet par l association) permet

Plus en détail

PAYS CHÂTELLERAUDAIS

PAYS CHÂTELLERAUDAIS VOTRE MAISON BIOCLIMATIQUE EN PAYS CHÂTELLERAUDAIS + de confort - d énergie  ÂORIENTEZ votre maison  ÂOPTIMISEZ son agencement ÂÂCHOISISSEZ votre isolation  ÂUTILISEZ votre environnement Madame, Monsieur,

Plus en détail

Bâtiments économes en énergie

Bâtiments économes en énergie Bâtiments économes en énergie > Construction neuve et rénovation ECONOMIES D ÉNERGIE CONFORT ET QUALITÉ DE VIE DURABILITÉ DU BÂTI PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Les bâtiments économes en énergie ou «basse

Plus en détail

Économies d énergie et énergies renouvelables. Le crédit d impôt. en 2014

Économies d énergie et énergies renouvelables. Le crédit d impôt. en 2014 Économies d énergie et énergies renouvelables Le crédit d impôt en 2014 Limitons les effets du changement climatique! Le changement climatique est une réalité. Mais savez-vous que vous pouvez, vous aussi,

Plus en détail

bioclimatique? Comment concevoir sa maison Guide-conseil I Union Régionale des CAUE des Pays-de-la-Loire

bioclimatique? Comment concevoir sa maison Guide-conseil I Union Régionale des CAUE des Pays-de-la-Loire Petites Machines à Habiter Projet Radiaterre de Arnaud Schelstraete et Frédérik Garrigues-Cortina Guide-conseil I Union Régionale des CAUE des Pays-de-la-Loire Comment concevoir sa maison bioclimatique?

Plus en détail

rénover sans se tromper

rénover sans se tromper Une nouvelle réglementation pour économiser l énergie : rénover sans se tromper L H A B I T A T SOMMAIRE Une nouvelle réglementation pour économiser l énergie rénover sans se tromper Les bénéfices d une

Plus en détail

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B Chauffage par pompe à chaleur Construction neuve u n i v e r s a l c o m f o r t 0 810 810 142 Guide des solutions durables CIAT N 08.54 B Pompes à chaleur : faites le plein d avantages! Pompe à chaleur

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une ancienne grange du XVIII ème siècle Localisation : 49260

Plus en détail

Conférences Bois Soleil 2006 Isolation écologique des bâtiments. Cécile Lasserre, Chambre des métiers, introduit les intervenants.

Conférences Bois Soleil 2006 Isolation écologique des bâtiments. Cécile Lasserre, Chambre des métiers, introduit les intervenants. Conférences Bois Soleil 2006 Isolation écologique des bâtiments Cécile Lasserre, Chambre des métiers, introduit les intervenants. Intervention de Sandra Perié, architecte, communauté de communes des monts

Plus en détail

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Intervention du 25 Juin 2015 Dans le cadre des «soirées du Bâtiment» de l Action Construction Durable Couserans Laurelyne MEUNIER,

Plus en détail

Les clés d une rénovation de qualité

Les clés d une rénovation de qualité Rénover son habitation Amélioration énergétique AQC Pour une habitation économe en énergie : Les clés d une rénovation de qualité Cette plaquette vous guidera pendant les principales étapes concernant

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Fiches techniques : Le Crédit d'impôt

Fiches techniques : Le Crédit d'impôt Fiches techniques : Le Crédit d'impôt Quelles sont les aides financières dont vous pouvez bénéficier pour vos travaux de rénovation? Pour vos travaux de rénovation, vous bénéficiez, sous certaines conditions*,

Plus en détail

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Thierry Gallauziaux - David Fedullo Isoler les combles Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Isoler les combles Sommaire... 6 Les échanges gazeux... 6 L étanchéité à l air... 10 L inertie thermique...

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Christophe Bresson, CLCV Emilie Oddos, CNL 38 David Gonnelaz, ALE Christophe Weber, Maison de l Habitant Maison de l Habitant AU PROGRAMME

Plus en détail

TOUT COMPRENDRE SUR L ISOLATION DE VOTRE LOGEMENT

TOUT COMPRENDRE SUR L ISOLATION DE VOTRE LOGEMENT TOUT COMPRENDRE SUR L ISOLATION DE VOTRE LOGEMENT Chaleur, humidité, canicule Au fil des saisons, les variations de température devraient être le moins ressenti possible dans votre habitation. Il est donc

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0 MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Diagnostic de Performance Energétique Fiche d application Date Version 7 octobre

Plus en détail

Isolation... d une maison ancienne

Isolation... d une maison ancienne Photo F.Chevallereau Isolation...... d une maison ancienne comment s y prendre? L État : RT 2012? mais on est en 2014? Mes amis : Y a qu à mettre de la laine de verre! Mon voisin : Le polystyrène c est

Plus en détail

REPORTAGE PHOTOGRAPHIQUE DE LA REALISATION D UN PROJET D HABITATION PASSIVE

REPORTAGE PHOTOGRAPHIQUE DE LA REALISATION D UN PROJET D HABITATION PASSIVE REPORTAGE PHOTOGRAPHIQUE DE LA REALISATION D UN PROJET D HABITATION PASSIVE Evolution et phases de la réalisation d une habitation en ossature bois et en écoconstruction. Qu est-ce qu une maison passive?

Plus en détail

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover son bâtiment Genève février 2014 Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover programme Enjeux énergétiques à venir Bien comprendre sa consommation d énergie Comment

Plus en détail

maîtrisez l énergie avec la crea choisir une énergie renouvelable www.la-crea.fr en partenariat avec

maîtrisez l énergie avec la crea choisir une énergie renouvelable www.la-crea.fr en partenariat avec maîtrisez l énergie avec la crea en partenariat avec ESPACES INFO énergie choisir une énergie renouvelable qu est-ce qu une énergie rénouvelable? Depuis deux siècles, l utilisation très importante des

Plus en détail

Le choix des murs et des isolants : Comment se prémunir du chaud et du froid?

Le choix des murs et des isolants : Comment se prémunir du chaud et du froid? Le choix des murs et des isolants : Comment se prémunir du chaud et du froid? Dans une maison, une grande partie de la chaleur peut s échapper par les murs. Il est donc important d apporter une attention

Plus en détail

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w Conseils techniques Pour bénéficier du «Micro crédit régional 0 % Energie verte en Poitou-Charentes», le programme impose l utilisation de matériaux répondant à des niveaux de performances minimales. Pour

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Pour améliorer le classement énergétique de votre maison et réaliser la meilleure plus-value possible, pensez à la rénovation.

Pour améliorer le classement énergétique de votre maison et réaliser la meilleure plus-value possible, pensez à la rénovation. GUIDE PRATIQUE BIEN ISOLER SA MAISON que faire???? IDÉE reçue?? sommaire 1 Pourquoi isoler sa maison?................. 5 2 Les déperditions thermiques des parois........................................

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE À jour au 1 er janvier 2015 Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE Nature des dépenses Matériaux d isolation thermique des parois vitrées Matériaux d isolation thermique

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer RT 2012 Bien comprendre pour mieux s y préparer RT2012 Préambule La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) vise, comme les précédentes RT, à limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs

Plus en détail

www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances?

www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances? www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances? 1 Contexte L effet de serre un phénomène naturel Contexte Le changement climatique en chiffres 2 Contexte Contexte Le climat en 2100

Plus en détail

Les conseils utiles pour votre logement

Les conseils utiles pour votre logement Les conseils utiles pour votre logement Habitat Nord Deux-Sèvres 7 rue Claude Debussy - 79 100 THOUARS w w w. h a b i t a t - n o r d 7 9. f r Aujourd hui, vous prenez possession de votre nouvelle habitation.

Plus en détail

Les chaudières au gaz naturel

Les chaudières au gaz naturel Les chaudières au gaz naturel Sommaire Les chaudières au gaz naturel avec Gaz de France DolceVita P.4 P.6 P.8 P.10 P.14 P.16 P.18 P.20 P.22 P.23 Comment ça fonctionne? Les chaudières à condensation Les

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé VOUS AVEZ UN PROJET DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 EDITION 2015 avec la mention RGE et le CITE Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé SOMMAIRE ECO PTZ P.2 CREDIT D IMPÔT

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

DANS QUELLES CONDITIONS PEUT-ON BENEFICIER DU CREDIT D IMPOT?

DANS QUELLES CONDITIONS PEUT-ON BENEFICIER DU CREDIT D IMPOT? Le crédit d impôt est une disposition fiscale permettant aux ménages de déduire de leur impôt sur le revenu une partie des dépenses réalisées pour certains travaux d amélioration énergétique réalisés dans

Plus en détail

quelles améliorations possibles?

quelles améliorations possibles? Fiche 1 - Définitions et principes Le chauffage électrique en quelques chiffres. 1,5 fois plus cher : le coût d exploitation du chauffage électrique est 1,5 fois plus élevé que celui du chauffage gaz naturel

Plus en détail

La réglementation thermique est désormais applicable à. Veillons tous à sa mise en œuvre!

La réglementation thermique est désormais applicable à. Veillons tous à sa mise en œuvre! La réglementation thermique est désormais applicable à Veillons tous à sa mise en œuvre! La prise en compte du développement durable représente un impératif reconnu par tous. Afin de réduire efficacement

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec :

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? UN OUTIL pour la maîtrise des charges locatives

Plus en détail

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS mountee: Energy efficient and sustainable building in European municipalities in mountain regions IEE/11/007/SI2.615937 D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS Nom du projet-pilote

Plus en détail

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE Guide d utilisation Partie VIII - Module DPE Sommaire 1 OBJET DU DIAGNOSTIC... 4 1.1 Préambule... 4 1.2 Définitions... 5 1.3 Applications... 6 1.3.1 Définition... 6 1.3.2 Index des types de DPE... 6 1.3.3

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail