COLLECTE BALANCE DES PAIEMENTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COLLECTE BALANCE DES PAIEMENTS"

Transcription

1 COLLECTE BALANCE DES PAIEMENTS Recueil des instructions aux établissements de crédit et aux services financiers de l'entreprise des Postes et Télécommunications (service des comptes chèques postaux) version : juillet 2005

2 page 2 de 115

3 TABLE DES MATIERES 1 PRINCIPES GENERAUX COLLECTE DE L'INFORMATION LE REPERTOIRE DETERMINATION DE LA NATURE ECONOMIQUE D'UNE OPERATION AVEC L'ETRANGER UTILISATION DU CODE-MONNAIE DETERMINATION DU CODE-PAYS DE LA CONTREPARTIE NON-RESIDENTE IDENTIFICATION DE LA CONTREPARTIE RESIDENTE LES TRANSFERTS INTERBANCAIRES ET L'INTERVENTION DE PLUSIEURS ETABLISSEMENTS DE CREDIT RESIDENTS REGROUPEMENT DES PAIEMENTS DANS LE REPERTOIRE SEUILS APPLICABLES ET CRITERES D'IDENTIFICATION DES OPERATIONS Opérations réalisées par les établissements de crédit pour compte de tiers Procédure d enregistrement par défaut d information Opérations avec l'étranger réalisées pour compte propre par les établissements de crédit Tableau synoptique des obligations reposant sur les établissements de crédit DELAI DE CONSERVATION DES DOCUMENTS UTILISATION DE LOGICIELS DE REPORTING DEVELOPPES PAR DES TIERS ENREGISTREMENT DANS LE REPERTOIRE PAIEMENTS Obligations d'information dans les transferts entre établissements de crédit résidents Paiements effectués par un établissement de crédit Paiements reçus par un établissement de crédit Opérations à enregistrer au répertoire PRETS ET DEPOTS Prêts octroyés et dépôts constitués par des résidents Prêts reçus par des résidents et dépôts constitués auprès de résidents OPERATIONS D'INVESTISSEMENTS DIRECTS Opérations de participations Opérations sur biens immobiliers Opérations sur prêts et dépôts Investissements directs à l'étranger des résidents du secteur privé Investissements directs des non-résidents dans le secteur privé résident OPERATIONS SUR VALEURS MOBILIERES Opérations sur actions Souscription, achat, rachat et vente d'actions ou d'autres titres à revenu variable Encaissement / paiement de coupons d'actions ou d'autres titres à revenu variable Opérations sur parts d'organismes de placement collectif Souscription, achat, rachat et vente de parts d'opc Encaissement / paiement de coupons de parts d'opc Opérations sur obligations et autres titres d'emprunts à plus d'un an Souscription, achat, rachat et vente d'obligations et d'autres titres d'emprunts à plus d'un an Remboursement à l'échéance d'obligations et d'autres titres d'emprunts à plus d'un an Encaissement / paiement de coupons d'obligations et d'autres titres d'emprunts à plus d'un an Opérations sur titres d'emprunts à un an au plus Souscription, achat, rachat et vente de titres d'emprunts à un an au plus Remboursement à l'échéance de titres d'emprunts à un an au plus Encaissement/paiement de coupons de titres d'emprunts à un an au plus OPERATIONS DE CHANGE ET PRODUITS DERIVES Opérations de change et de swap sur devises Swaps et Forward rate agreements Opérations d'achat et de vente d'options Opérations d'achat et de vente de Futures OPERATIONS SUR METAUX PRECIEUX ET DIAMANTS page 3 de 115

4 3 TRANSMISSION DU REPERTOIRE TRANSMISSION DU REPERTOIRE A LA BCL Attribution du nom aux fichiers à transmettre par les établissements de crédit Back-up Transmission sur papier Délai de transmission Test des fichiers Transmission au moyen de l'infrastructure LIBRAC Transmission au moyen d'une disquette Caractéristiques techniques des disquettes Bordereau de remise CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DU FICHIER Description des enregistrements Enregistrement de début (header record) Enregistrements des données (data record) Enregistrement de fin (trailer record) Contenu autorisé des zones Enregistrement de début (Header record) Enregistrements des données (data record) Enregistrement de fin (Trailer record) PROCEDURE DE CORRECTION Contenu d'une correction Procédure à l'initiative de l'établissement de crédit Procédure à l'initiative de la BCL ANNEXES ANNEXE 1: ABREVIATIONS ET DEFINITIONS ANNEXE 2: LISTE DES CODES-OPERATIONS ANNEXE 3: LISTE DES CODES-PAYS ANNEXE 4: LISTE DES INSTITUTIONS INTERNATIONALES (LISTE NON EXHAUSTIVE) ANNEXE 5: LISTE DES CODES-MONNAIES ANNEXE 6: LISTE DES CODES GENERIQUES ANNEXE 7: MODELE DU RELEVE COMPOSANT LE REPERTOIRE JOURNALIER ANNEXE 8: BORDEREAU DE REMISE page 4 de 115

5 1 Principes généraux 1.1 Collecte de l'information La BCL et le STATEC ont pour mission d'établir conjointement la balance des paiements du Luxembourg. La BCL collecte les informations nécessaires auprès des entreprises du secteur financier et le STATEC auprès des autres entreprises. Les informations nécessaires à l'établissement de la balance des paiements du Luxembourg sont collectées par le biais de deux canaux: 1. le secteur bancaire domestique et les services financiers de l'entreprise des Postes et Télécommunications (service des comptes chèques postaux) lorsqu une opération ou un paiement avec l étranger est réalisé par leur intermédiaire. Les établissements de crédit établis au Luxembourg ainsi que les services financiers de l'entreprise des Postes et Télécommunications (service des comptes chèques postaux) ont ainsi l'obligation de transmettre régulièrement à la BCL un ensemble d'informations en rapport avec leurs opérations pour compte propre ainsi que les opérations et paiements réalisés avec l étranger pour compte de leur clientèle résidente. 2. les résidents agissant à titre professionnel lorsque leurs opérations économiques avec l étranger ne donnent pas lieu à un paiement à l intervention d un établissement de crédit résident (dans le cas, par exemple, d un règlement par compensation ou lors de l utilisation de comptes à l étranger). Si un résident effectue une opération ou un paiement avec l étranger par l intermédiaire d un établissement de crédit résident, il appartient : - au résident, donneur d ordre ou bénéficiaire du paiement avec l étranger, de préciser la nature économique de l opération qui est à l origine du paiement et le pays de résidence de la contrepartie non-résidente, et ce, dès lors que le montant du paiement est supérieur ou égal à euros. - à l établissement de crédit résident intervenant d enregistrer, sous une forme codée, les informations reçues du résident donneur d ordre ou bénéficiaire du paiement avec l étranger dans un répertoire destiné à la BCL. Si un résident agissant à titre professionnel réalise des transactions avec l'étranger sans faire appel au secteur bancaire domestique, il a l obligation de communiquer lui-même et à sa propre initiative ces mêmes informations, directement à la BCL si son activité principale dépend du secteur financier et au STATEC pour les autres secteurs. Ces informations consistent en la nature de l opération et le pays de résidence de la contrepartie non-résidente. A noter que cette obligation n existe que lorsqu il s agit d opérations à caractère professionnel; ne sont donc pas visées les opérations réalisées en dehors du canal bancaire domestique par des personnes physiques agissant à titre privé. page 5 de 115

6 1.2 Le répertoire Les établissements de crédit doivent rapporter les données qui concernent les paiements et les opérations avec l'étranger réalisés pour compte propre ou pour compte de leurs clients résidents; ces données sont à reprendre au jour le jour dans un répertoire. Il convient de relever que les établissements de crédit sont tenus de rapporter les données collectées sous forme d'un fichier informatique qui est à transmettre via l'infrastructure LIBRAC. Tout autre moyen de transmission (disquette ou papier) est sujet à l'approbation de la BCL. Un modèle de relevé composant le répertoire est présenté en annexe. Pour chaque enregistrement contenu dans le répertoire, l'établissement de crédit est tenu de communiquer, outre la devise, les détails suivants : - le code-opération, - le code-pays, - le montant au débit ou au crédit, - l indice de globalisation (facultatif), - le numéro de référence interne de l'opération (facultatif), - le type et l identification de la contrepartie résidente. Il y a toujours lieu de renseigner les montants dans la monnaie effectivement utilisée lors de la réalisation du paiement avec l'étranger. Ainsi, un paiement exécuté en yen japonais devra être enregistré dans le répertoire établi pour le yen japonais à la date de l'opération tandis qu'un paiement en euros doit être repris dans le répertoire en euros. 1.3 Détermination de la nature économique d'une opération avec l'étranger Tout résident qui réalise une opération ou un paiement avec l'étranger à travers un établissement de crédit résident est tenu d'indiquer à ce dernier la nature de l'opération du moment que la valeur est supérieure ou égale à euros ou la contre-valeur de ce montant. La communication de la nature de l'opération consiste en une description suffisamment précise de l'opération pour permettre à l'établissement de crédit résident intervenant de déterminer, sans équivoque, dans la liste des natures économiques des opérations avec l étranger établie par la BCL, le code-opération à utiliser pour l enregistrement du paiement dans les répertoires destinés à la BCL. Il est aussi admis que les clients qui font usage des diverses formules de transmission électronique ou informatique proposées par les établissements de crédit (Electronic banking via Internet ou Multiline) utilisent les codes-opérations lors de l'échange d'informations avec leur établissement de crédit résident. La BCL admet de même que les informations prennent la forme de données codées sur les documents transmis par courrier ou par télécopie. Une liste des codes-opérations se trouve en annexe du présent manuel. Cette liste donne la définition de chaque nature économique ainsi que le numéro de code-opération qui doit être utilisé lorsqu il est prévu que les informations à communiquer à la BCL doivent l être sous une forme codée. page 6 de 115

7 Elle comprend : - une liste principale à l usage de tous les résidents; - une liste complémentaire à l usage exclusif des résidents autres que les établissements de crédit qui sont tenus de notifier directement à la BCL pour les entreprises du secteur financier et au STATEC pour les entreprises du secteur non financier leurs opérations avec l étranger; - une liste complémentaire à l usage exclusif des établissements de crédit résidents. Les établissements de crédit sont tenus de transmettre la liste principale à leur clientèle résidente qui utiliserait les données codées pour l'information de leur établissement de crédit dans le cadre d'une opération ou d'un paiement avec un non-résident. Lorsqu un établissement de crédit résident exécute un paiement avec l étranger d ordre ou en faveur d un holding résident tombant sous l application de la loi du 31 juillet 1929, il a la faculté, pour procéder à l enregistrement de l'opération, de se baser sur les éléments d appréciation en sa possession pour déterminer sans équivoque le code-opération correspondant à la nature de l opération avec l étranger. A défaut d éléments d appréciation suffisamment précis, l'établissement de crédit doit requérir les informations nécessaires auprès du holding résident. Pour déterminer le code-opération à utiliser, il convient de rechercher la nature économique de l'opération qui est à l'origine du paiement ou de l'opération. La nature de l'opération est équivalente à la raison économique du paiement. Il s'agit souvent de la réponse à la question : pourquoi le résident effectue-t-il un paiement vers ou reçoit-il un paiement de l étranger? Elle doit toujours être déterminée par rapport au lien avec l étranger considéré dans le chef du résident. Exemple : Un résident luxembourgeois achète un bien immobilier à l étranger. Le lien avec l étranger à considérer est alors l acquisition d un actif immobilier à l étranger (code 436). L origine des fonds utilisés par le résident pour réaliser une opération ou un paiement est sans importance. Autre exemple (en sens inverse) : un résident luxembourgeois vend à l étranger un tableau; le lien avec l étranger est alors l exportation d une marchandise (code 090). L utilisation domestique (à Luxembourg) ultérieure du produit de cette vente ne concerne pas la balance des paiements, que celui-ci serve : - à effectuer un dépôt auprès d une banque résidente - à payer des impôts - à acheter un terrain à Luxembourg,.... Outre la liste des natures économiques reprise en l'annexe, la BCL met aussi à disposition des établissements de crédit un document intitulé Liste des mots-clés grâce auquel il est possible de retrouver facilement le code-opération à utiliser. En cas de doute ou pour des opérations très particulières, la BCL se tient à disposition des répondants du secteur financier pour donner toutes les clarifications et explications nécessaires. page 7 de 115

8 1.4 Utilisation du code-monnaie Les enregistrements des opérations et des paiements doivent toujours avoir lieu dans la monnaie effectivement utilisée lors de l exécution de l opération ou du paiement avec l étranger. L indication des monnaies se fait au moyen des abréviations prescrites par la BCL dans la liste, se trouvant en annexe, intitulée liste des codes-monnaies. Cette liste est basée sur la norme ISO n 4217 (3 positions) relative aux codes pour la représentation des monnaies et types de fonds. Lorsqu il est nécessaire de compléter la norme précitée, la BCL détermine les codes complémentaires à utiliser. Elle précise aussi les codes éventuels de la norme ISO n 4217 qui ne doivent pas être utilisés. L'or détenu en compte est assimilé à une monnaie dont le code est XAU. 1.5 Détermination du code-pays de la contrepartie non-résidente Pour les paiements entre un résident et un non-résident (où le compte du non-résident est détenu soit au Luxembourg ou soit à l'étranger), le pays de la contrepartie non-résidente est déterminé comme suit: - Un résident paie directement un non-résident. Le pays de la contrepartie non-résidente est déterminé en fonction du pays de résidence du bénéficiaire. - Un résident reçoit un paiement d'un non-résident. Le pays de la contrepartie non-résidente est déterminé en fonction du pays de résidence du donneur d'ordre. Dans les deux cas, le pays de résidence de la contrepartie non-résidente ne doit pas être déterminé en fonction du pays où le compte bancaire est détenu. Par contre, pour les paiements entre résidents dont un fait usage d'un compte à l'étranger, la détermination du pays de la contrepartie non-résidente ne peut être basée sur le lieu de résidence du donneur d'ordre ou du bénéficiaire. Par conséquent, lorsqu'un résident effectue un paiement avec un autre résident ou pour son compte propre, en utilisant un compte à l'étranger, le pays de la contrepartie non-résidente est le pays dans lequel le compte à l'étranger est détenu. Un paiement sur ordre d un résident luxembourgeois en faveur d'un résident allemand en compte auprès d'une succursale en Belgique d un établissement de crédit japonais, doit ainsi être enregistré comme un paiement à destination de l Allemagne et non pas de la Belgique. Pour les opérations avec l étranger qui ne donnent pas lieu à un paiement avec l étranger, le pays de la contrepartie non-résidente est équivalent au pays de résidence du non-résident qui est engagé dans l opération avec le résident. Les enregistrements dans le répertoire des opérations avec l'étranger d'un établissement de crédit résident doivent comprendre un code-pays - à deux caractères - de la liste appelée liste des codes-pays se trouvant en annexe du présent document. Cette liste est basée sur la norme ISO n 3166 (2 positions) relative aux "codes pour la représentation des noms de pays". Lorsqu il est nécessaire de compléter la norme précitée, notamment pour attribuer des abréviations à des organisations internationales ou à des groupes d organisations internationales ou à des regroupements de pays, la BCL détermine les codes complémentaires à utiliser. Elle précise aussi les codes éventuels de la norme ISO n 3166 qui ne doivent pas être utilisés. page 8 de 115

9 Lors de la détermination du code-pays, le déclarant doit éviter les automatismes qui ne prennent pas en compte l'obligation précitée. Ainsi, il faut notamment éviter d'indiquer d'office: - le pays où est établie l'institution financière auprès de laquelle la contrepartie nonrésidente est en compte, - le pays où est établi le correspondant de l'établissement de crédit résident, - le pays de la monnaie du paiement. L'établissement de crédit est tenu d'enregistrer le pays de résidence de la contrepartie étrangère au paiement dès lors que le montant de la transaction est supérieur ou égal à euros. 1.6 Identification de la contrepartie résidente L'établissement de crédit est tenu d'enregistrer, pour toute opération ou paiement supérieur ou égal à euros et réalisé pour compte d'un client résident ou pour compte propre 1, l'identification de la contrepartie résidente. L'identification se fait par le biais: - du numéro à huit chiffres attribué à tout résident assujetti à la TVA pour les opérations à caractère professionnel, c'est-à-dire toutes celles des personnes morales ainsi que celles des personnes physiques agissant dans le cadre d une activité professionnelle. Le type du numéro est alors le numéro 28. Le numéro d identification doit être précédé d'un zéro dans les fichiers. A remarquer que le nombre formé par les 6 premiers chiffres significatifs de ce numéro à 8 chiffres, dont on soustrait le nombre formé par les 2 derniers chiffres, doit être un multiple entier de 89. Pour des cas spécifiques, la BCL peut attribuer des numéros d identification individuels. - du numéro attribué par la CSSF aux OPC et aux compartiments pour les opérations et les paiements des compartiments des OPC (à l exclusion du code 492 pour lequel l identification se fait au moyen du code générique 4442): le n d'identification de l'opc est défini à 5 digits et le n d'identification du compartiment est défini à 4 digits. Le type du numéro est alors le numéro 26. Les deux sous-ensembles du numéro d'identification composé sont remplis à gauche avec des zéros. Exemple: n d'identification de l'opc 122 et n d'identification du compartiment 3 alors le n d'identification composé équivaut à à défaut d'un de ces deux identifiants, par le biais d un numéro de la liste des numéros d identification générique établie par la BCL à utiliser pour identifier le résident. Le type du numéro est alors le numéro 25. Si un paiement ne découle pas d'une opération à caractère professionnel avec l'étranger, l identification se fait par l'intermédiaire du code générique approprié. La liste des codes génériques est présentée en annexe. 1 Pour les transactions inférieures à ce seuil et réalisées pour compte propre, les dispositions du point sont d'application. page 9 de 115

10 1.7 Les transferts interbancaires et l'intervention de plusieurs établissements de crédit résidents L'obligation d'enregistrer une opération incombe toujours à l'établissement de crédit auprès duquel le résident est en compte. La finalité de cette règle est d'éviter qu'un établissement de crédit résident ait à interroger un client d'un autre établissement de crédit résident. Les mêmes règles s appliquent pour les virements réalisés par chèques. En effet, seul l établissement de crédit de la contrepartie résidente est à même de recueillir, directement auprès de son client résident, les informations nécessaires pour déterminer le code-opération à utiliser. Les dispositions réglementaires à observer pour les paiements dont le montant est supérieur ou égal à euros sont explicitées au point Regroupement des paiements dans le répertoire Les établissements de crédit résidents peuvent regrouper les opérations d'une même journée pour lesquelles toutes les informations exigées, à l'exception du montant, sont identiques. Les établissements de crédit résidents ne sont pas tenus de l'indiquer explicitement dans le répertoire de leurs opérations. Les établissements de crédit résidents doivent être à même, à tout moment, d'individualiser les opérations ainsi regroupées. Ces dispositions ne sont toutefois pas applicables : 1. aux enregistrements provisoires et contre-passations d enregistrements provisoires; 2. aux enregistrements par défaut d information. 1.9 Seuils applicables et critères d'identification des opérations Opérations réalisées par les établissements de crédit pour compte de tiers Les établissements de crédit résidents procèdent aux enregistrements des opérations qui sont faites par leurs clients résidents sur base des notifications reçues par leur clientèle. A cet effet, les établissements de crédit résidents doivent attirer l'attention de leurs clients sur les obligations statistiques qui incombent à ces derniers pour toute opération dont la valeur unitaire est supérieure ou égale à euros. Pour les paiements supérieurs ou égaux à euros en faveur de non-résidents, la communication par le résident de la nature de l opération doit se faire par écrit sur l ordre de paiement qu il transmet à l établissement de crédit résident. Lorsque la recette enregistrée sur le compte du client excède un montant de euros ou sa contre-valeur dans une autre devise, les résidents doivent transmettre à l'établissement de crédit résident intervenant un écrit daté et signé reprenant toutes les informations requises afin de pouvoir compléter les informations demandées par la BCL. L'établissement de crédit doit conserver cet écrit. Lorsque le paiement avec l'étranger découle d'une opération à caractère professionnel avec l'étranger et que le montant du paiement est supérieur ou égal à euros ou sa contrevaleur dans une autre devise, les résidents doivent communiquer leur numéro d'identification ou, à défaut de celui-ci, les informations nécessaires pour permettre à l'établissement de crédit résident intervenant de déterminer le numéro à utiliser pour identifier le résident grâce à la liste des numéros d identification générique établie par la BCL. page 10 de 115

11 Les seuils applicables sont donc les suivants: Objet des seuils Pour chaque paiement inférieur à ce seuil et effectué pour compte de la clientèle, l établissement de crédit résident est dispensé de toute communication à la BCL A partir de ce seuil, le résident a l'obligation de notifier la nature de la transaction à l'établissement de crédit résident et ce dernier a l'obligation d identifier la contrepartie résidente et de transmettre la nature de la transaction sous forme codifiée à la BCL A partir de ce seuil, transmission obligatoire par le bénéficiaire résident d un écrit daté et signé à l'établissement de crédit résident en euros Procédure d enregistrement par défaut d information Cette procédure prévoit la passation et la contre-passation d'un enregistrement provisoire au moyen respectivement des codes-opérations 071 et 072 et, si nécessaire, le remplacement ultérieur de cet enregistrement provisoire par un enregistrement dit par défaut d information sous le code-opération 073. Comme indiqué ci-avant, les résidents effectuant un paiement avec l'étranger à travers un établissement de crédit résident ont l'obligation d'indiquer la nature de l'opération à ce dernier. Si un résident omet de communiquer les informations à l'établissement de crédit, la procédure suivante est d'application: 1. au plus tard le troisième jour ouvrable qui suit l exécution d un paiement avec l étranger, et en l absence d information concernant la nature de l opération lorsque celle-ci doit être notifiée par la contrepartie résidente, l établissement de crédit résident intervenant procède à un enregistrement provisoire du paiement avec l étranger sous le code-opération 071. D une manière générale, lors de l exécution d un paiement avec l étranger, il appartient à l établissement de crédit résident intervenant de s enquérir auprès de son client de la nature de l'opération; à ce stade, aucune condition de forme n est imposée pour cette démarche; 2. au plus tard quinze jours ouvrables après la date de l exécution du paiement avec l étranger, l établissement de crédit résident intervenant est tenu de rappeler par écrit au résident défaillant ses obligations statistiques; 3. selon les circonstances : - si les informations requises sont communiquées par la contrepartie résidente au cours d un nouveau délai de quinze jours ouvrables, l établissement de crédit résident intervenant procède à la contre-passation, sous le code-opération 072, de l enregistrement provisoire et à son remplacement par l enregistrement approprié déterminé sur base de la notification tardive; - par contre, à défaut de notification par le résident concerné et à l expiration de ce second délai de quinze jours ouvrables à partir de la date d envoi du rappel écrit, l établissement de crédit résident intervenant procède à la contre-passation, sous le code-opération 072, de l enregistrement provisoire et à son remplacement par un enregistrement dit par défaut d information, sous le code-opération 073. page 11 de 115

12 Tout enregistrement sous le code-opération 073 doit être accompagné de l identification du résident défaillant. Lorsque celui-ci n est pas identifié individuellement l établissement de crédit résident intervenant est tenu de communiquer, par écrit, l identité complète du résident défaillant à la BCL, sur demande écrite de cette dernière. Cette information doit alors être adressée à : Banque Centrale du Luxembourg Section Statistiques et Flux de données 2, boulevard Royal L-2983 Luxembourg Opérations avec l'étranger réalisées pour compte propre par les établissements de crédit Les établissements de crédit résidents qui réalisent des opérations avec l étranger pour leur compte propre notifient à la BCL la nature de l opération et le pays de résidence de la contrepartie non-résidente pour toutes leurs opérations, et ce, quel qu en soit le montant. Il s'agit en l'occurrence des opérations avec l'étranger pour lesquels l'établissement de crédit est la contrepartie résidente à l'opération. Par dérogation, la BCL limite l'application de cette règle générale aux codes-opérations 090 à 393 ainsi qu'au code 640. Pour ces codes-opérations, le tableau suivant précise ceux qui ne peuvent pas être utilisés par les établissement de crédit pour des opérations pour compte propre. Détail des opérations pour compte propre qui doivent être rapportées à partir du premier euro 090, 091, 092, 093, 094, 097, 098, 099, 100, 101, 102, 110, 111, 112, 120, 121, 122, 130, 142, 143, 144, 156, 162, 163, 170, 180, 181, 182, 183, 184, 185, 186, 187, 188, 190, 191, 192, 193, 194, 195, 196, 199, 203, 204, 220, 231, 239, 245, 249, 270, 210, 300, 301, 303, 305, 306, 307, 308, 309, 386, 393, 392, 640 Codes qui ne peuvent pas correspondre à des opérations pour compte propre des établissements de crédit 131, 200, 201, 202, 240, 241, 242, 243, 244, 246, 248, 302, 304, 335, 336, 337, 381, 382, 383, 384, 385, 391, 310, 314, 315, 316, 390, 411 Les paiements réalisés sous le couvert d autres codes ne sont à communiquer à la BCL que si leur montant est supérieur ou égal à euros ou la contre-valeur en devise. Si au cours d'une même journée, un établissement de crédit résident réalise deux opérations en sens opposé avec une même contrepartie non-résidente et n'exécute un paiement que pour le solde entre le montant dû pour la première opération et le montant à recevoir pour la seconde opération, il lui appartient de procéder à deux enregistrements distincts. page 12 de 115

13 Exemple : Un établissement de crédit résident doit payer à une contrepartie non-résidente des intérêts à concurrence de USD tandis que celle-ci lui doit, à la même échéance, des intérêts pour un montant de USD De sorte que, par solde, le montant effectivement payé est de USD Il y a alors lieu de procéder à deux enregistrements sous le codeopération 303, l'un au débit pour le montant de USD et l'autre au crédit pour le montant de USD L'établissement de crédit doit identifier toutes les opérations qu'il transmet à la BCL par son numéro à huit chiffres attribué à tout résident assujetti à la TVA Tableau synoptique des obligations reposant sur les établissements de crédit Montant euros Montant < euros CODES-OPERATIONS RUB PAYS RES_ID RUB PAYS RES_ID 011 Y N N N N N 071, 072 Y N N N N N 073 Y N Y N N N 090 à 393, 640 Y Y Y Y(*) Y(*) Y(*) Autres codes-opérations Y Y Y N N N (*) la communication du code-opération adéquat, du pays et de l identification de la contrepartie n est requise que pour les transactions réalisées pour compte propre par les établissements de crédit. N = la communication n'est pas requise. Y = la communication est requise. RUB est la valeur comprise dans la zone 8 du message "Enregistrement de données". PAYS est la valeur comprise dans la zone 10 du message "Enregistrement de données". RES ID sont les valeurs comprises dans les zones 12 et 14 du message "Enregistrement de données". Montant est la valeur comprise dans la zone 17 du message "Enregistrement de données" convertie en euros Délai de conservation des documents Les établissements de crédit résidents doivent conserver leur répertoire journalier et les documents qui s'y rapportent pendant vingt-quatre mois Utilisation de logiciels de reporting développés par des tiers Lorsqu'un établissement de crédit résident utilise un logiciel développé par un tiers pour établir le répertoire de ses opérations avec l'étranger, il lui appartient - sous sa propre responsabilité - de s'assurer que les logiciels informatiques qui lui ont été livrés donnent des page 13 de 115

14 résultats conformes aux instructions de la BCL. Il en est de même lors de modifications ou de mises à jour desdits logiciels. 2 Enregistrement dans le répertoire 2.1 Paiements Lorsqu'un établissement de crédit résident réalise un paiement avec l étranger via le système TARGET, il lui appartient de considérer la BCL comme un autre établissement de crédit résident intervenant Obligations d'information dans les transferts entre établissements de crédit résidents Cette obligation intervient lorsque plusieurs établissements de crédit résidents concourent à la réalisation d un paiement avec l étranger: - l établissement de crédit résident qui est à l origine du transfert de fonds vers un autre établissement de crédit résident intervenant est tenu d informer celui-ci de la qualité de résident ou de non-résident du donneur d ordre; - l établissement de crédit résident qui reçoit des fonds d un autre établissement de crédit résident sans avoir été informé de la qualité de résident ou de non-résident du donneur d ordre et qui crédite un compte ouvert dans ses livres à un non-résident est tenu d en informer l établissement de crédit résident à l origine du transfert pour permettre à ce dernier l'enregistrement de l'opération Paiements effectués par un établissement de crédit Deux cas sont à distinguer: A. Le donneur d'ordre est résident L'établissement de crédit du donneur d'ordre doit enregistrer au répertoire l'opération en fonction de la nature de la transaction (code 090 à 799) lorsque le bénéficiaire est nonrésident. L'établissement de crédit du donneur d'ordre doit informer l'établissement de crédit résident du bénéficiaire que le donneur d ordre est un résident luxembourgeois. L'établissement de crédit du bénéficiaire n'enregistrera rien au répertoire. CAS Le bénéficiaire est Résident Résident Non-résident Non-résident Le nostro de l'établissement de crédit du donneur d'ordre est Non-résident Résident ou compensation Non-résident Résident ou compensation Message à adresser à l'établissement de crédit résident du bénéficiaire LU LU LU page 14 de 115

15 B. Le donneur d'ordre est non-résident Lorsque le donneur d'ordre est non-résident, l'établissement de crédit du donneur d'ordre doit en informer l'établissement de crédit du bénéficiaire, afin que ce dernier puisse enregistrer l'opération au répertoire si le bénéficiaire est résident. L'établissement de crédit du donneur d'ordre n'enregistrera aucune opération au répertoire. CAS Le bénéficiaire est Résident Résident Non-résident Non-résident Le nostro de l'établissement de crédit du donneur d'ordre est Non-résident Résident ou compensation Non- résident Résident ou compensation Message à adresser à l'établissement de crédit résident du bénéficiaire où XX représente le code pays du donneur d'ordre XX XX XX XX Paiements reçus par un établissement de crédit Lorsque le bénéficiaire en compte dans un établissement de crédit est non-résident, l'établissement de crédit du bénéficiaire doit avoir reçu l'information sur la résidence du donneur d'ordre. Si ce n'est pas le cas, l'établissement de crédit du bénéficiaire est tenu d informer l'établissement de crédit du donneur d'ordre du fait que le bénéficiaire n'est pas un résident luxembourgeois. En effet, l'information sur la résidence du donneur d'ordre doit être transmise dans tous les cas de figure, sauf si le donneur d'ordre et le bénéficiaire sont résidents Opérations à enregistrer au répertoire Le tableau suivant résume les cas où une opération doit être inscrite au répertoire en fonction du critère de résidence du donneur d'ordre, du bénéficiaire du paiement et de la résidence des établissements de crédit qui tiennent les comptes de ceux-ci. Le principe général est que toute transaction - entre un donneur d'ordre résident et un bénéficiaire non-résident, - entre un donneur d'ordre non-résident et un bénéficiaire résident, doit être enregistrée au répertoire. Deux cas particuliers font exceptions à cette règle générale pour lesquels des enregistrements doivent être effectués. page 15 de 115

16 Cas 1 : Dans le cas d'un transfert entre résidents dont un compte est tenu par un établissement de crédit résident et l'autre compte par un établissement de crédit non-résident, un enregistrement doit être effectué en utilisant les codes: 310 en cas d'alimentation d'un compte détenu à l'étranger auprès d une institution financière bancaire ou non bancaire sur ordre de son titulaire résident lorsque celui-ci est tenu, par les dispositions réglementaires, de fournir directement à la BCL ou au STATEC les informations sur les mouvements de ce compte et les rapatriements de produits figurant à ce type de compte; 411 en cas de transfert d'ordre en faveur du même résident dans le cadre de la constitution et le rapatriement de dépôt à l'étranger; pour les personnes physiques qui n'ont pas l'obligation de fournir des informations sur les mouvements de leurs comptes à l'étranger. Attention, lorsque le paiement est relatif à une autre opération que le dépôt, le code approprié doit être utilisé (par exemple pour l'achat de biens immobiliers, le code 436 doit être utilisé); 660 en cas de transfert entre deux résidents distincts; 315 en cas de transfert d'ordre d'un déclarant général; 572 en cas de formation et liquidation de dépôts à un an au plus à l'étranger par les administrations publiques luxembourgeoises; 575 en cas d'octroi de prêts à plus d'un an par des non-résidents aux administrations publiques luxembourgeoises et le remboursement de ces prêts. Cas 2 : Dans le cas d'opérations sur valeurs mobilières et sur options réalisées par l'intermédiaire d'un établissement de crédit résident, l'opération est décomposée en deux volets en considérant l'établissement de crédit résident comme contrepartie résidente. Une transaction, entre le client donneur d'ordre et l'établissement de crédit, doit être enregistrée si le client est non-résident. De même, une transaction doit être enregistrée si la couverture de l'opération par l'établissement de crédit est effectuée avec un non-résident. page 16 de 115

17 Dans le tableau ci-après chaque volet est considéré comme une opération individuelle. L'établissement de crédit qui doit enregistrer l'opération au répertoire est indiqué en gras. Donneur d'ordre Bénéficiaire Etablissement de crédit du donneur d'ordre Etablissement de crédit du bénéficiaire Code opération Résident Résident Résident Résident Non-résident 310,315,411,572, 575, 660 (cas 1) Non-résident Résident 310,315,411, 660 (cas 1) Sens Crédit Débit Non-résident Résident Non-résident Résident Résident ou nonrésident Non-résident Résident ou nonrésident Non-résident - 2 Résident ou nonrésident 090 à 799 Crédit Résident 090 à 799 Débit Résident ou nonrésident - La détermination des codes de la nature économique des paiements est expliquée pour les opérations bancaires dans les chapitres suivants. 2.2 Prêts et dépôts Les écritures décrites ci-après concernent les opérations sur prêts et dépôts réalisées par les établissements de crédit. Ce type d'instruments comprend entre autres: a) les crédits accordés matérialisés par un instrument non négociable; b) les créances résultant des opérations de crédit-bail; c) dans le cadre d'une opération sur dérivés financiers (futures, options, ), les couvertures initiales que les investisseurs doivent déposer auprès de la chambre de compensation lors de l'exécution du contrat et qui sont remboursables lors de la clôture du contrat; d) dans le cadre d'une opération prenant la forme d'une convention de vente et de rachat fermes (repurchase agreements), le prix de cession payé par l'établissement cessionnaire à l'établissement cédant; e) dans le cadre d'une opération de prêt de titres, le transfert en espèce d'une garantie (si l'opération est assortie d'une telle garantie). Dans les deux derniers cas, on retient la conception économique de l'opération et non pas son caractère juridique. D'après la conception économique, l'engagement ferme de la part du cédant implique qu'il n'y a pas lieu de considérer cette opération comme une aliénation au sens habituel du terme, même si, du point de vue juridique, il s'agit incontestablement d'une opération de vente ou d'achat. Le traitement à appliquer par les établissements de crédit doit 2 Notification écrite par le donneur d ordre page 17 de 115

18 être identique à celui établi par la BCL dans le «Recueil des instructions aux banques» et qui doit être utilisé dans le cadre de l'établissement des tableaux statistiques bilantaires. Les paiements de coupons sur les titres revenant au détenteur initial sont enregistrés, sans considérer ceux reçus dans le cadre d'un «repurchase agreement» ou d'un prêt du titre, avec le code-opération correspondant (code 300 à 337). Dans le cadre de l'enregistrement des prêts et des dépôts, plusieurs distinctions sont à effectuer: a) entre les résidents. Des codes différents sont prévus pour des résidents du secteur bancaires (opérations pour compte propre), du secteur des administrations publiques luxembourgeoises et des entreprises liées résidentes appartenant aux autres secteurs. Pour ces dernières, l'attribution des codes est présentée au chapitre relatif aux opérations d'investissement direct. b) entre la durée initiale des prêts et dépôts: à un an au plus et à plus d'un an. Dans le cas d'octroi de crédits consortiaux à un résident où l'établissement de crédit centralisateur est établi à l'étranger, le transfert vers celui-ci (et non le crédit lui-même) doit être enregistré sous les rubriques 462 ou 463 suivant que la durée du crédit est d'un an au plus ou de plus d'un an (octroi à un résident autre qu'un établissement de crédit ou une administration publique) ou sous les rubriques 570 ou 575 suivant que la durée du crédit est d'un an au plus ou de plus d'un an (octroi à une administration publique) Prêts octroyés et dépôts constitués par des résidents a) Opération effectuée par un établissement de crédit résident Type d'opération Durée Octroyés à un Prêts octroyés et dépôts constitués par un établissement de crédit résident Remboursements de prêts octroyés et rapatriements de dépôts constitués par un établissement de crédit résident Amortissements de créances détenues par les établissements de crédit résidents et remise de dettes Intérêts perçus sur prêt octroyé et dépôt constitué par des établissements de crédit résidents à un an au plus à plus d'un an à un an au plus à plus d'un an - - Codeopération Sens Non-résident Crédit Non-résident 625 Crédit Non-résident 620 Débit Non-résident 625 Débit Non-résident 635 Crédit Non-résident 303 Débit 3 Il y a lieu de se référer pour l'intitulé complet des codes-opérations à l'annexe 2. page 18 de 115

19 b) Opération effectuée par une administration publique luxembourgeoise Type d'opération Durée Octroyés à un Prêts octroyés et dépôts constitués par une administration publique (y compris ceux octroyés sous forme de repurchase agreements) Remboursement de prêts octroyés et rapatriement de dépôts constitués par une administration publique (y compris ceux octroyés sous forme de repurchase agreements) Intérêts perçus par des administrations publiques à un an au plus à plus d'un an à un an au plus à plus d'un an Sens Non-résident 571 Crédit Non-résident 576 Crédit Non-résident 571 Débit Non-résident 576 Débit Non-résident 337 Débit c) Opération effectuée par un résident autre qu'un établissement de crédit ou une administration publique luxembourgeoise Type d'opération Durée Octroyés à un Dépôts à titre de garantie, alimentation de comptes à l'étranger autres que des comptes opérationnels Rapatriement de dépôts à titre de garantie, rapatriement de montant figurant à des comptes à l'étranger autres que des comptes opérationnels Prêts octroyés par des résidents autres que des établissements de crédit ou des administrations publiques Remboursement des autres prêts octroyés par des résidents autres que des établissements de crédit ou des administrations publiques Autres prêts octroyés sous forme de repurchase agreements par des résidents autres que des établissements de crédit ou des administrations publiques à un an au plus à plus d'un an à un an au plus à plus d'un an - Codeopération Codeopération Sens Non-résident Résident Crédit Non-résident Résident Débit Non-résident 412 Crédit Non-résident 413 Crédit Non-résident 412 Débit Non-résident 413 Débit Non-résident 419 Crédit 4 en compte à l'étranger page 19 de 115

20 Type d'opération Durée Octroyés à un Remboursement des autres prêts octroyés sous forme de repurchase agreements - Intérêts perçus ou payés par des résidents autres que des établissements de crédit ou des administrations publiques en faveur ou sur ordre d'institutions financières bancaires et non bancaires non-résidentes Codeopération Sens Non-résident 419 Débit Non-résident 302 Débit Résident Non-résident Résident Débit Prêts reçus par des résidents et dépôts constitués auprès de résidents a) Opération effectuée auprès d'un établissement de crédit résident. Type d'opération Durée Reçus de Prêts reçus par un établissement de crédit résident et dépôts constitués auprès d'un établissement de crédit résident Remboursements de prêts reçus par un établissement de crédit résident et rapatriements de dépôt constitué auprès d'un établissement de crédit résident à un an au plus à plus d'un an à un an au plus à plus d'un an Remises de dettes à l'égard des établissements de crédit résidents - Intérêts payés par des établissements de crédit Intérêts perçus par des résidents autres que des établissements de crédit ou des administrations publiques à l'exclusion des intérêts en faveur ou sur ordre d'institutions financières bancaires et non bancaires nonrésidentes Codeopération Sens Non-résident 621 Débit Non-résident 626 Débit Non-résident 621 Crédit Non-résident 626 Crédit Non-résident 635 Débit Non-résident 303 Crédit page 20 de 115

COLLECTE BALANCE DES PAIEMENTS. Recueil des instructions aux déclarants directs non bancaires du secteur financier

COLLECTE BALANCE DES PAIEMENTS. Recueil des instructions aux déclarants directs non bancaires du secteur financier COLLECTE BALANCE DES PAIEMENTS Recueil des instructions aux déclarants directs non bancaires du secteur financier TABLE DES MATIERES 1. PRINCIPES GENERAUX 3 1.1. INTRODUCTION 3 1.2. COLLECTE DES INFORMATIONS

Plus en détail

Rapport BOP 1.2 «Paiements transfrontaliers exécutés pour compte de la clientèle résidente»

Rapport BOP 1.2 «Paiements transfrontaliers exécutés pour compte de la clientèle résidente» Rapport BOP 1.2 «Paiements transfrontaliers exécutés pour compte de la Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 2 Population déclarante...3 3 Périodicité et délai de communication...3

Plus en détail

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE Deuxième PARTIE FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE 1. OBJET L obligation de fournir les éléments d identification correcte des opérations relevant de la balance des paiements repose sur les

Plus en détail

Guide de l enquête sur l investissement direct 2014

Guide de l enquête sur l investissement direct 2014 Guide de l enquête sur l investissement direct 2014 Mai 2015 TABLE DES MATIERES 1 PRESENTATION 3 1.1 Motivations...3 1.2 Champ d application...3 1.3 Confidentialité...3 1.4 Personnes de contact auprès

Plus en détail

(Moniteur belge du 10 février 2010 - p. 8088)

(Moniteur belge du 10 février 2010 - p. 8088) Règlement "F" de la Banque Nationale de Belgique relatif aux enquêtes sur les investissements entre des résidents autres que les établissements de crédit et des non-résidents non apparentés hors valeurs

Plus en détail

FICHE 42 - LES INVESTISSEMENTS DIRECTS, LES PRÊTS, PLACEMENTS ET OPÉRATIONS D AFFACTURAGE

FICHE 42 - LES INVESTISSEMENTS DIRECTS, LES PRÊTS, PLACEMENTS ET OPÉRATIONS D AFFACTURAGE BALANCE DES PAIEMENTS - RECUEIL DES MODALITES DECLARATIVES QUATRIEME PARTIE : COMPLEMENTS D INFORMATION RELATIFS AUX CRP FICHE 42 - LES INVESTISSEMENTS DIRECTS, LES PRÊTS, PLACEMENTS ET OPÉRATIONS 1. OBJET

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

Reporting titre par titre des établissements de crédit

Reporting titre par titre des établissements de crédit Reporting titre par titre des établissements de crédit Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 2 Les données à transmettre à la BCL...5 2.1 Aperçu général...5 2.2 Les titres soumis à

Plus en détail

Observatoire des Services Bancaires - www.osb.tn

Observatoire des Services Bancaires - www.osb.tn CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 97-02 DU 24 JANVIER 1997 OBJET : Fiches d'information. * * * * * La présente circulaire a pour objet de modifier la procédure de communication à la Banque Centrale

Plus en détail

Rapport S 3.2 «Informations non bilantaires»

Rapport S 3.2 «Informations non bilantaires» Rapport S 3.2 «Informations non bilantaires» Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 1.1 Population déclarante...3 1.2 Périodicité et délai de communication...3 2 Renseignement des opérations...4

Plus en détail

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, des informations sur la politique d exécution des ordres sur instruments

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11. OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux.

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11. OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux. CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux. Vu : - la loi n 58-90 du 19 Septembre 1958 portant création et organisation

Plus en détail

Guide de l enquête sur l investissement direct 2009

Guide de l enquête sur l investissement direct 2009 Guide de l enquête sur l investissement direct 2009 Mai 2010 2 TABLE DES MATIERES 1 PRESENTATION 4 1.1 Motivations... 4 1.2 Champ d application... 4 1.3 Confidentialité... 4 1.4 Personnes de contact auprès

Plus en détail

Activités avec l étranger. L01PKI Liste des clients résidents réalisant des paiements à caractère professionnel à l étranger

Activités avec l étranger. L01PKI Liste des clients résidents réalisant des paiements à caractère professionnel à l étranger Activités avec l étranger L01PKI Liste des clients résidents réalisant des paiements à caractère professionnel à l étranger Banque nationale de Belgique, Bruxelles. Tous droits réservés. La reproduction

Plus en détail

Rapport S 1.8 «Titrisations et autres cessions de créances par les établissements de crédit»

Rapport S 1.8 «Titrisations et autres cessions de créances par les établissements de crédit» Rapport S 1.8 «Titrisations et autres cessions de créances par les établissements de crédit» Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 1.1 Population déclarante...3 1.2 Périodicité et délai

Plus en détail

Rapport S 1.8 «Titrisations et autres cessions de créances par les établissements de crédit»

Rapport S 1.8 «Titrisations et autres cessions de créances par les établissements de crédit» Rapport S 1.8 «Titrisations et autres cessions de créances par les établissements de crédit» Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 1.1 Population déclarante...3 1.2 Périodicité et délai

Plus en détail

Article 5 : La Banque Centrale de Tunisie publie les taux de rémunération qu'elle consent sur les principales devises traitées sur le marché.

Article 5 : La Banque Centrale de Tunisie publie les taux de rémunération qu'elle consent sur les principales devises traitées sur le marché. CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES OBJET : Marché monétaire en devises, placements et emplois des devises non-cessibles et refinancement en devises auprès de la Banque Centrale de Tunisie. L'Avis de

Plus en détail

N 26 MINISTÈRE DES FINANCES. de l Institut Belgo-Luxembourgeois. du Change

N 26 MINISTÈRE DES FINANCES. de l Institut Belgo-Luxembourgeois. du Change Mémorial du Grand-Duché de Luxembourg 553 Memorial des Großherzogtums Luxemburg. Lundi, le 19 mai 1958. N 26 Montag, den 19. Mai 1958. MINISTÈRE DES FINANCES. Institut Belgo-Luxembourgeois du Change Décision

Plus en détail

Ce standard bancaire décrit l'échange électronique des ordres de paiement entre clients et banques.

Ce standard bancaire décrit l'échange électronique des ordres de paiement entre clients et banques. . Edition novembre 2004/p.1 Ordres de paiement Ce standard bancaire décrit l'échange électronique des ordres de paiement entre clients et banques. Le code clearing interbancaire dans l enregistrement de

Plus en détail

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES 230 CLASSE 1 : COMPTES DE TRESORERIE ET D OPERATIONS AVEC LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET ASSIMILES 1 - CONTENU DE LA CLASSE 1 La classe 1 enregistre, outre les espèces,

Plus en détail

Références du document Date du document 09/03/01

Références du document Date du document 09/03/01 SOUS-SECTION 3 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES LIBELLÉS EN DEVISES DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2373] Références du document 4A2373 Date du document

Plus en détail

Obligations de reporting incombant aux sociétés de cautionnement mutuel

Obligations de reporting incombant aux sociétés de cautionnement mutuel Circulaire _2009_14 du 13 mars 2009 Obligations de reporting incombant aux sociétés de cautionnement mutuel Champ d'application: Les sociétés de cautionnement mutuel soumises aux dispositions de l arrêté

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA)

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) Préambule La loi du 13 juillet 1992 a modifié la loi du 10 septembre 1947 portant statut

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques Règlement de la Banque d n 09-04 du 23 juillet 2009 Source : www.droit-algerie.com [NB - Règlement de la Banque d n 09-04 du 23 juillet

Plus en détail

2. Les dçveloppements dans le domaine statistique

2. Les dçveloppements dans le domaine statistique 2. Les dçveloppements dans le domaine statistique 2.1 Introduction La définition et la mise en œuvre de la politique monétaire commune reposent sur une connaissance approfondie de la situation économique

Plus en détail

Rapport S 2.19-L «Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des sociétés d'assurance Entité luxembourgeoise»

Rapport S 2.19-L «Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des sociétés d'assurance Entité luxembourgeoise» Rapport S 2.19-L «Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des sociétés d'assurance Entité luxembourgeoise» Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction... 3 1.1 Population déclarante...

Plus en détail

Reporting titre par titre des établissements de crédit

Reporting titre par titre des établissements de crédit Reporting titre par titre des établissements de crédit Foire aux questions (FAQ) Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Questions d ordre général...4 1.1 Que faut-il rapporter si il n y a pas de position

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001 OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux. Dans le cadre du renforcement de la libéralisation

Plus en détail

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES 1 - DISPOSITIONS GENERALES 2 - COMPTABILISATION DE L ENGAGEMENT 3 - COMPTABILISATION AU BILAN 4 - CONVERSION DES OPERATIONS EN DEVISES 5 - COMPTABILISATION DES RESULTATS

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

Politique d exécution CACEIS BANK FRANCE

Politique d exécution CACEIS BANK FRANCE Politique d exécution CACEIS BANK FRANCE Contents 1. Principes de la Politique d execution... 3 1.1. Les obligations de meilleure sélection et meilleure exécution... 3 1.2. Les critères liés à la meilleure

Plus en détail

Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale

Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale CHAMBRE NATIONALE DES NOTAIRES Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale Adopté par l assemblée générale de la Chambre nationale des notaires le 9 octobre 2001 et modifié par les assemblées

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001 OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux. Dans le cadre du renforcement de la libéralisation

Plus en détail

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Juin 2005 TABLE DES MATIERES 1 GENERALITES 5 1.1 Motivations...5 1.2 Champ d application de l enquête...6 1.3 Conversion des

Plus en détail

De plus, aux fins de ces services, les termes définis suivants seront utilisés :

De plus, aux fins de ces services, les termes définis suivants seront utilisés : Liste de sujets Conditions de la convention 1. Définitions et interprétation 2. Conformité 3. Déclarations et garanties 4. Noms figurant sur les ordres d'opération 5. Destinataires 6. Formatage 7. Plafonds

Plus en détail

INSTRUCTION N 2009-08 DU 22 SEPTEMBRE 2009

INSTRUCTION N 2009-08 DU 22 SEPTEMBRE 2009 1 INSTRUCTION N 2009-08 DU 22 SEPTEMBRE 2009 RELATIVE AU CONTRÔLE DES OPÉRATIONS D'OFFRE PUBLIQUE D'ACQUISITION Prise en application des articles 231-46 et 231-51 du règlement général de l AMF Article

Plus en détail

MANDAT - - Service Public Fédéral FINANCES. Secteur T.V.A.

MANDAT - - Service Public Fédéral FINANCES. Secteur T.V.A. Service Public Fédéral FINANCES Secteur T.V.A. POUR RECEVOIR LES RESTITUTIONS DES SOLDES CREDITEURS DE VOTRE COMPTE COURANT T.V.A., IL Y A LIEU DE REMETTRE CE FORMULAIRE, DUMENT COMPLETE, A LA POSTE OU

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 15 juillet 2011. S o m m a i r e BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 15 juillet 2011. S o m m a i r e BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1985 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 141 15 juillet 2011 S o m m a i r e Règlement de la Banque centrale

Plus en détail

Décide : Article 1 er

Décide : Article 1 er Décision du 1er septembre 2014 relative aux modifications des règles de fonctionnement d ESES France en sa qualité de système de règlement-livraison d instruments financiers d Euroclear France, dans le

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Banque centrale du Luxembourg

Banque centrale du Luxembourg Définitions et concepts pour le reporting balance des paiements des établissements de crédit et des services financiers de l Entreprise des Postes et Télécommunications» Banque centrale du Luxembourg Sommaire

Plus en détail

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Rabat, le 11 juillet 2000 CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Aux termes de l article 1 er du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

FICHE 20 COMPTE RENDU STATISTIQUE DES TRANSACTIONS AVEC DES NON-RÉSIDENTS. Document C80

FICHE 20 COMPTE RENDU STATISTIQUE DES TRANSACTIONS AVEC DES NON-RÉSIDENTS. Document C80 Deuxième PARTIE FICHE 20 COMPTE RENDU STATISTIQUE DES TRANSACTIONS AVEC DES NON-RÉSIDENTS Document C80. 1. Présentation Le document C80 est un relevé mensuel des flux réalisés par le déclarant direct avec

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

AVERTISSEMENT SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME CLIENTS NON PROFESSIONNELS

AVERTISSEMENT SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME CLIENTS NON PROFESSIONNELS Avant d utiliser un contrat à terme (produits dérivés, contrat à terme ferme ou contrat d option) le client (l investisseur) doit apprécier les risques liés a l utilisation de contrats à terme. Il doit

Plus en détail

STRUCTURE DES FICHIERS ETEBAC

STRUCTURE DES FICHIERS ETEBAC STRUCTURE DES FICHIERS ETEBC. Contenu d'un fichier Un fichier comprend : 1) - un enregistrement "émetteur" unique en début de fichier (enregistrement de tête) 2) - un nombre variable d'enregistrements

Plus en détail

POLITIQUE D'EXECUTION

POLITIQUE D'EXECUTION Novembre 2007 POLITIQUE D'EXECUTION En application de la Directive européenne sur les marchés d instruments financiers (dite Directive MIF), compte tenu de la mise en concurrence des modes de négociation

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL 2006, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT, AUX BANQUES NON RESIDENTES ET A L OFFICE NATIONAL DES

Plus en détail

Reporting mensuel titre par titre des sociétés émettrices

Reporting mensuel titre par titre des sociétés émettrices Reporting mensuel titre par titre des sociétés émettrices Banque centrale du Luxembourg 1 Introduction...3 1.1 Population déclarante...3 1.2 Périodicité et délai de communication...3 2 Principes de base...4

Plus en détail

CIRCULAIRE N 01/01 RELATIVE AUX MODALITES DE TRAITEMENT DES ORDRES DE BOURSE

CIRCULAIRE N 01/01 RELATIVE AUX MODALITES DE TRAITEMENT DES ORDRES DE BOURSE Rabat, le 15 janvier 2001 CIRCULAIRE N 01/01 RELATIVE AUX MODALITES DE TRAITEMENT DES ORDRES DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212 du 21 septembre 1993 relatif au Conseil

Plus en détail

Activités avec l étranger. F03MER Marchandises traders

Activités avec l étranger. F03MER Marchandises traders Activités avec l étranger F03MER Marchandises traders Banque nationale de Belgique Tous droits réservés. La reproduction partielle ou intégrale de cette publication à des fins éducatives et non commerciales

Plus en détail

Il est institué aux investisseurs étrangers réalisés au Maroc en devises, un régime de convertibilité.

Il est institué aux investisseurs étrangers réalisés au Maroc en devises, un régime de convertibilité. REGIME DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS 1. Définition On entend par investissements étrangers, les investissements réalisés par les personnes physiques ou morales de nationalité étrangère, non-résidentes

Plus en détail

RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS

RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS PARTIE 1 DÉFINITIONS, CHAMP D'APPLICATION ET DISPOSITION TRANSITOIRE 1.1 Définitions

Plus en détail

Politique d exécution CACEIS BANK FRANCE

Politique d exécution CACEIS BANK FRANCE Politique d exécution CACEIS BANK FRANCE Contents 1. Principes de la Politique d execution... 3 1.1. Les obligations de meilleure sélection et meilleure exécution... 3 1.2. Les critères liés à la meilleure

Plus en détail

Keytrade Bank CONDITIONS SPECIFIQUES «PRODUITS D ASSURANCES»

Keytrade Bank CONDITIONS SPECIFIQUES «PRODUITS D ASSURANCES» Keytrade Bank CONDITIONS SPECIFIQUES «PRODUITS D ASSURANCES» Ces conditions enregistrées à Bruxelles, 6 ème bureau, vol. 289, fol. 97, case 1, le 21 décembre 2007 entrent en vigueur le 21 décembre 2007.

Plus en détail

Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques

Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques L arrêté du 24 décembre 2012, publié au JORF n 0301 du 27 décembre 2012 texte 13, portant application

Plus en détail

Document d'information générale. Mise à jour du document : Décembre 2014 BANQUE DE GRANDE CLIENTELE / EPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPECIALISES

Document d'information générale. Mise à jour du document : Décembre 2014 BANQUE DE GRANDE CLIENTELE / EPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPECIALISES Document d'information générale Mise à jour du document : Décembre 2014 BANQUE DE GRANDE CLIENTELE / EPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPECIALISES INTRODUCTION I II III IV V La catégorisation des clients et

Plus en détail

Circulaire NBB_2012_12 - Annexe 4

Circulaire NBB_2012_12 - Annexe 4 Politique prudentielle et stabilité financière boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tél. +32 2 221 35 88 Fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Circulaire

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

INSTRUCTION PORTANT REGLEMENT DU MARCHE DES TITRES DU TRESOR AU BURUNDI

INSTRUCTION PORTANT REGLEMENT DU MARCHE DES TITRES DU TRESOR AU BURUNDI : BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI INSTRUCTION PORTANT REGLEMENT DU MARCHE DES TITRES DU TRESOR AU BURUNDI I. DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : Objectif Dans le cadre de la gestion de sa trésorerie,

Plus en détail

Le sens du code-pays dans la sous-division 06 (positions 113-114) a été explicité. 1. Informations générales...2

Le sens du code-pays dans la sous-division 06 (positions 113-114) a été explicité. 1. Informations générales...2 p. 1 Paiements étrangers Le standard bancaire Paiements étrangers décrit l'échange électronique des ordres de paiement en euros ou en devises transmis par le client à sa banque. Pour les paiements en euros

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Qu est-ce que SWIFT? Comment fonctionne SWIFT?

Qu est-ce que SWIFT? Comment fonctionne SWIFT? Juin 2009 Communication de l ASB relative à la divulgation de données clients en matière de trafic des paiements, de transactions sur titres et autres opérations en relation avec SWIFT Association suisse

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes APERÇU Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Groupe WSP Global Inc. (la «Société») offre aux porteurs admissibles

Plus en détail

Manuel de transmission électronique du reporting titre par titre des établissements de crédit

Manuel de transmission électronique du reporting titre par titre des établissements de crédit Manuel de transmission électronique du reporting titre par titre Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction... 3 2 Transmission... 4 2.1 Attribution du nom du fichier... 4 2.2 Moyen de transmission...

Plus en détail

Règlement des Placements à terme KBC

Règlement des Placements à terme KBC Règlement des Placements à terme KBC Enregistré à Leuven, troisième bureau, le 28/12/2012. Le présent règlement remplace le règlement des Placements à terme KBC du 25/01/2011. La relation contractuelle

Plus en détail

DESCRIPTION GENERALE DU FONCTIONNEMENT FISCAL DU SYSTEME DE LIQUIDATION X/N

DESCRIPTION GENERALE DU FONCTIONNEMENT FISCAL DU SYSTEME DE LIQUIDATION X/N Annexe 3.0. DESCRIPTION GENERALE DU FONCTIONNEMENT FISCAL DU SYSTEME DE LIQUIDATION X/N Modalités fiscales du fonctionnement du système de liquidation mentionné à l'article 1er, 1 de la loi du 6 août 1993

Plus en détail

180,00 par an payable en avance

180,00 par an payable en avance pour les prestations effectuées dans le cadre des transactions commerciales normales réalisées avec des clients privés M.M. Warburg & CO Luxembourg S.A. - 2, Place Dargent, Boîte postale 16, L-2010 Luxembourg

Plus en détail

FORMULAIRE DE COMMUNICATION DES COMPTES ETRANGERS AU POINT DE CONTACT CENTRAL. Notice explicative

FORMULAIRE DE COMMUNICATION DES COMPTES ETRANGERS AU POINT DE CONTACT CENTRAL. Notice explicative FORMULAIRE DE COMMUNICATION DES COMPTES ETRANGERS AU POINT DE CONTACT CENTRAL Notice explicative Le «Point de contact central» (PCC) est une base de données informatisée gérée par la Banque nationale de

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ----------------

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ---------------- REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ---------------- DECRET N 2009-048 Fixant les modalités d application de la loi n 2006-008

Plus en détail

Les termes suivants sont utilisés tout au long du manuel Règles et Guide d'exploitation (RGE) :

Les termes suivants sont utilisés tout au long du manuel Règles et Guide d'exploitation (RGE) : TERMES ET DÉFINITIONS Les termes suivants sont utilisés tout au long du manuel Règles et Guide d'exploitation (RGE) : Client, vous, votre Ces termes ont tous la même signification et désignent le client

Plus en détail

Conditions d ouverture de crédit lombard

Conditions d ouverture de crédit lombard Conditions d ouverture de crédit lombard Article 1. Objet des présentes conditions 1.1 Les présentes conditions régissent les ouvertures de crédit lombard qui sont octroyées par Keytrade Bank Luxembourg

Plus en détail

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45 3 SOMMAIRE Introduction : Des origines de la comptabilité...17 Partie I les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

1. QUELS SONT LES MARCHES CONCERNES?... 2 2. QUELS SONT LES INSTRUMENTS FINANCIERS CONCERNES?... 2 3. QUI DOIT DECLARER?... 2

1. QUELS SONT LES MARCHES CONCERNES?... 2 2. QUELS SONT LES INSTRUMENTS FINANCIERS CONCERNES?... 2 3. QUI DOIT DECLARER?... 2 Position AMF n 2006-14 Questions réponses sur les obligations de déclaration des opérations réalisées par les dirigeants, leurs proches et les personnes assimilées Textes de référence : articles L. 621-18-2

Plus en détail

SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB

SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2372] Références du document 4A2372 Date du document 09/03/01

Plus en détail

Au sens des dispositions de l article 2, du règlement n 07 01, sont considérées comme :

Au sens des dispositions de l article 2, du règlement n 07 01, sont considérées comme : Le règlement N 07 01 du 09/01/2007, relatif aux règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises a modifié et remplacé les règlements n 91 12 relatif à la domiciliation

Plus en détail

(Moniteur belge du 10 février 2010 - p. 8088)

(Moniteur belge du 10 février 2010 - p. 8088) Règlement "A" de la Banque Nationale de Belgique relatif aux obligations statistiques en matière de balance des paiementsdes établissements de crédit résidents (Moniteur belge du 10 février 2010 - p. 8088)

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. OBJET Le présent document, ci-après «Conditions Générales de Vente», s applique à toutes les offres de formations proposées par la société KOOLYA sur son Internet www.koolya.fr

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie :

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie : Tunis, le 10 octobre 2007 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- O B J E T / Participation des résidents au capital de sociétés non résidentes établies en Tunisie. Le Gouverneur de

Plus en détail

Service de dépôts directs ACH (SDP)

Service de dépôts directs ACH (SDP) Service de dépôts directs ACH (SDP) Association canadienne des paiements Description des fichiers de crédit de format ACP-005 Version 9 Septembre 2013 Banque Royale du Canada 2013 : Tous droits réservés.

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

La Commission bancaire, Vu le Code monétaire et financier ;

La Commission bancaire, Vu le Code monétaire et financier ; COMMISSION BANCAIRE ------ Instruction n 2003-02 modifiant l'instruction n 93-01 du 29 janvier 1993 relative à la transmission à la Commission bancaire de comptes annuels, de documents prudentiels ainsi

Plus en détail

Note de présentation de la circulaire 07/05 relative aux conditions de réalisation des opérations à dénouement triangulaire

Note de présentation de la circulaire 07/05 relative aux conditions de réalisation des opérations à dénouement triangulaire Rabat, le 13 octobre 2005 Note de présentation de la circulaire 07/05 relative aux conditions de réalisation des opérations à dénouement triangulaire Cette nouvelle circulaire vise à encadrer une pratique

Plus en détail

Code de droit économique. Livre IX

Code de droit économique. Livre IX Code de droit économique Livre IX Table des matières LIVRE IX. - Sécurité des produits et des services... 3 CHAPITRE 1. - Obligation générale de sécurité... 3 CHAPITRE 2. - Structures d'information et

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 DIRECTIVE RÉGISSANT LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA PERCEPTION DES REVENUS DANS LES ÉTABLISSEMENTS 1.0 FONDEMENTS 1.1 Devoir d'établissement

Plus en détail

Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires CHAMP D APPLICATION

Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires CHAMP D APPLICATION Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires PARTIE I PARTIE II PARTIE III PARTIE IV CHAMP D APPLICATION DÉFINITIONS POLITIQUE DE PLACEMENT INFORMATION

Plus en détail

B ) Nom de la personne ou des personnes agissant de concert ayant franchi le ou les seuils. Dénomination sociale et forme juridique 8 : Adresse :

B ) Nom de la personne ou des personnes agissant de concert ayant franchi le ou les seuils. Dénomination sociale et forme juridique 8 : Adresse : V3/ 01-02-11 FORMULAIRE DE DECLARATION DE FRANCHISSEMENT(S) DE SEUIL(S) ET D INTENTION ARTICLES L. 233-7 ET L. 233-9 DU CODE DE COMMERCE ET 223-11 ET SUIVANTS DU REGLEMENT GENERAL DE L AMF I ) Déclaration

Plus en détail

Schéma de reporting périodique des établissements de monnaie électronique

Schéma de reporting périodique des établissements de monnaie électronique Politique prudentielle et stabilité financière boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tél. +32 2 221 38 12 Fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Bruxelles,

Plus en détail

Décide : Article 1 er

Décide : Article 1 er Décision du 16 février 2016 relative aux modifications des règles de fonctionnement d Euroclear France en sa qualité de dépositaire central de titres concernant la désignation du dépositaire central de

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 7 : La Relation Banque - Particuliers I)- Les Comptes et Les Placements Bancaires

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 31.3.2015 FR L 86/13 RÈGLEMENT (UE) 2015/534 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 17 mars 2015 concernant la déclaration d'informations financières prudentielles (BCE/2015/13) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS

Plus en détail

NOTE D INSTRUCTIONS n 03/2001

NOTE D INSTRUCTIONS n 03/2001 INSTITUT D EMISSION D OUTRE-MER NOTE D INSTRUCTIONS n 03/2001 AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT CRITERES D'ADMISSIBILITE DES CREANCES SUR LES ENTREPRISES AUX DISPOSITIFS DE GARANTIE DU REESCOMPTE ET DE LA FACILITE

Plus en détail

Chapitre 2 Le régime général des immobilisations...32 Section 1 Définitions...32 Section 2 Au moment de l entrée en comptabilité...

Chapitre 2 Le régime général des immobilisations...32 Section 1 Définitions...32 Section 2 Au moment de l entrée en comptabilité... 3 SOMMAIRE Introduction: Des origines de la comptabilité...17 Partie I Les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF Introduction La «catégorisation» des clients correspond à la qualité de client professionnel, client non professionnel ou contrepartie éligible. Cette terminologie juridique correspond à celle employée

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail