Mémoire d étude Thierry ROBY.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémoire d étude 2006. Thierry ROBY. thierry@ledroitinformatique.com"

Transcription

1 Mémoire d étude 2006 Thierry ROBY

2 «la technique pour l Informatique (Maîtrise d œuvre), la sémantique pour la Maîtrise d Ouvrage». Michel VOLLE

3 3 Résumé. Aujourd'hui les systèmes d'information sont de plus en plus complexes. Les entreprises dépendent grandement voire même dangereusement du bon fonctionnement de leur système informationnel. Ainsi le processus d'informatisation nécessite une certaine préparation et doit être conduit avec prudence. Cette mission est généralement confiée à une société d'ingénierie et de conseil en informatique agissant en qualité de maître d'oeuvre. Toutefois le maître d'oeuvre, malgré ses compétences et son expertise notable, ne peut deviner à lui seul le besoin de son client, destinataire du système informatique. Sans une définition précise et claire du besoin le système ainsi mis en oeuvre risque fort de se révéler insuffisant et non satisfaisant. Aussi le client est tenu à une nécessaire obligation de collaboration dans la définition et la formalisation de son besoin. Cette intervention constitue la maîtrise d'ouvrage du système. Or en pratique il est malheureusement fréquent d'observer une grande confusion entre la maîtrise d'oeuvre et la maîtrise d'ouvrage. En effet lorsque le système à mettre en oeuvre s'avère complexe le client ne dispose généralement pas des compétences suffisantes pour définir lui même son besoin. Aussi délègue-t-il cette mission à une société de conseil en informatique (en pratique on parle d'assistance à Maîtrise d Ouvrage) qui très souvent s'avère être le même intervenant qui se chargera ensuite de la conception. Dès lors il est facile de confondre la définition du besoin (maîtrise d ouvrage) et la conception entendue au sens large (maîtrise d oeuvre). Il est donc indispensable de clarifier au mieux la nature précise de l'intervention concernée pour déterminer l'étendue de la responsabilité envisagée.

4 4 Sommaire. Introduction Générale.. p 6 1 ère Partie. Maîtrise d Ouvrage Maîtrise d œuvre Introduction. p 8 1 ère sous partie : Maîtrise d Ouvrage. p 10 I Son rôle : De la formulation du besoin à la réception du système. II La Maîtrise d Ouvrage en interne ou «externalisée» 2 ème sous partie : Maîtrise d Oeuvre. p 20 I Son rôle : De l évaluation du besoin à la réalisation du système. II La responsabilité de la Maîtrise d œuvre Conclusion de la 1 ère partie.... p 30 2 ème Partie. Périmètre d intervention : prérogatives et obligations 1 ère sous partie : Définition du périmètre d Intervention : rôle et responsabilité.. p 34 I Délimitation du rôle de chacun II Délimitation des responsabilités respectives 2 ème sous partie : Organisation des relations contractuelles. p 43 I Dans le cadre de relations contractuelles multiples II Dans le cadre d un contrat «Clé en main» Conclusion de la 2 ème partie p 56 Conclusion Générale. p 57 Annexes p 59

5 5 Dans les projets de la mise en œuvre de Systèmes d Information

6 6 Introduction. A l époque actuelle et depuis plus de vingt ans nous sommes entrés dans l ère de l informatique, c'est-à-dire le traitement automatique de l information par des méthodes mathématiques. L informatique est présente partout dans notre vie quotidienne. Nous vivons en effet dans une «Société de l Information» 1. Depuis le début de l Humanité la conservation de l information a pris des formes différentes, selon l époque et les moyens techniques disponibles, de la simple transmission orale au support papier et aujourd hui la technologie numérique. Ainsi de nos jours on ne peut nier que l information soit une ressource importante, notamment à notre activité économique (exploitation de fichiers clients, brevet, savoir-faire ) nécessitant un outil informatique capable de collecter, transporter, traiter et stocker l information afin d en améliorer la gestion tout en réduisant les coûts, tendant toujours plus vers un traitement «zéro papier» (stratégie de réduction de la quantité de documents imprimés ) et la dématérialisation totale des processus de gestion de l information. Au fur et à mesure de l évolution technologique le besoin s est étoffé et les systèmes d information sont ainsi devenus de plus en plus complexes afin de répondre aux attentes des utilisateurs tout en garantissant l intégrité des informations traitées face aux risques d atteintes frauduleuses (virus, hackers ). Ainsi quel que soit le système d information les objectifs sont ambitieux et la mise en place généralement délicate. Or les entreprises dépendent grandement, voire dangereusement, du bon fonctionnement de leur système d information (logiciel, fichier client ) et dont la défaillance est susceptible d engendrer une importante désorganisation ainsi qu un préjudice financier conséquent. En effet l Informatique dans les entreprises est aujourd hui une réalité que ce soit pour la gestion de processus de production, la comptabilité, la gestion des stocks ou la relation avec les clients. Dans ce cas on recherchera naturellement la responsabilité du ou des professionnel(s) qui auront participé à la mise en œuvre du système d information. Pour cela il conviendra d étudier les termes du 1 - Sommet Mondial de la Société de l Information ( SMSI ) qui s est tenu à TUNIS du 16 au 18 novembre 2005

7 7 contrat liant le prestataire à son client. Pourtant il faut remarquer que les engagements pris sont généralement assez peu précis. Dès lors il n est pas toujours évident de déterminer ce qui avait été convenu et donc d établir si la prestation a été ou non correctement exécutée. Aussi la jurisprudence a dégagé à la charge du prestataire informatique une obligation générale de conseil sans toutefois exonérer le client d une nécessaire collaboration. Pour autant les causes possibles d échec sont multiples. On pensera bien entendu à un défaut de conception ou à un contrôle insuffisant ou inapproprié des différents intervenants. Ce qu on appelle la maîtrise d œuvre. Or la pratique montre que la réussite d un projet informatique dépend avant tout d une bonne définition du besoin, qui s avère souvent insuffisante. Cette mission qui constitue la maîtrise d ouvrage doit être menée en principe par le client. En effet les fonctions de maîtrise d ouvrage et de maîtrise d œuvre sont distinctes. Mais la frontière de ces deux métiers n est pas toujours évidente à tracer, notamment lorsque le client se fait aider pour sa maîtrise d ouvrage par une société de conseil. Aussi malheureusement en pratique on observe fréquemment une certaine confusion entre le maître d ouvrage et le maître d œuvre, notamment dans le cadre des contrats «Clé en Main». Cette confusion conduit généralement à des conflits entre les différents intervenants avec pour conséquence l échec du projet. En effet la définition précise des rôles, obligations et prérogatives respectives, de chacun s avère souvent délicate notamment dans le cadre de la définition du besoin : S agit-il d une fonction relevant d une mission de conception entendue au sens large (maîtrise d œuvre) ou de la formulation du besoin (maîtrise d ouvrage)? De même la validation du système d information relève-t-elle du client ou du professionnel chargé de l accompagnement du projet? La réponse ne semble pas évidente. Il faut en effet reconnaître que les implications du maître d ouvrage et du maître d œuvre semblent souvent se superposer et empiéter l une sur l autre. C est pourquoi nous allons définir les missions relevant de la maîtrise d ouvrage et de la maîtrise d œuvre ainsi que les obligations qui en découlent (1ère Partie) afin de mieux cerner le périmètre d intervention de chacun d eux et leur responsabilité respective (2ème Partie).

8 8 Classiquement on pourrait croire que le rôle du maître d ouvrage consiste uniquement à définir son besoin et ensuite à contrôler la conformité du système d Information mis en œuvre aux objectifs définis. Envisagée ainsi le maître d œuvre se contenterait de réaliser techniquement la solution et à la livrer au client conformément à la demande de celui-ci. La pratique montre que cette vision est erronée. En effet le maître d ouvrage et le maître d œuvre sont associés dès le commencement du projet et collaborent durant tout le processus de mise en œuvre. Le maître d ouvrage, responsable du processus de production, exprimera ainsi ses attentes, ses besoins (stratégiques, fonctionnels ). Dès lors le maître d œuvre, garant de la qualité (technique) du produit, assistera son client dans la définition du besoin afin de lui proposer la meilleure solution technique. Nous allons donc définir l étendue de la mission et des responsabilités respectives de la maîtrise d ouvrage (Sous Partie 1) et du maître d œuvre (Sous Partie 2).

9 9 Maîtrise d Ouvrage Maîtrise d œuvre Dans les projets de la mise en œuvre de Systèmes d Information

10 10 La Maîtrise d ouvrage... Nous l avons évoqué la réussite du projet informatique dépend essentiellement d une bonne définition du besoin, ce qu on appelle la maîtrise d ouvrage. Cette phase est indispensable afin de bien définir les objectifs ainsi que les moyens mis à disposition pour satisfaire ce besoin. Cette mission est déterminante et conditionne la suite du projet. En principe ce travail revient au client, destinataire du système d information, qui doit «définir ses besoins réels et les objectifs à atteindre en précisant clairement la nature et l importance des travaux qu elle souhaite voir mécaniser, ( ) définir de façon précise, eu égard à son organisation et à ses problèmes spécifiques, tous les éléments susceptibles d affecter la solution proposée» 2. Néanmoins l informatique étant une technique en constante évolution, peu accessible aux non initiés et le client ne disposant pas toujours d un service informatique en mesure de réaliser ce travail d analyse, il devra très souvent recourir aux services d une entreprise spécialisée 3. Aussi après avoir évoqué en quoi consiste la maîtrise d ouvrage (I) nous envisagerons les conséquences juridiques selon que la Maîtrise d Ouvrage sera assumée par le client lui-même ou déléguée à un prestataire spécialisé ( II ). I La Maîtrise d Ouvrage : une fonction essentielle et déterminante On parle couramment de la maîtrise d ouvrage. Or il faut remarquer en pratique qu il y a non pas une mais des maîtrises d ouvrage 4 intervenant aux différentes étapes du projet. Ces différents intervenants participeront ainsi à la définition du besoin ( A ) et au contrôle de conformité du système mis en œuvre au regard des objectifs fixés ( B). 2 - CA Paris 5 ème ch. C, 15 juin 1990, Sté ADT Consultants c/ Sté COM et COM 3 - CA Paris 5ème ch, 24 mai 1977, Thirouard Promill c / Singer Informatique, Juris-Data, n 480 ; CA Versailles 13ème ch, 6 janvier 1989, Sté Eficor c/sté Sligos, Juris-Data, n «De l Informatique ( savoir vivre avec l automate )» - Michel VOLLE, éditions économica 2006, chapitre 12

11 11 A Définition et formalisation du besoin : La maîtrise d ouvrage consiste tout d abord à définir les enjeux et les objectifs (stratégiques, fonctionnels) ainsi que les moyens permettant de répondre à ce besoin (humains, techniques, financiers ). Ce qu on appelle en pratique la maîtrise d ouvrage stratégique (MOAS ou maîtrise d ouvrage décisionnelle) consiste tout d abord à déterminer le rôle (la fonction stratégique) que l on souhaite attribuer au système d information (objet communicant ou multimédia, gestion de la comptabilité ou du stock, gestion et exploitation des données «client», échange et partage de données entre les utilisateurs, collecte et gestion de commandes de la part des clients). Il s agira bien souvent d offrir de nouveaux services ou d améliorer l efficacité des services existants. Une fois les objectifs stratégiques déterminés il conviendra d établir les méthodes nécessaires à une définition rigoureuse du besoin (modélisation), au contrôle du projet et des différents prestataires et enfin à la prise en main du système d Information par les utilisateurs. C est ce que l on appelle la maîtrise d ouvrage déléguée, qui consiste à définir un cadre méthodologique et formel à la maîtrise d ouvrage (définition des méthodes, rédaction de la documentation, négociation de contrats, pilotage du projet ). Nous l avons dit la mise en place d un système d information est souvent délicate en raison de nombreuses contraintes. En effet il conviendra d évaluer les contraintes d exploitation, c'est-à-dire l ensemble des paramètres liés à certaines exigences en terme de sécurité, de performances, d adaptabilité, interaction entre le système d exploitation et les applications En effet aujourd hui la problématique de sécurité représente un enjeu majeur en raison de la responsabilisation grandissante des gestionnaires de systèmes d information 5 et de l importance considérable des dommages consécutifs à une attaque informatique ( virus, spyware, hacking ). Aussi il est primordial d assurer «la sécurité des données et notamment d empêcher qu elles soient déformées, endommagées ou que des tiers non autorisés y aient accès». En outre il est nécessaire d envisager la reprise des données du système existant. Ces informations constituent un actif économique vital pour l entreprise. Il est 5 - voir notamment article de Me Isabelle RENARD JDN 23/01/2003, art 34 de la loi CNIL n du 6 janvier 1978.

12 12 donc indispensable d analyser le système existant (système d exploitation, données pertinentes, type de fichier, existence d une base de données, format) afin d évaluer les moyens de récupérer les données et de les transférer vers le nouveau système mis en place. Ces différentes missions seront prises en charge par un ou plusieurs Assistant(s) à maîtrise d ouvrage (consultant en sécurité, chargé de la modélisation du système, urbaniste...). On doit également remarquer que la réussite du projet informatique dépend avant tout de l adhésion des utilisateurs. En effet l objectif principal d un système d information consiste à alléger au maximum la gestion. Pour se faire le système d information doit mettre à disposition des utilisateurs l ensemble des ressources dont ils auront besoin. Or dans la plupart des cas les utilisateurs disposent de compétences informatiques limitées. Il est donc indispensable d envisager un outil d utilisation simple et fonctionnelle afin d éviter le risque de rejet des utilisateurs. C est pourquoi il est très important d identifier les contraintes d utilisation, c est à dire les impératifs fonctionnels et ergonomiques liés au profil des utilisateurs. En effet le système est destiné à des utilisateurs et devra donc répondre le plus possible à leurs attentes. On rajoutera que la mise à disposition d un système «intuitif» permettra de réduire les coûts de formation des utilisateurs. Il sera donc nécessaire de collecter leurs souhaits, évaluer leur réaction face à l outil informatique et ainsi déterminer les exigences spécifiques en matière de convivialité et d ergonomie, coordonner ces informations et éventuellement arbitrer lorsque la demande des utilisateurs «dérape». Cette fonction revient à la maîtrise d ouvrage opérationnelle qui arbitrera les demandes sous le contrôle de la maîtrise d ouvrage stratégique et selon la méthodologie définie par la maîtrise d ouvrage opérationnelle. Au terme de ce travail d analyse la maîtrise d ouvrage rédige les spécifications générales du cahier des charges exprimant le besoin (stratégique, fonctionnel). Le maître d œuvre reprendra ensuite ces spécifications en les précisant afin d établir une proposition de réalisation (technique) et déterminer ainsi une estimation prévisionnelle du coût du projet. Ces spécifications détaillées devront être validées par le maître d ouvrage qui confirmera ainsi l adéquation entre son besoin et la proposition établie ainsi que son coût prévisionnel.

13 13 Dès lors les ambitions devront être réduites si celles-ci ne correspondaient pas aux moyens financiers disponibles. Le cahier des charges est donc un document essentiel qui servira de feuille de route au maître d ouvrage et au maître d œuvre durant tout le projet. B Réception de l ouvrage et contrôle de conformité : Une fois le système mis en œuvre et livré le maître d ouvrage contrôle la conformité du système (en terme de fonctions, de disponibilité, de performances et de sécurité) au besoin. En pratique on parle de remise de recettes. Le système livré devra donc comprendre toutes les fonctions envisagées, opérationnelles et disponibles. Or il est fréquent que le client, se considérant insatisfait du fonctionnement de son système Informationnel, prétende que la solution livrée n'était pas conforme à ce qu'il désirait 6. En tout état de cause le défaut de conformité s'appréciera au regard du cahier des charges et à la précision du contrôle établi lors de la réception du système par le client. Le maître d ouvrage devra donc déterminer les jeux de tests qui permettront d établir la conformité (fonctionnelle) du système d information au besoin défini dans le cahier des charges. La remise des recettes est donc une étape importante durant laquelle le maître d ouvrage, ou son représentant, devra valider l ensemble du système d information et noter les éventuels dysfonctionnements ou les carences fonctionnelles au regard du besoin des utilisateurs. La validation des recettes engage donc le maître d ouvrage et rend délicat un recours ultérieur contre le maître d œuvre 7. Il faut également remarquer que l échec du projet peut avoir pour cause le rejet du système mis en oeuvre par les utilisateurs. En effet il existe généralement une certaine incompréhension et de nombreux doutes quant aux véritables objectifs (amélioration de la gestion, de la rentabilité, contrôle accru des salariés). Aussi il faudra préparer la mise en place du système d information auprès des utilisateurs en expliquant les enjeux (stratégiques et fonctionnels) 8 et ensuite les former à l utilisation du système. 6 - En ce sens l article de Me Marc d Haultfoeuille paru dans le Journal du Net le 8/11/ CA Paris 8 mars «La conduite du changement, enjeu de l adhésion des utilisateurs» JDN

14 14 La maîtrise d ouvrage peut être effectuée par le client lui-même (en interne). Mais très souvent la complexité du système à mettre en œuvre oblige le client à faire recours aux services d une société de conseil en informatique 9 pour l assister dans sa maîtrise d ouvrage. Bien entendu les possibilités de recours éventuels seront différentes selon que la maîtrise d ouvrage sera conduite par les propres services du client (A) ou par un prestataire chargé de l assistance à maîtrise d ouvrage (B). II Maîtrise d ouvrage en Interne ou externalisée : A La Maîtrise d Ouvrage : Comme nous l avons déjà évoqué le Maître d Ouvrage est l entité porteuse du besoin, définissant les objectifs (stratégiques, fonctionnels), ainsi que les moyens mis à disposition (moyens humains et techniques, délai, budget) pour la réalisation des objectifs fixés. La maîtrise d ouvrage revient donc en principe au client qui peut définir son besoin par ses propres moyens. Bien entendu la définition du besoin par le client lui même présente l avantage d une parfaite connaissance du métier et ainsi en théorie une juste évaluation des fonctionnalités nécessaires. Néanmoins la pratique démontre que cette mission requiert des compétences spécifiques (en terme de méthodologie et pédagogie auprès des utilisateurs finaux notamment) dont le client ne dispose généralement pas. En effet une définition insuffisante engagera la responsabilité du client au titre de son obligation de collaboration envers le maître d œuvre chargé de la conception sans toutefois dégager le professionnel de l obligation de mettre en garde sur les carences et les insuffisances du cahier des charges 10. Dans cette situation aucun recours n est envisageable dans la mesure où il existe un lien de subordination dans le cadre du contrat de travail entre le client décideur du projet et les agents chargés de la formalisation du besoin et du contrôle de conformité. En effet sauf faute lourde, l employeur est responsable des fautes de ses subordonnés (article 1384 Code Civil). C est pourquoi il est souvent préférable de faire appel à une société spécialisée notamment pour la définition du besoin. 9 - CA Paris 5 ème ch, 24 mai 1977, Thirouard Promill c / Singer Informatique, CA Versailles 23 ème ch, 6 janvier 1989, Sté Eficor c/sté Sligos 10 - CA Paris 5 ème ch. B, 31 janv 1986, Sté Comptoir de l automobile c / Sté Kienzle Informatique

15 15 B La Maîtrise d Ouvrage «externalisée» : Comme nous venons de l évoquer le client peut déléguer tout ou partie de la maîtrise d ouvrage à une société spécialisée en conseil en Informatique. Le conseil s engage à fournir à son client les éléments lui permettant de prendre des décisions éclairées. Ainsi il devra l aider à formaliser le plus précisément possible son besoin, l informer sur les conséquences selon le choix technique envisagé. L analyse du besoin sera limitée à certains aspects techniques ou envisagée d une manière générale, selon la complexité de l ouvrage et les moyens financiers disponibles. En pratique on parle également «d Assistance à Maîtrise d ouvrage». Curieusement malgré l importance déterminante de cette prestation dans le processus d informatisation peu d études sont consacrées aux contrats de conseil en informatique 11. Pourtant il est nécessaire d en déterminer la nature juridique afin de mesurer les obligations qui en découlent. Le doyen Savatier avait évoqué la notion de «Vente de services» ce qui semble aujourd hui écartée par la majorité de la doctrine 12. On pourrait également penser qu il s agit d un contrat de mandat. Pourtant on doit remarquer que le plus souvent le contrat de conseil prévoit l accomplissement d actes strictement matériels (études, rédaction du cahier des charges) et non juridiques. Il semble donc établi que généralement ces contrats relèvent des contrats d entreprise 13 à moins que le prestataire ne soit amené à représenter le maître d ouvrage (notamment à l occasion de la remise des recettes). A priori nous pouvons définir le contrat de conseil en informatique comme un contrat de prestation de service réalisé de manière indépendante et à titre onéreux par lequel le prestataire (conseil en informatique) s engage à mettre à disposition du client son savoir faire ainsi que ses moyens humains et techniques nécessaires à l analyse de son besoin défini dans un document technique et le contrôle de conformité du système mis en oeuvre Geneviève VINEY «La responsabilité des entreprises prestataires de conseil» JCP éd G 1975, I, n De Lamberterie I «Les Techniques Contractuelles suscitées par l Informatique» Thèse Paris 1977, Malaurie et Aynès - Contrats Spéciaux Cujas Lamy Droit de l informatique et des réseaux 1999 «Les Contrats de conseil en informatique»

16 16 Aussi dans le cadre de sa mission de maîtrise d ouvrage le professionnel est principalement tenu d une forte obligation de conseil (1.1), qui peut s étendre à une obligation en tant que mandataire (1.2), sans exclure une nécessaire collaboration de la part du client (2). 1.1 Une obligation générale de conseil A l occasion de cette mission l assistant à maîtrise d ouvrage est tenu à une obligation générale de conseil 14 selon les règles de l art en vigueur dans la profession 15. Ce devoir de conseil consiste en une obligation de moyens 16, à moins que le prestataire ne se soit engagé explicitement à atteindre un résultat déterminé. En effet, de par la complexité du travail et la nécessité d une collaboration active du client, ce contrat comporte un fort aléa et ne saurait donc en principe donner lieu à la promesse d un résultat certain 17. Cette obligation de conseil varie en intensité selon l importance du fonctionnement du système d Information pour la continuité de l activité du client. Il devra dans tous les cas informer le client (a) et attirer son attention sur les conséquences éventuelles de la solution informatique proposée (b). a ) Le devoir d information : Le prestataire devra tout d abord aider, assister son client dans la formulation précise de son besoin. Par la suite il devra attirer l attention de son client sur les contraintes d exploitation ( sécurité, performances, compatibilité avec des applications tierces, degré de complexité de mise en place ) ainsi que les implications juridiques 18 ( protection des données nominatives à caractère personnel, droits d utilisation octroyés par la licence du logiciel, accès au code source et possibilité d adapter librement le système selon l évolution des besoins ) voire financières ( crédit-bail ou location du matériel, coût de maintenance ). Cette obligation d information implique que le contenu du cahier des charges soit compréhensible du client afin qu il puisse le valider en toute connaissance de cause De Lamberterie I, «Les techniques contractuelles suscitées par l informatique», Thèse, Paris, 1977, p 212 et s, 15 - règles éditées par le SNICAF ( Syndicat des Conseils en Informatique ) 16 - CA Lyon, 2 ème ch. 23 déc 1969, JCP éd G 1970, II, n ; CA Paris, 25 ème ch. A 23 janv T Com 1 ère ch 19 avril 1971, JCP éd G 1971 ; CA Paris 1 ère ch 12 juillet 1972 Sté Flammarion / IBM 18 - Lamy Droit de L Informatique et des réseaux 1999 «Valeurs Informatiques et Libertés» CA 1 ère ch, A, sect urg 22 avril 1980 Sté Olivetti / Karpathios

17 17 Ce devoir d information peut se transformer, selon la complexité de l ouvrage informatique et l importance de sa mise en place pour l activité du client, en véritable obligation de mise en garde. b ) La mise en garde : En effet l informatisation est souvent accompagnée d un sentiment plus ou moins irrationnel qui conduit le client à n envisager que les avantages certains de l informatisation en refusant d évaluer les incidences négatives ou perturbatrices possibles. Or la pratique a montré et montre encore que l informatisation, si elle n est pas correctement menée, peut conduire à une grave désorganisation de l entreprise et avoir des incidences sur son activité. Aussi le prestataire doit-il tempérer l enthousiasme excessif de son client et l alerter sur les difficultés possibles que peuvent engendrer les opérations d informatisation. Il devra ainsi évoquer d éventuelles perturbations au regard des exigences particulières (en terme de sécurité, performances, disponibilité, évolutivité ). Aussi plus le processus d informatisation et son bon fonctionnement seront nécessaires à la continuité de l activité de l entreprise, plus cette obligation de mise en garde sera contraignante. Dans certains cas, le prestataire peut également être amené à représenter juridiquement son client. 1.2 obligation de mandataire : Lorsque le conseil en informatique est amené à représenter son client il agi dans le cadre d un mandat ( art 1984 C Civ ). Ça pourrait être le cas par exemple lors de la remise des recettes (validation du système une fois réceptionné). En effet nous l avons déjà évoqué, une fois le système réalisé et livré, l assistant du maître d ouvrage contrôle la conformité du système au cahier des charges. Il s agira donc a priori que d une assistance technique (étude, réalisation de documentation, des jeux de tests et d essai, établissement et contrôle des recettes fonctionnelles). Toutefois suivant la nature de son intervention on peut être amené à se demander si l assistant n agit pas en tant que mandataire de son client lors de la réception de l ouvrage. Au cas où des défaillances apparues lors de la livraison n auraient pas fait l objet de réserves de la part du mandataire celui-ci engagera sa

18 18 responsabilité envers le client pour avoir manqué à sa mission de contrôle 20. En effet le professionnel aura validé le système pour le compte de son client 21 rendant tous recours ultérieurs contre le maître d œuvre, chargé de la conception, impossibles. Le mandataire est donc responsable envers le mandant du dommage causé lorsqu il n a pas correctement rempli sa mission, même si elle n est ni dolosive, ni lourde, ni grave 22. Bien évidemment le professionnel ne peut deviner seul le besoin de son client. C est pourquoi le client ne saurait reprocher au prestataire une quelconque carence dans la définition de son besoin sans y avoir lui-même activement participé Obligation de collaboration du client : Comme nous l avons dit plus haut le client délègue uniquement l aspect technique de cette mission (méthodologie, analyse fonctionnelle et organique) mais reste maître de l ouvrage à mettre en place et est donc seul en mesure de déterminer son besoin réel. En effet la société utilisatrice «Maîtresse de son entreprise qui, seule avait en conséquence le contrôle et la responsabilité de cette organisation et à qui il appartenait de prendre les mesures propres à la réalisation de cette adaptation ( )» 24. Le client devra donc collaborer étroitement et franchement avec le prestataire en exprimant clairement ses attentes, son besoin 25, en l informant du fonctionnement de son entreprise (organigramme, réaction face à l outil informatique et niveau de compétence des cadres et salariés destinataires du système) et en faisant en sorte que ses collaborateurs soient disponibles aux éventuelles demandes d information 26. Comme nous l avons évoqué les conséquences juridiques sont différentes selon que la maîtrise d ouvrage sera réalisée en interne ou de manière indépendante par un prestataire externe. Pourtant en pratique les choses ne sont pas aussi claires. En effet cette mission peut être effectuée dans le cadre de ce qu on appelle le portage salarial ou en régie, par lequel un consultant se 20 - art 1993 Code Civil 21 - art 1998 du Code Civil ; Civ 1 er 26 janvier 1999, BI n art 1991 et 1992 du Code Civil 23 - Cass 1 ère civ 21 déc 1964, n , JCP éd G 1965, II, n 14005; CA Paris 25 ème ch B, 7 juillet 1989, Sté Pragama et autre c/sté Casanova, Jurisdata, n CA 15 ème ch, 21 juin 1971, JCP éd g 1972, II N 17138, note Mégret 25 - Com 1ère ch 19 avril 1971, JCP éd G 1971, CA Paris 1ère ch 12 juillet 1972, Sté Flammarion / IBM 26 CA Paris 5 ème ch B, 30 juin 1983 Passeport c/ KIENZLE Informatique ; CA Paris 26 mars 1987, Sté Polytitan et autre c/ Sté Robotique et autres D 1987 IR p 111; CA Paris 5èch A 10 mai 1988, SA Leprince c/sa Olivetti D 1988 IR

19 19 fait embaucher par une entreprise qui facture des honoraires au client chez qui le consultant intervient. On peut donc se demander si le consultant ne dépend pas de l entreprise cliente chez qui il intervient. En effet généralement il possède un bureau, un au nom de la société et intervient au sein de la société de manière semblable à un salarié. Néanmoins dès lors que le consultant ne rend pas de compte directement de ses actes au client 27 il reste exclusivement subordonné à l entreprise, qui facture sa mission de conseil, et avec laquelle il a signé un contrat de travail. Aussi en cas de mauvaise exécution ou d inexécution l entreprise, qui aura facturée l intervention de son consultant, sera seule responsable auprès du client de la même manière que nous venons de voir plus haut. Nous venons de le voir la maîtrise d ouvrage est déterminante et engage la responsabilité du client. L assistant à maîtrise d ouvrage (externe) sera un intermédiaire privilégié entre le maître d ouvrage et le maître d œuvre. Chargé d assister le maître d ouvrage dans la définition de son besoin et/ou lors de la remise des recettes il devra conseiller au mieux son client et établir ainsi un véritable dialogue en étroite collaboration avec le maître d œuvre afin d aboutir à la mise en œuvre d un système d Information correspondant au besoin. Responsable de la qualité (technique) du produit livré, le maître d œuvre devra ainsi évaluer, en collaboration avec le maître d ouvrage, la meilleure solution et la réaliser Cass, soc 1 er déc 1976, N , Gaz Pal 1977

20 20 Maîtrise d Ouvrage Maîtrise d œuvre Dans les projets de la mise en œuvre de Systèmes d Information

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs, est un acte juridique par lequel une personne/autorité (le délégant) se dessaisit d'une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et les transfère à une personne/autorité subordonnée

Plus en détail

CONTRAT D'ENTREPRISE I. DEFINITION ET IDENTIFICATION II. FORMATION III. EFFETS IV. DENOUEMENT 17/11/2011

CONTRAT D'ENTREPRISE I. DEFINITION ET IDENTIFICATION II. FORMATION III. EFFETS IV. DENOUEMENT 17/11/2011 CONTRAT D'ENTREPRISE 17/11/2011 Dans le code civil, le contrat d entreprise est nommé «contrat de louage d ouvrage» dans les articles 1779 à 1799. C est un contrat qui oblige à un travail non subordonné,

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

1 L outsourcing, un projet réfléchi

1 L outsourcing, un projet réfléchi 1 L outsourcing, un projet réfléchi Les tenants et les aboutissants du projet d outsourcing envisagé doivent être appréhendés avant de conclure un contrat en la matière. Car, outre les avantages qu un

Plus en détail

«Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices»

«Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices» «Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices» N 2/automne 2005 Supplément du francilien N 51 Revue de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal :

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal : 1 LE METIER DE SYNDIC Avec près de 8 millions de logements en Copropriété, la plupart des Français sont en relation avec un Syndic qui administre les parties communes de leur habitat collectif. Ils payent

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

Le sort toujours préoccupant des conventions de prestations de services intragroupes

Le sort toujours préoccupant des conventions de prestations de services intragroupes Le sort toujours préoccupant des conventions de prestations de services intragroupes Article juridique publié le 19/03/2015, vu 5033 fois, Auteur : duvilla Force est de constater qu aujourd hui encore,

Plus en détail

Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société O 2 Développement.

Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société O 2 Développement. Mentions légales Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société Il est édité par la société Développement, SAS au capital de 737 600 euros,

Plus en détail

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

Prestations d audit et de conseil 2015

Prestations d audit et de conseil 2015 M. Denis VIROLE Directeur des Services +33 (0) 6 11 37 47 56 denis.virole@ageris-group.com Mme Sandrine BEURTHE Responsable Administrative +33 (0) 3 87 62 06 00 sandrine.beurthe@ageris-group.com Prestations

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Michel Deruère. Conditions générales de vente

Michel Deruère. Conditions générales de vente Conditions générales de vente Article 1 : Champ d application 1.1 Le présent contrat a pour objet de définir les termes et conditions ainsi que les modalités selon lesquelles MICHEL DERUÈRE fournit les

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans le cadre de la gestion d un projet informatique

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

Rapport d audit interne

Rapport d audit interne Exercice social clos au 31/12/2004 Rapport d audit interne du Président du Conseil d administration de la Compagnie Financière de Deauville en application de l article 117 de la loi n 2003-706 du 1 er

Plus en détail

ENM 2012 Examen de droit civil Enoncé

ENM 2012 Examen de droit civil Enoncé ENM 2012 Examen de droit civil Enoncé La société "Eurobéton" dont le siège est à Bordeaux a commandé par Internet 10 ordinateurs pour la gestion de l'entreprise sur le site du distributeur de matériel

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

CONTRAT D INTERCHANGE EDI

CONTRAT D INTERCHANGE EDI CLUB INFORMATIQUE DES GRANDES ENTREPRISES FRANCAISES 21, avenue de Messine - 75008 PARIS Tél. : 01 56 59 70 00 - Fax : 01 56 59 70 01 http://www.cigref.fr cigref@cigref.fr CONTRAT D INTERCHANGE EDI Janvier

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Objectifs et insuffisance de résultat

Objectifs et insuffisance de résultat Objectifs et insuffisance de résultat (A l attention des conseillers prud hommes et défenseurs syndicaux Philippe MASSON, octobre 2010) «Non atteinte des objectifs», «insuffisance de résultat» sont encore

Plus en détail

Cour d appel de Lyon 8ème chambre. Arrêt du 11 février 2014. Euriware/ Haulotte Group

Cour d appel de Lyon 8ème chambre. Arrêt du 11 février 2014. Euriware/ Haulotte Group Cour d appel de Lyon 8ème chambre Arrêt du 11 février 2014 Euriware/ Haulotte Group Décision déférée : Ordonnance du 12 décembre 2012 du juge des référés du tribunal de commerce de Lyon Références de publication

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES

CONDITIONS PARTICULIERES CONDITIONS PARTICULIERES HEBERGEMENT/CLOUD/SAAS GROUPE Com6 2015 Article 1. Préambule 1. Le client souhaite bénéficier d une prestation d hébergement. 2. Le client déclare avoir adhéré sans réserve aux

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux La rédaction des clauses relatives aux biens dans les DSP La question des biens au sein des de délégation de service public nourrit de nombreux contentieux devant le juge administratif. L une des problématiques

Plus en détail

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 FAUTE LOURDE Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 Constitue une faute lourde le fait pour le salarié d'un hôtel de supprimer les comptes Facebook et Twitter de l'établissement, l'impossibilité

Plus en détail

M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président. Me Ricard, SCP Bénabent et Jéhannin, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président. Me Ricard, SCP Bénabent et Jéhannin, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) Cour de cassation Chambre civile 1 Audience publique du 2 juillet 2014 N de pourvoi: 13-10076 ECLI:FR:CCASS:2014:C100808 Non publié au bulletin Cassation M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de

Plus en détail

SAICA GROUP. Conditions Générales d Achat - France

SAICA GROUP. Conditions Générales d Achat - France SAICA GROUP Conditions Générales d Achat - France 1. Domaine d application 1.1. A titre de conditions déterminantes du consentement et sauf exception expresse faisant l objet de conditions particulières

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Lorraine Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE MAINTENANCE DES LOGICIELS

CONDITIONS GENERALES DE MAINTENANCE DES LOGICIELS CONDITIONS GENERALES DE MAINTENANCE DES LOGICIELS Article 1 Objet Les présentes Conditions Générales ont pour objet de définir les conditions et le contenu des prestations de maintenance fournies par la

Plus en détail

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 17 décembre 2014 N de pourvoi: 13-23645 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02387 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Lambremon (conseiller

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 septembre 2014 N de pourvoi: 12-25943 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00750 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Baraduc,

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Article 00 Assurances. Dans la mesure où les garanties préconisées ou souscrites par le Maître de l ouvrage, sont accordées selon des clauses

Plus en détail

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE Référentiel des Activités Professionnelles A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE L assistant prend en charge l essentiel du processus administratif des ventes. Il met en place certaines actions de

Plus en détail

Contrat d abonnement SITE internet

Contrat d abonnement SITE internet WEB-CREATION, LELONG Jean-Charles, 16, rue Caqué 51100 Reims SIRET : 422 130 591 00023 e-mail : contact@mon-coiffeur.fr Contrat d abonnement SITE internet Nom de l entreprise :... Adresse de l entreprise

Plus en détail

CONVENTION DE PORTAGE

CONVENTION DE PORTAGE S.A.R.L. au capital de 9 000 - SIRET : 505 565 568 00018 RCS Toulouse Siège social : 9 les hauts de Cante 31380 Montastruc la Conseillère code NAF : 741G Tél. : 0971 333 814 Fax : 05 34 26 19 34 Courriel

Plus en détail

SARL NGP INFORMATIQUE au capital de 45059, RCS Rennes 400910931 NAF 4741Z siège social 9, square du 8 mai 1945 35000 RENNES CONDITIONS GENERALES

SARL NGP INFORMATIQUE au capital de 45059, RCS Rennes 400910931 NAF 4741Z siège social 9, square du 8 mai 1945 35000 RENNES CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DES SERVICES e.coodentist gestion de cabinets dentaires en mode SAAS PREAMBULE L utilisation de l ensemble du site et des fonctionnalités du progiciel e.coodentist (ci-après

Plus en détail

PIGNARRE Louis-Frédéric

PIGNARRE Louis-Frédéric PIGNARRE Louis-Frédéric Laboratoire de droit privé 14, rue Cardinal de Cabrières 34 060 Montpellier Louis-frederic.pignarre@univ-montp1.fr Fonctions et responsabilités universitaires - Professeur de droit

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Chris Imprimerie EURL au capital de 1000 euros 40 chemin de la Parette 13012 Marseille Siret 527 861 058 00016 TVA Intracom FR83527861058 Les rapports de la Société Chris

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle La responsabilité contractuelle est la sanction de l inexécution ou de la mauvaise exécution du contrat. Elle est prévue par l article

Plus en détail

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE Présidence : Martine Behar-Touchais, professeur à l Université Paris Descartes (Paris V) Les clauses abusives à l épreuve de la

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 octobre 2012 N de pourvoi: 11-19981 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Jacoupy, SCP Richard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE?

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE? QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE? FICHE CONSEIL Page : 1/8 Au moment de la constitution d une société, les futurs associés sont conduits fréquemment à s engager pour le compte

Plus en détail

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE 28 AVRIL 2003 S.01.0184.F/1 COUR DE CASSATION DE BELGIQUE Arrêt N S.01.0184.F CORA, société anonyme se trouvant aux droits et obligations de la société anonyme Frabelmar-Distrimas, dont le siège social

Plus en détail

MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL / TRAVAIL TEMPORAIRE

MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL / TRAVAIL TEMPORAIRE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL / TRAVAIL TEMPORAIRE L Allemagne est n 1 mondial au plan de la technologie industrielle, machines et équipement, automobile etc L économie allemande manque de ressources

Plus en détail

La nouvelle réalité des grandes entreprises se caractérise SOUS-TRAITANCE ET TRANSITION SOCIALE: L EXEMPLE DU CNES TÉMOIGNAGE

La nouvelle réalité des grandes entreprises se caractérise SOUS-TRAITANCE ET TRANSITION SOCIALE: L EXEMPLE DU CNES TÉMOIGNAGE 004-011 Nabet 15/02/07 11:19 Page 4 TÉMOIGNAGE SOUS-TRAITANCE ET TRANSITION SOCIALE: L EXEMPLE DU CNES Un changement de prestataire est une opération délicate aux aspects sociaux parfois douloureux. Le

Plus en détail

Conseil en organisation et systèmes d information

Conseil en organisation et systèmes d information Charte Cigref - Syntec informatique Conseil en organisation et systèmes d information Avant-propos Le Cigref et Syntec informatique ont signé le 24 février 2003 une charte qui engage les deux associations

Plus en détail

Le Réseau Social d Entreprise (RSE)

Le Réseau Social d Entreprise (RSE) ALTANA CABINET D AVOCATS Le Réseau Social d Entreprise (RSE) Maîtriser les risques de ce nouvel outil numérique d entreprise et déterminer sa stratégie digitale Claire BERNIER Document confidentiel Ne

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

Le point de vue de l'assureur

Le point de vue de l'assureur L'attestation acoustique... Pourquoi? Comment? Avec qui? Odile VIDAL & Vincent PAYEN, Montmirail Groupe VERSPIEREN Le point de vue de l'assureur 4 juillet 2013 Toulouse Attestation acoustique Contrôle

Plus en détail

Invalidité et Inaptitude

Invalidité et Inaptitude Invalidité et Inaptitude Circulaire DRT n 94-13 du 21 novembre 1994 Ministère du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle Direction des Relations du travail PLAN I. L EVOLUTION DE LA JURISPRUDENCE

Plus en détail

BEP métiers des services administratifs BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS

BEP métiers des services administratifs BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS ANNEXE I a RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES I. APPELLATION DU DIPLÔME BEP métiers des services administratifs RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Les déplacements du salarié

Les déplacements du salarié Les déplacements du salarié Aller d un lieu à un autre. Action bien anodine de la vie professionnelle source pourtant de situations génératrices de nombreux problèmes. Sait- on que près de 19 500 accidents

Plus en détail

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Les 10 Principes de Base Introduction Tout d abord, une bonne nouvelle: vendre en Russie n exige en général pas plus de préparation ni d informations

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

Charte d'usage des TIC

Charte d'usage des TIC Schéma Informatique Ministériel Groupe Chartes d usage des TIC Introduction Charte d'usage des TIC Le développement et la diffusion au sein du MINEFI des nouveaux moyens de communication et d information

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

B & H Partners. Une nouvelle solution pour l accompagnement de vos projets informatiques

B & H Partners. Une nouvelle solution pour l accompagnement de vos projets informatiques B & H Partners Une nouvelle solution pour l accompagnement de vos projets informatiques Un partenariat inédit Page 2 L évolution des besoins d accompagnement des chantiers informatiques des entreprises

Plus en détail

Conditions Générale de «Prestations de services»

Conditions Générale de «Prestations de services» Conditions Générale de «Prestations de services» Article 1 - Définitions Nom commercial, ORDI-HS, désigne l Auto-entrepreneur, M. HAMID Farid, 5 Avenue de Jouandin, 64100, Bayonne. (A.E, entreprise non

Plus en détail

Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique

Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Devoir (Novembre 2012) : Droit du travail, Licence 3 Monsieur le Professeur Olivier Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED. ImmoBiens. 1 - Description du projet de l entreprise

Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED. ImmoBiens. 1 - Description du projet de l entreprise Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED ImmoBiens 1 - Description du projet de l entreprise ImmoBiens est une société gestionnaire de biens immobiliers (location et entretien)

Plus en détail

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT.

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. Un des soucis du législateur de 1968 a été d assurer la protection du logement des majeurs protégés hospitalisés ou en établissement. L article 490-2 du Code civil prévoit

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale Marché intérieur et Services. Table des matières

COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale Marché intérieur et Services. Table des matières COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale Marché intérieur et Services POLITIQUE DES MARCHÉS PUBLICS FICHE EXPLICATIVE ACCORDS CADRES DIRECTIVE CLASSIQUE 1 Table des matières 1. INTRODUCTION ET DEFINITIONS...1

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1 ) Définitions CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les termes ci-après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes : Vendeur : la société 37DEUX, société à responsabilité

Plus en détail

1. Le recours à l accord-cadre

1. Le recours à l accord-cadre LES ACCORDS-CADRES Inspirés de la technique française des marchés à bons de commande, les accords-cadres ont été consacrés en droit communautaire par les directives du 31 mars 2004 (2004/17 et 2004/18)

Plus en détail

Les commissions antistress sont-elles légales?

Les commissions antistress sont-elles légales? Les commissions antistress sont-elles légales? Face aux risques psychosociaux, le Ministère du travail préconise une démarche concertée pour concevoir un plan de prévention adapté mais surtout accepté.

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

1.2 Les conditions standards de l Acheteur sont expressément exclues par les présentes conditions.

1.2 Les conditions standards de l Acheteur sont expressément exclues par les présentes conditions. CONDITIONS GÉNÉRALES DE LIVRAISON D ALPHA DEUREN INTERNATIONAL B.V. dont le siège et les bureaux sont établis à Didam, inscrit au registre du commerce de la Chambre de commerce de la Gueldre centrale sous

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du :

Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du : CAHIER DES CHARGES 1. Actualisation Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du : Motif d actualisation : Mise au concours du poste 2. Identification du poste Département

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES informatiques d Inria CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES Table des matières 1. Préambule...3 2. Définitions...3 3. Domaine d application...4 4. Autorisation d accès aux ressources informatiques...5

Plus en détail

ITIL V2. La gestion des incidents

ITIL V2. La gestion des incidents ITIL V2 La gestion des incidents Création : novembre 2004 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL a été réalisé en 2004 et la traduction des

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE LA LICENCE SERVEUR

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE LA LICENCE SERVEUR CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE LA LICENCE SERVEUR Article 1. Objet Du Contrat : La société CapiTechnic a pour activité l ingénierie en méthodes et maintenance et plus particulièrement la location d un

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56)

FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56) Pack de conformité - Assurance 14 FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56) LES TRAITEMENTS DE DONNÉES PERSONNELLES AU REGARD DE LA LOI I&L Finalités

Plus en détail

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. La comptabilisation des logiciels et bases de données. l immatériel. Pour agir.

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. La comptabilisation des logiciels et bases de données. l immatériel. Pour agir. Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des logiciels et bases de données En bref L administration consacre des moyens financiers et humains considérables

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION. La SAS Loue ton Sam n est pas un prestataire de services de transport.

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION. La SAS Loue ton Sam n est pas un prestataire de services de transport. CONDITIONS GENERALES D UTILISATION La société Loue ton Sam, SAS au capital de 8.000, immatriculée au RCS de Saint-Etienne sous le numéro 808 169 882 et dont le siège social est situé 26, rue des Violettes

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation de la plateforme depot-doublage.fr

Conditions Générales d Utilisation de la plateforme depot-doublage.fr Conditions Générales d Utilisation de la plateforme depot-doublage.fr ARTICLE 1 : Préambule Le présent document a pour objet de définir les conditions générales d utilisation de la plateforme «depot-doublage.fr»

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail