Le M-Commerce et ses Enjeux Juridiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le M-Commerce et ses Enjeux Juridiques"

Transcription

1 Le M-Commerce et ses Enjeux Juridiques Master de Droit du Multimédia & des Sciences de l Information Année Universitaire Mademoiselle Astrid STUMPF Université Robert Schuman 1, Place d Athènes, BP Strasbourg Cedex

2 AVANT- PROPOS Ce travail s'inscrit dans le cadre des enseignements qui m ont été proposés à travers la spécialisation effectuée à l Université Robert Schuman de Strasbourg, Master de Droit du Multimédia et des Sciences de l Information, suivie par le biais d'internet de septembre 2005 à juin Celle-ci m a permis d avoir une approche à la fois théorique et pratique de la profession, et complète ainsi utilement les enseignements suivis au cours de mon parcours universitaire. Si mon intérêt personnel pour la monnaie électronique et pour le droit du multimédia et des sciences de l information avait quelque peu renforcé les connaissances acquises au travers de mon cursus initial universitaire, largement imprégné de droit des affaires, celles en matière de E-Commerce et plus particulièrement de M-Commerce étaient cependant quelque peu limitées. Cette formation m a donc ainsi permis d approfondir mes acquis et de me préparer ainsi au mieux au métier auquel je me destine. A ce titre, je tiens à remercier pour leurs conseils, leur disponibilité et leur patience à mon égard, les enseignants du Master de Droit du Multimédia et des Sciences de l Information de l Université Robert Schuman de Strasbourg. 2

3 SOMMAI RE AVANT-PROPOS 2 SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 4 PREMIERE PARTIE 6 LE CADRE LEGAL APPLICABLE AUX TRANSACTIONS DE M-COMMERCE 6 Titre 1 - Le paiement électronique 7 Titre 2 - Une régulation spécifique 11 DEUXIEME PARTIE 14 LES OBLIGATIONS DU PRESTATAIRE DE TRANSACTIONS DE M-COMMERCE 14 Titre 1 - Obligations du prestataire à l'égard du consommateur 14 Titre 2 - Obligations du prestataire au regard du traitement des données à caractère personnel de l utilisateur du service 19 CONCLUSION 23 BIBLIOGRAPHIE 24 ANNEXES ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED. TABLE DES MATIERES 25 3

4 I NTRODUCTI ON La dématérialisation de l acte d achat affecte l ensemble des acteurs économiques de notre société, qu'ils soient publics ou privés. A ce titre, l adoption de la loi du 13 mars 2000 relative à l écrit et la signature électronique marque une avancée significative en ce domaine. En effet, elle institue le premier véritable cadre légal propice à la dématérialisation de l acte d achat, et par conséquent, du paiement s'y référant. Aussi, ce texte législatif reconnaît une valeur juridique à l écrit et à la signature électronique. Cependant, cette loi n en comporte pas moins une limite. En effet, si ces éléments électroniques sont selon elle constitutifs de preuves, ils ne sauraient être admis à titre de validité de l acte. Ainsi, lorsqu un écrit ou une signature manuscrite est imposé(e) à titre de validité juridique, la dématérialisation ne peut avoir lieu, l'acte n'existant pas sans ce formalisme manuscrit. La loi pour la confiance dans l économie numérique adoptée le 21 juin 2004 semble mettre fin à une telle problématique. En effet, l article 25 dispose que "lorsqu'un écrit est exigé pour la validité d'un acte juridique, il peut être établi et conservé sous forme électronique". Il s'agit donc bien d'une dématérialisation de l'acte d'achat, mais également de celle de la "chaîne contractuelle". Ce texte a également reconnu un statut juridique aux "contrats sous forme électronique". En effet, cette loi revient d'une manière substantielle sur les dispositions du Code civil relatives aux contrats et y ajoute une catégorie spécifique relative aux contrats sous forme électronique. Ces derniers ne semblent présenter aucune qualification juridique propre mais relèvent de ce que l on appelle habituellement les "contrats clic", sur lesquels le contractant n a plus qu à valider son acceptation en cliquant. Ainsi apparaissent les contrats de E-commerce, diffusés en ligne par le biais de la technologie d'internet, ou bien ceux de M-commerce, sollicitant la technologie des téléphones 4

5 portables et notamment des SMS 1. et MMS 2.. Les nouvelles possibilités de cette technologie ont naturellement déjà été exploitées par les géants du marketing. Des campagnes de communication via MMS ont par exemple été lancées au début de l'année 2006 par Gruyère Switzerland et Peugeot. Le cadre juridique applicable aux transactions de M-Commerce défini (Première Partie), le présent document se propose de constituer une réflexion quant au développement d instruments ou de services de paiement, au sujet desquels il s'agit de s interroger en matière d environnement juridique et d"éventuels risques associés (Deuxième Partie). 1. Le terme anglais short message service, traduit en français par " service de messages courts ", ou par rétro-acronymie "service de messages succincts ", plus connu sous l'acronyme SMS, est un service proposé conjointement à la téléphonie mobile permettant de transmettre des messages écrits de petite taille 2. Le message multimédia multimedia messaging service est un service de messagerie multimédia plus connu sous l'acronyme MMS permettant de transmettre des messages écrits de taille plus importante, comprenant notamment des images 5

6 PREMI ERE PARTI E LE CADRE LEGAL APPLI CABLE AUX TRANSACTI ONS DE M- COMMERCE Le référentiel juridique relatif à la mise en œuvre de moyens de paiements, en particulier en environnement électronique est tout aussi complexe. Il repose sur un ensemble de dispositions légales nationales et communautaires. Sur le plan national, les règles de ce qu il est d usage d appeler les instruments de paiement sont principalement fixées par le Code monétaire et financier. Ce nouveau Code, issu de l'ordonnance du 14 décembre 2000, intègre notamment la loi n du 24 janvier 1984 relative à l activité et au contrôle des établissements de crédit et la loi n du 2 juillet 1996 de modernisation des activités financières qui sont les deux textes les plus importants en matière de gestion et de mise à disposition d instruments de paiement. Le Code monétaire et financier intègre également les dispositions de la loi du 30 décembre 1991 relative à la sécurité des chèques et des cartes de paiement intégrée dans le Code monétaire et financier ainsi que la loi n du 12 juillet 1990 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment des capitaux provenant du trafic des stupéfiants. Le dispositif national est renforcé d un grand nombre de textes communautaires et notamment par la directive 2000/12 du 20 mars 2000 concernant l accès à l activité des établissements de crédit et son exercice, modifiée par la directive 2000/28/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 septembre 2000 et la directive 89/646/CEE du 15 décembre 1989 visant à la coordination des dispositions législatives, réglementaires et administratives concernant l accès à l activité des établissements de crédit et son exercice, et modifiant la directive 77/780/CEE. 6

7 Outre ces directives propres au statut des établissements de crédit il convient de noter l adoption de la directive 2000/46/CE concernant l accès à l activité des établissements de monnaie électronique et son exercice ainsi que la surveillance prudentielle. Enfin, la recommandation n 97/489/CE de la commission du 30 juillet 1997 relative aux opérations effectuées au moyen d instruments de paiement électronique est complétée par une large variété de contrats, les "contrats partenaires" avec un ou plusieurs établissements de crédit notamment ou le groupe d'intérêt économique Carte bancaire, les "contrats techniques" avec un ou plusieurs opérateurs techniques et les "contrats utilisateurs" qu il s agisse du contrat porteur ou du contrat commerçant. Aussi, il s'agit de s'intéresser au paiement électronique (Titre 1), avant d'étudier la monnaie électronique (Titre 2). Titre 1 Le paiement électronique Aussi, alors qu'il n'existe à ce jour de règles spécifiques quant à la mise en œuvre d'une solution de paiement par téléphone portable, il s'agit de s'intéresser à la notion générale de paiement électronique. Aussi, deux notions juridiques transparaissent de l'ordre juridique national et communautaire : les moyens de paiement traditionnels (Section 1) et la monnaie électronique (Section 2). Cette distinction emporte l application de deux régimes juridiques distincts, pour lesquels il s'agit d'étudier respectivement leur(s) définition(s) et réglementation applicable. Section 1 Les moyens de paiement traditionnels Les moyens de paiement ne font l'objet d'aucune référence directe par le Code monétaire et financier. Aussi, cette notion découle de celle des opérations de banque établie par l article L du Code monétaire et financier, comprenant la réception de fonds du public, les opérations de crédit, ainsi que la mise à la disposition de la clientèle ou la gestion de moyens de paiement. 7

8 Paragraphe 1 : Définitions juridiques Ressort de l'article précité une distinction nécessaire entre les moyens de paiement (A) et leur gestion (B). A - Les moyens de paiement Concernant tout d'abord les moyens de paiement, le législateur a expressément posé une définition à l article L du Code monétaire et financier. Aux termes de cet article, sont constitutifs de moyens de paiement "tous les instruments qui permettent à toute personne de transférer des fonds, quel que soit le support ou le procédé technique utilisé". La jurisprudence, peu abondante en la matière, a tout de même tenu à préciser cette notion. Ainsi, la cour d appel de Versailles a énoncé par une décision en date du 10 juin , solution confirmée par la suite par la Cour de cassation, que les chèques cadeaux ne constituent pas un moyen de paiement. En effet, selon cette décision, ceux-ci ne peuvent être échangés contre un moyen de paiement mais seulement contre des biens ou un service préalablement déterminé ou un autre bon d achat. De plus, ils ne sauraient être déposés ou virés sur un compte bancaire. Enfin, ils ne peuvent servir de moyen d échange qu auprès de personnes limitativement définies. Cependant, cette même décision retient une définition très large des moyens de paiement. Un instrument peut ainsi être qualifié comme tel dès lors qu il peut être échangé contre d autres instruments de transfert de fonds tels que des espèces, un chèque, une lettre de change, un billet à ordre, déposé ou virée sur un compte bancaire ou bien encore présenté comme un moyen de paiement auprès de tiers. B - La gestion des moyens de paiement Quant à la gestion des moyens de paiement, celle-ci n a pas été définie par le législateur. Néanmoins, la Cour d appel de Paris a apporté, par un arrêt du 13 septembre 1999, quelques précisions. En l espèce, un grossiste gérait les comptes de ses clients dans le cadre de la vente de meubles. Pour statuer sur cette affaire, la cour a défini la notion de gestion de moyens de paiement comme "tous actes matériels et juridiques 3. Cour d appel de Versailles, " SA Conforama contre Sté Tir Groupé", 13 chambre, 27 avril 2000, BRDA, 31 juillet 2000, p. 9 8

9 d administration destinés à la conservation des chèques, à la sauvegarde et à l exercice des droits y attachés, de l émission au paiement". La chambre commerciale de la Cour de cassation 4. ajoute également qu'il s'agit des "instruments qui, quel que soit le support ou le procédé technique utilisé, permettent à toute personne de transférer des fonds". De part cette définition, il est assuré qu une solution de paiement via un téléphone portable présente un moyen de paiement, qu'elle présente en elle-même un moyen de paiement sur un plan technique bien encore qu'elle ne constitue qu'un simple moyen de justifier d une action mais qui déclenchera en tout état de cause un paiement final pour le consommateur. Paragraphe 2 : Réglementation applicable aux moyens de paiement Aux termes des articles L 311-1, L 311-3, L et L du Code monétaire et financier, ce dernier disposant notamment qu'"il est interdit à toute personne autre qu un établissement de crédit d effectuer des opérations de banque à titre habituel. Il est, en outre, interdit à toute entreprise autre qu un établissement de crédit de recevoir du public des fonds à vue ou à moins de deux ans de terme", la mise à la disposition de la clientèle ou la gestion d instruments qui permettent à toute personne de transférer des fonds, quel que soit le support ou le procédé utilisé, relèvent du monopôle des établissements de crédit, que le Code monétaire et financier définit les établissements de crédit comme "des personnes morales qui effectuent à titre de profession habituelle des opérations de banque". Section 2 La monnaie électronique Paragraphe 1 : Définition juridique Contrairement à la notion de paiement électronique, la monnaie électronique est définie aussi bien par le législateur européen, en référence aux dispositions de l article 1 5. de la directive du 18 septembre 2000 concernant l'accès à l'activité des établissements 4. Cour de cassation, Chambre commerciale,6 juin 2001, Bull. n 111, n , 5. "La monnaie électronique est une valeur monétaire représentant une créance sur l'émetteur, qui est : stockée sur un support électronique; émise contre la remise de fonds d'un montant dont la valeur n'est pas inférieure à la valeur monétaire émise; acceptée comme moyen de paiement par des entreprises autres que l'émetteur" 9

10 de monnaie électronique et son exercice ainsi que la surveillance prudentielle de ces établissements, que par le législateur national, par l article 1 6. du règlement du 21 novembre 2002 relatif à la monnaie électronique et aux établissements de monnaie électronique. Aux termes de ces définitions, une solution de paiement par téléphone portable ne peut donc être qualifiée de monnaie électronique qu à la condition d être une forme de porte-monnaie électronique, c est-à-dire une solution où la créance est incorporée dans la solution, et faisant ainsi suite à un pré-paiement. Paragraphe 2 : Réglementation applicable à la monnaie électronique Aux termes de l article 1 de la directive du 18 septembre 2000 concernant l accès à l activité des établissements de monnaie électronique, l exercice, à titre professionnel, de l activité et son exercice ainsi que la surveillance prudentielle de ces établissements, l émission, à titre professionnel, d une valeur monétaire représentant une créance sur l émetteur relevant du monopôle des établissements de crédit et des établissements de monnaie électronique. La distinction entre les établissements de crédit et les établissements de monnaie électronique est clairement établie par l'arrêté ministériel du 10 janvier 2003 portant homologation du règlement du Comité de la réglementation bancaire et financière 7.. Ce dernier distingue l établissement émetteur de l établissement distributeur. Ainsi, un établissement émetteur est un établissement de crédit débiteur de la créance incorporée dans l instrument électronique, alors qu'un établissement distributeur est un établissement de crédit offrant à la clientèle un service de chargement, de rechargement ou d encaissement est considéré comme un établissement distributeur. 6. "La monnaie électronique est composée d unités de valeur, dites unités de monnaie électronique. Chacune constitue un titre de créance incorporé dans un instrument électronique et accepté comme moyen de paiement, au sens de l article L du Code monétaire et financier, par des tiers autres que l émetteur. La monnaie électronique est émise contre la remise de fonds. Elle ne peut être émise pour une valeur supérieure à celle des fonds reçus en contrepartie" 7. Règlement du 21 novembre 2002, règlement relatif à la monnaie électronique et aux établissements de monnaie électronique 10

11 De plus, ces établissements peuvent limiter ou non leur activité à l'émission, la mise à la disposition du public ou la gestion de monnaie électronique. Aussi, une telle limite de leur activité engendre par là-même une qualification d'établissements de monnaie électronique, contrairement aux prérogatives des établissements de crédit. Cette distinction est fondamentale. En effet, si les établissements de monnaie électronique et les établissements de crédit sont soumis aux dispositions générales relatives à la monnaie électronique, seuls les établissements de monnaie électronique sont soumis au régime prudentiel défini par le règlement. Aussi, concernant les dispositions générales relatives à la monnaie électronique, le règlement définit notamment l obligation pour un établissement émetteur de rembourser les unités de monnaie électronique non utilisées, et d assurer la traçabilité pendant deux ans des chargements et des encaissements des unités de monnaie électronique. Quant au régime prudentiel des établissements de monnaie électronique, le règlement prévoit principalement que ces derniers sont en partie dispensés du respect des instruments techniques de surveillance prudentielle applicables aux établissements de crédit. Toutefois, les établissements de crédit ne bénéficient pas d une entière liberté dans l exercice de leur activité et dans leur mode d organisation. En effet, ceux-ci doivent limiter leurs activités commerciales et supporter des contraintes quant à leur mode de fonctionnement, notamment en matière de capital initial. Titre 2 - Une régulation spécifique Les moyens de paiement font l'objet d'une régulation bien spécifique, qui se caractérise d'une part par le contrôle de la Banque de France (Section 1), et d'autre part par une procédure d'agrément préalable (Section 2). Section 1 Le contrôle de la Banque de France Antérieurement à la loi sur la sécurité quotidienne du 15 novembre 2001, la Banque de France était chargée, en vertu de l article L du Code monétaire et 11

12 financier, de veiller "au bon fonctionnement et à la sécurité des systèmes de paiement dans le cadre de la mission du système européen des banques centrales relative à la promotion du bon fonctionnement des systèmes de paiement prévus par l article 105, paragraphe 2, du traité instituant la Communauté européenne". La loi sur la sécurité quotidienne a complété l article L du Code monétaire et financier relatif notamment au rôle de la Banque de France. Aussi, la Banque de France s assure de la sécurité des moyens de paiement, autres que la monnaie fiduciaire, et de la pertinence des normes applicables en la matière. Elle est également chargée d une mission de surveillance relative à la sécurité des moyens de paiement, dont les portemonnaie électroniques. La Banque de France procède ainsi aux expertises et se fait communiquer, par l'émetteur ou par toute personne intéressée, les informations utiles concernant les moyens de paiement et les terminaux ou les dispositifs techniques qui leur sont associés. Section 2 La procédure d agrément préalable Avant d'exercer leur activité, les établissements de crédit doivent obtenir l'agrément délivré par le comité des établissements de crédit et des entreprises d'investissement visé par l'article L du Code monétaire et financier. La procédure d agrément est quant à elle strictement définie par l article L du Code monétaire et financier. Ainsi, selon elle, le comité des établissements de crédit et des entreprises d investissement vérifie notamment si "l'entreprise satisfait aux obligations prévues aux articles L , L et L et l'adéquation de la forme juridique de l'entreprise à l'activité d'établissement de crédit". Sont alors étudiés le programme d'activité de cette entreprise, les moyens techniques et financiers qu'elle prévoit de mettre en oeuvre ainsi que la qualité des apporteurs de capitaux et, le cas échéant, de leurs garants, mais également l'aptitude de l'entreprise requérante à réaliser ses objectifs de développement dans des conditions compatibles avec le bon fonctionnement du système bancaire et qui assurent à la clientèle une sécurité satisfaisante. 12

13 Toutefois, en application de l article L II du Code monétaire et financier, le Comité des établissements de crédit et des entreprises d investissement peut exempter d agrément une entreprise exerçant toute activité de mise à disposition ou de gestion de moyens de paiement lorsque ceux-ci ne sont acceptés que par des sociétés qui sont liées à cette entreprise, ou par un nombre limité d entreprises qui se distinguent clairement par le fait qu elles se trouvent dans les mêmes locaux ou dans une zone géographique restreinte ou par leur étroite relation financière ou commerciale avec l établissement émetteur. Pour accorder une telle dispense d agrément, le Comité des établissements de crédit et des entreprises d investissement doit également prendre en compte de nombreux critères tels que la sécurité des moyens de paiement, les modalités retenues pour assurer la protection des utilisateurs, le montant unitaire, les modalités de chaque transaction. 13

14 DEUXI EME PARTI E LES OBLI GATI ONS DU PRESTATAI RE DE TRANSACTI ONS DE M- COMMERCE Les obligations du prestataire s'expriment aussi bien à l'égard du consommateur (Titre 1) qu'à l'égard des données à caractère personne de ce dernier (Titre 2). Titre 1 - Obligations du prestataire à l'égard du consommateur Les obligations du prestataire à l'égard du consommateur apparaissent préalablement à la transaction (Section 1), mais aussi à posteriori (Section 2). Section 1 Les obligations du prestataire préalables à la transaction Deux obligations du prestataire préalables à la transaction se détachent : les conditions générales de vente (Paragraphe 1) et l'information préalable du consommateur (Paragraphe 2). Paragraphe 1 : Les conditions générales de vente Les conditions générales sont obligatoires (A) et font l'objet de conditions d'acceptation bien spécifiques (B). A - Le caractère obligatoire des conditions générales de vente Le service proposé à l utilisateur doit être formalisé dans un document part du contrat que celui-ci accepte. En effet, quelle que soit la nature du contrat, celui-ci doit respecter un certain nombre de règles relatives à la validité des conventions, constituée notamment en les articles et du Code civil. 8. "Quatre conditions sont essentielles pour la validité d'une convention : le consentement de la partie qui s'oblige; sa capacité de contracter; un objet certain qui forme la matière de l'engagement; une cause licite dans l'obligation" 9. "Elle [la vente] est parfaite entre les parties, et la propriété est acquise de droit à l'acheteur à l'égard du vendeur, dès qu'on est convenu de la chose et du prix, quoique la chose n'ait pas encore été livrée ni le prix payé" 14

15 Il faudra donc définir l objet de l engagement de chacune des parties au sein de conditions générales de vente afin de formaliser la prestation sur laquelle les consentements se sont rencontrés. Ainsi, les contrats conclus en ligne doivent répondre à la fois aux exigences requises par le droit commun mais également par certaines règles spécifiques, telles qu énoncées par la loi pour la confiance dans l économie numérique prise en son article 25-II. Cet article dispose que "quiconque propose, à titre professionnel, par voie électronique, la fourniture de biens ou la prestation de services, met à disposition les conditions contractuelles applicables d'une manière qui permette leur conservation et leur reproduction. Sans préjudice des conditions de validité mentionnées dans l'offre, son auteur reste engagé par elle tant qu'elle est accessible par voie électronique de son fait". Il est intégré désormais à l article du Code civil et vient imposer des règles de fond, disposant dans son alinéa 5 qu un contrat, pouvant être constitué de conditions générales, est nécessaire et doit être mis à la disposition du consommateur avant même qu il ne procède à la conclusion de son acte d achat. B - Conditions d acceptation des conditions générales de vente Les règles relatives à la validité de ces conventions n'effacent nullement celles en matière de consentement de l'utilisateur quant à la souscription au service. Aussi, dans le cas d une souscription hors ligne, la signature apposée par le client final sur le contrat de souscription constituera un mode de preuve acceptable, au même titre que l'est la remise des documents contractuels au client, en précisant dans ceux-ci que la première utilisation de la solution vaudra acceptation de l ensemble des conditions, tel que l'illustre le service Liber-T 10., service proposé par AERA, les Autoroutes Rhône- Alpes. A l inverse, dans l hypothèse d'un contrat conclu de façon dématérialisée, un système d identification de l utilisateur est nécessaire afin de pouvoir satisfaire à l ensemble des obligations. Il peut alors s agir d un enregistrement en ligne, au moyen de l adresse ou du numéro de téléphone mobile du client. 10. Voir en ce sens l'article 5 des conditions générales figurant à l'annexe I 15

16 En outre, la LCEN, dans son article 25-II 11., intégré au Code de la consommation dans son article , énonce l ensemble des éléments qui doivent être figurer dans les conditions générales de vente. Paragraphe 2 : L'information préalable du consommateur Dans la conclusion de tout contrat entre un professionnel et un consommateur ou un non professionnel, c est-à-dire un contrat en B to C, il est nécessaire de faire application des règles du Code de la consommation. Parmi celles-ci, figure une obligation générale d'information du consommateur préalablement à la conclusion de l acte, définie aux articles L , L et L Cette obligation d'information peut ainsi être renforcée et se transformer en obligation de conseil, notamment en présence d'un produit nouveau. De plus, dans l hypothèse d'un contrat conclu en ligne, il est nécessaire de respecter les dispositions de l article de la LCEN relatives à l information du consommateur par le prestataire. 11. "L'offre énonce en outre : les différentes étapes à suivre pour conclure le contrat par voie électronique; les moyens techniques permettant à l'utilisateur, avant la conclusion du contrat, d'identifier les erreurs commises dans la saisie des données et de les corriger; les langues proposées pour la conclusion du contrat; en cas d'archivage du contrat, les modalités de cet archivage par l'auteur de l'offre et les conditions d'accès au contrat archivé; les moyens de consulter par voie électronique les règles professionnelles et commerciales auxquelles l'auteur de l'offre entend, le cas échéant, se soumettre" 12. "Tout professionnel vendeur de biens ou prestataire de services doit, avant la conclusion du contrat, mettre le consommateur en mesure de connaître les caractéristiques essentielles du bien ou du service" 13. "Le professionnel vendeur de biens meubles doit, en outre, indiquer au consommateur la période pendant laquelle il est prévisible que les pièces indispensables à l'utilisation du bien seront disponibles sur le marché. Cette période est obligatoirement portée à la connaissance du professionnel par le fabricant ou l'importateur" 14. "Les dispositions des deux articles précédents s'appliquent sans préjudice des dispositions plus favorables aux consommateurs qui soumettent certaines activités à des règles particulières en ce qui concerne l'information du consommateur" 15. "Sans préjudice des autres obligations d'information prévues par les textes législatifs et réglementaires en vigueur, toute personne qui exerce l'activité définie à l'article 14 est tenue d'assurer à ceux à qui est destinée la fourniture de biens ou la prestation de services un accès facile, direct et permanent utilisant un standard ouvert aux informations suivantes : s'il s'agit d'une personne physique, ses nom et prénoms et, s'il s'agit d'une personne morale, sa raison sociale; l'adresse où elle est établie, son adresse de courrier électronique, ainsi que son numéro de téléphone; si elle est assujettie aux formalités d'inscription au registre du commerce et des sociétés ou au répertoire des métiers, le numéro de son inscription, son capital social et l'adresse de son siège social; si elle est assujettie à la taxe sur la valeur ajoutée et identifiée par un numéro individuel en application de l'article 286 ter du Code général des impôts, son numéro individuel d'identification; si son activité est soumise à un régime d'autorisation, le nom et l'adresse de l'autorité ayant délivré celle-ci; si elle est membre d'une profession réglementée, la référence aux règles 16

17 A noter que la loi pour la confiance en l économie numérique prévoit que les obligations d information et de transmission des conditions contractuelles sont satisfaites sur les équipements terminaux de radiocommunication mobile selon des modalités précisées par décret. Enfin, quelle que soit la nature du contrat, les conditions générales d utilisation, ainsi que le descriptif du service, devront être librement accessibles à toute personne intéressée et être les plus complets possibles. Section 2 Les obligations du prestataire postérieures à la vente Les obligations du prestataire postérieures à la vente se manifestent soit en la gestion du droit de rétractation du consommateur (Paragraphe 1), soit en la gestion des contestations de ce dernier (Paragraphe 2). Paragraphe 1 : La gestion du droit de rétractation du consommateur L ordonnance du 23 août 2001 impose au prestataire proposant la fourniture d un service à des consommateurs, au moyen d un ou plusieurs techniques de communication à distance, d accorder au consommateur un droit de rétractation, et ce selon les dispositions de l article L du Code de la consommation. professionnelles applicables, son titre professionnel, l Etat membre dans lequel il a été octroyé ainsi que le nom de l'ordre ou de l'organisme professionnel auprès duquel elle est inscrite. Toute personne qui exerce l'activité définie à l'article 14 doit, même en l'absence d'offre de contrat, dès lors qu'elle mentionne un prix, indiquer celui-ci de manière claire et non ambiguë, et notamment si les taxes et les frais de livraison sont inclus. Le présent alinéa s'applique sans préjudice des dispositions régissant la publicité trompeuse prévues à l'article L du Code de la consommation, ni des obligations d'information sur les prix prévues par les textes législatifs et réglementaires en vigueur. Les infractions aux dispositions du présent article sont recherchées et constatées dans les conditions fixées par les premier, troisième et quatrième alinéas de l'article L et les articles L , L , L , L , L , L et L du Code de commerce" 16. "Le consommateur dispose d un délai de sept jours francs pour exercer ce droit de rétractation; ce délai court à compter de l acceptation de l offre de la prestation de service. Toutefois : lorsque les informations prévues à l article L du Code de la consommation n ont pas été fournies, le délai d exercice du droit de rétractation est porté à trois mois; lorsque le délai de sept jours expire un samedi, un dimanche ou un jour férié ou chômé, il est prorogé au jour ouvrable suivant; le consommateur peut déroger à ce délai au cas où il ne pourrait se déplacer et où simultanément il aurait besoin de faire appel à une prestation immédiate et nécessaire à ses conditions d existence ; dans ce cas, il continuerait à exercer un droit de rétractation sans avoir à justifier de motifs ni à payer de pénalités" 17

18 Dans l étude des possibilités de rétractation du consommateur, il convient d appréhender séparément les différents actes qui sont réalisés dans le cadre de l utilisation du service. Concernant dans un premier temps la souscription au service, le contrat conclu en ligne justifie une procédure relative à la rétractation du client, possibilité que ne peut connaître le consommateur lors d'une procédure matérialisée. Concernant l acte d achat des titres de transport, qui n'est qu'une suite logique au contrat de souscription, il n est pas possible pour le consommateur de se prévaloir des règles de l article L du Code de la consommation. Cependant, dans l'hypothèse où cet acte était considéré comme un nouveau contrat, il s agirait d une consommation immédiate d une prestation de service. Dans cette hypothèse, il n est pas non plus possible pour le consommateur de bénéficier d'un quelconque droit de rétractation. A noter enfin que le délai de rétractation n est pas envisagé dans les documents relatifs à l utilisation du service Paypal 17.. En effet, dans un premier temps, l utilisateur est libre de créditer ou non son compte Paypal et peut procéder à la fermeture de son compte à tout moment. Il est donc libre de procéder à une résiliation à tout moment pendant la durée de vie du contrat le liant à Paypal la réelle transaction qui pourrait faire l objet d une rétractation est celle qui constitue la cause du paiement effectué par Paypal. Or, Paypal n est pas partie à ce contrat, de la même façon qu une banque n est pas partie à une transaction entre un vendeur et son client. Paragraphe 2 : La gestion des contestations du consommateur Empêcher l apparition de contestations paraît impossible. Aussi, outre la possibilité de prévoir une clause de règlement amiable, un certain nombre de mesures 17. Ce service, institué notamment en réponse à la folie mondiale Ebay, repose sur une solution logicielle qui consiste, pour le client, à s inscrire sur un site sécurisé de paiement par courrier électronique pour y ouvrir un compte qu il doit alimenter, à partir de son compte bancaire, par virement ou carte de paiement. Une fois ce compte alimenté, il peut indiquer l adresse électronique de la personne à laquelle il souhaite envoyer un paiement en précisant la somme à envoyer. Le destinataire peut alors recevoir ce paiement sur son propre compte ouvert sur le même site sécurisé. Paypal peut être utilisé pour toute sorte de transaction, y compris pour régler l achat de biens ou services. Paypal propose, aux Etats-Unis et au Canada, une possibilité de paiement via téléphone mobile. Dans le cadre de ce nouveau service, les mêmes fonctionnalités sont disponibles et il est toujours recouru au compte Paypal afin de payer. Voir Annexe III 18

19 sont à établir afin d'être en mesure de démontrer la matérialité des faits invoqués dans le cadre d une contestation. La nécessité de telles mesures amène ainsi à l'étude de l'insertion d'une convention de preuve dans les conditions générales d utilisation. Prévue à l article 1316 du Code civil, cette dernière permet d organiser contractuellement les règles d administration de la preuve, y compris entre un professionnel et un commerçant, c'està-dire dans le cadre d'un contrat B to B. L article du Code civil précise en outre que la convention doit être "valable entre les parties". Dans le respect de cette obligation, il est nécessaire de prévoir des conditions de conservation des données de nature à assurer une bonne administration de la preuve, en prévoyant notamment un accès et un traitement de ces enregistrements numériques tout en assurant la sécurité et l intégrité de la conservation de ces données. Titre 2 : Obligations du prestataire au regard du traitement des données à caractère personnel de l utilisateur du service L articulation de la chaîne contractuelle de l ensemble des acteurs qui participent à la réalisation du projet de paiement par téléphone mobile amène à s'interroger sur la gestion, l'utilisation voire l'exploitation des données de par l un ou plusieurs des acteurs du service. L'article 2 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août ci-après visée sous la terminologie loi du 6 janvier 1978 modifiée appréhende alors la gestion de telles données ainsi présentant un caractère personnel 18. comme un éventuel traitement 19.. La nécessaire gestion et utilisation des données de l utilisateur consiste donc, d'un point de vue juridique, en un traitement des données à caractère personnel de l utilisateur. Ce traitement est strictement encadré 20. la loi du 6 janvier 1978 modifiée. 18. "Constitue une donnée à caractère personnel toute information relative à une personne physique identifiée ou qui peut être identifiée, directement ou indirectement, par référence à un numéro" 19. "Constitue une donnée à caractère personnel toute information relative à une personne physique identifiée ou qui peut être identifiée, directement ou indirectement, par référence à un numéro" 19

20 Il convient désormais d analyser les principales obligations imposées par la loi du 6 janvier 1978 modifiée au prestataire qui met en œuvre le traitement des données à caractère personnel de l utilisateur, lors de la collecte de ces informations tout d'abord (Section 1), lors du traitement de celles-ci ensuite (Section 2). Section 1 Les obligations du prestataire lors de la collecte des données à caractère personnel de l utilisateur La collecte des données à caractère personnel doit tout d'abord être loyale et licite. Cette obligation amène à informer de ce traitement la personne concernée de l existence d une collecte et d un traitement de données le concernant. De plus, elle ne doit porter que sur certaines données à caractère personnel. La loi du 6 janvier 1978 modifiée impose notamment une adéquation et une proportionnalité de ces données collectées au regard de la finalité poursuivie par le traitement. Section 2 Les obligations du prestataire lors du traitement des données à caractère personnel de l utilisateur La principale obligation du prestataire visée par la loi du 6 janvier 1978 consiste en une déclaration préalable à la Commission Nationale de l Informatique et des Libertés, communément appelée la CNIL. Les autres obligations définies par le législateur concernent essentiellement la finalité déclarée du traitement visée à l'article de cette même loi, la durée de conservation des données conformément aux dispositions de l'article , la correction et la mise à jour des données à caractère personnel visées à l'article 6, la communication des informations inhérentes au traitement, l obligation de communication d informations visée à l'article 39 sauf demande abusive - caractérisée 20. "La présente loi s applique aux traitements automatisés de données à caractère personnel, ainsi qu aux traitements non automatisés de données à caractère personnel contenues ou appelées à figurer dans des fichiers" 21. "Les données ne doivent pas être traitées de manière incompatible avec les finalités pour lesquelles elles ont été collectées initialement" 22. Les données doivent être "conservées sous une forme permettant l identification des personnes concernées pendant une durée qui n excède pas la durée nécessaire aux finalités pour lesquelles elles sont collectées et traitées" 20

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

PROJET D'ORDONNANCE relatif au droit des usagers de saisir l administration par voie électronique - PRMX1423175R. Projet

PROJET D'ORDONNANCE relatif au droit des usagers de saisir l administration par voie électronique - PRMX1423175R. Projet Ordonnance n 2005-1516 du 8 décembre 2005 relative aux échanges électroniques entre les usagers et les autorités administratives et entre les autorités administratives. Chapitre Ier : Définitions. Projet

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

Solution de facturation électronique Signée

Solution de facturation électronique Signée Solution de facturation électronique Signée (Article 289V du Code Général des Impôt) Fiche d information Sommaire La facture... 2 En quoi consiste la dématérialisation fiscale de la facture?... 3 Qu est-ce

Plus en détail

FICHIERS INFORMATISES ET CNIL

FICHIERS INFORMATISES ET CNIL FICHIERS INFORMATISES ET CNIL 17/11/2011 L intérêt actuel pour les entreprises de recueillir des informations précises sur leur clientèle potentielle n est plus à démontrer. Le «profiling» joue un rôle

Plus en détail

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE 14/11/2008 L écrit est associé depuis des siècles à son support, le papier. Le développement des nouvelles technologies de l information et de la communication

Plus en détail

Décision de dispense de déclaration n 3

Décision de dispense de déclaration n 3 Délibération n 2005-003 du 13 janvier 2005 décidant la dispense de déclaration des traitements mis en œuvre par les organismes publics dans le cadre de la dématérialisation des marchés publics Décision

Plus en détail

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET 2001 COMITÉ EUROPÉEN DES ASSURANCES Ce document est également disponible en allemand et en anglais. Objectifs Le guide de bonne

Plus en détail

On entend par «Prestation» l'ensemble des services proposés par Prepenligne, à savoir :

On entend par «Prestation» l'ensemble des services proposés par Prepenligne, à savoir : Conditions Générales de Vente mises à jour le 21 juillet 2015 Conditions Générales de Service du site prepa- celsa.com Préambule Le site Prepa- Celsa.com est édité par la société Prepenligne (Organisme

Plus en détail

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles Savoir protéger vos données personnelles dans le monde d aujourd hui est primordial. Sachez que la loi vous offre des droits spécifiques que

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ABONNEMENT APPLICABLES AU SERVICE «VEILLE EN LIGNE»

CONDITIONS GÉNÉRALES D ABONNEMENT APPLICABLES AU SERVICE «VEILLE EN LIGNE» CONDITIONS GÉNÉRALES D ABONNEMENT APPLICABLES AU SERVICE «VEILLE EN LIGNE» Définitions AFNOR : désigne AFNOR Editions Client : désigne la personne physique ou morale qui passe commande Espace personnel

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE. La Société ARPALINE, SARL au capital de 8.000 euros, dont le siège social est situé sis 4 rue le

CONDITIONS GENERALES DE VENTE. La Société ARPALINE, SARL au capital de 8.000 euros, dont le siège social est situé sis 4 rue le CONDITIONS GENERALES DE VENTE PREAMBULE La Société ARPALINE, SARL au capital de 8.000 euros, dont le siège social est situé sis 4 rue le Chaintreau 44190 GORGES, immatriculée au RCS de NANTES sous le numéro

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. Domaine d application Le Vendeur est la société «COMITE DEPARTEMENTAL DU TOURISME», association dont le siège social est situé à ALENCON (61000) 86 rue St Blaise. Le site

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE ARTICLE 1 Champ d application En préliminaire, il est stipulé que la réglementation de la vente et d utilisation à distance s applique «à toute

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 N i c o l a s C h u Réussir un projet de site web 6 e édition Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 annexe C Modèle de Conditions Générales

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

Conditions Générales de Vente en ligne entre professionnels

Conditions Générales de Vente en ligne entre professionnels Conditions Générales de Vente en ligne entre professionnels Préambule : Les présentes conditions générales de vente ont pour objet la conformité aux dispositions visées à l article L.441-6 du Code de commerce

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE PRESTATION DE SERVICE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE PRESTATION DE SERVICE CONDITIONS GENERALES DE VENTE PRESTATION DE SERVICE ARTICLE 1 CHAMPS D'APPLICATION Les présentes conditions générales de vente s'appliquent aux clients abonnés non professionnels recourant aux prestations

Plus en détail

Le droit d opposition à être sollicité

Le droit d opposition à être sollicité Le droit d opposition à être sollicité Comment en informer les personnes? Quand leur permettre de l exercer? Etienne Drouard Avocat à la Cour edrouard@morganlewis.com 01 53 30 43 00-06 07 83 33 81 Morgan,

Plus en détail

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles QUESTIONS/ REPONSES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Ce FAQ contient les trois parties suivantes : La première partie traite des notions générales en matière de protection des données personnelles,

Plus en détail

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS Présenté par : YEO SIONLE Date : 4 au 6 novembre 2009 Lieu : CCT/BNETD Département des Etudes Economiques et Financières Plan

Plus en détail

Conditions générales d'utilisation du Site «www.lesfrontaliers.fr»

Conditions générales d'utilisation du Site «www.lesfrontaliers.fr» Conditions générales d'utilisation du Site «www.lesfrontaliers.fr» Sommaire : ARTICLE 1. DEFINITIONS ET CHAMP D'APPLICATION ARTICLE 2. SOUSCRIRE A UNE MUTUELLE DE SANTE A PARTIR DU SITE ARTICLE 3. «SOUSCRIPTION

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

DELIBERATION N 2012-18 DU 23 JANVIER 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE D AVIS

DELIBERATION N 2012-18 DU 23 JANVIER 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE D AVIS DELIBERATION N 2012-18 DU 23 JANVIER 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE D AVIS PRESENTEE PAR LA POSTE RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, Délibération n 09-12 du 23 novembre 2009 portant proposition d élaboration d une norme permettant la déclaration simplifiée de conformité des traitements automatisés d informations nominatives relatifs

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE SERVICE EN LIGNE. 1 Objet

CONDITIONS GENERALES DE SERVICE EN LIGNE. 1 Objet MENTIONS LEGALES Consonnances.fr a fait l'objet d'une déclaration auprès de la Commission Nationale de l'informatique et des Libertés, sous le numéro 1595804. Conformément aux articles 39 et suivants de

Plus en détail

Éléments juridiques sur la carte d achat

Éléments juridiques sur la carte d achat Annexe 2 Éléments juridiques sur la carte d achat Définition et champ d application. La carte d achat est une [art. 1.] modalité d exécution des marchés publics. C est donc à la fois une modalité de commande

Plus en détail

1 - PREAMBULE - OBJET

1 - PREAMBULE - OBJET 1 - PREAMBULE - OBJET Les présentes Conditions Générales ont pour objet de définir les modalités et les conditions générales dans lesquelles la Société EntrepreneurKbis SAS, immatriculée au registre du

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2010-42 DU 15 NOVEMBRE 2010 PORTANT AUTORISATION PRESENTEE PAR SUISSCOURTAGE S.A.M. RELATIVE AU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE «GESTION DES SINISTRES

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

Vu la loi n 76-03 du 23 novembre 2005, portant statut de Bank Al-Maghrib ;

Vu la loi n 76-03 du 23 novembre 2005, portant statut de Bank Al-Maghrib ; Délibération n 481-AU-2013 du 01/11/2013 portant modèle de demande d autorisation relative au traitement de données à caractère personnel mis en œuvre par des établissements de crédit et organismes assimilés

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTES

CONDITIONS GENERALES DE VENTES . CONDITIONS GENERALES DE VENTES Article 1 : Champ d'application Les présentes conditions générales de vente s'appliquent à toutes les commandes effectuées par le biais de notre site Internet «SAVEURS

Plus en détail

OPAC 36 - Conditions Générales d Utilisation

OPAC 36 - Conditions Générales d Utilisation OPAC 36 - Conditions Générales d Utilisation L OPAC 36 propose sur son site internet www.opac36.fr un espace locataire avec différents services destinés à simplifier les démarches liées à ses activités

Plus en détail

1. Délai de réflexion : le délai durant lequel le consommateur peut utiliser son droit de rétraction ;

1. Délai de réflexion : le délai durant lequel le consommateur peut utiliser son droit de rétraction ; Conditions générales SHOP.BELGIANREDDEVILS.BE Table des matières Article 1 - Définitions Article 2 Identité de l entreprise Article 3 - Domaine d application Article 4 L'offre Article 5 La convention Article

Plus en détail

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I.

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I. Article 1 : Définitions A.M.O.I. SARL (ciaprès dénommée «A.M.O.I.») est une société de prestations de services informatiques intervenant dans le domaine des réseaux informatiques et des nouvelles technologies

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Universign Universign Version: 1.2 DIFFUSION PUBLIQUE Les présentes conditions de vente s appliquent entre d une part la société Cryptolog International au capital de 275

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE

CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE Définitions : Dernière version en date du 21 Avril 2011 Activation du Service : L activation du Service intervient à compter de la

Plus en détail

Paris, le 3 septembre 2009

Paris, le 3 septembre 2009 Sophie Martinet Société d Avocat inscrite au barreau de Paris 73, bd de Clichy - 75009 Paris Tel :01 48 74 52 61 - fax : 01 53 01 38 19 Palais : J 125 sophie.martinet@cassiopee-avocats.fr Paris, le 3 septembre

Plus en détail

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés CONTRAT D ADHÉSION CONTRAT ENTRE FAC FOR PRO PARIS ET L ÉTUDIANT Article 1. Dispositions générales Le présent contrat, ci-après dénommé «le contrat» constitue l accord régissant pendant sa durée, les relations

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALE DE VENTE 1/5

CONDITIONS GÉNÉRALE DE VENTE 1/5 CONDITIONS GÉNÉRALE DE VENTE 1/5 La société CLOTAIRE, ayant son siège social au 16, rue Saint Marc, 75002 PARIS (France) est inscrite au registre du commerce et des sociétés de Paris sous le numéro 532

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 09-18 DU 15 DECEMBRE 2009 PORTANT RECOMMANDATION RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DE DISPOSITIFS DESTINES A GEOLOCALISER LES VEHICULES PROFESSIONNELS UTILISES PAR LES EMPLOYES D'UN ORGANISME

Plus en détail

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS 1. Définition et nature des données à caractère personnel Lors de votre utilisation du site http://www.assessfirst.com/ (ci-après

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente 1 Dispositions générales Parisian Inspired est une marque déposée N National : 14 4 129 237 sous le numéro de Siret 753434596 00023 représentée par Mademoiselle Camille Fontaine

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES D UTILISATION DE L ESPACE CLIENT SUR LE SITE www.eau-en-ligne.com

CONDITIONS PARTICULIERES D UTILISATION DE L ESPACE CLIENT SUR LE SITE www.eau-en-ligne.com CONDITIONS PARTICULIERES D UTILISATION DE L ESPACE CLIENT SUR LE SITE www.eau-en-ligne.com Les présentes Conditions Particulières concernent l accès et l utilisation de l Espace Client sur le Site www.eau-en-ligne.com

Plus en détail

LES FICHES PRATIQUES DE LRSET

LES FICHES PRATIQUES DE LRSET LES FICHES PRATIQUES DE LRSET Mise à jour le 29 Mars 2013 LES FACTURES 1. factures / mentions obligatoires Tout professionnel est tenu de s assurer qu une facture est émise en double exemplaire, par lui-même,

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation Service Alertes SMS

Conditions Générales d Utilisation Service Alertes SMS Conditions Générales d Utilisation Service Alertes SMS ARTICLE 1 - DÉFINITIONS Les parties conviennent d entendre sous les termes suivants: - Boîte aux lettres: adresse de courrier électronique Orange

Plus en détail

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel»

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» «Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» Incidence de la réforme de la loi «Informatique et libertés» et de la loi «Économie Numérique» Emilie PASSEMARD, Chef du service

Plus en détail

Guide pour e-commerçants

Guide pour e-commerçants Guide pour e-commerçants Explications claires des obligations légales des e-commerçants Conseils pratiques pour mettre votre site en conformité Modèles de textes faciles à adapter Mars 2015 Glynnis Makoundou

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

Contrat d'abonnement et accès

Contrat d'abonnement et accès Contrat d'abonnement et accès & Contrat Entre : Et : EDITIONS NATIONALES DU PERMIS DE CONDUIRE S.A.S. au capital de 3 333 333, immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nantes sous le n 502

Plus en détail

Conditions générales de vente. Les termes ci après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes :

Conditions générales de vente. Les termes ci après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes : Conditions générales de vente PREAMBULE I / Définitions Les termes ci après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes : Bon Cadeau : désigne le document

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS DE PAIEMENT ET AUTRES

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES D UTILISATION DE L ESPACE CLIENT SUR LE SITE www.eau-en-ligne.com

CONDITIONS PARTICULIERES D UTILISATION DE L ESPACE CLIENT SUR LE SITE www.eau-en-ligne.com CONDITIONS PARTICULIERES D UTILISATION DE L ESPACE CLIENT SUR LE SITE www.eau-en-ligne.com Les présentes Conditions Particulières concernent l accès et l utilisation de l Espace Client sur le Site www.eau-en-ligne.com

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN»

La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN» La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN» SOMMAIRE 1 QUEL EST LE ROLE DE LA POLITIQUE DE GESTION DES PREUVES? 3 2 COMMENT FONCTIONNE LE SERVICE K.WEBSIGN? 3 3 QUELS SONT LES USAGES ET APPLICATIONS

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation (Applicables aux Cartes d un montant inférieur ou égal à 150 ) Carte Cadeau Visa EVRY2

Conditions Générales d Utilisation (Applicables aux Cartes d un montant inférieur ou égal à 150 ) Carte Cadeau Visa EVRY2 Conditions Générales d Utilisation (Applicables aux Cartes d un montant inférieur ou égal à 150 ) Carte Cadeau Visa EVRY2 Les présentes conditions générales régissent l utilisation de la Carte cadeau EVRY

Plus en détail

Nous ne partageons pas et ne vendons pas vos informations confidentielles auprès de sociétés tierces.

Nous ne partageons pas et ne vendons pas vos informations confidentielles auprès de sociétés tierces. CONDITIONS GENERALES DE VENTE NOVOENGLISH Applicables à compter du 20 avril 2013 NovoEnglish 15 rue Taitbout 75009 Paris France www.novoenglish.com info@novoenglish.com SARL au capital de 10.000 Euros

Plus en détail

Conditions générales de vente en ligne

Conditions générales de vente en ligne Conditions générales de vente en ligne SAROFOT Impertinent.ph Les présentes conditions de vente sont conclues d une part par la société SAROFOT Impertinent. au capital de 11433,67 euro dont le siège social

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EN LIGNE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EN LIGNE CONDITIONS GENERALES DE VENTE EN LIGNE Les présentes conditions visent à définir les modalités de vente entre NGE et l Utilisateur, de la commande aux biens ou services, en passant par le paiement et la

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 DIRECTIVE RÉGISSANT LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA PERCEPTION DES REVENUS DANS LES ÉTABLISSEMENTS 1.0 FONDEMENTS 1.1 Devoir d'établissement

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. OBJET Le présent document, ci-après «Conditions Générales de Vente», s applique à toutes les offres de formations proposées par la société KOOLYA sur son Internet www.koolya.fr

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES D UTILISATION DU COMPTE EN LIGNE

CONDITIONS PARTICULIERES D UTILISATION DU COMPTE EN LIGNE CONDITIONS PARTICULIERES D UTILISATION DU COMPTE EN LIGNE Les présentes Conditions Particulières concernent l accès et l utilisation du Compte en ligne proposé par LYONNAISE DES EAUX FRANCE. Elles complètent

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE. Loi n 2014-025. sur la signature électronique EXPOSE DES MOTIFS

ASSEMBLEE NATIONALE. Loi n 2014-025. sur la signature électronique EXPOSE DES MOTIFS ASSEMBLEE NATIONALE Loi n 2014-025 sur la signature électronique EXPOSE DES MOTIFS Depuis l apparition de l écrit, la signature a permis d identifier le correspondant-auteur d un courrier ou d un document.

Plus en détail

Conditions Générales d'utilisation de l Espace adhérent

Conditions Générales d'utilisation de l Espace adhérent Conditions Générales d'utilisation de l Espace adhérent Le service «Espace Adhérent» est un service offert par la Mutuelle Nationale des Hospitaliers et des Professionnels de la Santé et du Social (MNH),

Plus en détail

Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct. Conditions générales. Banque des Mascareignes

Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct. Conditions générales. Banque des Mascareignes Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct Conditions générales Banque des Mascareignes 1.1 Objet Les dispositions suivantes ont pour objet de définir les Conditions Générales d accès et d utilisation

Plus en détail

Contrat d abonnement Internet

Contrat d abonnement Internet Contrat d Abonnement Internet Entre la Banque de Saint-Pierre et Miquelon, S.A. au Capital de 16 288 935 EUR dont le siège social est à Saint Pierre & Miquelon, 24, rue du 11 novembre, 97500 Saint Pierre

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION ERDF / relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement

MODELE DE CONVENTION ERDF / <Fournisseur> relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement Direction Technique MODELE DE CONVENTION ERDF / relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement Identification : ERDF-FOR-CF_42E Version : 1 Nombre de pages : 10 Version

Plus en détail

SITE WEB COMMUNAUTAIRE FANVOICE CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES UTILISATEURS ET DES MARQUES

SITE WEB COMMUNAUTAIRE FANVOICE CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES UTILISATEURS ET DES MARQUES SITE WEB COMMUNAUTAIRE FANVOICE CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES UTILISATEURS ET DES MARQUES 1. Définition et nature des données à caractère personnel Lors de votre

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation de l Espace Client Employeur La Banque Postale Assurance Santé La Banque Postale Assurance Santé a développé le site internet Espace Client Employeur (le Site) pour des

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

Réponses aux questions fréquemment posées

Réponses aux questions fréquemment posées Le 6 avril 2012 Contribution pour frais de contrôle due par les courtiers en assurance ou réassurance et les intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement au titre de l année 2012 Réponses

Plus en détail

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Textes de référence : articles 314-44, 314-46, 314-47, 314-51 à 314-53 et 325-7 du règlement général de l AMF 1.

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

Conditions Générales de Vente (site e- commerce)

Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Préambule Les présentes conditions générales de vente sont conclues : ENTRE : - La société., domiciliée, immatriculée SIRET., désigné comme le Vendeur ET

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-76 DU 16 SEPTEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants.

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. PROJET DE LOI adopté le 18 avril 1991 N 101 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. Le Sénat

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices)

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) 1. Les conditions générales d utilisation (CGU) décrites ci-dessous peuvent être complétées par les

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

Vu la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel;

Vu la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel; AVIS N 07 / 2003 du 27 février 2003. N. Réf. : 10 / Se / 2003 / 005 / 009 / ACL OBJET : Utilisation des moyens de communication électroniques à des fins de propagande électorale. La Commission de la protection

Plus en détail

Les offres de Produits sont valables tant qu ils sont visibles sur le Site Internet, dans la limite des stocks disponibles.

Les offres de Produits sont valables tant qu ils sont visibles sur le Site Internet, dans la limite des stocks disponibles. CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. Préambule Les présentes conditions générales de vente (ci-après les «Conditions Générales de Vente») régissent toutes les transactions effectuées par le biais du site internet

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

COUR DE CASSATION Service de documentation, des études et du rapport Bureau du fonds de concours

COUR DE CASSATION Service de documentation, des études et du rapport Bureau du fonds de concours COUR DE CASSATION Service de documentation, des études et du rapport Bureau du fonds de concours 5, Quai de l Horloge 75055 PARIS Cedex 01 Contrat d abonnement aux décisions délivrées par le service de

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

CONTRAT DE LICENCE DE REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES MONTPELLIER AGGLOMERATION EN ACCES LIBRE

CONTRAT DE LICENCE DE REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES MONTPELLIER AGGLOMERATION EN ACCES LIBRE CONTRAT DE LICENCE DE REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES MONTPELLIER AGGLOMERATION EN ACCES LIBRE Pour favoriser la création de nouveaux produits et services et contribuer au développement économique,

Plus en détail

Conditions générales de vente e-commerce. www.vulture.fr

Conditions générales de vente e-commerce. www.vulture.fr Conditions générales de vente e-commerce 1. Objet www.vulture.fr Le présent contrat a pour objet de définir les conditions générales de vente des produits et services proposés par le site www.vulture.fr

Plus en détail

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION L accès et l utilisation du site de CDGP accessible à l adresse http://www.cdgp.fr (ci-après «le Site») et des services qui y sont proposés (ci-après «les Services»)

Plus en détail

Les bases de données clients dans le cadre du commerce B2B : Quelques aspects juridiques

Les bases de données clients dans le cadre du commerce B2B : Quelques aspects juridiques Atelier EBG - mardi 16 mars 2010 Les bases de données clients dans le cadre du commerce B2B : Quelques aspects juridiques Cathie-Rosalie JOLY Avocat au barreau de Paris Docteur en droit Cabinet ULYS http://www.ulys.net

Plus en détail

Conditions Générales de Vente (site e- commerce)

Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Préambule Les présentes conditions générales de vente sont conclues : ENTRE : - La société SARL MAGUY domiciliée 35 rue St Jacques 58200 Cosne cours sur

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente 1. PREAMBULE : Les présentes Conditions Générales de Vente s'appliquent à toutes les opérations commerciales concernant les objets mis en vente par le Collection heure sprl

Plus en détail

Mentions légales et conditions générales d'utilisation du site web www.vivens.fr

Mentions légales et conditions générales d'utilisation du site web www.vivens.fr Mentions légales et conditions générales d'utilisation du site web www.vivens.fr Préambule Les présentes conditions générales définissent les conditions d'utilisation par les Utilisateurs du site www.vivens.fr

Plus en détail

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales déontologie Code de déontologie sur les bases de données comportementales 1 Code de déontologie sur les bases de données comportementales Préambule Les bases de données comportementales constituées principalement

Plus en détail

MESURES D'APPLICATION DU CODE DE CONDUITE DES DÉPUTÉS AU PARLEMENT EUROPÉEN EN MATIÈRE D'INTÉRÊTS FINANCIERS ET DE CONFLITS D'INTÉRÊTS

MESURES D'APPLICATION DU CODE DE CONDUITE DES DÉPUTÉS AU PARLEMENT EUROPÉEN EN MATIÈRE D'INTÉRÊTS FINANCIERS ET DE CONFLITS D'INTÉRÊTS MESURES D'APPLICATION DU CODE DE CONDUITE DES DÉPUTÉS AU PARLEMENT EUROPÉEN EN MATIÈRE D'INTÉRÊTS FINANCIERS ET DE CONFLITS D'INTÉRÊTS DÉCISION DU BUREAU DU 15 AVRIL 2013 Chapitres: 1. Cadeaux reçus à

Plus en détail