TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE"

Transcription

1 SERVICE ECONOMIQUE ET FINANCIER TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE 45 milliers de logements par trimestre MARCHE DU LOGEMENT NEUF FRANCE ENTIERE T4 T2 96 T4 T2 99 T4 T2 02 T4 T2 05 T4 T MISES EN VENTES VENTES OFFRE DISPONIBLE Janvier 2009 N 1

2 S O M M A I R E ANALYSE DE CONJONCTURE 3 à LOGEMENTS NEUFS 1.1. COMMERCIALISATION 12 Rythmes de ventes brutes corrigées des variations saisonnières mensuels en Ile-de-France. 13 Rythmes de ventes brutes corrigées des variations saisonnières en Ile-de- France (moyenne trimestrielle). 14 Taux d écoulement de l offre disponible à Lyon et La Courly, dans l arrondissement de Lille, en rythme mensuel. 15 Taux d écoulement de l offre disponible à Lyon et La Courly, dans l arrondissement de Lille (moyenne trimestrielle). 16 Taux d écoulement de l offre disponible en Provence et sur la Côte d Azur (moyenne trimestrielle). 17 Taux d écoulement trimestriel de l offre disponible dans les principales régions. 18 Ventes de logements neufs en Ile-de-France, à Lyon et La Courly, dans l arrondissement de Lille, et en Provence-Côte d Azur. 19 Ventes de logements neufs en Ile-de-France, Rhône-Alpes, Nord-Pas-de-Calais et Languedoc-Roussillon. 20 Ventes de logements neufs en Ile-de-France, province et France entière en année mobile. 21 Ventes de logements neufs toutes régions Marché de la construction neuve France entière (mises en vente, ventes, offre disponible). 26 Marché de la construction neuve en collectif (France entière). 27 Marché de la construction neuve en individuel groupé (France entière). 27 Répartition des ventes de logements neufs collectifs par type d appartement. 28 Délais d écoulement de l offre disponible (France entière). 29 Ventes de logements neufs France entière de 1989 à 2007 (collectif, individuel groupé). 30 Marché de la construction neuve France entière de 1997 à 2007 (Collectif et individuel groupé). 31 1

3 1.2. PRODUCTION 32 Les résultats mensuels des logements autorisés à fin octobre Les résultats mensuels des logements commencés à fin octobre Les logements commencés à fin octobre 2008 (rythmes annuels) Les mises en chantier de logements neufs (France entière) chiffres annuels La construction de logements en régions (rythme annuel) 43 Les mises en chantier de logements neufs par type de construction. 44 Les mises en chantier de logements neufs par type de financement BUREAUX 46 Evolution des disponibilités de bureaux et de la demande placée brute (neuf et ancien) (Source Bourdais). 47 Evolution des disponibilités de bureaux et de la demande placée brute (neuf et ancien) dans les régions (Source OIB National). 48 Production de bureaux à fin octobre Surfaces de bureaux autorisées et commencées (France entière) ELEMENTS FINANCIERS EVOLUTION DES PRINCIPAUX TAUX DES PRETS BANCAIRES ET DE L INFLATION Taux moyens trimestriels des prêts bancaires à l immobilier et inflation. 53 Taux moyens trimestriels des prêts bancaires à l immobilier hors inflation. 54 Taux annuels moyens des prêts bancaires à l immobilier et inflation. 55 Taux annuels moyens des prêts bancaires à l immobilier hors inflation EVOLUTION DES TAUX D INTERETS SUR LES MARCHES MONETAIRES ET OBLIGATAIRES ET SUR LE MARCHE DU CREDIT FRANCAIS 57 Définition des différents taux et encours des promoteurs EVOLUTION DES ENCOURS DE CREDITS PROMOTEURS 59 2

4 ANALYSE DE CONJONCTURE LOGEMENTS NEUFS ET BUREAUX 1) LE MARCHE DU LOGEMENT NEUF AU 3EME TRIMESTRE 2008 Les ventes Engagé au 3 ème trimestre 2007, le ralentissement de l activité s est poursuivi et s est intensifié depuis le 2 ème trimestre En effet, la dégradation de l environnement financier des ménages (hausse des taux d intérêt, exigence d un apport personnel plus important, taux d endettement limité aux tiers des revenus) a amplifié la baisse des ventes constatée aux 1 er et 2 ème trimestres Avec ventes, le repli des ventes du 3 ème trimestre 2008 est de 44 % par rapport au 3 ème trimestre La poursuite du recul des ventes au cours de cette période concerne aussi bien les appartements (- 44,9 %) que les maisons individuelles en secteur groupé (- 38,4 %). Le recul des ventes affecte toutes les tailles d appartements. Au total, les ventes atteignent le chiffre de ventes sur 9 mois, soit une baisse de 34,7 % par rapport aux 9 premiers mois de l année Au cours de cette période, les ventes d appartements (55 672) ont baissé de 35,1 % et les ventes de maisons en secteur groupé (8 747) ont chuté de 32,2 %. Une des caractéristiques de ces 9 premiers mois de 2008 constatée lors de la commercialisation des programmes est une progression du taux de désistement qui atteint 45 % au 3 ème trimestre 2008 alors que le seuil quasiment incompressible est de 15 % ; cette progression est largement due au durcissement des conditions d attribution des crédits aux particuliers par les banques et à l augmentation des taux d intérêt (de 0,7 point à 1 point sur un an) et l attentisme des acquéreurs de logements. La vente de logements collectifs au cours du 3 ème suivante : trimestre 2008 se répartit de la façon % 8 % T2 37 % 35 % 39 % 39 % T4 et plus 16 % 18 % On constate une baisse de la part des T2 au profit de celle des T4 et plus, conséquence de la baisse des ventes aux investisseurs. L analyse des ventes effectuées au 1 er semestre 2008 montre la baisse de la part des investisseurs. Ils représentent cependant encore 44% des ventes contre 49 % en 2007, 45 % contre 52 % en province, 33 % en Ile-de-France, pourcentage sans évolution. 3

5 VENTILATION GEOGRAPHIQUE DES VENTES IDF PROVINCE France NORD (1) France SUD (2) TOTAL T T mois mois mois mois Variation 2008/ ,7% -30,3% -30,5% -30,1% -28,0% Variation T2 2008/T ,8% -34,6% -33,9% -35,0% -34,1% Variation 2008/ ,6% -45,0% -50,8% 39,4% 35,7% Variation 9 mois 2008/9 mois ,0% -36,0% -37,6% -35,0% -34,7% Variation 12 mois 2008/ 12 mois ,4% -30,1% -30,9% -29,6% -29,2% Part 2008 dans total 18% 82% 29% 53% (1) France NORD : Champagne-Ardenne, Picardie, Haute-Normandie, Centre, Basse-Normandie, Bourgogne, Nord - Pas-de-Calais, Lorraine, Alsace, Franche-Comté, Pays de la Loire, Bretagne, Poitou-Charentes. [2] France SUD : Aquitaine, Midi-Pyrénées, Limousin, Rhône-Alpes, Auvergne, Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte d Azur, Corse La répartition des ventes de logements entre l Ile-de-France (18 %) et la province (82 %) reste quasiment stable par rapport au 3 ème trimestre 2007 ; en revanche, la part de la production de la France Nord hors Ile-de-France a sensiblement baissé (29 % contre 33 % au 3 ème trimestre 2007) alors que celle de la France Sud a fortement progressé (53 % contre 51 % au 3 ème trimestre 2007). L Ile-de-France accuse un fort recul de ses ventes au 3 ème trimestre 2008 (38,6 % contre 31,8 % au 2 ème trimestre 2008). Le recul des ventes de la province, plus important au 2 ème trimestre 2008 (- 34,6 %) s amplifie pour atteindre 45 % au 3 ème trimestre Cette tendance touche aussi bien la France du Nord que la France du Sud. Pour les régions de la France du Nord, la comparaison des 9 premiers mois de l année 2008 avec la même période de l année 2007 montre que : 3 régions ont une baisse de leurs ventes supérieure à 60 % : Bourgogne (- 72,8 %), Haute- Normandie (- 61,8 %), Lorraine (- 61,3 %) ; 4 régions ont une baisse de leurs ventes comprise entre 30 % et 50 % : Centre (- 49 %), Franche-Comté (- 39 %), Pays de la Loire (- 34 %), Basse-Normandie (- 30,2 %) ; 6 régions ont une baisse de leurs ventes comprise entre 10 % et 30 % : Alsace (- 30 %), Bretagne (- 25 %), Picardie (- 25 %), Poitou-Charentes (- 22,5 %), Nord-Pas-de-Calais (- 18,5 %), Champagne-Ardenne (- 15,5 %). Pour les régions de la France du Sud : 2 régions ont une baisse de leurs ventes supérieure à 50 % : Limousin (- 65 %), Auvergne (- 50 %) ; 3 régions ont une baisse de leurs ventes comprise entre 30 % et 50 % : Aquitaine (- 48 %), Midi-Pyrénées (- 44 %), Provence-Côte d Azur (- 33 %) ; 2 régions ont une baisse de leurs ventes inférieure à 30 % : Languedoc-Roussillon (- 29,8 %), Rhône-Alpes (- 27,6 %), Corse (- 11 %). Les régions qui connaissent les plus fortes baisses des ventes sont celles où la production est relativement faible. 4

6 Dans un contexte de crise économique et financière, la dégradation de l activité se confirme au 3 ème trimestre 2008 ; l attentisme marqué des acquéreurs de résidences principales et des investisseurs, confrontés à des difficultés d obtention de crédits, s est traduit par une baisse des ventes (16 329) de 44 % par rapport au 3 ème trimestre Son ampleur est cependant plus importante que prévue à cause de la crise financière sans précédent subie par l économie mondiale. Les ventes atteignent unités au terme des 9 mois, soit une baisse de 34,7 %. Celles-ci se répartissent entre ventes d appartements (en baisse de 35 %) et ventes de maisons (soit une chute de 32,2 %). Les ventes en 2008 devraient se situer dans uner fourchette de 75 à unités. Les mises en vente Comparées au 3 ème trimestre 2007, les mises en vente du 3 ème trimestre 2008 (21 341) poursuivent leur décélération (- 38,1 %). Au total, les mises en vente des 9 premiers mois de l année 2008 baissent de 30,6 % pour atteindre unités contre unités au cours de la même période Cette baisse est inégalement répartie entre appartements (65 786) qui s inscrit à 32 % sur 9 mois et maisons individuelles (11 993), plus faible, qui atteint 22 %. Les mises en ventes se maintiennent cependant à un niveau élevé et supérieur aux ventes (64 413). En conséquence, la production ne s adapte que progressivement à l évolution du marché et l offre commerciale augmente encore. Il est indispensable que les mises en vente de logements soient inférieures à celles des ventes pour éviter un gonflement dangereux de l offre commerciale avec ses risques de pression sur les prix et sur la constitution d un stock de logements terminés invendus. Toutefois, cette réactivité des promoteurs est un élément régulateur du marché, elle pose le problème des besoins de logements qui, à terme, ne pourront être satisfaits. Les mises en vente des 9 premiers de l année 2008 baissent de 30,6 % pour atteindre unités contre unités au cours de la même période Cette tendance est confortée par la baisse des mises en vente d appartements (-32 %) et celle des maisons (- 22 %).Cette décélération des mises en ventes traduit la faculté d adaptation des promoteurs aux fluctuations du marché. L'offre commerciale Le niveau des ventes étant inférieur aux mises en ventes, l offre commerciale de logements ( , dont en collectif) continue de progresser (+ 20 % sur un an) et + 2,7 % par rapport au 2 ème trimestre La raison de cette envolée de l offre commerciale réside dans l écart systématique, et même croissant jusqu à la fin 2007, observé entre les mises en vente et les ventes depuis le 1 er trimestre 2004 (cf. graphe 1). L inquiétude bien réelle sur cette offre est à nuancer ; en effet, il est important de souligner la composition de l offre de logements collectifs : - logements terminés : 3 917, soit 4 % - logements en cours de construction : ,soit 46,4 % - logements en projet (travaux non démarrés) : ,soit 49,6 % 5

7 Le délai d écoulement de l offre commerciale continue de remonter, atteignant 14,6 mois sur l année et 18 mois sur les 6 derniers mois. Le niveau des mises en vente demeurant supérieur aux ventes, l offre commerciale continue de progresser pour atteindre unités, soit une hausse de 20 % par rapport au 3 ème trimestre De manière générale, notons que les délais d écoulement ont augmenté ; ils sont passés de 9,1 mois au 3 ème trimestre 2007 à 14,6 mois au 3 ème trimestre Les délais d'écoulement de l'offre disponible 1 Le nombre moyen de mois nécessaire à la vente d un programme est passé sur un an de 7,8 mois à 12,4 mois pour les appartements et de 9,1 à 13,4 mois pour les maisons individuelles groupées. Les prix de vente Sur un an, les prix de vente des appartements ont augmenté en moyenne de 3,4 %. Cette progression annuelle des prix est évidemment inégale, selon les régions et les villes. Elle est notamment peu significative à Paris et dans le secteur Cannois où l offre de logements à vendre est très faible. Au total, les prix au m² des appartements s'établissent à la fin du 3 ème trimestre 2008 : Prix moyen au m² Variation annuelle moyenne Ile-de-France 2 (3 ème T CAPEM) % Paris (3 ème T 2008 CAPEM) % Côte d Azur Nice (3 ème T OIPACA) % Nice agglomération (3 ème T OIPACA) % Cannes (3 ème T OIPACA) % Secteur Cannois (3 ème T OIPACA) % C.d agglo.sophia-antipolis(3 ème T OIPACA) % Antibes (3 ème T OIPACA) % Rhône-Alpes Aire urbaine de Lyon (3 ème T CECIM) ,4% Nord-Pas-de-Calais Cu de Lille (3 ème T FPC Nord-Pas-de-Calais) % Alsace Strasbourg ville (2 ème T FPC Alsace) CU de Strasbourg (2 ème T FPC Alsace) stable stable Languedoc-Roussillon Agglomération de Montpellier (2 ème T PCI) % Midi-Pyrénées Toulouse ville (3 ème T FPC Midi-Pyrénées) % Aire urbaine de Toulouse (3 ème T FPC Midi- Pyrénées) % Provence Marseille (3 ème T OIP) % Aix-en-Provence (3 ème T OIP) % Pays de la Loire Nantes ville 3 ème T FIL) % Aix-en-Provence (3 ème T FIL) % 1 délais d'écoulement : (stock de fin de période/ ventes des douze derniers mois /12) 2 prix moyens au m² de l'offre à la fin du 3 ème trimestre 2008 en collectif hors parking. 6

8 2) PERSPECTIVES 2008 La dégradation de l activité s accélère ; la forte baisse des ventes de ces derniers mois s explique surtout par l intensification de la crise financière et la nette dégradation de la conjoncture : Le chômage remonte ; La confiance et les revenus des ménages ont été fortement affectés par les turbulences financières et la hausse (passée) des prix pétroliers ; Les institutions de crédit deviennent de plus en plus sélectives et tendent à resserrer les critères d octroi de crédit ; Une partie des acheteurs anticipent des baisses de prix significatives et attendent qu elles se concrétisent avant d acheter. Le plan de soutien européen aux systèmes bancaires et la baisse des taux de la BCE devraient permettre une détente graduelle des marchés, mais la conjoncture économique va rester très dégradée. En conséquence, le durcissement des conditions de financement affecte la solvabilité des primo accédants pour la propriété de leur résidence, incite ceux qui sont déjà propriétaires à l attentisme et réduit la demande des investisseurs. La tendance persistante à la baisse, qui atteint tant la résidence principale que l investissement locatif, conduit à prévoir un volume de ventes compris entre et logements pour 2008 ; elle ne sera pas sans conséquences sur les mises en chantier et ne permettra pas de répondre aux besoins de logements neufs. La relance de la production nécessaire à la satisfaction des besoins de logements passe par la prise de mesures fortes, provisoires ou pérennes. Les mesures annoncées dans le plan de relance du gouvernement (financement de logements sociaux et doublement du prêt à taux zéro) vont dans le bon sens. La tendance persistante à la baisse, qui atteint tant la résidence principale que l investissement locatif, conduit à prévoir un volume de ventes compris entre et logements pour 2008 ; elle ne sera pas sans conséquences sur les mises en chantier et ne permettra pas de répondre aux besoins de logements neufs. 3) PRODUCTION DES LOGEMENTS NEUFS 3 EN FRANCE METROPOLITAINE : 3.1. AUTORISATIONS DE CONSTRUIRE RESULTATS GLOBAUX A) Données cumulées en fin de mois A fin octobre 2008, le nombre de logements autorisés ( ) est en baisse de 19,2% par rapport à celui d octobre 2007 ( ) et de 20% à celui d octobre 2006 ( ). Le ralentissement constaté au cours des derniers trimestres se confirme. 3 Sur la base des statistiques SITADEL (Ministère de l'equipement/daei/ses) à fin octobre

9 B) Données trimestrielles Avec autorisations, les données trimestrielles affichent une baisse de 25,4% par rapport au trimestre correspondant de l année précédente ( ) et de 23,9% par rapport à celui de 2005 ( ). C) Année mobile Sur 12 mois, on obtient logements autorisés, soit une baisse de 19,7% par rapport à 2007 ( ) et de 20,2% par rapport à 2006 ( ). De nombreuses régions enregistrent une forte baisse des autorisations, il s agit notamment de la Haute-Normandie (-43,8%), des Pays de la Loire (-29,4%), de Rhône-Alpes (-19,2%), de la Provence-Alpes-Côte d Azur (-18,4%), de Midi-Pyrénées (-14,9%), du Nord-pas-de-Calais (-14,1%), du Languedoc-Roussillon (-13,3%), de la Bretagne (-13,2%), de l Alsace (-10,2%), (cf. tableau p 43) RESULTATS SECTORIELS A) Logement individuel A fin octobre 2008, le nombre de maisons individuelles autorisées ( ) est en baisse de 18,8% à celui de fin octobre 2007 ( ) et de 19,7% à celui de fin octobre 2006 ( ). Sur les 3 derniers mois, le nombre de maisons individuelles autorisées est en baisse de 24,5% par rapport à la période correspondante de 2007 (70 837), et de 23,3% par rapport à la même période de 2006 (69 684). Sur 12 mois, le nombre de maisons individuelles ( ) est inférieur de 19,7% par rapport à l'année 2007 ( ) et de 20,9% par rapport à l année 2005 ( ). La maison individuelle enregistre une baisse de ses autorisations de 19,7% sur les 12 derniers mois et de 24,5% sur les 3 derniers mois. B) Logement collectif (y compris les logements en résidence) A fin octobre 2008, les autorisations de construire ( ) sont inférieures de 19,6% à celles de fin octobre 2007 ( ) et de 20,4% à celles de fin octobre 2006 ( ). Sur les 3 derniers mois, le nombre de autorisations est inférieur de 26,4% par rapport à celui de 2007 (69 457) et de 24,7% par rapport à celui de 2006 (67 854). Sur 12 mois, les autorisations ( ) sont supérieures de 19,7% par rapport à 2007 ( ) et de 19,4% par rapport à 2006 ( ). Les autorisations de construire en collectif (hors logements en résidence) sont en baisse de 31% sur 3 mois (43 867) et de 21,8 % sur 12 mois ( ). Le ralentissement des autorisations de construire constatée depuis la fin de l année 2007 se confirme ; elles baissent de 19,7 % sur 12 mois ; cette baisse affecte aussi bien la maison individuelle (-19,7%) que les logements collectifs (-21,8%). La baisse des autorisations de construire de la promotion privée (28 145) se confirme également au 3 ème trimestre 2008 (-34,2% par rapport au 3 ème trimestre 2007 et - 29,2% sur 9 mois). 8

10 3.2. MISES EN CHANTIER RESULTATS GLOBAUX A) Données cumulées en fin de mois A fin octobre 2008, le nombre de logements mis en chantier ( ) baisse de 16,3 % par rapport à fin octobre 2007 ( ) et de 14,1 % par rapport à celui de fin octobre 2006 ( ). La tendance à la baisse des mises en chantier observée ces derniers trimestres se confirme. B) Données trimestrielles Avec logements commencés, les données trimestrielles affichent une baisse de 20,5 % par rapport à la même période de 2007 ( ) et de 14,3 % par rapport à la même période de 2006 ( ). C) Année mobile Avec logements commencés en année mobile, les mises en chantier sont en baisse de 14,4 % par rapport à 2007 ( ) et de 14,2 % par rapport à 2006 ( ). Sur 12 mois, la plupart des régions accuse un recul de leurs mises en chantier, il s agit notamment de la Haute-Normandie (- 43,4 %), du Nord-Pas-de-Calais (- 23,7 %), de Midi-Pyrénées (- 22,9 %), de la Provence-Alpes-Côte d Azur ( -21,6 %), de la Bretagne (- 21,1 %), de l Alsace (- 20 %), des Pays de la Loire (- 21 %) et de Rhône-Alpes (-19,2 %), et, dans une moindre mesure, du Languedoc-Roussillon ( -5 %) (cf. tableau p. 43) RESULTATS SECTORIELS A) Logement individuel A fin octobre 2008, les mises en chantier ( logements) sont en baisse de 16,8 % par rapport à fin octobre 2007 ( logements) et de 16,3 % par rapport à fin octobre 2006 ( ). Avec mises en chantier, les données trimestrielles baissent de 20 % par rapport aux chiffres de 2007 (61 603) et de 16,3 % par rapport à ceux de la même période de 2006 (58 881). En année mobile, les mises en chantier de maisons individuelles ( ) sont en baisse de 16 % par rapport au chiffre des 12 mois de 2007 ( ) et de 17,2 % par rapport aux 12 mois de 2006 ( ). A fin octobre 2008, le marché de la maison individuelle est en net repli (- 20 % sur 3 mois, - 16 % sur 12 mois). B) Logement collectif (y compris les logements en résidence) A fin octobre 2008, les logements collectifs ( ) enregistrent une baisse de 15,7 % par rapport à la même période d octobre 2007 ( ) et de 11,5 % par rapport à la même période d octobre 2006 ( ). Le chiffre trimestriel est inférieur de 21,2 % par rapport au chiffre trimestriel de 2007 (52 710) et de 11,9 % par rapport à la même période de 2006 (47 145). Sur 12 mois, les mises en chantier de logements collectifs ( ) sont en baisse de 12,4 % par rapport à celles de 2007 ( ) et de 10,4 % par rapport à celles de 2006 ( ). 9

11 La tendance à la baisse du logement collectif (hors logements en résidence) se confirme : - 20,7 % sur 3 mois (37 074) et - 11,7 % sur 12 mois ( ). La baisse des mises en chantier constatée depuis le début de l année s intensifie (- 14,4 % sur 12 mois,) ; cette tendance est aussi sensible en secteur collectif (- 12,4 %) qu en individuel (- 16 %). La promotion privée enregistre une baisse de 35,8 % de ses mises en chantier (22 735) au 3 ème trimestre 2008 par rapport au 3 ème trimestre Le niveau des mises en chantier en 2007 devrait s inscrire dans une fourchette de à unités. 4) LE MARCHE DES BUREAUX EN FRANCE METROPOLITAINE On constate une moindre progression des autorisations de construire et une baisse des mises en chantier. A fin octobre 2008, en année mobile : + 3,3 % pour les autorisations ( m²) et - 8 % pour les mises en chantier ( m²). Le dernier trimestre connaît une stabilité des autorisations de construire et une baisse des mises en chantier (- 19 %). En Ile-de-France Avec m² placés (dont 42 % de neuf) au 3 ème trimestre 2008, le volume de bureaux commercialisés est porté à 1,8 million de m² au terme des 9 premiers mois de l année, soit une baisse de 10% par rapport à la même période de % des surfaces commercialisées au cours des 9 premiers mois de l année 2008 ont concerné des transactions > m². Les surfaces de plus de à m² représentent 31 % du volume global. 29 % des surfaces commercialisées représentent des surfaces < m². Le loyer moyen francilien a amorcé une baisse au cours du 3 ème trimestre Les loyers moyens des immeubles neufs s établissent au 1 er octobre à 328 HT HC/m²/an (- 1 % depuis le mois de juillet 2008) ; la tendance est identique pour les immeubles de seconde main (- 0,5 % sur 3 mois, soit 242 HT HC/m²/an). L offre immédiate s établit à 2,5 millions de m² au 1 er octobre 2008, soit une légère progression depuis le début de l année. L offre future à moins d un an approche 4,4 millions de m², en légère augmentation par rapport à la fin du 2 ème trimestre Avec 9,4 milliards d euros au 1 er octobre, le marché de l investissement en immobilier d entreprise a chuté de 57 % en un an ; dans ce climat de déprime généralisé, l immobilisme des investisseurs s est renforcé au fil des mois ; le marché redevient dominé par les Français. Le taux de vacance sur l ensemble de l Ile-de-France se maintient à 5 %. Perspectives 2008 et 2009 : 2008 devrait enregistrer une demande placée comprise entre 2,2 et 2,4 millions de m² ; la demande placée devrait baisser en Du côté de l offre, le stock immédiat devrait progresser d ici la fin de l année et en Quant aux loyers, la baisse devrait se poursuivre fin 2008 et en En province Lille Avec m² bureaux commercialisés au cours des 9 premiers mois 2008 (répartis en m² de bureaux neufs et m² de bureaux de seconde main), le marché des bureaux de la métropole lilloise reste tonique. Le stock immédiatement disponible ou louable sous trois mois atteint m² à la fin du 3 ème trimestre 2008 contre m² à la fin du 2 ème trimestre Au 3 ème trimestre, les loyers se situent dans une fourchette de /HT/m²/an dans le neuf. Quelques exemples : Lille centre ( /m²/an), Euralille ( /m²/an), Lille périphérie ( /m²/an). 10

12 Grand Lyon Le marché est toujours dynamique au 3 ème trimestre Le volume de la demande placée auprès des utilisateurs ( m² sur 9 mois dont 49 % dans le neuf) baisse de 1% par rapport à la même période de A fin 2008, la demande placée devrait atteindre les m² commercialisés. 15 % des surfaces de bureaux m² ont été vendus à investisseurs sur 9 mois. Les valeurs locatives montrent à la fois une stabilité des loyers sur la plupart des secteurs et une phase d augmentation sensible consécutive au lancement de grands projets dans l agglomération lyonnaise : En neuf/prime, 260 /HT/m²/an. En ancien, Part Dieu et environs 110 à 150 /m². Bouches-du-Rhône Les transactions ( m²) sur le marché des bureaux neufs dans le département des Bouches-du-Rhône au 1 er semestre 2008 sont en baisse de 14 % comparées aux transactions du 1 er semestre 2007 ( m²). L offre disponible à la fin du 1 er trimestre 2008 est en forte hausse par rapport à l année précédente. Elle s établit à m². A Marseille, les surfaces placées au 1 er semestre 2008 (3 123 m²) baissent de manière importante (- 77 % par rapport 1 er semestre 2007). Les surfaces placées ont été essentiellement louées. L offre disponible a augmenté de 92 % passant de m² au 1 er semestre 2007 à m² au 1 er smestre Pour les bureaux traditionnels, les prix de location se situent dans une fourchette de 110 à 200 /HT/m²/an. A Aix-en-Provence, la demande placée au 1 er semestre 2008 ( m²) est en hausse de 21 % par rapport à la même période de Elle se répartit entre m² pour la location et m² pour la vente. Pour les bureaux traditionnels, les prix de location moyens sont de 145 /HT/m² et les prix de vente se situent aux environs de /HT/m². L offre disponible est en hausse de 26 % passant de m² à la fin du 1 er semestre 2007 à m² à la fin du 1 er semestre Les autorisations de construire connaissent une moindre progression et les mises en chantier sont en baisse au 3 ème trimestre Dans un contexte de crise économique et financière, le marché de l immobilier d entreprise au 3 ème trimestre 2008 s essouffle aussi bien en Ile-de-France qu en province. 5) ELEMENTS FINANCIERS Les taux d intérêt à court terme dépassent les taux à long terme. En effet, l'euribor/3 mois est passé à 5,1 % à fin octobre 2008 et le TME à 4,36 % à fin novembre Les taux offerts pour les crédits immobiliers aux ménages sont orientés à la hausse, ils ont augmenté de 0,7 à 1 point sur un an. Les taux fixes sur 15 ans se situent dans la fourchette de 4,9 % à 5,3 %.Toutefois, il semble que certains établissements se montrent plus exigeants sur les conditions d octroi des crédits immobiliers, notamment en matière d apport personnel. Les écarts entre prêts à taux fixes et prêts à taux variables sont très faibles. L augmentation des taux d intérêt et le durcissement des conditions d octroi de ceux-ci affectent la demande de logements décembre 2008

13 1 LOGEMENTS NEUFS COMMERCIALISATION 12

14 RYTHMES DE VENTES BRUTES C.V.S MENSUELS EN ILE- DE- FRANCE % J A J O J A J O J A J O J A J O J A J O J A J O J A J O J A J O J A J O J A J O J A J O J A J O J A J O J A J O J A J O FdC/FPC Source : CAPEM

15 RYTHMES DE VENTES BRUTES C.V.S. MOYENNE TRIMESTRIELLE DE 1985 A 2008 REGION ILE- DE- FRANCE 25 % FdC/FPC Source : CAPEM SOURCE : CAPEM

16 % TAUX D'ECOULEMENT DE L'OFFRE DISPONIBLE A LYON ET LA COURLY EN RYTHME MENSUEL JMMJ SNJMMJ SNJMMJ SNJMMJ SNJMMJ SNJMMJ SNJMMJSNJMMJ SNJMMJSNJMMJ SNJMMJ S FdC/FPC SOURCE : CECIM % TAUX D'ECOULEMENT DE L'OFFRE DISPONIBLE DANS L'ARRONDISSEMENT DE LILLE EN RYTHME MENSUEL J M M J S N J M M J S N J M M J S N J M M J S N J M M J S N J M M J S N J M M J S N J M M J S N J M M J S N J M M J S N J M M J S FdC/FPC SOURCE : FPC/NORD-PAS-DE-CALAIS ventes brutes du mois (hors ventes en bloc) Taux d écoulement de l offre disponible : (Offre disponible début de mois + Offre disponible fin de mois) / 2 15

17 % TAUX D'ECOULEMENT DE L'OFFRE DISPONIBLE A LYON ET LA COURLY (MOYENNE TRIMESTRIELLE) FdC/FPC Source : CECIM % 30 TAUX D'ECOULEMENT DE L'OFFRE DISPONIBLE DANS L'ARRONDISSEMENT DE LILLE (MOYENNE TRIMESTRIELLE) FdC/FPC Source : FPC/ NORD-PAS-DE-CALAIS ventes brutes du trimestre / 3 Taux d écoulement de l offre disp onible : (Offre disponible début de trimestre + Offre disponible fin de trimestre) / 2 16

18 % TAUX D'ECOULEMENT DE L'OFFRE DISPONIBLE EN PROVENCE (MOYENNE TRIMESTRIELLE) FdC/FPC Source : OIP % TAUX D'ECOULEMENT DE L'OFFRE DISPONIBLE DE LA COTE D'AZUR (MOYENNE TRIMESTRIELLE) 22,5 20,5 18,5 16,5 14,5 12,5 10,5 8,5 6,5 4,5 2, FdC/FPC Source : OICA 17

19 Taux d écoulement de l offre disponible (en moyenne trimestrielle) Régions 1 er trimestre 2 ème trimestre 3 ème trimestre 4 ème trimestre 1 er trimestre 2 ème trimestre 3 ème trimestre 4 ème trimestre 1 er trimestre 2 ème trimestre 3 ème trimestre 4 ème trimestre 1 er trimestre 2 ème trimestre 3 ème trimestre Ile-de-France 20,0 % 20,7 % 17,8 % 16,3% 15,4 % 12,7 % 11,8% 14,4% 14,4% 13,4% 15,3% 13,2% 9,7 % 9,9 % 6,2% Arrondissement de Lille 16,9 % 23,0 % 18,3 % 12,5% 11,3 % 9,5 % 8,3% 9,9% 9,7% 9,2% 8,9% 11,3% 5,8 % 5,8 % 2,4% Lyon/La Courly 18,4 % 17,8 % 11,5% 17,5% 14,2 % 12,1 % 9,0% 10,4% 9,7% 10,3% 7,1% 6,1% 6,9 % 7,6 % 3,9% 18 Provence 34,0 % 26,0 % 31,2 % 26,3% 17,4 % 17,1 % 16,1% 15,1% 14,4% 13,1% 14,5% NC 9,3 % 8,3 % 5,7% Arrondissement de Montpellier 28,0 % 21,0 % 20,5 % 22,1% 19,8 % 22,4 % 15,8% 14,3% 12,6% 11,4% 15,4% 12,8% NC 12,5 9,3% Alsace 14,0 % 19,0 % 16,7 % 15,5% 12,8 % 12,7 % 17,6% 13,2% 6,9% 14,3% 13,8% 12% NC NC NC Côte d Azur 13,9 % 15,2 % 16,0 % 12,5% 11,2 % 13,9 % 11,7% 13,5% 10,9% 9,9% 12,1% 11,2% 8,3 % 8,5 % 6,9%

20 logements VENTES DE LOGEMENTS NEUFS FdC/FPC Sources : CAPEM/CECIM/FPC/OIPACA IDF LYON+COURLY LILLE PROVENCE COTE D'AZUR 19

21 VENTES DE LOGEMENTS NEUFS logements FdC/FPC Source : ECLN,DAEI/SESP IDF NORD-PDC RHONE-ALPES LANGUEDOC-ROUSSILLON 20

22 VENTES DE LOGEMENTS NEUFS EN ANNEE MOBILE milliers de logements FdC/FPC Source : ECLN,DAEI/SESP FRANCE ENTIERE PROVINCE ILE-DE-France

23 VENTES* DE LOGEMENTS NEUFS TOUTES REGIONS VENTILEES PAR TRIMESTRE Unité : logement Source : ECLN, DAEI/SES VENTES VAR VAR VAR VAR VAR VAR VAR VAR 4 T05 4 T06 4 T07 4 T07 4 T07 1 T06 1 T07 1 T08 1 T08 1 T08 2 T06 2 T07 2 T08 2 T08 2 T08 3 T06 3 T07 3 T08 3 T08 3 T08 REGIONS 4 T05 4 T06 1 T06 1 T07 2 T06 2 T07 3 T06 3 T07 (ECLN) % -14% % -15% % -32% % -39% ILE-DE-FRANCE (CAPEM) % -15% % -26% % -34% % -58% RHONE-ALPES (ECLN) % 3% % -12% % -31% % -44% LYON + COURLY (CECIM) % -1% % -8% % -5% % -45% NORD-PAS-DE-CALAIS (ECLN) % -27% % 10% % -19% % -48% 22 ARRONDISSEMENT DE LILLE % -39% % -24% % -34% % -80% (FPC) PROVENCE -COTE D'AZUR (ECLN) % -18% % -39% % -22% % -37% OBSERVATOIRE DE PROVENCE (OIP % -33% % -31% BOUCHES DU RHONE OBSERVATOIRE DE LA COTE % -42% % -17% % -13% % -35% D'AZUR (ALPES-MARITIMES ) (OIPACA) CENTRE (ECLN) % 2% % -51% % -42% % -51% MIDI-PYRENEES (ECLN) % -13% % -33% % -53% % -47% AIRE URBAINE DE TOULOUSE (l'observer) % 5% % -23% % -24% % -51% CHAMPAGNE-ARDENNE(ECLN) % -36% % -7% % -4% % -33% BRETAGNE (ECLN) % -2% % -9% % -18% % -53% *ventes : réservations avec dépôts d'arrhes

24 VENTES* DE LOGEMENTS NEUFS TOUTES REGIONS VENTILEES PAR TRIMESTRE (SUITE) VENTES VAR VAR VAR VAR VAR VAR VAR VAR 4 T05 4 T06 4 T07 4 T07 4 T07 1 T06 1 T07 1 T08 1 T08 1 T08 2 T06 2 T07 2 T08 2 T08 2 T08 3 T06 3 T07 3 T08 3 T08 3 T08 REGIONS 4 T05 4 T06 1 T06 1 T07 2 T06 2 T07 3 T06 3 T07 ALSACE (ECLN) % 17% % 5% % -39% % -51% AQUITAINE (ECLN) % -30% % -44% % -51% % -50% LANGUEDOC-ROUSSILLON (ECLN) % -10% % -24% % -29% % -36% PAYS DE LA LOIRE (ECLN) % -32% % -19% % -37% % -49% NORMANDIE (ECLN) % -16% % -57% % -34% % -52% POITOU-CHARENTES (ECLN) % -48% % -17% % -7% % -39% 23 PICARDIE (ECLN) % -8% % 13% % -21% % -59% LORRAINE (ECLN) % -5% % -67% % -52% % -61% LIMOUSIN (ECLN) % -76% % -69% % -80% % -27% FRANCHE-COMTE ( ECLN) % 61% % -37% % -30% % -49% BOURGOGNE (ECLN) % 75% % -79% % -80% % -53% AUVERGNE (ECLN) % -35% % -68% % -13% % -55% CORSE (ECLN) % 18% % 10% % -12% % -27% FRANCE ENTIERE (ECLN) % -12% % -28% % -34% % -44%

25 VENTES* DE LOGEMENTS NEUFS TOUTES REGIONS VENTILEES PAR SEMESTRE ET PAR ANNEE Unité : logement Source : ECLN, DAEI/SES VENTES VAR VAR VAR VAR VAR VAR 2 SEM05 2 SEM06 2 SEM07 2 SEM07 2 SEM SEM06 1 SEM07 1 SEM08 1 SEM07 1 SEM08 REGIONS 2 SEM05 2 SEM SEM06 1 SEM07 (ECLN) % -10% % -10% % -9% ILE-DE-FRANCE (CAPEM) % -16% % -25% % -33% RHONE-ALPES (ECLN) % -1% % -12% % -21% LYON + COURLY (CECIM) % -2% % 0% % 3% NORD-PAS-DE-CALAIS (ECLN) % -21% % -14% % -5% 24 ARRONDISSEMENT DE LILLE (FPC) % -15% % -20% % -25% PROVENCE -COTE D'AZUR (ECLN) % -6% % -14% % -22% OBSERVATOIRE DE PROVENCE(OIP) % -28% % -24% % -19% OBSERVATOIRE DE LA COTE D'AZUR (ALPES-MARITIMES) % -19% % -18% % -16% (OIPACA) CENTRE (ECLN) % -5% % -26% % -46% MIDI-PYRENEES (ECLN) % -26% % -31% % -37% AIRE URBAINE DE TOULOUSE L'ObserveR % 20% % -49% % CHAMPAGNE-ARDENNES (ECLN) % -28% % -5% % 33% BRETAGNE (ECLN) % -7% % -16% % -23% *ventes : réservations avec dépôts d'arrhes

26 VENTES DE LOGEMENTS NEUFS TOUTES REGIONS VENTILEES PAR SEMESTRE ET PAR ANNEE (suite) VENTES VAR VAR VAR VAR VAR VAR 2 SEM05 2 SEM06 2 SEM07 2 SEM07 2 SEM SEM06 1 SEM07 1 SEM08 1 SEM07 1 SEM08 REGIONS 2 SEM05 2 SEM SEM06 1 SEM07 ALSACE (ECLN) % 18% % -2% % -18% AQUITAINE (ECLN) % -22% % -3% % -16% LANGUEDOC-ROUSSILLON (ECLN) % -7% % 1% % -27% PAYS DE LA LOIRE (ECLN) % -21% % -7% % -27% NORMANDIE (ECLN) % -21% % 31% % -49% 25 POITOU-CHARENTES (ECLN) % -26% % -34% % -12% PICARDIE (ECLN) % 45% % 72% % -7% LORRAINE (ECLN) % 2% % 16% % -61% LIMOUSIN (ECLN) % -74% % -48% % -74% FRANCHE-COMTE ( ECLN) % 39% % 14% % -34% BOURGOGNE (ECLN) % 35% % 65% % -79% AUVERGNE (ECLN) % -36% % -15% % -49% CORSE (ECLN) % 37% % 23% % FRANCE ENTIERE (ECLN) % -10% % -21% % -31%

27 milliers de logements par trimestre MARCHE DU LOGEMENT NEUF FRANCE ENTIERE FdC/FPC Source : ECLN, DAEI/SESP MISES EN VENTES VENTES OFFRE DISPONIBLE

28 MARCHE DE LA CONSTRUCTION NEUVE EN COLLECTIF ( FRANCE ENTIERE ) milliers de logements MISES EN VENTES VENTES NETTES OFFRE DISPONIBLE/4 Source : ECLN,DAEI/SESP milliers de logements MARCHE DE LA CONSTRUCTION NEUVE EN INDIVIDUEL GROUPE ( FRANCE ENTIERE ) 6 5,5 5 4,5 4 3,5 3 2,5 2 1,5 6 5,5 5 4,5 4 3,5 3 2,5 2 1, MISES EN VENTE VENTES NETTES OFFRE DISPONIBLE/4 Source : ECLN,DAEI/SESP 27

29 REPARTITION DES VENTES DE LOGEMENTS NEUFS EN COLLECTIF PAR TYPE D'APPARTEMENT pièces et+ 17% 1 pièce 7% 4 pièces et + 16% 1 pièce 9% 28 3 pièces 38% ventes 2 pièces 38% 3 pièces 38% VENTES 2 pièces 37% SOURCE : ECLN,DAEI/SESP

30 DÉLAIS D ECOULEMENT DE L OFFRE DISPONIBLE (en mois) VENTES NETTES TRIMESTRIELLES OFFRE DISPONIBLE DELAIS D'ECOULEMENT DE L'OFFRE DISPONIBLE ,2 8,2 9,6 10,7 11,9 15,4 20,8 Délai d écoulement de l offre disponible : Offre disponible Ventes nettes/3 DELAIS D'ECOULEMENT DE L'OFFRE DIPONIBLE 29 MOIS FdC/FPC Source : ECLN,DAEI/SESP

31 VENTES NETTES DE LOGEMENTS (FRANCE ENTIERE)* VENTES ** INDIVIDUEL GROUPE COLLECTIF TOTAL * Les ventes en bloc ne sont pas incluses. * * Estimation. 30 VENTES NETTES DE LOGEMENTS NEUFS FRANCE ENTIERE milliers de logements FdC/FPC Source : ECLN,DAEI/SESP INDIVIDUEL GROUPE COLLECTIF TOTAL

32 MARCHE DE LA CONSTRUCTION NEUVE FRANCE ENTIERE milliers de logements COLLECTIF INDIVIDUEL GROUPE FdC/FPC Source : ECLN, DAEI/SESP MISES EN VENTE VENTES OFFRE DISPONIBLE

33 PRODUCTION 32

34 RESULTATS MENSUELS DES LOGEMENTS AUTORISES (CREATIONS DE LOGEMENTS) en milliers de logements MOIS INDIVIDUEL COLLECTIF* TOTAL INDIVIDUEL COLLECTIF* TOTAL INDIVIDUEL COLLECTIF* TOTAL 33 JANVIER 23,0 21,2 44,2 21,3 21,6 42,9 18,8 18,5 37,3 FEVRIER 22,4 21,8 44,2 21,4 20,3 41,7 18,7 18,3 37,0 MARS 23,6 24,7 48,3 24,8 28,7 53,5 18,4 21,7 40,1 AVRIL 21,4 20,8 42,2 20,1 18,7 38,8 17,4 16,5 33,9 MAI 23,3 20,6 43,9 22,7 22,0 44,7 18,8 17,2 36,0 JUIN 25,2 28,7 53,9 24,5 24,3 48,8 20,8 21,2 42,0 JUILLET 23,8 23,9 47,7 23,9 21,4 45,3 19,9 17,9 37,8 AOUT 21,4 21,5 42,9 24,1 24,1 48,2 17,3 16,9 34,2 SEPTEMBRE 24,3 21,9 46,2 24,5 21,5 46,0 17,5 16,7 34,2 OCTOBRE 24,2 25,3 49,5 22,4 23,7 46,1 18,7 17,4 36,1 NOVEMBRE 22,8 25,4 48,2 16,3 20,4 36,7 DECEMBRE 21,5 27,2 48,7 16,9 21,2 38,1 TOTAL 277,4 284,3 561,7 262,9 267,9 530,8 186,3 182,3 368,6 Source : SITADEL, DAEI/SESP * Logements en résidence inclus

35 milliers de logements RESULTATS MENSUELS DE LOGEMENTS AUTORISES J F M A M J J A S O N D FdC/FPC Source : SITADEL,DAEI/SESP

36 RESULTATS MENSUELS DES LOGEMENTS COMMENCES (CREATIONS DE LOGEMENTS) en milliers de logements MOIS INDIVIDUEL COLLECTIF* TOTAL INDIVIDUEL COLLECTIF* TOTAL INDIVIDUEL COLLECTIF* TOTAL 35 JANVIER 19,9 15,2 35,1 17,1 13,6 30,7 14,4 14,2 28,6 FEVRIER 18,1 15,7 33,8 16,6 13,9 30,5 14,9 13,6 28,5 MARS 20,5 17,2 37,7 21,3 16,6 37,9 14,5 16,3 30,8 AVRIL 20 15,8 35,8 16,0 12,4 28,4 10,0 8,7 18,7 MAI 19,2 16,2 35,4 18,9 19,2 38,1 13,9 18,4 32,3 JUIN 22,2 17,5 39,7 21,2 20,7 41,9 12,1 14,5 26,6 JUILLET 17,3 13,3 30,6 22,7 16,8 39,5 33,3 13,2 46,5 AOUT 18,1 15,0 33,1 19,7 17,9 37,6 15,9 15,3 31,2 SEPTEMBRE 21,0 18,1 39,1 20,6 18,5 39,1 16,7 13,2 29,9 OCTOBRE 19,8 14,2 34,0 21,5 16,3 37,8 16,6 13,0 29,6 NOVEMBRE 19,8 17,9 37,7 17,6 14,5 32,1 DECEMBRE 16,7 13,0 29,7 14,7 16,9 31,6 TOTAL 232,6 189,1 421,7 227,9 197,3 425,2 162,3 140,4 302,7 Source : SITADEL, DAEI/SESP * Logements en résidence inclus

37 milliers de RESULTATS MENSUELS DE LOGEMENTS COMMENCES J F M A M J J A S O N D FdC/FPC Source : SITADEL,DAEI/SESP

38 Production de logements à fin octobre 2008 NOMBRE DE LOGEMENTS AVEC CREATION DE SURFACE CREATIONS Fin Octobre 2008 VARIATION DES CREATIONS % 8 mois 2008/2007 CREATION DES 3 derniers mois VARIATION DES CREATIONS des 3 derniers mois (*) CREATIONS DES 12 derniers mois Unité : logement VARIATION DES CREATIONS % DES 12 derniers mois 2008/2007(**) LOGEMENTS AUTORISES ,2% ,1% ,5% 37 Individuel ,8% ,5% ,5% dont Collectif ,2% ,9% ,9% Logements en Résidence LOGEMENTS DECLARES COMMENCES ,3% ,8% ,7% Individuel ,8% ,0% ,0% dont Collectif ,1% ,1% ,2% Logements en Résidence (*) Trois derniers mois comparés aux trois mois correspondants de l'année précédente. (**) Douze derniers mois comparés aux douze mois précédents. Source : SITADEL, DAEI/SES

39 logements CONSTRUCTION DE LOGEMENTS ANNEE MOBILE Source : SITADEL,DAEI/SESP AUTORISATIONS MISES EN CHANTIER

40 logements CONSTRUCTION DE LOGEMENTS ANNEE MOBILE Source : SITADEL/DAEI,SESP AUTORISATIONS MISES EN CHANTIER

41 CONSTRUCTION DE LOGEMENTS ANNEE MOBILE 40 milliers de logements Source : SITADEL AUT.INDIVIDUEL CONSTRUCT. INDIVIDUEL AUT.COLLECTIF CONSTRUCT.COLLECTIF J00 A J O J01 A J O J02 A J O J03 A J O J04 A J O J05 A J O J06 A J O J07 A J O J08 A J O

42 Mise en chantier de logements neufs (France métropolitaine) (En nombre de logements) ANNEES MISES EN ANNEES MISES EN CHANTIER CHANTIER * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * ** 2008 Prévision (Source : Siclone, DAEI/SES) 360/ / *** *Sitadel **France entière *** Prévision France entière 41

43 LOGEMENTS COMMENCES FRANCE ENTIERE ( 1953 A 2007) milliers de logements NIVEAU DES BESOINS LOGEMENTS COMMENCES FdC/FNPC Sources : DAEI/CEREVE/INSEE Siclone avant 1980 Sitadel depuis 1980

44 RÉGIONS AUTORISATIONS DE LOGEMENTS ORDINAIRES PAR REGIONS EN ANNEES MOBILES VAR 06 T T T T T /08 Alsace ,4% Aquitaine ,3% Auvergne ,1% Basse-Normandie ,4% Bourgogne ,5% Bretagne ,2% Centre ,2% Champagne-Ardenne ,3% Corse ,1% Franche-Comté ,5% Haute-Normandie ,8% Ile-de-France ,4% Languedoc-Roussillon ,3% Limousin ,0% Lorraine ,8% Midi-Pyrénées ,1% Nord-Pas-de-Calais ,7% Pays de la Loire ,6% Picardie ,9% Poitou-Charentes ,8% Provence-Alpes-Côte d'azur ,4% Rhône-Alpes ,5% FRANCE ENTIERE ,4% RÉGIONS MISES EN CHANTIER DE LOGEMENTS ORDINAIRES PAR REGIONS EN ANNEE MOBILE VAR 06 T T T T T /08 Alsace ,5% Aquitaine ,3% Auvergne ,2% Basse-Normandie ,1% Bourgogne ,4% Bretagne ,3% Centre ,7% Champagne-Ardenne ,2% Corse ,9% Franche-Comté ,6% Haute-Normandie ,1% Ile-de-France ,9% Languedoc-Roussillon ,5% Limousin ,0% Lorraine ,1% Midi-Pyrénées ,3% Nord-Pas-de-Calais ,3% Pays de la Loire ,9% Picardie ,9% Poitou-Charentes ,4% Provence-Alpes-Côte d'azur ,4% Rhône-Alpes ,2% FRANCE ENTIERE ,9% Source : SITADEL, DAEI/SESP 43

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013 CEBATRAMA La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local Bruges, le 3 juillet 2013 HÉRITIÈRE DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE 100% Filiale à 100% du groupe La Poste La Banque Postale

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Octobre 2014 Direction des Études Point de conjoncture logement SUR FOND DE MOROSITÉ, LES FRAGILITÉS DU MARCHÉ RÉSIDENTIEL S ACCENTUENT Alors que la France

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

L année immobilière 2014

L année immobilière 2014 www. creditfoncier. com L année immobilière 2014 vue par le Crédit Foncier MARS 2015 synthèse Lors de sa traditionnelle conférence annuelle Les Marchés Immobiliers le 5 février 2015, le Crédit Foncier

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise DOSSIER DE CANDIDATURE franchise 1. DEMANDEUR PHOTO ÉTAT CIVIL Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance / / Adresse Code postal Téléphone fixe Fax Ville tél portable: E-mail Situation familiale :

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

la création d entreprise en nord-pas de calais

la création d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 184 SEPTEMBRE 2014 la création d entreprise en nord-pas de calais Près de 24 000 créations d entreprise en 2013 en Nord-Pas de Calais En 2013, les créations ont légèrement baissé en

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel 2 ond semestre 2014. Département Télécom et Equipement Novembre 2014

Observatoire de l équipement audiovisuel 2 ond semestre 2014. Département Télécom et Equipement Novembre 2014 Observatoire de l équipement audiovisuel 2 ond semestre 2014 Département Télécom et Equipement Novembre 2014 Rappel Méthodologique Modes de réception TV À partir de 2014 : Niveau national et régional Enquête

Plus en détail

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015?

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015? www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015? SEPTEMBRE 2015 sommaire PAGE 02 PAGE

Plus en détail

Un dispositif d appui aux très petites entreprises

Un dispositif d appui aux très petites entreprises Spectacle vivant Un dispositif d appui aux très petites entreprises DA TPE-SV Votre entreprise a besoin de se développer? Elle emploie moins de cinq salariés? Vous pouvez bénéficier d un accompagnement

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015 Marchés immobiliers en régions Marseille 9 avril 2015 Le tour de France de l immobilier par le Crédit Foncier Plan de la présentation Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Opportunités de croissance ou créations d entreprise, plus de 44 000 commerces ou industries

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers 1 er semestre 2013 Réalisé par 1 Édito L Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers succède à l Observatoire de l équipement des foyers pour

Plus en détail

La régie de la radio en ligne. Offre commerciale 2013

La régie de la radio en ligne. Offre commerciale 2013 La régie de la radio en ligne Offre commerciale 2013 Audience des radios EN LIGNE en France Chaque jour, en moyenne 1.9OO.OOO d internautes ont visité au moins l un des sites de Radio 2.0 la semaine, contre

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise 50 salariés et plus / groupes de distribution (GDSA) dans la Branche des Services de l Automobile GPEC La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise Anticiper les enjeux

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING 1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING Inédit en France, MonsieurParking.com, société spécialisée dans l achat, la vente et la location de places de parking, crée le 1 er baromètre de l immobilier

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier d entreprise

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Conférence de Presse Les Chiffres Clés de l immobilier d entreprise et du logement. 28 janvier 2010

Conférence de Presse Les Chiffres Clés de l immobilier d entreprise et du logement. 28 janvier 2010 Conférence de Presse Les Chiffres Clés de l immobilier d entreprise et du logement 28 janvier 2010 1 Conférence de Presse Les Chiffres Clés de l immobilier d entreprise et du logement UNE ANNEE CONTRASTEE

Plus en détail

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs DONNÉES AU 31/12/2006 SOURCE INSEE-CLAP 1 - DÉCEMBRE 2008 Panorama de l'économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Ce document est la première publication réalisée par l Observatoire national de l

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail

Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens

Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens au 1er Juin 2015 Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens Sommaire Synthèse des objectifs Synthèse générale des programmes européens... 4 Synthèse générale

Plus en détail

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2014? Une étude du Crédit Foncier

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2014? Une étude du Crédit Foncier Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2014? Une étude du Crédit Foncier SOMMAIRE PAGE 02 SYNTHÈSE PAGE 03 L INVESTISSEMENT LOCATIF DES MÉNAGES EN FRANCE

Plus en détail

au 1er novembre 2013

au 1er novembre 2013 au 1er novembre 2013 Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens Sommaire Synthèse des objectifs Synthèse générale des programmes européens... 4 Synthèse générale

Plus en détail

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Alsace Université Mulhouse Licence anglais option anglais appliqué à la formation des adultes DESS responsable en formation

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 2 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif L INÉVITABLE REPLI D ACTIVITÉ

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

Édition 2013. «Les expatriés investissant en France : projets et attentes spécifiques»

Édition 2013. «Les expatriés investissant en France : projets et attentes spécifiques» Édition 2013 «Les expatriés investissant en France : projets et attentes spécifiques» 1 Introduction La 5ème édition de l Observatoire Investing & Living Abroad 2013 s articule autour de 3 études : 1/

Plus en détail

Conférence de presse : les marchés immobiliers à mi-année. Bruno Deletré, Directeur Général du Crédit Foncier

Conférence de presse : les marchés immobiliers à mi-année. Bruno Deletré, Directeur Général du Crédit Foncier Conférence de presse : les marchés immobiliers à mi-année Bruno Deletré, Directeur Général du Crédit Foncier 8 juillet 2015 Un environnement immobilier plus favorable qu en 2014 2 59 % des professionnels

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Résultats annuels 2014 des dispositifs permanents d enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur les aires d autoroutes

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux vivre votre argent 27 janvier 2012 Pour ce palmarès 2012, la CLCV et Mieux vivre votre argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 -

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 - La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région - Juillet 2010 - Votre besoin en Capital Vous êtes dirigeant (ou futur dirigeant) d entreprise et vous souhaitez : Créer ou

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles EXPÉRIENCE CLIENT Saison 2 # Baromètre des secteurs assurances et mutuelles Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en mai 2014 sur un échantillon représentatif de la population française

Plus en détail

Les aides financières

Les aides financières Guide Pratique Les aides financières Travaux d amélioration et d entretien L HABITAT RÉCONCILIONS PROGRÈS ET ENVIRONNEMENT TRAVAUX D AMÉLIORATION ET D ENTRETIEN : DÉCOUVREZ LES AIDES FINANCIÈRES ET RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 1 er trimestre 213 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie

Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie Année 2013 SOMMAIRE Représentation géographique des projets de recrutement par métier en 2012 Pilotes d'installations lourdes des industries de transformation...

Plus en détail

INSTRUCTION. N 11-002-D61 du 12 janvier 2011 NOR : BCR Z 11 00002 J

INSTRUCTION. N 11-002-D61 du 12 janvier 2011 NOR : BCR Z 11 00002 J INSTRUCTION N 11-002-D61 du 12 janvier 2011 NOR : BCR Z 11 00002 J VERSEMENT AU PROFIT DE L'ÉTAT DES SOMMES DÉPOSÉES SUR DES PRODUITS D'ÉPARGNE RÉGLEMENTÉE ATTEINTES PAR LA PRESCRIPTION TRENTENAIRE ANALYSE

Plus en détail

Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE

Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE N 51243#03 Décret n 2010-1618 du 23 décembre 2010 modifiant le décret n 2007-1873 du 26 décembre 2007 instituant une aide à l acquisition des véhicules propres

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison?

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? 2013 : scénarios pour l économie française Scénario central 80% de probabilité

Plus en détail

SITUATIONS CONTRASTÉES POUR LES ENTREPRISES LORS DU PASSAGE AUX ALLÉGEMENTS DE LA LOI FILLON

SITUATIONS CONTRASTÉES POUR LES ENTREPRISES LORS DU PASSAGE AUX ALLÉGEMENTS DE LA LOI FILLON ACO S S STA T SITUATIONS CONTRASTÉES POUR LES ENTREPRISES LORS DU PASSAGE AUX ALLÉGEMENTS DE LA LOI FILLON N - JANVIER 5 Le 1er juillet 3, une réduction unique des cotisations patronales de Sécurité sociale

Plus en détail

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Sommaire Le Top 15.... 3 Les évolutions récentes... 7 Evolution du PNB... 12 Les résultats

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 12/07/2013 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

> Diplôme d état de professeur de danse

> Diplôme d état de professeur de danse VIE PROFESSIONNELLE > Diplôme d état de professeur de danse Liste des établissements habilités à assurer la formation Septembre 2013 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin

Plus en détail

TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE

TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE DOSSIER DE PRESSE SNCF CONTACTS PRESSE Clément Nourrit - 01 53 25 76 56 - clement.nourrit@sncf.fr Gaëlle Rual - 01 53 25 74 83 - gaelle.rual@sncf.fr TER 2020 : VERS

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 02/09/2015 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE [Mise à jour : 10 mai 2014] 1 L équipe Siège UBIFRANCE Paris Michel Bauza Chef de Département UBIFRANCE siège, Paris Téléphone fixe 01 40 73 35

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Argent 25 janvier 2013 Pour ce palmarès 2013, la CLCV et Mieux Vivre Votre Argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

REGION HAUTE-NORMANDIE

REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la Région Haute-Normandie et de la Région Basse-Normandie REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la région Haute-Normandie et de la région Basse-Normandie

Plus en détail

Vous voilà aujourd hui personnel du CNRS. Une nouvelle vie commence, vous devez vous loger, vous voulez aménager votre intérieur?

Vous voilà aujourd hui personnel du CNRS. Une nouvelle vie commence, vous devez vous loger, vous voulez aménager votre intérieur? CNRS_290708 19/08/08 9:34 Page 1 E, U N E V N E I B R I D N A R G S N O S I A F E L B M E S EN! S T E J O R P S VO Vous voilà aujourd hui personnel du CNRS. Une nouvelle vie commence, vous devez vous loger,

Plus en détail

Quelle image avez-vous de la Belgique?

Quelle image avez-vous de la Belgique? Quelle image avez-vous de la Belgique? Saviez vous que?. Sont d origine belge. Le saxophone. La marque de montres Ice watch. La chaine de fast food Quick. l ile de Porquerolles au large de Toulon appartenait

Plus en détail

Livret. du professeur OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS. Le programme Le site Internet La visite Le concours photo

Livret. du professeur OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS. Le programme Le site Internet La visite Le concours photo Livret du professeur Le programme Le site Internet La visite Le concours photo OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS Découverte professionnelle 2010-2011 Découverte professionnelle 2010-2011

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Identification : ERDF-NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14

Identification : ERDF-NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14 3. ACCES RACCORDEMENT D Identification : -NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14 Version Date Nature de la modification Annule et remplace V.1.0 17/10/2013 Version initiale -NOI-RAC-02E V.2.7

Plus en détail

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE CHIFFRES CLÉS DU LOGEMENT SOCIAL ÉDITION NATIONALE SEPTEMBRE 2011 UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE En 2010, les opérateurs Hlm ont également vendu 16 000 logements destinés à des accédants,

Plus en détail

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique AFITL - 3 mai 2006 L objectif poursuivi Offrir aux membres de l AFITL (ou à quiconque se promène sur son site Internet) un recensement

Plus en détail

Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 n 34 septembre 2014

Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 n 34 septembre 2014 n 34 septembre 2014 Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 SOMMAIRE 1 LES MARCHÉS DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER EN 2013 5 1.1 Le marché de l'immobilier

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES

COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES DOSSIER DE PRESSE 17 AOÛT 2015 COUT DE LA VIE ETUDIANTE SELON LES VILLES UNIVERSITAIRES Cout de la vie étudiante selon les villes universitaires CONTACT PRESSE Pauline Collet 06 88 27 92 59 pcollet@unef.fr

Plus en détail

Le marché locatif de bureaux en région lyonnaise

Le marché locatif de bureaux en région lyonnaise Le marché locatif de bureaux en région lyonnaise 1 er trimestre 2015 Etude réalisée sur la base des chiffres CECIM, intégrant les transactions directes Sommaire Contexte économique L essentiel du marché

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Le scandale de l immobilier d entreprise dans un contexte de crise du logement

Le scandale de l immobilier d entreprise dans un contexte de crise du logement Le scandale de l immobilier d entreprise dans un contexte de crise du logement Décembre 2012 Introduction Alors que, consciente des problèmes graves de logement et d hébergement auquel est confronté notre

Plus en détail

Rapport annuel 2008 des fonds d épargne. Le long terme se construit au quotidien

Rapport annuel 2008 des fonds d épargne. Le long terme se construit au quotidien Rapport annuel 2008 des fonds d épargne Le long terme se construit au quotidien sommaire 01 03 04 05 05 06 07 08 08 09 13 13 13 14 17 17 20 21 22 22 23 25 27 27 29 Introduction Avant-propos du directeur

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Note de méthode

L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Note de méthode L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Note de méthode La place qu occupe Crédit Logement dans le marché des crédits immobiliers (hors les rachats de

Plus en détail

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 Étude réalisée pour Imagerie Santé Avenir 2013 CEMKA-E VAL 43,

Plus en détail

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur La santé au travail dans les régions de France Collection

Plus en détail

Le marché des bureaux dans le pays de Lorient en 2013

Le marché des bureaux dans le pays de Lorient en 2013 n 65 juin 2014 Le marché des bureaux dans le pays de Lorient en 2013 Observatoire n 4 Contact : Gilles Poupard 02 97 12 06 31 Sommaire Rappel de la démarche 5 Principaux résultats 2013 7 1. Le marché des

Plus en détail

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2 LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS Université Lille 2 Master STAPS «Grand Nord» - Entraînement et Optimisation de la Performance Sportive _ option Préparations

Plus en détail

Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale»

Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale» Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale» Article 1 : Organisateur du concours L association France Energie Eolienne, située au 12 rue Vivienne, 75002 Paris, SIRET n 432 446

Plus en détail

gérants d immeubles agents immobiliers syndics de copropriétés marchands de biens experts immobiliers

gérants d immeubles agents immobiliers syndics de copropriétés marchands de biens experts immobiliers L i m m o b i l i e r v o u s o u v r e t o u t e s s e s p o r t e s gérants d immeubles agents immobiliers syndics de copropriétés marchands de biens experts immobiliers Bienvenue à l UNIS De plus en

Plus en détail

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013)

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013) Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Juin 214 Artiscope Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 213 (2ème Semestre 213 - Année 213) La révision

Plus en détail

Etudes. Pérennité des entreprises Insertion des créateurs & Impact de l action de l Adie sur l insertion des créateurs et sur leur satisfaction

Etudes. Pérennité des entreprises Insertion des créateurs & Impact de l action de l Adie sur l insertion des créateurs et sur leur satisfaction Etudes Pérennité des entreprises Insertion des créateurs & Impact de l action de l Adie sur l insertion des créateurs et sur leur satisfaction Deux études Étude n 1!: Pérennité des entreprises Insertion

Plus en détail