Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier"

Transcription

1 Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 1 er trimestre 213 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI Après cinq trimestres de stagnation économique, la demande placée Île-de-France connaît une contraction inévitable, avec un recul de 24 % au premier trimestre 213 sur un an glissant. Avec environ 4 m 2 au premier trimestre 213, la demande placée francilienne (1) amplifie la tendance de décélération constatée dès le début 212. Inférieure à la moyenne décennale des premiers trimestres, cette moindre performance, qui traduit une plus faible mobilité des utilisateurs, s explique par la persistance d indicateurs économiques défavorables aux entreprises utilisatrices, particulièrement les PME, habituellement mobiles et qui peinent à soutenir le marché. Répartition géographique de la demande placée au premier trimestre 213 (Source : CFI/données IPD Immostat.) 9 % 16 % 39 % Répartition géographique de la demande placée au premier trimestre 212 (Source : CFI/données IPD Immostat.) 9 % 21 % 35 % Ainsi, le volume des locations de bureaux de moins de 5 m 2 s est réduit de plus d un quart en un an. Les délais de décision chez les grands comptes, bien plus longs, se traduisent également par des effets d à-coups sur les volumes commercialisés des très grandes surfaces. C est le cas en ce début 213, puisque c est ce segment qui acte la plus forte baisse sur un an glissant avec une baisse de plus de 4 %. 29 % Paris Croissant Ouest 1 re Couronne 2 e Couronne La Défense 7 % 29 % Paris Croissant Ouest 1 re Couronne 2 e Couronne La Défense 6 % CONTEXTE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER (Source : Banque de France indicateurs conjoncturels France au 19 avril 213.) FRANCE Premier trimestre 213 (chiffres provisoires) INDICATEURS ÉCONOMIQUES PIB 1,4 % 1,7 %, %, % Taux de chômage 9,3 % 9,8 % 1,6 % 1,8 % (2) Inflation 1,7 % 2,3 % 1,5 % 1,1 % (3) INDICATEURS FINANCIERS Taux directeur BCE 1, % 1,24 %,75 %,75 % Taux Euribor 3 mois France,8 % 1,4 %,57 %,21 % Taux OAT 1 ans France 3,1 % 3,33 % 2,54 % 2,16 % (1) Source Immostat-IPD, données provisoires au 5 janvier 212. (2) Donnée Eurostat, cvs, février 213 (Source Insee T4 212 : 1,2 % en France métropolitaine). (3) IPCH Insee mars 213 en glissement annuel. (4) Taux directeur en vigueur depuis le 5 juillet 212. (5) Moyennes annuelles calculées à partir des taux moyens mensuels (source BDF). IMMOBILIER

2 Point de conjoncture bureaux marché locatif LE NOUVEAU MODE DE FONCTIONNEMENT DU MARCHÉ TERTIAIRE (Source : CFI. ) économie réelle Croissance nulle du PIB Destruction d emplois tertiaires Moindre consommation de surfaces UTILISATEURS BUREAUX Dégradation des marges, trésorerie tendue Rationalisation, réduction coûts fixes, flexibilité Immobilier : renégociation loyer ou prospection MARCHÉ LOCATIF Demande placée portée par les grands utilisateurs Immeubles BBC Modernes, flexibles, moins coûteux Remise sur le marché d immeubles anciens L offre immédiate est globalement stable à 3,581 millions de m 2. Si la tendance globale de stabilisation du stock disponible francilien est un indicateur rassurant pour le marché, seule une analyse sectorielle permet aux investisseurs d appréhender le risque locatif. Des disparités fortes se dégagent, aboutissant, au sein même de chaque pôle tertiaire, à des situations contrastées. Tout d abord, l appétence des grands comptes pour des immeubles neufs ou restructurés a fini par réduire, lentement mais sûrement, cette typologie d actifs, dont la part représente désormais moins de 2 % du stock global. En sens inverse, la part de l offre immédiate de seconde main représente 8 % du stock total et progresse inexorablement. Se pose dès lors la question de la rénovation, et surtout celle de la mise aux normes techniques de ces surfaces, pour lesquelles la rentabilité financière d une réhabilitation n est pas toujours vérifiable, à court ou moyen terme. La production nouvelle, abondante dans certains secteurs du Croissant Ouest et de la Deuxième Couronne, est adaptée à l évolution de la demande des utilisateurs, en recherche de modernisation ou de rationalisation de leur outil immobilier dans un contexte lancinant de stagnation. Mais elle a pour corollaire un accroissement de l offre, et donc du choix de produits offerts sur un secteur donné, au détriment des plus anciens. île-de-france : évolution de la demande placée (en millions de m 2 ) 3 2,5 2 1,5 1, T1 T3 Prévisions T2 T4 26 Répartition géographique de l offre immédiate au premier trimestre Enfin, les livraisons programmées seront plus nombreuses en 213 et 214, du fait du cycle de production immobilière et en raison de la contraction concomitante de la demande placée, de l ordre de 2 % sur un an glissant (du deuxième trimestre 212 au premier trimestre 213). Elles participeront elles aussi à un inévitable accroissement de l offre immédiate en % 15 % 21 % 28 % 5 % Paris Croissant Ouest 1 re Couronne 2 e Couronne La Défense 2 Étude Trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 1 er trimestre 213

3 UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI ANALYSE PAR SECTEUR LOCATIF FRANCILIEN PARIS Le marché locatif parisien est plus résistant sur un an, mais accuse un repli de 35 % par rapport à fin mars 211. À Paris intra-muros, la baisse d activité locative se limite à 15 %, en ce premier trimestre 213 (154 m 2 placés contre 181 m 2 au premier trimestre 212). Le poids des transactions locatives parisiennes s accroît ainsi, ce trimestre, dans le total francilien, passant de 35 % au premier trimestre 212 à 39 %. Mais si le recul peut être qualifié de «contenu» par rapport à celles des autres pôles franciliens, la comparaison avec le volume trimestriel de 211 (238 m 2 commercialisés) est en revanche sans appel, puisqu elle révèle un fort recul (- 35 %). Le Quartier Central des Affaires de Paris s inscrit dans la tendance moyenne parisienne (61 m 2 placés) ainsi que Paris Centre Ouest (18 m 2 en baisse de 16 %). Paris Sud affiche un volume trimestriel légèrement haussier (43 m 2, en hausse de 7 %) tandis que Paris Nord-Est, avec 32 m 2 de bureaux loués, est en recul plus marqué de 34 %. Dans la capitale, l offre immédiate décroît dans tous les secteurs parisiens depuis deux ans. Elle correspond peu ou prou à un an de placement locatif à Paris intra-muros, seuil théorique minimal de fluidité du marché. Néanmoins, le choix structurellement important en plateaux vacants de moins de 3 m 2 permet actuellement aux petites structures d être sélectives et exigeantes dans leur recherche de locaux. Sur les segments de surfaces intermédiaires, comme par exemple celui de 1 à 5 m 2, le niveau élevé des loyers moyens parisiens, conjugué à la flexibilité moindre et à l offre insuffisamment qualitative des locaux anciens disponibles, peut rendre la capitale moins attractive du point de vue de l entreprise utilisatrice. PARIS : DEMANDE PLACÉE AU PREMIER TRIMESTRE 213 (en m 2 ) Paris Q.C.A Paris Centre Ouest Paris Sud Paris Nord Est PARIS : une offre de bureaux maîtrisée (en années de placement locatif) Paris intra-muros Paris Nord-Est Paris Sud Paris Centre Ouest Paris Q.C.A. 1,9 1,2 1,5 1,6 1,4,,3,6,9 1,2 1,5 Base : offre immédiate au premier trimestre 213 rapportée à la demande placée annuelle sur un an glissant, deuxième trimestre 212-premier trimestre 213. Volumes engagés Perspectives de fin d année IMMOBILIER

4 Point de conjoncture bureaux marché locatif LA DÉFENSE Les très grandes surfaces livrables en 213 dans le premier quartier d affaires européen cherchent preneurs. Le secteur de La Défense enregistre des volumes commercialisés toujours modérés, qui s élèvent à moins de 26 m 2 loués au premier trimestre 213 contre 29 m 2 un an plus tôt (en baisse de 12 % sur un an glissant) et 13 6 m 2 à la même période de 211. Parmi ce total placé, près de 12 m 2 ont été loués, ce trimestre, à des utilisateurs bien connus de La Défense : Total à hauteur de 6 1 m 2 et ERDF 5 6 m 2 dans la Tour PB5 (ancienne Tour Scor). Dans le cadre du Plan de renouveau de La Défense, le taux d écoulement de la production «en blanc» sera déterminant pour juger du réel redémarrage du pôle d affaires européen. Hors les disponibilités dans la Tour Europe (27 5 m 2 ), les livraisons «en blanc» de tours certifiées attendues à deux ans (213 et 214) totalisent 253 m 2. «Carpe Diem» (44 m 2 ) et Eqho (78 m 2 ) viendront alimenter l offre neuve en 213 ; suivront, en 214, les Tours Majunga (63 m 2 ), Chartis (23 m 2 ) et D2 (45 m 2 ). LA DÉFENSE : la demande placée en panne? (en m 2 ) (Source: CFI/données IPD Immostat.) T1 25 T1 26 T1 27 T1 28 T1 29 T1 21 T1 211 T1 212 T1 213 T1 Moyenne T1 24-T1 212 CROISSANT OUEST (en milliers de m 2 ) (Source: CFI/données IPD Immostat.) CROISSANT OUEST 1 8 Le marché du Croissant Ouest est toujours plus offreur, dans un contexte bien moins porteur. En ce début 213, le Croissant Ouest a capté deux fois moins de signatures locatives qu au premier trimestre 211 et affiche une baisse de 25 % de la demande placée sur un an glissant (3). La demande placée y totalise à peine 115 m 2, contre 181 m 2 à la même période de 212 et 234 m 2 en 211, soit un recul qui atteint 5 % en deux ans. (2) Premier trimestre 212 comparé au premier trimestre 211. (3) Année glissante du deuxième trimestre 212 au premier trimestre Transactions locatives Offre immédiate (au 4 e trimestre pour ) T Étude Trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 1 er trimestre 213

5 UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI Avec 36 m 2 loués, ce trimestre, la Boucle Sud arrive encore en tête des secteurs attractifs du Croissant Ouest, même si ce volume tranche avec ceux particulièrement élevés de 212 (- 58 % par rapport au premier trimestre 212). Les secteurs de Neuilly-Levallois (près de 34 m 2 ) et de la Boucle Nord (25 3 m 2 ) démarrent plutôt bien l année 213, comparativement à un premier trimestre 212 atone. CROISSANT OUEST (offre exprimée en années de placement locatif) Boucle Nord Péri-Défense 1,92 3,17 Au-delà des chiffres baissiers de la demande placée, ce qui pose surtout question, c est le gonflement du stock immédiat dans le Croissant Ouest (+ 8 % sur un an glissant et + 11 % par rapport au premier trimestre 211), lequel approche le million de mètres carrés à fin mars. La production neuve livrable à l horizon deux ans, quant à elle, représente près de 2 m 2 supplémentaires. Boucle Sud Neuilly-Levallois Croissant Ouest 1,72 2,1 2,11 Cet accroissement est alimenté non seulement par la libération de bureaux anciens, mais aussi par les livraisons de programmes en blanc ; en particulier, sur la Boucle Nord, où l effort productif apparaît bien supérieur au volume placé localement, une vigilance particulière doit se porter sur l offre. Les surfaces immédiatement disponibles représentent plus de trois ans de placement locatif sur un an glissant ; s y ajouteront les programmes «en blanc» livrables en 213 (18 % en surfaces des programmes franciliens attendus cette année).,,5 1, 1,5 2, 2,5 3, 3,5 Base : offre immédiate au premier trimestre 213 rapportée à la demande placée annuelle sur un an glissant, deuxième trimestre 212-premier trimestre 213. PREMIÈRE COURONNE Un démarrage timide dans ce secteur plébiscité en 212. Avec 36 3 m 2 commercialisés sur les trois premiers mois de 213, la Première Couronne, plébiscitée en 212, n échappe pas à la décélération nette de la demande placée (en baisse de 2 % sur un an glissant). Comme en 212, sa part dans les volumes franciliens n atteint que 9 % au premier trimestre, à comparer au score annuel de 2 % réalisé en fin d année dernière. Le secteur sud est en repli de 7 % par rapport à la même période de l an dernier (17 6 m 2 loués au premier trimestre 213), tandis que le poids des livraisons vient gonfler le stock immédiatement disponible de 18 % sur un an glissant. Toutefois, ses communes tertiaires recherchées lui permettent d afficher une absorption rapide de l offre, qui totalise à peine un an de placement locatif. Avec un volume trimestriel placé qui reste faible, l est (7 6 m 2 ) et le nord de la Première Couronne (9 1 m 2 ) se placent en très net retrait, de 45 % à 5 % en mètres carrés loués par rapport au premier trimestre 211. Encore une fois, la comparaison avec l évolution de l offre permet une appréciation plus fine du risque locatif : le secteur est, qui n a totalisé que 47 2 m 2 placés sur une année glissante (1), est en suroffre avec ses 125 m 2 disponibles localement, représentant 2,65 années de placement. PREMIÈRE COURONNE (offre exprimée en années de placement locatif) 1 re Couronne Sud 1 re Couronne Est 1 re Couronne Nord 1 re Couronne,95 1,24 1,26 2,65,,5 1, 1,5 2, 2,5 3, Base : offre immédiate au premier trimestre 213 rapportée à la demande placée annuelle sur un an glissant, deuxième trimestre 212-premier trimestre 213. (1) Année glissante du deuxième trimestre 212 au premier trimestre 213. IMMOBILIER

6 Point de conjoncture bureaux marché locatif DEUXIÈME COURONNE Subissant la crise en direct, la Deuxième Couronne dévisse de 42 % au premier trimestre 213. Le premier trimestre 213 est synonyme de chute des volumes trimestriels pour la Deuxième Couronne, où seulement 67 2 m 2 ont trouvé preneurs contre près de 19 m 2 un an plus tôt (en baisse de 42 %) et 113 m 2 en moyenne décennale. Il faut remonter aux premiers trimestres 22 à 24 pour trouver des volumes inférieurs. Connue pour l attractivité de ses loyers, des surfaces de bureaux couvrant tous les segments de l offre, un stock ancien à obsolète souvent excentré des transports en commun, la Deuxième Couronne porte toujours une offre immédiate disponible significative de 1 12 m 2, en légère décrue de 3 % à fin mars 213. DEUXIÈME COURONNE (offre exprimée en années de placement locatif) ,88 4,76 1,87 2 e Couronne Reste 2 e Couronne 2 e Couronne Sud 2,12 St-Quentinen-Yvelines 4,53 Marne- La-Vallée 5,15 Pôle de Roissy Loin de concourir à l absorption de l offre, les méga-transactions de 212 ont été signées par de grands groupes industriels, qui y libéreront d importantes surfaces de seconde main pour regrouper leurs entités dans des campus à construire. Base : offre immédiate au premier trimestre 213 rapportée à la demande placée annuelle sur un an glissant, deuxième trimestre 212-premier trimestre 213. C est ainsi que la Deuxième Couronne pèse toujours à hauteur de 31 % du total disponible francilien. Dans un contexte de décélération de l activité locative, le niveau d offre approche désormais l équivalent de près de trois ans de placement locatif. 6 Étude Trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 1 er trimestre 213

7 UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI ÉVOLUTION DES LOYERS Le loyer moyen francilien s effrite très légèrement de 1,57 % au premier trimestre 213 sur un an glissant et de 1,26 % par rapport à fin 212. Là encore, à l image des segmentations qui s opèrent sur le marché locatif des bureaux, les évolutions trimestrielles sont contrastées selon les secteurs et au sein même de ces secteurs. Au premier trimestre 213, Paris intra-muros affiche un loyer moyen de 42 /m 2 /an, niveau légèrement haussier de 1,77 % par rapport à fin 212, mais inférieur de 2 % à celui de fin mars 212. Le Quartier Central des Affaires de Paris maintient un loyer moyen élevé à 519 /m 2 /an (en hausse de 1,96 %), retrouvant son niveau de fin 211 ; Paris Centre Ouest subit un réajustement à 385 /m 2 /an (en baisse de 6,1 % sur un an glissant, mais une hausse de 7 % par rapport à fin 212). Paris Sud, dont la demande placée porte sur des surfaces plus récentes ou plus qualitatives, affiche un loyer moyen facial supérieur, à 411 /m 2 /an (en hausse de 2 %), tandis que Paris Nord-Est maintient un niveau de loyer nettement en-deçà de la moyenne parisienne, à 293 /m 2 /an. La plus forte baisse de l Île-de-France concerne le secteur de La Défense, dont le loyer facial moyen, à 379 /m 2 /an, repasse sous la barre des 4 /m 2 /an, enregistrant une correction de 11 % sur un an, et de 8 % sur les trois premiers mois de 213. ÉVOLUTION DES LOYERS SUR UN AN GLISSANT T1 212-T1 213 ( /m²/an H.T. H.C.) (Source : CFI/données IPD-Immostat.) LA DÉFENSE DES REMISES DE PLUS EN PLUS FORTES SUR LES LOYERS FACIAUX Décotes calculées entre loyers faciaux et loyers réels (Source : CFI.) CROISSANT OUEST 275-3,17 % ,24 % PARIS CENTRE-OUEST 385-6,1 % PARIS Q.C.A. PREMIÈRE COURONNE 224-4,68 % ,96 % PARIS NORD-EST 293-9,1 % PARIS SUD ,49 % DEUXIÈME COURONNE ,9 % Même constat, dans une moindre amplitude, sur le Croissant Ouest, qui malgré son niveau attractif de loyer à 275 /m 2 /mois, s affiche en repli de 4 % sur trois mois. Les transactions locatives concrétisées au premier trimestre 213 dans le secteur le plus prisé de Neuilly-Levallois se soldent par un loyer moyen facial baissier de 15 % sur un an glissant (326 /m 2 /an contre 382 /m 2 /an). En Première et Deuxième Couronnes, les évolutions intersectorielles sont contrastées au premier trimestre 213 (de 9 % à + 2 % sur un an glissant), avec des niveaux de loyer moyen relativement bas et plus homogènes, compris entre 25 /m 2 /an et 236 /m 2 /an en Première Couronne, entre 132 /m 2 /an (Roissy) et 151 /m 2 /an en Deuxième Couronne, sauf le secteur sud, à 17 /m 2 /an. CROISSANT OUEST 8% à -17% PARIS PREMIÈRE COURONNE 13% à -17% 1% à -23% DEUXIÈME COURONNE 1% à -26% Sur un marché de moins en moins transparent, la variation des loyers d affichage ne reflète pas un indicateur fiable susceptible d être utilisé sans retraitement par les opérateurs immobiliers pour analyser l évolution réelle du marché et des flux de revenus locatifs escomptables. À partir de ce constat, l analyse de Crédit Foncier Immobilier, réalisée à partir de la base statistique des baux commerciaux les plus récents étudiés par Crédit Foncier Expertise depuis 212, restitue dans la carte ci-contre les écarts significatifs entre les loyers moyens affichés et les diverses mesures d accompagnement consenties aux locataires. IMMOBILIER

8 Crédit Foncier Immobilier développe une plate-forme de services et de conseil à destination des grands propriétaires, professionnels de l immobilier, établissements financiers et particuliers, pour les accompagner dans la valorisation de leur patrimoine. CONTACTS crédit foncier immobilier Nos métiers du conseil et de l expertise Christian de Kerangal, directeur général délégué Tél. : Direction des Études Emmanuel Ducasse, directeur Tél. : Crédit Foncier Conseil et Audit Sandrine Fougeirol du Boullay, directrice Tél. : Crédit Foncier Expertise Philippe Taravella, directeur général Tél. : Serexim, avis de valeur Richard Walter, directeur général Tél. : Nos métiers de la transaction Olivier Boussard, directeur général délégué Tél. : Ad Valorem Investissement Conseil à l investissement Laurent de Franssu, responsable du département Tél. : AD VALOREM BUREAUX Vente et location de bureaux Laurent Vignon, directeur Tél. : MILLESIME BY AD VALOREM Immobilier haut de gamme Dominique Beguet, directeur Tél. : Ad Valorem RÉSIDENTIEL Vente d immobilier neuf Nicolas de Bucy, directeur Tél. : Grégory Moreaux, directeur adjoint Tél. : Ad Valorem Gestion Éric Lucia, directeur Tél. : Crédit Foncier Immobilier. Siège social : 19 rue des Capucines 752 Paris. RCS Paris Photononstop. Conception-réalisation :. 15 implantations, autant de marques d attention Toutes nos études de marché locales sont consultables sur : LILLE ROUEN PARIS RENNES TOURS NANTES LYON BORDEAUX DIJON NANCY CHAMBÉRY TOULOUSE MONTPELLIER MARSEILLE NICE 8 Étude Trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 1 er trimestre 213

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 2 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif L INÉVITABLE REPLI D ACTIVITÉ

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 3 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif FORTE DÉCÉLÉRATION SUR LES GRANDES

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 2013 : UN BON DEUXIÈME SEMESTRE EN PERSPECTIVE 2 e trimestre 2014 Direction des Études Point de conjoncture bureaux Marché locatif Île-de-France UN MARCHÉ

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 4 e trimestre 13 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif Île-de-France 13 : le levier des

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions Fort recul des grandes transactions 5 juillet 2012 Contents Executive summary 1 Carte de synthèse 2 Demande placée et taux de rotation 3 Offre immédiate et taux de vacance 4 Loyers moyens 5 Définitions

Plus en détail

LES PRIX IMMOBILIERS

LES PRIX IMMOBILIERS LES PRIX IMMOBILIERS Bilan de l année 2014 Janvier 2015 Cimm Immobilier - Crédit Foncier - Crédit Logement - Crédit Mutuel - Gécina - SeLoger.com - SNPI - Sogeprom 1 LE NOMBRE DE RÉFÉRENCES TRAITÉES PAR

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 213 : UN BON DEUXIÈME SEMESTRE EN PERSPECTIVE 3 e trimestre 214 Direction des Études Point de conjoncture bureaux Marché locatif Île-de-France COUP DE FREIN

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2015 L Tableau de bord mensuel Mai 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Perspectives Entreprises Ile-de-France 3 e trimestre 2013 Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Alors qu ils «résistaient» jusque-là, les loyers faciaux sont en

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Les faits marquants de l année 2013 Offre de bureaux disponibles : 1. Le choix de bureaux ne cesse de s accroître L offre a augmenté de 9% en

Plus en détail

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 2 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS N 17 TENDANCE GLOBALE DU MARCHÉ IMMOBILIER AU 4 ème TRIMESTRE 2013 1 1. Tendance globale du marché immobilier au cours du 4 ème trimestre 2013 En glissement trimestriel,

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014 L Tableau de bord mensuel Juin 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Jean-Claude Driant Lab Urba Université Paris Est Séminaire du GERI Mobilitas - le 26 mars 2015 Crise du logement?

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux L'analyse des Besoins Sociaux (ABS) sur le territoire de la commune de la Bordeaux est une procédure annuelle qui doit permettre une appréhension globale des

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 LES TENDANCES DU MARCHÉ DONNÉES DE MARCHÉ Evolution du PIB depuis 2007 6 Transaction annuelles en Ile de France Global 7 Transactions en Ile-de-France T3 8 Offre disponible à un

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998 Les crédits au logement consentis aux ménages en Les crédits nouveaux à l habitat mis en force 1 en ont atteint 341,93 milliards de francs en données brutes 2, contre 307,9 milliards en 1997 (+ 11,1 %).

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 3 au 7 décembre 212 SOMMAIRE FRANCE 1. Prix des appartements anciens au 3 ème trimestre 212 : -,5% sur un an, première baisse depuis fin 29, tensions persistantes à Paris 2. Crédits

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs

Commercialisation des logements neufs COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs Résultats au deuxième trimestre 2015 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Au deuxième

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS N 20 TENDANCE GLOBALE DU MARCHÉ IMMOBILIER AU 3 ème TRIMESTRE 2014 1. Tendance globale du marché immobilier au cours du 3 ème trimestre 2014 En glissement trimestriel,

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles

Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles Intervention de Laurent Escobar, directeur associé Lille Métropole -

Plus en détail

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013.

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013. Lettre immobilière du GRAND LYON Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre Marché Tertiaire Dans un contexte économique tendu au niveau national, plus largement, au sein de la zone euro, le marché

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research #Club Pierre Marché des bureaux en Ile-de-France 9 Juillet 2015 DTZ Research Un 2 ème trimestre meilleur que le 1 er.. Demande placée de bureaux en Ile-de-France, en milliers de m² 3 000 2 500 2 000 1

Plus en détail

DES INDICATEURS PLUTOT ENCOURAGEANTS CE TRIMESTRE EN DROME :

DES INDICATEURS PLUTOT ENCOURAGEANTS CE TRIMESTRE EN DROME : NOTE DE CONJONCTURE Suivez l actualité des entreprises de la Drôme 4ème trimestre DES INDICATEURS PLUTOT ENCOURAGEANTS CE TRIMESTRE EN DROME : Une poursuite de la stabilisation du niveau d activité, une

Plus en détail

et les tendances récentes

et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2016 Le 1 trimestre 2016 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble Lensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

vos contacts CREDIT FONCIER IMMOBILIER

vos contacts CREDIT FONCIER IMMOBILIER vos contacts CREDIT FONCIER IMMOBILIER Direction générale Comité de direction, général délégué Crédit Foncier Immobilier Stéphane Imowicz, général, général délégué Stéphane Imowicz général Tél. : 01 57

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

Crédit Foncier Immobilier s organise autour de deux pôles structurants

Crédit Foncier Immobilier s organise autour de deux pôles structurants Paris, le 31 janvier 2011 Crédit Foncier Immobilier s organise autour de deux pôles structurants Le 9 novembre dernier était annoncée la création de Crédit Foncier Immobilier, un nouvel acteur majeur du

Plus en détail

ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études

ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études creditfoncierimmobilier.fr ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études 4 e trimestre 2014 Point de conjoncture bureaux marché locatif Île-de-France 2014 : UNE EMBELLIE DU MARCHÉ ENCORE ARTIFICIELLE, AU PRIX

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 22ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mardi 16 mars 2010 - Les faits marquants en 2009

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission en Nouvelle-Calédonie entre 1999 et 26 AGENCE DE NOUMÉA Octobre 26 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 1 - SIRET 78 43 111 1 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598

Plus en détail

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES 14 NOVEMBRE 2012 1 ère PARTIE LES LOYERS DES COMMERCES 1 UN CONTEXTE ECONOMIQUE INCERTAIN Situation économique difficile depuis de 2eme semestre 2008. Stagnation de la

Plus en détail

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO?

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? PRIX À LA CONSOMMATION 5 Indice général et inflation sous-jacente variation sur 12 mois en % 4 3 Indice général 2 1 Indice hors alimentation et énergie

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 CGDD / MEDDE / SOeS Chiffres et Statistiques NUMÉRO 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 Au deuxième trimestre 2015, 26 500 logements neufs ont été

Plus en détail

L immobilier d entreprise en Essonne. Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014

L immobilier d entreprise en Essonne. Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014 L immobilier d entreprise en Essonne Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014 Un accompagnement sur mesure La force d un réseau, la proximité pour atout 27 ans d expérience dans le métier de conseil en immobilier

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

IMMOBEL annonce de solides résultats principalement générés par la réalisation d un projet-phare.

IMMOBEL annonce de solides résultats principalement générés par la réalisation d un projet-phare. Bruxelles, le 27 août 2010 17h40 Information réglementée COMMUNIQUÉ DE PRESSE RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2010 IMMOBEL annonce de solides résultats principalement générés par la réalisation d un projet-phare.

Plus en détail

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier...

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier... 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire 2 Synthèse 6 Présentation

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 21ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mars 2009 - Les faits marquants en 2008 : la diffusion

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : RESULTATS ANNUELS 2012

COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : RESULTATS ANNUELS 2012 PARIS, LE 14 FEVRIER 2013, COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : RESULTATS ANNUELS 2012 Le Conseil d administration de SIIC de Paris, dans sa réunion du 13 février 2013 présidée par Monsieur Ignacio Bayón

Plus en détail

AGGLOMÉRATION LYONNAISE

AGGLOMÉRATION LYONNAISE AGGLOMÉRATION LYONNAISE BILAN 215 MARCHÉ DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SOMMAIRE AGGLOMÉRATION LYONNAISE Chiffres-clés et tendances p. 3 La demande placée de bureaux p. 4 L offre de bureaux p. 5 Les valeurs

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

La confiance décroche chez les dirigeants de PME-ETI

La confiance décroche chez les dirigeants de PME-ETI Résultats du 42 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI La confiance décroche chez les dirigeants de PME-ETI Paris, le 18 décembre 2014 La Banque Palatine, banque des moyennes entreprises et des ETI au

Plus en détail

Le grenelle de l environnement. Présentation et conséquences

Le grenelle de l environnement. Présentation et conséquences Le grenelle de l environnement Présentation et conséquences Introduction - Le Grenelle de l Environnement regroupe des mesures précises et des dispositions générales qui doivent entrainer sur le court

Plus en détail

L immobilier d entreprise en Essonne

L immobilier d entreprise en Essonne L immobilier d entreprise en Essonne Conférence CCI Vendredi 29 Novembre 2013 Un accompagnement sur mesure La force d un réseau, la proximité pour atout 26 ans d expérience dans le métier de conseil en

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français?

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? Etude Empruntis Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? La situation du crédit Les taux fixes : du jamais vu depuis 1945... 5,00 4,50 4,00 Baromètre Empruntis Taux fixes à 15 ans 3,50

Plus en détail

Total Passif 316,0 310,6

Total Passif 316,0 310,6 Acanthe Développement RESULTATS ANNUELS 2014 Faits Marquants Paris, le 24 Avril 2015 Patrimoine Immobilier 295 Millions d euros Résultat net consolidé (part du groupe) 1.533 K ANR 1,2882 / action Cours

Plus en détail

Immobilier et Assurance Vie

Immobilier et Assurance Vie Immobilier et Assurance Vie GRESHAM, une marque APICIL Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le fonctionnement des SCPI au sein de l'assurance Vie...p3 Pourquoi la SCPI Primopierre?...p4

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison?

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? 2013 : scénarios pour l économie française Scénario central 80% de probabilité

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015

Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015 Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008 42142 CHAPITRE Alsace I. Immobilier d entreprise... 172 A. Construction... 172 B. Zoom sur la ville de Strasbourg... 173 II. Immobilier résidentiel... 176 A. Construction... 176 B. Zoom sur la ville de

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs

Commercialisation des logements neufs COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 730 Février 2016 Commercialisation des logements neufs Résultats au quatrième trimestre 2015 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Au quatrième

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail