esynthèse Études & Recherche Le marché des bureaux en Ile-de-France Août 2007 Forte augmentation de l'offre neuve

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "esynthèse Études & Recherche Le marché des bureaux en Ile-de-France Août 2007 Forte augmentation de l'offre neuve"

Transcription

1 esynthèse Le marché des bureaux en Ile-de-France Août 27 Forte augmentation de l'offre neuve Études & Recherche Les commercialisations de bureaux en Ile-de-France se maintiennent à un très bon niveau en 27. Elles ont atteint un total de m² au 1 er semestre 27, soit un niveau très proche de celui observé au cours du 1 er semestre 26. La conjoncture macro-économique est bien orientée - notamment la création d'emploi tertiaire - et soutient favorablement le marché immobilier de bureaux. Le socle de marché des petites et moyennes surfaces est en croissance. Le dynamisme du segment de marché des grandes surfaces ne faiblit pas. Les bureaux neufs et rénovés de grande taille sont toujours aussi attractifs. L'augmentation de la production d'offre neuve est une réponse à la forte demande de bureaux de qualité. Depuis le début de l'année, 29 grands chantiers de bureaux ont été lancés. En conséquence, le volume des chantiers en cours de construction a progressé de 5 % en un an, pour atteindre 1 2 m². Comme le niveau des livraisons est sensiblement égal à l'absorption nette, l'offre ne diminue pas. Avec m² de bureaux disponibles à fin juin 27, le stock d'offre à un an est resté stable par rapport à la fin d'année 26. En fait, par son niveau élevé de production, l'offre neuve maintient le marché francilien dans une situation globale d'équilibre. Globalement équilibré, le marché francilien est en revanche localement de plus en plus différencié. Le marché parisien se distingue très nettement de tous les autres secteurs franciliens. Comme la production de bureaux neufs dans la capitale n'est pas suffisante pour répondre à la demande, les bureaux anciens, et en premier lieu les bureaux rénovés, constituent un marché naturel de report. L'offre de seconde main se consomme et diminue donc fortement. En conséquence, les tensions de marché s'accroissent et les hausses de loyer se sont généralisées en 27 à quasiment tous les segments et secteurs de marché parisiens. Si Paris reste une exception en Ile-de-France, c'est que partout ailleurs les tensions de marché ne sont pas suffisantes pour générer des hausses équivalentes de loyer. Certes, les loyers de bureaux neufs sont en augmentation dans quelques communes, telles que Issy-les-Moulineaux et Boulogne- Billancourt. Mais ces hausses sont ponctuelles et liées à la qualité intrinsèque de quelques immeubles neufs haut de gamme et bien localisés. Elles ne découlent donc pas de tensions de sousoffre. Car l'offre reste en fait abondante en dehors de Paris. Dans ce contexte, le marché francilien n'est pas exempt de tout risque géographique. En effet, la production de bureaux neufs est particulièrement forte dans des secteurs où l'offre existante est déjà abondante. C'est notamment le cas des premières couronnes Nord et Sud, deux zones où la mise en relation des niveaux de commercialisations avec ceux de l'offre neuve et de seconde main laisse apparaître quelques déséquilibres. La résorption de ces déséquilibres dépendra de la capacité du marché à réguler la production d'offre neuve et à favoriser le déplacement des grands utilisateurs. Cette résorption est aussi la condition nécessaire à toute augmentation généralisée des loyers en périphérie.

2 1 Transactions En 27, les commercialisations de bureaux se maintiennent au même niveau qu'en 26 Au 1 er semestre 27, m² de bureaux ont été commercialisés en Ile-de-France, soit un niveau très proche de celui observé au 1 er semestre 26 (-3 %). Le dynamisme des transactions est lié, pour partie, à la conjoncture macro-économique. Cette dernière, bien orientée, soutient favorablement le marché immobilier de bureaux. Même s'il est loin d'atteindre les sommets de 2, l'emploi tertiaire a connu une croissance soutenue en 26 en Ile-de-France (+55 postes). Cette dynamique se poursuit en 27 puisque, sur le seul 1 er trimestre, près de 35 emplois tertiaires ont été créés. Par ailleurs, les prévisions de croissance du PIB, de l'ordre de 2, 2,2 % pour 27 et 2,2 2,4 % pour 28, laissent entrevoir des perspectives de développement pour les entreprises. C'est pourquoi, certains utilisateurs prévoient des augmentations d'effectifs et, pour les satisfaire, planifient des déménagements. La hausse actuelle des valeurs peut même dans certains cas les inciter à anticiper ces déménagements. La croissance du marché est solide puisque que le socle des petites et moyennes surfaces est en progression (+12 % par rapport au 1 er semestre 26). Le segment des grandes surfaces de plus de 5 m² accuse, quant à lui, une diminution par rapport à 26 (-21 %). Mais les grandes transactions avaient atteint un niveau particulièrement exceptionnel en 26, grâce notamment à trois commercialisations de plus de 5 m². En outre, bien qu'en diminution, le segment de marché des grandes transactions se maintient à un très bon niveau. Sur l'ensemble du 1 er semestre 27, on compte 42 transactions de plus de 5 m² pour un volume correspondant de 523 m². Les grands utilisateurs sont donc toujours aussi présents sur le marché. Le secteur public est devenu en quelques années un acteur régulier et important du marché. En 27, près de 8 m² de bureaux ont été commercialisés par le secteur public, soit 15 % du total des grandes transactions. Les transactions des entreprises cotées à la bourse de Paris au sein du compartiment A, incluant les entreprises du CAC 4, représentent plus de 2 m², soit 4 % du total des commercialisations de plus de 5 m². Les groupes étrangers sont eux aussi actifs : 8 m² de bureaux ont été pris à bail par des sociétés étrangères. Qu'elles soient françaises ou étrangères, ces grandes entreprises ont en commun de profiter de la forte croissance mondiale, bien supérieure à la croissance française. Elles en bénéficient bien plus que les PME hexagonales. Comme leur santé financière est meilleure, elles peuvent plus facilement accepter des augmentations de coûts liées aux hausses des loyers. Ces grands groupes sont aussi prioritairement ceux qui intègrent les nouvelles normes environnementales (HQE). Transations trimestrielles Source : Immostat > 5 < 5

3 2 Transactions Transactions par tranche de surface au 1 er semestre > < Source : Immostat Transactions par secteur au 1 er semestre 3 25 Paris QCA Paris Paris hors QCA La Défense Péri- Défense Croissant Ouest Neuilly / Levallois Boucle Nord Boucle Sud 2 1 ère Couronne ère couronne Nord 1 ère couronne Sud 1 ère couronne Est Source : Immostat > 5 < 5

4 3 Absorption nette L'absorption nette a atteint 1 1 m² en Ile-de-France en 26 L'absorption nette est définie comme la variation du parc occupé ou, autrement dit, comme la différence entre la variation du parc et la variation de l'offre immédiate. Elle dépend donc tout à la fois des livraisons et destructions de bureaux, qui font varier le parc de bureaux, et des libérations et transactions de bureaux, qui font varier l'offre immédiate. L'absorption nette traduit les variations de l'utilisation de surfaces des entreprises. Les transactions des entreprises qui ne prennent pas de surfaces supplémentaires - la demande déplacée - ne génèrent aucune variation de l'offre, puisque les surfaces libérées sont identiques aux surfaces prises (absorption nulle). En revanche, les transactions des entreprises qui libèrent moins de surfaces qu'elles n'en prennent génèrent une diminution de l'offre (absorption positive). L'absorption est donc fortement liée à la variation de l'emploi de bureaux. En effet, une prise de surfaces de bureaux supplémentaires par une entreprise découle souvent de l'accroissement de ses effectifs et donc, au niveau macro-économique, d'une augmentation de l'emploi tertiaire. C'est pourquoi, on observe que l'absorption nette est fortement positive en période de forte croissance de l'emploi comme durant les années 1998/2 et peut être, à l'inverse, négative en période de ralentissement économique comme en 21/22. En 26, l'absorption nette a atteint 1 1 m², soit un niveau identique à celui observé en 25. Ce niveau est à mettre en relation avec la création soutenue d'emploi tertiaire en 25 (+58 ) et en 26 (+55 ). Dans le passé, l'absorption nette n'a été supérieure qu'à la fin des années 8 et à la fin des années 9, périodes de forte croissance économique au cours desquelles la création d'emploi tertiaire avait été bien meilleure qu'aujourd'hui. Bien orientées, les perspectives macro-économiques des deux années à venir laissent donc augurer une absorption nette positive pour les deux prochaines années à un niveau au moins égal à celui de 26. Seul un nouveau rebond dans la croissance de l'emploi tertiaire pourrait permettre une augmentation de l'absorption nette en Ile-de-France. Absorption nette (IEIF / Atisreal) Bureaux Ile-de-France Source : IEIF, ORIE, Immostat, Atisreal

5 4 Offre La production d'offre neuve est en forte augmentation en 27 Portés par la surabondance de liquidités et nourris par les promesses de hausse des revenus locatifs futurs, les investisseurs lancent plus facilement les opérations. Ainsi, depuis le début de l'année 27, aux 17 mises en chantier du 1 er trimestre, se sont succédées 12 nouvelles mises en chantier au 2 ème trimestre. En conséquence, le volume de l'offre en cours de construction a fortement augmenté (+5 % sur un an) pour atteindre 1 2 m² en juin 27. Quelles en sont les conséquences pour le marché francilien des bureaux? Tout d'abord, par le niveau élevé de sa production, l'offre neuve alimente le marché francilien de nombreux nouveaux produits et, en conséquence, le maintient dans une situation globale d'équilibre. Avec m² de bureaux disponibles à fin juin 27, le stock d'offre à un an est ainsi resté stable par rapport à fin décembre 26. Une stabilité globale de l'offre à un an qui cache une diminution de l'offre de seconde main (-17, soit -6 %) et une hausse concomitante de l'offre neuve (+18, soit +21 %). Plus fondamentalement, l'équilibre global du marché francilien découle du fait que le niveau de production de bureaux neufs est sensiblement égal à celui de l'absorption nette de surfaces de bureaux. En effet, pour que l'offre reste stable, il faut que le marché absorbe un volume de surfaces équivalent au volume total des livraisons de nouveaux bureaux. Ce qui est le cas, puisque l'absorption atteint 1,1 million de m². Enfin, il ne faut pas oublier que l'offre neuve participe au dynamisme des commercialisations. Fonctionnelle et de qualité, prenant de plus en plus en compte les normes environnementales (HQE), l'offre neuve est à même de répondre aux besoins des utilisateurs à la recherche de nouveaux locaux. Mais elle peut même aussi, par son attrait, susciter des déménagements. Autrement dit, l'offre neuve crée de la demande. Offre future T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T Chantiers en cours PC obtenu

6 5 Offre Offre neuve disponible à fin juin : : : : : : : Offre livrée 2ème sem. 1er sem. 2ème sem. 1er sem. 2ème sem. 1er sem. 2ème sem. PC Obtenus Chantiers en cours Offre livrée Offre disponible à un an (en fin de période) T2 Neuf Seconde main

7 6 Offre et Transactions Le marché francilien n'est pas exempt de tout risque géographique Globalement en Ile-de-France, l'augmentation de la production de bureaux neufs est une réponse à la forte demande de bureaux modernes et de qualité. Géographiquement, la production d'offre neuve est hétérogène. Sur les 1 2 m² actuellement en construction en Ile-de-France, 7 % le sont dans Paris QCA, 14 % dans Paris hors QCA, 16 % à La Défense, 22 % dans le Croissant Ouest, et 3 % en 1 ère Couronne. Cette répartition géographique est très différente de celle observée début 24. Les chantiers dans Paris QCA représentaient à l'époque 22 % du total, contre 16 % pour ceux de 1 ère Couronne. Le marché francilien a donc connu en l'espace de trois ans un changement radical dans la répartition géographique de l'offre neuve en construction. La modification récente de la distribution géographique de l'offre neuve est, dans une certaine mesure, une conséquence de l'évolution des taux de rendement. Outre la rareté foncière, en période de baisse généralisée des taux initiaux, comme le connaît l'ile-de- France depuis plusieurs années, les perspectives de fortes plus-values en capital ont en effet favorisé le développement d'opérations neuves en périphérie, là où les taux étaient les plus élevés. Aujourd'hui que les taux atteignent des niveaux planchers et que l'écart des rendements entre secteurs s'est fortement réduit, les perspectives de plus-values en capital sont moins élevées. Elles ne reposent plus désormais que sur les hausses de loyers. Toute hausse de loyer nécessite que les tensions de marché soient suffisantes pour les générer. Or aujourd'hui, cela n'est pas partout assuré. Car même en période de hausse des commercialisations, le risque de vacance n'est pas inexistant sur certains actifs. Le risque locatif est d'autant plus grand quand la production de bureaux neufs est forte. A ce titre, la mise en relation des niveaux d'offre avec les niveaux de commercialisations laisse apparaître des déséquilibres dans certains secteurs. Ainsi, la production d'offre neuve en 1 ère Couronne apparaît importante au regard des niveaux de commercialisation. Le volume des chantiers en cours a notamment progressé sur un an de 378 % en 1 ère Couronne Nord pour atteindre 13 m². En y ajoutant l'offre neuve livrée, c'est un total de 18 m² de bureaux neufs, soit un volume très largement supérieur au rythme annuel des commercialisations de bureaux neufs (5 m²). On retrouve un déséquilibre similaire en 1 ère Couronne Sud. Pour ces zones, la résorption des déséquilibres dépendra de la captation des demandes. Si les secteurs d'affaires traditionnels sont clairement les plus recherchés par les utilisateurs, le manque d'offre dans Paris et le niveau plus élevé des valeurs pourraient néanmoins favoriser d'autres secteurs moins centraux. D'ailleurs, à l'instar de Montreuil et de la 1 er Couronne Est, l'expérience a montré que des zones périphériques ont su attirer de nombreux utilisateurs en jouant sur la mobilité des entreprises et l'attractivité des valeurs d'immeubles neufs de qualité. Tension de marché (évolution juin 26-juin 27) SUR-OFFRE 9 Offre > 2 fois les transactions 2ème Couronne ÉQUILIBRE Offre à 1 an La Défense 1ère Couronne Paris hors QCA Croissant Ouest Paris QCA 2 SOUS-OFFRE 1 Offre > Transactions Transactions

8 7 Offre neuve Offre neuve livrée en Ile-de-France T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T Paris QCA Paris hors QCA La Défense Croissant Ouest 1 ère Couronne 2 ème Couronne Offre en chantier en Ile-de-France T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T Paris QCA Paris hors QCA La Défense Croissant Ouest 1 ère Couronne 2 ème Couronne

9 8 Loyers Les loyers connaissent une hausse sélective et différenciée Paris QCA et Paris hors QCA sont les seuls secteurs à connaître des hausses généralisées des valeurs en 27. La capitale est plus que jamais attractive. Comme la production d'offre neuve est limitée dans la capitale, et qu'elle ne suffit pas à répondre à toutes les demandes, le marché des bureaux de seconde main constitue un marché naturel de report. L'absorption de l'offre de seconde main est donc forte en un an, l'offre à un an de seconde main a diminué de 25 % dans Paris, soit -25 m² - et les tensions de marché s'accentuent. En conséquence, les loyers parisiens connaissent de fortes augmentations. Elles s'observent notamment dans Paris QCA où, dans le segment des bureaux prime, les loyers dépassent désormais la barre des 8. Mais elles touchent aussi les bureaux de seconde main. Ainsi, le loyer facial moyen des bureaux de seconde main inférieurs à 5 m² a progressé en six mois de +4 % dans Paris QCA et de +11% dans Paris Centre Ouest, pour atteindre respectivement 432 et 336. Il est à noter que parmi les augmentations de loyer de seconde main observées dans Paris, les plus fortes hausses sont à mettre à l'actif des locaux rénovés. Ces derniers constituent en effet un segment de marché cible très prisé par les utilisateurs à la recherche de locaux de qualité. Par ailleurs, en contrepartie de ces hausses des loyers faciaux, les mesures d'accompagnement demeurent toujours présentes. Si l'on excepte une légère baisse observée dans Paris hors QCA, les mesures d'accompagnement n'ont pas connu d'évolution notoire dans Paris en 27. Autrement dit, la hausse du loyer économique découle pour le moment de la hausse du loyer facial et de la stabilité concomitante des mesures d'accompagnement. Paris reste l'exception en Ile-de-France. En effet, dans tous les autres secteurs, les tensions de marché ne sont pas suffisantes pour générer des hausses de loyer comparables à celles que l'on observe dans la capitale. Cependant, des augmentations ponctuelles peuvent avoir lieu au sein de quelques zones bien spécifiques. C'est le cas notamment de Boulogne-Billancourt et d'issy-les-moulineaux, deux communes où les loyers des bureaux neufs ont connu une progression significative en 27. Toutefois, ces hausses de valeurs ne découlent pas de l'accroissement des tensions de marché mais relèvent plutôt de la qualité intrinsèque de quelques produits. En effet, les hausses correspondent à quelques transactions signées sur des immeubles neufs, haut de gamme, et bénéficiant de la proximité de Paris. Ce phénomène s'observe dans une moindre mesure dans certaines communes de la Boucle Nord de la Seine. Si l'on excepte ces quelques communes, ailleurs en périphérie les hausses des valeurs seront en partie conditionnées par la capacité du marché à réguler la production d'offre neuve. Mesures d accompagnement (évolution 26-27) 3 % Paris QCA Paris hors QCA La Défense Croissant Ouest 1ère Couronne 2ème Couronne max moyenne min

10 9 Loyers Paris Loyers faciaux moyens pondérés (moyenne mobile sur trois trimestres) Neuf Seconde main HT.HC. / / an < > 2 < > Paris QCA ns 445** 538** Paris Centre-Ouest ns ns ns Paris 3/ 4 / 1 / ** ns ns ns Paris 5 / 6 / * 519 ns 514* 55* Paris 12 / * ns ns ns Paris 14 / * ns ns ns Paris 18 / 1 9 / ns * dernière valeur connue : 27-T1 - ** dernière valeur connue : 26-T4 - ns : non significatif Croissant Ouest et 1 ère Couronne Loyers faciaux moyens pondérés (moyenne mobile sur trois trimestres) Neuf Seconde main HT.HC. / / an < > 2 < > 2 ns 53 ns La Défense * 317 Péri-Défense * 416** 373** ns Neuilly/Levallois ns Boucle Nord ns Boucle Sud * 1 ère Couronne Nord ** 243** 258** 275** 1 ère Couronne Est * ** ère Couronne Sud ns * dernière valeur connue : 27-T1 - ** dernière valeur connue : 26-T4 - ns : non significatif 2 ème Couronne Loyers faciaux moyens pondérés (moyenne mobile sur trois trimestres) Neuf Seconde main HT.HC. / / an < > 2 < > 2 179* ns ns 2 ème Couronne Ouest- Diffus * 171** * Saint-Quentin * * dernière valeur connue : 27-T1 - ** dernière valeur connue : 26-T4 - ns : non significatif ns ns ns Cergy * ns ns 2 ème Couronne Nord - Diffus 17 ns ns 181** 18* ns Roissy * ns 135 ns ns 2 ème Couronne Est - Diffus ** 177** 149* * Marne-la-Vallée ** 2 182** ème Couronne Sud ns ns ns Evry ns

11 1 Chiffres clés Secteurs Transactions (Immostat) Taux de vacance (Immostat) Glissement annuel Parc en 26 Volume 27-T2 Juin 27 Juin 26 Volume 27-T2 Taux de variation (ORIE DREIF) 27-T2 / 26-T2 Paris QCA % 4, % 5,2 % Paris hors QCA % 2,6 % 3,2 % La Défense % 4,4 % 6,2 % Boucle Nord % 11,7 % 9,8 % Péri-Défense % 7,9 % 8,6 % Neuilly / Levallois % 5,4 % 4,3 % Boucle Sud % 7, % 6, % ère Couronne Nord % 1,1 % 9, % ère Couronne Est % 4,6 % 8,2 % ère Couronne Sud % 9,3 % 8,7 % ème Couronne % 4,7 % 4,1 % TOTAL % 5, % 5,1 % Offre disponible à un an Chantiers en cours PC Obtenus Taux de variation Secteurs Juin 27 Juin 27 / Volume Taux de variation Volume Taux de variation Juin 27 / Juin 27 / Juin 26 Juin 27 Juin 26 Juin 27 Juin 26 Paris QCA % % ns Paris hors QCA % % % La Défense % % ns Boucle Nord % % % Péri-Défense % % % Neuilly / Levallois % % ns Boucle Sud % % % 1 ère Couronne Nord % % % 1 ère Couronne Est % % ns 1 ère Couronne Sud % % % 2 ème Couronne % % % TOTAL % % %

12 11 Secteurs Immostat

13 12 Annexes Les données chiffrées utilisées par Atisreal, pour la réalisation de ses statistiques, intègrent l ensemble des informations en sa possession lors de leur élaboration. Ces statistiques peuvent être amenées à évoluer en fonction d informations nouvelles, souvent initialement confidentielles, portées à notre connaissance. Définitions de A à Z Blanc / Gris "En blanc" : construction lancée sans vente ou location préalable à un utilisateur. "En gris" : projet dont le chantier ne sera lancé qu'après location ou vente de tout ou partie à un utilisateur. Clé en main locatif Opération réalisée pour les besoins propres d un utilisateur qui en est locataire. Compte propre Opération réalisée pour les besoins propres d un utilisateur qui en est propriétaire. Demande Recherche de locaux exprimée auprès d'atisreal. L'analyse porte sur le seul flux des demandes nouvelles exprimées. HQE (Haute Qualité Environnementale) Démarche volontaire de gestion de la qualité environnementale des opérations de construction ou de réhabilitation de bâtiments. Cette démarche est à l initiative des professionnels de l immobilier et de la construction et fait l objet d une procédure de certification établie par l AFNOR (Association Française de Normalisation). ICC (Indice du Coût de la Construction) Indice qui mesure chaque trimestre l'évolution des prix de construction des bâtiments neufs à usage principal d'habitation. Il s'agit du prix TVA incluse, payé par les maîtres d'ouvrages aux entreprises de construction. Il exclut les prix et coûts liés au terrain (viabilisation, fondations spéciales, etc.), ainsi que les honoraires, les frais de promotion et les frais financiers. Immeuble (état) Neuf : immeuble construit depuis moins de 5 ans. Restructuré : immeuble ayant fait l'objet, depuis moins de 5 ans, de transformations affectant sa structure et soumises à permis de construire. Récent : immeuble de moins de 1 ans. Rénové : immeuble ayant fait l'objet de travaux de rénovation, depuis moins de 5 ans, sans entrer dans le champ du permis de construire. Moderne : immeuble performant de plus de 1 ans. Ancien : immeuble peu performant de plus de 1 ans. Immostat Groupement d Intérêt Economique (GIE) créé en 21, qui associe Atisreal, CB Richard Ellis, DTZ Jean-Thouard et Jones Lang LaSalle. Pour créer des bases de données homogènes, les quatre conseils ont adopté de nombreuses définitions communes : secteurs de marché de l'ile-de-france, état des immeubles et des locaux, définition des surfaces prises en compte, des loyers, etc. L'organisation du GIE garantit l'indépendance du traitement des données et le respect des engagements de confidentialité de chacun de ses membres. Sont concernés les marchés de la région parisienne : - utilisateurs d'entrepôts d'une superficie supérieure à 5 m² et de bureaux. - investisseurs en immobiliers d entreprise. Loyer Facial : loyer par mètre carré et par an, inscrit au bail, exprimé hors taxes et hors charges. Ne tient pas compte des locaux annexes tels que parkings, archives, restaurant interentreprises (RIE)... En cas de loyer progressif, la valeur retenue est la moyenne des valeurs des trois premières années ou de la durée ferme du bail. Facial moyen : moyenne pondérée par la surface des loyers faciaux. Pour les loyers trimestriels, une moyenne mobile pourra être utilisée pour présenter des évolutions lissées. Economique : loyer par mètre carré et par an, exprimé hors taxes et hors charges et corrigé des avantages consentis par le propriétaire (franchise de loyer, réalisation de travaux, etc.). "Prime" : loyer facial le plus élevé, hors transaction de convenance, pour un produit : - de taille standard par rapport à la demande dans le secteur de marché, - d excellente qualité et offrant les meilleures prestations, - dans la meilleure localisation pour un marché donné. "Top" : loyer facial le plus élevé d un marché donné, hors transaction de convenance. Le loyer top n est pas systématiquement un loyer prime. Neuf / Restructuré Locaux n ayant jamais été occupés et appartenant à un immeuble neuf ou restructuré, livrés depuis moins de cinq ans. Offre à un an Ensemble des locaux disponibles à moins d'un an, incluant l'offre neuve non précommercialisée et l'offre de seconde main libérée de manière certaine (baux résiliés). Offre immédiate Ensemble des locaux vacants immédiatement disponibles. Offre neuve Ensemble des locaux neufs et restructurés. L offre neuve est analysée en fonction de l'état d'avancement des projets : Offre neuve livrée : immeuble dont les travaux de construction sont terminés. Chantier en cours : immeuble dont les travaux de construction ont démarré. Ne sont pas pris en compte les travaux préalables de démolition. Permis de construire obtenu : autorisation de construire obtenue, généralement comptabilisée après la purge du recours des tiers. Permis de construire déposé : autorisation de construire demandée, en cours d'instruction. Projet : intention identifiée de réaliser une opération immobilière pour laquelle aucune demande d'autorisation n'a été déposée. Parc de bureaux Ensemble des bureaux existants, occupés ou vacants. Le parc inclut les bureaux des secteurs publics ou privés. En Ile-de-France, le parc de bureaux est périodiquement mis à jour par l'observatoire Régional de l'immobilier d'entreprise d'ile-de-france (ORIE) et par la Direction Régionale de l Equipement d Ile-de-France (DREIF) à partir des statistiques officielles sur la construction neuve, la taxe annuelle sur les bureaux, ainsi que les données relatives aux démolitions. Précommercialisation Transaction utilisateur ayant lieu plus de six mois avant la livraison d un bâtiment. Seconde main Locaux ayant déjà été occupés par un utilisateur, ou livrés et jamais occupés depuis plus de cinq ans. On distingue les locaux : Rénovés : locaux ayant fait l'objet de travaux de rénovation. Très bon état : locaux performants, de qualité. Etat d'usage : locaux peu performants, louables en l'état. A rénover : locaux peu performants et nécessitant des travaux de rénovation. Taux de vacance Rapport entre l'offre immédiatement disponible et le parc existant. Transaction Location ou vente à un utilisateur d'un bien immobilier, concrétisée par la signature d'un bail ou d'un acte de vente. Sont inclus les clés en main et les comptes propres. En cas de conditions suspensives, la transaction est prise en compte après leurs levées.

14 13 Contacts Thierry LAROUE-PONT Vice-Président Atisreal France Tel : 33 () Antoine BARY Directeur Bureaux Paris Ouest Grandes surfaces > 5 Ouest Paris et Ile-de-France Tel : 33 () Jean-René BARD Directeur Vente Utilisateurs Paris et Ouest Ile-de-France Toutes surfaces Tel : 33 () Benoît de FOUGEROUX Directeur Bureaux Petites Surfaces Ouest Ile-de-France < 5 Tel : 33 () Grégoire de LA FERTE Directeur Bureaux Nord et Est Ile-de-France Location et Vente Bureaux Toutes surfaces Tel : 33 () Jean-Laurent de la PRADE Directeur Paris Bureaux Location < 5 Paris Tel : 33 () Cyril FAURE Directeur Bureaux Sud Ile-de-France Location et Vente toutes surfaces Tel : 33 () Arnaud VIOLETTE Responsable Marketing Pôle Bureaux Ile-de-France Tel : 33 () Etudes & Recherche Christophe PINEAU Directeur Département Etudes & Recherche France Etudes & Recherche Nicolas ARCHAMBAULT Chargé d'etudes Bureaux Ile-de-France Département Etudes & Recherche France

Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010

Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010 Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010 Atelier Bureaux OIB Les chiffres du 1e semestre 2010-1 Objet de l'atelier et sources Depuis plus de 15 ans, l'oie et l'a-urba réalisent une

Plus en détail

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011 AT A GLANCE LES BUREAUX EN ÎLE-DE-FRANCE JANVIER 212 DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 211 Avec 2 442 m² placés en 211 contre 2 149 m² en 21, le marché des bureaux franciliens connaît

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique esynthèse Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique Le marché de l investissement en immobilier d entreprise en France a enregistré un volume semestriel

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions Fort recul des grandes transactions 5 juillet 2012 Contents Executive summary 1 Carte de synthèse 2 Demande placée et taux de rotation 3 Offre immédiate et taux de vacance 4 Loyers moyens 5 Définitions

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Paris Centre Ouest. Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008

Paris Centre Ouest. Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008 Paris Centre Ouest Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008 Chiffres clés et marché de l'investissement Le marché de Paris Centre Ouest au 1er semestre 2008 : Paris Centre Ouest dont QCA

Plus en détail

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 LES TENDANCES DU MARCHÉ DONNÉES DE MARCHÉ Evolution du PIB depuis 2007 6 Transaction annuelles en Ile de France Global 7 Transactions en Ile-de-France T3 8 Offre disponible à un

Plus en détail

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI Note de présentation des résultats : ayant pour référence 2011, atteints entre 2012 et 2014

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au

Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au 1 er octobre 2011 A compter du 1 er janvier 2012, les gestionnaires de SCPI, réunis

Plus en détail

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES 14 NOVEMBRE 2012 1 ère PARTIE LES LOYERS DES COMMERCES 1 UN CONTEXTE ECONOMIQUE INCERTAIN Situation économique difficile depuis de 2eme semestre 2008. Stagnation de la

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les Actionnaires,

Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Achèvement des travaux de rénovation des chambres et résultat brut en augmentation de 15.6%. Les perspectives s annoncent positives pour le second semestre. Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Voici

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Les faits marquants de l année 2013 Offre de bureaux disponibles : 1. Le choix de bureaux ne cesse de s accroître L offre a augmenté de 9% en

Plus en détail

Les entrepôts de stockage

Les entrepôts de stockage Direction Régionale de l Equipement Déplacements Transports Les entrepôts de stockage en Midi-Pyrénées depuis 25 ans septembre 2007 Introduction : De plus en plus d acteurs économiques ou politiques mesurent

Plus en détail

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 ANALYSE DES GRANDS INDICATEURS DU MARCHÉ DU TRAVAIL L emploi Le taux d emploi des personnes âgées de 15 à 64 ans

Plus en détail

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Perspectives Entreprises Ile-de-France 3 e trimestre 2013 Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Alors qu ils «résistaient» jusque-là, les loyers faciaux sont en

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre Le marché des bureaux 3ème trimestre 28 Octobre 28 1 Nanterre Chiffres clés Le marché de Péri-Défense au 3ème trimestre 28 : Nanterre - Un niveau de demande placée boosté par une transaction clé en main

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 21ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mars 2009 - Les faits marquants en 2008 : la diffusion

Plus en détail

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research #Club Pierre Marché des bureaux en Ile-de-France 9 Juillet 2015 DTZ Research Un 2 ème trimestre meilleur que le 1 er.. Demande placée de bureaux en Ile-de-France, en milliers de m² 3 000 2 500 2 000 1

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2012 Note semestrielle N 5 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES Une activité dynamique qui pourrait s essouffler L activité d hébergement d entreprises au premier

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

IMMOBILIER À MONTRÉAL

IMMOBILIER À MONTRÉAL IMMOBILIER À MONTRÉAL PERSPECTIVES ET TENDANCES DU MARCHÉ DE L IMMOBILIER Automne Une publication de Montréal en statistiques Direction de l urbanisme Service de la mise en valeur du territoire FAITS SAILLANTS

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Les immeubles de Grade A dans la métropole du Grand Paris Janvier 2014 La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Seulement 16% du parc de bureaux

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998 Les crédits au logement consentis aux ménages en Les crédits nouveaux à l habitat mis en force 1 en ont atteint 341,93 milliards de francs en données brutes 2, contre 307,9 milliards en 1997 (+ 11,1 %).

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Total Passif 316,0 310,6

Total Passif 316,0 310,6 Acanthe Développement RESULTATS ANNUELS 2014 Faits Marquants Paris, le 24 Avril 2015 Patrimoine Immobilier 295 Millions d euros Résultat net consolidé (part du groupe) 1.533 K ANR 1,2882 / action Cours

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

A-QU EST-CE QUE L ORIE? Intervention ADI

A-QU EST-CE QUE L ORIE? Intervention ADI A-QU EST-CE QUE L ORIE? 1 A-QU EST-CE QUE L ORIE? Observatoire Régional de l Immobilier d Entreprise en Ile-de-France créé en 1986 dans un contexte de tertiarisation de l économie ; Pour accompagner les

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 22ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mardi 16 mars 2010 - Les faits marquants en 2009

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE

OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE Bases de données Besoin de suivre en permanence l évolution de votre marché? OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE GROUPE DE RECHERCHE SUR L'ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'AMENAGEMENT L information

Plus en détail

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Méthodologie Ce Baromètre est mis en place par la Chambre Régionale de Commerce et d Industrie de Bourgogne,

Plus en détail

Les propriétaires bailleurs personnes physiques

Les propriétaires bailleurs personnes physiques Les propriétaires bailleurs personnes physiques Nb de logements locatifs détenus par des personnes physiques en hausse depuis la fin des années 1990. Entre 1988 et 1996, ce parc, qui comprend des logements

Plus en détail

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success.

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success. Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 212 Accelerating success. 212 TABLEAU DE BORD STRASBOURG SOMMAIRE CHIFFRES-CLÉS Chiffres-clés et Tendances p. 2 Parc de Bureaux 3 millions de m² Demande

Plus en détail

LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012

LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012 LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012 La Corse devrait conserver sa première place pour la croissance avec un taux de 1 % contre 0,5 % pour l ensemble de la France. En 2011, le taux

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Communiqué de Presse BILAN 2008 DES SCPI: ELLES RESISTENT A LA TEMPETE

Communiqué de Presse BILAN 2008 DES SCPI: ELLES RESISTENT A LA TEMPETE Communiqué de Presse Paris, le jeudi 19 février 2009 BILAN 2008 DES SCPI: ELLES RESISTENT A LA TEMPETE Chiffres clés : 130 SCPI gérées par 25 groupes Capitalisation : 17,30 milliards Collecte nette : 874

Plus en détail

L immobilier d entreprise en Essonne. Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014

L immobilier d entreprise en Essonne. Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014 L immobilier d entreprise en Essonne Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014 Un accompagnement sur mesure La force d un réseau, la proximité pour atout 27 ans d expérience dans le métier de conseil en immobilier

Plus en détail

Les Travaux sur Bâtiments Existants en Ile-de-France

Les Travaux sur Bâtiments Existants en Ile-de-France Les Travaux sur Bâtiments Existants en Ile-de-France 2013 Octobre 2014 FFB GRAND PARIS Direction des Affaires Economiques et Juridiques 10 rue du Débarcadère 75852 PARIS Cedex 17 Téléphone 01 40 55 10

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

A qui profite le logement cher?

A qui profite le logement cher? A qui profite le logement cher? L envolée des loyers et des prix immobiliers a rendu l accès au logement de plus en plus difficile, avec des coûts fixes qui grèvent fortement le pouvoir d achat des locataires.

Plus en détail

Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes :

Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes : 2. Le marché locatif Activité globale Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes : - Une activité relativement

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

STATIONNEMENT MÉTHODOLOGIE CONSTAT 2002

STATIONNEMENT MÉTHODOLOGIE CONSTAT 2002 1 STATIONNEMENT MÉTHODOLOGIE Le stationnement constitue l un des leviers les plus importants pour le choix modal, il occupe donc une place privilégiée dans la politique des déplacements. Seul le stationnement

Plus en détail

Le marché des bureaux en Première Couronne Sud 4ème trimestre 2007

Le marché des bureaux en Première Couronne Sud 4ème trimestre 2007 Le marché des bureaux en Première Couronne Sud 4ème trimestre 27 9 Chiffres clés et marché de l'investissement Le marché de la Première Couronne Sud au 4ème trimestre 27 : - De nombreux engagements, -

Plus en détail

Tableau de bord interrégional de la construction

Tableau de bord interrégional de la construction Tableau de bord interrégional de la construction Cette étude a été réalisée pour le bureau de l'analyse des secteurs professionnels du MEEDDM par le réseau des Cellules Economiques Régionales de la Construction.

Plus en détail

Site CHARTRES DE BRETAGNE

Site CHARTRES DE BRETAGNE DAUPHIN Immobilier La Note de conjoncture Le Marché des entrepôts à Rennes (Bilan 2011 sur 9 mois) Site CHARTRES DE BRETAGNE Entrepôt SAINT JACQUES DE LA LANDE Plateforme Logistique TORCE Site CESSON SEVIGNE

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 20 novembre 2014 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné

Plus en détail

Tendance des mauvaises créances au Québec

Tendance des mauvaises créances au Québec ÉTUDE JLR 3 NOVEMBRE 2015 Tendance des mauvaises créances au Québec Octobre 2015 www.jlr.ca FAITS SAILLANTS En octobre 2015, 830 préavis d exercice ont été émis et publiés au Registre foncier, soit 9,3

Plus en détail

RECOMMANDATION N 95-01

RECOMMANDATION N 95-01 RECOMMANDATION N 95-01 COMMUNE A LA COB ET AU CNC RELATIVE AUX METHODES À METTRE EN OEUVRE PAR LES EXPERTS CHARGES D ÉVALUER LES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (Bulletin

Plus en détail

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1 Préparé par : Samuel Gemme Inspecteur des bâtiments Le 11 janvier 2005 2005 Permis de construction et de rénovation i TABLE DES MATIÈRES Présentation... 1 Analyse des permis pour les constructions neuves...

Plus en détail

L année 2012/2013 a été structurante pour la création de valeur future

L année 2012/2013 a été structurante pour la création de valeur future Communiqué de presse Neuilly-sur-Seine, 16 mai 2013 L année 2012/2013 a été structurante pour la création de valeur future Patrimoine Immobilier évalué à 371 M (droits inclus) en hausse de 15 % Investissements

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

La construction de logements neufs. Communauté urbaine et aire urbaine de Nantes

La construction de logements neufs. Communauté urbaine et aire urbaine de Nantes La construction de logements neufs Communauté urbaine et aire urbaine de Nantes La construction neuve dans la Communauté urbaine de Nantes de janvier 2004 à décembre 2006 Plus de 12 000 logements construits

Plus en détail

Introduction. Chapitre. Préambule

Introduction. Chapitre. Préambule Chapitre 1 Introduction Préambule Les solutions d'investissement à base de location meublée font partie de l'éventail des propositions disponibles pour ceux qui souhaitent aujourd'hui se constituer un

Plus en détail

Le marché des bureaux en régions. Bonne tenue des marchés dans un contexte de croissance modérée

Le marché des bureaux en régions. Bonne tenue des marchés dans un contexte de croissance modérée esynthèse Le marché des bureaux en régions Septembre 2007 Bonne tenue des marchés dans un contexte de croissance modérée Les marchés des bureaux en régions ont été très actifs au cours du premier semestre

Plus en détail

Züblin Immobilière France - Restructuration du portefeuille conforme au calendrier

Züblin Immobilière France - Restructuration du portefeuille conforme au calendrier Communiqué de presse Paris, 15 novembre 2012 Züblin Immobilière France - Restructuration du portefeuille conforme au calendrier Loyers nets : 3,2 M Résultat net consolidé négatif ANR par action EPRA :

Plus en détail

Économie d'entreprise

Économie d'entreprise Économie d'entreprise Leneant 27 Économie d'entreprise Variation de l' et positionnement produit Variation de l' et positionnement produit 1/17 Économie d'entreprise Leneant 27 Sommaire 1. Objet...3 2.

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs

Commercialisation des logements neufs COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs Résultats au deuxième trimestre 2015 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Au deuxième

Plus en détail

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants Baromètre FCIQ Le du marché résidentiel Région métropolitaine de Trois-Rivières Faits saillants Rebond des ventes sur le marché immobilier résidentiel de Trois-Rivières au premier trimestre de 2014 record

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU MARCHE DE LA

OBSERVATOIRE DU MARCHE DE LA AGENCE DE REGULATION DES POSTES ET DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES OBSERVATOIRE DU MARCHE DE LA TELEPHONIE MOBILE RAPPORT DU 2 E TRIMESTRE 2015 Sommaire I. CARACTERISTIQUES GENERALES DU MARCHE DE LA TELEPHONIE

Plus en détail

Note de conjoncture Brevets Bilan 1996

Note de conjoncture Brevets Bilan 1996 INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Le 29 mai 1997 Note de conjoncture Brevets Bilan 1996 En bref 1 Nombre de demandes de brevets désignant la France toutes voies confondues

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

LOGISTIQUE BILAN 2013

LOGISTIQUE BILAN 2013 BILAN IMMOBILIER A N N E E 2 0 1 3 SOMMAIRE 1 L E M A R C H E D E S U T I L I S A T E U R S F A I T S M A R Q U A N T S 2 0 1 3 E V O L U T I O N P A R R E G I O N 2 3 L E M A R C H E D E L I N V E S T

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : CHIFFRE D AFFAIRES 2013 ET ACTIVITES DU 4 EME TRIMESTRE 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : CHIFFRE D AFFAIRES 2013 ET ACTIVITES DU 4 EME TRIMESTRE 2013 PARIS, LE 23 JANVIER 2014, COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : CHIFFRE D AFFAIRES 2013 ET ACTIVITES DU 4 EME TRIMESTRE 2013 CHIFFRE D AFFAIRES ANNUEL 2013 ET CHIFFRE D AFFAIRES DU 4 EME TRIMESTRE 2013

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

Guide de déclaration

Guide de déclaration Enquête sur les loyers commerciaux Division des prix à la production Guide de déclaration Le présent guide a été conçu pour vous aider à participer à l Enquête sur les loyers commerciaux. Si vous avez

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN Août 29 Tous les commentaires s'appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. LIMOUSIN Tendances régionales Août 29 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de

Plus en détail

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité 1 Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité RTE est le responsable du réseau de transport d électricité français. Opérateur de service public, il a pour mission l exploitation, la maintenance

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail