Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens"

Transcription

1 Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures de protection sociale complémentaire? Jacques Maire 7 Décembre 2007

2 Sommaire 1 : supervision Les évolutions du secteur de l assurance rendent aujourd hui nécessaire la réforme de la 2 : 3 : 4 : 5 : 6 : 7 : 8 : La supervision, un enjeu clé pour les assurés et le développement du secteur La réforme Solvabilité 2, une approche en 3 piliers Les principales priorités de la profession Quels besoins de positionnement pour les Mutuelles et Institutions de prévoyance Les enjeux économiques et sociaux de la réforme Les enjeux fiscaux de la réforme Conclusion Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Jacques Maire 07/12/07-2

3 1. Les évolutions du secteur de l assurance rendent aujourd hui nécessaire la réforme de la supervision L assurance est confronté à de nouveaux défis auxquels la supervision doit permettre de répondre Les sociétés européenne doivent faire face à des risques complexes, d intensité croissante et de plus en plus globaux: risques environnementaux, pandémies, vieillissement. Les assureurs ont en parallèle développé de nouvelles techniques d analyse, de gestion et de transfert de risque élaborées et qui permettent de transformer des risques complexes en risques standardisés: Modèles stochastiques, titrisation, techniques de hedging, etc La convergence des techniques financières et des produits, le développement des activités de bancassurance décloisonnent les services financiers. Les assureurs doivent faire face à une demande sociale croissante de prise en charge des risques face à un désengagement progressif de l Etat. Dans un cadre de supervision qui reste national, cloisonné et techniquement en retard. Une adaptation de la supervision est aujourd hui nécessaire pour assurer la sécurité des assurés. Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Jacques Maire 07/12/07-3

4 2. La supervision, un enjeu clé pour les assurés Le rôle de la supervision est de permettre aux assureurs d honorer leurs engagements en toute circonstance auprès de leurs assurés: Disposer du niveau de capital et de provisions techniques suffisant pour payer les risques souscrits par les assurés : Niveau insuffisant de capital et de provisions techniques VS Immobilisation excédentaire du capital et/ou excès de prudence dans les réserves Risque d insolvabilité Surcoût pour le consommateur; Offre de produits moins risqués et volume de risques assurés moins important Pas de crises dans le secteur de l assurance malgré les catastrophes auxquelles ont dû faire face les assureurs: 11 septembre, Lothar&Martin, Katrina Warning! Le principal risque aujourd hui n est pas un risque d insolvabilité mais un risque de pénurie de couverture et d exclusion d une partie des consommateurs Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Jacques Maire 07/12/07-4

5 3. La réforme Solvabilité 2, une approche en 3 piliers Le régime actuel de supervision Solvabilité 1 repose sur une évaluation forfaitaire des risques (16% des primes en non-vie que ce soit pour l assurance Auto ou l assurance construction). La réforme Solvabilité 2 repose sur 3 piliers: 1 er pilier : la définition des exigences en capital à partir d une évaluation économique du portefeuille de risques des compagnies d assurance 2 ème pilier : la définition des procédures de supervision (contrôle interne, gouvernance d entreprise ) 3 ème pilier : la définition d une meilleure communicationfinancière Solvabilité 2 offre une réelle opportunité de modernisation de la supervision : Mise en place d une réglementation prudentielle homogène pour tous les acteurs de l Industrie et baséesur une évaluation économique desrisques Le passage du régime de supervision Solvabilité 1 à Solvabilité 2 vise à doter les assureurs d un système de freinage efficace alors qu ils ne disposaient que de parechocs. Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Jacques Maire 07/12/07-5

6 4. Les principales priorités de la profession La reconnaissance du principe de diversification: Au sein d une ligne d assurance Au sein d une entité juridique autonome Au sein d un groupe Mutualisation des risques Réduction des besoins en capital réglementaire Prime à la diversification indépendamment de la taille de l opérateur, de son statut juridique Maison Mère Capital = 128 Filiale Auto Capital = 80 Filiale Santé Capital = 100 Une organisation européenne de la supervision: Group Supervisor Harmonisation intégrale de la supervision Dumping prudentiel Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Jacques Maire 07/12/07-6

7 5. Les besoins de positionnement pour les Mutuelles et Institutions de prévoyance Des besoins communs à l ensemble des acteurs: Calibration de la formule standard (exigences en capital pour l assurance dommage, santé, prévoyance, etc ) Des besoins spécifiques aux mutuelles et Institutions de prévoyance aujourd hui pris en compte par le projet de directive: Solvabilité II a isolé le risque santé Le projet Solvabilité II pose le principe de proportionnalité des exigences prudentielles Le pilier I reconnaît le caractère spécial des fonds propres des mutuelles Toutefois des questions restent posées: Mutuelles et Instituts de Prévoyance: quels besoins, quelle stratégie face au Marché Intérieur? Replis local? Croissance interne, externe et transfrontalière? Statut de la mutuelle européenne Système de contrôle prudentiel à deux niveaux de sécurité? Des règles de sécurité à la pointe de la technologie pour les grandes compagnies et une moindre exigence pour les petites compagnies? Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Jacques Maire 07/12/07-7

8 6. Les enjeux économiques et sociaux de la réforme (1/2) ❶ Des enjeux pour la société: Maximiser la capacité de socialisation des risques pour un niveau de capital donné ❷ Des enjeux pour le consommateur: Risque mal calibré ou trop coûteux (ex: pondération du risque Santé, risque catastrophique) L assureur survit mais le citoyen n est plus assuré Une tarification au risque économique ❸ Des besoins de régulation complémentaires Une tarification du risque individuel: enjeu social et non de supervision. Le niveau de mutualisation des risques est un choix politico-social et non un choix prudentiel. Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Jacques Maire 07/12/07-8

9 6. Les enjeux économiques et sociaux de la réforme (2/2) ❹ Des enjeux pour l économie: Le financement des retraites (et des autres risques longs) La prise en charge des risques longs (retraites ) nécessitent des investissements en actifs longs: les investissements enactions,bienque volatiles àcourt terme,offrent àlong termede meilleuresgaranties que les autres classesd actifs. Les enjeux des investissements en actions sont particulièrement importants dans le domaine des retraites: Pour ces risques longs, les instruments financiers à taux fixe correspondants (obligations ) ne sont pas disponibles ; l immobilier et les actions sont beaucoup plus adaptés : rendementàlong termesupérieur, protectioncontre l inflation Face à la double exigence garanties/rendement des consommateurs, les actions assurent de hauts rendements et les nouvelles techniques de couverture permettent de garantir le consommateur contre le risque de retournement du marché des actions: La réglementation prudentielle doit permettre les investissements Actions et reconnaitre cesinnovations financières. Les assureurs jouent un rôle unique d investisseurs institutionnels aux côtés de l Etat pour le financement de ces risques longs: Une mauvaise pondération du risque Actions peut remettre encause leur contribution à la stratégie de croissanceeuropéenne. Une contribution àl agenda de Lisbonne Financement de la croissance et de l innovation: actions, non-côté,capital-risque Ladétentionducapital desentrepriseseuropéennes, Lacouverture desrisquesdespme Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Jacques Maire 07/12/07-9

10 7. Les enjeux fiscaux de la réforme L évaluation des provisions techniques à leur juste valeur économique illustre le phénomène global de vérité des prix qui touche aujourd hui l ensemble de l économie Certes cette démarche ne s inscrit pas dans la fonction économique de l assurance qui mutualise les risques dans l espace et dans le temps L évaluation économique introduit davantage de volatilité dans le résultat Mais elle a l avantage de rendre les comptes plus transparents et comparables Solvabilité 1 Solvabilité 2 Capital Libre Capital Libre Capital Capital Provisions techniques Provisions techniques Risk margin BEL 50/50 Risque de fiscalisation des provisions techniques Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Jacques Maire 07/12/07-10

11 8. Conclusion Solvabilité 2 constitue un enjeu majeur pour le développement du secteur de l assurance en Europe: la profession doit être unie pour accompagner ce projet de modernisation. Cette réforme offre une importante opportunité d évolution pour l industrie, en particulier pour les Mutuelles et les Institutions de Prévoyance: l opting out doit être exclu: Un système de sécurité à deux niveaux ne peut être proposé aux assurés. A travers ses impacts sur l ensemble des acteurs de l économie européenne, la directive Solvabilité 2 dépassent le cadre prudentiel et nécessite une forte implication des autorités politiques. Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Jacques Maire 07/12/07-11

12 Merci Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Jacques Maire 03/07/07-12

Résumé. Ces nouvelles règles prudentielles 1 «Solvency II» et repose sur trois piliers. sont définies selon la Directive Européenne

Résumé. Ces nouvelles règles prudentielles 1 «Solvency II» et repose sur trois piliers. sont définies selon la Directive Européenne Résumé Les compagnies d assurance jouent un rôle important dans l économie puisqu elles ne fournissent pas seulement une protection aux assurés mais réinjectent aussi les primes perçues sur les marchés

Plus en détail

Rencontres. Les enjeux de la diversification en Mutualité. Emmanuel ROUX Directeur général Mutualité Française

Rencontres. Les enjeux de la diversification en Mutualité. Emmanuel ROUX Directeur général Mutualité Française Rencontres Les enjeux de la diversification en Mutualité Emmanuel ROUX Directeur général Mutualité Française 2013 Les enjeux économiques et stratégiques de la diversification le 7 novembre Les enjeux de

Plus en détail

Charte développement durable

Charte développement durable Charte développement durable Préambule Professionnels de la gestion des risques, acteurs de la préparation de l avenir et du développement économique, les assureurs sont étroitement intégrés à tous les

Plus en détail

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels Secrétariat général de la Commission bancaire Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux Forum des Compétences 7 décembre 2005 Pierre-Yves Thoraval Secrétaire général adjoint

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

COMMENT LES FINANCES INFLUENCENT-ELLES LES ACTIVITÉS D UNE MUTUELLE?

COMMENT LES FINANCES INFLUENCENT-ELLES LES ACTIVITÉS D UNE MUTUELLE? COMMENT LES FINANCES INFLUENCENT-ELLES LES ACTIVITÉS D UNE MUTUELLE? Présenté au Cercle finance du Québec Par Sylvain Fauchon, FCAS, FICA Chef de la direction Le 1 er octobre 2014 PROMUTUEL ASSURANCE 1852

Plus en détail

sur les placements de la Caisse de prévoyance du personnel de l Etat (Règlement de placement)

sur les placements de la Caisse de prévoyance du personnel de l Etat (Règlement de placement) Etat au 0.0.05 Règlement du 8 décembre 04 sur les placements de la Caisse de prévoyance du personnel de l Etat (Règlement de placement) Le comité de la Caisse de prévoyance du personnel de l Etat Vu la

Plus en détail

Les indicateurs du développement durable

Les indicateurs du développement durable Les indicateurs du développement durable (extraits de la première édition) Préambule L Association française de l assurance a publié en janvier 2009 sa Charte du développement durable, formalisant ainsi

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices sur la taille des fonds d assurance-dépôts

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices sur la taille des fonds d assurance-dépôts COMMUNIQUÉ 14-COM-001 11 juillet 2014 Lignes directrices sur la taille des fonds d assurance-dépôts L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe de travail composé de

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PROTECTION SOCIALE Note d information N 2012-22 du 6 avril 2012 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (Journal officiel

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Décembre 2015 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les frais de gestion des mutuelles représentent

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

WT35 Les filières et systèmes agroalimentaires durables

WT35 Les filières et systèmes agroalimentaires durables Session 1 La vision chinoise Approche du problème : une approche holistique pour résoudre la question multidimensionnelle que pose l association du développement durable et des concepts de chaînes d approvisionnement

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne 1 Pilier 2: la maitrise des risques Dans un premier temps, l attention s est portée sur la mesure quantitative du risque

Plus en détail

PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE. Propositions opérationnelles 2015. Mai 2015

PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE. Propositions opérationnelles 2015. Mai 2015 PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE Propositions opérationnelles 2015 Mai 2015 1 SOMMAIRE Contexte Réassurance Captives Run off 2 CONTEXTE La place de Paris décline depuis une vingtaine d années au profit d autres

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

Université des maires du Nord. Le Maire Employeur

Université des maires du Nord. Le Maire Employeur Université des maires du Nord Le Maire Employeur titre CNP Assurances en quelques mots Premier assureur en prévoyance, CNP Assurances conçoit et gère des contrats en assurance vie, retraite, Deuxième prévoyance

Plus en détail

Le Fond européen pour les investissements stratégiques (FEIS), fruit d un partenariat entre la CE et la BEI

Le Fond européen pour les investissements stratégiques (FEIS), fruit d un partenariat entre la CE et la BEI Le Fond européen pour les investissements stratégiques (FEIS), fruit d un partenariat entre la CE et la BEI Anita Fürstenberg-Lucius Présentation donnée à l occasion du séminaire d information sur Plan

Plus en détail

L assurabilité des risques. François Bucchini - Assurabilité Club APREF 1 er mars 2012

L assurabilité des risques. François Bucchini - Assurabilité Club APREF 1 er mars 2012 L assurabilité des risques Club APREF 1 er mars 2012 Introduction : (1/2) Les conséquences des problèmes d assurabilité sont connues : Protection des biens des individus, difficultés d entreprendre, d

Plus en détail

LES RÉSEAUX DE SOINS CONVENTIONNÉS : AU-DELÀDES IDÉES RECUES. Juin 2012

LES RÉSEAUX DE SOINS CONVENTIONNÉS : AU-DELÀDES IDÉES RECUES. Juin 2012 LES RÉSEAUX DE SOINS CONVENTIONNÉS : AU-DELÀDES IDÉES RECUES Juin 2012 IDÉE RECUE N 1 : Avec les réseaux, les adhérents n ont plus la libertéde choisir leur opticien FAUX : Les mutuelles n imposent pas

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI L OCPAH S ENGAGE Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah Introduction Capacité de mobilisation de ressources financières et Réussite d un modèle de développement

Plus en détail

SOLVABILITE II Besoins des Assureurs et Impacts sur la Gestion d'actifs EIFR-05 Octobre 11

SOLVABILITE II Besoins des Assureurs et Impacts sur la Gestion d'actifs EIFR-05 Octobre 11 SOLVABILITE II Besoins des Assureurs et Impacts sur la Gestion d'actifs EIFR-05 Octobre 11 Avertissement Ce document est destiné exclusivement aux investisseurs qualifiés au sens des articles L. 411-2

Plus en détail

Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008

Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008 Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008 Anne MARION A C T U A R I E L L E S actuarielles@actuarielles.com L aléa en santé Assurance vie : (décès) Survenance certaine à date aléatoire

Plus en détail

LES PROBLEMES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN. Présenté par Paulin DAKO

LES PROBLEMES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN. Présenté par Paulin DAKO LES PROBLEMES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN Présenté par Paulin DAKO PLAN 1. Introduction 2. Problèmes constatés par la Direction des Assurances 3. Solutions à envisager 4. Que retenir? 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Le développement de l assurance vie résulte de circonstances exceptionnelles (fiscalité, baisse des taux d intérêt, contractualisation

Plus en détail

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Avoir accès aux soins est un droit fondamental. Ce droit doit être effectif pour tous, partout et à tout moment. Notre système de protection sociale

Plus en détail

Paris, place de réassurance

Paris, place de réassurance Paris, place de réassurance Mars 2008 Introduction Paris est encore dans les 7 premières places de réassurance du monde, mais perd des places et pourrait passer sous la taille critique si la délocalisation

Plus en détail

Stop-LossPlus Une solution d assurance innovante

Stop-LossPlus Une solution d assurance innovante Stop-LossPlus Une solution d assurance innovante Une assurance innovante, un suivi optimal Structure de risques classique d une institution de prévoyance 2 500 000 Sommes sous risque invalidité en CHF

Plus en détail

PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ DU SECTEUR?

PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ DU SECTEUR? Faculté de Droit et Sciences Economiques Master Economie Appliquée : 2ème année Diagnostic Social et Economie Solidaire 2010-2011 PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

SDESR - Journée technique du 23 mai 2007

SDESR - Journée technique du 23 mai 2007 SDESR - Journée technique du 23 mai 2007 Recommandations pour le financement de la distribution d eau directive SSIGE WX, (actuellement en consultation) 23.05.07 / J-M Pache SDESR 1 Pourquoi une nouvelle

Plus en détail

Développement des capacités administrative

Développement des capacités administrative Développement des capacités administrative Exigences en matière de bonne gestion des programmes de l UE Actions pour résoudre les éléments de blocage Formation pour les Autorités de gestion, automne 2014,

Plus en détail

DE LA STRATEGIE D IMPLEMENTATION D BALE II EN TUNISIE

DE LA STRATEGIE D IMPLEMENTATION D BALE II EN TUNISIE L implémentation mentation de Bâle II dans les banques maghrébines DE LA STRATEGIE D IMPLEMENTATION D DE BALE II EN TUNISIE Badreddine BARKIA Directeur Général G de la Supervision Bancaire Banque Centrale

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE Plan de présentation Constat d ensemble sur l assurance santé Secteur formel Secteur privé Primes assurances non-vie

Plus en détail

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS BACCALAURÉAT STG ÉCONOMIE-DROIT PROPOSITION D ÉVALUATION TYPE SUJET BAC AVRIL 2006 Période d évaluation : premier trimestre année de terminale STG. Points du programme testés :

Plus en détail

OBJET ET AXES DE LA REFORME DU TRANSPORT ROUTIER

OBJET ET AXES DE LA REFORME DU TRANSPORT ROUTIER OBJET ET AXES DE LA REFORME DU TRANSPORT ROUTIER Le secteur du transport routier en grande difficulté avant les différentes crises sociopolitiques qu a connues la Côte d Ivoire au cours de ces dix (10)

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne Nelly MONGOSSO O BAKANG Administrateur et Directeur Général Adjoint Allianz Cameroun Assurances Vie Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Quelques éléments sur les forces et les faiblesses des contrats d assurance-vie en euros pour les épargnants en 2013

Quelques éléments sur les forces et les faiblesses des contrats d assurance-vie en euros pour les épargnants en 2013 Prim Act Quelques éléments sur les forces et les faiblesses des contrats d assurance-vie en euros pour les épargnants en 2013-17 juin 2013 - Guillaume LEROY Présentation réalisée le 17 juin 2013 www.primact.fr

Plus en détail

Thème 4 : Changer le comportement des banques sur les territoires

Thème 4 : Changer le comportement des banques sur les territoires Page : 1 / 6 Introduction Dans le cadre des Etats généraux de l ESS en juin 2010, le Labo a coordonné la rédaction de plus de 400 cahiers d espérances. Ils sont des témoins de la vitalité de l ESS et de

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

ESS et politiques européennes

ESS et politiques européennes Denis Stokkink ESS et politiques européennes RTES 16 janvier 2015 Introduction - Présentation Pour la Solidarité Think & do tank européen / laboratoire d'idées et d'actions Devise : «Comprendre pour agir»

Plus en détail

SYMPOSIUM SUR LA PROTECION SOCIALE

SYMPOSIUM SUR LA PROTECION SOCIALE SYMPOSIUM SUR LA PROTECION SOCIALE Abidjan, 24-26 Juin 2015 1 Thème : PLACE DES ASSUREURS PRIVES DANS LE SYSTEME DE PROTECTION SOCIALE : ENJEUX ET PERSPECTIVES Par Saliou BAKAYOKO Directeur Général de

Plus en détail

PLAN INTERMINISTERIEL DE FORMATION 2013

PLAN INTERMINISTERIEL DE FORMATION 2013 PLAN INTERMINISTERIEL DE FORMATION 2013 Secrétariat Général pour les Affaires Régionales Plate-forme interministérielle d appui à la GRH Les orientations nationales de la DGAFP Une circulaire défini annuellement

Plus en détail

ACE DATAPROTECT : LA RÉPONSE À VOS CYBER-RISQUES

ACE DATAPROTECT : LA RÉPONSE À VOS CYBER-RISQUES ACE DATAPROTECT : LA RÉPONSE À VOS CYBER-RISQUES DONNÉES PERSONNELLES : QUELS ENJEUX POUR L ENTREPRISE? L activité de toute entreprise repose aujourd hui sur la collecte et le traitement d informations

Plus en détail

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes «Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes Résultats du sondage Caroline ALBANET-SAROCCHI Associé et Directeur Général

Plus en détail

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine Journée «Promotion d une économie territoriale coopérante pour lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale.» Vers des P Actes européens. Réunion accueillie par le Comité des Régions européennes Bruxelles,

Plus en détail

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire JJ Mois Année Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 1 PLAN Solvabilité 2 : présentation de la réforme Le rôle de l actuaire dans Solvabilité 2 Que fait

Plus en détail

Les services financiers et bancaires au coeur de la transition économique

Les services financiers et bancaires au coeur de la transition économique Les services financiers et bancaires au coeur de la transition économique La mobilisation de l épargne Séssion B1- Les enjeux de l assurance : CONSTAT SUR L ÉTAT DU MARCHÉ DES ASSURANCES TUNISIEN Par Lamia

Plus en détail

SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE RISQUE

SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE RISQUE SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE RISQUE EIFR 25.06.2014 LA MUTUALITÉ FRANÇAISE La mutualité française en quelques chiffres 2 LES CHIFFRES CLÉS ET L ORGANISATION DE LA MUTUALITÉ Un acteur

Plus en détail

Structure du financement des entreprises françaises : mise en perspective

Structure du financement des entreprises françaises : mise en perspective Structure du financement des entreprises françaises : mise en perspective COLLOQUE BANQUE DE FRANCE «SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES» vendredi 21 novembre 2014 1 Présentation Évolution de la structure

Plus en détail

La place de l actuaire dans l ERM

La place de l actuaire dans l ERM La place de l actuaire dans l ERM Benoit Courmont Responsable Solvency 2 and Risk Policy «Environnement attitude» L impression de ce document est-elle indispensable? Si oui, pensez à imprimer plusieurs

Plus en détail

ACCÈS À LA FINANCE ET RÉGLEMENTATION DE LA MICROFINANCE AU CAMBODGE. S.E. CHEA SEREY BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 18 février 2014

ACCÈS À LA FINANCE ET RÉGLEMENTATION DE LA MICROFINANCE AU CAMBODGE. S.E. CHEA SEREY BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 18 février 2014 1 ACCÈS À LA FINANCE ET RÉGLEMENTATION DE LA MICROFINANCE AU CAMBODGE S.E. CHEA SEREY BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 18 février 2014 2 1. RÉCENT DÉVELOPPEMENTS DE LA MICROFINANCE AU CAMBODGE, PARTENAIRE

Plus en détail

La comptabilité de l État en Italie : développements et questions d actualité

La comptabilité de l État en Italie : développements et questions d actualité La comptabilité de l État en Italie : développements et questions d actualité Eugenio Anessi Pessina Université Catholique S.C. - Rome Matrice, Paris, 27 Février 2006 Le secteur public en Italie Autorités/

Plus en détail

Introduction à la réforme MiFID*

Introduction à la réforme MiFID* Introduction à la réforme MiFID* Pour Pour obtenir obtenir la la présentation complète, écrire écrire à à :: finance@sia-conseil.com Janvier 2007 * Markets in Financial Instruments Directive Sommaire Introduction

Plus en détail

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat.

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat. Luxembourg, le 4 mars 2014 Lettre circulaire 14/4 du Commissariat aux assurances portant modification de la lettre circulaire modifiée 03/2 relative au reporting annuel des entreprises luxembourgeoises

Plus en détail

Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise?

Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise? 1 Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise? Réfaat Chaabouni Salon de la création d entreprises Tunis 17-18 Octobre 2008 2 L innovation est synonyme de changement C est au sens large du

Plus en détail

Bâloise Vie Luxembourg

Bâloise Vie Luxembourg Bâloise Vie Luxembourg Découvrez un partenaire de confiance aux origines suisses Le Groupe Bâloise peut se prévaloir de 140 années de tradition, d expérience et de savoir-faire en solutions d assurance

Plus en détail

Politiques des Organisations internationales sur l accès aux médicaments

Politiques des Organisations internationales sur l accès aux médicaments Politiques des Organisations internationales sur l accès aux médicaments Exposé présenté par Emmanuel MAINA DJOULDE à l occasion de la Table ronde de REMED sur le thème: «Pérennité des systèmes de santé

Plus en détail

L Institut national d assurance maladie-invalidité. Son organisation, ses missions et son rôle dans la sécurité sociale

L Institut national d assurance maladie-invalidité. Son organisation, ses missions et son rôle dans la sécurité sociale L Institut national d assurance maladie-invalidité Son organisation, ses missions et son rôle dans la sécurité sociale 6 Juillet 2015 1. INTRODUCTION Les principales caractéristiques du système de soins

Plus en détail

Quels sont les caractéristiques d un «bon» superviseur bancaire?

Quels sont les caractéristiques d un «bon» superviseur bancaire? Quels sont les caractéristiques d un «bon» superviseur bancaire? Résumé : Face à des banques universelles, un superviseur unique est plus adapté ; Il est indispensable que le superviseur et la banque centrale

Plus en détail

Le projet de système des paiements en euros

Le projet de système des paiements en euros Jean-François Pons, Fédération Bancaire Française Le projet de système des paiements en euros (SEPA) =Single Euro Payment Area Conférence de l Union des banques du Maghreb sur la carte bancaire, Hammamet,

Plus en détail

Ajoutez à votre portefeuille la stabilité de l immobilier. Fonds immobilier

Ajoutez à votre portefeuille la stabilité de l immobilier. Fonds immobilier Ajoutez à votre portefeuille la stabilité de l immobilier Fonds immobilier de la Canada-Vie (CIGWL) Préparez-vous à faire face à la volatilité des marchés et à la faiblesse des taux d intérêt. Songez à

Plus en détail

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier...

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier... 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession

Plus en détail

«Notre situation nous permet de préparer, avec la plus grande sérénité, les défis réglementaires, économiques, environnementaux et numériques qui

«Notre situation nous permet de préparer, avec la plus grande sérénité, les défis réglementaires, économiques, environnementaux et numériques qui 2014 L essentiel «Notre situation nous permet de préparer, avec la plus grande sérénité, les défis réglementaires, économiques, environnementaux et numériques qui concernent l'ensemble des acteurs de l'assurance.»

Plus en détail

ETUDE FRANCE-ALLEMAGNE

ETUDE FRANCE-ALLEMAGNE Octobre 2015 ID Comprendre le secteur de l électricité en un seul clic ETUDE FRANCE-ALLEMAGNE Note de conjoncture Avec des modes de consommation qui changent et une part croissante des énergies renouvelables,

Plus en détail

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER PILOTAGE COMPTABLE BANCAIRE Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER SOMMAIRE Principales abréviations... 11 Préface de Jean-Paul Caudal... 13 Directeur

Plus en détail

CAPITAL INVESTISSEMENT

CAPITAL INVESTISSEMENT Groupe Caisse de Dépôt et de Gestion CAPITAL INVESTISSEMENT FINANCEMENT DE PROJETS DE CREATION D ENTREPRISE AU MAROC Paris 23 mai 2006 Amine Benhalima Le Groupe Caisse de Dépôt et de Gestion, une institution

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

Les placements non-traditionnels

Les placements non-traditionnels Colloque sur la gestion des actifs des régimes de retraite Les placements non-traditionnels Louise Charette BSc, MSc, ASC Expert-Conseil, Économie, placements et gouvernance Les placements alternatifs

Plus en détail

Pour un régime d assurance médicaments entièrement public. Conseil général, CSQ 7 octobre 2010

Pour un régime d assurance médicaments entièrement public. Conseil général, CSQ 7 octobre 2010 Pour un régime d assurance médicaments entièrement public Conseil général, CSQ 7 octobre 2010 Qu est-ce que notre régime d assurance médicaments? Au Québec, 43% de la population est couverte par le régime

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

ATSR 2010. Externalisation de la PCR : Un nouveau marché à la recherche de compétences et d éthiquethique

ATSR 2010. Externalisation de la PCR : Un nouveau marché à la recherche de compétences et d éthiquethique ATSR 2010 Externalisation de la PCR : Un nouveau marché à la recherche de compétences et d éthiquethique Jean-Paul Paul PIFERRER Responsable de la commission PCR externes de l ATSRl ATSR La Grande Motte

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux.

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Du 1 er au 12 Juin 2015 Récapitulatif: Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Mise en place d un référentiel de données en Turquie. Test de continuité

Plus en détail

Dossier de presse Skandia Labels

Dossier de presse Skandia Labels Dossier de presse Skandia Labels 1 Sommaire Communiqué de presse... 3 Skandia crée une nouvelle Direction Commerciale dédiée aux Banques Privées et Grands Comptes... 5 Skandia Labels : une offre personnalisable...

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Introduction aux fonds de placement

Introduction aux fonds de placement Introduction aux fonds de placement Christian Carron CEO, Gérifonds S.A. 20.12.2013 Table des matières (1) Introduction aux fonds de placement suisses définition selon la loi (LPCC) conséquence de la définition

Plus en détail

Normes IFRS et Solvabilité 2

Normes IFRS et Solvabilité 2 Normes IFRS et Solvabilité 2 Norme IFRS 4 contrats d assurance Lyon, lundi 28 septembre 2009 Pierre Thérond http://www.pierretherond.fr Sommaire 1. Historique 2. Champ d application 3. Principales caractéristiques

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

AGir dans LE JUSTE INTÉRÊT DEs ASSURÉS

AGir dans LE JUSTE INTÉRÊT DEs ASSURÉS AGir dans LE JUSTE INTÉRÊT DEs ASSURÉS prévenir, conseiller, accompagner 1 Soutien logistique Seule une démarche objective permet de crédibiliser une évaluation de biens ou de risques. À l appui de sa

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

Conférence des marchés de la FANAF

Conférence des marchés de la FANAF Conférence des marchés de la FANAF La régulation des marchés d assurance Libreville, vendredi 31 octobre 2014 François Tempé Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) Abréviations - AP: administrateur

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

Le crowdfunding et la protection de l'appel public à l'épargne

Le crowdfunding et la protection de l'appel public à l'épargne Le crowdfunding et la protection de l'appel public à l'épargne Forum Financier Liège Jean-Paul Servais, Président de la FSMA Mission de la FSMA (1/3) "En sa qualité d'autorité de contrôle, la FSMA a pour

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE PILOTAGE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. Séminaire du 17 juillet 2005

SEMINAIRE SUR LE PILOTAGE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. Séminaire du 17 juillet 2005 Programme d Appui à la Modernisation du Secteur Financier Algérien SEMINAIRE SUR LE PILOTAGE DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire du 17 juillet 2005 Le pilotage d une compagnie d assurances SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

des compagnies d assurance : évolutions récentes

des compagnies d assurance : évolutions récentes Les Contrôle normes IFRS de la solvabilité en assurance des compagnies d assurance : évolutions récentes - DIAF Hanoi, le 28 février 2005 Pierre THEROND Consultant JWA - Actuaires & chargé de cours à l

Plus en détail

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Comment rendre le pilotage du dispositif de Formation Professionnelle Continue plus efficace, efficient, cohérent et performant pour répondre aux 3 enjeux que

Plus en détail

Contrôle dynamique des risques. La protection de votre portefeuille contre les risques de baisse

Contrôle dynamique des risques. La protection de votre portefeuille contre les risques de baisse Contrôle dynamique des risques La protection de votre portefeuille contre les risques de baisse Le Centre Européen d Entreprises et d Innovation, Nice - France, 2015 Nous concilions sécuritéet performance

Plus en détail

ASSURANCE VIE ET FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

ASSURANCE VIE ET FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE ASSURANCE VIE ET FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE PROLEGOMENE L assureur vie contribue malgré lui a la surliquidité inquiétante des marchés, lorsque les entreprises sont efficaces,

Plus en détail

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID)

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) POUR UNE MEILLEURE PROTECTION DE L INVESTISSEUR SOMMAIRE DES SERVICES FINANCIERS PLUS TRANSPARENTS 3 LES PRINCIPAUX THÈMES VISÉS

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail