UNIVERSITE PARIS XII VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ******************

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE PARIS XII VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ******************"

Transcription

1 UNIVERSITE PARIS XII VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ****************** ANNEE 2012 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : Médecine Générale Présentée et soutenue publiquement le : à Créteil Par Aurélia MARTIN épouse DELARBRE Née le 24 mars 1982 à Rodez (12) Elève de l Ecole du Val de Grâce Ancienne élève de l Ecole du Service de Santé des Armées de Bordeaux TITRE : Evaluation du traitement par biofeedback dans l incontinence fécale idiopathique. Impact sur la qualité de vie. PRESIDENT DE THESE : LE CONSERVATEUR DE LA BIBLIOTHEQUE UNIVERSITAIRE DIRECTEUR DE THESE : Mme le Pr Catherine THIOLET Signature du Président de thèse Cachet de la bibliothèque universitaire

2 2 ECOLE DU VAL DE GRACE A Monsieur le Médecin Général Inspecteur Maurice VERGOS Directeur de l École du Val de Grâce Professeur Agrégé du Val de Grâce Officier de la Légion d Honneur Officier de l Ordre National du Mérite Récompenses pour travaux scientifiques et techniques échelon vermeil Médaille d honneur du Service de Santé des Armées *** A Monsieur le Médecin Général Jean-Didier CAVALLO Directeur adjoint de l École du Val de Grâce Professeur Agrégé du Val de Grâce Chevalier de la Légion d Honneur Officier de l Ordre National du Mérite Récompenses pour travaux scientifiques et techniques échelon argent Médaille d honneur du Service de Santé des Armées

3 3 A Monsieur le Professeur Claude ATTALI Coordonnateur du Département Universitaire d Enseignement et de Recherche en Médecine Générale de la Faculté de médecine de CRETEIL * * * A Monsieur le Médecin en Chef Christophe RAPP Professeur Agrégé du Val de Grâce Chef du Service de maladies infectieuses et tropicales Référent pédagogique de l hôpital d instruction des Armées Bégin

4 4 A notre directrice de thèse A Madame le Médecin en Chef Catherine THIOLET Professeur Agrégé du Val de Grâce Chef du service d hépato-gastro-entérologie Hôpital d Instruction des Armées Bégin Chevalier de la Légion d Honneur Chevalier de l Ordre National du Mérite Récompenses pour travaux scientifiques et techniques-échelon bronze * * * Merci de nous avoir fait l honneur de diriger ce travail et soutenu pendant toute la rédaction de ce manuscrit.

5 5 Au Dr Michel THIOLET. Merci pour votre aide précieuse. A mes deux Titis, William et Arthur. Vous êtes mes petites étoiles. A mon mari. Merci pour l aide que tu m as apporté pour ce travail, et merci d être là à mes côtés. A ma petite princesse, Clara A mon frère Christophe, et Flo. Je nous souhaite encore beaucoup de rigolades et peut être encore un voyage tous ensemble A mes parents. Difficile en quelques lignes de vous remercier pour tout ce que vous avez fait pour nous et que vous continuez à faire, alors tout simplement merci A mes beaux parents, merci de ce que vous faites pour nous. Petite dédicace pour mon beau frère Samuel, je te souhaite une belle réussite dans tes examens A Luciole et Pierre, nos cothurnes et amis de la boite, tant de chemin parcouru depuis la p1 et les gaufres dans les chambres et tout le reste que l on ne citera pas ici! A Candyce, ma «pitite», le temps a passé depuis l équipe de rugby mais après tout ce temps l amitié reste! «Bisous qui t aiment». A Damien Corberand, merci de m avoir guidé dans mes premiers pas hésitants d interne dans le service de gastro. Une pensée pour le personnel des services d Hépato gastro entérologie, SAU, gynéco, dermatologie, rhumatologie et 2 ième BSC de Vincennes. Merci de votre accueil, de votre disponibilté et tous les bons conseils que vous m avez prodigué au cours de mes stages. Enfin, une pensée pour mon Ecole «Santé Navale», où j ai fait tant de belles rencontres et vécu sûrement les meilleures années A Van Gogh

6 6 «Mari transve mare, hominibus semper prodesse» «Quel que soit le cadre»

7 7 TABLE DES MATIERES Pages I. INTRODUCTION II. OBJECTIFS III. BASES ANATOMO- PHYSIOLOGIQUES Physiologie de la continence et de la défécation Facteurs de la continence Côlon Rectum Le canal anal Reflexes ano- rectaux Le réflexe recto anal inhibiteur (RRAI) Le réflexe recto anal contracteur (RRAC) Les mécanismes de la défécation Rapports anatomiques de l appareil ano- rectal Physiopathologie de l incontinence anale IV. CONDUITE DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE INCONTINENCE ANALE Données anamnestiques L examen clinique Manométrie ano- rectale Autres explorations spécialisées L échographie endo- anale Les tests électrophysiologiques périnéaux La défécographie V. ETAT DE L ART Prévalence de l incontinence anale et ses étiologies Prévalence de l incontinence dans la population générale Prévalence de l IA chez les femmes Prévalence de l IA en fonction de l âge Scores cliniques d incontinence anale Impact de l incontinence anale sur la qualité de vie Le score de qualité de vie Données récentes concernant l impact sur la qualité de vie Place du biofeedback dans le traitement de l incontinence anale et amélioration des patients... 31

8 8 VI. MATERIELS ET METHODES Cadre et type d études Critères d inclusion Critères d exclusion Recueil des données Sélection des dossiers Collecte des données Caractéristiques des patients Outils statistiques VII. RESULTATS Population étudiée Données démographiques Données biométriques Antécédents médico- chirurgicaux Antécédents gynéco- obstétricaux Parité et voie d accouchement Biométrie fœtale Post- partum Symptomatologie présentée Données qualitatives Evaluation quantitative et temporelle Données manométriques Thérapeutique antérieure Qualité de vie Intérêt de la rééducation VIII. DISCUSSION Caractéristiques de la cohorte Une population vieillissante Prédominance féminine : les causes obstétricales Le poids foetal Le recours à l épisiotomie L extraction instrumentale Rééducation du post partum et incontinence anale Surpoids et incontinence anale Impact des antécédents médicaux- chirurgicaux Gravité de l incontinence anale et signes associés Prolapsus rectal et asynchronisme abdomino pelvien Interprétation des données manométriques... 57

9 Pression de repos et contraction volontaire Réflexe recto anal inhibiteur et réflexe recto anal constricteur Sensation rectale et compliance Rééducation par biofeedback et amélioration de la qualité de vie IX. CONCLUSION X. BIBLIOGRAPHIE XI. XII. XIII. ANNEXE RESUME SUMMARY... 69

10 10 LISTE DES ILLUSTRATIONS Pages 1. Tableaux Tableau 1 : Principales étiologies de l IA de l adulte, d après [23] Tableau 2 : Score de Miller dans l incontinence anale (d après [10]) Tableau 3 : Antécédents médico- chirurgicaux des patients souffrant d incontinence anale (n=51 dossiers) Tableau 4 : éléments cliniques observés chez les patients atteints d IA. (n = 51). 41 Tableau 5 : importance quantitative des symptômes d incontinence anale Tableau 6 : Valeurs qualitatives observées lors de la manométrie ano- rectale pré- et post- thérapeutique. (n = 51) Tableau 7 : valeurs des PR et CV pré et post- thérapeutiques. (n=50) Tableau 8 : réflexe recto- anal inhibiteur (RRAI), données manométriques Tableau 9 : traitements utilisés par les patients souffrants d IA à l inclusion (n = 48) Tableau 10 : symptômes impliqués dans la qualité de vie des patients atteints d IA (n = 52) Tableau 11 : données comportementales avant et après biofeedback (n = 52) Tableau 12 : Score de qualité de vie chez les patients Figures Schéma 1 : rectum et canal anal, coupe frontale Schéma 2 : le périnée (femme) ou plancher pelvien Schéma 3 : coupe sagittale du pelvis (femme) Schéma 4 : algorythme de prise en charge de l incontinence anale, d après [23].. 22 Schéma 5 : Scores de Miller des patients incontinents anaux en fonction de l âge, avant et après rééducation (n = 52) Schéma 6 : graphique pré et post- thérapeutiques des données manométriques moyennes... 45

11 11 I. INTRODUCTION Les troubles fonctionnels ano-rectaux comme l incontinence anale sont une cause majeure d inconfort pour les patients atteints. Malgré sa forte prévalence au sein de la population française (11 %), la littérature reste assez pauvre à ce sujet [10]. Cette pathologie encore taboue dans nos sociétés pose le problème du placement en institution des personnes âgées compte-tenu de son impact sur l autonomie, aisément compréhensible. Plusieurs études font en effet état d une prévalence supérieure chez les femmes ainsi que chez les personnes âgées [9,31]. Outre le coût engendré par le placement des malades en institution, il ne faut pas négliger le celui des protections intimes, les frais de nettoyage des vêtements souillés ainsi que la menace de perte d emploi que ce handicap peut représenter pour les actifs. Ces différents éléments en font un problème évident de santé publique et cela, en dépit d un non-dit qui affecte aussi bien les malades, qui l avoue avec honte, que leurs soignants, qui l abordent avec difficultés. Il s agit d une souffrance «muette». Ce handicap envahit la vie personnelle, sociale et professionnelle des patients. La qualité de vie des patients atteints est très altérée : les rapports sociaux sont perturbés par peur d un «accident», la vie professionnelle est compromise, vécue dans la crainte d une situation embarassante. La vie sexuelle est elle-même perturbée par les symptômes de l incontinence anale. Pourtant, des solutions existent : le traitement médicamenteux couplé à la rééducation par biofeedback, technique d apprentissage instrumentale à l aide de moyens audiovisuels permettant aux patients de comprendre et de corriger les anomalies fonctionnelles responsables de leur trouble. Il s agit d une méthode de thérapie comportementale. L accès à ce traitement est conditionné par une prise en charge initiale en médecine générale, «il faudra que j ose en parler avec mon médecin traitant» peut-on lire sur les forums modernes de discussion. Le soignant lui-même doit pouvoir poser la bonne question. En effet, jusqu à présent peu de médecins avaient conscience de la place de ce trouble dans leur patientelle, mais à l heure actuelle les mentalités semblent vouloir changer avec de plus en plus de communications sur ce sujet. Ainsi, en Novembre 2011, une conférence débat a été organisée sur l incontinence anale avec la mise en place d un numéro vert pendant 3 mois.

12 12 De plus les patients eux même se mobilisent et ont créé une association d aide aux personnes incontinentes (AAPI). L intervention du médecin généraliste dans cette pathologie est manifestement essentielle car il est un interlocuteur privilégié des patients hésitants. Il peut ainsi débuter la prise en charge, notamment médicamenteuse, conseiller et orienter ses patients vers un service de gastro-entérologie pouvant proposer un traitement spécifique.

13 13 II. OBJECTIFS L objectif principal de ce travail est d étudier l impact clinique de la technique de rééducation par biofeedback dans la prise en charge de l incontinence anale idiopathique de l adulte et d étudier la qualité de vie avant et après la rééducation à partir d un autoquestionnaire. L objectif secondaire est d étudier les facteurs pronostiques du traitement

14 14 III. BASES ANATOMO-PHYSIOLOGIQUES 1. Physiologie de la continence et de la défécation Les phénomènes responsables de la continence sont multiples et complexes. Ils mettent en jeu essentiellement l appareil ano-rectal par des phénomènes musculo-nerveux où interviennent les muscles lisses, les muscles striés, l innervation végétative et sensitivo motrice Facteurs de la continence Côlon Le côlon est subdivisé en plusieurs p arties, ayant toutes un fonctionnement différent : Le côlon droit assure le brassage des résidus alimentaires. Le côlon transverse et gauche est le siège de contractions ayant pour but de ralentir le transit. Il en est de même pour la portion terminale : le côlon sigmoïde. Une à plusieurs fois par jour, en période post-prandiale, se produit un mouvement de masse au niveau du côlon, aboutissant au remplissage du rectum : les complexes moteurs migrants. Ces complexes de durée brève partent du côlon proximal vers le colon distal. La fréquence de survenue varie beaucoup selon les individus et peuvent se produire tout au long de la journée et après les repas [33] Rectum C est un véritable réservoir, situé au dessus du canal anal (Schéma 1). La plupart du temps, le rectum est vide, la pression à l intérieur est basse. Après le réflexe gastro colique, le rectum se remplit, ce qui provoque une élévation brutale de la pression et une augmentation de la tension de la paroi rectale. Sur cette paroi siègent des récepteurs sensibles à la tension : naît alors la sensation de besoin (remplissage). Ces tenso-récepteurs sont situés dans la sous-muqueuse et la musculeuse rectale. D autres récepteurs sont présents et interviennent dans la continence : ils sont localisés au niveau des muscles releveurs de l anus et le muscle pubo rectal : ce sont des mécanorécepteurs.

15 15 L influx sensitif (rectum plein et donc sensation de besoin) est véhiculé par les nerfs pelviens vers les racines sacrées et lombaires puis gagne via les voies lemniscales le cortex cérébral notamment le thalamus, puis les cortex insulaire, cingulaire et orbito-frontal. Cependant la paroi rectale a des propriétés visco-élastiques. Cela lui permet d augmenter son volume en maintenant sa tension basse, et de retenir les selles sans augmentation significative de la pression intra-rectale. La relation tension pariétale/volume n est donc pas linéaire et exprime la compliance du rectum. Cette notion de compliance est capitale puisque la récepteurs. 22 continence implique une marge suffisante entre le degré de remplissage pour lequel le besoin est perçu et le temps effectif de l émission des selles, délai indispensable à la recherche d un L influx sensitif (rectum plein et donc sensation de besoin) est véhiculé par les nerfs pelviens lieu propice à la défécation. Le défaut de cette compliance aboutit au besoin impérieux. vers les racines sacrées et lombaires puis gagne via les voies lemniscales le cortex cérébral notamment le thalamus, puis les cortex insulaire, singulaire et orbito frontal. Cependant la paroi rectale a des propriétés visco-élastiques. Cela lui permet d augmenter son Le canal anal volume en maintenant sa tension basse, et de retenir les selles sans augmentation significative de la pression intra rectale. La relation tension pariétale/volume n est donc pas linéaire et D une longueur d environ 3 cm, il joue le rôle de barrière de pression. Au repos, l essentiel de exprime la compliance du rectum. Cette notion de compliance est capitale puisque la la continence pression dans implique le canal une marge est lié suffisante au sphincter entre le interne. degré de Ce remplissage sphincter pour est un lequel muscle besoin lisse, en est perçu et le temps effectif de l émission des selles, délai indispensable à la recherche d un continuité avec la couche circulaire du rectum. Il reçoit une innervation végétative : lieu propice à la défécation. Le défaut de cette compliance aboutit au besoin impérieux. sympathique et parasympathique. Schéma : rectum et canal anal, coupe frontale Schéma 1 : rectum et canal anal, coupe frontale Muqueuse rectale Fin du mesorectum Hémorroïdes internes Ligament de Parks Sphincter interne (lisse) Sphincter externe (faisceau superficiel) Sphincter externe (faisceau profond) Cryptes de Morgagni Hémorroïdes externes Canal anal

16 16 L appareil sphinctérien externe, comme les muscles du plancher pelvien et contrairement aux autres muscles squelettiques, est en état de contraction permanente, même pendant le sommeil. Cette activité tonique est entretenue par un arc réflexe situé au niveau de la queue de cheval. La commande volontaire est sous contrôle cortical frontal. Pendant une contraction volontaire, le sphincter externe est capable de doubler la pression intra-canalaire. Une augmentation d activité survient également de façon réflexe lors des efforts de toux ou des efforts physiques. L autre facteur important dans le canal anal est l angulation ano-rectale, surtout dans la continence aux solides. La sensibilité du canal anal joue un rôle dans la continence. En effet, contrairement à la muqueuse rectale, le canal anal est riche en terminaisons nerveuses ce qui permet une analyse fine du contenu et la discrimination entre selles solides, liquides et gaz Reflexes ano-rectaux Le réflexe recto anal inhibiteur (RRAI) L arrivée de matières (ou la distension du rectum par un ballonnet lors d une manométrie) provoque une relaxation du sphincter interne à la partie haute du canal anal. Dans les conditions normales, l amplitude et la durée de cette relaxation sont proportionnelles au volume de distension. Ce réflexe réflexe recto anal inhibiteur (RRAI) n est pas sous contrôle volontaire, il est modulé par le système parasympathique. Il permet de mettre le contenu rectal en contact avec la partie haute du canal anal, siège de la sensibilité discriminative.

17 Le réflexe recto anal contracteur (RRAC) L arrivée de matières ou la distension du ballonnet rectal provoque une contraction du sphincter externe à la partie basse du canal anal. Ce réflexe est acquis lors de l apprentissage de la propreté, il disparaît pendant le sommeil. Ce n est pas un réflexe spinal, il est largement sous contrôle volontaire. Ces deux réflexes forment le réflexe d échantillonnage qui permet, conjointement à la compliance rectale, de différer la défécation Les mécanismes de la défécation. Au moment du remplissage rectal, la sensation de besoin apparaît à partir d un volume d environ 50 ml, ce qui constitue le volume de première sensation. Le besoin disparaît ensuite du fait de la compliance rectale. Lorsque la distension rectale se poursuit, soit parce que des matières continuent à arriver soit du fait d un trouble de la compliance rectale, apparaît une sensation constante. Le volume de perception constante (VPC) est généralement inférieur à 250 ml (VPC). Si le remplissage se poursuit, le besoin devient difficilement supportable au-delà de 300 à 350 cm3. C est le volume maximal tolérable. Cette augmentation de pression induit un RRAI. Lorsque le sphincter externe se relâche, soit de façon volontaire soit en raison d un déficit du RRAC, grâce au gradient de pression entre le rectum et l anus, les matières sont évacuées. Le passage des selles par l anus stimule le réflexe ano-colique et entraine une vidange du côlon gauche. L évacuation du rectum lors de la défécation est en principe totale ou au moins égale à 80%. A la fin de la défécation, le sphincter externe se contracte et retrouve son tonus de repos, de même que le sphincter interne, rétablissant le gradient de pression.

18 18 2. Rapports anatomiques de l appareil ano-rectal 24 Les 2. Rapports planches anatomiques anatomiques suivantes de l appareil présentent ano-rectal les rapports pelvi-périnéaux du rectum et du 24 canal anal (schéma 2 et 3). Schéma 2. Rapports X : le périnée anatomiques (femme) de ou l appareil plancher ano-rectal pelvien Schéma 2 : le périnée (femme) ou plancher pelvien Schéma X : le périnée (femme) ou plancher pelvien Clitoris Méat Clitoris urétral Muscle bulbo- - caverneux Méat urétral Muscle Noyau fibreux bulbo- - caverneux Noyau fibreux Coccyx Coccyx Muscle ischiocaverneux Muscle Muscle transverse superficiel ischiocaverneux Muscle transverse Sphincter superficiel anal Muscle releveur Sphincter anal de l anus Muscle releveur de l anus Schéma X : coupe sagittale du pelvis (femme) Schéma X : coupe sagittale du pelvis (femme) Schéma 3 : coupe sagittale du pelvis (femme) Sacrum Ovaire Pelvipéritoine Ovaire Vessie Pelvipéritoine Pubis Vessie Urètre Pubis Vestibule vaginal Urètre Vestibule vaginal Sacrum Utérus Col Utérus utérin Rectum Col utérin Canal Rectum anal Canal anal

19 19 3. Physiopathologie de l incontinence anale Le sujet de ce travail porte sur les IA idiopathiques, sans cause identifiable. Cependant les étiologies de cette affection sont nombreuses : neurologiques, médicales, traumatiques. Elles concernent un compartiment particulier de la continence anale. Elles sont résumées dans le tableau 1. Les IA dites idiopathiques, bien que sans cause objectivement identifiées, peuvent être liées à une neuropathie pudendale par étirement, sur des efforts expulsifs fréquents par exemple.

20 20 Tableau 1 : Principales étiologies de l IA de l adulte, d après [23] Etats diarrhéiques - Consistance des selles anormales Syndrome de l'intestin irritable Entérite radique Maladies inflammatoires de l'intestin Abus de laxatifs Diarrhée infectieuse Syndrome du grêle court Syndrome de malabsorption Réduction de la capacité ou de la compliance rectale Rectite inflammatoire Rectite radique Chirurgie de conservation sphinctérienne Ischémie rectale Résection antérieure basse Collagénoses Anastomose colo, iléo-anale, iléo-rectale Sclérodermie Tumeurs du rectum Amylose Compression extrinsèque Dermatomyosite Perturbations de la perception rectale Affections neurologiques Incontinence par regorgement Démence Fécalome Accident vasculaire cérébral Encoprésie Tabes Drogues psychotropes, Opiacés Sclérose en plaques Traitements anti-diarrhéiques Traumatisme cérébral, spinal, du cône médullaire Rectocèle Tumeurs de même localisation Megarectum (Hirschprung ou autre) Troubles sensitifs Anisme Atteinte des mécanismes sphinctériens anaux et du plancher pelvien Lésion anatomique Lésion fonctionnelle (dénervation) Traumatique obstétrical Neuropathie pudendale d'étirement Traumatique post-chirurgicale Syndrome du périnée descendant Tumeur anale Maladie inflammatoire Traumatisme des nerfs pelviens, des racines sacrées, du cône médullaire terminal Neuropathie diabétique Malformation congénitale Myéloméningocèle Imperforation anale Agénésie sacrée, moëlle fixée, lipome du cône médullaire terminal Dégénérescence primitive du sphincter interne Prolapsus rectal

21 21 IV. CONDUITE DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE INCONTINENCE ANALE 1. Données anamnestiques L incontinence anale est une pathologie difficile à évoquer par le patient, néanmoins un interrogatoire rigoureux est nécessaire afin de déterminer la sévérité de l affection. Dans notre étude, un questionnaire est remis au début de la prise en charge afin d évaluer la sévérité en fonction de plusieurs critères et tenter de mettre en évidence des facteurs prédictifs de bon ou mauvais résultats. Parmi les items explorés, sont extraits : Age, sexe, poids Histoire de la maladie : date de début, évènement lié ( accouchement ) Etat actuel des symptômes : nature et fréquence des selles, constipation, port de protection Autres symptômes digestifs Traitement en cours Antécédents médicaux, chirurgicaux et obstétricaux Ce questionnaire est capital pour le praticien qui sera amené à prendre en charge la pathologie car il constitue une aide dans le suivi des patients avant et après traitement. Il permet sur des critères objectifs (nombre de selles, fréquence des pertes, etc) d évaluer l efficacité des différents traitements. De plus ces questionnaires proposés par les équipes permettent d orienter vers une cause précise d IA : étirement pudendal après des accouchements traumatiques par exemple. 2. L examen clinique Temps capital, il consiste tout d abord en une inspection du périnée axée sur la recherche de cicatrices, témoignant de traumatismes obstétricaux ou non, d une perte des plis radiés de l anus, d extériorisation spontanée ou induite par la poussée d un prolapsus rectal, d une cystocèle ou d une colpocèle. L existence d hémorroïdes externes procidentes, d une fistule anale est également notée. Le toucher anal permet d évaluer le tonus et d apprécier la contraction volontaire du sphincter anal externe. Il est complété par un toucher rectal qui informe sur la vacuité ou non du rectum

22 22 et l existence d une rectocèle antérieure (doigt en crochet vers l avant). Ces données orienteront vers une incontinence anale par regorgement par exemple si le rectum est plein ou s il y a présence d un fécalome et conditionnent la prise en charge. Enfin une étude fine des réflexes périnéaux doit être réalisée : le réflexe anal et le réflexe bulbo-caverneux. Un algorithme décisionnel (schéma 4) permet de guider le médecin dans la prescription et la réalisation des explorations complémentaires en fonction des données recueillies à l interrogatoire et à l examen clinique. Schéma 4 : algorythme de prise en charge de l incontinence anale, d après [23]

23 23 3. Manométrie ano-rectale La manométrie ano-rectale occupe une place centrale dans l approche des mécanismes de l IA. [26] Elle permet l enregistrement et l étude des pressions dans le rectum et dans l anus. Cette technique necessite une chaine de mesure avec des catheters perfusés ou à ballonnets, des capteurs, amplificateurs ainsi que des enregistreurs couplés le plus souvent à un système informatique avec moniteur. Pour réaliser cet examen, le malade est placé en décubitus latéral gauche, rassuré, détendu. Un toucher rectal précède toujours l examen afin de vérifier la vacuité rectale. Ensuite une sonde est introduite dans le canal anal pour l enregistrement. Les sites d enregistrement sont multiples : rectum haut du canal anal, soit le sphincter interne partie basse du canal anal : sphincter externe Cet examen permet de mesurer les différentes pressions et les réflexes responsables de la continence : enregistrement de la pression de repos dans le canal anal étude des différents réflexes recto-sphinctériens : RRAI et RRAC étude de la sensibilité rectale consciente étude de la capacité rectale lors de la distension étude de la contraction volontaire et réflexe lors des efforts de toux, permetant de vérifier la fonctionnalité du sphincter externe. Enfin, un simulacre de défécation sera effectué afin d apprécier l ouverture du canal anal lors de la poussée. Les résultats de cet examen sont la plupart du temps cités en mm de mercure, mais peuvent être donnés en cm d eau. Ils sont compris alors dans les valeurs suivantes : pression basale de fermeture du canal anal entre 60 cm d eau pour la partie haute et 25 cm d eau pour la partie basse. Seuils d apparition du RRAI et RRAC pour une distension rectale minimale entre 10 et 20 ml d eau

24 24 Concernant les paramètres de la continence «volontaire» les seuils sont les suivants : Volume de première sensation varie entre 10 et 60 ml. Seuil de besoin entre 120 et 140 ml d eau. Volume maximal tolérable entre 300 et 450 ml. Dans le cadre d une incontinence anale, les pressions de repos du sphincter sont abaissées, tout comme la durée et l amplitude de la contraction volontaire. Cet examen constitue donc la première exploration complémentaire à demander en cas de symptômes d incontinence anale. Dans un deuxième temps, le praticien dispose d autres examens, guidés par les résultats à cet examen. 4. Autres explorations spécialisées 4.1. L échographie endo-anale Cet examen permet de visualiser correctement l anatomie de l appareil sphinctérien anal en distinguant les sphincters interne et externe. L échographie permet de mettre en évidence des lésions de ces sphincters avec une excellente sensibilité. Elle sera demandée dès qu une cause sphinctérienne est suspectée, et avant toute chirurgie à visée thérapeutique sur l IA Les tests électrophysiologiques périnéaux Ils permettent de diagnostiquer une neuropathie pudendale. Il s agit d un électromyogramme avec analyse des temps de latence de la réponse motrice des muscles et sphincters. Le patient doit être informé de la pénibilité de cet examen La défécographie Cet examen d imagerie permet de révéler des troubles de la statique pelvienne avec descente périnéale. Les pathologies bien dépistées par cet examen sont le prolapsus muqueux, la procidence interne du rectum, la rectocèle et l entérocèle.

25 25 V. ETAT DE L ART 1. Prévalence de l incontinence anale et ses étiologies 1.1. Prévalence de l incontinence dans la population générale L incontinence anale, définie par l émission involontaire de gaz et/ou de matières solides constitue une pathologie invalidante. Il s agit la plupart du temps d une maladie non connue du médecin traitant car tue par les malades. De ce fait elle est sous- évaluée. Les études de prévalence sur cette pathologie sont délicates à mettre en œuvre. Pourtant plusieurs études, obtenues grâce à des questionnaires envoyés par voie postale, ont permis de mieux évaluer cette pathologie. Une des premières à avoir été menée est une étude française publiée en 1992 [10] par P. Denis. Un sondage téléphonique avait été effectué auprès d un échantillon représentatif de la population générale âgée de plus de 45 ans, soit 1100 personnes. Cette étude révélait une prévalence de l incontinence anale quel que soit son type ou sa sévérité de 11 %. Dans cette même étude, sur une période d une semaine, tout patient consultant son gastro-entérologue ou son médecin généraliste avait été également interrogé (3914 patients) sur d éventuels symptômes d incontinence anale. La prévalence de l affection dans ce groupe était de 15.5%. Enfin, chez les patients institutionnalisés, la prévalence s élevait à 33 %. Une étude américaine a été menée la même année, selon les mêmes modalités :envoi postal de questionnaires, chez des sujets eux aussi âgés de plus de 65 ans [43]. Sur un effectif de 328 sujets, Talley a mis en évidence un taux de prévalence de seulement 3.7%, moindre que celui observé dans l étude française. Une autre enquête américaine de 1993, portant sur 5430 individus âgés de plus de 15 ans vivant à domicile évaluait la prévalence à 7% [11]. Nelson, dans une étude menée dans l état du Wisconsin sur 6959 individus de plus de 18 ans, révèle des chiffres encore plus bas avec une prévalence de 2.2% dans cet échantillon [34]. Une enquête allemande plus récente [16] a porté sur un échantillon représentatif de la population de 500 patients âgés de plus de 18 ans. Dans ce groupe, la prévalence de l IA quels que soient son type ou sa fréquence était de 19.6%. En 2002, les australiens ont étudié un groupe de 642 individus, représentatif de la population générale, interrogés par questionnaire par voie postale avec une prévalence pour cet échantillon de 11,2% [24]. En Europe, en 2003, une enquête importante regroupant individus a été menée pour

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Incontinence Anale : Définition Absence de continence anale Continence anale Emission de

Plus en détail

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO DES : Médecine physique et de réadaptation Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008 Coordonnateur : Gérard AMARENCO Titre :La rééduca)on périnéale Auteur : Gilberte Robain Cofemer 2008

Plus en détail

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux!

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Définitions! Diagnostic! Score! Explorations! Traitements.! !Lʼappareil sphinctérien! Sphincter interne : continence basale!

Plus en détail

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Constipation H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Un peu de physiologie Fonction défécatoire Physiologie ano-rectale Appareil recto-anal au repos: Rectum vide Continence assurée par: -sphincter

Plus en détail

Professeur Pierre Marès Damien Chavanat

Professeur Pierre Marès Damien Chavanat Professeur Pierre Marès Damien Chavanat collection 10019-PL08593 L incontinence urinaire donne lieu à des pertes incontrôlables et involontaires d urine qui peuvent se produire à tout moment, de jour comme

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Généralités Perte involontaire d'urine par l'urètre. Symptôme fréquent (2,5 millions de personnes en France). Nombre sous estimé. Risque 2 fois plus élevé pour les femmes que pour

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Politique pour les étudiants à besoins éducationnels spéciaux

Politique pour les étudiants à besoins éducationnels spéciaux Collège Jean-de-Brébeuf Niveau collégial Règlements et politiques Politique pour les étudiants à besoins éducationnels spéciaux Dans la présente politique, l utilisation du masculin est épicène. Table

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

Dans le prolapsus rectal extériorisé: les troubles de la continence sont-ils suffisamment améliorés par la rectopexie par coelioscopie?

Dans le prolapsus rectal extériorisé: les troubles de la continence sont-ils suffisamment améliorés par la rectopexie par coelioscopie? Dans le prolapsus rectal extériorisé: les troubles de la continence sont-ils suffisamment améliorés par la rectopexie par coelioscopie? Mémoire de DESC de chirurgie hépatobiliaire et digestive SCVO, RENNES

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer)

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Prise en main rapide Avertissement : Le module Troubles Fonctionnels Urinaires développé sur Episodus est un module d aide au diagnostic,

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission qualité de vie Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire.

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire. Prévalence de l incontinence urinaire d effort selon le traumatisme obstétrical et la catégorie socio-. G. Philippe (1), I. Clément (2), I. Thaon (3) (1) Service d urologie C.H.U St jacques, Besançon (2)

Plus en détail

Vous souffrez de fuites urinaires lors de vos activités normales et quotidiennes?

Vous souffrez de fuites urinaires lors de vos activités normales et quotidiennes? Vous souffrez de fuites urinaires lors de vos activités normales et quotidiennes? Cela se produit lorsque vous... Riez? Toussez? Éternuez? Faites de l exercice? Guide sur l incontinence urinaire d effort

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 10 4% 4% 92% 1 élève déjà bilingue 3 Votre enfant comprend mieux l'anglais qu'avant 4% 4% Votre

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Introduction. L enquête

Introduction. L enquête Enquête sur le mal- être et la détresse psychologique des personnes sourdes, malentendantes, devenues sourdes et/ou acouphéniques : Analyse des résultats du point de vue des personnes devenant sourdes

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Cette étude visait à dresser un état des lieux précis qui prenne en compte la diversité (âge, situation géographique,

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

Information et communication

Information et communication Information et communication Pour les nouveaux diplômés HES en information documentaire, en communication ainsi qu en traduction, l insertion professionnelle s avère difficile. Près de la moitié d entre

Plus en détail

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor Bilan urodynamique Continence et miction = résultat d'un rapport de forces vessie/urètre: 1. Pression vésicale de remplissage (compliance): doit rester

Plus en détail

Prise en charge de l incontinence en hôpital de jour : - un bilan adapté aux patients présentant des troubles cognitifs - conseils aux aidants

Prise en charge de l incontinence en hôpital de jour : - un bilan adapté aux patients présentant des troubles cognitifs - conseils aux aidants Prise en charge de l incontinence en hôpital de jour : - un bilan adapté aux patients présentant des troubles cognitifs - conseils aux aidants Angélique SWIERZEWSKI (Aide soignante) Stéphanie TAGLANG,

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Grossesse et incontinence urinaire

Grossesse et incontinence urinaire Point sur la connaissance et la perception des femmes Femmes enceintes âgées de 20 à 45 ans 1er Juin 2005 Conférence de presse 68 GJ 31 TNS Sofres Healthcare 1 Échantillon 300 femmes enceintes âgées de

Plus en détail

Qualité de vie des membres de PROSCA : Résultats préliminaires

Qualité de vie des membres de PROSCA : Résultats préliminaires Qualité de vie des membres de PROSCA : Résultats préliminaires Forum «Entre-nous» 7 décembre 2011 Anne-Claude et Vincent Griesser Membres de la commission «formation-parrainage» PROSCA Parrainage Forum

Plus en détail

Diag Up Export Spécifications

Diag Up Export Spécifications Diag Up Export Spécifications Présentation Diag Up est une plate forme logicielle qui permet d élaborer des modèles de diagnostic dans des domaines aussi variés que la qualité, la transmission d entreprises,

Plus en détail

Comment lire la revue ICAMAR et participer à la bibliographie? André Lentz

Comment lire la revue ICAMAR et participer à la bibliographie? André Lentz Comment lire la revue ICAMAR et participer à la bibliographie? André Lentz La revue I.C.A.M.A.R. www.icamar.org Lorsque vous arrivez sur le site, vous vous trouvez face à une page comme celle- ci : Les

Plus en détail

Évaluation du stress au travail chez le Personnel du Service d Anesthésie-Réanimation au CHU de Monastir. - Tunisie -

Évaluation du stress au travail chez le Personnel du Service d Anesthésie-Réanimation au CHU de Monastir. - Tunisie - Évaluation du stress au travail chez le Personnel du Service d Anesthésie-Réanimation au CHU de Monastir - Tunisie - Abdelmajid LARIBI Cadre infirmier Évaluation du stress au travail chez le personnel

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Groupe de travail sur les normes en matière de sondage Avril 2011 Les opinions exprimées dans le présent document ne doivent

Plus en détail

Une méthode d exercice efficace, discrète et facile pour traiter et prévenir l incontinence urinaire à l effort

Une méthode d exercice efficace, discrète et facile pour traiter et prévenir l incontinence urinaire à l effort La rééducation du plancher pelvien avec les cônes vaginaux LadySystem Une méthode d exercice efficace, discrète et facile pour traiter et prévenir l incontinence urinaire à l effort Les renseignements

Plus en détail

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT 2010 ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT Que reprochent les applicateurs au mortier de plâtre projeté Lafarge? UNIVERSITE MONTPELLIER I Faculté d Administration et de Gestion des Entreprises Rapport d étude Master

Plus en détail

Les Français et le développement photo Nouvelles pratiques, nouveaux supports : l impression photo à l heure du web 2.0.

Les Français et le développement photo Nouvelles pratiques, nouveaux supports : l impression photo à l heure du web 2.0. Les Français et le développement photo Nouvelles pratiques, nouveaux supports : l impression photo à l heure du web 2.0 Dossier de presse Méthodologie de l étude Échantillon Interrogation de 000 individus

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Résultats Sondage Campagne Lovelife sur ciao.ch

Résultats Sondage Campagne Lovelife sur ciao.ch 021 311 92 06 CCP 10-5261-6 Résultats Sondage Campagne Lovelife sur ciao.ch 1 Introduction «Les personnes atteintes d'infections sexuellement transmissibles sont incitées à informer leurs partenaires de

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC

MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC Dossier de presse Janvier 2007 Service de presse MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC L Observatoire de la Qualité de la Construction

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion IRCANTEC Octobre 2014 Résumé L Institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l Etat et des collectivités publiques

Plus en détail

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu 5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse Aperçu En Nouvelle-Écosse, la population change; et la proportion des personnes âgées est de plus en plus importante. Entre 2007 et 2033, le nombre d aînés (65

Plus en détail

Analyse de l Enquête Nationale d Activité des Sophrologues 2010 /2011

Analyse de l Enquête Nationale d Activité des Sophrologues 2010 /2011 Analyse de l Enquête Nationale d Activité des Sophrologues 2010 /2011 Laetitia Heslouis Membre de l ONS, Responsable de l Enquête Directrice de Czazen DU Paris V : Stress & Risques Psychosociaux Certifiée

Plus en détail

Utilisation de l application calcul@tice en ligne Sommaire

Utilisation de l application calcul@tice en ligne Sommaire Utilisation de l application calcul@tice en ligne Sommaire I. Présentation... 1 II. Inscription... 2 III. Utilisation de la vue ENSEIGNANT... 3 A. Identification... 3 B. Si vous vous connectez pour la

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013

ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013 ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013 ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS 2014 PROMOTION 2013 SYNTHÈSE DES RÉSULTATS L enquête Jeunes Diplômés 2014 sur la promotion 2013 a été réalisée conjointement par des chercheurs

Plus en détail

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Est-ce que ça va faire mal? Pour que chaque soin se déroule au mieux Les traitements utiles pour éviter ou diminuer la douleur 72 73 75 De nombreux

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ;

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ; Association reconnue d Intérêt général et agréée au niveau national par le Ministère de la Santé et des Solidarités agrément n N2006AGD43 - Siret : 50880038000026 Association Loi 1901 n W 751190228 site

Plus en détail

Merci de répondre à toutes les questions quelque soit la nature de vos problèmes, en mettant une croix dans la case appropriée :

Merci de répondre à toutes les questions quelque soit la nature de vos problèmes, en mettant une croix dans la case appropriée : Nom : Date : QUESTIONNAIRE DE STYLE DE VIE (3) DE MAYERS Merci de répondre à toutes les questions quelque soit la nature de vos problèmes, en mettant une croix dans la case appropriée : 1. PRENDRE SOIN

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES STATISTIQUES A UNE VARIALE EXERCICES CORRIGES Exercice n Les élèves d une classe ont obtenu les notes suivantes lors d un devoir : Note 4 5 8 0 4 5 8 0 Effectif 4 7 6 4 ) Déterminer l étendue et le mode

Plus en détail

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES Le diagnostic prénatal par biopsie de trophoblaste ( 1 ) au premier trimestre de la grossesse est devenu une alternative fréquente aux techniques

Plus en détail

Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap

Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap Nous avons envoyé nos questionnaires à 697 associations susceptibles de fournir une information ou un accompagnement aux personnes

Plus en détail

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997 6.4.1. Introduction L importance des programmes de vaccination a été largement démontrée. Les questions n ont été posée qu aux personnes âgées de 15 ans et plus parce que la couverture vaccinale chez les

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques de l Université Paris 6 - Pierre et Marie Curie Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010 non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 La population étudiée est celle des étudiants ayant obtenu un M1 à en 2009-2010 (hors formation continue,

Plus en détail

L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES

L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES Le Mai Tu, MD, M.Sc., urologue Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Université de Sherbrooke Octobre

Plus en détail

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT Progrès en Urologie (2005), 15 1000-1004 Chapitre IV La matériovigilance Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT paul.meria@sls.ap-hop-paris.fr - jean-louis.pariente@chu-bordeaux.fr - pierre.conort@psl.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé P.16 Les SSIAD de l échantillon représentent environ 1.8% des SSIAD et 2.4% des places installées. Les tarifs des soins

Plus en détail

Le secteur de la santé. Votre guide SMS

Le secteur de la santé. Votre guide SMS Le secteur de la santé Votre guide SMS Pourquoi utiliser le SMS? Le secteur médical est un milieu où l information doit circuler très rapidement et où les rapports entre médecins et patients sont primordiaux.

Plus en détail

L enseignement intensif de l anglais, langue seconde Faits saillants du sondage de la FCPQ Enseignement intensif de l anglais, langue seconde

L enseignement intensif de l anglais, langue seconde Faits saillants du sondage de la FCPQ Enseignement intensif de l anglais, langue seconde L enseignement intensif de l anglais, langue seconde Faits saillants du sondage de la FCPQ Enseignement intensif de l anglais, langue seconde Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ) Février

Plus en détail

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation Table des matières 1. PRESENTATION DE LA PLATE-FORME D APPRENTISSAGE ANAXAGORA... 3 2. ARCHITECTURE FONCTIONNELLE... 4 3. L APPRENTISSAGE... 5 3.1. L ESPACE DE TRAVAIL... 5 3.1.1. Le calendrier... 5 4.

Plus en détail

Santé et travail des seniors: une vision européenne

Santé et travail des seniors: une vision européenne Santé et travail des seniors: une vision européenne Les colloques du COR Vendredi 29 novembre 2007 Thierry Debrand (Irdes) Contact: debrand@irdes.fr Introduction et contexte Les pays industrialisés font

Plus en détail

Compte rendu de l atelier 2 : Intégrer tablettes et outils nomades à l enseignement Contenu

Compte rendu de l atelier 2 : Intégrer tablettes et outils nomades à l enseignement Contenu Compte rendu de l atelier 2 : Intégrer tablettes et outils nomades à l enseignement Contenu Compte rendu de l atelier 2 : Intégrer tablettes et outils nomades à l enseignement... 1 OBJECTIFS :... 2 DEROULEMENT

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

Bureau du registraire

Bureau du registraire Bureau du registraire DIRECTIVES CONCERNANT LE PROGRAMME D INTÉGRATION PROFESSIONNELLE DANS UN MILIEU CLINIQUE À L INTENTION DES INFIRMIÈRES DIPLÔMÉES HORS QUÉBEC DIRECTIVES CONCERNANT LE PROGRAMME D INTÉGRATION

Plus en détail

REMERCIEMENTS INTRODUCTION

REMERCIEMENTS INTRODUCTION REMERCIEMENTS INTRODUCTION Ces dernières années, une enquête a été réalisée par la Direction des Hôpitaux. Nous savons désormais que chaque année en France, 1.4 millions d enfants sont hospitalisés. Leur

Plus en détail

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive ROLE DE LA SAGE FEMME DANS LA PREVENTION, LE DIAGNOSTIC ET ORIENTATION DES FISTULES Présenté par Mme Atchoumi Annie Hortense Sage-femme DU épidémiologie-bordeaux CHU de Yaoundé Introduction Définition

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration.

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration. 19 décembre 2011 Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Première session ordinaire de 2012 7-10 février 2012 Point 10 de l ordre du jour provisoire * Compte rendu oral sur les

Plus en détail

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 Certification ISO 9001 Enquête «entrants» et «sortants» M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 MWQ/MESURER/Enquêtes sur la certification/2010/iso 9001 1 1. Introduction Le document «Baromètre Qualité Bilan 2008»

Plus en détail

Le diabète de type 2. 1. Contexte

Le diabète de type 2. 1. Contexte Le diabète de type 2 1. Contexte Le diabète de type 2 est une maladie caractérisée par une hyperglycémie chronique, c est-à-dire par un taux trop élevé de sucre dans le sang. Cette maladie survient généralement

Plus en détail

Les verres. Introduction: TP: Musiverre: Page 1. Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004

Les verres. Introduction: TP: Musiverre: Page 1. Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004 Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004 Les verres Introduction: TP: Nous avons choisi de faire un tp sur les notes que peuvent produire différents verres avec des quantités différentes d eau. Car nous voulions

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Novembre 2009 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management de l innovation

Plus en détail

Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire

Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire Présentation : Agnès ROCHE : CDS enfance depuis 2010 auparavant responsable éducatif enfance sur le

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT Les limites du maintien à domicile M me Corine Ammar Scemama, médecin psychiatre. M lle Faustine Viailly, psychologue spécialisée en gérontologie. M Benoît Michel, étudiant en psychologie. Le maintien

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

MentorPlace au Collège de Kerbellec

MentorPlace au Collège de Kerbellec MentorPlace au Collège de Kerbellec I LES ACTEURS a) du Collège Kerbellec Monsieur NEDELLEC directeur adjoint Monsieur GUILLERME professeur principal classe de 4 ème Monsieur SOURRICE surveillant du collège

Plus en détail

DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE

DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES re DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE Diplôme d Etat d'aide Médico-Psychologique fonctions d encadrement NOTICE D ACCOMPAGNEMENT DU LIVRET 2 Cette notice

Plus en détail

D/ POUR ALLER PLUS LOIN

D/ POUR ALLER PLUS LOIN D/ POUR ALLER PLUS LOIN Maintenant que le processus de mise en place de l analytics dans vos projets n a plus de secret pour vous, nous allons effectuer un point d ouverture pour aller plus loin dans votre

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale.

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. Comprendre la phobie sociale Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. La phobie sociale est une maladie psychologique de mieux en mieux connue des médecins et des chercheurs, et pour laquelle

Plus en détail

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS Méthode de tests MODE D EMPLOI Cette première partie est destinée à ceux qui débutent en tests et permet une approche progressive et simple de la méthodologie des tests. L introduction vous aura permis

Plus en détail