LA TRANSMISSION D ENTREPRISE A PARIS : ELEMENTS DE DIAGNOSTIC ET PROPOSITION D ACTION DE LA MEP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA TRANSMISSION D ENTREPRISE A PARIS : ELEMENTS DE DIAGNOSTIC ET PROPOSITION D ACTION DE LA MEP"

Transcription

1 Diagnostic pour validation au bureau du 10 avril LA TRANSMISSION D ENTREPRISE A PARIS : ELEMENTS DE DIAGNOSTIC ET PROPOSITION D ACTION DE LA MEP PROBLEMATIQUE ET ENJEUX Selon les estimations du CESR Ile de France, il y a en Ile de France, en 2006 : TPE de moins de 20 salariés dont le dirigeant a au moins 55 ans la moitié d entre elles comporte moins de 3 salariés, ce qui porte à emplois, le nombre d emplois concernés indirectement par l enjeu de la transmission. 1 Selon celles du Greffe du Tribunal de Commerce de Paris réalisées en 2003 : entre 2003 et 2008, à Paris, près de dirigeants d entreprises partiront à la retraite, soit un potentiel d au moins entreprises à reprendre. 2 Par ailleurs, on sait qu à Paris, en 2006, la reprise d entreprises s est effectuée principalement dans les secteurs économiques suivants: 3 les hôtels, cafés, restaurants : 55 % les commerces + commerce de bouche : 30,7 % les entreprises artisanales (critère INSEE) : 11,9 % Et que 71,6 % des entreprises reprises ont entre 0 et 2 salariés. 4 Dans ce diagnostic, nous avons privilégié une entrée sectorielle car les problématiques de la transmission sont différentes d un secteur économique à l autre. Partant des données rassemblées et des entretiens d acteurs menés 5, nous n avons pas retenu le secteur des Hôtels, cafés, restaurants pour lequel les difficultés de transmission concernent principalement les hôtels. Sur ce marché de la transmission, il semblerait que les grands groupes hôteliers soient les principaux acquéreurs de petits hôtels ou bien que les marchands de biens spécialisés dans l hôtellerie rencontrent des difficultés à trouver des repreneurs individuels. 1 Source : Conseil Economique et Social Régional d Ile de France, Marcel de Proost, rapport préparé au nom de la commission emploi et développement économique, Transmission - reprise de très petites entreprises du secteur marchand en Ile de France, 11 janvier Source : Greffe du tribunal de commerce de Paris, Reprendre et transmettre une entreprise à Paris, Etat des lieux et mode d emploi, Source : APCE, Source : Ministère de l économie, des finances et de l emploi, Direction du commerce, de l artisanat, des services et des professions libérales, DCASPL, Cf. Note méthodologique et bibliographie en fin du document

2 Nous avons retenu deux secteurs économiques : Diagnostic pour validation au bureau du 10 avril les métiers de bouche et les autres commerces de proximité la construction de second œuvre car ces problématiques se situent au croisement de 3 enjeux du territoire parisien : maintenir sur le territoire des activités utiles en termes d emplois et de services apportés maintenir sur le territoire la diversité du tissu économique en luttant contre la mono - activité dans certains arrondissements, dans certains quartiers maintenir et développer l emploi salarié dans les entreprises à transmettre Il existe, par ailleurs, un levier juridique pour la collectivité parisienne (la définition d un périmètre de préemption de baux commerciaux ont elle souhaite maîtriser la destination) 6 et que nous avons élaboré une action possible à mener par la Maison de l emploi de Paris. 7 6 Décret du 26 décembre 2007 relatif à la préemption des fonds de commerce et des baux commerciaux ; lorsque la collectivité préempte, le dispose ensuite d un délai d'un an pour trouver ensuite un repreneur. 7

3 DEUX PROBLEMATIQUES SECTORIELLES Diagnostic pour validation au bureau du 10 avril LA CONSTRUCTION DE SECOND OEUVRE A Paris, au 31 mars 2008, on recense 1741 entreprises artisanales du second œuvre dont le dirigeant a plus de 55 ans, ce qui représente 19,7 % des entreprises artisanales dont le dirigeant a plus de 55 ans. 8 La transmission de leur entreprise les concernera dans quelques années. Par ailleurs, l exploitation des offres de cession présentées dans la publication de la Chambre de métiers et de l artisanat de Paris sur la reprise - transmission montre que sur 179 offres d entreprises artisanales à céder, 20,1 % concerne le bâtiment (36 sur 179), principalement des entreprises de plomberie-chauffage, des entreprises d éléctricité, et tous corps d Etat. Leur effectif moyen est de 2 personnes, leur chiffre d affaires moyen, de euros, leur prix moyen, de euros. En outre, les données rassemblées et les entretiens d acteurs menés nous permettent de dégager quelques caractéristiques de la problématique de la transmission dans le secteur de la construction : Si le processus de cession se déroule en moyenne pendant 21 mois, il est plus long dans le secteur de la construction, soit 27 mois. 9 Dans ce secteur plus que dans d autres, les dirigeants n envisagent pas de céder leur entreprise car ils sous-estiment bien souvent la valeur de leur entreprise et parce que l existence d une clientèle locale n est pas aisément valorisable. Quant aux cédants qui envisagent la transmission, ils n anticipent pas suffisamment tôt leur départ à la retraite (principal motif de cession quel que soit le secteur). Dans ce secteur, il faut considérer le risque de départ des salariés très attachés à la personnalité du dirigeant au moment de la reprise et le passif social qui peut s y rattacher ; la gestion de l entreprise en couple et donc le projet de transmission qui doit s élaborer par le couple ainsi que l assurance décennale attribué au dirigeant et non nécessairement au repreneur si l assureur ne le considère pas qualifié. Parfois, des entreprises de construction ayant des difficultés à embaucher en direct reprennent des entreprises pour conserver les emplois. Les très petites entreprises artisanales sans salarié sont considérées comme non cessibles mais la transmission peut-être envisagée sous la forme d une transmission du maître à un apprenti, ce qui est une autre problématique de la transmission. 8 Source : Chambre de métiers et de l artisanat de Paris ; une requête pourrait être envisagée pour les dirigeants de 60 ans et plus. 9 Source : Ministère de l économie, des finances et de l emploi, Direction du commerce, de l artisanat, des services et des professions libérales, Etude réalisée pour la DCASPL par TMO Régions et supervisée par l'observatoire des activités commerciales, artisanales, de services et des professions libérales de la DCASPL, en partenariat avec l INSEE, Etude sur les causes de la reprise ou de la non reprise des entreprises individuelles suite au départ en retraite de leur dirigeant, version janvier 2007

4 Diagnostic pour validation au bureau du 10 avril LES METIERS DE BOUCHE et LES AUTRES COMMERCES DE PROXIMITE LES METIERS DE BOUCHE A Paris, au 31 mars 2008, on recense 623 entreprises artisanales de l alimentation dont le dirigeant a plus de 55 ans, ce qui représente 7 % des entreprises artisanales dont le dirigeant a plus de 55 ans. 10 La problématique de la transmission les concernera dans quelques années. Par ailleurs, l exploitation des offres de cession présentées dans la publication de la Chambre de métiers et de l artisanat de Paris sur la reprise - transmission montre que sur 179 offres d entreprises artisanales à céder, 14 % concerne l alimentation (25 sur 179) Dont 76 % dans la boucherie - charcuterie Soit 25 entreprises de commerce de bouche : 19 boucheries exclusives ou boucheries - charcuteries et autres 5 boulangeries - pâtisseries 1 poissonnerie que leur effectif moyen est de 2,9 personnes, leur chiffre d affaire moyen, euros, leur prix moyen, de: euros Les représentants des professionnels du secteur rencontrés expriment les difficultés rencontrées dans la reprise des commerces de boucherie et de charcuterie. Le représentant de l'école professionnelle de la Boucherie de Paris et celui du CEPROC (CFA des métiers de bouche) font part de leur grande inquiétude de voir ces commerces disparaître du paysage des entreprises parisiennes et semblent intéressés par toute proposition d'aide à ce sujet. Le responsable de l'école de la Boulangerie et de la Pâtisserie a également fait part du même problème qui se profile dans les années à venir pour les pâtisseries "pures" (c'est à dire sans la partie boulangerie) à Paris. La problématique de la transmission dans le secteur des métiers de bouche se caractérise par plusieurs difficultés : l augmentation forte des fonds de commerce + le rachats de matériels + les travaux + la remise aux normes qui pèsent fortement sur les montages financiers. 11 concernant la boucherie - charcuterie, l absence d attractivité du secteur pour des repreneurs potentiels. En effet, il s agirait moins de l absence de clientèle ou de la localisation du commerce qui seraient une difficulté que l intérêt de repreneurs potentiels pour ces métiers. A contrario, citons l exemple de la SEMAEST a permis la reprise d une boucherie dans le 11 ème arrondissement en facilitant et en finançant en partie l installation d un repreneur qu elle a identifié à la sortie d une école de boucherie. Mentionnons que des bouchers - charcutiers en grande surface peuvent être intéressés par la reprise d une entreprise dans ce secteur. 10 Source : Chambre de métiers et de l artisanat de Paris ; une requête pourrait être envisagée pour les dirigeants de 60 ans et plus. 11 Source : Conseil Economique et Social Régional d Ile de France, Marcel de Proost, rapport préparé au nom de la commission emploi et développement économique, Transmission - reprise de très petites entreprises du secteur marchand en Ile de France, 11 janvier 2007

5 Diagnostic pour validation au bureau du 10 avril Concernant la boulangerie - pâtisserie : en raison du coût exorbitant pour ce style de commerce, la personne qui souhaite reprendre cette activité doit immanquablement garder la production des pains (question rentabilité) au détriment d'une pâtisserie pure avec salon de thé. LES AUTRES SERVICES DE PROXIMITE Concernant les commerces de proximité, le renouvellement des chefs d entreprises apparaît comme un enjeu majeur à Paris. Par ailleurs, la viabilité financière reste incertaine pour près d un commerce de détail sur deux. 12 D après une étude de la Chambre de commerce et d industrie de Paris menée en 2005, en 2008, commerçants devraient être concernés par la transmission des commerces de détail et services de proximité à Paris. Ceux de moins de 10 salariés, les plus nombreux, seraient davantage concernés que ceux de plus de 10 salariés. En 2005, 35 % se sont déclarés concernés d ici à 3 ans. Près d un commerçant sur 2 concerné en 2005, envisageait de transmettre ou de céder au plus offrant. Le non alimentaire (équipement de la personne et du logement) apparaissait comme le plus concerné à court terme. 13 PROPOSITION D ACTION DE LA MAISON DE L EMPLOI DE PARIS Le recensement et l examen des actions menées sur le territoire parisien dans le cadre de la transmission d entreprise montrent qu elles concernent plus souvent les repreneurs que les cédants. Ces actions sont d ordre technique, visent à professionnaliser le repreneur dans son rôle de futur chef d entreprise, à rassembler et garantir les financements nécessaires à la reprise d entreprise. Or, c est bien d une problématique de la transmission dont il est question et non seulement d une problématique de la reprise. A ce titre, elle concerne les deux parties prenantes du processus (cédant / repreneur) et elle engage des facteurs psychologiques. Citons par exemple le frein à la transmission qui réside dans la difficulté qu éprouvent les cédants à se séparer de l entreprise qu ils ont créée ou dont ils ont héritée, le cas des entreprises gérées par un couple dont le projet de transmission doit s élaborer en couple sous peine d échouer, le cas de repreneurs «attirés» par des secteurs pour lesquels les offres de reprises sont rares et qui négligent ceux où elles sont nombreuses. C est pourquoi dans un souci de raccourcir le processus de cession (de 21 mois en moyenne, rappelons -le), de le faciliter et de le sécuriser, la Maison de l emploi de Paris propose une action de coaching structurée selon 3 axes d intervention : en direction de cédants : élaborer un projet post-reprise (de retraite, en couple le cas échéant) pour faciliter la «séparation» d avec l entreprise de repreneurs : identifier les compétences acquises / manquantes pour reprendre et accompagner l élaboration d un projet professionnel de reprise 12 Source : Chambre de Commerce et d Industrie de Paris, Quelle ambition pour l économie parisienne? février Source : Chambre de Commerce et d Industrie de Paris, Transmission ou cession des commerces de détail et services de proximité à Paris, 2005 ; la CCIP interroge chaque année 1100 établissements parisiens de moins de 500 salariés, toutes activités confondues dont 300 commerces de détail et services de proximité.

6 Diagnostic pour validation au bureau du 10 avril et du binôme cédant / repreneur : accompagner la négociation jusqu à la reprise effective, voire proposer un accompagnement post - reprise ou une action de mentorat Cette action de coaching est complémentaire de l offre existante et elle s y articule. En effet, des actions d information, de sensibilisation à la transmission pourraient être mobilisées avant l action de coaching proprement dite, des temps de formation (techniques) pendant l action de coaching, des actions d accompagnement post-reprise après l action de coaching. Le diagnostic réalisé nous a aussi permis d identifier des partenaires potentiels pour chacun des secteurs économiques visés (CAPEB pour les entreprises du second œuvre du bâtiment et SEMAEST pour les commerces de proximité dont les métiers de bouche). Ces partenaires potentiels pourraient nous permettre d accéder à leur fichier de cédants.

7 NOTE METHODOLOGIQUE Diagnostic pour validation au bureau du 10 avril Rappel : thème validé par le bureau de la MEP du 21 décembre Phase de diagnostic préalable à l action : décembre avril réunions de travail en interne (6 décembre 2007, 3 janvier 2008, 17 janvier 2008, 6 février 2008, 20 février 2008, 12 mars 2008, 28 mars 2008) : 5 salariés. Synthèse documentaire (cf. bibliographie) Conception d une base de données Excel pour réaliser l inventaire des prestations, dispositifs, mesures Paris - Ile de France concernant la reprise d entreprise. Conception et exploitation d une base de données Excel portant sur l analyse des annonces d entreprises artisanales à céder (Source : publication trimestrielle de la Chambre de métiers et de l artisanat de Paris) 15 entretiens Structure Nom, prénom de la personne rencontrée Fonction Date de l entretien Confédération de l artisanat Daniel Cutajar Secrétaire général adjoint 09 janvier 2008 et des petites entreprises du bâtiment de Paris (CAPEB) Cabinet RTV Latifa Lesafre Directrice 13 février 2008 Chambre de commerce et de l industrie de Paris (CCIP) ; Passer le relais Commerce Laurent Sanvoisin Conseiller Commerce 29 janvier 2008 PME-PMI Chambre de métiers et de l artisanat de Paris Cédants et repreneurs d affaires (CRA) Fédération des centres de gestion agréés Forum «Les métiers en tension» ; lycée d adultes, Anne Treister Conseiler PME-PMI 21 mars 2008 Martine Koskas, Thibaut Service économique 08 avril 2008 Dujardin Francis Carpentier Délégué Paris 15 février 2008 Guylaine Bourdouleix 4 CFA, 2 écoles professionnelles et un syndicat des métiers de bouche Responsable de la communication FCGA 23 janvier 2008 (par tél.) 13 février 2008 JR Coaching Jacqueline Renaud Directrice 07 février 2008 Paris Entreprendre Hugues Franc Directeur Général? Sociétés de cautionnement mutuel artisanales (SOCAMA) Thierry Adjemian Responsable adjoint du marché Artisanat et des partenariats 22 février 2008 Union régionale des SCOP Françoise Fagois Responsable de 26 février 2008 développement Syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs (SYNHORCAT) Cécile Sauveur NR NR Société d économie mixte d aménagement de l Est de Paris (SEMAEST) Union des métiers de l industrie hôtelière (UMIH) Ville de Paris, Direction du développement économique et de l emploi Ville de Paris, Espace commerce artisanat du 20 ème arrondissement Nathalie Garcia et Pierrette Robine Gestionnaire immobilier au développement et à l action économique ; directrice développement et de l action économique et directrice générale adjointe 04 avril 2008 M. Lecourt Président de l UMIH Paris 31 mars 2008 Patrick Koumariani Chargé de la création et de la reprise des entreprises 18 mars 2008 Cécile Trétant Responsable 27 février 2008

8 Diagnostic pour validation au bureau du 10 avril

9 BIBLIOGRAPHIE Diagnostic pour validation au bureau du 10 avril APCE, Paris, création d entreprise entre 1993 et 2006 CCIP, Quelle ambition pour l économie parisienne?, février 2008 CCIP, Transmission ou cession des commerces de détail et services de proximité à Paris, 2005 Club de cédants et repreneurs d affaires, Le marché de la transmission des PME - PMI en 2006, 2006 Conseil Economique et Social Régional d Ile de France, Marcel de Proost, rapport préparé au nom de la commission emploi et développement économique, Transmission - reprise de très petites entreprises du secteur marchand en Ile de France, 11 janvier 2007 CREDOC, Robert Rochefort, Un commerce pour la ville ; rapport au ministre du logement et de la ville, 2008 CROCIS, La lettre sur la transmission d entreprises en Ile de France, janvier 2008 Fédération des centres de gestion agréés, Banque Populaire, Observatoire de la petite entreprise, sans titre, «La cessation / transmission d activité appréhendée par des dirigeants de petites entreprises en 2007», septembre 2007 Greffe du tribunal de Commerce de Paris, Reprendre et transmettre une entreprise à Paris, état des lieux et mode d emploi, septembre 2003, janvier 2004 Greffe du tribunal de commerce de Paris, Atlas économique de Paris, 2007 IFOP, Les reprises et cessions d entreprises 2007 / 2003 INSEE, Virginie Fabre, Les créations d entreprises poursuivent leur hausse en 2006, INSEE Première, n 1120, janvier 2007 INSEE, Stéphane Counot, Sylvie Mulic, Le rôle économique des repreneurs d entreprise, INSEE Première, n 975, juillet 2004 L annuaire sur la transmission d entreprise, septembre , éd. Reprendre et transmettre, 10 ème édition Ministère de l économie, des finances et de l emploi, Direction du commerce, de l artisanat, des services et des professions libérales, Etude réalisée pour la DCASPL par TMO Régions et supervisée par l'observatoire des activités commerciales, artisanales, de services et des professions libérales de la DCASPL, en partenariat avec l INSEE, Etude sur les causes de la reprise ou de la non reprise des entreprises individuelles suite au départ en retraite de leur dirigeant, version janvier 2007 Ville de Paris, site internet : paris.fr, sans titre, «Lutter contre la mono-activité, préserver ou développer la diversité de l offre commerciale à Paris en 2008»

10 Diagnostic pour validation au bureau du 10 avril

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise DOSSIER DE PRESSE La 6 e édition des Rencontres de la création et de la reprise d entreprise se tiendra le jeudi 12 février 2009 au Zénith de Limoges, de 8h30 à 18h. L accès est gratuit et ouvert à tous,

Plus en détail

Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage

Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage Réunion du Service Public de l Emploi Départemental (SPED) Séminaire de travail thématique Préfecture de la région d Île-de-France Préfecture

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble!

Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble! Le Livret d accueil du Repreneur Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble! 2 3. Sommaire Le CRA Ce livret a pour vocation de vous aider à utiliser d une manière optimale l

Plus en détail

P0 C M B N 50782#05 NOTICE DÉCLARATION DE CRÉATION D UNE ENTREPRISE C OMMERCE MÉTIERS BATELLERIE PERSONNE PHYSIQUE Merci de bien vouloir fournir les renseignements demandés qui ont un caractère obligatoire.

Plus en détail

Connecting Transmission

Connecting Transmission DOSSIER DE PRESSE Connecting Transmission Un réseau au service des cédants et repreneurs Novembre 2013 Connecting Transmission Dossier de presse 21 novembre 2013 S O M M A I R E La transmission : un enjeu

Plus en détail

titre : Conseil éligibles

titre : Conseil éligibles Les aides financières du Parc naturel régional de la Haute Vallée de d Chevreuse sont attribuées au titre : du programme d actions du PNR financé par le Conseil régional d Île de France, le Conseil général

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES SYNTHESE JUILLET 2004 DATAR - AATEC / ARGUYL - 2-29/07/04 OBJECTIF ET CONTEXTE L immobilier d entreprise est un enjeu

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Evolution des commerces à Paris. Inventaire des commerces 2014 et évolutions 2011-2014

DOSSIER DE PRESSE. Evolution des commerces à Paris. Inventaire des commerces 2014 et évolutions 2011-2014 DOSSIER DE PRESSE Evolution des commerces à Paris Inventaire des commerces 2014 et évolutions 2011-2014 Contacts presse : Ville de Paris : Marie Francolin : presse@paris.fr / 01.42.76.49.61 CCI Paris :

Plus en détail

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales FÉVRIER 2014 Présentation des résultats Pratiques et besoins de financement des

Plus en détail

ETUDE FUSACQ. La Cession de TPE-PME via Internet en France. 26 Octobre 2007

ETUDE FUSACQ. La Cession de TPE-PME via Internet en France. 26 Octobre 2007 ETUDE FUSACQ La Cession de TPE-PME via Internet en France 26 Octobre 2007 Place de marché en ligne dédiée à la Reprise Transmission d entreprised PRESENTATION DE FUSACQ Fusacq est une place de marché en

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

atelier d urbanisme commercial MALACHER NORD Étude d impacts économiques et commerciaux

atelier d urbanisme commercial MALACHER NORD Étude d impacts économiques et commerciaux atelier d urbanisme commercial MALACHER NORD Étude d impacts économiques et commerciaux RENDU DOCUMENTAIRE 3 - DÉCEMBRE 2014 Sommaire les attentes croisées la synthèse des attentes l étude de potentiel

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Les clés de la transmission Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Sommaire La transmission : un enjeu stratégique Une réglementation en adaptation continue Les attentes des chefs d entreprise Les clés

Plus en détail

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE Les notes de l Juin 2007 OBSERVATOIRE PARTENARIAL LYONNAIS EN ECONOMIE RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE L entrepreneuriat est une priorité pour le développement économique de l

Plus en détail

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes La Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes (S.R.A.J.) constitue une offre globale

Plus en détail

Avec près des deux tiers des

Avec près des deux tiers des Les Dossiers de l Observatoire Régional du Tourisme n 42 - mars 2012 Le poids économique de l hôtellerie de plein air en Pays de la Loire Plus de 600 campings Un chiffre d affaires annuel de 230 millions

Plus en détail

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE.

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE. ETUDE THEMATIQUE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS 3 311 entreprises 3 471 établissements 2 198 établissements employeurs 5 971 salariés 1 551 apprentis

Plus en détail

Licence Professionnelle Management de la petite ou moyenne entreprise-petite ou moyenne industrie (PME-PMI)

Licence Professionnelle Management de la petite ou moyenne entreprise-petite ou moyenne industrie (PME-PMI) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Professionnelle Management de la petite ou moyenne entreprise-petite ou moyenne industrie (PME-PMI) Université Pierre Mendes France- Grenoble- UPMF Campagne

Plus en détail

DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ

DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ P0 Auto-entrepreneur DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ AUTO-ENTREPRENEUR PERSONNE PHYSIQUE M G U I D B E F K T ACTIVITÉ COMMERCIALE, ARTISANALE, LIBÉRALE reçue le 1 bis 6 VOUS NE BÉNÉFICIEZ DE CE RÉGIME

Plus en détail

Réussir sa création d entreprise

Réussir sa création d entreprise Chambre des Experts Comptables du Cœur d Hérault Réussir sa création d entreprise Les conseils de l expert-comptable Support téléchargeable sur : www.cecch.fr CSOEC 2012 Comité Création d Entreprise La

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2 Dossier de presse La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche Synthèse page 2 Le contexte de la campagne page 5 Le déroulement de la campagne page 7 Faits

Plus en détail

Rechercher les informations légales et sectorielles

Rechercher les informations légales et sectorielles GEA 2014-2015 Recherche documentaire Marine Souchier Rechercher les informations légales et sectorielles Intro : quelles sont les informations légales à chercher sur votre organisation? la raison sociale,

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 2. La Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Isère, des compétences à votre service

Stage de Préparation à l Installation 2. La Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Isère, des compétences à votre service Stage de Préparation à l Installation 2. La Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Isère, des compétences à votre service 2.1. Défendre les intérêts généraux de l artisanat 2.2. Direction Economie -

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

CONTRAT D APPRENTISSAGE LIVRET APPRENTI

CONTRAT D APPRENTISSAGE LIVRET APPRENTI CONTRAT D APPRENTISSAGE LIVRET APPRENTI D.E.F.A Section Apprentissage : 03.60.127.131 03.60.127.129 apprentissage@cma80.fr Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Somme Cité des Métiers et de l Artisanat

Plus en détail

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP «TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP I. Présentation de l action La Région Rhône-Alpes a lancé en 2007, en partenariat avec l Union régionale des Scop (Urscop),

Plus en détail

AGENCE POUR LA CREATION D ENTREPRISES. APCE Octobre 2008 1

AGENCE POUR LA CREATION D ENTREPRISES. APCE Octobre 2008 1 AGENCE POUR LA CREATION D ENTREPRISES APCE Octobre 2008 1 Son histoire L APCE est une agence gouvernementale Créée en 1996, sa mission s inscrit dans le prolongement de celle de l ANCE lancée en 1979 à

Plus en détail

Technopole de Bourges : Construction d un Centre d Affaires Vendredi 4 février 2011 15H00

Technopole de Bourges : Construction d un Centre d Affaires Vendredi 4 février 2011 15H00 Dossier de presse Technopole de Bourges : Construction d un Centre d Affaires Vendredi 4 février 2011 15H00 Contacts presse : Laurent DEULIN : 02 48 48 58 10 06 63 95 00 23 l.deulin@agglo-bourgesplus.fr

Plus en détail

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE REPRISE - CREATION D ENTREPRISE Stage de préparation à l installation Une équipe de chargés de développement économique à votre écoute Vous souhaitez devenir chef d entreprise, la Chambre de Métiers et

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

Ce qu il faut savoir en 20 points

Ce qu il faut savoir en 20 points Ce qu il faut savoir en 20 points 1. Comptabilité allégée : o registre des ventes : les obligations comptables des autoentrepreneurs sont réduites. Ils peuvent simplement tenir un livre chronologique mentionnant

Plus en détail

Les pôles commerciaux et leurs magasins

Les pôles commerciaux et leurs magasins Les pôles commerciaux et leurs magasins Julien Fraichard* Pour les commerçants, l'implantation de leur établissement dans le tissu urbain est primordiale. Certains types de commerces, comme les magasins

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

+ Les médecins concernés Activité libérale intégrale ou mixte

+ Les médecins concernés Activité libérale intégrale ou mixte + Unité REMES DEMOMED 75 Etude sur la démographie médicale parisienne RESTITUTION DES RESULTATS 28 janvier 2014 Hôtel de Ville de Paris + Les médecins concernés Activité libérale intégrale ou mixte CPAM

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ISF 2015

MANDAT DE GESTION ISF 2015 MANDAT DE GESTION ISF 2015 1 AVERTISSEMENT Ce document n est pas contractuel et est réservé aux professionnels de la gestion de patrimoine (CIF) souhaitant obtenir des informations sur le mandat de gestion

Plus en détail

- par OSEO pour le montage de dossiers de demande de Prêt à la Création d Entreprise (PCE), prêt bancaire sans garantie ni caution personnelle

- par OSEO pour le montage de dossiers de demande de Prêt à la Création d Entreprise (PCE), prêt bancaire sans garantie ni caution personnelle HAUTE-SAÔNE INITIATIVE est une association de type loi 1901 créée en juin 1998 à l'initiative du Conseil Général de la Haute-Saône, bénéficiant du soutien de partenaires économiques (Banques, Chambre de

Plus en détail

bilan d étape après 6 mois de mise en œuvre

bilan d étape après 6 mois de mise en œuvre l auto entrepreneur bilan d étape après 6 mois de mise en œuvre Hervé NOVELLI Secrétaire d Etat chargé du Commerce, de l Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services et de

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

Hôtellerie & Tourisme

Hôtellerie & Tourisme SALARY SURVEY 2014 & & Sélection et approche directe de cadres confirmés www.michaelpage.fr INTRODUCTION Michael Page & est une division de Michael Page, leader du conseil en recrutement, spécialiste de

Plus en détail

Maîtriser vos risques et choisir votre partenaire assureur. Décembre 2010

Maîtriser vos risques et choisir votre partenaire assureur. Décembre 2010 Maîtriser vos risques et choisir votre partenaire assureur Décembre 2010 1 Une démarche personnelle Quelles sont les assurances adaptées à mon entreprise? Comment choisir mon partenaire assureur pour répondre

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Import-Export de l Université Paris-Est Marne-la-Vallée - UPEM Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION (FONDS FEDER)

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION (FONDS FEDER) Page 1 Axe Référence Domaine Service instructeur Dates agréments CLS 2 La compétitivité de l économie : développer l économie réunionnaise dans l environnement international REGION Direction des Affaires

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

PRÉSENTATION D EXTENDAM

PRÉSENTATION D EXTENDAM MANDAT DE GESTION ISF 2015 PRÉSENTATION D EXTENDAM Un métier : l investissement pour compte de tiers Extendam est une société de gestion indépendante qui réalise des investissements pour le compte de clients,

Plus en détail

Opérations collectives vers les entreprises, PME/PMI et artisans :

Opérations collectives vers les entreprises, PME/PMI et artisans : Opérations collectives vers les entreprises, PME/PMI et artisans : Quels intérêts? Stéphanie BOULAY Direction des Rivières Ile-de-France Service Investissements Industries Ile-de-France SIARH - 3 décembre

Plus en détail

Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011.

Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011. Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011 Dossier de presse www.economie.gouv.fr FREDERIC LEFEBVRE, SECRÉTAIRE D

Plus en détail

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover.

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. -- Rapport d étape à l attention du Ministre délégué auprès du ministre de l

Plus en détail

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL Seul le prononcé fait foi Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal lors de l'assemblée générale de la Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL à Saint-Flour le jeudi 16 juin 2011 M. le

Plus en détail

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation ATELIER PARISIEN D URBANISME Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation AVRIL 2015 Directrice de la publication : Dominique Alba Étude réalisée par : François Mohrt Sous la direction

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE NOTE CONJONCTURELLE BANQUE Quel avenir pour les réseaux d agences des banques de détail? Quelles menaces pour l emploi? Première partie: Un contexte économique, technologique et réglementaire en mouvance,

Plus en détail

Besoin d être orienté-e? la Région vous guide

Besoin d être orienté-e? la Région vous guide PORTEURS DE PROJETS, ENTREPRISES Coup de Pouce Régional aux Très Petites Entreprises Besoin d être orienté-e? la Région vous guide Forum Internet Bourse Régionale Coopérative Chèque numérique Bourse Régionale

Plus en détail

Je tiens à remercier ici tout d abord la Chambre de Commerce et d Industrie de Lyon de m avoir permis de réaliser un stage passionnant au sein des

Je tiens à remercier ici tout d abord la Chambre de Commerce et d Industrie de Lyon de m avoir permis de réaliser un stage passionnant au sein des Je tiens à remercier ici tout d abord la Chambre de Commerce et d Industrie de Lyon de m avoir permis de réaliser un stage passionnant au sein des équipes travaillant à la création et à la reprise d entreprises

Plus en détail

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 À L ACCORD DU 10 JUIN 2011 RELATIF

Plus en détail

Fiche TransEntreprise confidentielle

Fiche TransEntreprise confidentielle La Chambre de Commerce et d'industrie met à la disposition des chefs d entreprise ainsi que des propriétaires de pas-de-porte ou locaux commerciaux/industriels, le réseau TRANSENTREPRISE pour diffuser

Plus en détail

Centre d Animation d Information et Relais Economique

Centre d Animation d Information et Relais Economique www.caire-haguenau.fr Campanile Hôtel LES PINS 84 route de Strasbourg - BP 70273 F-67500 HAGUENAU Cedex Tél 0033 (0) 3 88 63 39 00 Fax 0033 (0) 3 88 63 39 01 Email : caire@ville-haguenau.fr Les voies d

Plus en détail

La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives

La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives Communiqué de presse Le 26 mai 2015 La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives Des résultats financiers en progression

Plus en détail

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises?

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? a) L entrepreneur individuel trepreneur individuel Nombre de propriétaires = 1 seul Responsabilité sur ses biens propres = illimitée Activités

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne Rapport d étude réalisé pour monabanq. Décembre 2010 CREDOC / 17 mai 2011 1 Synthèse 1 Internet a modifié la relation des Français avec leurs banques en s imposant comme

Plus en détail

Effectifs : 3 personnes

Effectifs : 3 personnes DÉLÉGATION RÉGIONALE AU COMMERCE ET À L'ARTISANAT Déléguée : Mme Dominique DURAND (depuis janvier 2007) Madame Joselyne FORTEA SANZ (jusqu en décembre 2006) 39 boulevard de la Trémouille 21 000 DIJON Tél.

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région ÉDITORIAL Les mutations environnementales, économiques et sociales n ont de cesse et depuis quelques années nous ressentons que cette vitesse d évolution tend à devenir exponentielle Que sera demain? Cette

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entrepreneuriat de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Mardi 23 octobre 2012

Mardi 23 octobre 2012 Dossier de presse Mardi 23 octobre 2012 1 Conférence de presse mardi 23 octobre 2012 Les points abordés : - point sur la conjoncture dans la région grenobloise, - les chiffres de la création d entreprises

Plus en détail

Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Convention de partenariat avec le Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Le 20 juin dernier, Agnès Bricard, présidente du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables (CSOEC) et Olivier

Plus en détail

Base de données documentaires [financement ACSE]

Base de données documentaires [financement ACSE] Réseau Ressources pour l Égalité des Chances et l Intégration (RECI) Rapport d activité 2011 Le programme de travail 2011 s est décliné autour de quatre types d actions : des outils, de la production de

Plus en détail

Appel à proposition. Unité Territoriale 41. Cité Administrative Porte B 3ème étage - 34, avenue Maunoury 41011 BLOIS CEDEX Téléphone : 02.54.55.85.

Appel à proposition. Unité Territoriale 41. Cité Administrative Porte B 3ème étage - 34, avenue Maunoury 41011 BLOIS CEDEX Téléphone : 02.54.55.85. Appel à proposition «Convention THYSSEN - Suivi des actions et prolongation du portage de l action de Gestion Territoriale des Emplois et des Compétences sur le vendômois» Unité Territoriale 41 Cité Administrative

Plus en détail

Principales mesures du projet de loi Artisanat, Commerce et Très petites entreprises

Principales mesures du projet de loi Artisanat, Commerce et Très petites entreprises Principales mesures du projet de loi Artisanat, Commerce et Très petites entreprises 26 mai 2014 #loipinel @_Bercy_ @redressement Sommaire Avant-propos, objectifs, chiffres-clés... 3 Pour les commerçants

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

Dossier de presse. Le prix régional Met'Fem Le réflexe "Artisanat au Féminin" Sommaire. Communiqué de Presse P. 2. Met'fem, les métiers au féminin

Dossier de presse. Le prix régional Met'Fem Le réflexe Artisanat au Féminin Sommaire. Communiqué de Presse P. 2. Met'fem, les métiers au féminin Dossier de presse Le prix régional Met'Fem Le réflexe "Artisanat au Féminin" Sommaire Communiqué de Presse P. 2 Met'fem, les métiers au féminin P. 3 Les Prix Met'Fem P. 4 Les Partenaires P. 5 Les initiatives

Plus en détail

Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire

Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire Rapport Septembre 2007 Sommaire Chapitre 1 : Présentation de l outil «Base de donnée» du Pays Marennes Oléron.. p.5 1. Définition et principe...

Plus en détail

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 Le AFIC Etudes 2014 www.afic.asso.fr MÉTHODOLOGIE Étude d impact économique et social (2013) Les statistiques sont établies

Plus en détail

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct.

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct. M a i s o n d e l E m p l o i L es Cahier s J a n v i e r 2 0 1 3 - N u m é r o 1 9 Avec la participation de : Ce cahier construit par et pour les acteurs de l Emploi, de la Formation et du Développement

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74%

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74% n 6 - JANVIER 21 LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT 23 629 c est * le nombre d entreprises 2 inscrites au Répertoire des métiers de l Essonne. dirigeants d entreprise artisanale ont été interrogés à la fin

Plus en détail

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie territoriale de Seine-et- Marne (CCITSM).

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie territoriale de Seine-et- Marne (CCITSM). 2014-09 Séance du 12 février 2014 AVIS Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie territoriale de Seine-et- Marne (CCITSM). Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant

Plus en détail

Plan régional d internationalisation des entreprises en Pays de la Loire 2013 / 2015

Plan régional d internationalisation des entreprises en Pays de la Loire 2013 / 2015 Plan régional d internationalisation des entreprises en Pays de la Loire 2013 / 2015 Dans le cadre du Schéma Régional de l Economie et de l Emploi Durables et de la Stratégie régionale à l international

Plus en détail

LE COURTAGE D ASSURANCE

LE COURTAGE D ASSURANCE Programme 1ère conférence : l éthique du courtier 2ème conférence : la profession du courtier Courtage et environnement concurrentiel Le cadre de l activité L activité La responsabilité des courtiers d

Plus en détail

Après le succès de l offre Novaxia Immo Opportunité 1 en 2012, découvrez «Novaxia Immo Opportunité 2»

Après le succès de l offre Novaxia Immo Opportunité 1 en 2012, découvrez «Novaxia Immo Opportunité 2» L opportunité d investir votre isf et votre ir dans l immobilier et l hôtellerie OFFRE LIÉE, VISÉE PAR L AMF POUR LA SOUSCRIPTION AU CAPITAL DES SOCIÉTÉS NIO IMMO PARIS, NIO IMMO IDF, NIO IMMO QUART SUD-EST,

Plus en détail

Installation des ambassadeurs des marchés publics. Limoges, le 19 février 2015. www.haute-vienne.gouv.fr. @prefet87

Installation des ambassadeurs des marchés publics. Limoges, le 19 février 2015. www.haute-vienne.gouv.fr. @prefet87 Installation des ambassadeurs des marchés publics Limoges, le 19 février 2015 www.haute-vienne.gouv.fr @prefet87 Paris, le 19 février 2015 Le Médiateur national des Marchés publics Chère Ambassadrice,

Plus en détail

Droit d information préalable des salariés en cas de cession d entreprise

Droit d information préalable des salariés en cas de cession d entreprise Droit d information préalable des salariés en cas de cession d entreprise Salariés, chefs d entreprises, votre guide pratique Entrée en vigueur 1 er novembre 2014 #loiess Guide pratique octobre 2014 1

Plus en détail

Créer ou reprendre dans la restauration. Valérie HUTTEAU CCI DE NÎMES

Créer ou reprendre dans la restauration. Valérie HUTTEAU CCI DE NÎMES Créer ou reprendre dans la restauration Valérie HUTTEAU CCI DE NÎMES Partie 1 : Les chiffres clés de la restauration Une approche administrative avec les codes NAF 56 Restauration 5610A Restauration traditionnelle

Plus en détail

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 Introduction A compter du 1 er janvier 2015, certaines conditions de l auto entreprise changent : un seul statut unique immatriculation obligatoire aux chambres consulaires

Plus en détail

Circulaire du 13 avril 2006 relative aux ventes au déballage

Circulaire du 13 avril 2006 relative aux ventes au déballage MINISTERE DES PME, DU COMMERCE, DE L ARTISANAT ET DES PROFESSIONS LIBERALES Circulaire du 13 avril 2006 relative aux ventes au déballage Les ventes au déballage, quelle que soit leur dénomination (vide-greniers,

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

Le guide des formalités

Le guide des formalités Le guide des formalités Tout au long la de votre vie, CMA 30 est là... Sommaire Quelques rappels importants permettant de faciliter la réalisation des formalités auprès du Service Formalités des Entreprises

Plus en détail

OGACA. Les sessions thématiques de l OGACA. 2ème trimestre 2010 Strasbourg. Agence conseil auprès des entreprises culturelles

OGACA. Les sessions thématiques de l OGACA. 2ème trimestre 2010 Strasbourg. Agence conseil auprès des entreprises culturelles OGACA Agence conseil auprès des entreprises culturelles Les sessions thématiques de l OGACA 2ème trimestre 2010 Strasbourg /P2 L Ogaca accompagne depuis 1984 les acteurs culturels régionaux en leur proposant

Plus en détail

Les TPE françaises et les nouvelles technologies. Conférence du 30 octobre 2012

Les TPE françaises et les nouvelles technologies. Conférence du 30 octobre 2012 Les TPE françaises et les nouvelles technologies Conférence du 30 octobre 2012 SYNTHESE Une forte conscience des enjeux des nouvelles technologies Aujourd hui, la quasi-totalité des dirigeants de TPE est

Plus en détail

Office Avenue. Montrouge Hauts de Seine (92) Espaces Business Montrouge. A partir de 97.251 HT. Mobilier et équipement inclus Rentabilité 4,60% HT

Office Avenue. Montrouge Hauts de Seine (92) Espaces Business Montrouge. A partir de 97.251 HT. Mobilier et équipement inclus Rentabilité 4,60% HT Office Avenue Montouge (92) office-avenue.fr Office Avenue office-avenue.fr Espaces Business Montrouge A partir de 97.251 HT Mobilier et équipement inclus Rentabilité 4,60% HT Montrouge Hauts de Seine

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais L artisanat de la région Nord - Pas de Calais Éditorial...5 I. État et évolution de l artisanat du Nord-Pas de Calais... 7 1. 46 341

Plus en détail