1 VOLET HABITAT - LOGEMENT. Synthèse du volet Habitat - logement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 VOLET HABITAT - LOGEMENT. Synthèse du volet Habitat - logement"

Transcription

1 1 VOLET HABITAT - LOGEMENT Synthèse du volet Habitat - logement

2 2 VOLET HABITAT - LOGEMENT I / Contexte général... 3 A. Les caractéristiques du parc de logement en France... 3 B. Les caractéristiques du parc de logement dans le Pas-de-Calais... 4 C. Le desserrement des ménages, moteur principal du besoin en logement... 5 D. Les orientations majeures du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) en matière d habitat - logement... 6 II / Et dans le Plan Local d Urbanisme intercommunal?... 7 A. Les caractéristiques globales du parc de logements de la Communauté urbaine d Arras. 7 B. Une relative inadéquation entre l offre de logements et les besoins des ménages C. Des problématiques de diversification de l offre de logements, tant dans les formes d habitat que dans les statuts d occupation D. Une forte mobilisation de la Communauté urbaine d Arras, véritable pilote de la politique habitat sur son territoire

3 3 VOLET HABITAT - LOGEMENT I / Contexte général A. Les caractéristiques du parc de logement en France En France, le rythme de construction de logements neufs a été quasi constant au cours des 20 dernières années avec une tendance à la baisse observée depuis En 2011, le parc de logements comptait environ 33,5 millions de logements sur tout le territoire, soit une hausse de 1,2% par rapport à La composition de ce parc de logements comprend pour l'essentiel des résidences principales, les résidences secondaires et les logements vides non occupés représentant quant à eux 18% des logements (cf. graphique ci-dessous). Les maisons individuelles constituent la majeure partie de cette offre (56,5% des logements), même si la tendance tend à s inverser depuis 2008 notamment du fait d un recul des constructions de maisons neuves. Composition du parc de logements en France en % 9% 9% Résidences principales Résidences secondaires Logements vides non occupés Source : Filocom 2009 La part des propriétaires occupants est quant à elle en hausse continue depuis 10 ans et concerne aujourd hui 58% des logements. Ce taux élevé est principalement marqué dans les zones rurales et périurbaines. En milieu urbain, le taux de propriétaires occupants est plus faible. La part des locataires du parc privé est également en hausse (24,7% du parc en 2010), au détriment du parc locatif aidé qui représentait 15,4% des logements en 2010 contre 16,5% en 1999.

4 4 VOLET HABITAT - LOGEMENT La réalisation de logements aidés est elle aussi en hausse et le parc a atteint les 4,6 millions de logements en Ces logements sont principalement des appartements, généralement situés en zone urbaine. Si le nombre de ménages vivants en logement aidé augmente au fil des années, la part des locataires sociaux parmi l ensemble des ménages est en baisse continue depuis 1997 (cf. graphique ci-contre). L état de confort des habitations est constant depuis 2005 puisque les 2/3 des ménages trouvent leur logement confortable, un tiers moyennement confortable et seulement 2,4% des ménages estiment que leur logement a un confort insuffisant. L inconfort sanitaire (absence d eau chaude courante, de douche ou de WC intérieur) représente encore 1,4% des logements, taux en diminution continue. B. Les caractéristiques du parc de logement dans le Pas-de-Calais Le parc de logement dans le département a augmenté de 7% entre 1999 et 2006 soit une production d environ logements par an. L offre reste cependant assez peu diversifiée sur le type de logements construits, les 3/4 des nouvelles constructions étant des maisons individuelles. Cette offre connait également un réel déficit en matière de mixité sociale, notamment dû à une production et à une répartition inégale du logement social sur le territoire. Au niveau du département, la répartition du parc est relativement proche de la moyenne nationale avec une part majoritaire de propriétaires occupants (cf. graphique ci-dessous). Cette part de propriétaires occupants tend à diminuer en milieu urbain par rapport aux zones rurales qui connaissent les taux les plus importants. Statut des résidences principales en 2007 Graphique extrait du pré diagnostic du Plan Départemental de l Habitat (2010)

5 5 VOLET HABITAT - LOGEMENT C. Le desserrement des ménages, moteur principal du besoin en logement Le desserrement des ménages est un phénomène de société qui se poursuit, en lien avec l évolution des modes de vie et du vieillissement de la population (pour plus de détails se reporter à la fiche démographie et solidarité). Il induit à population égale un besoin plus important de logements. A titre d exemple, dans le département du Pas-de-Calais, sur les logements construits par an entre 1999 et 2006, 85% d entre eux sont affectés directement aux besoins de la population existante (cf. diagramme ci-dessous) et donc uniquement à son maintien sur le territoire. Graphique extrait du diagnostic du PLH de la Communauté urbaine d Arras Graphique extrait du pré diagnostic du Plan Départemental de l Habitat (2010)

6 6 VOLET HABITAT - LOGEMENT D. Les orientations majeures du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) en matière d habitat - logement En matière d habitat, le Schéma de Cohérence Territorial pose les contours d une production ambitieuse de logements neufs, une répartition équilibrée de la production des logements sur le territoire ainsi que l émergence de programmes diversifiés, adaptés aux différentes attentes des habitants. Les orientations définies sont : Produire logements d ici 2032 : - Dont logements dans les communes urbaines 1, à 320 logements pour le pôle de Maroeuil, à 520 logements répartis entres les 3 autres pôles relais Thélus, Bailleul- Sire-Berthoult et Beaumetz-les-Loges, - Les logements restants seront à produire dans les communes rurales. Améliorer la qualité urbanistique des opérations sur le territoire et poser des objectifs de densité pour les opérations nouvelles. Ces objectifs de densité sont fixés de la manière suivante : - 50 à 60 logements par hectare dans le centre-ville d Arras logements par hectare dans les secteurs périphériques d Arras et dans les communes urbaines à 20 logements par hectare dans les pôles relais logements par hectare dans les communes rurales Adapter et faire évoluer l offre de logements en fonction des différents besoins : - 43% de la production de logements seront consacrés au logement social. - Localiser la production dans les centres urbains et les bourgs ruraux - Répondre aux différents besoins (étudiants, personnes âgées, etc.) en matière de typologie de logement. Articuler les nouveaux projets autour de la mixité fonctionnelle des activités : - Créer des lieux de vie à part entière, intégrés ou rattachés efficacement au centre des communes. 1 Arras, Dainville, Agny, Achicourt, Beaurains, Tilloy-lès-Mofflaines, Saint-Laurent-Blangy, Saint-Nicolas, Sainte-Catherine et Anzin-Saint-Aubin 2 Maroeuil, Thélus, Bailleul-Sire-Berthoult et Beaumetz-les-Loges

7 7 VOLET HABITAT - LOGEMENT II / Et dans le Plan Local d Urbanisme intercommunal? Face aux tendances démographiques de la Communauté urbaine d Arras, le territoire s est doté d une politique volontariste en matière d attractivité résidentielle à travers le Schéma de Cohérence Territorial (cf. fiche volet démographie-solidarité), une stratégie réaffirmée dans le nouveau Programme Local de l Habitat. Dans ce cadre, les élus communautaires de la Communauté urbaine d Arras ont souhaité retenir un scénario de développement résidentiel volontariste, c est-àdire visant une croissance de la population. A travers une ambition de construction neuve affirmée, il s agit aussi bien d être en mesure d attirer et d accueillir une nouvelle population (à hauteur du tiers des objectifs, ce qui est une spécificité par rapport au département du Pas-de-Calais) et de répondre aux évolutions socio-démographiques du territoire (desserrement des ménages à hauteur des deux tiers). Compte tenu du contexte actuel (un marché immobilier peu porteur ) cette ambition ne se fera pas «spontanément», des moyens devront être mis en place pour soutenir la production de logements. A. Les caractéristiques globales du parc de logements de la Communauté urbaine d Arras L offre neuve : la nécessité de construire de l ordre de 600 logements par an pour répondre aux besoins démographiques et à l enjeu d attractivité ; un volume qui n est plus atteint depuis 2008 Pour répondre aux ambitions d attractivité résidentielle du territoire, le Programme Local de l Habitat 2008/2013 avait fixé un objectif de 535 logements / an à construire. Or, entre 2008 et 2012, seulement logements ont été mis en chantier, soit en moyenne 435 logements par an. Le déficit de construction neuve au regard des objectifs est de l ordre de 100 logements par an. Le volume de logements produits a nettement baissé depuis 2007, année de relative euphorie Evolution du nombre de logements commencés (Souce : Sitadel) Nombre de logements commencés Objectifs PLH Objectifs PLH modifiés

8 8 VOLET HABITAT - LOGEMENT Cette tendance ne semble, par ailleurs, pas s améliorer : selon les analyses du Crédit Foncier portant sur la période avril mars 2014 à l échelle du territoire de la Communauté urbaine d Arras, le nombre de logements commencés aurait baissé de 27%, contre 13% à l échelle régionale. Ceci tient au faible investissement du territoire par les opérateurs privés lié notamment au zonage de l Etat en matière d aide à l habitat qui n est pas favorable à la Communauté urbaine d Arras et plus généralement à une attractivité résidentielle insuffisante. La structure du parc de logements : depuis les années 2000, un développement du parc locatif privé, une diminution de la part des propriétaires occupants L évolution des statuts d occupation depuis 1990 Propriétaires occupants Locataires du parc privé Locataires du parc social Hébergés gratuitement CUA 58% 55% 54% 16% 19% 22% 22% 23% 22% 4% 3% 2% Département 56% 56% 57% 19% 18% 22% 14% 19% 18% 11% 7% 3% Région 55% 55% 56% 20% 20% 22% 17% 20% 19% 7% 5% 2% France 54% 55% 58% 25% 25% 25% 15% 16% 15% 6% 5% 2% Contrairement aux tendances observées sur les territoires de référence (Département, Région et France Métropolitaine), le poids des propriétaires occupants a eu tendance à diminuer entre 1999 et 2011 (- 1 point). A l inverse, le parc locatif privé s est développé, en lien avec la réalisation de nombreux programmes d investissement locatif (ceux-ci ont fortement contribué à la production de logements, jusqu en 2007). A noter également, la part importante représentée par le parc locatif social : selon la source de données Filocom, en 2011, 25,6% des logements du territoire sont des logements sociaux (soit logements). Il s agit ici de tendances communautaires. Or, il existe au sein du territoire d importantes disparités reflets des vocations résidentielles très diversifiées entre les communes. La carte ci-dessous permet notamment de constater que la part des propriétaires occupants est moindre dans les communes urbaines et Arras que dans les communes rurales où elle est très majoritaire.

9 9 VOLET HABITAT - LOGEMENT L état du parc de logements : des besoins d intervention sur le parc existant, public comme privé. Concernant le parc social, des avancées significatives sont à valoriser en matière de renouvellement urbain, à travers notamment le Projet de Rénovation Urbaine de la Résidence Saint Pol à Arras (finalisé) et celui des Nouvelles Résidences, à cheval sur Saint-Nicolas-lez-Arras et Saint- Laurent-Blangy (bien engagé). La Communauté urbaine souhaite poursuivre son intervention en s inscrivant dans la réalisation d un nouveau projet de renouvellement urbain à l échelle de l agglomération, qui concerne 3 communes, 5 quartiers, habitants. Au-delà des opérations dans les quartiers d habitat social, se pose la question de : - L amélioration de la performance énergétique des logements. - L adaptation des logements au vieillissement et au handicap. - La question spécifique des PLA-I (Prêt Locatif Aidé à financement très social) en diffus en mauvais état (environ 200 logements). Dans le parc privé de la Communauté urbaine d Arras, les besoins d interventions portent sur plusieurs aspects, parmi lesquels : - La lutte contre la vacance : la Ville-centre est particulièrement concernée par le phénomène notamment dans son centre historique et ce, malgré les différentes actions spécifiques menées (deux Opérations Programmées d Amélioration de l Habitat entre 1995 et 2002). En 2011, le taux de vacance y est de 8,8% (soit près de logements concernés), contre 6,5% à l échelle communautaire et est par ailleurs en progression (+ 575 logements vacants entre 2006 et 2011). Face à ce constat, la Communauté urbaine d Arras a engagé une étude pré-opérationnelle sur le logement vacant dans le centreville d Arras qui a donné lieu à la mise en place d un plan d actions. - L amélioration globale de la qualité des logements : plus de 900 logements seraient indignes selon Filocom, près de la moitié de ces logements sont concentrés sur Arras. Par ailleurs, 2500 logements seraient dans un état «dégradés» d après une étude terrain de la Communauté urbaine d Arras.

10 10 VOLET HABITAT - LOGEMENT Dans le parc privé et public, les besoins d intervention concernent: - L adaptation du parc au vieillissement et à la perte d autonomie. - L amélioration de la performance énergétique des logements, 59% des logements ont été construits avant 1975, date de la première règlementation thermique. Il s agit de lutter et d anticiper la précarité énergétique, 48% des occupants du parc privé ont des revenus modestes. B. Une relative inadéquation entre l offre de logements et les besoins des ménages Plusieurs décalages entre l offre et la demande de logements sont observables sur le territoire de la Communauté urbaine d Arras. Un premier décalage entre les niveaux de prix/loyers et les capacités financières des ménages. En 2011, 73% des ménages de la Communauté urbaine d Arras sont éligibles au logement locatif social. Face aux revenus de la population, les niveaux de loyers/de prix pratiqués sur le territoire semblent très élevés. Quelques éléments de contexte : - En 2014, le prix moyen dans le neuf est d environ /m². Il varie fortement selon les programmes, de (Beaurains) à près de sur la Ville d Arras (source : CECIM Nord). A noter que le prix de vente moyen pour une maison neuve est de (source : Perval 2010) - Dans l ancien, les prix de l immobilier (maisons anciennes et appartements anciens) semblent globalement orientés à la baisse depuis quelques mois, conséquence d un marché immobilier moins dynamique et peu porteur, mais restent globalement plus élevés que sur les agglomérations limitrophes de Lens, Béthune et Calais. Le prix de vente moyen pour une maison ancienne est de (source : Perval 2010) - Concernant, le parc locatif privé, les niveaux de loyers sont globalement supérieurs à ceux constatés dans les autres agglomérations de la région et, par ailleurs, élevés, notamment pour les petites typologies

11 11 VOLET HABITAT - LOGEMENT 12 Les niveaux de loyers (en /m²/mois) dans les principales agglomérations et villes centre de la Région en 2014 Source : CLAMEUR, références ,2 10 8,8 9,5 Agglomération Ville centre 9,9 9,2 9,2 9 9,1 8,4 8,5 8,2 8,3 8,2 9, CA Douaisis CU Dunkerque CA Boulonnais CA Calaisis CA de l'artois CA Lens Liévin Grand Littoral CUA Ce décalage entre les différentes offres de logements (anciennes/neuves, en accession à la propriété/dans le parc locatif privé) comporte des risques majeurs pour le territoire : - Des parcours résidentiels bloqués (en particulier pour les locataires HLM) compte tenu des écarts de prix entre les différentes offres (de 1 à 2 entre le locatif social et le locatif privé, de 1 à 3 entre le locatif social et l acquisition d un bien dans le neuf ). - Le départ de jeunes ménages vers des territoires limitrophes pour devenir propriétaires. - Une tension relativement importante sur le parc locatif social. C. Des problématiques de diversification de l offre de logements, tant dans les formes d habitat que dans les statuts d occupation Face au constat de l inadéquation de l offre de logements par rapport aux besoins des ménages, la question de la diversification de l offre de logements produite apparaît comme particulièrement prégnante. Des actions en la matière sont déjà à l œuvre sur le territoire de la Communauté urbaine d Arras : le logement locatif social : des efforts importants en matière de production (un objectif atteint pour le Programme Local de l Habitat ) mais une production concentrée géographiquement et globalement orientée à la baisse ces dernières années 207 logements sociaux ont été financés en moyenne par an entre 2008 et 2013, soit plus que l objectif de production fixé dans le Programme Local de l Habitat

12 12 VOLET HABITAT - LOGEMENT Les logements locatifs sociaux livrés et financés depuis 2005 (périmètre des 24 communes antérieur au 1 er janvier 2013) Financés Livrés Objectifs PLH Source : données fournies par la CUA Deux limites sont néanmoins à mettre en évidence et soulèvent des interrogations pour la suite : - Depuis 2011, le volume de logements locatifs sociaux financés est globalement orienté à la baisse par rapport aux années précédentes (109 logements en 2011, 149 en 2012 et 146 en 2013). - Autre limite à mettre en évidence : les difficultés rencontrées par les communes rurales pour atteindre les objectifs, alors que le logement locatif social constitue un levier stratégique pour rééquilibrer l occupation sociale entre les secteurs géographiques de l Agglomération. Alors que sur la ville-centre les logements locatifs sociaux représentent 40% des logements produits entre 2008 et 2013, l atteinte des objectifs est beaucoup plus variable sur les autres secteurs de la Communauté urbaine d Arras. Il existe un risque de déséquilibre dans la répartition des logements locatifs sociaux qui a des incidences sur la politique de peuplement à l échelle globale de l agglomération. Des résultats contrastés en matière d accession aidée à la propriété Malgré une politique volontariste menée par la Communauté urbaine d Arras, l objectif en matière de développement de l accession aidée la propriété n est pas atteint.

13 13 VOLET HABITAT - LOGEMENT Depuis 2011, un nouveau dispositif d aide communautaire en faveur de l accession aidée à la propriété, le «Pass Accession» a été mis en place en logement neuf et en logement ancien (avec aide financière pour la réalisation de travaux). Pour un achat dans le neuf, l aide apportée par la Communauté urbaine d Arras à l accédant est comprise entre et sous conditions de ressources. Pour un achat dans l ancien, l aide apportée par la Communauté urbaine d Arras à l accédant est de et est articulée, le cas échéant, à une aide aux travaux sous conditions de ressources. Entre 2011 et 2013, 82 ménages ont bénéficié du dispositif, 64 pour une acquisition dans l ancien et 18 pour un achat dans le neuf. Néanmoins, seulement 340 Prêts à Taux Zéro ont été accordés entre 2008 et 2013 (en moyenne 60 par an, soit la moitié de l objectif défini). Le déficit est particulièrement marqué sur la Ville d Arras. Dans le cadre de l élaboration du Programme Local de l'habitat , plusieurs pistes ont été identifiées pour développer l accession aidée à la propriété : la réduction du prix de revient des opérations via la maîtrise du prix du foncier et des coûts de construction, la mobilisation d autres dispositifs tels que le Prêt Social Location-Accession, la vente de logements locatifs sociaux, ou encore des modalités alternatives telles que l habitat participatif, etc. Des formes d habitat et des produits globalement peu innovants qui ne permettent pas à la Communauté urbaine d Arras de se différencier des territoires voisins concurrentiels A l exception de quelques opérations ponctuelles, les formes d habitat développées sur la Communauté urbaine d Arras restent relativement «classiques» : plutôt du collectif sur la villecentre et des opérations en individuel, plus ou moins denses, dans les autres communes. Dans les prochaines années, il conviendra d innover sur les formes urbaines, notamment de favoriser le développement de formes intermédiaires, pour répondre aux différents enjeux : - Répondre à la diversité des attentes des ménages (en termes de surfaces, de prestations telles que les jardins, le stationnement, les places de rangement pour les vélos ). - Produire des offres à des niveaux de prix moins élevés. - Mettre en œuvre les orientations nationales (Grenelle de l Environnement) et locales (Schéma de Cohérence Territorial) incitant au développement de formes d habitat plus denses et à la réduction de la consommation foncière, etc. Dans cette optique, une réflexion est à conduire avec les opérateurs et acteurs du territoire pour imaginer de nouvelles formes d habitat. Il conviendra d être vigilant quant à l adaptation des formes d habitat aux types de communes. Dans les communes périurbaines et, a fortiori, dans les communes rurales, les ménages recherchent essentiellement de l individuel, ce qui explique en partie les difficultés de commercialisation de certains programmes en collectif réalisés récemment (les niveaux de prix élevés ont également constitué un frein).

14 14 VOLET HABITAT - LOGEMENT D. Une forte mobilisation de la Communauté urbaine d Arras, véritable pilote de la politique habitat sur son territoire. Depuis 2008, la CUA conçoit sa politique habitat comme un véritable levier de son ambition de redynamisation du territoire ; en mobilisant un ensemble cohérent d actions aussi bien en faveur de la construction neuve que de la revitalisation de l habitat existant, de l accession à la propriété que du logement abordable, en milieu urbain comme dans les communes périurbaines et rurales, elle vise à offrir des parcours résidentiels adaptés à tous les profils de ménages. Le budget mobilisé pour la mise en œuvre de la politique du logement a ainsi été multiplié par 3 depuis 2008, pour atteindre plus de 2,3 M en 2012.

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Rendez-vous de Insee. «Des projections de ménages aux besoins. en logement» Mardi 11 décembre 2012. Annaïg LE MEUR, SIAL/DPH

Rendez-vous de Insee. «Des projections de ménages aux besoins. en logement» Mardi 11 décembre 2012. Annaïg LE MEUR, SIAL/DPH Rendez-vous de Insee «Des projections de ménages aux besoins en logement» Mardi 11 décembre 2012 Annaïg LE MEUR, SIAL/DPH SOMMAIRE 1. L'évaluation des besoins en logements menée en Pays de la Loire Contexte

Plus en détail

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE CHIFFRES CLÉS DU LOGEMENT SOCIAL ÉDITION NATIONALE SEPTEMBRE 2011 UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE En 2010, les opérateurs Hlm ont également vendu 16 000 logements destinés à des accédants,

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Ingénierie et action foncière. Janvier 2014

Ingénierie et action foncière. Janvier 2014 ANJOU PORTAGE FONCIER Ingénierie et action foncière dans la Politique Départementale de l Habitat Janvier 2014 Les outils d action foncière et td d urbanisme durable du PDH Une phase d étude préalable

Plus en détail

ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement -

ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement - ADIL 05 Agence Départementale d Information sur le logement - Observatoire des Loyers du Parc Privé des Communes de Briançon, Embrun et Gap Cette étude, à destination des professionnels de l immobilier,

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

L observation du parc existant et de ses évolutions récentes informe sur les équilibres sociaux et démographiques.

L observation du parc existant et de ses évolutions récentes informe sur les équilibres sociaux et démographiques. LE PARC DE LOGEMENTS À PARIS Le parc existant La construction neuve Le marché immobilier Juillet 2007 Préfecture de Paris / DULE / Bureau de l habitat Section analyse et prospective habitat 1. INTRODUCTION

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement Paris, le 15 avril 2015 Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des

Plus en détail

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Logements neufs / logements d occasion 7 700 logements d occasion vendus en 2013 dans l aire urbaine

Plus en détail

Sommaire... 2 Tables des illustrations... 4 Introduction : objectifs et démarche... 6 Le contexte économique sarthois... 9

Sommaire... 2 Tables des illustrations... 4 Introduction : objectifs et démarche... 6 Le contexte économique sarthois... 9 SOMMAIRE Sommaire... 2 Tables des illustrations... 4 I. II. III. IV. V. Introduction : objectifs et démarche... 6 Le contexte économique sarthois... 9 Les «moteurs» du développement sarthois... 9 La localisation

Plus en détail

L OPERATION PROGRAMMEE D AMELIORATION DE L HABITAT (OPAH) Revitalisation Rurale du Pays du Ternois

L OPERATION PROGRAMMEE D AMELIORATION DE L HABITAT (OPAH) Revitalisation Rurale du Pays du Ternois L OPERATION PROGRAMMEE D AMELIORATION DE L HABITAT (OPAH) Revitalisation Rurale du Pays du Ternois L OPAH RR du Pays du Ternois est un dispositif d aides financières ouvert aux propriétaires privés occupants

Plus en détail

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc Activité Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc PNR Monts d Ardèche 1-Dynamique du marché Caractéristiques du secteur d activité et perspectives (au niveau national)

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 06/2015 OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L HABITAT

DOSSIER DE PRESSE 06/2015 OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L HABITAT DOSSIER DE PRESSE 06/2015 OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L HABITAT O.P.A.H. multisites de la CCPRO, présentation de la démarche Dans le cadre de son Programme Local de l Habitat, la CCPRO a lancé,

Plus en détail

SOMMAIRE 1 - INTRODUCTION GENERALE... 7 1.1 - LES SOURCES LEGISLATIVE ET REGLEMENTAIRE :...7. 1.6.1 - Deux grandes étapes...9

SOMMAIRE 1 - INTRODUCTION GENERALE... 7 1.1 - LES SOURCES LEGISLATIVE ET REGLEMENTAIRE :...7. 1.6.1 - Deux grandes étapes...9 CONSEIL GENERAL ET DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LA MOSELLE PLAN DEPARTEMENTAL DE L HABITAT DE LA MOSELLE 2012-2017 SOMMAIRE 1 - INTRODUCTION GENERALE... 7 1.1 - LES SOURCES LEGISLATIVE

Plus en détail

Etude du marché immobilier d habitation Etude complémentaire Plan local d urbanisme de la commune de Figeac (46)

Etude du marché immobilier d habitation Etude complémentaire Plan local d urbanisme de la commune de Figeac (46) Etude du marché immobilier d habitation Etude complémentaire Plan local d urbanisme de la commune de Figeac (46) Janvier 2010 Sommaire Preambule 2 I. Contexte et méthodologie 3 II. Définitions 4 Partie

Plus en détail

MISSIONS SOCIALES/ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ

MISSIONS SOCIALES/ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ MISSIONS SOCIALES/ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ Depuis la création du Crédit Immobilier de France en 1908, les SACI devenues SACICAP en 2008 ont pour vocation de faciliter l accession

Plus en détail

Programme d Intérêt Général. Amélioration de l Habitat Bilan 01 juillet 2012 31 Décembre 2013

Programme d Intérêt Général. Amélioration de l Habitat Bilan 01 juillet 2012 31 Décembre 2013 Programme d Intérêt Général Amélioration de l Habitat Bilan 01 juillet 2012 31 Décembre 2013 Rappels: Les cibles du Programme d Intérêt Général Amélioration de la qualité thermique des logements Adaptation

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Étude réalisée en partenariat avec Immobilier tertiaire et performance environnementale Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Synthèse Décembre 2013 Ce document synthétise les principaux

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE LA VENDÉE. L expertise foncière au service. de vos projets

ÉTABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE LA VENDÉE. L expertise foncière au service. de vos projets ÉTABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE LA VENDÉE L expertise foncière au service de vos projets Mot du Président Alain LEBOEUF Président de l EPF de la Vendée Les données démographiques nous le rappellent chaque

Plus en détail

Les EPFL sont des établissements publics dont la mission est d assister les collectivités

Les EPFL sont des établissements publics dont la mission est d assister les collectivités Fiche B2 juin 2013 CETE Nord Picardie Connaître les acteurs du foncier Les établissements publics fonciers locaux (EPFL) Laurent Mignaux/METL-MEDDE Les EPFL sont des établissements publics dont la mission

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Renforcer la mobilisation du droit commun

Renforcer la mobilisation du droit commun Dossier ressources Comprendre le droit commun pour le renforcer dans les quartiers Dans son article 1 er, la loi pour la ville et la cohésion urbaine précise : «La politique de la ville mobilise et adapte,

Plus en détail

5 Avril 2013. Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône Avignon Vaucluse AURAV LES PUBLICATIONS DE L AGENCE

5 Avril 2013. Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône Avignon Vaucluse AURAV LES PUBLICATIONS DE L AGENCE LES PUBLICATIONS DE L AGENCE Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône-Avignon-Vaucluse La n de l «âge d or» de la maison individuelle? aurav agence d'urbanisme Rhône Avignon Vaucluse 5 Avril

Plus en détail

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER VILLE DE SAINT-BRIEUC / SAINT-BRIEUC AGGLOMERATION OPERATION RUE DU GOELO NOTE DE SYNTHESE. Mesdames, Messieurs,

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER VILLE DE SAINT-BRIEUC / SAINT-BRIEUC AGGLOMERATION OPERATION RUE DU GOELO NOTE DE SYNTHESE. Mesdames, Messieurs, Ville de SAINT-BRIEUC ------------------------------- Conseil Municipal ---------------------- Séance du 29 septembre 2009 ----------------- Rapporteur : Mme DIOURON ----------------- N 10 CONVENTION DE

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES

CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES Communauté de Communes de la Lomagne Gersoise CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES 1 Février 2012 PRESENTATION MAITRE D OUVRAGE ET CONTEXTE Présentation Communauté de

Plus en détail

Schéma Régional d Organisation des Soins VOLET AMBULATOIRE ANNEXE PHARMACIES DIAGNOSTIC DE L OFFRE AMBULATOIRE

Schéma Régional d Organisation des Soins VOLET AMBULATOIRE ANNEXE PHARMACIES DIAGNOSTIC DE L OFFRE AMBULATOIRE VOLET AMBULATOIRE ANNEXE PHARMACIES DIAGNOSTIC DE L OFFRE AMBULATOIRE SOMMAIRE 1.DIAGNOSTIC REGIONAL DE LA DELIVRANCE DU MEDICAMENT EN AMBULATOIRE... 3 1.1.Les modes d ouverture d une pharmacie... 3 1.2.Le

Plus en détail

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique.

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique. Question de M. Michel PETIT, Conseiller Général du canton de Beaumetz-les-Loges, Président du groupe Union@ction.62, à M. Denis ROBIN, Préfet du Pas-de-Calais, sur les mesures en matière de soutien à l

Plus en détail

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 Les enjeux de l accession sociale PREAMBULE DANS LE CADRE DES ORIENTATIONS DEFINIES PAR LE PROTOCOLE D ACCORD D NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ET

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 Direction Générale Développement / Direction du Développement urbain Question n 182 Direction de l'urbanisme REF : DU2013027 Signataire : SM/NL Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 RAPPORTEUR : Jean-Yves

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Intégrez les enjeux énergie-climat dans vos documents d'urbanisme

Intégrez les enjeux énergie-climat dans vos documents d'urbanisme Intégrez les enjeux énergie-climat dans vos documents d'urbanisme PCET, SRCAE, précarité énergétique, PLH, évaluation environnementale SCOT et PLU, étude pré-opérationnelle OPAH BGP280/122 1 L'énergie

Plus en détail

Fiscalité du Grand Paris

Fiscalité du Grand Paris Fiscalité du Grand Paris Afin de financer le projet du métro automatique du Grand Paris Express et le plan de mobilisation pour les transports d IdF, l Etat a décidé de prélever de nouvelles recettes fiscales

Plus en détail

Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 2014

Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 2014 Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 214 par Michel MOUILLART, Professeur d'economie à l'université Paris Ouest, FRICS CLAMEUR analyse chaque année

Plus en détail

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 ECONOMIES D ENERGIE PERSONNES AGEES ENERGIES RENOUVELABLES MAINTIEN A DOMICILE ADAPTATION INSALUBRITE HANDICAP LOYERS MODERES LOCATION CHARGES

Plus en détail

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER,

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, SON EVOLUTION ET DE LA «MAISON POUR 15 EUROS PAR JOUR» Synthèse Le Pass-foncier est un dispositif social d accompagnement des politiques locales

Plus en détail

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Agence d urbanisme de la région nantaise AURAN - 88.07 n Le nombre de seniors dans l Agglomération nantaise progresse et plus particulièrement

Plus en détail

Préambule... 4. Les spécificités de l approche «PDH» en Saône-et-loire... 5

Préambule... 4. Les spécificités de l approche «PDH» en Saône-et-loire... 5 Tables des matières Première partie : le diagnostic Préambule... 4 Les spécificités de l approche «PDH» en Saône-et-loire... 5 I. Le département: les évolutions récentes et les besoins actuels en logement...

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 MARS 2013 INTRODUCTION, METHODOLOGIE Primo France, association dédiée à la gouvernance et à la gestion du risque public,

Plus en détail

Atlas régional de l habitat

Atlas régional de l habitat Atlas régional de l habitat en Provence-Alpes-Côte d Azur I Année 2011 Atlas régional de l habitat en Provence-Alpes-Côte d Azur Direction régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement

Plus en détail

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire i «L investissement t immobilier» Les SCPI François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur les SCPI SCPI Borloo Plan Processus d investissement (sélection

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L HABITAT 2011 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION GRAND PARIS SEINE OUEST

OBSERVATOIRE DE L HABITAT 2011 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION GRAND PARIS SEINE OUEST OBSERVATOIRE DE L HABITAT 2011 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION GRAND PARIS SEINE OUEST BOULOGNE-BILLANCOURT CHAVILLE ISSY-LES-MOULINEAUX MEUDON SÈVRES VANVES VILLE D AVRAY L OBSERVATOIRE DU LOGEMENT ET DE

Plus en détail

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat Le logement dans tous ses états 17/10/ 2012 Définition : le logement et l'habitat Le logement est un produit : une maison, un appartement, un type 3, un duplex L'habitat est un service : l'espace produit

Plus en détail

de formation des prix

de formation des prix Le mécanisme m de formation des prix 1 URBANiS 24 janvier 2011 DEUX MARCHES FONCIERS URBAINS Zone AU «stricte» le droit des sols n est pas défini, il est négocié Zone AU indicée et zone U le droit des

Plus en détail

Opération d intérêt national Bordeaux Euratlantique. Point d étape

Opération d intérêt national Bordeaux Euratlantique. Point d étape Opération d intérêt national Bordeaux Euratlantique Point d étape Une feuille de route initiale Un enjeu économique : - créer un centre d affaires européen (tertiaire supérieur) - faire un effet levier

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

L immobilier au service de l épargne

L immobilier au service de l épargne Corporate au service de l épargne La performance durable au service de l épargne 14 15 Dans un marché de l immobilier d entreprise particulièrement concurrentiel, la construction d un patrimoine de qualité

Plus en détail

L auto-éco-construction accompagnée pour l accession à la propriété des ménages modestes. Réunion d information le 16 novembre 2012

L auto-éco-construction accompagnée pour l accession à la propriété des ménages modestes. Réunion d information le 16 novembre 2012 L auto-éco-construction accompagnée pour l accession à la propriété des ménages modestes Réunion d information le 16 novembre 2012 1. Introduction générale 2. Projection du film «Auto-construction accompagnée

Plus en détail

Objectifs, réalisations, perspectives. Mai 2013

Objectifs, réalisations, perspectives. Mai 2013 OPAH-RR Pays Montmoriillllonnaiis 2007-2012 Objectifs, réalisations, perspectives Mai 2013 L année 2012 Préambule page 2 Les chiffres clefs 2012 page 3 PROPRIETAIRES OCCUPANTS Tableaux financiers Propriétaires

Plus en détail

DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012. Avril 2013

DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012. Avril 2013 OBSERVATOIRE DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SUR LE POLE ECONOMIQUE OUEST DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012 Avril 2013 TECHLID L Espace EDEL-Ouest - 185, allée des Cyprès 69760 Limonest : 04 72 17 03 33

Plus en détail

R é g l e m e n t. d Intervention. EPFL Pays Basque. Anticipons... Préparons aujourd hui le Pays Basque de demain

R é g l e m e n t. d Intervention. EPFL Pays Basque. Anticipons... Préparons aujourd hui le Pays Basque de demain R é g l e m e n t d Intervention EPFL Pays Basque Anticipons... Préparons aujourd hui le Pays Basque de demain Adopté par le Conseil d Administration en date du 12 Septembre 2014 : Vu le Code de l Urbanisme

Plus en détail

Marielle de Sarnez, candidate à la mairie de Paris Conférence de presse - Lundi 21 octobre 2013. Plan Marshall pour le logement

Marielle de Sarnez, candidate à la mairie de Paris Conférence de presse - Lundi 21 octobre 2013. Plan Marshall pour le logement Marielle de Sarnez, candidate à la mairie de Paris Conférence de presse - Lundi 21 octobre 2013 Plan Marshall pour le logement De tous les grands dossiers de Paris, celui du logement est le plus crucial.

Plus en détail

(Bâtiment Basse Consommation)

(Bâtiment Basse Consommation) PREMELY Habitat 3 BBC (Bâtiment Basse Consommation) SCPI DE TYPE «SCELLIER BBC» Prorogation de la commercialisation jusqu au 20 décembre 2012. La période de souscription de PREMELY Habitat 3 BBC, prévue

Plus en détail

COMMUNE DE HAZEBROUCK Résidence Jean FERRAT - Rue Verlyck. Une opération qui conjugue mixité sociale, Services de proximité et environnement.

COMMUNE DE HAZEBROUCK Résidence Jean FERRAT - Rue Verlyck. Une opération qui conjugue mixité sociale, Services de proximité et environnement. COMMUNE DE HAZEBROUCK Résidence Jean FERRAT - Rue Verlyck Une opération qui conjugue mixité sociale, Services de proximité et environnement. PRESENTATION GENERALE DE L OPERATION Construction d un centre

Plus en détail

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 CONSEIL DE QUARTIER DU GUICHET Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 ORDRE DU JOUR 1- Présentation du budget de la ville 2015 : serré et responsable. 2- Révision du Plan Local d Urbanisme : objectifs, cadre

Plus en détail

Rapport d utilité sociale

Rapport d utilité sociale Rapport d utilité sociale Aiguillon construction, c est : Édito Une Entreprise Sociale pour l Habitat implantée dans l Ouest depuis 1902. Filiale du groupe Arcade, Aiguillon est constructeur et gestionnaire

Plus en détail

OPAH MODE D EMPLOI BOUCHES-DU-RHÔNE

OPAH MODE D EMPLOI BOUCHES-DU-RHÔNE OPAH MODE D EMPLOI BOUCHES-DU-RHÔNE Une OPAH? Qu est ce que c est? O.P.A.H = Opération Programmée d Amélioration de l Habitat. Il s'agit d'une action menée par Ouest Provence et les communes membres en

Plus en détail

DRAVEIL élabore son PLU

DRAVEIL élabore son PLU DRAVEIL élabore son PLU Réunion publique de quartier DANTON -LA VILLA DOMAINE DE VILLIERS Plan Local d Urbanisme VILLE DE DRAVEIL 10 JUIN 2010 La ville dans son contexte Situation géographique 19kmausuddeParis

Plus en détail

Le Gic s engage pour le logement

Le Gic s engage pour le logement Le Gic s engage pour le logement Qui sommes nous? Le Gic, Comité Interprofessionnel du Logement : fait partie des 21 CIL d Action Logement est une association Loi 1901 créée en 1955 à l initiative de la

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS

PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS L hébergement chez l habitant existe depuis de nombreuses années sous différentes formes et son développement s est accentué

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

Adapter le parc de logements à l âge et au handicap

Adapter le parc de logements à l âge et au handicap Adapter le parc de logements à l âge et au handicap Jeudi 15 novembre 2007 Landivisiau Participants : CAROFF Marie-Françoise Délégué PLH Adjointe à Plounévez-Lochrist GUERNIC Françoise Armorique Habitat

Plus en détail

Sommaire. Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3. Les instances de Foncière Commune.4

Sommaire. Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3. Les instances de Foncière Commune.4 Dossier de presse Sommaire La communauté d agglomération Plaine Commune, terrain d enjeux pour les acquéreurs publics et privés.2 Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3 Les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de

Plus en détail

Concepteur de lieux de vie. Programmes PINEL

Concepteur de lieux de vie. Programmes PINEL Programmes SERI-OUEST 30 ans de réalisation immobilière SERI-OUEST propose une offre diversifiée et adaptée à la demande, en résidence principale, résidence secondaire et pour l investissement locatif.

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

PremeLY Habitat 3 BBC

PremeLY Habitat 3 BBC PremeLY Habitat 3 BBC (Bâtiment Basse Consommation) SCPI DE TYPE «SCELLIER BBC» souscription ouverte jusqu au 20 décembre 2011 La clôture de la période de souscription pourra intervenir par anticipation

Plus en détail

La mutualisation du stationnement

La mutualisation du stationnement La mutualisation du stationnement Eric GANTELET, Président SARECO SARECO est un bureau d études spécialisé sur les questions de stationnement qui conseille les collectivités territoriales depuis la définition

Plus en détail

E T U D E pré-opérationnelle P I G amélioration de l habitat. Volets 2 et 3 : PROGRAMME d ACTIONS 20 juillet 2012

E T U D E pré-opérationnelle P I G amélioration de l habitat. Volets 2 et 3 : PROGRAMME d ACTIONS 20 juillet 2012 P A Y S H A U T L A N G U E D O C E T V I G N O B L E S E T U D E pré-opérationnelle P I G amélioration de l habitat Volets 2 et 3 : PROGRAMME d ACTIONS 20 juillet 2012 1 SOMMAIRE Partie 1 : rappel des

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

Investissez dans la 1 ère SCPI qui conjugue immobilier d entreprise et développement durable

Investissez dans la 1 ère SCPI qui conjugue immobilier d entreprise et développement durable Investissez dans la 1 ère SCPI qui conjugue immobilier d entreprise et développement durable ASSET MANAGEMENT PFO 2 : Un dispositif d épargne au service de vos objectifs patrimoniaux Avec PFO 2, vous investissez

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

Habitat et bâti sous l angle de l effet de serre

Habitat et bâti sous l angle de l effet de serre B 2 Habitat et bâti sous l angle de l effet de serre Le bâti peut-être une source importante d émissions de gaz à effet de serre (GES), que cela soit par le mode de chauffage utilisé, la qualité de l isolation

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020 CONNAÎTRE les programmes européens Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie

Plus en détail

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Pôle Culture, Sport, Santé, Associations Secteur Santé Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Nom du demandeur: Intitulé du projet : Contact

Plus en détail

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE Un certain regard sur les résultats 2011 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne Ce guide est cofinancé par l Union Européenne PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

Plus en détail

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES SYNTHESE JUILLET 2004 DATAR - AATEC / ARGUYL - 2-29/07/04 OBJECTIF ET CONTEXTE L immobilier d entreprise est un enjeu

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. L ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER D ILE-DE-FRANCE à ATHIS-MONS. La qualité sociale et environnementale

DOSSIER DE PRESSE. L ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER D ILE-DE-FRANCE à ATHIS-MONS. La qualité sociale et environnementale . DOSSIER DE PRESSE L ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER D ILE-DE-FRANCE à ATHIS-MONS La qualité sociale et environnementale Un nouveau programme de 200 logements avec EXPANSIEL Contact EPF Ile-de-France Christophe

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Programme local de l habitat 2011-2016 modifié

Programme local de l habitat 2011-2016 modifié Programme local de l habitat 2011-2016 modifié Programme d actions Février 2015 1 Sommaire I. PREAMBULE... 5 II. LES ORIENTATIONS GENERALES... 6 III. LES ACTIONS... 18 AXE 1. ATTEINDRE DES OBJECTIFS VOLONTARISTES

Plus en détail

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES CAHIER DES CHARGES DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES Rappel du cadre général d intervention des 3 collectivités : Dans le prolongement du Schéma Régional de Développement

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail