L enfant et le sport

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L enfant et le sport"

Transcription

1 Spécificités de l enfant L enfant et le sport Croissance L enfant n est pas un adulte en miniature Petite enfance : première année de vie Enfance: de une année à l adolescence Adolescence: correspond au début de la puberté (variable d une personne à l autre) L enfant est en perpétuelle modification Il a une anatomie, une physiologie et une psychologie propre Croissance Système nerveux : Atteint le 95% de sa taille adulte à l âge de 7 ans Le système nerveux est complètement fonctionnel vers l âge de 12 ans Qualité du système sensoriel différente : Angle latéral de vision de 70 chez l enfant contre 180 chez l adulte Limitation de la localisation des sources sonores Coordination limitée Capacités d intégration diminuées Croissance et développement : la taille et le poids 4 phases de croissance rapide pendant la petite enfance régulière durant l enfance accélération durant l adolescence diminution du rythme de croissance jusqu à la taille adulte L enfant atteint la moitié de sa taille adulte à 2 ans L évolution du rapport taille assise / taille debout montre les modifications de proportions du corps La masse maigre évolue en parallèle avec le poids et la taille, à l adolescence les différences sexuelles apparaissent La masse graisseuse augmente les 2-3 premières années de vie puis va se différencier durant l'adolescence Dr. Michel Hunkeler cours d anatomie/physiologie

2 Croissance du tissu osseux Squelette cartilagineux s ossifie progressivement à partir d un noyau primaire (dans la diaphyse) et des noyaux secondaires (dans les épiphyses) L ossification s arrête lorsque le cartilage de croissance s est ossifié La fin de la maturation osseuse est variable d un individu à l autre, se termine 2-3 ans plus tôt chez la fille que chez le garçon. Elle se termine vers 20 ans chez le garçon L exercice favorise une bonne croissance osseuse en augmentant la densité et l épaisseur de l os Nécessite un apport suffisant de calcium Croissance et muscle Le nombre de fibre musculaire augmente pendant la vie fœtale et juste après la naissance A la naissance, 40% de fibre de type I, 35% type II a, 10% type II b, 15% indifférenciées A un an, la distribution des fibres musculaires est équivalente à celle de l adulte La concentration en ATP du muscle varie avec la croissance passant de 0,5 mm/kg de muscle chez le fœtus, à 3 mm à la naissance puis 5 mm à l âge adulte A la naissance, la masse musculaire représente 25% du poids du corps contre 40% chez l adulte Augmentation surtout de la taille des fibres musculaires Le muscle s allonge pour suivre la croissance, en ajoutant des sarcomères Croissance et tissu adipeux Le nombre de cellules graisseuses croit tout au long de la vie Avec l apport de lipides, les cellule se remplissent jusqu à un maximum puis de nouvelles cellules graisseuses apparaissent. L importance des dépôts de graisse dépend de : régime alimentaire quantité d activité physique hérédité A la naissance, le tissu adipeux représente 10% du poids total A l âge adulte le tissu graisseux représente chez l homme 15% du poids et chez la fille 25% Dr. Michel Hunkeler cours d anatomie/physiologie

3 Croissance du tissu nerveux L enfant améliore avec l âge son agilité, sa motricité, sa coordination, son équilibre grâce au développement du système nerveux Le système nerveux s améliore grâce à la myélinisation Se termine à la maturité sexuelle Evolution de la motricité La motricité se développe jusqu aux environs de 18 ans par : développement du système nerveux activité Les 2 premières années s orientent surtout vers le redressement de la posture, l apprentissage de la locomotion et de la préhension Stabilisation chez la fille vers 18 ans due aux modifications liées à l augmentation du tissu adipeux et aux différences sociales : les filles pratiquent moins de sport que les garçons Le nourrisson apprend d abord à contrôler les mouvements de la tête et du tronc Il apprend ensuite à tenir assis Il rampe sur le ventre Apprend à se lever Marche seul vers mois La marche acquise, l enfant développe des mouvements combinés, course, saut, lancer, attraper Le jet est plus précoce chez le garçon, le saut chez la fille Les mouvements combinés sont acquis vers 6-7 ans, ils s affinent et par la suite et s intègrent dans des situations plus complexes Développement neurologique chez l enfant Phase d apprentissage: Imitation: vers 5 ans contrôle balistique du mouvement Démarche analytique : vers 6-7 ans, contrôle sensoriel du mouvement mise en place d automatisme avec un contrôle rétroactif et proactif dès 7 ans Contrôle postural : Proactif: le déplacement du bras vers un objet se fait sur la base de mouvements similaires faits antérieurement Rétroactif: adaptation du mouvement selon les informations venant du mouvement lui-même (proprioception) Le contrôle proactif est mis en place avant le rétroactif. La séquence adulte du contrôle du mouvement s installe vers 8 ans Muscle agoniste et antagonistes : Soulèvement d un poids : L adulte utilise pour la flexion du coude, le biceps comme fléchisseur actif et le deltoïde comme stabilisateur de l épaule. Le freinage du mouvement est du aux forces passives (gravité) Dr. Michel Hunkeler cours d anatomie/physiologie

4 L enfant entre 6-9 ans utilise la force coordonnée biceps-deltoïde, mais aussi le triceps comme freinateur La période 4-6 ans est particulièrement impliquée dans la mise en place du contrôle postural Contrôle proactif et rétroactif du mouvement vers 10 ans Vers l âge de 6 ans les enfants sont particulièrement malléables et «plastiques» à l acquisition de séquences motrices Fin de la 1 année : L'enfant parvient à se tenir debout en s'accrochant sur un objet extérieur. Aux environs de 12/18 mois : On constate un début de marche, les pieds sont écartés et la tête et le tronc penchés vers l'avant. Après 18 mois : L'écartement des pieds est moins important et l'enfant se dirige plus aisément en avant, en arrière ou sur le côté. Aux environs de 20 mois : La démarche est plus stable. Vers 2 ans : Il monte facilement un escalier. Force La force s améliore avec la croissance de la masse musculaire La force augmente nettement à la puberté chez le garçon par les modifications hormonales Il faut que le système nerveux atteigne une certaine maturité pour que la force atteigne son maximum Pic de force musculaire entre ans Les charges augmentent le risque de blessures Vu les faibles concentrations d androgènes, pas de bénéfice de l entraînement sur la masse musculaire Etudes montrent une augmentation de 43% de force avec entraînement 3 x 30 min/sem contre 10% groupe contrôle après 9 semaines. Les enfants prépubères sont capables de développer leur force par l entraînement Avant la puberté, il ne faut pas utiliser des charges maximales. Il est conseillé des charges de du maximal, à raison de 8-10 répétitions Dr. Michel Hunkeler cours d anatomie/physiologie

5 Recommandations pour la musculation chez l enfant Souplesse La mobilité articulaire atteint son apogée vers 9-10 ans La souplesse se dégrade progressivement par la suite par perte progressive des propriétés des fibres de collagènes Les filles sont plus souples principalement par une masse musculaire réduite ainsi que par une élasticité différente des tissus pour des raisons hormonales Le but de l entraînement est de maintenir les qualités et non pas de les améliorer La période idéale pour travailler la souplesse est entre ans Dr. Michel Hunkeler 2000 Neuchâtel cours d anatomie/physiologie Université de Neuchâtel

6 Métabolisme énergétique chez l enfant La concentration en glycogène intra-musculaire est moins élevée chez l enfant La concentration d ATP et PC sont identiques à l adulte L adolescent présente à charge égale une lactatémie inférieure à celle de l adulte Le seuil «lactique» du passage du métabolisme aérobie à anaérobie ne peut pas s appliquer à l enfant pré-pubère (meilleure oxydation du pyruvate) Le potentiel anaérobie lactique de l enfant est plus limité que celui de l adulte, l enfant n est donc pas «adapté» pour faire des efforts en résistance Fonction pulmonaire Le rythme respiratoire est de 40/mn à la naissance et diminue rapidement pour atteindre 22/mn à 6ans Les volumes pulmonaires augmentent avec l âge mais surtout avec la taille Les débits ventilatoires augmentent avec l âge Fonction cardiaque Chez le fœtus, les cœurs Dr et G ont le même volume, après la naissance les dimensions du cœur G augmentent plus rapidement que le cœur Dr Le volume du cœur passe de 40 cm3 à la naissance à 600 cm3 chez l adulte, mais le volume par Kg de poids reste stable aux alentours de 10 cm3/kg La fréquence cardiaque est de 140/mn chez le nouveau né, de 100/mn à un an et diminue progressivement au cours de l enfance Le volume d éjection et le débit cardiaque augmente avec l âge. Le débit passe de 0,5 l/mn à 5 l/mn Chez l enfant, la pression artérielle est plus faible que chez l adulte. Elle est de 80mmHg/ 55mmHg à la naissance Fréquence cardiaque maximale plus élevée chez l enfant Physiologie chez l enfant La VO2 max atteint son maximum entre ans La capacité anaérobie est plus basse, taux de phosphofructokinase plus faible (diminue la capacité glycolyse anaérobie) Le quotient respiratoire est plus bas chez l enfant Entraînement d endurance chez l enfant Le volume cardiaque, la capacité vitale sont améliorés par un programme d entraînement aérobie par rapport à une population similaire sédentaire Augmentation de 43% du volume cardiaque contre 36% chez le sédentaire Capacité vitale de 55% contre 37% chez le sédentaire Dr. Michel Hunkeler cours d anatomie/physiologie

7 La période la plus favorable pour développer les capacités d endurance est le pic de croissance La pratique de l endurance se justifie à tout âge en restant dans les limites de contraintes thermiques et mécaniques Chez l enfant, il n y a pas d amélioration significative de la VO2 max avec l entraînement aérobie contrairement à l adolescent ou l adulte, mais il y a une amélioration de la performance L entraînement de la puissance aérobie chez l enfant de moins de 10 ans sest faible Peut-être en lien avec le fait que les enfant sont naturellement actifs et qu ils sont déjà proches de leur VO2 max, contrairement aux adultes sédentaires Entraînement de résistance chez l enfant La filière anaérobie lactique n est pas mature avant la puberté Il faut limiter l entraînement en résistance avant la puberté La filière anaérobie lactique doit être entraînée uniquement après un entraînement d endurance préalable Thermorégulation L enfant est plus sensible au stress thermique L enfant a une moins bonne aptitude à évacuer la chaleur par évaporation (moins de production de sueur et moins sensible à la température centrale) Rapport surface corporelle/poids plus élevé que l adulte Le métabolisme de base est plus élevé que chez l adulte. Surtout par les besoins énergétiques de la croissance Intérêt et bénéfice du sport chez l enfant Nécessaire au développement Pas de limitation à l activité sportive y compris chez des enfants souffrant de maladie, il y a un sport possible pour chaque enfant L activité sportive doit être adaptée à l enfant Il y a une limite de charge d activité sportive à respecter Meilleurs résultats scolaires chez les enfants sportifs Meilleur développement psychomoteur Socialisation Meilleure condition physique Meilleure masse osseuse (9-17% plus élevée que chez les sédentaires) Pour améliorer la densité osseuse : min d activité physique par jour Apport suffisant en calcium L intensité de la pratique sportive est inversement proportionnelle à la surcharge de poids Amélioration de l endurance, force, souplesse, mais peu d étude chez l enfant Lien direct entre l activité sportive et le taux de cholestérol HDL Dr. Michel Hunkeler cours d anatomie/physiologie

8 L apprentissage psychomoteur influence positivement les fonctions intellectuelles Etude sur 500 écoliers canadiens au niveau primaire : 1 groupe avec 40 min/semaine de gym (habituel) 1 groupe avec 5h de gym par semaine, avec du temps pris sur activité intellectuelle (français, math, sciences naturelles ) Les résultats scolaires du groupe gym se sont améliorés ou restent stables alors que le temps d apprentissage cognitif était diminué de 15% Bénéfice psycho-social Les jeunes qui pratiquent une activité sportive plusieurs fois par semaine se sentent en meilleure santé que les sédentaires. Ils ont une meilleure image corporelle Les jeunes pratiquant une activité sportive régulière ont une meilleure santé psychique (sport influence plus le psychique que la stabilité émotionnelle ou le stress) Le sport augmente la bonne humeur, réduit la déprime et la nervosité Exercice sportif est inversement proportionnel à la consommation de tabac (en Suisse et aux USA alors qu en Italie on ne retrouve pas cette corrélation) La pratique d une activité sportive durant la scolarité augmente l activité sportive à l âge adulte. Dépend des études. Le plaisir et le ressenti positif de la leçon de gymnastique augmentent les chances de pratiques sportives ultérieures Etude allemande montre que seulement 20% des élèves de niveau moyen et supérieur participeraient au cours de gym s il n était pas obligatoire Une étude sur le canton de Vaud montre une diminution des capacités aérobie chez les filles dès 13 ans et chez les garçon depuis 16 ans en raison de la diminution de l activité physique Dr. Michel Hunkeler cours d anatomie/physiologie

9 Les accidents sportifs chez l enfant Nécessité de connaître son schéma corporel pour maîtriser un exercice (apprentissage, adaptation aux modifications liées à la croissance) Fréquents à l école, malgré un encadrement Effectif hétérogène dans une classe Accident de sport en classe (étude Vittoz) Hétérogénéité des élèves augmente le risque d accident Prévention: Former des groupes homogènes selon le développement physique et les aptitudes Fixer des objectifs et des exercices différenciés selon les élèves Régler les engins selon la morphologie des élèves Surentraînement 83% d anomalies radiologiques du radius chez des gymnastes artistiques européens en % de tendinites chez des filles de 6-10 ans gymnastes Facteurs de risques : Périodes de croissance rapide Plus de 10 heures d entraînement par semaine Dr. Michel Hunkeler cours d anatomie/physiologie

10 Facteurs de risques de traumatisme dans le sport chez l enfant Compétition Type de sport Adapter le sport à l enfant et pas l inverse (tête au football, charge dans les lancers,...) Arbitrage, charge ou tacle dans le football Besoins énergétiques accrus Moins bonne thermorégulation Fragilité squelettique (cartilage de croissance) Dr. Michel Hunkeler cours d anatomie/physiologie

Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012

Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012 Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012 1 Quelques idées reçues concernant l entraînement chez les jeunes -Trop s entraîner en cadet va user le jeune coureur - Les bons cadets d aujourd hui ne seront

Plus en détail

Colloque cyclisme fémininf Besancon 02.12.2006. Docteur gérard nicolet comité de Franche-comté Avec jocelyne beillot et fabrice michel

Colloque cyclisme fémininf Besancon 02.12.2006. Docteur gérard nicolet comité de Franche-comté Avec jocelyne beillot et fabrice michel Colloque cyclisme fémininf Besancon 02.12.2006 Besançon 02 décembre d 2006 Docteur gérard nicolet comité de Franche-comté Avec jocelyne beillot et fabrice michel Besançon 02 décembre d 2006 CYCLISME FEMININ

Plus en détail

Les Qualités Physiques

Les Qualités Physiques Les Qualités Physiques Introduction : Tantôt qualifiées de capacités motrices ou physiques, d aptitudes ou de potentialités, les qualités physiques, de par leurs interrelations internes mais aussi de par

Plus en détail

Comparaison des qualités motrices chez l enfant, l adolescent et l adulte

Comparaison des qualités motrices chez l enfant, l adolescent et l adulte Comparaison des qualités motrices chez l enfant, l adolescent et l adulte C est un travail très précieux pour tous les enseignants et étudiants, réalisé par l équipe Académique dirigé par F.Bergé avec

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 PHYSIOLOGIE DU SPORT. ENFANT ET ADOLESCENT. Table Chapitre des matières 12 Table des matières Préface... 7 CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 EMMANUEL VAN PRAAGH ET

Plus en détail

66 heures de marche!!!!

66 heures de marche!!!! 1 kg de MASSE GRASSE» 7000 kcal ou 30000 kj 1 HEURE de MARCHE à 4 km/h» 180 kcal (750 kj) Les GRAISSES fournissent environ 60 % de l'énergie nécessairen Pour "perdre" 1 kg de GRAISSE, nécessité de. 66

Plus en détail

La femme et le sport

La femme et le sport Généralités : Filles: Restent à la maison Faibles, frêles Garçons: Athlétiques et forts Doit faire du sport pour son développement La femme et le sport Les filles avaient une éducation sportive différente

Plus en détail

repscanada Normes professionnelles et objectifs d apprentissage pour entraîneurs personnels

repscanada Normes professionnelles et objectifs d apprentissage pour entraîneurs personnels Connaissances principales (Ce qu on enseigne à une personne) A. Les principes du conditionnement physique et les concepts de santé et bien-être Normes professionnelles et objectifs d apprentissage pour

Plus en détail

D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer.

D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer. en 18 diapos! 1 D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer. C'est assez désagréable de commencer à bouger après 1 heure d'immobilité en salle de classe. C est une activité où on se sent

Plus en détail

LISTE DES COMPÉTENCES POUR LE SPÉCIALISTE EN ENTRAÎNEMENT PERSONNEL (PTS)

LISTE DES COMPÉTENCES POUR LE SPÉCIALISTE EN ENTRAÎNEMENT PERSONNEL (PTS) LISTE DES COMPÉTENCES POUR LE SPÉCIALISTE EN ENTRAÎNEMENT PERSONNEL (PTS) Contenu global : Partie 1 - La théorie du conditionnement physique et son application Partie 2 - Bilan et évaluation Partie 3 -

Plus en détail

ENERGIE ET PERFORMANCE

ENERGIE ET PERFORMANCE ENERGIE ET PERFORMANCE A. Introduction Les paramètres influençant la performance sont la Génétique, l entraînement, le mental, puis une série de paramètres tels la nutrition, le sommeil, l environnement,

Plus en détail

Lutte contre la surcharge pondérale

Lutte contre la surcharge pondérale Lutte contre la surcharge pondérale I. Répartition des graisses corporelles Généralités Inégalités hommes/femmes Causes de l obésité II. Contrôle des la masse corporelle Réduire l apport énergétique alimentaire

Plus en détail

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance :

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance : Man Vs Woman Les femmes sont souvent considäräes comme Å le sexe faible Ç et on peut remarquer que dans certains sports, les femmes sont souvent en minoritä par rapport aux hommes. Vient s ajouter la diffärence

Plus en détail

SOULÈVE LE MONDE! PROJET ÉDUCATIF. Eveil postural et musculaire & Ateliers autour du port du cartable

SOULÈVE LE MONDE! PROJET ÉDUCATIF. Eveil postural et musculaire & Ateliers autour du port du cartable SOULÈVE LE MONDE! PROJET ÉDUCATIF Eveil postural et musculaire & Ateliers autour du port du cartable dans le cadre de la Réforme des rythmes scolaires de l enseignement primaire LE PROJET ÉDUCATIF «SOULÈVE

Plus en détail

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire LA CHIMIE DE L EFFORT Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort Magnésium et effort musculaire A) Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort 1. L énergie de la contraction

Plus en détail

Garçons. Filles. Développement des qualités psychologiques et physiologiques en fonction de l âge. 18-25 Post-pubertaire 17-25 13-17 13-16 10-12

Garçons. Filles. Développement des qualités psychologiques et physiologiques en fonction de l âge. 18-25 Post-pubertaire 17-25 13-17 13-16 10-12 Evolution de la préparation physique chez les jeunes sportifs Fabien Bertrand Evolution Développement des qualités psychologiques et physiologiques en fonction de l âge. Garçons 18-25 Post-pubertaire Filles

Plus en détail

Les indicateurs de l effort en cyclisme sur route. Raphaël LECA www.culturestaps.com Mai 2015

Les indicateurs de l effort en cyclisme sur route. Raphaël LECA www.culturestaps.com Mai 2015 Les indicateurs de l effort en cyclisme sur route Raphaël LECA www.culturestaps.com Mai 2015 La fréquence cardiaque exprimée en battements par minute (BPM) permet de faire circuler le sang (qui transporte

Plus en détail

Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie

Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie Monsieur Paul ROBACH Je souhaite tout d abord remercier les organisateurs de ce symposium et

Plus en détail

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique.

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique. POUR UNE ALIMENTATION EQUILIBREE, BESOINS ET RYTHMES ALIMENTAIRES I- BESOINS NUTRITIONNELS L'alimentation de l'adolescent doit : - Respecter la répartition et l équilibre entre les principaux nutriments

Plus en détail

Courir longtemps Animation pédagogique du mercredi 5 décembre 2007 Fabrice Chapel, CPC EPS D'après G. Maitrot CPD EPS et "le guide de l'enseignant" 1

Courir longtemps Animation pédagogique du mercredi 5 décembre 2007 Fabrice Chapel, CPC EPS D'après G. Maitrot CPD EPS et le guide de l'enseignant 1 Courir longtemps Animation pédagogique du mercredi 5 décembre 2007 Fabrice Chapel, CPC EPS D'après G. Maitrot CPD EPS et "le guide de l'enseignant" 1 Courir pour l enfant c est : Dans le domaine moteur

Plus en détail

Les conseils et connaissances physio utiles pour le step

Les conseils et connaissances physio utiles pour le step Les conseils et connaissances physio utiles pour le step I. S entraîner pour quoi faire? II. Le carburant du muscle et sa production III. IV. La fréquence cardiaque comme repère en Step Les différentes

Plus en détail

REENTRAINEMENT. I) Définition. II) Filières énergétiques

REENTRAINEMENT. I) Définition. II) Filières énergétiques REENTRAINEMENT I) Définition.. II) Filières énergétiques ATP créatine phosphate Oxygène La conso d nrj => l une successive/l autre En 1er intention : ATP sur 10 première sec puis les autres filières en

Plus en détail

Le Centre du Mouvement «(Re)Bouger pour se soigner»

Le Centre du Mouvement «(Re)Bouger pour se soigner» Le Centre du Mouvement «(Re)Bouger pour se soigner» ORIGYM, UN ENTRAÎNEMENT COMPLET ET EFFICACE Le concept de préparation physique mis au point par Frédéric Lennaertz est un entraînement corporel complet

Plus en détail

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement.

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement. LA SURCOMPENSATION La surcompensation est le phénomène de base sans lequel s entraîner serait inefficace : je m entraîne, je suis fatigué, je me repose, je suis capable de reproduire ce que j ai fait avec

Plus en détail

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT Sommaire Introduction A. La molécule d ATP 1. L ATP comme source d énergie 2. Les besoins en ATP lors de l effort B. Les filières de resynthèse de l ATP 1. La filière anaérobie

Plus en détail

Titre 1. Introduction. Titre 2. Physiologie de l effort

Titre 1. Introduction. Titre 2. Physiologie de l effort Titre 1 Introduction Introduction Chapitre 1 : Est-ce que je sais m entraîner? 1. Dix idées reçues sur l entraînement sportif 2. Tester sa manière de s entraîner Titre 2 Physiologie de l effort Chapitre

Plus en détail

Préparation à l épreuve d EPS Concours CRPE - 2012

Préparation à l épreuve d EPS Concours CRPE - 2012 Préparation à l épreuve d EPS Concours CRPE - 2012 S étirer : Pourquoi? Les étirements ont un rôle préventif important : ils préparent la musculature, favorisent la récupération et permettent d'éviter

Plus en détail

Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96

Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96 Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96 Les trois systèmes énergétiques 97 Énergie immédiate : le système du phosphate à haute énergie 99 Énergie à court terme : le système

Plus en détail

Physiopathologie de l activité physique et épreuve d effort

Physiopathologie de l activité physique et épreuve d effort 18/01/0718/01/07 Physiopathologie de l activité physique et épreuve d effort Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation respiratoire, Clinique de Médecine Physique Les Rosiers 45, Bd Henri Bazin,

Plus en détail

Méthodes d éd. évaluation. Evaluation de la capacité aérobie. Les tests de terrain

Méthodes d éd. évaluation. Evaluation de la capacité aérobie. Les tests de terrain Méthodes d éd évaluation de l aptitude l physique Evaluation de la capacité aérobie Les tests de terrain 1 Introduction Aptitude physique d un sujet dépend de nombreux facteurs Exploration fonctionnelle

Plus en détail

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique.

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Au cours de l activité physique, les muscles ont des besoins accrus. La couverture de ces besoins

Plus en détail

Amélioration de la force au moyen du Swiss Ball

Amélioration de la force au moyen du Swiss Ball Amélioration de la force au moyen du Swiss Ball Manuel pour jeunes athlètes qui désirent améliorer leurs performances dans le domaine force. Ces exercices permettent également une meilleur prévention des

Plus en détail

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Physiologie du système cardiovasculaire 117 Le transport du dioxyde de carbone 117 La

Plus en détail

pour la ligue d athlétisme de Poitou-Charentes

pour la ligue d athlétisme de Poitou-Charentes Approche de la musculation «sans matériel lourd» du jeune et du collégien par le renforcement musculaire Nicolas DOMBROWSKI, professeur agrégé eps, académie de la Martinique, 2008 Document réalisé en 2008,

Plus en détail

L EVOLUTION DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT DE 6 A 16 ANS

L EVOLUTION DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT DE 6 A 16 ANS Rencontres Nationales FFHB La formation initiale du joueur de handball Enjeux pour demain Paris, CNOSF, juin 01 L EVOLUTION DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT DE 6 A 16 ANS Nicolas MASCRET Maître de conférences,

Plus en détail

physique sur le développement global de l enfant a bien été abordée, réciproquement l effet du développement sur la pratique d activité physique l a

physique sur le développement global de l enfant a bien été abordée, réciproquement l effet du développement sur la pratique d activité physique l a INTRODUCTION «L enfance a des manières de voir, de penser, de sentir, qui lui sont propres ; rien n est moins sensé que de vouloir y substituer les nôtres.» [ROUSSEAU, Émile II] Cet ouvrage est un hommage

Plus en détail

LES ETIREMENTS DU SPORTIF Facteur de Performance!

LES ETIREMENTS DU SPORTIF Facteur de Performance! LES ETIREMENTS DU SPORTIF Facteur de Performance! Institut Régional de Biologie et Médecine du Sport www.irbms.com Acteur par Passion dans le Sport et la Santé Dr Frédéric MATON Mme Brigitte KOTWICA M.

Plus en détail

Pour dépasser quelques préjugés concernant l haltérophilie

Pour dépasser quelques préjugés concernant l haltérophilie Pour dépasser quelques préjugés concernant l haltérophilie «L haltérophilie entrave la croissance» Le port de charges trop lourdes par des adolescents au travail a pu dans le passé poser des problèmes

Plus en détail

LES ADAPTATIONS METABOLIQUES A L ENTRAINEMENT. Sandra Joffroy

LES ADAPTATIONS METABOLIQUES A L ENTRAINEMENT. Sandra Joffroy LES ADAPTATIONS METABOLIQUES A L ENTRAINEMENT Sandra Joffroy L'AEROBIE : Type de sports : Sports d endurance, Marathon, Cyclisme, Triathlon L ANAEROBIE ALACTIQUE : Type de sports : Sports de puissance,

Plus en détail

1. LE FONCTIONNEMENT MUSCULAIRE. Pour fonctionner, un muscle a besoin d énergie

1. LE FONCTIONNEMENT MUSCULAIRE. Pour fonctionner, un muscle a besoin d énergie Cécile Pétré - 2011 1 2 1. LE FONCTIONNEMENT MUSCULAIRE Pour fonctionner, un muscle a besoin d énergie Cette énergie, c est : ( A T P = Adénosine Tri Phosphate ) 3 2. LA MOLECULE D ATP 4 5 La rupture des

Plus en détail

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Le système musculosquelettique

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Le système musculosquelettique Notes d'études secondaires Sciences et technologie 316 Le système musculosquelettique Nom: Prénom: Groupe: Date: 2 Tête Elle comprend : le crâne composé d os plats, disposés en voûte et immobiles qui protègent

Plus en détail

LA COURSE LONGUE DUREE

LA COURSE LONGUE DUREE LA COURSE LONGUE DUREE LES TEXTES (2002): Les compétences de fin de cycle sont les suivantes : Cycle 2 : courir longtemps (entre 6 et 12mn), selon les capacités de chacun, de façon régulière? sur une longue

Plus en détail

Développement de l enfantl croissance et maturation

Développement de l enfantl croissance et maturation Psychopédagogie des APS Développement de l enfantl croissance et maturation Introduction Pour optimiser l enseignement de l EPS aux enfants et adolescents, il est nécessaire d avoir quelques connaissances

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

O EA-4324. L activité physique : un moyen de prévention du Diabète de type 2 (DT2) rphy

O EA-4324. L activité physique : un moyen de prévention du Diabète de type 2 (DT2) rphy L activité physique : un moyen de prévention du Diabète de type 2 (DT2) C. Goanvec, PhD EA 4324 Optimisation des Régulations Physiologiques ORPHY O EA-4324 1 rphy DT2 : définitions Fédération Internationale

Plus en détail

Le développement à long terme de l athlète

Le développement à long terme de l athlète Le développement à long terme de l athlète Afin de rehausser les performances de ses athlètes et de maximiser son rayonnement sur la scène internationale, chaque pays tente de développer une structure

Plus en détail

Comité du Loiret : - Suivi des jeunes espoirs départementaux

Comité du Loiret : - Suivi des jeunes espoirs départementaux AG2013 CD45 - Intervention du Dr Xavier Halna du Fretay Responsable de la Commission Médical et Santé Recommandations concernant le contenu du bilan cardiovasculaire de la visite de non contre indication

Plus en détail

Table des matières PRÉFACE... 13

Table des matières PRÉFACE... 13 Table des matières PRÉFACE............................................................... 13 PRÉSENTATION DE L EXAMEN.............................................. 13 1. Le programme......................................................

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA CONDITION PHYSIQUE 1 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Élèves du secondaire 2003-2004

ÉVALUATION DE LA CONDITION PHYSIQUE 1 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Élèves du secondaire 2003-2004 ÉVALUATION DE LA CONDITION PHYSIQUE 1 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Élèves du secondaire 23-24 Avec l arrivée de plusieurs nouveaux éducateurs physiques, il peut être utile de faire un rappel

Plus en détail

PASS BIEN-ETRE EN CHAMPAGNE-ARDENNE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE. Document expérimental

PASS BIEN-ETRE EN CHAMPAGNE-ARDENNE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE. Document expérimental PASS BIEN-ETRE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE EN CHAMPAGNE-ARDENNE Document expérimental Le PASS Bien-Etre Aidez-nous a prendre soin Tête et cou Bras gauche Bras droit Buste et dos Main Droite

Plus en détail

Les différents cycles de la périodisation

Les différents cycles de la périodisation PLANIFICATION CULTURISTE EQUIPE DE France Cette planification pyramidale permet d améliorer les facteurs de la performance culturisme grâce à une variation régulière des paramètres d entrainement suivants

Plus en détail

De la CP5 à l élaboration d un cycle dans une ASDEP

De la CP5 à l élaboration d un cycle dans une ASDEP De la CP5 à l élaboration d un cycle dans une ASDEP Stages FC EPS - Académie de Corse Bastia 22 novembre 2010 Ajaccio 25 novembre 2010 Formateur M. D. Lucchetti - Lycée G.de Casabianca Bastia 1 2 3 Au

Plus en détail

Cœur et sports de raquette. Dr Rémy DALL ANESE CARDIOLOGUE 68 rue du palais Gallien 33000 BORDEAUX

Cœur et sports de raquette. Dr Rémy DALL ANESE CARDIOLOGUE 68 rue du palais Gallien 33000 BORDEAUX Cœur et sports de raquette Dr Rémy DALL ANESE CARDIOLOGUE 68 rue du palais Gallien 33000 BORDEAUX Physiologie de l effort Débit cardiaque x 5 Augmentation volume éjection (VES) Augmentation fréquence cardiaque

Plus en détail

Le certificat médical de non contre-indication à la pratique de la course à pied

Le certificat médical de non contre-indication à la pratique de la course à pied Course à pied CONSEIL IMPORTANT ATTENTION Pierre Levisse, Champion du Monde de cross, vous donne tous les conseils (diététique, étirements, entraînement) pour améliorer vos performances quelque soit votre

Plus en détail

LE RENFORCEMENT MUSCULAIRE

LE RENFORCEMENT MUSCULAIRE LE RENFORCEMENT MUSCULAIRE Sommaire I. Spécificité 1. En fonction du mouvement 2. En fonction de la charge 3. En fonction de la vitesse 4. En fonction des types de contraction II. Séance de 45mn à 1h 1.

Plus en détail

à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26

à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26 à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26 PREAMBULE La course longue, trop souvent associée à l endurance dont elle prend parfois le nom, occupe une place parfois insuffisante

Plus en détail

Les points techniques fondamentaux

Les points techniques fondamentaux Les points techniques fondamentaux Module complémentaire arc à poulies Septembre 2011 1 1- La posture Les axes verticaux et horizontaux Les incidences techniques de l allonge Les incidences techniques

Plus en détail

LES METHODES EN MUSCULATION.

LES METHODES EN MUSCULATION. LES METHODES EN MUSCULATION. la méthodes concentriques la méthodes isométriques Les méthodes combinées Pour une musculation complète et performante : * Alterner les régimes de contractions musculaires.

Plus en détail

QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible entre 10 et 2. Ils sont en course de résistance

QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible entre 10 et 2. Ils sont en course de résistance Les incontournables QUE SE PASSE T-IL LORSQUE MES ELEVES COURENT? Le plus vite possible pendant une durée maximale de 10? Ils sont en course de vitesse ( 30 m 40 m) - l énergie est fournie par les réserves

Plus en détail

DEFINITION. 3.3 La Force. 3.3 La Force

DEFINITION. 3.3 La Force. 3.3 La Force DEFINITION Pour Fox et Mathews (1981): «la force est la capacité qu a un groupe de muscles de forcer au maximum contre une résistance.» Ces deux auteurs préciseront plus tard : «la force musculaire se

Plus en détail

Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie

Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie Master 1ère année EOPS UES EOPS 1. Évaluation de la performance ECUF EOPS 1.3. Fonctions cardio-respiratoires et musculaires P. Mucci Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie I Définition Epreuve

Plus en détail

AIDE-MONITEUR EN JU-JITSU NIVEAU 2

AIDE-MONITEUR EN JU-JITSU NIVEAU 2 AIDE-MONITEUR EN JU-JITSU NIVEAU 2 3.1 Champ d application du brevet Le brevet d aide-moniteur en Ju-Jitsu donne à son titulaire, outre les prérogatives dévolues à l initiateur en Ju-Jitsu, la capacité

Plus en détail

3 PROJETS. Nom : Prénom : Taille : Poids : IMC (19-25) : (P/T 2 ) LES REGLES

3 PROJETS. Nom : Prénom : Taille : Poids : IMC (19-25) : (P/T 2 ) LES REGLES CYCLE MUSCULATION N4 Nom : Prénom : Taille : Poids : IMC (19-25) : (P/T 2 ) 3 PROJETS Objectif 1 : sportif recherche de puissance «Je veux devenir plus fort et plus dynamique» 80-90% de la Fmax Nombre

Plus en détail

Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport

Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport 1-Introduction: La motricité Évolution des aptitudes motrices avec la croissance amélioration jusqu à 18 ans chez amélioration jusqu à la puberté chez

Plus en détail

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL?

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PLAN DE L EXPOSÉ 1. INTRODUCTION 1.1 ÉPIDÉMIOLOGIE 1.2 FACTEURS ENTRAÎNANT UNE PRISE DE POIDS 2. RISQUES LIÉS AU SURPOIDS ET À

Plus en détail

PREPARATION PHYSIQUE

PREPARATION PHYSIQUE Le Principe : PREPARATION PHYSIQUE C est d intégrer aux enfants de l école de tennis une ou plusieurs séances relatives à la préparation physique en sachant qu ils ont une séance d entrainement de tennis

Plus en détail

La Musculation, à quoi ça sert?

La Musculation, à quoi ça sert? La Musculation, à quoi ça sert? Pour l entretien physique et le bien-être La musculation «pour se sentir bien», pour être en forme, en bonne santé, diminuer la perception des douleurs Pour être plus efficace

Plus en détail

PROTOCOLE D ÉVALUATION POUR PRODUIRE UNE SÉQUENCE EFFECTIVE : IL S AGIT DE MAÎTRISER LES CONNAISSANCES SUIVANTES.

PROTOCOLE D ÉVALUATION POUR PRODUIRE UNE SÉQUENCE EFFECTIVE : IL S AGIT DE MAÎTRISER LES CONNAISSANCES SUIVANTES. PROTOCOLE D ÉVALUATION Produire une séquence Concevoir un entraînement Analyser sa prestation 10 points 7points 3 points POUR PRODUIRE UNE SÉQUENCE EFFECTIVE : IL S AGIT DE MAÎTRISER LES CONNAISSANCES

Plus en détail

STEP. Connaissances scientifiques et théoriques : Pour aller plus loin

STEP. Connaissances scientifiques et théoriques : Pour aller plus loin STP Connaissances scientifiques et théoriques : Pour aller plus loin I. Principes de développement des processus énergétiques : 1 II. Approfondissement des notions : 2 1. Le processus aérobie : 2 2. Le

Plus en détail

SECOUEZ VOS HABITUDES SPORTIVES. www.dkn-vibration.com

SECOUEZ VOS HABITUDES SPORTIVES. www.dkn-vibration.com SECOUEZ VOS HABITUDES SPORTIVES www.dkn-vibration.com CARACTERISTIQUES GENERALES XG 5.0 Vibration Machine Puissance moteur : 1 HP moteur 900 Watts Force générée : 1.8 Kn Force d accélération : jusqu à

Plus en détail

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN Le tennis pour les «Seniors +» Analyse des caractéristiques du public +45 ans +55 ans +65 ans Propositions de Préparation Physique spécifique Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission

Plus en détail

L'Entrainement des féminines. La femme n'est pas un homme comme les autres!

L'Entrainement des féminines. La femme n'est pas un homme comme les autres! L'Entrainement des féminines La femme n'est pas un homme comme les autres! Doit on appréhender l entrainement des féminines comme un entrainement singulier qui @ent compte des par@cularités de féminines,

Plus en détail

La course en durée au Lycée Classe de seconde- Compétences de niveau 3 attendues

La course en durée au Lycée Classe de seconde- Compétences de niveau 3 attendues au Lycée Classe de seconde- Compétences de niveau 3 attendues 1. Introduction- Présentation. 2. une nouvelle démarche BO n 4 du 29 avril 2010 : programme d EPS pour les LEGT. BO spécial n 2 du 19 février

Plus en détail

INTRODUCTION. Paul Quétin, Nicolas Perrotte et les entraîneurs physiques de la Direction Technique Nationale

INTRODUCTION. Paul Quétin, Nicolas Perrotte et les entraîneurs physiques de la Direction Technique Nationale INTRODUCTION C e nouveau document N 4 sur l entraînement physique est avant tout destiné aux enseignants de tennis et aux entraîneurs physiques. Il s adresse également aux formateurs de cadres et aux futurs

Plus en détail

Motricité globale DÉVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DE L ENFANT: LA MOTRICITÉ GLOBALE LE DÉVELOPPEMENT PROGRESSIF DES HABILETÉS MOTRICES DES ENFANTS

Motricité globale DÉVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DE L ENFANT: LA MOTRICITÉ GLOBALE LE DÉVELOPPEMENT PROGRESSIF DES HABILETÉS MOTRICES DES ENFANTS DÉVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DE L ENFANT: LA MOTRICITÉ GLOBALE Rigal Robert Motricité globale Activités motrices sollicitant plusieurs ou l ensemble des parties du corps (marche, course, sauts, lancer, natation,

Plus en détail

Comité Régional de Bourgogne ------

Comité Régional de Bourgogne ------ in Plan Régional de Détection et d Evaluation des Pilotes PLAN REGIONAL DE DETECTION ET D EVALUATION DES PILOTES Comité Régional de la Fédération Française de Cyclisme de Bourgogne Comité Régional de Bourgogne

Plus en détail

Etirement musculaire Renforcement musculaire

Etirement musculaire Renforcement musculaire Etirement musculaire Renforcement musculaire Pourquoi? Quand un muscle est fortement sollicité, il a tendance à se raccourcir et à rester dans sa position courte. Cette rétraction entraîne un déséquilibre

Plus en détail

Place de l anorexia athletica chez la jeune sportive intensive Questions posées La pratique sportive est-elle elle un facteur de risque ou de protection? L engagement sportif serait-il il un moyen de mettre

Plus en détail

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE Sommaire. INTRODUCTION Page 3-7 FILIERE ANAEROBIE ALACTIQUE FILIERE ANAEROBIE LACTIQUE Page 8-15

Plus en détail

Qu est-ce que l approche physiologique

Qu est-ce que l approche physiologique André Plamondon, IRSST L approche physiologique vise à établir une tâche de travail qui demeure à l intérieur d une réponse physiologique acceptable. Pour ce faire, elle évalue le niveau de fatigue physique

Plus en détail

REEDUCATION APRES REPARATION COIFFE DES ROTATEURS B. MONDE, D. ANDREU

REEDUCATION APRES REPARATION COIFFE DES ROTATEURS B. MONDE, D. ANDREU REEDUCATION APRES REPARATION COIFFE DES ROTATEURS B. MONDE, D. ANDREU 1 Rééducation adaptée aux tendons réparés 2 3 4 Pressions dans l éspace sous acromial en fonction des actions musculaires lors de l

Plus en détail

Les activités d entretien au lycée: Quels contenus? Repères physiologiques

Les activités d entretien au lycée: Quels contenus? Repères physiologiques Les activités d entretien au lycée: Quels contenus? Stage Académique. Jeudi 6 janvier 2005 Repères physiologiques Sophie Herrera Cazenave Université Victor Segalen Bordeaux 2 Sophie Herrera Cazenave 1

Plus en détail

COMITE INTER-REGIONAL ATLANTIQUE SUD PRISE EN COMPTE DES DONNEES PSYCHOLOGIQUES ET PHYSIOLOGIQUES EN PEDAGOGIE

COMITE INTER-REGIONAL ATLANTIQUE SUD PRISE EN COMPTE DES DONNEES PSYCHOLOGIQUES ET PHYSIOLOGIQUES EN PEDAGOGIE FEDERATION FRANCAISE D'ETUDES ET DE SPORTS SOUS MARINS COMITE INTER-REGIONAL ATLANTIQUE SUD COMMISSION TECHNIQUE INTER-REGIONALE PRISE EN COMPTE DES DONNEES PSYCHOLOGIQUES ET PHYSIOLOGIQUES EN PEDAGOGIE

Plus en détail

eduscol Ressources pour faire la classe au lycée Fiches d'activités physiques, sportives et artistiques (APSA) Éducation physique et sportive

eduscol Ressources pour faire la classe au lycée Fiches d'activités physiques, sportives et artistiques (APSA) Éducation physique et sportive eduscol Éducation physique et sportive Ressources pour faire la classe au lycée Fiches d'activités physiques, sportives et artistiques (APSA) Programmes 2010 de la voie générale et technologique, programmes

Plus en détail

Trio de conseils pour parcours élite

Trio de conseils pour parcours élite AVIS IMPORTANT Si vous choisissez le parcours Élite, on considère que vous êtes déjà sportif et en forme. On considère que vous ne commencez pas à vous entraîner aujourd hui avec le programme qui suit.

Plus en détail

UF 1 Les caractéristiques

UF 1 Les caractéristiques UF 1 Les caractéristiques des différents publics SOMMAIRE 1 Les enfants (moins de 18 ans) 2 Les adultes féminines 3 Les adultes masculins 4 Les compétiteurs 5 Les seniors 6 Les personnes handicapées Les

Plus en détail

Quels sports préconiser chez les personnes âgées?

Quels sports préconiser chez les personnes âgées? VIEILLISSEMENT ET ACTIVITES PHYSIQUES Quels sports préconiser chez les personnes âgées? Docteur Karim Gallouj Médecin fédéral national FFEPGV CHI de Wasquehal, Centre de gériatrie Le Molinel Le vieillissement

Plus en détail

Psychologie de l Adolescent

Psychologie de l Adolescent Psychologie de l Adolescent Elaboré par: Walid Selmi Assistant en Sciences Humaines Appliquées aux APS selmiwalid13@yahoo.fr Session de Formation d arbitrage 1 er, 2 ème,3 ème degré Judo, Ju-Jutsu, Aïkido

Plus en détail

Alimentation Les groupes d aliments

Alimentation Les groupes d aliments Alimentation Les groupes d aliments Au nombre de sept, les groupes d aliments permettent une classification simplifiée des aliments. Ce classement se fait par leurs teneurs en nutriments (protéines, lipides,

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale.

A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale. R16 = L OBESITE R16 = L OBESITE A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale. Définition : Selon l OMS, l obésité se caractérise par «une accumulation anormale ou excessive

Plus en détail

décompensation des mécanismes d équilibration désordres posturo-cinétiques peur de tomber

décompensation des mécanismes d équilibration désordres posturo-cinétiques peur de tomber Syndrome post-chute Syndrome (Murphy 1982) décompensation des mécanismes d équilibration désordres posturo-cinétiques peur de tomber associant versant moteur troubles de l équilibre et de la posture déséquilibre

Plus en détail

L élastique de renforcement Thera-Band

L élastique de renforcement Thera-Band Attention Dänk a Glänk les Die articulations richtige Prävention. L élastique de renforcement Thera-Band Vos loisirs en sécurité Suva Caisse nationale suisse d assurance en cas d accidents Sécurité durant

Plus en détail

[Biol313b] Physiologie Cellulaire et Intégrative 1 Compte-rendu de TP

[Biol313b] Physiologie Cellulaire et Intégrative 1 Compte-rendu de TP [Biol313b] Physiologie Cellulaire et Intégrative 1 Compte-rendu de TP Approche quantitative de l énergétique biologique : adaptation des fonctions respiratoire et cardiaque au cours d un exercice physique

Plus en détail

Directives canadiennes en matière d activité physique. Glossaire GLOSSAIRE. Terminologie Définition Exemples

Directives canadiennes en matière d activité physique. Glossaire GLOSSAIRE. Terminologie Définition Exemples GLOSSAIRE Glossaire Activité Ensemble de mouvements corporels qui augmentent le rythme cardiaque et la respiration Directives en Tout mouvement corporel produit par les muscles squelettiques utilisant

Plus en détail

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins Rappel 5 e : la digestion Les nutriments utilisés par les organes proviennent de la digestion

Plus en détail

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites.

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites. 1 1) Introduction Ce document est avant tout un guide synthétique et opérationnel. Il a pour vocation d aider l enseignant et de lui donner les repères essentiels pour la mise en place d un cycle d endurance.

Plus en détail

BILANS ANALYTIQUES MUSCULO-TENDINEUX

BILANS ANALYTIQUES MUSCULO-TENDINEUX BILANS ANALYTIQUES MUSCULO-TENDINEUX I) INTRODUCTION 1. Le muscle Le muscle est un organe excitable-contractile, extensible visco-élastique, Motricité : - Automatique (marche) - Réflexe (activité stéréotypée,

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

LE DEVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DE L ENFANT DE LA NAISSANCE A 3 ANS. I - Le développement sensoriel du bébé II - Le développement moteur de l enfant

LE DEVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DE L ENFANT DE LA NAISSANCE A 3 ANS. I - Le développement sensoriel du bébé II - Le développement moteur de l enfant LE DEVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DE L ENFANT DE LA NAISSANCE A 3 ANS I - Le développement sensoriel du bébé II - Le développement moteur de l enfant Le développement psychomoteur de l enfant de 1 mois à 3

Plus en détail