Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE"

Transcription

1 Bulletin fiscal Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois, peu de gens savent qu il est possible d emprunter de leur REER pour financer l achat d une résidence ou d un autre immeuble, incluant un immeuble locatif. Il est même possible de financer l achat d un immeuble qui appartient à une personne ayant un lien de dépendance, tel un de ses enfants. Pour pouvoir emprunter de son REER pour l achat d un immeuble qui nous appartient ou qui appartient à une personne ayant un lien de dépendance, les conditions suivantes doivent être respectées 1 : - l emprunt doit être garanti par un immeuble situé au Canada; - l emprunt doit être géré par un prêteur agréé en vertu de la Loi nationale sur l habitation; - l emprunt doit être assuré en vertu de la Loi nationale sur l habitation ou par une société qui offre au public au Canada des services en tant qu assureur d hypothèques et qui est agréée à titre d assureur privé d hypothèques. De plus, les conditions de l emprunt hypothécaire doivent refléter les conditions du marché entre personnes sans lien de dépendance. Il n est pas obligatoire que l hypothèque soit de premier rang 2. 1 Règlement fédéral 4900(1)j.1) 2 Bulletin d interprétation IT-320R3, paragraphe 11

2 REMISE DE DETTE Une remise de dette 3 survient lorsque la dette 4 d un débiteur est réglée ou éteinte sans paiement ou par le paiement d une somme inférieure au principal de la dette. Une dette n est réglée ou éteinte que dans la mesure où la responsabilité de régler la dette est légalement terminée. Une dette n est pas réglée du seul fait qu un créancier renonce à son droit de recourir à des moyens de contrainte pour se faire payer. Voici certaines des incidences fiscales découlant d une remise de dette. L avantage dont jouit le débiteur, que l on désigne comme le montant remis 5, correspond à l excédent du moins élevé du principal de la dette ou du montant pour lequel la dette a été émise sur le montant qui est payé par le débiteur pour régler la dette. L intérêt sur la dette qui est déductible, ou qui le serait s il n était pas capitalisé est considéré comme une dette distincte 6. Si plus d une dette est réglée en même temps, il est possible de désigner l ordre dans lequel les dettes ont été réglées (avec production d un formulaire prescrit T2153 au fédéral et d une lettre au Québec). Contrairement à ce que plusieurs personnes pensent, le montant remis n est pas automatiquement ajouté au revenu fiscal du débiteur. Tout d abord, le montant remis réduit les attributs fiscaux du débiteur et, s il reste un solde, la moitié (100 % pour une société de personnes) de ce solde est ajoutée au revenu du débiteur. Toutefois, un montant remis sur une dette qui est un compte fournisseur doit être inclus en totalité dans le calcul du revenu 7. Réduction des attributs fiscaux À l égard de la réduction des attributs fiscaux, le montant remis est d abord porté en diminution, dans l ordre suivant, des soldes des années antérieures 8 : - des pertes autres que des pertes en capital (sauf les pertes déductibles au titre d un placement d entreprise (PDTPE)); - des pertes agricoles; - des pertes agricoles restreintes; - des PDTPE, et - des pertes en capital nettes. Ainsi, le montant remis ne réduit pas les pertes subies au cours de l exercice durant lequel survient la remise de dette. Toute fraction non imputée restant du montant remis, dans la mesure où elle est déterminée par le débiteur (formulaire prescrit T2154 au fédéral et lettre au Québec) produit avec sa déclaration de revenus, est portée en diminution 9 : 3 Articles 80 à de la Loi de l impôt sur le revenu (L.I.R.); articles 485 à de la Loi sur les impôts (L.I.) 4 Une dette encourue dans le but de gagner un revenu d entreprise ou de bien ou une action privilégiée de renflouement. 5 Paragraphe 80(1) L.I.R. «Montant remis» et article 485 L.I. «Montant remis» 6 Alinéa 80(2)b) L.I.R. et alinéa 485.3b) L.I. 7 Bulletin d interprétation IT-293R, paragraphes 19e) et 25 8 Paragraphes 80(3) et (4) L.I.R. et articles et L.I. 9 Paragraphes 80(5) à (12) L.I.R. et articles à L.I. Page 2

3 - du coût en capital des biens amortissables possédés au moment de la remise de dette, sans excéder le solde non amorti des biens amortissables (le choix des biens amortissables dont le coût doit être réduit est laissé à la discrétion du contribuable. Il est conseillé de choisir en premier les biens des catégories dont le taux d amortissement est le plus bas); - du montant cumulatif des immobilisations admissibles (x 4/3); - des dépenses relatives à des ressources; - du prix de base rajusté (PBR) des immobilisations sauf exceptions; - du PBR des actions et des dettes de sociétés non liées dont le débiteur est un actionnaire déterminé; - du PBR des actions et des dettes de sociétés liées au débiteur et des participations dans des sociétés de personnes liées au débiteur (avec réduction des attributs fiscaux des sociétés ou sociétés de personnes liées); - des pertes en capital nettes de l exercice jusqu à la date de la remise de dette. Traitement du solde Il est possible de choisir (avec production d un formulaire prescrit T2156 au fédéral et d une lettre au Québec) de transférer une partie ou la totalité du solde non déduit à une société liée ou à une société de personnes liée 10. La société liée ou la société de personnes liée est alors réputée avoir le montant remis et la procédure mentionnée ci-dessus s applique. La moitié (100 % pour une société de personnes) du solde du montant remis qui reste après les imputations décrites ci-dessus (et qui n a pas été transférée à une société liée ou à une société de personnes liée) constitue un revenu 11. La source de revenus ainsi créée est réputée être la source en regard de laquelle la dette avait été émise. Les sociétés en difficulté financière ont droit à une déduction spéciale dans le calcul du revenu net 12. Réserves Afin d amoindrir les conséquences de l inclusion d un tel montant dans le revenu, on a prévu des situations où le montant à inclure pourra être réparti sur un certain nombre d années, selon le débiteur. Si le débiteur est une société résidant au Canada, une fiducie résidant au Canada ou un non-résident exploitant une entreprise au Canada, le montant pourra être réparti sur cinq ans 13. Plus précisément, le montant à inclure sera de 20 % par année du solde du montant remis tout au long de cette période. Les particuliers résidant au Canada qui sont tenus d inclure dans leur revenu un montant remis auront droit à une déduction égale au montant total inclus dans le revenu moins, en général, 20 % de l excédent du revenu net du particulier pour l année sur $ 14. Le revenu net du particulier pour l année se calcule à cette fin sans tenir compte du montant inclus dans le revenu au titre de la dette ayant fait l objet d une remise. Dans les années ultérieures, le montant de la provision de l année précédente serait inclus dans le revenu de l année courante, et on referait un calcul semblable de telle sorte que les montants de dettes ayant fait l objet d une remise soient inclus dans le revenu lorsque le particulier est considéré comme ayant des ressources suffisantes pour payer l impôt connexe. 10 Paragraphe 80.04(4) L.I.R. et article L.I. 11 Paragraphe 80(13) L.I.R. et article L.I. 12 Article 61.3 L.I.R. et article L.I. 13 Article 61.4 L.I.R. et article L.I. 14 Article 61.2 L.I.R. et article L.I. Page 3

4 Cas d exception Les dispositions de remise de dette ne s appliqueront pas dans les situations suivantes 15 : - le contribuable est en faillite; - les règles relatives aux dations en paiement aux termes d un acte hypothécaire et aux reprises de biens qui ont fait l objet d une vente conditionnelle sont applicables à la dette réglée; - dans les situations où le montant remis est imposé en vertu d une autre disposition législative; - si la dette est réglée par legs ou héritage 16. Réorganisations Dans les situations de fusion 17 ou d une liquidation visée par le paragraphe 88(1) L.I.R. 18, une remise de dette n aura généralement aucune incidence fiscale. Dans le cas d une liquidation, un choix doit être produit par la société mère (formulaires T2027 au fédéral et CO au Québec). Conversion de dettes en actions Lors de la conversion d une dette en actions, la dette due à une personne est réputée avoir été réglée pour un montant égal au total de la juste valeur marchande (JVM) des actions émises en contrepartie à cette personne (sauf si les actions sont des actions privilégiées de renflouement) 19 et de l augmentation de la JVM des actions de la société appartenant à la personne (autres que les actions émises en contrepartie du règlement de la remise de dette) 20. Il faut faire particulièrement attention à cette règle lorsqu une institution financière ou un investisseur éventuel demande la conversion en actions des dettes dues aux actionnaires et que la société est déficitaire. Date des ajustements Les ajustements prévus ci-dessus sont effectués à la date où la dette est réglée. IMPÔT DE LA PARTIE IV (FÉDÉRAL)21 Les dividendes entre sociétés canadiennes circulent ordinairement en franchise d'impôt, du fait que leur inclusion dans le revenu de la société va de pair avec la déductibilité de tels dividendes dans le calcul de son revenu imposable (l'équivalent de la franchise s'applique également à certains dividendes reçus par une société canadienne d'une société étrangère affiliée). L'impôt de la partie IV a pour but d'empêcher un particulier de reporter indûment l'impôt à payer sur le revenu de dividendes, dans la mesure où le particulier interposerait une société de portefeuille pour détenir un portefeuille d actions. Cet objectif est atteint par le biais d'un impôt spécial (remboursable à certaines conditions) quand une société privée reçoit un tel dividende. 15 Paragraphe 80(1) L.I.R. «Montant remis» et article 485 L.I. «Montant remis» 16 Alinéa 80(2)a) L.I.R. et alinéa 485.3a) L.I. 17 Paragraphe 80.01(3) L.I.R. et article L.I. 18 Paragraphe 80.03(4) L.I.R. et article L.I. 19 Alinéa 80(2)g) L.I.R. et alinéa 485.3g) L.I. 20 Alinéa 80(2)g.1) L.I.R. et alinéa 485.3h) L.I. 21 Articles 186 à 187 L.I.R Page 4

5 L'impôt de la partie IV s'applique aux dividendes imposables reçus par les sociétés privées 22. Une société privée est une société qui réside au Canada qui, à une date donnée, n'est pas une société publique et n'est pas contrôlée par une ou plusieurs sociétés publiques 23. Certaines sociétés sont exemptes de l impôt de la partie IV 24. L'impôt de la partie IV est prélevé sur les dividendes qui sont déductibles dans le calcul du revenu imposable 25. Toutefois, dans le cas des dividendes reçus de sociétés rattachées, l'impôt de la partie IV n'est exigible que si la société payante reçoit elle-même un remboursement au titre de dividendes lors du paiement du dividende (au prorata du dividende reçu par rapport au total des dividendes versés par la société payante) 26. L'impôt de la partie IV est prélevé au taux de 33 1/3 % des dividendes assujettis à cet impôt 27. On a choisi un taux de 33 1/3 % pour qu'il représente approximativement l'impôt qui serait versé par un particulier imposable au taux marginal maximum s'il avait reçu directement les dividendes (36,36 % au Québec). Une société peut réduire l'impôt de la partie IV si elle se sert de pertes autres qu'en capital et de pertes agricoles de l exercice ou des exercices antérieurs 28. L'impôt de la partie IV relatif à un dividende reçu au cours d un exercice doit être payé au plus tard à la date d exigibilité du solde qui est applicable pour cet exercice 29. L impôt de la partie IV est une des composantes de l impôt en main remboursable au titre de dividendes (IMRTD) 30. Une société peut obtenir le remboursement de cet IMRTD en payant des dividendes imposables (remboursement de 1 $ pour chaque 3 $ de dividendes imposables payés) 31. Sociétés rattachées 32 Une société (X inc.) est rattachée à une autre société (Y inc.) si : 1) Y inc. est contrôlée par X inc. 33 ; OU 2) X inc. possède plus de 10 % des actions émises votantes de Y Inc. ET X inc. possède des actions de Y Inc. dont la juste valeur marchande (JVM) est de plus de 10 % de la JVM de toutes les actions émises de Y Inc. 22 L impôt de la partie IV s applique également aux sociétés assujetties; Paragraphe 186(3) L.I.R. définition de «société assujettie» 23 Paragraphe 89(1) L.I.R. définition de «société privée» 24 Article L.I.R. 25 Paragraphe 186(3) L.I.R. définition de «dividende déterminé» 26 Alinéa 186(1)b) L.I.R. 27 Alinéa 186(1)a) L.I.R. 28 Alinéas 186(1)c) et d) L.I.R. 29 Paragraphe 186(1) L.I.R. 30 Paragraphe 129(3) L.I.R. 31 Paragraphe 129(1) L.I.R. 32 Paragraphe 186(4) L.I.R. 33 Autrement qu'au moyen du droit visé à l'alinéa 251(5)b) L.I.R. Page 5

6 Contrôle aux fins des règles relatives aux sociétés rattachées 34 Une société (X inc.) contrôle une autre société (Y inc.) si plus de 50 % des actions émises votantes de Y inc. appartiennent à X inc. OU à des personnes avec lesquelles X inc. a un lien de dépendance OU à une combinaison de X inc. et de personnes avec lesquelles X inc. a un lien de dépendance. À la fin du bulletin, nous vous présentons quelques exemples illustrant le concept de sociétés rattachées. SAVIEZ-VOUS QUE pour le deuxième trimestre de l an 2011, l Agence du revenu du Canada a annoncé que le taux d intérêt applicable aux créances est de 5 %, alors que le taux d intérêt applicable aux remboursements est de 3 % pour les contribuables autres que les sociétés et de 1 % pour les sociétés 35. Pour sa part, Revenu Québec a annoncé que le taux d intérêt applicable aux créances est de 6 %, alors que le taux d intérêt applicable aux remboursements est de 1,25 % 36. Le taux d intérêt prescrit applicable aux avantages sur les prêts aux employés et aux actionnaires est de 1 % tant au fédéral qu au Québec. à certaines conditions, il est possible pour un particulier de reporter le gain en capital réalisé à la cession d actions admissibles de petite entreprise lorsque le produit de cession est réinvesti dans des actions admissibles de petite entreprise 37. au Québec, lorsque le versement des acomptes provisionnels d impôts effectué est inférieur à 90 % pour les sociétés ou à 75 % pour les particuliers du montant que l on était tenu de verser, le Ministère ajoute, en plus de l intérêt au taux prescrit, un intérêt supplémentaire de 10 % par année 38 (composé quotidiennement 39 ). Pour le deuxième trimestre de l année 2011, le taux d intérêt prescrit au Québec applicable aux créances est de 6 %, ce qui implique un taux d intérêt de 16 % sur les acomptes provisionnels insuffisants. Il est donc préférable d effectuer ses acomptes provisionnels au Québec avant de le faire au fédéral, ce dernier n exigeant pas le taux d intérêt additionnel de 10 %. aux fins de l exemption pour gains en capital relative à une résidence principale, un particulier obtiendra un numérateur de 2 dans la formule de calcul de l exemption s il désigne la résidence cédée comme résidence principale pour au moins une année. Toutefois, il ne peut obtenir un numérateur de 1 dans la formule de calcul de l exemption si la résidence cédée ne fait l objet d aucune désignation à titre de résidence principale pour aucune année. 34 Sauf pour ce qui est de déterminer si une société est une société assujettie; paragraphe 186(2) L.I.R. 35 Voir le site web suivant : 36 Voir le site web suivant : 37 Article 44.1 L.I.R. et articles à L.I. 38 Article 1040 L.I. 39 Article 28.1 de la Loi sur l administration fiscale Page 6

7 SOCIÉTÉS RATTACHÉES EXEMPLES Exemple 1 A 100% 100% Gesco et Soc X sont rattachées parce que Gesco contrôle Soc X Exemple 2 A Non liés B 50% 50% Gesco A et Soc X sont rattachées parce que Gesco A possède plus de 10 % des actions votantes de Soc X et des actions dont la JVM est de plus de 10 % de la JVM de toutes les actions de Soc X Gesco B et Soc X sont rattachées parce que Gesco B possède plus de 10 % des actions votantes de Soc X et des actions dont la JVM est de plus de 10 % de la JVM de toutes les actions de Soc X Page 7

8 Exemple 3 A Non liés B 92% 8% Gesco A et Soc X sont rattachées parce que Gesco A contrôle Soc X Gesco B et Soc X ne sont pas rattachées parce que Gesco B ne possède pas plus de 10 % des actions votantes de Soc X et des actions dont la JVM est de plus de 10 % de la JVM de toutes les actions de Soc X Exemple 4 A Liés B 92% 8% Gesco A et Soc X sont rattachées parce que Gesco A contrôle Soc X Gesco B et Soc X sont rattachées parce que Gesco B a un lien de dépendance avec Gesco A (du fait que A et B ont un lien de dépendance) et que Gestion B contrôle Soc X en combinaison avec Gesco A Page 8

9 Exemple 5 A Non liés B 85% Cat. A 15% Cat. A 100% Cat. F Cat. A Votantes et participantes -JVM de $ Cat. F Non votantes et non participantes - JVM de $ Gesco A et Soc X sont rattachées parce que Gesco A contrôle Soc X Gesco B et Soc X ne sont pas rattachées parce que même si Gesco B possède plus de 10 % des actions votantes de Soc X, elle ne possède pas d actions dont la JVM est de plus de 10 % de la JVM de toutes les actions de Soc X. La JVM des 15 % d actions cat. A de Soc X ne représente que 2,5 % ( $ / $) de la JVM de toutes les actions cat. A et cat. F de Soc X Exemple 6 A Liés B 85% Cat. A 15% Cat A 100% Cat. F Cat. A Votantes et participantes -JVM de $ Cat. F Non votantes et non participantes - JVM de $ Gesco A et Soc X sont rattachées parce que Gesco A contrôle Soc X Gesco B et Soc X sont rattachées parce que Gesco B a un lien de dépendance avec Gesco A (du fait que A et B ont un lien de dépendance) et que Gestion B contrôle Soc X en combinaison avec Gesco A Page 9

10 Exemple 7 A Non liés B 50 Cat. A 50 Cat. A 450 Cat. C 450 Cat. C Cat. A Votantes et participantes - JVM de $ Cat. C Votantes et non participantes - JVM de 900 $ Gesco A et Soc X sont rattachées parce que Gesco A possède plus de 10 % des actions votantes de Soc X et des actions dont la JVM est de plus de 10 % de la JVM de toutes les actions de Soc X Gesco B et Soc X ne sont pas rattachées parce que même si Gesco B possède des actions dont la JVM est de plus de 10 % de la JVM de toutes les actions de Soc X, elle ne possède pas plus de 10 % des actions votantes (50 / = 5 %) de Soc X Exemple 8 FIDUCIE A Liées FIDUCIE B 60 % 40 % FIDUCIE A et FIDUCIE B sont des fiducies discrétionnaires GESCO A est un des bénéficiaires de FIDUCIE A GESCO B est un des bénéficiaires de FIDUCIE B SOC X paie un dividende de $ à ses actionnaires FIDUCIE A attribue le dividende de $ reçu de SOC X à GESCO A FIDUCIE B attribue le dividende de $ reçu de SOC X à GESCO B Gesco A et Soc X sont rattachées parce que Gesco A a un lien de dépendance avec Fiducie A qui contrôle Soc X Gesco B et Soc X sont rattachées parce que Gesco B a un lien de dépendance avec Fiducie A (du fait que Fiducie A et Fiducie B ont un lien de dépendance) qui contrôle Soc X Page 10

11 Exemple 9 FIDUCIE A Non liées FIDUCIE B 60 Cat. A 40 Cat. A FIDUCIE A et FIDUCIE B sont des fiducies discrétionnaires GESCO A est un des bénéficiaires de FIDUCIE A GESCO B est un des bénéficiaires de FIDUCIE B SOC X paie un dividende de $ à ses actionnaires FIDUCIE A attribue le dividende de $ reçu de SOC X à GESCO A FIDUCIE B attribue le dividende de $ reçu de SOC X à GESCO B Gesco A et Soc X sont rattachées parce que Gesco A a un lien de dépendance avec Fiducie A qui contrôle Soc X Gesco B et Soc X ne sont pas rattachées parce que GESCO B ne possède aucune action dans Soc X et Gesco B n a pas de lien de dépendance avec Fiducie A Page 11

BULLETIN FISCAL 2011-119

BULLETIN FISCAL 2011-119 BULLETIN FISCAL 2011-119 Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois,

Plus en détail

Bulletin fiscal. Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR

Bulletin fiscal. Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR Bulletin fiscal Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR À certaines conditions, un particulier peut utiliser les fonds de son REER autogéré ou de son FERR autogéré pour investir sous

Plus en détail

FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES

FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES Vous trouverez dans ce fascicule de l information importante en ce qui concerne le traitement fiscale d une déclaration de revenus d une personne décédée.

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu Article 1 Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu Compagnies d assurance Loi de l impôt sur le revenu 138 L article 138 de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi)

Plus en détail

Fiducies familiales et stratégies de gel ou de dégel successoral dans un marché à la baisse. Par M. Éric Julien, LL.B, LL.M.Fisc.

Fiducies familiales et stratégies de gel ou de dégel successoral dans un marché à la baisse. Par M. Éric Julien, LL.B, LL.M.Fisc. Fiducies familiales et stratégies de gel ou de dégel successoral dans un marché à la baisse Par M. Éric Julien, LL.B, LL.M.Fisc. 514-858-3329 Plan de la présentation 2 Discussion sur les caractéristiques

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable William Francis Morneau, c.p., député Décembre 2015 Préface Les présentes notes explicatives

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Ainsi, le montant remis ne réduit pas les pertes subies au cours de l exercice durant lequel survient la remise de dette.

Ainsi, le montant remis ne réduit pas les pertes subies au cours de l exercice durant lequel survient la remise de dette. 2 REMISE DE DETTE Une remise de dette 3 survient lorsque la dette 4 d un débiteur est réglée ou éteinte sans paiement ou par le paiement d une somme inférieure au principal de la dette. Une dette n est

Plus en détail

Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives LIR 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur

Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives LIR 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi), les sommes découlant de l application

Plus en détail

Comment prémunir sa succession contre le fisc

Comment prémunir sa succession contre le fisc Protection du patrimoine Portefeuille de sécurité financière Comment prémunir sa succession contre le fisc Information sur l impôt au décès Table des matières PAGE Introduction 2 Traitement fiscal des

Plus en détail

RÈGLES FISCALES RELATIVES AUX AUTOMOBILES

RÈGLES FISCALES RELATIVES AUX AUTOMOBILES BULLETIN C+G Janvier 2012 Les renseignements et données contenus dans le présent bulletin ont été rédigés par l Ordre des comptables agréés du Québec sous la direction de Monsieur Gilles Chiasson. Ils

Plus en détail

Table des matières. Abréviations utilisées: (C) Cas (P) Problème (Q) Question théorique CHAPITRE 1 CADRE FISCAL DU CONTRIBUABLE

Table des matières. Abréviations utilisées: (C) Cas (P) Problème (Q) Question théorique CHAPITRE 1 CADRE FISCAL DU CONTRIBUABLE Abréviations utilisées: (C) Cas (P) Problème (Q) Question théorique CHAPITRE 1 CADRE FISCAL DU CONTRIBUABLE 1.1 Résidence et assises juridiques de l impôt (Q)...................... 1 1.2 Textes fiscaux

Plus en détail

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale.

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. 1) Nouveau régime d imposition des dividendes Désignation tardive

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux. Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc.

Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux. Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc. Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc. L arrivée de 2012 nous apporte plusieurs ajustements de taux aux fins fiscales. Voici les principaux ajustements à

Plus en détail

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE Septembre 2012 Les renseignements et données contenus dans le présent bulletin ont été rédigés par l Ordre des comptables agréés du Québec sous la direction de Monsieur Gilles Chiasson. Ils sont notamment

Plus en détail

PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES

PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES Article 1 Sociétés de placement hypothécaire Paragraphe 1(1) Définition de

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu 1 Article 1 Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu Titres agrafés anti-évitement 12.6 Loi de l impôt sur le revenu Le nouvel article 12.6 de la Loi de l impôt sur

Plus en détail

Application de l alinéa (2)a.1) banque canadienne admissible

Application de l alinéa (2)a.1) banque canadienne admissible 1 PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT L IMPÔT SUR LE REVENU LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU 1. (1) L article 95 de la Loi de l impôt sur le revenu est modifié par adjonction, après le paragraphe (2.3), de

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2012-124

BULLETIN FISCAL 2012-124 BULLETIN FISCAL 2012-124 Mai 2012 FIDUCIE ET CHOIX DES FIDUCIAIRES PROBLÈMES POTENTIELS Le Code civil du Québec requiert pour toutes les fiducies la présence d au moins un fiduciaire (fiduciaire indépendant)

Plus en détail

1.6 Responsabilité des fiduciaires et des représentants successoraux... 4 1.7 Certificats de décharge... 5

1.6 Responsabilité des fiduciaires et des représentants successoraux... 4 1.7 Certificats de décharge... 5 TABLE DES MATIÈRES Remerciements...iii Chapitre 1 Exigences de déclaration et administration 1.1 Qui doit produire une déclaration?... 1 1.2 Où faut-il envoyer la déclaration?... 2 1.3 Comment produire...

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...1. 2. LE REVENU D EMPLOI...4 2.1 Les inclusions...5 2.2 Les déductions...8

TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...1. 2. LE REVENU D EMPLOI...4 2.1 Les inclusions...5 2.2 Les déductions...8 TABLE DES MATIÈRES Paragraphe 1. INTRODUCTION...1 2. LE REVENU D EMPLOI...4 2.1 Les inclusions...5 2.2 Les déductions...8 3. REVENU OU PERTE PROVENANT D UNE ENTREPRISE OU D UN BIEN ET AUTRES REVENUS ET

Plus en détail

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL Le 12 novembre 2014 Préparé par : TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures visant l impôt sur le revenu des particuliers Mesures visant

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu

Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député Août 2012 Préface Les présentes notes explicatives

Plus en détail

GUIDE DE REDRESSEMENT

GUIDE DE REDRESSEMENT GUIDE DE REDRESSEMENT BASCULEMENT AUX NORMES COMPTABLES CANADIENNES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) LIÉS PAR UNE CONVENTION AVEC LA SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT (SCHL)

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2014-133. Mars 2014 TAUX MARGINAUX COMBINÉS D IMPOSITION POUR 2014 PARTICULIERS

BULLETIN FISCAL 2014-133. Mars 2014 TAUX MARGINAUX COMBINÉS D IMPOSITION POUR 2014 PARTICULIERS BULLETIN FISCAL 2014-133 Mars 2014 TAUX MARGINAUX COMBINÉS D IMPOSITION POUR 2014 PARTICULIERS Voici les taux marginaux combinés d imposition des particuliers, fédéral et provincial, en vigueur depuis

Plus en détail

Le 31 janvier 2013. Cher actionnaire d Abbott/AbbVie,

Le 31 janvier 2013. Cher actionnaire d Abbott/AbbVie, Le 31 janvier 2013 Objet : Information concernant le choix de report de l impôt sur le revenu à l intention des actionnaires résidant au Canada détenteurs d actions d AbbVie Inc. suivant la scission de

Plus en détail

Facteur d équivalence et facteur d équivalence pour services passés

Facteur d équivalence et facteur d équivalence pour services passés Facteur d équivalence et facteur d équivalence pour services passés Objectifs du présent article : Établir la différence entre le facteur d équivalence (FE) et le facteur d équivalence pour services passés

Plus en détail

Transfert d un bien agricole selon le mode de détention. Exemple utilisé : Monsieur John Deere désire transférer sa ferme à son fils Johnny Deere

Transfert d un bien agricole selon le mode de détention. Exemple utilisé : Monsieur John Deere désire transférer sa ferme à son fils Johnny Deere Transfert d un bien agricole selon le mode de détention Entreprise à propriétaire unique Société en nom collectif (ou société de personnes) Société par actions (ou compagnie) Fiducie Transférer son entreprise

Plus en détail

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS D UNE SOCIÉTÉ PAR ACTIONS DU QUÉBEC CAPITAL-ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS D UNE SOCIÉTÉ PAR ACTIONS DU QUÉBEC CAPITAL-ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS D UNE SOCIÉTÉ PAR ACTIONS DU QUÉBEC CAPITAL-ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ Le capital-actions autorisé de la société se compose de quatre catégories d actions. Les droits et restrictions

Plus en détail

Les conventions entre actionnaires devraient-elles tenir compte des dividendes déterminés?

Les conventions entre actionnaires devraient-elles tenir compte des dividendes déterminés? Dossier Les conventions entre actionnaires devraient-elles tenir compte des dividendes déterminés? par Johanne Dubé, avocate, LL.M. fisc. Depuis le début de janvier 2006, de nouvelles règles fiscales ont

Plus en détail

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS SOCIÉTÉ PAR ACTIONS FÉDÉRALE

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS SOCIÉTÉ PAR ACTIONS FÉDÉRALE MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS SOCIÉTÉ PAR ACTIONS FÉDÉRALE 1- ACTIONS ORDINAIRES Un nombre illimité d actions ordinaires, sujettes aux droits, privilèges, conditions et restrictions suivants. A- Droit de vote

Plus en détail

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Ligne directrice Objet : Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Catégorie : Comptabilité N o : C-1 Version

Plus en détail

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Introduction Le titulaire d un contrat d assurance vie (aussi appelé «police») doit ajouter à son revenu les gains réalisés par suite

Plus en détail

Les régimes de retraite enregistrés et votre succession

Les régimes de retraite enregistrés et votre succession conseils fiscaux Les régimes de retraite enregistrés et votre succession Ce que vous ne savez peut-être pas au sujet des REER et des FERR La plupart des Canadiens connaissent les avantages fiscaux des

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2012

Bulletin fiscal. Novembre 2012 Bulletin fiscal Novembre 2012 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l

Plus en détail

L impôt des sociétés. Détermination du revenu. Revenu d un bien. Calcul du revenu imposable

L impôt des sociétés. Détermination du revenu. Revenu d un bien. Calcul du revenu imposable L impôt des sociétés Calcul du revenu imposable Détermination du revenu Revenu d un bien Revenu d entreprise Autres revenus (négligeable) Plus: excédent des gains en capital imposables sur les pertes en

Plus en détail

Collège Jean-de-Brébeuf. Les frais de scolarité et vos impôts

Collège Jean-de-Brébeuf. Les frais de scolarité et vos impôts Collège Jean-de-Brébeuf Les frais de scolarité et vos impôts Année fiscale 2010 Direction des ressources financières 27 octobre 2010 Objectifs Présenter les déductions et crédits d impôts applicables aux

Plus en détail

Maximiser l utilisation des pertes lorsqu on jette l éponge

Maximiser l utilisation des pertes lorsqu on jette l éponge La relève Maximiser l utilisation des pertes lorsqu on jette l éponge À l occasion du congrès de l Association de planification fiscale et financière tenu le 5 octobre 2012, l Agence du revenu du Canada

Plus en détail

Montant de retenue et obligation de remboursement

Montant de retenue et obligation de remboursement Guide technique sur le développement des systèmes à l intention des fournisseurs de REEI Montant de retenue et obligation de remboursement Les institutions financières sont responsables de déterminer les

Plus en détail

Collège Jean-de-Brébeuf. Les frais de scolarité et vos impôts

Collège Jean-de-Brébeuf. Les frais de scolarité et vos impôts Collège Jean-de-Brébeuf Les frais de scolarité et vos impôts Année fiscale 2014 Direction des ressources financières 24 octobre 2014 Objectifs Présenter les déductions et les crédits d impôts applicables

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2014-134. Mai 2014

BULLETIN FISCAL 2014-134. Mai 2014 BULLETIN FISCAL 2014-134 Mai 2014 NOUVEAU CRÉDIT D IMPÔT DU QUÉBEC : LOGIRÉNOV Le gouvernement du Québec a annoncé les modalités d application d un nouveau crédit d impôt remboursable pour la rénovation

Plus en détail

GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC

GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC ÉTABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES CANADIENNES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) SCHL Décembre 2014 Le Centre d administration

Plus en détail

Réduction de l impôt à payer au décès

Réduction de l impôt à payer au décès SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE TRANSFERT DU PATRIMOINE STRATÉGIE N o 9 Réduction de l impôt à payer au décès Personne ne se réjouit à l idée de mourir et personne ne veut payer

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1 Considérations civiles. Chapitre 2 Calcul du revenu et impôts payables au décès. Paragraphe

Table des matières. Chapitre 1 Considérations civiles. Chapitre 2 Calcul du revenu et impôts payables au décès. Paragraphe Table des matières Chapitre 1 Considérations civiles Paragraphe La planification fiscale au décès du contribuable...100 La dévolution légale...102 Les ordres de successibles...104 Les testaments...106

Plus en détail

SECTION 1 PRÉPARATION À L EFC

SECTION 1 PRÉPARATION À L EFC PRÉFACE... vii LISTE DES ABRÉVIATIONS... ix SECTION 1 PRÉPARATION À L EFC...1 1.1 LA GRILLE DE COMPÉTENCES SECTION FISCALITÉ : VUE D ENSEMBLE...1 1.2 EXEMPLE DE CONNAISSANCES ATTENDUES À CHAQUE NIVEAU

Plus en détail

Propositions législatives et notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu

Propositions législatives et notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu Propositions législatives et notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu Imposition des dividendes Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député Juin

Plus en détail

BULLETIN FISCAL MAI 2012

BULLETIN FISCAL MAI 2012 BULLETIN FISCAL MAI 2012 Liste des sujets traités : FIDUCIE ET CHOIX DES FIDUCIAIRES PROBLÈMES POTENTIELS... 1 Acquisition du contrôle d une société... 1 Sociétés associées... 1 Gel successoral... 1 Acquisition

Plus en détail

Mise à jour 2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Questions Exercices - Problèmes - Cas

Mise à jour 2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Questions Exercices - Problèmes - Cas Mise à jour 2008 1 QEPC/MAJ 2008 MGLBD Page 325 Remplacer l exercice E1, no. 5. par le suivant. E1. Choix multiples 5. Lors de la restructuration d une dette à long terme au moyen de la remise d éléments

Plus en détail

Propositions législatives et notes explicatives concernant l imposition des succursales de banques étrangères

Propositions législatives et notes explicatives concernant l imposition des succursales de banques étrangères Propositions législatives et notes explicatives concernant l imposition des succursales de banques étrangères Publiées par le ministre des Finances l honorable Paul Martin, c.p., député Août 2000 Propositions

Plus en détail

Introduction FISCALITÉ

Introduction FISCALITÉ Introduction 51 Impôt sur le revenu 53 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une filiale 54 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une succursale 56 Mesures de contrôle des

Plus en détail

Mise à jour 2006 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Questions Exercices - Problèmes - Cas

Mise à jour 2006 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Questions Exercices - Problèmes - Cas Mise à jour 2006 1 QEPC/maj 2006 MGLBD Page 325 Remplacer l exercice E1, no. 5. par le suivant. E1. Choix multiples 5. Lors de la restructuration d une dette à long terme au moyen de la remise d éléments

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE PRODUITS DE RETRAITE RÉGLEMENTÉS À L INTENTION DES PARTICIPANTS À DES RÉGIMES DE RETRAITE À COTISATIONS DÉTERMINÉES

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE PRODUITS DE RETRAITE RÉGLEMENTÉS À L INTENTION DES PARTICIPANTS À DES RÉGIMES DE RETRAITE À COTISATIONS DÉTERMINÉES DOCUMENT DE RÉFÉRENCE PRODUITS DE RETRAITE RÉGLEMENTÉS À L INTENTION DES PARTICIPANTS À DES RÉGIMES DE RETRAITE À COTISATIONS DÉTERMINÉES Le 28 mars 2014 PRODUITS DE RETRAITE RÉGLEMENTÉS À L INTENTION

Plus en détail

BULLETIN DE FISCALITÉ

BULLETIN DE FISCALITÉ BULLETIN DE FISCALITÉ MAI 2010 CRÉDIT D IMPÔT À L INVESTISSEMENT REMBOURSABLE DU QUÉBEC POUR LES BIENS DE FABRICATION ET DE TRANSFORMATION PRÊTS ET AVANCES AUX ACTIONNAIRES DÉMOLITION D UN BÂTIMENT SAVIEZ-VOUS

Plus en détail

ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU RÉGIME D ÉPARGNE- RETRAITE ÉTABLISSANT UN RÉGIME ENREGISTRÉ D ÉPARGNE-RETRAITE IMMOBILISÉE RESTREINT

ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU RÉGIME D ÉPARGNE- RETRAITE ÉTABLISSANT UN RÉGIME ENREGISTRÉ D ÉPARGNE-RETRAITE IMMOBILISÉE RESTREINT ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU RÉGIME D ÉPARGNE- RETRAITE ÉTABLISSANT UN RÉGIME ENREGISTRÉ D ÉPARGNE-RETRAITE IMMOBILISÉE RESTREINT Fédéral (REIR) 1. Définitions : Veuillez prendre note que, dans

Plus en détail

Avis fiscal important à l intention des investisseurs américains qui sont des contribuables américains

Avis fiscal important à l intention des investisseurs américains qui sont des contribuables américains Avis fiscal important à l intention des investisseurs américains qui sont des contribuables américains Ce document est destiné aux actionnaires qui sont des personnes américaines aux fins de l'internal

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Le Directeur général REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail -- Abidjan, le 05 janvier 2011 N 0010/MEF/DGI-DLCD NOTE DE

Plus en détail

Comparaison des régimes d épargne-retraite :

Comparaison des régimes d épargne-retraite : Comparaison des régimes : où se situe le RVER? enregistré retraite Qui peut offrir ce régime? Les organisations à ou sans but lucratif, les syndicats et les associations sont admissibles. Les sociétés

Plus en détail

Tax Window Files. 2014-0526431R3 Post-Mortem Planning. Income Tax Act: 84.1(1) 84(2) 245(2) 2015 Wolters Kluwer. All rights reserved.

Tax Window Files. 2014-0526431R3 Post-Mortem Planning. Income Tax Act: 84.1(1) 84(2) 245(2) 2015 Wolters Kluwer. All rights reserved. http://resource.intelliconnect.ca/resource/scion/document/default/ cchca591d5e2ee36acbe23ba7e0420b635953?cfu=wkcan&cpid=wkca-tal-ic&uappctx=rwi Tax Window Files Date: 2015-XX-XX 2014-0526431R3 Post-Mortem

Plus en détail

Notes explicatives sur les propositions législatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu et des règlements connexes

Notes explicatives sur les propositions législatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu et des règlements connexes Notes explicatives sur les propositions législatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu et des règlements connexes Publiées par L honorable James M. Flaherty, c.p., député ministre des Finances

Plus en détail

Mise à jour du 2ème trimestre 2015 30 juin 2015 Dans ce rapport :

Mise à jour du 2ème trimestre 2015 30 juin 2015 Dans ce rapport : Miseàjourdu2èmetrimestre 2015 30juin2015 Dcerapport: Miseàjourdesinformationsauxmembres OùinvestissentlesmembresduRRCID? Rendementdesplacements Des frais réduits Mise à jour des informations aux membres

Plus en détail

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 18

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 18 Mise à jour 2006-2008 1 Chapitre 18 RSC/MAJ 2008 MGLBD Page 570 Les principales caractéristiques des travaux mis à jour Question N o 17 Exercices 1. Choix multiples 8. Une opération de refinancement 10

Plus en détail

Multiplication de l'exonération de 750 000 $ à l'égard du gain en capital

Multiplication de l'exonération de 750 000 $ à l'égard du gain en capital Multiplication de l'exonération de 750 000 $ à l'égard du gain en capital Scénario d'utilisation d'une fiducie entre vifs Par Me Marc Jolin, M. Fisc. Situation initiale : détient 100% des actions de sa

Plus en détail

plutôt qu immédiatement. Il s agit d un effet à payer en bonne et due forme. Un dividende en

plutôt qu immédiatement. Il s agit d un effet à payer en bonne et due forme. Un dividende en 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:21 PM Page 790 5. Le dividende en numéraire constitue la forme la plus courante de dividende. Il s agit d une distribution d argent aux actionnaires. Un certificat

Plus en détail

ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE ÉTABLISSANT UN FONDS DE REVENU VIAGER RESTREINT. Fédéral (FRVR)

ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE ÉTABLISSANT UN FONDS DE REVENU VIAGER RESTREINT. Fédéral (FRVR) ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE ÉTABLISSANT UN FONDS DE REVENU VIAGER RESTREINT Fédéral (FRVR) 1. Définitions : Veuillez prendre note que, dans le présent Addenda, les

Plus en détail

La détention de voitures de collection par une société est-elle à privilégier?

La détention de voitures de collection par une société est-elle à privilégier? 1 La relève La détention de voitures de collection par une société est-elle à privilégier? Valérie Ménard CA, LL.M. fisc. Hardy, Normand & Associés s.e.n.c.r.l. vmenard@hardynormand.com Des collections,

Plus en détail

Actions d assurance-vie

Actions d assurance-vie Actions d assurance-vie Aperçu Pour diverses raisons, une société peut détenir des polices d assurance-vie sur la tête de ses actionnaires et être le bénéficiaire de ces polices. Si un de ces actionnaires

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

Résumé du budget du Québec 2013-2014

Résumé du budget du Québec 2013-2014 Résumé du budget du Québec 2013-2014 Le 20 novembre 2012 INTRODUCTION Le ministre des Finances et de l Économie, M. Nicolas Marceau, a déposé aujourd hui le budget du Québec pour 2013-2014. Voici les grandes

Plus en détail

Projet de loi n o 4. Présentation. Présenté par M. Laurent Lessard Ministre des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire

Projet de loi n o 4. Présentation. Présenté par M. Laurent Lessard Ministre des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 4 Loi permettant aux municipalités d octroyer un crédit de taxes à certains propriétaires d immeubles résidentiels touchés par une hausse

Plus en détail

Incorporation de ma pratique

Incorporation de ma pratique Incorporation de ma pratique Sujet Incorporation : mythe ou réalité Avantages et désavantages Salaire ou dividende Taux d impôts des particuliers et des compagnies RRQ dans le contexte de l incorporation

Plus en détail

11 Les résultats et les bénéfices

11 Les résultats et les bénéfices 11 Les résultats et les bénéfices non répartis des sociétés par actions Sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Les résultats des sociétés par

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu. Publiées par le ministre des Finances l honorable Joe Oliver, c.p.

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu. Publiées par le ministre des Finances l honorable Joe Oliver, c.p. Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable Joe Oliver, c.p., député Mars 2015 Préface Les présentes notes explicatives portent sur

Plus en détail

INVESTIR EN CULTURE. Crédit pour dons de bienfaisance

INVESTIR EN CULTURE. Crédit pour dons de bienfaisance INVESTIR EN CULTURE Les Québécois sont réticents à investir en culture. Déjà qu ils effectuent moins de dons de bienfaisance qu ailleurs au Canada, environ 3 % de ces dons sont consentis à des organismes

Plus en détail

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/08//31 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 Objet : Répartition des charges

Plus en détail

Tableau Comparatif CELI ET REER

Tableau Comparatif CELI ET REER Tableau Comparatif CELI ET REER Y a-t-il un âge minimal pour ouvrir un compte ou un régime? Il faut avoir 18 ans. (La législation sur l âge de la majorité peut s appliquer à certains placements.) Il n

Plus en détail

Plan des examens Fiscalité avancée des particuliers et des sociétés [TX2] 2011-2012

Plan des examens Fiscalité avancée des particuliers et des sociétés [TX2] 2011-2012 Raison d être Plan des examens Fiscalité avancée des particuliers et des sociétés [TX2] 2011-2012 Les examens Fiscalité avancée des particuliers et des sociétés [TX2] ont été élaborés à l aide d un plan

Plus en détail

Lignes directrices pour la tarification financière de l assurance-vie

Lignes directrices pour la tarification financière de l assurance-vie Lignes directrices pour la tarification financière de l assurance-vie Assurance personnelle Remplacement du revenu Préservation du patrimoine Le maximum d assurance personnelle offert, basé sur le revenu

Plus en détail

IMPACT DES MODIFICATIONS PROCHAINES ET POT-POURRI CONCERNANT LES SUCCESSIONS ET AUTRES FIDUCIES TESTAMENTAIRES

IMPACT DES MODIFICATIONS PROCHAINES ET POT-POURRI CONCERNANT LES SUCCESSIONS ET AUTRES FIDUCIES TESTAMENTAIRES IMPACT DES MODIFICATIONS PROCHAINES ET POT-POURRI CONCERNANT LES SUCCESSIONS ET AUTRES FIDUCIES TESTAMENTAIRES 13 novembre 2015 Midi-conférence de la Fondation Canadienne de fiscalité présenté par: Marie-France

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

Veuillez noter que les dispositions législatives mentionnées dans le présent bulletin entrent en vigueur le 31 mai 2010.

Veuillez noter que les dispositions législatives mentionnées dans le présent bulletin entrent en vigueur le 31 mai 2010. Bulletin de politique n 1 Date de publication : le 21 avril 2010 Dernière mise à jour : le 25 mai 2010 Compte de retraite immobilisé (CRI) Veuillez noter que les dispositions législatives mentionnées dans

Plus en détail

Comptabilité des Sociétés

Comptabilité des Sociétés Comptabilité des Sociétés Chapitre I : Affectation des résultats *Définition Le résultat est soit un bénéfice soit une perte. Il n appartient pas à l entreprise mais uniquement à l actionnaire. Ainsi,

Plus en détail

Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires

Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires Commission des pensions Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires Source: Loi sur les prestations de pension,

Plus en détail

ANCIENS ACTIONNAIRES DE BELL ALIANT INC. QUESTIONNAIRE RELATIF AU CHOIX FISCAL

ANCIENS ACTIONNAIRES DE BELL ALIANT INC. QUESTIONNAIRE RELATIF AU CHOIX FISCAL Toute information personnelle que vous soumettez à BCE afin de compléter le formulaire seront utilisées aux seules fins du Choix fiscal et de toute demande de renseignement ou procédure relative subséquente,

Plus en détail

SURVEILLANCE DU MIDI VOLET FINANCIER Informations aux parents 2015-2016

SURVEILLANCE DU MIDI VOLET FINANCIER Informations aux parents 2015-2016 SURVEILLANCE DU MIDI VOLET FINANCIER Informations aux parents 2015-2016 VOLET FINANCIER-SDM 2015-2016 Version 2015.03.24 Page 1 sur 6 SURVEILLANCE DU MIDI AU PRIMAIRE 2015-2016 Journée de classe Lors d

Plus en détail

Guide de planification successorale

Guide de planification successorale Guide de planification successorale La planification successorale avec la Un plan successoral est le cadre directeur des finances personnelles de votre client, ainsi que de l avenir financier de sa famille.

Plus en détail

Paragraphe 128(6) LIR 107(6)

Paragraphe 128(6) LIR 107(6) 296 Paragraphe 128(6) 107(6) Le paragraphe 107(6) est une disposition anti-évitement qui s applique en cas d acquisition d une participation au capital d une fiducie dont un des biens comporte une perte

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-121

BULLETIN FISCAL 2011-121 BULLETIN FISCAL 2011-121 Novembre 2011 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés

Plus en détail

NOTES EXPLICATIVES PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LES OPÉRATIONS DE TRANSFERT DE SOCIÉTÉS ÉTRANGÈRES AFFILIÉES. Loi de l impôt sur le revenu

NOTES EXPLICATIVES PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LES OPÉRATIONS DE TRANSFERT DE SOCIÉTÉS ÉTRANGÈRES AFFILIÉES. Loi de l impôt sur le revenu Article 1 NOTES EXPLICATIVES PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LES OPÉRATIONS DE TRANSFERT DE SOCIÉTÉS ÉTRANGÈRES AFFILIÉES Capitalisation restreinte 18(5) Loi de l impôt sur le revenu Le paragraphe

Plus en détail

Les pensions alimentaires pour enfants

Les pensions alimentaires pour enfants Les pensions alimentaires pour enfants IMPORTANT Tous les renseignements juridiques contenus dans cette présentation sont offerts à titre d information générale seulement. Ils ne peuvent en aucun cas remplacer

Plus en détail

Vos dépôts sont protégés, c est garanti! Au Québec, l Autorité des marchés financiers protège vos dépôts jusqu à 100 000 $

Vos dépôts sont protégés, c est garanti! Au Québec, l Autorité des marchés financiers protège vos dépôts jusqu à 100 000 $ Vos dépôts sont protégés, c est garanti! Au Québec, l Autorité des marchés financiers protège vos dépôts jusqu à La garantie de base sur vos dépôts Quels dépôts sont garantis par l assurance-dépôts? L

Plus en détail

L impôt des sociétés. Les différentes sortes de sociétés. Types de revenus. Calcul de l impôt fédéral

L impôt des sociétés. Les différentes sortes de sociétés. Types de revenus. Calcul de l impôt fédéral L impôt des sociétés Calcul de l impôt fédéral Les différentes sortes de sociétés La société publique; La société privée; La société privée sous contrôle canadien (SPCC) Préparé par Guy Grégoire Hiver

Plus en détail

Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances

Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 14/3 du 1 er octobre 2014 L.I.R. n 14/3 Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances 1) Définitions et introduction La loi

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015 État de la situation financière Au 31 mars 2015 Actif Actif à court terme Trésorerie 5 227 401 4 992 479 Débiteurs (note 3) 235 501 196 578 Charges payées d avance 67 728 41 871 5 530 630 5 230 928 Immobilisations

Plus en détail

Mars 2007 CRÉDIT DE TAXE SUR LE CAPITAL DU QUÉBEC

Mars 2007 CRÉDIT DE TAXE SUR LE CAPITAL DU QUÉBEC Mars 2007 CRÉDIT DE TAXE SUR LE CAPITAL DU QUÉBEC Les sociétés autres qu une institution financière qui achètent des biens admissibles ont droit à un crédit non remboursable de taxe sur le capital au Québec

Plus en détail

Norme définitive. Conseil des normes actuarielles. Août 2012. Document 212067

Norme définitive. Conseil des normes actuarielles. Août 2012. Document 212067 Norme définitive Version définitive des Normes de pratique Révision des Normes de pratique applicables aux régimes de retraite Déclaration des renseignements concernant le coût supplémentaire et la sensibilité

Plus en détail