QUESTIONS D IMPÔT SUCCESSORAL AMÉRICAIN POUR LES CANADIENS

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUESTIONS D IMPÔT SUCCESSORAL AMÉRICAIN POUR LES CANADIENS"

Transcription

1 février 2015 TABLE DES MATIÈRES Comment s applique l impôt successoral Historique de l impôt successoral Taux et exemptions de l impôt successoral Idées de planification Résumé QUESTIONS D IMPÔT SUCCESSORAL AMÉRICAIN POUR LES CANADIENS Il y a deux certitudes dans la vie : la mort et les impôts. Saviez-vous que même si vous êtes résident du Canada au moment de votre décès et que vous possédez des biens s, par exemple une propriété de vacances en Floride, un chalet de ski en Idaho ou des titres de placement s, vous pourriez être assujetti à l impôt successoral? L impôt successoral entre en jeu au décès d un particulier et est imposé à des taux progressifs selon la juste valeur marchande de la succession imposable du particulier. Que le particulier soit un citoyen, un résident ou un non-résident des États-Unis, les taux applicables sont les mêmes. La différence pour les non-résidents est que seule la valeur des biens situés aux É.-U. (ou liés à ce pays) est incluse dans le calcul de la succession imposable assujettie à l impôt. Dans ce bulletin, nous nous pencherons sur certaines des questions d impôt successoral que les résidents canadiens (qui ne sont pas citoyens s) doivent garder en tête s ils possèdent ou envisagent acquérir des biens s. Tous les chiffres dans le présent bulletin sont en dollars s. Comment s applique l impôt successoral L impôt successoral s applique différemment selon que le particulier était citoyen ou domicilié aux É.-U. au moment de son décès. Lorsqu un citoyen décède, l impôt successoral s applique à la juste valeur marchande des biens mondiaux possédés à la date du décès. Un non-citoyen qui est domicilié aux É.-U. est également imposé sur la valeur de sa succession mondiale au moment du décès. Le concept de domicile utilisé à des fins d impôt successoral est différent du concept de résidence utilisé à des fins d impôt sur le revenu aux É.-U. Par exemple, un détenteur de carte verte et un particulier résidant aux É.-U. sont généralement considérés des résidents s aux fins de l impôt sur le revenu, mais ne sont pas forcément domiciliés aux É.-U. aux fins de l impôt successoral, s ils possèdent des

2 QUESTIONS D IMPÔT SUCCESSORAL AMÉRICAIN POUR LES CANADIENS 2 liens plus forts avec un pays autre que les É.-U. et qu ils ont l intention de retourner dans cet autre pays au moment du décès. La détermination de la nationalité du domicile s effectue en fonction des faits et des circonstances de chaque cas. Une discussion approfondie de la question dépasse la portée du présent bulletin. Par souci de simplicité, dans ce bulletin nous appellerons les citoyens s et les personnes domiciliés aux É.-U. qui sont assujettis à l impôt successoral sur leur succession mondiale des «résidents s» et ceux qui ne sont pas citoyens s et qui ne sont pas domiciliés aux É.-U. à leur décès des «résidents canadiens». Pour les résidents canadiens, l impôt successoral s applique généralement lorsqu ils possèdent à leur décès certains biens s, y compris des actions dans des sociétés es. Dans le calcul de la succession imposable d un particulier, des déductions pour dettes et pour certains frais sont permises. Pour les résidents canadiens, les déductions, qui autrement seraient permises, sont établies au pro rata en fonction de la valeur de leur actif (avant déductions) sur leur actif total mondial. Contrairement aux États-Unis, le Canada n a pas d impôt sur les biens successoraux. Toutefois, lorsque des résidents canadiens décèdent, ils sont réputés avoir disposé de leur immobilisation aux fins de l impôt sur le revenu. Le produit réputé de la disposition est égal à la juste valeur marchande du bien, à mois que le bien soit transféré à un conjoint ou à une fiducie de conjoint à la suite du décès. Ainsi, si vous êtes un résident canadien l année de votre décès et que vous possédez des propriétés immobilières aux États-Unis, aux fins de l impôt canadien, vous pourriez être réputé avoir réalisé un important gain en capital sur lesdites propriétés, en plus d être assujetti à l impôt successoral. Dans certains cas, la combinaison de l impôt sur le revenu canadien sur la disposition réputée et l impôt successoral peut représenter un pourcentage substantiel de la valeur de la propriété. Historique de l impôt successoral En juin 2001, les É.-U. ont adopté une loi qui a augmenté graduellement l exemption applicable à l impôt successoral et qui a progressivement réduit l impôt successoral au courant de la décennie suivante, se terminant par l annulation de l impôt successoral pour l année Toutefois, les modifications de 2001 faisaient partie d une législation appelée «loi de réconciliation». Conséquemment, il fut nécessaire d inclure une «clause de caducité» pour respecter la loi e. Faisant abstraction des détails juridiques, cela signifie que les modifications adoptées en 2001 ne s appliqueraient pas après le 31 décembre 2010 et que, à moins que d autres mesures soient prises, l annulation de l impôt successoral ne durerait en réalité qu une année, soit Sans législation supplémentaire, en 2011, le système était établi pour retrouver les règles qui s appliquaient juste avant l entrée en vigueur de la loi de réconciliation de 2001.Cela aurait signifié un retour à taux d imposition maximal de 55 % et une l exemption applicable de $. Cependant, la situation a changé le 17 décembre 2010, quand le président Obama a ratifié la Tax Relief, Unemployment Insurance Authorization and Job Creation Act of 2010, («La Loi»). La Loi a restauré l impôt successoral à un taux d imposition maximal de 35 % pour 2011 et 2012, et les résidents s ayant des successions de $ et moins étaient de fait exemptés de l impôt. La Loi a introduit une disposition de transférabilité qui permettait d appliquer la partie inutilisée du crédit unifié (mentionné plus loin) du défunt aux transferts du conjoint survivant de son vivant et à son décès. Toutefois, ces modifications à l impôt successoral ne s appliquaient qu aux décès survenus en 2010, 2011 et Le 1 er janvier 2013, le président Obama a ratifié l American Taxpayer Relief Act de 2013 («ATRA»). L ATRA a augmenté de façon permanente le taux

3 QUESTIONS D IMPÔT SUCCESSORAL AMÉRICAIN POUR LES CANADIENS 3 maximal de l impôt successoral fédéral à 40 % et a maintenu l exemption applicable à $ pour les successions des personnes décédées après le 31 décembre Le montant de l exemption efficace a été indexé annuellement pour l inflation, à compter de 2011, comme indiqué dans le tableau ci-dessous. L ATRA a également rendu la disposition de transférabilité permanente. Plusieurs autres dispositions de l impôt successoral ont été élargies grâce à l ATRA, notamment : les servitudes de conservation admissibles, les intérêts dans les entreprises familiales admissibles et l option de versements échelonnés pour payer l impôt successoral relatif aux entreprises à actionnariat restreint. L ATRA a aussi annulé la majoration d impôt de 5 % sur les successions de plus de $. Taux et exemptions de l impôt successoral Aux fins de l impôt successoral, un «crédit unifié» est offert et a pour effet d exempter une partie de la succession d un particulier à l impôt successoral. Pour les résidents s, le crédit unifié constitue l impôt sur une exemption applicable de $ pour 2014 et de $ pour Le taux maximal de l impôt successoral pour 2014 et 2015 est de 40 %. Les autres taux progressifs demeurent inchangés. Année Exemption en vigueur ($ US)* Taux d impôt successoral le plus élevé Crédit unifié $* 40 % $ $ 40 % $ *Montant ajusté annuellement pour l inflation Pour 2013 et les années suivantes, les taux progressifs de l impôt successoral sont les suivants : À partir de ($ US) Succession imposable Jusqu à ($ US) Droits de succession Impôt sur la tranche inférieure ($ US) Taux sur l excédent % % % % % % % % % % % et plus % Successions des non-résidents Aux fins de l impôt successoral, les non-résidents sont imposés sur la valeur marchande de leurs biens à «situs». Un bien à situs est essentiellement un bien situé aux É.-U. et comprend par exemple : propriété immobilière et bien meuble corporel personnel situés aux États-Unis au décès; valeurs mobilières es, notamment celles détenues dans un compte de courtage au Canada ou en dehors du Canada; certaines dettes obligatoires es; fonds communs de placement s, y compris les fonds du marché monétaire; participations dans certaines fiducies, notamment REER, FERR, REEE ou CELI, si les actifs détenus par cette fiducie ont un situs ; et tout actif lié à une entreprise, possédé par un propriétaire unique et utilisé dans une

4 QUESTIONS D IMPÔT SUCCESSORAL AMÉRICAIN POUR LES CANADIENS 4 activité commerciale e, qui serait inclus dans l actif brut de la succession du propriétaire unique. Par exemple, cet actif pourrait comprendre les terrains, le matériel et outillage, les brevets, les comptes clients et l achalandage. Il existe plusieurs types de biens qui font exception aux règles de situs aux fins de l impôt successoral. Parmi ces exceptions, notons les dépôts bancaires s (non liés à une activité de nature commerciale ou à une entreprise aux É.-U.), les valeurs mobilières du Trésor, le produit d une assurance sur la vie du défunt et certains portefeuilles de dettes obligataires. De plus, les fiducies canadiennes de fonds communs de placement détenant des actions de sociétés es sont classées comme biens à situs non étant donné que l intérêt dans un tel fond est lui-même traité comme un intérêt dans une «société», et ce, même si l entité est établie en tant que «fiducie» dans le cadre de la loi locale. En vertu de la législation fiscale des É.-U., l impôt successoral s applique aux biens à situs possédés par des non-résidents. Toutefois, les non-résidents n ont droit qu à un crédit unifié beaucoup plus limité de $, qui exempte en fait les actifs d une valeur de $. Les successions étrangères ayant des biens à situs s dont la valeur est de $ au maximum ne sont pas tenues de produire une déclaration e d'impôt sur les biens transmis par décès. Allégement en vertu de la convention Heureusement, la convention fiscale entre le Canada et les États-Unis «la Convention» apporte aux Canadiens des allégements à l impôt successoral. Comme nous l expliquons plus bas, la Convention prévoit une exemption de base pour crédit unifié semblable à celle à laquelle ont accès les citoyens et résidents s. Pour réclamer les avantages offerts par la Convention, même si les droits de succession ne sont pas exigibles, l exécuteur testamentaire de la succession canadienne doit produire le Formulaire 706-NA United States Estate (and Generation Skipping Transfer) Tax Return Estate of nonresident not a citizen of the United States. Le Formulaire 8833 Treaty-Based Return Position Disclosure Under Section 6114 or 7701(b) doit être joint au Formulaire 706-NA. Exemption de crédit unifié La Convention permet aux résidents canadiens de bénéficier du même montant d exemption que celui que peuvent demander les résidents s. En 2014, le montant de l exemption applicable était de $. Il faut cependant rappeler aux résidents canadiens que l exemption est calculée au prorata du pourcentage de la valeur de l actif à situs sur la valeur de la succession dans son ensemble. Lorsque l exemption calculée au prorata est inférieure à $, la succession du défunt peut se prévaloir d une exemption forfaitaire admissible de $ pour les non-résidents aux termes de la législation des États-Unis. Les résidents canadiens doivent également se rappeler que la valeur de l actif canadien et la valeur de l ensemble de la succession sont basées sur les règles es. Par exemple, la valeur d une police d assurance détenue par le défunt est comprise dans la valeur de sa succession aux fins du calcul, même si sa succession n est pas nommée à titre de bénéficiaire. Afin de mieux comprendre l application de cette exemption pour crédit unifié, prenons un exemple. Un Canadien décédé en 2014 possédait un condominium en Floride d'une valeur de $ et un actif à situs non d'une valeur de $. Le calcul de l impôt successoral net est le suivant : Impôt successoral sur $ US : Impôt sur les premièrs $ US $ Impôt sur le solde au taux de 40 % Total avant crédit unifié $ Moins : Crédit unifié au prorata $/ $ x $ ( ) Impôt successoral net en $ Comme vous pouvez le constater à l'aide de cet exemple, la Convention accorde un allégement partiel de l impôt successoral et accorde un allégement bien supérieur au crédit unifié de $ accessible en vertu de la loi e.

5 QUESTIONS D IMPÔT SUCCESSORAL AMÉRICAIN POUR LES CANADIENS 5 Allégement pour petites successions Il existe une autre exemption prévue aux termes de la Convention, bien qu elle ne soit pas nécessaire dans les années où l exemption applicable à l impôt successoral est supérieure à $. La règle des petites successions offre une exemption de l impôt successoral lorsqu un résident canadien possède une succession mondiale brute ne dépassant pas $ au moment du décès. Cependant, si la succession canadienne comporte une propriété immobilière e, l allégement pour petites successions ne s applique pas à la propriété immobilière e détenue directement ou indirectement par le défunt (cela inclut des intérêts dans des sociétés de personnes ou sociétés es détenant une propriété immobilière située aux É.-U.). Crédit d impôt pour conjoint Une autre disposition d allégement en vertu de la Convention comporte une exemption du crédit pour conjoint non remboursable en lien avec les transferts au conjoint survivant canadien. Une exemption du crédit pour conjoint sans limite est disponible pour les transferts à un conjoint résident. Crédit d impôt étranger en vertu de la Convention En dernier lieu, la Convention prévoit une autre mesure d allégement afin que l impôt successoral devant être versé au décès puisse être admissible à titre de crédit d impôt canadien sur le revenu de source e dans l année du décès. Idées de planification Malgré les exemptions et l allégement prévu à la Convention, certains résidents canadiens auront encore de l impôt successoral à payer. Bien que les règles de l impôt successoral soient établies pour le moment, le gouvernement peut revoir la question à l avenir. Une planification devient plus compliquée lorsque les lois fiscales changent constamment. Une personne désira établir une planification qui n entraînera pas continuellement d autres problèmes fiscaux et qui pourra être facilement modifiée à l avenir. Parmi les outils de planification de la succession pouvant être utilisés, notons les suivants : Utiliser une société canadienne pour détenir des biens de placement s Lorsqu une société canadienne détient le bien, celui-ci doit être exclu de l actif à situs de l actionnaire à son décès. Il serait bon de noter toutefois que vous pourriez payer plus d impôt canadiens et s découlant du revenus de biens et sur le gain en capital éventuel en utilisant une société par actions. Utiliser un emprunt hypothécaire sans recours pour financer une propriété immobilière e En règle générale, les éléments de passif d un résident canadien doivent être appliqués au prorata pour réduire la valeur des éléments de l actif en situs et hors situs. Toutefois, si vous utilisez un emprunt hypothécaire sans recours pour financer la propriété immobilière e, cet élément de passif sera appliqué directement à la valeur de la propriété immobilière e aux fins de l impôt successoral. Aux termes d un emprunt hypothécaire sans recours, en cas de défaillance, le prêteur n a de recours que contre la propriété grevée d hypothèque et non contre le débiteur hypothécaire lui-même. Réduire la valeur de votre succession canadienne Certaines personnes auront une dette relative à la succession parce que la valeur de la succession mondiale est beaucoup plus importante que celle de leur succession e. Cela résulte du calcul au prorata de l exemption en vertu de la Convention et du calcul au prorata des éléments généraux de passif discutés plus haut. Donc, si vous pouvez prendre des mesures pour réduire la valeur de l ensemble de votre succession, un crédit unifié supérieur sera accessible après le calcul au prorata. De plus, une plus grande tranche de vos dettes générales sera portée en diminution de vos biens à situs si la valeur de votre succession est réduite. Réduire la valeur d une succession en dessous de $ pourrait éliminer complètement l impôt successoral pour les décès survenus en 2015.

6 QUESTIONS D IMPÔT SUCCESSORAL AMÉRICAIN POUR LES CANADIENS 6 D autres plans plus complexes sont disponibles tels que l usage d une fiducie ou d une société de personnes pour détenir les biens à situs, ainsi que les fiducies domestiques admissibles (qualified domestic trust, (QDOT)). En plus de ces idées de planification fiscale, une autre option consiste en l achat pur et simple d une assurance vie pour couvrir la somme prévisible d impôt successoral à payer. Lorsqu on se sert de l assurance vie, on doit garder en tête la règle de calcul au prorata pour le crédit unifié; il est recommandé d obtenir un avis professionnel sur la façon de structurer l assurance vie. Propriétés immobilières es à des fins personnelles La baisse de la valeur des propriétés immobilières es au cours des dernières années a entraîné une augmentation du nombre de placements par des Canadiens dans des propriétés immobilières es. Comme il a été noté précédemment, plusieurs méthodes peuvent être utilisées pour planifier en fonction d un potentiel impôt successoral. Dans le passé, plusieurs Canadiens utilisaient une société canadienne (connue sous le nom de «société à but unique») pour détenir une propriété immobilière e à des fins personnelles afin d éviter l impôt successoral sur la propriété. Les actions d une société canadienne ne constituent pas un bien à situs aux fins de l impôt successoral. Tant que le but unique de la société était de posséder la propriété e et que toutes les dépenses relatives à la propriété étaient payées personnellement par les actionnaires, l Agence du revenu du Canada (ARC) ne considérait pas les actionnaires comme ayant reçu un avantage imposable qui découle de la propriété à des fins personnelles. Toutefois, l utilisation de sociétés à but unique n est plus un outil de planification efficace en matière d impôt successoral pour les acquisitions de propriétés immobilières es réalisées après 2004, puisque l ARC a apporté des changements aux politiques relatives à l évaluation des avantages imposables aux actionnaires d une propriété à des fins personnelles. De tels arrangements mis en place avant 2005 sont protégés, mais la politique de l ARC n offre pas ce traitement de faveur aux nouveaux arrangements entrés en vigueur après De plus, l utilisation d une société pour détenir une propriété peut accroître l impôt total sur tout gain en capital réalisé à la disposition de la propriété. Si vous utilisez une société à but unique comme outil de planification pour l impôt successoral, compte tenu de la baisse de valeur des propriétés immobilières es, il est peutêtre temps de revoir cette stratégie de planification en matière d impôt successoral. Résumé Si vous souhaitez profiter des avantages d un placement aux États-Unis, qu il s agisse d une maison de vacances ou d actions dans une société e, il est important de tenir compte des règles sur l impôt successoral. Votre conseiller BDO peut vous aider à élaborer un plan qui réduira au minimum vos obligations. L'information contenue dans ce document est en date du 15 février Cette publication a été préparée avec soin. Cependant, elle n est pas rédigée en termes spécifiques et doit seulement être considérée comme des recommandations d ordre général. On ne peut se référer à cette publication pour des situations particulières et vous ne devez pas agir ou vous abstenir d'agir sur la base des informations qui y sont présentes sans avoir obtenu de conseils professionnels spécifiques. Pour évoquer ces points dans le cadre de votre situation particulière, merci de contacter BDO Canada s.r.l./s.e.n.c.r.l. BDO Canada s.r.l./s.e.n.c.r.l., ses partenaires, collaborateurs et agents n'acceptent ni n'assument la responsabilité ou l obligation de diligence pour toute perte résultant d'une action, d une absence d'action ou de toute décision prise sur la base d'informations contenues dans cette publication. BDO Canada s.r.l./s.e.n.c.r.l., une société canadienne à responsabilité limitée/société en nom collectif à responsabilité limitée, est membre de BDO International Limited, société de droit anglais, et fait partie du réseau international de sociétés membres indépendantes BDO. BDO est la marque utilisée pour désigner le réseau BDO et chacune de ses sociétés membres.

QUESTIONS D IMPÔT SUR LES SUCCESSIONS AMÉRICAIN POUR LES CANADIENS

QUESTIONS D IMPÔT SUR LES SUCCESSIONS AMÉRICAIN POUR LES CANADIENS mars 2016 TABLE DES MATIÈRES Comment s applique l impôt sur les successions américain Historique Taux et exemptions Idées de planification Conclusion QUESTIONS D IMPÔT SUR LES SUCCESSIONS AMÉRICAIN POUR

Plus en détail

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL Le 12 novembre 2014 Préparé par : TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures visant l impôt sur le revenu des particuliers Mesures visant

Plus en détail

Les régimes de retraite enregistrés et votre succession

Les régimes de retraite enregistrés et votre succession conseils fiscaux Les régimes de retraite enregistrés et votre succession Ce que vous ne savez peut-être pas au sujet des REER et des FERR La plupart des Canadiens connaissent les avantages fiscaux des

Plus en détail

FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES

FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES Vous trouverez dans ce fascicule de l information importante en ce qui concerne le traitement fiscale d une déclaration de revenus d une personne décédée.

Plus en détail

fédéraux aussi leurs

fédéraux aussi leurs Les droits de succession fédéraux américains et les Canadiens: Déterminer vos oblig gations Beaucoup de Canadiens sont surpris d apprendre qu ils pourraient être assujettis à des droits de succession américains

Plus en détail

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Auteur : Jamie Golombek Juin 2015 Il semble que de plus en plus de Canadiens font l achat de propriétés de vacances aux États-Unis.

Plus en détail

PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES

PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES Article 1 Sociétés de placement hypothécaire Paragraphe 1(1) Définition de

Plus en détail

Tableau Comparatif CELI ET REER

Tableau Comparatif CELI ET REER Tableau Comparatif CELI ET REER Y a-t-il un âge minimal pour ouvrir un compte ou un régime? Il faut avoir 18 ans. (La législation sur l âge de la majorité peut s appliquer à certains placements.) Il n

Plus en détail

Réduction de l impôt à payer au décès

Réduction de l impôt à payer au décès SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE TRANSFERT DU PATRIMOINE STRATÉGIE N o 9 Réduction de l impôt à payer au décès Personne ne se réjouit à l idée de mourir et personne ne veut payer

Plus en détail

Journal d inventaire de la succession

Journal d inventaire de la succession Journal d inventaire de la succession Introduction L une des principales responsabilités du liquidateur d une succession consiste à dresser la liste des biens et des dettes de la personne décédée. C est

Plus en détail

L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens

L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens BMO Groupe financier PAGE 1 L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens La faiblesse des prix de l immobilier au sud de la frontière, a amené bon nombre de Canadiens à envisager l acquisition

Plus en détail

Facteur d équivalence et facteur d équivalence pour services passés

Facteur d équivalence et facteur d équivalence pour services passés Facteur d équivalence et facteur d équivalence pour services passés Objectifs du présent article : Établir la différence entre le facteur d équivalence (FE) et le facteur d équivalence pour services passés

Plus en détail

Crédits d impôt non remboursables et remboursables du Québec offerts aux particuliers pour 2012

Crédits d impôt non remboursables et remboursables du Québec offerts aux particuliers pour 2012 Crédits d impôt non remboursables et remboursables du Québec offerts aux particuliers pour 2012 du Québec pour 2012 Taux d imposition s appliquant aux crédits 1 20,00 % Facteur d indexation 2 2,66 % Montant

Plus en détail

Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives LIR 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur

Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives LIR 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi), les sommes découlant de l application

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu Article 1 Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu Compagnies d assurance Loi de l impôt sur le revenu 138 L article 138 de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi)

Plus en détail

Mise à jour du 2ème trimestre 2015 30 juin 2015 Dans ce rapport :

Mise à jour du 2ème trimestre 2015 30 juin 2015 Dans ce rapport : Miseàjourdu2èmetrimestre 2015 30juin2015 Dcerapport: Miseàjourdesinformationsauxmembres OùinvestissentlesmembresduRRCID? Rendementdesplacements Des frais réduits Mise à jour des informations aux membres

Plus en détail

Actions d assurance-vie

Actions d assurance-vie Actions d assurance-vie Aperçu Pour diverses raisons, une société peut détenir des polices d assurance-vie sur la tête de ses actionnaires et être le bénéficiaire de ces polices. Si un de ces actionnaires

Plus en détail

Comment prémunir sa succession contre le fisc

Comment prémunir sa succession contre le fisc Protection du patrimoine Portefeuille de sécurité financière Comment prémunir sa succession contre le fisc Information sur l impôt au décès Table des matières PAGE Introduction 2 Traitement fiscal des

Plus en détail

Avis fiscal important à l intention des investisseurs américains qui sont des contribuables américains

Avis fiscal important à l intention des investisseurs américains qui sont des contribuables américains Avis fiscal important à l intention des investisseurs américains qui sont des contribuables américains Ce document est destiné aux actionnaires qui sont des personnes américaines aux fins de l'internal

Plus en détail

Avis en vertu du Règlement sur la communication en cas de prorogation (Coopératives de crédit fédérales)

Avis en vertu du Règlement sur la communication en cas de prorogation (Coopératives de crédit fédérales) Avis en vertu du Règlement sur la communication en cas de prorogation (Coopératives de crédit fédérales) Destinataires : Membres de Caisse populaire Acadie Ltée, Caisse populaire Beauséjour Ltée, Caisse

Plus en détail

l assurance vie, les entreprises privées et les dividendes en capital

l assurance vie, les entreprises privées et les dividendes en capital Solutions de protection Tout sur l assurance vie, les entreprises privées et les dividendes en capital avec la Standard Life À l intention du représentant en assurance. Bonjour. La Loi de l impôt sur le

Plus en détail

Nouvelles mesures fiscales

Nouvelles mesures fiscales Nouvelles mesures fiscales Le 21 décembre 2012, le Parlement luxembourgeois a adopté une loi (la «Loi») contenant de nouvelles mesures fiscales applicables aux personnes physiques et aux sociétés à compter

Plus en détail

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Introduction 9 STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Par Sven Milelli INTRODUCTION Structures organisationnelles 11 Il existe une grande variété de structures juridiques possibles pour l exploitation d une entreprise

Plus en détail

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant Cet article est le deuxième d une série de quatre visant à examiner les implications fiscales canadiennes et états-uniennes dans le cadre d une affectation temporaire d un employé du Canada aux États-Unis.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2004/22 NOTE COMMUNE N 18/2004 R E S U M E

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2004/22 NOTE COMMUNE N 18/2004 R E S U M E BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2004/02/09 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2004/22 NOTE COMMUNE N 18/2004 OBJET: Aménagement du taux des intérêts

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

Droits successoraux américains : Canadiens transférés aux États-Unis (version 2015)

Droits successoraux américains : Canadiens transférés aux États-Unis (version 2015) Gestion du patrimoine/services fiscaux aux sociétés privées Numéro 2015-06F américains : Canadiens transférés (version 2015) Le 14 janvier 2015 En bref Un particulier canadien 1 qui est muté risque d y

Plus en détail

DOCUMENT FONCTIONNEL Dépenses et besoins fixes pendant la retraite Niveau 1 R Niveau 2 R

DOCUMENT FONCTIONNEL Dépenses et besoins fixes pendant la retraite Niveau 1 R Niveau 2 R DANS CE DOCUMENT, IL S'AGIT DE : Quelle est la différence entre les méthodes Impôt moyen et Impôt détaillé? À partir d où est la méthode Impôt détaillé sélectionnée? Comment les taux d imposition sont-ils

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Introduction FISCALITÉ

Introduction FISCALITÉ Introduction 51 Impôt sur le revenu 53 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une filiale 54 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une succursale 56 Mesures de contrôle des

Plus en détail

Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre

Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre Le 28 octobre 2015 Si vous êtes un gestionnaire de fonds de placement qui n est pas inscrit

Plus en détail

Emprunter sur la valeur nette d une maison

Emprunter sur la valeur nette d une maison Série L ABC des prêts hypothécaires Emprunter sur la valeur nette d une maison Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Quelles sont les différentes options?

Plus en détail

CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 3070, Participations dans des entreprises publiques

CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 3070, Participations dans des entreprises publiques CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 3070, Participations dans des entreprises publiques Mars 2014 Chapitre SP 3070, Participations dans des entreprises publiques ENTREPRISE PUBLIQUE S entend d un organisme

Plus en détail

VIVRE AVEC CONFIANCE.

VIVRE AVEC CONFIANCE. VIVRE AVEC CONFIANCE. Pour mieux vous démontrer le rôle de l assurance-vie au sein de cette stratégie, nous utiliserons des illustrations comportant les éléments suivants : une compagnie (OPCO), une société

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu. Publiées par le ministre des Finances l honorable Joe Oliver, c.p.

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu. Publiées par le ministre des Finances l honorable Joe Oliver, c.p. Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable Joe Oliver, c.p., député Mars 2015 Préface Les présentes notes explicatives portent sur

Plus en détail

Veuillez noter que les dispositions législatives mentionnées dans le présent bulletin entrent en vigueur le 31 mai 2010.

Veuillez noter que les dispositions législatives mentionnées dans le présent bulletin entrent en vigueur le 31 mai 2010. Bulletin de politique n 1 Date de publication : le 21 avril 2010 Dernière mise à jour : le 25 mai 2010 Compte de retraite immobilisé (CRI) Veuillez noter que les dispositions législatives mentionnées dans

Plus en détail

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE PRODUITS DE RETRAITE RÉGLEMENTÉS À L INTENTION DES PARTICIPANTS À DES RÉGIMES DE RETRAITE À COTISATIONS DÉTERMINÉES

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE PRODUITS DE RETRAITE RÉGLEMENTÉS À L INTENTION DES PARTICIPANTS À DES RÉGIMES DE RETRAITE À COTISATIONS DÉTERMINÉES DOCUMENT DE RÉFÉRENCE PRODUITS DE RETRAITE RÉGLEMENTÉS À L INTENTION DES PARTICIPANTS À DES RÉGIMES DE RETRAITE À COTISATIONS DÉTERMINÉES Le 28 mars 2014 PRODUITS DE RETRAITE RÉGLEMENTÉS À L INTENTION

Plus en détail

Avis fiscal important à l intention des investisseurs américains

Avis fiscal important à l intention des investisseurs américains PLACEMENTS IA CLARINGTON INC. Avis fiscal important à l intention des investisseurs américains Ce document est destiné aux investisseurs qui sont des personnes américaines aux fins de l'internal Revenue

Plus en détail

Incorporation de ma pratique

Incorporation de ma pratique Incorporation de ma pratique Sujet Incorporation : mythe ou réalité Avantages et désavantages Salaire ou dividende Taux d impôts des particuliers et des compagnies RRQ dans le contexte de l incorporation

Plus en détail

Don. d assurance vie. Une stratégie de constitution d un legs. Verser des dons de bienfaisance à partir de l assurance vie

Don. d assurance vie. Une stratégie de constitution d un legs. Verser des dons de bienfaisance à partir de l assurance vie Don d assurance vie Une stratégie de constitution d un legs Verser des dons de bienfaisance à partir de l assurance vie Plusieurs personnes disposent d une partie de revenu qu elles investissent et souhaitent

Plus en détail

1.6 Responsabilité des fiduciaires et des représentants successoraux... 4 1.7 Certificats de décharge... 5

1.6 Responsabilité des fiduciaires et des représentants successoraux... 4 1.7 Certificats de décharge... 5 TABLE DES MATIÈRES Remerciements...iii Chapitre 1 Exigences de déclaration et administration 1.1 Qui doit produire une déclaration?... 1 1.2 Où faut-il envoyer la déclaration?... 2 1.3 Comment produire...

Plus en détail

Le fractionnement d un revenu de retraite

Le fractionnement d un revenu de retraite SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N o 15 Le fractionnement d un revenu de retraite Il est maintenant possible de fractionner le revenu de retraite

Plus en détail

La réforme fiscale du Mexique aura une incidence sur les placements étrangers

La réforme fiscale du Mexique aura une incidence sur les placements étrangers sur les placements étrangers Le 15 novembre 2013 Le Congrès du Mexique a récemment approuvé des mesures fiscales qui auront une incidence sur les placements effectués au Mexique par des entités étrangères,

Plus en détail

Source: Loi sur les prestations de pension, par. 21(13.1) et 31(4), Règlement, par. 18.1, 18.2 et 18.3.1

Source: Loi sur les prestations de pension, par. 21(13.1) et 31(4), Règlement, par. 18.1, 18.2 et 18.3.1 Mise à jour #30 Révisé Mai 2005 Fonds de Revenu de Retraite Immobilisé (FRRI) Source: Loi sur les prestations de pension, par. 21(13.1) et 31(4), Règlement, par. 18.1, 18.2 et 18.3.1 EFFET DU RÈGLEMENT

Plus en détail

FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES

FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES Le 12 novembre 2014 Mise à jour des projections économiques et budgétaires Fédéral LP TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures visant l impôt

Plus en détail

Règlement sur l administration des successions

Règlement sur l administration des successions ADMINISTRATION DES SUCCESSIONS A-4,1 RÈGL. 1 1 Règlement sur l administration des successions Chapitre A-4,1 Régl. 1 (en vigueur à partir le 1 er juillet 1999) tel que modifié par les Règlements de la

Plus en détail

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Introduction Le titulaire d un contrat d assurance vie (aussi appelé «police») doit ajouter à son revenu les gains réalisés par suite

Plus en détail

1. Document d information et Règlement général des Opérations

1. Document d information et Règlement général des Opérations Document d information relatif aux modalités de fonctionnement du compte d épargne réglementé épargneplus ACTION TEMPORAIRE du 1 er juin 2012 au 15 juillet 2012 inclus 1. Document d information et Règlement

Plus en détail

Stratégie de transfert du patrimoine de l entreprise

Stratégie de transfert du patrimoine de l entreprise Série Monarque de la Transamerica Guide du client Stratégie de transfert du patrimoine Série Monarque La logique à l appui de la solution Série Monarch Monarque Series La logique à l appui de la solution

Plus en détail

Le RAP Fondaction, j en parle. Mario Charron Responsable de la formation

Le RAP Fondaction, j en parle. Mario Charron Responsable de la formation Le RAP Fondaction, j en parle Mario Charron Responsable de la formation Le RAP, comment ça fonctionne? Programme du gouvernement Régime d accession à la propriété 25 000 $: retrait maximal de vos REER

Plus en détail

CORPORATIONS ASSOCIÉES

CORPORATIONS ASSOCIÉES BULLETIN N o HE 003 Publié en avril 2001 Révisé en janvier 2008 LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE CORPORATIONS ASSOCIÉES Le but de ce bulletin est d aider

Plus en détail

Directives pour remplir le formulaire «Classification fiscale internationale d une entité» (auto-certification)

Directives pour remplir le formulaire «Classification fiscale internationale d une entité» (auto-certification) Directives pour remplir le formulaire «Classification fiscale internationale d une entité» (auto-certification) Introduction Rappel des faits : Le 1 er juillet 2014, date d entrée en vigueur du nouvel

Plus en détail

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales.

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. FRANCE DETERMINATION DU LIEU DE RESIDENCE Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Espagne, Etats-Unis, Inde,

Plus en détail

Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux. Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc.

Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux. Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc. Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc. L arrivée de 2012 nous apporte plusieurs ajustements de taux aux fins fiscales. Voici les principaux ajustements à

Plus en détail

Mise à jour fédérale des projections économiques et budgétaires

Mise à jour fédérale des projections économiques et budgétaires SENCRL Mise à jour fédérale des projections économiques et budgétaires 12 novembre 2014 Comptables Professionnels agréés et Conseillers en gestion d entreprises Place du Canada, 1010, rue De La Gauchetière

Plus en détail

Le nouveau régime fiscal pourrait avoir une incidence sur votre planification successorale

Le nouveau régime fiscal pourrait avoir une incidence sur votre planification successorale Le nouveau régime fiscal pourrait avoir une incidence sur votre Le 3 novembre 2014 Si votre prévoit la création d une fiducie testamentaire, ou si vous êtes bénéficiaire d une fiducie ou exécuteur testamentaire,

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-119

BULLETIN FISCAL 2011-119 BULLETIN FISCAL 2011-119 Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois,

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable William Francis Morneau, c.p., député Décembre 2015 Préface Les présentes notes explicatives

Plus en détail

CREDIT D IMPOT SUR LES INTERETS D EMPRUNT SUPPORTES A RAISON DE L ACQUISITION OU DE LA CONSTRUCTION DE LA RESIDENCE PRINCIPALE. Questions / Réponses

CREDIT D IMPOT SUR LES INTERETS D EMPRUNT SUPPORTES A RAISON DE L ACQUISITION OU DE LA CONSTRUCTION DE LA RESIDENCE PRINCIPALE. Questions / Réponses CREDIT D IMPOT SUR LES INTERETS D EMPRUNT SUPPORTES A RAISON DE L ACQUISITION OU DE LA CONSTRUCTION DE LA RESIDENCE PRINCIPALE Questions / Réponses Qui peut bénéficier du crédit d impôt? Faut-il remplir

Plus en détail

LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS)

LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS) LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS) Lorsque vous faites une demande d admission au Programme d aide sociale ou au Programme de solidarité

Plus en détail

Lignes directrices pour la tarification financière de l assurance-vie

Lignes directrices pour la tarification financière de l assurance-vie Lignes directrices pour la tarification financière de l assurance-vie Assurance personnelle Remplacement du revenu Préservation du patrimoine Le maximum d assurance personnelle offert, basé sur le revenu

Plus en détail

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

Prêt REER RAP. Régime d accession à la propriété

Prêt REER RAP. Régime d accession à la propriété Prêt REER RAP Régime d accession à la propriété Prêt REER RAP Utilisez vos REER pour l achat de votre propriété Vous voulez acquérir une maison mais vous n avez pas la mise de fonds nécessaire, ou vous

Plus en détail

Compte d épargne libre d impôt (CELI)

Compte d épargne libre d impôt (CELI) Compte d épargne libre d impôt (CELI) MD Marque déposée de L Empire, Compagnie d Assurance-Vie. Les polices sont établies par L Empire, Compagnie d Assurance-Vie. Compte d'épargne libre d'impôt «Les Canadiens

Plus en détail

ÉTUDE JLR 20 AVRIL 2015. Les hypothèques légales. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR 20 AVRIL 2015. Les hypothèques légales. www.jlr.ca ÉTUDE JLR 20 AVRIL 2015 Les hypothèques légales www.jlr.ca LES HYPOTHÈQUES LÉGALES Afin d observer les variations dans les mauvaises créances immobilières, les préavis d exercice et les délaissements sont

Plus en détail

Le contribuable est d origine française.

Le contribuable est d origine française. Direction générale de la législation et du registraire des entreprises Direction principale des lois sur les impôts Note DESTINATAIRE : ***** EXPÉDITEUR : DIRECTION DE L INTERPRÉTATION RELATIVE AUX ENTREPRISES

Plus en détail

Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial

Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial Lorsqu un prof dépose un document attestant son expérience, il faut d abord déterminer s il s agit d une expérience pertinente. Afin de calculer

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2014-133. Mars 2014 TAUX MARGINAUX COMBINÉS D IMPOSITION POUR 2014 PARTICULIERS

BULLETIN FISCAL 2014-133. Mars 2014 TAUX MARGINAUX COMBINÉS D IMPOSITION POUR 2014 PARTICULIERS BULLETIN FISCAL 2014-133 Mars 2014 TAUX MARGINAUX COMBINÉS D IMPOSITION POUR 2014 PARTICULIERS Voici les taux marginaux combinés d imposition des particuliers, fédéral et provincial, en vigueur depuis

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

Le 31 janvier 2013. Cher actionnaire d Abbott/AbbVie,

Le 31 janvier 2013. Cher actionnaire d Abbott/AbbVie, Le 31 janvier 2013 Objet : Information concernant le choix de report de l impôt sur le revenu à l intention des actionnaires résidant au Canada détenteurs d actions d AbbVie Inc. suivant la scission de

Plus en détail

Vous arrive-t-il de rêver à l avenir de votre chalet?

Vous arrive-t-il de rêver à l avenir de votre chalet? BMO Assurance Programme de protection du patrimoine Vous arrive-t-il de rêver à l avenir de votre chalet? Grâce à une planification adéquate, vous pouvez préserver ce joyau familial. Le saviezvous? À votre

Plus en détail

ANCIENS ACTIONNAIRES DE BELL ALIANT INC. QUESTIONNAIRE RELATIF AU CHOIX FISCAL

ANCIENS ACTIONNAIRES DE BELL ALIANT INC. QUESTIONNAIRE RELATIF AU CHOIX FISCAL Toute information personnelle que vous soumettez à BCE afin de compléter le formulaire seront utilisées aux seules fins du Choix fiscal et de toute demande de renseignement ou procédure relative subséquente,

Plus en détail

Régimes enregistrés d épargne-invalidité (REEI)

Régimes enregistrés d épargne-invalidité (REEI) Régimes enregistrés d épargne-invalidité (REEI) Fonds d investissement BMO 2 Régimes enregistrés d épargne-invalidité (REEI) Depuis de nombreuses années, les personnes handicapées et leur famille cherchent

Plus en détail

Guide des prêts immobiliers DB. Découvrez comme il est simple et facile de s acheter une maison en Espagne avec Deutsche Bank

Guide des prêts immobiliers DB. Découvrez comme il est simple et facile de s acheter une maison en Espagne avec Deutsche Bank Guide des prêts immobiliers DB Découvrez comme il est simple et facile de s acheter une maison en Espagne avec Deutsche Bank SOMMAIRE Introduction 3 Qu est-ce qu un prêt immobilier Deutsche Bank? 4 Comment

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-121

BULLETIN FISCAL 2011-121 BULLETIN FISCAL 2011-121 Novembre 2011 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés

Plus en détail

Biens étrangers à déclarer ou à ne pas déclarer! Andrea Agnoloni

Biens étrangers à déclarer ou à ne pas déclarer! Andrea Agnoloni Biens étrangers à déclarer ou à ne pas déclarer! Andrea Agnoloni Les résidents canadiens sont assujettis à un impôt sur le revenu qu ils gagnent partout dans le monde. Depuis quelques années, l Agence

Plus en détail

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 December 2014 CHAMP D'APPLICATION Ne s'applique pas à : La comptabilisation des crédits d'impôt à l'investissement

Plus en détail

Les successions et la fiscalité

Les successions et la fiscalité Ministère du Revenu du Québec www.revenu.gouv.qc.ca Les successions et la fiscalité Cette publication vous est fournie uniquement à titre d information. Les renseignements qu elle contient ne constituent

Plus en détail

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE Alerte info COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE JANVIER 2016 Préparation des informations à fournir sur la situation de trésorerie et les sources de financement dans le rapport de gestion Pour

Plus en détail

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE Votre conjoint ou vos proches auront de nombreuses décisions à prendre au moment de votre décès. Nous espérons que la présente brochure leur facilitera la tâche lorsque

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

Les conventions entre actionnaires devraient-elles tenir compte des dividendes déterminés?

Les conventions entre actionnaires devraient-elles tenir compte des dividendes déterminés? Dossier Les conventions entre actionnaires devraient-elles tenir compte des dividendes déterminés? par Johanne Dubé, avocate, LL.M. fisc. Depuis le début de janvier 2006, de nouvelles règles fiscales ont

Plus en détail

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif Mars 2014 Chapitre SP 4250 Présentation des entités

Plus en détail

Garanties facultatives d assurance vie et DMA. Bien connaître vos protections

Garanties facultatives d assurance vie et DMA. Bien connaître vos protections Garanties facultatives d assurance vie et DMA Bien connaître vos protections Protégez-vous et vos proches grâce aux garanties facultatives d assurance vie et de décès et mutilation accidentels. Voyez comment

Plus en détail

Notes explicatives sur les propositions législatives concernant la Loi et le Règlement de l impôt sur le revenu

Notes explicatives sur les propositions législatives concernant la Loi et le Règlement de l impôt sur le revenu Notes explicatives sur les propositions législatives concernant la Loi et le Règlement de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député Novembre

Plus en détail

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Bulletin fiscal Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois, peu de

Plus en détail

GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC

GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC ÉTABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES CANADIENNES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) SCHL Décembre 2014 Le Centre d administration

Plus en détail

SADC Document de référence

SADC Document de référence SADC Document de référence Protection des épargnes Donnez à vos clients toutes les pièces du casse-tête En donnant à vos clients toutes les pièces du cassetête concernant l assurance-dépôts de la SADC,

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

Table des matières. Abréviations utilisées: (C) Cas (P) Problème (Q) Question théorique CHAPITRE 1 CADRE FISCAL DU CONTRIBUABLE

Table des matières. Abréviations utilisées: (C) Cas (P) Problème (Q) Question théorique CHAPITRE 1 CADRE FISCAL DU CONTRIBUABLE Abréviations utilisées: (C) Cas (P) Problème (Q) Question théorique CHAPITRE 1 CADRE FISCAL DU CONTRIBUABLE 1.1 Résidence et assises juridiques de l impôt (Q)...................... 1 1.2 Textes fiscaux

Plus en détail

Organismes de bienfaisance et organismes à but non lucratif

Organismes de bienfaisance et organismes à but non lucratif Organismes de bienfaisance et organismes à but non lucratif Dons de fonds de terre écosensibles Le Programme des dons écologiques offre aux Canadiens qui possèdent des fonds de terre écosensibles un moyen

Plus en détail

PRESTATIONS GOUVERNEMENTALES POUR INVALIDITÉ GRAVE

PRESTATIONS GOUVERNEMENTALES POUR INVALIDITÉ GRAVE 2016 PRESTATIONS GOUVERNEMENTALES Une blessure grave et prolongée, provoquant des changements sur les plans de la santé, de la famille et des finances, entre autres, peut avoir des conséquences néfastes

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/03/13 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE Votre conjoint ou vos proches auront de nombreuses décisions à prendre au moment de votre décès. Nous espérons que la présente brochure leur facilitera la tâche lorsque

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

La société de placement étrangère passive («PFIC») Foire aux questions

La société de placement étrangère passive («PFIC») Foire aux questions Octobre 2015 La société de placement étrangère passive («PFIC») Foire aux questions Le présent document vous fournit de l information sur le traitement des sociétés de placement étrangères passives. De

Plus en détail

Étude de cas. Protection du patrimoine. Guide sur la fiscalité de l assurance-santé au Canada

Étude de cas. Protection du patrimoine. Guide sur la fiscalité de l assurance-santé au Canada Étude de cas Guide sur la fiscalité de l assurance-santé au Canada grâce à l assurance maladies graves assortie d une garantie de remboursement des primes à la résiliation ou à l expiration Août 2012 La

Plus en détail

Directives du programme Ontario au travail

Directives du programme Ontario au travail Directives du programme Ontario au travail 3.4 : Personnes vivant avec le père ou la mère Compétence législative Paragraphes 2 (1) et (2), articles 11 et 41, et paragraphes 44 (2) et (4) du Règlement 134/98

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail