Facteurs d accroissement des dépenses de santé : les faits.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Facteurs d accroissement des dépenses de santé : les faits."

Transcription

1 Facteurs d accroissement des dépenses de santé : les faits. Dépenses et main-d œuvre de la santé

2 Qui nous sommes Fondé en 1994, l ICIS est un organisme autonome sans but lucratif qui fournit de l information essentielle sur le système de santé du Canada et sur la santé des Canadiens. Il est financé par les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux et supervisé par un conseil d administration formé de dirigeants du secteur de la santé de partout au pays. Notre vision Contribuer à améliorer le système de santé canadien et le bien-être des Canadiens en étant un chef de file de la production d information impartiale, fiable et comparable qui permet aux dirigeants du domaine de la santé de prendre des décisions mieux éclairées.

3 Tableau des matières Remerciements... iii Sommaire... v Points à surveiller... ix Introduction : la viabilité... 1 Systèmes de santé fédéral, provinciaux et territoriaux... 3 Les facteurs d accroissement des dépenses de santé du Canada de 1998 à Contexte politique : décisions d investir dans les services de santé... 6 Facteurs d accroissement des dépenses : aperçu Analyse de chaque facteur d accroissement des dépenses Vieillissement de la population Inflation dans le secteur de la santé Technologie Utilisation accrue Points à surveiller Références... 35

4

5 Remerciements L Institut canadien d information sur la santé (ICIS) souhaite remercier les nombreuses équipes et les nombreuses personnes qui ont contribué à l élaboration du présent rapport. À l ICIS, les équipes suivantes, de même que les membres de la haute direction, ont joué un rôle clé dans la planification, l élaboration et la diffusion du rapport et d autres produits connexes : Dépenses de santé Ressources humaines de la santé Système d information de gestion et Établissement des coûts Pharmaceutique Nous souhaitons faire part de notre gratitude envers tous les participants provenant de ces équipes pour leurs commentaires, leur expérience et leur enthousiasme, qui ont grandement contribué à mener à bien le présent rapport. La publication de ce rapport n aurait pas été possible sans ses principaux auteurs : Gregory Marchildon, Ph. D., et Livio DiMatteo, Ph. D. Nous les remercions pour leur expertise et leur expérience. Nous souhaitons remercier tout particulièrement les experts suivants pour leur examen de sections précises du rapport et d autres produits connexes et la rétroaction d une valeur inestimable qu ils ont fournie : Morris Barer, directeur, Centre de recherche sur les services et les politiques de santé, Université de la Colombie-Britannique Robert Evans, professeur, École de la santé publique et des populations, Université de la Colombie-Britannique Paul Grootendorst, professeur agrégé, Faculté de pharmacie, École de politique publique et de gouvernance, Université de Toronto John Horne, professeur auxiliaire, Faculté des sciences sociales et appliquées, Université Royal Roads Jeremiah Hurley, professeur, Centre d analyse de l économie et des politiques de santé, Université McMaster Richard Plain, membre, groupe consultatif d experts de la Base de données sur les dépenses nationales de santé Bob Nakagawa, sous-ministre adjoint, Services pharmaceutiques, ministère de la Santé de la Colombie-Britannique George Pink, professeur distingué Humana, Université de la Caroline du Nord, Chapel Hill iii

6 Stephen Law, professeur, Département de science économique, Université Mount Allison Nous sommes aussi reconnaissants envers les chercheurs externes suivants pour l expertise avec laquelle ils ont mené certaines des tâches analytiques liées au rapport : Steve Morgan, professeur adjoint, Centre de recherche sur les services et les politiques de santé, Université de la Colombie-Britannique Vern Hicks, consultant, Health Economics Consulting Services Les analyses et les résultats qui figurent dans le rapport ne reflètent pas nécessairement les opinions des personnes ou des organismes auxquels elles sont associées. Avertissement concernant IMS Brogan IMS Brogan, une unité d IMS Health, a des bureaux à Montréal, à Toronto et à Ottawa. IMS Health fournit des services d information commerciale et sur la santé aux industries des produits pharmaceutiques et des soins de santé à l échelle mondiale. Dans le cadre du présent rapport, l ICIS a utilisé la Vérification des achats des hôpitaux et des pharmacies du Canada d IMS Brogan, qui permet de mesurer la valeur en dollars et le volume unitaire des produits pharmaceutiques achetés par les pharmacies de détail et les hôpitaux du Canada. Les données servant à la Vérification sont recueillies à partir d un échantillon représentatif de pharmacies et de 686 hôpitaux et établissements de soins de longue durée. Les données de l échantillon sont ensuite projetées à l échelle des pharmacies et des établissements, ce qui permet d obtenir tous les achats au Canada. IMS Brogan obtient toutes ses données de fournisseurs externes. Par conséquent, bien qu il déploie tous les efforts nécessaires pour s assurer de l exactitude et de l intégralité de ses données et analyses, IMS Brogan ne garantit pas la fiabilité de ses données ou de toute application qui pourrait en découler. En aucune circonstance IMS Brogan ne sera tenu responsable de tout dommage, y compris les dommages indirects ou accidentels et les dommagesintérêts particuliers, prévisibles ou non, résultant de toute utilisation ou mise en application de ses données, et ce, même si IMS Brogan a été avisé de la possibilité de tels dommages. iv

7 Sommaire En 2011, les dépenses totales du Canada en soins de santé devraient atteindre 200 milliards de dollars. À l aide de sa Base de données sur les dépenses nationales de santé (BDDNS), l Institut canadien d information sur la santé (ICIS) effectue un suivi de ces dépenses au pays. Le rapport annuel de l ICIS intitulé Tendances des dépenses nationales de santé, 1975 à 2011 contient des données historiques sur les dépenses de santé de 1975 à 2009 ainsi que des prévisions pour 2010 et Au Canada, le système de santé est financé par le secteur public (les gouvernements) et le secteur privé (essentiellement les assurances privées et les patients euxmêmes). Durant la dernière décennie, environ 70 % de la facture totale des soins de santé a été acquittée par le secteur public. En fait, les dépenses en soins de santé payées par le secteur public au Canada n ont cessé d augmenter, et cela remet en question la viabilité financière du système de santé public. La présente étude sur les facteurs d accroissement des dépenses de santé accompagne le rapport annuel de l ICIS sur les tendances des dépenses nationales de santé. L Accord sur la santé de 2004 venant à échéance d ici trois ans, les Canadiens doivent mieux comprendre les facteurs qui sous-tendent l accroissement des dépenses de santé. Le présent rapport résume l analyse des données réalisée par l ICIS et fait la lumière sur les facteurs expliquant les récentes tendances en matière de dépenses de santé du secteur public. Tout d abord, il est utile de mettre en perspective la croissance récente des dépenses de santé en examinant les tendances sur une plus longue période. Il faut également souligner que le rythme de croissance des dépenses de santé a connu des variations au cours des 35 dernières années. En effet, la croissance des dépenses publiques de santé depuis 1975 peut être divisée en trois phases : une phase de croissance de 1976 à 1991; une courte période de repli et de désinvestissement de 1992 à 1996, alors que les gouvernements étaient aux prises avec des déficits financiers; suivie d une autre phase de croissance de 3,5 % par an en moyenne, après rajustement en fonction de l inflation, de 1997 à 2008, alors que les soins de santé sont devenus une priorité pour les Canadiens. Durant cette dernière période, des sommes importantes ont été consacrées aux soins de santé, notamment aux médecins, aux médicaments, aux hôpitaux et aux techniques de diagnostic de pointe. La présente étude examine la hausse des dépenses de 1998 à 2008 attribuable aux facteurs d accroissement des dépenses de santé, en particulier aux changements démographiques (croissance et vieillissement), à l inflation, à la technologie et à l utilisation. Durant la décennie à l étude, les dépenses totales de santé prises en charge par le secteur public ont connu une augmentation annuelle moyenne de 7,4 %. Dans son plus récent rapport annuel, l ICIS prévoit une diminution de ce taux de croissance. v

8 Comme c est le cas pour de nombreux pays de l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le taux de croissance des dépenses de santé au Canada durant la dernière décennie a dépassé le taux de croissance économique. Les dépenses de santé du secteur public, exprimées en proportion de l économie globale du Canada, ont atteint un sommet en 2009, année de la récession, soit 8,5 % du produit intérieur brut (PIB). En raison de la reprise économique, on prévoit une légère diminution (8,1 %) du ratio des dépenses de santé par rapport au PIB en Ce ratio est supérieur à celui de la fin des années 1970, qui dépassait à peine les 5 %, indiquant ainsi une tendance selon laquelle les dépenses de santé augmentent avec les revenus. Sur le plan de la politique budgétaire, la hausse des dépenses de santé du secteur public a été deux fois plus rapide que celle des recettes durant la période de 1998 à Cela a été rendu possible grâce au dividende budgétaire que les gouvernements ont accumulé après avoir éliminé les déficits et réduit leur niveau d endettement dans les années Toutefois, le dividende budgétaire n a pas été entièrement investi dans la santé. La diminution des intérêts sur l encours de la dette a également permis aux gouvernements de réaffecter des ressources aux dépenses globales de programmes, y compris aux soins de santé et à la réduction des impôts. La population du Canada a augmenté et les décideurs du système de santé doivent examiner les conséquences d une population croissante sur la demande possible de services de santé dans les années à venir. Au cours de la période à l étude, la croissance démographique a donné lieu à une augmentation moyenne annuelle des dépenses de santé de 1 %. À l instar d un grand nombre de pays industrialisés, le Canada connaît un changement sur le plan démographique au moment où les premiers membres de la génération du baby-boom, le plus important groupe de population de l histoire récente du Canada, atteignent l âge de 65 ans. L idée selon laquelle le vieillissement de la population entraîne une hausse de la demande de services et une croissance accélérée des dépenses de santé est largement répandue. Mais contrairement à cette croyance populaire, le vieillissement de la population n exerce qu une très faible influence sur l accroissement des dépenses, soit en moyenne seulement 0,8 % annuellement. Les effets du vieillissement de la population varient selon les régions du pays, une conséquence des différents profils démographiques. On remarque une variation graduelle d est en ouest au Canada : les répercussions du vieillissement sont plus importantes dans la région de l Atlantique et au Québec qu en Ontario, dans les provinces de l Ouest et dans les territoires du Nord. Les facteurs démographiques, à un taux global de 1,8 %, ne représentent qu une part plutôt modeste de la croissance annuelle de 7,4 % enregistrée par les dépenses de santé. À l opposé, les prix ont eu un effet important sur l ensemble vi

9 des dépenses de santé. Bien qu il n existe aucune mesure de l inflation totale dans le secteur de la santé, il est possible d évaluer celle-ci par rapport à l inflation générale. L inflation générale, mesurée à l aide de l indice implicite du PIB, atteignait en moyenne 2,8 % par an de 1998 à 2008; diverses mesures suggèrent que l inflation propre au secteur de la santé a dépassé ce taux. Par exemple, les ressources humaines de la santé constituent un élément important de la prestation des soins, et le revenu des professionnels de la santé a augmenté plus rapidement que dans les autres secteurs de l économie. Les dépenses consacrées aux médecins figurent parmi les catégories ayant connu la plus forte croissance ces dernières années dans le secteur de la santé, atteignant 6,8 % par an de 1998 à Plus de la moitié de cette croissance, soit 3,6 % annuellement, est attribuable à la hausse des barèmes tarifaires des médecins. Au cours de la dernière décennie, la rémunération des médecins a augmenté plus rapidement que la rémunération hebdomadaire moyenne des autres travailleurs du domaine de la santé et des services sociaux; bien que son augmentation soit demeurée inférieure à celle des prix des autres biens et services publics de 1975 à L inflation des prix a aussi beaucoup contribué à la hausse des coûts hospitaliers. La rémunération représente 60 % du budget des hôpitaux. La rémunération de la main-d œuvre hospitalière, composée majoritairement d infirmières, a augmenté plus rapidement depuis 1998 que la rémunération dans les secteurs autres que la santé. L inflation des prix dans le secteur de la santé, comme ceux des services fournis par les médecins et les hôpitaux, était de loin supérieure à l inflation générale. Cette inflation est en majeure partie liée à l augmentation de la rémunération, elle-même attribuable à la concurrence que se livrent employeurs et gouvernements alors qu ils doivent puiser dans une réserve limitée de personnel. À l opposé, l inflation des prix des médicaments a été freinée, grâce au contrôle des prix des médicaments brevetés, à l expiration de certains brevets importants et au remplacement de médicaments de marque par des médicaments génériques moins coûteux. En moyenne, le prix des médicaments génériques au Canada en 2008 correspondait à environ 60 % du prix des produits pharmaceutiques de marque. Depuis 2010, la plupart des gouvernements provinciaux ont adopté des politiques de fixation des prix des médicaments génériques ou revu les politiques en place afin d établir une gamme de prix maximaux admissibles variant de 25 % à 56 % du prix des produits de marque. De 1998 à 2007, les dépenses liées aux médicaments prescrits ont augmenté de 10,1 % par an en moyenne. L utilisation accrue est l un des principaux facteurs de la croissance des dépenses en médicaments au Canada. La raison en est toutefois complexe puisqu elle découle d une hausse du volume, qui compte pour 6,2 % annuellement, et d une modification de l éventail de médicaments, qui représente 2 % de plus par an. La hausse du volume a joué un rôle beaucoup plus important vii

10 que la modification de l éventail de médicaments dans la croissance des dépenses liées à l achat de médicaments au détail pour trois grandes catégories de médicaments prescrits : les antihypertenseurs, les hypocholestérolémiants et les médicaments gastro-intestinaux. Toutefois, pour les immunosuppresseurs, qui peuvent servir au traitement de l arthrite rhumatoïde ou de la maladie de Crohn, la modification de l éventail de médicaments a contribué beaucoup plus à la croissance des dépenses que la hausse du volume. Les répercussions de l utilisation ont entraîné une hausse annuelle moyenne de 1,5 % des dépenses consacrées aux médecins. De 2003 à 2008, le nombre de médecins par habitants a considérablement augmenté au Canada, en raison principalement de la hausse des inscriptions et des diplômés universitaires en médecine au pays ainsi que de l immigration accrue d étrangers diplômés en médecine. Les médecins au Canada prennent des décisions qui ont des conséquences directes sur l utilisation des soins de santé. Ils ont le pouvoir de prescrire des médicaments, ce qui influence grandement le volume et le type de produits pharmaceutiques consommés par les Canadiens. En outre, il incombe principalement aux médecins de déterminer le nombre de patients nécessitant des soins hospitaliers et des tests diagnostics plus poussés. Au cours de la dernière décennie, le recours aux soins hospitaliers a connu certains changements. Bien que le nombre de lits ait légèrement diminué, la durée moyenne du séjour et la quantité moyenne de ressources utilisées par les patients hospitalisés ont légèrement augmenté. Au cours des années 1990, lorsque les soins aux patients hospitalisés ont sciemment été remplacés par des soins ambulatoires, le nombre de congés des hôpitaux a fortement chuté. Le remplacement des soins aux patients hospitalisés par des soins ambulatoires se poursuit, mais à un rythme moins rapide que dans ces années. Un nombre accru d appareils de tomodensitométrie (TDM) et d imagerie par résonnance magnétique (IRM) ont été installés et sont en service dans les hôpitaux canadiens. Le recours aux technologies d imagerie médicale, qui permettent de déceler un plus grand nombre d anomalies, a contribué à la croissance des services hospitaliers. Entre et , le nombre d examens de TDM et d IRM a presque doublé. Les effets des changements technologiques comme facteur d accroissement des dépenses ont été difficiles à quantifier. Les technologies auxquelles la présente étude fait référence peuvent comprendre les dispositifs et appareils médicaux (comme ceux utilisés pour l imagerie), les instruments chirurgicaux de pointe (comme les appareils robotisés), les technologies de l information et des communications (ordinateurs, dossiers de santé électroniques, télésanté, etc.) ainsi que les médicaments prescrits. Les changements technologiques comportent deux facettes : d une part, la mise en marché de nouveaux produits (par exemple les nouveaux médicaments contre le cancer) et de nouvelles techniques (comme la chirurgie bariatrique) et, d autre part, la modification des viii

11 pratiques cliniques et de la demande des patients en raison de l existence de nouveaux produits et de nouvelles techniques. Les changements technologiques constituent un facteur d accroissement des dépenses important pour les programmes publics et privés de remboursement des médicaments prescrits, puisque les variations du nombre et des types de médicaments mis au point influent sur les dépenses en médicaments. Depuis 10 ans toutefois, le nombre de nouveaux médicaments approuvés tend à diminuer. La baisse du nombre de médicaments mis au point, ainsi que la mise en marché de médicaments génériques à grande utilisation, a contribué à ralentir la croissance des dépenses en médicaments depuis La situation décrite pour la période de référence, soit de 1998 à 2008, risque de se révéler bien différente de celle qui nous attend. Voici donc les principales questions à prendre en considération au fil de l évolution du système de santé, afin de mieux répondre aux besoins des Canadiens : Points à surveiller L affaiblissement des perspectives de croissance économique, jumelé aux déficits financiers et à la réduction des économies attribuables aux frais de la dette publique, pourrait avoir un effet modérateur sur la croissance future des dépenses de santé. Alors que le pourcentage de personnes âgées de 80 ans et plus augmente, les décideurs auront la difficile tâche de déterminer les meilleures façons de fournir des soins aux aînés. Le défi consistera à trouver la combinaison appropriée des services fournis par les hôpitaux, les établissements de soins de longue durée et à la collectivité pour offrir aux personnes âgées du Canada des soins accessibles, appropriés et de qualité au meilleur coût possible. L inflation des prix est un facteur significatif d accroissement des dépenses. Gérer l inflation des prix des biens et des services médicaux de base, notamment les médecins, le personnel infirmier, les autres professionnels de la santé et les techniques diagnostiques de pointe, relèvera du défi. L augmentation rapide de la rémunération des médecins exerce une pression financière considérable sur l ensemble des gouvernements. ix

12 Le champ de pratique des professionnels de la santé autres que les médecins évolue. Les gouvernements examinent de quelle façon ces professionnels (comme les pharmaciens ou les infirmières praticiennes) peuvent compléter plus efficacement les services offerts par les médecins ou fournir à moindre coût les services offerts actuellement par les omnipraticiens. Le coût des soins hospitaliers est une autre question à examiner. Depuis 10 ans, la croissance des dépenses liées à l exploitation des hôpitaux est attribuable à la hausse de la rémunération ainsi qu à l augmentation du personnel nécessaire à la prestation d un nombre accru de services, tels que l imagerie diagnostique. Le recours aux soins ambulatoires, qui permet de réduire les coûts, sera donc une tendance à surveiller. Les dirigeants et les gestionnaires du système de santé devront examiner et gérer avec soin l introduction des nouveaux médicaments et autres technologies selon les avantages cliniques et la valeur qu ils offrent par rapport aux autres investissements du système de santé. Les tendances en matière d utilisation et l incidence de l expiration des brevets sont des questions relatives aux médicaments qu il faudra surveiller. On s attend à ce que la proportion des médicaments génériques dans le marché des médicaments prescrits au Canada augmente au cours des prochaines années, car les brevets de nombreux médicaments vedettes arriveront à échéance. En conclusion, les responsables de l élaboration des politiques et les décideurs du système de santé devront continuer à faire preuve d innovation et modifier la façon dont les soins de santé sont offerts. La prestation des soins de santé au Canada ne cesse d évoluer. Le recours à la collaboration interprofessionnelle afin d assurer une prestation des soins en équipe, l élargissement du champ de pratique des dispensateurs autres que les médecins, l importance accrue des soins axés sur le patient, l accent mis sur l intégration et la continuité des soins, la transition vers les soins ambulatoires, la volonté d offrir des médicaments à prix abordable et l offre d incitatifs aux dispensateurs de soins afin qu ils répondent aux besoins de leurs patients ne sont que quelques exemples des transformations continues que connaît le système de santé du Canada. x

13 Introduction : la viabilité Depuis plus d une décennie, les Canadiens s interrogent sur la viabilité financière du système de santé public, essentiellement pour la raison suivante : les dépenses de santé du secteur public, qu elles soient mesurées en pourcentage de l activité économique ou en dollars, tendent à augmenter. Au total, elles ont atteint 121 milliards de dollars en 2008 et connu une augmentation annuelle moyenne de 7,4 % depuis Selon les dernières prévisions présentées dans le rapport Tendances des dépenses nationales de santé, 1975 à publié annuellement par l ICIS, les dépenses de santé du secteur public devraient représenter 8,1 % du PIB en 2011 (figure 1). Figure 1 : Dépenses de santé du secteur public en pourcentage du PIB et croissance du PIB Sources Base de données sur les dépenses nationales de santé, Institut canadien d information sur la santé; Statistique Canada. Il est utile d examiner les données relatives aux dépenses de santé après rajustement en fonction de l inflation et de la croissance démographique. Comme l illustre la figure ci-dessous, la croissance des dépenses publiques de santé depuis 1975 se divise en trois phases : une phase de croissance de 1976 à 1991, une période de repli et de désinvestissement de 1992 à 1996 et une autre phase de croissance de 3,5 % par an en moyenne de 1997 à

14 Figure 2 : Dépenses de santé du secteur public par habitant, trois phases, taux de croissance annuel en dollars constants de 1997, Canada, 1976 à 2011 Source Base de données sur les dépenses nationales de santé, Institut canadien d information sur la santé. Les Canadiens ne sont pas les seuls à s inquiéter de la hausse des coûts des soins de santé et de sa signification pour l avenir des soins de santé publics. Dans presque tous les pays à revenu élevé, on remarque des tendances et des inquiétudes semblables et on s interroge sur la viabilité du système de santé public. Puisque la majeure partie des dépenses de santé est couverte par les fonds publics dans la plupart des pays riches de l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), de nombreuses études et analyses de ces données ont été produites et ont donné lieu à différentes interprétations. Selon certains, plus les dépenses de santé du secteur public augmentent, plus les sommes consacrées aux autres services diminuent; cette situation crée un malaise qui met en péril le reste du corps politique 2. À l opposé, d autres considèrent que la croissance des dépenses de santé ne gêne pas l investissement et laisse suffisamment de place aux autres dépenses publiques, même en tenant compte des importantes réductions d impôt accordées par les gouvernements depuis quelques années 3, 4. D autres encore estiment que la hausse des dépenses de santé est un choix collectif et ne pose aucun problème si la population consent à ce que davantage de ressources soient consacrées au système de santé par rapport aux autres services offerts par l État 5. 2

15 Depuis 1997, l ICIS publie annuellement un rapport sur les tendances en matière de dépenses de santé. Au cours de la dernière année, devant l augmentation continue des dépenses de santé et à la demande des décideurs, qui souhaitaient disposer d un plus grand nombre de données probantes sur ces tendances, l ICIS a analysé la période de 1998 à 2008 pour déterminer dans quelle mesure cette augmentation est attribuable aux facteurs d accroissement des dépenses de santé, tels que la croissance démographique, le vieillissement, les changements technologiques, l utilisation accrue et l inflation plus élevée dans le secteur de la santé par rapport à l inflation générale. Le présent rapport donne un aperçu des résultats de l étude et, par voie d exposé, relie les points les plus importants soulevés par les études des coûts propres au secteur de la santé. En plus de résumer les données sur les facteurs d accroissement des dépenses au Canada, le rapport met en évidence les points que les décideurs souhaiteront peut-être examiner pour mieux diriger et gérer leur système de santé respectif. Systèmes de santé fédéral, provinciaux et territoriaux On dit souvent que le Canada n a pas de système national de soins de santé, mais plutôt 14 systèmes de santé financés par l État. En fait, il s agit de systèmes très décentralisés, soit dix systèmes provinciaux, trois systèmes territoriaux et un système fédéral comprenant chacun de nombreux points de prise de décision et d influence. Les décisions prises dans un système influent souvent sur les autres systèmes. Certains aspects des soins de santé, tels que la prestation de services de soins dentaires et de la vue financés par des fonds privés ainsi que la fourniture de médicaments et de produits de santé en vente libre, ne font pas partie des systèmes de santé publics. Ceux-ci sont dirigés et coordonnés par des gouvernements élus démocratiquement et par leurs administrateurs de systèmes de santé. En gros, 30 % des soins de santé sont financés par des fonds privés, notamment la plupart des soins dentaires et de la vue, les thérapies complémentaires et non conventionnelles et les produits médicinaux. Ces soins ne relèvent pas du système public. Toutefois, puisque 70 % des soins de santé sont financés par l État, dont la presque totalité par les impôts, les dépenses qui s y rapportent doivent être justifiées auprès des différents ordres de gouvernement et, par l intermédiaire de ceux-ci, auprès de la population canadienne. Le présent rapport met principalement l accent sur les dépenses de santé du secteur public, car les biens et les services auxquels elles se rapportent présentent un intérêt particulier pour les décideurs du système de santé, surtout en vue de la renégociation de l accord fédéral, provincial et territorial sur la santé de

16 Il existe toutefois une exception majeure à cette distinction entre le financement public et privé. La pharmacothérapie prescrite chevauche les deux systèmes comme nulle autre catégorie de soins de santé au Canada 1. Contrairement aux médecins, dont plus de 98 % du financement provenait de sources publiques en 2008, et aux hôpitaux, qui ont obtenu 91 % de leur financement de la même façon i, seulement 46 % de la pharmacothérapie prescrite a été assumée par l État. Le reste, soit 54 %, a été financé par des régimes d assurance privés ou directement par les Canadiens. Cette relation entre le financement public et privé des médicaments prescrits se poursuit, et toute pression financière susceptible d accroître les écarts dans la couverture par le secteur privé tend à augmenter les pressions en vue d une couverture additionnelle par le secteur public. Par conséquent, dans le cas des médicaments prescrits, cela vaut la peine d examiner les facteurs d accroissement des dépenses de chaque côté de la division entre le public et le privé. Les ministères fédéral, provinciaux et territoriaux de la Santé jouent un rôle de premier plan dans la gouvernance des soins de santé publics au Canada. En vertu de la Constitution, les soins de santé sont de compétence provinciale et territoriale; la responsabilité du financement et de l administration des services de santé incombe par conséquent aux ministères de la Santé des provinces et des territoires. De façon générale, ces services se divisent en deux catégories. La première comprend les services «médicalement nécessaires» fournis dans un hôpital ou par un médecin en vertu de la Loi canadienne sur la santé administrée par Santé Canada. La seconde englobe les subventions et programmes provinciaux visant principalement les soins de longue durée, les services à domicile et le paiement des médicaments prescrits. Habituellement connus sous le nom de régime d assurance-maladie, les services couverts ont une portée pancanadienne, puisqu en vertu de la Loi canadienne sur la santé, les provinces et les territoires sont tenus de respecter les cinq principes suivants : gestion publique, accessibilité, universalité, transférabilité et intégralité. Le gouvernement fédéral encourage l harmonisation, car il a la possibilité d appliquer des déductions à ses paiements de transfert aux provinces et aux territoires ii. Même si les provinces et territoires ont la liberté de financer, d administrer et même de définir le panier de services visé par le régime d assurance-maladie, la façon dont ils administrent leur système de santé et le choix des services qu ils financent présentent davantage de points communs que de différences. i. Les revenus provenant de sources privées représentaient 9 % des dépenses des hôpitaux. Cela comprenait les dépenses payées par les patients et les assurances pour les services aux patients (frais des chambres à supplément, soins aux non-résidents, quote-part pour les soins chroniques, services non assurés, etc.), et les revenus ne provenant pas des patients (revenus d investissement, services alimentaires, biens immobiliers, stationnements, location, dons, etc.). ii. Lorsque la Loi canadienne sur la santé a été déposée en 1984, le gouvernement fédéral a prévu des déductions aux paiements de transfert aux provinces qui permettent l imposition de frais modérateurs et la surfacturation. Depuis 2000, les déductions du gouvernement fédéral en cas de frais modérateurs et de surfacturation s élèvent à 1 million de dollars. 4

17 Contrairement au régime d assurance-maladie, la seconde catégorie de services n est assujettie à aucune condition nationale d uniformisation. Depuis les années 1970, les gouvernements territoriaux et provinciaux ont investi massivement dans la prestation ou la subvention des soins de longue durée (y compris les services à domicile et les soins communautaires et de longue durée) et les programmes de remboursement des médicaments prescrits. Durant cette décennie, la plupart des gouvernements provinciaux et territoriaux ont mis en place des régimes publics d assurance-médicaments afin que les personnes non assurées par l intermédiaire d un employeur en général les personnes âgées et les personnes à faible revenu bénéficient d une protection de base. Bien que le débat sur les facteurs d accroissement des dépenses au Canada prenne souvent pour cible le régime d assurance-maladie en raison de sa portée pancanadienne et de l attention qu il suscite, cette seconde catégorie de services de santé exige également des dépenses importantes de la part des ministères de la Santé des provinces et des territoires. En effet, certaines des plus fortes hausses des dépenses de santé du secteur public lui sont attribuables. Par exemple, la part des dépenses globales consacrée aux médicaments a presque doublé en 20 ans, comme l illustre la figure 3. Figure 3 : Part des dépenses de santé du secteur public selon l affectation des fonds pour certaines catégories de dépenses, 1991, 2001 et 2011 Remarque p = prévision. Source Base de données sur les dépenses nationales de santé, Institut canadien d information sur la santé. 5

18 Étant donné que l accessibilité de ces services joue un rôle déterminant dans l utilisation appropriée et le coût du régime d assurance-maladie, les ministères de la Santé ont déployé des efforts considérables pour gérer les deux catégories de services au sein d un seul système. Dans la plupart des provinces et dans un territoire, les ministères de la Santé ont confié l administration courante et la gestion de ces services à de petits organismes publics, appelés en général autorités sanitaires régionales (leur nom varie selon la province; par exemple, au Québec, on les appelle agences de santé et des services sociaux [ASSS]). Responsables de la population de régions géographiques déterminées, les autorités sanitaires régionales sont chargées de répartir les ressources entre les différents services et d assurer la coordination ou l intégration de la prestation des services dans les nombreux secteurs, organismes et milieux professionnels de la santé. Toutefois, elles ne font pas la gestion des programmes de remboursement des médicaments prescrits ni des régimes de services médicaux, que les ministères provinciaux et territoriaux continuent d administrer de manière centralisée. Simultanément, le gouvernement fédéral joue aussi un rôle important dans l infrastructure de la santé au Canada, notamment dans la collecte de données, la recherche en santé, par l intermédiaire des Instituts de recherche en santé du Canada, et la réglementation des médicaments, grâce à Santé Canada, au Conseil d examen du prix des médicaments brevetés et à la Loi sur les brevets. En outre, le gouvernement fédéral est chargé d assurer la santé des membres des Premières Nations et des Inuits et finance divers programmes et services, y compris un programme pour les services de santé non assurés qui couvre notamment les médicaments prescrits, les soins dentaires, les soins de la vue et les voyages pour soins médicaux. Les membres de la Gendarmerie royale du Canada et des Forces armées, de même que les vétérans et les détenus des pénitenciers fédéraux, obtiennent également des prestations-maladie et des services de santé du gouvernement du Canada. Les paiements de transfert et les affectations directes du gouvernement fédéral peuvent être perçus comme un moyen d intégrer ses systèmes aux systèmes de santé des provinces et des territoires. Les facteurs d accroissement des dépenses de santé du Canada de 1998 à 2008 Contexte politique : décisions d investir dans les services de santé En ce qui a trait aux dépenses de santé, l expérience du Canada se compare à celle d autres pays de l OCDE. La ressemblance la plus apparente est la 6

19 corrélation positive entre la croissance économique et celle des dépenses de santé du secteur public de 1998 à La figure 4 illustre cette corrélation en comparant la situation du Canada avec celle des pays de l OCDE dont les dépenses de santé du secteur public par habitant dépassaient le seuil des $ US en 2008 iii. La vaste majorité des pays sont au-dessus de la droite de 45 degrés; ce qui signifie qu à l exception de la Norvège et de l Allemagne, les pays affichaient un taux d augmentation des dépenses supérieur à leur taux de croissance économique respectif de 1998 à Le Canada se situe légèrement en dessous de la ligne de tendance des pays de l OCDE. Figure 4 : Croissance moyenne des dépenses de santé du secteur public par habitant et PIB par habitant, 1998 à 2008 Source Organisation de coopération et de développement économiques, Éco-Santé OCDE 2011, Paris, France, juin Après avoir situé les tendances récentes en matière de dépenses de santé au Canada dans un contexte mondial, il est utile d examiner l expérience du Canada sur une plus longue période. Le ratio des dépenses de santé par rapport au PIB a été à la hausse durant les 35 dernières années, affichant des pointes pendant les récessions (comme en 1981) et des diminutions pendant les périodes de reprise économique qui ont suivi les récessions. Comme l indique la figure 5, il iii. En 2008, 18 pays de l OCDE satisfaisaient à ce critère et avaient adopté le système comptable comparable de l Organisation. Voici les années durant lesquelles leurs données sont devenues comparables : Allemagne, 1992; Australie, 1998; Autriche, 1990; Belgique, 2003; Canada, 1975; Danemark, 2003; Espagne, 1999; États-Unis, 1999; Finlande, 1995; France, 1995; Islande, 2003; Japon, 1995; Luxembourg, 1999; Norvège, 1997; Nouvelle-Zélande, 2004; Royaume-Uni, 2010; Suède, 2001; Suisse, Le Luxembourg a été éliminé de cette comparaison en raison de sa petite superficie et de sa faible population. 7

20 existe une relation positive entre la croissance économique et la croissance des dépenses de santé au Canada depuis le milieu des années En général, plus la croissance économique était forte et, par conséquent, plus les revenus étaient élevés, plus les sommes consacrées à la santé étaient importantes. On remarque toutefois une exception, soit la période de 1993 à 1996 durant laquelle les gouvernements ont tenté de réduire, voire d éliminer, leur déficit budgétaire. Figure 5 : Croissance moyenne des dépenses totales de santé et du PIB, Canada 1976 à 2008 Source Base de données sur les dépenses nationales de santé, Institut canadien d information sur la santé. Avec un ratio de 70:30 pour la proportion des dépenses totales de santé relevant du secteur public et du secteur privé respectivement, le Canada affiche l un des résultats les plus bas des pays de l OCDE 6 en ce qui a trait à la proportion des dépenses engagées par le secteur public. En général, les Canadiens ne réalisent pas que les États-Unis affichent des résultats plus élevés, tant pour les dépenses de santé du gouvernement par personne que pour la part de l économie consacrée aux dépenses de santé du secteur public, et ce, même avant les réformes adoptées par le Congrès en mars 2010 afin d élargir la couverture d assurance. Comme l indique la figure 6, les États-Unis affichent le cinquième ratio de dépenses de santé du secteur public par rapport au PIB de tous les pays de l OCDE sélectionnés. Le ratio du Canada est plus élevé que celui de l Australie, mais moins élevé que celui de plusieurs pays d Europe, notamment la France, l Allemagne et le Royaume-Uni. 8

21 Figure 6 : Dépenses de santé du secteur public en pourcentage du PIB dans 17 pays sélectionnés, 2009 Remarque * Données de Source Organisation de coopération et de développement économiques, Éco-Santé OCDE 2011, Paris, France, juin Les dépenses de santé du secteur public, dont la part du lion est financée par les ministères provinciaux de la Santé, ont connu une croissance annuelle moyenne de 7,4 % entre 1998 et 2008, soit supérieure à celle de la plupart des autres secteurs de dépenses des gouvernements. Cela a eu d énormes conséquences sur la part des dépenses des provinces et territoires reservée au budget de la santé. En 1998, 33,1 % de l ensemble des dépenses de programme a été alloué aux ministères de la Santé. Dix ans plus tard, ce taux était passé à 39,3 %. Toutefois, comme l illustre la figure 7, le taux le plus élevé a été atteint en 2004; depuis, la part des dépenses consacrées à la santé par les gouvernements des provinces et des territoires s est stabilisée. 9

22 Figure 7 : Dépenses totales de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux en pourcentage des dépenses totales de programme (dépenses totales moins frais de la dette), 1998 à 2008 Source Base de données sur les dépenses nationales de santé, Institut canadien d information sur la santé. Après qu on ait tenu compte de l inflation générale dans l économie et de la croissance démographique, les dépenses de santé du secteur public ont tout de même augmenté de 3,4 % par an en moyenne de 1998 à 2008; ce taux représente plus du double du taux de croissance des recettes des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux. Toutefois, les dépenses d autres secteurs importants, comme les transports, les communications et l éducation, ont également connu une croissance supérieure à celle des recettes publiques. Comment cela a-t-il pu se produire? Simplement grâce au dividende budgétaire que les gouvernements ont encaissé après avoir éliminé les déficits et réduit leur niveau d endettement dans les années 1990, réussissant ainsi à baisser de façon très importante les intérêts qu ils devraient payer sur l encours de la dette les années suivantes. Toutefois, le dividende budgétaire n a pas été entièrement investi dans les programmes gouvernementaux comme la santé. Il a été en partie rendu aux Canadiens sous forme de réductions d impôts significatives, ce qui explique également la croissance relativement faible des recettes publiques pendant cette décennie. 10

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

État de la situation: dépenses en médicaments au Québec, comparaison canadienne et internationale

État de la situation: dépenses en médicaments au Québec, comparaison canadienne et internationale Journée d étude - Contrôle du coût des médicaments : cible prioritaire pour les finances publiques Union des consommateurs, 21 octobre 2010. État de la situation: dépenses en médicaments au Québec, comparaison

Plus en détail

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada www.bucksurveys.com Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada Résultats 2011 Introduction: Faibles augmentations à tous les niveaux Depuis que Buck a lancé, en 2001, sa première Étude

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 1 SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 Document d information Le 2 décembre 2014. Le Sondage national des médecins est un important projet de recherche continu qui permet de recueillir les opinions de médecins,

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

Méfiez-vous du modèle d austérité canadien

Méfiez-vous du modèle d austérité canadien Méfiez-vous du modèle d austérité canadien Andrew Jackson Le présent essai a été rédigé à la suite d articles des médias selon lesquels l ex-ministre des Finances et ex-premier ministre canadien Paul Martin

Plus en détail

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD mai LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Faits saillants Le fait que la Banque du Canada ait récemment indiqué que les taux d intérêt pourraient

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013

Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013 Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013 Normes et soumission de données Notre vision De meilleures données

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS 2012 Indice BDC de la nouvelle activité entrepreneuriale PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS Résumé --------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace Notre vision Desjardins Assurances est un acteur canadien important en assurance collective, reconnu pour son

Plus en détail

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Préparé pour la Conférence économique 2005, Ottawa 10 mai 2005 Colleen Dempsey Recherche et statistiques stratégiques Citoyenneté et

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Le Québec a instauré, en 1997, un régime général d assurance. L adoption d un régime entièrement public D ASSURANCE MÉDICAMENTS. s impose au Québec

Le Québec a instauré, en 1997, un régime général d assurance. L adoption d un régime entièrement public D ASSURANCE MÉDICAMENTS. s impose au Québec L adoption d un régime entièrement public D ASSURANCE MÉDICAMENTS s impose au Québec Dans son plan d action national 2011-2014, qui découle des orientations adoptées lors du Congrès de juin 2011, l AREQ

Plus en détail

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables Table des matières Introduction... 3 Revenu pleinement imposable et revenu de placement

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Introduction 9 STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Par Sven Milelli INTRODUCTION Structures organisationnelles 11 Il existe une grande variété de structures juridiques possibles pour l exploitation d une entreprise

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université Version finale Présentée au Syndicat général des professeurs et professeures de l Université de Montréal (SGPUM)

Plus en détail

AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ

AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE 2010, Améliorer le rapport coût-efficacité des systèmes de santé, OCDE Département des Affaires Économiques, Note de politique économique,

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Foire aux questions Régime médicaments du Nouveau-Brunswick Le 10 décembre 2013

Foire aux questions Régime médicaments du Nouveau-Brunswick Le 10 décembre 2013 Foire aux questions Régime médicaments du Nouveau-Brunswick Le 10 décembre 2013 1. Qu'est-ce que le Régime médicaments du Nouveau-Brunswick? Le Régime médicaments du Nouveau-Brunswick est une assurance

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité Quote-part fiscale de la Suisse : des apparences trompeuses dossierpolitique 21 février 2011 Numéro 2 Quote-part fiscale. Dans la statistique annuelle de l OCDE, la Suisse affiche une quote-part fiscale

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Statistiques de finances publiques consolidées

Statistiques de finances publiques consolidées Statistiques de finances publiques consolidées Introduction Le concept de la consolidation est couramment utilisé dans le domaine de la comptabilité, tant dans le secteur privé que public. Définie simplement,

Plus en détail

COMPTE DU RÉGIME DE PENSION DE LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA. Comptables agréés Toronto (Ontario) Le 29 avril 2005

COMPTE DU RÉGIME DE PENSION DE LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA. Comptables agréés Toronto (Ontario) Le 29 avril 2005 Rapport des vérificateurs Au conseil d administration de l Office d investissement des régimes de pensions du secteur public Compte du régime de pension de la Gendarmerie royale du Canada Nous avons vérifié

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

Conseil d examen du prix des médicaments brevetés

Conseil d examen du prix des médicaments brevetés Conseil d examen du prix des médicaments brevetés 2010-2011 Rapport sur les plans et les priorités L honorable Leona Aglukkaq Ministre de la Santé Table des matières Message du Président...5 Section I

Plus en détail

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014 L assurance soins de santé en Belgique : une introduction Thomas Rousseau 12 juin 2014 Introduction L assurance maladie obligatoire L assurance soins de santé L assurance indemnités (maladie, accident,

Plus en détail

Lutter contre la flambée des coûts des régimes d assurance-médicaments

Lutter contre la flambée des coûts des régimes d assurance-médicaments Lutter contre la flambée des coûts des régimes d assurance-médicaments Des solutions de gestion des régimes d assurance-médicaments moins difficiles à avaler pour les employés Un autre Dossier de réflexion

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Régimes publics d assurance-maladie au Canada :

Régimes publics d assurance-maladie au Canada : Comparaison des régimes provinciaux et territoriaux Dispositions en date du 1 er octobre 2010 Comparaison des régimes provinciaux et territoriaux i CANADA Comme leur nom l indique, les régimes complémentaires

Plus en détail

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX PRB 06-40F RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX FÉDÉRAUX INTRODUITS ENTRE 1998 ET 2005 Alexandre Laurin Alexandre Martin Division de l économie Le 28 août 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION. Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES PARTICULIERS AU QUÉBEC

DOCUMENT D INFORMATION. Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES PARTICULIERS AU QUÉBEC DOCUMENT D INFORMATION Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES PARTICULIERS AU QUÉBEC document d information Septembre 2014 La fiscalité des particuliers au Québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Formation continue des conseillers

Formation continue des conseillers Connaissance continue formation éducation en ligne participation Assurance-vie avec participation Objectifs d apprentissage Après avoir terminé ce cours, vous pourrez : Expliquer ce qu est l assurance-vie

Plus en détail

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Ministère des Finances Communiqué Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Le Plan d action économique de 2015

Plus en détail

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement.

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement. le 23 mars 2004 «tout au long de notre histoire, les Canadiens ont été animés par une idée bien simple : que nous avons la responsabilité de faire en sorte que nos enfants et nos petits-enfants aient une

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification du cadre de contrôle de gestion pour les subventions et contributions de 2012-2013 (Modes de financement)

Plus en détail

Tendances de l insolvabilité au Canada

Tendances de l insolvabilité au Canada Tendances de l insolvabilité au Canada Ginette Trahan Directeur général, Services des relations externes Bureau du surintendant des faillites Le 16 novembre 2011 Association canadienne de la gestion de

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec Édition 2013 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s

Plus en détail

Brock. Rapport supérieur

Brock. Rapport supérieur Simplification du processus de demande d aide financière dans les établissementss : Étude de cas à l Université Brock Rapport préparé par Higher Education Strategy Associates et Canadian Education Project

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

l assurance-vie avec participation de la London Life

l assurance-vie avec participation de la London Life Votre guide de l assurance-vie avec participation de la London Life Valeur, solidité et choix Ce que vous découvrirez dans ce guide En combinant les renseignements contenus dans ce guide aux conseils professionnels

Plus en détail

Information Le secteur des services financiers canadien

Information Le secteur des services financiers canadien L industrie canadienne des assureurs de personnes Aperçu Au Canada, l industrie des assurances de personnes se compose de 120 entreprises, comparativement à 163 en 1990; elle englobe les sociétés constituées

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE COMMERCE ELECTRONIQUE ET IMPOTS @ OCDE CLARIFICATION POUR L APPLICATION DE LA DÉFINITION D ÉTABLISSEMENT STABLE DANS LE CADRE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE : MODIFICATIONS DES COMMENTAIRES SUR L ARTICLE 5 22

Plus en détail

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES UN CONTEXTE PLEIN DE CONTRASTES Dans la plupart des pays analysés, un écart peut être observé entre les normes définies par les droits

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Estimation des coûts d un crédit d impôt pour la condition physique des adultes. Ottawa, Canada Le 25 septembre 2013 www.pbo-dpb.gc.

Estimation des coûts d un crédit d impôt pour la condition physique des adultes. Ottawa, Canada Le 25 septembre 2013 www.pbo-dpb.gc. Estimation des coûts d un crédit d impôt pour la condition physique des adultes Ottawa, Canada Le 25 septembre 2013 www.pbo-dpb.gc.ca Faits saillants Le directeur parlementaire du budget (DPB) a pour mandat

Plus en détail

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le 19 avril 2013 Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le comité d experts a été formé vers la fin de 2011, et on lui a donné le mandat de formuler des

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT Revoir le mode de financement de notre système d Assurance-maladie, institution à

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Contenu Contexte................................................................ 101 Examen du contrat........................................................

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes N o 11 626 X au catalogue N o 26 ISSN 1927-548 ISBN 978--66-2984-5 Document analytique Aperçus économiques Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes par André Bernard Direction des

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions

Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions Janiver 2014 Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Questions sur le projet 1. En

Plus en détail

Projection des équilibres financiers des gouvernements du Canada et des provinces et territoires. Mise à jour Février 2004

Projection des équilibres financiers des gouvernements du Canada et des provinces et territoires. Mise à jour Février 2004 Mise à jour Février 2004 Projection des équilibres financiers des gouvernements du Canada et des provinces et territoires PERFORMANCE ET TENDANCES ÉCONOMIQUES Le Conference Board du Canada Le Conference

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail