Catalogue de Formations 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Catalogue de Formations 2014"

Transcription

1 Catalogue de Formations 2014 Basé à Paris, le cabinet AZERRISK Advantage vous propose des accompagnements multiples : formation, conseil sur place et à distance ainsi que la mise en place de solutions logicielles sur mesure afin d apporter des réponses proportionnées et ajustées à vos besoins. Nous contacter, se rencontrer AZERRISK Advantage 5, rue du Sergent Bauchat PARIS Tél : 33 (0) Fax : 33 (0) Mail : Web :

2 Sommaire I. GAMME RISK MANAGEMENT & REGLEMENTATION... 4 SEMINAIRE RIS01 : «Risque de Crédit, Niveau 1»... 4 SEMINAIRE RIS02 : «Risque de Crédit, Niveau 2»... 6 SEMINAIRE RIS03 : «Les approches avancées de Bâle II»... 8 SEMINAIRE RIS04 : «Bâle III et la CRD4 : «Vers de nouvelles règles financières» SEMINAIRE RIS05 : «Risques de Marché niveaux 1 & 2» SEMINAIRE RIS06 : «Les risques de modèle» SEMINAIRE RIS07 : «La Var et les stress tests de Bâle II à Bâle III» SEMINAIRE RIS08 : «Solvabilité 2 : la nouvelle réglementation» SEMINAIRE RIS09 : «Les nouveaux modèles OTD (Originate To Distribute) et la titrisation sous Bâle III et Solvency II» SEMINAIRE RIS10 : «BALE III : Contenu et impacts, différences Europe / USA» SEMINAIRE RIS11 : «Bâle III et Solvency II : Comparaison, combinaison et impacts opérationnels» SEMINAIRE RIS12 : «Piloter les risques financiers dans les entreprises aujourd hui» SEMINAIRE RIS13 : «Mettre en place des outils de Scoring» II. GAMME PILOTAGE OPERATIONNEL ET CONTROLES SEMINAIRE PIL01 : «Pilotage ALM et Gestion du risque de liquidité» SEMINAIRE PIL02 : «Le cadre de la gestion d actifs : les réformes UCITS, le DICI (KiiD), et les principaux ratios» SEMINAIRE PIL03 : «Bénéficier de la révolution Big Data» SEMINAIRE PIL04 : «Marchés financiers, Processus Front To Back et Contrôles» SEMINAIRE PIL05 : «Comprendre le risque dans la banque» SEMINAIRE PIL06 : «Principes de contrôle interne bancaire» SEMINAIRE PIL07 : «ALM bancaire : gérer un bilan au quotidien» SEMINAIRE PIL08 : «Mettre en place une cartographie des risques» III. GAMME FINANCE & MARCHES SEMINAIRE FIN01 : «Les politiques monétaires et de change : Quantitative Easing, quelles voies de sortie?» SEMINAIRE FIN02 : «Gestion financière d entreprise : théorie et pratique» SEMINAIRE FIN03 : «Les normes IFRS dans les banques» SEMINAIRE FIN04 : «La finance islamique» SEMINAIRE FIN05 : «La micro finance» SEMINAIRE FIN06 : «Comprendre les sociétés de gestion» SEMINAIRE FIN07 «Les fondamentaux de l assurance» IV - E-learning: «Former vos collaborateurs à distance avec nos modules e-learning interactifs» V Sélection de références : Page 2

3 90 % des participants à nos séminaires de formation en finance sont très satisfaits. Nos experts interviennent régulièrement dans différents établissements de renom (Sciences Po Paris, HEC Finances, l'institut de l'entreprise...). Formations "sur mesure" en finance et gestion des risques financiers Un expert dédié aux entreprises anime des séminaires de formation en finance et gestion des risques financiers "sur mesure" et adaptés à vos besoins selon les secteurs d'activité : Durée des formations : de 2 à 5 jours ou plus selon les thèmes A qui s'adresse nos séminaires de formation? Aux banques, assurances, etc Aux entreprises de toutes tailles et tous secteurs d activité Aux consultants souhaitant renforcer et/ou actualiser leurs compétences en finance et Risk Management. Ces séminaires de formation «sur-mesure» peuvent avoir lieu dans vos locaux ou à distance en e- learning et permettent ainsi une formation efficace et ciblée sur vos besoins concrets. Pourquoi choisir nos séminaires de formation? La qualité : des compétences reconnues (Anciens experts Banque de France, enseignants en finance à l'essec...) Des formations opérationnelles et interactives : cas pratiques, exemples de simulation, etc. Le "sur mesure" : analyse préalable de vos besoins en formation en collaboration avec vos équipes (questionnaires, entrevues sur place et entretiens téléphoniques, etc.) Des coûts de formation réduits : Possibilités de formations dans vos locaux Recours aux supports en ligne et outils WEB Durées de séminaire de formation optimisées (formations ciblées sur les besoins exprimés par nos clients). Page 3

4 I. GAMME RISK MANAGEMENT & REGLEMENTATION SEMINAIRE RIS01 : «Risque de Crédit, Niveau 1» Introduction La gestion du risque de crédit constitue un enjeu majeur pour les établissements bancaires. La bonne gestion de ce risque implique que les collaborateurs soient largement sensibilisés à ce risque, et ce même quand ils interviennent dans d autres domaines. En ayant une vision globale du dispositif de pilotage et une connaissance des outils, chaque collaborateur peut ainsi disposer des clés de lecture et des bons réflexes pour contribuer dans sa fonction à la bonne maitrise des risques de crédit. Points forts Un séminaire structuré autour de cas concrets d analyse de risques et d évaluation de dossiers Des échanges nombreux entre participants et avec le formateur lors des ateliers et cas pratiques. Des réponses à des questions opérationnelles, lors des études de cas qui peuvent se fonder sur des dossiers ou des situations réelles communiqués par les participants. Programme détaillé Introduction et cadre du risque de crédit Définition et illustration des différentes facettes du risque de crédit Evolutions réglementaires Dispositif de gestion du risque de crédit en place Typologie et comparaison des différentes formes de risque de crédit selon les instruments concernés (crédit amortissable, autorisation de découvert, crédit revolving) Organisation du processus d octroi du crédit Schéma d octroi de crédit, système de délégation et d autorisations Analyse des risques de crédit au niveau transactionnel Notation interne, taux de perte et ROE/RAROC prédictif Facteurs d atténuation des risques : garanties et collatéraux Rôle du comité de crédit et prise de décision Evaluation du risque de crédit Analyse des documents financiers : bilans / comptes de résultat / business plans / principaux ratios financiers Analyse sur dossier (dire d expert) et approches plus quantitatives (scoring) Mesure des principaux indicateurs de risque : probabilité de défaut (PD), perte en cas de défaut (LGD) Les crédits syndiqués : engagement / risque de syndication / prise finale / rôle de l agent La gestion du risque de crédit Le suivi des dossiers de crédit en cours de vie La revue régulière des crédits et l analyse des signaux d alerte La prise en compte des «effets de contagion» Page 4

5 Le suivi des risques sectoriels et le suivi du risque pays Approche par transaction et approche par portefeuille (effets de concentration/diversification) Le suivi des limites par engagement / par signature / par secteur / par pays La prise en compte des garanties et suretés Transfert et atténuation du risque de crédit : dérivés de crédit, pooling, fonds de garantie, caution, garanties physiques Étude de cas : Traitement d un ou plusieurs dossiers de crédit présentant de multiples risques de tous types (signature, pays, projet, garanties) avec les participants. Un dossier exemple peut être fourni en amont par les participants au besoin. Appréciation des risques et des garanties. Discussion et traitement collectif. Revue ex-post de la qualité de l analyse sur la base de l évolution du dossier dans le temps. Objectifs de la formation: Acquérir les fondamentaux de la gestion du risque de crédit Intégrer des réflexes simples en matière d appréciation du risque de crédit Diffuser les meilleures pratiques et favoriser les échanges sur des cas concrets Public concerné : Collaborateurs des fonctions souhaitant acquérir une vision d ensemble du risque de crédit Collaborateurs désireux d évoluer vers des fonctions requérant une maitrise du risque de crédit Page 5

6 SEMINAIRE RIS02 : «Risque de Crédit, Niveau 2» Introduction Le pilotage du risque de crédit se fonde sur des outils multiples et parfois complexes. L environnement et les normes internationales se fondent aussi parfois sur des outils statistiques requérant l exploitation de données internes comme externes. Il est toutefois important d adapter ces exigences au contexte de chaque banque, afin d aboutir à des indicateurs robustes exploitables au quotidien. Pour pleinement exploiter les indicateurs de pilotage du risque de crédit les plus récents et les plus efficaces, il est donc nécessaire d en mesurer les forces, faibles et leur adaptation au contexte de chaque établissement. Points forts Une large place est accordée aux travaux concrets en mode atelier afin de permettre aux participants de mettre en œuvre immédiatement les concepts vus, à partir de données concrètes. Des échanges nombreux sur les meilleures pratiques entre participants et avec le formateur lors des ateliers opérationnels. Une revue de l ensemble des indicateurs et meilleures pratiques exploités dans l environnement international et régional. Programme détaillé Rappel du cadre réglementaire Normes bâloises : Bâle I, II et III Evolutions réglementaires récentes Poids du risque de crédit par rapport aux autres risques dans les banques La mesure du risque de crédit Approches du risque de crédit / retail par rapport à l évaluation du risque de crédit / corporate Rating, scoring et notation interne Calibration des indicateurs de risques : PD, LGD, EAD Expected Losses et provisions (Best estimate) : comparaison des approches Bâle II et IFRS Unexpected Losses, calcul de fonds propres réglementaires selon les différentes approches : standard, IRB Fondation, IRB Avancée Traitement des risques de crédit sur les financements spécialisés Mesure du rating et matrices de transition Credit VaR paramétrique et historique Stress testing sur risque de crédit et combinaison avec les approches ICAAP Étude de cas : mesure des risques de crédit selon ces différentes approches, atelier de travail sur la construction d échelles de notation interne à partir d une base de données.. La gestion du risque de crédit La prise en compte des garanties et suretés de tous types Le pilotage dynamique des risques de crédit au niveau transactionnel et au niveau du portefeuille de la banque Le suivi des risques sectoriels et le suivi du risque pays La prévention du risque de défaut Les impacts sur les autres familles de risques, tels que : o Risque opérationnel et «data cheating» o Risque de liquidité, impacts ALM et consommations de liquidité sous BâleIII La gestion du risque de contrepartie Page 6

7 Définition / périmètre de netting Notions d EE, EPE, et PFE Articulation avec les risques de marché et de crédit Importance de ce risque dans les nouvelles réglementations (BâleIII) L atténuation et le transfert du risque de crédit La prise en compte des garanties et suretés de tous types La gestion des créances douteuses et la mise en recouvrement La réassurance du crédit et la titrisation des créances Evolution du cadre de la titrisation sous BâleIII et les CRD2 et 3 Étude de cas : quantification du risque de crédit et gestion d un crédit tout au long de sa vie. Mesure et comparaison de l impact des différentes approches sur la gestion du crédit Objectifs de la formation: Acquérir et consolider ses connaissances en gestion du risque de crédit Intégrer les dimensions garantie et prévention du défaut Diffuser les meilleures pratiques et favoriser les échanges sur des cas concrets Public concerné : Collaborateurs des fonctions souhaitant renforcer leur connaissance et pratiques en gestion du risque de crédit Collaborateurs des fonctions crédits souhaitant approfondir leur maitrise de meilleures pratiques Page 7

8 SEMINAIRE RIS03 : «Les approches avancées de Bâle II» Programme détaillé (2 à 5 jours selon les besoins du client) Introduction : Le cadre institutionnel de la réglementation et de la supervision bancaire française Comité de Bâle et autorités européennes et nationales (Commission bancaire) Les origines de Bâle II PRESENTATION DE LA REFORME BÂLE II Pilier 1 : Exigences minimales de fonds propres 1. La couverture des risques de crédit Principe général La notation interne : acteurs et organisation Présentation et analyse des différentes méthodes Méthode standard Approche IRB Fondation Approche IRB Avancée Notions et paramètres bâlois Pertes attendues et pertes inattendues (EL et UL) Le défaut bâlois Les paramètres bâlois : PD, LGD, EAD, CCF, Techniques de minoration des risques (compensation, achat de protection, diversification) Traitement des différents segments de clients Études de cas, exercices et simulations de quantification de risques selon les différentes méthodes 2. La couverture des risques de marché Origines des approches Value at Risk Présentation des différentes méthodes Méthode standard Approche Modèle Interne (Value at Risk) Présentation des techniques de VaR Back-testing et Stress-testing Mise en œuvre de VaR dans les banques Exercices, et calculs de VaR sur un portefeuille simple 3. La couverture des risques de contrepartie Méthodologie Paramètres spécifiques : EE, EPE Le risque de contrepartie après la faillite de Lehman Brothers 4. La couverture des risques opérationnels Importance pour le domaine bancaire Analyse des différents types de risques opérationnels Page 8

9 Les différentes méthodes de quantification des fonds propres Couverture des risques opérationnels Pilier 2 : Surveillance prudentielle Traitement des risques hors-pilier 1 Implications pour les contrôles bancaires Articulation avec les exigences réglementaires en termes de contrôle interne Pilier 3 : Discipline de marché et transparence Exigences pour les banques Articulation du pilier 3 avec les normes IFRS Axes de la réforme de Bâle II : Bâle 2.5 & Bâle 3 Pilier 1 : Pilier 2 : 1. Augmentation des fonds propres 2. Renforcement des fonds propres 3. Recours au ratio de sécurité sur le «leverage» de la banque 1. Intégrer de nouveaux risques dans le suivi 2. Renforcer les dispositifs de stress-testing Pilier 3 : 1. Exigences renforcées en matière de transparence sur les opérations de titrisation 2. Articulation avec la réforme de la norme IFRS 39. Cas pratiques de notation d entreprise et de projet Objectifs de la formation Maitriser l ensemble des dimensions contenues dans un projet Bâle II Apprécier les coûts et avantage de ces normes de fonds propres et de gestion des risques Comparer les différentes approches permises par Bâle II (normes standard et modèle interne) Mieux appréhender le cadre réglementaire de la gestion des risques Appliquer les concepts dans le cadre de simulations de gestion des risques Public visé : Collaborateurs impliqués dans la gestion des risques et dans les projets Bâle II & III Auditeurs et inspecteurs intervenant sur ces fonctions Direction financière/trésorerie, Direction des Risques et Direction de la Comptabilité Collaborateurs intervenant dans la gestion des risques des banques Page 9

10 SEMINAIRE RIS04 : «Bâle III et la CRD4 : «Vers de nouvelles règles financières» Programme détaillé (1 à 3 jours selon les besoins du client) Introduction : Les raisons et les objectifs du passage à Bâle 3 Principaux textes applicables Tirer les leçons de la crise bancaire de Renforcer la résilience et la stabilité du système financier Limiter l aléa moral et l intervention de l Etat Etat d avancement de la convergence vers Bâle 3 et calendrier de mise en œuvre Dernières évolutions européennes d accélération du calendrier de Bâle 3 Décisions de l EBA de fin 2011 Un renforcement des fonds propres accélérés Les nouvelles formes de fonds propres : les BCCS (Buffer Convertible Capital Securities) Contenu de la réforme Bâle 3 et dernières évolutions Augmentation quantitative des fonds propres affectés aux risques de marché Renforcement qualitatif des fonds propres des banques Durcissement des règles d exigibilité des fonds propres exigibles Limitation de l arbitrage règlementaire grâce au ratio de sécurité sur le «leverage» de la banque et à l encadrement de la titrisation Des fonds propres plus stables, moins procycliques L apparition de ratios internationaux de liquidité : Liquidity Coverage Ratio Net Stable Funding Ratio Un encadrement du bilan indépendant des mesures de risque : le ratio de leverage Étude de cas : Estimation des impacts de Bâle 3 pour les banques Les impacts structurels de Bâle 3 Pénalisation de la prise de risque pour compte propre dans les banques Des mesures de risque de marché et de liquidité durablement «stressées» Meilleure prise en compte des risques de contrepartie dans le monde post-lehman Des marchés plus consommateurs de liquidité et de capitaux propres La réduction de la taille des bilans Étude de cas : Comprendre la combinaison de ces nouvelles exigences Objectifs de la formation: Comprendre les motivations et le contenu de la réforme Bâle III Fournir une vision d ensemble et cohérente des facettes de cette réforme Comprendre les dernières évolutions réglementaires de l EBA Connaître les modalités d application de Bâle III et des principaux ratios en milieu opérationnel Echanger sur les meilleures pratiques opérationnelles de transposition de Bâle III Public concerné : Collaborateurs souhaitant comprendre le contenu et les enjeux de la réforme Bâle III Auditeurs, inspecteurs et contrôleurs intervenant sur ces questions Collaborateurs des fonctions impactées par la réforme Bâle III Page 10

11 SEMINAIRE RIS05 : «Risques de Marché niveaux 1 & 2» Introduction Le pilotage des risques de marché a été profondément bouleversé par la crise financière de et la mise en place de normes réglementaires plus restrictives. Les pratiques de pilotage des risques de marché se fondent désormais sur des indicateurs multiples qualitatifs et quantitatifs. Parmi cette large gamme, il convient de choisir les indicateurs les mieux adaptés, au contexte et à la liquidité de chaque marché et de chaque classe d actifs. En ayant une vision globale et critique des indicateurs disponibles, le risk manager est donc aptes à retenir et adapter le ou les outils conformes à ses besoins et à son contexte opérationnels. Points forts Un séminaire couvrant l ensemble des outils de pilotage des risques de marchés, avant et après la crise, sur les marchés internationaux, comme sur des marchés régionaux ou moins liquides. Des réponses opérationnelles lors des ateliers et des exercices de simulation de pilotage des risques en période de crise. Ces ateliers peuvent se fonder sur des données reflétant le contexte des participants, afin de leur apporter des réponses véritablement opérationnelles. Programme détaillé (2 à 3 jours selon les besoins du client) Introduction aux outils de risk management adaptés aux risques de marché Environnement & facteurs de développement du Risk Management La crise financière : un nécessaire renforcement des pratiques de risk management Le contexte local des risques particuliers en évolution rapide Les méthodes de VaR Définition / origine / hypothèses/ typologie / modalités d application Les principales méthodologies de calcul VaR paramétrique VaR Historique VaR Monte Carlo Mise en perspective de chaque méthodologie : avantages & inconvénients, applications concrètes de ces différentes méthodes dans les principaux établissements Les stress tests (scénarii catastrophes / simulations de crise) Origine des stress tests Typologie de stress tests (revue des forces et faiblesses de ces méthodes) Stress tests historiques Stress tests hypothétiques Stress tests adverses ou reverses Bonnes pratiques dans l usage opérationnel des stress tests Études de cas : 1. Mise en place de stress tests adaptés aux risques de marché 2. Calcul et calibration de VaR adaptées aux marchés locaux 3. Risques spécifiques à l environnement local 4. Prise en compte du manque de liquidité dans le pilotage des risques de marché Le pilotage du risque de marché: spécificités Page 11

12 Qualité de l information Dimension régionale et effets domino Dynamisme économique et risques Objectifs de la formation Comprendre les forces et faiblesses des différents outils de suivi des risques de marché Identifier les approches les plus adaptées à chaque cas d espèce Comprendre l intérêt du stress testing Adapter ces outils de pilotage au contexte local Public concerné : Collaborateurs souhaitant comprendre le fonctionnement et l usage opérationnel fait des stress tests et de la VaR Auditeurs, inspecteurs et contrôleurs intervenant sur ces questions Collaborateurs impliqués dans la maîtrise des risques Page 12

13 SEMINAIRE RIS06 : «Les risques de modèle» Programme détaillé (1 à 2 jours selon les besoins du client) Introduction Crise financière et remise en cause des modèles Raisons de l usage des modèles Liquidités et usage du Mark to Model Principaux modèles de valorisation Le cadre Black-Scholes Qu est-ce qu un mouvement Brownien? Les concepts du monde des modèles Processus continus / Processus à saut Les volatilités Les modèles de volatilité Volatilité locale (Modèle de Dupire) Volatilité stochastique (Modèle de Heston) Valider et compléter les modèles Le back-testing Le stress testing Gérer les risques de modèles : cadre règlementaire cadre comptable l usage des réfactions Objectifs de la formation Comprendre la notion de risque de modèle (dimensions comptables et risk management) Mesurer l impact de ces risques dans la valorisation des opérations Comparer les différentes approches permises par les normes comptables Appréhender les méthodes d encadrement et de quantification de ces risques de modèle Appliquer les concepts vus sur quelques exemples concrets Public concerné : Collaborateurs impliqués dans la gestion des risques et dans la valorisation d instruments financiers non cotés sur des marchés suffisamment liquides Auditeurs et inspecteurs intervenant sur ces fonctions Direction financière/trésorerie, Direction des Risques et Direction de la Comptabilité Collaborateurs impliqués dans la manipulation d instruments financiers complexes Page 13

14 SEMINAIRE RIS07 : «La Var et les stress tests de Bâle II à Bâle III» Programme détaillé (2 à 3 jours selon les besoins du client) Introduction à la VaR, aux stress tests et aux outils de risk management Environnement & facteurs de développement du Risk Management La crise financière : un nécessaire renforcement des pratiques de risk management Les méthodes de VaR Définition / origine / hypothèses/ typologie / modalités d application Les principales méthodologies de calcul VaR paramétrique VaR Historique VaR Monte Carlo Mise en perspective de chaque méthodologie : avantages & inconvénients, applications concrètes de ces différentes méthodes dans les principaux établissements Les stress tests (scénarii catastrophes / simulations de crise) Origine des stress tests Typologie de stress tests (revue des forces et faiblesses de ces méthodes) Stress tests historiques Stress tests hypothétiques Stress tests adverses ou reverses Bonnes pratiques dans l usage opérationnel des stress tests Étude de cas : Comparer les résultats obtenus entre VaR et de stress-tests Impacts de Bâle 3 et de la crise financière sur la VaR et les stress tests Recours à la VaR stressée Renforcement des stress tests et élargissement de leur utilisation Force et faiblesse des stress tests de place destinés à restaurer la confiance Des ratios internationaux de liquidité conçus comme des stress tests Étude de cas : Contenu de Bâle 3 et impact sur le risk management Objectifs de la formation Comprendre les forces et faiblesses d approches complémentaires comme la VaR et les stress tests Identifier les approches les plus adaptées à chaque cas d espèce Comprendre l intérêt des différents exercices de stress testing menés par les superviseurs Comprendre l impact de Bâle III et de la crise financière sur ces outils de pilotage Public concerné : Collaborateurs souhaitant comprendre le fonctionnement et l usage opérationnel fait des stress tests et de la VaR Auditeurs, inspecteurs et contrôleurs intervenant sur ces questions Collaborateurs des fonctions Risk Management et des fonctions impliquées dans la production de ces indicateurs Page 14

15 SEMINAIRE RIS08 : «Solvabilité 2 : la nouvelle réglementation» Programme détaillé (2 à 3 jours selon les besoins du client) Élaboration de Solvabilité 2 et agenda à venir Contexte règlementaire Solvabilité 2 versus Bâle 2 Instances européennes, autorités de tutelle française et leurs rôles Objectifs et principes de Solvabilité 2 Méthode d élaboration de Solvabilité 2 et agenda jusqu en 2013 et au-delà Consultations, études d impact Adoption de la directive et travaux à venir Structure et principes de Solvabilité 2 Entreprises et activités concernées Pilier 1 : Evaluation quantitative des risques et du capital de solvabilité Principaux risques Risque de souscription Risque de crédit Risque de marché Risque de liquidité Risque opérationnel TP Excel : Exemples de mesure des risques Mode de détermination des provisions techniques : vie et non-vie Fonds propres requis MCR (Minimum Capital Requirement) SCR (Solvency Capital Requirement), approche standard et approche avancée TP Excel : Calcul de fonds propres selon différents standards Pilier 2 : Evaluation qualitative des risques et supervision Évaluation de la qualité des systèmes de mesure et gestion des risques : dispositif ORSA Gouvernance des risques par les entreprises Rôles et responsabilités des autorités de tutelle Pilier 3 : Discipline de marché Application de Solvabilité 2 et conséquences organisationnelles Solvabilité 2 : un projet au long cours Organisation et responsabilités Communication au sein de l entreprise Page 15

16 Mise en place du modèle interne Méthodologie, données et processus de traitement Tests Documentation et homologation Gestion des risques et contrôle interne Rôle et responsabilités des dirigeants Mise en place d un cadre adapté Remontée d information Conclusion : changements fondamentaux dans l organisation, les fonctions, les processus et les systèmes : une révolution culturelle? Objectifs de la formation Comprendre les enjeux et le contenu de la réforme Solvabilité II Identifier les changements induits et les principaux travaux à mener Comprendre l articulation entre Solvabilité II et les normes bancaires Bâle II & III Public concerné : Collaborateurs impactés par les projets Solvabilité II Collaborateurs souhaitant clarifier leur compréhension des enjeux des chantiers Solvabilité II Auditeurs et inspecteurs intervenant en phase de prévalidation sur ces projets Page 16

17 SEMINAIRE RIS09 : «Les nouveaux modèles OTD (Originate To Distribute) et la titrisation sous Bâle III et Solvency II» Programme détaillé (2 à 3 jours selon les besoins du client) Introduction sur les modèles OTD et la titrisation : Etats Unis vs Europe Avant et après les réformes Bâle III et Solvency II Les différences de pratiques de titrisation entre l Europe et les Etats-Unis : Typologie (types d actifs titrisés) Poids respectifs de la titrisation Les acteurs de la titrisation (rôle et organisation) L impact des textes réglementaires sur la titrisation : Evolution des normes réglementaires Evolution du coût en fonds propres Pour les banques Pour les assurances Différences de traitement et de pratique entre l Europe et les Etats-Unis Due Diligence et recours aux notations externes Cas pratiques : exemples de plans stratégiques OTD en Europe : Cas d une banque concurrente Spécificités du schéma OTD Echanges et discussion avec les participants Objectifs : Comprendre l évolution des mécanismes de la titrisation avant et après Bâle III Apprécier les impacts en fonds propres des différentes formes de titrisation selon que l investisseur relève de la réglementation bancaire ou assurantielle notamment. Comprendre les impacts stratégiques de ces nouvelles règles et apprécier les réponses que peuventt apporter la titrisation et les modèles OTD Public concerné : Collaborateurs impliqués dans les opérations de titrisation Collaborateurs (trices) souhaitant comprendre les évolutions de «business models» dans l industrie financière Structureurs et Sales impliqués dans les nouveaux schémas de titrisation Page 17

18 SEMINAIRE RIS10 : «BALE III : Contenu et impacts, différences Europe / USA» Programme détaillé (2 à 3 jours selon les besoins du client) Introduction : Les raisons et les objectifs du passage à Bâle 3 Principaux textes applicables Tirer les leçons de la crise bancaire de Renforcer la résilience et la stabilité du système financier Limiter l aléa moral et l intervention de l Etat Etat d avancement de la convergence vers Bâle 3 et calendrier de mise en œuvre Contenu de la réforme Bâle 3 et dernières évolutions Augmentation quantitative des fonds propres affectés aux risques de marché Renforcement qualitatif des fonds propres des banques o Durcissement des règles d exigibilité des fonds propres (Core Tier 1) o Comparaison des fonds propres Bâle III vs Bâle II Limitation de l arbitrage règlementaire pour le plafonnement du «leverage» de la banque et l encadrement de la titrisation Des fonds propres plus stables, moins procycliques Renforcement des exigences en matière de programmes de stress tests L apparition de ratios internationaux de liquidité : o Liquidity Coverage Ratio o Net Stable Funding Ratio Un encadrement du bilan indépendant des mesures de risque : le ratio de leverage Coussin additionnel pour les banques systémiques Étude de cas : Estimation des impacts de Bâle 3 pour les banques Dernières évolutions européennes d accélération du calendrier de Bâle 3 Décisions de l EBA de fin 2011 Discussions en cours dans les instances européennes Un renforcement des fonds propres accélérés Les nouvelles formes de fonds propres : les BCCS (Buffer Convertible Capital Securities) Comparaison de Bâle III et des nouvelles normes entre l Europe et les Etats Unis Synthèse des divergences/ convergences par catégories de banques en Europe et aux Etats Unis Spécificités du système bancaire américain (OTD et taux d intermédiation) Arbitrages et divergences réglementaires Dernières décisions américaines et européennes Conclusion sur les impacts structurels et les unités anticipées de Bâle 3 Pénalisation de la prise de risque pour compte propre dans les banques Des mesures de risque de marché et de liquidité durablement «stressées» Meilleure prise en compte des risques de contrepartie dans le monde post-lehman Des marchés plus consommateurs de liquidité et de capitaux propres La réduction de la taille des bilans Revue des impacts hors système bancaire : gestion d actif, corporates Les limites de Bâle III : techniques, géographiques et juridiques Page 18

19 Bâle III face au risque souverain en Europe Étude de cas : Comprendre la combinaison de ces nouvelles exigences, en estimer les forces et les faiblesses Objectifs : Comprendre les motivations et le contenu de la réforme Bâle III Fournir une vision d ensemble et cohérente des facettes de cette réforme Comprendre les dernières évolutions réglementaires de l EBA Connaître les modalités d application de Bâle III et des principaux ratios en milieu opérationnel Echanger sur les meilleures pratiques opérationnelles de transposition de Bâle III Public visé : Collaborateurs souhaitant comprendre le contenu et les enjeux de la réforme Bâle III Auditeurs, inspecteurs et contrôleurs intervenant sur ces questions Collaborateurs des fonctions Risk Management et des fonctions impactées par la réforme Bâle III Page 19

20 SEMINAIRE RIS11 : «Bâle III et Solvency II : Comparaison, combinaison et impacts opérationnels» Programme détaillé (2 à 3 jours selon les besoins du client) Introduction - Des réformes sectorielles aux impacts multiples - Une volonté commune de mieux calibrer les fonds propres - Des calendriers et des modalités spécifiques Contenu et enjeux de Bâle III (bref rappel) - Rappel des différents axes de la réforme et calendriers de mise en oeuvre - Impacts sur le fonctionnement des marchés financiers - Mise en place de nouveaux ratios de liquidité (LCR et NSFR) et de levier - Les dernières évolutions : le compromis danois et assouplissements de janvier 2013 Solvency II : Contenu et impacts en regard de Bâle II et III (bref rappel) - Rationalité de la réforme (convergence avec Bâle II et certains aspects de Bâle III) et calendrier d application - Impacts potentiels par classes d actifs - Impacts attendus pour les institutionnels Comparaison et combinaison de Solvency II et Bâle III chez les bancassureurs - Modalités de détermination des fonds propres - Règles de consolidation selon que la tête de Groupe est une banque ou une compagnie d assurance - Le traitement des filiales et participations dans des établissements de crédit et/ou des sociétés d assurance : déduction des fonds propres, mécanismes de franchise - Différence dans l objet et la calibration des fonds propres face aux risques - La limitation des biais concurrentiels et des arbitrages réglementaires - Le traitement des conglomérats sur la base de la nouvelle directive Cas pratique sous forme de «Serious Games»: comparaison des besoins de fonds propres pour un même portefeuille sous Bâle III par rapport à Solvency II La nouvelle Directive Conglomérats : Définition Exigences quantitatives et qualitatives additionnelles au titre de la directive Surveillance consolidée Fonds propres complémentaires Page 20

21 Evaluation des impacts combinés de ces réformes Cas pratique : Impact de Solvency II et Bâle III sur un conglomérat 1. Combinaison des textes pour une banque détenant une filiale assurance 2. Règles de consolidation 3. Impact additionnel de la directive conglomérats et du compromis danois 4. Analyse comparée d une banque et des compagnies d assurance rattachées Analyse de l impact combiné des réformes pour les établissements et les marchés - Revue des principaux impacts identifiés et classés - Analyse des impacts combinés de ces 3 réformes aux calendriers et contenus différenciés - Adaptations nécessaires du dispositif de pilotage des risques - Convergences et harmonisation anticipées Echanges et discussion avec les participants Objectifs : Comprendre les motivations et le contenu des réformes Bâle III, Solvency II et de la directive : conglomérats. Apprécier les convergences d objectifs et de moyens, ainsi que les approches particulières retenues dans ces différents textes Estimer leur impact combiné sur votre activité et sur le secteur financier dans son ensemble Public concerné : Collaborateurs impactés directement et indirectement par ces réformes Auditeurs, inspecteurs et contrôleurs intervenant sur ces questions Collaborateurs (trices) souhaitant comprendre le contenu et les enjeux des réformes Bâle III, Solvency II et et de la directive conglomérats. Page 21

22 SEMINAIRE RIS12 : «Piloter les risques financiers dans les entreprises aujourd hui» Programme détaillé (3 à 5 jours selon les besoins du client) Introduction aux enjeux de la gestion des risques pour les entreprises dans le secteur non financier : Spécificités sectorielles Impacts de la crise et conséquences de Bâle III Typologie des risques financiers des corporates: Risques sur matières premières : Risques de change : spécificités des dynamiques des cours de change (cas particulier de l euro dollar et des devises des pays émergents) Risques de taux d intérêt : évolution des courbes de taux d intérêt, taux longs, taux courts, dynamique des spreads de crédit Risques de volatilité et de liquidité: notions de volatilité implicite et historique, impact sur le coût des instruments de couvertures à composante optionnelle. Risques macroéconomiques : évolution de la demande sur les principaux marchés, exposition à des évènements régionaux ou internationaux adverses Risques opérationnels : analyse des différents incidents opérationnels (panne, météo ) susceptibles de peser sur les expositions de change et matières premières Risques de contrepartie : piloter votre exposition sur les grands groupes bancaires Mesurer les expositions aux risques : Revue des avantages comparatifs des différentes catégories d indicateurs de risques (sensibilités, stress-tests, Value at Risk), avec application en simulation de gestion des risques Sensibilités aux différents facteurs de risques Stress-tests (simulations de crise) : Mesure agrégée de l exposition à des combinaisons de chocs financiers et économiques, sur la base de scenarii historiques, hypothétiques et adverses Value at Risk : Outils de mesure agrégée de l exposition à l ensemble de ses facteurs de risque pour un niveau de probabilité et un horizon de temps donnés Cas pratiques : simulation de gestion des risques et tests de politiques de couverture optimisées : Gestion opérationnelle des risques financiers calibrée sur une entreprise de votre secteur d activité Mise en œuvre des concepts et outils présentés Exercice de simulation de gestion des risques financiers d une entreprise en période de turbulences économiques, financières et opérationnelles, à partir d outils de simulation développés par Azerrisk Advantage (solution Page 22

23 Optihedge, homologuée par le Pôle Finance Innovation dans le cadre du projet R=MC²). Optimisation de la politique de couverture des différents risques Suivi des stress tests et des effets croisés entre facteurs de risque Evaluation ex-post (back testing) et optimisation de la stratégie de couverture Echanges et discussion avec les participants Objectifs : Comprendre l évolution des bonnes pratiques de gestion des risques depuis la crise et la mise en œuvre de Bâle III dans les banques fournissant les instruments de couverture Apprécier les coûts et avantages de chaque pratique de mesure et couverture des risques. Comprendre les impacts stratégiques de ces règles sur les résultats et la performance de long terme de l entreprise Public concerné : Collaborateurs impliqués dans les opérations de pilotage des risques financiers (directions financière et de la trésorerie) Collaborateurs des fonctions de contrôle (audit, contrôle financier et de gestion) Sales assurant la distribution des produits financiers utilisés en couverture par les entreprises Page 23

24 SEMINAIRE RIS13 : «Mettre en place des outils de Scoring» Programme détaillé (2 à 5 jours selon les besoins du client) Contenu et enjeux du Scoring : Définitions et enjeux Bénéfices attendus du scoring Exemples d utilisation dans différents secteurs (banque, téléphonie ) Prérequis de la mise en place d outils de Scoring : Base de données, exigences quantitatives et qualitatives Intégration avec les systèmes de production Calibration des scores selon les objectifs de l entreprise Cas pratique : exemple de scores financiers, avec les résultats et économies générées Les grandes étapes de la démarche de scoring : Définition des objectifs : réduction des provisions, tarification individualisée Segmentation des clients et produits relevant du scoring Prise en compte des spécificités pays Nettoyage et fiabilisation des données Déploiement des outils à travers l entreprise Cas pratique de mise en place de systèmes de scoring Objectifs de la formation Comprendre et maitriser les principaux outils de scoring Saisir les enjeux des approches de scoring et les bénéfices pour votre entreprise Mieux appréhender le cadre réglementaire et les prérequis à ces approches Appliquer les concepts dans le cadre de cas pratiques de mise en place de scores Public concerné : Direction financière/trésorerie, Direction des Risques et Directions Opérationnelles impliquées dans le développement commercial Direction Stratégie en charge de la définition des axes de développement Collaborateurs intervenant dans la gestion des bases de données et dans l évolution des systèmes d information (DSI) Page 24

25 II. GAMME PILOTAGE OPERATIONNEL ET CONTROLES SEMINAIRE PIL01 : «Pilotage ALM et Gestion du risque de liquidité» Programme détaillé (2 à 3 jours selon les besoins du client) Introduction : La banque et son bilan Comprendre les impacts des opérations réalisées par la banque : Activités de retail et de gros Activités pour compte de tiers Activités pour compte propre Analyse d un bilan en statique et en dynamique Concepts clés : Gaps, impasses, conventions d écoulement, taux de cession interne Cas pratique : Analyse d un bilan bancaire type Identifier et gérer les principaux risques de l ALM au quotidien 1. Les risques de liquidité Comprendre une crise de liquidité Comment gérer un gap de liquidité Eclairages et enseignements de la crise bancaire Cas pratique Excel : Simulation de gestion de la liquidité 2. Gérer le risque global de taux Définition et mesure Gérer le risque global de taux Evaluer les risques induits par la gestion ALM Cas pratique Excel : Analyser et gérer le risque global de taux Le cadre réglementaire applicable et les principaux points de contrôle Normes relatives au contrôle interne Exigences réglementaires Bâle II L apport fondamental de Bâle III : Liquidity Coverage Ratio et Net Stable Funding Ratio Nouveau ratio de liquidité imposé aux banques françaises L identification des points de contrôle relatifs à l ALM Cas emblématiques de dysfonctionnement dans la gestion ALM et enseignements à en tirer Objectifs de la formation Comprendre les principes du pilotage ALM et du risque de liquidité dans la banque Saisir les enjeux actuels de ces questions Fournir des grilles de lecture structurantes sur l évolution des contraintes et des pratiques dans le pilotage ALM Comprendre la logique et le contenu des ratios internationaux de liquidité imposés par Bâle III Connaître les modalités d application des principaux ratios ALM et de liquidité en milieu opérationnel Echanger sur les meilleures pratiques opérationnelles de gestion ALM et du risque de liquidité Page 25

26 Public concerné : Collaborateurs souhaitant comprendre la logique d ensemble de la dimension ALM / risque de liquidité des banques Auditeurs, inspecteurs et contrôleurs intervenant sur ces questions Collaborateurs des fonctions Commerciales, du Risk Management et des fonctions impactées par la gestion ALM Page 26

27 SEMINAIRE PIL02 : «Le cadre de la gestion d actifs : les réformes UCITS, le DICI (KiiD), et les principaux ratios» Programme détaillé (1 à 2 jours selon les besoins du client) Le suivi des ratios d OPCVM Ratios réglementaires et autres. Orientation des placements. Les ratios de suivi des risques. Les ratios d émetteurs/contreparties Mesure des engagements UCITSIV et le Document d'information Clé pour l'investisseur (KIID) Principaux textes applicables Contenu, rationalités et enjeux d UCITS IV Le classement des profils rendement/risque sur une échelle de 1 à 7 Indicateurs Synthétiques Rendement/ Risque : contenu, et exigences de calibration Méthode de calibration utilisée Calcul des frais selon les nouvelles normes Typologie des fonds sous UCITS IV et différences applicables selon les fonds Cas pratique : exemples et abord des difficultés d application d UCITS IV avec les participants Objectifs de la formation Comprendre les motivations et les enjeux de la réforme UCITS IV Appréhender de manière claire les principales contraintes réglementaires applicables Connaître les modalités d application d UCITS IV et des principaux ratios en milieu opérationnel Echanger sur les meilleures pratiques opérationnelles de transposition d UCITS IV Public concerné : Gérants et collaborateurs des SGP et du secteur de la gestion d actifs au sens large Auditeurs, inspecteurs et contrôleurs intervenant sur ces questions Collaborateurs des fonctions Compliance et des fonctions en charge de la rédaction des documents d informations clés pour les investisseurs Page 27

28 SEMINAIRE PIL03 : «Bénéficier de la révolution Big Data» Programme détaillé (2 à 3 jours selon les besoins du client) La révolution Big Data Définition, enjeux, exemples concrets Multiplication des sources de données, offrant des possibilités commerciales nouvelles Méthodes d exploitation des données : Data Mining, Scoring Les nouveaux horizons de l ère Big Data Segmentation de la clientèle et des offres produits Ciblage commercial selon la probabilité d achat Fragmentation de l offre selon les segments de clientèle Optimisation de l effort commercial par segmentation des cibles Tarification et propositions individualisées Tarification adaptée au profil de chaque prospect Sécurisation de la marge nette de tous risques et coûts additionnels Le cadre réglementaire applicable à l exploitation des données : Normes internationales, en matière de protection de la vie privée Contraintes en termes d image et de réputation Limites légales dans l exploitation des données à des fins commerciales L exploitation du Big Data dans les pays émergents : Un cadre légal plus souple dans l exploitation des données Des enjeux particuliers en termes de fiabilisation des données Des risques importants qu il convient d intégrer dans la tarification Un recours encore faible, qui renforce les bénéfices des entreprises pionnières en matière de Big Data Etude de cas sur les bénéfices estimés du Big Data par secteur d activité et zone géographique Conclusion : Une révolution majeure aux impacts multiples Meilleure connaissance du client Fragmentation et personnalisation des offres Tarification individualisée Combinaison avec le jugement à dire d expert Objectifs de la formation Saisir les enjeux ouverts par le Big Data et les bénéfices pour votre entreprise Appliquer les concepts dans le cadre de cas pratiques de mise en place de scores Appréhender les prérequis à ces approches et identifier les applications les plus pertinentes dans votre secteur Page 28

29 Public concerné : Direction financière/trésorerie, Direction des Risques et Directions Opérationnelles impliquées dans le développement commercial Direction Stratégie en charge de la définition des axes de développement Collaborateurs intervenant dans la gestion des bases de données et dans l évolution des systèmes d information (DSI) Page 29

30 SEMINAIRE PIL04 : «Marchés financiers, Processus Front To Back et Contrôles» Programme détaillé (2 à 3 jours selon les besoins du client) Les marchés financiers Marchés organisés et marché de gré à gré Coûts et avantages respectifs Poids relatifs des différents espaces de transaction, selon les produits traités Le processus de gestion des opérations Architecture générale des salles de marché : front/risk/middle/back Les organes intervenants en salle des marchés : contrôle interne périodique et permanent, organes externes de supervision (Commission bancaire) Autres parties prenantes essentielles : comptabilité, structuration, systèmes d information Analyses thématiques : La constitution des marges sur les activités de marché La détermination du résultat : approches Mark-to Model vs Mark to Market, contraintes d observabilité des paramètres de marché, réserves pour risques de modèles ou inobservabilité La prise en compte des contraintes de contrôle interne Gestion pour compte propre, opérations pour la clientèle et deals internes Gestion des ordres au quotidien : confirmation, règlement, livraison, collatéralisation Etude de cas sur la gestion des opérations dans une salle des marchés Exemple du traitement d un produit dérivé de change par les différentes fonctions Organisation d une journée de travail classique entre les différentes parties prenantes Organisation des desks en salle des marchés Les faiblesses d organisation et de contrôle révélées par des scandales célèbres : affaire Kerviel, faillite de la Barings, scandale Madoff La gestion des risques en salle des marchés Grandes catégories de risques : Les risques de marché : change, taux d intérêt, matières premières : analyse des chocs récents : dollar, pétrole Le risque de liquidité : analyse de la crise du crédit. Le risque de contrepartie : analyse de la crise systémique (AIG, Lehmann Brothers ) Les risques opérationnels : analyse des affaires Kerviel et Caisses d Epargne Page 30

31 Des risques financiers de natures très différentes selon les catégories de produits considérées (dérivés listés, produits structurés mono ou multi-sous-jacents) Le pilotage de la prise de risques : Recours à des indicateurs de mesure : sensibilités (grecques), Value at Risk et stresstests Le back-testing de la mesure du risque Contraintes d Use test Le cadre réglementaire applicable aux activités de marché : Normes Bâle II avant et après révision Les contraintes de contrôle interne (CRBF97-02) Nouvelles exigences en matière de mesure des risques de liquidité Conclusion : les défis des activités de marché de nos jours Evolution des marges et des produits distribués Durcissement des normes de fonds propres et textes en discussion Entre concentration bancaire et émergence de nouveaux marchés organisés Objectifs de la formation Comprendre l organisation des processus opérationnels des opérations de marché Identifier les modalités et objectifs de chaque étape de ces processus de gestion Fournir une vision d ensemble des risques et contrôles à mener sur l ensemble du processus de gestion des opérations de marché Identifier les meilleures pratiques opérationnelles adaptées à la complexité et à la taille des activités de l établissement Public concerné : Collaborateurs des fonctions Front / Middle / Back des directions des opérations de marché Auditeurs et inspecteurs menant des missions sur ces activités Collaborateurs impliqués dans des projets visant à renforcer les contrôles des activités de marché Page 31

32 SEMINAIRE PIL05 : «Comprendre le risque dans la banque» Programme détaillé (1 à 3 jours selon les besoins du client) Pourquoi le risque est l affaire de tous dans une banque? Comprendre les sources des crises de 1929 à 2011 Situations économiques Cadres règlementaires et situations politiques Politiques monétaires Gouvernance des entreprises bancaires et financières Comment une banque produit du risque pour se rémunérer? Prêts / Emprunts Gestion ALM Engagements par signature Capacité à mesurer la réalité de son risque Comment une banque subit le risque? Macro : politique, taux d intérêts, taux de change, économie Micro : analyse des contreparties Comment une banque gère ses risques? Risk Management Du ratio Cook à Bâle III Du Front Office au Back Office Les risques dans les salles de marchés L équation d une faillite bancaire Impact de l environnement Les risques de vos clients sont également vos risques Risque de crédit / de taux / de change Incapacité à comprendre, recenser et mesurer les risques Risque opérationnel Gouvernance défaillante Tentation de contourner l esprit des règlementations Étude de cas : diagnostiquer les zones de risque lors de la crise des «subprimes» Objectifs de la formation Découvrir les facteurs de risques internes et externes Comprendre la gestion des risques dans une banque Comprendre les modalités et leçons portées par les crises financières Public concerné : Collaborateurs impactés directement ou indirectement par la gestion des risques Collaborateurs souhaitant clarifier leur compréhension des différents types de contrôles des risques auxquels ils sont confrontés Page 32

33 Auditeurs et inspecteurs en phase d apprentissage SEMINAIRE PIL06 : «Principes de contrôle interne bancaire» Programme détaillé (2 à 3 jours selon les besoins du client) Le contrôle interne dans l actualité réglementaire Définir le contrôle interne Principaux enjeux Marquer les évolutions récentes entre contrôle permanent et contrôle périodique Les impacts en termes de positionnement de l audit Les dispositifs réglementaires et ses évolutions modifié : que faut-il retenir des différents articles pour adapter son dispositif de contrôle interne? Comment construire un référentiel de contrôle interne Principes méthodologiques Exemple appliqué à une base métier et une base support Étude de cas : analyse d un référenciel métier Finalité du contrôle interne : outil de pilotage Le Plan d Action global, suivi d amélioration du contrôle interne Exemple de reporting et d une procédure de suivi de Plan d Action Étude de cas : Analyse de documents Modèle de Plan d Action Exemple de reporting de synthèse Objectifs de la formation Appréhender les dispositifs réglementaires liés au contrôle interne et leurs récentes évolutions Acquérir une démarche globale d amélioration du contrôle interne Travailler sur un référentiel de contrôle interne et définir les outils de suivi Public concerné : Collaborateurs impactés par les contrôles internes périodiques et permanents Collaborateurs des directions des risques intervenant dans les différents niveaux de contrôle Auditeurs et inspecteurs intervenant en phase de prévalidation sur ces projets Page 33

34 SEMINAIRE PIL07 : «ALM bancaire : gérer un bilan au quotidien» Programme détaillé (2 à 3 jours selon les besoins du client) La banque, son bilan et les objectifs de l ALM Comprendre les impacts des opérations réalisées par la banque Activités de retail et de gros Activités pour compte de tiers Activités pour compte propre Typologie des risques stratégiques (marché, crédit et opérationnel) Définition des principaux ratios Appréhender les obligations règlementaires et prudentielles TP Excel : Analyse d un bilan bancaire simplifié Gérer le risque de liquidité Evaluation et gestion du gap Détermination du plan de refinancement Définition du prix de la liquidité et limites du modèle Scénarios de stress Règlementation Bâle 3 : objectifs, enjeux et impacts sur le modèle des banques TP Excel : Pilotage d un ratio de liquidité et détermination des gap Gérer le risque global de taux Définition et mesure Gérer le risque global de taux Scénarios adverses et sensibilité des résultats TP Excel : Analyser et gérer le risque global de taux Pilotage et outils ALM Les indicateurs de risques Les outils de prévision La gestion dynamique du bilan Taux de cession interne : calculs et limites du modèle Objectifs de la formation Comprendre les principes du pilotage ALM et du risque de liquidité dans la banque Fournir des grilles de lecture structurantes sur l évolution des contraintes et des pratiques dans le pilotage ALM Comprendre la logique et le contenu des ratios internationaux de liquidité imposés par Bâle III Connaître les modalités d usage des principaux ratios ALM et de liquidité en milieu opérationnel Echanger sur les meilleures pratiques opérationnelles de gestion ALM et du risque de liquidité Public concerné : Collaborateurs souhaitant comprendre la logique de la dimension ALM / risque de liquidité Auditeurs, inspecteurs et contrôleurs intervenant sur ces questions Collaborateurs des fonctions Commerciales, Risques et des fonctions impactées par la gestion ALM Page 34

35 SEMINAIRE PIL08 : «Mettre en place une cartographie des risques» Programme détaillé (2 à 5 jours selon les besoins du client) Introduction Enjeux et cadre réglementaire IFRS, normes Bâloises Pilotage des risques TP Excel : Exemples de cartographies des risques publiées Préalables à la mise en place d une cartographie des risques L analyse du contexte et des spécificités La définition du périmètre à couvrir : sièges, implantations locales et étrangères La déclinaison selon les métiers de l établissement La définition des macro-processus opérationnels Etude de cas : exemples de spécificités à prendre en compte en amont L évaluation des risques et des contrôles Les matrices d évaluation des risques La double dimension de la fréquence et des impacts Pertes nettes vs pertes brutes La définition des Key Risk Indicators TP Excel : Exemples de système de notation des risques La mise en œuvre de la cartographie L association des métiers de la banque La définition d une organisation de suivi adaptée La collecte des incidents Déclaration et validation des incidents L exploitation de la cartographie Le pilotage interne des risques La communication financière et vers les tiers L orientation et le ciblage des contrôles et des couvertures / assurances Objectifs de la formation Comprendre les enjeux et prérequis de la démarche de cartographie des risques Identifier les meilleures pratiques dans la mise en place de cartographies Appréhender les exploitations possibles de la cartographie Public concerné : Collaborateurs souhaitant comprendre la logique et les enjeux de la démarche de cartographie Auditeurs, inspecteurs et contrôleurs intervenant sur ces questions Collaborateurs de l ensemble des fonctions appelées à contribuer à la collecte des incidents et à l alimentation de la cartographie Page 35

36 III. GAMME FINANCE & MARCHES SEMINAIRE FIN01 : «Les politiques monétaires et de change : Quantitative Easing, quelles voies de sortie?» Programme détaillé (1 à 2 jours selon les besoins du client) La politique monétaire classique Principaux acteurs Objectifs et contraintes (exemples d objectifs de la BCE et de la Fed) Les opérations de politique monétaire : Taux directeurs Opérations d open market Evolution des critères d éligibilité au refinancement. Canaux de transmission de la sphère monétaire à l économie réelle L influence sur les anticipations inflationnistes. Les politiques monétaires non conventionnelles (le Quantitative Easing) Qu est ce qu une politique non conventionnelle? Les politiques non conventionnelles utilisées depuis 2008 par les principales banques centrales Typologie, limites, différences (champs couvert Fed, BCE, BoE, BNS) Coût et limites des politiques non conventionnelles La politique de change La diversité des régimes de change Revue d expériences dans les pays émergents : Maroc, Argentine Concilier flexibilité et stabilité des taux de change La délicate fixation d une parité cible (PPA, taux de change d équilibre...) Risque de change : impact sur l économie réelle et difficultés de couverture (expérience des entreprises exportatrices) Coûts et bénéfices des politiques de dévaluation (phénomène de courbe en J, évolution du solde commercial et inflation importée). La délicate combinaison des politiques monétaire et de change Les risques de conflits d objectifs Le triangle d incompatibilité de Mundell L encadrement de la convertibilité de la devise Expériences internationales. Cas pratique : Manipulation d un modèle économique permettant aux participants d apprécier l impact des décisions de politique monétaire et de change. La délicate sortie des politiques non conventionnelles : quelle «exit strategy»? Feuille de route de la Fed Page 36

37 Risques pour la stabilité financière Impacts observés et attendus par classes d actifs Objectifs de la formation Comprendre les modes opératoires et les contraintes des politiques monétaires et de change Fournir une vision d ensemble et cohérente des articulations entre ces deux politiques et des conflits d objectifs qui peuvent en résulter Comprendre et analyser les expériences étrangères transposables Public concerné : Collaborateurs des directions des opérations impliquées dans les politiques monétaire et de change Collaborateurs des fonctions impliquées sur les marchés monétaires dans les banques commerciales (fonctions ALM, salle des marchés ) Collaborateurs impliqués par l évolution du taux de change et/ou du régime de convertibilité Page 37

38 SEMINAIRE FIN02 : «Gestion financière d entreprise : théorie et pratique» Programme détaillé (1 à 3 jours selon les besoins du client) Analyse financière et gestion des principaux ratios financiers : Les modèles d analyse financière : analyse des performances (SIG, rentabilité, etc.) et diagnostic du risque La relation fondamentale de trésorerie : Trésorerie, FR et BFR Le modèle d analyse financière de la Banque de France. Des concepts aux ratios Du tableau de financement fondé sur les flux de fonds aux tableaux de trésorerie L'analyse financière des comptes consolidés Le pilotage de la trésorerie et l investissement : Les choix de financement La gestion de trésorerie : choix entre horizon et supports La gestion du couple rendement risque Les techniques d'appel de fonds propres Les emprunts à moyen et long terme Le plan de financement Le Contrôle de gestion et l analyse des coûts : Le pilotage de l'organisation et l'analyse des coûts Le pilotage de l'organisation en centres de responsabilités : les prix de cession interne Le calcul du résultat analytique (coût d'achat, coût de production, coût de revient, etc.) Les tableaux de bord Objectifs de la formation Comprendre les grands principes de la gestion financière d entreprise Identifier les ratios et agrégats les plus adaptés à chaque cas d espèce Fournir une vision d ensemble de la gestion financière d entreprise Identifier les pratiques opérationnelles adaptées aux différents cas d espèce Public concerné : Collaborateurs des directions financière et de la trésorerie des entreprises Collaborateurs des fonctions comptabilité / contrôle de gestion Collaborateurs impliqués dans des projets visant à améliorer la performance financière de l entreprise Page 38

39 SEMINAIRE FIN03 : «Les normes IFRS dans les banques» Programme détaillé (1 à 3 jours selon les besoins du client) Normalisation comptable et modèle de reddition des comptes Histoire de la normalisation comptable en Europe Le cadre conceptuel des normes internationales : principes et objectifs La comptabilité bancaire Le traitement comptable des opérations de : Financement interbancaire Clientèle Le traitement comptable des opérations en devises Le traitement comptable des autres instruments financiers Titres Dérivés Comptabilité bancaire et crise financière : les éléments de réflexion Normes IFRS et production comptable Les enjeux matériels de la tenue d un double référentiel Chaque point traité fera l objet d une illustration pratique sous forme d exercices Objectifs de la formation Appréhender les dispositifs réglementaires liés au contrôle interne et leurs récentes évolutions Acquérir une démarche globale d amélioration du contrôle interne Travailler sur un référentiel de contrôle interne et définir les outils de suivi Public concerné : Collaborateurs contribuant directement ou indirectement à la formation des comptes Collaborateurs des directions de la comptabilité Auditeurs et inspecteurs intervenant sur les questions de comptabilité Page 39

40 SEMINAIRE FIN04 : «La finance islamique» Programme détaillé (1 à 3 jours selon les besoins du client) Les fondements de la finance islamique Interdiction de l intérêt «Riba» Interdiction du «Gharar» Les autres formes d interdictions Les instruments financiers islamiques : mécanismes, utilisation et structure du marché Les instruments participatifs : Mudaraba ; Mudaraba 2 tiers ; Musharaka Les instruments de financement : Murabaha ; Ijara ; Salam ; Istisna a Les marchés de capitaux islamiques et les opérations de couverture (hedging) L accord-cadre Tahawwut ISDA / IIFM Swaps de taux bénéficiaires et swaps de devises Wa ad Le trading action Les produits structurés et de trésorerie conformes à la Sharia Constant Portfolio Protection Insurance (CPPI) conforme à la Sharia Le Commodity Murabaha Wakala Le financement du commerce international (trade financing) Les Sukuks : un instrument de dette en pleine expansion Gestion d actifs et Islamic Securities Services Les fonds islamiques (fonds d actions, fonds immobiliers, hedge funds et private equity) TP : analyse d un prospectus d un fonds d actions compatible à la Sharia Méthodes de filtrages pour la sélection des titres et techniques de réplication de la vente à découvert conforme à la Sharia TP : démonstration d un outil de screening qualitatif et quantitatif Islamic Securities et Fund Servicing : Les principaux acteurs mondiaux Les services titres conformes à la Sharia (financement, conservation, compensation, agent de transfert, prime brokerage) Conformité, conservation et administration de fonds Processus de purification des revenus et gestion de la Zakat Services de reporting de conformité TP : analyse d une plateforme de gestion d actifs conforme à la Sharia (Luxembourg) Page 40

41 Réalité de l industrie financière islamique Acteurs dans le monde et en France Chiffres clés, marchés domestiques et extérieurs Le rôle du Sharia a Board Les défis des institutions financières islamiques Régulation, agence de notation, Sharia compliance et standardisation La constitution d un marché monétaire islamique Gestion des risques financiers (réputation, liquidité, crédit, marché, opérationnels) La finance islamique et l investissement socialement responsable Finance islamique et microfinance Assurance Takaful : différences entre assurance conventionnelle et assurance islamique Takaful Objectifs de la formation Appréhender les grands principes de la Finance Islamique Positionner les produits islamiques par rapport aux produits financiers classiques Travailler sur une gamme de produits destinés à la clientèle islamique Cerner les enjeux de la finance islamique et les perspectives de développement Public concerné : Collaborateurs des fonctions marketing et commerciales intéressés par les produits islamiques Collaborateurs des directions des opérations amenés à gérer ces produits Collaborateurs souhaitant se sensibiliser à la Finance Islamique Page 41

42 SEMINAIRE FIN05 : «La micro finance» Programme détaillé (1 à 3 jours selon les besoins du client) Origines de la Microfinance : Les précurseurs de la Grameen Bank L évolution en trois phases successives jusqu à aujourd hui Les institutions de Microfinance (IMF) : Formes d organisation, viabilité financière Panorama des principales IMF par zone géographique Étude de cas : L exemple d ACCION sur l Amérique Latine Les autres acteurs du secteur : Etats et financeurs publics Banques commerciales Étude de cas : l action des banques françaises en Microfinance Les fonds d investissement et le développement de l Investissement Socialement Responsable (ISR) Les principaux fonds d investissement en Europe Les agences de notation spécialisées dans la Microfinance Les principaux canaux de distribution : de la banque de réseau à Internet Étude de cas : illustration avec les modèles économiques de Kiva (USA) et Babyloan (France), MyC4 (Danemark) Les développements récents sur le marché de la Microfinance Diversification des services vers de nouvelles populations : en milieu urbain, sur des économies développées, etc. Diversification actuelle des produits vers la micro-assurance, le crédit habitat, les transferts Conclusion : les leçons pour demain Entre commercialisation et révision des modèles de finance du développement Objectifs de la formation Appréhender le marché de la Microfinance à l international et en France Connaître les principaux acteurs Identifier les nouveaux canaux de distribution Appréhender les principaux produits y compris l ISR Public concerné : Collaborateurs des fonctions marketing et commerciales intéressés par la microfinance Collaborateurs des directions des opérations amenés à gérer ces produits Page 42

43 Collaborateurs souhaitant se sensibiliser à la microfinance Page 43

44 SEMINAIRE FIN06 : «Comprendre les sociétés de gestion» Programme détaillé (1 à 3 jours selon les besoins du client) Les sociétés de gestion : comment ça marche? Organisation des métiers Les clients : réseaux, institutionnels, entreprises Étude de cas : analyse de l organigramme d une société de gestion Les acteurs au sein d une société de gestion : qui fait quoi? Front Office : gérants, commerciaux, négociateurs, analystes Back Office et Risk Management Compliance, informatique, juridique Étude de cas : parcours d une intervention sur les marchés Marchés financiers et supports d investissement Marchés : Action / Taux / Change / Crédit / Commodities Produits cash et dérivés Les fondamentaux d une bonne gestion Risque / Rentabilité / Horizon de placement / Liquidité La répartition des actifs : la diversification Étude de cas : hiérarchiser les risques des placements Les différents types d Opcvm Classification des Opcvm, aspects juridiques et réglementaires Gamme des principaux OPCVM : monétaires, obligataires, actions Opcvm mixtes (taux, actions) Produits structurés et à capital garanti, ETF Fonds de fonds et fonds alternatifs Étude de cas : quel Opcvm choisir en fonction de vos objectifs? La diversité des gestions Les gestions indicielles / tiltées Stock Picking, gestion value, growth, core satellite Le benchmark : un concept incontournable Benchmark simple ou composite Gestion benchmarkée au quotidien Mesurer et attribuer les performances en gestion La gestion alternative : l alpha et le bêta, le rôle du gérant Étude de cas : analyse comparative des modes de gestion Page 44

45 Le rôle des produits dérivés Les principaux dérivés : futures et options Utilisation : couverture, spéculation Produits structurés évolution et tendances du métier Évolution et tendances du métier Objectifs de la formation Comprendre l organisation et les services d une société de gestion Connaître les principaux types de gestion en pratique aujourd hui Connaître les fonctions et rôles des acteurs à l œuvre dans le processus de gestion Public concerné : Collaborateurs souhaitant comprendre l environnement et les dynamiques à l œuvre dans l univers des sociétés de gestion Collaborateurs ayant pour clients des sociétés de gestion et souhaitant comprendre leurs contraintes et besoins Collaborateurs souhaitant comprendre les évolutions stratégiques et de «business models» dans les sociétés de gestion Page 45

46 SEMINAIRE FIN07 «Les fondamentaux de l assurance» Programme détaillé (1 à 2 jours selon les besoins du client) 1 - L assurance en quelques chiffres en France Origine de l'assurance Marché français Structure du chiffre d'affaires en 2011/2012 et comparaison avec d'autres activités économiques Impact des nouvelles normes comptables 2 - Les acteurs du monde de l'assurance Entreprises d'assurances Institutions de Prévoyance Étude rapide comparative Différences fondamentales Typologie des sociétés relevant du périmètre assurances au sein d une banque 3 - Le mécanisme de l'assurance La technique de l assurance I - Sélection des risques A - Homogénéisation des risques B - L'assurance de groupe II Division des risques A - Division des risques entre assurés B - Division des risques entre assureurs Gestion de la mutualité I - Gestion par branche II - Gestion en repartition III - Gestion en capitalisation IV - Provisions techniques 4 Coassurance et réassurance Principes Catégories Les Pools 5 Typologie rapide des produits d assurance Produits d'assurances de dommages o Automobile o Incendie et risques divers o Responsabilité civile Produits d'assurances de personnes Page 46

47 o o o Produits en cas de vie et en cas de décès Produits santé Protection des victimes et assurances obligatoires 6 Les enjeux actuels du monde de l assurance Grandes tendances actuelles Assurance de personnes o Individuelle o Collective Évolutions juridiques, fiscales et réglementaires Enjeux des acteurs du secteur de l'assurance o Mise en oeuvre de Solvabilité 2 o Gestion actif-passif o Contrôle interne o Surveillance et autorités de contrôle o Lutte contre le blanchiment Objectifs de la formation Comprendre les enjeux actuels du secteur de l assurance Identifier les changements induits et les principales évolutions à l œuvre Comprendre les contraintes et les besoins du secteur assurance Public concerné : Collaborateurs des sociétés d assurance Collaborateurs ayant des relations avec le secteur de l assurance Ensemble des collaborateurs souhaitant comprendre les mécanismes et enjeux fondamentaux de l assurance aujourd hui. Page 47

48 IV - E-learning: «Former vos collaborateurs à distance avec nos modules e- learning interactifs» 1. La pédagogie : consulter notre site elearning : Le E-learning : La pédagogie et l interactivité à coûts maîtrisés. Des formations interactives accessibles à tout moment par vos collaborateurs Vos collaborateurs se forment en fonction de leurs propres agendas 2. L interactivité Les présentations sont rythmées par des cas pratiques pour maintenir l attention du participant. Le participant peut adresser ses questions au formateur par mail tout au long de la formation. Le participant suit l évolution de ses connaissances tout au long de la formation sur la base des tests et études de cas demandées. 3. La validation des compétences Des QCM d entrée et de sortie permettent de mesurer le niveau de chaque participant et de mesurer la progression obtenue à l issue de la formation. A noter : Tous les séminaires du catalogue sont en e-learning, n hésitez pas à demander votre compte démo gratuit. Nombre de participants pour les formations «E-Learning» : 1 à 2 participants, à partir de 3, les séminaires sont réalisés dans vos locaux ou dans notre société. Test d'entrée Présentation interactive et tests de validation Echanges avec le formateur Test de fin de séminaire avec études de cas Page 48

Formations ESSEC Executive Education/Azerrisk Advantage. Pour les leaders africains

Formations ESSEC Executive Education/Azerrisk Advantage. Pour les leaders africains Formations ESSEC Executive Education/Azerrisk Advantage Pour les leaders africains ESSEC Business School Depuis sa création en 1907, l ESSEC cultive un modèle spécifique fondé sur une identité et des valeurs

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

Mise en œuvre des IFRS dans la banque

Mise en œuvre des IFRS dans la banque Mise en œuvre des IFRS dans la banque Responsables financiers et comptables des institutions financières Experts Comptables Commissaires aux Comptes Comprendre les fondements des normes IFRS Savoir traiter

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU)

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) 1. Le MSU est l un des piliers de l Union bancaire européenne 2. La mise en œuvre opérationnelle

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II 25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de la Société Générale.

Plus en détail

Bâle III : les impacts à anticiper

Bâle III : les impacts à anticiper FINANCIAL SERVICES Bâle III : les impacts à anticiper Mars 2011 2 Bâle III Bâle III 3 1. Contexte Bâle III a été entériné en novembre 2010 lors du sommet du G20 de Séoul. De nouvelles règles annoncées

Plus en détail

Capital Requirement Regulation

Capital Requirement Regulation Capital Requirement Regulation Sommaire du règlement UE n 575/2013 Exigences prudentielles applicables aux établissements de crédit et entreprises d investissement La directive CRD IV et le règlement

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

Formation «Les états COREP : risques de crédit»

Formation «Les états COREP : risques de crédit» Adapté Bâle III Formation «Les états COREP : risques de crédit» REFERENCE : 409 1. Objectif général Permettre à tout participant de se familiariser avec les états COREP relatifs au risque de crédit. Comprendre

Plus en détail

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014.

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014. Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives 2014 Contexte du BCBS 239 2 Une nouvelle exigence Les Principes aux fins de l agrégation des données sur les et de la notification des

Plus en détail

Christian Lopez Responsable Recherche Tél. 01 53 15 70 79 christian.lopez@cpr-am.fr 25/06/2014

Christian Lopez Responsable Recherche Tél. 01 53 15 70 79 christian.lopez@cpr-am.fr 25/06/2014 Comment s adapter aux modèles standards : de la recherche aux nouvelles offres de services et de produits Christian Lopez Responsable Recherche Tél. 01 53 15 70 79 christian.lopez@cpr-am.fr 25/06/2014

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit

Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Solvabilité II Les impacts sur la tarification et l offre produit Colloque du CNAM 6 octobre 2011 Intervenants OPTIMIND Gildas Robert actuaire ERM, senior manager AGENDA Introduction Partie 1 Mesures de

Plus en détail

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014 Présentation à l EIFR 25 mars 2014 1 Contexte BCBS 239 Les établissements font face depuis les cinq dernières années aux nombreux changements réglementaires visant à renforcer la résilience du secteur:

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. Rapport Pilier III Informations au 31 décembre 2011 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. INTRODUCTION...1 adéquation DES FONDS PROPRES...5 POLITIQUE DE GESTION DES FONDS PROPRES ET DES RISQUES.... 13 RISQUE DE CRÉDIT

Plus en détail

Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires

Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires 1 er a v r i l 2 0 1 1 Dan Chelly Directeur Métier "Risk management, Audit et Contrôle interne" SOMMAIRE Partie 1 Définition des risques

Plus en détail

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9.

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. Rapport Pilier 3 Informations au 31 décembre 2012 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. INTRODUCTION...1 adéquation DES FONDS PROPRES...7 POLITIQUE DE GESTION DES FONDS PROPRES ET DES RISQUES.... 17 RISQUE DE CRÉDIT

Plus en détail

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 SOMMAIRE DÉTAILLÉ INTRODUCTION : L évolution de l environnement a transformé les métiers de la finance

Plus en détail

Solvabilité II : Vers une approche globale et cohérente de la solvabilité

Solvabilité II : Vers une approche globale et cohérente de la solvabilité FINANCIAL SERVICES Solvabilité II : Vers une approche globale et cohérente de la solvabilité Des principes à la mise en oeuvre KPMG AUDIT SOMMAIRE Contexte et enjeux du projet Solvabilité II Les objectifs

Plus en détail

Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2

Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2 Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2 PIERRE-YVES THORAVAL Secrétariat général de la Commission bancaire Amorcées à la fi n des années quatre-vingt-dix sous l égide du Comité de

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires. Rappel historique et problématiques post crise

Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires. Rappel historique et problématiques post crise Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires Rappel historique et problématiques post crise 1/ Rappel historique a) Étape 1 Régulation issue du Comité de Bâle Bâle 1 «ratio Cooke» 1988-8%

Plus en détail

RAPPORT PILIER III. Informations au 31 décembre 2010.

RAPPORT PILIER III. Informations au 31 décembre 2010. RAPPORT PILIER III Informations au 31 décembre 2010. 1 Page INTRODUCTION 1 1 2 3 ADEQUATION DES FONDS PROPRES 5 POLITIQUE DE GESTION DES FONDS PROPRES ET DES RISQUES 13 RISQUE DE CREDIT ET DE CONTREPARTIE

Plus en détail

Les nouveaux ratios prudentiels applicables aux établissements de crédit au titre du droit communautaire

Les nouveaux ratios prudentiels applicables aux établissements de crédit au titre du droit communautaire Les nouveaux ratios prudentiels applicables aux établissements de crédit au titre du droit communautaire Frédéric Leplat Les recommandations du Comité de Bâle II ont été reprises par deux directives communautaires

Plus en détail

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence?

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? CNIS, commission Système financier et financement de l'économie Jeudi 25 septembre 2014 Omar Birouk DGS-Banque de France Yamina Tadjeddine EconomiX,

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme Octobre 2014 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l

Plus en détail

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

Solution de stress test Moody s Analytics

Solution de stress test Moody s Analytics Solution de stress test Moody s Analytics Solution de stress test Moody s Analytics Moody s Analytics propose aux établissements financiers une couverture exhaustive de l intégralité du processus de stress

Plus en détail

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt La surveillance prudentielle des institutions de dépôt Journée des carrières de PRMIA Montréal Présentée par : Gouro Sall Diagne Mardi 17 mars 2015 Autorité des marchés financiers AGENDA L AUTORITÉ DES

Plus en détail

Finance pour non financiers

Finance pour non financiers Finance pour non financiers Managers non financiers Responsables opérationnels ayant à dialoguer avec les comptables et les financiers Savoir communiquer avec les financiers dans l entreprise : comptabilité,

Plus en détail

Optimisation de la gestion des risques opérationnels. EIFR 10 février 2015

Optimisation de la gestion des risques opérationnels. EIFR 10 février 2015 Optimisation de la gestion des risques opérationnels EIFR 10 février 2015 L ADN efront METIER TECHNOLOGIE Approche métier ERM/GRC CRM Gestion Alternative Approche Technologique Méthodologie Implémentation

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise?

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? Conseil en Organisation et Management secteur assurance L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? 24 novembre 2010 Sommaire Ce qui se dit sur l ORSA L ORSA et le modèle

Plus en détail

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone...

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone... Liste des notes techniques.................... xxi Liste des encadrés....................... xxiii Préface à l édition internationale.................. xxv Préface à l édition francophone..................

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Les limites du ratio Bâle II

Les limites du ratio Bâle II Les limites du ratio Bâle II Table des matières I. Introduction... 3 II. De Bâle I à Bâle II... 4 A. Présentation du ratio Bâle I... 4 B. Les limites du ratio Bâle I... 5 C. Le ratio Bâle II... 5 1. Pilier

Plus en détail

Formation «Audit comptable des établissements de crédit»

Formation «Audit comptable des établissements de crédit» Formation «Audit comptable des établissements de crédit» REFERENCE : 800 1. Objectif général Identifier les risques bancaires de l'audit comptable dans un environnement bancaire. Construire une démarche

Plus en détail

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long»

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» REFERENCE : 202 1. Objectif général Situer l'activité bancaire dans son environnement économique et réglementaire. Souligner les aspects techniques et économiques

Plus en détail

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation Danièle NOUY, Secrétaire général de l Autorité de contrôle prudentiel

Plus en détail

TECH COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INFOTECH # 33 INTRODUCTION RAPPEL : QUEL CONTOUR DU GROUPE D ASSURANCE AUJOURD HUI?

TECH COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INFOTECH # 33 INTRODUCTION RAPPEL : QUEL CONTOUR DU GROUPE D ASSURANCE AUJOURD HUI? COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INTRODUCTION Marie-Laure DREYFUSS ASSOCIÉE Responsable du Pôle Gouvernance Tel. : + 33 (0)4 72 18 58 58 E-mail : marie-laure.dreyfuss@actuaris.com En matière de

Plus en détail

Références. Les contacts Opti-Décision en relation avec cette présentation sont: Johann Grennepois Gérant

Références. Les contacts Opti-Décision en relation avec cette présentation sont: Johann Grennepois Gérant Les contacts Opti-Décision en relation avec cette présentation sont: Références Johann Grennepois Gérant johann.grennepois@opti-decision.fr Tél: +33 (0)2 40 79 59 45 Port: +33 (0)6 83 78 74 70 Opti-Décision

Plus en détail

Association Française des Trésoriers d Entreprise

Association Française des Trésoriers d Entreprise Association Française des Trésoriers d Entreprise La société et l équipe «LORE Finance» est une structure dédiée, spécialisée dans la gestion de Trésorerie pour les PME, PMI et Grandes Entreprises. Gestion

Plus en détail

L essentiel des marchés financiers

L essentiel des marchés financiers Éric Chardoillet Marc Salvat Henri Tournyol du Clos L essentiel des marchés financiers Front office, post-marché et gestion des risques, 2010 ISBN : 978-2-212-54674-3 Table des matières Introduction...

Plus en détail

Capital réglementaire et capital économique

Capital réglementaire et capital économique MURIEL TIESSET Secrétariat général de la Commission bancaire Direction de la Surveillance générale du système bancaire Service des Études bancaires PHILIPPE TROUSSARD Secrétariat général de la Commission

Plus en détail

Le Data Risk Center. Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II

Le Data Risk Center. Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II Le Data Risk Center Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II Sommaire Le conseil en Risk Management 1) Le projet Solvabilité II Objectifs et moyens à mettre

Plus en détail

Références des missions en Gestion des Risques

Références des missions en Gestion des Risques Références des missions en Gestion des Risques DIRECTION DES RISQUES Service Calculs, Modèles et Reporting Depuis janvier 2011, ALGOFI accompagne la Direction des Risques sur la maîtrise d ouvrage bancaire

Plus en détail

LA GESTION INSTITUTIONNELLE SOUS MANDAT

LA GESTION INSTITUTIONNELLE SOUS MANDAT LA GESTION INSTITUTIONNELLE LA GESTION INSTITUTIONNELLE Face à la complexité de l environnement des marchés et aux exigences réglementaires sans cesse plus contraignantes, la gestion sous mandat offre

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

AGICAM 14 rue Auber 75009 Paris Paris, le 18 mai 2015

AGICAM 14 rue Auber 75009 Paris Paris, le 18 mai 2015 AGICAM 14 rue Auber 75009 Paris Paris, le 18 mai 2015 Objet : Modifications du FIA ALM ANDRENA Madame, Monsieur, Vous êtes porteurs de parts du FIA ALM ANDRENA (FR0010962936). 1. L opération Nous vous

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français

Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français Secrétariat général de la Commission bancaire Direction de la Surveillance Travaux internationaux et grandes lignes du dispositif français Paris, 24 novembre 2009 Dominique Laboureix, Directeur de la Surveillance

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne

Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne EVALUATION PRELEMINAIRE COURS SUR LE REGLEMENTATION PRUDENTIELLE ET SUPERVISION BANCAIRE Cours dirigé par Mme Nadia Gamha, Directrice Générale

Plus en détail

FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE. Notice d Information

FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE. Notice d Information FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) - Code valeur : 990000097559 Compartiment oui non Nourricier oui non Notice d Information Un Fonds Commun de Placement d Entreprise

Plus en détail

LE BILAN D UNE BANQUE

LE BILAN D UNE BANQUE Il est composé de 14 chapitres : Organisation des états financiers IFRS Trésorerie et opérations interbancaires Crédits à la clientèle Dépôts de la clientèle Activités sur titres Dettes représentées par

Plus en détail

FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES

FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES l'ensemble de ces sujets de formations ont été construits sur mesure à la demande de nos clients SOMMAIRE LES MARCHÉS 3 LES MARCHÉS FINANCIERS NIVEAU 1 4 LES MARCHÉS FINANCIERS

Plus en détail

L influence possible de Bâle III sur les relations entreprises - banques : financements, placements, flux, instruments de couverture

L influence possible de Bâle III sur les relations entreprises - banques : financements, placements, flux, instruments de couverture Université d Orléans Laboratoire d Économie d Orléans Master 2 Finances L influence possible de Bâle III sur les relations entreprises - banques : financements, placements, flux, instruments de couverture

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013 Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013 Paris, le Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1)

Plus en détail

4 RISQUES ET ADÉQUATION DES FONDS PROPRES

4 RISQUES ET ADÉQUATION DES FONDS PROPRES 4 RISQUES ET ADÉQUATION DES FONDS PROPRES 1. Introduction...124 Chiffres-clés 124 Typologie des risques 126 Facteurs de risques 127 2. Gouvernance et dispositif de gestion des risques...135 Introduction

Plus en détail

Critères de validation des modèles internes en assurance vie :

Critères de validation des modèles internes en assurance vie : Critères de validation des modèles internes en assurance vie : Use tests, intégration des modèles dans les processus de prise de décision et approche ERM Vladislav GRIGOROV, CRO, SwissLife France David

Plus en détail

FinAfrique Research. L impact des réglementations internationales BÂLE I, II & III sur le système bancaire africain

FinAfrique Research. L impact des réglementations internationales BÂLE I, II & III sur le système bancaire africain FinAfrique Research Vous présente : L impact des réglementations internationales BÂLE I, II & III sur le système bancaire africain Idrissa COULIBALY Directeur Associé en Charge de l Afrique de l Ouest

Plus en détail

Le partenaire des directions financières

Le partenaire des directions financières Le partenaire des directions financières IFRS due diligences transaction services direction financière fast close reporting controlling évaluation externalisation CSP business plan consolidation Notre

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

Les défis du reporting macro-prudentiel

Les défis du reporting macro-prudentiel Les défis du reporting macro-prudentiel EIFR 25 mars 2014 Bruno LONGET Banque de France Direction de la Balance des paiements Réf : D14-014 Introduction : pourquoi renforcer le dispositif de surveillance

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF

SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF ASFFOR le 13 février 2014 1 Introduction L arrêté du 23 décembre 2013 relatif au régime prudentiel des sociétés de financement a donné à l

Plus en détail

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Eléments de contexte Un coût significatif, une évolution des typologies Selon l ALFA (sur la base

Plus en détail

Solution logicielle pour le pilotage et l ERM. Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010

Solution logicielle pour le pilotage et l ERM. Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010 Présentation d ERMS Solution logicielle pour le pilotage et l ERM Journées d études IARD 26 mars 2010 2 mars 2010 Sommaire 1 Présentation d ACTUARIS 2 Les problématiques rencontrées 3 Présentation d ERMS

Plus en détail

Le Collateral Management

Le Collateral Management Le Collateral Management Éclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières Grises Collateral Management 2 GESTION DU COLLATERAL En quelques mots Collatéral : actif financier servant de garantie dans

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

BI CONSULTING. Présentation de l offre. Mai 2013. La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins des métiers

BI CONSULTING. Présentation de l offre. Mai 2013. La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins des métiers Présentation de l offre BI CONSULTING La Synthèse et le Pilotage en réponse aux besoins des métiers Mai 2013 Valeur ajoutée 100% Banque Assurance 100% Systèmes de synthèse & de pilotage Des expertises

Plus en détail

SEMINAIRE INTERNATIONAL «Risques de crédit bancaire en Afrique» Ouagadougou du 23 au 26 octobre 2012 Hôtel Laïco Ouaga 2000

SEMINAIRE INTERNATIONAL «Risques de crédit bancaire en Afrique» Ouagadougou du 23 au 26 octobre 2012 Hôtel Laïco Ouaga 2000 Contexte et justification du séminaire L actualité financière et bancaire de ces dernières années nous a instruit largement sur les conséquences que peut avoir une mauvaise notation financière sur la capacité

Plus en détail

Financial Services Avril 2013. Bâle III et la gestion de la liquidité Nouveaux éclairages sur la mise en œuvre

Financial Services Avril 2013. Bâle III et la gestion de la liquidité Nouveaux éclairages sur la mise en œuvre Financial Services Avril 2013 Bâle III et la gestion de la liquidité Nouveaux éclairages sur la mise en œuvre Sommaire Editorial 1 Bâle III et la gestion de la liquidité - Le point sur la mise en œuvre

Plus en détail

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire - Atelier La mesure des performances des compagnies d assurances 1 ère communication Généralités sur les processus d évaluation des activités

Plus en détail

Réformes européennes et stabilité financière

Réformes européennes et stabilité financière Réformes européennes et stabilité financière 3/04/2012 Martin MERLIN Chef d'unité DG Marché intérieur et services Causes de la crise financière de 2007-2008 Déséquilibres macro-économiques Lacunes réglementaires

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

B. Réglementation prudentielle

B. Réglementation prudentielle B. Réglementation prudentielle 1. Introduction Au cours de l année sous revue, les travaux sur la réforme du cadre réglementaire prudentiel se sont poursuivis. La transposition des mesures en droits belge

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

COMMUNICATION FINANcière

COMMUNICATION FINANcière COMMUNICATION FINANcière Etats au 31 décembre 2014 Page 2-3 Chiffres clés au 31 décembre 2014 Page 4 Extrait des états financiers consolidés selon les normes IAS/IFRS arrêtés au 31 décembre 2014 Page 13

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

Asset Quality Review

Asset Quality Review Asset Quality Review Eclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières En quelques mots... 3 Contexte : une confiance sur la santé des bilans des banques européennes fragile... 3 Objectifs et Enjeux...

Plus en détail

Supervision sur base consolidée

Supervision sur base consolidée SEMINAIRE ANNUEL REGIONAL Supervision et restructuration bancaires Supervision sur base consolidée Abidjan 13 au 17 janvier 2014 Bruno FLANCHEC Conseiller résident en supervision et restructuration bancaires

Plus en détail

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne 1 Pilier 2: la maitrise des risques Dans un premier temps, l attention s est portée sur la mesure quantitative du risque

Plus en détail

Banque le Choix du Président

Banque le Choix du Président Page 1 de 15 Banque le Choix du Président INFORMATIONS À FOURNIR AU TITRE DU 3 e PILIER DE L ACCORD DE BÂLE III 30 juin 2014 Page 2 de 15 Table des matières Table des matières... 2 TABLEAU 1 APERÇU ET

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : ratio de levier et exigences de publicité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : ratio de levier et exigences de publicité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Bâle III : ratio de levier et exigences de publicité Janvier 2014 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

Charte de contrôle interne

Charte de contrôle interne Dernière mise à jour : 05 mai 2014 Charte de contrôle interne 1. Organisation générale de la fonction de contrôle interne et conformité 1.1. Organisation Le Directeur Général de la Société, Monsieur Sébastien

Plus en détail

BANQUE ET CAISSE D'EPARGNE DE L'ETAT LUXEMBOURG

BANQUE ET CAISSE D'EPARGNE DE L'ETAT LUXEMBOURG BANQUE ET CAISSE D'EPARGNE DE L'ETAT LUXEMBOURG Siège Central : Luxembourg, 1, Place de Metz R.C. Luxembourg No B 30775 Etablissement public autonome, institué par la loi du 21 février 1856 (Mémorial 1,

Plus en détail

Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la gouvernance des établissements

Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la gouvernance des établissements Les réformes prudentielles : évolutions et impacts sur la European Institute of Financial Regulation Paris Matinale EIFR du 17 mai 2010 Danièle NOUY Secrétaire Général de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Plus en détail

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : OPCVM conforme aux normes européennes

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : OPCVM conforme aux normes européennes SG MONETAIRE EURO PROSPECTUS SIMPLIFIE OPCVM conforme aux normes européennes PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : DENOMINATION : SG MONETAIRE EURO FORME JURIDIQUE : SICAV de droit français COMPARTIMENTS/NOURRICIER

Plus en détail

Banque le Choix du Président

Banque le Choix du Président Page 1 de 15, Banque le Choix du Président INFORMATIONS À FOURNIR AU TITRE DU 3 e PILIER DE L ACCORD DE BÂLE III 30 septembre 2014 Page 2 de 15 Table des matières Table des matières... 2 TABLEAU 1 APERÇU

Plus en détail