Les assurances de personnes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les assurances de personnes"

Transcription

1 La croissance soutenue des cotisations des assurances de personnes (+ 14 %), qui atteignent 117 milliards d euros en 2004, témoigne du dynamisme retrouvé, aussi bien en vie et capitalisation qu en maladie et accidents corporels. La baisse du rendement de l épargne réglementée au milieu de l année 2003 a provoqué une réorientation de l épargne et confirmé l intérêt durable des Français pour l assurance vie. En assurance maladie et accidents corporels, la demande de contrats qui offrent une couverture élargie et la hausse des dépenses de santé contribuent à la progression des cotisations. 10 L assurance française en 2004

2 L assurance vie : une bonne année La croissance soutenue des cotisations d assurance vie et de capitalisation (+ 14 %) résulte d une bonne progression des versements sur les supports en euros et d une forte augmentation des versements sur les supports en unités de compte (+ 25 %), qui bénéficient de la bonne tenue des marchés financiers. La hausse des cotisations est plus marquée au premier semestre (18 %) qu au second (8 %). En 2004, la croissance des prestations (capitaux et rentes à l échéance du contrat d assurance ou en cas de rachat) s est poursuivie à un rythme comparable à celui des dernières années et identique à celui de 2003 (+ 7 %). ÉVOLUTION DES COTISATIONS EN AFFAIRES DIRECTES En milliards d euros Assurances en cas de vie Assurances en cas de vie (supports en euros) (supports en unités de compte) Assurances en cas de décès Bons de capitalisation Assurances en cas de maladie ou d accident corporel Source : FFSA. LES TYPES DE CONTRATS Assurances en cas de vie et bons de capitalisation Assurance en cas de vie Contrat d assurance, souscrit individuellement ou par l intermédiaire d une entreprise ou d une association, permettant la constitution de droits différés exprimés sous forme de capital ou de rente si la personne assurée est en vie au terme du contrat. Il repose sur une capitalisation viagère et financière des cotisations versées. Ce contrat est généralement assorti d une contre-assurance en cas de décès. Bon de capitalisation Contrat d épargne s appuyant sur une gestion financière de l épargne constituée, permettant de la faire fructifier et garantissant un capital déterminé à l échéance du contrat. Contrairement à l assurance vie, il ne prévoit pas de personne assurée. Contrat en unités de compte Contrat d assurance vie ou bon de capitalisation pour lequel le montant des garanties et des cotisations est exprimé non pas en euros mais par référence à une ou des unités de compte telles que des actions de sicav ou des parts de société civile immobilière. Les garanties du contrat sont directement liées à la variation, à la hausse ou à la baisse, de ces parts ou actions. Contrat multisupports Les garanties font référence à un ou plusieurs supports en unités de compte et à un support en euros. La quasi-totalité des contrats en unités de compte commercialisés aujourd hui sont des contrats multisupports. Assurances en cas de décès, de maladie ou d accident Ensemble des contrats d assurance de personnes prévoyant le versement de prestations en cas de décès, d incapacité de travail, d invalidité, de dépendance, ainsi que le remboursement de frais de soins de santé. Assurance en cas de décès Contrat d assurance, souscrit individuellement ou par l intermédiaire d une entreprise, d une association ou à l occasion d un emprunt, garantissant le versement d un capital ou d une rente à un bénéficiaire désigné, en cas de décès avant le terme du contrat, quelle qu en soit la cause. Cette garantie peut être complétée par des garanties d assurance de dommages corporels : prestations en cas d invalidité ou d incapacité consécutive à une maladie ou à un accident, ou majoration de la garantie en cas de décès accidentel. Les garanties complémentaires d un contrat d assurance vie peuvent être pratiquées par une société vie, mixte ou dommages. Assurance en cas de maladie ou d accident corporel Contrat d assurance, souscrit individuellement ou par l intermédiaire d une entreprise ou d une association, garantissant le remboursement de frais de soins en cas de maladie ou d accident, généralement en complément des régimes obligatoires de protection sociale, ou le versement d indemnités en cas d incapacité de travail ou d invalidité, ou d un capital ou d une rente en cas de décès par accident. Assurance emprunteur Contrat d assurance collectif, souscrit généralement par un établissement de crédit, garantissant les emprunteurs de cet établissement contre les risques de décès, d incapacité de travail, d invalidité et, éventuellement, de perte d emploi. Assurance dépendance Contrat d assurance prévoyant le versement de prestations sous forme de rente ou de capital en cas de perte d autonomie. Assurance perte d emploi Contrat d assurance prévoyant le versement d indemnités en cas de perte d emploi. Dans certains contrats d assurance emprunteur, ces indemnités peuvent prendre la forme d un différé de remboursement des traites. L assurance française en

3 Le régime juridique de l assurance vie conforté en 2004 Le contrat d assurance dont les effets dépendent de la durée de la vie humaine comporte un aléa et constitue, de ce fait, un contrat d assurance sur la vie. C est ce qu a confirmé la Cour de cassation réunie en chambre mixte, dans quatre arrêts rendus le 23 novembre Puisque les contrats d assurance vie reposent sur des techniques de capitalisation, un débat était né sur leur nature : pour certains, ils constituaient une simple opération d épargne et ne pouvaient bénéficier du régime spécifique de l assurance vie, notamment en matière de succession. Dans trois des quatre pourvois examinés par la Cour de cassation, les héritiers contestaient ainsi la qualification des contrats souscrits par le défunt au profit de tiers bénéficiaires. Le dernier cas concernait une assurance emprunteur, les établissements de crédit bénéficiaires critiquant une décision de la cour d appel qui avait qualifié l opération de contrat de capitalisation. La Cour de cassation a décidé que le contrat d'assurance dont les effets dépendent de la durée de la vie humaine comporte un aléa au sens du Code civil et du Code des assurances et constitue donc un contrat d assurance sur la vie. Par conséquent, le régime juridique spécifique de l'assurance vie est applicable et les règles du rapport à succession et de la réduction pour atteinte à la réserve des héritiers du contractant ne le sont pas. Toutefois, le Code des assurances prévoit une exception pour le cas où les sommes versées par le souscripteur ont été manifestement exagérées compte tenu de ses capacités : elles doivent alors être rapportées à la succession. C'est ce que rappelle la Cour de cassation dans ces quatre arrêts. Les sociétés membres de la FFSA avaient d'ailleurs réaffirmé ce point dans leur engagement déontologique du 17 décembre L'assureur vie procure une sécurité à l'épargnant en prenant en charge des risques, financiers et viagers. Cette caractéristique propre explique, et justifie, le régime prudentiel qui s'impose aux assureurs (provisions techniques, marge de solvabilité) et conditionne le régime juridique spécifique des contrats d'assurance vie. Par ailleurs, le régime de l information du souscripteur d un contrat d assurance vie fait l objet d un projet de loi qui devrait aboutir en Il vise à clarifier la législation en ce domaine. 12 L assurance française en 2004

4 La progression des prestations, plus faible que celle des cotisations, conduit à une augmentation de la collecte nette (cotisations moins prestations) de 27 % en Cet indicateur est particulièrement intéressant, car il tient compte du fait que les bénéficiaires des prestations des contrats arrivant à échéance consacrent souvent les sommes reçues à de nouveaux contrats, et cela constitue une part importante des cotisations d assurance vie. ÉVOLUTION DE LA COLLECTE NETTE EN ASSURANCE VIE En milliards d euros 50 47,1 42,7 42,6 43, ,7 35,1 33,7 34,4 31, , COTISATIONS (affaires directes) PAR CATÉGORIES DE CONTRATS EN 2004 Source : FFSA. Assurances en cas de vie (supports en unités de compte) 15 % 11 % 3 % Assurances en cas de maladie ou d accident corporel 6 % Bons de capitalisation Assurances en cas de décès Assurances en cas de vie (supports en euros) 65 % LES ASSURANCES DE PERSONNES EN Source : FFSA. COTISATIONS TAUX DE (AFFAIRES DIRECTES) CROISSANCE MILLIARDS D EUROS 2004/2003 EN % LES ASSURANCES EN CAS DE VIE ET LES BONS DE CAPITALISATION 98, les assurances en cas de vie 94, contrats à adhésion individuelle 88, contrats collectifs 5,9 2 les bons de capitalisation 3, LES ASSURANCES EN CAS DE DÉCÈS, DE MALADIE OU D ACCIDENT 19, les assurances en cas de décès 7,2 + 7 contrats à adhésion individuelle 2, contrats collectifs 4,9 + 6 les assurances en cas de maladie ou d accident corporel 12, contrats à adhésion individuelle 6, contrats collectifs 6, Total assurances de personnes 117, L ASSURANCE VIE ET LES BONS DE CAPITALISATION 105, dont supports en euros 86, dont supports en unités de compte 18, LES ASSURANCES EN CAS DE MALADIE OU D ACCIDENT CORPOREL 12, dont soins de santé 6, dont incapacité-invalidité 6,2 + 8 Total assurances de personnes 117, Sociétés vie, dommages et mixtes. Source : FFSA. DÉFINITIONS Garantie plancher Les contrats en unités de compte peuvent comporter des garanties dites «plancher» en cas de décès et en cas de vie. Elles permettent au bénéficiaire de recevoir avec certitude un montant minimal fixé à la souscription du contrat (montant des cotisations investies, montant de l épargne acquise si celle-ci est supérieure, etc.), quelle que soit la valeur de l unité de compte à la date de survenance de l événement ouvrant droit au paiement de la prestation. Groupe ouvert Association ou groupement formé en vue de la souscription de contrats d assurance de personnes ouverts aux adhésions individuelles, à la différence d autres contrats collectifs, qui s adressent à des groupes fermés d adhérents (par exemple, les salariés d une entreprise ou d une profession, les emprunteurs d un établissement de crédit). Participation aux bénéfices Mécanisme selon lequel les entreprises d assurances vie et de capitalisation font participer leurs assurés aux bénéfices techniques et financiers qu elles réalisent. Selon le Code des assurances, les entreprises d assurances doivent distribuer au minimum 90 % de leurs bénéfices techniques et 85 % de leurs bénéfices financiers. Ces taux peuvent être contractuellement plus élevés. Provisions techniques Ensemble des provisions et réserves constituées par l assureur afin de garantir toutes les prestations prévues par le contrat. Les provisions mathématiques, qui représentent la majeure partie des provisions techniques, prennent en compte les tables de mortalité et un taux d intérêt technique (voir page suivante). L assurance française en

5 Le plan d'épargne retraite populaire (Perp) : plus d un million d'assurés Créé par la loi du 21 août 2003, le Perp permet à chacun de se constituer un complément de retraite dans des conditions de sécurité financière et d égalité devant l impôt. Trois types d'opérations sont possibles : l épargne convertie en rente, la rente viagère différée et l acquisition d'unités de rente, dénommées généralement régimes de retraite en points. Quel que soit le produit souscrit, il se dénoue obligatoirement sous la forme d une rente viagère versée à compter de l âge du départ à la retraite de l assuré. Une commercialisation progressive Au 31 décembre 2004, près de plans ont été ouverts auprès des sociétés d'assurances pour 510 millions d euros de cotisations. Il ne s agit pas là du chiffre d une année pleine. La commercialisation du Perp a débuté à la fin du mois d avril, mois de publication des textes d'application, et les assureurs ont mis leurs contrats sur le marché progressivement. Leur offre a continué à se développer jusqu au début de l année En outre, contrairement aux contrats classiques d assurance vie, dont les versements sont uniques ou libres, les cotisations du Perp sont régulières. Certains assurés n'ont encore versé que quelques mensualités, voire la seule cotisation initiale. C'est vers la fin de l'année 2005 qu une première évaluation du montant des cotisations annuelles pourra être effectuée. Le Perp s'adresse notamment aux salariés du privé, qui étaient les seuls à ne pas bénéficier d un tel dispositif. Nombre d'entre eux attendent, avant de souscrire à titre individuel, de savoir ce que leur entreprise va leur proposer à titre collectif. Un engagement de long terme Le Perp est un engagement de long terme, et chacun doit pouvoir choisir en toute clarté le contrat adapté à ses besoins et à ses objectifs. Aussi, au printemps 2004, les entreprises d'assurances membres de la FFSA ont adopté un engagement de déontologie relatif à sa commercialisation. LA TECHNIQUE DE L ASSURANCE VIE L assurance vie repose sur la technique de la capitalisation viagère, ce qui rend nécessaire l utilisation de deux paramètres, l un viager avec la table de mortalité, l autre financier avec le taux d intérêt technique. Le paramètre viager : la table de mortalité En assurance vie, le paiement des prestations est conditionné par la survenance du décès ou la survie de la personne assurée. C est la réalisation de l un ou l autre de ces événements qui ouvre droit au versement d une prestation, soit en cas de décès de l assuré au cours d une période déterminée, soit en cas de vie si l assuré est vivant à une date fixée. La probabilité d occurrence de ces événements est évaluée à partir de tables de mortalité indiquant le nombre de vivants à chaque âge de la vie humaine, à partir d un nombre donné de personnes à la naissance. Ces tables sont élaborées par l Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), qui recueille les données relatives à la mortalité générale française. Sur la base de ces données statistiques de la mortalité féminine et masculine ont été construites deux tables de mortalité, utilisées respectivement pour les contrats en cas de vie (table TV 88-90) et pour les contrats en cas de décès (table TD 88-90). Il est également possible d utiliser des tables d expérience si elles ont été certifiées par un actuaire indépendant ou d appliquer des coefficients correcteurs dans les contrats collectifs. Ces tables permettent de déterminer à chaque âge (x) de la vie humaine la probabilité d être encore en vie à un âge (x + n). Il existe également des tables prospectives, dites «de génération», utilisées pour la tarification des contrats de rente viagère, construites à partir des données de l Insee. Elles prennent en compte la tendance observée de la baisse de la mortalité. Ces différentes tables sont révisées régulièrement pour tenir compte de l évolution démographique. Le paramètre financier : le taux d intérêt technique L aspect financier de l assurance vie repose sur la capitalisation financière, caractérisée par l utilisation d un taux d intérêt appelé «taux d intérêt technique», dont les conditions sont fixées par le Code des assurances. Celui-ci détermine notamment son niveau maximal par référence au taux moyen des emprunts d État (TME). Il sert à la tarification des contrats et au calcul des engagements de l assureur (les provisions mathématiques) envers les assurés. Ses modalités varient en fonction du type de contrat (à cotisations périodiques, unique...) et de la durée des engagements. 14 L assurance française en 2004

6 Si l on ajoute à la collecte nette les intérêts (intérêts crédités et participation aux bénéfices, déduction faite des charges imputées aux assurés) versés sur les contrats en cours, on obtient le flux de provisions mathématiques (hors valorisation des supports en unités de compte) correspondant aux sommes nouvellement provisionnées au bénéfice des assurés. Il s établit à 65 milliards d euros en 2004, en progression de 18 %. L encours des contrats d assurance vie et de capitalisation (total des provisions mathématiques et de la provision pour participation aux bénéfices) s élève à 859 milliards d euros au 31 décembre Il correspond à l ensemble des engagements des assureurs vie envers leurs assurés. Il augmente de 9 % par rapport à 2003 et inclut l accroissement de la valeur des supports en unités de compte, estimée à 8 milliards d euros. Le taux de rendement des actifs contribue à la hausse des provisions : les intérêts crédités et la participation aux bénéfices atteignent 27 milliards d euros en L assurance vie représente un tiers du patrimoine financier des ménages (hors actions non cotées). Dès le milieu des années 1980, ces derniers ont préféré les actifs contractuels (PEL, Pep bancaires, assurance vie) aux actifs liquides (livrets d épargne, sicav monétaires). À la fin des années 1990, compte tenu de l évolution favorable des marchés boursiers, ils ont plébiscité les contrats multisupports, de sorte qu en 2000 les cotisations sur les contrats en unités de compte constituaient plus de 40 % de l ensemble des versements. Après une baisse de 2001 à 2003, en 2004, grâce à une meilleure tenue des indices boursiers, les versements sur supports en unités de compte ont de nouveau fortement augmenté. Les assurances maladie et accidents corporels : une forte demande Les assurances maladie et accidents corporels font l objet de contrats spécifiques (assurances individuelles contre les accidents, contrats complémentaires santé ou hospitalisation, assurance dépendance, garantie des accidents de la vie ) ou de garanties (invalidité, incapacité ) généralement annexées aux contrats d assurance vie. La croissance de ces assurances, qui avait repris en 2002, continue à un rythme élevé en 2004, témoignant de l intérêt pour ces garanties en cette période d augmentation des dépenses de santé. Elle reste en effet plus soutenue pour les garanties de frais de soins et de biens médicaux que pour les autres (incapacité, invalidité). Des distorsions de concurrence, notamment fiscales, entre les différents intervenants sur ce marché avaient freiné le développement de l activité des sociétés d assurances. Elles ont Apria RSA et l assurance maladie obligatoire des indépendants Depuis plus de quarante ans, le régime d assurance maladie des professions indépendantes laisse aux artisans, commerçants et professionnels libéraux le choix de leur gestionnaire de couverture maladie obligatoire. Les organismes conventionnés, assureurs notamment, recouvrent les cotisations et servent les prestations des non-salariés et de leurs ayants droit. Dans le secteur de l assurance, les délégations de gestion s opéraient à travers l association Ram-Gamex, organisme créé par les assureurs, ou directement par les sociétés d assurances. Le Gamex assurait ainsi la gestion de l assurance maladie obligatoire des artisans, commerçants et professionnels libéraux, mais aussi celle de l assurance maladie obligatoire et de l assurance contre les accidents du travail et les maladies professionnelles des exploitants agricoles. Au 1er janvier 2005, les moyens des assureurs ont été regroupés au sein d une nouvelle entité, Apria RSA, qui est devenue leur gestionnaire unique pour les régimes obligatoires. Les économies d échelle résultant du regroupement de compétences auparavant dispersées ont motivé la constitution de ce nouvel ensemble professionnel. La nouvelle entité, qui regroupe également l informatique professionnelle, gère la couverture de plus de 2 millions de personnes et de 52 % des assurés du régime des professionnels indépendants. Un nouveau portail ( est accessible aux assurés et aux professionnels de santé, qui peuvent y consulter des informations pratiques sur leur assurance maladie et visualiser leur décompte de remboursement, ainsi qu aux assureurs, leur présentant les services offerts en matière de gestion d assurance santé obligatoire et de solutions informatiques. L assurance française en

7 Institutions de retraite professionnelle : transposition de la directive européenne La directive européenne sur les institutions de retraite professionnelle (IRP), adoptée en 2003, a pour objectif de créer un marché intérieur des retraites professionnelles. Son objet est à la fois la protection des affiliés et bénéficiaires des fonds de retraite et la possibilité pour une institution d un État membre de gérer un régime de retraite souscrit dans un autre État, en appliquant une stratégie d investissement adaptée, dans le respect des prérogatives des États en matière de régimes de retraite. L enjeu pour les assureurs français est, d une part, d avoir la possibilité de pratiquer des opérations de retraite entrant dans le cadre de cette directive, tout en poursuivant la commercialisation des produits aujourd hui proposés, et, d autre part, de réduire les risques de distorsions de concurrence favorisant des opérateurs étrangers qui ne seraient pas des entreprises d assurances. En effet, lors de la transposition, la France peut choisir d appliquer certaines dispositions de cette directive aux activités de retraite professionnelle des sociétés d assurances vie. Cette directive doit être transposée dans le droit français par un futur projet de loi portant diverses dispositions d adaptation au droit communautaire dans le domaine de l assurance. Selon ce projet, les sociétés d assurances seront autorisées à pratiquer des opérations de retraite professionnelle dans l ensemble de l Union européenne dès lors qu elles sont agréées pour effectuer des opérations d assurance en cas de vie. Elles auront en outre le droit de choisir le cadre de la nouvelle directive ou celui de la directive assurance vie. Des règles spécifiques Le projet, comme la directive, prévoit un strict cantonnement des opérations de retraite. Excepté pour les contrats à prestations définies et les indemnités de fin de carrière, les droits individuels en cours de constitution doivent être transférables. En outre, un comité de surveillance paritaire doit veiller à la bonne exécution des contrats souscrits par les entreprises. Par ailleurs, les opérations de retraite professionnelle proposées par des opérateurs étrangers sur le territoire national devront respecter le droit fiscal, social, du travail, ainsi que les dispositions du Code des assurances relatives au droit du contrat appliquées aux opérateurs français. Enfin, une adaptation des règles techniques et de gestion d actifs pour ces opérations doit permettre aux assureurs français d affronter la concurrence étrangère sur un pied d égalité. 16 L assurance française en 2004

8 été sensiblement réduites par la refonte des règles relatives à l exonération de la taxe sur certains contrats d assurance santé depuis octobre 2002, cette exonération étant désormais liée à la nature des contrats et non à celle des organismes assureurs. Les prestations versées au titre des frais de soins progressent de 12 % en 2004, témoignant du poids croissant des dépenses de santé supportées par les assureurs. L ASSURANCE SANTÉ Les assureurs santé participent, en complément des régimes obligatoires d assurance maladie : au remboursement des frais de soins et de biens médicaux ; l étendue des garanties varie de la prise en charge du seul ticket modérateur au remboursement plus ou moins important des frais non remboursés par la Sécurité sociale (voir aussi page 21) ; au versement d indemnités qui compensent les pertes de revenus résultant d un arrêt de travail ou d une invalidité. Les assureurs membres de la FFSA proposent des contrats individuels d assurance complémentaire santé sans sélection ni questionnaire médical, et sans exiger de l assuré qu il appartienne à une catégorie professionnelle particulière. Ils couvrent également de nombreux salariés par l intermédiaire de leurs entreprises. Dans le cadre de la réforme en cours concernant la santé a été reconnu le rôle important des assureurs complémentaires, notamment des sociétés d assurances. La protection complémentaire CMU Les sociétés d assurances participent à la protection complémentaire de la couverture maladie universelle (CMUC), qui concerne 4,7 millions de personnes, dont environ sont gérées par des sociétés d assurances. Au 1er janvier 2005, le montant de l allocation annuelle par bénéficiaire attribuée aux organismes complémentaires participants a été relevé à 304,52 euros, ce qui se révèle insuffisant pour couvrir les dépenses de soins réelles et les frais de gestion des sociétés d assurances. Par ailleurs, un dispositif de crédit d impôt a été mis en place en 2005 pour aider les personnes dépassant de peu le plafond de la CMUC (jusqu à 15 %) à financer leur assurance complémentaire (voir page 19). LES ASSURANCES ACCIDENTS CORPORELS Les contrats d assurance contre les accidents corporels garantissent le versement de prestations forfaitaires ou indemnitaires et, dans certains cas, le remboursement des frais de soins, en cas d accident ayant entraîné une incapacité, une invalidité ou un décès. De telles prestations sont également versées par les assureurs de responsabilité civile, automobile notamment, aux victimes d accidents corporels. L ASSOCIATION ASSUREURS, PRÉVENTION, SANTÉ L association Assureurs, prévention, santé (APS), créée en 1982, regroupe près de 240 sociétés d assurances santé et vie. Elle a pour objet non seulement de promouvoir toute action de prévention et d information du public sur les risques de la vie quotidienne et les maladies graves, mais aussi de soutenir les recherches médicales œuvrant dans ce sens. À cette fin, l APS diffuse gratuitement des documents d information (plus de 6 millions en 2004) par l intermédiaire des sociétés d assurances, des établissements scolaires, des cabinets médicaux, des pharmacies, des caisses d assurance maladie et d allocations familiales, des centres régionaux et départementaux d éducation pour la santé, des centres de protection maternelle et infantile Pour appuyer certaines actions, l association organise des campagnes relayées par les médias (accidents domestiques des enfants, affections bucco-dentaires des adolescents, maladies cardio-vasculaires, dépendance, cancer, sida). Depuis le début de 2004, elle participe à une campagne de prévention de l obésité de l enfant, qui s étendra sur cinq ans. Par ailleurs, l APS est depuis 1994 partenaire de la fédération Naître et vivre dans sa lutte contre la mort subite du nourrisson. Les documents de l APS sont disponibles sur le site Internet de la FFSA ( L assurance française en

9 L assurance des emprunteurs : de nouvelles améliorations à la convention Belorgey Signée le 19 septembre 2001, la convention visant à améliorer l'accès à l'emprunt et à l'assurance des personnes présentant un risque de santé aggravé, dite «convention Belorgey», a vu son champ d'application s'étendre à plusieurs reprises. De nouvelles mesures ont été adoptées à la fin de l année Ainsi, afin qu'un plus grand nombre de personnes puissent bénéficier du dispositif, la convention s applique désormais aux prêts immobiliers d'une durée maximale de quinze ans, au lieu de douze précédemment, et portant sur une somme inférieure ou égale à euros, et non plus Elle concerne aussi les prêts à la consommation. Ces nouvelles dispositions correspondent aux souhaits des associations signataires de la convention. Elles ont été mises en œuvre au plus tard le 1er janvier La loi pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées de février 2005 a formalisé le fait que les personnes handicapées puissent se prévaloir de la convention. Par ailleurs, des efforts en matière d'information sont entrepris en direction du public, notamment des personnes atteintes ou qui ont été atteintes de maladies graves. Tous les partenaires signataires de la convention, assureurs, banquiers, associations de malades et de consommateurs, ainsi que la Mission interministérielle de lutte contre le cancer, ont engagé une vaste campagne destinée à mieux faire connaître le dispositif conventionnel. L'Union nationale des organismes d assurance maladie complémentaire (Unocam) L'Unocam, dont la création est prévue par la loi du 13 août 2004, réunit des représentants des mutuelles, des institutions de prévoyance, des sociétés et mutuelles d'assurances, ainsi que du régime local d'alsace-moselle. Ces organisations se sont mises d'accord sur un projet de statuts proposé au gouvernement le 9 décembre Ses principales missions : examiner avec l'union nationale des caisses d'assurance maladie (Uncam) les programmes annuels de négociation avec les professionnels de santé ; déterminer avec elle les actions de gestion du risque ; organiser sa représentation là où l Unocam est appelée à siéger, notamment au Comité économique des produits de santé et à l Institut des données de santé ; participer, sous certaines conditions, aux négociations des conventions conclues entre les professionnels de santé et l assurance maladie obligatoire. 18 L assurance française en 2004

10 Une aide à l acquisition d une complémentaire santé La loi du 13 août 2004 instaure un nouveau dispositif d aide à l acquisition d une couverture complémentaire santé en faveur des personnes dont les ressources sont comprises entre le plafond de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC) et 15 % au-dessus de ce plafond. Ce dispositif prend la forme d un crédit d impôt accordé à l organisme complémentaire. La caisse d assurance maladie obligatoire remet une attestation au bénéficiaire, qui la transmet à l assureur complémentaire auprès duquel il a souscrit un contrat santé. Sur la base de cette attestation, l assureur accorde une réduction de cotisation d un montant équivalant au crédit d impôt auquel le bénéficiaire a droit (montant variable en fonction de l âge). L assureur récupère ce manque à gagner en opérant une déduction sur sa contribution au Fonds de financement de la CMUC. Cette mesure, entrée en vigueur le 1er janvier 2005, devrait entraîner la disparition des dispositifs d aide à la mutualisation auparavant mis en place par les caisses d assurance maladie à destination de la même catégorie de personnes. Le Fonds de financement de la CMUC doit remettre chaque année au gouvernement un rapport sur l évolution du prix et du contenu des contrats pour lesquels un crédit d impôt aura été accordé, établi à partir des données fournies par les organismes complémentaires. Les contrats bénéficiant d une aide L article 57 de la loi du 13 août 2004 prévoit que les contrats complémentaires santé devront respecter de nouvelles conditions pour pouvoir continuer à bénéficier d exonérations de taxe et des déductions fiscales et sociales en assurance collective. Ces contrats ne devront pas prendre en charge la participation forfaitaire fixée à 1 euro, ni tout ou partie de la majoration du ticket modérateur et des dépassements d honoraires appliqués en cas de non-respect du parcours de soins (passage obligatoire par un médecin traitant) ou de refus d accès au dossier médical personnel. Ils devront aussi prévoir le remboursement, au moins partiel, des consultations et prescriptions du médecin traitant et d actes de prévention qui restent à définir. Un cahier des charges, qui précisera le contenu de ces contrats, fait actuellement l objet de discussions entre les organismes complémentaires et la Direction de la Sécurité sociale. Il devrait être entériné par un décret en Conseil d État. Les assureurs santé membres de la FFSA souhaitent que le cahier des charges soit assez souple pour permettre aux organismes complémentaires de maintenir une offre diversifiée. Un dispositif trop encadré aboutirait à une uniformisation des contrats et empêcherait toute concurrence. L assurance française en

11 Ces opérations sont comptabilisées en assurances de biens et de responsabilité. Au titre des assurances de personnes, les contrats couvrent : les accidents survenus au cours de la vie privée, de la vie scolaire ou d activités telles que la pratique de certains sports ; les accidents du travail de certaines personnes non couvertes par la Sécurité sociale (en particulier le personnel des collectivités locales et les professions libérales) ; les prestations complémentaires d accidents du travail, de la vie privée et des maladies professionnelles des exploitants agricoles, les garanties de base ayant été transférées à la Sécurité sociale le 1er avril Les exploitants conservent le choix de l organisme auquel s adresser pour la gestion de celles-ci. En 2004, près de exploitants agricoles, sur , sont gérés par une société d assurances ou par Apria RSA (organisme professionnel décrit page 15). Le nombre de contrats «garantie des accidents de la vie» a également poursuivi sa progression en Il atteint 1,8 million, ce qui représente environ 3,3 millions de personnes couvertes. LA DÉPENDANCE Des sociétés d assurances proposent, depuis une vingtaine d années, des garanties perte d autonomie ou dépendance. Les sommes versées par l assureur ne sont pas incluses dans le montant des ressources de l assuré donnant droit au versement de l allocation personnalisée d autonomie. Il existe plusieurs formules : contrat simple de rente, contrats d épargne ou d assurance décès prévoyant le paiement d une rente en cas de perte d autonomie. Ces contrats sont exonérés de la taxe d assurance. Aujourd hui, environ 1,9 million de personnes sont couvertes par une telle assurance, soit dans le cadre de contrats dépendance, soit par une garantie complémentaire annexée à un contrat en cas de vie ou en cas de décès. L ASSURANCE ET LA PROTECTION SOCIALE EN FRANCE Les sociétés d assurances interviennent en complément des régimes d assurance obligatoires, en concurrence avec les autres organismes habilités à assumer une part des risques sociaux : les mutuelles relevant du Code de la mutualité et les institutions de prévoyance régies par le Code de la Sécurité sociale. Ces opérations concernent : le financement de compléments de retraite ; les remboursements de frais de soins de santé ; le versement d indemnités en cas d arrêt de travail, d invalidité ou de dépendance ; le paiement d un capital ou d une rente en cas de décès. Les sociétés d assurances interviennent également comme gestionnaires de régimes obligatoires des travailleurs non salariés et des agriculteurs (voir page 15). Le financement de la retraite Les régimes obligatoires de retraite, régimes de base et complémentaires, ont versé 166 milliards d euros de prestations en 2004 (estimation). Le montant de la retraite issu de ces régimes, rapporté au dernier salaire brut d activité, laisse subsister un besoin élevé de prestations complémentaires, qui ira croissant, compte tenu des évolutions démographiques. Les contrats de retraite proposés par les sociétés d'assurances ont pour objet de garantir, à partir de l âge de la retraite, le versement d un revenu régulier jusqu au décès du retraité (ou de son conjoint, en cas de réversion). Ils peuvent être souscrits : par les entreprises pour leurs salariés : contrats à prestations ou à cotisations définies, contrats en sursalaire, contrats d indemnités de fin de carrière, plans d épargne retraite entreprise (Pere) ; par les particuliers : contrats relevant de la loi Madelin pour les indépendants, contrats retraite spécifiques de certaines professions (agriculteurs, fonctionnaires...) et, depuis 2004, plans d épargne retraite populaire (Perp). COTISATIONS RETRAITE COLLECTÉES PAR LES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES En milliards d euros 9,0 7,5 7,4 8,0 6,0 6,4 6,3 5,9 4,5 4,7 3,0 2,1 2,3 1,5 3,8 5,2 0, Entreprises Particuliers Source : FFSA 20 L assurance française en 2004

12 En 2004, les sociétés d assurances ont collecté 8 milliards d euros au titre de ces contrats retraite et versé 3,9 milliards d euros à leurs assurés. Les assureurs représentent environ 80 % des prestations retraite versées par l ensemble des organismes complémentaires. Le financement des dépenses de soins et de biens médicaux Les dépenses totales de soins et de biens médicaux sont estimées à 153 milliards d euros en Les prestations versées par la Sécurité sociale (régime général et régimes spéciaux) représentent 77 % de l ensemble des dépenses de soins et de biens médicaux et la part des dépenses restée à la charge des ménages est de 11 %. Les organismes d assurances complémentaires couvrent globalement 12 % de ces dépenses en Avec 4,4 milliards d euros de prestations versées montant qui ne tient pas compte des prestations payées au titre de la réassurance, les sociétés d assurances interviennent pour 2,9 % dans le financement global des dépenses de soins et de biens médicaux, soit une part relative en progression pour la troisième année consécutive. Les organismes complémentaires couvrent essentiellement une part des soins non hospitaliers, en particulier des soins dentaires surtout des prothèses, des soins de médecins libéraux notamment du secteur à honoraires libres, des analyses, de la consommation pharmaceutique et des autres biens médicaux comprenant l optique. L ensemble de ces cinq postes représente environ 80 % des prestations versées par les sociétés d assurances au titre des garanties frais de soins. L'indemnisation en cas de décès, d'incapacité, d'invalidité ou de dépendance L ensemble des indemnités versées en cas de décès, d incapacité, d invalidité ou de dépendance est estimé à 31 milliards d euros pour l année Les sociétés d assurances, avec 8,1 milliards d euros de prestations en 2004, représentent près des deux tiers des indemnités réglées par les organismes d assurances complémentaires et près du quart du total. Les assureurs dans la protection sociale en France Les prestations versées au titre de la protection sociale en France sont estimées à 350 milliards d euros en 2004, dont 166 milliards au titre de la retraite et 184 milliards au titre de la prévoyance (santé, incapacité, invalidité, dépendance et décès). Avec 16,5 milliards d euros de prestations versées, les sociétés d assurances représentent 5 % de la protection sociale en France en Les sociétés d assurances assument 45 % des prestations versées au titre de la protection sociale par les organismes d assurances complémentaires, soit une part relative supérieure à celle des mutuelles et des institutions de prévoyance. PRESTATIONS VERSÉES AU TITRE DE LA PROTECTION SOCIALE PAR LES SOCIÉTÉS D ASSURANCES En milliards d euros ,2 10,7 10,5 10,8 10, Frais de soins Décès Retraite ,9 12,3 13, Incapacité-Invalidité , , Source : FFSA L assurance française en

Les assurances de personnes

Les assurances de personnes Les cotisations des assurances de personnes se redressent très nettement en 2003 : + 8 %. Cette évolution témoigne de l intérêt et de la confiance durables que les ménages accordent aux différentes formules

Plus en détail

Définitions LES ASSURANCES DE PERSONNES. Les contrats et les garanties LES ASSURANCES EN CAS DE VIE LES ASSURANCES EN CAS DE DÉCÈS, DE MALADIE

Définitions LES ASSURANCES DE PERSONNES. Les contrats et les garanties LES ASSURANCES EN CAS DE VIE LES ASSURANCES EN CAS DE DÉCÈS, DE MALADIE Définitions LES ASSURANCES DE PERSONNES Les contrats et les garanties LES ASSURANCES EN CAS DE VIE ET LES BONS DE CAPITALISATION Assurance en cas de vie Contrat d assurance, souscrit individuellement ou

Plus en détail

Définitions. Les assurances de personnes. Les contrats et les garanties. Les assurances en cas de vie et les bons de capitalisation

Définitions. Les assurances de personnes. Les contrats et les garanties. Les assurances en cas de vie et les bons de capitalisation FFSA Définitions Les assurances de personnes Les contrats et les garanties Les assurances en cas de vie et les bons de capitalisation Assurance en cas de vie Contrat d assurance, souscrit individuellement

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 211 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques de la direction des études et des statistiques FFSA-GEMA

Plus en détail

Les rachats de contrats d assurance-vie après 60 ans en 2012 FFSA

Les rachats de contrats d assurance-vie après 60 ans en 2012 FFSA CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Les contrats retraite en Loi Madelin

Les contrats retraite en Loi Madelin Les contrats retraite en Loi Madelin Une retraite obligatoire insuffisante Par rapport à un salarié, le travailleur indépendant est un peu "le parent pauvre" du système de protection sociale français.

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

L ASSURANCE FRANÇAISE

L ASSURANCE FRANÇAISE L ASSURANCE FRANÇAISE en 1996 Fédération Française des Sociétés d Assurances L ASSURANCE FRANÇAISE en 1996 AVANT-PROPOS... 2 LES GRANDES TENDANCES... 4 Les données clés LE MARCHÉ... 8 Les assurances de

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

RETRAITE PATRIMOINES PRIVES Le Plan d Epargne Retraite Populaire de Cholet Dupont

RETRAITE PATRIMOINES PRIVES Le Plan d Epargne Retraite Populaire de Cholet Dupont Avec le PERP, la loi «FILLON» a donné accès à toute personne, salarié, chef d entreprise, fonctionnaire, profession libérale, agriculteur, mère au foyer... personnes avec ou sans activité professionnelle,

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013 Oddo & Cie La Loi Madelin Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «Madelin» 3 2 Fipavenir TNS 13 2 3 Section 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite

Plus en détail

Assurance Santé et Prévoyance. PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence.

Assurance Santé et Prévoyance. PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence. Assurance Santé et Prévoyance PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence. CIPRÉS vie Pack Pro Entreprise TNS Les solutions Prévoyance et Santé à la hauteur de vos ambitions. Ne choisissez plus entre performance

Plus en détail

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 Evolution des dépenses de santé IMPORTANCE DU RESTE A CHARGE DES MENAGES ET DES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES - Déficit persistant du régime général - Augmentation

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE Qu est-ce que la protection sociale? PROTECTION SOCIALE EN FRANCE La protection sociale désigne tous les mécanismes de prévoyance collective, permettant aux individus de faire face aux conséquences financières

Plus en détail

Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire

Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire 0 Contributions patronales de prévoyance complémentaire et

Plus en détail

Les atouts de la retraite Madelin :

Les atouts de la retraite Madelin : Les atouts de la retraite Madelin : Caractéristiques et calcul de la rente viagère Sylvain Grégoire & Michel Andréini Convention CGPC : 10 Octobre 2013 Les enjeux de la retraite en France Sommaire Un système

Plus en détail

TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE

TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE TRANSFERTS DES CONTRATS D ASSURANCE GROUPE EN CAS DE VIE LIES A LA CESSATION D ACTIVITE PROFESSIONNELLE En vertu de l article L132-23 du Code des assurances les droits individuels résultant des contrats

Plus en détail

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PERP LIGNAGE Contrat d assurance sur la vie souscrit par le Groupement d Épargne Retraite Populaire ADRECO auprès d ORADEA VIE, compagnie d assurance vie et de capitalisation,

Plus en détail

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 Siège social : 37 Quai d Orsay 75007 PARIS Relevant des Livres I et II du code de la Mutualité RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 SERVICES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille Santé Prévoyance Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille SPÉCIAL AUTO ENTREPRENEURS REUNICA.COM Santé Avec Réunica

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) TITRE I

REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) TITRE I REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) Siège Social : 7/9 Villa de Lourcine 75014 PARIS. TITRE I DISPOSITIONS GENERALES Article

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Que couvre la protection sociale obligatoire?

Que couvre la protection sociale obligatoire? Que désigne le terme «Prévoyance»? Que couvre la protection sociale obligatoire? A savoir Les assurances de personnes couvrant les risques : De maladie et d accidents corporels ; De maternité ; D incapacité

Plus en détail

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale):

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): L assurance frais de santé est une couverture santé intégrale. En effet, elle couvre 100% du prix des soins

Plus en détail

Les délais à respecter

Les délais à respecter Les délais à respecter Dans les 24 heures Contacter les pompes funèbres et organiser les obsèques Si le défunt a souscrit une assurance Garantie obsèques au Crédit Agricole*, prévenir Assistance Obsèques

Plus en détail

Présentation des dispositifs d épargne retraite individuelle et collective

Présentation des dispositifs d épargne retraite individuelle et collective CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Présentation des dispositifs

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

Assurances de Personnes des Chefs d entreprise

Assurances de Personnes des Chefs d entreprise Conférence / Débat Assurances de Personnes des Chefs d entreprise Les 3 piliers de votre protection sociale La Santé La Retraite La Prévoyance Complémentaire Santé Complémentaire Retraite Complémentaire

Plus en détail

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance Le Capital Différé SCA Conditions Générales valant Proposition d Assurance DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. LE CAPITAL DIFFÉRÉ SCA est un contrat individuel d assurance en cas de vie à capital différé

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé L entreprise Forme juridique, au capital de dont le siège est à Code NAF n SIRET Effectif salarié : Représentée par

Plus en détail

Les nouveaux outils réglementaires pour les contrats individuels et collectifs SYLVAIN MERLUS DIRECTEUR ASSURANCES COLLECTIVES GROUPAMA

Les nouveaux outils réglementaires pour les contrats individuels et collectifs SYLVAIN MERLUS DIRECTEUR ASSURANCES COLLECTIVES GROUPAMA Les nouveaux outils réglementaires pour les contrats individuels et collectifs SYLVAIN MERLUS DIRECTEUR ASSURANCES COLLECTIVES GROUPAMA La réforme FILLON et la retraite complémentaire 2 La réforme Fillon

Plus en détail

Les régimes de retraite de la branche 26

Les régimes de retraite de la branche 26 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les régimes de retraite

Plus en détail

en toute simplicité!

en toute simplicité! BIEN COMPRENDRE LES NOUVELLES RÉFORMES DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ. en toute simplicité! 1 LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ D ici le 1 er janvier 2016, toutes les entreprises devront mettre

Plus en détail

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec L Environnement Social de l Artisan En partenariat avec SOMMAIRE Présentation de l APTI Les besoins d un jeune créateur La loi Madelin La Santé La Prévoyance La Retraite L environnement social de l artisan

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

Comment préparer ma retraite en tant que non salarié?

Comment préparer ma retraite en tant que non salarié? Assurance Vie Comment préparer ma retraite en tant que non salarié? Novial Avenir Une solution Retraite adaptée à vos besoins AXA Prévoyance & Patrimoine Novial Avenir : un contrat adapté à vos besoins

Plus en détail

Que retenir de la réforme des retraites 2010?

Que retenir de la réforme des retraites 2010? Réunion cabinet Que retenir de la réforme des retraites 2010? Réunion SOGEX 23 JUIN 2011 Pôle Conseils 25/02/2011 INTRODUCTION Pôle Conseils 25/02/2011 2 Présentation du cabinet SOGEX: Cabinet d expertise

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

UNIM. Prévoyance Complémentaire Santé Garantie des emprunts. Professionnels de la Santé. www.allianz.fr www.unim.asso.fr

UNIM. Prévoyance Complémentaire Santé Garantie des emprunts. Professionnels de la Santé. www.allianz.fr www.unim.asso.fr Professionnels de la Santé UNIM Prévoyance Complémentaire Santé Garantie des emprunts www.allianz.fr www.unim.asso.fr Union Nationale pour les Intérêts de la Médecine La prévoyance Une gamme de contrats

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

PLAN-EXPERTS DES GARANTIES DE PRÉVOYANCE CRÉÉES SPÉCIALEMENT POUR LES PRESCRIPTEURS

PLAN-EXPERTS DES GARANTIES DE PRÉVOYANCE CRÉÉES SPÉCIALEMENT POUR LES PRESCRIPTEURS PLAN-EXPERTS DES GARANTIES DE PRÉVOYANCE CRÉÉES SPÉCIALEMENT POUR LES PRESCRIPTEURS Vous êtes prescripteur de Generali Assurances Vie. Le PLAN-EXPERTS vous propose un choix de garanties pour améliorer

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en

Plus en détail

Cahier du patrimoine. Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013

Cahier du patrimoine. Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013 Cahier du patrimoine Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013 LE CONTRAT TNS COMPRENDRE LA LOI «MADELIN» 3 Introduction Les objectifs Votée le 11 février 1994, cette

Plus en détail

édition 2009 / 2010 Les essentiels 50 conseils Guide pratique hors-série pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE.

édition 2009 / 2010 Les essentiels 50 conseils Guide pratique hors-série pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE. édition 2009 / 2010 Les essentiels Guide pratique hors-série 50 conseils pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE. Avant-Propos Déductions, réductions et crédits d impôt de

Plus en détail

Oddo & Cie. Premavenir. Novembre 2014

Oddo & Cie. Premavenir. Novembre 2014 Oddo & Cie Premavenir Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «PERP» 3 2 Présentation du contrat Premavenir de AG2R La Mondiale 8 3 Frais 13 Annexe Solidité du groupe

Plus en détail

Allianz Retraite TNS / Agricole

Allianz Retraite TNS / Agricole Professionnels indépendants Allianz Retraite TNS / Agricole Épargnez pour votre retraite tout en profitant de déductions fiscales *. www.allianz.fr Avec vous de A à Z * Selon la législation en vigueur

Plus en détail

Les assurances directes- Rapport français

Les assurances directes- Rapport français Les assurances directes- Rapport français Agnès Pimbert Maître de conférences à l Université de Poitiers, Equipe de recherche en droit privé (EA 1230) L assurance directe désigne le mécanisme d indemnisation

Plus en détail

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Santé Prévoyance Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille TRAVAILLEURS NON SALARIÉS REUNICA.COM Santé Avec Réunica

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP Les Arènes du Patrimoine 2013 La Retraite Loi Madelin - PERP Présentation Votre animateur Yannick BOUET (CGPI) Marie HIDALGO (Expert-Compable) Laurence DAGORNE (AVIVA) Laurent MULLER (CARDIF) Quelques

Plus en détail

AVENIR EXPERTS SECURITÉ LA SOLUTION ÉPARGNE RETRAITE DES EXPERTS-COMPTABLES

AVENIR EXPERTS SECURITÉ LA SOLUTION ÉPARGNE RETRAITE DES EXPERTS-COMPTABLES AVENIR EXPERTS SECURITÉ LA SOLUTION ÉPARGNE RETRAITE DES EXPERTS-COMPTABLES Malakoff Médéric et l APRP (Association pour la Promotion de la Retraite et de la Prévoyance fondée par les experts-comptables),

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

Coiffeurs. Travailleurs non salariés

Coiffeurs. Travailleurs non salariés Coiffeurs Travailleurs non salariés Coiffeurs, travailleurs non salariés une protection sociale optimale Depuis plus de dix ans, vous nous faites confiance pour assurer le régime frais de santé des salariés

Plus en détail

études résultats L épargne retraite en 2007 N 685 avril 2009

études résultats L épargne retraite en 2007 N 685 avril 2009 études résultats et N 685 avril 2009 Les produits d épargne retraite se classent en trois grandes catégories : ceux souscrits dans un cadre personnel (plan d épargne retraite populaire (PERP), PREFON ),

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

Arélia Multisupport. Une meilleure retraite demain, des avantages fiscaux dès aujourd hui! Fiscalité Madelin

Arélia Multisupport. Une meilleure retraite demain, des avantages fiscaux dès aujourd hui! Fiscalité Madelin Arélia Multisupport Une meilleure retraite demain, des avantages fiscaux dès aujourd hui! Fiscalité Madelin Pourquoi renforcer dès aujourd hui votre futur niveau de vie? Les TNS (1) particulièrement concernés

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés)

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI Deauville 20 septembre 2012 par Anne DECREUSEFOND

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE La Sécurité sociale française, créée en 1945, repose sur le principe de la solidarité nationale où chacun est aidé pour faire face aux aléas de la vie. Ainsi, elle couvre

Plus en détail

Pour préserver votre niveau de vie et celui de vos proches

Pour préserver votre niveau de vie et celui de vos proches PROFESSIONNELS Atoll Prévoyance Pour préserver votre niveau de vie et celui de vos proches Atoll Prévoyance professions libérales Votre solution en cas d arrêt de travail, d invalidité, de décès Atoll

Plus en détail

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE»

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» Intervenant : Jean-Jacques LANTONNET Expert Tarification AT-MP Direction des Risques Professionnels Caisse

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE CONTRAT RESPONSABLE ET LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE CONTRAT RESPONSABLE ET LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE CONTRAT RESPONSABLE ET LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ SOMMAIRE LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ 05 DES GARANTIES MINIMALES... 06... ET DES RÈGLES

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

ARÉLIA Santé, Prévoyance et Retraite des travailleurs indépendants

ARÉLIA Santé, Prévoyance et Retraite des travailleurs indépendants Un spécialiste de l assurance des travailleurs non salariés à vos côtés Aréas Assurances est un groupe indépendant issu de sociétés d assurance mutuelles dont la plus ancienne a été fondée en 1825. Aujourd

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

Santé - Prévoyance Entreprise

Santé - Prévoyance Entreprise Santé - Prévoyance Entreprise Pourquoi mettre en place ou faire évoluer votre dispositif de couverture sociale? Répondre à un besoin indispensable en santé et prévoyance pour vos salariés et leur famille

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 111bis / 1 du 11 décembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES

Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 111bis / 1 du 11 décembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 111bis / 1 du 11 décembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R n 111bis / 1 OBJET : Le régime de prévoyance-vieillesse (article 111bis L.I.R.)

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TCAS-ASSUR-10-40-30-10-20120912 DGFIP TCAS Taxe sur les conventions d'assurances

Plus en détail

Toutes les facettes de l assurance vie

Toutes les facettes de l assurance vie Toutes les facettes de l assurance vie Les avantages de l assurance vie Que vous ayez ouvert votre contrat d assurance vie en vue d épargner pour un projet futur, de vous constituer un complément de revenu

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

Placements en vue de la dépendance

Placements en vue de la dépendance ATELIER n 5 Placements en vue de la dépendance Dominique CALVAR, CNP Assurances Le marché Eléments FFSA Convention Annuelle CGPC 2 ème marché privé au monde La France est au 1 er rang des pays de l OCDE

Plus en détail

Prévoyance des expertsexperts-comptables

Prévoyance des expertsexperts-comptables Prévoyance des expertsexperts-comptables Faire les bons choix Objectifs de l intervention Répondre aux questions des experts-comptables relevant de la Cavec Au titre de la prévoyance, est-il préférable

Plus en détail

SIMPLE, ADAPTÉE AUX TPE-PME

SIMPLE, ADAPTÉE AUX TPE-PME entreprise LA SANTÉ DANS MON ENTREPRISE UNE MUTUELLE SIMPLE ET AVANTAGEUSE POUR TOUS LA BRANCHE COURTAGE DU GROUPE LA BRANCHE COURTAGE DU GROUPE Dans le cadre de la loi de Sécurisation de l Emploi du 14

Plus en détail

Parce que tout repose sur vous Reposez-vous sur nous pour votre couverture Prévoyance et Santé! Conjugo TNS : offre Prévoyance/Santé

Parce que tout repose sur vous Reposez-vous sur nous pour votre couverture Prévoyance et Santé! Conjugo TNS : offre Prévoyance/Santé www.alico.fr Document à caractère non contractuel Votre courtier Alico, l expert en assurance emprunteur et en prévoyance Alico est un acteur international de premier plan en assurances de personnes depuis

Plus en détail

Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008

Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008 Provisions pour risques croissants en santé SACEI 13 mars 2008 Anne MARION A C T U A R I E L L E S actuarielles@actuarielles.com L aléa en santé Assurance vie : (décès) Survenance certaine à date aléatoire

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

ZOOM SUR le CONTRAT PRÉVOYANCE

ZOOM SUR le CONTRAT PRÉVOYANCE www.verspieren.com ZOOM SUR le CONTRAT PRÉVOYANCE DES SPÉCIALISTES DU PLATEAU TECHNIQUE LOURD POUR BIEN COMPRENDRE CE QUE COUVRE LA PRÉVOYANCE En partenariat avec le Cabinet Branchet et Asspro ZOOM SUR

Plus en détail

Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020

Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020 Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020 A effet du 1 er janvier 2007 Le Syndicat REUSSIR. 21 BOULEVARD POISSONNIERE 75002 PARIS souscrit auprès d AXA France Vie,

Plus en détail

ASSUREZ VOTRE EMPRUNT ET GAGNEZ EN CONFORT GARANTIE EMPRUNTEUR

ASSUREZ VOTRE EMPRUNT ET GAGNEZ EN CONFORT GARANTIE EMPRUNTEUR ASSUREZ VOTRE EMPRUNT ET GAGNEZ EN CONFORT GARANTIE EMPRUNTEUR BIEN ASSURER SON EMPRUNT IMMOBILIER POURQUOI C EST IMPORTANT? L'assurance emprunteur n'est pas obligatoire légalement, mais elle est incontournable.

Plus en détail

ASSOCIATIONS INTERMÉDIAIRES 28 MAI - TOURCOING 02 JUIN - BRUAY

ASSOCIATIONS INTERMÉDIAIRES 28 MAI - TOURCOING 02 JUIN - BRUAY LA GENERALISATION DE L ACCES A UNE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE ET COLLECTIVE AU 1 ER JANVIER 2016 ASSOCIATIONS INTERMÉDIAIRES 28 MAI - TOURCOING 02 JUIN - BRUAY CCN ESS 1 OBJET DE LA REFORME La réforme

Plus en détail

GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE

GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE L objectif de ce guide est de vous donner des pistes pour mieux comprendre l assurance vie et son fonctionnement, et vous aider ainsi à faire

Plus en détail

LA LOI MADELIN PREAMBULE

LA LOI MADELIN PREAMBULE LA LOI MADELIN PREAMBULE Les TNS (travailleurs non salariés) sont une population particulièrement touchée par le soucis des revenus de retraites : leurs cotisations ne leur laissera en moyenne que 60%

Plus en détail

Une offre globale pour préserver votre niveau de vie

Une offre globale pour préserver votre niveau de vie PROFESSIONNELS Plan Gérant Majoritaire Une offre globale pour préserver votre niveau de vie Nom de l entreprise : Activité de l entreprise : Nombre de salariés : jusqu à 5 de 6 à 20 plus de 20 Nom et prénom

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 Circulaire du 25 septembre 2013 Circulaire du 4 février 2014 Petit Déjeuner RH CCI Maître Marie-Laure

Plus en détail

ACTIVANCE TNS : SOLUTIONS MUTUELLE SANTÉ, PRÉVOYANCE ET RETRAITE TRAVAILLEURS NON SALARIÉS. Une approche mutualiste responsable

ACTIVANCE TNS : SOLUTIONS MUTUELLE SANTÉ, PRÉVOYANCE ET RETRAITE TRAVAILLEURS NON SALARIÉS. Une approche mutualiste responsable ACTIVANCE TNS : SOLUTIONS MUTUELLE SANTÉ, PRÉVOYANCE ET RETRAITE TRAVAILLEURS NON SALARIÉS Une approche mutualiste responsable ACTIVANCE TNS ASSURER VOTRE SANTÉ ET VOTRE PRÉVOYANCE L importance d une couverture

Plus en détail

Le Plan Épargne Retraite-Banque Populaire (PER-BP) est un placement dédié à la préparation de votre retraite dans un cadre fiscal (1) avantageux.

Le Plan Épargne Retraite-Banque Populaire (PER-BP) est un placement dédié à la préparation de votre retraite dans un cadre fiscal (1) avantageux. Plan d'epargne Retraite Banque Populaire Préparez votre retraite dans un cadre fiscal(1) avantageux grâce au Plan Épargne Retraite-Banque Populaire (PER-BP). EN BREF Le Plan Épargne Retraite-Banque Populaire

Plus en détail

PERP. par Élysée Consulting. Votre épargne pour votre retraite PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE

PERP. par Élysée Consulting. Votre épargne pour votre retraite PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE PERP PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE par Élysée Consulting Votre épargne pour votre retraite SOMMAIRE Bénéficiaires 3 Fonctionnnement du plan 3 Gestion du plan 4 Fiscalité des primes versées 5 Dénouement

Plus en détail

PRODUITS DE PREVOYANCE IMPERIO. Ce document ne peut être ni communiqué ni distribué, sans l accord exprès d IMPERIO.

PRODUITS DE PREVOYANCE IMPERIO. Ce document ne peut être ni communiqué ni distribué, sans l accord exprès d IMPERIO. PRODUITS DE PREVOYANCE IMPERIO Ce document ne peut être ni communiqué ni distribué, sans l accord exprès d IMPERIO. 1 GAMME DE SOLUTIONS PREVOYANCE IMPERIO PRECISO HOSPITALIS EDUCALIA SERENITE Plus ASSURANCE

Plus en détail

Note de présentation générale

Note de présentation générale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 1 Document de travail, n engage pas le Conseil Note de présentation

Plus en détail