AIDE A DOMICILE Etude sur les troubles musculosquelettiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AIDE A DOMICILE Etude sur les troubles musculosquelettiques"

Transcription

1 AIDE A DOMICILE Etude sur les troubles musculosquelettiques Etude suivie et réalisée en 2008 par un groupe de travail pluridisciplinaire : Docteur Hélène CARLIER, médecin du travail Docteur Catherine GERLIER, médecin du travail Docteur Jean Paul GROSSET-JANIN, médecin du travail Evelyne GARCON, infirmière Julie PERRIN, ergonome Siège Social et Administratif : ANNECY SANTE AU TRAVAIL 12 quai de la Tournette ANNECY - Tél : Fax : Site web :

2 SOMMAIRE CONTEXTE ET OBJECTIFS DE L ETUDE...3 METHODOLOGIE...4 RESULTATS DU QUESTIONNAIRE...5 I. Description de la population étudiée Caractéristiques des structures Caractéristiques des répondants... 5 II. Description des symptômes musculosquelettiques Description des symptômes déclarés Conséquences des douleurs au cours des 12 derniers mois... 7 III. Description de l exposition aux facteurs de risque Les facteurs de risque organisationnels Les facteurs de risque physiques Les facteurs de pénibilité Les facteurs de risque relationnels Les facteurs de risque psychosociaux La satisfaction au travail IV. Analyses Agents à domicile et auxiliaires de vie sociale Personnes ayant eu au moins une douleur au cours des 12 derniers mois et personnes n ayant pas eu de douleur Personnes «tendues» et personnes «détendues» d après les résultats du questionnaire KARASEK V. Pistes de prévention évoquées par les salariés Les Formations La reconnaissance L organisation de travail Les aspects matériels Autres CONCLUSION DE L ETUDE...17

3 CONTEXTE ET OBJECTIFS DE L ETUDE Dans le cadre de ses actions en milieu de travail, Annecy Santé au travail mène des projets collectifs par métier afin d améliorer la prévention au sein des entreprises adhérentes. En juillet 2007, une étude débute auprès des aides à domicile suivies au sein du service médical, à l initiative d un groupe pluridisciplinaire composé de 3 médecins (Dr Carlier ; Dr Gerlier ; Dr Grosset-Janin), une ergonome (J. Perrin) et une infirmière (E. Garçon) Plusieurs éléments motivent cette étude : De nombreuses plaintes liées à des pathologies musculosquelettiques, Une moyenne d âge des salariés élevée, Des conditions de travail spécifiques avec de fortes contraintes, Des difficultés à mettre en place des moyens de prévention technique chez les bénéficiaires. Les troubles musculosquelettiques (TMS) sont un problème majeur de santé au travail et représentent 80% des maladies professionnelles déclarées. Il s agit de douleurs, raideurs, maladresse, perte de force par atteinte des muscles, des tendons et des nerfs touchant les membres et le dos. Le groupe a donc étudié les troubles musculosquelettiques (TMS) et les conditions de travail pouvant être génératrices de ces pathologies. L objectif de l étude est : de décrire : o d une part l état de santé (atteintes ostéoarticulaires) et la satisfaction au travail d une population de salariés du secteur de l aide à domicile, o d autre part les conditions de travail et la pénibilité liées à cette activité d analyser les facteurs professionnels connus comme des éléments intervenant dans l apparition ou l aggravation de ces troubles. d initier, à partir des résultats obtenus, une démarche de réflexion pour rechercher des pistes d amélioration relatives à l organisation du travail, l aide technique, la formation. 3

4 METHODOLOGIE L étude débute en juillet Elle se base sur une enquête effectuée au moyen d un questionnaire renseigné par le salarié. Le déroulement s effectue en quatre temps : Rédaction d un questionnaire adapté aux objectifs de l étude Rencontres individuelles avec les chefs d entreprise ou responsables d association afin de présenter, organiser l étude et effectuer un premier recueil d information (indicateurs santé, organisation et fonctionnement de chaque structure). Elles ont permis d enrichir et de comprendre les données recueillies dans les questionnaires. o Rencontres réalisées entre mai et juillet 2008 Enquête anonyme par questionnaire auprès des salariés : o Questionnaires remplis entre mai et décembre 2008 Analyse des facteurs de risque et réflexion sur des pistes de prévention possibles entre responsables/salariés/médecins du travail : o Analyse réalisée début 2009 o Restitution des résultats entre employeurs/salariés/médecins réalisée en mai 2009 (voir annexe 1) o Restitution des résultats dans chaque structure auprès de l ensemble des salariés début 2010 La population étudiée comporte les salariés employés par des structures d aide à domicile aux personnes âgées ou handicapées, présents sur les listes du personnel à la date de l enquête, et dont le statut correspond aux catégories suivantes de la convention collective de 1983 : Catégorie A1 (= agent à domicile) dont les principales activités sont : o Réalisation des travaux courants d entretien de la maison (entretien du linge, réalisation des courses, préparation des repas ) o Assistance de la personne dans des démarches administratives simples Catégorie B1 (= employé à domicile) dont les principales activités sont : o L aide des personnes dans les actes essentiels de la vie quotidienne (aide à la mobilité, aide à la toilette, aide à l alimentation ) o L aide des personnes dans les activités de la vie quotidienne (aide à la réalisation des courses, aide aux repas, travaux ménagers ) Catégorie C1 (= auxiliaire de vie sociale) dont les principales activités sont : o L aide des personnes dans les actes essentiels de la vie quotidienne (aide à la mobilité, aide à la toilette, aide à l alimentation ) o L aide des personnes dans les activités de la vie quotidienne (aide à la réalisation des courses, aide aux repas, travaux ménagers ) o L aide des personnes dans les activités de la vie sociale et relationnelle (stimule les relations sociales, accompagne dans les activités de loisirs ) o L évaluation de la situation et l adaptation de son intervention en conséquence o La coordination de son action avec l ensemble des autres acteurs Ont été exclus de l étude tous les autres intervenants à domicile. L étude a concerné 13 structures suivies par 8 médecins du travail différents. Le questionnaire utilisé pour l enquête est anonyme, seule apparaît la mention de l entreprise qui emploie le salarié répondant. Chaque salarié est averti personnellement du caractère non obligatoire de l enquête, du respect absolu du secret médical et de la confidentialité des données recueillies. Les questionnaires ont été remis par l employeur au salarié avec une lettre d explication. Le salarié devait alors le remplir et le renvoyer au médecin à l aide d une enveloppe pré affranchie dans un délai d un mois. Une relance a été adressée à tous les salariés par l employeur une fois ce délai écoulé. Le questionnaire comprend 64 questions regroupées en 4 thèmes : Les données personnelles du salarié interrogé (sexe, âge, poids, taille ), L état de santé L activité professionnelle (qualification-formation, organisation du travail, tâches et contraintes) La satisfaction au travail Parmi ces 64 questions, des questions ouvertes permettent l expression libre des salariés. 30 à 45 minutes sont nécessaires pour remplir ce questionnaire. 4

5 I. Description de la population étudiée RESULTATS DU QUESTIONNAIRE 436 questionnaires ont été distribués au sein de 13 structures différentes d aide à domicile. 233 questionnaires nous ont été retournés par les salariés entre le 19/05/2008 et le 06/12/2008, ce qui correspond à un bon taux de réponse (environ 53%). 1. Caractéristiques des structures o Type de structures : 100% des structures inclues sont des associations ou des entreprises privées. Aucun service public de type mairie n a été interrogé. o Taille des structures : 1 entreprise a un effectif de moins de 10 salariés ce qui correspond à 2% des répondants, 9 entreprises sur 13 ont un effectif compris entre 10 à 49 salariés ce qui correspond à 55% des répondants, 3 entreprises ont un effectif de plus de 50 salariés ce qui correspond à 43% des répondants. 2. Caractéristiques des répondants o Sexe : La population est quasiment exclusivement féminine avec 97,4% de femmes. o Age : L âge des répondants varie entre 19 ans et 62 ans. Mais 67,8% des répondants ont 40 ans ou plus. La moyenne d âge est de 44 ans au moment de l enquête (2008) : elle est plus élevée que celle de la population féminine en Rhône-Alpes et que celle d une population d aides ménagères et aides soignantes intégrées dans une étude nationale réalisée par le CISME 1 en o Ancienneté : 55,4% des répondants ont 3 ans d ancienneté dans l emploi actuel ou plus. L ancienneté des salariés semble faible par rapport à leur âge. Ceci peut s expliquer par une arrivée tardive dans la profession. 1 Centre Interservices de Santé et de Médecine du travail en Entreprise 5

6 o Emploi déclaré par les salariés : 41,6% des salariés interrogés ont déclaré occuper un poste d auxiliaire de vie sociale et 19,3% d agent à domicile (ou aide ménagère). 24% ont déclaré avoir un emploi d aide à domicile. Le terme «aide à domicile» est un terme générique qui ne nous permet pas de classer ces personnes dans une catégorie de la convention et d identifier l activité réalisée par ces personnes. o Qualification : Qualification (une personne peut avoir déclaré plusieurs qualifications) Nombre % Aucune qualification Qualifications «Auxiliaire de vie sociale» (DEAVS, CAFAD, MCAD) Qualifications «Employé à domicile» (CAP, BEP, Travailleur et employé familial) personnes soit 33% ont déclaré une autre qualification n ayant pas rapport à l aide à domicile (comptable, secrétaire, pâtissier, couturière, cuisinier, opticien, préparatrice en pharmacie, agriculteur, DEUG de lettres ). Parmi les salariés déclarant occuper un emploi d auxiliaire de vie sociale, 65% déclarent avoir un diplôme correspondant (DEAVS, CAFAD, MCAD) et 12,4% déclarent n avoir aucune qualification. Nous pouvons donc nous demander si les compétences de certains salariés sont réellement adaptées aux tâches effectuées. En effet, seulement 69,5% des répondants estiment exercer des tâches correspondant à leur qualification. o Statut : 86,3% des salariés sont en CDI. 29,6% soit 69 salariés cumulent plusieurs emplois. Les emplois cumulés peuvent être : Des emplois d aide à la personne chez un particulier/employeur ou pour un autre service Des autres emplois de type : surveillance de cantine scolaire, aide maternelle, distribution de journaux, garde d enfants, serveuse 6

7 II. Description des symptômes musculosquelettiques Les salariés ont été interrogés sur les problèmes (courbatures, gênes, douleurs, engourdissements) ressentis dans différentes zones corporelles. 1. Description des symptômes déclarés Les symptômes déclarés au cours des 12 derniers mois peuvent être le reflet d atteintes chroniques. Les 3 principales localisations des symptômes musculosquelettiques déclarés au cours des 12 mois précédant l enquête sont les zones «Bas du dos», «Nuque/cou», «Epaule/bras». Seulement 16 salariés soit 6.9% n ont eu aucun symptôme musculosquelettique au cours des 12 derniers mois sur les 10 localisations proposées. Les symptômes déclarés au cours des 7 derniers jours peuvent être considérés comme des pathologies aigues. Les principales localisations déclarées au cours de ces 7 derniers jours sont les mêmes que celles déclarées au cours des 12 derniers mois. Seulement 46 salariés soit 20% n ont eu aucun symptôme musculosquelettique au cours des 7 derniers jours précédant l enquête. 2. Conséquences des douleurs au cours des 12 derniers mois A cause de ces symptômes ou douleurs au cours des 12 derniers mois : o 21% des salariés ont eu un ou plusieurs arrêts de travail o Consultations médicales : 1 salarié sur 2 a consulté un médecin 1 salarié sur 3 a consulté un kinésithérapeute 1 salarié sur 3 a consulté un ostéopathe 7

8 III. Description de l exposition aux facteurs de risque D après les réponses à la question «Quelles sont les situations de travail satisfaisantes dans votre activité?», 184 personnes soit 79% des salariés ont exprimé des situations positives. Ces situations sont liées : Aux relations avec les personnes aidées (relations humaines riches et variées), Au fait d être utile pour les personnes aidées, A une autonomie organisationnelle au domicile, A une diversité des lieux et des situations rencontrées Cependant 76% des salariés ont également exprimé des situations difficiles. Dans la suite du rapport seront détaillés les facteurs de risque pouvant être impliqués dans l apparition de troubles de type musculosquelettiques. Ces facteurs peuvent être aussi bien d origine physique, organisationnelle que relationnelle ou psychosociale. Organisation de la production Ambiance de travail Gestion des flux Formation du personnel Procédures et consignes Contraintes biomécaniques Management (autonomie, reconnaissance, concertation) Sensibilité individuelle TMS et lombalgies Ambiances physiques Gestion des parcours Mode de professionnels rémunération (Rendement, primes) Conception des postes et des espaces de travail Stress et autres aspects psychosociaux Organisation des temps de travail (horaires, pauses) Caractéristiques des locaux Choix des outils Caractéristiques des produits Origine des TMS (source : ANACT) 1. Les facteurs de risque organisationnels o Horaires et temps de travail 88% des répondants ont des horaires qui leur conviennent. Lorsque les horaires ne conviennent pas, les causes exprimées sont : Le travail de week-end, La variabilité et la dispersion des horaires, L amplitude horaire importante ou le manque d heure de travail, Le manque de temps de repos Les salariés interrogés ont déclaré avoir travaillé en moyenne 27 heures pendant la semaine précédant l enquête avec une variabilité importante d un salarié à l autre. Un temps de travail important peut être considéré comme un facteur augmentant la charge de travail et le risque d apparition de pathologie (manque de temps pour récupérer des contraintes engendrées par le travail). Par contre, un temps de travail faible peut être considéré comme un critère d insatisfaction au travail ou de précarité (salaire faible, obligation de cumuler plusieurs emplois), ce qui peut également augmenter le risque d apparition de pathologies de type musculosquelettique. 83% des salariés déclarent avoir une durée de travail hebdomadaire variable. 68% ont des dépassements d horaire non prévus. 8

9 14% travaillent lors des jours de repos prévus. 69% des salariés travaillent parfois le weekend et 6% travaillent de nuit. 41% déclarent avoir des horaires de week-end ou de nuit imposés. o Déplacements 82% estiment avoir un temps suffisant pour réaliser leurs déplacements. Mais ce temps n est pas négligeable. En effet, les salariés ayant répondu au questionnaire ont en moyenne 48 minutes de transport par jour pour le travail. Pour la population des auxiliaires de vie sociale, le temps de transport moyen par jour s élève à 60 minutes. Seulement 23% des salariés pensent que leur planning leur impose des déplacements inutiles. Lorsque des problèmes liés aux déplacements sont évoqués, sont mis en cause : La circulation (bouchons, travaux, route en mauvais état ), Le stationnement (manque de place, coût, zone bleue ), L organisation des déplacements : Les distances trop importantes entre chaque bénéficiaire, Les déplacements inutiles, Les difficultés pour trouver les domiciles, Le manque de temps entre chaque intervention, Le coût des déplacements et le remboursement insuffisant, La météo, La non-adaptation de son véhicule pour atteindre certains domiciles ou pour transporter certains bénéficiaires, La non-adaptation des transports en communs (horaires, correspondances, lieu de dépose ) o Tâches 85% des répondants sont libres d organiser leur travail et les tâches à réaliser au cours de leur intervention au sein du domicile. 53% des salariés sont consultés en ce qui concerne leur organisation de travail (emploi du temps, répartition des foyers, tâches à réaliser ). Les moyens mis en œuvre pour que les salariés s expriment au sein de leur entreprise sont : les cahiers de liaison, les réunions de service, les réunions avec les délégués du personnel, les réunions avec les responsables de secteur ou les coordinateurs, les réunions avec un psychologue, les réunions entre collègues, les rendez-vous physiques ou téléphoniques avec les supérieurs, les boîtes à idées Cependant : 36% des répondants réalisent des tâches non prévues demandées par la personne aidée ou la famille lorsqu elles sont à domicile. Ces tâches peuvent être les suivantes : Soins des animaux, Déménagements, Nettoyage des extérieurs, Soins non prévus pour la personne aidée, Petits travaux d entretien (déboucher un évier, changer une ampoule ), Jardinage, bricolage, Soins ou travaux d entretien pour d autres personnes 35% des salariés connaissent les tâches qu ils ont à effectuer sur le moment chez la personne. 52% des difficultés évoquées en ce qui concerne le contenu du travail touchent les travaux ménagers. 9

10 2. Les facteurs de risque physiques Sur une échelle graduée de 6 à 20, les salariés estiment en moyenne la pénibilité de leur travail à 13 ce qui correspond à un travail physiquement «un peu dur» d après notre échelle. Parmi les facteurs de pénibilité physique déclarés : o La station debout plus de 4h par jour concerne 84% des salariés, o 44% des salariés tiennent longtemps des postures qui leur semblent pénibles, o En ce qui concerne les manutentions : 20% soulèvent des poids de plus de 15kg en dehors des personnes aidées, 9% soulèvent des personnes aidées plus de 5 fois/heure. 3. Les facteurs de pénibilité Certains éléments du travail accroissent la pénibilité ressentie : % de personnes estimant le facteur Facteurs de pénibilité pénible (pénible, très pénible, extrêmement pénible) Matériel et équipement non adaptés ou insuffisants 48,1 Détérioration de l état physique des personnes aidées 47,3 Manutention des personnes aidées 45,5 Détérioration intellectuelle des patients 45 Locaux (vétusté, escaliers, encombrement) 44,6 Approche de la mort 43,8 Problèmes d incontinence 35,6 Les causes de pénibilité prédominantes sont : o la manutention des personnes aidées, o le matériel et les équipements inadaptés ou insuffisants, o la détérioration de l état physique des personnes aidées. Or 54,5% des répondants n utilisent pas d aide technique du fait : d une non-nécessité, d un manque de place, d un manque de matériel, de matériel inadapté, d un manque de formation, d un manque d information des familles, d un manque de collaboration des personnes aidées ou des familles. 4. Les facteurs de risque relationnels Les relations de travail ne semblent pas être le facteur le plus pénélisant pour les salariés interrogés. % de personnes estimant la relation Type de relations insatisfaisante (moyennement satisfaisante, insatisfaisante, très insatisfaisante) Relations avec les familles 18,5 Relations avec l encadrement 17,6 Relations avec les autres intervenants à domicile 13,7 Relations avec les collègues «aide à domicile» 11,5 Relations avec les personnes aidées 5,1 Cependant, 46% des salariés expriment en commentaires libres des difficultés relationnelles. Les relations les moins satisfaisantes pour la population de répondants sont : o Les relations avec les familles o Les relations avec l encadrement 10

11 5. Les facteurs de risque psychosociaux Les risques psychosociaux recouvrent les risques professionnels perçus ou vécus par les salariés comme portant atteinte à leur santé mentale et secondairement physique. Les facteurs de risque psychosociaux peuvent être liés au contenu du travail, à son organisation, aux relations de travail et à l environnement physique, technique et socioéconomique de l entreprise. Le questionnaire utilisé dans l enquête (questionnaire de KARASEK) permet l étude collective de ces facteurs. Il étudie 3 dimensions : o L exigence mentale pour effectuer la tâche (complexité, quantité, imprévisibilité ), o La latitude décisionnelle c'est-à-dire la possibilité de prendre des décisions et d utiliser ses compétences, o Le soutien social de ses collègues et de la hiérarchie. Les risques pour la santé sont majorés pour la population dont l exigence mentale est forte et la latitude décisionnelle faible ce qui correspond à la catégorie des «tendus». Pour notre population, nous retrouvons les scores suivants dans les 3 dimensions étudiées : MEDIANE DES SCORES DIMENSIONS EVALUEES Population féminine Population étudiée française Aide à domicile Latitude décisionnelle 70 68,6 67 Exigence mentale 19 21, Soutien social 24 23,3 / 21,2 : médiane de la population féminine française Représentation des scores de demande psychologique et de latitude décisionnelle selon le «Job strain model» Latitude décisionnelle Détendus Population étudiée Aide à domicile Passifs Actifs 68,6 : médiane de la population féminine française Tendus=risque accru Illustration «Job Exigence strain model mentale» Karasek 1979 Ces scores nous permettent de noter que la médiane des scores de la population étudiée se situe dans le cadran des «détendus» par rapport à la population féminine française (source : enquête Sumer 2003) alors que les aides à domicile interrogées dans l enquête «Sumer 2003» se situe plutôt dans le cadran des passifs. Ceci signifie que la population étudiée a en moyenne une exigence mentale plus faible que la population féminine française et une latitude décisionnelle plus élevée. 11

12 Les scores obtenus grâce au questionnaire nous permettent également d identifier quatre catégories de salariés (sujets tendus, détendus, actifs ou passifs) : 19 : médiane de la population interrogée Répartition de la population étudiée en fonction des résultats du KARASEK Latitude décisionnelle Sujets détendus : 23,1%% Sujets passifs : 22,4% Sujets actifs : 26,1% Sujets tendus : 28,4% 70 : médiane de la population interrogée Exigence mentale Nous remarquons ainsi que 28,4% des salariés se situe dans le cadran des «tendus», c'est-à-dire que 28,4% de la population a une exigence mentale plus élevée et une latitude décisionnelle plus faible que la population moyenne donc des risques accrus. Les difficultés rencontrées par les personnes tendues semblent porter sur : o la rapidité du travail et l intensité du travail, o le travail répétitif et le faible niveau de compétence demandé, o le soutien professionnel par les supérieurs. 6. La satisfaction au travail Parmi les répondants : o 92% estiment que leur travail répond aux besoins des personnes aidées. Mais : o 28% souhaiteraient quitter leur travail auprès des personnes aidées s ils en avaient la possibilité. Les personnes qui souhaitent changer de travail semblent avoir plus de symptômes musculosquelettiques que la population générale. La satisfaction au travail peut donc avoir un impact sur l apparition de troubles de type musculosquelettique. o 62% ont le sentiment que leur profession n est pas reconnue. 12

13 IV. Analyses Ce rapport aborde quelques analyses qui ont été conduites sur des populations que nous avons sélectionnées. Elles portent sur les caractéristiques socioprofessionnelles et de santé : o des agents à domicile comparées à celles des auxiliaires de vie (catégories déclarées par les salariés dans les questionnaires), o des salariés ayant présenté des symptômes comparées à celles des salariés n ayant pas formulé de plainte, o des salariés «tendus» comparées à celles des salariés «détendus». 1. Agents à domicile et auxiliaires de vie sociale Par rapport aux agents à domicile, les auxiliaires de vie sociale semblent : o avoir plus d ancienneté, plus de qualification et avoir un statut moins précaire, o être plus libres au niveau des tâches à accomplir au domicile de la personne, Mais, o avoir plus de contraintes au niveau des plannings, o être moins consultées en ce qui concerne ces plannings, la répartition des foyers La pénibilité physique ressentie semble identique pour les agents à domicile et les auxiliaires de vie sociale. Cependant, de part leur activité propre, les causes de cette pénibilité physique ou les types de relations pénalisantes sont différentes : o Pour les facteurs de pénibilité : Les auxiliaires de vie sociale sont plus pénalisés par la manutention des personnes aidées, la détérioration de l état physique des personnes aidées, le matériel et les équipements non adaptés ou insuffisants ce qui peut facilement être expliqué par l activité d aide à la personne dans les actes essentiels de la vie quotidienne. Les agents à domicile sont plus pénalisés par les locaux (vétusté, escaliers, encombrement ) du fait de l activité d aide à la personne dans les activités ordinaires de la vie quotidienne La pénibilité liée à la détérioration intellectuelle des personnes aidées est ressentie de la même manière dans les deux groupes. o Pour les facteurs relationnels : Les auxiliaires de vie sociale semblent moins satisfaites par les relations avec l encadrement. Ceci peut s expliquer par les contraintes liées à l organisation des plannings exprimées précédemment par les auxiliaires de vie sociale. Les agents à domicile sont plus pénalisés par les relations avec les familles. Par rapport aux agents à domicile, les auxiliaires de vie sociale : o ont une meilleure satisfaction au travail, o ont plus de symptômes musculosquelettiques au niveau du dos et des mains, o sont moins «tendues» : 19 : médiane de la population interrogée Répartition des agents à domicile et des auxiliaires de vie sociale (AVS) en fonction des résultats du KARASEK Latitude décisionnelle Sujet détendu : Agents = 21,4% AVS = 17,2% Sujet passif : Agents = 14,3% AVS = 22,4% Sujet actif : Agents = 25,1% AVS = 38% Sujet tendu : Agents = 39,2% AVS = 22,4% 70 : médiane de la population interrogée Demande psychologique Les auxiliaires de vie et les aides à domicile apparaissent donc comme des populations dont les caractéristiques diffèrent en matière de facteurs socioprofessionnels, de contraintes de travail et d état de santé : toute réflexion en vue d améliorer leurs conditions de travail (formation, organisation du travail, aide technique ) devra en tenir compte. 13

14 2. Personnes ayant eu au moins une douleur au cours des 12 derniers mois et personnes n ayant pas eu de douleur En comparant les personnes ayant eu au moins une douleur au cours des 12 derniers mois et les personnes n ayant pas eu de douleur, il semble que les facteurs suivants influenceraient l existence de symptômes musculosquelettiques déclarés : o Le manque de qualification ou le fait de réaliser des tâches qui ne correspondent pas à la qualification de la personne o Les contraintes au niveau des plannings (dépassements d horaire, jours de repos travaillés, travail de week-end ou de nuit imposé ) o Le manque de liberté organisationnelle au domicile o La prise de postures pénibles sur de longues périodes o Les relations difficiles avec les familles et les autres intervenants à domicile o Le manque de satisfaction au travail o Un faible soutien social La pénibilité physique ressentie est plus importante pour les personnes qui ont des douleurs que pour celles qui n en ont pas. Toutes les causes de pénibilité semblent être plus pénalisantes pour les personnes qui ont des douleurs. Les plaintes relatives à des problèmes de santé apparaissent donc régulièrement associées, dans le travail, à des facteurs organisationnels, de pénibilité ou psychosociaux qui placent les salariés dans des situations défavorables, décrites ou ressenties. 14

15 3. Personnes «tendues» et personnes «détendues» d après les résultats du questionnaire KARASEK En comparant les personnes «tendues» et les personnes «détendues», il semble que les facteurs suivants influenceraient le fait d être «tendu» au travail : o La réalisation de tâches qui ne correspondent pas à la qualification de la personne o Les contraintes au niveau des plannings et des déplacements (dépassement d horaires, temps de déplacement insuffisants, déplacements inutiles ) o Le manque de liberté organisationnelle au domicile et le fait de ne pas connaître à l avance le travail à effectuer o Le manque de satisfaction au travail o La pénibilité physique en générale o Les relations de travail pénibles en générale Cette analyse met en évidence une relation entre l ensemble des facteurs étudiés et le fait d être «tendu», qui est habituellement observée dans ce type d étude. Les personnes tendues ont également plus de symptômes musculosquelettiques au niveau des membres supérieurs et inférieurs. 15

16 V. Pistes de prévention évoquées par les salariés Les salariés étaient invités à s exprimer librement en fin de questionnaire, et notamment à évoquer des pistes de prévention qu ils auraient pu repérer à travers leur pratique quotidienne. Les réponses apportées sont regroupées en différents thèmes : 1. Les Formations Les salariés demandent à avoir des formations adaptées, approfondies et mieux prises en charge notamment en ce qui concerne : Remises à niveau, formation continue, VAE, Manutention et utilisation du matériel, Approche psychologique et aide aux mourants, Situations difficiles (fin de vie, Alzheimer...). 2. La reconnaissance Des pistes sont évoquées pour améliorer la reconnaissance de leur métier : Changer les mentalités sur le rôle des aides à domiciles et leurs responsabilités : mieux expliquer le rôle de chacun, Avoir une reconnaissance financière adaptée et une meilleure prise en charge des frais de déplacement et de stationnement. 3. L organisation de travail o Communication / Relations / Soutien : Participer à l élaboration des plans d aide, avoir un encadrement proche du terrain, Avoir plus d informations sur les interventions, Avoir des fiches de suivi des personnes aidées, Avoir plus de réunions, d échanges, de soutien (avec collègues, direction, familles, bénéficiaires, conseil général, autres intervenants à domicile, psychologues, spécialistes, organismes sociaux ), Avoir moins de réunions tardives. o Charge de travail : Répartir les tâches ayant des contraintes différentes (ménage et accompagnement des personnes), les cas lourds, Eviter les surcharges et sous-charges de travail, équilibrer les plannings et les jours de repos, regrouper les secteurs d intervention, Avoir plus de temps chez certains bénéficiaires, entre certaines interventions, Travailler à 2 dans certains cas. 4. Les aspects matériels Avoir du matériel adapté pour les tâches ménagères, Avoir des équipements de protection individuelle (blouses, gants jetables, gel antiseptique ), Avoir des aides techniques adaptées, Aménager les locaux. 5. Autres Bénéficier de séances de kinésithérapie, Avoir des visites médicales du travail où il est possible de parler des problèmes, Permettre aux bénéficiaires d acquérir plus facilement du matériel, Rendre plus accessible financièrement l aide à domicile, Placer les cas lourds en structure adaptée. 16

17 CONCLUSION DE L ETUDE L espérance de vie de la population ne cessant d augmenter, ces dernières années ont vu se développer la profession d aide à domicile. Cette dénomination recouvre différents professionnels (agents à domicile, employés à domicile, auxiliaires de vie ) dont l activité consiste, suivant leurs compétences, à aider, accompagner et soutenir les personnes âgées ou dépendantes dans leur vie quotidienne à leur domicile. Les caractéristiques particulières de cette activité déterminent un ensemble de contraintes qui se traduisent en termes de charge de travail, physique et mentale, et en conséquence sur l état de santé. Notre travail montre dans la population étudiée : o une fréquence importante des plaintes relatives à des pathologies musculosquelettiques (plus de 80% des répondants) o des pathologies déclarées qui touchent essentiellement à la colonne vertébrale (bas du dos, nuque et cou) et aux membres supérieurs o des facteurs de risque liés : à l organisation de travail (horaires et temps de travail, déplacements ), aux tâches de travail à effectuer, à des facteurs de pénibilité physique et notamment les manutentions des personnes aidées, l inadaptation du matériel ou des équipements et la détérioration physique et mentale des personnes aidées, à des facteurs relationnels, en particulier avec les familles et l encadrement, et à des facteurs psycho-sociaux (manque de soutien, profession non reconnue ). Si la satisfaction au travail est exprimée par 92% des répondants, 28% déclarent vouloir changer de travail, 62% regrettent que la profession ne soit pas reconnue. Par ailleurs, cette étude met en évidence dans la population étudiée une charge de travail, physique et mentale, importante avec des causes propres au groupe «auxiliaires de vie sociale» et au groupe «agents à domicile», ainsi qu une relation entre les plaintes et les facteurs de risque (charge physique, problèmes organisationnels, facteurs de risque psycho sociaux). Le contexte actuel oriente les structures d aide à domicile vers une plus grande professionnalisation (meilleure définition du travail, amélioration de la formation, revalorisation du travail) qui, pour être menée avec succès, doit prendre en compte tous les aspects touchant aux conditions de travail dans cette activité et à leurs conséquences sur la santé. 17

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Symptômes et atteintes qui touchent principalement ces structures : nerfs muscles tendons ligaments articulations vaisseaux sanguins Cela peut se produire

Plus en détail

ANALYSE CONJONCTURE ÉDITO SOMMAIRE

ANALYSE CONJONCTURE ÉDITO SOMMAIRE Novembre 2010 ANALYSE & Santé au travail - Étude élaborée en partenariat entre le Centre de Gestion de la fonction publique territoriale de la Charente-Maritime et Dexia Sofcap ÉDITO À l échelon national,

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Ensemble de symptômes et d atteintes qui touchent principalement : nerfs ligaments tendons vaisseaux sanguins articulations disques intervertébraux muscles

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008 LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Le 2 décembre 2008 DEROULEMENT DE LA RENCONTRE 1ère partie : les localisations des TMS, les facteurs d'apparition, la prise en charge thérapeutique 2ème partie : les chiffres

Plus en détail

ENQUÊTE CARREFOUR SANTÉ SOCIAL 2011. Étude des risques psychosociaux, de l épuisement professionnel et des troubles musculo-squelettiques

ENQUÊTE CARREFOUR SANTÉ SOCIAL 2011. Étude des risques psychosociaux, de l épuisement professionnel et des troubles musculo-squelettiques ENQUÊTE CARREFOUR SANTÉ SOCIAL 2011 Étude des risques psychosociaux, de l épuisement professionnel et des troubles musculo-squelettiques Carrefour Santé Social - 30 janvier 2012 INTRODUCTION Rose SAILLARD,

Plus en détail

Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU

Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU SOMMAIRE 1/ Pourquoi cette démarche? 2/ Les TMS 3/ Les caractéristiques de la démarche 4/ Méthodologie :. Principes pris en compte.

Plus en détail

Fiche résumée : AIDE À DOMICILE

Fiche résumée : AIDE À DOMICILE Fiche résumée : AIDE À DOMICILE Aide ménagère Auxiliaire de vie Auxiliaire de vie sociale Auxiliaire familiale Employé familial Assistant de vie aux familles Assistant de vie dépendance Aide aux personnes

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

Démarche de prévention des TMS et outils pour l action

Démarche de prévention des TMS et outils pour l action Démarche de prévention des TMS et outils pour l action Ce document a pour objet de présenter de manière synthétique la démarche de prévention des TMS du membre supérieur avec des outils opérationnels permettant

Plus en détail

BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Et Hygiène? Dr JC Perréand-Centre Hospitalier Valence

BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Et Hygiène? Dr JC Perréand-Centre Hospitalier Valence BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE Et Hygiène? De quoi parle-t-on? Burn.Out. ou syndrome d épuisement professionnel : «maladie caractérisée par un ensemble de signes, de symptômes et de modifications

Plus en détail

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS)

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS) Repères Les troubles musculo-squelettiques (TMS) rassemblent un ensemble large de pathologies qui affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres supérieurs et inférieurs au niveau du poignet,

Plus en détail

Burn out des professionnels de santé. Quels facteurs? Comment le mesurer? Quelles conséquences?

Burn out des professionnels de santé. Quels facteurs? Comment le mesurer? Quelles conséquences? Burn out des professionnels de santé Quels facteurs? Comment le mesurer? Quelles conséquences? Docteur Jean-Claude PERREAND Centre Hospitalier de Valence De quoi parle t-on? Burn out, ou syndrome d épuisement

Plus en détail

Les Troubles Musculo-Squelettiques et Lombalgies chez le Personnel Soignant en Milieu Hospitalier

Les Troubles Musculo-Squelettiques et Lombalgies chez le Personnel Soignant en Milieu Hospitalier Les Troubles Musculo-Squelettiques et Lombalgies chez le Personnel Soignant en Milieu Hospitalier Résultats d une enquête menée à l hôpital Pasteur de Colmar au Centre pour Personnes Agées en Novembre

Plus en détail

SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI

SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI Elise CHIRON 1, Yves ROQUELAURE 1, Catherine HA 2, Annie TOURANCHET 3, Annette LECLERC 4, Marcel

Plus en détail

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 1 28/07/2011 08:28:01 & BONNES S TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES Le guide Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 2 28/07/2011 08:28:02 SOULEVER UN OBJET LOURD OU UNE PERSONNE

Plus en détail

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Les facteurs de pénibilité applicables au 1 er janvier 2015 T R A V A I L D E N U I T T R A V A I L E N É Q U I P E S S U C C E S S I V

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Surveillance des troubles musculo-squelettiques dans les Bouches-du-Rhône

Surveillance des troubles musculo-squelettiques dans les Bouches-du-Rhône Santé travail Maladies chroniques et traumatismes Surveillance des troubles musculo-squelettiques dans les Bouches-du-Rhône Étude du syndrome du canal carpien opéré 2008-2009 Septembre 2011 F. Sillam 1,

Plus en détail

Ergonomie et Prévention des risques professionnels

Ergonomie et Prévention des risques professionnels Ergonomie et Prévention des risques professionnels Catalogue des formations AVISErgonomique Laurent AVISSE Laurent AVISSE Ergonome Consultant 29, Rue de Montbazon 37 300 JOUE-LES-TOURS Tél : 06 09 44 30

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc CONGRES UCL DE MEDECINE GENERALE 1 juin 2013 PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc Philippe Mahaudens, PhD Faculté des sciences de la motricité UCL Service de Médecine Physique et Réadaptation, Saint-Luc

Plus en détail

Protégez-vous des risques à l'origine des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) Information prévention

Protégez-vous des risques à l'origine des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) Information prévention Information prévention agir pour votre santé au travail Vous occupez un poste de mise en rayon dans une grande ou moyenne surface? Protégez-vous des risques à l'origine des Troubles Musculo-Squelettiques

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Le médecin du travail et l usage du chiffre

Le médecin du travail et l usage du chiffre Le médecin du travail et l usage du chiffre Age et TMS De la clinique aux indicateurs La santé perçue Santé Psychique Santé Physique 70% 65% 65% 64% Géricots 2000 60% 54% 57% Répondants 50% 43% 46% Le

Plus en détail

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques France MARCHAND Nagi MIMASSI Psychologue clinicienne stagiaire doctorante Praticien hospitalier Consultation des douleurs chroniques

Plus en détail

28 avril 2009 au 28 avril 2010

28 avril 2009 au 28 avril 2010 Journée e Mondiale pour la Santé et la SécuritS curité au Travail 28 avril 2009 au 28 avril 2010 RECHERCE ACTION en Pays de Charleroi Evaluation des troubles musculo-squelettiques squelettiques Des travailleurs

Plus en détail

Risques professionnels : les femmes sont-elles à l abri?

Risques professionnels : les femmes sont-elles à l abri? Risques professionnels : les femmes sont-elles à l abri? Nicole Guignon* Si l on ne considère que les pénibilités physiques du travail ouvrier, les femmes semblent moins exposées aux risques professionnels

Plus en détail

Protégez-vous des risques à l origine des troubles musculo squelettiques (TMS) Information prévention. Vous êtes plombier chauffagiste

Protégez-vous des risques à l origine des troubles musculo squelettiques (TMS) Information prévention. Vous êtes plombier chauffagiste Information prévention agir pour votre santé au travail Vous êtes plombier chauffagiste Vous ressentez une gène, une douleur, une raideur ou une perte de force de vos bras ; vous avez mal au dos C est

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement

Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement TITRE DU CONSORTIUM : Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement RESPONSABLES : Alexis Descatha, UMS 011, Villejuif ; Yves Roquelaure, LEEST, Angers ; Bradley Evanoff,

Plus en détail

Performance des organisations Santé au travail

Performance des organisations Santé au travail LA PRÉVENTION DES TMS ET DES ACCIDENTS DE TRAVAIL LIÉS A LA MANUTENTION DE CHARGES Centre de Gestion du Tarn et Garonne Le 4 octobre 2012 Performance des organisations Santé au travail SOMMAIRE Performance

Plus en détail

«La gestion des douleurs», l après TMS

«La gestion des douleurs», l après TMS Journée territoriale de la prévention des risques professionnels CDG82 MONTAUBAN (82) «La gestion des douleurs», l après TMS Christiane.Daban Octobre 2012 Kinésithérapie & Prévention -> Ce qui fait la

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE DIAGNOSTIC RAPIDE DES NIVEAUX DE CPO ET TMS EN ETABLISSEMENTS DE SOIN

QUESTIONNAIRE DE DIAGNOSTIC RAPIDE DES NIVEAUX DE CPO ET TMS EN ETABLISSEMENTS DE SOIN NOTE EXPLICATIVE ORSOSA QUESTIONNAIRE DE DIAGNOSTIC RAPIDE DES NIVEAUX DE CPO ET TMS EN ETABLISSEMENTS DE SOIN Ce document détaille le contenu des questionnaires établis lors de la cohorte ORSOSA 1 et

Plus en détail

Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire

Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire Mireille Loizeau Cours DIUST Paris Descartes-20 janvier 2015 1 Définition et facteurs de risque 2 Définition Contraintes bio-mécaniques,

Plus en détail

ERGONOMIE au bureau lutter contre les TMS

ERGONOMIE au bureau lutter contre les TMS Qu est ce que l ergonomie d un poste de travail? ERGONOMIE au bureau lutter contre les TMS Un poste de travail ergonomique est un poste qui offre un environnement et des équipements permettant de créer

Plus en détail

Les palmarès du bonheur professionnel

Les palmarès du bonheur professionnel Les palmarès du bonheur professionnel Viavoice Le Nouvel Observateur Octobre 2013 Viavoice Paris. Études Viavoice & conseil 9 rue Huysmans, 75 006 Mieux Paris. comprendre + 33 (0)1 40 l opinion 54 13 90

Plus en détail

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 -

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - OBJECTIF DE L ETUDE L objectif de cette étude est de répertorier tous les risques professionnels dans un pressing (base de l évaluation des

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS

Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS Les seniors, une cible particulière? Tiphaine Garat Ingénieur d étude, UDS Journée d information et d échanges organisée par l Equipe de droit social, UMR 7354 DRES La prévention des facteurs de pénibilité,

Plus en détail

LA SANTE AU TRAVAIL DES SALARIES DE LA SNCF EN REGION BRETAGNE. Synthèse de l enquête auprès des salariés de la SNCF en Bretagne.

LA SANTE AU TRAVAIL DES SALARIES DE LA SNCF EN REGION BRETAGNE. Synthèse de l enquête auprès des salariés de la SNCF en Bretagne. LA SANTE AU TRAVAIL DES SALARIES DE LA SNCF EN REGION BRETAGNE Synthèse de l enquête auprès des salariés de la SNCF en Bretagne Octobre 2010 Marion Brancourt Colette Franciosi Etude «la santé et ses relations

Plus en détail

La prévention des Troubles Musculo-Squelettiques dans les entreprises de propreté et services associés

La prévention des Troubles Musculo-Squelettiques dans les entreprises de propreté et services associés La prévention des Troubles Musculo-Squelettiques dans les entreprises de propreté et services associés Secteur tertiaire et parties communes d immeubles Octobre 2009 Les regroupent un grand nombre de maladies

Plus en détail

La démarche ergonomique

La démarche ergonomique La démarche ergonomique Réunion Club Environnement Sécurité Mardi 26 juin 2007 CCI du Mans et de la Sarthe Ce qui est dit «L ergonomie, ça sert à rien» «L ergonomie, ça coute cher» «L ergonomie, c est

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES

LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES DE L EPAULE CHEZ DES TECHNICIENNES DE LABORATOIRE L. MERIGOT, F. MARTIN, Avec la participation des Drs G. DALIVOUST, G. GAZAZIAN 26 Janvier 2010 1 SOMMAIRE 1. Introduction

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes 9/25/14 L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Présentation du thème 1 Catherine Delgoulet LATI Thème 1 (C. Delgoulet) Comprendre/transformer le travail Les enjeux et éléments historiques

Plus en détail

crèche les petits lutins Exemple d une action pluridisciplinaire: Evaluation du risque TMS dans une crèche collective et familiale

crèche les petits lutins Exemple d une action pluridisciplinaire: Evaluation du risque TMS dans une crèche collective et familiale crèche les petits lutins Exemple d une action pluridisciplinaire: Evaluation du risque TMS dans une crèche collective et familiale 1 Origine de la demande Crèche : Nombreuses plaintes Nombreux petits arrêts

Plus en détail

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants?

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants? Santé et relations humaines au Sommes-nous prêts à être plus performants? Principaux enseignements de l enquête Mesure Management Santé chez les entrepreneurs de CroissancePlus Les traits d'identité constitutifs

Plus en détail

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines Direction de l action sociale, de l habitat et de la santé publique 12 ème congrès national des ORS Territoires et Santé des populations 9 et 10 novembre 2010 Enquête sur la santé des résidents des foyers

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne Rapport d étude réalisé pour monabanq. Décembre 2010 CREDOC / 17 mai 2011 1 Synthèse 1 Internet a modifié la relation des Français avec leurs banques en s imposant comme

Plus en détail

Carlo Diederich Directeur Santé&Spa. Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu

Carlo Diederich Directeur Santé&Spa. Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu Carlo Diederich Directeur Santé&Spa Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu Mondorf Healthcare at work Nouveau service destiné aux entreprises en collaboration avec les Services de Médecine du Travail

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

Les risques professionnels en EHPAD Carsat-am, juin 2013

Les risques professionnels en EHPAD Carsat-am, juin 2013 Les risques professionnels en EHPAD Carsat-am, juin 2013 Principaux risques professionnels Risques liés aux manutentions /mobilisation de personnes, lombalgie, TMS Déplacements, mobilisation de personnes

Plus en détail

Améliorer les conditions de travail dans les services à la personne. O u t i l s p o u r l a c t i o n. Guide pratique

Améliorer les conditions de travail dans les services à la personne. O u t i l s p o u r l a c t i o n. Guide pratique Améliorer les conditions de travail dans les services à la personne O u t i l s p o u r l a c t i o n Guide pratique 1 2 3 4 5 Sommaire Note de lecture...3 Mieux connaître le sujet...4 Étape 1 Faire un

Plus en détail

Prenez soin de votre dos. Informations et astuces contre les douleurs lombaires

Prenez soin de votre dos. Informations et astuces contre les douleurs lombaires Prenez soin de votre dos Informations et astuces contre les douleurs lombaires Prenez soin de votre dos 1 2 3 4 Des causes diverses, souvent liées au travail Plaintes et lésions Prévention: mieux vaut

Plus en détail

Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation

Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation 1 1 Contexte - Public ciblé 1/3 des accidents du travail sont dus à des manutentions. Coût annuel : 1,5 milliards d euros. Les lombalgies représentent

Plus en détail

Aide kinésithérapeute : une réalité?

Aide kinésithérapeute : une réalité? Aide kinésithérapeute : une réalité? Fabien Launay Cadre supérieur du pôle rééducation CHU de Dijon Dijon (21) Préambule : La fonction d aide-kinésithérapeute n est pas nouvelle. Elle peut être occupée

Plus en détail

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie?

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? 18 2 e semestre 2012/HesaMag #06 Dossier spécial 7/34 Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? La protection du bien-être au travail est un droit des salariés.

Plus en détail

Troubles musculo squelettiques. Institut de Formation en Ergothérapie de Nancy Cours Ergonomie 2004 TMS François Cail - INRS

Troubles musculo squelettiques. Institut de Formation en Ergothérapie de Nancy Cours Ergonomie 2004 TMS François Cail - INRS Troubles musculo squelettiques Institut de Formation en Ergothérapie de Nancy Cours Ergonomie 2004 TMS François Cail - INRS 2003 Les TMS sont des pathologies multifactorielles à composante professionnelle

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

La prise en charge des lombalgiques

La prise en charge des lombalgiques La prise en charge des lombalgiques Approche au Grand-Duché de Luxembourg Dr Nicole Majery Service de Santé au Travail Multisectoriel FMP, Bruxelles,17.4.08 Plan: Projet STM: 2001-2007: Financement Contenu

Plus en détail

APPORT DE LA MICROKINESITHERAPIE DANS LES TMS

APPORT DE LA MICROKINESITHERAPIE DANS LES TMS APPORT DE LA MICROKINESITHERAPIE DANS LES TMS 10è Congrès International en Microkinésithérapie, Arcachon 2 juin 2012 André Bonté Daniel Grosjean Introduction: Cette étude a été lancée dans le cadre d'une

Plus en détail

LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DOCUMENT ÉTABLI PAR LA COMMISSION PARITAIRE SANTÉ ET PRÉVENTION DES RISQUES DES TÉLÉCOMMUNICATIONS LE CONTEXTE Quel que soit le secteur d activité,

Plus en détail

Risques liés à l'activité physique au travail. Mireille Loizeau

Risques liés à l'activité physique au travail. Mireille Loizeau Risques liés à l'activité physique au travail Mireille Loizeau Cours DIUST Paris Descartes-20 janvier 2015 1 Activité physique 2 Définition Quotidien Travail Loisirs Sports... Définition Organisation Mondiale

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Dép. 75 «Enfant présent»

Dép. 75 «Enfant présent» Dép. 75 «Enfant présent» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Créée en 1987, l association Enfant Présent, dispositif multi-accueil à caractère préventif, dispose de plusieurs

Plus en détail

L évaluation des risques au travail

L évaluation des risques au travail L évaluation des risques au travail Un outil au service de vos politiques de prévention pour la santé et les RPS Connection creates value Le contexte Au cours des dernières années, la prise en compte des

Plus en détail

COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION

COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION CIG Service Prestataire COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION Enquête effectuée du 1 er janvier au 31 août 2013 Madame Bara Responsable du Service Prestataire Janvier 2014 Version du 05/03/2014

Plus en détail

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point"

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil Faire le point Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point" 1 L entreprise est-elle confrontée à un problème récurent d absentéisme? tout à fait Plutôt oui Plutôt non pas du tout 2 L entreprise

Plus en détail

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises.

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Mai 2009 Préface Les PME ont aujourd hui accès aux technologies déjà déployées dans les grandes entreprises. En

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires

Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires Un questionnaire a été remis aux familles courant décembre avec le double objectif de relayer le ressenti des parents sur les nouveaux rythmes scolaires

Plus en détail

Expériences pratiques: 2 exemples d actions de la CRAMIF sur les aéroports

Expériences pratiques: 2 exemples d actions de la CRAMIF sur les aéroports Expériences pratiques: 2 exemples d actions de la CRAMIF sur les aéroports Les travaux de renforcement des ailes du Concorde Action d évaluation et de prévention des TMS menée en partenariat avec les différents

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Plus en détail

Services à la personne

Services à la personne Enquête régionale auprès des entreprises agréées 2010 Services à la personne Midi-Pyrénées En France : > 390 000 emplois créés depuis 2005 > Près de 2 millions de salariés dans les services à la personne

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

RPS QVT. risques psychosociaux / QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL. l expertise obea

RPS QVT. risques psychosociaux / QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL. l expertise obea RPS QVT risques psychosociaux / QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL l expertise obea RPS QVT l expertise obea Spécialiste des projets de transformations RH et Managériaux, Obea travaille à vos côtés autour des différentes

Plus en détail

Dares Analyses. Pilotage du travail et risques psychosociaux

Dares Analyses. Pilotage du travail et risques psychosociaux Dares Analyses janvier 215 N 3 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Pilotage du travail et risques psychosociaux Selon l enquête Sumer 2, un tiers

Plus en détail

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire.

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire. Prévalence de l incontinence urinaire d effort selon le traumatisme obstétrical et la catégorie socio-. G. Philippe (1), I. Clément (2), I. Thaon (3) (1) Service d urologie C.H.U St jacques, Besançon (2)

Plus en détail

PRÉVENIR LES RISQUES PROFESSIONNELS «DES AIDES À DOMICILE

PRÉVENIR LES RISQUES PROFESSIONNELS «DES AIDES À DOMICILE PRÉVENIR LES RISQUES PROFESSIONNELS «DES AIDES À DOMICILE 4 ÉTAPES POUR VOUS GUIDER Le Département des Risques Professionnels de la Carsat Nord-Est propose cette brochure aux structures d aide à domicile

Plus en détail

Diplômes et insertion professionnelle

Diplômes et insertion professionnelle Diplômes et insertion professionnelle Béatrice Le Rhun, Pascale Pollet* Les conditions d accès à l emploi des jeunes qui entrent sur le marché du travail varient beaucoup selon le niveau de diplôme. Les

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 Réforme des rythmes scolaires Projet Educatif de territoire d Evecquemont Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 A Du PEDT au comité de suivi et d évaluation de la réforme

Plus en détail

Dares Analyses. Conditions de travail Reprise de l intensification du travail chez les salariés

Dares Analyses. Conditions de travail Reprise de l intensification du travail chez les salariés Dares Analyses JUILLET 2014 N 049 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Reprise de l intensification du travail chez les salariés Entre 2005 et, pour

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Démarche d évaluation médicale et histoire professionnelle

Démarche d évaluation médicale et histoire professionnelle révention Comment évaluer les troubles musculosquelettiques (TMS) reliés au travail? L histoire professionnelle est le meilleur outil pour dépister les TMS et les prévenir Ce questionnaire de dépistage

Plus en détail

Résultats d enquête. L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? En partenariat avec

Résultats d enquête. L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? En partenariat avec Résultats d enquête Dr Régis MOURIES, Président En partenariat avec L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? Conférence de Presse du 25/11/14 Philippe

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr

Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL o p t i o n 5 Ergonomie

Plus en détail

Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi?

Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi? Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi? Prof. N. Burnay Université de Namur Université catholique de Louvain En guise d introduction Important changement démographique

Plus en détail

CHARTE EGALITE HOMME FEMME

CHARTE EGALITE HOMME FEMME CHARTE EGALITE HOMME FEMME Information : Afin de limiter les effets liés à l éloignement prolongé de la vie de l Entreprise et faciliter le retour dans son activité professionnelle, Whirlpool s engage

Plus en détail

Masseurs-kinésithérapeutes, rééducateurs

Masseurs-kinésithérapeutes, rééducateurs Observatoire régional des métiers du sanitaire et du social Tableau de bord emploi-formation Masseurs-kinésithérapeutes, rééducateurs Juin 2014 S y n t h è s e d u t a b l e a u d e b o r d A E m p l o

Plus en détail

ÉDITO SOMMAIRE DES ACCIDENTS TOUJOURS EN AUGMENTATION

ÉDITO SOMMAIRE DES ACCIDENTS TOUJOURS EN AUGMENTATION Septembre 2013 ÉDITO Accident du travail : les indicateurs d absence s aggravent dans les conseils généraux et régionaux Depuis 2006, près de 130 00 agents (1) TOS* et personnels DDE** ont intégré les

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

PROTOCOLE D ETUDE ENQUETE TMS, APPROVISIONNEMENTS ET EVACUATION DES DECHETS DE CHANTIER DANS LE BATIMENT PROTOCOLE D ETUDE CONGRES BTP LIMOGES 2015 1

PROTOCOLE D ETUDE ENQUETE TMS, APPROVISIONNEMENTS ET EVACUATION DES DECHETS DE CHANTIER DANS LE BATIMENT PROTOCOLE D ETUDE CONGRES BTP LIMOGES 2015 1 ENQUETE TMS, APPROVISIONNEMENTS ET EVACUATION DES DECHETS DE CHANTIER DANS LE BATIMENT PROTOCOLE D ETUDE 1 Décembre 2014 www.limogesbtp2015.fr 1 Limoges, le 3 Juin 2014 Madame, Monsieur, Chère consœur,

Plus en détail

! " # $ % & '! % & & # # # # % & (

!  # $ % & '! % & & # # # # % & ( ! " # $ % & '! % & & # # # # % & ( ' # $ " # # ) * ( + %, ' " # # # $ " '. / # #! 0 " $ ' # " # # " 1 $ " 1 " 1 # " / " 2 3 # $ " 2 3 1 4 # Information des instances Communication auprès du personnel

Plus en détail