la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment"

Transcription

1 Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier sur son expérience de terrain, l Ansa a souhaité à travers cette contribution apporter son regard sur la participation au sein des équipes pluridisciplinaires et dans les politiques d insertion, mettant en lumière les difficultés et les risques associés, mais aussi a les effets positifs qui en émergent,, comme le renouvellement du rapport aux allocataires, ou l adaptation des actions aux besoins des personnes. Au delà de ce positionnement, le RSA occupe toujours aujourd hui une grande place dans les actions et réflexions de l Ansaa qui travaillee à l amélioration du dispositif tant au niveau des territoires que de l État, notamment dans le cadre de la mise en œuvre des outils de programmation et de gouvernance. Faire évoluer le RSA pour le rendre davantage efficient est un enjeu essentiel, et sanss doute une voie plus porteuse qu un «retour en arrière». Les pistes d amélioration préconisées par l Ansaa sont nombreuses et portent notamment sur la lutte contre le nonn recours (communication, lisibilité du mode de calcul etc.), la fluidification des parcours, l accompagnement à l évolution des pratiques professionnelles. Nos préconisations, relayées dans différents travaux sont évidemment amenées à évoluer et à s affiner au vu notammentt des importantes évolutions législatives et institutionnelles en cours et des débatss qu elles amènent. Cet article de l Ansa a été publié dans l ouvrage Apprendre (de l échec) du RSA, coordonné par Anne Eydoux et Bernard Gomel, éditions par Liaisons sociales/cee, octobre 2014 Créée en janvier 2006, pour notamment développer des actions locales, expérimentales et innovantes de lutte contre la pauvreté et l exclusion, l Ansa a été au cœur de l expérimentation du RSA, avant de devenir à partir de 2009 l un des acteurs de sa généralisation. De 2006 à 2008, l association, qui a accompagné 33 départements dans la mise en place du RSA, a eu une position d observation privilégiée pour appréhender ses effets dans les territoires, apprécier ses réussites et ses limites. Le RSAA continue d occuper une grande place dans les travaux de l Ansa qui cherche à contribuer à l amélioration du dispositif au niveau national et territorial. La participation des personnes concernées est un principe d action promu par l Ansa depuis sa création.cette contributionn s appuie sur les expériences de l Ansa au niveau national et dans les départements qu elle a accompagnés pour alimenter les réflexions, mettre en œuvre et/ou évaluer la participation des allocataires. C est ici le point de vue de l Ansa sur la participation des allocataires à la mise en œuvre du RSA qui est proposé. Pour l association, cette participation n ne doit pas se limiter à la présence des allocataires dans les équipes pluridisciplinaires, mais doit contribuer à une réflexion pluss globale sur le RSA ett les politiques d insertion. 1. UNE ORGANISATION VARIABLE SELON LES DÉPARTEMENTS La loi impose la participation des allocataires aux équipes pluridisciplinaires, maiss reste plus floue f quant à la participation aux politiques d insertion, dépendante de la volonté des conseils c généraux. Nombre d entre eux 28 rue duu Sentier Paris

2 ont toutefois «joué le jeu», comme le montre l enquête de la DGCS à laquelle 69 départements ont répondu : en 2013, cinq ans après la généralisation du RSA, les départements dans leur majorité (51) font siéger des bénéficiaires du RSA dans les équipes pluridisciplinaires, et plus de la moitié (39) ont prévu des espaces de concertation associant les allocataires du RSA (par exemple, des«groupes ressources» dans 34 départements). Les conseils généraux ont appréhendé la participation comme une contrainte légale ou comme l occasion de faire évoluer leurs pratiques et d innover et ont retenu des modalités d organisation variées La participation des allocataires et ses enjeux La participation des allocataires du RSA est affirmée dès le premier article de la loi de 2008, précisant que «la définition, la conduite et l évaluation des politiques mentionnées au présent article [politiques d insertion] sont réalisées selon des modalités qui assurent une participation effective des personnes intéressées». La loi prévoit également que les allocataires participent aux équipes pluridisciplinaires, instances multi partenariales chargées de l étude des dossiers individuels pour statuer sur les réorientations de parcours ou les suspensions et réductions de l allocation 1. L objectif poursuivi par la loi est bien de s appuyer sur l expertise des allocataires pour adapter le dispositif à leurs besoins. Les enjeux de cette participation sont doubles : (re)donner la parole à tous les citoyens, notamment aux «sans voix», et améliorer le dispositif. Cette participation réinterroge alors la place de «l usager bénéficiaire», non plus considéré comme simple «allocataire», mais comme acteur à part entière du dispositif RSA. Pour autant, cette injonction participative n est pas aisée à mettre en œuvre pour les conseils généraux. Comment associer les allocataires? Comment les intégrer aux équipes pluridisciplinaires? Comment déterminer leur place et leur rôle? Autant de questions qui ont poussé les acteurs à définir un cadre pour orchestrer cette participation. Il s agit alors de l organiser de manière à rendre possible la prise de parole des allocataires, notamment en leur permettant de comprendre et de s approprier le fonctionnement des institutions et les questions à traiter, mais aussi de faire entendre leur parole L organisation de la participation dans les équipes pluridisciplinaires La participation des allocataires aux équipes pluridisciplinaires n est pas allée de soi. L intégration d allocataires «profanes» dans une instance majoritairement composée de professionnels a généré des inquiétudes, tant du côté des institutions et des professionnels que des allocataires eux mêmes. Les professionnels pouvaient craindre que cette participation ne suscite des revendications des allocataires ou ne remette en cause leurs pratiques professionnelles. Les compétences des allocataires ou encore la confidentialité des dossiers à traiter pouvaient aussi être questionnées. Nombre d allocataires ont pour leur part exprimé leurs appréhensions et leurs interrogations quant à leur rôle : quelle légitimité auraient ils à «juger» les dossiers de leurs pairs? Leur rôle serait il de les défendre? Allaient ils être écoutés des professionnels? Ces questionnements ont amené les départements à encadrer la démarche. Les principales difficultés ont alors été de choisir les représentants des allocataires, de s assurer de leur participation effective et d organiser les équipes. 1 Art. L et art. L de la loi no du 1er décembre 2008.

3 Concernant les modalités de sélection, non précisées par la loi, des «représentants des allocataires», les pratiques ont été diverses. Certains départements, minoritaires, ont choisi de déléguer la représentation des allocataires à des associations. D autres ont préféré la participation directe, considérant que la «valeur» de la participation de l allocataire tenait à son vécu personnel. Cette participation directe a toutefois posé la question des modalités de sélection des représentants, variables selon les départements : appel à volontaires, ou tirage au sort aléatoire ont été testés sur certains départements. La sélection par les professionnels a été peu fréquente, notamment pour éviter que soient mobilisés des critères subjectifs, ciblant des allocataires considérés comme «aptes» ou «capables» de participer. Souvent volontaires, les représentants des allocataires ont rarement été désignés par leurs pairs et ont pu s interroger sur la légitimité de leur «représentation». Certains départements ont alors décidé de constituer des groupes d allocataires du RSA sur lesquels se sont appuyés ceux qui étaient membres des équipes pluridisciplinaires : une dynamique de participation plus large est apparue comme un moyen de renforcer la légitimité des représentants. Une autre difficulté a été d assurer une participation effective des allocataires aux débats, d éviter par exemple les problèmes posés par l incompréhension ou le manque de confiance en soi. La mise en œuvre de la participation des allocataires dans les équipes pluridisciplinaires s est faite avec plus ou moins d accompagnement, selon les moyens alloués et la volonté politique locale. De nombreux départements ont proposé des formations, le plus souvent à destination des seuls allocataires du RSA. Toutefois, certains ont fait preuve d innovation en organisant des formations mixtes, voire des formations actions pour tous les membres des équipes pluridisciplinaires. La création d outils et la formalisation des procédures ont dans certains cas facilité l appropriation par tous du dispositif. Un accompagnement et un soutien tout au long du mandat a été proposé dans certains territoires. En effet, la participation aux équipes pluridisciplinaires s est avérée pouvoir constituer une responsabilité lourde à porter et produire un «effet miroir» déstabilisant pour les allocataires, surtout lorsque les dossiers étudiés renvoient à des situations vécues difficiles. Enfin, la loi ne précisant que les missions et la composition des équipes pluridisciplinaires, divers choix d organisation ont été mis en place par les conseils généraux. La définition des modalités d organisation des équipes pluridisciplinaires a parfois jeté les bases d une démarche participative, en associant des allocataires dès cette étape. Pour certains, un groupe d allocataires a été régulièrement associé aux réflexions lors de la mise en place du RSA. Les avis et les propositions du groupe ont été croisés avec les réflexions des professionnels, également sollicités, pour construire des scénarios, par exemple sur l organisation des équipes pluridisciplinaires (composition, missions, modalités de participation des allocataires, etc.). La fréquence, la composition et nombre d équipes pluridisciplinaires a été variable d un département à l autre, selon la taille du territoire, le contexte urbain ou rural, le nombre d allocataires, les habitudes de travail partenarial (une départementale ou une par territoire). Il existe ainsi autant de modèles et d organisation possibles des équipes pluridisciplinaires qu il y a de départements, avec des effets variés sur la place des allocataires et leur niveau d investissement dans les équipes. Leur participation effective est fonction non seulement des moyens mis à disposition par le département (formation, accompagnement), mais aussi de l organisation et de l adaptation des équipes elle n est pas la même s il y a sept ou 20 participants, s ils se trouvent face à des techniciens, des directeurs ou des élus L organisation de la participation aux politiques d insertion La loi ne précise pas les modalités de l association des allocataires à l élaboration, à la conduite et à l évaluation des politiques d insertion. Les départements se sont diversement impliqués, selon leurs moyens et

4 l initiative institutionnelle et politique. Certains ont saisi l opportunité de créer ou de renforcer une dynamique de participation préexistante. Des équipes pluridisciplinaires ont ainsi vu leurs missions élargies au delà de l étude de dossiers individuels pour faire des propositions sur la politique d insertion. D autres départements ont imaginé des modalités nouvelles de participation, plus ou moins pérennes ou formalisées. Plusieurs départements ont opté pour la création d un ou plusieurs groupes d allocataires. Se réunissant au niveau territorial ou départemental, ces groupes ont des rôles divers, allant de l espace ressource d informations au lieu de consultation ou de propositions pour améliorer la politique d insertion, en passant par l espace de partage d expériences. Les démarches se sont construites progressivement, parfois en expérimentant sur quelques territoires avant d essaimer à l ensemble du département. D autres départements ont testé des démarches avec des groupes ouverts à divers partenaires, pouvant réunir allocataires, bénévoles, responsables associatifs ou institutionnels, professionnels voire élus. Ces groupes interviennent à différents niveaux de la politique d insertion. Ils peuvent eux mêmes définir les thèmes de réflexion du groupe ou être consultés sur un projet ou un outil, pour un diagnostic des besoins, ou encore pour faire remonter des difficultés concernant le RSA (son manque de lisibilité par exemple). Ils peuvent également être sollicités pour co construire une action ou élaborer un document, participer à la rédaction d un guide de présentation du RSA ou d un courrier compréhensible pour les allocataires. Ils peuvent aussi faire des propositions d amélioration du dispositif afin qu il réponde mieux aux besoins des allocataires. Certains départements se sont appuyés sur ces groupes pour associer des allocataires à des réflexions multipartenariales, par exemple lors de l élaboration des pactes territoriaux pour l insertion (PTI), pour compléter le diagnostic des besoins et émettre des propositions d amélioration. Cette participation peut influencer les axes et les orientations, parfois avec un accent sur les actions d entraide et de solidarité. Dans certains PTI, la participation des allocataires au dispositif d insertion a même constitué un axe à part entière. Quel que soit leur niveau d association, les allocataires sont désormais consultés. Ils soulignent les dysfonctionnements du dispositif (accès à l information sur les droits et devoirs, multiplicité d interlocuteurs, accompagnement parfois inadapté, etc.), mais ils peuvent aussi être amenés à co construire des propositions, parfois plus créatives et plus concrètes que celles émises par les professionnels. 2. ANTICIPER LES RISQUES, PRÉVOIR LES EFFETS DE LA PARTICIPATION Les démarches consistant à faire participer les allocataires demandent des efforts constants de la part de l institution pour mobiliser les personnes, les appuyer dans leur participation, animer les groupes, prendre en compte leur parole. De ces démarches de participation, plusieurs risques peuvent être identifiés, mais de nombreux effets positifs peuvent également être mis en évidence Les risques attachés aux démarches de participation et les pistes d action identifiées par l Ansa L Ansa a fait plusieurs propositions pour faire face aux différents risques et obtenir une participation de qualité. Pour répondre aux problématiques de renouvellement des participants et de mobilisation dans la durée des allocataires, renouveler régulièrement les démarches de mobilisation des allocataires, constituer un vivier de candidats potentiels aux équipes pluridisciplinaires permettrait d assurer la continuité des équipes.

5 Par ailleurs, la démarche participative peut créer des attentes mais ne pas y répondre. De nombreuses propositions, innovantes et parfois très concrètes, émergent des réflexions, mais leur prise en compte par le conseil général et l information des groupes n est pas toujours au rendez vous. Passé l enthousiasme des débuts, certains se désengagent ou manifestent un sentiment d inutilité faute de voir les propositions se concrétiser. Face à l urgence des besoins, les temps longs des décisions politiques peuvent décourager et engendrer l essoufflement du groupe. Laisser la possibilité aux allocataires de prendre la parole pour critiquer ou faire des propositions, prévoir la prise en compte de cette parole, et une information en retour sur l élaboration des décisions, permettrait de lever certaines incompréhensions et d éviter des déceptions. Il importe aussi de valoriser et de reconnaître l engagement des allocataires, tout en appuyant les professionnels par des moyens et des formations spécifiques, et en tenant compte de leur parole tout autant que de celle des allocataires, afin d éviter tout risque d instrumentalisation. Il est important de ne pas sousestimer le temps d adaptation nécessaire, tant du côté des professionnels que du côté des allocataires impliqués dans les groupes. Si les allocataires ont besoin de temps pour comprendre le dispositif et s approprier leur rôle, les professionnels doivent de leur côté prendre le temps d adapter leurs pratiques et postures professionnelles. Des moyens, non seulement financiers (défraiements, etc.) mais aussi humains pour l animation et l accompagnement des groupes doivent être prévus afin d assurer une participation effective des allocataires. L anticipation et la prévention des risques visent à éviter une «participation alibi». Associer les allocataires dans une démarche de co construction du dispositif allant au delà de la simple information ouvre la voie à une forme de «partage du pouvoir», qui ne peut advenir sans une volonté politique Les effets bénéfiques de la participation Lorsque les démarches de participation sont bien menées et anticipées, l Ansa a relevé de nombreux effets positifs de la participation des allocataires aux équipes pluridisciplinaires et aux politiques d insertion. Du côté des allocataires, on observe une montée en compétences, et une amélioration de la connaissance du RSA. La participation les amène à prendre de la distance par rapport à leur situation personnelle et à participer à une réflexion ou à faire des propositions collectives. Cette posture peut avoir des effets positifs sur l estime de soi et sur la trajectoire personnelle : savoir parler en public, avoir confiance en soi, se sentir utile et valorisé, rompre l isolement sont autant de facteurs susceptibles d influer sur le parcours d insertion, voire sur la sortie du dispositif. Du côté des professionnels et des partenaires, l évolution des postures, des représentations et des pratiques professionnelles n est pas moins importante. Un autre regard est porté sur l allocataire, qui n est plus seulement «sujet» de la politique d insertion mais aussi acteur. Une relation plus équilibrée que la posture «aidant aidé» s instaure à travers la reconnaissance des savoirs et l expertise des personnes accompagnées. Dans les équipes pluridisciplinaires, la présence des allocataires semble influer sur la qualité des échanges et des débats, en limitant par exemple l utilisation d un jargon technique. Ces allocataires contribuent tout particulièrement aux questionnements et à la compréhension des situations rencontrées, du fait de leur ancrage dans la réalité du dispositif RSA. Leur présence réinterroge aussi les pratiques professionnelles, amenant à une approche plus humaine et parfois plus objective. Elle oblige également à davantage de pédagogie et de transparence dans la prise de décision.

6 3. VERS UN NOUVEAU RAPPORT AUX ALLOCATAIRES? En définitive, pour l Ansa, la participation des allocataires du RSA réinterroge en permanence la capacité des institutions à s adapter, à faire évoluer leurs modes de fonctionnement et les pratiques professionnelles. Elle repose sur les moyens et la volonté politique du conseil général, pour faciliter cette participation et la rendre effective. Encore faut il au préalable s accorder sur le sens à donner à cette participation. La participation doit être organisée, elle implique non seulement une ouverture politique, mais aussi de la transparence, une information accessible, un accompagnement spécifique, des formations adaptées, des moyens pour les professionnels qui accompagnent la démarche et pour les allocataires qui y participent. Lorsqu elle n est pas organisée de manière satisfaisante, ou lorsque ses objectifs ne sont pas clairs, ses effets peuvent être négatifs et disqualifier tant la démarche que les personnes. Dans d autres cas, elle est source d amélioration du dispositif. L intégration des allocataires, non seulement dans les équipes pluridisciplinaires, mais surtout dans des groupes de réflexion sur les politiques d insertion, permet un meilleur signalement des dysfonctionnements. Cette participation instaure un dialogue qui concourt à corriger ou à affiner les représentations des uns et des autres pour aller vers la co construction de solutions. Elle demande aux professionnels d adopter une posture différente, pour ne plus seulement «faire pour» mais aussi apprendre à «faire avec» les allocataires. Elle répond enfin à un enjeu de citoyenneté : faire participer les allocataires aux évolutions qui les concernent et les rendre acteurs de leur propre parcours d insertion et, plus généralement, de la société. Au vu de ses expériences de terrain, l Ansa considère que la participation des allocataires du RSA doit être envisagée dans sa globalité, à la fois dans les équipes pluridisciplinaires et dans les politiques d insertion, en instaurant une dynamique collective et pérenne. En permettant aux allocataires de faire valoir leurs points de vue, leurs besoins, leurs difficultés, mais aussi leurs propositions, cette participation favorise l amélioration des actions et des politiques. Elle instaure une forme d évaluation permanente du dispositif, à même de le faire évoluer. La participation deviendrait ainsi un vecteur de changement social, porteur d un nouveau rapport aux allocataires. Et ce ne serait finalement peut être pas la moindre des avancées liée à l instauration du RSA. Contact : actives.com /

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Appel à projets Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Date limite : mercredi 25 février 2015 à 12h 1. Contexte La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

Plateforme d observation sociale et médico-sociale

Plateforme d observation sociale et médico-sociale Plateforme d observation sociale et médico-sociale Recherche-actions pour réduire le non-recours aux prestations sociales Nantes, le 19 novembre 2013 1 Le Secrétariat général pour la modernisation de l

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Quelle médiation pour l assurance retraite?

Quelle médiation pour l assurance retraite? ECOLE DES DIRIGEANTS DE LA PROTECTION SOCIALE Quelle médiation pour l assurance retraite? Par Claude PÉRINEL, Médiateur de l Assurance retraite Claude PÉRINEL, docteur en sociologie de l IEP de Paris,

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA Préparé par l ARD de Kaolack Dans le Cadre de la Convention PNDL Enda ECOPOP Table des matières Sigles et acronymes

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE MAEE RAPPORT FINAL Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale Résumé Agnès Lambert, Raphaël Beaujeu, Helena Stucky de Quay, Didier Beaufort, Moctar Ahmed, Riad Bensouiah, Ralison

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE)

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Date de l ouverture de l appel à projets : Mi-juillet 2013 Date de clôture de l appel à projets : 31 octobre

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress GÉRER LE STRESS DANS L ENTREPRISE OBJECTIFS PEDAGOGIQUES DUREE : 1 JOUR Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress Identifier la notion de risques psychosociaux au titre de la Loi

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DES MANAGERS ET DES DIRIGEANTS des démarches de croissance, d adaptation continue et de créativité dans des environnements et des marchés en mutation DIRIGEANTS ET MANAGERS EN

Plus en détail

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0 SYNAPSE CENTER CHALLENGE Un programme de création d emplois pour les jeunes Synapse Center/IYF Profil du programme Titre du programme : Challenge Composantes : 1. Renforcement de l employabilité des jeunes

Plus en détail

PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL

PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL Introduction (ANDML) : rappel de la convention CDCANDML encadrant la recherche-action de trois ans sur le développement du

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009 Présidence de la République Commissariat à la Sécurité Alimentaire APCAM/MSU/USAID Projet de Mobilisation des Initiatives en matière de Sécurité Alimentaire au Mali Phase II (PROMISAM - II) PROMISAM -

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS Contexte général de lancement de l expérimentation Pour des raisons indépendantes de notre volonté et de notre implication, la convention avec le Ministère a été signée à la fin du mois de décembre 2010.

Plus en détail

1 Travailler dans le secteur social

1 Travailler dans le secteur social 1 Travailler dans le secteur social Proposer des formations aux métiers de la solidarité. Accéder à un emploi dans un secteur porteur. Parmi les acteurs : AskOria, les métiers des solidarités Cet organisme

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

RECOMMANDATIONS ET ACCOMPAGNEMENT DU COMITE 21 PENDANT LES DIFFERENTES ETAPES DE L'AGENDA 21

RECOMMANDATIONS ET ACCOMPAGNEMENT DU COMITE 21 PENDANT LES DIFFERENTES ETAPES DE L'AGENDA 21 BOITE A OUTILS POUR L'ELABORATION DE L'AGENDA 21 RECOMMANDATIONS ET ACCOMPAGNEMENT DU COMITE 21 PENDANT LES DIFFERENTES ETAPES DE L'AGENDA 21 Etapes Recommandations du Comité 21 Outils et accompagnement

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011

La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011 + La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011 Présentation Cheikh Sow (Anthropologue au CLAP Sud-Ouest) et Mehdi Hazgui (Sociologue- Consultant)

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

Développement personnel

Développement personnel Développement personnel 50 REPÉRAGE DES TALENTS : COMPÉTENCES ET PERFORMANCE DE L'ENTREPRISE Repérer dans l'organisation les "talents" nécessaires à l'atteinte des objectifs de l'entreprise Construire

Plus en détail

!!" # $ % & ' ( ) # * ( + # # $ (, $ - (. / -- 0 # # 1-2 - # $ 3 - ( 4 *4-5. & ) * 5

!! # $ % & ' ( ) # * ( + # # $ (, $ - (. / -- 0 # # 1-2 - # $ 3 - ( 4 *4-5. & ) * 5 "$ %&' ( )* ( +$ (,$- (./-- 0 1-2- $ 3- ( 4*4-5.&)* 5 Un cadre légal : Les écoles primaires, à la différence des collèges et des lycées, ne sont pas des établissements publics autonomes, et ne bénéficient

Plus en détail

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Le Sommaire constitue un abrégé du document intitulé Bilan de l an I de Solidarité jeunesse : Rapport du Comité aviseur de Solidarité

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE MEMORANDUM MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE Novembre 2013 1. CONTEXTE DU MEMORANDUM Le Sénégal, à l image des pays de la

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail.

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail. Contrats éducatifs locaux missions et la formation des coordonnateurs de cel Réflexions du groupe de travail relevant du groupe de suivi interministériel des cel 1. Informations L'outil informatique de

Plus en détail

La construction du projet associatif. un outil d aide à la structuration

La construction du projet associatif. un outil d aide à la structuration La construction du projet associatif un outil d aide à la structuration Sommaire 1. Le diagnostic de l association 3 1.1 L état des lieux 3 1.2 L analyse 4 2. La formalisation du projet 5 3. La traduction

Plus en détail

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité»

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Organisé dans le cadre du IX Congrès International des Villes Educatrices Le Mercredi 13 septembre 2006 A l Ecole Normale

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

ETRE PRESTATAIRE POUR LE DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT EN BOURGOGNE

ETRE PRESTATAIRE POUR LE DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT EN BOURGOGNE ETRE PRESTATAIRE POUR LE DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT EN BOURGOGNE Juin 2014 Sommaire PRESENTATION DU DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT... 3 1- Le Dispositif Local d accompagnement (DLA)... 3 2- Cible

Plus en détail

Le Say On Pay Opportunité ou contrainte?

Le Say On Pay Opportunité ou contrainte? Le Say On Pay Opportunité ou contrainte? 2014 Deloitte Conseil Sommaire : Les enjeux du Say on Pay Principaux enseignements de l étude Deloitte conduite auprès d une vingtaine de sociétés cotées (CAC 40

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL,

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, nathalie.perpinial@fehap.fr, 06 74 72 73 78 SOMMAIRE Pourquoi la FEHAP intervientelle

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

ASSISES INTERREGIONALES DU TRAVAIL SOCIAL

ASSISES INTERREGIONALES DU TRAVAIL SOCIAL ÉTATS GÉNÉRAUX DU TRAVAIL SOCIAL ASSISES INTERREGIONALES DU TRAVAIL SOCIAL AUVERGNE & RHONE ALPES www.auvergne.drjscs.gouv.fr / www.rhone-alpes.drjscs.gouv.fr REMERCIEMENTS L organisation des assises interrégionales

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Fondation Sanofi Espoir. Charte de sélection des projets

Fondation Sanofi Espoir. Charte de sélection des projets Fondation Sanofi Espoir Charte de sélection des projets Décembre 2010 1 La Charte de sélection des projets Vous êtes porteur d un projet de terrain lié à la santé, dans le domaine de la solidarité ou de

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Compte rendu Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15 Compte rendu n 25 Audition, ouverte à la presse, de M. Patrice BÉGAY,

Plus en détail

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE I. Public cible de l appel à projets Un appel à projets est

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Dans son ensemble, la CSF accueille favorablement le projet de loi, mais reste néanmoins mobilisée contre la volonté du gouvernement de

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

La démarche en dix points : détail de la méthodologie

La démarche en dix points : détail de la méthodologie La démarche expérimentale «Lien social et solidarités de proximité» d après les expérimentations réalisées dans trois PNR Livret technique La démarche en dix points : détail de la méthodologie Par Vincent

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF

LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF La présente publication est soutenue financièrement par le programme de l Union européenne pour l emploi et la solidarité sociale PROGRESS (2007-2013)

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

Statuts de Paris Region Entreprises

Statuts de Paris Region Entreprises Statuts de Paris Region Entreprises Article 1. Forme et dénomination TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Il est institué entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront, une Association

Plus en détail

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires Contribuer au Développement de Territoires Solidaires des entreprises en mouvement! Les 500 adhérents* COORACE défendent depuis 1985 le droit au travail pour tous. Ils participent sur l ensemble du territoire

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir Programme d Investissements d Avenir FONDS NATIONAL D INNOVATION Action «Culture de l innovation et de l entrepreneuriat» Appel à Manifestation d Intérêt (AMI) Dates : Lancement : 19 juin 2014 Dépôt des

Plus en détail

Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53. Les jeudis de l hémicycle

Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53. Les jeudis de l hémicycle Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53 Les jeudis de l hémicycle Parlement Francophone Bruxellois Le 29 novembre 2012 1 Deux

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

DOSSIER D ADHESION AU CADR

DOSSIER D ADHESION AU CADR Membres : - Accueil Paysan - Action pour la promotion rurale en RCA - Afak Bethléem - Agir abcd - Aide au Volontariat en Inde - Apoyo urbano - Artisanat SEL - Artisans du Monde Lyon Ouest - Artisans du

Plus en détail