LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014"

Transcription

1 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014

2 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un Projet d Etablissement est-ce facile à mettre en œuvre? Quelle méthodologie? Les représentations des acteurs de l enil (apprenants, personnels et personnes extérieures) Les attentes évoquées dans le questionnaire et dans les entretiens individuels Les axes stratégiques identifiés PARTIE 3 : Echanges

3 PARTIE 1 : Le Cadre de travail LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

4 PARTIE 1 : Le Cadre de travail POURQUOI RÉALISER UN PROJET D ÉTABLISSEMENT? Pour être «en mouvement» et s adapter aux évolutions de notre environnement : Économique (besoins des entreprises, axes de développement ) Social (souhaits et aspirations des jeunes, attentes de la société ) Institutionnel (loi du 8 juillet 2013, sur la refondation de l école, loi d avenir de l agriculture, de l alimentation et de la forêt, Grenelle de l environnement )

5 PARTIE 1 : Le Cadre de travail POURQUOI RÉALISER UN PROJET D ÉTABLISSEMENT? Pour donner du sens à nos actions et une meilleur lisibilité Pour les prioriser et les mettre en lien Pour permettre à chacun de trouver sa place et de situer son intervention, sa contribution, son engagement

6 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QU EST-CE QU UN PROJET D ETABLISSEMENT? Un document construit, partagé et validé par les instances Qui définit des axes stratégiques traduits dans un contrat d objectifs Qui offre un cadre de travail pour un Contrat de Progrès, c est-à-dire des actions concrètes à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs fixés.

7 PARTIE 1 : Le Cadre de travail UN PROJET D ÉTABLISSEMENT EST-CE FACILE À METTRE EN ŒUVRE? On repère nos limites Non : On se remet parfois en question On travaille collectivement avec tous les acteurs concernés On se pose des questions c est parfois déstabilisant.

8 PARTIE 1 : Le Cadre de travail UN PROJET D ÉTABLISSEMENT EST-CE FACILE À METTRE EN ŒUVRE? Oui : On s appuie sur ce que l on est et ce que l on fait déjà On conforte nos points forts On travaille collectivement avec tous les acteurs concernés On s installe dans une démarche de progrès, de qualité; c est encourageant et constructif

9 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 1- Un diagnostic, un état des lieux 2- Un calendrier 3- Un groupe de pilotage 4- Une démarche d équipe 5- Un plan d actions 6- Un plan d évaluation 7- Des étapes de validation 8- Un plan de communication

10 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 1- Un diagnostic, un état des lieux Une prise en compte du cadre réglementaire Une prise en compte du cadre national (Ministère de l Agriculture et DGER), régional (DRAAF-SRFD) Une prise en compte de l avis des acteurs, de leur analyse de la situation, de leurs attentes Des entretiens individuels effectués par RSP Une enquête Une expertise de l équipe de direction

11 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 2- Un calendrier : Présentation de la démarche, rentrée 2013 Entretiens individuels auprès d un échantillon représentatif de la communauté éducative sur novembre-décembre 2013 Construction et lancement du questionnaire, février 2014 Elaboration des propositions d axes stratégiques en CODIR, mars 2014 Présentation au personnel, échanges, mars 2014 Elaboration du Contrat d Objectif Elaboration du Contrat de Progrès, construction des fiches action et des groupes de travail correspondant Echanges au sein des instances de l établissement (entre avril et juin 2014) Présentation du Projet d Etablissement au Conseil d Administration de fin d année

12 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 3- Un groupe de pilotage : le CODIR Directrice : Véronique DROUET Directeur adjoint : Laurent CHEVALIER Directeur Ateliers : Patrice DIEUDONNÉ Directeur CFPPA : Claude MOINE Gestionnaire : Valérie JACQUEMIER Directeur R & D : Sébastien ROUSTEL CPE : Yves CLOAREC Intendant : Philippe HOURDOUILLIE Secrétaire de Direction : Chantal KEBCHAOUI

13 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 4- Une démarche d équipe : La mise en place de groupes de travail dans le cadre de fiches action avec un animateur et des acteurs (membres du personnel et éventuellement apprenants, personnes qualifiées suivant les thématiques). 5- Un plan d action : Les axes stratégiques sont déclinés en fiches action avec des groupes d acteurs impliqués.

14 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 6- Un plan d évaluation : Chaque fiche action comporte un volet objectif, méthodologie, calendrier et évaluation. 7- Des étapes de validation : Le comité de pilotage (CODIR) Le Conseil d Administration

15 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 8- Le Plan de communication : L e site dédié permet de partager et de suivre les actualités du projet d établissement ignature mail à disposition S des acteurs ENIL LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

16 PARTIE 1 : Le Cadre de travail QUELLE MÉTHODOLOGIE? 8- Le Plan de communication : Un nouveau projet d établissement pour préparer demain Un questionnaire envoyé par auprès des apprenants, stagiaires, enseignants et l ensemble des personnels et partenaires Un site internet : pour comprendre la démarche pour partager les résultats de l enquête pour répondre à vos questions 2014 : de nouvelles ambitions à partager! L affiche La charte administrative : sert de support à la formalisation des travaux > : de nouvelles ambitions à partager!

17 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

18 I- Les représentations des acteurs de l ENIL (apprenants, personnels et personnes extérieures) II- Les attentes évoquées dans le questionnaire et dans les entretiens individuels III- Les axes stratégiques identifiés

19 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL ENVOIS ET RETOURS DES QUESTIONNAIRES : CATÉGORIES DE PUBLICS NOMBRE D ENVOIS QUESTIONNAIRES NOMBRE DE RETOURS QUESTIONNAIRE APPRENANTS ENSEMBLE DES PERSONNELS PERSONNES EXTÉRIEURES GROUPE ENIL Franche-Comté *retours de questionnaires partiels A- AUTOUR DU PANEL *

20 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL A- AUTOUR DU PANEL LA RÉPARTITION PAR SITE ET PAR ANCIENNETÉ : APPRENANTS ENSEMBLE DES PERSONNELS PERSONNES EXTÉRIEURES ENIL Mamirolle ENILBIO Poligny Sur les 2 sites TOTAL ANCIENNETÉ (équivalente entre les sites) Moins d 1 an 52% 10% 15% De 1 à 5 ans 47% 23% 25% Plus de 5 ans 1% 67% 60%

21 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL B- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : les valeurs et les modalités de relations DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 Le goût de bien faire 2 L exigence de l Enil vis-à-vis des élèves 3 La réactivité et l adaptation 4 L exigence de l Enil vis-à-vis de l entreprise 5 La prise en compte de chaque personne 6 La solidarité dans le quotidien BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

22 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL B- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : les valeurs et les modalités de relations DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 Le goût de bien faire 2 L exigence de l Enil vis-à-vis des élèves 3 La réactivité et l adaptation 4 L exigence de l Enil vis-à-vis de l entreprise 5 La prise en compte de chaque personne QU EST-CE QUI FAIT DIVERGENCE? 1 La réflexion et la définition de priorités partagées 2 Le travail collectif sur des enjeux communs 3 L écoute des demandes et la détermination à y répondre 6 La solidarité dans le quotidien BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

23 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL B- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : les valeurs et les modalités de relations COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : Un cadre de performance individuellement intégré Un cadre collectif porteur de priorités de développement insuffisamment défini, partagé et compris par tous BASE 100

24 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL C- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : la qualité de vie DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 Le niveau de sécurité 2 L autonomie 3 Le niveau d hygiène 4 Les règles de vie 5 Le relationnel BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

25 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL C- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : la qualité de vie DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 Le niveau de sécurité 2 L autonomie 3 Le niveau d hygiène 4 Les règles de vie 5 Le relationnel QU EST-CE QUI FAIT DIVERGENCE? 1 Le partage d informations 2 Le niveau de confort des espaces de vie 3 L équilibre activité scolaire, loisirs et obligations en entreprise BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

26 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL C- LA VISION DE L ENIL PAR TOUS LES PUBLICS : la qualité de vie COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : Un cadre de travail quotidien porté par le sens des responsabilités de chacun Un cadre de vie, en particulier à Poligny, insatisfaisant pour les apprenants comme pour le personnel BASE 100 Des relations individuelles satisfaisantes, mais un manque d informations partagées

27 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? D- LE VÉCU DU PERSONNEL : L autonomie et l initiative individuelle

28 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL D- LE VÉCU DU PERSONNEL : CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? CE QUE L ON VEUT AMÉLIORER? L autonomie et l initiative individuelle 1 La complexité de l organisation 3 Les obligations du quotidien BASE 100

29 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL D- LE VÉCU DU PERSONNEL : CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? CE QUE L ON VEUT AMÉLIORER? COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : L autonomie et l initiative individuelle 1 La complexité de l organisation 3 Les obligations du quotidien Aujourd hui, il y a un lien entre l autonomie individuelle et la complexité de l organisation. Demain, il faudra construire un cadre partagé dans lequel l autonomie et l initiative individuelle pourront s exprimer de manière cohérente. BASE 100

30 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? E- LE VÉCU DES APPRENANTS : L acquisition de savoir-faire directement applicables en entreprise

31 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL E- LE VÉCU DES APPRENANTS : CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? CE QUE L ON VEUT AMÉLIORER? L acquisition de savoir-faire directement applicables en entreprise 1 L écoute et la prise en compte de la différence 3 L intégration dans une vie sociale pleine à l école (Poligny) BASE 100

32 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL E- LE VÉCU DES APPRENANTS : CE QU ON TIENT ET QUE L ON NE VEUT PAS LÂCHER? CE QUE L ON VEUT AMÉLIORER? COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : L acquisition de savoir-faire directement applicables en entreprise 1 L écoute et la prise en compte de la différence 3 L intégration dans une vie sociale pleine à l école (Poligny) BASE 100 Il existe un consensus sur les finalités de l école. Au-delà, les apprenants expriment leurs aspirations à élargir leur espace d expression (individualisation, créativité et activités partagées entre élèves).

33 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL F- LE POSITIONNEMENT DE L ECOLE TEL QUE VU PAR TOUS LES PUBLICS DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 L ouverture au monde professionnel est vue comme un plus pour : - Le renforcement de la qualité des enseignements - Une veille permettant d anticiper les évolutions de demain - Un partenariat intelligent que l on doit encore développer 2 Le niveau de formation pour la mise en pratique et la maîtrise des technologies est excellent ou satisfaisant 4 La diversification des formations est vue comme indispensable à la pérennité de l école et utile aux entreprises de la filière 5 L idée des bénéfices attendus par les entreprises : - La mise à dispo des jeunes employables - Une relation de partenariat à tous niveaux 3 Le niveau des informations concernant les évolutions économiques, sociales et environnementales est excellent ou satisfaisant BASE 100

34 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL F- LE POSITIONNEMENT DE L ECOLE TEL QUE VU PAR TOUS LES PUBLICS DANS QUOI SE RECONNAÎT-ON? 1 L ouverture au monde professionnel est vue comme un plus pour : - Le renforcement de la qualité des enseignements - Une veille permettant d anticiper les évolutions de demain - Un partenariat intelligent que l on doit encore développer 2 Le niveau de formation pour la mise en pratique et la maîtrise des technologies est excellent ou satisfaisant 3 Le niveau des informations concernant les évolutions économiques, sociales et environnementales est excellent ou satisfaisant BASE La diversification des formations est vue comme indispensable à la pérennité de l école et utile aux entreprises de la filière 5 L idée des bénéfices attendus par les entreprises : - La mise à dispo des jeunes employables - Une relation de partenariat à tous niveaux QU EST-CE QUI FAIT DIVERGENCE? 1 L ouverture au monde professionnel détourne l école de son rôle pour près de 50% des apprenants 2 Le niveau de formation sur les fondamentaux est difficilement appréhendable pour près de 50% des apprenants et des personnels de Poligny

35 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL F- LE POSITIONNEMENT DE L ECOLE TEL QUE VU PAR TOUS LES PUBLICS COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : La dynamique école entreprise fait partie de l histoire de l école et de ses gènes. Les modalités de la double dynamique : - école à destination des apprenants, - école en tant que plateforme ressource aux entreprises, BASE 100 nécessitent de les distinguer pour mieux définir les objectifs et mieux en organiser les modalités.

36 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL G- LA RECONNAISSANCE DE L ECOLE TELLE QUE VUE PAR TOUS LES PUBLICS QUEL EST NOTRE NIVEAU DE NOTORIÉTÉ? SUR QUEL PÉRIMÈTRE? 1 Bonne identification locale et régionale de l Enil 2 Identification moyenne au niveau national, mais manque de valorisation 3 Peu identifié au niveau international BASE 100

37 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL G- LA RECONNAISSANCE DE L ECOLE TELLE QUE VUE PAR TOUS LES PUBLICS QUEL EST NOTRE NIVEAU DE NOTORIÉTÉ? SUR QUEL PÉRIMÈTRE? 1 Bonne identification locale et régionale de l Enil 2 Identification moyenne au niveau national, mais manque de valorisation Pour les personnels et les apprenants de Mamirolle : Manque de valorisation de l Enil, même au niveau régional 3 Peu identifié au niveau international BASE 100

38 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL G- LA RECONNAISSANCE DE L ECOLE TELLE QUE VUE PAR TOUS LES PUBLICS QUEL EST NOTRE NIVEAU DE NOTORIÉTÉ? SUR QUEL PÉRIMÈTRE? BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE COMMENTAIRE DU RÉALISATEUR DE L ÉTUDE : Aujourd hui l Enil Franche-Comté couvre 4 domaines de compétences distincts : - Technologies fromagères et laitières - Bio technologies en IAA - L analytique (laboratoires) - Le traitement de l eau La notoriété de l Enil comme ses efforts de communication en tant qu école (recrutement) ou en tant que plateforme ressources (prestation pour l entreprise), doit être posée pour chaque domaine de compétences (et non être globalisée).

39 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL H- AUTOUR DES AMBITIONS PARTAGÉES PAR TOUS LES PUBLICS UN INTÉRÊT PARTAGÉ POUR : 1 L accompagnement individuel et collectif des étudiants 2 La pédagogie innovante 3 Le lien entre R&D et production 4 Le développement de pratiques durables TOTAL DE + DE 50% PEU D INTÉRÊT PARTAGÉ POUR : 1 La dimension internationale 2 L éducation à la citoyenneté TOTAL DE + DE 50% BASE 100 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

40 I- LES REPRÉSENTATIONS DES ACTEURS DE L ENIL H- AUTOUR DES AMBITIONS PARTAGÉES PAR TOUS LES PUBLICS UN INTÉRÊT PARTAGÉ POUR : 1 L accompagnement individuel et collectif des étudiants 2 La pédagogie innovante 3 Le lien entre R&D et production 4 Le développement de pratiques durables 67% du personnel de Mamirolle 47% du personnel de Poligny TOTAL DE + DE 50% PEU D INTÉRÊT PARTAGÉ POUR : 1 La dimension internationale 2 L éducation à la citoyenneté TOTAL DE + DE 50% BASE 100 souhaitent participer à un groupe de travail LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

41 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL Le souhait d une dimension internationale - Formation Bac + 2 en anglais - Mobilité des étudiants à l étranger (stage) - Exploitation des actions gérées à l international par des formateurs pour organiser les partenariats

42 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL Le souhait d une dimension internationale - Formation Bac + 2 en anglais - Mobilité des étudiants à l étranger (stage) - Exploitation des actions gérées à l international par des formateurs pour organiser les partenariats La question du niveau de recrutement et de la nécessaire sélection des élèves pour garantir notre crédibilité au niveau des entreprises pose les questions : - En amont, d autres modalités pour assurer le bon niveau d effectifs sur certaines filières - En aval : de la nécessaire individualisation de certains parcours scolaires

43 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL Le redimensionnement de notre différence - La plus value actuelle : des compétences directement valorisables en entreprise sur le versus bio (matières, ingrédients technologiques, risques bio ) et le versus technique (process, outils et maintenance premier niveau) - La plus value demain : la connaissance de la gestion de production (aspect économique), la compétence managériale, autres?

44 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL Le redimensionnement de notre différence - La plus value actuelle : des compétences directement valorisables en entreprise sur le versus bio (matières, ingrédients technologiques, risques bio ) et le versus technique (process, outils et maintenance premier niveau) - La plus value demain : la connaissance de la gestion de production (aspect économique), la compétence managériale, autres? La question de la pérennité du fonctionnement par le transfert de compétences en cas de départ des personnes, mais aussi par la formalisation des pratiques.

45 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL L animation de la communication interne pour être au courant de l actualité interne, des évènements gérés en externe, mais aussi dépasser la complexité de notre organisation et le manque de lisibilité

46 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL L animation de la communication interne pour être au courant de l actualité interne, des évènements gérés en externe, mais aussi dépasser la complexité de notre organisation et le manque de lisibilité La capitalisation de nos relations entreprises : nécessité d avoir un management organisé des relations et actions Entreprises

47 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL L animation de la communication interne pour être au courant de l actualité interne, des évènements gérés en externe, mais aussi dépasser la complexité de notre organisation et le manque de lisibilité La capitalisation de nos relations entreprises : nécessité d avoir un management organisé des relations et actions Entreprises La nécessité de mieux valoriser le passage en production 2 directions : - Mettre en lien les cours théoriques et l approche pratique - Développer les relations entre les enseignants et les formateurs

48 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL La définition de la valeur ajoutée de l éducatif : Qu attend-on de la vie scolaire? Comment mieux associer l éducatif et le pédagogique? Et la nécessité d améliorer le cadre de vie des jeunes (pour Poligny : les structures - pour Mamirolle : les activités extra scolaires).

49 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS A- LES ATTENTES OU RÉFLEXIONS EXPRIMÉES PAR LE PERSONNEL La définition de la valeur ajoutée de l éducatif : Qu attend-on de la vie scolaire? Comment mieux associer l éducatif et le pédagogique? Et la nécessité d améliorer le cadre de vie des jeunes (pour Poligny : les structures - pour Mamirolle : les activités extra scolaires). Et plus globalement : un cadre - une stratégie - des objectifs - une ligne directrice car manque de capitalisation du fait d un fonctionnement sans cadre clair.

50 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS B- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES APPRENANTS Autour du positionnement de l école : - Pour certains (Poligny) : l axe trop laitier - Pour d autres (Mamirolle) : la non reconnaissance de l école par les entreprises médicales ou environnementales

51 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS B- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES APPRENANTS Autour du positionnement de l école : - Pour certains (Poligny) : l axe trop laitier - Pour d autres (Mamirolle) : la non reconnaissance de l école par les entreprises médicales ou environnementales Au niveau des enseignements : - Pour certains (Poligny), trop axé sur la transformation, pas assez sur le labo - Pour d autres (Mamirolle), trop d acquisitions des savoirs en peu de temps avec une exigence élevée / manque de suivi des périodes en entreprise / une professionnalisation insuffisante

52 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS B- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES APPRENANTS Au niveau des structures : - Manque de disponibilité des labos et manque de places en ateliers

53 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS B- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES APPRENANTS Au niveau des structures : - Manque de disponibilité des labos et manque de places en ateliers Au niveau des modalités de fonctionnement : - Pour certains à Poligny : le manque de liberté d expression et d autonomie / une organisation du temps chaotique

54 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS C- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES PERSONNES EXTÉRIEURES Autour du positionnement de l école : - Limite de taille du fait de la structure d accueil - Pas de possibilité de poursuivre des études à l Enil après une licence pro

55 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS C- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES PERSONNES EXTÉRIEURES Autour du positionnement de l école : - Limite de taille du fait de la structure d accueil - Pas de possibilité de poursuivre des études à l Enil après une licence pro Au niveau des enseignements : - Limite des formations initiales par manque de travaux pratiques ou de visites en entreprises - Des contenus parfois trop éloignés de la réalité du terrain du fait d une mauvaise connaissance des problématiques d entreprise

56 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS C- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES PERSONNES EXTÉRIEURES Au niveau des structures : - L obligation d avoir du matériel à l échelle pilote

57 II- LES ATTENTES EVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE ET DANS LES ENTRETIENS INDIVIDUELS C- LES ATTENTES EXPRIMÉES PAR LES PERSONNES EXTÉRIEURES Au niveau des structures : - L obligation d avoir du matériel à l échelle pilote Au niveau des modalités de fonctionnement : - Le manque d information - Manque de disponibilité des intervenants et des labos du fait de l augmentation des demandes

58 III- LES AXES STRATÉGIQUES IDENTIFIÉS L ECOLE ENTREPRISE APPRENANTE La réussite de l apprenant, cela passe par quoi? - L individualisation - La LMD - La pratique des outils numériques - L ouverture à l international - La place des ateliers, des travaux pratiques et la relation avec les cours théoriques - Les autres aspects de la formation : la gestion de production, le management, le processus d innovation, la mise sur le marché

59 III- LES AXES STRATÉGIQUES IDENTIFIÉS L ECOLE ENTREPRISE APPRENANTE L AGRO ECOLOGIE La réussite de l apprenant, cela passe par quoi? - L individualisation - La LMD - La pratique des outils numériques - L ouverture à l international - La place des ateliers, des travaux pratiques et la relation avec les cours théoriques - Les autres aspects de la formation : la gestion de production, le management, le processus d innovation, la mise sur le marché Prendre en compte nos besoins et ceux des générations futures : - L alimentation - Les économies d énergies - La gestion des déchets - La maîtrise des ressources (eau)

60 III- LES AXES STRATÉGIQUES IDENTIFIÉS L ECOLE ENTREPRISE APPRENANTE L AGRO ECOLOGIE LE CADRE DE VIE La réussite de l apprenant, cela passe par quoi? - L individualisation - La LMD - La pratique des outils numériques - L ouverture à l international - La place des ateliers, des travaux pratiques et la relation avec les cours théoriques - Les autres aspects de la formation : la gestion de production, le management, le processus d innovation, la mise sur le marché Prendre en compte nos besoins et ceux des générations futures : - L alimentation - Les économies d énergies - La gestion des déchets - La maîtrise des ressources (eau) Mieux vivre ensemble et s épanouir : - La communication interne - L organisation - Les locaux - L éco-citoyenneté - La qualité comportementale

61 III- LES AXES STRATÉGIQUES IDENTIFIÉS L ECOLE ENTREPRISE APPRENANTE L AGRO ECOLOGIE LE CADRE DE VIE L ECOLE - PLATEFORME RESSOURCE AU SERVICE DE L ENTREPRISE La réussite de l apprenant, cela passe par quoi? - L individualisation - La LMD - La pratique des outils numériques - L ouverture à l international - La place des ateliers, des travaux pratiques et la relation avec les cours théoriques Prendre en compte nos besoins et ceux des générations futures : - L alimentation - Les économies d énergies - La gestion des déchets - La maîtrise des ressources (eau) Mieux vivre ensemble et s épanouir : - La communication interne - L organisation - Les locaux - L éco-citoyenneté - La qualité comportementale Accompagnement du développement de l entreprise : - La R&D - La relation partenaire - Le périmètre de nos activités - La communication externe - Les autres aspects de la formation : la gestion de production, le management, le processus d innovation, la mise sur le marché

62 PARTIE 3 : Echanges LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

AGEFOS PME Nord Picardie Appel à propositions MutEco Numérique Picardie 2015 1

AGEFOS PME Nord Picardie Appel à propositions MutEco Numérique Picardie 2015 1 APPEL A PROPOSITIONS MUTECO NUMERIQUE 2015 PICARDIE Le présent cahier des charges s adresse aux organismes de formation souhaitant se positionner sur le projet mutations économiques porté par AGEFOS PME

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE Chantal LAMEYNARDIE Consultante chef de projets RH - Groupe MONPLAISIR Quelles compétences pour

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

- Dossier de presse -

- Dossier de presse - - Dossier de presse - Janvier 2014 Sommaire I. Valérie Moissonnier & l Institut du Selfcoaching 1. Valérie Moissonnier : son parcours et son blog RadioCoaching 2. L équipe de l Institut du Selfcoaching

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion du patrimoine immobilier

Licence professionnelle Gestion du patrimoine immobilier Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion du patrimoine immobilier Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Notre métier : Vous accompagner dans votre Projet

Notre métier : Vous accompagner dans votre Projet Notre métier : Vous accompagner dans votre Projet Formation initiale en alternance (scolaire ou apprentissage) Formation continue FORMATION INITIALE > Bac Pro Bio Industries de Transformation Accéder x

Plus en détail

RESPONSABLE DU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL ET MARKETING

RESPONSABLE DU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL ET MARKETING RESPONSABLE DU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL ET MARKETING Formation intensive à temps plein - Titre certifié par l État de niveau II Arrêté du 19/11/2013 publié au JO du 29/11/2013 BIENVENUE DANS LE MONDE DES

Plus en détail

Master Ressources Humaines

Master Ressources Humaines 1 - Objectifs de formation du Master Le Master comprend deux années : Première année : Seconde année : La première année est dédiée à l acquisition des connaissances fondamentales en gestion des ressources

Plus en détail

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE L apprentissage dans l enseignement supérieur a pour mission de faciliter l accès à des formations de haut niveau et de permettre à des étudiants de

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Les outils pour gérer et évaluer la formation

Les outils pour gérer et évaluer la formation Les outils pour gérer et évaluer la formation Identifier Exprimer Sélectionner Destiné aux managers et aux services des Ressources Humaines évaluer réalisé avec le soutien de pour quoi faire? comment ça

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Le scénario pédagogique des formations AgriTic

Le scénario pédagogique des formations AgriTic Le scénario pédagogique des s AgriTic Guide à l attention des formateurs pour la mise en œuvre locale des s AgriTic. Un projet porté, au sein de Préférence FORMATIONS, par le CFPPA de Melle Niort. I. Le

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Création et développement numérique en ligne de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entrepreneuriat de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE

PRESENTATION GENERALE 1 ! " # 3 PRESENTATION GENERALE $%&'()*(+,&$*(%+-.($+*(%$/%.0$)%.1+.%(%+-).+'-%./.)2+'/(%+-3*%.--()-. $),/'45) $6 $%.(%+- *$%(,) $*' 4(%&%(, 1'+1+., 1' $ +*&$7$,)+-% $1'/(-1'(%4*$%'0$+'-%./)',$%.'$1'/%8',(1)$),/'4590.&+%'

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

Les formations agroalimentaires dans la Loire

Les formations agroalimentaires dans la Loire Les formations agroalimentaires dans la Loire INFOS PRATIQUES FORMATIONS CENTRES DE FORMATION petit mémorendum des métiers d avenir édition 2010 production, fabrication, conditionnement, maintenance, vente,

Plus en détail

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire :

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire : 2 Sommaire : INTRODUCTION / PRESENTATION La GPEC, pourquoi?... 3 La GPEC, c est quoi?... 4 La GPEC, comment?... 5 Les objectifs du guide... 6 Comment utiliser ce guide?... 7 LE GUIDE D AUTODIAGNOSTIC Projet

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION BGE Provence Alpes Méditerranée ACCES CONSEIL Siège social 7 rue Gaston FLOTTE 13012 MARSEILLE Tél. : 04 91 90 88 66 Siret : 33447279200103 www.acces-conseil.com REPARTITION DU STAGE

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école.

agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école. agence-école LVB 2 en communication visuelle L Agence dans l école, l école dans l agence Un principe inédit : faire venir l entreprise dans l école. établissement privé d enseignement supérieur technique

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DES MANAGERS ET DES DIRIGEANTS des démarches de croissance, d adaptation continue et de créativité dans des environnements et des marchés en mutation DIRIGEANTS ET MANAGERS EN

Plus en détail

MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT ET STRATEGIE D ENTREPRISE SPECIALISATION MANAGEMENT DU DEVELOPPEMENT DURABLE

MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT ET STRATEGIE D ENTREPRISE SPECIALISATION MANAGEMENT DU DEVELOPPEMENT DURABLE MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT ET STRATEGIE D ENTREPRISE SPECIALISATION MANAGEMENT DU DEVELOPPEMENT DURABLE Diplôme Européen reconnu par la Fédération Européenne des Ecoles ; www.fede.org - BAC+5 Présentation

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Techniques nucléaires et radioprotection de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management des organisations de l économie sociale et solidaire de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019

Plus en détail

Sommaire. 1Préparer le stage... 2 Accueillir et accompagner... 9. 3 Gérer et évaluer... 12. Introduction. Conclusion. L accueil des stagiaires de 3 e

Sommaire. 1Préparer le stage... 2 Accueillir et accompagner... 9. 3 Gérer et évaluer... 12. Introduction. Conclusion. L accueil des stagiaires de 3 e C a r n e ts d e b o rd Guides pratiques destinés aux équipes des médiathèques de Plaine Commune L accueil des e stagiaires de 3 dans les médiathèques de Plaine Commune L accueil des stagiaires de 3e dans

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION LA FRANCHISE. L Académie de la Franchise L ACADEMIE DE. Le socle de vos savoir-faire, le tremplin de votre succès

CATALOGUE FORMATION LA FRANCHISE. L Académie de la Franchise L ACADEMIE DE. Le socle de vos savoir-faire, le tremplin de votre succès CATALOGUE FORMATION L Académie de la Franchise Le socle de vos savoir-faire, le tremplin de votre succès L Académie de la Franchise L ACADEM LA FRANC L Acad de la F UTURS FRANCHIS FUTURS FRANCHISÉS DEVENIR

Plus en détail

& guide des formations. Présentation. Transformations agroalimentaires. Transformation laitière

& guide des formations. Présentation. Transformations agroalimentaires. Transformation laitière Présentation & guide des formations Transformation laitière Transformations agroalimentaires Analyses biotechnologiques Gestion et maîtrise de l eau MINISTÈRE DE L AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE

Plus en détail

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» 1- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS :

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion opérationnelle et juridique des ressources humaines de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Institut de FORMATION

Institut de FORMATION Institut de FORMATION plaquette.indd 1 28/11/2012 20:52:47 edito L INSTITUT DE FORMATION J.LEPERCQ Fondé en 1946, l institut de formation est un établissement situé dans le centre ville, à taille humaine

Plus en détail

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Tablette Verte Plan Contexte Présentation de la Tablette Verte Objectifs Consistance Avantages Contexte Une forte affluence

Plus en détail

BADGE Responsable Commercial

BADGE Responsable Commercial BADGE Responsable Commercial www.audencia.com Audencia Group en chiffres 3 000 étudiants de 64 nationalités 17 000 diplômés issus des 17 programmes de formation 147 partenaires académiques dans 50 pays

Plus en détail

BECOME inclue stratégie, innovation et marketing pour générer le développement des entreprises.

BECOME inclue stratégie, innovation et marketing pour générer le développement des entreprises. BECOME est une action collective complète et globale qui aide les entreprises de Poitou-Charentes à créer et commercialiser de nouveaux produits et services à forte valeur ajoutée écologique et économique.

Plus en détail

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE O Reilly Consultants est un cabinet de conseil en gestion des ressources humaines, formation et coaching qui vise à réconcilier l épanouissement individuel : Accompagner les individus dans la réappropriation

Plus en détail

Customer feedback management Management de la satisfaction client

Customer feedback management Management de la satisfaction client Customer feedback management Management de la satisfaction client La meilleure des publicités est un client satisfait. Vos clients les plus mécontents sont votre plus grande source d'enseignement. Bill

Plus en détail

Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation

Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation Mastère Spécialisé Économie circulaire : les outils de l Écologie industrielle et de l Éco-conception Bac +6 Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation

Plus en détail

Démarche «Bien manger au restaurant scolaire»

Démarche «Bien manger au restaurant scolaire» Démarche «Bien manger au restaurant scolaire» Jean Pascal Arcangeli, association Les Petits Palais Yoann Loyen, Groupement des Agriculteurs Biologiques de Loire-Atlantique Par l association Les Petits

Plus en détail

Copyright Agirc-Arrco Mars 2012. 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC)

Copyright Agirc-Arrco Mars 2012. 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC) 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC) SOMMAIRE (1/3) ENJEUX DE L INFORMATIQUE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE 1. Depuis quand un programme de convergence informatique

Plus en détail

FORMATION CONTINUE 2015-2016. Accélérateur de compétences commerciales

FORMATION CONTINUE 2015-2016. Accélérateur de compétences commerciales FORMATION CONTINUE 2015-2016 Accélérateur de compétences commerciales LA VENTE AU COEUR DE NOS FORMATIONS Sup de V, l école supérieure de vente de la CCI Paris Ile-de-France, est une école d excellence

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage Organisation de la formation Ce document a pour objet de présenter le contenu des cours des deux années du Master Audit Contrôle Finance d entreprise

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Centre Régional Africain d Administration du Travail (CRADAT) BP 1055 Yaoundé Tél. 22.23.32.04 Fax. 22.22.21.80 E-mail. : cradat@ilo.

Centre Régional Africain d Administration du Travail (CRADAT) BP 1055 Yaoundé Tél. 22.23.32.04 Fax. 22.22.21.80 E-mail. : cradat@ilo. Centre Régional Africain d Administration du Travail (CRADAT) BP 1055 Yaoundé Tél. 22.23.32.04 Fax. 22.22.21.80 E-mail. : cradat@ilo.org I- PRESENTATION DU CRADAT A- Création - Siège Le Centre Régional

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Présentation des Actions Collectives FAFIEC 2015 avec Evolu Team

Présentation des Actions Collectives FAFIEC 2015 avec Evolu Team Collectives FAFIEC 2015 avec Evolu Team Bonjour, Vous trouverez dans ce document une présentation synthétique des différentes filières et formations répertoriées au titre des Actions Collectives Fafiec

Plus en détail

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants 1 Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants I. Le contexte institutionnel La démarche de l UdS en matière de qualité des formations

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

SPÉCIALISTE DE LA FORMATION

SPÉCIALISTE DE LA FORMATION SPÉCIALISTE DE LA FORMATION Contact presse Joy SULITZER j.sulitzer@acticall.com +33 (0)1 53 56 75 37 @JSulitzer PRÉSENTATION DE LEARNING CRM Learning CRM est une société de conseil et de formation, spécialiste

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

«Management et Direction de Projets»

«Management et Direction de Projets» Centrale Paris & Cegos Vos partenaires pour un nouvel élan dans votre carrière MASTERE SPECIALISE «Management et Direction de Projets» Bienvenue! René PALACIN Responsable pédagogique MS Management et Direction

Plus en détail

Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5

Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5 Critères des commissions interdisciplinaires du du Comité national mandat 2012-2016 Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5 2 CID 50 Gestion de la recherche La CID

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS ACTIVISION Coaching : un cursus de formation complet accrédité ICF pour acquérir les compétences et la posture du coach professionnel. Une formation professionnelle, pour des professionnels, par des professionnels.

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Médias, information et communication de l Université Panthéon-Assas Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

L évaluation des risques au travail

L évaluation des risques au travail L évaluation des risques au travail Un outil au service de vos politiques de prévention pour la santé et les RPS Connection creates value Le contexte Au cours des dernières années, la prise en compte des

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

22 juin 2016, INRIA Lyon

22 juin 2016, INRIA Lyon 22 juin 2016, INRIA Lyon Smart city / Ville intelligente : une introduction Grand Lyon Métropole Intelligente D OÙ VIENT LA VILLE INTELLIGENTE? HYGIÉNISTE TECHNOPHILE «GÉNIE URBAIN» SATURATION & ENGORGEMENT

Plus en détail

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation.

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation. cohérence ÉGALITÉ DES CHANCES/DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE Concertation Innovation Innovation www.regionreunion.com Concertation cohérence 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS Organisme de formation spécialisé dans l hygiène et le nettoyage

CATALOGUE DE FORMATIONS Organisme de formation spécialisé dans l hygiène et le nettoyage 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS Organisme de formation spécialisé dans l hygiène et le nettoyage Arnaud REBÊCHE Un constat s impose : le secteur de la propreté et du multi services, dans la restauration,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion des flux internationaux des PME/PMI - Achats, vente, négociation internationale de l Université du Littoral

Plus en détail

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins Durée : Minimum 14h Maximum 182h (Ce choix permet de valider 10% du Titre de niveau II «chef d entreprise développeur

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

C S. Institut Commercial Jean-Baptiste Say

C S. Institut Commercial Jean-Baptiste Say I Institut ommercial Jean-Baptiste ay Autrement Voir ses études autrement I Institut ommercial Jean-Baptiste ay atherine harbau Directrice Que faire après le Bac? Nombreux sont les élèves qui s interrogent

Plus en détail

DYNAMIQUE DE GROUPE et EFFICACITE COLLECTIVE

DYNAMIQUE DE GROUPE et EFFICACITE COLLECTIVE DYNAMIQUE DE GROUPE et EFFICACITE COLLECTIVE CONTENU Journée 1 matin : Communication et efficacité de travail de groupe. - Approche de la communication en groupe et de ses effets sur les modes de participation,

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Projet d action d animation visant à développer des pratiques collectives d écoute et de participation

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé d affaires en ingénierie électrique et électronique de l Université Montpellier 2 Sciences et techniques

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

Association Réseau Ecoles de Gestion et de Commerce C/o CCI France 46 Avenue de la Grande Armée - CS 50071-75958 Paris Cedex 17 - Tél.

Association Réseau Ecoles de Gestion et de Commerce C/o CCI France 46 Avenue de la Grande Armée - CS 50071-75958 Paris Cedex 17 - Tél. 1 SOMMAIRE EGC, ADN du réseau d écoles de commerce le plus dense de France 01 Une approche différenciatrice, équilibrant savoir-faire et savoir être 02 Une formation complète, tournée vers la réussite

Plus en détail

LES OUTILS NUMÉRIQUES AU SERVICE DE L'INNOVATION MANAGÉRIALE

LES OUTILS NUMÉRIQUES AU SERVICE DE L'INNOVATION MANAGÉRIALE LES OUTILS NUMÉRIQUES AU SERVICE DE L'INNOVATION MANAGÉRIALE AGENDA Management CHP 2.0 Contexte du Programme Management CHP 2.0 Présentation d outils de collaboration CHP Zoom sur iobeya 2 CONTEXTE DU

Plus en détail

Université du Sud-Toulon Var IUT Toulon Var PROGRAMME DE LA FORMATION. Licence Professionnelle Management des Organisations

Université du Sud-Toulon Var IUT Toulon Var PROGRAMME DE LA FORMATION. Licence Professionnelle Management des Organisations Université du Sud-Toulon Var IUT Toulon Var PROGRAMME DE LA FORMATION Licence Professionnelle Management des Organisations Spécialité Ressources Humaines et Conduite de Projets Formation initiale/ Contrat

Plus en détail

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective Un appui au recrutement de vos futurs salariés intérimaires La Préparation L essentiel de la POEC A la différence de la POE Individuelle, la POE n est pas conditionnée au dépôt préalable d une offre d

Plus en détail

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Sommaire 1. Périmètre du débat et méthodologie des contributions

Plus en détail

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols Chargé(e) d Accueil La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Création et administration de SIG de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

FORMATION DU PERSONNEL. Année. Plan prévisionnel 2015 des actions de formation du personnel de l Université du Havre

FORMATION DU PERSONNEL. Année. Plan prévisionnel 2015 des actions de formation du personnel de l Université du Havre DU PERSONNEL Année Plan prévisionnel 2015 des actions de formation du personnel de l Université du Havre 1. LE PLAN DE. L élaboration du plan de formation. La direction des ressources humaines est chargée

Plus en détail